indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
requiem (B&D)

()
Parchemin envoyé Mar 9 Jan 2018 - 18:20

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : lolo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/08/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 50 hiboux. J’incarne : phoebe tonkin , et l’avatar que je porte a été créé par : flotsαm. Je parle en : mediumpurple



Je suis âgé de : trente perles d'argent , et j’ai le sang : moldu, et je le vis très bien, qu'on vienne me dire en face que je vaux moins qu'un autre sorcier, et vous verez de quel bois je me chauffe. Dans la vie je suis : employée de librairie, potionniste à mes heures perdues. J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : On me dit coeur fait de glace qui ne bat que pour mes jumeaux. Je n'ai que la famille Lupin dans ma peau et ne me laisse jamais attendrir par un autre mâle. Célibataire, le surnom de Louve solitaire me colle à la peau depuis des années sans que cela ne m'offusque. Champ Libre :

AlaricXéphandreDreferLupinPietro


avatar
 
La pluie tombe averse comme si le temps lui même se préparait à la confrontation. Elle avance, en début de nuit pour rejoindre le point de rendez-vous. Elle a passé la nuit dernière à faire des cauchemars Bambi, sans pouvoir s'enlever cette idée de la tête que Drefer doit payer. Tout tourne dans sa tête pour essayer de voir ce qu'elle n'a pas vu pendant de longs mois. Lui qui se disait son ami. Lui qu'elle a vu pas plus tard que le mois dernier. Comment a t-il pu lui mentir sur sa vraie nature. Jamais elle n'aurait pu soupçonner qu'un garçon aussi doux et agréable puisse cacher un monstre en lui. Alors elle n'a pas pu résister la poupée de porcelaine. Au petit matin, elle a envoyé un hibou pour donner rendez-vous à Drefer dans un parc cette nuit-là. Ils ont l'habitude de se promener dans ce dernier même si habituellement cela arrive plutôt l'après-midi. Elle prétexte un sujet urgent a aborder avec lui et que cela ne peut pas attendre. Il répond favorablement et Bambi passe la journée dans sa boutique à faire comme si rien n'était. Mais c'est dur pour la jeune femme d’accueillir les clients en gardant le sourire. Elle a l'esprit ailleurs, elle demande souvent de répéter les quelques phrases qu'on lui dit. Les clients finissent pas se lasser et repartent sans l'objet de leur convoitise. Tant pis, elle s'en moque Bambi aujourd'hui. Elle ne fait que guetter l'horloge dans l'espoir de voir le temps s'accélérer. Les heures, les minutes sont des tortures tant sa baguette lui démange. Le plus triste dans tout ça, c'est qu'elle ne sait même pas ce qu'elle va faire. Affronter Drefer alors qu'elle est incapable de lancer un sort correctement. Elle fonce dans la gueule du loup sans même sourciller mais tout ce qu'elle veut, c'est des explications, laisser sa rage exploser avant que cette dernière ne la consume. Jamais elle ne s'est sentie aussi trahi, jamais elle ne s'est sentie aussi mal depuis la purge. Elle a fait confiance, peut-être un peu trop naïvement à un garçon qui semblait s’intéresser à elle. C'est pas faute d'avoir tenté d'en savoir un peu plus la dernière fois qu'ils se sont vus mais Drefer a préféré éluder les questions. Elle comprend mieux pourquoi désormais. Et si tout n'était que mensonge ? Et si depuis le début il savait qui elle était en réalité ? Une Lupin ? Jumelle de Pietro et Marek ? Sa tête lui fait mal sous le poids des suppositions. Elle voudrait que tout s'arrêter, elle voudrait que rien ne soit jamais arrivé. Naïve petite enfant que se croit assez grande pour affronter le monde seule.
Vingt heure sonne, elle ferme boutique. Sous la pluie battante, elle prend la direction du parc en question. Elle est un peu en avance mais tant pis, cela lui laisse le temps de réfléchir. Elle guette les environs, le parc devient petit à petit désert. Par ce temps de chien, personne ne souhaite affronter la nuit. Elle n'a pas pris de parapluie, ses cheveux dégoulinent sous le poids de l'eau et son pull lui colle à la peau. Elle va attraper froid. Elle s'en moque, tout ce qu'elle veut, c'est attraper Drefer. Il apparaît soudainement sous le halo d'un lampadaire alors qu'elle se cache dans la pénombre de la nuit. Elle a envie de lui sauter à la gorge, elle se maudit de ne pas être une louve comme Pietro et les siens. Alors elle s'approche comme simple humaine qu'elle est. « Marek. » Elle n'a fait que quelques pas, il est dos à elle. Le fracas du tonnerre couvre un peu sa voix, elle est obligée de crier. « Marek Lupin. » Elle s'approche encore tout en laissant une certaine distance en eux. Désormais son visage est aussi éclairé par le lampadaire. « Tu connais ? » Ils restent ainsi quelques secondes à se dévisager avant que l'un ne reprenne la parole. Elle ne regarde plus cet homme de la même manière désormais. Elle le regarde comme ce qu'il est. Un monstre, un assassin. « Je vais t'aider à t'en rappeler. Tu l'as égorgé y a quelques temps. » Elle serre les poings. « Tu te souviens ? »  



Parchemin envoyé Mer 10 Jan 2018 - 21:35

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 279 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 25 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour les Mangemorts J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Siofra Meadowes, son cœur appartient toutefois à Caïn Goldstein mais ces choses-là ne se disent pas... Champ Libre : - possède un démon, un Eternel prénommé Nyssa et qui prend la forme d'une chauve-souris bleue aux dents longues (magie des Rackharrow).

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Les quelques phrases griffonnées à la hâte sur un bout de parchemin l’avaient légèrement surpris. Si Bambi et lui avaient pour habitude de se retrouver parfois dans ce fameux parc dans lequel elle lui donnait rendez-vous ce soir-là, ils ne s’y rencontraient généralement qu’en pleine journée. Il avait lu et relu les quelques lignes sans vraiment en saisir tout le sens, sans saisir ce qu’il pouvait bien y avoir de si urgent mais il y avait dans ces mots une sorte de besoin impérieux qu’il pouvait sentir, même malgré lui. Il s’empresse donc de répondre positivement, lui confirmant qu’il serait là ; que pouvait-il bien lui refuser, de toute façon ? Il termine sa journée de travail dans le sang et la douleur, comme souvent, mais n’était-ce pas là toute la complexité du métier de bourreau ? Après avoir envoyé un message à Caïn pour lui dire de ne pas l’attendre, qu’il rentrerait plus tard que prévu ce soir, il décide de tout de même faire un détour par les douches du Ministère, histoire de se rendre un peu plus présentable. Depuis qu’il était rentré une après-midi, tâché de sang, et qu’il avait manqué de traumatiser Siofra Meadowes, il avait pris pour habitude de prendre ses précautions. Surtout, il ne voulait pas donner à Bambi du grain à moudre pour son moulin, elle qui avait déjà commencé à lui poser bien plus de questions qu’elle n’aurait dû. Quand il sort enfin du Ministère, la pluie s’est mise à tomber drue, comme souvent dans le paysage londonien, et la nuit est déjà noire. Il soupire, resserrant les pans de sa cape autour de son corps. Il peste quelques secondes contre le temps pourri de ce pays, lançant un sort d’imperméabilité pour se protéger de la pluie et le voilà qui transplane dans le parc, convenu comme lieu de rendez-vous. La lumière du lampadaire lui donne un teint blafard et il observe les alentours avec intérêt, cherchant la jeune femme du regard, presque inquiet, maintenant qu’il y pense… « Marek. » Sa voix lui parvient de derrière lui, couverte par le grondement de l’orage qui fait rage et, sur le moment, il ne comprend pas vraiment ce qu’elle lui dit. Il constate juste qu’elle a une mine affreuse et fermée, que ses cheveux et ses vêtements sont trempés. Elle approche encore et reprend la parole. « Marek Lupin. » Cette fois, il a bien entendu et il se fige, serrant les dents, son visage devenant livide à l’évocation de ce nom qu’il n’aurait jamais pensé entendre dans sa bouche. Pourquoi donc est-ce qu’elle lui parler du lycanthrope ? Il l’observe, sans comprendre, interloqué. « Tu connais ? » Bien sûr qu’il le connaissait. Quintus lui avait offert le couple de Lupin, Joanna et Marek, en cadeau, pour qu’il puisse les soumettre à la torture. Après avoir tué puis envoyé de nombreux morceaux de la jeune femme à Pietro, en représailles de son intervention au bal de la reine, il avait fini par tendre un piège au tatoueur pour l’attirer dans une masure abandonnée et abattre son frère devant lui. Il avait toujours été du genre vindicatif, le Rackharrow, et Marek n’était qu’un dommage collatéral. C’était malheureux mais c’était ainsi… Il voit la colère dans ses prunelles, la haine aussi. Elle ne l’a jamais regardé de cette façon et c’était bien pour cela qu’il ne lui avait jamais dit son nom. « Je vais t'aider à t'en rappeler. Tu l'as égorgé y a quelques temps. » Elle serre les poings, il serre les dents, penchant légèrement la tête. « Tu te souviens ? » Que pouvait-il bien répondre à ça ? Il n’avance pas, demeurant là où il est, la pluie s’écartant de lui et le laissant au sec. « Comme si c’était hier… » qu’il commence simplement, peu enclin à nier. A quoi bon de toute façon ? Elle semblait avoir déjà toutes les réponses à ses questions… « Marek Lupin était un rebelle et un traître… » Il ne cherche pas à se justifier. Oui, il avait été cruel mais surtout pour Pietro au final ; il avait offert à Marek une mort rapide, pleine de merci. En tous cas, c’était ainsi qu’il le voyait, lui. « Je suis désolé s’il était de tes amis mais en l’exécutant, je n’ai fait que mon travail. Mon devoir… » Certes, il avait fait du zèle en en faisant un spectacle pour Pietro mais ça, elle n’avait pas besoin de le savoir. Sauf si elle le savait déjà. Son regard se fait soudainement plus soupçonneux, plus inquisiteur. Il la regarde, lui aussi, comme s’il la voyait pour la première fois. « Qu’est-ce que ça à avoir avec toi, de toute façon ? » Il ignorait bien que Marek avait une sœur. Il ignorait bien que ce fut elle…


❝ to love is to destroy they say ❞ But you're my home. I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Mer 10 Jan 2018 - 23:07

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : lolo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/08/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 50 hiboux. J’incarne : phoebe tonkin , et l’avatar que je porte a été créé par : flotsαm. Je parle en : mediumpurple



Je suis âgé de : trente perles d'argent , et j’ai le sang : moldu, et je le vis très bien, qu'on vienne me dire en face que je vaux moins qu'un autre sorcier, et vous verez de quel bois je me chauffe. Dans la vie je suis : employée de librairie, potionniste à mes heures perdues. J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : On me dit coeur fait de glace qui ne bat que pour mes jumeaux. Je n'ai que la famille Lupin dans ma peau et ne me laisse jamais attendrir par un autre mâle. Célibataire, le surnom de Louve solitaire me colle à la peau depuis des années sans que cela ne m'offusque. Champ Libre :

AlaricXéphandreDreferLupinPietro


avatar
 
Elle ne pensait pas que ça lui ferait autant mal de dire le nom de son frère. Elle pensait être passée au dessus de cette douleur, la douleur de prononcer ce prénom, de penser à lui. Mais c'est pas le cas. Elle est au tout début de sa peine Bambi, haletante à chaque souvenir, hantée par le moindre bruit. Elle rêve de lui, s'en pouvoir se défaire de l'ombre de ce frère qui est tombé avant même qu'elle n'est eu le temps de le sauver. Elle n'était pas là, elle n'a rien vu. C'est encore plus horrible de se dire qu'elle n'était pas là pour son jumeau, pas là pour le sauver. Pourtant c'était sa place, auprès de Marek pour au moins essayer de sauver cette vie. Plutôt prendre la sienne en redevance à tout ce qu'il lui a donné. Il a été si important, il est si important pour la jeune louve. Et maintenant, elle doit évoluer sans lui. Sans ne jamais l'oublier mais sans non plus vivre dans la peine. Juste milieu bien difficile à trouver. Elle a envie de hurler, elle a envie de s'anesthésier. Trop de sentiments, trop de sensations, trop de tout. C'est le chaos dans sa tête et les larmes qui coulent intérieurement pour ne pas perdre la face. Parce que la rage est plus présente que la peine à cet instant. Parce que Drefer ne mérite pas de la voir pleurer, elle ne veut pas lui faire ce plaisir. Elle ne veut pas lui montrer à quel point il l'a fait souffrir. Elle aurait voulu que les choses se passent autrement. Elle aurait voulu ne jamais croiser la route de ce sang-pur pour ne pas avoir la confusion de l'ami et du meurtrier. Mais elle peut pas se dresser contre le destin Bambi. C'est pas une déesse, c'est pas même une sorcière convenable. Et voilà qu'elle se montre devant ce Rackharrow sans savoir si elle va finir en entier. Elle se pose même pas la question, si elle doit rejoindre son défunt frère ce soir, ça sera la mort qui aurait décidé. Elle pense un instant à Pietro qui ne l'a pas vu se faufiler. Si seulement il savait où était sa sœur, si seulement il était là pour la défendre. Mais elle en a assez de devoir compter sur les autres pour vivre Bambi. Elle veut devenir forte elle aussi, comme les deux loups qui composent sa fratrie. Elle ne veut plus être un fardeau, elle ne veut plus laisser la honte rougir ses joues quand elle doit se cacher pendant une bataille.
Un éclair fend le ciel alors que Bambi se crispe de tout son corps. Elle aimerait le tuer. Ici et maintenant. Elle aimerait porter le coup fatal comme il en a fait de même avec son jumeau. C'est la première fois qu'elle ressent autant une envie de tuer. Même quand ses parents et sa petite sœur sont morts elle n'a pas ressenti un tel esprit de vengeance. « Comme si c’était hier… » Elle se mord la lèvre pour ne pas l'insulter face à tant d'insolence. « Marek Lupin était un rebelle et un traître… » Elle ne peut pas se retenir de crier cette fois. « Le traître c'est toi ! » Traître de l'avoir trahi ainsi en abattant son frère. « Je suis désolé s’il était de tes amis mais en l’exécutant, je n’ai fait que mon travail. Mon devoir… » Elle fait encore quelques pas, brisant de plus en plus la distance. Un mètre les sépare désormais, elle ne le franchit pas. « Qu’est-ce que ça à avoir avec toi, de toute façon ? » Il ne semble pas faire le rapprochement entre Marek et elle. Ignore t-il la vie de celui qu'il a tué ? « Tu sais, dans les portées de loup, les louveteaux ne naissent jamais seuls... » Elle parle d'une voix beaucoup plus basse maintenant qu'ils sont plus proche. « Tu as cru que tu allais t'en sortir impunément après avoir provoqué la mort d'un loup ? » Elle passe une main derrière sa taille en haussant le ton. « La meute te traquera jusqu'à ce que tu crèves ! » Elle dégaine sa baguette. « Doloris ! » 



Parchemin envoyé Lun 5 Mar 2018 - 21:56

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 279 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 25 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour les Mangemorts J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Siofra Meadowes, son cœur appartient toutefois à Caïn Goldstein mais ces choses-là ne se disent pas... Champ Libre : - possède un démon, un Eternel prénommé Nyssa et qui prend la forme d'une chauve-souris bleue aux dents longues (magie des Rackharrow).

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il ne comprend pas d’où vient cette soudaine colère, cette rage nouvelle dans ses prunelles claires qu’il avait toujours connues si douces et si tendres. Il ne s’était jamais vraiment intéressé à la vie de Marek, si ce n’était qu’il était le frère de Pietro, seule et réelle cible de sa propre ire. Quintus lui avait offert le couple en cadeau, comme on offrirait des fleurs ou des chocolats et, après avoir découpé Johanna morceau par morceau, il s’était fait un plaisir d’ouvrir la gorge de Marek devant son frère. Le sang avait coulé sur les lattes du plancher vermoulu et il s’était réjoui, Drefer, de son visage exsangue, des derniers sursauts de son corps mourant. « Le traître c'est toi ! » Elle hurle, la jeune fille, et il tressaille, le bourreau, poursuivant ses explications, même s’il lui semble bien avoir compris que rien de ce qu’il pourrait dire ne suffirait à l’apaiser. Il en ignorait toutefois les raisons, même s’il en venait presque à les deviner. Presque. Il l’interroge, sur ce que ça peut bien lui faire ; il n’ira pas prétendre qu’il est un saint mais le Lupin avait mérité son sort. S’allier avec les rebelles faisait de lui un traître qui se devait d’être éliminé, tôt ou tard. Elle se rapproche, ne réduisant la distance entre eux qu’à un seul et malheureux mètre. Il ne recule pas, ses prunelles claires dardées dans les siennes. « Tu sais, dans les portées de loup, les louveteaux ne naissent jamais seuls... » Il serre les dents, dissimulant avec peine la surprise qui ne demande qu’à se peindre sur ses traits. Etait-elle en train de lui dire que… ? Il gronde pour lui-même, hésitant entre la colère et le désappointement. Sa colère, en réalité, elle est surtout dirigée contre lui-même, contre sa stupidité de ne pas s’être assez renseigné pour identifier Bambi comme étant de la même portée dégénérée. Est-ce que ça aurait changé quoi que ce soit ? Sans doute pas. Marek aurait fini de la même façon, à n’en pas douter, mais il se serait épargné la peine de s’enticher quelque peu d’elle. ..« Tu as cru que tu allais t'en sortir impunément après avoir provoqué la mort d'un loup ? » Non, il n’avait pas vraiment imaginé ça, le Rackharrow. Il était suffisamment intelligent et vindicatif lui-même pour savoir que tout acte avait ses conséquences et qu’une mort telle que celle-là ne saurait demeurer sans rétribution. Il s’était toutefois attendu à ce que la vengeance vienne de Pietro, non pas de Bambi… Les doigts de la demoiselle se glissent dans son dos et il prévoit déjà la suite, le bourreau, glissant d’un pas de côté sans pour autant dégainer sa baguette. Malgré tout, malgré son ascendance, malgré le fait qu’elle veuille clairement sa mort, elle demeure Bambi et rien de ce qu’il avait prétendu éprouver pour elle n’avait été feint. « La meute te traquera jusqu'à ce que tu crèves ! » Elle sort sa baguette, vise sans avoir vraiment l’air d’y réfléchir et le voilà déjà, lui, qui se jette au sol en entendant le sort franchir ses lèvres. « Doloris ! » Il n’aurait jamais pensé qu’elle attaquerait si fort, c’est ce qu’il se dit alors qu’il roule dans une flaque d’eau glacée pour éviter le sortilège. Oh bien sûr, il était bourreau et il connaissait les affres de la douleur sur le bout des doigts, ce n’était pas vraiment la douleur qui l’effrayait. Il avait appris à supporter les effets du Doloris dès qu’il avait entrepris d’embrasser la même carrière que son père, parce qu’il fallait connaitre la souffrance pour la dispenser correctement, et l’on ne pouvait savoir qu’en expérimentant soi-même. Non. Il se relève rapidement, lui lançant un regard noir avant de transplaner derrière elle, son bras se glissant sous sa gorge en une clé qui vise à l’immobiliser tandis que son autre main accroche son poignet avec force pour l’obliger à lâcher sa baguette. Le dos de la jeune femme se plaque bien involontairement contre son torse et ses lèvres viennent doucement murmurer à l’oreille de la demoiselle. « Ne sois pas stupide, Bambi, tu ne fais pas le poids. » Il gronde, son souffle réchauffant la joue de la sang-mêlée. « Je pourrais te tuer sans même y penser... » Il n’y arriverait sans doute pas, Drefer, il avait toujours été beaucoup trop sentimental, bien malgré lui… Son parfum vient chatouiller ses narines et il siffle, la libérant en la repoussant brusquement à l’opposé de lui. « Tu n’es pas la prochaine sur ma liste, Bambi… » Pietro serait le prochain Lupin à mourir.


❝ to love is to destroy they say ❞ But you're my home. I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Lun 16 Avr 2018 - 20:44

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : lolo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/08/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 50 hiboux. J’incarne : phoebe tonkin , et l’avatar que je porte a été créé par : flotsαm. Je parle en : mediumpurple



Je suis âgé de : trente perles d'argent , et j’ai le sang : moldu, et je le vis très bien, qu'on vienne me dire en face que je vaux moins qu'un autre sorcier, et vous verez de quel bois je me chauffe. Dans la vie je suis : employée de librairie, potionniste à mes heures perdues. J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : On me dit coeur fait de glace qui ne bat que pour mes jumeaux. Je n'ai que la famille Lupin dans ma peau et ne me laisse jamais attendrir par un autre mâle. Célibataire, le surnom de Louve solitaire me colle à la peau depuis des années sans que cela ne m'offusque. Champ Libre :

AlaricXéphandreDreferLupinPietro


avatar
 
Elle ne comprend pas comment elle a pu se prendre d'amitié pour le jeune homme. Naïve qu'elle a été la poupée de porcelaine de le croire posséder un cœur aussi noble que le sien. Mais la vérité est tout autre. Il fait parti des autres. Ceux qui veulent la mort des Lupins et la sienne. Elle s'en veut de n'avoir rien vu venir derrière les paroles agréables et le sourire au coin pendant leurs retrouvailles. Mais c'est aussi un peu de sa faute à Bambi. Elle qui a préféré faire l'autruche plutôt que de creuser. Après tout, elle ne connaissait même pas son nom de famille jusqu'à lors. Patronyme qu'elle aurait pu obtenir si seulement elle l'avait voulu. Mais elle avait tout fait pour ne rien entendre, bercée d'illusions qu'ils étaient dans le même camp. Elle aurait du se méfier, comme toujours en temps de guerre.
Elle le voit se tendre quand elle lui révèle sa véritable identité. Lui non plus n'a pas cherché à savoir qui elle était ou alors il fait semblant. Ils ont l'air bien bêtes maintenant à se défier du regard alors que pas plus tard que le mois dernier ils étaient à la même table à boire du thé. Elle s'approche pourtant de lui la jeune folle, animée par la rage et le besoin de vengeance. Elle brandit sa baguette dans l'envie de lui lancer un Doloris. Le sort part, mais déjà il évite l'éclat en se jetant au sol. Elle n'a pas l'habitude de se battre Bambi, elle est presque chanceuse de ne pas avoir été changé en biche comme ce fut le cas avec Pietro. Elle est animée par une rage telle qui l'empêche de réfléchir. Elle n'a pas le temps de se préparer quand Drefer transplane pour se positionner derrière elle. La louve sent le bras du sang-pur lui enlacer le cou alors qu'une prise de fer lui mord le poignet. Elle résiste un instant avant de devoir lâcher sous le coup de la douleur. « Lâche-moi ! » C'est tout ce qu'elle trouve à dire. Ordre qui n'est pas exaucé alors que son dos vient se plaquer contre le torse du jeune homme. « Ne sois pas stupide, Bambi, tu ne fais pas le poids. » Le souffle de Drefer lui chatouille l'oreille. Il a raison. Elle ne fait pas le poids face à un sang-pur, face à n'importe quel sorcier d'ailleurs. Mais elle est bien trop déterminée pour l'avouer. Elle n'aurait jamais du venir sans Pietro, elle n'est même plus sûre de pouvoir le revoir d'ailleurs. « Je pourrais te tuer sans même y penser... » Ça a l'effet d'une bombe dans la tête de la louve. « Et bien qu'est-ce que tu attends ? Tue-moi ! C'est ça qui te plaît non ? Tuer, torturer, disséminer, c'est ça qui te fait prendre ton pied non !? » Elle est en colère Bambi, plus qu’elle ne l'a jamais été. La sensation d'être trahi par un ami. « Tu n’es pas la prochaine sur ma liste, Bambi… » Il la repousse brusquement, faisant trébucher Bambi sur quelques pas. Heureusement, elle évite la chute. Elle se retourne vers lui et le défie du regard quelques instants, personne ne parle. « Alors c'est tout ? Tu crois que je vais en rester là ? Que je vais te laisser repartir ? Je crois que t'as pas compris que y en a qu'un de nous deux qui partira d'ici ce soir. » Elle essai de jauger la distance de sa baguette. Trop près de Drefer, trop loin d'elle. Elle finit par refaire quelques pas en direction de jeune homme, hors de question de le voir filer. « Tout était prémédité n'est-ce pas ? » Il ne doit pas comprendre de quoi elle parle. « Notre rencontre, garder nos identités secrètes, se mettre Bambi dans la poche... » Elle le fusille du regard. « Tu t'es bien servis de moi... Te faisant passer pour un soit disant ami... » Y a la peine de s'être fait bernée qui se mélange à la haine. « T'as juste voulu m'utiliser. » 



Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
requiem (B&D)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The requiem of death (Finisss)
» Requiem du Guerrier [Ombre]
» The Book. [Eva, Sonata, Requiem]
» REQUIEM V.2 ◑ « Flesh & Blood. // I'm Alive. »
» [UPTOBOX] Requiem for a Dream [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers-
Sauter vers: