indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
you fool† (eliörn)

()
Parchemin envoyé Sam 25 Aoû 2018 - 16:48

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Devine. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/11/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 90 hiboux. J’incarne : Luke Mitchell , et l’avatar que je porte a été créé par : TF (avatar) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le phénix rebelle qui se fait péter la tronche, Caïn le chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone aux allures de globe trotter. Je parle en : #999966



Je suis âgé de : Trente et un ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Exécuteur et contrôleur des impôts pour le compte de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Célibataire et sûrement trop connard pour mériter d'être dans le coeur de quelqu'un. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Elijah & Björn

you fool


22 août 1992
Le hibou frappe à sa fenêtre, une nouvelle fois, alors qu’il a le nez fourré dans les registres de son paternel. Il profite de l’une de ses absences pour le faire car il est au calme et il n’y a personne au domicile des Greyback pour se fourrer dans ses pattes. Le parchemin se froisse entre ses doigts et il soupire, le loup, se demandant ce que l’autre truffe d’hyppogriffe peut bien encore lui raconter comme âneries. En deux jours de temps, Björn n’est pas redescendu de sa bouderie. Bien sûr, l’encre rouge utilisée aurait pu être du sang, il s’en serait même léché les doigts s’il avait pu, mais non. Ce n’était rien de plus que de l’eau coloré et un peu trop rouge, mais il n’a pas résisté à l’envie de laisser planer le doute. Les yeux bleus se posent délicatement sur les lignes, lettre qu’il lit en un temps record et qui le fait littéralement fulminer. « Par tous les dragons j’vais me le faire ! ». D’un bond, Björn se lève comme s’il avait le feu aux fesses et transplane sans demander son reste sur le pas de la porte de l’immeuble de son meilleur ami. Quatre à quatre, il gravit les marches, furibond et bien décidé à ne pas se faire prier après autant de mois à échanger des hiboux interposés. Grondant dans le fond de sa gorge, il parvient jusqu’à la porte d’Elijah et presse la poignée si fort qu’il ne sent pas sa force de lycanthrope prendre le dessus. Le verrou saute hors de ses gonds, tout comme la poignée qui lui reste dans la main et il pénètre à l’intérieur, trouvant son cher ami en position confortable. Ni de une ni de deux, il le chope par le col et vient le plaquer contre le mur le plus proche, sourcils froncés et l’air mauvais. « TU SAIS CE QU’ELLE TE DIT MA SOLITUDE MALSAINE ?! ». Avec violence, son poing vient s’abattre dans le mur juste à côté du visage d’Elijah. « TU CROIS SINCEREMENT QUE CA M’AMUSE ? ET DEPUIS QUAND MONSIEUR ELIJJAH POTTER BAISSE LE NEZ DEVANT LA DIFFICULTE ?! ». Il grogne le loup, s’insurge même face à ce comportement. Ils ont pourtant toujours plus ou moins fonctionné ainsi, mais Björn n’est pas dans ses bons jours parce que malgré tout ce qu’il peut bien dire, la présence d’Elijah lui a horriblement manqué. Et c’est ce qu’il a tenté de lui dire il y a huit mois, sans réussir, sans être certains qu’il s’agisse d’une bonne idée… Sans savoir comment faire.

« TU ME VOIS RAVI DE SAVOIR QUE TU T’ES BIEN AMUSE AVEC TOUTES CES PAUVRES GOURDES ! ». Des deux, ce n’était peut-être pas Elijah qu’il jalousait, car sous ces paroles se cachent bel et bien une certaine forme de jalousie subliminale que le juge verrait peut-être et saurait interpréter. Simplement pas de la bonne manière cela dit… En huit mois, bon nombre de choses se sont passés, les retrouvailles avec son aînée, la dispute avec Vega et les quelques aléas du travail, sans parler de son plan machiavélique pour détrôner Hector, son père, qu’il continue de craindre au fond de lui-même, quoi qu’il en dise. « Donne-moi une seule bonne raison de ne pas te bouffer pour ton insolence right now. » qu’il ajoute entre ses dents serrées dont les canines s’allongent sans qu’il ne puisse l’en empêcher, le regard noir. Il ne sait pas ce qu’il l’énerve le plus, qu’Elijah ait suggéré l’arrêt de leur amitié, qu’il jette l’éponge ou qu’il ne sache pas voir ce qu’il essayait tant de lui dire ? Prunelles rivées dans celles du blond, il le tient toujours sévèrement par le col de sa chemise probablement hors de prix et il ne lui laisse que peu d’espace pour se libérer de la prise. Björn ne sait pas quelles réelles réponses il attend, paumé qu’il est, mais l’arrogance crasse de son meilleur ami est mal digérée pour une fois. Après ses dernières paroles, le lycanthrope se mure dans le silence, détaillant les traits du visage d’Elijah pour mieux sonder chacune de ses réactions. Il ne compte pas en rater une seule miette, et la colère est telle qu’elle palpite à la veine de son cou au gré du rythme cardiaque qui s’emballe. Malgré tout ce qu’il peut bien penser en cet instant fugace, le blond a l’air d’être suffisamment en forme, Björn lui, a les traits un peu plus fatigués, synonyme d’un certains manque de sommeil ces derniers jours. A moins que cela ne cache autre chose en réalité… Comme tout ce que le loup voudrait dire mais s’empêche de prononcer.



AVENGEDINCHAINS



OUT FOR BLOOD.
I FOUND PEACE IN VIOLENCE † I'm a poison and you know that is the truth. All your friends think I'm vicious, and they say I'm suspicious.  I'm holding you down, I'm killing you slow. So slow.

Parchemin envoyé Lun 27 Aoû 2018 - 1:00

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 26/11/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 66 hiboux. J’incarne : Garrett Hedlund , et l’avatar que je porte a été créé par : songbird . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemis V. Grimstone Je parle en : #adef



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : Célibataire endurci Champ Libre : Occlumens

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
You Fool
EXORDIUM.


22 août 1992

Elijah chiffonna le papier et le jeta dans la cheminée en marmonnant quelques paroles incompréhensibles. Il était contrarié. Ne prenant pas la peine de regarder noircir le papier dans les flammes, il soupira et se servit un verre de Whisky Pur Feu. Il avait retrouvé la bouteille dans l’un de ses placards. Portant le verre à ses lèvres, il huma l’odeur du breuvage. Il ne semblait pas rassis. Buvant une gorgée, il laissa le liquide lui brûler la gorge. « Ah » poussa-t-il en s’asseyant dans son fauteuil. La pile de dossiers sur son bureau trahissait les heures supplémentaires qu’il passait depuis quelques mois. Il aurait bien eu besoin de son meilleur ami pour parler de tout et de rien, surtout de rien. Pouvoir rire ensemble mais ce dernier semblait si mal luné depuis novembre dernier… Etait-il si vexé qu’il n’ait pas à payer les prostitués avec qui il couchait ? Certes, il n’avait pas menti. Il n’y pouvait rien s’il n’était pas en reste sur les plaisirs de la vie…

Un nouveau soupir quitta ses lèvres alors qu’il reprenait le dossier rouge. C’était celui qui concernait sa sœur. Il avait beau tourner et retourner les éléments, il ne trouvait rien qui lui permettait de prouver que les Black avaient effectivement une implication dans son décès. Lui était persuadée que celle-ci avait été tuée par son époux. Oh elle n’était pas un ange, lui-même ne la portait pas dans son cœur. Mais un meurtrier en liberté était une honte de la Justice et il ne supportait pas d’être face au mur. Relisant ces mots, encore et encore, il sursauta quand sa porte d’entrée s’ouvrit sur une silhouette furibonde qui s’approcha de lui. Il eut le temps de reconnaître Björn, son meilleur ami. Ce dernier l’attrapa par le col et le plaqua contre un mur sans ménagement. « Aow », fit-il en grimaçant en sentant la paroi en béton lui frapper le dos. Il lui hurlait dessus. Il répétait ses mots et alla même jusqu’à enfoncer son poing très près de son visage. Pris par surprise, Elijah restait coi. Wow wow wow ! Il avait agrippé par reflexe le bras de Björn pour l’empêcher de l’étrangler alors qu’il évoquait son manque de ténacité. Oh… S’il pouvait en placer une, Potter se ferait une joie de lui expliquer qu’il venait de répondre à sa question. Lassé de se voir sans cesse rejeté, le scorpion avait fini par battre en retraite. Du moins en apparence. Il fallait savoir perdre quelques batailles pour perdre la guerre. Björn, qu’il n’avait pas vu depuis des mois, était là à présent. Il aurait préféré que ce soit pour partager un verre et quelques mots mais… L’autre préférait lui hurler dessus encore et encore. Pourquoi lui parlait-il encore de ça ? Il était vraiment si jaloux de ses talents d’amant ? Il ne savait vraiment pas comment interpréter les faits. Surtout qu’il était plus ou moins occupé à survivre, conscient qu’il avait peut-être poussé les limites un peu trop loin. « Donne-moi une seule bonne raison de ne pas te bouffer pour ton insolence right now. » Oh il les voyait bien ces canines qui s’allongeaient inexorablement. Il ne pouvait le laisser faire ! Inspirant pour reprendre contenance, il fixa ses yeux dans les siens et prit une voix calme, masquant sa peur : « Tu en veux une ? Si jamais tu t’avisais de me mordre, je m’assurerai que tu passes les jours qu’il te reste à Azkaban. » Il ne bluffait pas. Ce serait impardonnable, ce serait trahir la confiance qu’il avait toujours eu en lui. Björn le savait, le sujet avait déjà été évoqué. Certes, la plupart du temps, ils plaisantaient. Mais pas cette fois.

Il relâcha le bras de Björn et leva les mains. « Tu sais, il y a les beuglantes qui existent pour hurler sur les gens… » commença-t-il avant qu’un léger sourire en coin se dessine sur ses lèvres. « Mais j’avoue apprécier l’organe original ». Il jouait gros. Mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Et il devait parvenir à détourner l’attention du loup-garou qui pouvait perdre sa maîtrise. « Et la troisième raison que je peux te donner qui est liée à ta si belle voix rauque, c’est que… Tu boudes depuis des mois alors j’ai du en venir à des mesures désespérées… Au moins tu es là maintenant. » Cette fois, son sourire devint narquois. Quelques secondes. Il jouait et le montrait. L’éclat de malice dans ses yeux, le ton un peu moqueur de sa voix… Une vraie tête à claque, mais une tête à claque qui venait de remporter la guerre. « Tu vois, louveteau, le scorpion ne s’est pas avoué vaincu comme tu l’as cru. Alors, c’est quoi ton problème ? Parce que tu tires vraiment une sale tête… »

Il cherchait vraiment à comprendre. Il sentait bien que Björn lui cachait quelque chose. Il voulait ardamment creuser le sujet mais tant que Björn serait dans cette méchante humeur, il n’en tirerait rien. La provocation, il jouait avec. « Oh et si tu pouvais juste me relâcher avant que tes griffes n’abîment ma chemise…Elle a coûté assez cher… ». Il ne le quittait pas des yeux, cherchant des réponses. « Björn, s’il te plaît… Je ne suis pas devin, je ne lis pas dans l’esprit des gens alors dis-moi simplement ce qu’il se passe ! Tu as vraiment l’air trop tendu et je suis sûr que je peux t’aider. » Oui. Il le pouvait. Il en était certain. Peut-être pas de la manière qu’il attendait cependant…
Parchemin envoyé Dim 2 Sep 2018 - 14:31

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Devine. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/11/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 90 hiboux. J’incarne : Luke Mitchell , et l’avatar que je porte a été créé par : TF (avatar) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le phénix rebelle qui se fait péter la tronche, Caïn le chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone aux allures de globe trotter. Je parle en : #999966



Je suis âgé de : Trente et un ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Exécuteur et contrôleur des impôts pour le compte de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Célibataire et sûrement trop connard pour mériter d'être dans le coeur de quelqu'un. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Elijah & Björn

you fool


22 août 1992
Les doigts serrent le col d’Elijah avec force, refusant de le lâcher ou de l’empêcher de connaître autre chose que la surface plane de son mur pendant qu’il vocifère ses paroles avec rage. Il n’en faut d’ailleurs pas plus aux canines pour s’allonger sous le feu de la colère et du goût du sang s’immisçant entre ses lèvres. L’expectative du loup est claire mais le sorcier n’y donnera pas suite, ce n’est tout au plus que le contrecoup de ses émotions qui ressortent au grand jour. Tu en veux une ? Si jamais tu t’avisais de me mordre, je m’assurerai que tu passes les jours qu’il te reste à Azkaban. Nez froncé, Björn se met à grogner un peu plus dans le fond de sa gorge, ses doigts enserrant davantage le col tandis que les doigts d’Elijah serrent son bras. « Je croyais justement que si tu me cassais les oreilles au sujet de mes affiliations, c’était pour m’éviter d’y aller ? ». Langue claquant contre son palais, il souffle tel un animal sauvage contrarié mais ne bouge pas, se contente de dévisager son meilleur ami avec le soupçon de calme dont il est actuellement capable. Il voudrait le relâcher, mais ses mains serrées attendent des explications. Des mois qu’ils ne se sont pas vus et chez Björn ça lui parait être hier qu’il tentait tant bien que mal d’essayer de trouver le courage de lui révéler des choses compromettantes à son sujet, Elijah lui sommant alors de déguerpir car rendez-vous avec plus intéressant que lui. Et surtout gratuit.  

Tu sais, il y a les beuglantes qui existent pour hurler sur les gens…  Mais j’avoue apprécier l’organe original. Le blond ne laisse point disparaître son sourire arrogant et ses manières d’enjôleur. Arnarqueur plutôt, devrait dire le loup. Toujours immobile, Björn souffle sèchement par le nez. « Tu ne m’as encore jamais vraiment entendu hurler si tu veux tout savoir… ». Certes, il venait de crier quelques secondes plus tôt mais ce n’était rien face à la véritable colère. Il suffisait d’être proche de la pleine lune ou même le jour J pour que la hargne double de manière conséquente. Alors non, Elijah ne l’avait encore jamais vraiment vu dans cet état-là. Et la troisième raison que je peux te donner qui est liée à ta si belle voix rauque, c’est que… Tu boudes depuis des mois alors j’ai dû en venir à des mesures désespérées… Au moins tu es là maintenant. A peine les palabres s’échappent-elles de la bouche de son ami que Greyback comprend son erreur. Cet idiot avait encore une fois été plus malin. Par pur esprit de contradiction, ses doigts tirent pour le rapprocher de lui afin de mieux le repousser violemment contre le mur. Juste par envie face à ses mots. Tu vois, louveteau, le scorpion ne s’est pas avoué vaincu comme tu l’as cru. Alors, c’est quoi ton problème ? Parce que tu tires vraiment une sale tête… Cette fois, il grogne franchement le loup-garou, bien plus animal que sorcier en cet instant. Encore quelques secondes supplémentaires et il ne pourrait plus retenir ses griffes. Les traits fatigués de Björn ne mentent toutefois pas sur son degré de fatigue. Beaucoup de choses à gérer ces derniers mois, beaucoup de doutes, de disputes avec Vega et demandes toujours plus importantes de la part de son paternel. Sans oublier les retrouvailles avec sa sœur aînée, envoyée en réalité Merlin sait où quand il la pensait morte. Fatigué, la tension retombe doucement sans qu’il ne s’en rende réellement compte, et ce malgré les griffes qui finissent par s’allonger à mesure qu’il perd le contrôle sur la colère grondante. Oh et si tu pouvais juste me relâcher avant que tes griffes n’abîment ma chemise…Elle a coûté assez cher… Un énième grognement lui répond alors qu’il le fixe droit dans les yeux malgré quelques regards fuyants. Cet arrogant personnage et ses chemises hors de prix. Il devrait la réduire en miette juste par principe mais ils se connaissaient tous deux depuis trop longtemps maintenant pour que ce chantage ne fonctionne sur Elijah. Björn, s’il te plaît… Je ne suis pas devin, je ne lis pas dans l’esprit des gens alors dis-moi simplement ce qu’il se passe ! Tu as vraiment l’air trop tendu et je suis sûr que je peux t’aider. En silence, Greyback l’observe, n’accepte de le relâcher en le tirant et le cognant à nouveau contre le mur qu’au bout de plusieurs secondes muettes. Dans l’élan, l’une de ses griffes arrache un des boutons les plus hauts du col de la chemise et cette fois il se permet un sourire en coin avant d’aller prendre place dans le fauteuil de cuir de son ami, attrapant le dossier rouge entre ses doigts sans l’ouvrir. Les canines sont toujours là mais les griffes ont d’ores et déjà disparues. « Tu m’en vois navré pour le bouton de ta chemise. », et probablement pour tous les autres, car si Björn écoutait ses envies, il aurait déjà tout arraché, mais pas dans le but de le dévorer de colère non, pour une toute autre raison qu’il refusait de lui dire. Il avait essayé, mais chaque fois qu’il essayait, il finissait toujours sur le carreau. Ca en plus de la peur. Car malgré tout ce que Greyback peut dire, il y a une part de lui qui craint son paternel plus que tout, et surtout ce dont il est capable. Le loup n’a que peu l’envie de se retrouver à nouveau enfermé dans la cage du sous-sol, ou subir sans rien dire la morsure d’un fouet voué à lui inculquer le contrôle. « J’ai eu beaucoup à faire, et ma sœur aînée a réapparue au bout de vingt années. » qu’il finit par lâcher d’une voix grondante, prunelles baissées sur la couleur rouge du dossier qu’il effleure du bout des doigts. « Pour ce qui est de la tension j’ai bien mon idée… ».  
 



AVENGEDINCHAINS



OUT FOR BLOOD.
I FOUND PEACE IN VIOLENCE † I'm a poison and you know that is the truth. All your friends think I'm vicious, and they say I'm suspicious.  I'm holding you down, I'm killing you slow. So slow.

Parchemin envoyé Dim 2 Sep 2018 - 20:24

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 26/11/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 66 hiboux. J’incarne : Garrett Hedlund , et l’avatar que je porte a été créé par : songbird . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemis V. Grimstone Je parle en : #adef



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : Célibataire endurci Champ Libre : Occlumens

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
You Fool
EXORDIUM.


22 août 1992

Grognement. C’était le signe d’un avertissement mais il avait encore de la marge. Malheureusement, sa baguette n’était pas à portée de main pour immobiliser son meilleur ami le temps qu’il se calme. La prise se resserra encore sur le col. Ce n’était pas agréable. C’était même la limite de la strangulation. Rester calme était plus que vital à présent. C’est pourquoi il osa le menacer de le foutre à Azkaban si jamais il mettait sa menace de morsure à exécution. « Si tu ruines ma vie, je ruine la tienne, tu ne crois pas que je te laisserai faire et t’en sortir ? » Il pouvait être le meilleur des amis, il n’était pas idiot ! Tant que le loup ne lui faisait rien, il n’avait aucune raison de le confier aux détraqueurs. Conservant tout ce temps le contact visuel, essayant de comprendre l’origine de la rage du loup-garou. Pourquoi tant de colère ? Il ne comprenait pas. La tension semblant légèrement s’amoindrir, il en profita pour faire appel au raisonnement en rappelant l’existence des beuglantes. Il ne put s’empêcher d’ajouter une touche d’humour, comme pour tester Björn. Allait-il saisir l’occasion ou tout simplement le bouffer en écoutant cet instinct animal ? Il jouait de son charme naturel et c’était quelque chose de plus fort que lui. Il souffla par le nez, arguant qu’il n’avait encore rien vu. Haussant un sourcil, Elijah sourit en coin. « Je crois que tu as bien raison… Est-ce que cela t’arrive quand tu as un orgasme ? » L’absurde. Chaque stratégie avait été mûrement réfléchie. Faire appel à la raison puis utiliser l’absurde pour déconcerter la bête. Détourner son attention. Utiliser l’émotion. Le processus avait fait ses preuves. Habituellement, il commençait par l’émotion mais il semblait que leur problème venait de là alors il fallait user de subtilité. Pour autant, Elijah ne s’empêcha pas de cracher son venin. Maître du jeu, du moins, il tenta de lui faire croire car jamais il n’avait réellement attendu sa venue. Le loup devait croire qu’il aurait toujours un coup d’avance sur lui, c’était une vraie question de survie. Son amertume était réelle : il ne comprenait pas pourquoi Björn boudait depuis des mois et pourquoi il était si à fleur de peau. Il aurait presque pu croire qu’il avait ses règles mais aux dernières nouvelles il n’était ni une femme ni souffrant d’une telle… Oh. Quelle buse ! La lune. Il avait lu une fois qu’elle influençait aussi l’humeur des femmes. Le loup réagissait comme une bonne femme ! Il rangea sa découverte dans un coin de son esprit, il saurait lui resservir à un moment plus propice. En revanche, rien ne l’empêchait de jubiler en voyant l’éclair de compréhension qui traversait le regard de son meilleur ami. Oh oui… Il s’était fait avoir et il ne se priva pas pour fanfaronner même s’il fut interrompu par un énième plaquage au mur qui lui arracha un râlement. Aow. Qu’importe. Il devait continuer. Il ne fallait pas reculer et si Elijah avait un défaut ou une qualité c’était son impossibilité à laisser tomber. Lui voulait savoir quel était le problème.

Les griffes étaient sorties et tout semblait indiqué qu’il ne parviendrait pas à le calmer. Pourtant, il était sincère. L’inquiétude dans ses yeux était réelle. Cette fois, il risqua le tout pour le tout et lui demanda clairement de le lâcher. Il se raidit légèrement quand il grogna. Sa chemise allait prendre… ou sa peau. Et cette dispute le fatiguait. Il ne méritait pas autant de rage pour une prostituée ! Il râla encore quand le loup s’amusa à le plaquer une énième fois contre ce fichu mur. Il entendit le bruit du bouton qui rebondit à terre et comprit en baissant les yeux qu’il venait de le lui arracher. Great. Il fut libéré et en profita pour réajuster ses vêtements alors que le loup avait reprit son calme (il ne manqua pas ce petit sourire victorieux qui ne faisait aucun sens aux yeux du sorcier). Quand il releva les yeux, il le vit dans son fauteuil. Bon. C’était dit. Cette fois il l’avait gonflé. « Oui. Bien sûr… Tu as l’air tellement navré. »

Il souffla et roula des épaules pour dénouer son dos encore meurtri. « J’ai eu beaucoup à faire, et ma sœur aînée a réapparue au bout de vingt années. » Elijah marqua un temps d’arrêt. Il était sérieux ? « Ce n’est pas ce qui te tracasse. C’est encore une chose que nous partageons toi et moi. Nos sœurs n’ont que peu de valeur à nos yeux ou plutôt on préfère les éviter. Alors je sais que tu n’as ni été heureux ni agacé par son retour. Il est certe surprenant, mais rien qui explique ta colère. Une colère qui semble dirigée vers moi puisque tu éludes ma question. » Il n’allait pas le lâcher. « Pour ce qui est de la tension j’ai bien mon idée… ». On y était. Mais le silence qui suivit l’agaça. « Bon sang Björn dis-moi comment arrêter tout ça parce là j’en ai vraiment assez. Frappe-moi si tu en as besoin pour me pardonner une faute que je ne connais pas mais juste, arrête ou fais quelque chose ! Pars, parle, frappe, je m’en contrefous juste… Nous nous sommes toujours dit les choses, plaisantes ou non. » Il le fixait. Sa voix aussi pouvait se faire grondante ou suppliante. Il voulait juste crever cet abcès et retrouver son ami. Rien de plus. Et si Björn était venu c’était bien qu’il avait envie de lui dire. « Tu as fait une connerie que je dois couvrir ? Quel est le problème ? » Il ferait tout pour lui éviter le baiser du détraqueur, même un faux témoignage.
Parchemin envoyé Mar 4 Sep 2018 - 21:44

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Devine. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/11/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 90 hiboux. J’incarne : Luke Mitchell , et l’avatar que je porte a été créé par : TF (avatar) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le phénix rebelle qui se fait péter la tronche, Caïn le chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone aux allures de globe trotter. Je parle en : #999966



Je suis âgé de : Trente et un ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Exécuteur et contrôleur des impôts pour le compte de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Célibataire et sûrement trop connard pour mériter d'être dans le coeur de quelqu'un. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Elijah & Björn

you fool


22 août 1992
Les paroles d’Elijah lui font grincer des dents mais il tient bon le loup garou, même s’il sait qu’il pourrait bien être capable de le mordre si le blond continue de le titiller de la sorte avec ses airs assurés. Pour autant, ce n’est pas là ce que Björn souhaite à son meilleur ami, aussi agaçant soit-il dans le cas présent. C’est même la dernière chose qu’il lui souhaiterait, bien incapable de vouloir propager sa malédiction. Du moins, certains appellent la lycanthropie de cette manière mais ce n’est pas nécessairement ce que pense le Greyback, bien au contraire, lui qui a été élevé dans la fierté d’être différent. Dans la fierté d’être né au sein d’une famille de mêlés qui a réussie à se faire une place en ce monde de brutes épaisses. A la menace, il ne répond rien, car il sait pertinemment qu’Elijah serait capable de l’envoyer à Azkaban autant qu’il l’en préserve actuellement. Avec tout autant de ferveur. Je crois que tu as bien raison… Est-ce que cela t’arrive quand tu as un orgasme ? Cette fois, Björn roule des yeux dans leurs orbites et gronde de dépit. « Tu veux vérifier ? » qu’il se contente alors de répondre avant de finir par le lâcher, non sans l’avoir plaqué contre le mur deux fois supplémentaires, juste par principe. L’une des griffes emporte dans sa course l’un des boutons de sa précieuse chemise et il esquisse le premier sourire en coin de la soirée, trouvant place dans le fauteuil du propriétaire de l’appartement. Avec délicatesse, ses doigts aux griffes dorénavant disparues caressent la surface rouge du dossier qu’il n’ouvre pas. Björn est toujours de mauvaise humeur mais il se calme, preuve en est des canines qui commencent à disparaître comme tout le reste. Toutefois, à en juger par les palabres de son ami, c’est celui-ci qui est contrarié maintenant.

Ce n’est pas ce qui te tracasse. C’est encore une chose que nous partageons toi et moi. Nos sœurs n’ont que peu de valeur à nos yeux ou plutôt on préfère les éviter. Alors je sais que tu n’as ni été heureux ni agacé par son retour. Il est certes surprenant, mais rien qui explique ta colère. Une colère qui semble dirigée vers moi puisque tu éludes ma question. Les yeux bleus se posent sur Elijah toujours debout après son flot de paroles. Comment Merlin espérait-il qu’il lui dise ? Bien sûr qu’il était en colère contre lui, non pas parce qu’il ne payait pas des prostituées, mais parce qu’il était plutôt en train de jalouser les fameuses prostituées. En y réfléchissant, tout ça était ridicule mais il ne sait comment faire avec ce flot de colère qui l’assaille. Malgré tout, il essaye, il tente, les mots s’envolent de ses lèvres plus vite qu’il ne l’aurait cru et il penche doucement la tête, quittant le regard du blond pour observer le rouge vif du dossier sous ses doigts. Le silence qui suit paraît agacer un peu plus le Potter et Björn soupire. « Je n’ai pas envie de te frapper. » qu’il ronchonne en premier lieu avant de continuer, non sans soupirer une seconde fois. « Je n’ai pas fait de conneries ! Enfin pas plus que d’ordinaire. Aucune qui requiert que tu ne prennes un risque pour mes canines. C’est pas ça. ». Alors c’est quoi ? La question n’est pas posée à voix haute mais c’est tout comme pour le loup, comme il l’entend résonner dans le creux de sa cervelle. A sentir le regard de son ami persister sur lui, il se met à battre du pied nerveusement. Le savoir qui le regarde avec insistance le rend dingue. « Je sais pas comment te le dire... ». Il pointe du doigt le réel problème, le loup garou terrible et effrayant, qui provoque probablement des cauchemars à certains sorciers est aujourd’hui tel un louveteau incapable de révéler le fond de son problème personnel. Greyback a le sentiment de n’être qu’un bon à rien et il demeure totalement immobile sur son siège, le regard fuyant et contrarié de ne savoir comment s’y prendre. Arracher des cœurs est bien plus facile, moins de paroles et plus d’actions. Parler dans le fond il n’a jamais vraiment su faire. Comment Elijah espère-t-il qu’il va lui dire ça m’emmerde que tu passes du temps avec ces filles car je les veux pas elles, mais toi ? C’est tout bonnement impensable.  

Björn sait que son meilleur ami n’abandonnera pas la partie à ce moment-là. Il va vouloir savoir, connaître ce qui lui pose tant de souci à révéler, mais qu’adviendra-t-il si ça lui échappe ? S’il lui dit ? Sera-t-il condamné comme sa sœur l’avait été ? Voué à l’oubliette et ne plus se souvenir de son lien avec le juge ? Ce n’est pas ce qu’il souhaite. Ce qu’il souhaite intérieurement est dangereux et il le sait, pourtant il ne peut s’empêcher de le ressentir quand même.



AVENGEDINCHAINS



OUT FOR BLOOD.
I FOUND PEACE IN VIOLENCE † I'm a poison and you know that is the truth. All your friends think I'm vicious, and they say I'm suspicious.  I'm holding you down, I'm killing you slow. So slow.

Parchemin envoyé Mer 5 Sep 2018 - 22:30

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 26/11/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 66 hiboux. J’incarne : Garrett Hedlund , et l’avatar que je porte a été créé par : songbird . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemis V. Grimstone Je parle en : #adef



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : Célibataire endurci Champ Libre : Occlumens

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
You Fool
EXORDIUM.


Aux yeux du sorcier, la lycanthropie était bien une malédiction et s’il comprenait que son meilleur ami en avait fait une force il savait au plus profond de lui-même qu’il ne supporterait jamais cette condition. Devenir dépendant d’une transformation ou d’une potion, cela revenait à entraver toute liberté. Elijah y tenait bien trop pour la sacrifier, quand bien même son meilleur ami voudrait être à ses côtés. Non, décidément, cette épreuve n’était pas pour lui-même s’il flirtait très souvent avec le danger, comme présentement. Rien ne devait souiller son sang pur, après tout il était censé épouser une jeune femme de bonne famille, avoir des enfants… La parfaite petite vie tranquille. Il y pensait souvent. Mais comment trouver la bonne épouse ? Un mariage arrangé ne l’intéressait pas et la plupart des jeunes femmes avaient un côté trop manipulateur à son goût. Il souhaitait quelqu’un de simple, tranquille. Il souhaitait partager avec elle une culture solide. Il la voulait sincère. S’il observait ses sœurs, ce ne devait pas vraiment être la première qualité de ce type de femmes. Il mettait donc la question de côté, se promettant d’y réfléchir le lendemain sans jamais vraiment le faire. Le menaçant donc de l’envoyer pourrir à Azkaban, il savait bien qu’il ferait mouche. Cependant, il préféra contrebalancer la menace avec un petit trait d’humour dont il avait le secret. Haussant un sourcil, Elijah ne put s’empêcher de rire légèrement. « Pas besoin. Je sais que c’est le cas. » Satisfait de voir sa stratégie fonctionner, il grimaça quand il eut encore droit à deux rencontres avec le mur dans son dos. Il se vengeait. Il lui rendait ce qu’il lui avait fait quelques mois plus tôt, quand il lui avait expliqué qu’il en avait marre qu’il fasse le toutou. Etait-ce ça le fond du problème ? Lui en voulait-il parce qu’il avait touché un point sensible ? Non. Il le lui aurait dit. C’était forcément autre chose. Mais quoi ?

Il passait en revue dans son esprit un tas de possibilités. Se pouvait-il qu’il soit tombé amoureux de l’une de ses sœurs ? Merlin. Ce serait dramatique. L’une de ces morveuses dans le lit de son meilleur ami. Un sentiment de nausée le prit alors qu’il cherchait des yeux le bouton qui avait sauté sous la griffe insidieuse du loup-garou. Il devait savoir et c’est ainsi qu’il lui fit remarquer savoir qu’il ne lui disait pas tout. Rien n’expliquait cette colère manifestement dirigée contre lui. Pourquoi lui en voudrait-il s’il était amoureux de l’une de ses sœurs alors ? Sa théorie tombait complètement à l’eau et il était toujours aussi perdu. Comment sauver leur amitié si Björn n’était pas sincère avec lui ? Il capta les yeux bleus de son camarade avant qu’il n’évite son regard. Oui. Il voulait parler. Il le voyait bien ! Mais pourquoi ne le faisait-il pas, bon sang ? Elijah n’en pouvait plus. Il était vraiment prêt à abandonner mais le blond eut la bonté de l’informer qu’il ne comptait pas le frapper. « Oh. Je suppose que nous venons de faire une avancée », ironisa-t-il pendant que l’autre soupirait. Avait-il fait une connerie ? Non. Il démentit aussi cette théorie. Ce n’était « pas ça ». Alors quoi ? Oui, il avait raison de sentir la question, même s’il essayait de lui laisser l’espace pour s’exprimer. Il vit ce pied remuer, signe d’une nervosité évidente. « Je sais pas comment te le dire... ». Et lui avait le tour de toutes les possibilités. Sauf l’histoire des sœurs mais pourquoi lui en voudrait-il ? Peut-être parce qu’il ne s’en occupait pas assez ? Non. Il était trop nerveux pour que ce soit un problème de sœur. « Tu as rencontré une jolie louve et tu comptes partir batifoler au loin avec elle et tu ne sais pas me dire au revoir ? »

C’était ridicule. Mais il ne savait plus. Il soupira à son tour, manifestement découragé. Il se massa le dos encore endolori et se dirigea sans un mot vers la cuisine. Il sortit une serpillère de dessous l’évier et il la mouilla avant de venir éponger le Whisky gâché et ramasser les morceaux de son verre brisé. Il ne l’avait pas remarqué tout de suite, l’adrénaline courant encore dans ses veines. Cela semblait vraiment sérieux. « Tu es malade ? » tenta-t-il encore. Accroupi, il continuait son travail avec une attention toute particulière pour ne pas se blesser et surtout n’oublier aucun bris. Puis, il se releva et alla jeter le tout. Il offrit à cette occasion une belle vision sur son fessier particulièrement musclé mais avec le pantalon, ce n’était sûrement pas visible. Remettant le reste au placard, il ajusta machinalement sa chemise et marcha en direction de Björn pour lui servir un verre. « Tiens. Peut-être que cela t’aidera… » Il lui sourit gentiment et s’en resservit un. Il but une gorgée et apprécia le goût revigorant. Il faisait les cents pas, cherchant de quoi s’occuper pour ne pas lui donner l’impression qu’il était trop insistant. Il rangeait donc ce qui pouvait être déplacé ou bien il ajustait la position d’un bibelot… Il entreprit même de classer ses dossiers mais il savait déjà en le faisait que cela ne servirait à rien : il n’arrivait même pas à se concentrer pour vérifier qu’il le faisait correctement.

Parchemin envoyé Sam 8 Sep 2018 - 16:31

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Devine. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/11/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 90 hiboux. J’incarne : Luke Mitchell , et l’avatar que je porte a été créé par : TF (avatar) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le phénix rebelle qui se fait péter la tronche, Caïn le chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone aux allures de globe trotter. Je parle en : #999966



Je suis âgé de : Trente et un ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Exécuteur et contrôleur des impôts pour le compte de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Célibataire et sûrement trop connard pour mériter d'être dans le coeur de quelqu'un. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Elijah & Björn

you fool


22 août 1992
Assis dans le fauteuil, dossier rouge sur les genoux et doigts tapotant négligemment sur ce dernier, le loup-garou tente bien de trouver ses mots mais il ne sait s’il est supposé lui dire ou non. Si Vega était là, nulle doute qu’elle se moquerait bien de lui, ou alors peut-être ressentirait-elle cette compassion qu’elle seule semblait être capable de ressentir au sein de cette famille de lycanthropes bousillée ? Björn n’en sait rien, et il a beau se faire violence tout se mélange dans sa tête, la crainte, l’envie et la colère. Une colère dirigée contre Elijah mais qui est néanmoins le reflet de celle qu’il ressent pour lui-même. Sans doute la laisser exploser contre le Potter est plus facile que de se martyriser soi-même. Pourtant, il veut essayer le Greyback, prendre son courage à deux mains il sait faire. Il est capable de commettre des actes ignobles, de tuer de sans froid ou encore de lécher le sang, pourquoi diable n’est-il donc pas en mesure de révéler une seule pauvre petite information ? Tu as rencontré une jolie louve et tu comptes partir batifoler au loin avec elle et tu ne sais pas me dire au revoir ? La volonté d’aider de son meilleur ami est somme toute adorable, si tant est que Björn soit capable de trouver quelque chose adorable. A peine la question résonne-t-elle toutefois jusqu’à ses oreilles que le loup grimace et signe à la négative, posant le dossier sur la table basse ou le meuble le plus proche. « Par Merlin non ! Même si c’était le cas ça ne me ferait pas partir d’ici. » qu’il ronchonne en croisant négligemment les bras contre son corps. Il ne lâcherait pas l’affaire familiale même pour les beaux de yeux de ce que les autres appelaient l’amour. L’amour, le loup ne sait pas ce que c’est, il ne l’a pour ainsi dire jamais côtoyé, et c’est bien ce que Vega lui reproche de ne pas comprendre. S’il avait été en mesure de le faire, sans doute aurait-il compris que vouloir protéger sa sœur cadette était chose vaine, qu’il aurait mieux fait de tout lui raconter en guise de soutien. Mais non, au lieu de ça, Björn s’est montré égoïste, du moins d’un certain côté, car bien qu’ils se soient disputés, le sorcier n’est pas du genre à regretter ses gestes ou ses décisions. Il continue d’avancer. Est-ce qu’il regrettait d’avoir cogné Elijah plusieurs fois sur ce mur ? Non, pas le moins du monde.

Silencieux, il observe le juge filer en direction de la cuisine et revenir avec une serpillère, lui-même n’a pas vu que le verre d’alcool s’est cassé dans la foulée, tandis qu’il attrapait Potter en vue de lui faire la peau, ou en tout cas très peur. Tu es malade ? Greyback soupire et roule des yeux. « Non, ce n’est pas ça non plus, je pète la forme si tu veux tout savoir. ». La lune influait peut-être sur son humeur mais cela ne faisait pas de lui un homme à règles ou encore un fou furieux, même si dans ces moments-là, la politesse peut très clairement se discuter. Accroupi, Elijah s’applique à récupérer les bouts de verre brisé et Björn se surprend à virer ses billes océan sur lui. Elles glissent lentement, coule sur la chute de ses reins pour s’arrêter au niveau de… Mentalement, le lycanthrope se mord et détourne le regard en se raclant la gorge. Sans réellement savoir pourquoi, le blond se retrouve bientôt avec un verre dans son champ de vision et rempli de whisky. Tiens. Peut-être que cela t’aidera… Un bref instant, il lève les yeux dans les siens puis attrape le verre en hochant la tête en guise de remerciement. Ce ne serait toutefois pas ça qui allait l’aider. Lèvres trempant dans le liquide ambré, le sorcier en savoure le goût, c’est un whisky qui n’a strictement rien à voir avec ce qu’il a déjà pu boire dans des bars miteux. Pas mauvais qu’il se dit donc avant d’avoir rapidement le tournis à trop observer le juge bouger dans tous les sens, rangeant ci et ça. Au bout de plusieurs longues secondes d’observation, il se sent avoir le mal de mer et pince les lèvres, verre entre les doigts. « El, si tu t’arrêtes pas de bouger tout de suite, je te jure que je t’attrape pour t’obliger à t’asseoir au point que tu en auras mal au coccyx. ». Sans doute ses mots sont-ils bien trop tournés vers ce superbe derrière qu’il trouve encore plus attirant que d’habitude, mais le lycanthrope ne s’en rend pas compte, toujours occupé à chercher ses mots et hésitant perpétuellement entre : le dire ou ne rien dire. Bientôt, le verre d’alcool est rapidement terminé et il le repose avec délicatesse sur la table basse. Il hésite toujours. Une seconde, deux secondes… Trois secondes. Non, vraiment, il ne sait pas comment faire. « El, je t’ai dit de t’asseoir. » qu’il bougonne en constatant que l’autre continue encore de bouger.  



AVENGEDINCHAINS



OUT FOR BLOOD.
I FOUND PEACE IN VIOLENCE † I'm a poison and you know that is the truth. All your friends think I'm vicious, and they say I'm suspicious.  I'm holding you down, I'm killing you slow. So slow.

Parchemin envoyé Sam 8 Sep 2018 - 20:33

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 26/11/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 66 hiboux. J’incarne : Garrett Hedlund , et l’avatar que je porte a été créé par : songbird . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemis V. Grimstone Je parle en : #adef



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : Célibataire endurci Champ Libre : Occlumens

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
You Fool
EXORDIUM.
Elijah ne savait plus vraiment quoi penser et il essayait de tout cœur d’aider son ami en analysant chaque théorie possible. Seulement, aucune ne semblait convenir : quand il évoqua la possibilité d’une rencontre, il vit son meilleur ami nier et affirmer qu’il ne partirait d’ici pour rien au monde. « Tu es sérieux ? Si je pouvais partir, jamais je ne m’en priverais. » Son poste était bien trop prenant et important et il ne s’autorisait que quelques jours de vacances par an depuis quelques années à présent. Cependant, le cœur du juge vibrait pour découvrir de nouvelles contrées. Les terres sauvages d’Ecosse ou bien les lacs du Connemara avec ses terres brûlées par les vents… Ces paysages avaient tous quelque chose de sauvage, de brut. Ça l’attirait. Au plus profond de lui, il vibrait pour un besoin de liberté, une liberté qui devait battre jusqu’au plus profond de son cœur. Elijah Potter était libre autant dans son esprit que dans ses relations personnelles. Il se plaisait à y croire néanmoins même si l’absence de Björn l’avait bien peiné ces dernières semaines. Le voir chez lui, ce soir-là, le rassurait. Il était venu, c’était bien qu’il tenait encore un peu à lui n’est-ce pas ? Mais il semblait lui en vouloir et Elijah ne comprenait pas pourquoi. Et surtout, pourquoi avait-il du mal à lui dire les choses ? Il entrait chez lui par effraction, l’agressait et maintenant s’installait dans son fauteuil. D’autres auraient pu poursuivre la bagarre mais le sorcier connaissait le loup-garou et savait bien que leur mode de fonctionnement était partiellement responsable. Alors quoi ? Pourrait-il être malade ? Non. Il réfuta aussi cette hypothèse. Pourtant la lune le rendait aussi irritable qu’une bonne femme. Si lui ne voulait pas le voir, Elijah lui l’avait remarqué. Il suffisait d’observer le comportement du blond pour en deviner les quelques effets lunaires et savoir que la pleine lune approchait ou s’éloignait. Accroupi non loin de lui pour ramasser les morceaux de verre, il ne remarqua pas le regard quelque peu concupiscent de son ancien camarade. Il fallait dire qu’il était à mille lieues d’imaginer la vérité, il n’avait montré d’intérêt que pour le genre féminin. Lui… Officiellement. En réalité, que ce soit féminin ou masculin cela lui importait peu. Il aimait trop les plaisirs de la vie pour se priver d’une quelconque manière que ce soit. Il y avait donc des pans entiers de sa jeunesse que Björn ignorait le concernant. Ces secrets étaient en train de menacer leur amitié parce qu’aucun n’osait peut-être exprimer à voix haute, l’un par frustration de ne savoir s’y prendre, l’autre ne pouvant croire possible ce qui à ses yeux ne l’étaient pas.

En tant qu’hôte de marque, il lui servit un verre de bon Whisky Pur Feu. Livré tout droit d’Ecosse justement. Le sorcier producteur était plutôt fameux et ne vendait qu’à une petite clientèle sélectionnée sur le volet. Les Potter en faisaient partie depuis plusieurs générations maintenant et si le bonhomme avait eu une fille à marier, nulle doute qu’il aurait souhaité l’unir à l’héritier. Björn sembla apprécier le goût et il sourit, heureux de le voir savourer tout simplement la vie. Retournant à son rangement pour remettre la pièce en état et surtout ses dossiers, enfin il essayait tout du moins, il entendit l’autre se plaindre. « El, si tu t’arrêtes pas de bouger tout de suite, je te jure que je t’attrape pour t’obliger à t’asseoir au point que tu en auras mal au coccyx. ». Haussant un sourcil, le juge soupira. « Je dois juger ce cas demain et j’ai mélangé les dossiers grâce à ta douceur légendaire… » Petite provocation. Rien de méchant, il faisait simplement allusion au fait que l’entrée rageuse de Björn et leur altercation avait quelque peu foutu le bordel dans ses affaires. Et puis, en repassant chaque affaire sous ses yeux, il réfléchissait toujours. Mais alors quoi ? Quoi ? Quoi ? Quoi ? Il se répétait la question comme un vieux crapaud. Ne s’interrompant pas, il avait beau se creuser la cervelle, rien. Et ces papiers n’avaient plus de sens ou plutôt il ne parvenait pas à se concentrer suffisamment.  « El, je t’ai dit de t’asseoir. » Il lui donnait sérieusement un ordre là ? « Un instant. », lui répondit-il, entreprenant de poser les dossiers à peu près au carré sur son bureau. Il était un peu maniaque sur les bords. La rigueur, c’était son truc. Chaque dossier devait donc être parfaitement aligné avec les autres, c’était presque vital. Une fois satisfait, il vint s’assoir dans le fauteuil en face de lui. Et il garda le silence. Une seconde. Deux secondes. Il croisa son regard. Il se pencha en avant, ramenant ses mains l’une contre l’autre et se mordant nerveusement la lèvre. Il n’aurait pas dû s’assoir. Il ressentait bien trop cette tension, celle qui lui signalait instinctivement un danger autour de lui. Il se mit à taper nerveusement du pied et soudain, il bondit pour retourner s’occuper de ses dossiers en marmonnant des mots incompréhensibles.
Parchemin envoyé Sam 15 Sep 2018 - 14:30

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Devine. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/11/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 90 hiboux. J’incarne : Luke Mitchell , et l’avatar que je porte a été créé par : TF (avatar) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le phénix rebelle qui se fait péter la tronche, Caïn le chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone aux allures de globe trotter. Je parle en : #999966



Je suis âgé de : Trente et un ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Exécuteur et contrôleur des impôts pour le compte de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Célibataire et sûrement trop connard pour mériter d'être dans le coeur de quelqu'un. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Elijah & Björn

you fool


22 août 1992
Björn ne souhaite pas partir de Londres malgré ce que peut bien en dire Elijah lorsqu’il précise n’avoir personne dans sa vie, et certainement pas une louve à qui se lier. En réalité, la chose à annoncer est bien plus compliquée que ça. Toujours enfoncé dans le fauteuil de son ami, le loup réfléchit à vive allure sur la manière de faire, la manière de dire les choses, et d’autant plus quand le whisky pur feu est tendu en sa direction. Attrapant le verre du bout des doigts il sirote bientôt le liquide ambré et en apprécie le goût, ce qui a le don de le faire légèrement sourire tant il apprécie la chaleur qui passe dans le fond de sa gorge. Pendant ce temps, Elijah s’active dans tous les sens, ce qui a le don de donner le tournis au Greyback. Rapidement, ce dernier se met à grogner, non sans avoir noté que ses prunelles vrillaient sans arrêt sur le postérieur du juge. Concentration qu’il se répète à lui-même, tapotant doucement du pied en beuglant à son meilleur ami de venir s’asseoir tout de suite. La nervosité emplit la pièce, des deux côtés, que ce soit chez Björn ou chez Elijah. Le loup peut le sentir, ils sont tous les deux sous le joug de la tension présente dans la pièce et qui émane majoritairement du silence du Greyback. Je dois juger ce cas demain et j’ai mélangé les dossiers grâce à ta douceur légendaire… Les lèvres du sorcier se pincent et il plisse le nez de contrariété subite, la réponse ne lui plait pas. « Je n’aurais pas fait preuve de ma douceur légendaire si tu ne m’avais pas cherché. » qu’il marmonne dans sa barbe, détournant les yeux en insistant pour qu’il vienne s’asseoir au bout de dix secondes supplémentaires, voix grondante. Un instant. Son pied tape plus fort contre le parquet mais il ne dit rien, buvant la dernière goutte de whisky et reposant le verre sur la table basse. Ensuite, il revient croiser les bras contre sa poitrine, un air pratiquement boudeur et renfrogné sur le visage tandis qu’enfin, Potter daigne lui faire profiter de son éminente présence.

Le blond s’assoit en face de lui et Björn le toise durant de longues secondes, observe leurs pieds qui tapotent doucement contre le sol. C’est Elijah qui craque le premier et se relève d’un bond tandis que le loup cherche toujours ses mots. Le voir retourner à ses dossiers et son rangement termine de faire renaître la colère en son sein. Furibond, le lycanthrope vient poser son regard sur son meilleur ami et le fusille littéralement. Poing serré contre sa cuisse, il gronde, pester pour lui-même discrètement et se lève à son tour. Il en est terminé d’essayer de trouver les mots pour lui dire. La crainte a laissé place à la maudite colère. La lune n’est pourtant pas au rendez-vous, mais la seule présence du Potter suffit à faire office de déclencheur. « El. » qu’il lâche d’une voix toujours grondante quand il arrive à son niveau. « Je t’ai demandé de t’asseoir… ». Mais l’autre continue de ranger et trouverait presque ça plus intéressant. Pour peu, Björn pourrait le croire profondément maniaque. « Par Merlin, El arrête de ranger ! ». Intérieurement, il fulmine, myocarde battant la chamade à tout rompre dans sa poitrine. Il perd patience, tout s’emmêle dans son esprit, sa tête est sens dessus dessous. Il a besoin de lui dire, il a besoin qu’il sache mais il craint tant de tout perdre et il craint d’autant plus la fureur potentielle du paternel. « El, putain ! » qu’il s’entend dire, ne prenant pas conscience de ses mains qui se referment à nouveau sur la chemise du blond pour mieux l’obliger à lui faire face. Là, alors, sans qu’il ne comprenne, ses doigts quittent le col pour s’accrocher au visage aussi haï qu’apprécié sur l’instant et ses lèvres viennent sauvagement se plaquer contre les siennes. C’est ça qu’il tentait de lui dire, ça qu’il voulait depuis aussi longtemps qu’il s’en souvienne sans jamais vouloir céder. Vega a subi sombres tortures pour oser aimer une sorcière, qu’en serait-il de lui si tous savaient ? Si l’information venait à fuiter ?

Le flot de ses pensées n’arrêtent nullement ses lèvres qui l’embrassent avec sauvagerie et passion. Dans le même temps, il est venu se coller à lui, son souffle se perdant sur son visage. Björn fait une belle connerie, son instinct intérieur tente de le lui dire mais il ne saurait arrêter à présent. Il ne s’arrête pas car il craint la réaction. Il craint la réponse autant que tout le reste, Elijah portant l’image d’un noble sorcier souhaitant des héritiers quand le moment serait venu, ou qu’il l’aurait choisi. Comment Merlin pourrait-il seulement accepter le fait que son ami puisse avoir des envies du genre le concernant ? Ce n’était tout bonnement pas possibleêtre aimé et aimer en retour.



OUT FOR BLOOD.
I FOUND PEACE IN VIOLENCE † I'm a poison and you know that is the truth. All your friends think I'm vicious, and they say I'm suspicious.  I'm holding you down, I'm killing you slow. So slow.

Parchemin envoyé Dim 16 Sep 2018 - 15:07

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 26/11/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 66 hiboux. J’incarne : Garrett Hedlund , et l’avatar que je porte a été créé par : songbird . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemis V. Grimstone Je parle en : #adef



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : Célibataire endurci Champ Libre : Occlumens

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
You Fool
EXORDIUM.
La seule chose dont se souvenait Elijah, c’était le corps d’un homme qui était entré dans son espace personnel. « Aow » poussa-t-il dans un râle. Allaient-ils vraiment se battre ? Instinctivement, il se préparait à riposter mais… Le coup ou la morsure ne vint jamais. Non. C’était autre chose. Une chose qu’il n’aurait jamais pu imaginer, pas venant de cet homme-là. Pourtant, c’étaient bien ses lèvres qui cherchaient les siennes, son corps qui venait de se coller au sien. Non. Il devait avoir une hallucination. Pourtant son Whisky Pur Feu n’avait pas ce genre d’effet. Comment en était-on arrivé là ? Elijah se souvint que l’instant d’avant le loup lui demandait d’arrêter de ranger. Il avait accepté de venir s’assoir mais la tension était toujours là. Ils se chamaillaient comme des gosses sur la responsabilité de l’un ou de l’autre dans le mélange de sa paperasserie. Mais rien. Toujours ce silence qu’il ne comprenait pas. Et cette affreuse tension. Il avait bondit de sa chaise, comme pour échapper à ce malaise qui l’étreignait depuis l’entrée du blond dans son salon, enfin, parlons plutôt e son irruption. Il n’avait pas été invité. Essayant de remettre une distance entre eux, Elijah avait senti l’agacement de Björn. Il l’avait ignoré. C’était plus simple. De toute façon, il refusait de parler. « El, putain ! ». Deux mots. Deux mots qui avaient su ralentir le sorcier qui se redressa légèrement avant d’être saisi et de se retrouver dans cette fâcheuse position.

Björn était en train de l’embrasser. C’était sauvage. C’était passionné. Que devait-il comprendre là-dedans ? Avait-il besoin de faire un test ? Parce qu’aussi loin qu’il s’en souvienne, le loup avait toujours préféré les femmes. Il avait même eu des mots assez durs envers ceux qui aimaient une personne du même sexe. Sa sœur, Vega, était d’ailleurs peu heureuse depuis que son secret avait été découvert. Ses yeux papillonnaient, exprimant toute la surprise et l’incongruité de la situation. Quand seul le souffle de Björn sur son visage lui offrit l’occasion de parler, il resta tout simplement coi. Il reprenait son souffle et osa croiser son regard. Ce qu’il y lut lui fit de la peine. Il y avait de la peur dans ses yeux. Du doute. Une tonne de questions muettes. Les mots d’anciens camarades lui revinrent en tête. Oh combien l’en avaient prévenu ? Le loup garou n’avait pas un comportement normal. Selon beaucoup, il dépassait bien souvent la limite de l’amitié et surtout Elijah avait une chance inouïe de pouvoir le toucher quand la lune était pleine. C’était de la fraternité. Du moins, il le croyait alors.

Ou bien, il le testait. Peut-être était-il en train de le challenger, cela ressemblerait bien au Björn qu’il connaissait. Leur concours franchissait-il une nouvelle étape ? Il plissa légèrement les yeux, un peu pensif ou méfiant, cela était impossible de le déterminer. Et puis, après s’être autant vanté d’être un amant excellent, Potter ne pouvait décidément pas manquer sa chance et le laisser repartir sans un baiser digne de ce nom. Il posa ses mains sur le torse du loup et vint lui arracher un nouveau baiser. Le loup n’était pas si mauvais dans l’exercice mais le maître du jeu, c’était bien lui. Il commença par déposer presque chastement ses lèvres sur les siennes avant d’assurer son emprise en capturant sa lèvre inférieure qu’il s’appliqua à mordiller doucement. Il le savait, aucune de ces prostituées, et surtout pas sa Clara, n’avait pu lui offrir quelque chose comme ça. Il écoutait les réactions du loup. Un signe comme une main qui souhaitait le toucher ou bien un gémissement serait suffisant pour lui. Profitant de la situation, le juge poussa plus loin son petit jeu en mordant un peu plus fort le loup avant de masser cette petite zone maltraitée. Il ne fallait pas que cela enfle. Ce n’était pas cette partie de son anatomie qu’il souhaitait voir se gonfler. Le souhaitait-il d’ailleurs ?

Devait-il révéler cette vie secrète qu’il avait traîné des années ? Ou bien venait-il de tomber dans le piège ? Et si Björn savait ? S’il venait d’échouer ce test ? Tant pis. Il y avait bien longtemps qu’il n’avait pu s’amuser avec l’interdit. Tout était clair dans son esprit : il pouvait prendre du bon temps, apprécier l’instant présent sans aucune culpabilité. Un jour, il rentrerait dans les rangs pour donner à un mioche son nom de famille et avoir la paix. Mais il n’avait pas encore trouvé la bonne personne. Il ne voulait pas de quelqu’un de naïf, au contraire. Une jeune femme qui serait aussi curieuse de la vie que lui serait vraiment parfaite. Malheureusement, elles étaient rares parmi les sangs purs ou plutôt, elles ne viendraient pas se confier. Björn ne pouvait pas connaître son passé. Personne n’était au courant. Il soupira contre ses lèvres et recula pour admirer son œuvre. Et laisser Björn éventuellement éclaircir la situation… « Eh bien, c’était plutôt inattendu... » qu’il lâcha dans le silence pesant.
Parchemin envoyé Hier à 21:31

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Devine. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/11/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 90 hiboux. J’incarne : Luke Mitchell , et l’avatar que je porte a été créé par : TF (avatar) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le phénix rebelle qui se fait péter la tronche, Caïn le chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone aux allures de globe trotter. Je parle en : #999966



Je suis âgé de : Trente et un ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Exécuteur et contrôleur des impôts pour le compte de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Célibataire et sûrement trop connard pour mériter d'être dans le coeur de quelqu'un. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Elijah & Björn

you fool


22 août 1992
La protestation n’arrête pas l’élan du loup-garou qui se saisit de la chemise pour obliger le blond à lui faire face. Une fois fait, il refuse de laisser son cerveau prendre les commandes et ses lèvres viennent se plaquer contre les siennes avec sauvagerie et passion. Björn ne connait pas l’amour, il ne connait même que très peu la douceur et n’est pas certains d’y avoir un jour eut droit. La chose est étrange à ses prunelles. Fils d’une mère loin d’avoir la fibre maternelle et d’un père qui, s’il le voyait comme le soleil et son digne héritier n’en a pas été des plus tendres. Sûrement un peu plus qu’avec les autres membres de la fratrie mais malgré tout, il n’en est pas ressorti sans séquelles. Aussi bien physiques que psychologiques. Les yeux du loup demeurent fermés malgré la surprise du juge qu’il sent bien au travers de ses lèvres collées aux siennes. Il n’y a que lorsqu’il est obligé de reprendre son souffle et qu’il les quitte que le Greyback ose rouvrir les paupières et scrute, inquiet, la réaction de son meilleur ami. Les gestes sont plus simples que les mots dans ce cas précis mais la peur est belle et bien là, part entière qui remue ses entrailles du doute que peut-être plus rien ne sera plus jamais pareil après ça. Elijah ne dit rien, Elijah ne parle pas et les secondes qui s’égrènent deviennent presque insupportables. Le myocarde bat à tout rompre dans sa poitrine et le sorcier ne sait plus que faire. A-t-il faire une erreur ? Aurait-il mieux fait de garder ça pour lui ? Le temps qui défile et qui parait être une éternité se fait véritable angoisse pour le Greyback qui n’est pas habitué à en ressentir autant. Les yeux de l’autre se plissent et Björn l’interroge du regard, cherche à lire au-delà des signes et des lignes mais il n’y parvient pas. Potter est indéchiffrable et ça le rend dingue. Il s’apprête à s’énerver à nouveau lorsqu’il sent les doigts chauds posés contre son haut et les lèvres revenir trouver les siennes. Chastement, d’abord, puis avec un peu plus d’entrain, se saisissant de sa lippe inférieure pour mieux la maltraiter délicatement. Un courant électrique parcoure l’échine du loup, de sa nuque jusqu’au bout de sa colonne vertébrale. Elijah s’applique et il ne peut plus que garder les yeux ouverts sous la surprise, littéralement immobilisé sans en être pour autant terrifié.

La manœuvre lui arrache un second frisson sans qu’il ne sache réellement comment, mais la morsure provoque un grondement en provenance directe du fond de sa gorge, plus par réflexe que réelle menace. Non, aucune de ses prostituées n’a eut l’audace de faire ce genre de chose, et Björn ne peut que laisser échapper un soupir lourd en imaginant ce qu’il pourrait y avoir de plus. Ses mains demeurent toutefois immobiles, il se retient, hésite un bref instant, relève une main, la rabaisse et réitère plusieurs fois de suite avant de finalement céder, doigts s’enroulant au bas de la chemise du Potter qui met alors fin à leur échange. Greyback est alors ramené sur terre dès que la voix du blond claque dans le silence pourtant mélodieux de la pièce. Eh bien, c’était plutôt inattendu... Le loup ne se sent pas piquer un fard, oreilles se mettant pourtant à chauffer plus que d’ordinaire. Le rouge teinte légèrement ses joues tandis que les billes azur ne quittent pas celles du juge. « Inattendu mais… ? ». Il ne sait pas quoi dire de plus, première fois que le loup a le sifflet complètement coupé. Il ne veut pas aggraver son cas, il craint toujours la réaction du sorcier malgré le fait qu’il ait lancé un second baiser. « Agréable ? » qu’il ose néanmoins en espérant ne pas s’en mordre les doigts. « Inattendu mais… Bien réel ? ». Björn semble lancé des messages par le biais de questions, comme s’il tâtait un terrain pentu sur lequel il n’est pas à l’aise. Et c’est vrai. Il est tout ce qu’il y a de plus mal à l’aise sur ce sujet et surtout ceux des sentiments. Doucement, ses doigts lâchent la chemise de son ami pour venir effleurer sa lèvre inférieure. Il ne voit pas ce qu’il pourrait demander d’autre ou ajouter, il a effroyablement peur d’être rejeté. Il a envie de recommencer, et la chaleur à ses jours prouvent bien qu’Elijah a mis le doigt sur le fameux problème causant la mauvais humeur du loup. Björn, à défaut d’être réellement apaisé, est on ne peut plus calme et éloigné de la colère foudroyante qui provoquait une tension innommable à peine quelques minutes auparavant. Alors il veut recommencer, et il en veut plus, étonnamment, Greyback en veut plus, découvrir autre chose, découvrir le toucher de sa peau sous ses mains. Il en veut plus mais ne sait pas comment faire. Il est comme perdu alors que d’ordinaire il sait pertinemment comment faire.



AVENGEDINCHAINS



OUT FOR BLOOD.
I FOUND PEACE IN VIOLENCE † I'm a poison and you know that is the truth. All your friends think I'm vicious, and they say I'm suspicious.  I'm holding you down, I'm killing you slow. So slow.

Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
you fool† (eliörn)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre II - La belle et le rustre [PV Elië]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Habitations-
Sauter vers: