Partagez | 
Holy Forest ☾ Drelia

()
Parchemin envoyé Dim 19 Aoû 2018 - 23:59


- I see everything, I am staff. -
Je suis : Neventer , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 31/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 369 hiboux. J’incarne : Colton Haynes , et l’avatar que je porte a été créé par : Neventer et GALLIFREYS (merci <3) code sign: bat'phanie + img: GALLIFREYS . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Aleksei, l'antropophage, la Greyback ❆ Edwyn, le maudit, le Slughorn Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 32 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Réparateur d'objets magiques, botaniste, potionniste clandestin (mais chut!) J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : C'est un bordel monstrueux. Champ Libre :




Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Holy Forest
Dahlia & Drewall

 
« When I first saw you you were shy, shy and bright. The summer was boring but I knew we'd be alright. You called in the morning, we met almost at night. Biked through the forest, holy forest full of light. Hiding away now we don't know who we are. Wish we could stay there how come we grew apart. When you first saw me I was shy, shy and quiet. That summer was boring but we knew we'd be alright. »
Un grognement. Un hurlement. L'angoisse montait... tout doucement... Il faisait si chaud. Pourquoi faisait-il si chaud ?! Il n'était plus lui même. Il courait le long d'une route. Des voitures le klaxonnaient. Il ne s'était jamais senti aussi libre, mais il avait peur. Il n'avait confiance qu'en lui même, tout ce que les autres lui inspiraient n'était qu'une vaste appréhension. Il ne voulait plus rentrer, il voulait disparaître. Mais pourquoi ? Il se sentait si bien là où il était, il n'avait plus de raison de disparaître ! Ce sentiment fut, hélas, de courte durée. La rencontre d'une meute de loups le fit changer d'avis. Il était foutu, mais son instinct lui criait qu'il devait le faire. Il devait les traverser, sinon, il n'irait pas au bout de sa route. Leurs grondements étaient beaucoup plus sérieux que les siens, ils l'empêcheraient d'aller au-delà de la limite. L'un d'eux attaqua et les autres suivirent.

À bout de souffle, Drewall Lupin se réveilla en sursaut dans son lit. Il détourna presque aussitôt la tête, aveuglé par le soleil qui éclairait entièrement la pièce. Le cœur battant la chamade, le lycanthrope avait totalement oublié l'endroit où il se trouvait. La panique le submergea, puis la raison prit le dessus. L'Île. C'était là qu'il se trouvait, dans une chambre qui devait à peine faire neuf mètres carrés. Il se laissa retomber sur ses oreillers et se frotta fortement les yeux, comme à son habitude. Drewall contempla l'espace autour de lui. Des murs blancs dont la peinture s'écaillait fortement, l'humidité avait rongé les extrémités de la structure, le parquet avait aussi servi de déjeuner aux mites. Il n'avait pas de table, pas de rangements, pas de tableaux, rien. Il y avait eu un miroir avec des ornements, mais prit de colère quelques jours plus tôt, il l'avait brisé. Il en conserva discrètement un morceau pour ne pas oublier ce à quoi il ressemblait. Une chambre d’hôpital aurait été plus accueillante selon lui. Il y avait quelques livres qui dépassaient sous le lit, mais le Lupin les avaient déjà presque tous terminés. Il se gardait quelques pages en cas d'ennui mortel. Jusque là, il avait toujours réussi à s'endormir pour pallier au manque d'activité. Il ne savait plus depuis combien de temps il se trouvait là. Tout ce dont il se souvenait, c'était de s'être souvent laissé emporter dans des excès de rage et d'avoir éventré sa literie alors que sa lycanthropie le dominait.

Il était constamment en manque. Il avait l'impression que cela durait depuis des années, alors qu'en réalité... Le fugitif n'était enfermé que depuis quelques jours. Jaina l'avait jeté là, avec Charlie, Dahlia et Ollie. Pour le moment, il ne pouvait réaliser qu'elles lui avaient sauvé la vie. Le loup était toujours furieux, et plus ce sentiment grandissait, plus il perdait le contrôle de son corps et donc, de lui-même. Il n'avait jamais fait de crise de sa vie, mais à partir du jour où sa sœur jumelle l'avait privé de sa poudre, il multipliait les crises d'angoisse et de colère. Il en était même venu à se faire mal alors qu'il était à moitié transformé. Apparemment, il lui fallait s'armer de patience pour arriver au bout de ses peines, mais le Lupin n'était pas certain d'y parvenir. Cette épreuve était rudement longue, il était épuisé autant physiquement que moralement. Il se réveillait presque chaque fois trempé de sa propre sueur, il ne voyait personne et restait seul pendant une bonne partie de ses journées en ayant ses pensées pour seule compagnie.

Drewall resta là, allongé sur le dos, à regarder la moisissure au plafond. Sa mâchoire était crispée, ses yeux étaient rouges et humides, il sentait qu'il n'était plus capable de surmonter une aussi grosse épreuve. Il n'avait plus envie de continuer. Cela ne faisait que quelques jours. Il n'arrivait plus à se souvenir de quelle manière il s'était fourré dans ce pétrin. Sa mémoire faisait encore des siennes et ce fut la goutte de trop. Les visages de ses proches commençaient à s'estomper. Il ne se souvenait plus du dernier objet qu'il avait réparé, ni de la dernière plante qu'il avait fait sécher. Il ne parvenait plus à se rappeler de la dernière fois qu'il avait serré Dylan dans ses bras, ni du jour où il avait sourit à sa mère. Drewall se redressa, sentant ses nerfs lâcher, une envie irrésistible de se jeter par la fenêtre, mais avec la chance qu'il avait, quelqu'un devait se tenir en bas et par le plus grand des hasard, le rattraperait avant qu'il ne puisse atteindre le sol. Il fouillait dans sa mémoire, il ne pouvait pas avoir perdu ses meilleurs souvenirs. Le Lupin voyait des visages défiler et lorsque vint celui de Dahlia, il perdit pied. Depuis qu'elle n'était plus là, il n'avait pas été capable de se remettre de leur séparation. Il se rabâchait qu'elle devait être plus en sécurité désormais, mais cette réponse n'était plus d'actualité. À l'époque où elle avait été véridique, les Phénix n'avaient pas encore posé le pied sur l'Île. Il avait choisi de la perdre, sa conscience lui martelait l'esprit avec ses fautes. Elle ne reviendrait plus.

Il poussa un hurlement. Il était tellement anxieux que la moindre émotion dépassant une certain intensité réveillait le pire en lui. Drewall était épuisé de sentir sa colonne vertébrale se modifier, les os de son visage craquer... Haletant et grognant, il avait la sensation qu'il ne serait plus conscient très longtemps, il ne pouvait pas revivre un autre moment comme celui-ci. Il saisit le débris de miroir qui trônait au-dessus des livres sous son lit. Il eut à peine le temps d'apercevoir son reflet qu'il planta la pointe du morceau de miroir vers ses poignets. Comme une délivrance, le lycan ne fut pas aussi soigneux qu'il l'aurait voulu et s'entailla le torse, les jambes et le visage. Il poussa un dernier hurlement. Peut-être était-ce un cri de haine, ou bien le cri de la fin de sa peine.
(c) DΛNDELION; gif GALLIFREYS


Have a Nice Life
Bloodhail. ▬ I feel the top of the roof come off. Kill everybody there as I'm watching all the stars burn out. Trying to pretend that I care but I didn't, no-one ever does & I would, no-one ever will. Can't you see it's all flown out of my hands & our clothes are all too often ripped & our teeth are all too often gnashed & it lasts as long as it possibly can.

Parchemin envoyé Sam 13 Oct 2018 - 21:57


- I see everything, I am staff. -
Je suis : Littlefoot , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 05/09/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 391 hiboux. J’incarne : Taylor LaShae , et l’avatar que je porte a été créé par : amor fati . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Jemima R. Yaxley, Adeline Lovegood & Charlie Weasley Je parle en : #666699



Je suis âgé de : 25 balais , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : J'étais Botaniste à l'hôpital Ste mangouste, maintenant je suis en fuite J’ai juré allégeance : à l'Ordre, mais entre nous c'est un camp comme un autre, je ne sais plus en quoi croire, à cause d'eux, je suis en fuite. Côté cœur, : Ex copine de Drewall E. Lupin, maintenant il paraît que j'ai un coeur de glace Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Holy Forest
Drelia
You want the truth baby ? You're the only one and there will be no one else but you.


Octobre 1992

Il y a quelques jours de cela, Jaina et Charlie m'avaient traîné de force dans leurs intervention. C'est en route vers une usine désaffecté qu'on m'avait tout raconté. J'avais du mal à croire que Drewall pouvait se trouver dans un état pareil. Je l'avais connu si fort, si inébranlable... Je m'étais répété plusieurs fois : ma présence n'est pas nécéssaire. Personne ne m'avait porté la moindre attention, pas même la blonde dont je ne connaissais pas le prénom. Rien n'aurait été suffisant pour me préparer à ce que nous avions affronté une fois passé les portes de l'usine. Lorsque je ferme les yeux, il m'arrive encore de le voir. Allongé sur le sol, une respiration lente et sur le point de passer sa baguette à gauche. J'avais pensé que je n'avais plus la moindre larmes à verser. Entre notre séparation et la mort de notre fils, je croyais avoir épuisé mes réserves. J'ai bien versé quelques larmes pendant que les trois sorcière présente s'étaient dépêché de lui porter secours. Drewall avait réussit l'impossible. Alors que je pensais que mon coeur était déjà dans un sale état, il était venue m'achever. Il avait fait éclater les quelques morceaux qui avaient trouvé le moyen de rester ensemble. Nous ne formions plus un couple, mais je me souciais toujours de lui. J'ignorais même si j'arriverais un jour à me détacher complètement de sa personne. Jaina avait prise l'initiative d'enfermer son jumeau dans une pièce du château. Elle comptait lui offrir une désintox maison. Je n'étais pas allé lui rendre visite une seule fois. J'avais même prise la décision de quitter le château pour m'assurer que je n'allais pas le croiser. Je ne me sentais pas la force d'interagir avec lui et j'ignorais combien de temps cela allait me prendre avant que je sois en mesure de lui adresser la parole. Puisque je n'étais pas prête à quitter l'île, j'avais monté un camp à l'image de la famille Forest.

Bien avant que le soleil ne se lève j'avais eu une conversation avec l'ex copine de Drewall. Elle devait quitter l'île avec Jaina et elles avaient décidé que c'était à mon tour de veiller sur lui. Je ne m'étais même pas donné la peine de m'exprimer sur le sujet. Je savais que mon avis ne comptait pas. Elles avaient déjà prit leurs décision. J'avais décidé de remplir mon rôle à distance. D'où mon camp se trouvait, j'avais une bonne vue de l'entré du château. J'avais entendu Drewall saccagé sa chambre plus d'une fois et j'étais certaine que le moindre son suspect ne m'échapperait pas. La journée c'était bien passé et je devais avouer que son silence m'inquiétait légèrement. J'avais tout fait pour me changer les idées. L'emplacement de mon camp avait été choisit pour garder un oeil sur le château, mais également pour être près des plantes que je faisais pousser pour l'Ordre. J'avais récolter, nourrit et soigner. J'étais sur le point de commencer à faire des onguents lorsque j'entendais un cri provenant de la chambre de Drewall. J'en avait eu des frissons. Je ne l'avait jamais entendu crier de la sorte, certes, il faisait du bruit et nous avait laisser savoir qu'il n'aimait pas être un animal en cage... Sauf qu'il m'était impossible de ne pas entendre la teinte de désespoir dans le fond de sa voix. Je ne prenais pas la peine de détacher ma ceinture qui contenait toute mes herbes sèche et je me dirigeais à grand pas vers la porte du château. Mon coeur battait si fort que j'en avait des pincements au niveau de la poitrine. À peine avais-je mit un pied dans le hall qu'un hurlement pire que le premier retentit à l'étage. J'avais un mauvais pressentiment. Sans me rendre compte j'avais troqué mon pas rapide et je me précipitais vers sa chambre. J'eu un bref moment d'hésitation avant de déverrouiller la porte. La sensation que je n'étais pas la bonne personne pour le calmer. Je chassais mes doutes et j'ouvrais la porte d'un coup de baguette. La scène qui s'offrait à moi me donna envie de m'effondrer. Je l'avais déjà vue allonger de la sorte lorsque j'étais dans l'usine. J'avais fait des cauchemars à la pelter où il laissait tout tomber et il se retrouvait six pieds sous terre. Légèrement déséquilibré, je venais m'appuyer contre le mur de pierre. Je n'avais même pas encore passé le cadrage de porte. « Drewall » Chuchotais-je d'une voix briser. Je filais dans sa direction. Chaque minutes étaient compté. Je venais m'agenouiller près de lui et à peine nos regards se croisèrent qu'il perdit connaissance. Il y avait tellement de sang. Je ne savais pas par quoi commencer, je n'avais jamais suivit de cours en médecine magique. J'appuyais mes mains contre les plaies les plus profonde du loup dans une tentative de ralentir le flot de sang qui quittait son corps. Les autres ne semblaient pas avoir entaillé des veines et j'étais certaine qu'il s'agissait d'entailles mineure. Les mains contre ses deux bras, je pouvais sentir ma lèvre inférieur qui commençait à sautiller. Ma vision se brouilla et j'éclatais en sanglot. Étais-je arrivé trop tard ?! « Drewall Eòghan Lupin » Commençais-je d'une voix chargé de tristesse. « Je t'interdis de mourir » Cette fois ma voix se faisait plus dur. « Tu n'a pas le droit de me faire ça ! » Je venais rapprocher mon visage du sien et je lui chuchotais d'une voix de nouveau brisé. « Je t'aime encore Drewall. » Je sentie un faible souffle contre ma joue et c'est tout mon corps qui se raidissait. Il n'était peut-être pas trop tard ? J'avais du mal à concentrer mon attention. J'étais beaucoup trop émotive. Je prenais une grande inspiration dans le but de reprendre légèrement le contrôle sur moi-même. Je détachais ma ceinture d'herbe et je tendais une main tremblante vers les herbes qui avaient la propriété de faire coaguler son sang plus rapidement. L'important c'était d'arrêter les saignements. Je brisais des branches et je venais les effriterer entre les paumes de mais mains ensanglanter. D'un sors informulé, les résidus se dirigèrent vers les plaies les plaies les plus importante. Comme les herbes n'avaient pas été mélanger à d'autres ingrédients, il y avait des chances qu'il est des sensations de brûlure intense. J'espérais que la douleur serait assez intense pour le ramener.
Made by Neon Demon


Weeping Willow
Giving your past away will heal you for a while, but like the wind, it comes and goes. And by the time you realize how much you miss the one you seek he’s good and gone. - Cocoon

Parchemin envoyé Mar 30 Oct 2018 - 21:01


- I see everything, I am staff. -
Je suis : Neventer , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 31/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 369 hiboux. J’incarne : Colton Haynes , et l’avatar que je porte a été créé par : Neventer et GALLIFREYS (merci <3) code sign: bat'phanie + img: GALLIFREYS . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Aleksei, l'antropophage, la Greyback ❆ Edwyn, le maudit, le Slughorn Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 32 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Réparateur d'objets magiques, botaniste, potionniste clandestin (mais chut!) J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : C'est un bordel monstrueux. Champ Libre :




Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Holy Forest
Dahlia & Drewall

 
« When I first saw you you were shy, shy and bright. The summer was boring but I knew we'd be alright. You called in the morning, we met almost at night. Biked through the forest, holy forest full of light. Hiding away now we don't know who we are. Wish we could stay there how come we grew apart. When you first saw me I was shy, shy and quiet. That summer was boring but we knew we'd be alright. »
Drewall Eòghan Lupin. Ses propres palpitations se mêlaient à cette voix qu'il ne reconnaissait presque plus. Autrefois, il l'aurait reconnue entre mille. De toute façon, il n'y avait que cette voix et trois autres qui se permettaient de l'appeler ainsi. Ses sœurs et sa mère. Il ne pensait à rien. Tout était vide.  Je t'interdis de mourir. Mourir. On aurait pu prendre sa décision pour un simple caprice. Un simple ras-le-bol. Une aversion profonde pour l'existence. Il n'avait pas réellement réfléchi. Son acte était une impulsion entraînée par la douleur. Une douleur physique, une douleur morale qu'il traînait en lui depuis un moment. Tu n'as pas le droit de me faire ça ! Il entendait sans entendre. Drewall se sentait disparaître, glisser à travers le voile de la mort. Il sentait qu'elle était là, qu'elle attendait de pouvoir saisir son âme. Sa main était déjà tendue, prête à être entraînée vers les abysses. Le Lupin n'avait jamais été religieux. Il n'avait jamais cru en rien, pas même en lui-même. Il savait que sa première destination serait la dernière et qu'il méritait plus le néant que le paradis. Je t'aime encore Drewall. Il avait froid. Très froid. Cependant, cette phrase eut un impact sur son rythme cardiaque. Il ne l'avait plus entendue depuis des mois. Les secondes qui passaient lui semblaient être des heures. Il sentait que son corps ne répondait plus mais qu'on déplaçait certains de ses membres pour lui. Puis... Brutalement, une vive douleur le saisi aux poignets. Drewall se sentit parcourir de spasmes. Il avait l'impression qu'on lui brûlait les avants-bras, comme si on avait allumé une torche et qu'on s'attardait sur chaque centimètre carré de peau. Il ouvrit les yeux. Cette fois, la lumière ne l'aveuglait plus. Il avait juste l'impression d'être dans un rêve. Des larmes de douleur roulaient sur ses joues. Il sentait son buste se relever. Il n'avait plus le contrôle de lui-même. Le fugitif perdit connaissance.
Lorsqu'il se réveilla, ses poignets lui faisaient toujours atrocement mal. Drewall croyait qu'il avait réussi, qu'il était enfin passé de l'autre côté. Mais il ne s'attendait pas à ouvrir les yeux. En vérité, il ne s'attendait à rien. La nuit s’apprêtait à tomber, elle baignait la chambre dans une douce lumière orange et rouge, typique des soirs d'été. Le lycan tenta de se relever mais il n'avait pas même forcé sur ses coudes pour essayer que sa peau le tirailla. Il voulut crier ou même laisser un juron sortir mais aucun son ne sortit, alors il se contenta de serrer les dents. Il cligna plusieurs fois des yeux pour y voir clair, mais l'intégralité de la pièce tournait, comme s'il avait abusé du whisky pur feu. Il entrevit les énormes points de suture noirs qui striaient ses poignets tout en longueur, mais il renonça lorsqu'une ombre l'empêcha de trop forcer sur ses muscles. Il fut ensuite plongé dans le noir total.
Drewall n'avait pas reperdu connaissance, il s'était simplement endormi grâce aux effets des puissantes plantes que Dahlia lui avait administrée. À la lumière d'une lampe, le Lupin rouvrit les yeux pour la troisième fois. La nuit était certainement très avancée, le croissant de lune n'illuminait plus la pièce qu'elle avait certainement dépassée depuis un moment. Il avait appris à connaître l'heure en s'y référant. Le fugitif se sentait plutôt désorienté, il ne se souvenait presque plus de la raison pour laquelle il se trouvait là. Il avait la tête légèrement relevée par un gros oreiller, il n'eut qu'à tourner les yeux pour observer la pièce. Il ne s'était pas rendu compte qu'il n'était pas seul dans la pièce. Il reconnut la jeune femme qui s'était endormie près de son lit, ses cheveux noirs coupés au carré, sa douce main reposant près de la sienne. Un simple centimètre les séparait l'un de l'autre. Drewall n'eut qu'à pointer son index sur le dos de la main de Dahlia pour l'atteindre. Un sentiment étrange l'envahi alors. Était-ce elle qui l'avait sorti de là ? Tout lui revint alors en mémoire. Ainsi, il releva ses mains et observa ses poignets. Il ne s'était pas loupé et ces marques resteraient très certainement à vie. Il eut l'envie de froncer les sourcils, comme il en avait l'habitude, mais la peau de ses joues tirait. Il y porta ses doigts et constata que là aussi, il s'était blessé. D'autres zones avaient été touché, comme son torse. Il s'en aperçu après avoir replié sa couverture. Tremblant, le Lupin prit une profonde inspiration, puis son regard tomba dans celui de la jeune femme qui l'avait sorti de là. Il la considéra durant un long moment. Drewall ne savait pas s'il devait la remercier ou s'il devait lui demander de partir. Le loup ne l'avait plus revu d'aussi près depuis des semaines voire des mois. D'une voix enrouée, les yeux lourds, il décida d'ouvrir la bouche. « Dahlia... » Il avait reposé ses mains le long de son corps et ne quitta pas la jeune femme des yeux. Elle avait vieilli depuis leurs dernières péripéties, les traits de son visages s'étaient durcis. Elle non plus, elle n'avait pas forcément bien vécu depuis leur séparation, il s'en doutait. Cependant, le Lupin se força à demander « Pourquoi ?  »
(c) DΛNDELION; gif GALLIFREYS


Have a Nice Life
Bloodhail. ▬ I feel the top of the roof come off. Kill everybody there as I'm watching all the stars burn out. Trying to pretend that I care but I didn't, no-one ever does & I would, no-one ever will. Can't you see it's all flown out of my hands & our clothes are all too often ripped & our teeth are all too often gnashed & it lasts as long as it possibly can.

Parchemin envoyé


Contenu sponsorisé
- -
 
 
Holy Forest ☾ Drelia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Partenariat] Forgotten Forest [manque 1 avis]
» Run Forest Run
» Holy Knight
» Gillian Forest-Whitaker
» Lost in the forest - Jasper & Murphy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Irlande :: L’Ile Mystérieuse-
Sauter vers: