indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
Be a family

()
Parchemin envoyé Mar 20 Fév 2018 - 19:09

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : V , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/02/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 34 hiboux. J’incarne : Ella Purnell , et l’avatar que je porte a été créé par : // Je parle en : #0088

me

Je suis âgé de : 20 ans enfin bientôt! , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : femme au foyer sans enfant J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Née Yaxley je suis aujourd'hui mariée à Azarius Lovegood Champ Libre : Promène à son annulaire gauche, une luxueuse bague de mariage, marquée du blason Lovegood.
avatar
 




Crixus & Virginia
BE A FAMILY

Tu frôlais le mur du couloir qui t'amenait au grand escalier. Tu avais attendus que toute la maison s'éveille et finisse par quitter les lieux. Pour toi, il n'y avait plus un chat ou du moins tu l'espérais. Azarius était venu te voir avant de partir, comme souvent tu avais fait mine de dormir. Tu savais que cette visite matinale était plus pour lui une façon de s'assurer que tu étais bien là. Tu savais qu'ils craignaient tous que tu t'échappes. Mais pourquoi s'échapper? Tu savais pertinemment qu'on t'aurais retrouvé et ramené de force. Pire, on t'aurait surement punis et qui sait, peut être frapper. Du moins c'est ce que ton imagination t'amenait à penser. Il était alors évident que tu n'aurais pas le courage de fuir. Tu avais déjà peur de descendre les escaliers et croiser du monde alors comment pourrais tu organiser ton évasion?
Lentement tu passais les marches une par une sans faire le moindre bruit. Tu cramponnais le haut de ta robe de chambre d'une main tandis qu'avec la seconde tu la soulevais pour ne pas risquer de marcher dessus et de tomber. Quiconque t'aurais vu ainsi se serait demandé d'où tu pouvais bien sortir. Tu ressemblais à ces princesses dont même les vêtements de nuit ressemblaient à des toilettes compliquées longuement travaillées. Tu aimais ce qui sortait de l'ordinaire. Au plus loin que tu pouvais te souvenir jamais tu n'avais porté une tenue qui ne demandais pas des heures à enfiler et préparer. Tu avais tes humeurs et ces derniers temps tu arborais des tenues princières qui forçaient le regard. Au moins grâce à elleS tu te sentais protéger. C'était ton personnage que l'on regardait et pas toi. Arrivée au bas des escaliers tu te dirigeais vers les cuisines pour y trouver les elfes de maison occupés à nettoyer la vaisselle du petit déjeuner. Tu leur souriais à tous en leur souhaitant le bonjour avant que l'un d'eux ne se mette à ton service. Gentiment tu lui demandais de te préparer un chocolat avec des tartines de confiture. Tu n'avais pas besoin de préciser que tu dégusterais tout cela dans le jardin derrière la maison. Tu les laissais ensuite à leurs occupations pour te diriger vers les jardins. Te sentant un cour instant totalement libre et en sécurité tu te mettais à trottiner vers le salon de jardin qui t'attendait les bras ouverts. Tu t'asseyais sur un fauteuil en posant tes jambes sur un accoudoir affin d'allonger tes jambes. Personne ne t'aurais permis de te conduire ainsi, mais il n'y avait aucun Lovegood à l'horizon. D'un claquement de doigt tu sortais un livre de ta manche que tu commençais à dévorer en attendant ton petit déjeuner. Celui-ci arriva sans que tu ne le remarque. Tu sentais simplement un petit être disparaître. Tu en jetais ton livre sur un autre fauteuil pour t'asseoir correctement et observer ton plateau. Le chocolat dégageait une splendide odeur tout comme les tartines qui sentais le pain chaud. En plus de cela, l'elfe de maison t'avais apporté un assortiment de fruits frais et secs. Une attention qui te fit sourire. D'ailleurs, jugeant que ton lait était trop chaud tu picorais dans la corbeille, te saisissant de raisins, figues séchées, quartiers d'oranges ou encore de framboises, fraises et myrtilles. C'est en croquant dans l'une d'entre elles que tu découvrais un papier dans la corbeille. Après avoir essuyé tes doigts tu le prenais délicatement pour l'observer sous tous les angles et finalement le déplier. Tu reconnaissais tout de suite l'écriture de ton père. Si instinctivement tu avais le sourire celui-ci se transforma en dégout à la lecture de ses mots. "Pour aider à concevoir mes petits enfants. Ton père" Contrariée tu faisais un origami en forme de corbeau que tu laissais partir au vent. Cela ne faisait pas un mois que tu étais mariée et déjà il te demandait ce genre de chose. L'idée te fit frissonner et pour oublier tu buvais une grande gorgée de chocolat chaud. En reposant la tasse sur sa soucoupe tu expirais profondément. Tu regardais le jardin devant toi et cette absence de vie t'ennuyait terriblement. Tout était morne et sans couleurs. Etrangement le jardin restait fidèle à l'ambiance de la maison. Tout étais d'un ennuis macabre. Un peu las tu prenais une pomme avant de quitter ton assise pour faire quelques pas dans cette nature inhospitalière. Tu croquais généreusement dans le fruit défendu avant d'aller toucher du doigt une sorte d'arbuste piquant. Un sourire naissait alors sur tes lèvres. Croquant toujours dans ta pomme tu sortais ta baguette et d'un mouvement l'arbuste miteux prenait une belle couleur fuchsia tandis que ses épines se transformaient en boules de cotons. Tu avançais plus loin devant un parterre de fleurs mortes que tu transformais en fleurs papillons. A chaque pas, chaque élément naturel se transformait sous ta baguette. Le jardin prenait les couleurs de l'arc en ciel tandis que tu te mettais à courir à droite et à gauche. Ta joie soudaine n'avait plus de limite. Tout ce qui passais sous ton nez était transformé. Essoufflée par ta folie tu cherchais à gagner de la hauteur pour observer ton chef d'œuvre. Tu revenais en courant vers le salon de jardin, pour monter debout sur une des chaises et finalement grimper sur la table. Tu cherchais quelques secondes ton équilibre, mais à la vue du panorama tu te dressais comme un I un grand sourire sur les lèvres. "Enfin, il y a de la vie ici!" Tu te parlais à toi même pour te féliciter. En face de toi il n'y avait plus ce paysage sans vie et maussade. Tout était coloré, joyeux, festif. De quoi te faire oublier ta prison.
code by Chocolate cookie



i will not let him to hurt you.
Les belles sont des roses, l'amour est un papillon, l'amour voltige de belle en belle, comme le papillon de rose en rose : Roses à peine éclosent, défiez-vous de l'inconstant papillon.
Parchemin envoyé Lun 5 Mar 2018 - 10:51

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Marine (Authenticity) , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1763 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : @Valtersen . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Raven Je parle en : #ff4500

Scyllus

Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je convoite une certaine main. Champ Libre : test

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Les mains habiles du sorcier tournent lentement les pages du grimoire. Chaque ligne représente des pièces d'or, une forutune. Chaque colonne représente une attention portée à un animal, qu'il soit desiné à l'abbatoir ou à l'élevage. Avec l'hiver, les affaires ne se portent pas aussi bien que tout semble porter à le croire. Les animaux hibernent, et bien qu'inactifs et immobiles, ils sont bien plus difficiles à trouver que lorsqu'ils sortent en meute pour chasser. Le chasseur attrape le prédateur. Seulement, Crixus trouve qu'il a rayé bien trop de lignes ces derniers temps, et que les nouvelles de dénichages de créatures à grosse côte se font trop rares. L'élevage n'est pas non plus dans de bonnes conditions, vis-à-vis du froid, et de la saison des amours qui n'est pas encore passée. Si Crixus est capable de forcer une femme à un rapport, il n'en est pas de même avec les animaux qui dépendant bien trop de Mère Nature. Se levant de son bureau silencieusement, il jette un regard par la fenêtre sur la splendeur du domaine. Son père avait choisi précisément cette pièce pour le bureau, parce que celui-ci donne une vue panoramique sur tout ce qui fait la fortune de la famille. Crixus lui-même a toujours apprécié les belles choses. Il n'est pas un collectionneur, bien trop impatient pour attendre d'avoir des rangées de cœurs comme le ferait Xéphandre. Il n'est pas de ceux qui se lèvent en regardant leurs trophées, et qui se disent qu'ils ont bien vécu. Il est de ceux qui se lèvent en pensant que, ce soir, ils en auront accroché un autre au mur. Il est avare de belles choses, mais il est surtout avare de réussites. Meurtri, déchiré et torturé par une ambition parfois démesurée.

Il n'avait pas réellement choisi de marier son frère avant lui. Il avait été marié, autrefois. Mais le sort en avait décidé tout autrement. Crixus n'a pas réellement foi en le mariage, il n'a foi qu'en le pouvoir et la convoitise. La Yaxley avait donné quelques pièces à la famille. Voilà tout ce qu'il y avait d'intéressant dans ce mariage. Peut-être aurait-il du refuser pour plus de ... splendeur. Crixus est accolé à la fenêtre de l'étage. Il a repéré son petit manège dans la maison, il l'a entendue. Elle ne se doute probablement pas qu'il est resté ici. La petite souris sort de sa tanière uniquement lorsque les chats sont partis se promener. Elle a simplement oublié d'en compter un... Voilà tout. Lorsqu'elle sort ans le jardin, il décide de lui tenir compagnie. A vrai dire, le manoir est bien plus grand que son apparence extérieure lui en donne l'air, et Crixus met quelques minutes à rejoindre la baie vitrée donnant sur le salon de jardin. Il décide d'attendre quelques temps, regardant la petite princesse faire tout son manège avec sa baguette de marraine la bonne fée. Elle peint le jardin de mille et unes couleurs, pensant certainement vivre dans un monde fantastique où tout est merveilleux. Si seulement on apprenait les vraies couleurs de la vie aux enfants. D'un côté, Crixus trouve ironique d'avoir infligé à Azarius une aussi sordide femme. D'un autre côté, il n'en a strictement rien à faire. Pas grand chose ne lui importe, si ce n'est de maintenir un certain ordre dans sa famille. Les sang-pur exigent des mariages entre sang-pur, et ils exigent des mariages jeunes, arrangés et avec quelque gain à en tirer. Quel que soit le prix à en payer.

« Enfin, il y a de la vie ici ! » Affligeant. Cette gamine ne semble pas avoir intégré l'idée de ce que « vivre au manoir Lovegood » signifie. Ce n'est pas une vie de paillettes, de rêveries et de licornes. Crixus n'a jamais tenu la maison comme si elle était pleine de vie, son père avant lui non plus. Il n'a pas besoin de fantaisie. Et cette... gamine. Qui diable lui a conseillé d'accepter. Elle est bonne à porter des enfants, mais il doute que son frère n'ait n'ai eu envie ne serait-ce que de poser un doigt sur son corps de bébé. Crixus se demande parfois comment elle terminera sa vie. Un cadavre délaissé sur le bord d'une forêt de ronces ? Jetée du plus haut d'une tour ? Noyée dans sa propre stupidité enfantine ? Confondue avec une né-moldue ? Crixus a assez de respect pour les siens pour ne pas l'avoir encore traînée dans les cachots lui montrer ce qu'est la vraie vie, mais il est sévèrement déçu qu'une Yaxley ne soit pas plus ancrée dans la magie noire que cela. Il doute que sa baguette ait une fois lancé un maléfice. Cependant, il ne veut pas se placer en instructeur dans cette histoire. Un moyen de tester ce dont son frère est capable, sans doute. S'il arrive à faire changer de chemin cette petite idiote, il aura peut-être réussi quelque chose correctement. Ou alors, Crixus aura peut-être besoin de la métamorphoser en quelque autre fille, et de la jeter en pâture à une créature sanguinaire. Est-ce que cela aurait l'air d'un meurtre ? Sans doute pas au yeux de la plupart des sang-pur, ils n'aiment pas spécialement ceux qui divaguent. Malheureusement, l'oeuvre de la jeune fille en dit long sur elle.

« Puis-je vous aider, Mademoiselle Yaxley ? » Il avait lancé sa question les dents serrés, d'un ton sec et froid. Le mangemort avait pris soin de se déplacer juste derrière elle, plus aucunement caché par la baie vitrée. « Descendez de là. » Sans un mot de plus, il vient s'asseoir à côté d'elle. Ses yeux dérivent sur le jardin coloré qu'elle a créé. Il envisage de le repeindre en noir, ou en rouge sans doute. Il n'y a pas de place pour la couleur dans la vie de Crixus. Les seules qu'il saurait apprécier sont les couleurs des plumages des oiseaux, ou des hippogriffes. Il n'était pas spécialement d'humeur à jouer les père fouettard, ni même les bourreau. Mais il avait plutôt envie de jouer, de voir jusqu'à quel point sa naïveté avait atteint son niveau de non-retour. Adeline pouvait bien faire sembler "d'aider" cette jeune écervelée, il pensait  voir plutôt clair dans son jeu. Un instant, il avait cru qu'elle était rentrée dans un masque, qu'elle jouait quelque rôle qui aurait pu prouver qu'elle avait ne serait-ce qu'une once d'intelligence. Et finalement, ses fuites à répétition, ses manœuvres pour se faire petite souris n'avait laissé dans la tête de Crixus l'image d'elle que d'une pauvre fille mal éduquée et complètement inutile. « Voyez-vous, je m'emploie à faire de cet endroit une place où... nous ne ternissons pas l'image de la famille. » Sa voix dérive vers le ton de la conversation, comme si, d'un coup, il avait décidé d'entretenir avec elle quelque échange de courtoisie. « Que voyez-vous, maintenant ? », dit-il, montrant d'un geste de la main le jardin.


“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury

Spoiler:
 

Parchemin envoyé Lun 5 Mar 2018 - 20:50

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : V , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/02/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 34 hiboux. J’incarne : Ella Purnell , et l’avatar que je porte a été créé par : // Je parle en : #0088

me

Je suis âgé de : 20 ans enfin bientôt! , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : femme au foyer sans enfant J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Née Yaxley je suis aujourd'hui mariée à Azarius Lovegood Champ Libre : Promène à son annulaire gauche, une luxueuse bague de mariage, marquée du blason Lovegood.
avatar
 




Crixus & Virginia
BE A FAMILY

Dans ta joie, tu n'avais pas fait attention. Tu avais fait n'importe quoi, comme toujours. La voix qui te sortait de tes rêveries te donna un long frisson et tu faillis perdre l'équilibre. Sous ta robe de chambre, tu sentais tes poils s'hérisser et malgré toi tes mains commencèrent à trembler. Crixus avait vu ton manège et tu l'imaginais déjà te punir de façon exemplaire. Au ton de sa voix tu savais qu'il n'était pas content de toi. Tu pensais alors tout de suite à ton père. S'il était prévenu de tes agissements, tu ne donnerais pas cher de ta peau. Mais pour l'instant tu ne savais pas si tu devais craindre davantage le Lovegood. Beaucoup t'avaient conseillé de ne pas aller contre lui. Pourtant, tu faisais tout pour lui déplaire.
Comme il te l'ordonnait tu descendais l'entement de la table pour t'asseoir de la façon la plus protocolaire qui soit. Apeurée tu ne prenais même pas la peine de retirer le livre sur la chaise, tu t'asseyais tout simplement dessus. C'était mieux ainsi. Un ouvrage sur un musicien moldu n'avait surement pas sa place dans cette maison.   "Bonjour, monsieur Lovegood" Tu parlais lentement de ta voix douce sans croiser le regard du chef de famille. Tu baissais la tête joignant tes deux mains ensemble. Tu ne le regardais pas mais tu sentais sa présence tout près de toi. Son aura maléfique te bousculait presque. Tu savais qu'il n'avait qu'à tendre le bras pour te faire du mal. Tu étais pourtant surprise de voir qu'il s'était assis avec toi. Naïvement tu espérais que le Lovegood veuille partir dans une grande discussion. Discussion dans laquelle il ne te gronderait pas.
Ne pas ternir l'image de la famille. tel avait été les mots de Crixus. Tu avais compris ces mots comme si des milliers d'aiguilles venaient se planter dans ta chair. Les jolies couleurs que tu aimais tant ne te semblaient désormais plus aussi belles. Tu avais suivis le mouvement de main du Lovegood pour regarder encore une foi le jardin. Tu le regardas longtemps même si de petites larmes commençaient à perler sur ton visage. Avec l'habitude tu savais au moins comment pleurer sans faire le moindre bruit. Tu pleurais car ces couleurs devant toi se fanaient dans ton esprit. Ici la couleur était terne alors que le noir, le gris et toutes ces couleurs que tu craignais seraient vivantes. "Vous avez raison… C'est la couleur qui est terne maintenant… Elle ternie vo… Notre famille." Le -notre famille- t'avait presque arraché la gorge, mais en disant cela tu te concentrais sur ta tenue. Elle aussi ne te convenait plus tout à coup. Cette longue robe de chambre en rose et bleu pâle n'allait pas. Il ne pouvait y avoir de vie dans ce manoir car c'est bien cette absence de vie qui le faisait vivre. Tu aurais alors mieux fait de choisir le personnage d'une princesse maudite vêtue de noir. Là tu aurais éclaté de mille feux.
Tu n'étais pas douée pour la magie de combat, mais cette autre magie capable de modifier et transformer l'espace tu la maîtrisais parfaitement. De nouveau tu prenais ta petite baguette blanche pour rendre le jardin aussi noir qu'il l'était. Au revoir l'arc en ciel et ses myriades de couleurs. Bonjour le noir obscur incapable de refléter la lumière. Pour faire comprendre à Crixus que tu avais saisi le message tu changeais même la couleur de tes vêtements de nuit. Ils prenaient alors une couleur rouge presque noir entièrement unie. Sans quitter des yeux le jardin tu ramenais tes jambes contre ton torse pour soigneusement poser tes pieds sur le rebord de ton assise. Tu enroulais ensuite tes bras autour d'elles. Tu prenais ta position préférée sans vraiment t'en rendre compte. C'était ta manière à toi de te protéger. Tu avais un regard en direction de ton petit déjeuner, mais il ne t'intéressait guère plus. De nouveau, un frisson te parcourait des pieds à la tête, mais cette fois-ci c'est que tu avais froid. Tu observais en coin Crixus avant de presque lui murmurer. "Je ne toucherais plus au jardin… Et je vais remettre ma chambre comme elle l'était avant… " Si tes larmes s'étaient calmées, elles revenaient désormais en force. Ta chambre également avait été ternie par des tenues et des couleurs multicolores. Puisque Crixus avait décrété que la couleur ternissait l'image de la famille alors il fallait que tu t'exécutes. Il n'y aurait plus de couleur ou du moins rien qui ne lui serait visible. Tu ne te risquerais pas à énerver le Lovegood bien qu'il t'apparaisse aujourd'hui dans un meilleur jour. C'était bien trop dangereux. Malgré tes yeux ruisselants tu attrapais la corbeille de fruits pour la pousser au plus près de Crixus. "Tenez… C'est pour vous." Comme une enfant, tu faisais cela pour te faire pardonner. Il y avait des fruits de toutes les couleurs, mais tu n'avais que ça sous la main.
code by Chocolate cookie



i will not let him to hurt you.
Les belles sont des roses, l'amour est un papillon, l'amour voltige de belle en belle, comme le papillon de rose en rose : Roses à peine éclosent, défiez-vous de l'inconstant papillon.
Parchemin envoyé Mer 7 Mar 2018 - 21:27

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Marine (Authenticity) , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1763 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : @Valtersen . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Raven Je parle en : #ff4500

Scyllus

Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je convoite une certaine main. Champ Libre : test

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
« Bonjour, monsieur Lovegood » C'était l'impertinence et l'insouciance même. Le Lovegood n'est aucunement surpris qu'elle ne l'ai pas vu auparavant. Lui, difficile de le surprendre. Il ne l'est que lorsqu'il est trop enjoué par une situation, ou trop concentré. Combien d'heures a-t-il pu passer, dessinant sur des cadavres d'une pointe fine ? Il ne saurait le dire. Il s'assoit patiemment non loin d'elle et lui commence la conversation, comme si elle était intéressante. Mais elle ne l'est pas, n'est-ce pas. Lorsqu'il lui demande ce qu'elle voit, elle met quelques temps à reprendre ses esprits. Des larmes, voilà qui la fichait bien. Une femme digne de ce nom a-t-elle vraiment le droit de pleurer pour si peu ? Il n'a pas haussé la voix une seule fois. Il n'a pas cherché à lui faire du mal. Mais cela devait avoir trop peu d'importance à ses yeux, parce qu'elle est habituée à avoir peur de lui. Chaque fois qu'il va la déloger d'un coin, pour son frère, elle est apeuré. Ô pauvre faon, tu as peur du chasseur. Tu fuis au moindre son de pas, alors même qu'il n'avait encore posé regard sur toi. Finalement, elle se décide à lui répondre. « Vous avez raison… C'est la couleur qui est terne maintenant… Elle ternie vo… Notre famille. » Il entend que les mots lui coûtent. Mais il n'est plus réellement là, le mangemort, il entend d'autres sons. Des cris, de la douleur, il se demande ce qu'une égratignure lui ferait hurler. Un jour, il tiendra un mémoire. Chaque supplication, il la notera et la gardera précieusement. Mais les demandes des gamines, il les connaît. Un moment, elles prient, l'instant d'après, elles sont déjà devenues inintéressantes, et mortes.

Elle saisit à nouveau sa baguette, et Crixus, patient, la regarda changer de nouveau les couleurs du jardin. Il remarque qu'elle avait prit soin de métamorphoser également sa... tenue. Autant qu'on puisse appeler ça une robe. Crixus aurait plutôt apporté le terme de guenille, trop sophistiquée, trop princière. Il la regarde se refermer sur elle-même, comme une rose qui n'a pas vu le soleil depuis des lustres, et soupire. « Je ne toucherais plus au jardin… Et je vais remettre ma chambre comme elle l'était avant… » Il hausse un sourcil. Sa chambre ? Il ne se souvient pas de l'avoir vu colorée à vif. A vrai dire, il pense se mêler assez de ses affaires pour ne pas en plus nécessiter de vérifier sa chambre chaque matin. Azarius a sûrement bien d'autres choses à faire lui aussi que de courir après sa mégère non-apprivoisée. « Bien. » Crixus laisse lentement couler le temps, il ne pense pas avoir grand chose de plus intéressant à faire. La seule chose qu'il attends, c'est le mauvais geste. Celui qui causera sa perte, celui qui signera toutes les suppositions pré-établies d'idiotie. Il laisse passer les gamineries, il laisse passer les pleurs, il attends le mauvais pas. Celui qui la condamnera.

Tel un petit mammifère apeuré, il la regarde pousser la corbeille de fruits vers lui. L'aurait-elle poussée du bout de son museau que cela ne l'aurait aucunement surpris. Elle semble vouloir devenir plus petite qu'elle ne l'es déjà, animal des forêt qui à chaque instant se glissera à nouveau dans son trou au plus creux d'un arbre. Pensant échapper à tous les prédateurs, elle ne voit même pas que celui-ci l'attends déjà, dans son nid. « Tenez… C'est pour vous. » Il ne fait pas mine de saisir la corbeille, ni même un seul des fruits qu'elle contient. Et soudain, lui vient l'idée. La merveilleuse, la fantastique, celle qui embellira a journée. Oh, ce n'est pas de fleurs ou de couleurs que Crixus a besoin, c'est de jeu, d'amusement. Il a besoin de raisons de vivre, de choses qui ne lui brûlent les veines que d'un feu bénin. L'ombre malfaisante se lève d'un coup. Pour tout visiteur, Crixus semble se jeter sur Virginia, et pourtant, le prédateur s'arrête derrière sa proie. Il n'a fait qu'un pas pour la contourner et apparaître derrière elle. Il approche ses lèvres de sa nuque, et murmure avec lenteur : « De quoi pensez-vous que je me nourrisse, Virginia ? » Il attend quelques instants, que ses paroles aient l'effet escompté, puis il glisse un doigt dans sa nuque, aussi froid et glacial que le cœur qui l'anime. « J'entends la peur alors même que je ne vous touche pas. Je sens d'ici votre sang chaud. Vous me donnez envie de... vous mordre. » Dans un grand éclat de rire, il se recule. « Vous tremblez », lui lance-t-il, amusé.


“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury

Spoiler:
 

Parchemin envoyé Ven 9 Mar 2018 - 21:51

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : V , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/02/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 34 hiboux. J’incarne : Ella Purnell , et l’avatar que je porte a été créé par : // Je parle en : #0088

me

Je suis âgé de : 20 ans enfin bientôt! , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : femme au foyer sans enfant J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Née Yaxley je suis aujourd'hui mariée à Azarius Lovegood Champ Libre : Promène à son annulaire gauche, une luxueuse bague de mariage, marquée du blason Lovegood.
avatar
 




Crixus & Virginia
BE A FAMILY

Tu vivais ce moment comme un véritable supplice. Le simple fait que le Lovegood soit là, tu étais dans tout tes états. Pourquoi avait-il fallut que ton père te livre à eux. Pourquoi devais tu te retrouver dans une famille aussi dérangée que la tienne. Tu te demandais tout les jours si en faisant cela, ton père n'avait pas voulu te punir. Te punir pour ce que tu étais. Une gamine incapable de rien si ce n'est déranger. Tu dérangeais toujours par ta façon d'être, de te comporter, de parler, de t'habiller. C'était arrivé à un point que tu te demandais même si le simple fait de respirer ne les dérangeait pas. Tu ne pouvais pas faire semblant d'être la femme qu'ils voulaient tous. Parfois tu arrivais à jouer ce rôle le temps d'un dîner, mais jamais plus. Devenir comme eux te faisais peur. Tu aurais presque eu peur de toi-même. Tu essayais de te consoler en pensant qu'ils finiraient par t'accepter comme tu étais. Qu'après tout, il fallait bien de tout dans une famille. Il fallait simplement qu'ils s'en aperçoivent ou qu'ils finissent par abandonner l'idée de te changer.
Avec Crixus, tu ne savais jamais sur quel pied danser. Il était pour toi le parfait exemple d'un homme impossible à cerner qui semblait vivre au grès de ses idées et envies funestes. Plus que de la peur, c'était du dégout que tu avais pour lui. Avec cette corbeille de fruits que tu lui offrais tu voulais juste qu'il sache que tu n'étais qu'une petite chose sans intérêt. Un être gentil qui reste là sans rien dire et qui aimerait plus que tout être invisible. Du moins, invisible à ses yeux. Ainsi tu n'aurais rien à craindre de lui. Si pour lui tu n'étais rien, il n'aurait alors aucun motif pour vouloir te faire quoi que se soit. Tu suivrais ses instruction, mais par pitié, qu'il te laisse tranquille. Tu l'avais surement énervé avec ton jardin coloré, mais il n'avait qu'à te disputer et c'était tout. Tu aurais réparé ta bêtise et tu serais tranquillement retourner dans ta chambre sans faire le moindre bruit. S'il n'avait pas été là, il n'aurait même jamais su que tu t'étais amusé avec le jardin. Tu aurais effacé tes traces avant de retourner dans le rang.
Tu n'avais pas imaginé qu'il puisse se jouer de toi pour une simple corbeille de fruits. Tu avais simplement espéré qu'il prenne au moins un grain de raisin et s'en retourne à ses occupations. C'est qu'il avait surement mieux à faire qu'être avec toi.
La façon qu'il avait eu de presque se jeter sur toi te terrifia et de nouveaux des larmes coulaient sur tes joues. Tes yeux s'étaient machinalement fermés et tout ton corps tremblait. Tu avais sentie dans ton dos son visage s'approcher du tiens. Son souffle sur ta nuque avait presque l'effet d'une lame d'un couteau glissant sur ta peau. Tu serrais les dents pour ne pas hurler. Pour ne pas crier tu mettais une main devant ta bouche? surtout après les mots qu'il venait de te murmurer. Tu savais qu'il ne fallait pas que tu réponde à sa question. Tu ne voulais pas imaginer ou savoir de quoi il pouvait bien se nourrir. Tu avais libéré tes jambes pour que tes pieds puisse toucher le sol, mais tu gardais un bras enrouler autour de toi. Crixus était derrière toi et tu étais incapable de tourner la tête vers lui. Tu ne voulais pas risquer de croiser son regard. Ce doigts qu'il posa sur ta nuque t'obligea à partir vers l'avant. Tu n'étais presque plus assise sur ta chaise. Tu finissais par te lever lorsqu'il parlait de te mordre. Craignant qu'il se jette sur toi tu te retournais face à lui, lentement, à peine rassurée par la chaise qui vous séparait. Il était visiblement amusé par ce qu'il venait de dire et son rire te glaça le sang. En pleurant tu agrippais le rebord de la table pour tourner autour d'elle et t'éloignée le plus possible de lui. Tu avais tellement peur que tes pleurs autrefois silencieux ne l'étaient plus. Tu pleurnichais et tu regardais autour de toi afin de peut être apercevoir quelqu'un. Tu ne pouvais te sortir de cette situation seule. Tu étais incapable de quoi que se soit. Même courir loin du Lovegood n'était pas possible. Tes jambes ne te porteraient pas jusqu'à la maison. Tu étais sur le point de t'effondrer. C'était déjà un miracle que tu te sois éloigné de lui. Malheureusement pour toi il n'y avait personne a l'horizon et même si tu te mettais à hurler tu savais au fond que personne ne viendrait. Qui n'avait jamais entendu une femme crié dans cet endroit? Tu n'avais pas d'autre choix que de parler à cet homme."Laissez moi rentrer… Je… Je… Je peux aller demander aux elfes qu'ils vous préparent quelques chose… Mais laissez moi… Laissez moi…" Tu regardais en direction du manoir, mais il n'y avait toujours personne. Tu priais presque intérieurement pour voir Azarius arrivé. Lui tu le craignais moins et puisque tu étais sa femme il y avait bien une chance pour qu'il vienne t'aider. Tu aurais fait n'importe quoi pour qu'il vienne, là, maintenant. Tu pensais tellement fort à lui que tu murmurais son prénom. "Azarius… Je t'en supplie."
code by Chocolate cookie



i will not let him to hurt you.
Les belles sont des roses, l'amour est un papillon, l'amour voltige de belle en belle, comme le papillon de rose en rose : Roses à peine éclosent, défiez-vous de l'inconstant papillon.
Parchemin envoyé Ven 13 Avr 2018 - 14:29

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Marine (Authenticity) , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1763 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : @Valtersen . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Raven Je parle en : #ff4500

Scyllus

Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je convoite une certaine main. Champ Libre : test

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Leurs gestes sont presque synchrones lorsqu'elle se lève et qu'il se recule. Virginia reste proche, mais  pas longtemps. Les larmes lui coulent sur les joues tandis qu'elle tente en vain de s'éloigner du mangemort. Peut-être pense-t-elle que si elle s'en va en courant,  Crixus lui arrachera la tête. Elle semble préférer les larmes et les tremblements. C'est pathétique. A vrai dire, le Lovegood se demande s'il aurait réellement eu le temps et l'envie de courir après la gamine. Il n'y a rien de plus satisfaisait que de la voir prête à accepter tout ce qu'il demandera, sous seul prétexte qu'il lui fiche la paix. Mais il n'abandonne que rarement, si ce n'est jamais. Il obtient tout ce qu'il veut. Chaque chose qui étincelle à ses yeux, il peut l'obtenir. Il prend sans demander d'avis. Il se saisit de chaque opportunité. Les belles choses, sont son premier amour. Mais Virginia... La femme de son frère... Ce n'est pas une belle chose. Ce n'est qu'un divertissement. Il fait l'enfant avec elle, il la laisse croire qu'elle l'intéresse qu'un tant soit peu. Mais qui intéresserait-elle ? Azarius fait sûrement aussi semblant que lui que d'être heureux d'être marié à une gamine. La preuve, il ne ne requerrait jamais l'aide de Crixus s'il n'avait jamais envisagé à un seul instant qu'il ait envie d'imaginer un avenir dans les bras de la Yaxley.

Elle fait le tour de la table, lentement. Chaque fois que ses doigts s'agrippent un peu plus loin de lui, elle semble proche de l'effondrement. Comme si ce seul morceau de bois la tenait sur ses jambes. Elle donnerait tout pour rejoindre la maison, il en est certain. Les mots sont pénibles pour elle, entre les larmes et les tremblements, mais elle finit par exprimer ses idées. « Laissez moi rentrer… Je… Je… Je peux aller demander aux elfes qu'ils vous préparent quelques chose… Mais laissez moi… Laissez moi… » Que les elfes lui apportent de quoi découper la dinde ! Bien qu'il n'a aucune envie de courir autour du poulailler juste pour l'attraper. Bien qu'il lui ai coupé les ailes depuis un petit moment. Elle mets quelques instants à ajouter en baissant la voix : « Azarius… Je t'en supplie. » Les supplications, Crixus connait.  « Il n'est pas là. » dit-il en la rejoignant en quelques pas.

Crixus n'a aucune empathie. Ses propres émotions sont extérieures à celles des autres. Des pleurs ne l’attendrissent pas, des cris ne font que lui brûler les oreilles, des supplications ne font que jubiler ses veines à l'idée de l'exécution. Mais il a une idée pour la pauvre fille. Il fait un geste en direction de la baie vitrée : « Venez. » Ses yeux la fixent d'un regard perçant. Il n'a aucune envie qu'elle parte en courant dans l'autre sens : bien que cela ne changerait pas énormément de choses à sa journée. Lorsqu'il lui emboîte le pas, il lance derrière lui : « Et par pitié, fermez-la. » Il s'arrête un instant, songeur. « Votre stupidité me donne des envies de meurtre. », ajoute-t-il, reprenant son chemin. Cachots ? Chambre ? Cuisine ? En réalité, il n'a aucune idée de ce qu'il pourrait lui proposer. S'il l'effraie trop, elle rentrera en pleurant chez papa et maman. Il n'est pas assez bon pour lui proposer du travail dans l'affaire, une idiote de plus dans les pattes, non merci. C'est une enfant, il ne peut délibérément pas le lancer un corps inerte dans les bras et lui demander ce qu'elle sait faire. Elle serait capable de lui repigmenter la peau. Crixus prend finalement le parti de l'emmener vers la bibliothèque. Il aimait lire, autrefois.  Mais le temps lui manque. Et qui sait, peut-être aura-t-il le droit de lui faire tomber une bibliothèque ou deux sur la tête.


“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury

Spoiler:
 

Parchemin envoyé Dim 10 Juin 2018 - 11:25

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : V , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/02/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 34 hiboux. J’incarne : Ella Purnell , et l’avatar que je porte a été créé par : // Je parle en : #0088

me

Je suis âgé de : 20 ans enfin bientôt! , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : femme au foyer sans enfant J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Née Yaxley je suis aujourd'hui mariée à Azarius Lovegood Champ Libre : Promène à son annulaire gauche, une luxueuse bague de mariage, marquée du blason Lovegood.
avatar
 




Crixus & Virginia
BE A FAMILY

Même si celui que tu devais appelé époux ne t'inspirait rien de bon, tu aurais aimé qu'il se retrouve là avec toi. Malgré tout, tu savais qu'il te protègerait car c'était là le rôle d'un mari et, tu le savais, il tenait à faire de son mieux. Tu regardais de nouveau derrière toi, mais il n'était pas là. Seul Crixus semblait dicter sa loi aujourd'hui. Les larmes sur tes joues commençaient à te brûler. Tu ne voulais qu'une chose, aller te cacher dans la chambre d'Azarius. Peut être que là-bas l'aîné des Lovegood ne viendrais pas te terroriser.  Là encore, l'idée de te rapprocher le plus possible de ton mari te semblait être ton unique échappatoire. Tu aurais beau supplier, Azarius ne viendrait pas. Pas aujourd'hui. Un jour, peu être, il accourrait pour te sortir des griffes de son frère. Mais avant d'espérer cela, il te faudrait prendre ton courage à deux mains et enfin essayer d'avoir une vraie discussion avec lui. C'est que pour l'instant, Crixus semblait te montrer bien plus d'intérêt que n'importe qui d'autre dans cette maison. Il te faisait penser à ce Serpentard qui a force de te torturé mentalement avait bien faillit te briser. Si l'un des professeurs ne t'avait pas pris sous ton aile tu te serais retrouvé entièrement à sa merci et qui sait se qu'il aurait pu advenir de toi.
Ce qu'il adviendrait de toi maintenant, tu te le demandais bien. Crixus c'était à nouveau rapprocher , ajoutant sèchement que l'on ne te viendrais pas en aide. Tu n'osais même pas le regarder dans les yeux. Tes mains agrippaient fortement le bord de la table et tu regardais l'espace vide entre elles. Des frissons te dévoraient de l'intérieur et tu faillis te laisser tomber sur l'herbe. L'invitation du mangemort te fit manquer un souffle. S'entant qu'il s'éloignait, tu tournais tes yeux vers la fenêtre de ta chambre avant de le regarder une fois le dos tourné. La meilleure solution aurait été de tourner les talons. S'éloigner de Crixus s'était se mettre en sécurité. Mais c'est que le Lovegood était directif dans ses mots. Comme le chef de famille qu'il était, il ordonnait. Ainsi, tu n'avais pas le choix. Il fallait le suivre.
Tu lui laissa de l'avance, surtout lorsque le mot meurtre te déchira les oreilles. Tu croisais les bras pour le  suivre sans un mot après avoir essuyé tes larmes de tes mains. Tes yeux étaient à sec et doucement ta migraine se pointa. Un mal de tête habituel après tes crises de pleurs que tu soignais en fermant les yeux tout en te massant le crâne. La potion que l'on t'avait prescrite pour ce mal était infect et qui savait de quoi elle était faite.
Avec Crixus tu arrivais dans la bibliothèque, ce qui te fit pensé que tu avais quelques livres y ranger. L'odeur des bouquins te fit sourire et comme poussée par tu ne sais quel élan tu tendais ton bras vers le premier ouvrage qui accrocha ton regard. La reliure était élégante, les caractères bien dessinés et il respirait le roman d'aventure. Tu faillis parler mais comme l'avait voulu Crixus tu t'arrêtais net et aucun son ne sorti de ta bouche. Tu reposa à la hâte le livre à sa place comme si de rien n'était et tu attendais que Crixus continue son manège. Tu posais une main sur ton front et fermais les yeux pour finalement t'asseoir discrètement sur le premier siège à ta porté.
Perdu dans ta migraine des sons sortirent malgré tout de ta bouche "Aimez-vous lire?" Ces mots t'échappèrent et instinctivement tu mettais une main devant ta bouche. Ta curiosité imbécile allait encore te valoir des ennuis. Même si tu te demandais bien pourquoi il t'avait conduite jusqu'ici c'était surement plus sain de ne pas savoir. Tu te pinçait le haut du nez comme si tu ne comprenait pas toi-même pourquoi tu agissais comme ça. De nouveau tu te repliais sur toi-même. Tu ramenais tes genoux le long de ta poitrine et attendais que Crixus s'en prenne à toi. A cette idée des larmes commençaient déjà à refaire surface.
code by Chocolate cookie



i will not let him to hurt you.
Les belles sont des roses, l'amour est un papillon, l'amour voltige de belle en belle, comme le papillon de rose en rose : Roses à peine éclosent, défiez-vous de l'inconstant papillon.
Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
Be a family
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Family First : II
» You're bringing new life to your family tree now ◮ Alistair & Andy
» Montage débile : Family Sim Bower
» Family is all. {Mael - Liora}
» The Shield vs Wyatt Family

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Angleterre :: Habitations :: Mad's Mansion-
Sauter vers: