indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
Fall wedding (31.10.91)

()
Parchemin envoyé Mer 8 Nov - 2:52

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 31/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 69 hiboux. J’incarne : Adelaide Kane , et l’avatar que je porte a été créé par : Zuz, Hylektos, Balaclava, Texas Flood, Lux, Beyli. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Valeryan Je parle en : #71494B



Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : restauratrice d'art au musée magique de Londres. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres mais sans être mangemort parce que c'est ce qu'on attend de moi. Au final, je ne fais que suivre, sans réelles convictions. Côté cœur, : je suis fraîchement mariée à Drefer Rackharrow, sans amour et par désir de défier le destin.
avatar
 
Fall wedding
« Mr sandman, bring me a dream. Make her the cutest that I've ever seen. Give her two lips like roses and clover. And tell her that her lonely nights are over. »
L
es battements de son cœur s'apaisent. Le plus dur est passé. Les vœux, prononcés d'une voix presque assurée. Sans doute Kieran ou Avia ont-ils remarqué l'hésitation qu'elle n'a pas su entièrement masquer ; les autres invités, en revanche, y ont sûrement vu l'habituelle nervosité d'une jeune épouse. Le mariage est après tout un acte particulier, un jour qu'on est supposé vivre qu'une seule fois. Le désir que tout soit parfait aurait animé n'importe quelle autre femme. Siofra a mille autres choses en tête. Quelle importance que l'alignement des couverts soit millimétré ou que la couleur des nappes soit exactement celle choisie par sa mère ? Elle est désormais l'épouse d'un Rackharrow, dont elle portera le nom, et cette réalité la secoue autant qu'elle l'étonne. Elle ne s'imaginait pas assez courageuse pour aller jusqu'au bout de cette entreprise, pour sauver cette femme qu'elle connaît à présent un peu mieux. Elle a vérifié qu'Enora McKinnon ne faisait pas partie des invités et a soupiré de soulagement en découvrant que non. À quoi bon déjouer l'avenir, puis le narguer si stupidement ? Tant qu'elle le pourrait, elle éviterait qu'Enora et Drefer se trouvent dans la même pièce.

Encore accrochée au bras de Drefer, elle peste silencieusement contre ces maudites chaussures à talon que Mère a insisté pour qu'elle porte. Elle a plusieurs fois manqué de tomber, bien que jusqu'à présent la catastrophe fut évitée. La robe n'est pas des plus confortable non plus, bien qu'elle ne puisse se plaindre de cette dernière. Une création au charme indéniable, auquel elle a ajouté à la dernière minute sa discrète patte. La matriarche Meadowes n'a même pas remarqué les fines broderies qui courent sur l'extrémité des manches longues et le long de la taille en V, sinon sans doute aurait-elle protesté à grands cris. Ces fleurs, elle les a entremêlées de fils dorés, de vert et de rose pâle. Les couleurs qu'elles ont choisi ensemble pour ce mariage pourtant automnale. Si d'ordinaire elle aime cette saison, elle n'imaginait pas la laisser s'inviter sous les tentes de ces festivités, y associant une sorte de mélancolie propice à la création mais pas aux célébrations.

Elle cherche des yeux Avia, mais ne la voit pas ; pourtant, une tête rousse comme celle-ci est difficile à manquer. Son témoin se serait-il déjà envolé, ramenée chez elle par un père qui fait plus office de garde du corps que de véritable invité ? Elle est un peu paniquée de ne pas retrouver cette présence familière et ses doigts se serrent plus fort autour du bras de Drefer sans qu'elle ne s'en rende compte. Kieran non plus n'est pas visible, ni même ses demoiselles d'honneur. Elle est seule avec Drefer et ce mélange étrange de gallois et d'irlandais, la plupart visiblement satisfaits de cette alliance malgré les différences entre ces deux familles. Ce qu'ils ignorent, tout autant qu'elle, c'est que le mari n'a dit oui que sous la force de l'Impero et que son cœur n'appartiendrait jamais vraiment à Siofra, déjà volé par un autre. Non qu'elle espère trouver l'amour dans ce mariage, mais certains mensonges présagent plus de déceptions que les plus dures des vérités.

La cadette des Meadowes ne lâche son jeune époux qu'en apercevant sur une des tables son dessert favori. Elle se détache doucement de lui, puis tente de garder l'équilibre malgré la robe et les talons sur les quelques mètres qui la séparent de la table, et attrape la pâtisserie directement avec les doigts, avant qu'on n'ait pu l'apercevoir faire - du moins le pense-t-elle. Elle finit de la manger quand dans son dos, elle entend une voix d'homme demander : La mariée m'offrirait-elle une danse ? Ses yeux s'ouvrent grands et elle se fige, priant pour avoir mal entendu. Peut-être que si elle ne se retournait pas, la personne n'insisterait pas ? Elle avait déjà dû danser avec Drefer, et remerciait Merlin d'avoir échappé à sa légendaire maladresse. Elle cherche quelqu'un derrière qui se cacher, un endroit où trouver refuge pour ne pas encore avoir à se ridiculiser devant tous, mais il y a bien trop d'invités et elle peine à trouver un visage familier.

Liste des invités:
 

©️ Starseed


I do believe we're only passing through. Wired again, look who's laughing. You again, all you, all you, all you - Ben Howard

Parchemin envoyé Mer 8 Nov - 17:55

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 20/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 456 hiboux. J’incarne : Torrance Coombs , et l’avatar que je porte a été créé par : © cosmic dust . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.L. - P.L. - L.G. - Z.S. Je parle en : #663333



Je suis âgé de : trente six ans (02.01.56) , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Ambassadeur du Royaume-Uni Magique et Lieutenant des Mangemorts nouvellement nommé J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Adelina Meadowes. Cette femme qu'il a aimé et qu'il aime simplement de toute son âme. Brèvement fiancé à Artemisia Black lors de la disparition de Lynn. Champ Libre :
Père d'Isolde Meadowes, veuf éploré de Lynn Meadowes et Tristan Meadowes (Femme et Fils)


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Fall wedding
« Mr sandman, bring me a dream. Make her the cutest that I've ever seen. Give her two lips like roses and clover. And tell her that her lonely nights are over. »
Ému. Sans doute était-ce le mot sur l’émotion qu’il avait ressentie en rejoignant Lynn après avoir déposé Siofra devant l’autel il y a une poignée de minutes à peine. Ou bien cela faisait-il des heures ? C’était clairement une perception du temps qu’il avait perdu Desmond, se mettant dans son rôle de patriarche ou celui de frère. C’était sans doute plus légitime que ce soit Kieran qui le fasse. Mais il avait tenu à le faire, car là était sa place. Il n’avait pas tenté de la rassuré durant la marche, juste de l’aider à tenir debout. Finalement, elle s’en était agacée des talons et de toutes autres choses qu’elle ne mettait pas habituellement la cadette Meadowes. Désormais Rackharrow. Il n’arrivait simplement pas à croire que c’était, de ses frères et sœurs, Siofra qui se mariait en seconde dans cette famille. Et pourtant, l’irlandais savait qu’Aoife mourrait d’envie de trouver un époux pour faire taire les rumeurs à son sujet. Il soupire devant sa coupe de champagne rosé, parcourant du regard les gens qui pourraient être des éléments perturbateurs de la tranquille cérémonie qui ne se déroulait même pas sur leur terre. Irrité, ému et pantois, il était Irlandais avant toute chose. Voir Siofra épouser un gallois était presque une insulte pour lui, mais cet homme plaisait à sa sœur et il n’irait pas à l’encontre de ses proches. Sa famille comptait bien trop pour lui désormais. Et il en prenait conscience. Trop peut-être. Tout prêt d’Adelina, Dieu qu’il remerciait les Saints et tous les anges de lui avoir rendu cette femme. Et Isolde qui se trémoussait dans sa petite robe de mousseline jetant des pétales de rose à qui voulait en recevoir.

C’était un jour faste et de fête. Simple et sans chichi. Loin des grands mariages, des grands évènements.

C’était à la fois Irlandais dans l’âme sur des terres galloises. Rapidement, il embrasse Lynn sur la joue avant de prendre Isolde dans ses bras. « Que dirais-tu d’aller embêter ta tante Siofra ? » Il n’y avait pas plus de mots pour faire resplendir un sourire malicieux sur le visage de la petite brune d’un an et demi désormais. Voir un peu plus l’anniversaire approchant en février prochain désormais. Costume de soie et cravate aux couleurs de l’évènement. C’est presque à pas de loups qu’il se faufile jusqu’à la mariée de dos. Mangeant encore sans doute un gâteau au chocolat quelque en soi le nom. Ce n’était pas rare d’en retrouver ici et là au manoir. Il sourit presque malicieusement, Isolde dans les bras. S’approchant tout prêt murmurant presque. « La mariée m'offrirait-elle une danse ? » Desmond avait en horreur la danse en général. Mais la faire paniquer un peu en se disant qu’elle la détestait encore plus que lui était amusant pour lui. Et il le vu à son dos qui se redressait et au visage qui tournait pour chercher de l’aide dans la salle. C’est à ce moment qu’il sourit et qu’il la prend par les épaules. « Détends toi Siofra, je plaisantais. C’est ton mariage. Mange donc. » Il avait été rare durant l’absence de Lynn de l’entendre rire ou sourire, Desmond. Et pourtant, quand il se place à côté d’elle, Isolde toujours dans les bras, il demande à la petite fille. « N’avais-tu pas un cadeau pour ta Tante ? Isolde ? » Évidemment qu’elle en avait un. C’était plus un cadeau d’enfant. Se doutant que cela serait plus aimé par Siofra que par n’importe qui d’autre. Il ne s’agissait pas d’un cadeau de valeur, mais c’était une couronne de fleurs avec celles qui n’avaient pas été retenues pour les bouquets et autres. « Pour Tata. » Dis la petite fille alors que la couronne était sortie de la main de son père, minuscule, mais ragrandi par un sort.

Classique, mais pour le père qui avait hérité d’une fleur dans sa veste de costume choisi par la même petite fille, c’était important. C’était une sorte de lien qui resterait, hors le sang. Hors les années à Galway. C’est Desmond qui s’approche d’elle. L’embrassant sur le front sa petite sœur. Qu’importe de passer pour faible ou émotif.  « Que tu as grandi Siofra. » La voix reflétant l’émotion, alors qu’Isolde se plaints d’être trop serrée ainsi. Il rit. Ajoutant qu’il n’allait pas laisser Lynn seule avec tous ces inconnus. Quand il retrouve sa femme. C’est tout aussi souriant l’agrippant par la taille. Riant. « Quand nous remarions nous toi et moi déjà ? » Ce n’était pas à l’ordre du jour. Mais c’était ce qu’il aurait voulu finalement.
©️ Starseed



Adelina and Desmond ⊹ i need time to win back your love again. but i don't want love again. also for you, i can to try and he will rise my love and my hope into the future, i just need time to love you (by anaëlle)


Parchemin envoyé Mer 8 Nov - 21:55

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 443 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche, Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter et Björn, le Greyback arracheur de coeur Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
En ligne
that broken piece
I don't want to know who we are without each other, it's just too hard. I don't want to leave here without you. I don't want to lose part of me, will I recover ?ft. LA POPULACE



31 octobre 1991. - Song
Tu as signé les maudits papiers, en tant que témoin. Tu as fait ton job même si tu n’as rien compris. Violence pour ne pas trembler ou même t’abstenir de signer. Depuis, c’est la colère sourde qui gronde en toi pour ne pas flancher. A petit feu, tu commences à te sentir étouffer. Prenant appui nonchalamment contre l’un des piliers tenant les tentes, tu les observes danser d’un air qui se veut le plus sérieux et non froid possible. En réalité, ton regard fixe davantage le vide qu’autre chose, flûte de champagne tournant entre tes doigts. C’est d’ores et déjà la troisième. Tu fais ce que tu sais faire de mieux en soirée mondaine : disparaître progressivement, silhouette se faisant de plus en plus oubliée. Mais comment Merlin pourrais-tu seulement rester ici quand tu saignes littéralement de l’intérieur. Vulgaire boule de colère prête à exploser à mesure que les secondes passent. Même tes yeux vairons sont incapables de se poser sur lui alors que la danse se termine enfin et que tu viens tapoter sans grande conviction contre ton verre de cristal en guise d’applaudissement. Les visages qui se trouvent tout autour de toi ne t’intéressent guère. Tu reconnais celui d’Artemis accompagnée d’un blond que tu ne connais pas. Tu devrais probablement aller la saluer pour ses fiançailles avec ton cher cousin, mais tu n’en fais rien, bien trop occupé par tes propres pensées. Les lèvres trempent dans le liquide clair que tu avales sans sourciller, offrant un bref sourire à l’un des membres de l’assemblée qui manque de te bousculer. Ne surtout pas se faire remarquer.

Tandis que tu cherches la silhouette de Sissi, non loin de là Desmond termine de s’adresser à la mariée et s’éloigne déjà au moment où tu bifurques, traits fermés. On ne t’en tiendra pas rigueur c’est une expression que tu as l’habitude de réserver à ces soirées, même si Siofra a toujours eu droit à une version légèrement tamisée, et autant dire qu’à son encontre, cet après-midi, la contrariété atteint son paroxysme. « Siofra. » que tu lâches pour la saluer à ton passage d’un ton un plus sec que tu ne le voudrais et sans vraiment t’arrêter, si ce n’est pour poser la flûte vide et en reprendre une autre bien remplie. Comment a-t-elle seulement osé te l’enlever ? La culpabilité que Drefer était pourtant parvenu à te retirer revient au triple galop. Rien de tout cela ne serait arrivé s’ils ne s’étaient pas croisés chez toi. De ta main libre, tu desserres légèrement la cravate sombre qui colle à la totalité de ton costume et parvient enfin à trouver la chevelure rousse au beau milieu des invités. Rousse qui semble fixer un coin de tente sans que tu ne saches réellement pourquoi.  

« Tu ne pensais tout de même pas que ton anniversaire passerait inaperçu à cause de… Tout ça. » que tu murmures à sa seule intention, serrant un peu plus la flûte pleine entre tes doigts pour camoufler les tremblements de colère qui commencent. D’un coup de baguette tu fais apparaître deux paquets solides que tu tends à Sissi d’un air un peu plus détendu mais toujours crispé. Il n’y a pas de place pour le sourire aujourd’hui, même si tu essaies de te dérider. Tu dois te dérider. Sauf que tes prunelles ne parviennent toujours pas à regarder les mariés, et surtout le marié. Parce qu’il y a quelque chose qui cloche, quelque chose qui ne va pas et ça te tue de ne pas savoir quoi.




Parchemin envoyé Jeu 9 Nov - 14:44

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 931 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Hishnack & Texas-Flood ♥︎ . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé de six mois. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Fall wedding.
31 octobre 1991

C
’est comme courir après le temps. Courir, courir, encore plus qu’à son propre mariage. Il était tranquille, finalement, le sien quand elle y repensait. Tristement tranquille mais moins meurtrier. Sans doute peu de personnes ont conscience d’à quel point l’existence de Siofra avait changé avant même qu’elle dise oui, la rancoeur de Mererid n’ayant aucune frontière. L’Intermédiaire aurait pu parvenir à ses fins sans la moindre difficulté, aussi invisible aux yeux de la jeune femme que dangereux. La créature a l’air blasée, entre ces convives qu’il doit trouver plus étranges ou ridicules les uns que les autres. Son paquet ensorcelé entre les bras, Erzsébet attend patiemment que chacun fasse ses petits compliments factices à la nouvelle épouse, elle n’a ni envie de s’imposer ni vraiment envie de se faire remarquer. « Ce n’est pas ta journée, hein, Azarenka ? » Elle a peut-être l’air de parler seule mais d’un autre côté, ce qu’elle tient remue, c’est plus étrange que de la voir bouger les lèvres, murmurer, la fourchelangue qui avait habituellement des rampants à proximité. « Pas vraiment. Tu ne veux pas rentrer à ma place au manoir pour annoncer la nouvelle à madame Nott ? » Elle esquisse un sourire, observant le manège qui se joue devant elle sans y prendre part, comme si finalement elle n’y était pas invitée, pas adaptée. « Mh. Pas encore. En revanche je peux te proposer de goûter du serpent. Si tu promets de ne pas tout casser en essayant de l’attraper. Je suis certaine que les invités adoreront l’ambiance rampante. » « Ma foi, s'il n'est pas trop vénéneux, je ne dis pas non. Le venin me donne de légères indigestions. » La baguette glisse de sa manche et le sortilège ne tarde pas à laisser tomber un petit serpent qui file vers l’extérieur, pour sa survie. « Promis, je ne ferai pas de croche pied à la mariée. » « Tu ne pensais tout de même pas que ton anniversaire passerait inaperçu à cause de… Tout ça. » Caïn. Elle espère qu’il n’a pas fait attention à ce qu’elle racontait précisément, qu’il mettra ses murmures sur le compte de la créature qui glisse et slalome habilement entre les escarpins et les longues robes. « Tu m’excuses deux minutes ? »

Elle se dirige vers Siofra à pas rapides et avec assurance, bousculant malencontreusement Desmond au passage « Oups. Navrée. Le cadeau est un peu.. désolée encore. » Un peu dérangé probablement par le démon invisible qui est parti habilement chasser le serpent. Sans attendre, elle dépose le colis dans les bras de Siofra. « Je sais que ça n’est pas le moment mais il ne peut vraiment plus attendre. Tu dois l’ouvrir. » Un sourire contrit se dessine sur ses lèvres, elle n’est pas très à l’aise dans cette situation, au milieu de tous ces gens, loin d’Emrys. Kenan a du talent pour les mondanités, elle s’y ennuie ou s’y sent décalée. « Tu reviens vers moi quand tu l’as ouvert ? Caïn va mettre le feu à cet endroit si je refuse d’aller ouvrir mes.. cadeaux d’anniversaire. » Elle lève les yeux au ciel, montrant aisément son agacement puis retourne vers le témoin contrarié. « Je t’avais dit que je ne voulais rien.. » Lui rappelle-t-elle avec une moue mais de peur de le vexer, elle consent à déballer ce qu’il lui tend. Quand le calvaire de ce 31 octobre finirait-il ?

SISSI : # 477C64 - DAKSHA : # A8A8A8 - FOURCHELANG : italiques.
©️ Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Ven 10 Nov - 1:16

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 31/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 69 hiboux. J’incarne : Adelaide Kane , et l’avatar que je porte a été créé par : Zuz, Hylektos, Balaclava, Texas Flood, Lux, Beyli. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Valeryan Je parle en : #71494B



Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : restauratrice d'art au musée magique de Londres. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres mais sans être mangemort parce que c'est ce qu'on attend de moi. Au final, je ne fais que suivre, sans réelles convictions. Côté cœur, : je suis fraîchement mariée à Drefer Rackharrow, sans amour et par désir de défier le destin.
avatar
 
Fall wedding
« Mr sandman, bring me a dream. Make her the cutest that I've ever seen. Give her two lips like roses and clover. And tell her that her lonely nights are over. »
S
iofra manque de sursauter, à ce contact inattendu, ces mains qui se posent sans prévenir sur ses épaules. La voix de son frère la rassure cependant. « Détends toi Siofra, je plaisantais. C’est ton mariage. Mange donc. » Elle rougit malgré elle, quoi qu'un sourire se glisse sur ses lèvres. Gênée d'avoir été prise à céder à sa gourmandise, mais presque amusée des jeux de son aîné. Il n'est pas difficile de la surprendre ni même de lui faire ce genre de farce. Ses yeux se posent rapidement sur la petite fille que tient Desmond et son sourire se fait tendre. « N’avais-tu pas un cadeau pour ta tante ? Isolde ? » Les yeux de la brune se relèvent pour regarder son frère. Un cadeau ? Sa curiosité s'est éveillée, et quand elle voit apparaître la couronne fleurie, une drôle d'émotion lui réchauffe le ventre. « Pour Tata. » Elle prend l'objet avec précaution et le dépose sur ses cheveux, sans se soucier de cacher ainsi la broche raffinée qui y trône. Puis elle adresse à sa nièce un sourire plus sincère que jamais, toute nervosité ayant quitté son visage face à l'innocence de l'enfant. « Merci, Isolde, c'est magnifique. » Desmond s'approche alors pour déposer un baiser sur le front de la cadette, et celle-ci a du mal à cacher sa surprise, le rouge envahissant ses joues quand il lui dit : « Que tu as grandi Siofra. » Elle secoue légèrement la tête, comme pour démentir. Qu'est-ce qui peut lui faire dire une telle chose ? Elle n'a pas l'impression d'avoir tant grandi, au contraire ; elle se sent aussi perdue qu'une gamine soudain jetée dans la cour des grands. Elle regarde son frère s'éloigner, plus confuse que jamais après ces mots.

C'est ce moment que choisit Caïn pour apparaître, ou plutôt pour passer telle une tornade. Il la salue avec une froideur qu'elle ne lui a encore jamais connu, son expression si inquiétante qu'elle recule légèrement sans s'en rendre compte. Il l'a toujours un peu intimidé, mais elle ne le pensait pas capable de se comporter de la sorte avec elle. Pourtant, la désormais Rackharrow est convaincue de ne rien lui avoir fait de mal, du moins pas volontairement. « Caïn ? » tente-t-elle de le retenir, d'une voix étouffée. Comme il s'éloigne, la main qu'elle tendait vers lui retombe et retourne triturer nerveusement les broderies de sa robe. Les sourcils froncés, elle le suit des yeux en s'interrogeant. Le début d'une réponse lui vient quand elle se rappelle de ce maudit jour où elle avait eut la vision pour la première fois. Celle-ci avait occulté tout le reste, si bien que l'affection du blond pour Drefer était passé au second plan dans son esprit, repoussé par bien d'autres préoccupations. Elle ne s'en était pas formalisée, en vérité, surtout parce qu'il lui avait semblé que Drefer ne lui retournait pas cette attention plus qu'amicale. L'avait-elle blessé, en épousant son meilleur ami ?

Elle s'est perdue dans ces pensées contrariantes, si bien qu'elle écarquille les yeux quand on lui place soudain une boite dans les bras. Un cadeau, à en juger par le ruban qui la garde fermée ; mais le couvercle sautille légèrement, laissant deviner que son contenu est on-ne-peut-plus-vivant. Le regard presque paniqué de Siofra se lève sur Sissi et elle ouvre la bouche pour interroger, mais la rousse est plus rapide. « Je sais que ça n’est pas le moment mais il ne peut vraiment plus attendre. Tu dois l’ouvrir. Tu reviens vers moi quand tu l’as ouvert ? Caïn va mettre le feu à cet endroit si je refuse d’aller ouvrir mes.. cadeaux d’anniversaire. » Par Merlin ! Elle a oublié son anniversaire, le mariage occultant tout le reste. Elle s'apprête à s'excuser mais la sorcière a déjà tourné le dos et est retournée auprès de Caïn, hors Siofra n'a pas vraiment envie d'approcher le blond après ce regard qu'il lui a donné. Ses yeux se baissent sur la boîte qui continue de gigoter et avec hésitation, elle la pose sur la table proche pour mieux pouvoir défaire le ruban et soulever le couvercle. Sa bouche s'arrondit de surprise quand une boule de poils apparaît, tentant déjà de grimper hors de là. Un large sourire naît sur ses lèvres et elle le prend maladroitement entre ses mains. Quel âge peut-il bien avoir ? Son pelage est blanc tacheté de points noirs, et si au premier coup d’œil il semble n'être qu'un chaton des plus ordinaires, il suffit de voir ses yeux déjà intelligents et la longueur anormale de ses oreilles pour deviner qu'il y a du fléreur dans ses origines. « Que tu es mignon.. » souffle-t-elle en l'approchant d'elle. Il essaye de grimper à ses bras, ses minuscules griffes ne faisant guère plus que la chatouiller, alors elle finit par le poser tout contre elle. Avec une étonnante habileté, il se hisse contre son cou et sur son épaule, trouvant là un appréciable point de vue sur ce qui l'entoure. Elle le tient d'une main pour s'assurer qu'il ne tombe pas et cherche Erzsébet des yeux. Comment a-t-elle deviné, au juste ? Comment sait-elle que la cadette des Meadowes avait plus d'une fois réclamé à Artémis de prendre un animal, en vain ? Trop sale, trop bruyant, trop envahissant. Enfin elle retrouve la jeune femme, se faisant régulièrement arrêter par des convives qui la félicitent et des enfants qui demandent à caresser le chaton. Avant qu'elle n'ait eut le temps d'atteindre Sissi, la petite créature s'est endormie au creux de son bras, sans doute fatiguée du voyage jusqu'ici. Une hésitation traverse Siofra quand elle remarque que Caïn est toujours avec Erzsébet, mais elle prend son courage à deux mains pour finir de s'approcher. Elle jette un rapide coup d’œil apeuré au Goldstein puis adresse un sourire navré à Sissi. « Je suis tellement désolée d'avoir oublié ton anniversaire... » D'un geste, elle désigne le chaton. « J'ai toujours rêvé d'en avoir un », confie-t-elle. « Est-ce qu'il, ou elle, a un prénom ? » À nouveau, ses yeux glissent brièvement dans la direction du blond, comme si celui-ci allait lui hurler dessus d'un instant à l'autre.

©️ Starseed


I do believe we're only passing through. Wired again, look who's laughing. You again, all you, all you, all you - Ben Howard

Parchemin envoyé Ven 10 Nov - 22:01

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 443 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche, Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter et Björn, le Greyback arracheur de coeur Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
En ligne
that broken piece
I don't want to know who we are without each other, it's just too hard. I don't want to leave here without you. I don't want to lose part of me, will I recover ?ft. LA POPULACE



Tu m’excuses deux minutes ? Tu as tout juste le temps de te redresser que la robe noire de Sissi est déjà en train de voleter plus loin, en direction de Siofra, là où tu te trouvais à peine quelques minutes plus tôt, te laissant là comme un idiot tendant deux paquets emballés sagement et avec soin. « Hm. » qui s’échappe de tes lèvres tandis que tu portes la flûte à ces dernières et en savoure le goût alcoolisé. C’est de l’alcool maigre, mais ce sera suffisant en ce début d’après-midi, surtout que tu n’es même pas certain d’avaler quoi que ce soit, la simple vision des pâtisseries et autre amuses bouches te donnant la nausée. Pourtant Merlin sait que tu as paradoxalement l’estomac dans les talons. Faim mais non faim en même temps. Contradiction pure et dure. En silence, alors, tu attends, planté là, presque raide comme un piquet te retenant de taper du pied en signe d’agacement. Tu te maîtrises pour le moment à la perfection et tes billes glacées observent tantôt l’assemblée, tantôt ton verre dont le liquide descend encore à vue de nez. Y a-t-il seulement de l’alcool là-dedans ? Car tu n’en sens pas encore les effets. Je t’avais dit que je ne voulais rien.. Elle passe dans ton dos et réapparaît à tes côtés. Toi, tu n’as pas bougé, traits fermés, main tenant les paquets toujours tendue vers elle. « Tu me connais, j’en fais qu’à ma tête. » que tu te contentes de lâcher en fixant droit devant toi comme si la vue sur le buffet était la plus intéressante du monde. Tu n’as pas vraiment vu le serpent fuir, ni n’a prêté attention au fait que la sorcière parlait toute seule quelques instants plus tôt, trop préoccupé dans tes pensées bouleversées, car rien ne se passe comme tu l’avais prévu ou même seulement imaginé. C’est un cauchemar éveillé. Un léger sourire, néanmoins, finit par apparaître à la commissure des lèvres, la tête acceptant enfin de se tourner vers la rouquine. « J’espère que ça te fera plaisir. ». Le premier paquet, plus petit, contient une petite boîte en bois massif de qualité et vitrée. Celle-ci offre la vue sur plusieurs compartiments carrés de tailles différentes en fonction de la pierre brute contenue à l’intérieur. « Elles interagissent toutes avec la lune. ». Le second n’est rien d’autre qu’une boîte à bijoux sur laquelle des gravures semblent comme serpenter en fonction de la luminosité de la pièce, apparaissant et disparaissant.      

Malgré la tension qui traîne sur tes épaules et les fins tremblements de tes doigts que tu camoufles toujours grâce à la flûte de champagne, les fins sourires prennent vie peu à peu en la présence d’Erzsébet. Malheureusement, à peine la mariée s’approche de vous que ton corps entier se crispe, vaine tentative de détente totalement envolée et gâchée. Le cœur saigne, immédiatement, à la simple vision de la robe blanche, yeux rivés sur Siofra sans réellement pouvoir s’en détacher. Tu t’arrêtes pratiquement de respirer, mais ce n’est pas là le pire de la situation non. J'ai toujours rêvé d'en avoir un.  Est-ce qu'il, ou elle, a un prénom ? Ce n’est qu’en ne comprenant pas à quoi la sorcière fait allusion que tu baisses les yeux de son visage pour les poser sur la boule de poils. Cette fourrure tachetée, tu la reconnaîtrais entre mille, mais si tu as un léger doute, les longues oreilles avec une touffe en leurs bouts terminent de te figer sur place. Les doigts enroulés autour du cristal se mettent à serrer si fort qu’il ne manquerait qu’une seule pression supplémentaire pour qu’il ne se brise contre ta paume. Incapable de détacher tes prunelles bicolores de l’animal qui respire, tu déglutis, sèchement, et sans dire un mot, ne relevant pour ainsi dire même pas le regard de la brune posé sur toi. L’anneau de communication passé à ton majeur le temps de la journée, mais conservé toutefois à ta main gauche, est tourné mécaniquement plusieurs fois de suite comme un tic. Puis, alors que ton cœur s’emballe et que tu manques d’étouffer, c’est ta voix qui s’élève et coupe la potentielle conversation en cours. « Si vous voulez bien m’excuser je dois récupérer mon… ». Petit ami. « … Cadeau pour le marié, et aller lui apporter. ». Si la phrase est dite sans aucun accrochage, parler de Drefer en tant que marié t’arrache littéralement la langue, et tu disparais sans demander ton reste. Le cadeau, tu l’as dans la poche en réalité, et tu sens le besoin urgent de le trouver. Une nouvelle fois, tu offres un maigre sourire par-ci par-là, cherchant le brun des yeux avant de finir par le trouver.

La main se pose amicalement contre l’épaule du Rackharrow pour annoncer ta présence dans son dos avant de venir lui faire face. De la poche de ton pantalon, tu sors la version rétrécie de la lame et l’actives. Tu as même pris le temps de mettre un ruban doré bien cliché dessus, sachant pertinemment que quiconque autre que lui ou toi ne tiendrait le manche de cette lame entre ses doigts, verrait l’objet rétrécir aussitôt. Lorsque tes prunelles croisent les émeraudes, elles envoient un parfait et discret what the hell happened que tu n’es pas sûr qu’il comprenne, mais le fait est que d’ordinaire, vous vous comprenez plutôt bien. C’est également un moyen pour toi de tester et t’assurer que tout va bien, quand, tu en es conscient, strictement tout fout le camp. Absolument tout, et lorsque tu lui tends la lame en cadeau, tu termines ton verre d’alcool de l’autre main, tes yeux devenant légèrement brillant quand ce n’est malheureusement pas la faute de l’alcool. Pour l’assemblée ? Bien sûr que ce serait le cas, ils t’ont tous vu prendre tes verres. « La rune de la lame libère un paralysant lorsque tu l’actives. Mais on aura l’occasion d’en reparler plus tard. ». Et les mots sortent, les uns après les autres quand tout te concernant en ce 31 octobre n’est que pure mascarade et masque de faux semblant.  Tu hais ces mondanités.




Parchemin envoyé Sam 11 Nov - 11:21

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/09/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 44 , et l’avatar que je porte a été créé par : H0neyy. Balaclava & Savage - codes signa (astra) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate le phénix suicidaire & Caïn le chasseur grognon de créatures magiques Je parle en : #9999ff



Je suis âgé de : trente et belles années. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Conservateur de patrimoine au sein du Musée Magique de Londres J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : je suis fiancé à une charmante... Et délicate... Jeune femme écossaise.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
fall wedding
And all the things I can't remember, as fucked up as it all may seem. The consequences that are rendered, I stretch myself beyond my means. ft. LOT OF PEOPLE



Les couleurs du costume sont sobres, d’un gris foncé où une seule petite pointe de bleu au niveau de la cravate fait ressortir ce même bleu qu’il a dans les yeux. A son bras, il emmène Artemis, sa cousine, elle aussi invitée au mariage mais par le biais du marié et non de la mariée. Les cadeaux ont été déposés à l’endroit prévu à cet effet, une bouteille authentique de vodka en provenance directe de Russie pour Drefer qu’il ne connait ni d’Eve ni d’Adam mais qu’il espère avoir suffisamment de bouteille pour faire bonne figure face à la force de l’alcool transparent ; Pour Siofra, un carnet de voyage vierge pouvant servir de recueil à croquis ou pensées en tous genre, rien de bien magique en soi si ce n’est que l’encre apparaîtrait à sa guise et selon sa volonté. Elle aurait donc la possibilité de camoufler ses plus personnelles pensées. Intérieurement, Eden espère qu’elle n’a pas déjà un cadeau similaire mais… Dans tous les cas cela pourra toujours lui servir.

Il observe les invités, jamais trop loin de sa cousine, il ne voudrait pas qu’elle lui file entre les doigts et que Lazlo lui en tienne rigueur pour cela, lui qui devrait bientôt pouvoir être indépendant à nouveau dans quelques mois, à mesure que les propres préparatifs de son mariage et ceux d’Artemis se mettent progressivement en place. Flûte de champagne dans une main, il toise les différents sorciers et sorcières dont il ne connait que peu les noms. « Si tu pouvais m’aider à mettre un nom sur un visage, je t’en serais vraiment reconnaissant Artemis. » qu’il lâche à son attention en penchant la tête vers elle d’un sourire. « Tu sais s’il y a des amateurs d’art ? ». Ou l’art même du Grimstone de ne penser un peu trop au Musée pour lequel il travaille. Si les billes bleues s’attardent une seconde vers un blondinet occupé à offrir une arme au marié - non mais, une arme, on n’a pas idée d’offrir pareille chose à un mariage - ils bifurquent bien rapidement vers Siofra encore en présence de leur cousine respective Erzsébet. « Et si nous allions présenter nos respects et félicitations à la mariée ? ». Depuis ses fiançailles, Eden n’a plus jamais rien fait pour mettre l’ancienne Meadowes mal à l’aise, tout au plus deux ou trois fois, mais rien à voir avec ce qu’il a pu faire auparavant. Aujourd’hui encore il ne ferait rien, mais en bon Grimstone qui se respecte, il ne peut décemment pas laisser la journée se terminer lentement sans avoir été lui adresser un seule mot. D’autant qu’elle est absolument sublime dans cette robe blanche. Il faudrait être un crétin doublé d’un botruc avec la tête à l’envers pour dire le contraire. En prenant son temps, main libre dans la poche de son pantalon de costume, le Russe commence à s’avancer en direction des deux jeunes femmes, s’assurant qu’Artemis suivait.      





FAULT IN OUR STARS
Building my rain up in the cloud ☽ Singing from heartache from the pain. Taking my message from the veins, speaking my lesson from the brain. Seeing the beauty through the pain.
.

Parchemin envoyé Sam 11 Nov - 17:58

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 239 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

Fall Wedding



Artemis tenait le bras d’Eden, son cousin et chaperon. Il se trouvait qu’ils étaient ce jour là tous deux invités au mariage de Siofra Meadowes et Drefer Rackharrow. La jeune femme portait une robe vert foncé, suivant habilement ses courbes sans toutefois tomber dans le vulgaire. Déposant ses cadeaux aux côté de ceux d’Eden, elle espérait bien qu’ils plairaient aux mariés. Elle avait mis grand soin dans ses choix.

Le russe n’avait pas à s’inquiéter qu’elle ne s’éloigne de lui, ce jour là, comme plusieurs autres invités, elle n’avait pas vraiment envie de voir certains visages. Elle se plaça donc face à lui et remit en place un pan de sa veste qui s’était mal replacée lorsqu’il s’était redressé après avoir déposé ses présents. Il indiqua avoir besoin de son aide pour connaître les noms des autres invités. Revenant à son bras, la jeune femme balaya la salle des yeux. Une flûte à la main, elle but une gorgée alors qu’il précisait chercher de futurs visiteurs. « Eden, peu de gens s’intéressent à l’art ici... Ils sont soit dans la torture, soit dans des choses trop réelles. Je crains que nous ne soyons tes meilleurs clients. » Esquissant un sourire d’excuse, elle ajouta : « Je ne connais pas tout le monde, seulement de nom. Mais je vois notre cousine Sissi, accompagnée de Caïn Goldstein qui vient de partir... offrir une arme à Drefer Rackharrow, le marié donc. Siofra, tu la connais mieux que moi. » Siofra. Le prénom ne lui était absolument pas inconnu : c’était celui de la jeune femme qui avait manqué de... Artemis serra le bras d’Eden alors qu’elle essayait de chasser ses souvenirs. Elle pivota, cherchant d’autres visages. Betty. Un autre. Sissi. Un autre. Ce jour ne s’achèverait-il jamais ? «Róisín Avery, également je crois ». La jeune femme était un visage amical. Pour autant, la voix d'Artemis avait tremblé alors que les émotions la submergeaient.

Malheureusement, Eden l’entraînait vers les personnes qu’elle n’avait pas eu envie de revoir. « Elle est occupée pour le moment, nous devrions attendre... » Mais Eden n’écoutait pas. La brune lâcha son bras et ne le suivit plus. Elle ne voulait pas donner l’impression de se jeter sur elles ni même imposer sa présence. Ce comportement était certes typique du russe, mais pas de sa part. Restant là, elle se mordit la lèvre. Ces souvenirs la hanteraient-ils donc toujours ? Elle n’avait pu révéler encore à personne ce qu’elle avait fait. Siofra était alors inconsciente. Drefer l’avait invitée mais elle ignorait comment la mariée prendrait sa présence. C’était son jour, elle pensait qu’il valait mieux qu’elle se fasse discrète pour ne pas le gâcher. Elle avait un rang à tenir à présent.



Parchemin envoyé Sam 11 Nov - 19:12

- I am Divergent, deal with it. -
Je suis : Dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 26/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 213 hiboux. J’incarne : Luke Pasqualino , et l’avatar que je porte a été créé par : © Lexie et kane. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.M. - D.M. - P.L. - Z.S. - I.E. Je parle en : #b9770e



Je suis âgé de : vingt-sept ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Ecrivain, Astronome, je dépanne également au Cirque ou au théâtre quand on a besoin de moi. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : Mariée à Roisin Avery, depuis décembre 90. Père d'une petite Ashlynn depuis mai 91. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Fall wedding
« Mr sandman, bring me a dream. Make her the cutest that I've ever seen. Give her two lips like roses and clover. And tell her that her lonely nights are over. »
Il avait été seul durant quelque temps alors que Roisin faisait le rôle qu’on attendait d’elle à merveille. Ashlynn chez ses parents, Leik n’avait pas à s’en faire pour la petite fille aux yeux bleus et à la chevelure châtain. Se contenant de poser un regard doux sur son épouse et à lui prendre la main quand elle est venue le rejoindre. La cérémonie avait été simple. Et il ne pouvait s’empêcher de repenser à la leur. Simples, au milieu de la famille Avery et quelques rares membres des Meadowes avaient été présents. Son beau-père et sa belle-mère s’il se souvenait bien. Cependant, il n’avait pas cherché la compagnie de ses beaux-parents, préférant rester dans un coin à attendre que Roisin le rejoigne encore une fois. Demoiselle d’honneur était un rôle qu’elle prenait à cœur. C’était autre chose que de vendre de la barbe à papa au cirque. Et il la voyait encore le ventre arrondi à en manger plus qu’à n’en vendre. Combien de fois Hiram l’avait-il repris à ce sujet ? Des tonnes sans doute.

Pourtant, une fois revenu, il garde la jeune femme par la taille. C’était hors de questions qu’elle l’abandonne une nouvelle fois. Surtout que son frère aîné semblait envieux de venir leur parler. Et lui, ce n’était pas ce qu’il voulait.

« Merlin, Roisin, ton frère va me tuer si tu ne m’emmènes pas avec toi dans tes allées et venues. Qu’est-ce que tu fais-tu remets en place la pile de cadeaux ? » Plaisante il finalement, en prenant une coupe de champagne et lui tendre finalement. Il n’était pas très champagne, préférant de loin le vin blanc ou la bière. Mais ce n’était pas très très raffiné la bière. Il sourit, elle allait sans doute, encore, ajuster son nœud papillon en lui disant que décidément, les Avery, ou les gitans en général, n’arrivaient pas à se tenir en société. C’est pour ça qu’il le fait lui-même. « C’est bon, il est droit ? » dit-il comme pressé. Il ne connaissait pas les Meadowes, ni grand monde dans la salle. Voyant sans doute certains visages quand il vendait des billets pour les spectacles au théâtre ou au Cirque. Mais rien qui le fait se souvenir de quelque chose. Il place une main dans la poche de son pantalon de costume. « Tu as déposé notre cadeau au moins ? » Plutôt que ce s’occuper de ceux des autres. Et il était certain que dans l’organisation, elle avait dû oublier. « Sinon, tu connais d’autres personnes que ta famille que je devrais connaitre ? Des amis ? » À ce moment-là, Leik se rend compte que dans leur petit cottage dans le hameau des Avery, ils se sont isolés de la vie du monde magique. Au point qu’il ne se souvenait pas un jour, avoir rencontré les amis et les amies de sa propre femme. Risible en vérité.
©️ Starseed


the queen and her knight

#TEAMSTALKER:
 

Parchemin envoyé Lun 27 Nov - 20:44

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 931 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Hishnack & Texas-Flood ♥︎ . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé de six mois. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Fall wedding.
31 octobre 1991

«
J’espère que ça te fera plaisir. » Caïn l’a prise au piège, il l’oblige à une politesse qui l’embarrasse, parce que le fait même que ce soit son anniversaire n’est pas vraiment une chose qu’elle apprécie. Elle n’avait pas eu beaucoup d’occasions de le fêter en dehors de mondanités plus ou moins barbantes et plus ou moins officielles. Sa famille ne l’oubliait pas, simplement il s’agissait de la nuit de la magie, ça primait indéniablement. Elle ouvre donc le premier paquet, faisant disparaître le papier d’un tour de baguette qui le brûle délicatement. La boîte en bois massif est aussi belle que les pierres brutes qu’elle contient et elle ne se sent que d’autant plus gênée de ne pas savoir comment réagir. Elle peinait déjà à remercier convenablement son frère, alors Caïn ? « Elles interagissent toutes avec la lune. » Sissi appréciait toujours les matériaux complexes et originaux, elle trouvait toujours quoi en faire, comment les utiliser ou s’en inspirer. En ouvrant le second paquet, elle découvre une boîte à bijoux travaillée, ornée de gravures aux allures serpentines en jeux de lumière. « Je.. merci, Caïn. Vraiment.. » Un sourire timide orne les lèvres de la sorcière avant qu’ils ne soient interrompus. « Je suis tellement désolée d'avoir oublié ton anniversaire… » Erzsébet hausse les épaules, le sourire timide se faisant contrit. « Je n’aime pas le fêter, pour être honnête. Caïn a obtenu la date mais en général je ne le dis simplement pas. Ca n’est pas ta faute. » Pas d’oubli si c’est elle qui ment par omission, n’est-ce pas ? Non, elle n’avait rien de prévu le 31 octobre, elle était libre, pouvait honorer l’invitation au mariage de son meilleur ami. Valeryan ne serait pas de son avis, à n’en pas douter. « J'ai toujours rêvé d'en avoir un » En choisissant le petit animal, elle avait craint que Siofra ne les aime pas ou qu’elle y soit allergique, il y’a quelque chose de rassurant à savoir qu’elle rêvait d’en avoir un. « Est-ce qu'il, ou elle, a un prénom ? » Un signe de la tête qui indique que non. « Elle n’en a pas, c’est à toi de choisir. J’ai pensé que ce serait plus agréable de changer de vie avec une petite créature capable de rassurer et soutenir. » Ce qu’avait fait Daksha pour elle, en fin de compte. « Une confidente à quatre pattes. »

« Si vous voulez bien m’excuser je dois récupérer mon… Cadeau pour le marié, et aller lui apporter. » Elle fronce les sourcils en le voyant fuir ainsi. Elle sent bien que quelque chose ne va pas mais elle n’est pas sûre de pouvoir se permettre de l’aider, pire encore, son propre état émotionnel risquerait d’aggraver les choses. Sissi s’inquiétait pour Emrys et n’avait aucun réel moyen de s’échapper pour le rejoindre, Siofra avait besoin d’elle même si elle l’ignorait, pour lui éviter des ennuis, un prompt assassinat ou qu’importe ce que Mererid Nott serait capable d’inventer. Le regard vairon tombe sur Eden, son cousin, le russe élégant et trop sûr de lui qui s’approche et traîne dans son ombre Artemis. Artemis qui ne donnait pas de nouvelles, jouait la morte. Peut-être avait-elle présenté ses condoléances à Valeryan ? Qu’importe. Ekaterina avait été exécutée et Sissi avait participé à la livrer, après l’épisode de l’enlèvement, la rousse s’imaginait que sa famille n’avait guère envie de la croiser. Et la gentillesse à l’égard de Siofra se fait brusquement attitude froide, non envers elle mais envers ceux qui s’approchent.

SISSI : # 477C64 - DAKSHA : # A8A8A8 - FOURCHELANG : italiques.
©️ Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Mer 6 Déc - 15:11

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 264 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 25 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour les Mangemorts J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Siofra Meadowes, son cœur appartient toutefois à Caïn Goldstein mais ces choses-là ne se disent pas... Champ Libre : - possède un démon, un Eternel prénommé Nyssa et qui prend la forme d'une chauve-souris bleue aux dents longues (magie des Rackharrow).

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Les mots sont sortis d’entre ses lèvres sans qu’il ne puisse rien maitriser. Son cœur rêvait de dire non, de fuir avant même d’arriver au cœur de cette foutue cérémonie et il ne comprenait pas lui-même ce qui l’avait poussé à dire oui, au dernier moment, à prononcer des vœux si sincères et si touchants qu’ils auraient presque pu paraitre réels. Siofra toujours à son bras, la jeune Meadowes et lui descendent au cœur de la foule des invités. La jeune Rackharrow et lui, aurait-il dû dire désormais, quand bien même cela lui semblait parfaitement incongru et déplacé. La belle mariée lui échappe, retrouvant les siens, comme chacun se fond en félicitations ravies, à croire que cette union était le fruit classique d’un amour partagé depuis longtemps. Quelle hypocrisie… Il le pense mais ne peut s’empêcher de sourire et de remercier chaleureusement tous ceux qui lui offrent leurs vœux. Il a l’air radieux, parfaitement ravi d’être là quand, à l’intérieur de son être, tout n’est que chaos et désolation. Il ignore, bien entendu, que ce sont les effets de l’Impero lancé par son père, quelques minutes avant la cérémonie, qui impacte ainsi son comportement. Il ignore aussi qu’il sera bientôt libéré de ce sortilège et que la chute n’en sera que plus douloureuse… Avec lenteur, il se dirige vers le buffet, se sert un whisky sec qu’il porte à ses lèvres terriblement sèches. L’alcool lui réchauffe la langue et lui met un peu de baume au cœur mais ça ne suffit pas à faire fondre la couche de glace qui a recouvert son âme. Qu’est-ce qu’il fait là, déjà ? Une main se pose sur son épaule, il tressaille et se retourne, son regard captant aussitôt celui du Goldstein. Il lit l’incompréhension dans ses yeux, à laquelle se reflète la sienne propre parce qu’il ne comprend pas vraiment non plus. Il hausse les épaules, désinvolte quand il aurait pu faire preuve de plus de tact, mais il n’était pas vraiment dans son état normal, comme en témoignaient peut-être ses prunelles un peu trop voilées. Le blond sort le manche d’une lame entourée d’un ruban doré et Drefer ne peut retenir un sourire touché. « La rune de la lame libère un paralysant lorsque tu l’actives. Mais on aura l’occasion d’en reparler plus tard. » Il acquiesce avec amusement, serrant la garde entre ses doigts sans pour autant activer la lame. Il ne manquerait plus qu’on s’imagine qu’il avait décidé de commettre un attentat à l’arme blanche en plein mariage pour que son déshonneur soit total, tiens… ! « Elle est parfaite… Merci beaucoup, Caïn… » Et, sans réfléchir, il se fend d’une accolade envers son meilleur ami et amant, le genre d’étreinte qui passerait pour une amitié virile aux yeux de n’importe qui d’autre. Si tant est qu’on les regarde mais Drefer aurait pu jurer que les prunelles de son père étaient braquées sur sa nuque… Et il n’avait certainement pas tort. Il y a comme une sensation de picotement sur sa peau, comme il s’éloigne lentement du blond, son cœur ravagé mais son visage souriant, étrange paradoxe. A croire qu’il était insensible à sa douleur quand elle irradiait pourtant tout son être, quand il la ressentait avec autant de force que si elle avait été la sienne. « Je devrais aller voir ma femme… » qu’il murmure alors qu’il avait envie de tout sauf de ça. Il empoche malgré tout la lame, lui dédiant une dernière tape sur l’épaule avant que ses pieds ne le dirigent vers la jeune épouse quand son esprit ne demanderait qu’à demeurer avec celui qu’il aimait réellement. « Mrs Rackharrow… » qu’il murmure contre sa nuque avant de lui faire face. « Tes vœux étaient des plus charmants… » J’aurais presque pu croire que tu les pensais… Voilà ce qu’il voudrait dire mais quelque chose l’en empêche…



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Jeu 14 Déc - 21:26

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/09/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 44 , et l’avatar que je porte a été créé par : H0neyy. Balaclava & Savage - codes signa (astra) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate le phénix suicidaire & Caïn le chasseur grognon de créatures magiques Je parle en : #9999ff



Je suis âgé de : trente et belles années. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Conservateur de patrimoine au sein du Musée Magique de Londres J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : je suis fiancé à une charmante... Et délicate... Jeune femme écossaise.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
fall wedding
And all the things I can't remember, as fucked up as it all may seem. The consequences that are rendered, I stretch myself beyond my means. ft. LOT OF PEOPLE



Les doigts féminins glissent le long du tissu dans le but de remettre la veste correctement, geste des plus anodins et duquel il ne se formalise pas pour en avoir probablement l’habitude, même si d’ordinaire ce n’est pas Artemis qui s’adonne à la tâche. Dans un début de silence, les prunelles océans scrutent l’assemblée, tentant tant bien que mal de mettre des noms sur certains visages. Beaucoup trop de monde ici dont il ne sait rien ou que peu. Le peu qu’on a bien voulu lui en dire et l’aide de la Grimstone est la bienvenue. A la mention de l’art qui n’intéresse soit disant personne, il plisse légèrement les yeux Eden. Vraiment ? N’y avait-il donc personne dans cette assemblée qui prenne le temps de se perdre devant la contemplation d’une œuvre ? Ne se laissant pour autant pas perturber par la nouvelle, il écoute d’une oreille attentive chaque parole de la brune, emmagasinant les noms les uns après les autres. « Goldstein, comme le nom de ton fiancé ? ». Ce n’est pas parce qu’il semble parfois perdu dans ses pensées que le blond n’écoute pas. « Je m’en voudrais qu’il s’agisse de celui-là… ». Oui, il y a quelque chose chez ce Goldstein qui ne lui revient pas, mais il en fait fi, note la pointe d’émotion dans la voix de sa cousine mais fait comme s’il n’avait rien constaté.  

S’en suit l’idée saugrenue d’aller présenter ses félicitations. Eden est un mondain, au fond, il se mêle à la foule sans rechigner et sûrement avec un peu trop de facilité. Veillant à être suivi par Artemis, il se rend compte à l’instant où son bras s’échappe du sien qu’elle s’est arrêtée en chemin. Par Merlin. Prêt à faire un pas de plus en la direction de Siofra et Sissi, il se retrouve condamné à s’arrêter net, profitant d’un plateau à portée de main pour y attraper deux flûtes de champagne. Ce n’est qu’en reposant les yeux vers la mariée qu’il se rend compte que Drefer vient tout juste de la rejoindre. Bien. Il irait présenter ses félicitations plus tard étant donné que les Anglais ont décidé de contrarier ses plans. Faisant volte-face, il se rapproche d’Artemis et lui tend une flûte. « Je suppose… Que cela pourra attendre encore un peu. » qu’il rétorque en portant le champagne à ses lèvres. « C’était une bien belle cérémonie en tout cas. Tu as déjà des idées ou aspirations concernant ton propre mariage chère cousine ? ». Lui aussi pourrait en parler, il est officiellement fiancé…  




FAULT IN OUR STARS
Building my rain up in the cloud ☽ Singing from heartache from the pain. Taking my message from the veins, speaking my lesson from the brain. Seeing the beauty through the pain.
.

Parchemin envoyé Jeu 28 Déc - 21:08

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 239 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

Fall Wedding


Artemis agissait des plus naturellement avec Eden. Le russe n’était pas du genre à être guindé, il brisait toutes les convenances de l’étiquette britannique. Certes, celle-ci était complexe mais le jeune homme ne semblait pas se formaliser pour grand-chose. Ajustant sa tenue pour parfaire son introduction dans la société sorcière, la brune commença à lui donner quelques indications sur les différents convives, brisant du même coup les rêves artistiques de son cousin. Non, ici, tout le monde n’était pas intéressé par l’art parce que pour pouvoir s’y intéresser, il ne fallait pas être occupé à survivre. Or, avec la guerre entre les deux camps qui se poursuivaient, nulle n’était à l’abri. Les familles préféraient éviter les sorties et vivaient de plus en plus recluses. Même le monde moldu devenait dangereux, elle en avait fait les frais. « Oui. Caïn est le cousin germain de Lucius. C’est un exterminateur de créatures magiques, il est venu il y a quelques mois chasser les gnomes et jarvey du parc. Sa mère est morte écrasée par un centaure je crois, depuis sa branche voue une haine farouche à toute créature magique. J’espère que tu n’as pas amené ton lézard avec toi… » Bien sûr, elle le taquinait. Elle se montrait très souvent piquante avec lui mais c’était plus fort qu’elle. Il réveillait une sorte de sentiment de rébellion qu’elle ne maîtrisait pas. « Lucius est bien plus fréquentable que Caïn... Il est auror et plutôt charmant… Pourquoi ne l’apprécies-tu pas ? » Oui, elle était contrariée. L’image que le blond lui avait donné était celle d’un jeune homme calme, cultivé, sécurisant. Tout l’inverse de Nathaniel qui lui était impulsif, inquiétant et manuel. Deux grands opposés qui pourtant l’attirait.

Elle ne dit rien de plus alors que son cousin eut soudain l’idée d’aller saluer Siofra. Artemis était peu encline à s’y rendre, ces trois-là ayant vécu les pires heures de leurs vies ensemble… Une chose dont elle n’avait parlé à personne encore. Sauf Drefer. Elle avait sous-entendu certaines choses mais elle ignorait s’il avait saisi ses propos sur le moment et s’il avait recollé les morceaux du puzzle. Oui, elle en avait parlé au brun mais pas à Nathaniel. Elle craignait de lire dans ses yeux des sentiments négatifs, que l’image qu’il avait d’elle ne changea. Restant en arrière, elle le regarda fendre la foule et le vit s’arrêter net.

Drefer lui posait problème maintenant ? Il attrapa deux flûtes de champagne alors que la jeune femme observait les alentours. Un réflexe. Elle essayait d’identifier de potentielles sorties de secours. « Tu ne veux pas parler au marié ? » lui demanda-t-elle avec curiosité. « Non. Je comptais demander l’aide Marselynn, la sœur de Caïn. Elle est organisatrice et cette famille est réputée pour les bals somptueux qu’ils organisent. Je suppose que le mariage doit être à la hauteur alors… ». Elle hésita un moment puis osa se lancer : « Dis-moi, Eden, accepterais-tu d’être mon témoin ? » Il était ce qui se rapprochait le plus d’un frère pour elle, ne pouvant compter sur le sien. Il était toujours brouillé avec son père, peu satisfait qu’elle n’ait pas épousé Caïn comme il l’avait suggéré. Il voulait quelqu’un qui portait la marque. Lazlo avait bien choisi un Goldstein, seulement pas celui qu’il attendait. « As-tu des idées pour le tiens ? Et quand est-il prévu au juste ? » De loin, elle observait les mariés et sa cousine aux cheveux de feu. Ils étaient dans le même cercle à présent, un cercle dont elle ferait bientôt partie : les mariés. Certain par amour, d’autres non. Elle ignorait la nature du sien.



Parchemin envoyé Ven 5 Jan - 11:56

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 443 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche, Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter et Björn, le Greyback arracheur de coeur Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
En ligne
that broken piece
I don't want to know who we are without each other, it's just too hard. I don't want to leave here without you. I don't want to lose part of me, will I recover ?ft. LA POPULACE



Il l’avait dit à la sorcière à la chevelure de feu, qu’il n’oublierait pas son anniversaire, que celui-ci soit apprécié ou non par ses bons soins. Les cadeaux avaient été choisis avec attention, mais non faciles à trouver ou même à imaginer. Il avait longuement réfléchi avant de se décider sur ces deux-là. Aux remerciements d’Erzsébet, Caïn n’adresse qu’un bref sourire avant de prendre la direction de la silhouette de Drefer qui se tient non loin de là. Cœur battant à tout rompre dans la poitrine, le chasseur fait de son mieux pour camoufler le trouble qui l’agite, ou plutôt l’étroite colère qui contrarie ses traits. Personne ne lui en tiendra rigueur étant donné qu’il tire bien souvent une tronche peu agréable ou recommandable en public. Il n’y a guère que lorsqu’il décide de se montrer avenant et de bonne compagnie qu’il se darde de sourires en ces réunions mondaines. Il y a bien longtemps qu’il ne les apprécie plus, si tant est qu’il ait déjà pu en apprécier leurs déroulements un jour. C’est en arrivant à sa portée, main libre se posant contre l’épaule et constatant la présence du verre de whisky entre les doigts du Rackharrow qu’il se dit, coupe de champagne dans sa propre main libre, qu’il aurait pu attaquer directement par ce type d’alcool. La pensée est toutefois rapidement balayée par les maux qui le rattrapent sans prévenir, martelant un peu plus son myocarde et le poussant à la consommation alcoolisée.

Drefer tressaille tandis que les doigts rompent le contact pour venir se porter à sa poche et en sortir le cadeau qu’il est venu offrir. Ses yeux vairons, eux, lanceraient presque des éclairs mais c’est l’incompréhension qui prend le dessus sur la colère qui se fraie un chemin en son for intérieur. Il tente bien de comprendre, le Goldstein, cherchant dans les tréfonds de ce lien qui les unit désormais mais dont il ne maîtrise pas encore tous les effets. Rien. Il ne trouve que le vide, un bref instant d’interrogation muette mais l’anxiété qui était celle de son amant bien plus tôt n’est plus. Il n’y a que le vide, un sentiment de flottement dans l’espace-temps et un calme olympien, comme s’il était ivre. Impression qu’il a mais dont il ne fait pas mention, bien incapable de déceler la présence de l’Impero. Caïn n’est pas devin, aussi aidé soit-il par le biais de ce lien. Il est surtout à mille lieux d’imaginer que Jules puisse faire une chose pareille, quand bien même il ait pu être surpris par la violence des gestes de ce père à l’encontre d’un de ses fils. Son propre sang. Au fond, est-ce si surprenant ? S’il y réfléchissait sérieusement à deux secondes, sans doute réaliserait-il qu’en fin de compte…

Parler de la lame est en définitive plus facile, et le peu de temps à deux qu’ils ont, il en profite pour la lui remettre sans entamer de trop longues explications. Comme il le lui dit d’une voix distraite, ils n’auront que l’occasion d’en parler plus tard. Sans la garder davantage entre ses doigts, il la lui remet, ce qui a visiblement le don d’amuser le brun et il parvient à t’arracher un fin sourire en coin. Elle est parfaite… Merci beaucoup, Caïn… « Je t’en… ». Le chasseur n’a pas le temps de répondre que Drefer l’attrape déjà dans une accolade imprévue et à laquelle il répond maladroitement. Dans d’autres circonstances, il aurait pu s’y perdre, serrer si fort pour qu’on ne le lui enlève pas, mais lui aussi sent les regards et principalement celui du paternel qui veille au grain. Caïn n’a pas besoin de voir Jules pour savoir qu’il n’est jamais loin. Une chose est sûre néanmoins… L’attitude du Rackharrow n’est pas normale. Les sourires sont tronqués, sincères d’apparence, mais tronqués pour quiconque le connait un tantinet. Ils étaient prêts à s’enfuir. Il n’y a absolument aucune raison valable à ce retournement de situation qui n’implique pas directement un danger ou une menace. Le blond a beau retourner le problème dans tous les sens, il ne comprend pas, et la douleur du cœur se mêle aux effluves d’alcool envahissant déjà son organisme, sans parler de cette innommable colère qui menace de le faire littéralement exploser. Je devrais aller voir ma femme… Les mots martyrisent un peu plus et il se fait violence pour ne pas simplement lui en coller une. Lui adressant une tape sur l’épaule après celle qu’il lui offre, de manière toute aussi virile et amicale que lui afin de maintenir la façade qui commence à s’étioler, il l’observe s’éclipser en silence en direction de Siofra. Sans doute aurait-il mieux valu qu’il offre un serpencendre à la sorcière. Ce dernier aurait au moins pu foutre le feu à cette maudite réception.

L’inspiration est prise, les traits se détendent légèrement. Ils ne peuvent se trahir. Caïn ne peut se résoudre à les trahir maintenant que tout est tombé à l’eau, alors quand les prunelles bicolores croisent la silhouette de Rodrick, il ne peut que profiter de l’occasion pour reprendre contenance, s’écarter de la vision de Drefer flattant sa femme. Coupe presque vide encore en mains, il s’avance en direction de l’aîné des Rackharrow, arrivant tout juste à côté de lui, et se penchant suffisamment pour souffler quelques mots à son oreille. « Il semblerait bien que le prochain mariage à être célébré soit le tien Rodrick. ». Les lèvres glissent dans le liquide clair du champagne et s’habillent d’un fin sourire, même si Caïn le sait. Dans quelques minutes il explosera. « J’espère pour toi que tu sauras prendre soin de ma sœur. ». Une menace sous-jacente ? Non, absolument pas.  




Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
Fall wedding (31.10.91)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» Let the Sky fall on you • Heaven Angel [VALIDE]
» « why do we fall ? » ◊ ANGEL.
» Fall Out Boy
» WHY DO WE FALL ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Pays de Galles :: Habitations-
Sauter vers: