indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
All this sensations ft Amadeus

()
Parchemin envoyé Dim 13 Mai 2018 - 23:24

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Marine , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/04/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 45 hiboux. J’incarne : Margot Robbie , et l’avatar que je porte a été créé par : @liloo_59 . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Crixus&Violet Je parle en : #cc0033

Raven/Margot Robbie

Je suis âgé de : 30 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : langue-de-plomb J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque.
avatar
 
Les pas résonnent dans le couloir vide. Peut-être dérangera-t-elle quelqu'un. Mais elle s'en contre-fiche. Il n'y a vraiment rien qui ne l'intéresse plus que sa propre personne, lorsqu'elle a l'impression d'être en phase avec elle-même. Pourquoi regretter la vie telle qu'on la mène, après tout ? C'est qu'un ensemble de choix, qu'il faut assumer. Hier, elle allait mal. Aujourd'hui, elle va bien. Demain, elle se jettera peut-être d'un pont. La vie est tellement mal faite, qu'elle en fait ce qu'elle veut de toute façon. « Madame, vous devez vous annoncer pour... » Elle ne le laisse pas terminer sa phrase, traversant directement la maison close, sans lui laissant plus de temps de la contredire. « S'il vous plaît ! » Elle l'entend lui courir après, et se retourne d'un coup sec, assez loin pour ne pas le heurter. D'un geste de baguette, elle pétrifie le jeune homme. Bien sûr, s'annoncer. Elle le ferait avec plaisir, si cela ne gâchait pas la surprise.

Ce couloir semble interminable, lorsqu'elle arrive enfin devant la porte. Monsieur Amadeus Black. Cet imbécile de Black a quand même réussi à faire imprimer son nom sur sa propre porte. Ou peut-être l'a-t-il fait lui-même. Pour essayer de se donner un peu de reconnaissance, pour les actes des autres. La seule chose qu'elle ne lui reproche pas, c'est d'être agréable la nuit. Mais qu'est-ce qu'il est immature. Il a failli mettre des jours de préparation en l'air, en une connerie. Depuis, elle trouvait toujours quelque chose à lui reprocher, quelque chose qui l'attire irrémédiablement vers lui. Elle ne se cherche même plus de raison valable, elle déverse la tension sur lui. Elle s'en porte plutôt bien, et c'est satisfaisant. Elle a arrêté depuis quelques instants de marcher, et l'écho de ses talons s'est éteint, laissant place au silence. Peut-être qu'au loin, il y en a qui prennent du bon temps. Mais Raven s'en fiche, elle est là que pour une personne. Une seule qui est susceptible de l'intéresser. Une seule à qui elle a réellement envie de planter la tête dans le mur. Elle a toujours été très contrôlée, mais ses émotions se font de plus en plus instables. Elle est persuadée que la grosses l'a rendue plus colérique, plus irritable, et surtout plus agressive. Elle avait difficilement porté la main sur quelqu'un auparavant, ne se délectant absolument pas de la torture ou du sang, mais tellement plus de l'impact des mots, des émotions, des traumatismes. Elle ne passe pas des heures enfermée dans les sous-sols du ministère pour soigner ses maux, mais pour comprendre comment amplifier ceux des autres. Quel plaisir y aurait-il à faire saigner des gens, alors que les impacts peuvent être tellement plus durables qu'une simple piqûre.

Elle passe la porte, sans frapper. Sans s'annoncer. Elle n'a pas envoyé de lettre, elle n'a pas envoyé de patronus. Ce serait trop mal jouer. Ce serait un échec, que de le prévenir qu'elle vient lui pourrir la vie. Elle n'a pas lâché sa baguette, alors qu'elle pose le premier pied dans le bureau d'Amadeus Black. C'est la meilleure arme qu'elle ait. Elle peut tout faire, elle se sent puissante, et c'est probablement ce qui importe le plus ce soir. Elle referme derrière la porte dans un claquement sec, et contourne le bureau. Elle ne laisse pas spécialement de temps au Black pour s'habituer à sa présence, qu'elle l'a déjà attrapé par le col, et collé au fond de son siège. Elle lui plante sa baguette sous la gorge, et murmure d'un ton froid : « T'as pas fichu de te faire discret, Black. » Elle est quasiment grimpée sur ses genoux, tandis qu'elle le fusille du regard. « Je me demande pourquoi je me retiens de t’arracher ta tête de p'tit con, à chaque fois. » D'un geste plutôt fort, elle le tire vers elle et le sol. Elle n'a pas spécialement plus de force que lui, mais il est léger. A croire qu'il n'entretient aucun muscles. Elle se penche au-dessus de lui, le pointant toujours du bout de sa baguette. « On me pose des questions sur toi, maintenant. » D'un geste, elle envoie une décharge électrique, qui lui hérisse les cheveux sur la tête. « Maman t'as jamais appris à te faire tout petit, quand tu passes la nuit dans le lit d'une gonzesse ? » Qu'il était mal élevé mon Dieu. Si elle ne s'était pas posée de questions, lorsqu'ils avaient été chez elle. Le jeune Black avait réussi à se faire remarquer, en n'étant pas assez silencieux à la sortie. Elle n'a pas réellement fait attention, mais toute la maison semble avoir eu vent de leur nuit. Elle aurait préféré que cette liaison reste le plus discrète possible, bien qu'elle soit certaine que quelques Black aient remarqué es passages successifs dans son bureau, et qu'ils ne sont probablement pas assez cons pour penser qu'elle vient faire affaire. Bien que... Ce serait des propos mal placés, de critiquer les Black. Quand elle pense au service que lui a rendu Artemisia, elle ne se permet pas de les juger. Mais Jemima lui avait envoyé des tas de lettres pour savoir de quoi il en retournait, et même le fin fond de la demeure des Lovegood où se cache Virginia était au courant. Même si elle se plaisir, à profiter de ce gamin, elle n'avait pas spécialement envie de se faire coller une étiquette sur le front. « Tout le monde t'as vu, imbécile. » Elle se relève, et s’assoit dans son siège, ne lâchant ni le garçon des yeux, ni la baguette d'une main.
Parchemin envoyé Lun 14 Mai 2018 - 12:56

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1070 hiboux. J’incarne : Dylan O'brien , et l’avatar que je porte a été créé par : lilousilver (avatar) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lupin, Meadowes, Kingsbury Je parle en : #258369



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Gérant de la maison close J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Coeur froid solitaire Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

Amadeus & Raven

All this sensations


Le bruit de sa plume grince du aux mouvements sur le parchemin. Il est concentré sur ce qu’il écrit, sur ce qu’il entreprend dans son écriture. Il essaie de faire grandir ses lettres car il a une petite écriture, celle qui est illisible pratiquement comme celle des infirmiers. Il souhaite que tout soit parfait au travail, il s’agit de son avenir qui est en jeu. Il sait qu’à la moindre erreur, son paternel l’enlèverait de ce poste de directeur de la maison close. Il le prendrait mal, il le sait car il tient à son poste, à ce pouvoir de tout géré, il aime être dominant dans ce qu’il entreprend. Son travail est probablement ce qui lui reste à compter d’aujourd’hui. Il n’a pas revu Augustine depuis plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois. C’est un choix qu’il accepte, difficilement mais il accepte la situation. Il espère simplement qu’elle aille bien mais aux côtés de Galen Peverell, elle ne peut qu’aller bien. Du moins, c’est qu’il pense. La situation n’a pas été réellement évidente pour lui. Un autre homme est rentrer dans la vie de sa meilleure amie et voilà qu’elle n’a eu que ses yeux pour lui. Se réfugiant de le travail, dans les affaires familiales, il prend de la maturité, bien qu’il reste encore de nos jours avec l’étiquette du petit bébé Black sur son front. Tout semble bon sur son parchemin, il signe de son nom, Amadeus Black et enroule le parchemin, le ferme à l’aide de la cire et de son cachet puis enferme ce parchemin pour plus tard dans son casier de bureau.

Ce travail, il le prend à coeur, c’est probablement ce qui le rend plus vivant, plus précieux, plus important aux yeux de son paternel, essayant de se montrer différent des autres enfants Black bien qu’il sait que son frère aîné sera toujours plus important que lui, en ayant le meilleur rôle dans l’histoire. Pour diverses raisons différentes, il a torturé, il a tué, il s’est acharné sur des gens, prenant son pied à torturé des sangs de bourbes, des femmes ici présentes à la maison close. Il sait ô combien il est à la fois aimé et détesté de tous. Il sait que parfois, certains peuvent être jaloux de lui, après tout, il a tout, argent, pouvoir, famille mais est-ce réellement suffisant pour être heureux? Perdant son compter humain petit à petit en l’absence de Tina, il essaie de comprendre pourquoi elle le rendait différent, probablement parce qu’elle était sa meilleure partie de lui. Il ne le sait pas. Il ferme les yeux. Pense, réfléchit. Il songe à tout ce qu’il entreprendra par la suite. Il aimerait avoir la place de roi, la haute place de la famille Black mais il sait que cela n’arrivera pas. Pas maintenant mais chaque chose en son temps comme on dit. Il est l’ouragan de beaucoup de personnes. Il sait qu’il peut détruire pas mal de monde, qu’il peut enrager la colère de tout un peuple parce que sa personne est détesté de beaucoup de monde. Il est la pénombre lorsque la lune arrive. L’ombre qui suit les gens sans se faire apercevoir. Il passe sa main sur son menton, un geste qu’il répète plusieurs fois dans la journée, signe de concentration pour sa part.

« T'as pas fichu de te faire discret, Black. » Il n’a pas eu le temps de sortir sa baguette, ni le temps de réagir et de s’enlever de son fauteuil de bureau. Il a été prit par surprise et pour le coup c’était réussi. Il se retrouve à présent avec une baguette sous la gorge. Il sait à qui il a affaire. Il connaît la partie sombre de la sorcière, celle qui prend le dessus de sa personne. Raven Yaxley. Il sent cette pression au niveau de son col. Elle le tient fermement par le col de sa chemise. Quelle idée idiote de mettre une chemise pour venir travailler et montrer à ses employés que c’était lui le patron. Il ne lâche pas son regard parce qu’il sait que tout peut aller très vite. « Je me demande pourquoi je me retiens de t’arracher ta tête de p'tit con, à chaque fois.  » Il sourit. C’est un peu comme un signe d’un début de victoire. Si réellement elle avait souhaiter arracher sa tête de petit merdeux, de petit con, parce que, au final, c’est qu’il est, elle l’aurait déjà fait. Mais ce n’est pas le cas. « Probablement parce que tu passes certaines nuits avec moi et que t’en as besoin » Où est-ce lui qui en avait besoin? Il éliminait sa colère, sa nervosité, sa peine auprès d’elle. Il sait qu’il n’a pas besoin de parler le soir quand il est avec elle, tout est dit avec le corps. Elle le tire et lui se laisse faire. Il est étonner de voir à quel point, une femme quand elle est énervée, peut avoir assez de cran, de force, de courage pour affronter un homme. «  On me pose des questions sur toi, maintenant. » Intéressant. Il savait qu’il intéressait les autres, il l’a toujours su. « Et alors? Qu’est-ce que ça peu me foutre? T’as peur que les gens sachent que tu te tapes le petit dernier des Black? » Il sourit de nouveau. Il a envie de rire, de lui rire au nez. Il n’est qu’un gamin mais elle, elle est une femme, qui sait ce qu’elle veut, qui sait ce qu’elle fait, enfin, c’est ce qu’il pense. Lui n’est qu’un gamin qui s’occupe des affaires de tous. Il sait que pas mal de monde est au courant du passage de cette femme dans son bureau; elle est bien la seule d’ailleurs à qui, il laisse l’autorisation d’entrer sans faire acte de présence. Il ne la porte pas dans on coeur, non car il ne porte personne dans son coeur, d’ailleurs, qu’est-ce un coeur finalement? «  Tout le monde t'as vu, imbécile. » Tout le monde? C’était mauvais signe. Il a une réputation à tenir. Il voit déjà les gros titres ‘’ Amadeus Black et la fille Yaxley ’’ ou ‘’ une nuit torride entre Black et Yaxley’’ le gros coup de pub dans la gazette des sorciers. « Parce que tu crois être discrète quand tu cries au bureau ou chez toi? » Il fait un signe négatif de la tête. Il sait qu’ils auraient du être plus prudent, plus préventif mais ils ne l’ont pas été et maintenant, le risque de se faire découvrir est au maximum. « Qui est au courant ? » Tout dépendait des familles. Il sait qu’il peut faire taire certaines familles car le pouvoir le lui permet et l’argent est une aide en plus. Il se relève à son tour, remettant ainsi le col de sa chemise puis regarde la sorcière. Il voit qu’elle ne lâche pas sa baguette. Etonnant. « Ne re-pointe plus ta baguette sur moi Yaxley » Il n’est jamais bon de pointer une baguette sur un des membres de la famille Black. Heureusement pour elle qu’il s’agit là d’un bon coup, autrement, il se serait mêler à l’action. « Mais quelle accueille chaleureuse que j’ai eu là »  Il sort sa baguette par prévention.
  
AVENGEDINCHAINS
Parchemin envoyé Mer 6 Juin 2018 - 15:47

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Marine , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/04/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 45 hiboux. J’incarne : Margot Robbie , et l’avatar que je porte a été créé par : @liloo_59 . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Crixus&Violet Je parle en : #cc0033

Raven/Margot Robbie

Je suis âgé de : 30 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : langue-de-plomb J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque.
avatar
 
Il semble aucunement touché par les accusations, et Raven se demande si elle n'a pas trouvé là juste une excuse pour pouvoir se pointer là à nouveau et lui faire une scène. C'est un jeu. C'est comme ça que tout a plus ou moins commencé, et Raven ne se lasse pas de ce petit jeu entre-eux deux. Après tout, c'est probablement le seul défouloir « sain » qu'elle a pu trouver. Elle n'a pas réellement besoin d'utiliser sa baguette et sa tête pour évacuer la tension avec lui, et c'est ce qui fait qu'elle a accroché. Mais elle ne partagera jamais de sentiments, elle ne porte aucune affection dans cette relation. C'est juste de l'utilitaire. « Et alors ? Qu’est-ce que ça peu me foutre ? T’as peur que les gens sachent que tu te tapes le petit dernier des Black ? » Nan. Évidemment. Bien que... Elle n'aime pas réellement être au centre de l'attention lorsqu'elle ne l'a pas prévu. Elle aime autant qu'on lui foute la paix, et être la première à emmerder le monde. Si bébé Black pense qu'elle est gênée de passer du temps avec lui, alors c'est probablement qu'il n'a pas remarqué à quel point elle pouvait apprécier leurs moments. Elle ne l'avouera jamais, mais c'est le genre de nœud sur la corde qui l'empêche de faire des conneries. Elle délaisse la tension au lit, et pas sur des personnes pour qui elle pourrait regretter. Oh non, toucher le petit dernier des Black ne la dérange pas. C'est être jugée sur ce genre de relations qui la dérange.

Ses yeux parcourent le corps du garçon. Elle a l'impression de l'avoir déjà vu maintes fois, mais elle ne s'en lassera pas. Elle s'est découvert une passion pour les ébats passionnés, et elle tient à ne pas le lâcher de sitôt. Qui sait qui elle trouvera pour le remplacer quand il aura passé la bague au doigt à une fille. Quoiqu'il est encore jeune. « Parce que tu crois être discrète quand tu cries au bureau ou chez toi ? » Elle le fusille du regard. Qui peut bien en avoir quelque chose à faire qu'elle crie ici ? S'il pense que cela va déranger une de ses filles, et bah elle en a complètement rien à faire. Ne crient-elles pas elles ? Pour faire semblant de prendre leur pied en plus. Raven, elle, au moins, elle prend son pied pour une bonne raison. Quelle pauvre vie qu'ont ces filles, enfermées là. Elle n'envie pas leur sort, mais elle n'a pas pitié d'elles pour autant. Elle est indifférente à ces longs couloirs, ses chambres ornées de mille richesses qu'aucune d'entre-elles ne possédera jamais. Non. Elle ne pense qu'au bruit de ses talons quand elle passe là. Le bruit sourd et puissant qui perturbe toute la vie de la maison, et elle sourit, heureuse de foutre un peu de bordel dans cet endroit.

Raven n'est pas réellement réputée pour être prudente, depuis quelques années. Elle a remercié son père d’avoir prétexté à un voyage, quand elle est rentrée à la maison, et elle se sent à nouveau à sa place dans le monde. Elle a essayé de faire abstraction de toute sa vie et de revivre, bien qu'elle en souffre énormément. Elle a eu du soutien, mais elle ne veut pas faire de vagues à son nom. Déjà, parce qu'elle est morte, aux yeux de la moitié de la société sorcière. « Qui est au courant ? » Elle fait semblant de réfléchir, de s'accorder un moment de doute. « Toute personne saine d'esprit qui a bien compris que tu passais tes nuits dans mon lit. Jemima m'a envoyé des lettres pour me poser des questions... Et je doute que les Black soient également étrangers à notre affaire. » Artemisia et Arsenius ont probablement repéré qu'elle passait pas mal de temps là. Si Raven fait confiance à la jeune femme, elle n'est pas convaincue que celle-ci apprécie cette relation bien qu'elle n'en dise pas un mot. Et puis... Raven déteste avoir à se justifier auprès de n'importe qui, et encore plus pour ce genre de... plan. « Je préfère quand ça reste entre nous Black. »

Elle n'a pas bougé, tandis que lui se relève du sol. Elle n'est pas faible, mais le tirer à terre lui a demandé quelques petits efforts. Ça doit manger pas mal, un Black en mal d'amour. Raven préfère avoir la sensation d'être supérieure aux autres, même si ce n'est que symbolique ou significative. Elle a l'impression de tenir en main quelque chose de solide, et pas du sable qui lui glisserait entre les doigts. « Ne re-pointe plus ta baguette sur moi Yaxley » « Je vais me gêner », dit-elle. Ses yeux brillent d'une espèce de lueur malicieuse. Comme si bébé Black pouvait lui faire peur. Elle ne sait pas lequel des deux gagnerait un duel, mais elle pense assez maîtriser pour ne pas craindre grand chose de qui que ce soit. Et encore moins d'un gamin. Vu comment il a manqué de toute faire foirer la fois où on lui a collé sur le dos pour "mourir", elle n'est pas vraiment convaincue de ses capacités. « Mais quel accueil chaleureux que j’ai eu là » Oh ? Mais que préférerait-il au juste ? Qu'elle se glisse délicatement sous son bureau, et prenne le temps de le déshabiller pendant qu'il travaille ? Oh que non. Raven ne s'agenouillerait pas devant lui. Elle change sa baguette de main et se lève pour se positionner face à lui. Elle glisse une main sous sa chemise, et demande : « Quel genre d'accueil préfères-tu ? » Elle se mord la lèvre, et fait jouer ses doigts sur lui. Elle n'est pas venue pour débattre des heures de ce qu'ils ont fait ou pas pour être vus. Elle lui a mentionné l'erreur, mais maintenant elle vient chercher son dû pour ses conneries. Raven a remarqué qu'il avait sorti sa baguette, mais elle n'a pas fait de commentaire. Elle fait monter et descendre la tension à sa guise, sachant pertinemment qu'il craquerait le premier à ce jeu.  Elle sait qu'il prendra le pas sur elle dès qu'il en aura l'occasion. Mais jamais, elle n'a dit qu'elle n'était pas certaine de tenir les ficelles de ce jeu.
Parchemin envoyé Jeu 14 Juin 2018 - 12:25

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1070 hiboux. J’incarne : Dylan O'brien , et l’avatar que je porte a été créé par : lilousilver (avatar) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lupin, Meadowes, Kingsbury Je parle en : #258369



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Gérant de la maison close J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Coeur froid solitaire Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

Amadeus & Raven

All this sensations


Il sait ce qu'il va se produire dans les prochaines minutes qui arrivent. Il n'est pas dupe. Il sait ce dont pourquoi elle est là, ce qu'elle attend de lui comme à chaque fois. Cette relation dîtes secrète ne l'est probablement plus si quelques membres de l'entourage de la jeune femme lui ont fait part des vas et vient du sorcier. Le but était de se faire discret mais il n'est pas bon pour ce genre de chose car il aime qu'on le remarque. Il aime que l'on sache qu'il est là, présent, encore et encore comme il l'est souvent entre ses reins. Au fond, il sait qu'il a une réputation à tenir et si il choisit la mauvaise femme pour un plan de sexe, il sait qu'il entendra parler de lui mais en mal. « Toute personne saine d'esprit qui a bien compris que tu passais tes nuits dans mon lit. Jemima m'a envoyé des lettres pour me poser des questions... Et je doute que les Black soient également étrangers à notre affaire.  . » Son père allait donc être mis au courant de cette histoire. Ce n'était pas le but du tout. Lui ce qu'il veut, c'est simplement s'amuser, simplement prendre du bon temps avec cette femme sans avoir à s'accrocher, sans avoir à s'attacher. Ce n'est qu'une histoire de sexe, une histoire sans sentiment, sans attachement, sans avoir à dire ce qu'il peut ressentir. C'est comme goûter au fruit de la passion, c'est une tentation auquel le sorcier fait face, accepte. C'est comme si quand elle se trouve face à lui, il ne peut lui résister, il ne peut résister à l'avoir pour lui, pendant quelques minutes. Si les membres de sa famille sont au courant, pourquoi ne l'avaient-ils pas convoquer pour en discute comme font les hommes des autres familles ? Après tout, tout ce qu'il fait est surveiller, ses relations, ses gestes, ses actions, tout. « C'est fort regrettable, vraiment » Ironie quand tu nous tiens. Il se moquait de la situation, après tout, il n'avait pas forcément peur d'aller au sens contraire de sa famille au niveau de ses relations. Ce n'était qu'une histoire sans lendemain, juste une question de plaisir. « Je préfère quand ça reste entre nous Black . » Il la regarde. Il sait que si elle revient, c'est qu'il se débrouille bien, qu'elle a besoin de lui pour satisfaire ce besoin, pour éteindre cette colère en elle. « Je me doute que les plans à plusieurs, n'est pas ce que tu désires » Lui aussi préfére que cette situation ne reste qu'entre eux mais il sait que rien ne reste secret trop longtemps. A t-il peur des répercussions que cela peut avoir ? Non, enfin, si peu.

Il lui fait fasse quand il se relève. Il n'apprécie pas franchement le fait qu'elle tient sa baguette entre ses doigts. Il sait que cette femme est capable de beaucoup pour arriver à ce qu'elle désire obtenir. Elle avait souhaiter simuler sa mort, elle avait réussie, lui avait faillit tout faire foiré. Il n'était qu'un gamin à l'époque. Aujourd'hui, les choses ont changés. « Je vais me gêner . » Le genre de réponse qui lui plaît . Il aime les femmes qui n'ont pas froid aux yeux. Il voit en elle, quelqu'un qui sait ce qu'elle veut, la preuve, elle a besoin de lui et il est encore présent. Debout face à elle, il la regarde et ne la lâche pas du regard quand il sent sa main passé sous sa chemise. Jeu dangereux mais il aime le danger, c'est bien connu. Il sait ce qu'elle fait. Elle essaie de le faire craquer en premier mais elle n'arrivera pas. Enfin, il espère. « Quel genre d'accueil préfères-tu » Vient-elle réellement de lui poser la question ? Il la regarde, il pose ses deux mains sur le bureau et non sur elle alors qu'il sait qu'elle en a besoin. Il s'humecte la lèvre inférieur. Le jeu ne doit pas être si facile, trop facile. « Qui te dit que je souhaite un accueil aujourd'hui » Il s'amuse d'elle. Il sait qu'elle ne va pas forcément apprécier sa réponse mais tout ne doit pas être facile, tout ne doit pas être évident. Le plus dur dans l'histoire, c'est qu'il la dévore du regard et que beaucoup de chose dans son regard peut être comprise. Il sent les doigts de la sorcière sous sa chemise. Difficile de résister à celle-ci. Il a envie de la toucher, il a envie de la frôler, il a envie de la possédé mais il doit se contenir, pour le moment en tout cas. « Peut-être qu'aujourd'hui, je n'ai guère envie de toi » Il va probablement s'en mordre les doigts après les dites paroles. Mais rien n'était facile dans la vie. Il la regarde, s'humecte une deuxième fois la lèvre inférieur avec sa langue. Il a envie de parcourir tout son corps avec ses lèvres mais il résiste. Seul le temps le sépare de cette situation. Seul le temps le sépare de la prendre.

Il sait qu'il va se brûler les doigts, que dans quelques minutes, il ne pourra se retenir trop longtemps. Il a envie de la prendre, là, maintenant sur le bureau, sur son bureau. Lui enlever ses vêtements, faire d'elle sa proie comme à son habitude. Il a envie de la rendre folle, de l'entendre soupiré, gémir. Mais la seule chose qu'il fait, c'est la regarder, la dévorer du regard. Il doit se contenir mais le fait de penser à elle, de penser à ce qui l'attend dans quelques minutes, lui donne de la chaleur à son bas ventre. Il a envie de la possédée. Il sait qu'elle ne demande que ça. Qu'elle ne demande que lui pour ce genre de chose. Il a se besoin de la prendre, loin de la manière la plus douce mais plutôt de la manière la plus brutale. Il ne sait pas faire avec les sentiments et puis, il n'y a aucun sentiments. Juste une histoire de sexe. Il sait qu'elle sait y faire, qu'il risque de craquer à tout moment mais il ne veut pas lâcher l'affaire. Il veut voir jusqu'où elle est capable d'aller pour le faire baisser les armes. « Le travail m'appelle probablement Madame Yaxley » Il sait qu'il st entrain de la faire languir. Lui aussi il le ressent ce feu à son bas ventre. Lui aussi il sent comment l'envie est entrain de prendre le dessus. Il a l'impression d'être faible face à elle mais il ne veut pas l'être. C'est lui qui domine, pas elle, lui. C'est lui qui décide du moment, enfin, presque. Il n'a pas forcément prévu de coucher avec elle aujourd'hui mais à présent c'est trop tard. L'envie le brûle de l'intérieur, il a l'impression qu'il n'attendait qu'elle pour rallumer ce braiser après plusieurs jours sans entrer dans son antre.
  
AVENGEDINCHAINS
Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
All this sensations ft Amadeus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wolfgang Amadeus Mozart [Validée]
» Défi Guerre des dieux (oo6) - Amadeus Debussy
» Amadeus :)
» hommage à michel Corringe.
» Les romantiques.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le chemin de Traverse :: La Maison Close-
Sauter vers: