Partagez | 
Captive of your demons inside ➳ Carter & Artemis

()
Parchemin envoyé Sam 4 Nov - 22:45

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 224 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Captive of your demons inside


4 octobre 1991.
Une silhouette féminine sortit par une petite porte battante dans une ruelle qui ne payait pas de mine. Ses longs cheveux cachaient son visage et son pas rapide trahissait sa volonté de vite quitter les lieux. Son regard ne croisait personne, résolument fixé au sol. Quelqu’un d’un peu observateur saurait, de par son comportement, que cette personne n’allait pas bien. Il y avait dans cette démarche, quelque chose de désespéré. La silhouette maintenait sa veste à l’aide des mains cachées dans les poches. Elle se fondit rapidement dans la masse londonienne.

C’était une jeune femme déboussolée qui sortait d’un petit hôtel londonien. Pourtant, elle n’était pas banale. Il s’agissait d’une sorcière qui se fondait dans une population communément appelée « moldus », ceux qui n’avaient aucune capacité magique. Ses longs cheveux bruns masquaient ses larmes. Ce n’était pas n’importe quelle sorcière. Il ne s’agissait pas d’une sorcière exceptionnelle. Elle avait toutefois une certaine valeur dans le monde magique car cette demoiselle de vingt-trois ans était en réalité une sorcière au sang pur, née de deux parents sorciers dont les familles avaient un arbre généalogiques remontant sur des centaines d’années. Pour certains, le sang pur était supérieur. C’était dans cette doctrine qu’Artemis Victoria Grimstone avait été élevée. Bien que venant de Russie, un pays où la magie noire était monnaie courante, elle était née sur les terres britanniques. L’ascension d’un mage noir ne lui avait pas échappée. Il pensait que seuls les sorciers de sang pur pouvaient pratiquer la magie. Heureusement, elle pensait que cette idéologie était stupide. Il s’agissait pour elle d’une équivalence à la noblesse qui gouvernait toujours ces contrées.

Marchant d’un pas rapide, elle écrasa ses larmes. Dès qu’elle avait quitté la chambre, sa vue s’était brouillée. Comment avait-il pu agir ainsi ? Pourquoi lui avait-elle ouvert son coeur ? Artemis regrettait amèrement d’avoir montré autant de faiblesse. Il n’était pas convenable de montrer des émotions et elles étaient souvent le fruit de grandes souffrances. Nathaniel, celui qu’elle aimait depuis son adolescence à Poudlard venait de lui faire une terrible révélation. Une révélation qui l’avait grandement déstabilisée. Il avait beau jurer qu’il l’aimait, que cela n’avait été qu’une histoire presque sans lendemain, elle était trop choquée pour l’admettre. Même le veritaserum ne suffisait pas à faire partir cette sensation nauséeuse qui ne la quittait plus depuis son malaise. Etait-ce ça sa vie ? D’abord, céder à ce premier sentiment amoureux à Poudlard auprès d’un meilleur ami. Un meilleur ami très impulsif qui voulait qu’elle le suive à sa sortie de l’école de magie. Elle n’était pas venue. Il savait depuis le début que son honneur passerait avant. Fille modèle, elle ne l’avait plus revu pendant sept ans. Jusqu’au bal royal où les moldus les avaient attaqués. Elle s’en était sortie de justesse. Puis, elle s’était faite kidnapper par un autre moldu. Nathaniel était encore là. C’était d’ailleurs la dernière fois qu’elle l’avait vu jusqu’à ce jour. Torturés, frappés, Artemis en était venue à commettre un geste des plus abjectes dès qu’elle en avait eu l’opportunité. Le traumatisme l’avait gardé loin des sorties, puisque chacune se soldait par une attaque. Ce jour là ne faisait pas exception. Elle ignorait seulement alors que le coup viendrait de celui qu’elle aimait le plus au monde.

Il lui parlait d’une vie secrète. Il se disait prêt à la laisser se fiancer à Lucius Goldstein, pourvu qu’ils puissent vivre leur amour. Même cachés. Mais à présent, elle ne savait plus si elle voulait prendre ce risque pour lui. Le voyant s’était engagé dans l’Ordre du Phénix pour contrer les Mangemorts et enchaînait lui aussi les problèmes. Une vie calme et sécurisée auprès d’un homme lui conviendrait sans doute mieux, n’est-ce pas ? Loin de ces passions, de ces disputes, de cette incompréhension qui ne cessait de les séparer un peu plus chaque jour.

La sorcière ne regardait pas vraiment où menaient ses pas. Lourde erreur. Elle s’engagea sur la traversée d’une grande rue du centre de Londres. Elle ne vit pas la voiture lancée à vive allure se dirigeant face à elle. Elle entendit à peine le son du klaxonne, relevant alors seulement la tête. Son cerveau ne comprit pas immédiatement dans quel danger elle était. Elle se souvint seulement d’un choc. Quelque chose venait de la percuter. Quelque chose l’entraînait dans une chute qui lui sembla durer des heures. Le choc de l’asphalte éveilla une vive douleur, rentrant en contact avec son corps à plusieurs reprise. Immobilisée sous un poids, ses yeux grands ouverts, elle semblait désorientée. Tout allait si vite et ce moment d’immobilité l’interrogea. Etait-elle morte ou pire ? Que s’était-il passé au juste ?
@Carter L. Rookwood



Parchemin envoyé Mer 8 Nov - 2:12

avatar
avatar
profil
Je suis : Aloysia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 26/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 46 hiboux. J’incarne : Tom *sexy* Hardy , et l’avatar que je porte a été créé par : Aloysia Je parle en : #996633



Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Manutentionnaire au sein du Cercle de Jeux J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis un célibataire endurci
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 



Captive of your demons inside

Artemis Grimstone & Carter Rookwood

« Je sais où est Nola. »


Elle l'avait eu comme ça la gamine. Avec quatre foutues lettres dans la bonne phrase. Sujet, verbe, complément. Il avait rien fallut de plus. « Je sais où est Nola. » Savait-elle vraiment quoi que ce soit au fond ? Ne s'était-il pas simplement fait avoir comme le dernier des bleus ? Peut-être. Peut-être pas. Il s'en fout à vrai dire Carter, parce que cette gosse, c'est le seul héritage que Dymphna aura laissé en ce bas monde et que cette femme méritait bien ça. Son sacrifice le valait. C'était tout. Mais Jeyne, elle le saoule profondément et de plus en plus. Jeyne, elle passe son temps à réclamer des leçons, à vouloir être comme lui et ça le fait rire, Carter, parce que si l'oiseau fragile venait à suivre le même enseignement qui l'avait transformé lui à tout jamais, elle ne s'en relèverai pas. Et puis, Carter, il a beau avoir la réputation la plus sale qui soit, il touche pas aux femmes, ni aux enfants. Il en a fait sa marque de fabrique avec le temps. Ni femme, ni enfant, mais plus Carter vieilli, plus ceux qui l'entourent paraissent des gosses, alors c'est pas toujours évident d'y voir clair pour juger qui mérite et qui ne mérite pas. De toute façon, tout ça, c'est derrière lui. Il est à la retraite Carter, à trente-cinq ans, comme un foutu joueur de Quidditch qui n'a pas vraiment su se reconvertir. Ouais, tout ça, c'est fini maintenant, alors Jeyne, elle pourra bien le regarder avec sa mine de chaton abattu tant qu'elle pourra, il lui apprendra rien. Il la formera pas. Voilà la décision qu'il vient de prendre, attablé seul face à son verre dans un estaminet moldu où il est sûr d'avoir la paix. On a beau dire, ces gens-là, Carter les envie. D'après Nola, eux aussi avaient vécu une sale guerre y a quelques décennies, mais c'était derrière eux. Ça avait duré que six ans. C'est quoi six ans au fond, comparé aux dix années que le monde magique venait de prendre en pleine face ? C'est rien six ans. Ils avaient la paix maintenant, ne se doutant pas un instant qu'entre les murs dissimulés de leur ville, un conflit bien plus sanglant détruisait chaque jour un peu plus les vies de milliers d'autres. Leur douce naïveté, Carter s'en abreuve quand il est pas trop occupé au Cercle de Jeux. Ça le détend. Ça le rassure peut-être en un sens de voir tout ce beau monde rire et taper le carton joyeusement sans jamais penser aux horreurs d'un passé que la plupart n'ont pas connus. Peut-être qu'un jour, lui aussi pourrait de nouveau pousser les portes de la Tête de Sanglier à la sortie du boulot pour commander un Whisky Pur Feu. Peut-être qu'un jour, lui aussi serait tellement loin de l'Enfer que ce dernier ne le hanterai plus. Ouais, peut-être. Un jour. Pour l'heure, quelques livres sont glissées dans la main du patron. C'en est assez. S'il avale une goutte de plus, il sera plus en état de rentrer sans réveiller sa gosse d'un pas lourd. Merde, la gosse. Il ne se sent plus chez lui Carter depuis qu'elle a envahi son espace. Elle prend pas beaucoup de place pourtant, mais juste assez pour ne plus avoir l'impression d'avoir la moindre intimité. Pour plus lui laisser le droit de se balader nu comme un ver entre le salon et la chambre. Pour plus lui octroyer le droit de laisser traîner la vaisselle trois jours dans l'évier si ça lui chante. Pour plus lui laisser l'occasion de ramener une nana pas trop regardante et prête à se donner. Carter, il a jamais eu d'enfant, ni de neveux, ni de nièces, mais il a Jeyne maintenant, et elle est arrivée bien trop vite pour lui donner le temps d'apprendre comment on se comporte face à une gamine orpheline, en fuite, et bien décidée à venger les siens, alors, bien souvent, une fois le dîner terminé, Carter se sauve. Ici ou ailleurs, ça a pas vraiment d'importance.

Autour de lui, ça grouille de monde. Autour de lui, la circulation est dense et l'air est saturé par le monoxyde de carbone. Autour de lui, c'est la vie même qui bat son plein et qui pourtant n'arrive pas vraiment à le toucher. Et puis, tout à coup, tout son corps se tend sous le bruit strident d'une voiture qui klaxonne, dont les pneus se crispent sur la route. Il avait jamais été très cérébral Carter, mais son corps, lui, n'a rien perdu de ses réflexes d'autrefois. Il cherche pas à comprendre, il fonce. Se propulse tel un animal sauvage contre la silhouette plantée devant les fards et s'en vient rouler tel un corps mort sur le bitume, ses bras entourant et la taille et le crane de l'inconsciente. Quelques secondes de cris autour d'eux qu'il n'entend pas. La bagnole s'arrête et repart encore plus vite. Faudrait pas penser un instant à s'inquiéter de leur état après tout, dans la bagnole, les trois couillons qui l'occupent ont pas de permis, mais ils ont bien l'âge d'aller en taule si l'on venait à les confondre à l'accident provoqué. Une seconde, puis une autre. Il faut prêt d'une minute au Rookwood pour enfin relâcher sa prise sur l'être qu'il enserre de toutes ses forces. Un regard. C'est une fille. Une gamine. Une de plus, et il ne peut retenir un soupir de dépit Carter en scrutant contre lui les formes de cette fille désorientée qui peine tellement à réaliser ce qu'il vient de se produire. Décidément, la vie devait essayer de lui passer un message pour le condamner aussi souvent à voler au secours des demoiselles en détresse ces derniers temps. Il ferait mieux d'ouvrir un chenil, ça lui rapporterait peut-être plus qu'un brin de bonne conscience.


Quelques bras s'en viennent l'aider à se relever. Des badauds viennent crier au scandale. Une femme dans la mêlée dit avoir prit le numéro de la plaque. C'est bon, tout va bien. Dès qu'ils sont sur leurs jambes, toute la joyeuse troupe de curieux s'en est allée et lui... Lui il devrait faire pareil. Mais comme il est un peu con Carter, il glisse une main derrière la nuque de la gamine pour la forcer à le regarder dans les yeux, pour s'assurer qu'elle va bien. S'il ne sent rien des égratignures lui déchirant les mains et le bord de la joue, sur le haut du front de la brune, il en perçoit une qui ne lui plaît pas. Sur laquelle il s'en vient poser discrètement sa main pour l'effacer d'un informulé. Elle est sonnée de toute façon, elle s'en rendra même pas compte. Sauf qu'à force de la regarder, Carter se dit que cette fille, elle ne lui est pas tout à fait étrangère. Il ne la connaît pas non, mais son visage, il le sent, il l'a déjà vu quelque part. Il ne sait où.


- « Ça va aller ? »


Question conne. Bien sûr que ça ira. Elle est sous le choc, elle est surprise, mais elle n'a rien. A quoi bon demander ? Carter, c'est pourtant pas le genre d'homme qui se perd en discussions inutiles habituellement. Mais c'est qu'une gosse cette fille, une de plus dans le chenil. Une de plus dont le maquillage a coulé sous ses yeux. Une de plus qu'a l'air de porter toute la misère du monde sur le visage.  


- « T'as eu de la chance de pas finir sous cette bagnole. Faut que tu fasses gaffe... »


Non, ça ne va pas. C'est pas un cérébral Carter, mais il sait parfaitement lire sur un visage quand quelque chose tourne pas rond, et elle, elle a pas la mine d'une fille qui aurait simplement pas fais gaffe en traversant la route. Y a un truc. Un truc qui cloche pour de bon, au point où Carter se demande un instant si elle n'avait pas simplement fait exprès de se jeter sous les roues de cette bagnole. Alors, il se met à lui frictionner doucement le bras, histoire de lui redonner de l'aplomb. Reprends-toi gamine, t'es plus toute seule maintenant.


- « T’habite où ? Je vais te ramener. »


Il ne demande pas un instant si la jeune femme devant lui est d'accord. C'est une gamine. Une gamine qui va mal. Pas question de la laisser rentrer toute seule et de lui laisser l'occasion de se jeter de nouveau sous une bagnole. La douceur, la subtilité, il sait pas vraiment ce que c'est Carter, mais un esprit frappé de chagrin, ça, ça le connaît, autant que l'envie de se foutre en l'air. Pas question de la laisser.


[size=30]©️Aloysia[/size]

[Base fiche RP par ©Alaric]


Parchemin envoyé Dim 12 Nov - 20:43

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 224 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Captive of your demons inside

Il venait de l’assassiner, de lui meurtrir le coeur. Ce dernier saignait depuis qu’il lui avait révélé une terrible vérité. Une vérité qu’elle était bien forcée d’entendre puisqu’il ne pouvait mentir sous l’influence d’une potion. Cela l’avait tant bouleversée qu’elle avait fait un malaise. La scène se jouait et se rejouait dans son esprit. Cette rencontre programmée dans un petit hôtel du Londres moldu. La brune avait longtemps hésité avant de s’y rendre, le choix de ce lieu ayant une signification forte. Elle avait beau être vierge, elle n’était pas naïve, du moins pas autant qu’on pouvait le penser. Une vérité que le voyant découvrirait quelques semaines plus tard. La littérature pouvait bien aborder ces sujets de manière précise, suffisamment pour qu’elle puisse s’éduquer sans risquer son honneur. Ce n’était certainement pas avec son père qu’elle pouvait avoir ce genre de discussions. En revanche, son passage à Poudlard lui avait laissé entendre deux ou trois choses importantes et celles-ci n’avaient pas quitté son esprit. Pour l’heure, il ne s’était rien passé permettant de mettre en danger sa réputation. En effet, la jeune femme avait eu plutôt eu droit à un coup de poignard en plein coeur. Tout ce en quoi elle croyait venait de voler en éclat. C’était comme si un doute insidieux venait de prendre vie. Une part d’elle-même s’en voulait de ne pas l’avoir compris plus tôt. Oui, le phénix, son premier amour, celui avec qui elle avait partagé trois années d’études dans les rires et la joie venait de lui avouer qu’il avait couché avec son pire ennemi. Un ennemi qui se trouvait être son cousin et un sang pur, deux éléments qui obligeraient la brune à conserver le secret. Nathaniel et Drefer se détestaient depuis toujours, c’était un fait. Ces deux là prenaient tous les prétextes pour se confronter, se menaçant même de mort. Mais ils en étaient venus à coucher ensemble. C’était un choc pour la brune, un choc qui l’avait bien malmenée ce jour là.

Ce fut dans cet état d’esprit qu’elle s’engagea sur un passage sans prêter attention aux feux. Le regard brouillé par les larmes, elle ne les distinguait de toute façon pas. Comment avait-il pu lui faire ça ? Il disait l’aimer mais comment pouvait-il l’aimer et agir de la sorte ? Elle ne reconnaissait pas son camarade. Les pots d’échappement fumant lui faisaient parfois froncer le nez mais même la pollution ne lui parvenait plus, son esprit totalement accaparé par une information qui la tuait à petit feu. Réalisait-il seulement qu’elle ne survivait que grâce à lui ? Non. Non encore une fois, Trelawney prenait sans se poser de question. Il imposait sans penser aux conséquences. Son impulsivité l’effrayait maintenant. Il avait tout de même réussi à s’unir à un mangemort, l’autre camp. Ils étaient censés se détester. Lui-même lorsqu’il lui avait pour la première fois adressé la parole, c’était pour lui dire combien son sang pur était une insulte. Qu’il ait eu des aventures avec d’autres femmes, cela l’aurait bien moins dérangée. Elle aurait pu le comprendre mais un homme ? C’était tout à fait contre nature, surtout de par son éducation russe. C’était encore vu comme une tare à l’époque. En Russie, ces personnes étaient envoyées en prison, considérées comme malade. Etait-il malade ? Oh oui sûrement. Il fallait être fou. D’ailleurs, c’était bien la réputation des Trelawney. Déglutissant, elle entend un bruit strident qui lui fait relever la tête.

Elle n’eut pas le temps de comprendre ce qu’il se passait parce qu’elle se sentit soudain agrippée et emmenée loin d’un danger qu’elle n’avait pas vu venir. Le bras autour de sa taille et la prise sur sa tête l’obligea à cacher son visage dans le tissus de son sauveur. Les cris, elle ne les entend pas non plus. Le choc sur le bitume et l’intense douleur qui envahit son corps entier lui fit comprendre qu’elle était en vie. Son coeur avait bien cessé de battre quelques secondes, comme si l’esprit cherchait à évaluer les évènements mais aussi si le corps était mort ou non. La douleur affirma la vie. Son coeur fit une embardée dans sa poitrine alors que l’homme au dessus d’elle se redressait. Croisant son regard, Artemis le dévisagea. C’était elle qui s’était mise en danger ? Merlin. Elle ne pouvait décidément plus sortir seule. Chacune se soldait par un frôlement de la mort.

Pourtant, elle n’épousait pas un Peverell. C’était bien cette famille qui avait des liens particulier avec la faucheuse. Les moldus autour commencent à gronder en un murmure où quelques voix s’élevaient. Un homme indiquait que le feu n’était pas vert alors qu’une femme affirmait avoir noté un numéro. La sorcière n’en avait que faire. Une fois sur pieds, elle tourna la tête, oppressée par ce cercle. Il ne fallait pas qu’on la sache ici. Cherchant une issue, elle fut soudain attrapée par l’homme qui lui avait sauvé la vie. Ce fut à ce moment précis qu’elle le reconnut. Carter Rookwood. L’ennemi de la famille Grimstone depuis que celui-ci avait planté sa fiancée le jour du mariage. Ce scandale avait ébranlé la branche principale et le nom était bien mis sur la liste des gens à abattre. Ceux qui nuisaient à la réputation de la famille devaient en payer le prix. Il venait de la sauver. Ouvrant grand les yeux sous la surprise, elle le laissa poser sa main sur son front. La douleur disparut. Oui, c’était bien lui, elle ne rêvait pas. « Je... Je crois. » Non. Non, elle avait mal partout et ne pouvait pas se rendre à Sainte Mangouste. Si jamais elle tombait sur Valeryan, il lui faudrait donner des justifications. « T'as eu de la chance de pas finir sous cette bagnole. Faut que tu fasses gaffe... » Papillonnant des yeux, elle assimila l’histoire. Oui, elle n’avait pas vraiment regardé avant de traverser, trop préoccupée par... Nate. Se mordant la lèvres alors que les larmes menaçaient de la submerger à nouveau, elle sentit le geste sur son bras. « Merci », parvint-elle à articuler d’une voix enrouée.

La foule finit par s’éloigner, quoique certains curieux semblaient vouloir leur indiquer un hôpital tout proche, au cas où. « Le manoir Grimstone. » Elle prit le temps d’observer sa réaction avant d’ajouter : « Je n’ai pas envie d’y retourner tout de suite, dans cet état. Ils ne savent pas que j’étais... Sortie. De ce côté. » Baissant les yeux, elle se sentait mal de devoir quelque chose au sorcier le plus détesté du moment dans sa famille, elle devait bien avouer qu’elle n’avait jamais eu l’intention de le tuer. « Merci de m’avoir aidée, Monsieur Rookwood. » Lui indiquant qu’elle le reconnaissait parfaitement, peut-être que ce ne serait pas son cas. Pour autant, Artemis ignorait si elle lui donnerait ou non son vrai prénom. Perturbée, elle restait immobile. Il pouvait la dénoncer et ruiner sa vie ou bien se taire. Encore fallait-il qu’il sache ce qu’il s’apprêtait à défendre. Nola, Artemis n’en avait jamais entendu parlé. Pourtant, leurs histoires se ressemblaient beaucoup. Chacun était perdu dans des ténèbres profondes. Les larmes roulèrent à nouveau sur ses joues. La blessure était trop profonde.
@Carter L. Rookwood



 

Captive of your demons inside ➳ Carter & Artemis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Isabella Eloïse Carter {OK}
» Maison de Carter (-18 ans)
» un rp avec un demons?
» Narry Potter [Spoiler Inside]
» A true humanitarian,Jimmy Carter.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres moldus-