indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
[Flashback] A New Bird in a Cage | Amadeus

()
Parchemin envoyé Lun 16 Avr 2018 - 23:38

- Ripped apart by demons -
Je suis : Wednesday , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/11/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 674 hiboux. J’incarne : Hailee Steinfeld , et l’avatar que je porte a été créé par : LuxAeterna . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Scylla Lestrange & Saoirse Rackharrow. Je parle en : #9999cc

Nothing succed to put me down so far

Je suis âgé de : 20 ans , et j’ai le sang : moldu, mais c'est ma honte, je me cache de cette vérité il y a bien des années que j'ai tiré un trait sur la magie. Dans la vie je suis : sans emploi et prostituée en fuite. J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : j'ai toujours été seule, qui serait assez fou pour accepter mon passé ... Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
A new bird in a cage
Ripped her wings off, push her then watch her fall
02 MAI 1987
La Née-Moldue avait réussi à développer sa discrétion au fil des années. Ne pas se faire remarquer, sembler quelconque, c'était devenue une routine pour elle lorsqu'elle se permettait de sortir. Bien entendu elle laissait faire Alienor le plus souvent possible histoire que même les propriétaires de l'appartement dans lequel elles vivaient ne sachent pas qu'elle existe. En ce jour de Mai le soleil brillait timidement dehors et c'était le jour des courses. Phèdre voulait faire plaisir à son amie et lui préparer un petit quelque chose, un gâteau serait parfait, elle avait donc décidé de sortir. Ali la laissait faire depuis le temps, elle avait appris à sa protégée comment les choses se passaient à l'extérieur. Les sorties de Phèdre étaient donc plutôt rapides, la gamine ne pouvait se permettre de flâner à sa guise, ce serait trop risqué. Ses longs cheveux châtains tombant de chaque côté de son visage, une petite veste noire sur le dos, la Née-Moldue sortit alors de l'habitation de fortune qu'elle occupait clandestinement après s'être assurée qu'elle ne croiserait personne dans les escaliers. Connaissant le chemin par cœur la jeune fille savait où marcher, la tête légèrement baissée, la petite souris était frêle et rapide sans paraître pour autant trop suspecte.

Ses petites commissions terminées Phèdre passa devant une boulangerie dans laquelle elle entra afin d'acheter du pain. Elle prit dans sa main le gallion qui lui restait et se mit à réfléchir. Les temps étaient difficiles pour les deux sorcières, chaque gallion comptait. Elles ne pouvait se permettre de dépenser ainsi. Sa pièce à la main, alors qu'elle voulait faire demi-tour pour sortir du petit commerce de fortune une patrouille de trois agents de la Main Noire fit à son tour son entrée. Phèdre bouscula l'un d'eux sans le faire exprès, ils étaient apparus du néant tous ensemble sans passer par la porte. « Pardon ... » S'excusa-t-elle alors en baissant d'avantage son visage. « C'est l'heure des impôts ! » S'exclama l'un des mages noirs d'une voix curieusement enjouée. La gamine devant eux ne semblait alors ne pas exister. Elle recula un peu, leur faisant de la place pour les laisser avancer jusqu'au comptoir de la modeste échoppe. Le Mage qu'elle avait eu le malheur de bousculer ne la lâchait pas des yeux mais les deux autres commencèrent à faire leur travail, allant dans l'arrière boutique pour s'entretenir avec le patron des lieux. Ça tombait vraiment mal et encore une fois la malchance de Phèdre sembla s'abattre sur son destin. Le chemin vers la sortie à présent presque totalement dégagée la Née-Moldue essaya de s'y frayer sans cette fois bousculer le Mangemort resté là. La tête baissée, alors qu'elle faisait les quelques misérables pas qui la séparait de son échappatoire le Mangemort l'empoigna violemment par le bras lorsqu'elle passa à ses côtés. Elle laissa échapper un soupir de surprise, regardant droit dans les yeux le sorcier. Il avait un visage sévère, grave. « Tu sors d'ici les mains vides petite ? » Fit-il très suspicieux d'une voix calme en détaillant du regard la fillette qu'il tenait d'une poigne de fer. La Née-Moldue acquiesça alors, ne voyant absolument pas ce qu'il y avait de mal là dedans. Elle n'essaya même pas de se débattre, préférant rester coopérative plutôt que paraître trop sur la défensive et risquer d'envenimer les choses. La petite n'avait jamais eu un tempérament belliqueux ou rebelle de toutes façons. « Comment veux-tu que l'on soit payé nous après ? » Le visage de Phèdre se décomposa alors. Cela voulait dire que quelqu'un allait devoir payer. L'homme semblait lunatique et caractériel, c'était peut-être pour cela que les autres l'avaient laissé derrière. « Fais voir ta baguette et décline ton identité. » Reprit-il d'un ton accusateur. La Née-Moldue secoua alors la tête et essaya enfin de se défaire de cette emprise, en vain. Elle savait que la réponse qu'elle devait donner n'était pas la bonne mais le problème était qu'il n'y avait pas de bonne réponse dans ce cas là, même en prenant le parti de mentir éhontément  : sans baguette elle n'était personne et cela la rendait d'autant plus suspecte. Le Mangemort lâche alors Phèdre en la poussant violemment contre le mur, secouée elle reste au sol un moment, la pièce qu'elle tenait lui échappa des doigts et roula à l'opposée de la pièce. « Je ne te le demanderais pas deux fois. » Assure-t-il sans sourciller. Un peu dans les vapes la sorcière ne répond rien, elle porte une main à sa tête qui ne cesse de tourner, la situation devient intenable et elle n'arrive décemment pas à reprendre ses esprits, sans doute trop effrayée. Le sorcier la tire alors par les cheveux en la forçant à se relever. « T'es qui alors bordel ?! » S'impatienta-t-il, la fureur dans les yeux. Phèdre lâcha un petit cri de douleur mais réussit à tenir sur ses deux pieds une fois mise debout. Il la tenait fermement par la racine de son crâne, sa baguette à présent logée dans le cou de la gamine. « Personne ! Je ne suis personne ! » Tenta-t-elle vainement de se défendre. Mais c'était peine perdue, les sorciers qui n'étaient rien devaient périr de la main de ce Gouvernement, c'était bien connu. Ces paroles ne convainquirent absolument pas le mage noir qui envoya la jeune fille voler et s'écraser contre le comptoir de la boulangerie. « Endoloris ! » Le sort vint s'abattre sur la Née-Moldue comme une sentence de mort. Son corps frêle se mit alors à se tordre de douleur dans tous les sens. Déchirant, piquant, cassant, tout cela à la fois, indescriptible tellement la douleur s'acharnait sur chacun de ses muscles, de ses organes et de ses os. La vision noire, Phèdre se sentit partir un instant puis une chaleur l'envahit alors, parmi toute cette souffrance viscérale. Elle n'entendait plus rien de ce qu'il y avait autour, elle ne pouvait ouvrir ses yeux, il lui semblait qu'elle criait mais sa propre voix lui était sourde.

Lorsqu'elle reprit connaissance les trois agents de la Main Noire étaient réunis. Toujours au sol, la gamine avait l'impression qu'un cheval l'avait piétiné pendant une bonne heure. Toutes les parcelles de son anatomie brûlaient. Cette sensation se calma peu à peu une fois qu'elle fut de nouveau parmi les vivants. « Alors là on en tient une bonne. » Pu entendre Phèdre distraitement. Ces mots n'eurent aucun sens pour elle. « Elle est super jeune en plus, ça va faire des heureux c'est sûr ! » Entendit-elle. Ses paupières lourdes réussirent enfin à se lever. Elle pouvait voir les pieds des sorciers, tout trois côtes à côtes. Respirant difficilement la Née-Moldue se souleva un peu, s'appuyant sur ses avant-bras. Alors qu'ils continuaient à bavarder gentiment Phèdre se leva d'un bon et fonça aussi vite qu'elle le pu vers la sortie, poussant les hommes qui se trouvaient au milieu sans retenues. « Pas si vite. Stupefix ! » Le sortilège frappa la jeune fille dans le dos alors qu'elle était en train de tendre le bras pour la pousser. Si près du but elle s'effondra une nouvelle fois. Tout redevint noir.

Ils avaient alors transporté le corps inconscient de la jeune inconnue en le faisant flotter et avaient rejoint le Chemin de Traverse et sa célèbre Maison Close sans plus attendre. Alors que sa dernière pensée avait été que sa vie prenait fin ici c'est vers autre chose que Phèdre se dirigeait, sans savoir, sans même pouvoir imaginer les atrocités qui lui seront faites dans le futur. Elle n'avait que quinze ans et voilà qu'elle allait être présentée en tant que nouveau jouet au bordel tenu par les Black. Entrés dans la bâtisse ils allèrent toquer à une porte en bois. Ils furent ensuite invités à entrer. Le Mangemort qui transportait Phèdre en était d'ailleurs tout excité. « Patron, patron ! On a trouvé quelque chose pour vous ! » Une jeune homme était assis lascivement dans son fauteuil derrière un imposant bureau. Le larbin stoppa le sort de lévitation sur la gamine toujours inconsciente et cette dernière tomba tel un poids mort sur le parquet qui grinça. « Une maso pure et dure ! Elle intéresserait sans doute plusieurs de vos clients. Puis c'est une sale sang-de-bourbe, elle ne manquera à personne ! » La sorcière resta dans les vapes un moment. Elle se remit à respirer lentement mais douloureusement. Elle avait l'impression que sa peau était devenue un seul et même hématome. « Admirez ça. » Phèdre était en train de se tourner sur le côté lorsqu'elle entendit ces mots, elle ouvrit les yeux pour se rendre compte qu'elle se trouvait dans un autre lieu. Combien de temps avait-elle été assommée de la sorte ? Où était-elle ? Alors qu'elle commençait à paniquer le mangemort fier et excité comme une puce lança à son tour le sortilège interdit Doloris sur la jeune fille. « Non ! » Eut-elle à peine le temps de crier. Pas encore cela, c'était insoutenable. De nouveau elle se tordit de douleur tel un ver de terre. Alors qu'elle pensait crier à s'en déchirer la gorge, les trois mangemorts gloussèrent sur place. Et cette chaleur étrangement agréable qui refit surface dans ce tourbillon de torture. Des gémissement de plaisir intense s'échappaient des lèvres de la gamine. Une partie d'elle s'était éteinte, elle ne contrôlait plus rien, elle voulait pleurer et hurler à s'en casser la voix mais non, son corps ne lui appartenait plus lorsqu'elle était sous l'emprise de ce sort immonde. Elle ne comprenait pas, elle voulait arrêter de faire ça mais c'était impossible. « Hihihi c'est magnifique. » Ce délecta alors le sorcier à l'origine du sortilège, ravi de la trouvaille de son équipe. Phèdre perdit de nouveau connaissance après quelques minutes, libérée du sort. « Alors, vous en pensez quoi patron ? » demanda-t-il au gamin derrière son bureau. Si il ne l'intéressait pas, pour sur que le sorcier était prêt à garder ce jouet pour lui tout seul, il s'y voyait déjà.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.

Phèdre : # 9999cc
Mangemort 1 : # cc9966
Mangemort 2 : # ccffcc



I got the feeling that I'm going under but I don't know if I'll make it out alive. You've watch me bleed until I can't breathe, shaking, falling onto my knees, tripping over myself, aching. I'm begging you to come help.

Parchemin envoyé Dim 22 Avr 2018 - 14:57

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 795 hiboux. J’incarne : Dylan O'brien , et l’avatar que je porte a été créé par : luaneshë ( avatar ) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lupin, Meadowes, Kingsbury Je parle en : #258369



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque.
avatar
 

Amadeus & Phèdre

A New Bird in a Cage (FB)


« Patron, patron ! On a trouvé quelque chose pour vous ! »  Il y avait eut quelques coups à la porte afin de demander la permission d’entrer. Amadeus, lui, était sagement et confortablement assis dans sa chaise derrière son bureau. Il n’aimait pas qu’on le dérange et surtout pas quand il travaillait. Il commençait tout juste à prendre les reines de la maison close, il avait encore beaucoup de chose à apprendre, il avait encore beaucoup de chose à faire. Il ne leva même pas la tête pour savoir qui le dérangeait, il avait rapidement reconnu la voix de l’homme qui l’avait interpeller. Le fait qu’on l’appelle patron lui donnait une plus grande fierté qu’il possédait déjà en lui car oui, Amadeus Black se comportait comme un prince et il possédait déjà d’avance une immense fierté qui le bloquait parfois mais qui le sauvait également. « J’espère que vous avez une bonne raison de me déranger actuellement » Il continua d’écrire sur son parchemin avec sa plume, grattant de plus en plus de lettres. « Et que ça en vaut la peine » Il fallait que ce soit important, il fallait que ce soit gratifiant pour lui. Dans cette affaire, le sorcier avait tout à gagner mais il pouvait également tout perdre si il ne faisait pas remporter assez d’argent pour sa famille. Le but était de se remplir les poches le plus possible, de faire ses preuves en tant que jeune prince Black et mangemort mais aussi de montrer à son paternel de quoi il était capable. De montrer qu’il était également bon dans la gestion d’une structure et de montrer qu’il pouvait être aussi bon qu’Arsen, son aîné. Amadeus avait toujours voulut être meilleur que son frère, montrer que lui aussi pouvait avoir une place sur le trône mais il était le petit dernier de la famille, le dernier qui aurait probablement un jour une femme et un héritier. Probablement car l’amour et Amadeus Black, c’était méconnaissable. « Une maso pure et dure ! Elle intéresserait sans doute plusieurs de vos clients. Puis c'est une sale sang-de-bourbe, elle ne manquera à personne ! » Sang-de-bourbe. Ce mot donna des frissons au sorcier. A chaque fois qu’il pouvait punir une sang de bourbe, il prenait plaisir mais à chaque fois, il était dégouter de voir qu’il existait encore cette race dans ce monde des sorciers. « Sang-de-bourbe vraiment? » Il leva enfin la tête en direction des hommes et de la jeune fille. C’était intéressant voir même excitant de savoir qu’il faisait face à une sang de bourbe qui allait probablement vivre l’heure la plus horrible qu’il soit. « Admirez ça. » Le sorcier plaça ses mains en triangle devant sa bouche. Il était concentré face à ces hommes et cette jeune fille. Un doloris de jeter et voilà que le spectacle commençait. Les hommes se mirent à rire tous ensembles, de bon coeur, prenant plaisir quand la jeune fille cria un « non » . « Hihihi c'est magnifique. » Magnifique était le mot. La situation était l’extase en elle-même. Il prenait plaisir à la regarder souffrir. Qui ne prendrait pas plaisir d’ailleurs? Chaque sang pur devaient prendre plaisir dans une telle situation, autrement, il pensait que quelque chose clochait.

« Alors, vous en pensez quoi patron ? »  Il n’avait pas prit la peine de se lever de sa chaise comme un patron mais il n’avait pas cessé de regarder la jeune fille en question qui était plus jeune que lui. Il regarda les hommes puis la jeune fille. Il savait que cette fille ferait l’affaire dans son ancre, qu’il en fallait des jeunes filles pour faire saliver les hommes. Des femmes plus âgées et des femmes plus jeunes. « Je dois dire que je suis étrangement surpris de votre pépite aujourd’hui » Amadeus ne chassait jamais les femmes, il savait que d’autres hommes allaient s’en charger. On lui emmenait des femmes, de divers genres, de divers styles, de tout âges. Il en avait vu des femmes mais il prenait toujours les meilleures pour ce lieu. Probablement les plus jolies, probablement les plus efficaces. « Vous avez là quelque chose de jeune et pleine de vie je suppose » Il décroisa ses doigts et se mit une main au menton. « Quelque chose d’inépuisable et qui a le temps de voir les parts les plus sombres du métier » Le sorcier faisait attention aux femmes qui prenaient le temps de travailler pour lui mais il ne fallait pas compter sur une augmentation du salaire car c’était un refus catégorique. « Vous allez bien nous faire une petite offre? Pour une sang de bourbe en prime » Il est vrai que les hommes avaient fait une touche remarquable pour aujourd’hui et pourtant ils étaient de vrais crétins. Des crétins auquel Amadeus n’accordait aucune importance, il se moquait juste d’eux, se servait juste d’eux, comme à son habitude avec les gens. « Plus vous réclamez, plus vous n’aurez rien comme gain, suis-je bien clair ? » Amadeus ne pouvait guère voir le besoin de l’argent car sa famille et lui, étaient riches. Il voyait déjà tellement de personnes dehors a réclamés de l’argent en faisant la manche. Le genre de chose qui dégoutait le sorcier. « Je vous propose la somme de 200 gallions que vous partagez naturellement entre vous » Evidemment, il savait que les hommes face à lui, n’accepteraient pas la proposition. « Mais c’est trop peu patron ! Penser à nos familles  » Penser aux autres ? Etait-ce une blague que son interlocuteur proposait au sorcier ?  « T’ai-je déjà dit que je me foutais bien de vos familles » Misérable. Il aurait pu ressentir un haut de coeur à cet instant. Penser aux autres lui était impossible; il ne pouvait pas se forcer à être différent. « Mais je veux bien faire un effort pour cette pépite. Ma dernière offre est de 350 avec une prime de 50 pour le statut  » Sang-de-bourde. Elle reviendrait donc à 400 gallions à partager entre eux. Une offre plutôt raisonnable. « Maintenant partez avant que je ne change d’avis » Faisant signe de la main pour dire aux sorciers de partir, il se retrouva seul avec cette sorcière dans son bureau. Il n’avait pas prit la peine de se présenter mais tout le monde le connaissait déjà d’avance. « Nom, prénom et âge espèce de sang-de-bourbe » Il prépara sa plume afin de prendre les notes que lui donnerait la sorcière. « Je réserve une belle surprise pour celles qui sont comme toi » Souffrance est la surprise. « Le monde est bien organiser, j’arrive à mettre la main sur ton espèce sans que j’ai à bouger le petit doigt » Quelle jouissance. Il se leva de sa chaise, passant une main sur sa chemise blanche. « Nous allons commencer, es-tu prête? » dit-il alors en rigolant dans sa jeune barbe. Un rire qui aurait pu faire peur à plus d’une personne. Un rire qui n’appelait que le mal en personne.
  
AVENGEDINCHAINS


Suddenly, I'm a fiend and you're all I need, all I need, all I need ( Camila Cabello, Never Be the same)

 
[Flashback] A New Bird in a Cage | Amadeus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un étrange marécage : Qu'allons nous y découvrir ?[FlashBack Berenice, Tatsou, Phoebe Bellamind, MS]
» BELGIQUE (La Louvière): cage 14 croisée (griffon) épagneul
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» Wolfgang Amadeus Mozart [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le chemin de Traverse :: La Maison Close-
Sauter vers: