Partagez | 
Party in the dark ☾ Dylan, Jaina, Lincoln

()
Parchemin envoyé Lun 20 Aoû 2018 - 0:18


- I see everything, I am staff. -
Je suis : Neventer , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 31/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 369 hiboux. J’incarne : Colton Haynes , et l’avatar que je porte a été créé par : Neventer et GALLIFREYS (merci <3) code sign: bat'phanie + img: GALLIFREYS . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Aleksei, l'antropophage, la Greyback ❆ Edwyn, le maudit, le Slughorn Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 32 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Réparateur d'objets magiques, botaniste, potionniste clandestin (mais chut!) J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : C'est un bordel monstrueux. Champ Libre :




Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Party in the dark
Lupin bros

 
« I see everything. All their suffering. Tiny vehicles. Space-age miracles. All our hearts were sore. No fight left in this war. Before the ghostly chase. All those that rearrange. I, taken from those spirals be both kind. Hungry for another piece of mind. Silent and impatient without time. Directionless and innocent. Wards are ours to keep definition free. Unkind and alone. End of the idea. »
Il venait de faire ce qu’il détestait le plus au monde… Prendre la fuite. La première fois, il avait volé la baguette magique de son cousin pour sortir en toute discrétion de sa chambre. La seconde, il avait tout simplement attendu qu’on lui apporte à manger. Il aurait pu se promener en caleçon sur l’île, il n’en avait rien à faire. Il voulait à tout prix sortir de sa chambre. Respirer l’air marin. Arrêter d’être pris pour un malade en phase terminale. Il serrait toujours les dents, si fort depuis des jours qu’il en avait mal à la mâchoire. « J’ai l’impression d’avoir quinze ans, bordel. » Sa phrase fut inaudible.
Il s’était glissé derrière la porte de sa “cellule” et avait attendu que la personne qui devait lui apporter de quoi se nourrir mette un pied dans la pièce « Hein ? Mais… Il est où ? » Il sentait que la personne craignait d’avoir fait une boulette et c’est à cet instant que le Lupin agit. Il rabattu la porte sur son gardien qui, à la fois sonné et surpris, s’était écroulé par terre avec le plateau de nourriture. N’ayant plus rien à perdre, le Lupin lui assena un haut coup de poing à la tête.
Depuis qu’il était arrivé, il n’avait jamais su à quoi ressemblait l’endroit dans lequel il se rétablissait. Les couloirs étaient longs, les murs et les sols étaient en pierre et la décoration se voulait beaucoup plus recherchée que celle qu’il avait dans sa chambre. Drewall rasait les murs, se surprenant parfois à retenir son souffle, cela faisait longtemps qu’il n’avait pas été aussi vigilant. Où pouvait bien être cette satanée sortie ? Des chandeliers éclairaient les couloirs, mais il était dépourvu de baguette, il devait parfois tâtonner dans le noir. Il se sentait complètement perdu et se demandait même si son évasion valait le coup. Je suis prêt à parier que je vais me faire pincer avant de pouvoir mettre le nez dehors. Il avait la sensation d’avoir traversé un salon, un tapis touffu s’était glissé sous ses pieds, puis encore un autre. Et il heurta de plein fouet un morceau de bois creux. Par réflexe, il plongea les mains en avant au cas où il y aurait quelque chose à rattraper. « Merde merde merde ! » Un objet se brisa sur le sol, il s’agissait certainement d’un vase en céramique. « Rah ! Fais chier ! » Murmura-t-il alors qu’il avait pratiquement posé le pied sur un débris de son œuvre. Il était certain désormais que ses sœurs ne tarderaient pas à venir le cueillir avec le boucan qu’il venait de faire.  Drewall atteignit un escalier descendant dans un couloir et lorsqu’il fut en bas, derrière une autre porte, il n’attendit pas avant de sortir, persuadé que l’extérieur se trouvait encore loin. Il se trompait. Un brise légère dans l’obscurité lui caressa le visage. Il entendait les vagues frapper le pied de la falaise. Le Lupin sentit un large sourire naître au creux de ses lèvres. Il avait réussi à sortir.
Dans le noir, seulement éclairé par un morceau de lune, le fugitif avançait sans but précis. Toutes ses pensées avaient enfin pris le large, balayées par le vent. Il n’avait plus rien en tête. Il se demandait simplement où est-ce qu’il irait à présent. Il ne voulait pas quitter l’Île. Il ne voulait pas faire de peine à ses sœurs, ni à ses amis. Il avait déjà suffisamment semé la zizanie autour de lui, à cause de lui. Il comprenait qu’il avait eu tort. Il pensait ne pas mériter l’endroit où il se trouvait, il aurait pu mal finir, ailleurs et seul, avec une personne qu’il détestait. Au lieu de ça, Jaina avait encore utilisé la force pour le remettre dans le droit chemin. Drewall se sentait incapable de la regarder dans les yeux. C’était pareil pour Dylan. Il ne leur avait plus adressé un mot depuis qu’elles l’avaient retrouvé. Elles ne l'entendaient que lorsqu’il hurlait de douleur.
Très proche du rebord de la falaise, alors qu’il avait marché cinq minutes à l’écart du château, le Lupin s’assit et contempla l’horizon plate. Il ne voyait pas grand chose, mais le spectacle éclairé par la lune lui était suffisant. Inconsciemment, il avait pris la décision qu’il dormirait à cet endroit. Drewall s’allongea, il voulait contempler la voie lactée avant de fermer les yeux, un bras derrière la tête. Ce fut le frottement d’un linge contre les hautes herbes qui le mit en alerte. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il constata qu’une présence se tenait au-dessus de lui. « J’ai pas prévu de sauter ce soir, relaxe. »
(c) DΛNDELION


Have a Nice Life
Bloodhail. ▬ I feel the top of the roof come off. Kill everybody there as I'm watching all the stars burn out. Trying to pretend that I care but I didn't, no-one ever does & I would, no-one ever will. Can't you see it's all flown out of my hands & our clothes are all too often ripped & our teeth are all too often gnashed & it lasts as long as it possibly can.

Parchemin envoyé Dim 7 Oct 2018 - 19:58


- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/08/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 467 hiboux. J’incarne : Bob Morley , et l’avatar que je porte a été créé par : HERESY. (avatar) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Amadeus, Niall, Azarius, Cael Je parle en : #C0C0C0



Je suis âgé de : 30 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : En fuite. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Il a le coeur prit par le fantôme de son passé. Raven Yaxley.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Party in the dark

Lupin
&
Lune
Il y avait des choix à faire, il y avait des choix où il fallait réfléchir avant d’agir. Lincoln savait qu’il n’était plus seul, qu’il pouvait faire confiance aux membres de sa famille. Il avait besoin de Dylan, il avait besoin de Jaina pour pouvoir aider ce frère de sang. La situation était délicate. Il aurait peut-être dû joindre Dahlia pour lui en parler, demander son aide aussi car il savait l’importance qu’avait son cousin pour cette jeune femme. Le sorcier avait été présent pour ces deux personnes lors de leur séparation, après tout, ils avaient été là aussi quand il avait eut besoin. La nuit était fraiche, bercée par la demie lune, bercée par l’air frais. Lincoln n’avait plus l’envie de jouer. Il n’avait pas envie de re-vivre l’inquiétude qu’il avait ressentit. Il avait l’impression d’être inutile parfois auprès des siens et quelques fois, il avait l’impression de pouvoir faire changer les choses. Regardant par la fenêtre, il admira la nature. Sa maison dans les bois lui manquait. Son père lui manquait. Ses frères et soeurs également mais que pouvait-il bien faire d’autre. Il prenait soin de ceux qui étaient cher à ses yeux. Il avait toujours besoin d’être auprès des siens, après tout, la famille était ce qu’il avait de plus important dans sa vie. Ils avaient fait le choix d’enfermer Drewall dans une pièce afin de le rendre plus… Adepte de ses moyens. Lincoln l’avait su directement quand il l’avait aperçut en ville. Il avait prévenu alors Dylan, qui avait prévenue Jaina afin de maintenant le secret. La réputation après tout de Drewall était autant en jeu que pour eux. Eux le défendait, lui attribuait la chance de pouvoir se reprendre en mains, tandis que lui, se devait à mené sa tâche de se maintenir en vie tout simplement. Perdu dans ses pensées, il sursauta quand un bruit de casse se fit entendre. Baguette à la main, il divaguait dans les couloirs. Cela pouvait être n’importe qui. Cela pouvait être Jaina mais aussi Dylan, comme un membre de l’OP ou bien, un membre de la famille Lupin. Il préférait tout de même garder baguette à la main, préférant la sécurité avant tout.

Il n’y avait plus de bruits, Lincoln marchait dans un silence de mort. Il ne pouvait entendre que le vent provenant de l’extérieur. Arrivant à la destination qu’il souhaitait, il regarda autour de lui. Il ne voyait rien, ni personne. « Lumos. » Une pointe de lumière jaillissait de la baguette du sorcier. Regardant les alentours, il pouvait s’apercevoir qu’il était à présent seul dans cette pièce chaleureuse. Il remarqua contre le sol quelques morceaux provenant d’un vase brisé. Quelqu’un était bien passé par ici et cette personne n’avait pas prit le temps de ramasser, de nettoyer ces quelques morceaux d’un vase. La personne n’avait pas prit le temps car elle devait certainement être pressé. Lincoln regarda autour de lui. Rien n’avait été volé dans le coin, du moins, c’était l’impression qu’il avait. La personne n’était alors que de passage et un passage rapide et loin d’être efficace. La discrétion n’était sûrement pas son fort. Il soupira. La seule personne dans ces lieux, qui pouvait être pressé et loin d’être efficace dans la discrétion pour une fuite, cela ne pouvait être que son cousin mais Lincoln préféra aller vérifier de lui-même. Il se rendit sur les lieux et constata que Drewall n’était plus dans son cercle. Il aurait dû s’en douter dès le départ mais il espérait que ce dernier ne tombe pas sur ses soeurs. Prenant la direction de l’extérieur, le sorcier rumina dans sa barbe. Il espérait que rien ne se produise ce soir de dangereux ou bien même de terrorisant. Après tout, il pouvait s’attendre à tout. L’air n’était pas glacial mais très frais, l’automne arrivait. Il détestait l’automne. La pluie, le vent, les tempêtes, les températures froides et basses, il détestait tout ça. Il marchait, baguette à la main, l’autre dans la poche dans son pantalon. Si quelqu’un l’interpellait par derrière, il était foutu. Il n’était pas prêt à riposter, bien que baguette à la maison. Il marchait, pensant, réfléchissant, marchant d’une marche rapide, ce qui changeait de sa démarche habituelle où il marchait plus tranquillement, plus posé. Il marchait dans le sens du vent, les cheveux en bataille à cause de la forte poussée du vent. Il marchait, divaguait dans la nature et plus il marchait, plus il s’approchait d’une falaise. La falaise n’était ni trop loin ni trop proche du bâtiment d’où il venait. C’était probablement l’endroit où chacun d’eux pouvaient se rendre pour se vider la tête. Le froid lui claquait sur le visage, les mains gelées, il faisait avec. Quel con franchement. Quelle idée avait eut son cousin pour se cassé sous une nuit pareille, une nuit où les astres étaient au rendez-vous. Il arriva enfin au sommet de cette falaise. Il le voyait, allonger comme si ce dernier était inconscient du risque qu’il prenait. Il s’approcha à pas de loup.  « J’ai pas prévu de sauter ce soir, relaxe. » Au moins, il avait les idées claires, comme ces astres, comme cette lune. « A ta place, je préférais sauté, vu ce qui t’attend par la suite. » Lincoln savait que les deux jeunes femmes arriveraient sous peu de temps. Leur frère était ce qu’elles avaient de plus cher. Elles ne mettraient pas longtemps avant de le chercher. « Je ne sais pas ce qui peut-être le pire entre tes soeurs ou la chute de la falaise . » Lincoln savait que le pire venait de ses soeurs. Il ne voudrait pas être à sa place à cette heure-ci. « Quoi que, j’ai peut-être la réponse finalement. » Ce n’était pas trop difficile à savoir. Lincoln essayait de détendre la situation. Après tout, si Drewall était sortit de sa pièce, c’est qu’il en avait marre de la situation. « Elles le font pour ton bien tu sais, tout ce qu’elles font en ce moment, tout ce qu’elles te font enduré, elles le font pour toi. » Lincoln savait que Drewall comprendrait. Il n’était pas bête. « Elles avaient pas le choix, elles ont prit la bonne décision. » Après tout, Lincoln avait donner également son opinion sur la décision. « Je t’ai connu mieux au niveau de la discrétion. » Faisant allusion légèrement au vase brisé sur le sol. Un vase qui n’avait probablement pas grande importance mais qui avait eu son vécu. « En parlant du loup… » Quelques pas approchaient dans leur direction. Etait-ce l’une des filles pour s’en prendre à Drewall? Il était fort probable que ce soit le cas. « Plus de peur que de mal. » Il voulait rassuré tout le monde. Comme à son habitude.  

camo©️015



I’m not fighting for you. I’m fighting to get back to my family.
- the 100

Parchemin envoyé Ven 2 Nov 2018 - 4:41


- I am Divergent, deal with it. -
Je suis : Kalixow , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/07/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 195 hiboux. J’incarne : Bryden Jenkins , et l’avatar que je porte a été créé par : Lempika. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Judas Mayfair Je parle en : #a8d147



Je suis âgé de : 28 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : botaniste, les plantes, c'est ma passion. J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : HAHAHA. Tu crois vraiment que j'vais te l'dire? *tousse* célibataire et bisexuelle.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

Party in the dark
Drewall, Dylan, Jaina & Lincoln

« Si la liberté grise, la famille rassure. »
Le vacarme l’avait aussitôt alertée et Dylan craignait le pire. Quelle connerie son frère venait encore de faire? Enfin, elle n’avait pas la certitude que le boucan était l’oeuvre de Drewall, mais son intuition le lui criait. La blonde s'extirpa de ses couvertures et enfila son peignoir blanc qu’elle noua autour de sa taille. Ce fracas n’annonçait rien de de bon et elle avait peur, la Lupin. Celle-ci sortit à la hâte de sa chambre et fonça droit vers la chambre où Drewall passait - de force - le plus clair de ses journées. Dylan aurait préféré qu’il ne soit pas séquestré, mais la colère de Jaina serait terrible et elle voulait éviter. Pas que sa soeur la terrorise, au contraire. Il arrivait de tenir tête à Jaina, mais la situation était déjà bien assez délicate comme ça qu’il ne fallait pas empirer le tout. « Oh merde, c’est pas vrai! » Résonna cette voix qui lui était relativement familière. La louve pressa le pas et cessa sa course qu’elle aperçut une jeune femme brune plantée devant la porte ouverte de la chambre de Drewall. Dans les bras de la femme Dylan aperçut un nourrisson à qui elle venait sans doute de donner le sein. Si La Lupin ne se trompait pas, c’était Freyja McGonagall qui se trouvait là, horrifiée de voir la chambre de son meilleur ami vide. Dylan ne put s’empêcher de penser si la brune avait eu droit à des nouvelles de son frère lorsqu’il avait disparu comme il l’avait fait avec Lincoln, au détriment d’elle. La blonde trouvait cela particulièrement frustrant que son frère l’ai laissée dans l'ignorance cette fois. La McGonagall tourna sa tête vers Dylan, alertée. « Ton frère a foutu le camp! » L’estomac de la Lupin se serra. Elle devait le trouver au plus vite avant que Jaina s’en rendre compte. Ça ne serait pas beau à voir. Oh non. « Chiasse de putain d’merde! J’vais aller essayer d’voir où il est et j’vais venir te dire si j’l’ai trouvé ou non! » Lâcha Dylan avant de tourner les talons et de parcourir de long en large les nombreux couloirs qui croisaient sa route. Toujours pas de signe de Drewall. Elle allait le trainer par la peau du cul s’il le fallait, bordel! Ses pas l’emmenèrent finalement dans un salon où des morceaux de vases gisaient sur le tapis. Son petit doigt lui disait que Drewall était sans doute le responsable. De plus, le vacarme qui l’avait tiré des bras de Morphée appartenait sans doute à ce vase-là arrivant au terme de sa chute. Dylan se trouvait donc sur la bonne piste. Enfin! Elle continua de passer au peigne fin les lieux avant de se diriger à l’extérieur. Qu’il ait décidé de sortir relevait de l’évidence. Elle aurait dû y penser plus tôt. Elle ne prit pas le temps de se mettre quelque chose aux pieds et fonça tout droit vers la sortie.

Dylan sortit de leur refuge et ses prunelles bleutées scrutaient le paysage que l’île leur offrait. Elle finirait par le trouver, putain. Elle était inquiète et furieuse à la fois. C’était imprudent qu’il se sauve ainsi et elle n’avait pas envie d’arriver à obliger que quelqu’un monte garde devant la porte de sa chambre jour et nuit. Et s’ils n’avaient pas le choix? Elle poussa un profond soupire. À la température qu’il faisait cette nuit là, elle risquait probablement d’attraper un rhume ou quelque chose du genre. Elle aurait dû prendre le temps de mieux se vêtir que son pauvre peignoir qui se refermait sur son pyjama. Elle croisa ses bras sur sa poitrine dans une tentative un peu vaine de se réchauffer. Elle regarda finalement l’étendue noire et infinie que formait la mer. Et si son frère avait sauté? S’il avait prit le large? Une boule se forma au creux de sa gorge et la moiteur s’empara de ses mains. Elle était terrifiée à l’idée de l’avoir perdu. Encore une fois. Elle allait rebrousser le chemin lorsqu’un voix résonna à son oreille. Elle plissa ses yeux, se concentrant pour entendre. « .... ont prit la bonne décision. » La blonde était persuadée qu’il s’agissait de la voix de Lincoln. Elle s’élança dans cette direction en souhaitant qu’il se trouve en compagnie de son frère. Si ce n’était pas le cas, il pourrait l’aider à le trouver. À plusieurs ça serait plus efficace. Elle espérait simplement ne pas l'interrompre s’il était dans une grande discussion importante avec quelqu’un d’autre. Cependant, elle devait en avoir le coeur net. « Je t’ai connu mieux au niveau de la discrétion. » Cette fois, la louve eu la certitude que son cousin s’adressait à Drewall. Elle accéléra le pas, à la limite de la course. Son frère allait savoir sa façon de penser. « En parlant du loup… » Lâcha Lincoln alors qu’elle leur faisant maintenant face, un expression irritée sur le visage. Oui, elle était heureuse de savoir Drewall sain et sauf, mais elle était agacée qu’il ait prit la fuite. Il aurait simplement pu lui faire part de cette envie. Elle l’aurait aidée à sortir et aurait tenté d’apaiser Jaina comme elle avait l’habitude de le faire. Elle comprenait ce besoin vital d’être à l’extérieur. C’était un trait de famille. « Drewall-Eòghan Lupin! Putain, c’tait pas assez d’avoir disparu sans laisser de traces pendant des mois qui faut qu’tu prennes la fuite encore?! » Fulmina-t-elle en posant ses mains sur ses hanches alors qu’elle le fixait. Elle ne se mettait pas souvent en colère Dylan, mais lorsqu’elle le faisait, il fallait faire attention à son cul. Et puis, c’était surtout son inquiétude qui parlait à la place de sa frustration. « T’aurais simplement pu m’le dire que tu voulais sortir! J’t’y aurais emmené! » Ne comprenait-il donc pas que tout ce que Dylan et Jaina faisait était dans son unique intérêt à lui? Elles se faisaient du soucis pour lui et elles voulaient par dessus tout qu’il aille bien. Ce n’était pas de gaité de coeur qu’elles le faisaient. Les paroles de Lincoln résonnent à son esprit. Plus de bien que de mal. Oui. Il avait raison. « T’avises pas d’refaire un truc pareil, Drew. J’rigole pas. » Ajouta-t-elle sur un ton qui se voulait catégorique. Elle était sérieuse. S’il fallait prendre des mesures plus drastiques que celles employées jusqu’à maintenant, elle le ferait. Avec un pincement au coeur, mais elle le ferait. Elle tourna ses yeux vers Lincoln. Bon, il n’avait pas besoin d’assister à ces réprimandes, mais elle n’avait pu s’empêcher de dire sa façon de penser à Drewall. Et puis, Lincoln c’était comme un frère aussi. « Désolée de te faire assister à cette engueulade. » Lança-t-elle à l’intention de son cousin. Dylan, elle avait hâte que ces problèmes cessent pour de bon. Ne pouvaient-ils pas avoir un moment de répit pour une fois?
(c) DΛNDELION


You and I
ARE NOTHING BUT
WILD BEASTS WEARING HUMAN SKINS

   

Parchemin envoyé Sam 17 Nov 2018 - 15:12


- I see everything, I am staff. -
Je suis : Neventer , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 31/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 369 hiboux. J’incarne : Colton Haynes , et l’avatar que je porte a été créé par : Neventer et GALLIFREYS (merci <3) code sign: bat'phanie + img: GALLIFREYS . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Aleksei, l'antropophage, la Greyback ❆ Edwyn, le maudit, le Slughorn Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 32 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Réparateur d'objets magiques, botaniste, potionniste clandestin (mais chut!) J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : C'est un bordel monstrueux. Champ Libre :




Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Party in the dark
Lupin bros

 
« I see everything. All their suffering. Tiny vehicles. Space-age miracles. All our hearts were sore. No fight left in this war. Before the ghostly chase. All those that rearrange. I, taken from those spirals be both kind. Hungry for another piece of mind. Silent and impatient without time. Directionless and innocent. Wards are ours to keep definition free. Unkind and alone. End of the idea. »
La cavalerie venait d'arriver à son plus grand déplaisir. Lincoln, moralisateur comme jamais lui avait conseillé de sauter au vu du torrent d'insultes et des coups qui allaient jaillir de l'imagination violente et désastreuse de sa sœur Dylan. « Elles le font pour ton bien tu sais, tout ce qu’elles font en ce moment, tout ce qu’elles te font enduré, elles le font pour toi. » Drewall reste allongé sur le dos, les yeux fermés, un bras derrière la tête, il ne bouge pas. Il laisse l'air marin lui attirer la chair de poule et caressant ses bras et son visage. Le Lupin savait qu'il s'était lui-même foutu dans la merde en sortant de ses couvertures en courant, en cassant un vase d'un siècle complètement oublié, en se précipitant vers la sortie à toutes jambes pour se jeter dans l'herbe qu'il n'avait plus effleuré depuis des semaines. « Je sais, Lincoln. » murmure-t-il inutilement à l'adresse de son cousin. Compte tenu du capharnaüm qu'il avait produit, beaucoup avaient dû lever une paupière avant de se rendormir. « J'en suis conscient...mais j'ai besoin de sortir. Vivre entre quatre murs sans avoir le droit de mettre le nez dehors me rend dingue. » Il laissa un silence s'imposer  « Elles avaient pas le choix, elles ont prit la bonne décision...Je t’ai connu mieux au niveau de la discrétion.  » Drewall perdit un rire dans un soupire. « Je crois que je n'ai jamais été discret. » En réalité, il l'avait été une fois pendant un moment, mais à chaque fois il avait fini par se relâcher et se faire découvrir. Il pensait à sa maison, dans les Highlands, dans laquelle il avait pu vivre reclus pendant des années, mais un membre de l'Ordre lui avait rendu visite et avait mis sa vie en danger. C'était à partir de là que tout avait commencé à doucement s'effondrer. Dans l'obscurité, il ferma les poings sur l'herbe, prêt à en arracher des poignées. Il refusait de se souvenir. Les souvenirs allaient s'enchaîner, les mauvaises rencontres, les sentiments désagréables, les visages des personnes qu'il avait déçu ou qu'il croyait avoir déçu... Il réprima un grognement et une envie de se transformer. Oh non, putain, non.... Pas maintenant. « En parlant du loup… Plus de peur que de mal. » Il ouvrit les yeux en grand, stupéfait à l'idée que son cousin aurait pu surprendre un début de mutation. « Drewall-Eòghan Lupin! Putain, c’tait pas assez d’avoir disparu sans laisser de traces pendant des mois qui faut qu’tu prennes la fuite encore?! » Il se redressa d'un bond pour faire face à sœur lorsqu'elle acheva sa longue tirade. Il devrait se faire engueuler plus souvent, grâce à ça, ils avaient évité le pire à nouveau. « Relax Dylan ! Où est-ce que tu veux que j'aille ?! Que je prenne une barque ou qu'avec la force de mes petits bras, je rejoigne l'Angleterre ? Tu sais bien que je suis nul en magie et que je suis encore moins sportif. » Il se rapprocha de sa petite sœur « T’aurais simplement pu m’le dire que tu voulais sortir! J’t’y aurais emmené! » L'obscurité l'empêchait de discerner une partie de ses traits malgré la présence du croissant de lune. « En quelle année ? J'ai l'impression d'être un clébard qui demande à sortir pour aller pisser ! » Ces Lupin-là, la vulgarité, ils l'avaient dans le sang. Un truc hérité de leur paternel, leur mère Marie n'avait rien de grossier. C'était même tout son contraire.  Elle était plus d'un calme extrême, sévère en apparence, mais elle était surtout une crème souriante et aimante lorsque vous lui plaisiez. Elle avait les mêmes cheveux que Dylan, quoique bien plus courts, ce qui la différenciait de ses origines Nott. Elle avait aussi ce truc pour les secrets, comme ses enfants, comme feu son mari, elle ne leur avait jamais raconté pourquoi tant d'acharnement à vouloir rompre avec ses origines en dehors de ses opinions tranchées pour l'Ordre. Cette expression austère qu'elle arborait lorsqu'ils étaient enfants et qu'ils lui demandaient s'ils avaient des cousins ou des cousines. Elle avait honte de leur raconter la vérité. Comme Drew. « T’avises pas d’refaire un truc pareil, Drew. J’rigole pas. » Lorsque Dylan menaçait, ou était à deux doigts de le faire, il valait mieux pour lui d'acquiescer et de ne pas répondre. « Et ça va durer combien de temps ? » À ses risques et périls. C'était une question qui ne méritait pas de réponses. Le temps dépendait de lui, de sa guérison, même s'il ne guérirait jamais, il le savait. S'il avait envie de partir, en quoi cela regardait ses proches mêmes s'ils tenaient à lui et le maintenaient égoïstement en vie ? « Jusqu'à ce que j'aille mieux ? » Il eut un léger rire, rien de drôle, juste un trop plein de sarcasme. Drewall était le pessimisme incarné. Il n'y croyait pas, même si sa santé physique s'améliorait. Mentalement, il se sentait plongé quelque part, là où il n'y avait ni lune ni soleil, ni sol ni ciel, ni vie ni mort. Le néant total et c'était une torture de le supporter. L'Homme a besoin d'un minimum de concret, le néant constant rendait fou. Le Lupin se sentait devenir fou, devant ses proches, devant des personnes qu'il avait à peine connu. Et quitte à avoir honte à mesure que les jours passaient, il savait que du jour au lendemain, cette honte ne serait plus, lorsqu'il se sera jeté du haut de la falaise. À cette idée, il tourna le dos à sa sœur et se rapprocha au plus près du bord de l'Île. Inconscient. Drewall n'avait plus peur de la mort.
(c) DΛNDELION


Have a Nice Life
Bloodhail. ▬ I feel the top of the roof come off. Kill everybody there as I'm watching all the stars burn out. Trying to pretend that I care but I didn't, no-one ever does & I would, no-one ever will. Can't you see it's all flown out of my hands & our clothes are all too often ripped & our teeth are all too often gnashed & it lasts as long as it possibly can.

Parchemin envoyé Sam 8 Déc 2018 - 18:17


- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : MiniBouh , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 21/11/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 19 hiboux. J’incarne : Phoebe Tonkin , et l’avatar que je porte a été créé par : MiniBouh Je parle en : steelblue



Je suis âgé de : 32 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Potionniste J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

Party in the dark

Concentrée au possible sur ce que je faisais, je ne pus m’empêcher d’entendre ce qui se passait dans les pièces les plus proches. A vrai dire, je vivais en permanence vigilance depuis des années alors même si nous étions maintenant sur cette île, normalement à l’abris des attaques, j’avais pas perdu cette habitude. Alors ce n’était pas les petits potions, qui demandait peu d’intention pour une potionniste habituée, que je faisais qui allait réussir à m’occuper suffisamment pour que je n’entende pas les bruits des pièces les plus proches. Au début, j’entendais seulement le silence. Un silence calme, ponctuait parfois d’un ronflement ou des bruits de vie de ceux d’entre nous qui se couchaient le plus tard. Mais bientôt, l’heure avançant les bruits se firent de moins en moins nombreux et cela m’apaisa. Jusqu’à ce bruit de porcelaine brisée, ou de verre peut être. Je manquais de sursauter et tout mes sens se mirent d’eux même en alerte. Un fracas pareil à cette heure avancée de la nuit ? Cela n’avait pas grand chose de normal ou même de rassurant. Tendant l’oreille je ne manquais pas d’entendre quelques jurons, prononcés par une voix que j’étais à peu près sûr de reconnaître. Bordel. C’était la voix de Drewall, j’en étais certaine. Et cela voulait dire qu’il n’était plus dans la pièce qu’on lui avait attribué comme chambre. Pièce qu’il n’était pas trop censé quitté et surtout pas sans notre autorisation. Et je doutais que notre mère le fasse sortir à une heure pareille de la nuit. Je regardais la potion devant moi. Si je m’arrêtais maintenant pour aller voir ce qui se passait, elle était fichue. Et j’avais pas non plus beaucoup d’ingrédients à ma disposition pour pouvoir me permettre d’en gâcher de cette manière. Drew tu fais chier. Oh, il ne pouvait pas m’entendre mais cela m’apaisait de râler dès maintenant. Je me laissais tomber à l’arrière pour récupérer des ingrédients et me dépêcher de finir cette putain de potion. Parce que je ne faisais pas confiances à mon frère pour ne pas faire de connerie. Disons que je me doutais qu’il allait pas seulement en profiter pour aller prendre une douche. Ou même pour aller boire un verre dans un bar, ce qui en soit serait déjà pas une bonne idée mais qui surtout n’était pas vraiment possible dans notre situation actuelle sur l’île. Alors il était fortement plus probable qu’il fasse une connerie. De toute façon Drew n’était pas vraiment connu pour être le plus raisonnable et raisonné des Lupin et ceux depuis très longtemps. J’avais eu espoir que ça change mais son retour m’avait clairement démontré que j’avais rêvé. Dans le fond, j’étais heureuse que ça n’est pas changé, même si j’aurais préféré qu’il se drogue pas. Retrouver Drew, malgré toutes les difficultés que ça avait apporté, m’avait fait plus de bien que je n’aurais cru. Retrouver le même Drew que j’avais connu, différent mais profondément lui, m’avait rassurer. C’était toujours Drew, toujours mon jumeau. Ce serait bien que je m’en souvienne quand je lui tomberais dessus pour lui faire la morale.

Ma potion finit, j’enfilais un sweat par dessus mon short et mon tee-shirt et sortait de notre refuge, jetant un dernier regard désespéré au vase cassé sur la route. C’était définitivement Drew. Je frissonnais en sentant un léger vent sur ma peau mais cela fit aussi relever le coin de ma commissure. J’appréciais ce genre de temps. Je mis quelques secondes avant de commencer à trottiner en cherchant Drewall. Bientôt j’entendis un éclat de voix que je n’eus aucun mal à reconnaitre. Ce n’était pas Drewall comme je m’attendais à entendre mais la voix de Dylan. Et la voix d’une Dylan visiblement pas de bonne humeur. Ce qui me confirmait tout : Drewall s’était bien “échappé” de l’endroit où on le gardait à l’abris, de lui et du monde extérieur, et notre petite soeur s’était lancée à sa poursuite. Se disant surement qu’elle ferait mieux d’être celle qui lui tombait dessus en premier et je pouvais pas lui en vouloir si elle avait pensait à cela. Parce qu’on savait tous que j’étais plus d’une grande patience envers mon frère jumeau. Ralentissant l’allure, je les rejoins en tendant l’oreille pour entendre leur conversation avant d’arriver et savoir ce qui se passait. « T’aurais simplement pu m’le dire que tu voulais sortir! J’t’y aurais emmené! » « En quelle année ? J'ai l'impression d'être un clébard qui demande à sortir pour aller pisser ! » Je me stoppais net en entendant cette phrase là et je ne pus m’empêcher de grimacer. Il était vrai que j’étais pas super clémente dans ma surveillance de Drewall, je le savais. Et je le vivais bien moins bien qu’il semblait le croire. Mais le terme de clébard, assez marqué venant d’un putain de loup garou, me glaça quelque seconde. Un animal en cage… j’avais connu cette sensation aussi. Et maintenant c’était mon la geôlière. Je déglutis et repris mon avancée. On faisait cela pour son bien. Je savais qu’on faisait ça pour son bien. Et que pour le moment je n’avais pas meilleure solution sous la main.

« T’avises pas d’refaire un truc pareil, Drew. J’rigole pas. » J’avais rarement entendu Dylan autant en colère. Etrangement j’avais presque pitié de Drew. Parce que bon, j’étais pas tendre mais tout le monde savait que j’étais quelqu’un de stricte. Que Dylan était plutôt toute douce alors ça surprenait plus. « Et ça va durer combien de temps ? » J’arrivais près d’eux mais ils ne m’avaient visiblement pas remarquer. Du moins Dylan et Drewall, car Lincoln pouvait me voir d’où il était. J’étais tellement pas surprise de le voir ici… Après tout quand il s’agissait de faire n’importe quoi, les Lupin aimaient jouer collectif. Mais je savais aussi que Lincoln nous soutenait dans nos efforts pour essayer de soigner Drew de sa dépendance. Alors je lui laissais le bénéfice du doute que notre frère n’ait pas eu besoin de lui pour faire des conneries. « Jusqu'à ce que j'aille mieux ? » J’interrompais la conversation en me raclant la gorge. J’étais… en colère mais d’une colère froide. J’avais entendu Drew et ce qu’il avait dit… me rappelait ce que je pensais quand notre mère avait décidé, aidé de Dylan, que je ferais mieux de prendre soin de moi à la maison. Les conditions n’étaient pas les mêmes. Mais visiblement encore une fois nous partagions des ressentis mon jumeau et moi même. Oui, jusqu’à ce que tu ailles mieux Drew ! Tu sais pourquoi ? Parce qu’on prend soin de toi bordel de merde ! Enfait j’étais peut être dans une début de colère pas si froide. Crois moi, cette méthode m’emmerde profondément aussi parce que j’ai clairement pas envie de passer mon temps à courir après ton cul plein de puces pour m’assurer que tu fasses pas de connerie. Mais malheureusement, tu fais suffisamment de connerie pour qu’on ait plus le choix. C’était pas si sympa de passer mon temps à m’inquiéter pour lui. Mais c’était mon rôle maintenant. C’était à moi de faire ça maintenant, de m’occuper de tout le monde, de m’assurer que cette famille tenait debout. Franchement casser un vase pour sortir ? Tu nous prend pour quoi ? Tu penses qu’on est la gardiennes d’Azkaban et que si tu veux prendre l’air on va te garder enfermé ? T’es peut être pas en état d’avoir ton indépendance mais je suis passé par là aussi et si tu avais demandé tu serais sorti, accompagné.




Parchemin envoyé


Contenu sponsorisé
- -
 
 
Party in the dark ☾ Dylan, Jaina, Lincoln
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Irlande :: L’Ile Mystérieuse-
Sauter vers: