indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
[Flashback] They kept us apart | Adeline

()
Parchemin envoyé Lun 26 Fév 2018 - 19:26

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Wednesday , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 931 hiboux. J’incarne : Eva "Goddess" Green , et l’avatar que je porte a été créé par : Babine . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Phèdre Momo & Saoirse Rackh. Je parle en : #6699cc

I have taste every poison, they do not taste like you.

Je suis âgé de : 30 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Oubliator au Département des Accidents et Catastrophes Magiques ainsi que Bourreau parmi les rangs du Lord. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : rien de palpitant depuis bien des années, mon frère aîné vendra certainement ma main au plus offrant. Champ Libre :





Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
I tried, I really tried
Being away from you was the worst part
26 MAI 1990

Cela faisait un peu plus de deux mois que la Ministre et le Lord étaient passés de vie à trépas. Bouleversant tout, surtout chez la famille Lestrange. Deux mois que les souvenirs étaient revenus, tous d'un coup, chez tout le monde. Calypso Lestrange restait encore un secret pourtant, sa jumelle l'avait ramené au manoir de la famille, leur frère et leur père tenaient leurs langues, c'était ce qui était convenu. Ils avaient décidé de l'introduire au monde magique doucement, étape par étape. Même si cela ne serait sans doute pas idéale pour la sorcière malade, cette séquestration serait vouée à évoluer. Il lui fallait juste prendre conscience du monde et d'elle-même. Mais alors qu'elle récupérait une sœur, Scylla en perdait une autre. Calypso faisait de nouveau partie de la famille mais la lamia avait perdu sa sœur de substitution, sa sœur de cœur, la personne qui ne portait pas le nom de Lestrange mais qui la connaissait sans doute mieux que personne. Adeline avait été internée à Sainte Mangouste le lendemain des événements tragiques du Bal d'Hiver. La Lovegood y avait perdu son mari qu'elle aimait plus que tout. Ce fut trop pour elle, la sorcière perdit pieds. Mais au lieu de l'aider à traverser cette épreuve sa famille préféra la faire enfermer. Calypso lui avait raconté les horreurs qu'ils lui avaient fait subir. Difficilement, à demi-mots. Certains médicomages là-bas n'étaient en rien différents de tortionnaires portant une blouse blanche.

Alors dans un premier temps Scylla avait essayé de rendre visite à sa chère amie mais l'accès lui avait été refusé. Les infirmiers taisaient la raison mais elle avait bien compris qui était derrière tout ça. Elle avait tout essayé, tous les jours. Elle voulait simplement s'assurer qu'ils ne lui feraient pas de mal, pas comme à Calypso. Calypso avait été toute seule, Morgana seulement se préoccuper d'elle, Scylla avait été forcée de l'abandonner. Elle ne voulait pas refaire la même erreur, elle voulait être présente pour Adeline, ça l'avait toujours été depuis Poudlard. Elle ne voulait pas l'abandonner, jamais. Pourtant tous les jours, peu importait les subterfuges, la Lestrange se voyait raccompagnée à la porte. Peu importait la magie ou les sortilèges envoyés, la sécurité avait été plus que renforcée après la manière dont elle était venue récupérer sa sœur … L'Oubliator ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même ce coup-ci. Ce qu'elle faisait souvent, elle s'en voulait de ne pas réussir à accomplir cette simple tâche qui était de rendre visite à une amie dans le besoin, meurtrie. Les Lovegood avaient mis le paquet pour que la Lestrange n'intervienne en aucun cas dans la mise en isolation d'Adeline. Même ses hiboux ne lui parvenaient pas, c'était à s'arracher les cheveux vraiment.

Les jours passaient, Scylla avait alors commencé à demander des nouvelles d'Adeline par le biais de son cousin Athelstan. Bien entendu il n'avait pas le droit, éthiquement et professionnellement, de lui dévoiler le contenu de ses sessions d’entretien avec sa patiente mais la Lestrange demandait simplement comment allait son amie, elle voulait s'assurer qu'elle tenait le coup là-bas. Le sorcier n'avait malheureusement pas la possibilité de transmettre de messages de sa part. Alors elle retentait sa chance, tous les jours. Le 26 Mai 1990, la Lestrange reçu un hiboux de son cousin l'informant qu'Adeline allait quitter Sainte Mangouste le jour même. Il avait sans doute fait un certain effort et brisé quelques règles pour dévoiler une telle information mais peu importait, une fois qu'elle aurait posé un pieds en dehors de cet établissement de mort, Scylla serait en droit de voir Adeline. Plus aucunes restrictions ne pourraient lui être faite, enfin.

L'Oubliator quitta alors sur le champs son bureau et se dirigea sans réfléchir à l’hôpital, son manteau noir sur le dos. La sorcière n'avait malheureusement pas anticipé le fait qu'Adeline ne sortirait pas seule d'ici : son père et son frère l'accompagnaient. Scylla serra les dents en voyant alors les deux hommes entourer Adeline. C'était de leur faute, tout était de leur faute si elle avait si loin d'elle, ils avaient tout fait pour qu'elle l'oublie ou qu'elle se croit abandonnée. Kleon et Jarman Lovegood soupirèrent en cœur lorsqu'ils reconnurent la Lestrange. Ils ne devaient sans doutes pas s'attendre à ce que la harpie vienne les emmerder jusqu'ici. C'était bien mal connaître la jeune femme. Scylla n'appréciait pas le père d'Adeline, Kleon. Jarman elle le respectait en tant que sorcier et d'après ce qu'elle avait pu apprendre de lui en écoutant Ade, il ressemblait un peu à Ezekiel : il était un grand frère soucieux de sa cadette. Encore une fois, c'était avec la figure patriarcale que la sorcière avait le plus de mal. C'est d'ailleurs vers ce dernier qu'elle avança d'un pas décidé, l'accusant ouvertement et sans retenue, les poings serrés : « Est-ce qu'ici j'ai le droit de la voir ou vous allez me l'interdire aussi ?! » Dénonça la sorcière avec colère. Ils étaient des sangs purs, leur familles étaient en bons termes, il fallait donc faire attention à ce que cela ne change pas mais à ce stade là, les protocoles et l'étiquette, la Lestrange n'en avait plus rien à faire. Ils l'avaient retenus deux mois, deux mois sans voir sa plus fidèle et proche amie, la raison ne pouvait plus jouer de rôle dans cette histoire. Plus maintenant, plus après deux mois. Le sorcier avança d'un pas et répondit calmemant : « Tout ce que je veux c'est la ramener chez nous. Elle est fatiguée, laissez-la tranquille Lestrange. » Depuis qu'ils étaient tout les quatre plantés devant les portes de Sainte-Mangouste tout ce que Scylla avait pu apercevoir d'Adeline avait été une de ses mèches de cheveux colorée. Plus si colorée que ça d'ailleurs, elle était délavée, pâle. Ce n'était pas Adeline.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.

Scylla : 6699cc
Kleon : 00cc99


Daddy's Little Psycho & Mommy's Little Soldier.
-If Death Comes For Me Today I'm Ready-


Parchemin envoyé Mer 14 Mar 2018 - 0:06

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Littlefoot , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 292 hiboux. J’incarne : Chloe Norgaard , et l’avatar que je porte a été créé par : Littlefoot / gif par Wednesday . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Jemima R. Yaxley, Dahlia Forest & Charlie Weasley Je parle en : #cc9999



Je suis âgé de : 29 choco grenouille , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : GENTE D'EXÉCUTION MAGIQUE & CHASSEUSE DE PRIME J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je ne porte pas sa marque mais je compte m'enrôler dans ses rangs. Côté cœur, : je suis la veuve de Sven Goldstein Champ Libre : .

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
They kept us apart
Scylla & Adeline
26 mai 1990
« There is beauty in truth, even if it's painful. Those who lie, twist life so that it looks tasty to the lazy, brilliant to the ignorant, and powerful to the weak. But lies only strengthen our defects. They don't teach anything, help anything, fix anything or cure anything. Nor do they develop one's character, one's mind, one's heart or one's soul. » José N. Harris

Quelque chose se tramait ! La dynamique des employées de ce matin avait rapidement changé après la visite surprise du directeur. Il ne se montrait pas souvent le visage dans le département de psychiatrie, mais j'avais fais le lien entre ses visites et quelques employés qui avaient disparut. Autant dire que sa présence n'amenait jamais du positif. Depuis mon arrivé je n'avais jamais passé inaperçue, mais depuis ce matin j'avais la nette impression qu'on me regardait plus qu'à l'habitude. Quoi que... c'était peut-être des effets secondaire de ma médication et que je devenais paranoïaque. Par chance, j'avais un rendez-vous avec Stan cet après-midi et je n'allais pas manquer de le lui laisser savoir. Je prenais soin de m'assoir dos au poste de garde pour prendre mon petit déjeuner en toute tranquillité. Toute fois, je prenais soin de me placer en face d'une fenêtre qui me permettait de garder un oeil sur ce qui se passait derrière moi. Ici, je n'avais confiance en personne. Il y avait plus d'un type de patient. Il y avait ceux qui étaient tellement drogué qu'ils n'arrivaient qu'à fixer le vide et ce baver dessus, ceux là je les aimaient bien. Ils n'était pas bavard et j'aimais bien leurs compagnie silencieuse. Il y avait les violents, ceux là je m'assurais de toujours rester sur mes gardes... Question de ne pas me retrouver face contre terre et dans un bain de sang. Puis, il y avait ceux qui me ressemblait. Les suicidaires. À l'exception que la plupart d'entre eux faisait des tentatives à l'intérieur des murs de l'hôpital et jusqu'à maintenant je n'avais constaté aucune réussite de leurs part. Je les évitaient comme la peste. Surtout la fille de la chambre 53.
18 + :
 
Je ne pense pas qu'elle m'avait vue ce soir là, mais je ne tenais pas à avoir une discussion sur l'abus qu'elle subissait régulièrement. La sorcière avait à peine la vingtaine et, d'après les autres patient, elle souffrait d'un trouble de la personnalité sévère. J'imaginais bien qu'il n'y aurait pas de poursuite si elle décidait de porter plainte contre son agresseur. En fait, j'imaginais bien qu'il n'y avait pas la moindre complainte prise sérieusement dans ce département. C'était trop facile de prétendre que le patient avait une grande imagination ou encore qu'il était trop fous et qu'il délirait. Une main sur mon épaule me fit sursauter et je levais ma fourchette dans les airs prête à me défendre. « Du calme » L'infirmier leva les mains dans les airs. J'abaissais ma fourchette et je tournais ma tête vers mon repas. Sans lui prêter plus d'attention je recommençais à manger en silence. Il prit place près de moi, mais je refusais de le regarder. « Votre session avec votre psychiatre à été annulé. Prenez tout le temps qu'il vous faut Madame Lovegood. Je vous annonce que vous sortez aujourd'hui. » Je restais silencieuse. Je n'y croyais pas, mais surtout, je ne me sentais pas prête à quitter ma chambre et faire mon retour dans le monde magique.

---

J'attendais sagement devant le poste de garde. C'était l'heure de partir. J'avais rassemblé tout mes effets personnel dans un sac de toile. Je fixais mon reflet. J'enroulais une mèche autour de mon doigt. Mes cheveux avaient perdu de leurs éclat habituel. Il n'y avait rien de plus embarrassant pour moi, mais j'avais du respecter les règlements. Aucun produit chimique quel qu'il soit. Je regardais maintenant ce qui se passait de l'autre côté de la vitre blindé. J'observais en silence. Je scrutais les moindres fait et geste de mon paternel. Il était d'un calme désarmant au milieu des infirmiers qui semblaient tous plus nerveux que jamais. Je pouvais sentir la tension de l'autre côté de la glasse. Mon père venait de récupérer ma baguette. Il l'avait retiré des mains du gardien d'un coup sec avec une attitude qui voulait tout dire. Personne d'autre que sa fille ne devrait toucher cette baguette. Il signa les papier pour rendre mon départ légale. Mon frère s'avança et glissa sa main contre la vitre. Je faisais de même et je plaçais ma paume sur la sienne. Je venais appuyer mon front contre la vitre froide et je fermais les yeux. J'étais épuisé. Il avait toujours été un emmerdeur de première, mais il m'avait démontré que les liens familiaux étaient plus fort que tout. Il ne m'avait pas laissé tombé. Je me doutais que mon départ avec quelque chose à voir avec mon père, mais pour l'instant j'ignorais ses motifs.

---

J'avais eu le temps de regarder mon reflet de nouveau lorsque nous avions prit l'ascenseur. J'avais maigrit et les vêtements que j'avais sur le dos tombait sur mes hanches sans embrasser mes courbes comme ils en avaient l'habitude. Je serrais ma cape autour de moi pour ne plus voir les vêtements que je portais. Je ne pouvais pas croire que mon frère n'avait pas pensé à m'amener des vêtements différent, que personne n'avait pensé que c'était une mauvaise idée que de me faire enfiler les vêtements que j'avais porté la journée que j'avais fait ma tentative de suicide. Je n'avais pas dit un mot sur le sujet. J'étais encore dépassé par les évènements, mais il me tardait de rentrer à la maison et d'enfiler autre chose. Une fois sortie de l'ascenseur je m'appuyais sur Jarman et il glissa ma capuche sur ma tête avant de m'enrouler de ses bras. J'avais l'impression d'être un cargo qu'on devait faire sortir dans le plus grand des secrets comme si personne n'approuvait vraiment ma sortie du département de psychiatrie. J'étais sur le point de passer la porte de l'hôpital. Un moment dont je rêvais depuis que mon paternel m'avait fait interné. À peine avions-nous passé la porte que j'entendais mon père et mon frère soupiré en coeur. Je relevais légèrement la tête et je pouvais voir Scylla s'avancer entre les mèches de cheveux que j'avais devant les yeux. Scylla... Elle avait bien choisit son moment pour faire acte de présence. Sa voix s'éleva. Teinté de colère et je pouvais deviner qu'elle faisais preuve d'une certaine retenue. « Est-ce qu'ici j'ai le droit de la voir ou vous allez me l'interdire aussi ?! » Mon prénom n'avait pas eu besoin d'être nommé. Je comprenais qu'elle parlait de moi. Je redressais la tête pour voir Scylla en face de mon paternel les poing serrés. « Tout ce que je veux c'est la ramener chez nous. Elle est fatiguée, laissez-la tranquille Lestrange. » Pour être fatigué ça je l'étais ! Mais ce n'était rien en comparaison a tout les mensonges qui me détruisait. Je donnais un coup sec sur le bras de mon frère pour briser son étreinte. Je ne voulais plus qu'il me touche. Je croisais le regard de Jarman et je pointais un doigt accusateur dans sa direction. « Tu m'as dit qu'elle ne voulait pas me voir.» Laissais-je échapper d'une voix brisé. J'étais loin d'être stable mentalement et l'idée que ma famille avait tenue Scylla à distance me déchirait le coeur. J'avais passé plusieurs nuit à me torturer l'esprit. À essayer de comprendre pourquoi elle ne me visitait pas, pourquoi elle ne m'écrivait pas. J'avais même demander à Jarman qu'il lui fasse parvenir une lettre et c'est à ce moment là qu'il m'avait avoué qu'elle ne voulait pas me visiter. Je n'avais pas demander plus de détail. Si elle refusait de me rendre visite c'est que je comptais moins pour elle que ce que j'avais imaginé. « Pas maintenant soror» Je penchais la tête légèrement de côté et je passais ma langue sur mes lèvres, puis je reculais de quelques pas. J'avais envie de retourner dans ma chambre. J'avais envie de me faire interner, mais cette fois de mon plein gré. « Oh non frater. Je veux savoir maintenant.» Mon père s'avança vers moi et il avança une main dans l'espoir de me calmer. Je reculais d'avantage. Confuse. « Ne me touche pas.» Hurlais-je ! Je pointais cette fois mon doigt en direction de mon père. Les larmes roulaient le long de mes joues. « C'était ton idée n'est-ce pas ? » Ma lèvres inférieur tremblotait. Je repensais à toute les nuits où j'avais essayé de comprendre ce que j'avais fait de mal. « Tu ma isolé ! Tu ma fait croire que c'était moi le problème ! » D'un accio informulé j'attirais ma baguette à moi. Je fermais les yeux lorsque le bois touchait la paume de ma main. Il y avait longtemps que je ne l'avais pas tenue. J'ouvrais les yeux et je pointais ma baguette sur mon paternel.
Made by Neon Demon


Kleon Lovegood parle en : « 00cc99 »
Adeline Lovegood parle en : « cc9999 »
Jarman Lovegood parle en : « 669966 »


THERE IS NO WIZARD LIKE ME
I am crazy and fearless. I could bury you alive. i could kill you slowly. i feed on the fear in your eyes.

Parchemin envoyé Mer 11 Avr 2018 - 1:21

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Wednesday , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 931 hiboux. J’incarne : Eva "Goddess" Green , et l’avatar que je porte a été créé par : Babine . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Phèdre Momo & Saoirse Rackh. Je parle en : #6699cc

I have taste every poison, they do not taste like you.

Je suis âgé de : 30 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Oubliator au Département des Accidents et Catastrophes Magiques ainsi que Bourreau parmi les rangs du Lord. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : rien de palpitant depuis bien des années, mon frère aîné vendra certainement ma main au plus offrant. Champ Libre :





Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
I tried, I really tried
Being away from you was the worst part
26 MAI 1990

La Lestrange avait eu de la chance de pouvoir compter sur son cousin pour l'informer que sa meilleure amie allait quitter Sainte Mangouste aujourd'hui-même dans l'après-midi. Deux mois sans pouvoir partager tout les bouleversements qu'avaient subi leurs vies respectives. Scylla ne pouvait parler de ces choses-là qu'à Ade, la sorcière c'était donc quelque peu refermée ces derniers temps, imaginant sans cesse ce que la Lovegood avait pu subir entre ces murs. Calypso lui racontait les traitements violents qu'ils lui avaient fait subir et c'était dur à entendre. Mais Adeline n'avait pas eu vraiment besoin de tout cela, elle n'était pas malade comme l'était Calypso, alors il y avait une chance qu'elle n'est pas été maltraitée de la sorte … Si on avait pris le temps de l'écouter et de la considérer avec sa peine le pire aurait pu être éviter, Scylla en était certaine. Au lieu de cela le patriarche avait décidé de la faire enfermer, comme si elle était démente et un danger pour tout le monde. C'était insensé.

Outre l'absence blessante, l'Oubliator n'avait pas pu montrer son soutient à son amie, c'était certainement ça qui lui brisait le plus le cœur, ne pas pouvoir être là pour elle, s'assurer de son bien-être comme le ferait même le plus simple des proches. Les effractions ne suffisaient pas, les lettres ne donnaient rien et il était hors de question que Scylla en vienne à supplier Kleon. Alors elle avait attendu pendant deux putain de mois et maintenant qu'elle était là, devant elle, qu'elle pouvait la voir, elle était entourée des mêmes personnes qui les avaient séparées. La colère fut la réaction première de la Lestrange, comme dans la plupart des cas. Avec une pointe de retenue tout de même, pour ne pas envenimer les choses trop rapidement, elle ne faisait que demander des comptes. Si ils l'avaient éloignée d'elle de la sorte, rien ne promettait qu'ils ne continueraient pas ce petit jeu une fois qu'Adeline serait rentrée chez elle et ça s'était inacceptable. Voilà pourquoi elle avait attendu ici, à l'extérieur, ce lieu n'était à personne, personne n'avait le droit de lui dire quoi faire ici. Les hostilités lancées par Scylla, Adeline sembla se réveiller un peu après le coup de gueule cinglant de la jeune femme. Kleon essaya de calmer le jeu comme il put mais Scylla ne lâcherait pas le morceau aussi facilement. « Tu m'as dit qu'elle ne voulait pas me voir. » La Lovegood s'écarta des bras protecteurs de son frère aîné, visiblement contrariée. Adeline commença alors à s'éloigner doucement et à s’énerver aussi, c'est là que la lamia comprit : non seulement on lui interdisait tout contact avec la Ade mais en plus on lui avait fait croire que c'était Scylla qui refusait de la voir ?! On avait osé décider pour elle, rapporter de fausses paroles ainsi que mettre sous silence sa relation avec la sorcière. Les poings de la sorcière brune au regard noir de colère se resserrèrent encore plus fort, enfonçant ses ongles dans la chaire de ses paumes lorsqu'elle vit sa douce et tendre amie perdre pieds en réalisant qu'elle avait été dupée de la sorte par sa propre famille. Encapuchonnée il aurait été difficile d'identifier l'ancienne internée, là était certainement le but d'ailleurs, la faire sortir dans la discrétion la plus totale mais c'était complètement raté à cause de Scylla … Cette dernière n'en avait foutrement rien à faire, parce qu'elle voulait retrouver son amie de toujours qui lui avait tant manqué. Son rayon de soleil coloré qui avait été terni par le malheur. « Tu ma isolé ! Tu ma fait croire que c'était moi le problème ! » Adeline récupéra ensuite sa baguette, elle lui avait été enlevée comme tout le reste ; sa fille, ses amis, ses vêtements bariolés, ses bracelets et autres bijoux et breloques qui tintaient lorsqu'elle bougeait … Elle récupérerait tout cela petit à petit, elle n'était que l'ombre d'elle-même à cet instant et on venait de lui apprendre qu'elle avait été manipulée.

Scylla ne prétendrait pas savoir ou même pouvoir gérer la jeune femme en proie à la colère. Elle-même avait un peu de mal à se contenir mais elle comprenait parfaitement que cette information lui retourne l'estomac. Sa baguette pointée sur son propre père Adeline ne semblait plus comment traiter ce géniteur qui l'avait trahie. Malgré qu'elle ne le porte pas dans son cœur non plus la Lestrange ne voulait pas que la situation dégénère de trop et que Kleon y passe. Adeline serait incapable de le tuer, c'était certain, mais elle ne se pardonnerait peut-être pas de le blesser, même après tout ce qu'il avait fait. Quoi qu'en dise les deux sorcières, il avait sans doutes penser agir pour le bien de sa fille en la faisant enfermer ; ne sachant certainement pas gérer le problème de lui-même. Mais voilà qu'il n'avait plus de pouvoir sur elle à présent, elle était à deux doigts de craquer. Scylla resta là où elle s'était arrêtée pour pousser sa gueulante au milieu de leur passage, leur barrant la route. En colère contre la famille Lovegood l'Oubliator se radoucit en imaginant ce qu'Adeline avait dû traverser : « Tu as cru que je t'avais abandonnée ... » Constata-t-elle avec amertume. Ils étaient donc plus crétins les uns que les autres. Sa famille avait été présente pour elle bien entendu elle n'avait pas été complètement laisser derrière par les siens mais tout de même, aucune nouvelles de l'extérieur en dehors d'eux, c'était triste. « Vous n'aviez pas le droit de faire ça. » Dit la sorcière les dents serrées mais tout de même plus calme. Elle savait qu'elle en rajoutait une couche mais il fallait qu'ils comprennent leur erreur pour ne plus jamais la refaire.

Il fallait qu'Adeline se calme à son tour maintenant. Scylla essaya donc de la raisonner. Depuis qu'ils avaient recueilli Calypso chez eux, la Lestrange s'était renseignée sur sa maladie, ses différents traitements et surtout sur les meilleurs moyens de gérer les crises psychotiques et parfois pyromanes que la sorcière schizophrène pouvait avoir puisque sa jumelle était un peu la seule à s'en préoccuper. Tout cela était un stade beaucoup plus avancé que ce que pouvait vivre Adeline mais ça restait un savoir utile. « Ils ont fait une erreur qu'ils ne commettront plus, n'est-ce pas ? » Demanda-t-elle à Kleon et Jarman. Ils avaient intérêt à acquiescer sinon ça n'allait pas les faire avancer. « Ne vous avisez plus jamais de me séparer d'elle comme ça. » Des menaces plutôt gentilles comparé à ce qu'elle avait l'habitude de proférer mais la situation devait se calmer et pas empirer. Suite à ses paroles la Lestrange tendit une main vers sa plus proche amie, l'invitant à la rejoindre à ses côtés, à oublier ces mois passés sans elle, à pardonner à ces sorciers qui n'y comprenaient rien.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.

Scylla : 6699cc
Adeline : cc9999


Daddy's Little Psycho & Mommy's Little Soldier.
-If Death Comes For Me Today I'm Ready-


Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
[Flashback] They kept us apart | Adeline
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Sainte Mangouste-
Sauter vers: