indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
In the violence ft Crix

()
Parchemin envoyé Ven 6 Avr 2018 - 23:01

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 795 hiboux. J’incarne : Dylan O'brien , et l’avatar que je porte a été créé par : luaneshë ( avatar ) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lupin, Meadowes, Kingsbury Je parle en : #258369



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque.
avatar
 

Amadeus & Crixus

In the violence


Une silhouette parcourt le long couloir des ténèbres de la maison close, frôle les murs du bout de ses doigts dans un silence de mort. La silhouette se déplace tranquillement sans faire le moindre bruit; ouvre une porte et entre dans les ténèbres, faisant acte de présence. Amadeus Black, dernier enfant de la famille Black, entre dans son bureau où une grande vitre lui montre la rue des sorciers. Il pose sa veste sur le porte manteau et regarde le mauvais temps l’extérieur. De la pluie, encore de la pluie, depuis quelques jours, la pluie ne cessait de s’étendre sur le pays, laissant présager quelque chose de morose. Il avance en direction de la fenêtre et lui fait face en croisant les bras sur son torse. Il lui manque quelque chose à travers la vie qu’il a décidé de mené. Il lui manque quelqu’un mais il ne peu rien n’y faire. Il pense, il réfléchit, il fait acte de bon sens. Il a choisit très rapidement la voie des ténèbres et il fait partit du monde de la magie noir. D’un coup de baguette, la pièce s’assombrie et ne repère que les lueurs de la lune. Cette lune qui sert de source de lumière pour cette soirée. Quelques lumières des bâtiments extérieur illuminent doucement la ruelle. Amadeus regarde, il admire cette force qu’il gagne jour après jour en prenant son rôle de gérant à coeur. Il se passionne à faire ce qu’il fait. Il gère à lui seul la maison close et cela porte ses fruits. Il sait qu’il doit se débrouiller seul, qu’il ne doit pas demander de l’aide pour prouver à sa famille et surtout son père, qu’il est capable de gérer quelque chose. Qu’il puisse être fier de lui. Dans l’enfonçure de la pièce, son bureau, d’un bois net avec une peinture noir. Des parchemins s’y trouve concernant la gestion des filles de la maison close, concernant les clients, bien que quelques uns demandent le secret. Evidemment, le secret est maintenu au sein de la maison close. Amadeus respect le fait que certains décident de se faire plaisir derrière le dos de leur compagne, de leur femme mais si une histoire doit éclater au grand jour, une situation tendue entre un couple, une mise en scène devant la maison close, il ne dirait jamais non. Il s’approche de son bureau et examine les derniers documents. Il regarde les noms des clients, il regarde chaque sommes déposées. Il se passe la main dans les cheveux et lève les yeux en direction de la fenêtre. L’heure est proche et la soirée ne fait que commencer.

Toc Toc Toc, trois coups à la porte et quelqu’un entra dans l’entre du prince Black. « Monsieur, nous avons notre premier client et il s’agit de Monsieur Lovegood »  Monsieur Lovegood? Ne pouvait-il pas être plus précis? Dans tous les cas, Amadeus ne peut rester assis très longtemps et se lève en direction de son serviteur. « Crixus Lovegood Monsieur » Bien, très bien, depuis le temps qu’Amadeus entend parler de lui, il allait enfin pouvoir rencontrer cet homme dont les avis étaient très… Mouvementés à son égard. Mais il fallait qu’il fasse bonne figure face à cet homme plus vieux. Amadeus avait entendu de cet homme qu’il travaillait auprès de créatures magiques. Une biquette était-elle une créature magique? Il remet le col de sa chemise correctement, passe un coup de main dans ses cheveux et s’apprête à entrer en action. Il avance, à pas sur, sur de lui. Il s’approche de l’homme, plus grand, plus fort que lui mais il n’a pas peur. Il sourit, sourit d’une sureté au maximum. Amadeus n’a pas peur de s’aventurer parmi les plus grands rangs. Enfin, les plus grands, personne n’était plus grand que lui. Ni au dessus de lui à part son paternel. « Monsieur Lovegood, je vois que vous êtes venu voir les plus belles femmes du pays » Il fallait vendre, il fallait faire rêver les clients, il fallait faire voir la beauté de la gente féminine. « Vous avez fait le bon choix, mes filles sont prêtes pour vos yeux » Il fallait faire valoir les femmes qui travaillent ici comme des joyaux et non comme des… Enfin voilà. « Vous avez probablement les plus belles créatures fantastiques chez vous mais ici, j’ai les miennes » Le mensonge est une habitude chez le sorcier. Il avait menti à tout le monde et même à lui-même. Mais face à lui se trouvait un homme, un coéquipier qui verrait le jeu d’Amadeus rapidement. « Bien évidemment, aucune de mes filles ne méritent de gestes disons… Trop violent, vous voyez ce que je veux dire » Il regarde le sorcier, essayant de capter son intérêt. « Vous avez l’embarra du choix, la musique se mettra en route dès que votre femme sera choisie, vous avez le choix entre du piano ou bien quelque chose de plus rythmé   afin de suivre la cadence » Amadeus n’aime pas qu’on se joue de lui, il n’aime pas être protecteur envers les femmes car elles ne méritent pas son respect ni son intérêt mais elles, travaillaient pour lui et il était évident qu’il devait montrer que c’était lui le chef ici. « Ce ne sont pas vos biquettes, vos créatures mais les miennes, suis-je clair? » Le ton était présent mais il était surtout préventif avant tout pour démontrer que c’était lui qui décidait et pas quelqu’un d’autre. Il regarde le sorcier et claque des doigts, amenant les femmes sur une musique dynamique digne des pubs anglais. « Faites vous plaisir Monsieur Lovegood » Le sorcier se mit à sourire mais pour combien de temps?
  
AVENGEDINCHAINS


Suddenly, I'm a fiend and you're all I need, all I need, all I need ( Camila Cabello, Never Be the same)

 
In the violence ft Crix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le chemin de Traverse :: La Maison Close-
Sauter vers: