Partagez | 
My will stands still as the daunting art tries to make its start ☾ Raven, Crixus, Jemima ‒ Exp.

()
Parchemin envoyé Sam 15 Sep 2018 - 23:16


- I see everything, I am staff. -
Je suis : Neventer , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 93 hiboux. J’incarne : Tom Hardy , et l’avatar que je porte a été créé par : Neventer . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drewall, le loup, le Lupin ❆ Aleksei, l'antropophage, la Greyback. Je parle en : darkslategrey



Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : trafiquant de moldus, mais surtout bourreau. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : il n'y a rien. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
My will stands still as the daunting art tries to make its start
Raven Jemima Crixus Edwyn

 
« Into the night until the morning light. Ancient in your way your faded out escape you never say a word that anyone has heard. Your movie lips are blurred. Your cantilevered heart
could stop the oncoming plot and my will stands still as the daunting art tries to make its start »
True WidowA.K.A (True Widow, 2008)
« Qu'est-ce que vous faites ? » Il contrait son sortilège, mais peinait à éviter les autres. « Arrêtez ! » Puis il disparu dans l'obscurité. Edwyn Slughorn, baguette en main, gardait le visage droit, seuls ses yeux balayaient l'horizon. Les murs sombres du Ministère. Lui, était un parfait inconnu, mais il savait ce qu'il cherchait. Le Mangemort ne l'avait jamais vu. Il fouillait. Et il s'était fait prendre la main dans le sac. Comme à son habitude, l'hybride Amérindien et Écossais n'avait absolument pas déclaré sa présence, il avait directement attaqué. Malheureusement, sa victime avait aperçu son reflet dans les plaques d'une poignée de porte dont il cherchait à crocheter la serrure avec sa baguette magique. Il s'était réfugié derrière un mur, puis, dans un silence, il entendit ses talons claquer sur le sol. Edwyn n'était absolument pas d'humeur à jouer au chat et à la souris. Un nouveau silence s’immisça entre les deux sorciers. Le bourreau tourna le dos à son opposant et se dirigea vers la sortie, comme s'il déclarait forfait. Au bout du couloir, il tourna à gauche et disparu. L'autre sorcier, terrifié, sorti de sa cachette et rejoignit, soulagé, la même sortie que le Mangemort. Lorsqu'il fut arrivé à l'endroit exact où Edwyn avait tourné, celui-ci lui assenât un violent coup de poing au visage. La victime perdit connaissance.

Un sifflement. Un chant inconnu dans une langue étrangère. Rêvait-il ? Ses songes lui jouaient-ils des tours ? Pourtant, son imaginaire folâtrait parfaitement entre chaque rêve sous cet air à la fois lugubre et apaisant. Il ouvrit les yeux, une pression trop forte sur les poignets. Il était attaché, sur une table. Ses paupières se soulevèrent d'un coup, les mirettes écarquillées. Il tenta d'hurler. En vain. Un bruit de métal aiguisé, entre chaque mélodies marquait le rythme extrêmement lent du chant grave qui résonnait dans un coin sombre de la pièce. Edwyn Slughorn sorti de l'ombre. L'homme gémit en voyant la lame scintiller à la seule lueur de cet endroit. Sur une petite table, il reposa son arme et se saisit d'un petit objet qu'il jeta au visage de sa victime. Un petit badge cassé où il y avait d'écrit The Pendle Witches. Le mangemort dévisagea sa victime pendant de longues et lourdes secondes avant de reprendre son cure-dent de l'Arkansas. La chanson cessa. Le bourreau tira une chaise de l'ombre et s'y assis. Il posa lourdement ses pieds sur la table de la victime, si près des doigts de ce dernier qu'il failli les écraser avec la semelle de ses bottes. Le porte s'ouvrit alors brutalement sur Crixus Lovegood, et fit à nouveau sursauter l'inconnu. Slughorn attendit que le chargé des interrogatoires referme la porte derrière lui et laisse à nouveau le silence peser autour d'eux. « Le voilà, ton rôdeur. » prononça le mangemort de sa voix rauque, presque dans un murmure, avec son habituel accent Zuñis. Il laissait le plaisir à son collègue de s'occuper de leur espion.

(c) DΛNDELION


Inconnu parle en #660033
Edwyn parle en darkslategrey


   

   - I felt that I breathed an atmosphere of sorrow. -

Parchemin envoyé Dim 16 Sep 2018 - 12:23


- I see everything, I am staff. -
Je suis : Marine (Authenticity) , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 2031 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : @terpsykore . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Raven Je parle en : #ff4500

Scyllus

Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je convoite une certaine main. Champ Libre : test

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
En ligne

Les pas lourds résonnent dans les couloirs du Ministère. Il n'a aucun intérêt à être ici, et il ne le fait que par plaisir. Le Lovegood n'est pas convaincu que le Slughorn lui ait ramené quelque chose de vraiment intéressant. Il a l'impression de stagner depuis des mois, sur des situations idiots et des non-informations. Il n'apprend plus rien sur l'Ordre, ou sur les autres mouvements rebelles, et cela à tendance à l'agacer légèrement. Il pousse brusquement l'une des lourdes portes des salles d'interrogatoire, et fait glisser son regard su la scène qui l'attend. Crixus referme la porte du bout des doigts, et jette un regard au mangemort étendu sur sa chaise. « Le voilà, ton rôdeur. » Crixus s'approche, il glisse ses doigts en pianotant le long de la table.

Le mangemort regarde l'homme de haut, quelques instants, l'air de réfléchir. Quelle méthode employer ? Non, ce serait trop simple s'il se posait cette question. Il n'y réfléchit jamais,  à la manière de prendre les choses. Ce ne serait pas vraiment lui, de trop réfléchir. Bien qu'il ait énormément de capacités intellectuelles, il préfère les utiliser dans la manipulation. Mais là... C'est plutôt naturel pour lui, finalement, comme situation. Sans demander son reste, il abat son poing dans la mâchoire du rôdeur dans un craquement sourd. « Ça faisait longtemps », dit-il, montrant les dents. Crixus frotte quelques instants ses doigts endoloris par le coup. A vrai dire, quand il dit que ça fait longtemps, il compte les heures, plus que les jours. Il tire une chaise vers lui, la retourne et s'assoit proche de l'inconnu attaché à la table. « Il a pas l'air très vivace, tu lui as fait quoi ? », demande-t-il sarcastiquement. Crixus sort une petite lame de sa poche, et la caresse doucement. C'est l'une des choses les plus douces qu'il puisse toucher, caresser une lame, c'est tellement tendre. Il s'approche un peu plus de l'espion, penché par dessus sa chaise. Le mangemort peut sentir le souffle de l'homme. Il jubile devant le sang qui s'écoule de sa lèvre fendue, par gouttes. Il caresse sa joue du bout des doigts, et lui murmure : « Tu dois avoir des choses à m'apprendre.... N'est-ce pas ? » Un regard mauvais de l'espion, qui visiblement a décidé de ne pas ouvrir la bouche. Probablement pour s'empêcher de supplier. Dommage... Crixus aime les supplications, les gémissements, les prières. « Je n'aime pas le silence », dit-il, en plantant sauvagement la lame droit dans la main du prisonnier. Il lui arrache une plainte sourde ponctuée de quelques gémissements. Dommage qu'il ne soit pas de ce bord-là, il y a en a à qui ça plairait.



“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury

Spoiler:
 

Parchemin envoyé Dim 16 Sep 2018 - 21:41


- I see everything, I am staff. -
Je suis : -littlefoot- , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 01/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 742 hiboux. J’incarne : Karlie Kloss , et l’avatar que je porte a été créé par : omg so lame . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Dahlia Forest, Adeline Lovegood & Charlie Weasley Je parle en : #669999



Je suis âgé de : 28 bougies 14.11.1963 , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Langue de plomb J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Deux fiancé mort à mon actif, je porte malheur... enfin, c'est ce qu'on dit.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
My will stands still
as the daunting art
tries to make its start
Edwyn, Crixus & Raven
You must keep this secret even if it kills you.
Ministère de la magie - Date

C'était loin d'être la première fois qu'il s'introduisait dans le ministère de la magie. Enfin, c'est ce que j'en avais conclu. Cette fois, il avait mit la main sur des informations provenant du département des mystères. C'était la première fois que je travaillais sur un dossier avec ma cousine Raven et voilà que notre dossier c'était envolé. Je n'osais imaginer le châtiment qui allait nous être réservé si cela venait à se savoir. J'avais fermé tout les accès du département des mystères pour empêcher l'intru de s'échapper. Voilà près de 10 heures que nous étions à sa recherche. Je n'étais pas friande à l'idée de jouer au chat et à la souris. Par chance cet incident n'était pas arrivé une journée de semaine.

Je pouvais voir sur la carte du département qu'il y avait de l'action dans les salles d'interrogatoire de l'étage. J'attrapais la main de ma cousine et je la dirigeais vers les trois portes en acier. Elles possédaient toute une petite fenêtre et l'une d'elle avait été recouverte de son rideau. Je serrais ma baguette entre mes doigts. Je n'avais pas la moindre explication et j'espérais que nos supérieur n'avaient pas découvert l'espion avant nous. J'effaçais toute trace de nervosité ou de panique dans mon regard. J'ouvrais la porte d'un coup de baguette pour découvrir Crixus Lovegood, un sorcier que je ne connaissais pas et notre voleur de dossier. Je balayais la pièce du regard. Il ne semblait pas y avoir le moindre papier ici et je me doutais bien qu'il avait tout lu... voir même tout manger pour ne pas laisser de trace. Je baissais ma baguette. « Bonsoir monsieur Lovegood. » J'ignorais comment il avait entré dans le département, mais c'était le dernier de mes soucis. J'esquissais un sourire. « Vous avez quelque chose qui nous appartient. » Dis-je d'un ton qui se voulait amical. Je prenais la liberté de m'avancer et de venir caresser les cheveux de l'espion. Ce n'était pas la première fois que mon chemin croisait celui du grand Crixius Lovegood. Parce qu'il fallait être honnête, tout les membres de cette famille avait une réputation qu'il était difficile d'ignorer. « J'ai besoin d'un morceau de sa mémoire. » Je laissais mes yeux s'attarder à la lame que le Lovegood lui avait probablement planter dans la main. Je relevais ensuite mon regard de nouveau vers le Lovegood, ignorant complètement le second sorcier dans la pièce. « Je ne vois pas d'objection à se que vous vous amusiez d'abord avec lui. » Je n'avais pas envie de perdre mon temps avec un sujet qui allait me résister. L'extraction serait plus rapide si il était mort. Je reportais mon regard vers ma cousine. Je me doutais que le Lovegood n'allait pas apprécier notre présence et mes demandes. Ici, il n'était pas sur son territoire et j'espérais qu'il aurait l'intelligence de ne pas lever sa baguette dans ma direction. Une bataille ne me gênait pas le moins du monde. J'étais prête à tout pour récupérer se secret qui nous avait échappé. Se secret que nous devions garder précieusement de notre vie.
Made by Neon Demon


Mistakes
You got me buzzin' like a street light and i've been trying to put it behind, but can't deny we got a real vibe. We're doing something i can't explain now. Putting pictures on my brain now, but really I should get some me time before i do something i can't rewind

Parchemin envoyé Lun 17 Sep 2018 - 10:04


- I see everything, I am staff. -
Je suis : Marine , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/04/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 74 hiboux. J’incarne : Margot Robbie , et l’avatar que je porte a été créé par : @sparkle . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Crixus&Violet Je parle en : #cc0033

Raven/Margot Robbie

Je suis âgé de : 30 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : langue-de-plomb J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque.
avatar
 
Les papiers. Il a volé les papiers putain. Elle jubile. En une fraction de secondes, elle a agité sa baguette et envoyé un oiseau en papier à Jemima, pour l'avertir que leur dossier a disparu. Elle n'a aucune idée d'où il est passé, mais dans ces salles, les choses ne disparaissent pas sans une raison. Raven n'avait aucune idée de comment l'intrus était entré dans le département des mystères, et elle suspectait un complice, ce qui était probablement le cas. En tant que responsable de sa salle, elle aurait du remarquer ces choses-là. Elle n'imaginait même pas les conséquences auxquelles elles étaient exposées si jamais le dossier n'était pas retrouvé, ou divulgué. Dès qu'elle avait envoyé sa lettre à l'autre Yaxley, celle-ci avait verrouillé toutes les portes du département des mystères. Personne ne pouvait plus en entrer ou en sortir.

Jemima lui tire la main, et Raven reste sans aucune réaction. Elle la traîne à travers des couloirs et des couloirs, arrivant devant les lourdes portes en métal. Bizarrement, tout est calme, mais tout semble comme si c'était sans dessus-dessous. Elle espère simplement que ce n'est pas n'importe qui, qui a trouvé l'intrus. Raven avait sa baguette en main, comme toujours. Elle espérait ne pas devoir s'en servir aussitôt, bien qu'elle avait quelques sortilèges de torture mentale sous le coude qu'elle pouvait utiliser tellement facilement que cela en devenait presque effrayant. Elle avait une tendance à vouloir faire ressentir du mal, autant qu'elle souffrait elle. Comme si... Ses émotions n'étaient apaisées que lorsque celles des autres étaient embrasées. Jemima pousse la porte d'un coup de baguette, et Raven lâche sa main, retrouvant sa liberté de mouvement, sans un mot. Elle ne voit rien de ce qui se passe dans cette pièce. Elle ne voit rien à part lui. Peu lui importe ce qu'autour il se passe, elle ne le voit que l'homme qu'elle sait qui a volé. Ses traits, elle les as vus, peu importe s'ils étaient parfaitement dissimulés, elle les connait. Aucun visage ne lui échappe. Aucune personne qu'elle n'a trahie, blessée ou regardé ne lui échappe. La mémoire des noms n'est pas aussi simple, mais elle n'oublie jamais des traits. Ceux de cet homme, elle les voit traîner autour d'elle depuis des jours. Et avant, elle ne s'était pas posé de questions.

Elle s'approche, tranquillement, d'un geste lent. Elle suit Jemima sans réellement en avoir conscience, sans même saluer les deux hommes de la pièce. Peu importe, les mangemorts. Depuis quelques années, elle en compte par centaines tous les jours, de plus en plus. Difficile, quand on a appartenu aux deux côtés de la barrière, de trouver sa place dans un endroit comme celui-ci. Pourtant, il n'y a pas ailleurs où elle se sent chez elle. Elle s'approche de l'homme, et pose quelques secondes ses yeux sur la main de Jemima qui lui caresse les cheveux. Au fond, elles sont pareilles parfois. Des roses, avec des épines. On pense pouvoir toucher, mais toujours on se pique. Alors, sans un bruit, sans un geste, elle pense, comme une mélodie : Legilimens. Son regard accroche celui de l'homme, qui ne peux plus s'en échapper. Elle a posé une main sous son menton, pour le forcer à la regarder. Elle a l'impression d'ouvrir un livre d'images, mais de ne s'intéresser à aucune. Elle ressent des émotions : de la peur, de la colère, de l'irritation, de la douleur. Pas un instant elle n'a posé ses yeux sur sa main clouée par la lame, et pourtant elle voit la douleur qui traverse l'homme. Puis à un instant, elle trouve l'image qu'elle cherchait. Elle saisit un moment de vie. L'homme panique, ses yeux cherchent furtivement une présence de tous les côtés, mais il a saisit l'objet qu'il convoitait. Le précieux dossier. Pourtant, elle sent une résistance, une barrière. Elle cligne des yeux, quelques instants, cherchant à passer au delà de ces frontières, en vain. Son regard décroche de celui de l'homme, brisant une union furtive et forcée. « Il l'a vu », lâche-t-elle, sans aucune émotion.
Parchemin envoyé Dim 23 Sep 2018 - 15:11


- I see everything, I am staff. -
Je suis : Neventer , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 93 hiboux. J’incarne : Tom Hardy , et l’avatar que je porte a été créé par : Neventer . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drewall, le loup, le Lupin ❆ Aleksei, l'antropophage, la Greyback. Je parle en : darkslategrey



Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : trafiquant de moldus, mais surtout bourreau. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : il n'y a rien. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
My will stands still as the daunting art tries to make its start
Raven Jemima Crixus Edwyn

 
« Into the night until the morning light. Ancient in your way your faded out escape you never say a word that anyone has heard. Your movie lips are blurred. Your cantilevered heart
could stop the oncoming plot and my will stands still as the daunting art tries to make its start »
True WidowA.K.A (True Widow, 2008)
Crixus Lovegood avait cette étrange prestance. Edwyn le suivit des yeux jusqu'à ce qu'il s'arrête à hauteur de la table. Son aura était telle que certains mangemorts pourraient pâlir s'ils la voyaient. Bien entendu, le Slughorn n'avait aucunement la faculté de la distinguer, mais il la ressentait et lorsqu'il tourna le regard vers leur cible, il comprit qu'il n'était pas le seul à flairer le mal. De sa position, l'hybride Amérindien n'éprouvait aucune crainte. L'odeur de la peur était enivrante. « Il a pas l'air très vivace, tu lui as fait quoi ? » Edwyn n'avait pas réagi directement, il s'était contenté de garder ses yeux figés sur sa proie et d'apprécier le silence retombé pour répondre « Rien du tout. » lâcha-t-il de sa voix profonde.
L'animagus avait laissé ses pieds sur le billard et se délecta de chacune des expressions faciales du voleur « Tu dois avoir des choses à m'apprendre.... N'est-ce pas ? » Le rôdeur fit non de la tête auquel Edwyn répondit par un soupire. Il fut tourner le manche de son couteau Bowie entre ses doigts. Le mangemort commençait à se demander s'ils apprendraient quelque chose, leur victime était transie par la peur, il ne tarderait pas à en salir ses sous-vêtements. « Je n'aime pas le silence. » Le Slughorn l'avait bien compris et leva les yeux vers le chargé des interrogatoires. C'était son rôle de briser le silence, de briser ses suspects et de les briser tout court, mais l'évocation de sa haine du silence rendit le maudit bouc sceptique quant aux méthodes de son complice. Le hurlement de douleur que la victime poussa lorsque la lame transperça sa main ne fit pas réagir le bourreau. Il observa la scène, curieux d'immortaliser l'expression des proies dans ma mémoire.
Le spectacle fut interrompu par deux têtes blondes. Deux femmes que le Slughorn avait déjà aperçu dans les couloirs, au milieu d'autres mangemorts, quelque part. Cette interférence réveilla la rage de la bête. Quant à l'espion, le calme était quasiment revenu sur son visage mais la douleur se lisait encore dans ses yeux. La première femme au regard de félin s'approcha après avoir salué Lovegood et lui avoir annoncé que l'inconnu était sa propriété. « J'ai besoin d'un morceau de sa mémoire. » puis elle approuva le travail entamé par les deux mangemorts. Edwyn contenait sa colère, impassible. L'interruption des deux femmes le mettait hors de lui. Leurs gestes doux et délicats camouflant leurs pauvres techniques d'intimidation lui donnaient la nausée. D'un geste brusque, l'animagus se leva, un bruit strident résonna dans la pièce lorsque les pieds de la chaise en métal grincèrent sur le sol carrelé. Il s'empara d'une fiole disposée contre les autres instruments sur la petite table, il aurait de toute façon récupéré les souvenirs de l'inconnu avant la fin de l'interrogatoire. Il lança avec force le flacon vide à la première perturbatrice blonde, un geste violent pour lui dire de se servir, pendant que sa complice relevait le menton de la victime afin de fouiller dans on esprit. « Il l'a vu. » finit-elle par leur révéler. Edwyn empoigna son couteau et d'un nouveau geste brusque, entailla profondément la joue de sa victime.
On n'entendait plus que des cris et des pleurs, deux plaintes terrifiantes qui renforçaient le sentiment de profond dégoût du Slughorn. Il ne supportait pas les larmes, les pleurs, les respirations saccadées, incontrôlées, gérées par la douleur elle-même, possessive, manipulatrice, inutile, génératrice d'obstacles. Le mangemort répondait à la douleur par la douleur. Alors que l'inconnu souffrait, les yeux écarquillés, l'animagus avait planté son regard dans le sien et lorsqu'il voulu détourner les yeux, le bourreau le saisi à la mâchoire, trempant sans hésiter ses doigts dans la blessure qu'il venait d'ouvrir pour forcer son interlocuteur à se souvenir de ses yeux clair, envahis par la haine. « Dis-nous la vérité ou je te lâche sans tes vêtements dans Cairngorms. Je te traquerai jour et nuit jusqu'à ce que tu meurs d'épuisement. » Le ton de sa voix n'avait pas changé et son accent ne semblait pas avoir fait obstacle à la compréhension de sa victime qui avait brutalement cessé de se plaindre. Cependant, son pantalon avait subit les conséquences de ses craintes, comme le sorcier l'avait prédit dans ses pensées quelques minutes auparavant.

(c) DΛNDELION


Inconnu parle en 660033
Edwyn parle en darkslategrey
Crixus parle en ff4500
Jemima parle en 669999
Raven parle en cc0033


   

   - I felt that I breathed an atmosphere of sorrow. -

Parchemin envoyé Dim 14 Oct 2018 - 21:53


- I see everything, I am staff. -
Je suis : Marine (Authenticity) , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 2031 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : @terpsykore . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Raven Je parle en : #ff4500

Scyllus

Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je convoite une certaine main. Champ Libre : test

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
En ligne

Le porte s'ouvre sans cérémonie, et Crixus grimace quand deux blondes passent celles-ci. Voilà que d'autres tentaient de se mêler de leurs affaires. « Bonsoir monsieur Lovegood. » Il hoche la tête et réponds d'un sourire crispé :  « Mesdemoiselles... Yaxley. ». Deux à marier, mais rien qui ne l'intéresse. Crixus n'a pas vraiment d'attirance pour les blondes, bien que dans la nuit il n'y fait pas attention. A vrai dire, il a bien d'autres choses à penser en tête, mais ses yeux s'attardent sur les courbes des femmes. Elles interrompent le début de leur petit jeu sadique et il ne peut s'empêcher de grimacer. « Vous avez quelque chose qui nous appartient. » Crixus serre les dents. Il déteste qu'on lui pique ce qui lui appartient à lui. Il se demande ce qu'il peut avoir à faire avec elles. Même s'il rodait dans les parages, le Département des Mystères est inaccessible, et il n'aurait rien eu à faire là-bas. Et puis... Crixus est assez sceptique quand à ce qu'il se trame là-bas. Pour lui ce ne sont que des sornettes. Les études ne donneront pas de solutions actives pour détruire les rebelles. C'est une extermination qu'il faut : pure et simple. « J'ai besoin d'un morceau de sa mémoire. » Mais bien sûr. Lui aussi, il en voudrait. Mais il ne s'est jamais penché sur des magies comme la légilimencie, trouvant que la torture donnait de bien meilleurs résultats. « Bien sûr, vous pourrez jouer à la biologiste quand j'aurais sorti son cerveau de son crâne », annonce-t-il en montrant les dents, ironiquement. Si elle croit pouvoir lui piquer. Il n'a pas vraiment pour habitude de travailler en groupe, assez égoïste pour le coup. Crixus ne sait pas vraiment gérer lorsqu'il y a trop de monde. Il ne tombe pas dans l'angoisse, mais il s'énerve plus facilement. Il a besoin de sa tranquillité, qu'on lui laisse faire les choses comme il l'entend. Pas comme la Lestrange qui a une fâcheuse tendance à jouer les idiotes en pensait pouvoir choisir pour lui comment il doit mener son travail. S'il avait fallu qu'il fasse brûler l’Australie pour lui montrer qu'il n'avait pas besoin d'elle, il l'aurait fait. « Je ne vois pas d'objection à se que vous vous amusiez d'abord avec lui. » Il ne dirait pas non, et pourtant, il est intrigué par la manière dont la jeune femme comptait lui extraire les souvenirs. L'autre, quant à elle, a les yeux fixés dans ceux du rôdeur, comme si elle était complètement absorbé par lui. Il n'a pas le temps de faire de commentaire, que celle-ci lâche, sans aucune émotion dans la voix : « Il l'a vu ».  Si finalement, c'est la mémoire de la blonde qu'il doit aller chercher les informations, il le fera. Edwyn, à côté de lui, semble préféré rappeler sa présence, et il entaille profondément la joue de la victime. Crixus sourit d'un air satisfait. « Dis-nous la vérité ou je te lâche sans tes vêtements dans Cairngorms. Je te traquerai jour et nuit jusqu'à ce que tu meurs d'épuisement. » Le Slughorn ne semble pas avoir besoin des femmes pour obtenir les informations qu'il veut, et Crixus se dit finalement qu'il pourra assister à un petit spectacle de combat des biens. Il se demande qui entre l'insensible, la bavarde ou la légilimens gagnerait. Peut-être que certains cachent bien leur jeu.

Le mangemort se lasse déjà de ce petit jeu. « Assez », lance-t-il. Il se relève et d'un coup de baguette referme très grossièrement la joue de l'inconnu. « Comprends bien que je ne te laisserais pas quitter cette pièce. Ou alors, tu m'auras laissé tes jambes ou ta cervelle. » Il montre les dents, sarcastique. Peu lui importe, à lui, qu'il sorte les pieds ou la tête en avant. Il ne laissera pas le Slughorn le faire courir nu dans le bois, ce n'est pas vraiment dans ses intérêts. Il lève sa baguette et murmure : « sanguinolus »1. ll le maintient une fraction de seconde, suffisamment pour mettre à bout de souffle la victime et lui faire perdre la tête. Peut-être que son mental brisera un peu plus facilement, s'il est assez désorienté.


“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury

Spoiler:
 

Parchemin envoyé Mar 30 Oct 2018 - 7:39


- I see everything, I am staff. -
Je suis : -littlefoot- , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 01/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 742 hiboux. J’incarne : Karlie Kloss , et l’avatar que je porte a été créé par : omg so lame . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Dahlia Forest, Adeline Lovegood & Charlie Weasley Je parle en : #669999



Je suis âgé de : 28 bougies 14.11.1963 , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Langue de plomb J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Deux fiancé mort à mon actif, je porte malheur... enfin, c'est ce qu'on dit.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
My will stands still
as the daunting art
tries to make its start
Edwyn, Crixus & Raven
You must keep this secret even if it kills you.
Ministère de la magie - Date

Le sorcier que je n'avais pas prit la peine de saluer se leva dans un bruit des plus désagréable. Je ne l'avais pas quitté des yeux, d'une part parce que je ne le connaissais pas, mais également parce qu'il ne m'inspirait pas confiance. Il lança un flacon vide qui vint s'écraser à mes pieds. Je comprenais qu'il avait eu l'intention de récupérer les souvenirs du voleur avant de le laisser mourir. Je trouvais la manière de faire du sorcier très rudimentaire, mais je me gardais de passer le moindre commentaire. Je me contentais de retrousser légèrement le nez pendant que raven se penchait sur le sorcier qui avait passé à un poil de nous faire perdre nos emploie. « Il l'a vu » J'étais soulagé. Maintenant, je savais qu'il était possible de retranscrire notre dossier à partir de son bout de mémoire. La pression qui m'avait si longuement écrasé les épaules venait de disparaitre. Le traitre se fit entailler la joue et j'esquissais un sourire. Je n'avais pas envie de quitter la pièce. Non. J'avais envie de le voir souffrir. Cette fois le sorcier de peu de mot m'impressionna. Après avoir attraper le moins que rien, il introduisit ses doigts dans sa blessure. Je regardais attentivement se qui se passais. Je ne m'occupais jamais de ce genre de chose. J'avais le cul bien au chaud dans mon bureau. Je travaillais sur des dossiers et il m'arrivait de faire partie de mission mangemort, mais jamais de torturer. Je n'étais pas dégouté. « Dis-nous la vérité ou je te lâche sans tes vêtements dans Cairngorms. Je te traquerai jour et nuit jusqu'à ce que tu meurs d'épuisement. » L'accent du sorcier me surprit. « Assez » D'un coup de baguette le Lovegood referme la joue du traitre. J'aurais presque affiché un air triste, si je ne me doutais pas qu'il avait quelque chose de bien mieux en tête. Il avait une réputation qui le précédait. J'osais croire que je n'allais pas être déçue. « Comprends bien que je ne te laisserais pas quitter cette pièce. Ou alors, tu m'auras laissé tes jambes ou ta cervelle. » Enfin ! Quelqu'un lui parlait avec honnêteté. Le pauvre allait bien sortir de cette pièce, mais seulement en pièce détachée. J'entends à peine ce que Crixus chuchote en direction du traitre. Le sort quitta sa baguette et toucha le sorcier de plein fouet. Tout se passa rapidement. Sa peau devint mauve et un filet de fumée semblait s'en échapper. Des boutons commencèrent à se former et se fut le festival de l'explosion. Tout ce qu'on pouvait entendre dans la pièce c'était les pop des boutons qui explosaient et un long cri de douleur. J'avais un intérêt malsain pour ce qui était en train de se produire. Crixus abaissa sa baguette. Il avait tenu le sort qu'une fraction de seconde, mais cela avait été assez pour le faire trembler. Son corps était probablement en état de choc. Je restais silencieuse. Je n'avais pas l'intention d'intervenir. J'avais dit qu'ils pouvaient s'amuser avec lui et je le pensais. J'allais obtenir ce que je voulais à la fin de la journée et c'est tout ce qui m'importait. J'accrochais mon regard cette fois sur le sorcier à l'accent fort intéressant. Lorsque son regards croisait le mien je lui faisais signe de s'approcher. « J'aimerais vous pauser quelques question. » Je glissais la main dans mon sac et je lui tendais une bourse bien lourde de gallion d'or. « Avant tout, ceci est pour votre honnêteté et votre silence. » Je ne voulais pas que cette affaire s'ébruite, mais je voulais également tout connaître de la capture du sorcier à l'identité inconnu.
Made by Neon Demon


Mistakes
You got me buzzin' like a street light and i've been trying to put it behind, but can't deny we got a real vibe. We're doing something i can't explain now. Putting pictures on my brain now, but really I should get some me time before i do something i can't rewind

Parchemin envoyé Mar 30 Oct 2018 - 8:08


- I see everything, I am staff. -
Je suis : Marine , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/04/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 74 hiboux. J’incarne : Margot Robbie , et l’avatar que je porte a été créé par : @sparkle . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Crixus&Violet Je parle en : #cc0033

Raven/Margot Robbie

Je suis âgé de : 30 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : langue-de-plomb J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque.
avatar
 

Elle écoute, mais elle se désintéresse progressivement de ce qui se passe. Elle sait qu'elle ne sortir pas facilement de sa tête les informations, mais peut-être plus tard, quand les hommes auront fini de jouer. « Dis-nous la vérité ou je te lâche sans tes vêtements dans Cairngorms. Je te traquerai jour et nuit jusqu'à ce que tu meurs d'épuisement. » Elle sourit, et ses doigts frôlent le mur froid derrière-elle. Elle préfère leur laisser de la place, se reculer et regarder les mangemorts faire leurs œuvres. Elle a toujours été fascinée plus ou moins par leurs méthodes. Elle s'étonne, souvent, parce qu'elle n'aurait procédé avec des manières aussi brusques que les leurs. Elle ne verse jamais une seule goutte de sang, elle ne se permet que de créer de la douleur, sans jamais ne leur donner aucune douleur physique réelle. Elle ne détourne pas les yeux, au geste de l'homme, mais elle trouve plutôt brusque sa façon de traiter l'homme. « Assez » Elle observe le visage du Lovegood, légèrement surprise de son intervention. Elle s'attendait plutôt à le voir en rajouter une couche, en fait. « Comprends bien que je ne te laisserais pas quitter cette pièce. Ou alors, tu m'auras laissé tes jambes ou ta cervelle. » Si elle pouvait, ce serait plutôt elle qui récupérerait la cervelle. Après tout, cette histoire était directement liée à son département et à là où elle travaillait. Les mangemorts s'n mêlaient, certes, mais elle n'était pas spécialement encline à les laisser partir avec les informations, peu importe finalement son appartenance à elle aux mangemorts. Elle pensait vouloir l'empêcher de divulguer les dossiers plus qu'eux. Jemima et elle avait tellement travailler dessus, qu'elle ne voudrait pas avoir à expliquer à la hiérarchie qu'il avait été volé sans le moindre effort par un sorcier aussi faible. Elle ne comprenais même pas comment il avait pu entrer avec autant de facilité dans le département des mystères, et comment il avait pu trouver et accéder au dossier. Elle soupçonnait quelqu'un de l'avoir aidé, quelque part, de l'intérieur. Mais si c'était le cas, elle ne comprenait pas pourquoi cette personne n'avait pas volé d'elle-même le dossier. « J'aimerais vous poser quelques question. » Jemima, quelle douceur. Peut-être ajouter quelques guirlandes colorées et des bonbons acidulés, aussi ? Elle lève les yeux au ciel, du coin de la salle où elle s'est nichée. « Avant tout, ceci est pour votre honnêteté et votre silence. » Elle voit la Yaxley tendre  une bourse pleine de galions à l'homme qu'elle ne connaît pas. Elle demande, sans se donner la peine de se s'avancer, à l'homme. « Où l'avez-vous attrapé ? » Elle fait mine de repasser les images, dans sa tête. Elle n'a pas réussi à discerner là où il avait vu le dossier. Ni en dehors, ni en dedans du département des mystères. Elle ne voit rien.
Parchemin envoyé


Contenu sponsorisé
- -
 
 
My will stands still as the daunting art tries to make its start ☾ Raven, Crixus, Jemima ‒ Exp.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vietnamese answer daunting call in Haiti
» the new year stands before us ✎ pyobeom members.
» Dead Or Alive 5 Last Round
» TC N°3 ❉ ALL OF THE SUDDEN EVERYTHING STANDS STILL
» When you tought you lost everything, family stands by your side | Ft. Syrielle, Lux, Freya & Caleb

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le Ministère de la Magie-
Sauter vers: