Partagez | 
[FB/ 18+] Can you taste how bittersweet this is ? - Jemiel

()
Parchemin envoyé Dim 7 Oct 2018 - 21:15


- I see everything, I am staff. -
Je suis : -littlefoot- , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 01/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 754 hiboux. J’incarne : Karlie Kloss , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Dahlia Forest, Adeline Lovegood & Charlie Weasley Je parle en : #669999



Je suis âgé de : 28 bougies 14.11.1963 , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Langue de plomb J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Deux fiancé mort à mon actif, je porte malheur... enfin, c'est ce qu'on dit.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Can you taste how
bittersweet this is ?


Janvier 1991

J'ouvrais les yeux. J'étais surprise de ne pas me réveiller avec un mal de tête vue la grande quantité d'alcool que j'avais bu la nuit dernière. Mon aventure d'un soir dormait encore, sans même un regard pour lui je soulevais son bras dans l'espoir de disparaître avant qu'il ne se réveille. Nous avions passé un bon moment, mais vue ma situation actuel je n'avais aucun intérêt à garder contact avec lui et m'enfoncer d'avantage du côté des sorcières impossible à marier. Je tenais au peu de réputation qui me restait. J'avais été fiancé à deux reprises et ils avaient tous deux trouvé la mort. L'un lors d'une mission mangemort et l'autre lors du bal d'hiver qui avait également emporté notre seigneur des ténèbres bien aimé. Je considérais avoir suffisamment fait honte à mon paternel. Par chance, j'avais toujours fait mes preuves chez les mangemorts et ma vie privé ne m'empêchait pas de m'épanouir à ce niveau. Je connaissais également une réussite très satisfaisante dans mon emploie. Franchement, je n'avais pas à me plaindre. Pourtant, il m'arrivait de me sentir terriblement seule et c'est probablement ce qui m'avait poussé dans les bras de cet étranger hier soir. Les histoires d'un soir n'étaient pas dans mes habitudes, non, c'était plutôt à l'image de ma soeur Romola. J'avais toujours été la plus respectable de nous deux. Je m'étais permise des écarts ici et là, mais j'avais toujours été très prudente. Assise sur le bord du lit, je m'étirais. Nos vêtements jonchaient le sol dans un ordre bordélique. J'avais peine à me souvenir de tout ce qui s'était passé. Ce qui m'embêtais vraiment c'est ce que j'avais fait avec ma baguette. J'entendais des bruits de pas et je filais vers la salle de bain sans me pauser de question. Ma nudité ne me gênait pas, mais l'idée qu'on me reconnaisse me terrifiait. Un elf de main ouvrit la porte sans même prendre la peine de s'annoncer. D'un claquement de doigt il ouvrit les rideaux pour faire entrer la lumière matinal. Une tentative de sa part pour réveiller son maître en douceur. J'avais laissé la porte entre ouverte et j'écoutais tout ce qui se passait dans la chambre. D'un second claquement de doigt la créature fit disparaître tout les vêtements qui se trouvait sur le sol. Il se racla la gorge. Je pouvais entendre des bruits de draps se froisser. « Mademoiselle Lestrange ma demandé de vous réveiller. » Lestrange. À peine, l'elf de maison avait-il prononcé le nom de famille que mes oreilles commençaient à bourdonner. Je n'entendis rien de l'échange qui suivit. Dans quel merdier je venais de me mettre les pieds ? Mon coeur commença à s'emballer et je me passais en revue l'arbre familiale de Scylla. Je tendais l'oreille de nouveau pour voir si l'elf était partie. J'entrepris de sortir de ma cachète à pas de loup pour enfiler mes vêtements. À peine avais-je fais quelque pas que je tombais nez à nez avec lui. Nous étions tout les deux nus et je plantais mon regard dans le sien. Je redressais légèrement le menton pour montrer qu'il ne m'intimidait pas. « Auriez-vous l'obligeance de me rendre ma baguette. » Je ne demandais pas. J'exigeais gentiment. J'avais l'intuition qu'il me l'avait probablement prise avant de s'endormir. Rien de surprenant, après tout il ne me connaissait pas. Pourtant, il avait bien vue ma marque et j'avais bien remarqué la sienne. Il aurait du se douter que je ne représentais pas une menace pour lui. Je profitais du silence pour m'attarder aux traits de son visage. Je ne le reconnaissais pas. Il fallait dire que je n'avais pas eu la chance de rencontrer tout les cousins de Scylla, mais je pouvais bien noter des airs de famille. Et puis cette barbe. J'avais toujours eu un faible pour les sorciers barbu. Mes joues se teintèrent de rose lorsque je réalisais que son regard avait quitté le mien et qu'il s'attardait à chacune de mes courbes. Je déviais lentement mes yeux vers le lit en pagaille. D'un sort informulé un drap blanc se glissa lentement dans ma direction et s'enroula autour de mon corps. Ce n'était pas le look du siècle, mais je ne me souciais pas de l'image que je projetais à cet instant précis. « Je constate que je n'avais pas toute votre attention, peut-être souhaitez-vous que je me répète. » Lâchais-je d'un ton légèrement sec. Je n'avais pas envie de m'éterniser dans cette chambre. Je ne souhaitais pas me faire surprendre par un elf ou par la dite mademoiselle Lestrange.

Made by Neon Demon


Mistakes
You got me buzzin' like a street light and i've been trying to put it behind, but can't deny we got a real vibe. We're doing something i can't explain now. Putting pictures on my brain now, but really I should get some me time before i do something i can't rewind

Parchemin envoyé Dim 7 Oct 2018 - 23:10


- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Chatvitriole , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/10/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 24 hiboux. J’incarne : Jake Gyllenhaal , et l’avatar que je porte a été créé par : Heybabine Je parle en : #2c7e87



Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque.
avatar
 
CAN YOU TASTE HOW
BITTERSWEET THIS IS ?
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
La lumière fut brutale, désagréable, elle semblait vouloir s’incruster sur la rétine encore protégée par la paupière paresseuse. La voix d'Hoki fut de même relativement agaçante pour les oreilles d’Ezekiel qui formula son mécontentement par un grognement. Décidément, ne pouvait-il pas dormir après la soirée qu’il avait passée ? Sa soeur était une véritable harpie de lui refuser un instant de plus dans les draps avec une superbe créature. Sa main caressa les draps mais se refusa à lui trouver le contact qu’il cherchait, étrange. Avait-il rêvé cette nuit ? La bouche pâteuse lui indiquait le contraire.
Il n’était pas un habitué des bars et encore moins boire au point de ne se rappeler de sa soirée que par de vagues flashs de souvenirs éphémères. Blonde, un sourire charmeur, une allée sombre avant de transplaner ici et puis… Un corps que la barbe de Merlin aurait vrillé sur place. Mais étrangement, elle n’était plus là. Sans ouvrir les yeux, Ezekiel eut un léger sourire, elle ne devait pas être bien loin car il détenait sa baguette. Oui, le Lestrange était quelqu’un de méfiant, quand bien même il avait eu le loisir de voir sa marque, il préférait être prudent et puis honnêtement, la marque, il n’en avait pas trop été intéressé, en tout cas moins que le reste de son corps.

Hoki était maintenant partie, les yeux du brun s’ouvrirent et il n’y avait personne à côté de lui mais le parfum qui flottait dans les airs et sur les draps lui indiquait qu’il n’avait pas que rêver.  Et ce fut bientôt des pas sur le sol froid qui fit relever la tête d'Ezekiel sur la plus charmante apparition qu’il lui avait été donné de voir dans sa chambre, enfin, il faut dire que c’était souvent Hoki qui venait et donc cela ne comptait pas vraiment. Les yeux du Lestrange ne se firent pas prier pour admirer de nouveau son amante d’une nuit, les souvenirs revenant alors au grand galop, sa peau ne semblait souffrir d’aucune imperfection, ses seins bien ronds étaient un appel pour Ezekiel, venir les caresser, les embrasser, mordiller lentement le mamelon afin de le sentir s’épanouir sous sa langue. Un léger soupir ponctua cette pensée lubrique alors même qu’elle me parla d’un petit ton qui ne semblait souffrir aucune réplique sauf que pour lui, il n’y avait rien de pressé.

Hélas pour lui, la belle ne semblait pas encline à lui laisser le loisir de l’admirer encore un peu plus et réveiller le désir entre ses cuisses car un drap vint s’enrouler comme un serpent autour de sa taille. Le brun avait un léger sourire en coin, digne de celui qui était satisfait de sa prise bien qu’il n’ait toujours que de vagues souvenirs comme les jambes de la blonde autour de ses reins alors qu’il s’enfonçait en elle, ressentant le contact de sa poitrine contre son torse, les légers gémissements, cette sueur qui perlait sur son corps.
Il fut de nouveau dérangé dans ses souvenirs par de nouveau la voix de sa partenaire qui lui lança une pique avant de redemander sa baguette. Elle avait un certain culot d’exiger et les sourcils du Lestrange se froncent, son regard lui, devint dur comme du silex. “Un autre ton serait certainement plus agréable à mes oreilles et puis… Le drap n’est pas occultant très chère. La voix avait été froide avant de rouler dans l’amusement. Oh oui, il voyait toujours ce qui faisait d’une femme le temple de la sensualité, elle ressemblait à une statue de moldu de l’époque Antique, une vénus qui s'était égarée le temps d’une soirée dans la réalité pour savourer la peau des êtres de chair et de sang.

Se redressant légèrement, Ezekiel ne cacha aucunement ses attributs à ses yeux, il n’en avait clairement pas honte et puis ce n’était pas comme si elle n’avait pas tout vu hier soir et de bien plus près de mémoire. Sa main vint prendre légèrement une partie du drap et il la regarda avec un air de défi. Allait-il oser tirer d’un coup pour la remettre à égalité avec lui ? Il semblait s’amuser de la situation et il devait avouer que ce petit caractère qu’elle possédait avait de quoi le stimuler. Son autre main s’aventura sous son oreiller et il y sortit une baguette qui n’était pas du tout la sienne. Il posa son regard dessus et fit jouer ses doigts dessus, comme s’il était en présence d’une amante depuis longtemps oubliée. “Je crois que c’est cela que vous cherchez non . Il va falloir faire un choix cornélien… Le drap ou la baguette.” Il fit un léger mouvement avec son poignet pour enrouler le drap à ce dernier, tendant la pièce de tissu entre eux, il sentit la résistance du drap contre le corps de l’étrangère.


Il se redressa alors totalement, son corps glissant sur le lit et il se leva, toujours avec le drap à son poignet et il fit un mouvement du poignet, obligeant l’inconnue à se rapprocher de lui et d’un coup sec, il l’attira à lui et captura de la main qui tenait la baguette ses hanches, pressant les deux corps l’un contre l’autre. Il respira son parfum, sa main continua son emprise et son torse revint chercher le contact de la nuit dernière contre ses seins capturés par le drap.
Il plongea son regard dans le sien, comme s’il y cherchait des réponses et un véritable amusement se dessinait sur ses lèvres. De nouveaux souvenirs vinrent égayer les méandres de sa mémoire et le contact du drap enveloppant le corps réveilla sa virilité. Il approcha son visage du sien, comme pour l’embrasser avant de décaler sa tête pour venir lui murmurer. “Je n’aime pas qu’on me donne des ordres, surtout en ma demeure.”
Il les fit tourner, sa main enserrant le drap lâcha un instant sa prise avant de tirer un grand coup et il la poussa vers le lit, la faisant tourner sur elle-même dans un ballet hypnotique entre l’or de sa chevelure et le blanc immaculé de la pièce de tissu avant qu’elle ne tombe sur le lit, de nouveau nu et sous le regard impérieux d’Ezekiel Lestrange. Il lui lança alors sa baguette qui retomba paresseusement à ses côtés alors qu’il alla se poser devant la fenêtre et qu’il l’ouvrit afin de respirer la fraîcheur du matin, tournant le dos à son amante. Il se retourna alors et d’un geste de la main, fit voler une robe de chambre suspendue dans la pièce et il l’enfila avant de considérer la jeune femme dans son lit. Étrange, maintenant qu’il ne jouait plus avec elle, il lui semblait qu’elle ne lui était pas inconnue...

rainmaker


The violent delights
have violent ends

Parchemin envoyé Jeu 18 Oct 2018 - 8:19


- I see everything, I am staff. -
Je suis : -littlefoot- , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 01/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 754 hiboux. J’incarne : Karlie Kloss , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Dahlia Forest, Adeline Lovegood & Charlie Weasley Je parle en : #669999



Je suis âgé de : 28 bougies 14.11.1963 , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Langue de plomb J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Deux fiancé mort à mon actif, je porte malheur... enfin, c'est ce qu'on dit.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Can you taste how
bittersweet this is ?

J'étais anxieuse. Le regard du bel inconnu avait rapidement changé. Il n'y avait pas de doute. Il n'avait pas aimé le ton que je m'étais permise avec lui. Il ne tarda pas à me répondre et il me passa même un commentaire sur le draps qui couvrait mon corps. La douceur du tissu, probablement de la soie, était venue chatouiller ma poitrine qui n'avait pas tarder à former un léger relief sur les draps bien tendu qui me couvrait faiblement. Qu'il se délecte de la scène s'il en avait envie. Je me tenais bien droite. J'avais un franc parlé et je ne le cachais pas. J'avais beau faire des efforts, je n'avais pas le niveau poétique pour converser avec certain membre des hautes sphères gouvernementales sorcière. J'avais cependant un caractère bien trempé et une force d'exécution exemplaire qui m'avait souvent aidé à excuser mon sens de la répartie. En d'autres circonstance, je me serais probablement permise de prolonger la nuit de plaisir que j'avais passé dans les bras de mon amant. Il se redressa légèrement et j'en profitais pour le détailler rapidement du regard, mes yeux s'égarant plus longtemps que nécéssaire sur son entrejambe. Oh oui ! Certes, dès mon réveille j'avais été tenté de prendre la fuite, mais maintenant qu'il était éveillé... Je me serais probablement laissé tenté par une dernière danse endiablée. Il était regrettable que je n'arrivais pas à me souvenir de chaque détail, de chaque caresse. Je pouvais sentir une partie du drap se tendre faiblement. Je relevais mes yeux, puis je suivais son autre main du regard. Cette dernière plongea sous un oreiller et en ressortie une baguette. Ma baguette. « Je crois que c’est cela que vous cherchez non. Il va falloir faire un choix cornélien… Le drap ou la baguette. » Je plantais mon regard dans le sien alors qu'il enroulait un pan du drap autour de son poignet. Je pouvais sentir le tissus se tendre. Allait-il tirer d'un coup sec ? Me donnait-il vraiment le choix. Il se releva et mon corps se tendit dans sa direction. Mon coeur s'emballait lentement. Tout les pores de ma peau me criait de le mettre au défis. Qu'il tire d'avantage ! Pourtant, il n'en était rien. Je n'avais plus que mes yeux pour m'exprimer, le reste ne semblait plus vouloir coopérer. Je sentis des doigts se serrer contre mes hanches, puis nos corps se pressèrent l'un contre l'autre. Ma peau se réchauffa rapidement. Lorsqu'il pressa son torse contre ma poitrine, je fermais les yeux. Je me revoyais un court instant dans une position presque similaire. J'emprisonnais son bassin de mes longue jambe fine et je venais planter mes ongles dans son dos. En sueur. Ivre du corps de l'autre. À peine les yeux ouvert, qu'il plongeait son regard dans le mien. Je pouvais sentir sa masculinité contre ma cuisse et inconsciemment, mon corps se pressa d'avantage contre lui. Lorsque son visage s'approcha du mien, un long frisson parcourut mon coup. Il s'approcha de mon oreille pour venir me murmurer. « Je n’aime pas qu’on me donne des ordres, surtout en ma demeure. » La suite se passa rapidement. Il me fit tourner sur moi-même en me poussant vers le lit. Je pouvais sentir le drap quitter ma poitrine, mes hanches, mes fesses puis mes jambes. J'étais de nouveau nu. J'étais rapidement arrêté par le lit qui m'accueillit a bras ouvert. Couché sur le ventre, je prenais une seconde pour reprendre mon souffle. Je ne pouvais ignorer qu'il me faisait de l'effet et la chaleur que je ressentais dans mon bas ventre en était la preuve. Je ramenais lentement mon esprit vers l'urgence de quitter la demeure du beau brun. Lorsqu'il fit tomber ma baguette près de moi, je ne me fit pas attendre pour la récupérer. Je l'emprisonnais entre mes doigts. Je relevais légèrement les fesses comme un chat qui s'étirait de bon matin. Puis, je me mettais à genoux, exposant ma nudité sans la moindre gêne. Je m'étais drappé dans l'intention d'avoir l'attention de monsieur et pour ça... j'avais eu toute son attention. Maintenant, il ne restait plus qu'un détail à régler. Mes vêtements. L'elfe c'était débarrassé de tout les morceaux de vêtements sur le sol, sans même se douter que certain d'entre eux pouvait appartenir à une autre personne que son maître. À peine, avais-je tourné ma tête en direction des fenêtres qu'il se retournait vers moi. Il n'avait pas tardé pour se vêtir. Mon regards s'attarda sur les initiales qui se trouvait sur sa robe de chambre. « E.L » Murmurais-je à moi-même. À peine avais-je prononcé les deux lettres que mon teint commença à blanchir légèrement. Ma voix s'était frayé un chemin rapide dans mon esprit et il m'était difficile de nier ce qui venait de m'exploser au visage. Je sortais rapidement du lit et je m'avançais vers lui. Peut-être qu'il s'agissait d'une autre lettre et que je ne voyais pas bien la d'où je me trouvais. J'approchais ma main gauche vers les lettres d'or brodé au niveau de sa poitrine. C'était bien un E. Je relevais les yeux vers lui. Les genoux m'avaient presque plié et pendant un bref instant j'avais perdu ma balance. J'avais passé la nuit avec Ezekiel Lestrange. J'imaginais un bref instant l'impact que cela pouvait avoir sur mon amie de longue date et j'avalais de travers. J'espérais que cet écart de conduite ne venait pas de me couter une amitié. « Ezekiel ? » Demandais-je. Je me passais la main dans les cheveux avec nervosité. J'étais presque certaine qu'il ne se souvenais pas de moi. Enfin, probablement de nom puisque j'étais amie avec sa soeur, mais j'avais des doutes sur sa capacité de reconnaître les traits de mon visage. Je l'avais croisé quelques fois à Poudlard, mais une fois qu'il avait quitté nos chemins s'étaient séparé pour de bon... Enfin, c'est ce que je pensais. Nous avions beaucoup vieilli. Prendre de l'âge ne lui avait pas fait de mal, j'aimais bien son regard d'une grande maturité et la barbe qu'il avait adopté.
Made by Neon Demon


Mistakes
You got me buzzin' like a street light and i've been trying to put it behind, but can't deny we got a real vibe. We're doing something i can't explain now. Putting pictures on my brain now, but really I should get some me time before i do something i can't rewind

Parchemin envoyé Mer 24 Oct 2018 - 21:42


- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Chatvitriole , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/10/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 24 hiboux. J’incarne : Jake Gyllenhaal , et l’avatar que je porte a été créé par : Heybabine Je parle en : #2c7e87



Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque.
avatar
 
CAN YOU TASTE HOW
BITTERSWEET THIS IS ?
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Il n’y avait pas plus beau corps, il devait en convenir, ses yeux ne semblaient pas vouloir se décrocher de cette sculpture parfaite, dommage que presque toute cette soirée passée corps contre corps soit si floue dans sa mémoire. Le brun aurait voulu en redemander, maintenant sobre, il aurait certainement savouré plus en détail chaque centimètre carré de cette peau douce, jouer avec les zones érogènes pour l’entendre gémir sous sa langue, ses doigts. Lorsqu’il la fit retourner au lit sans ménagement, il fut troublé, non pas par la façon disgracieuse qu’elle avait de se vautrer sur son lit mais plutôt cette sensation d’un tourbillon blond qui, avec l'éclat du soleil qui venait se refléter sur sa chevelure, offrait une lumière sublime.
S’il n’avait pas vraiment caché sa virilité, elle-même ne semblait pas s’émouvoir plus que ça car elle ne chercha pas à fuir son regard et il ne se gêna pas. Jouant le chat paresseux sur le lit du Lestrange, ce dernier admira la cambrure de la blonde, était-elle consciente de cette position sensuelle ? Ou alors était-elle juste sensuelle par nature ? Dans ce dernier cas, elle devait en faire tomber plus d’un car lui-même ne désirait qu’une chose, c’était de retourner se glisser entre ses cuisses mais heureusement, il se contrôla, restant de son côté à l’examiner comme une bête curieuse et amusante.

Elle se leva d’un bond, elle semblait avoir avalé une couleuvre, étrange, d’une séduisante sensualité, elle était maintenant apeurée comme un animal pris dans les phares d’un engin moldu. Le regard d’Ezekiel se fit interrogateur lorsqu’elle s’approcha de lui, les yeux rivés sur les initiales qui étaient brodées sur sa robe de chambre. Elle n’était plus consciente de sa nudité mais Ezekiel lui le savait et il en profita. Intriguée comme elle l’était, le brun vint lover une de ses mains sur les fesses de la blonde, appréciant le toucher mais définitivement, elle semblait ailleurs et cela l’intriguait.
Sa voix s’éleva, portant au bout de ses lèvres le prénom d’Ezekiel qui restait tout de même bien interdit face à la situation. Des femmes, il en connaissait, certaines heureuses de pouvoir dire, alors qu’elles étaient dans son lit dire fièrement son prénom, mais elle, c’était presque de la peur . Étrange… D’habitude, la peur venait avec son nom, pas avec son prénom. Sauf si elle le connaissait personnellement et dans ce cas, le Lestrange était désolé pour elle car lui n’avait aucun souvenir de cette créature aphrodisiaque. “Oui, c’est bien mon prénom…” La voix d’Ezekiel était prudente et il se dégagea de la jeune femme, embrassant furtivement l’épaule droite de la blonde comme si de rien était et il alla chercher sa baguette qu’il avait dissimulée non loin de là où il avait dormi. D’un geste nonchalant, il fit sortir d’un placard une robe de chambre d’un bleu satiné et aux doux effluves de lavande qui vint se poser sur les épaules nues de l’inconnue. Au moins, elle ne pourra pas dire qu’il fut rustre au point de la laisser nue à gambader dans les couloirs du manoir bien qu’il ait donné quelques pièces pour voir ça et s’amuser à cache-cache.

“Nous nous connaissons .” La voix était un brin curieux alors qu’il alla s’installer sur le lit. Il espérait qu’elle change rapidement d’attitude car une biche effarouchée n’était pas intéressante pour le Lestrange et elle allait rapidement sortir du manoir ainsi. C’était peut-être cruel mais Ezekiel n’avait pas le temps pour les écervelées. Dommage, elle avait l’air plus farouche au réveil mais tout ceci c’était vite étiolé.
Il essaya de se souvenir d’elle mais impossible de la retrouver dans les limbes de sa mémoire. Elle n’était pas dans son Ministère s’était évidente. Elle était Mangemort, pas de doute à ce sujet mais cela ne voulait pas dire grand-chose. Non vraiment, elle ne lui disait rien et pourtant elle, elle semblait le connaître d’une façon plus intime que juste par voie de presse ou de directive qu’il envoyait parfois dans les autres départements. Était-elle liée à Poudlard alors ? Possible quoique, plus jeune que lui donc forcément, une élève plus jeune. Mais si elle semblait le connaître ainsi, il y avait forcément une connexion alors peut-être qu’il s’agissait d’une connaissance de Scylla et dans ce cas-là… La chose allait devenir plus problématique.
Car s’il avait de bonnes relations avec sa soeur, elle n’en restait pas moins une Harpie qui pouvait très vite se montrer désagréable et piquer au vif Ezekiel lorsqu’elle le pouvait et c’était une évidence que coucher avec une amie de sa soeur ferait une excellente passe d’armes entre elle et lui.

“Je vous conseille en tout cas d’enfiler ça.” Il désigna de la tête la robe de chambre qui était posée de façon négligée sur ses épaules. “Non pas que la vue ne me dérange mais à force, vous allez prendre froid.” Car la vue était en effet toujours aussi charmante mais ses yeux perplexent quant à l’homme qu’il était commencé cependant à le lasser, avait-elle une étincelle d’intelligence ou était-elle finalement comme toutes les autres, une cruche, certes belle mais sonnant creux ?
Un craquement sinistre se répercuta dans la chambre alors que Hoki arriva avec le journal. Ezekiel s’installa confortablement dans le lit, le dos bien adossé contre la tête de lit et il prit le journal, l’ouvrant et commença à le lire. “Hoki, prépare les affaires de mademoiselle, j’ai l'impression vue sa tête qu’elle désire partir rapidement.” Hoki s’inclina avec raideur, son nez frottant le sol et il partit dans un nouveau craquement alors qu’Ezekiel ne porta plus attention à la jeune femme qui semblait ne toujours pas en revenir d’être en face de lui, par Merlin que c’était consternant ! “Vous n’allez pas devoir attendre bien longtemps, Hoki est du genre rapide pour exécuter les tâches. Il la regarda un instant sans avoir plus d’émotions que s’il regardait un bête verre vide.

rainmaker


The violent delights
have violent ends

Parchemin envoyé Lun 12 Nov 2018 - 6:38


- I see everything, I am staff. -
Je suis : -littlefoot- , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 01/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 754 hiboux. J’incarne : Karlie Kloss , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Dahlia Forest, Adeline Lovegood & Charlie Weasley Je parle en : #669999



Je suis âgé de : 28 bougies 14.11.1963 , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Langue de plomb J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Deux fiancé mort à mon actif, je porte malheur... enfin, c'est ce qu'on dit.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Can you taste how
bittersweet this is ?

J'avais risqué de prononcer son nom à voix haute. Le verbaliser ne m'avait pas aider à me sentir mieux. « Oui, c’est bien mon prénom… » Je me mordis l'intérieur de la lèvre lorsqu'il me confirma que je n'avais pas fait erreur. Il s'éloigna de moi et je ne fit pas le moindre mouvement pour le retenir. Je prenais tout de même le soin de me retourner et de le garder à l'oeil. J'étais consciente de l'image actuel que je venais de projeter. Une image qui ne me mettait probablement pas à mon avantage, mais à mes yeux il n'y avait pas de réaction plus logique. Il ne semblait pas se souvenir de moi et je me demandais s'il n'était pas plus sage de garder les choses ainsi. Il sortit une robe de chambre de l'un de ses placard et il laissa léviter cette dernière jusque sur mes épaules. Il s'agissait là d'une gentil attention, mais elle ne m'arracha pas la moindre réaction. J'étais encore sous le choc de ma découverte.« Nous nous connaissons. » Ma gorge noué par le stress ne me laissa pas lui répondre comme je l'aurais souhaité. J'optais donc pour le silence. De toute manière je ne savais même pas par où commencé. Je ne savais même plus si je devais le tutoyer ou le vouvoyer de nouveau. « Je vous conseille en tout cas d’enfiler ça. » Perdu dans mes pensées, j'en avait oublié la robe de chambre qu'il avait passé sur mes épaules. Je passais mes bras dans les manches. Le tissu était si doux et je n'avais pas de mal à reconnaître la texture du satin. Je prenais une lente inspiration en espérant que l'odeur de lavande que dégageais la robe de chambre allait être assez pour me calmer. Je refermais lentement les pans et je venais refermer le tout en nouant une boucle sur ma hanche. Je me retournais pour regarder par la fenêtre. Je fermais les yeux et j'appréciais les rayons du soleil qui venait caresser mon visage. Je venais de me foutre dans une merde pas possible. Je me demandais si garder le silence était la meilleure décision. Je ne m'imaginais pas dire la vérité à Scylla. D'un autre côté, si quelqu'un m'avait vue et que cette erreur lui parvenait aux oreilles par une autre personne que moi... Je n'osais même pas imaginer sa fureur à mon égard. Un craquement à faire froid dans le dos me fit sursauter. Je me tendis nerveusement. J'étais bien heureuse d'être face à la fenêtre et j'espérais que la personne qui venait d'entrer ne serait pas en mesure de me reconnaître. « Hoki, prépare les affaires de mademoiselle, j’ai l'impression vue sa tête qu’elle désire partir rapidement. » J'étais soulagé lorsque je comprenais qu'il s'agissait d'un simple elfe de maison. Je réalisais que je n'avais pas dit un mot depuis que j'avais prononcé son nom. Ce mutisme ne devait pas me peindre sous une lumière rayonnante. Pourtant il avait bien raison, j'avais envie de partir le plus rapidement possible et je ne souhaitais pas m'éterniser dans sa chambre. L'elfe disparut et je me retournais pour laisser les rayons du soleil caresser mon dos et mes fesses. « Vous n’allez pas devoir attendre bien longtemps, Hoki est du genre rapide pour exécuter les tâches. » Je croisais le regard d'ezekiel. Il était allongé dans son lit et il ne tarda pas à replonger son regards dans son journal. Il ne pouvait pas être plus désintéressé et c'était assez comprenable. De toute manière l'intérêt qu'il me portait était bien le dernier de mes soucis à cet instant précis. C'est surtout le bien être de Scylla qui m'importait. Je m'avançais vers le lit et je réduisais la distance entre nous. Je venais m'assoir près de lui et je croisais mes longues jambes fine pour plus de confort. Il avait son journal à la hauteur des yeux. Je regardais rapidement le titre de première page. Le golden blood ne manquait pas une occasion pour mettre un membre de l'ordre en première page. Je trouvais ça franchement écœurant. Il n'y avait pas assez des rues de Londres qui étaient tapissé de leurs avis de recherche que nous devions nous farcir de la publicité de plus au petit matin. Heureusement, la plupart des sorciers accompagnait cette lecture matinale d'un café pour bien se réveiller. Comme j'avais envie d'avoir toute son attention, je ne me gênais pas pour venir le déranger dans sa routine du matin. Je glissais lentement mes doigts vers les reliures du haut et j'abaissais le journal vers les jambes d'Ezekiel. Je plongeais mon regards dans le sien et j'esquissais un sourire amusé. « Je suis encore ici et pendant que j'attends pourquoi ne pas parler de mon inconfort et de sa nature. » J'avais retrouvé mon aplomb habituel et mes habitudes de provocation subtile. Je n'aimais pas être ignoré. « Nous ne nous connaissons pas, bien que nous avons déjà été présenté. » Je prenais une courte pause. Il ne m'était plus possible de reculer.  « C'est vôtre soeur qui c'est chargé des présentations. » Mon regards s'attardait sur les lèvres du sorcier et j'ignorais pourquoi j'étais toujours aussi attiré par ses dernière. Je continuais d'un ton de voix toujours aussi doux. « J'étais sous le choc de découvrir votre prénom, parce que j'ai fait le lien direct avec Scylla. Nous étions amie à Poudlard et nous nous sommes retrouvé depuis peut. Je n'ai pas envie de voir mon amitié s'écrouler pour une histoire d'un soir. » Je prenais une courte pause. « J'imagine que vous comprenez. D'ailleurs, que dites vous si nous gardions cette histoire entre nous pour lui éviter du tort ? » J'espérais qu'il accepte ma proposition. J'avais cette envie urgente de protéger cette sorcière qui avait veillé sur moi pendant mes années d'études à Poudlard. Elle avait été si bonne, je n'avais pas envie de lui planter un couteau dans le dos.
Made by Neon Demon


Mistakes
You got me buzzin' like a street light and i've been trying to put it behind, but can't deny we got a real vibe. We're doing something i can't explain now. Putting pictures on my brain now, but really I should get some me time before i do something i can't rewind

Parchemin envoyé


Contenu sponsorisé
- -
 
 
[FB/ 18+] Can you taste how bittersweet this is ? - Jemiel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» leyna&madoxx; i'll taste the devil's tears, but i'll never give up you. (pm)
» Et quelqu'un dira que tu l'as mérité {Poste unique}
» LIVIA ▼ Bittersweet symphony
» With a taste of your lips I'm on a ride You're toxic I'm slipping under With a taste of a poison paradise I'm addicted to you - Ysaline
» Shut my eyes to the song that plays sometimes this has a hot, sweet taste ft candace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Godric's Hollow :: Habitations-
Sauter vers: