indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
In the violence ft Crix

()
Parchemin envoyé Ven 6 Avr 2018 - 23:01

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1070 hiboux. J’incarne : Dylan O'brien , et l’avatar que je porte a été créé par : lilousilver (avatar) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lupin, Meadowes, Kingsbury Je parle en : #258369



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Gérant de la maison close J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Coeur froid solitaire Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

Amadeus & Crixus

In the violence


Une silhouette parcourt le long couloir des ténèbres de la maison close, frôle les murs du bout de ses doigts dans un silence de mort. La silhouette se déplace tranquillement sans faire le moindre bruit; ouvre une porte et entre dans les ténèbres, faisant acte de présence. Amadeus Black, dernier enfant de la famille Black, entre dans son bureau où une grande vitre lui montre la rue des sorciers. Il pose sa veste sur le porte manteau et regarde le mauvais temps l’extérieur. De la pluie, encore de la pluie, depuis quelques jours, la pluie ne cessait de s’étendre sur le pays, laissant présager quelque chose de morose. Il avance en direction de la fenêtre et lui fait face en croisant les bras sur son torse. Il lui manque quelque chose à travers la vie qu’il a décidé de mené. Il lui manque quelqu’un mais il ne peu rien n’y faire. Il pense, il réfléchit, il fait acte de bon sens. Il a choisit très rapidement la voie des ténèbres et il fait partit du monde de la magie noir. D’un coup de baguette, la pièce s’assombrie et ne repère que les lueurs de la lune. Cette lune qui sert de source de lumière pour cette soirée. Quelques lumières des bâtiments extérieur illuminent doucement la ruelle. Amadeus regarde, il admire cette force qu’il gagne jour après jour en prenant son rôle de gérant à coeur. Il se passionne à faire ce qu’il fait. Il gère à lui seul la maison close et cela porte ses fruits. Il sait qu’il doit se débrouiller seul, qu’il ne doit pas demander de l’aide pour prouver à sa famille et surtout son père, qu’il est capable de gérer quelque chose. Qu’il puisse être fier de lui. Dans l’enfonçure de la pièce, son bureau, d’un bois net avec une peinture noir. Des parchemins s’y trouve concernant la gestion des filles de la maison close, concernant les clients, bien que quelques uns demandent le secret. Evidemment, le secret est maintenu au sein de la maison close. Amadeus respect le fait que certains décident de se faire plaisir derrière le dos de leur compagne, de leur femme mais si une histoire doit éclater au grand jour, une situation tendue entre un couple, une mise en scène devant la maison close, il ne dirait jamais non. Il s’approche de son bureau et examine les derniers documents. Il regarde les noms des clients, il regarde chaque sommes déposées. Il se passe la main dans les cheveux et lève les yeux en direction de la fenêtre. L’heure est proche et la soirée ne fait que commencer.

Toc Toc Toc, trois coups à la porte et quelqu’un entra dans l’entre du prince Black. « Monsieur, nous avons notre premier client et il s’agit de Monsieur Lovegood »  Monsieur Lovegood? Ne pouvait-il pas être plus précis? Dans tous les cas, Amadeus ne peut rester assis très longtemps et se lève en direction de son serviteur. « Crixus Lovegood Monsieur » Bien, très bien, depuis le temps qu’Amadeus entend parler de lui, il allait enfin pouvoir rencontrer cet homme dont les avis étaient très… Mouvementés à son égard. Mais il fallait qu’il fasse bonne figure face à cet homme plus vieux. Amadeus avait entendu de cet homme qu’il travaillait auprès de créatures magiques. Une biquette était-elle une créature magique? Il remet le col de sa chemise correctement, passe un coup de main dans ses cheveux et s’apprête à entrer en action. Il avance, à pas sur, sur de lui. Il s’approche de l’homme, plus grand, plus fort que lui mais il n’a pas peur. Il sourit, sourit d’une sureté au maximum. Amadeus n’a pas peur de s’aventurer parmi les plus grands rangs. Enfin, les plus grands, personne n’était plus grand que lui. Ni au dessus de lui à part son paternel. « Monsieur Lovegood, je vois que vous êtes venu voir les plus belles femmes du pays » Il fallait vendre, il fallait faire rêver les clients, il fallait faire voir la beauté de la gente féminine. « Vous avez fait le bon choix, mes filles sont prêtes pour vos yeux » Il fallait faire valoir les femmes qui travaillent ici comme des joyaux et non comme des… Enfin voilà. « Vous avez probablement les plus belles créatures fantastiques chez vous mais ici, j’ai les miennes » Le mensonge est une habitude chez le sorcier. Il avait menti à tout le monde et même à lui-même. Mais face à lui se trouvait un homme, un coéquipier qui verrait le jeu d’Amadeus rapidement. « Bien évidemment, aucune de mes filles ne méritent de gestes disons… Trop violent, vous voyez ce que je veux dire » Il regarde le sorcier, essayant de capter son intérêt. « Vous avez l’embarra du choix, la musique se mettra en route dès que votre femme sera choisie, vous avez le choix entre du piano ou bien quelque chose de plus rythmé   afin de suivre la cadence » Amadeus n’aime pas qu’on se joue de lui, il n’aime pas être protecteur envers les femmes car elles ne méritent pas son respect ni son intérêt mais elles, travaillaient pour lui et il était évident qu’il devait montrer que c’était lui le chef ici. « Ce ne sont pas vos biquettes, vos créatures mais les miennes, suis-je clair? » Le ton était présent mais il était surtout préventif avant tout pour démontrer que c’était lui qui décidait et pas quelqu’un d’autre. Il regarde le sorcier et claque des doigts, amenant les femmes sur une musique dynamique digne des pubs anglais. « Faites vous plaisir Monsieur Lovegood » Le sorcier se mit à sourire mais pour combien de temps?
  
AVENGEDINCHAINS
Parchemin envoyé Mar 24 Avr 2018 - 14:30

- I see everything, I am staff. -
Je suis : Marine (Authenticity) , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1840 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : @VOCIVUS . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Raven Je parle en : #ff4500

Scyllus

Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je convoite une certaine main. Champ Libre : test

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Voilà des jours qu'il pleut. C'est insupportable. La magie qui protège les élevages de la pluie rend toutes les bestioles nerveuses, et c'est un vrai calvaire de travailler dans ces conditions. Hier matin encore, Crixus a échappé de peu à une morsure profonde. Ils ont dénombré pendant cette période pas moins de sept maladies, et le budget soins en a pris un réel coup. Crixus a préféré laisser son frère prendre la main sur les affaires tandis qu'il est allé boire un verre, et se détendre. Ses pas l'ont naturellement porté vers la maison close, tandis que le battement des gouttes d'eau lui brisent les tympans. C'est un déluge, une pluie torrentielle même. Il n'avait pas vu ça depuis bien des mois. Ce n'est pas terrible pour les affaires, puisque les clients n'aiment pas spécialement se déplacer dans ces conditions. Le mangemort passe à son habitude la porte sans même la regarder, lorsqu'il est accueilli par un employé. Il sourit d'un air entendu, lorsque celui-ci lui annonce qu'il va chercher son patron. C'est bien la première fois qu'on lui fait le coup, de celle-là. Il n'est jamais accueilli par le patron lui-même, mais il faut bien une première fois à tout. Crixus reste assez sceptique sur cette idée, il ne vient pas spécialement ici pour être embêté avec des broutilles.

Le Lovegood est resté quelques instants dans le hall les bras croisés, quand l'employé lui emmène un gamin. Quinze bons centimètres de moins que lui, aussi épais qu'un haricot. Visiblement, les Black n'ont pas fait que de beaux enfants. Crixus trouve cela assez dérisoire de devoir tenir la conversation à un adolescent avant de faire sa besogne. « Monsieur Lovegood, je vois que vous êtes venu voir les plus belles femmes du pays » « Certainement », lance-t-il nonchalamment, tendant la main au jeune Black. « Vous avez fait le bon choix, mes filles sont prêtes pour vos yeux ». Il n'en demandait pas moins, après tout. Il aurait été très mal convenu de ne lui servir que du thé, lorsque c'est de la demoiselle qu'il demandé. Crixus déteste attendre, et encore plus ne pas obtenir ce qu'il veut, mais ce gamin semble encore plus imbu de lui-même que lui. Crixus lâche un petit rire nerveux, lorsque le jeunot lance : « Vous avez probablement les plus belles créatures fantastiques chez vous mais ici, j’ai les miennes ». Si c'est cela qu'il appelle des créatures fantastiques, il ferait mieux de revoir un peu sa collection. Crixus a vu beaucoup de filles différentes ici, mais rien qui n'arrive à la cheville de celles qu'il peut aller pêcher directement lui-même sur le terrain. Il trouve les filles de la Maison Black bien trop faciles, la plupart pleurent au moindre coup porté. Elles n'ont pas la fougue de certaines impures qui se battent pour leur maison, leurs enfants, leurs familles. C'est celle-là qu'il préfère. Crixus ne se refuse aucun mets. Mais il doit avouer que parfois les repas de la maison close sont un peu... insipides. « Je doute que nous ne jouions dans la même cour, jeune homme. » Il le fixe, haussant un sourcil. Il trouve ses propos bien amusants, mais dénués d'intérêt. « Bien évidemment, aucune de mes filles ne méritent de gestes disons… Trop violent, vous voyez ce que je veux dire » Crixus reste scié par la menace. Il trouve l'audace de ce gamin assez déplacée, mais ne pipe mot, tandis qu'il réfléchit. Pour connaître Arsenius, il se demande ce que les prestigieux parents Black ont pu rater chez ce gamin-là. Il semble totalement imbu de lui-même, ou en train de tenter d'imposer des règles sur des choses qui le dépassent. Crixus trouve que dans le fond, il lui fait penser à Xéphandre. Ils veulent faire leurs malins sans avoir aucune connaissance de ce que peux être réellement la vie. Quoique le jeune Lovegood semble mieux se débrouiller que le jeune Black. Celui-là est bien trop amoureux de lui-même, pour sûr. Même Crixus sait reconnaître qu'il s'aime, mais pas à des sommets aussi hauts que ceux atteintes par le gamin. N'a-t-il donc peur de rien ? « Vous avez l’embarras du choix, la musique se mettra en route dès que votre femme sera choisie, vous avez le choix entre du piano ou bien quelque chose de plus rythmé afin de suivre la cadence » Il manque d'éclater de rire à cette idée. Mais il les connaît toutes, cher ami. Il sait lesquelles il préfère et lesquelles il ne veut pas toucher. A moins qu'il n'en ai récupéré dans la semaine, Crixus les a toutes vues. Il les a toutes demandées, une par une. Comme un critique culinaire goûterait chacun des plats de la carte d'un restaurant. Toutes.

« Ce ne sont pas vos biquettes, vos créatures mais les miennes, suis-je clair? » Voilà qu'il recommence. C'est pire qu'un jungle de publicité. il se demande si le Black a eu vent de certains de ses... amusements sur ces jeunes femmes, pour lui parler de la sorte. Pourtant, il remets toujours tout en ordre. Qu'elles se plaignent, ce serait une chose, mais il se demande quelle parole est la plus censée, celle d'une impure ? Ou celle de quelqu'un dont la pureté du sang st indiscutable ? « Faites vous plaisir Monsieur Lovegood », balance le propriétaire des lieux. Crixus regarde les jeunes femmes, sans réellement les voir, et se tourne vers lui pour lui répondre : « Sincèrement, mon ami, vous semblez en avoir bien plus besoin que moi. » Le Lovegood ne paie rien pour attendre et s'assoit sur l'une des banquettes de la pièce, tendant la main vers la place à côté de la sienne pour la proposer au gamin. C'est drôle, cela lui fait pense à la première fois qu'il a emmené Xéphandre ici.

Crixus s'est installé tranquillement, les jambes croisées, aussi à l'aise que s'il était chez lui. Il jette un coup d'oeil de temps en temps au spectacle, et finit par ajouter : « Laquelle choisiriez-vous ? Elles sont toutes si... dociles et frêles, vos créatures. » Il hausse un sourcil. « Ne me dites pas que vous n'en savez rien, vous ne testez pas la marchandise ? » Il éclate d'un grand rire, fixant une jolie petite blonde qu'il apprécie. C'est l'une des plus tenaces, et c'est ce qui lui plaît chez elle. Il marmonne, peu fort : « Qu'apprend-on aux jeunes, de nos jours. »


“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury

Spoiler:
 

Parchemin envoyé Mer 25 Avr 2018 - 15:03

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1070 hiboux. J’incarne : Dylan O'brien , et l’avatar que je porte a été créé par : lilousilver (avatar) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lupin, Meadowes, Kingsbury Je parle en : #258369



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Gérant de la maison close J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Coeur froid solitaire Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

Amadeus & Crixus

In the violence


Amadeus Black avait l’étiquette de gamin sur son front. Personne au fond, ne respectait cet homme de vingt trois ans et pourtant, il avait démontré toute sa classe et sa grandeur depuis le temps. Il était Amadeus Black, le dernier de la fratrie mais il voulait se démerdé, sans avoir à demander l’aide de qui que ce soit dans sa famille. Il voulait qu’on le respecte pour son nom, sa grandeur, sa fortune, son pouvoir et le fait de recevoir des hommes comme le Lovegood présent, lui démontrait à quel point, il pouvait faire quelque chose ici, en tant que gérant, patron de la maison close. Serrant la main du Lovegood, il était fier à l’idée de démontrer toutes les perles rares qu’il possédait dans ces lieux. Des brunes, des rousses, des blondes, des jeunes, des plus âgées, tout ce qui fallait pour les mangeurs de femmes, ou pour survivre en cas d’appétit. « Je doute que nous ne jouions dans la même cour, jeune homme. » Evidemment. Amadeus ne représentait qu’un sale gamin aux yeux des sorciers, aux yeux de son camp. Il lui était difficile de toujours faire face aux sorciers les plus anciens mais il savait garder la tête haute, le dos droit et de répondre quand il était nécessaire mais Amadeus en avait marre de cette étiquette, il voulait grandir, mûrir, devenir un homme, un vrai et plus ce gamin. « En effet, je constate que vous êtes vieux et que je suis jeune, vous avez toujours une bonne vision malgré votre âge » Il était jeune, il était dynamique, il voulait réussir dans ses affaires, dans ce domaine, le domaine des affaires familiales. Il voulait que son père soit fier de lui, bien que chez les Black, ce genre de chose n’avaient pas vraiment lieu d’être. « Sincèrement, mon ami, vous semblez en avoir bien plus besoin que moi. »  Avait-il réellement le besoin de se faire une catin? En aucun cas. Il n’avait jamais trouver ces filles alléchantes. Il préférait les femmes, avec du caractère, celles qui ne disent jamais oui pour tout, celles qui savent dire non. Il préférait les brunes, celles avec le sang pur. Il préférait mais il ne trouvait guère une femme intéressante pour lui. Probablement parce qu’il méritait mieux que ces femmes, ces saintes. Les femmes étaient des démons. Elles étaient le diable en personne pour Amadeus. Il savait que les femmes, ne savaient jamais ce qu’elles voulaient. C’était bien connu. « Je vous assures que de ce côté là, tout va bien » Personne ne savait quoi que ce soit à ce propos vis à vis d’Amadeus et tant mieux. Il aimait avoir ses secrets et même son journal n’avait rien d’écrit à l’intérieur à ce propos.

Il s’installa non loin du sorcier. Amadeus était distant quand il s’agissait d’être proche d’un autre sorcier. Il préférait laisser une distance face à ce sorcier. « Laquelle choisiriez-vous ? Elles sont toutes si... dociles et frêles, vos créatures. » Il savait qu’il ne choisirait personne. Elles étaient toutes bonnes à se faire entretenir la toiture. Lui ne voulait pas jouer à ce jeu là, pas avec ces femmes. « Ne me dites pas que vous n'en savez rien, vous ne testez pas la marchandise ? » La marchandise, il la regardait, il l’admirait, se mettait dans la peau de l’homme en proie qui recherche à se faire plaisir au niveau des yeux, des mains, du corps mais il n’allait jamais plus loin. Jamais. Il respectait le fait qu’elles bossaient pour lui. « Navré de vous décevoir mon cher ami mais je ne test pas mes créatures » Le sorcier regarda alors ces demoiselles commencer à accueillir les autres clients. Chaque clients étaient important. Tous. Sans exception. « Qu'apprend-on aux jeunes, de nos jours. »  De nos jours? Encore un qui repensait à son ancienne génération de sorcier. Il y avait toujours cette fameuse distinction entre les générations. Mais aujourd’hui, c’était aux plus jeunes de réussir, comme lui. « En aucun cas de se taper des catins » Amadeus avait de l’estime pour lui-même. Il méritait mieux que toutes ces femmes, cherchant à gagner leur vie en travaillant pour lui. Vendant leur corps. « Voyez-vous, ce que je préfère dans mon métier, ce sont les affaires » Le sorcier claque des doigts et un serveur amena deux flûtes de champagne. Un bon champagne, le meilleur qui puisse exister. « Mais le fait que les clients puissent passé un bon moment sans que leur femme ne le sache, me plaît également » La plupart des hommes qui se rendaient sur les lieux, étaient de simples menteurs, qui se faisaient plaisir sans que leur femme ne le sache ou ne doute de quelque chose. Amadeus regarda le sorcier Lovegood. Il remarqua le regard du sorcier sur une des ces femmes. Une blonde. Amadeus n’aimait pas les blondes, enfin, elles n’étaient pas son genre physiquement. « Elle se nomme Bellatrix et elle encaisse plutôt bien d’âpres mes clients » Prince Black se mit à boire une gorgée de sa flute. Il n’était pas un adepte de l’alcool mais pour cette occasion, il sortait le grand jeu. « Mais pour un Lovegood, il faut une femme de caractère non ? Pas une petite sainte qui dit oui à tout » C’était également le genre de femmes qu’approuvait Amadeus. « En parlant de femme, je m’étonne que vous soyez ici, dans ces lieux. J’aurais cru que vous recherchiez une dame de confiance pas une catin bonne qu’à être piné, à moins qu’elle ne le sache pas et ignore votre aventure ici » Amadeus se ferait un plaisir de joindre cette nouvelle à cette dame en question, si il y avait une dame naturellement.
  
AVENGEDINCHAINS
Parchemin envoyé Mar 15 Mai 2018 - 21:20

- I see everything, I am staff. -
Je suis : Marine (Authenticity) , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1840 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : @VOCIVUS . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Raven Je parle en : #ff4500

Scyllus

Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je convoite une certaine main. Champ Libre : test

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Son rire s'éteint, tandis qu'il ne quitte pas des yeux la jeune femme. Son regard n'a même plus le temps de s'attarder sur le gamin des Black. Il trouve ce comportement tellement hautain, qu'il se demande ce que cela qu'aurait donné s'il s'était regardé dans un miroir au même âge de lui. Probablement était-il pareil... A l'âge d'Amadeus,  il rêvait déjà de grandeur. C'est également pile l'âge qu'il avait, lorsqu'il a récupéré la tête de la maison. Mais il avait déjà su faire valoir ses droits, faire valoir qu'l pouvait tout à fait être le maître de la famille. Qui ne le lui a jamais reproché ? Personne. Personne ne s'est jamais dressé devant lui pour lui demander s'il pouvait dégager. Oh que non. « En aucun cas de se taper des catins » Les mots lui restent quelque peu en travers de la gorge, mais c'est simplement un sourire, qui vient. Qu'est-ce qu'on peut être imbécile, quand on est jeune. Il lui fait un peu penser au cran qu'avait Athenaïs, à son âge. Et à celui qu'avait Meryl. Mais Meryl, il lui a écrasé le cœur.

« Voyez-vous, ce que je préfère dans mon métier, ce sont les affaires » « C'est intéressant. » Il hoche la tête, et fait comme s'il s'intéressait réellement à lui. Le plus jeune lui semble tellement imbu de lui-même. Comme si... Rien ne pouvait l'atteindre. Comme s'il était hors de portée de tout mouvement, mais ce n'est pas le cas. Crixus connaît ce genre de personnes, qui pensent que tout est permis. Mais ce n'est pas toujours le cas : tout le monde ne naît pas avec une cuillère en or dans le bec. Lorsque le plus jeune claque des doigts et fait apparaître le champagne, Crixus se demande si c'est uniquement pour la frime. Tout le monde ne peut pas forcément se payer une coupe du meilleur champagne. Bien qu'en fouillant ses poches, il pourrait peut-être... « Mais le fait que les clients puissent passer un bon moment sans que leur femme ne le sache, me plaît également » C'est amusant. Crixus pense que la société magique ne tolère pas énormément que les hommes aillent voir ailleurs, lorsqu'ils sont maqués avec une femme. Mais... Il n'y a jamais réellement pensé, parce que les perspectives de se marier lui semblent lointaines, bien trop lointaines. Il n'a toujours pas ajouté un mot, lorsque le jeune continue dans sa lancée, surprenant probablement son regard : « Elle se nomme Bellatrix et elle encaisse plutôt bien d’après mes clients » Il hausse un sourcil, et manque d'exploser de rire. Bien sûr, il sait déjà, tout ça. Il a passé des heures avec elle, déjà. Comme avec toutes les autres. Il n'a rien à apprendre de cet endroit, il n'a qu'à y prendre du plaisir, parfois gâché par la ressemblance des moments. Comment est-ce que ce sera, avec une femme ? Lui, marié. Saurait-il tenir face à la même personne tous les matins ? Il pensait y être prêt, il y a quelques années, lorsqu'on avait choisi pour lui sa future épouse. Mais maintenant ?« Mais pour un Lovegood, il faut une femme de caractère non ? Pas une petite sainte qui dit oui à tout » « Tous les hommes aiment les femmes indomptables. » Oh putain, Crixus. Il se donne des airs de grand sage, avec ses phrases tout droit sorties des livres qu'il a lus. Deviendrait-il adulte ? Probablement. En réalité, ce ne sont que des mots pour couvrir des pensée, et des sentiments. Il sort d'une période longue, enchaînant les crises, et ces moments lui font un bien fou. Jusqu'au moment où ça explosera encore. « Vous êtes bien hautain, Monsieur Black, pour penser que vous dérogeriez à la règle. » Tous les hommes peuvent penser qu'ils sont bons, mais il est convaincu, par des années de pratique, qu'ils aiment tous et veulent tous la même chose. Ce qui brille les attire irrémédiablement. Il a vu des hommes commettre des crimes, plus horribles les uns que les autres. Il est convaincu de leur bonne foi, mais il est convaincu que tout le monde pourra brûler en enfer. Lui aussi, mais quitte à être brûlé, autant profiter pleinement de toutes les calomnies que l'on peut faire dans ce putain de monde.

Crixus n'a jamais été réellement comblé par le champagne. Il préfère les alcools bien plus fort. Prendre une cuite au champagne, c'est clairement un des trucs les plus débiles à faire. Quel mauvais alcool que cela peut être. « En parlant de femme, je m’étonne que vous soyez ici, dans ces lieux. J’aurais cru que vous recherchiez une dame de confiance pas une catin bonne qu’à être piné, à moins qu’elle ne le sache pas et ignore votre aventure ici » Le rire est nerveux, et il lui échappe. Des femmes... Voilà bien longtemps qu'on ne lui avait pas demandé s'il comptait prendre épouse un jour. C'est une blague qu'ils se font entre potes, pour ceux qui ne sont pas encore mariés. « Si je voulais que les choses soient tues, elle le seraient. » lance-t-il d'un ton implacable. Il continue, sans aucune émotion apparente : « Le mariage m'importe... peu pour l'instant. » Il se penche en avant, un coude sur le genou, regardant le jeune dans les yeux. « Il y a bien plus intéressant à faire, que de se lever tous les soirs dans le même lit. » De son avis, et surtout depuis qu'il peut choisir lui-même qui il épousera, il n'est pas pressé. Bien que... Les choses qu'il pense qu'il ne peut pas atteindre sont celles qu'il veut le plus. Encore plus si c'est pour leur pourrir la vie jusqu'à la mort, pour lui pourrir la vie.

Il se recule, n'étant même plus intéressé par les femmes. Il pense avoir trouvé un jeu bien plus intéressant. Lequel des deux craquera le premier face à cet échange voilé de politesse et de mots sourds, sonnant comme des jugements. Il sirote sa coupe quelques instants, avant de rajouter : « Et vous, jeune homme, votre père ne vous a donc pas trouvé épouse ? » C'est un tel gâchis, de marier les gamins si jeunes, pourtant. Il faut attendre al bonne offre, l'offre parfaite. C'est ce qu'il a pensé faire avec Azarius, et il ne pense pas s'être trompé. « Il a probablement jugé que cela vous aiderait à grandir, que de vous coller à faire le larbin ici. » Ses yeux brillent, du rire qu'il dissimule, mais il se demande lequel des deux craquera en premier. Le jeune, ou le vieux.


“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury

Spoiler:
 

Parchemin envoyé Jeu 17 Mai 2018 - 10:10

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1070 hiboux. J’incarne : Dylan O'brien , et l’avatar que je porte a été créé par : lilousilver (avatar) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lupin, Meadowes, Kingsbury Je parle en : #258369



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Gérant de la maison close J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Coeur froid solitaire Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

Amadeus & Crixus

In the violence


Se confronter à un membre de la famille Lovegood était comme le défi du jour. Il s’agissait là de l’aîné Lovegood, celui dont Amadeus entendait beaucoup parler actuellement. Cette famille n’était pas aussi élevée dans le monde de la magie comme celle des Black mais elle l’était tout comme. D’un côté, personne n’arrivait à la cheville des membres de la famille Black. Regardant le sorcier à qui il faisait face, c’était un peu comme une course lente à savoir qui lâcherait la prise en premier mais Amadeus ne lâchait jamais ses prises si facilement. Il avait tellement fait de choses horribles, tellement de choses qui l’avait changer dans le fond. « Tous les hommes aiment les femmes indomptables. » Le sorcier savait qu’il aurait pu finir marié dès lors qu’il était sortit de Poudlard. Il avait eut une belle histoire au final mais qui n’avait pas pu voir la suite à cause de Sileas et de son amour pour Xephandre. Durant quelques minutes, il plongea dans ses souvenirs, revoyant la silhouette de Sileas, goûtant de nouveau à ses baisers, revoyant les sourires sur son visage. Elle avait la première personne qui lui avait montrer ce que c’était d’être faible par amour mais également fort à la fois. Elle avait été la première et la dernière personne à lui avoir briser le coeur. Par la suite, il n’avait plus eut de relation, préférant sa petite personne que les autres. Amadeus était un brasier, un brasier qui endurait ses douleurs aux autres. Il était le brasier qui s’empare des poumons des autres. Celui qui ne cessait de prendre aux autres ce qu’ils avaient. Il prenait le bonheur, la richesse des autres car son coeur à lui, était déjà noirci d’avance. « Les hommes aiment les femmes tout simplement ô grand sage Lovegood » Les hommes aimaient les femmes, qu’elles soient douces ou électriques, cruelles ou non. Chacun des hommes avaient une vision bien différentes. Amadeus avait sa propre vision de la femme qu’il désirait. Parfois, il avait l’impression de l’avoir auprès de lui mais elle était à la fois proche et éloigner. Un peu comme un mirage que l’on voit puis qui disparaît par la suite. « Vous êtes bien hautain, Monsieur Black, pour penser que vous dérogeriez à la règle. » La règle était qu’il se devait d’épouser une sang pur mais en aucun cas il était marquer qu’il ne pouvait pas finir seul, sans femme, sans enfant et avec un chat. Il n’allait pas épouser n’importe qui pour faire plaisir à son père, il avait encore le droit de choisir son épouse et ce n’était pas le moment actuellement. Il aimait l’argent, il aimait l’or, il aimait la richesse qu’il possédait, enfin que la famille Black possédait. « Qui est le plus hautain entre nous Monsieur Lovegood? Vous essayez de me donner des leçons à cause de mon jeune âge. Vous pensez que le fait d’être plus vieux vous donnes le droit de me parler ainsi, parce que vous croyez avoir tout vu, tout entendu mais vous êtes ici pour vous faire allumer par ces femmes » Buvant une gorgé de ce champagne dont il avait prit soin de choisir, il apprécia ce moment. Il n’aimait pas l’alcool mais récemment, le champagne était son seul échappatoire dans les situations qu’il vivait.

« Si je voulais que les choses soient tues, elle le seraient. » Evidemment, quand un Lovegood voulait quelque, il l’obtenait, c’était un peu comme les Black. Regardant le sorcier, il essaya de comprendre ce que c’était de devenir vieux, ce que c’était de vieillir. Etait-ce réellement devenir comme cet homme face à lui. « Ainsi soit-il » Amadeus ne voulait pas devenir comme cet homme. Il voulait devenir meilleur, il voulait contrôler le monde de la magie, pourquoi pas une place en tant que ministre un jour? Bien qu’il passerait probablement après tout le monde. Il était le tout petit bébé Black. Il gardait cette étiquette et la situation devenait oppressante pour lui. Il donnait tout ce qu’il pouvait, allant au delà de ses limites juste pour honoré son père, juste pour honoré la mémoire du Seigneur, juste pour avoir plus de respect qu’il n’avait déjà. « Le mariage m'importe... peu pour l'instant. » Regardant le sorcier face à lui, il essaya de comprendre. « Il y a bien plus intéressant à faire, que de se lever tous les soirs dans le même lit. » Amadeus posa sa coupe de champagne sur le plateau. « Vous êtes le genre d’homme à prendre la fuite une fois après avoir tiré votre coup avec une femme » Positionnant sa main sur son menton, il regarda le sorcier. Le terrain était délicat et il s’agissait-là d’une épreuve pour lui. « Si vous avez besoin de voir un psy, sachez que je ne le suis pas, vos histoires ne m’intéresse guère vieil homme » A chaque fois qu’il faisait face à un autre membre d’une famille de sang pur, il prenait cela comme une épreuve. « Mais je peux conclure que vous n’avez pas trouver de bras droit actuellement, vous allez mourir vieux et seul, triste sort » Amadeus ne pouvait s’empêcher de jouer au patron, il claqua des doigts et un membre de l’équipe, prit soin d’enlever les coupes de champagne. « Et vous, jeune homme, votre père ne vous a donc pas trouvé épouse ? » Non et d’ailleurs c’était étrange. Allait-il lui aussi finir seul, sans enfant, sans femme? C’était une question qu’il se posait parfois mais dans un sens, il était mieux seul pour le moment. « Vous voulez dire comme votre frère le soumis qui a épouser une Yaxley? Comment se porte t-il d’ailleurs? La dernière fois que je l’ai vu, il semblait bien pâle » Il avait entendu parler de ces fameuses fiançailles. Elle n’était qu’une gamine et il donnait une enfant à son frère. Triste sort. Amadeus lui avait le droit pour le moment de choisir qui sera son bras droit pour le reste de ses jours. « Il a probablement jugé que cela vous aiderait à grandir, que de vous coller à faire le larbin ici. » Il serra les points. Il n’était pas le larbin de son père. Il travaillait durement afin de stabiliser la maison close, de gérer celle-ci et cela lui permettait de passé le moins de temps possible dehors. « Vous portez une vision intéressante sur ma personne, très intéressante » Son regard devinait plus sombre à l’idée de penser qu’il était probablement le larbin de son père pendant que les aînés, n’étaient que très présent actuellement pour lui. « Mais en attendant, vous n’avez même pas fait attention à savoir si un certain poison se trouvait dans votre verre » Vermine. Amadeus savait qu’il pouvait utiliser bien des manières pour tuer quelqu’un. Il n’était plus à sa prêt. « Vous ne vous méfiez pas assez » Haussement de sourcils. La rébellion était lancer, le ton de la conversation aussi.
  
AVENGEDINCHAINS
Parchemin envoyé Dim 10 Juin 2018 - 18:25

- I see everything, I am staff. -
Je suis : Marine (Authenticity) , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1840 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : @VOCIVUS . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Raven Je parle en : #ff4500

Scyllus

Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je convoite une certaine main. Champ Libre : test

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Le jeune Black repose sa coupe sur le plateau, et le Lovegood manque de rouleau des yeux à l'idée que cet idiot pense l'amadouer avec du champagne. C'est un genre de jeu charismatique auquel il se prête avec plaisir, finalement, n'ayant plus l'occasion de ce genre d'amusement depuis longtemps. « Vous êtes le genre d’homme à prendre la fuite une fois après avoir tiré votre coup avec une femme » Probablement oui... Crixus se souvient de cette jeune fille avec laquelle il a couché un soir dans un bar, sous polynectar. Une membre de l'Ordre du Phénix qu'il comptait pincer. Peu lui importe, quelle femme il utilise, lorsqu'il prend son pied. Du moins... Il a le mérite de ne pas se mettre réellement en danger. A son âge, peu de femmes lui ont résisté. Une seule, en réalité. « Si vous avez besoin de voir un psy, sachez que je ne le suis pas, vos histoires ne m’intéressent guère vieil homme » Quelle insolence. Le Black semble avoir l'impertinence de l'insulter gentiment. Cela ne l'intéresse même pas de se battre avec quelqu'un qui sort des couches. Il est conscient qu'ils ne traitent pas du même genre d'affaire, et que cette discussion change d'intérêt au fur et à mesure qu'ils parlent. Le jeune garçon semble avoir une dent contre tous les plus de 35 ans. Peut-être que les jeunes qui ont grandi dans ce monde de guerre pensent que tout leur est dû, que plus rien ne s'achète, que tout est à leurs pieds. Probablement encore plus quand on est un Black. « Mais je peux conclure que vous n’avez pas trouvé de bras droit actuellement, vous allez mourir vieux et seul, triste sort » En réalité, il y songe parfois. Beaucoup plus depuis qu'il a marié son frère. Aucune femme ne semble prête à lui convenir. Pourtant, il a son idée. Un coup bas, porté à une femme qui lui résiste. Mais il n'a rien à précipiter. « Trouver une femme n'est pas ma priorité. » Crixus termine à peine ses mots, que le jeune homme claque des doigts et fait retirer le champagne. Oh, dommage, le mangemort aurait bien joué les chaperons pour faire prendre sa première cuite au gamin. Il laisse passer quelques instants, manquant de lever les yeux au ciel face à l'absurdité de cette situation, et continue : « Et vous, jeune homme, votre père ne vous a donc pas trouvé épouse ? » Un jeune Black, cela doit forcément intéresser des dames. « Vous voulez dire comme votre frère le soumis qui a épouser une Yaxley ? Comment se porte t-il d’ailleurs ? La dernière fois que je l’ai vu, il semblait bien pâle » Un petit rire lui échappe. Qu'on lui porte insulte à lui, très bien. Mais que ceux qui partagent son sang soit insultés le fait tiquer légèrement. Il y a un certain honneur chez les sang-purs, qui impose le respect, et ce jeune homme ne semble pas l'avoir encore intégré. Peut-être que quelques coups d'étiquette ne lui feraient probablement pas de mal. « Mon frère se porte bien. Son épouse est quelque peu... rocambolesque. Mais il a trouvé une fille de bonne famille à épouser. » Rocambolesque... C'était complètement le mot. Crixus a trouvé une occupation, et il se délecte du pouvoir qu'il a sur elle. Pire qu'un jouet, elle n'a pas besoin de piles pour fonctionner, elle est toujours alerte.

« Il a probablement jugé que cela vous aiderait à grandir, que de vous coller à faire le larbin ici. » Crixus remarque la légère tension qui s'impose entre-eux à ses mots. Le Black doit penser que son travail est bien plus important que des tâches ménagères qu'on donnerait à une femme au foyer pour lui occuper ses journées, mais c'est probablement dans le même état d'esprit que son père lui a laissé le boulot. « Vous portez une vision intéressante sur ma personne, très intéressante » Il hausse un sourcil. Il pensait l'avoir touché bien plus que cela, mais le Black semble s'être un peu calmé. « Mais en attendant, vous n’avez même pas fait attention à savoir si un certain poison se trouvait dans votre verre » Crixus sourit. Mais bien sûr, le gamin aurait essayé de l'empoisonner. Crixus n'y croit pas une seule seconde. Les Black ont fait énormément de coup bas pour en arriver là où ils sont, mais ce petit n'a aucun intérêt à avoir empoisonné son verre. Surtout qu'il est l'un des meilleurs clients, et qu'il connaît pas mal certains membres de la famille. Arsenius est son ami, et Crixus a déjà passé pas mal de temps avec Artemisia, eux-deux approuvant des méthodes... Assez traditionnelles de torture. Quoiqu'il puisse avoir envie de tenter contre lui, Crixus a la certitude absolue que ce n'est pas pour aujourd'hui. Il faut mettre un peu de plomb dans la tête de ces jeunes. « Vous ne vous méfiez pas assez » Le Lovegood éclate d'un grand rire qui pourrait froisser le garçon. « Je me méfierais de vous une autre fois jeune homme, désolé. » Il le regarde en haussant un sourcil, complètement désabusé, et dit : « quand vous aurez un peu plus de poil au menton, probablement. » Il époussette une paillette imaginaire sur ses vêtements, et ajoute : « Vous parlez beaucoup trop. Vous faites ça avec tous vos clients ? » Sourire au coin des lèvres. « C'est dommage de les coincer avec vous, quand on est dans la maison aux mille plaisirs. » Il s’approche de lui, et murmure assez fort pour qu'il l'entende. « Vous n'avez clairement pas l'allure de ces dames, pardonnez-moi. »


“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury

Spoiler:
 

Parchemin envoyé Jeu 26 Juil 2018 - 14:07

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1070 hiboux. J’incarne : Dylan O'brien , et l’avatar que je porte a été créé par : lilousilver (avatar) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lupin, Meadowes, Kingsbury Je parle en : #258369



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Gérant de la maison close J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Coeur froid solitaire Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

Amadeus & Crixus

In the violence


Amadeus ne voulait plus garder cette étiquette de gamin idiot. Il savait qu’une étiquette, pouvait rester longtemps sur le dos d’une personne. Lui, avait cette étiquette de gamin prétentieux, riche. Ne pensant qu’à sa petite personne, ce qui était vrai dans le cas du dernier de la famille Black mais il voulait surtout que l’on remarque le travail qu’il effectuait au sein de la maison close, de cette gestion qui lui prenait tout son temps. « Trouver une femme n'est pas ma priorité. » Bizarrement étrange quand on connaît la situation des mariages dans ce genre de famille. Même pour lui, Amadeus était sûr un jour ou l’autre de devoir passé la bague au doigt à une cinglée mais pour le moment, cela n’avait aucune importance. « Voilà un bon point commun intéressant. Le mariage ne m’intéresse guère. Mon cher père me fait confiance pour ne pas avoir comme bras droit n’importe qui, je pense que vous devez comprendre. » Amadeus n’attendait pas forcément la bonne femme. Il attendait juste une occasion en or pour faire briller encore plus la famille Black. Il savait que son père comprenait ce choix mais dans un sens, évidemment qu’il voulait gravir cet échelon. Cela prendrait sûrement un peu plus de temps que prévu mais en attendant, il avait le temps de voir ses aînés avoir leur bras droit. Arsenius allait bientôt se marié. C’était une chance inouïe pour lui que déposer une femme de la famille Nott. « Et vous, jeune homme, votre père ne vous a donc pas trouvé épouse ? » Non. Contrairement à ce que les autres personnes pouvaient avoir comme avis, il n’était pas forcer d’épousé qui que ce soit et il remerciait son père pour ce choix. Tant qu’il restait droit dans ses rangs, droit dans les rangs de la famille Black, droit dans les rangs des mangemorts, il savait que tout se passerait bien. « Nous avons guère le temps pour ce genre de chose actuellement. Je me charge de la gestion de la maison close. Le mariage est au second voir quatrième plans. » Il n’était pas pressé. Le mariage n’était pas ce à quoi il courait derrière. Il voyait pourtant bien des personnes de son âge à courir derrière cette chose qui te passait complètement au monde des adultes mais lui, n’était pas forcément pour, du moins, pour le moment.

« Mon frère se porte bien. Son épouse est quelque peu... rocambolesque. Mais il a trouvé une fille de bonne famille à épouser. » Sincèrement? Amadeus se fichait bien de ce dont il parlait. Le frère Lovegood était un homme qu’il trouvait platonique, faible, qui se laissait démonter lors des réunions du Seigneur des Ténèbres. Il était d’ailleurs sans paroles contrairement à ce frère aîné qui en disait trop. « Et bien, sachez que je lui fais part de mon courage pour cette… Bénédiction. » Bénédiction de Satan oui. Il espérait que son père ne lui fasse pas la même chose. Non pas qu’il irait à la confrontation, quoi que. Il serait capable. Amadeus n’hésiterait pas, ne souhaitant pas épouser n’importe qui mais d’un autre côté, c’était pour le bien de la famille, ramener honneur et argent à la clé. Bien que les poches de la famille Black étaient déjà bien assez remplies d’avance. « Il a probablement jugé que cela vous aiderait à grandir, que de vous coller à faire le larbin ici.» Probablement que cet homme avait raison. Probablement qu’il avait été mis ici pour travailler durement pendant que ses aînés étaient ailleurs. « C’est une réelle opportunité pour moi. Je gère cette maison close depuis un moment maintenant et la réputation de celle-ci n’a fait que de grandir avec le temps. » C’était une fierté qu’il possédait en lui, qui le faisait grandir et mûrir à la fois. Il n’avait que faire de l’avis de cet homme, bien qu’il avait sûrement raison mais au fond, il avait un peu plus de liberté qu’autrefois et c’était important de nos jours. « En attendant, mon cher père sait qu’il peut compter sur le dernier de la fratrie pour gérer quoi que ce soit. De nos jours, la confiance est misérable. » La confiance était un mot en disparition depuis un moment. Les seules personnes à qui il faisait réellement confiance était probablement les membres de sa famille. Bien qu’il était en froid avec son frère aîné, il savait que c’était la famille avant tout et qu’il fallait mettre cette petite querelle entre parenthèse. Après tout, à qui pouvons-nous réellement faire confiance alors que certaines familles n’hésiteraient pas à en détruire d’autres pour avoir la place de leader.

« Je me méfierais de vous une autre fois jeune homme, désolé. » Cette réflection le fit sourire. Il aurait pu soigneusement verser un liquide dans ce breuvage champette. Après tout, il y avait des liquides transparents, ne se voyant pas à l’oeil nu appeler poison. Il aurait pû, il aurait probablement dû. « Qui a dit que vous auriez le temps d’une prochaine fois. » Il ajouta : « Tic Tac, Tic Tac. » Il voulait rendre pression à ce sorcier. Après tout, la famille Lovegood n’arrivait pas à la cheville de la famille Black. Amadeus n’y voyait que du feu. « quand vous aurez un peu plus de poil au menton, probablement. » Amadeus fronça des sourcils. Certes il n’avait pas beaucoup de barbe mais quand même. C’était une façon de lui rappeler qu’il n’était qu’un sale gamin dans les affaires des grands. « Dois-je vous faire rappeler que vous n’avez pas réellement beaucoup de poil au menton également. » Amadeus avait beau regarder le visage de cet homme. Il ne trouvait pas réellement de poil au menton. Il savait que pour lui, ce n’était qu’une question de temps, qu’il aurait probablement la même barbe que son frère aîné par la suite. Il avait hâte. « Vous parlez beaucoup trop. Vous faites ça avec tous vos clients ? » Il avait cette fâcheuse manie qu’Amadeus n’aimait pas réellement. Il se sentait prit de haut et ce n’était pas bon. C’était le genre de réaction qui avait le don de l’énerver. Il ne prit pas la peine ni le temps de répondre à ce Monsieur. « C'est dommage de les coincer avec vous, quand on est dans la maison aux mille plaisirs. » Après tout, chaque hommes venant ici, avaient l’envie d’aller se faire plaisir derrière le dos de leur femme. C’était idiot mais au moins, Amadeus gagnait un bon gain de pain chaque mois. « Vous n'avez clairement pas l'allure de ces dames, pardonnez-moi. » Il acquiesta. « Mais faites-vous plaisir Monsieur Lovegood. Les hommes comme vous, j’en vois des centaines par jour. Ils disent qu’ils n’ont pas le temps pour une femme mais c’est parce qu’ils n’arrivent tout simplement pas à satisfaire la femme. Ou parce qu’ils n’ont pas le courage et manque de… Bijoux de famille. » Après tout, le sorcier n’était pas le premier ni le dernier. « Vous devez avoir peur de l’engagement certainement, à moins que, cette femme refuse de s’engager avec vous. » Un sourire éclata sur le visage du jeune Black. Jouer dans la cour des grands, était son plaisir personnel. Pas besoin de main droite.
  
AVENGEDINCHAINS
Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
In the violence ft Crix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le chemin de Traverse :: La Maison Close-
Sauter vers: