indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
I screwed up my mission ☾ Charlie.

()
Parchemin envoyé Lun 12 Fév - 9:32

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Neventer , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 31/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 208 hiboux. J’incarne : Colton Haynes , et l’avatar que je porte a été créé par : .nephilim et GALLIFREYS (merci <3) code sign: ANESIDORA + img: GALLIFREYS . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Aleksei, l'antropophage, la Greyback Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Réparateur d'objets magiques, botaniste, potionniste clandestin (mais chut!) J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : C'est un bordel monstrueux. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

   
Night Sky
Charlie & Drewall

   
« Voici le soir charmant, ami du criminel; II vient comme un complice, à pas de loup; le ciel se ferme lentement comme une grande alcôve, et l'homme impatient se change en bête fauve. »
C. Baudelaire, Le Crépuscule du soir.
L'étincelle. La seule raison pour laquelle il opérait, désormais. La naissance de l'incandescence et tout ce qu'elle pouvait engendrer. La vengeance, la complaisance, mais jamais le regret. Cette satisfaction personnelle que d'entendre une détonation suivie de cris et de flammes. Il aimait se tenir sur les toits à un pâté de maison de son crime pour observer son œuvre, son brasier. Parfois, on le disait lâche car il n'avait jamais le visage découvert. Le loup ne laissait que son regard de visible. D'autres fois, il ne couvrait pas ses cheveux. Cela dépendait, lorsqu'il avait le goût du risque, de la provocation. Lorsqu'il était persuadé que ses ennemis le reconnaîtraient. Depuis trois ans, le Lupin jouait à ce jeu du chat et de la souris. Certes, sa tête était mise à prix depuis un moment, mais on ne lui avait pas encore mis la main dessus malgré ce qu'il risquait au quotidien. Ses petites actions provoquaient parfois de gros éboulements du côté de ceux qu'il aimait surnommer les nécrophages. Et depuis qu'il avait lui-même serré la vis et qu'il avait choisi de devenir plus radical, il avait inconsciemment modifié le cours de sa vie. Il était de ceux qui pensent pouvoir tout faire, comme ces hommes ou femmes d'affaire qui s'imaginent pouvoir allier vie de famille et travail intensif. Drewall Lupin a rapidement compris que son irresponsabilité et son goût du risque ne lui permettraient jamais de devenir monsieur tout-le-monde pendant neuf heures, puis un activiste radical pendant les quinze autres heures de la journée. Alors, il a décidé de faire une croix sur sa vie personnelle. Lui qui avait une femme, une maison, plusieurs passions dont il pouvait vivre, il avait choisi de tout mettre de côté et de ne garder que le strict minimum. Il avait fait le choix de devenir la vengeance, de faire comprendre aux humains de la pire espèce qu'ils ne pouvait pas se targuer d'être des dominants. Non. Drewall était là pour leur rappeler que eux aussi sont faibles. Aussi faibles que les humains du camp opposé qu'ils torturent avec plaisir depuis des siècles. Il a fait le choix d'être l'incarnation du retour de bâton.
L’inconvénient dans cette activité était qu'il ne pouvait jamais prévoir à l'avance les éventuels perturbations extérieures lors de ses plans. Ce soir-là, en fut un parfait exemple. Il avait patiemment attendu dans le froid que tous les hommes rentrent dans leur quartier général. Des éclats de rire et de verre se faisaient entendre lorsque la porte s'ouvrait et se refermait. Puis, au bout d'un certain moment, il n'entendait plus aucun son. C'était le signe que tous les invités étaient arrivés au point de rendez-vous. Alors, il avait préparé son matériel. Cocktail et bombe, ce qui lui semblait être le plus indispensable dans cette mission. Il procédait presque à chaque fois de la même manière. Il jetait le cocktail par une vitre après avoir soigneusement placé son explosif dans un recoin sous le bâtiment, comme dans une cave par exemple. Il en allumait ensuite la mèche. Mais cette fois-ci, cela ne s'était pas passé comme prévu. Le cocktail avait eu l'effet escompté dans la pièce où les invités s'étaient réunis, mais un jeune mangemort était sorti au moment ou Drewall allumait la mèche de sa bombe. Dans les cris et l'agitation liée au cocktail, plusieurs personnes sortirent et le prirent sur le fait. Il y eut quelques secondes de silence entre lui et son ennemi, mais d'un geste habitué, le Lupin alluma la mèche comme lorsqu'il s'allumait une cigarette, puis il s'enfuit. « Chopez-le ! Chopez-le ! » Hurla un mangemort. Drewall avait l'habitude de courir, mais comme n'importe quel humain, il se fatiguait aussi très vite. Son premier réflexe fut de chercher un moyen de les ralentir. Il avait étudié le quartier pour le connaître comme sa poche et pensait toujours à un plan B pour les situations comme celle-ci. Il prit plusieurs impasses, passa par-dessus des grillages, des murets, des escaliers. Il renversait des poubelles, du mobilier urbain, n'importe quel objet susceptible de leur faire obstacle, mais deux ou trois de ses poursuivants ne lâchaient pas le morceau. Le Lupin se retourna rapidement pour voir s'il gagnait de la distance au détour d'une énième ruelle, erreur de débutant. Même s'il s'agissait seulement d'une demie seconde, lorsqu'il reporta de nouveau son attention droit devant lui, il percuta une personne, encapuchonnée. Il ne laissa pas le temps d'être surpris, juste de se mettre en colère. Il saisit l'inconnu.e par le col et entra dans le hall d'un bâtiment dont la porte arrière était restée ouverte tout en traînant le ou la coupable de son ralentissement avec lui. Il ferma brutalement la porte derrière lui, rabaissa sa capuche, sorti sa baguette et la pointa en direction de la personne à terre qu'il avait violemment trimballé avec lui « Expuls... ». En se redressant, la coupable abaissa sa capuche et dévoila une chevelure rousse flamboyante, un visage fin et pâle, constellé de tâches de rousseur, des yeux clairs et des sourcils froncés, un regard qui n'a jamais changé. Il voyait toute son adolescence défiler devant ses yeux, mais il ne réagit que d'une seule manière. Il releva la jeune femme de la même manière qu'il l'avait traînée dans ce hall sombre, en la ramassant par la col. Drewall la plaqua contre un mur puis grogna. « Depuis quand les morts reviennent à la vie  ? »
(c) DΛNDELION


Don't count on me I'm not what you need. Temporary but can't be erased. Pushed away to a darker place. 

Parchemin envoyé Mer 14 Fév - 15:07

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Littlefoot , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 05/01/2018 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 36 hiboux. J’incarne : Polly Ellens , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatar : Blue Walrus / sign : lazare . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : D.F-A.L-J.Y Je parle en : #993300



Je suis âgé de : 32 balais / 01.01.1960 , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : en fuite. Avant la purge, j'étais batteuse pour les Chauves-Souris de Fichucastel. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
I screwed up my mission
Drewall & Charlie
26 mai 1991 - We meet again  

Depuis mon évasion de chez les Lovegood, je me cachais dans la cave d'une boutique sur le chemin de traverse. Mon frère connaissait le propriétaire et m'avait convaincue que c'était ma meilleure option jusqu'à ce qu'il nous trouve un endroit où nous cacher. Il avait tout perdue depuis la grande purge. Tout avait commencé par sa boutique qui avait été vandalisé, puis sa maison qui avait prit feux. Par chance, il n'avait pas perdue sa femme et elle avait été là pour le soutenir. Ce soir, j'avais envie de prendre l'air. Jusqu'ici, Stanis refusait de me laisser voler de mes propres ailes. Il refusait de me laisser rejoindre l'ordre et il essayait de me convaincre que je devais me remettre de mes blessures. Il ne me restait plus le moindres hématome sur la peau. Certes, il me restait bien quelques traumatisme mental, mais je n'avais pas tout raconté à mon frère. Je jugeais qu'il ne supporterait pas très bien la vérité et que je me devais de veiller sur lui comme je l'avais fait lors de nos études à poudlard. J'enfilais une cape sombre, je glissais ma chevelure dans la capuche et je m'assurais que cette dernière cachait bien mon visage. Je transplanais ensuite vers le seul endroit familier qui me restait. Le stade Caerphilly. J'arrivais au milieu du terrain de quidditch. J'abaissais ma capuche et je regardais autour de moi. Enfin quelques chose qui n'avait pas changé depuis la purge. Je m'agenouillais pour caresser l'herbe du bout de mes doigts. Je laissais tout mes souvenirs refaire surface et je prenais une grande inspiration. Ma vie d'avant, le monde sorcier d'avant la purge et le quidditch me manquaient terriblement. Un bruit attira mon attention et je me retournais juste attends pour éviter un sort lancé dans ma direction. Je roulais sur ma gauche et je levais ma baguette vers les estrades. Le sorcier fut rapidement rejoint par une poignée de mangemort et une alarme fut déclenché. Toute les portes de sortie se refermaient et sans attendre plus longtemps je me jetais en direction de celle qui se trouvait le plus près de moi. Le grillage se referma juste après mon passage. Je savais qu'il était impossible de transplaner une fois le système de sécurité enclenché et ils allaient devoir ouvrir une porte manuellement si ils voulaient me poursuivre. Je connaissais le stade comme le fond de ma poche et le chemin que je prenais n'étais pas un hasard. En moins d'une minute, je me retrouvais devant une porte qui me menait à la rue arrière du stade. Je ne m'embêtais pas à essayer la poignée et je l'explosais d'un coup de baguette. Je passais de nouveau ma capuche sur ma tête et je m'avançais dans la rue d'un pas calme. Je ne voulais pas attirer l'attention sur moi en courant et je tentais de me calmer en prenant de grande respiration. Je tournais le coin de rue et je jetais un dernier coup d'oeil derrière moi pour m'assurer que j'étais hors de danger lorsque je me fit percuter. Je n'avais rien entendu puisque je pouvais seulement entendre les battements de mon coeur dans mes oreilles. J'étais encore sous l'effet de l'adrénaline. La force de l'impact m'avait fait tomber sur le sol. Un peu sonné, je n'avais même pas eu le temps de réagir lorsque l'inconnu m'attrapa par le col. Je me retrouvais de nouveau sur le sol et j'entendis une porte se fermer derrière moi. « Expuls... » De nouveau assise, j'abaissais ma capuche et je relevais les yeux. Je n'avais pas l'habitude de me laisser faire de la sorte et j'allais ouvrir la bouche lorsque je croisais le regard de Drewall Lupin. Je cachais ma surprise, mais le fait que je ne parlais pas voulait tout dire. Je ne m'attendais pas à tomber sur lui. Je fronçais les sourcils. Je ne le connaissais pas aussi brusque, mais il est vrai que les temps avaient changé et que notre dernière rencontre remontait à notre dernière année à poudlard. Enfin, notre dernière rencontre officielle, puisque je me souviens l'avoir vue la nuit où je m'étais évadé de prison. Il me relevait par le col et me plaquait brutalement contre un mur. « Depuis quand les morts reviennent à la vie  ? » Je ne prenais pas le temps de répondre. La question m'enrageait. C'était du déjà vue ! Depuis le temps j'avais l'habitude. C'était loin d'être la première fois que je me retrouvais le dos contre un mur et qu'on me prenait par le col ou par la gorge. Je frappais violemment ses poignets à l'aide de mes poings pour lui faire lâcher prise et je redressais le menton. « Ta rangé tes bonnes manière dans l'armoire à balais ? » Je pointais ma baguette dans sa direction. Une tentative de ma part pour garder une certaine distance entre nous, mais également pour lui faire comprendre que je n'allais pas me laisser faire si il décidait de me prendre de nouveau par le collet. « J'ai toujours pensé que de nous deux j'étais celle qui était née avec le sale caractère, mais peut-être que je me suis trompé. » Je m'avançais plus près de lui pour réduire l'espace qui nous séparait. J'étais à quelques centimètres de son visage et j'allais ouvrir de nouveau la bouche lorsque plusieurs voix se rapprochaient de la porte par laquelle nous étions entré. Il n'y avait pas le temps de faire dans la dentelle. Je gardais mes yeux accroché à ceux de Drewall et je pointais ma baguette vers la porte. Je lançais un sortilège informulé et un éclair violet vint couvrir ce qui semblait être notre seule porte de sortie. Le sortilège que j'avais lancé n'allait pas les retenir de manière définitive, mais cela nous donnait assez de temps pour penser à un plan. J'ignorais dans quel merde il c'était fourrer et combien de sorcier se trouvaient à l'extérieur, mais comme j'étais recherché par le ministère son merdier était devenue le mien. « Faut être aveugle pour pas avoir vue ma gueule affiché partout à londrès depuis mon évasion d’azkaban. » J’avais encore un souvenir frais de mon évasion. De cette nuit où j’avais croisé son regard et j’ignorais s’il m’avait vraiment vue. C’était plus fort que moi ! S’il ne m’avait pas vue cette nuit là, j’avais du mal à croire qu’il n’était jamais tombé sur l’une de mes affiches. Après, c’est vrai qu’il y avait un grand nombre de sorcier recherché depuis la purge.
Made by Neon Demon (code) et dandelion (gif)



No. She never was. She was
the brave one. The tough one.
Sometimes I have to remind myself of who I once was. When the times are hard. When It seems like there is no more hope. I am the tough one !

 
I screwed up my mission ☾ Charlie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Ordre de Mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers-
Sauter vers: