indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
I was raised in a deep dark hole • Arsenius Black

()
Parchemin envoyé 14.12.17 15:28

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Psyborg , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 18/08/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 75 hiboux. J’incarne : Kirsten Zellers , et l’avatar que je porte a été créé par : Psyborg . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mahlah Ellsworth Je parle en : #F5DEE6

/

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Virologiste magique de formation. Elle travaille pourtant aujourd'hui comme simple serveuse dans un café du Londres moldu. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire Champ Libre : /
avatar
 

I was raised in a deep dark hole.
Go tell Aunt Rhody, go tell Aunt Rhody, go tell Aunt Rhody that everybody's dead. I was raised in a deep dark hole, a prisoner with no parole. They locked me up and took my soul, ashamed of what they'd made. Go tell Aunt Rhody, go tell Aunt Rhody, go tell Aunt Rhody, that everybody's dead. I called to him and he will come, she'll answer him like he's the one. His arm's outstretched but when she's done, he'll be torn apart. Go tell Aunt Rhody, go tell Aunt Rhody, go tell Aunt Rhody, that everybody's... Go tell Aunt Rhody, go tell Aunt Rhody, go tell Aunt Rhody, that everybody's. Everybody's, everybody's, dead.


Jour de pluie. C'était le moment idéal pour se rendre du côté du Londres sorciers. Après de longues recherches et grâce à quelques bons informateurs, Livie avait réussi à retrouver l'objet de ses désirs. Elle était passée chez elle, dans son ancien chez elle, alors que personne n'était à la maison. Les sortilèges étaient toujours les mêmes, la sécurité laissait franchement à désirer et elle n'avait eu aucun mal à fouiller la maison. Ses sens l'avaient travaillé pendant cette heure de recherche. L'odeur était toujours la même, c'était sa maison, le parfum de sa mère, les mêmes objets qu'avant son départ. Elle ne fut pas étonnée de voir que sa chambre avait été vidée, mais elle espérait trouver l'objet de sa convoitise dans cet amas de souvenirs qui ne lui faisaient ni chaud ni froid. Ce n'était pas chez elle. Même la maison du Lovegood qu'elle devait épouser à l'époque lui paraissait plus familière que celle-ci. Elle en connaissait pourtant chaque recoin, chaque cachette, chaque possibilités d'y dissimuler des choses. Mais impossible de mettre la main sur ce foutu pendentif. Cet objet, elle y tenait pourtant plus que tout. Il lui avait été offert par son ami Poufsouffle peu après la grande purge. Ils avaient sauvé la vie de quatre gosses désespérés et lui s'était décidé à entrer en guerre avec l'Ordre, définitivement, un peu plus tard. Connaissant les risques, il lui avait offert cette montre à gousset magique qu'elle avait planqué dans un coin de sa chambre pour ne pas se la faire prendre. Et là, elle ne la retrouvait plus.

Il lui avait fallu plusieurs semaines pour apprendre que c'était son frère lui-même qui avait pris un malin plaisir à vider la chambre de la "traîtresse" et qui avait vendu tout ce qu'elle avait de précieux. Suite à ça, elle avait rayé les possibilités une à une, visité les endroits qu'elle pouvait se permettre de franchir et tenté en vain de retrouver ce bien précieux. La dernière piste qu'elle avait chopé la menait droit chez un bijoutier, un antiquaire spécialisé dans les parures, les colliers, les montres et les boucles d'oreille. Il était situé en plein Londres sorciers et Livie ne savait absolument pas comment elle allait pouvoir se rendre là sans se faire choper après trois mètres à peine. La dernière fois, elle était tombée sur Caïn Goldstein et ça avait mal tourné. Statistiquement, c'était impossible de se retrouver de nouveau confrontée à lui, surtout dans un lieu différent, n'est-ce pas ? Alors elle décida qu'elle allait y aller sans savoir. Sans savoir qui elle croiserait, sans savoir les risques qu'elle prendrait, sans savoir si elle allait ensuite pouvoir rentrer chez elle ou si elle finirait entre les mains du ministère. Elle choisit un jour pluvieux, s'habilla sobrement, attacha ses cheveux argentés qu'elle planqua dans une capuche large et se jeta droit dans la gueule du loup en espérant qu'il ne se réveille pas pour refermer ses crocs sur elle.

Fin de matinée, les rues n'étaient pas bien peuplées, personne ne faisait attention à elle. Les gens faisaient leur vie et elle savait qu'elle n'attirerait pas l'attention tant qu'elle ne ferait rien de suspect. Se diriger vers une boutique d'antiquité avec une capuche sur la tête un jour de pluie n'avait, théoriquement, rien de suspect. Elle s'y engouffra d'un pas serein et offrit un sourire délicieux au vendeur qui était bien trop occupé à faire ses comptes pour relever la tête vers le client qui venait de passer le pas de la porte. La jeune femme en profita pour s'engouffrer dans les rayons et s'autorisa enfin à retirer sa capuche trempée. La boutique semblait minuscule de l'extérieur, et elle l'était également de l'intérieur, sans surprise. Il y avait toutefois quatre grandes étagères dressées qui présentaient des bijoux en tout genre, enfermés derrière des vitrines. Elle fit le tour, lançant un regard méprisant à chaque montre à gousset qui passaient sous ses yeux sans être celle qu'elle recherchait, et après avoir fais trois fois le tour de la boutique elle fut obligée de se résigner. Si la montre n'avait pas été déjà achetée, elle n'était de toute façon pas ici. Elle allait devoir faire bouger le cul à ses informateurs, histoire de choper des informations solides, parce que prendre des risques en venant ici pour que dalle la foutait sérieusement de mauvaise humeur.

Elle s'apprêta à bouger lorsque la sonnette de la boutique retentit. Un petit son, rien de bien mémorable, et pourtant il suffit à se faire dresser le vendeur sur sa chaise. "Monsieur Black, quel bonheur de vous voir ici ! Je suis surpris de votre visite, il me semblait être à jour dans les paiements ? Oh mais bien sûr, si j'ai fais une erreur je vais la réparer de suite !" Le sang de Liv ne fit qu'un tour dans ses veines. D'abord le Goldstein, maintenant un Black. Pourquoi est-ce qu'à chaque fois qu'elle foutait les pieds ici il fallait qu'elle tombe sur un problème plus gros qu'elle ? Elle remit rapidement la capuche sur sa tête en analysant la situation. Le tout était de savoir qui était le Black dans la boutique. Ils étaient tous un danger, mais avec des potentiels différents. Liv bougea doucement entre deux rayons, les yeux placardés sur le Black qui lui tournait le dos. Elle tenta de la détailler, remarqua des cheveux taillés, un début de barbe, des vêtements noirs... Il lui semblait avoir déjà vu cet homme et si ses souvenirs ne lui faisaient pas défaut, elle aurait tilté que c'était Arsenius. Dans tous les cas, sa décision était prise. Pendant que les deux hommes discutaient, elle se dirigea vers la sortie d'un pas décidé, les cheveux complètement masqué et le visage à moitié assombri par sa capuche. Elle allait passer derrière, sortir, s'éclipser. Tout allait bien se passer. Personne n'allait la remarquer et... "Eh, mademoiselle ! Vous avez trouvé ce que vous vouliez ?" La main sur la poignée, Liv se figea. Elle lui tournait le dos, à son tour, dans sa main libre sa baguette attendait de sortir si les choses tournaient au vinaigre. "Vous n'avez pas ce que je recherche. Bonne journée." Elle actionna la poignée de la porte et entama un mouvement pour sortir, retenant son souffle. Elle était certaine, à 99,99%, que n'importe lequel des Black saurait la reconnaître s'il voyait son visage. Sa famille avait tellement léché leurs bottes qu'il en était impossible autrement. Aujourd'hui devait être l'exception.




White Foxes.
I've wept and I've stumbled, I fought and I craved for the gravy of your soul but all I want to do now is walk among the barren trees and fields of snow. You gave me my very first gun. I'll go out and hunt the hidden dome with white foxes.


 
I was raised in a deep dark hole • Arsenius Black
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Black Hole RPG
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers-
Sauter vers: