indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
Just a dream stuck on a bad repeat - ft Cadmos

()
Parchemin envoyé Ven 3 Nov - 15:10

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Elle le suivait comme son ombre, depuis quelques semaines et, s'il n'était pas franchement ravi à l'idée de faire du baby-sitting, il préférait largement ça à l'idée de la laisser seule. Cadmos le lui avait promis, il ne cesserait jamais de la traquer, la jolie petite blondinette qui l'avait surpris dans une position peu... recommandable pour un mangemort. Hazel n'avait jamais douté d'Alexander Weasley, pas même quand elle l'avait trouvé allongé sous le Carrow avec l'air d'apprécier ça. Après tout, le rouquin lui avait sauvé la vie, quitte à se sacrifier lui-même, et elle l'avait bien compris quand, revenant quelques longues dizaines de minutes plus tard avec une escouade de l'Ordre du Phénix, ils l'avaient trouvé à la limite de l'inconscience. Elle s'était précipitée vers lui mais ses prunelles vides n'avaient pas semblé la reconnaître et elle en avait éprouvé une douleur indicible. Il lui avait fallu deux longues journées alité et soumis aux soins de leurs meilleurs médicomages pour parvenir à se remettre debout sur ses jambes et, tout du long, la jeune femme n'avait pas quitté son chevet, baignant son front d'un linge humide, apaisant ses cauchemars. Ces cauchemars qui avaient tous le même nom...

Il avait longuement hésité, avait tenté de confiner la blonde dans l'une des planques de l'Ordre et lui interdire de sortir mais Hazel était empreinte de la fougue de la jeunesse et il n'y avait rien qu'il aurait pu faire pour la garder à l'intérieur quand elle ne pensait qu'à parcourir le monde. Elle l'avait, depuis, accompagné dans tous ses déplacements et, loin de la jeune femme craintive et un peu frivole qu'elle lui avait semblé être, Hazel démontrait de véritables qualités. Elle lui avait confié ses raisons de rejoindre l'Ordre du Phénix ; une sœur aînée morte pendant la Purge, un sang impur qu'on ne cessait de lui reprocher et surtout une volonté farouche de changer le monde et de le rendre meilleur. Il avait fini par lui confier les siens, à demi-mots ; l'engagement de ses parents, la mort de ces derniers. Il avait passé sous silence la disparition de sa femme et celle de son meilleur ami, même si l'alliance qu'il portait toujours à l'annulaire laissait bien entendre qu'il y avait une histoire triste là-dessous. Elle n'avait pas cherché à creuser, quand bien même, parfois, ses prunelles noisettes se faisaient bien plus inquisitrices quand elles percevaient Ciena dans le secteur. Alexander y était attaché, elle le voyait bien, même si elle ne saisissait pas exactement ce qui pouvait bien se passer entre eux deux. Aussi, désireuse de plus, sans aucun doute, elle se précipite à sa suite en le voyant sortir de l'une des planques dans laquelle ils ont élu domicile depuis plusieurs jours. Le Weasley n'était pas du genre à rester très longtemps au même endroit et Hazel ne voulait pas prendre le risque de le voir disparaître, se servant de la menace de Cadmos pour devenir l'ombre du rouquin. « Je viens avec toi ! » Il penche la tête en la regardant. « T'es sûre ? Je vais juste faire un tour près de mon ancienne maison... Tu peux m'attendre là. » Elle se fend d'un sourire radieux, remuant la tête et décrétant qu'elle l'accompagne.

La maison n'est plus qu'une ruine de briques et de poutres et ceux depuis des années déjà. Lors de la Purge, la demeure des Weasley avait été incendiée et ses parents y avaient trouvé la mort sans qu'il ne puisse rien y faire. Il revenait souvent ici, en pèlerinage sans doute, s'asseyant sur un rocher et ressassant en boucle ce qu'il aurait pu faire de mieux. « C'est ici que tu as grandi, alors ? » Il acquiesce, un sourire nostalgique sur les lèvres. « Oui. C'était une vie heureuse. » Il penche la tête vers elle, haussant les épaules comme s'il n'avait pas réellement envie d'en parler et c'était le cas. Il n'a pas franchement le temps de réagir, d'une façon ou d'une autre, que la jeune femme s'approche de lui avec un sourire enjôleur, passant ses bras autour de sa nuque avant de venir embrasser ses lèvres avec une étrange tendresse. Il ne s'y attendait pas vraiment, aussi n'a-t-il même pas le réflexe de réagir comme elle prolonge le baiser, prenant certainement ça pour un assentiment muet, sa langue venant caresser la sienne. C'est le moment qu'il choisit pour reculer un peu trop précipitamment, les joues rougies par la gêne. « Hazel, je... Tu es très jolie mais je... » Un bruissement de branches l'interrompt dans son début d'explication maladroite et il sursaute, jetant un coup d'oeil circulaire autour d'eux. « Ce bruit, qu'est-ce que c'était ? » Instinctivement, il se place devant elle mais Hazel ne semble pas prendre cela au sérieux, comme ses doigts viennent déjà se nouer sur le ventre du rouquin, descendant déjà en direction de sa ceinture. « Hazel ! Bon sang ! » Il souffle, retirant les mains de la demoiselle avec un brin d'agacement.



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Dim 5 Nov - 19:04

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
– Tu sors ?
Elle pense si fort le « encore » que cela fait sourire Cadmos. Cette semaine, il a dû être trois heures à l’intérieur de la maison, au plus. Il n’a même pas manger ici ce midi, trop occupé à « chasser ». Cassiopée est plantée là, devant la porte, avec son regard qui voudrait tuer. Elle n’est rien face à lui, mais elle n’a pas peur car Cadmos ne lui ferait pas de mal – pour rien au monde. Il tient à elle, un peu, et il tient aussi à « l’autre », celui qui empoisonne, celui qui n’est jamais là mais qui est toujours présent.
– Parfois, j’aimerais être legilimens pour savoir ce que tu penses, Cadmos.
– Ca ne te suffit pas de voir tout ce que je fais, Cassiopée ? Il la fixe, d’un air presque mauvais, alors qu’elle accuse le coup. Il s’approche, d’un air effrayant, si bien qu’elle rentre la tête entre ses épaules en baissant les yeux : Tu veux vraiment savoir ce que mon esprit malade peut penser ? Tu aurais… tellement… peur…
Elle tremble un peu, ses doigts se glissant sur le torse de son mari sans qu’elle ne le regarde. Il approche son visage d’elle, à peine, effleurant ses lèvres des siennes :
– Tu as déjà peur de moi, Cass’. Tu as tellement peur qu’un jour je te tue, toi aussi
La rousse a un moment d’hésitation, où ses mains s’arrêtent sur les épaules de Cadmos. Ils sont si proches l’un de l’autre, si proches. Elle dépose un baiser timide sur sa bouche qu’elle n’a plus goûter depuis des semaines déjà.
– Tu pourrais ?
Elle le fixe, elle attend qu’il réfute l’évidence froide. Il plonge dans ses yeux clairs, et il ne répond pas. Le visage de la femme se contrit légèrement, et finalement elle prend cet air dégoûté qu’il déteste tant. Elle se recule d’elle-même, s’arrache alors qu’il allait peut-être rester cette fois. Si elle l’avait embrassé avec son cœur… Il se mord la lèvre inférieure pour ne pas frapper, pour ne pas lui faire du mal. Il ne veut pas être comme ça.
Elle lui tourne le dos alors même qu’elle tremble. Il le sait, il lit son esprit. Elle redoute qu’il ne revienne et qu’il ne la poignarde dans le dos. Il s’énerve à cette pensée, et finalement, alors qu’il ouvre la porte de l’entrée, prêt à partir, il cingle :
– Quand tu es comme ça, j’ai envie de tapisser les couloirs avec ta cervelle.




Ce soir, Cadmos est d’une sale humeur. Bien pire que d’habitude. La colère qui court dans ses veines est de celle qui ne s’apaise que dans le sang et les boyaux. Il marche calmement dans les briques, ruine de ses victoires passées. Adossé contre un mur, il hume l’odeur qui s’élève des charpentes brûlées. Il se souvient doucement des cris des parents Weasley, de leur regard larmoyant. Il sert plus fort sa baguette alors que son corps se tend plus fort. Il inspire profondément, avant de glisser doucement, accroupi au milieu des décombres.
Le Carrow n’est qu’une ombre invisible au commun des mortels. Il souffle doucement, les mains engourdies. Il ignore combien de temps il a passé ici, mais il sait que les grands esprits se rencontrent toujours. Il mise bien sûr sur la chance, mais il a toujours su la violenter et la faire surgir dans les moments les plus sombres de son existence.
Et maintenant, que vas-tu faire Cadmos Carrow ?
Il se regarde dans l’éclat d’un miroir qui est coincé entre ses pieds. Il y voit son visage, propre, blanc. Il le trouve laid. Il fronce les sourcils et plaque ses mains sur sa face. Il aimerait s’arracher les yeux tant la colère gronde en lui, peut-être que ça le calmerait… Peut-être que la chance est de son côté ? Il entend les bruits de pas et ose un regard entre les briques fumées.
Il y voit la silhouette familière d’Alexander et il se doute sur le moment que celle plus petite ne peut être que celle d’Hazel. Il ne les voit plus dès qu’il se cache, mais il arrive à les entendre d’ici. En fermant les yeux, en écoutant attentivement les bruits, les pas, le bruissement de l’herbe sous leurs pieds, il s’imagine la scène.

Il se mord doucement la lèvre, pour ne pas se laisser aller à sa fureur. Il est difficile de dompter une nature aussi dure, aussi sauvage que la sienne. Le Carrow cherche à endormir la bête en lui à coup de promesse « un jour il sera à moi », mais aussitôt qu’il se le dit, il se fige. Pourquoi cette syntaxe ? Le Carrow n’est pas un homme du hasard. Il sait que si son esprit a choisi cette tournure, c’est qu’il y a quelque chose en lui. Un germe. Une graine de mauvaise herbe.
Est-ce qu’il serait capable de plonger lui-même sa main au fond de ses entrailles pour la retirer ?

– Hazel, je... Tu es très jolie mais je...
…suis à Cadmos Carrow ? Voilà qu’un sourire se dessine alors que le mangemort penche légèrement la tête sur le côté. Ce n’est pas ce que le Weasley a pensé – non, il a tout d’abord pensé à Danaé, parce que c’est toujours elle qui revient la première. Si seulement il pouvait l’effacer, pour qu’il reste là, seul et unique, à hanter ses jours et ses nuits.
Il se pourlèche la lèvre alors que son dos se décolle du mur.
Il a soif.

– Ce bruit, qu'est-ce que c'était ?
Silence.
– Hazel ! Bon sang !

– Hazel, bon sang !
L’écho vient des ruines d’où émerge Cadmos, sortant de l’obscurité. Il a sa baguette en main, contrairement à la jeune femme et à son ami. Le regard qu’il a est fou, plus encore dans l’obscurité. Son visage éclairé par les pâles rayons de la lune apparaît plus effrayant encore qu’à l’accoutumée. Ou peut-être est-ce qu’il est étrangement propre ?
– Tu ne sais donc pas écouter ? Quand on te dit non, c’est non.
Il ricane, faisant quelques pas vers eux. Il est lent, patient, comme un prédateur. Il est l’énorme chat d’ombre qui observe les souris à portée de pattes. Il ne laisse cependant pas le temps à Alexander de protéger sa petite copine et projette son bras en avant.
– Impero !
Hazel n’a pas le temps de dévier le sort qu’il la frappe de plein fouet. Le fourmillement qui remonte dans le bras de Cadmos est désagréable. Il n’aime pas vraiment ce sort, mais il s’en est déjà servi autrement. Il ricane quand Alex lui jette un regard. A ce moment-là, Cadmos lève sa main, dépose son index sur ses lèvres comme pour lui faire signe de se taire ; Hazel fait de même et esquisse le même sourire que le mangemort.
– Il faut s’excuser Hazel, car tu n’as pas été très sage dernièrement. Quelle horrible petite fille… Si tu savais à quoi elle pense, Alex, tu aurais vraiment très honte aussi !
De nouveau un rictus malsain passe les lèvres de Cadmos qui approche, tenant malgré tout ses distances avec le petit duo. Il est lointain – c’est rare, mais à la fois tellement proche. Hazel n’est plus que l’extension même de sa volonté. Elle ressemble à un petit pantin, et même si elle cherche à se débattre, ses mains et ses jambes n’ont plus la volonté nécessaire pour faire ce qu’elle désire, à savoir fuir.
Elle est écrasée par l’aura du Carrow, par son envie de la briser.
Alors comme il le lui a demandé, elle se tourne vers le Weasley et murmure, larmoyante :
– D-Désolée Alex…ander…
Derrière, Cadmos s’est arrêté et applaudit, puis s’arrête. Il a un air sérieux mais terrible à la fois, de la couleur des colères froides.
– J’ai bien réfléchi, Weasley, et tu m’as dit que je ne devais pas la tuer. Et j’ai décidé de t'écouter, tu vois. Je ne vais pas la tuer.
Il marque une pause, alors que la sorcière sort de sa poche sa baguette, mettant en joue Alexander.
– Mais toi, oui, tu vas devoir. Car elle ne t’épargnera pas.
Comme il ricane, il recule de quelques pas, se dissimulant à l’ombre d’un arbre au feuillage épais. Il ne forme presque qu’un avec l’obscurité, remuant les ténèbres quand il agite sa baguette.
Alea jacta est.
Comme il dit ça, le visage de la jeune femme se renfrogne et elle jette un premier experlliamus d’une violence qu’on ne lui aurait jamais connu. L’esprit désinhibé est en alerte. Elle sait que Cadmos a raison, il ne peut rester qu’un seul vivant, ou peut-être même aucun. Elle se battra pour sa survie, parce que le mage noir est derrière et tire les ficelles. Elle ne prend plus – elle ne peut pas prendre le temps d’y réfléchir car elle a cette sensation urgente de répondre à son instinct de survie.
Il faut qu’elle survivre.
Il faut qu’elle tue.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Mar 7 Nov - 19:30

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il avait commencé à apprécier la jeune femme et le fait qu'elle gravite autour de lui toutefois, un peu rustre sans doute, mal dégrossi, il n'avait pas remarqué que la blondinette pouvait être en train de développer, pour lui, des sentiments autres qu'une franche amitié. Aussi, quand elle l'embrasse et qu'il la repousse doucement, il est bien plus que surpris de son comportement, encore plus quand, ayant entendu un bruit, elle revient à la charge, l'enlaçant tranquillement, comme si de rien n'était, comme s'il n'y avait pas un danger probable, tout proche d'eux... Il la réprimande comme on le ferait avec une enfant, sans comprendre pourquoi ses propres paroles lui reviennent en écho avec une voix qui ne lui appartient pas. « Hazel, bon sang ! » Il reconnaît les intonations entre mille et il n'a qu'à tourner le visage en direction du son pour apercevoir Cadmos qui sort des ruines de sa maison. La Lune lui donne des airs de faucheuse et le rouquin serre les dents, reculant d'un pas. « Tu ne sais donc pas écouter ? Quand on te dit non, c’est non. » Le Carrow avance à pas lents, tel un prédateur, et Alexander le suit du regard avec attention, observateur du moindre de ses gestes, méfiant comme le serait la proie que l'on menace. Ses doigts cherchent sa baguette, prêt à contrer ce qui ne manquera pas d'arriver mais, comme souvent, Cadmos est plus rapide que lui, en dépit de ses années d’entraînement comme Auror. Il se retrouve juste comme une biche devant le tigre qui va la bouffer, comme à chaque fois... Les prunelles rougeoyantes du Carrow ravivent en lui des souvenirs qu'il aurait voulu s'arracher de l'esprit à coups de griffes. « Impero ! » Il lève les bras pour se protéger mais ce n'est pas lui que le sort vise et il ne le comprend que trop tard, en voyant Hazel se plier en deux. Ses prunelles bleues de glace fusillent le mangemort du regard, encore plus quand il lui fait signe de se taire, posant son index sur les lèvres, aussitôt imité par la blonde qui a ce même sourire torve. Il sent des frissons descendre le long de sa colonne vertébrale et ses doigts se resserrent plus fort sur sa baguette. « Il faut s’excuser Hazel, car tu n’as pas été très sage dernièrement. Quelle horrible petite fille… Si tu savais à quoi elle pense, Alex, tu aurais vraiment très honte aussi ! » Il retient à grand peine une moue contrariée à l'idée qu'il puisse savoir ce qu'elle pensait. Clairement, ses idées devaient être lubriques et que ce qu'elle ait pu s'imaginer se retrouve dans la tête de Cadmos avait quelque chose de dérangeant... Son regard revient glisser sur la jeune femme et son cœur s'accélère, dans l'appréhension de la suite. Il n'essaie pas de la raisonner ou de la ramener à sa propre volonté, il a beau être impulsivement stupide parfois, il n'est pas idiot au point de s'imaginer pouvoir rivaliser avec un Impero. « D-Désolée Alex…ander… » Il tressaille en entendant le mangemort applaudir et son regard se fait plus nerveux, plus inquiet aussi. « J’ai bien réfléchi, Weasley, et tu m’as dit que je ne devais pas la tuer. Et j’ai décidé de t'écouter, tu vois. Je ne vais pas la tuer. » Il hausse un sourcil interrogateur, le rouquin, serrant les dents. Inconsciemment, il connait déjà la suite de cette tirade, il la voit arriver à des miles et des miles et ça le fout en rogne. « Mais toi, oui, tu vas devoir. Car elle ne t’épargnera pas. » Il a à peine le temps de le voir disparaître dans l'ombre, du coin de l'oeil, que la jeune femme lui lance déjà un premier sort qu'il parvient à peine à repousser. Elle a une force qu'il ne lui a jamais connue jusque-là, une haine dans ses iris noisettes qu'elle ne lui avait jamais montrée. Autant de choses qui ne lui appartiennent pas mais qui sont à Cadmos toutes entières. Il lance un Protego et, s'il évite au maximum les sortilèges, courant pour se planquer derrière les arbres, roulant parfois sur le sol, pour ne pas qu'elle le touche. Il pourrait tenter de riposter, d'une manière ou d'une autre, mais Alexander est bien trop loyal, bien trop juste pour penser à la blesser, ne serait-ce que pour se défendre. Bien trop con aussi sans doute comme un sort vient entailler l'arrière de sa cuisse, lui tirant un grondement contrarié et une légère claudication qui le ralentit quelque peu, l'obligeant à affronter les sorts sans plus lui laisser la possibilité de fuir. Il dévie les sortilèges de la jeune femme avec application et sans trop de mal, même s'il s'essouffle rapidement car Hazel ne lui fait aucun cadeau et ne lui laisse pas le moindre répit. Il tente malgré tout de la désarmer, se contentant de lancer des sorts défensifs sans grands succès... De là où il est, il ne parvient pas à voir si Cadmos est toujours dans le coin mais il ne doute pas vraiment qu'il reste dans le coin pour apprécier le spectacle. Un autre sort vient entailler sa joue puis le haut de son biceps, déchirant une partie du tissu et il gronde de plus belle. « Je ne rentrerai pas dans ton jeu, Cadmos. J'arrête. » Et, joignant le geste à la parole, il baisse sa baguette en serrant les dents. Si elle devait le tuer alors qu'elle le fasse vite.



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Mar 7 Nov - 22:54

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il est difficile de dire à quel point ce jeu l’amuse, difficile car la sensation n’est jamais la même. Parfois, elle remonte dans le corps de Cadmos comme un frisson chaud. D’autres fois, il s’agit de petites piqûres, de petites morsures dans le tendre de ses muscles. Adossé à un arbre, il observe, ferme les yeux, ressent et c’est un plaisir non dissimulé qui s’accroche sur ses lèvres alors qu’il trésaille, une, puis deux fois. A chaque fois les sorts d’Hazel touchent, et il se dit que la gamine aurait pu être un excellent Auror si la situation avait été différente. Mais elle ne l’est pas.
Lentement le dos du mangemort se décolle de l’écorce. Comme une Ombre il se faufile lentement au milieu des branches basses, évitant habilement la lumière des projecteurs. Il n’a pas besoin de chercher, il lui suffit de suivre le son des combats pour savoir où elle se retrouve. Il pose ses yeux sur le torse du pauvre phénix qui s’est fait battre. Il aurait pu la maîtriser cent fois mais il a préféré fuir, encore et encore. Silencieux, le démon se pose près d’un tronc, à l’ombre des cimes froides. Il ne ressemble à rien qu’un spectateur alors qu’Hazel darde ses yeux clairs sur Weasley. Elle est prête à le tuer, prête à se battre jusqu’à la mort car on le lui a ordonné.
– Je ne rentrerai pas dans ton jeu, Cadmos. J'arrête.
– Mais tu n’as pas besoin d’avoir envie de jouer Alex. C’est un peu comme la vie, même si tu n’en as pas envie…
Cadmos ricane, haussant doucement les épaules. Son rire a quelque chose de fou, mais aussi de déprimant. Dans la pénombre il se permet, parce qu’ici personne ne le regardera, et personne ne verra la lueur mélancolique qui voile ses pupilles brunes.
– Si les règles ne te conviennent pas, je vais faire un effort. Parce que j’ai vraiment envie que tu t’amuses aussi…
Comme il dit ça, Hazel lance un sort qui envoie valser la baguette dans les fourrées et jette enfin la sienne. Il y a un petit silence ; entre les trois, il n’y a plus que Cadmos qui possède une baguette, et elle est bien sûr fermement serrée dans sa main gauche. Ils se regardent tous en chien de faïence, et si Hazel a l’air plus vraie que nature, elle n’en reste pas moins toujours piégée sous l’influence du mangemort. Quand elle commence doucement à écarter ses mains pour les glisser sur ses hanches et tirer vers le haut son t-shirt, on ne doute pas qu’elle n’est pas dans son état normal. Elle souffle doucement en regardant Alex, jetant au sol son vêtement, retirant dans la seconde qui suit son jeans.
Il fait frais au milieu des arbres, et la bise froide pique la peau de la jeune fille. Elle frissonne, mais Cadmos doit bien avouer qu’elle est encore plus jolie ainsi, avec sa poitrine ferme et rebondie ridiculement dressée. Elle a une corp souple et finement musclée. Elle glisse ses doigts sur ses hanches pour finalement ôter une petite culotte rose où est inscrit un petit « display » rouge sang.
Passé le moment de stupéfaction, elle approche comme un félin du Weasley. Elle est seule, abandonnée, elle a l’air d’avoir froid mais son regard indique tout le contraire. Un petit prédateur, voilà ce qu’elle est quand elle se colle contre le torse du roux, sa bouche venant quérir les lèvres de son maître. Même quand il recule, elle rattrape son visage et le force en le tenant entre ses doigts afin de pouvoir y déposer un nouveau baiser.
Le Carrow a un sourire en coin alors qu’un petit frisson lui remonte l’échine. Il ricane même, alors qu’elle se love davantage contre lui, obligeante mais sensuelle. Sa main gauche agrippe le jeans du phénix, en caresse les coutures avant de se glisser à l’intérieur, plus décidée, plus impérieuse. Ses yeux brillent comme si elle savait exactement ce qu’elle faisait, et le Carrow n’a pas l’air de forcer pour qu’elle obéisse. Peut-être parce qu’elle en crevait justement.
Cadmos passe sa main dans sa barbe, d’un air mitigé, alors qu’il rouvre ses paupières lourdes et fatiguées :
– Je n’ai même pas l’impression de lui forcer la patte à la petite… c’est… ennuyeux…
Il penche la tête, observant Alex du coin de l’œil. C’est vrai que c’est ennuyeux. Il ne ressent rien, si ce n’est un infime dégoût qui lui remonte la trachée…


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Mer 8 Nov - 13:30

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il réalise que, quoiqu'il fasse, il rentre dans le jeu du Carrow. S'il la tue, Cadmos aura gagné, s'il refusait, Cadmos fnirait sans doute pas la tuer lui-même et il gagnerait dans tous les cas. Le plus simple, il le réalise rapidement, est encore de refuser de jouer, ce qu'il déclare purement et simplement, sans autre forme de procès, abaissant sa baguette et cessant de se battre. Si Cadmos voulait sa mort alors il la lui offrait sur un plateau d'argent. « Mais tu n’as pas besoin d’avoir envie de jouer Alex. C’est un peu comme la vie, même si tu n’en as pas envie… » Il fronce les sourcils, le rouquin, cherchant à comprendre cette étrange remarque, ses prunelles glissant sur la jeune femme qui lui fait toujours face. « Si les règles ne te conviennent pas, je vais faire un effort. Parce que j’ai vraiment envie que tu t’amuses aussi… » Sous l'impulsion de Hazel, sa baguette s'envole dans les fourrés tandis qu'elle laisse tomber la sienne à ses pieds. Alexander a un petit reniflement méprisant comme ses prunelles se plongent dans celles, plus sombres, de son adversaire, les sondant à la recherche de ses intentions. La blonde bouge alors il reporte son attention sur elle, juste à temps pour l'apercevoir retirer ses vêtements, les uns après les autres, les déposant au sol. Surpris voire même choqué au début, le Weasley finit par détourner le regard, par pudeur, peu enclin à se rincer l’œil. Il ignore le but de la manœuvre mais si c'est une nouvelle forme de torture, elle est bien étrange... Ses joues ne rosissent pas vraiment, mais on peut lire la gêne dans chacun de ses gestes. Il refuse de la regarder, gardant les yeux obstinément fixés sur le sol, reculant de quelques pas quand il la sent approcher, son dos heurtant un tronc d'arbre qui le force à s'arrêter... Elle se colle contre lui, attrapant ses lèvres entre les siennes et le voilà qui proteste à nouveau, ses iris s'habillant d'un voile alors qu'il recule sa tête, murmurant. « Hazel, non... » Mais elle ne l'écoute pas, se fout bien de savoir s'il est d'accord ou si elle est d'accord, embrassant de nouveau sa bouche sans lui laisser d'autres choix. Elle se blottit davantage comme il tente de lui échapper, ses doigts venant caresser son pantalon et le faisant se tendre aussitôt. Sa main se fait plus aventureuse et la voilà déjà qui se glisse à l'intérieur de son vêtement, se saisissant de sa virilité sans la moindre pudeur. Il rougit brusquement, retenant un grondement étouffé. « Please, stop... » qu'il siffle entre ses dents serrées. « Je n’ai même pas l’impression de lui forcer la patte à la petite… c’est… ennuyeux… » reprend le mangemort. Il l'avait presque oublié mais nul doute qu'il semblait apprécier le spectacle. Sans doute un peu trop... Il la repousse avec un peu trop de brusquerie sans doute, l'obligeant à cesser de le toucher. Ses joues sont en flammes et ses prunelles lancent des éclairs en direction du Carrow. Il glisse discrètement ses doigts dans ses poches et, même s'il est dépourvu de baguette magique, il a pris ses précautions cette fois, se ravitaillant auprès de Nathaniel d'objets en tous genres. Sa main en extirpe une potion de sommeil qu'il jette aux pieds de la jeune femme en couvrant son propre visage de sa manche pour ne pas respirer les vapeurs qui s'en échappent, faisant vaciller la blonde et la faire tomber au sol, inanimée. Il la rattrape de justesse avant qu'elle ne heurte la terre ferme trop violemment, l'y déposant délicatement avant de se défaire de sa cape et de l'en recouvrir, évitant toujours soigneusement de regarder son corps nu. Une fois fait, il reporte enfin son attention sur le Carrow ; oh ça lui déplait sans doute mais, au fond, il s'en fout pas mal... A pas lents, il se rapproche du mangemort, ses yeux brillants de colère. Il le craint, bien entendu, mais il refuserait toujours de le lui montrer... « Bien... Maintenant que ton jeu idiot est terminé... » Ses doigts viennent attraper le poignet du Carrow avec force pour l'empêcher de lancer un sort. « C'est ma maison. Qu'est-ce que tu foutais à l'intérieur... » C'étaient les ruines de sa maison, certes, mais ces ruines lui appartenaient et elles n'avaient pas vocation à être profanées par ses pieds impies...



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Mer 8 Nov - 22:56

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
D’un air curieux mais visiblement calme, Cadmos observe le petit manège d’Alexander Weasley. Il le laisse faire et son sourire s’étire doucement sur ses lèvres, car à la vérité, le jeu commençait vraiment à l’ennuyer. Il ne doute pas que s’il avait duré encore un peu il aurait fini par passer une lame sur la gorge de la jeune fille et déverser son sang sur le torse nu du phénix. L’image est belle, la scène est intéressante, mais à bien y penser, il préfère encore quand ils ne sont que tous les deux. Cela lui donne plus de liberté, moins cette impression d’être épié. Cadmos aime l’obscurité parce qu’on peut y faire et y penser ce que l’on veut. La lumière, ça n’a jamais été pour lui. Aidos, oui, parce qu’il est charismatique et qu’il en impose, mais lui est trop sale, trop dérangeant.
Les bras croisés, il le laisse approcher plus qu’il ne devrait. Après tout, il ne sait pas ce qui se passe dans ses poches, pas vrai ? Sur le moment, Cadmos prend des risques, mais des risques limités. Alex n’a pas l’air de lui préparer un coup fourré.
– Bien... Maintenant que ton jeu idiot est terminé...
Il déplie lentement ses mains mais son poignet gauche est attrapé par le Weasley. Comme si ça pouvait l’empêcher de faire quelque chose. Cadmos a un sourire en coin, et penche la tête.
– C'est ma maison. Qu'est-ce que tu foutais à l'intérieur...
Un petit silence passe, comme un ange dans le ciel – et quelle gueule il a cet ange ? Certainement pas un chérubin. Le mangemort penche la tête alors que ses yeux cramoisis semblent le dévorer tout entier. Il pourrait vraiment le dévorer si seulement il n’y avait pas une barrière invisible entre eux, une barrière pourtant visible et flagrante dans les yeux de Cadmos.
– Comme toi. Je ressassais le passé.
Ses yeux vont chercher le corps nu mais endormi d’Hazel sur le sol. Il guette en silence alors que l’atmosphère se réchauffe doucement, la tension retombant – du moins chez le mangemort. Ils ne sont enfin plus que tous les deux. A cette idée, il se redresse un peu, laissant toujours son poignet à la prise du Weasley. Il lève sa main, venant effleurer du bout de ses doigts noircis le front d’Alex, contournant petit à petit son arcade, sa joue puis finalement son menton franc. Il le toise comme on toiserait un enfant, mais cela fait longtemps qu’ils n’en sont plus. Les paupières de Cadmos sont plus lourdes qu’à l’accoutumée ; il le regarde les yeux mi-clos, ses paupières faisant ombrage sur ses pommettes.
– Tu devrais te douter que je rôde dans ses ruines, que mon ombre en fait partie, qu’il y a mon empreinte sur chaque brique. Je fais partit de ton passé que tu le veuilles ou non, et je ferais partit de ton futur.
Un petit sourire en coin, il glissa finalement sa main au niveau de sa gorge, les écartant comme s’il voulait l’étrangler mais il n’en fait rien. Ils sont là, simplement, ses doigts collés à sa peau. Une brûlure n’aurait pas un effet différent mais il y tient, à cette proximité, à cette chaleur. Les derniers jours avec Cassiopée ont été difficiles, douloureux, pour lui surtout, pour elle peut-être. Il ignore pourquoi mais elle le presse de tuer Alexander Weasley. Quand il lui demande pourquoi, elle s’offusque, pleure et hurle qu’il ne comprendrait pas.
Oui, c’est vrai. Il ne comprend pas tout Cadmos Carrow, mais il peut comprendre si on prend le temps de lui expliquer. De lui expliquer pourquoi il n’arrive pas à serrer sa main, à mettre fin à ce cortège de douleur qu’il traîne sur ses épaules depuis plus de dix ans.
Il y a un petit silence, durant lequel il perçoit le ressentiment mais aussi la peine d’Alex. Il ne peut s’empêcher de sourire, un air joyeux sur les lèvres :
– Tu sais, c’est pour toi que je l’ai fait. Tu n’as jamais été aussi fort que depuis que tu es seul, Alex. Je t’ai retiré tous ses poids qui alourdissaient tes ailes. Tu n’as plus rien à perdre. Tu es libre. La dernière chose qu’il te reste, c’est moi, il a un petit rire, un but, un objectif qui encombre toutes tes pensées, à chaque minute, à chaque seconde. Toi, et moi. C’est tout ce qui reste et tout ce qui importe, pas vrai ?
Les yeux de Cadmos brillent d’une lueur aussi sombre que malsaine. Malade, oui, comme tous les Carrow, mais persuadé de ce qu’il avance. Il n’a pas tué par plaisir – il en éprouve bien sûr mais il ne se serait jamais donné autant de mal alors même que les Black lui apportent tout ce dont il a besoin – il a tué pour ça. Pour ce moment.
Pour les affrontements, pour leurs duels, leurs discussions le soir, pour la haine, la colère… pour que quelqu’un ressente quelque chose – enfin – de vrai, de fort, de violent pour lui.
Autre chose que du mépris. Du dégoût. De la pitié.
De la putain de pitié.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Jeu 9 Nov - 22:34

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Un dernier coup d’œil pour s'assurer qu'Hazel allait bien et le voilà qui revient à la charge, attaquant le Carrow, à sa façon. Il le confronte, se saisissant de son poignet pour éviter tout geste malheureux. Il se doute que ça ne changera pas grand chose si le mangemort souhaite malgré tout s'en prendre à lui... Il lui pose la question, celle de savoir ce qu'il faisait chez lui, à hanter les ruines qu'il avait lui même provoquées en y mettant le feu, cette fameuse nuit... Les prunelles de Cadmos luisent d'une lumière étrange qui le fait déglutir avec difficulté. « Comme toi. Je ressassais le passé. » Ses prunelles bleues ne quittent pas le Carrow du regard, cherchant dans ses iris des réponses aux questions qu'il se pose silencieusement. Quand il voit les doigts de son aîné avancer vers lui, il serre les dents, provoquant cette fossette contrariée au creux de sa mâchoire, mais il ne bouge pas, sa propre main toujours accrochée à son poignet. Sa propre étreinte sur son bras se resserre avec force, ses doigts se crispant sur sa peau à mesure que Cadmos effleure la sienne. Les phalanges du mangemort viennent toucher son front, descendant le long de sa joue pour finir sur son menton ; si Alexander ne comprend pas la raison de ce geste, il ne l'en crucifie pas moins du regard, juste pour avoir osé. Le Carrow n'est pas un chat et lui-même n'est pas une putain de souris alors pourquoi s'obstine-t-il à jouer sans jamais le croquer vraiment ? « Tu devrais te douter que je rôde dans ces ruines, que mon ombre en fait partie, qu’il y a mon empreinte sur chaque brique. Je fais partie de ton passé que tu le veuilles ou non, et je ferais partie de ton futur. » Il gronde à voix basse, comme un chat en colère à l'entendre se vanter, presque, d'avoir mis à bas la maison de son enfance, d'avoir brûlé chaque poutre et ses parents aussi, à l'intérieur. Les doigts noircis viennent se poser sur sa gorge et sa respiration s'accélère davantage, sa pression sur le poignet de Cadmos se faisant encore plus forte, en guise d'avertissement, comme une extériorisation de son inquiétude aussi. Il s'attend à ce qu'il serre, lui aussi, à ce qu'il tente de l'étrangler ou, au moins, qu'il gêne sa respiration comme un moyen débile d'asseoir un semblant d'autorité ou de domination, peu importe ce qu'il souhaitait, mais il n'en fait rien, le Carrow. Ses doigts demeurent juste posés là, brûlant la peau du rouquin presque aussi fort qu'une flamme. Il lui en veut, pour sûr, de tout ce qu'il lui a pris, de tout ce qu'il lui prendra sans doute encore pour mieux le mettre à genoux. « Tu sais, c’est pour toi que je l’ai fait. Tu n’as jamais été aussi fort que depuis que tu es seul, Alex. Je t’ai retiré tous ces poids qui alourdissaient tes ailes. Tu n’as plus rien à perdre. Tu es libre. La dernière chose qu’il te reste, c’est moi... » Le mangemort rigole et lui, il perd pied quelques secondes, devant l'énormité de ce qu'il essaie de lui faire avaler. Il l'avait fait pour lui ? Une gigantesque plaisanterie qu'il annonçait là, à n'en pas douter... « Un but, un objectif qui encombre toutes tes pensées, à chaque minute, à chaque seconde. Toi, et moi. C’est tout ce qui reste et tout ce qui importe, pas vrai ? » Il serre les dents, le Phénix, dissimulant bien mal la colère qui bouillonne dans ses veines. « Il n'y a pas de toi et moi... » qu'il gronde, agacé de le voir utiliser de tels raccourcis... « Tu ne m'as pas rendu libre, Cadmos... » Il pourrait lui dire qu'il l'avait rendu misérable et seul, qu'il l'avait presque brisé, qu'il avait souhaité la mort bien plus de fois qu'il ne saurait le compter et que c'était pour cette raison qu'il était le premier à se jeter dans la bataille. Il n'avait pas peur de mourir, au fond, peut-être même qu'il n'aspirait qu'à ça. Oui, il aurait pu lui dire mais à quoi bon ? Lui donner plus de pouvoir qu'il n'en avait déjà sur lui n'était pas franchement dans ses objectifs... Mais il avait raison sur d'autres points, au moins. Oui, il obsédait ses pensées et une grande partie de ces dix dernières années avaient été consacrées à de multiples tentatives ratées d'avoir sa peau. Une grande partie de ses nuits était, elle, hantée par des cauchemars dans lesquels il apparaissait systématiquement. Il se réveillait parfois en sursaut, le corps baigné de sueur, en hurlant le prénom du mangemort, comme si cela pouvait changer les horreurs qu'il revivait dans ses rêves... « Je t'accorde toutefois un point... » Avec la vivacité d'un félin, sa main libre se saisit de celle de Cadmos toujours posée sur sa gorge, s'en libérant avec facilité et lui balançant un coup de poing bien tassé dans la mâchoire. Son autre main, elle, ne s'est pas défait de l'emprise sur le poignet du mangemort et, comme il le repousse contre les ruines branlantes de sa maison, il frappe à plusieurs reprises le membre du Carrow sur le mur de briques pour lui faire lâcher sa baguette. « ...je suis effectivement plus fort, maintenant... » Plus en colère aussi... Et il entendait bien le lui montrer...



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Sam 11 Nov - 1:30

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
– Un but, un objectif qui encombre toutes tes pensées, à chaque minute, à chaque seconde. Toi, et moi. C’est tout ce qui reste et tout ce qui importe, pas vrai ?
Il le regarde, avec un peu l’espoir d’y trouver une sorte d’approbation sur le moment, un « merci » peut-être même, mais ce n’est qu’une illusion. Vite déçu, le mangemort penche la tête, il ressent la colère qui gronde chez le Weasley mais pour une fois, il ne fera rien. Il se tait, simplement, l’observe de ses pupilles cramoisies qui brillent à l’ombre des arbres.
– Il n'y a pas de toi et moi... Tu ne m'as pas rendu libre, Cadmos...
– On est libre seulement quand on n’a plus rien…
Il le lui murmure du bout des lèvres. Il aimerait le rassurer, lui dire qu’il est loin de n’être qu’un misérable, qu’une pauvre âme brisée. Non, bien sûr qu’il est plus. Qu’il est tellement plus que ça. C’est en silence qu’il dévore une à une ses pensées. Le vent siffle entre les troncs, mais il ne tremble pas, il est calme comme un homme qui sait qu’il ne craint rien. Il est pourtant fatigué, il serait si simple de l’abattre maintenant. Cadmos ignore s’il en serait triste ou non. La mort viendra tôt ou tard pour lui. Tôt n’est peut-être pas le mieux, mais tard non plus.
Le Carrow gronde doucement, un sourire malsain se dessinant sur son visage qui s’illumine. Il vient tout juste de capter les dernières pensées du phénix, et tout devient très clair devant lui. Il capture ces moments solitaires, où Alex a pu se réveiller, seul dans son lit, en sueur, en peur. Il le craint, oui, et pourtant il ignore que Cadmos serait incapable de le tuer, ou presque. Il pourrait, à n’importe quel moment, mais il n’en a pas envie.
Il a envie de l’entendre crier son nom, car au final, à la toute fin du jeu, c’est le nom qu’il finirait par appeler quand terrifié la Mort se présentera à lui. Comme cette fois où Goyle le tenait en joue, où il était si près de mourir… Où sa gorge était baignée de sang et où il était si faible, si… offert
– Je t'accorde toutefois un point...
Quand le poing lui arrive dans la mâchoire, Cadmos grogne. Il redescend aussitôt sur terre, n’oubliant pas de toiser le Weasley de toute sa hauteur, fronçant les sourcils. Il ne faudrait pas non plus abuser des bonnes choses, pense-t-il, mais il recule, suivant le geste qu’on lui impose. Il pourrait résister mais cela demanderait des efforts et ce soir Cadmos Carrow est fatigué, les épaules lourdes de ses quarante-sept dernières années. Il grogne, et cherche à résister. Son poignet lui fait mal, il lâche instinctivement sa baguette, avant de jeter un sale regard à Alexander.
– ...je suis effectivement plus fort, maintenant...
– Ah oui ? Cadmos rit, d’un rictus mauvais, et tu crois que ça va… suffire ?
Comme il dit ça, il le repousse d’un coup sec, l’attrapant par le col. Il ne lui faut pas cinq secondes pour le retourner et le coller à son tour contre le mur en brique. Il ricane de nouveau, avant de finalement le décoller et l’envoyer de nouveau contre le pan de mur branlant. Cette fois, il le lâche d’ailleurs, et le regarde emporter les quelques briques qui avaient du mal à tenir. Il le darde d’un regard amusé et joueur, mais il ne bouge pas. Il est plus lent, Cadmos, il aime que les choses viennent à lui.
C’est un félin nonchalant, un lion impérial à la crinière sombre. Il laisse d’ailleurs – dans sa grande bonté – Alex se relever. Il lève légèrement son menton, prenant un air narquois :
– Allez, debout. Montre-moi ce que tu sais faire. Montre-moi combien je t’ai réussi…
Le rire de Cadmos résonne dans les ruines. Il se déplace, lentement, à l’intérieur, passant par l’ancienne porte qui donne sur un couloir. Le bois du parquet a été rongé par les flammes, il fait donc attention à ne pas tomber dans un trou. Calmement, les mains le long du corps, sa cape ondulant dans son dos, il avance. Il est une Ombre parmi les ténèbres environnantes. Il ignore où se trouve à ce moment Alex, mais il le sait assez en colère pour venir le chercher, et c’est parfait.
Il sait exactement quoi faire pour attiser sa colère, aussi naturellement il se dirige vers le salon. C’est qu’il les a tués.
– Finalement, je ne me sens vraiment vivant que quand… tu me détestes.
Un petit murmure qui meurt sur ses lèvres alors qu’il se retourne. Sa cape forme comme une longue ombre longiligne. Cadmos a un sourire en coin, alors qu’il darde Alex qui vient d’apparaître dans l’encadrement défoncé de l’ancienne porte :
– Je suis ton Cauchemar, Alex ?
Il a une pointe d’excitation à l’imaginer.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Lun 13 Nov - 18:34

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il lui balance son poing dans la figure et Merlin ce que ça fait du bien, un bien fou même, il en vient presque à se demander pourquoi il n'a pas fait ça plus tôt... Ses doigts serrent son poignet, le frappant contre le mur de toutes ses forces, éprouvant une joie presque malsaine en le voyant lâcher sa baguette. Pour une fois, ils étaient à égalité, ou presque ; c'est ce qu'il se dit quand la baguette tombe au sol et qu'il donne un coup de pied dedans pour la projeter plus loin. Il en viendrait presque à se vanter un peu, à jouer les fanfarons, sans imaginer qu'il puisse le regretter par la suite. « Ah oui ? Et tu crois que ça va… suffire ? » Il ne s'attendait pas vraiment à ce qu'il se laisse faire mais il n'avait pas vu la riposte aussi rapide. Cadmos était plus vieux, moins fort sans doute, et Alexander ne l'avait jamais vu sans sa baguette, il ignorait donc bien ce qu'il valait par la seule force de ses poings. Il ne tarde pas à le réaliser comme le Carrow le repousse brutalement, l'attrapant par le col pour le renvoyer s'écraser contre le mur déjà mal en point. Il grimace comme son dos rencontre douloureusement les briques une seconde fois, passant à travers le mur qui s'effondre sous son poids. Il tombe au sol dans un fracas de pierres et de poussière, grondant comme un chat en colère... Il met de longues minutes à se redresser, émergeant des décombres. « Allez, debout. Montre-moi ce que tu sais faire. Montre-moi combien je t’ai réussi… » Combien tu m'as réussi? Il gronde comme Cadmos ose avancer qu'il est celui qui l'a façonné, celui qui l'a construit. Il ne réalise pas à quel point c'est vrai, quand bien même il le nie de toute la force de sa volonté... Il se relève lentement, entendant le rire du mangemort sans parvenir à déterminer où est-ce qu'il se trouve. Ses prunelles claires cherchent aux alentours, comme il époussette rapidement ses vêtements, passant une main rapide dans ses boucles rousses. Le Weasley pénètre dans la bâtisse qui fut son ancienne maison. Il n'y a beau en rester que les murs, il connait chaque recoin par cœur, il pourrait retracer le chemin menant à chaque pièce les yeux fermés. Il finit par le retrouver, planté là, au milieu de l'ancien salon, lui tournant le dos, tandis qu'il apparaît lui-même dans l’entrebâillement de la porte... Ses doigts se posent sur le chambranle en bois, le caressant presque amoureusement.« Finalement, je ne me sens vraiment vivant que quand… tu me détestes. » C'est tout ce qu'il trouve à lui dire comme il se retourne, son sourire en coin lui donnant envie de lui éclater la gueule à grands coups de bottes. Ses doigts se resserrent avec force sur le bois, ses jointures devenant blanches à force d'être crispés. Il devait se sentir vivant à longueur de temps, alors... « Je suis ton Cauchemar, Alex ? » Il cille nerveusement, sa respiration s'arrêtant quelques secondes, comme il défaille presque. Le rouquin sait très bien qu'il ne peut pas lui mentir, quand bien même il le voudrait ; Cadmos peut s'infiltrer dans toutes ses pensées, les fouler au pied sans la moindre gêne et ouvrir toutes ses serrures, lui arracher tout ce qu'il aurait tant voulu cacher... « Tu sais lire dans les pensées, pas vrai ? » qu'il gronde en fixant un pan de mur légèrement à la gauche du mangemort, les mâchoires crispées. « J'imagine que tu as déjà ta réponse alors... » Il ne le dit qu'à demi-mots parce que l'idée de l'énoncer à voix haute le répugne, lui qui fait toujours au mieux pour dissimuler ses faiblesses. De toutes ses défaillances, Cadmos était sans doute la pire... « Tu as besoin que je sois plus près ? Tu veux le voir dans mes yeux ? » Il approche à pas lents, pas menaçant en apparence comme il fait attention à où il met les pieds, évitant les gravats et les planches vermoulues. Ce n'est que lorsqu'il arrive devant le Carrow, proche, sans doute trop proche, qu'il relève le regard vers lui. Il ne lui laisse pas bien longtemps pour décrypter le bleu froid de ses prunelles que, déjà, son front vient cogner sur le visage du mangemort, lui éclatant le nez au passage. Le sang coule sur le bas de son visage et il ricane, le rouquin, presque heureux de prendre sa revanche sur lui. Un peu. Un tout petit peu... Un bref instant, il lui semblerait presque que les rôles ont été échangés et il en éprouve une satisfaction presque sadique qui ne devrait pas être la sienne, pas du tout... Il hausse un sourcil, ses doigts venant passer sur le menton du mangemort pour en recueillir le sang, l'imitant à la perfection. « C'est ça qui t'excite, mh ? » Toutefois, quand il observe ses phalanges ensanglantées, il ne peut se résoudre à les porter à ses lèvres, comme il l'aurait fait et il finit par les essuyer dans sa manche, avec une grimace de dégoût. Il remue la tête, reculant d'un pas avant de revenir à la tâche, le poussant brusquement pour qu'il rencontre violemment le mur le plus proche... Il ne faisait que rendre qu'une partie de ce qu'il lui avait donné...



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Lun 13 Nov - 20:11

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
L’obscurité dans laquelle Cadmos est plongée est une armure. Elle cache les blessures mais aussi l’immondice qui le composent. Il aime le noir, il aime cette atmosphère qu’il trouve rassurante, ce monde dans lequel il peut être lui et seulement lui. Dans les yeux d’Alex, il observe son reflet. Il a vieilli Cadmos Carrow, il le sent, ses jointures craquent. Il est encore musclé comme à la belle époque, mais son corps s’essouffle. Il le toise, implacable pour le moment. Il pourrait le faire plier mentalement, parce que finalement, la plus grande force du mangemort, c’est son esprit d’acier, sa volonté de fer.
Il se sent fort, Cadmos, il se sent inviolable, intombable. Il sait que c’est dangereux. A son épaule est accroché un démon qui a le rire mauvais et qui lui murmure toujours « memento mori », mais il n’a pas peur de la mort. Il n’a peur de rien, car la peur n’évite pas le danger – et qu’il est le danger.
– Je suis ton Cauchemar, Alex ?
Il a besoin de l’entendre, que ce soit en pensée ou de ses lèvres. Besoin d’entendre qu’il le déteste autant qu’il le craint. Ensemble, ils partagent quelques choses, des pensées, des souvenirs, du sang, beaucoup de sang.
Cassiopée lui avait dit un jour, assise sur le grand canapé du salon, alors qu’ils étaient jeunes mariés : « – un jour Cadmos, tu trouveras des boucles rousses plus jolies que les miennes – tu dis ça car je suis trop proche des Macmillian ? Elle avait laissé un silence, avant de murmurer : – tu sais, ce n’est pas grave que tu le prennes comme ça, parce que si tu le prenais plus au sérieux, ça deviendrait dangereux… pour toi et moi ». Elle avait un regard tellement sérieux… Il avait dû lui rire au nez à l’époque, parce qu’il était jeune, qu’ils avaient des enfants et qu’il n’imaginait pas sa vie autrement qu’à jamais auprès d’elle – à côté d’elle. Maintenant qu’il observait Alexander, il se demandait si c’était de ça dont elle avait parlé. Pourquoi ce souvenir ne revenait que maintenant ? C’est ridicule. Alex c’est différent, ce n’est pas comme avec Cassiopée. De quoi a-t-elle peur ? Qu’il aime un homme ?
Il ricane à cette pensée. Non. Jamais. Il ne s’intéresse pas à ça.
Et puis quoi ? Est-ce qu’il l’a seulement aimé – elle – un jour ? Aimer… Le mot lui semble si lointain, et pourtant à portée de main. Il aime être le Cauchemar d’Alexander, il aime le faire frissonner, tantôt le torturer, tantôt le faire rougir. C’est tout ce qu’il aime, créer la confusion, se nourrir de ses sentiments à forme de vagues. Il aimait quand Cassiopée le regardait amoureusement, qu’elle le trouvait beau et qu’elle se sentait en sécurité dans leur nid. Il avait construit chaque pierre pour elle. Il avait amené dans son foyer tout ce qu’elle avait toujours désiré.
Pourquoi est-ce que tout était si compliqué aujourd’hui ?
Pourquoi est-ce qu’il était si fatigué ?
– Tu sais lire dans les pensées, pas vrai ? J'imagine que tu as déjà ta réponse alors...
Cadmos siffle doucement, et même s’il capte la pensée volante et légère d’Alex, il n’arrive pas à s’en réjouir. Il y a quelque chose en lui qui le dérange, un serpent rampant au fond de son estomac qui envenime tout ce qu’il pense, tout ce en quoi il croit. Il fronce légèrement les sourcils, penchant la tête en guettant le pas lent du roux qui revient vers lui. Il se tend légèrement.
– Tu as besoin que je sois plus près ? Tu veux le voir dans mes yeux ?
Il ne dit ni ne fait rien Cadmos. Il observe seulement, comme s’il n’était plus acteur mais un simple spectateur. Il sert légèrement les dents alors que ses iris cramoisies se fondent dans ses prunelles. Malgré sa longueur d’avance naturelle, il ne voit pas le coup venir. Surpris, il entend le son que fait ses os jusque dans ses tempes alors qu’il recule de quelques pas, plaquant aussitôt ses doigts sur son cartilage sanguinolent. Il a entendu ses nasaux. Il a cru entendre plus que ça.
Quelque chose en lui vient de casser. Une barrière ? Un rempart ? Quelque chose de dur et de lourd qui le retenait jusqu’à maintenant. Quand il écarte ses doigts, il sent sur ses lèvres le flot inconstant et chaud de son propre sang. Son goût métallique est amer. Il est aussi acide que lui. Il a un petit rire à cette pensée. Son sourire carnassier n’effraie pas Alex qui s’approche de nouveau, pour plonger ses doigts sur sa peau. Il frissonne. Excitation.
C’est un coup dans le rempart, de nouveau. Quelque chose qui déraille. Putain, il vient d’où ce son ? On dirait un grognement, et ça a l’air de venir du plus profond du buste du mangemort.
– C'est ça qui t'excite, mh ?
Les iris rétrécies témoignent de l’état dans lequel est plongé Cadmos. En face d’Alex, c’est un prédateur qui se tient. Un prédateur qui s’éveille doucement. Qui se laisse faire, maltraiter, parce qu’il faut parfois accepter de perdre un peu pour gagner plus. Son dos rencontre les briques, et ses omoplates douloureuses lui rappellent son âge, mais sa tête lui fait tout oublier.
Qui il est, qui ils sont, pourquoi il se tient comme ça, face à lui, si proche et si lointain à la fois. Cadmos pourlèche ses lèvres, recueille son propre sang chaud avec une indécence qu’on ne lui connaît que dans les moments intimes, et il rit. Il rit au nez et à la barbe du rouquin, parce qu’il lui semble que même contre ce mur, même avec ce nez en sang, il est toujours le dominant. Le maître.
Alex ne peut pas gagner si le jeu n’appartient qu’au Carrow, pas vrai ?
De nouveau il se lèche les lèvres, peu inquiété par l’état général de son visage à ce moment-là.
– Tu me chauffes, Weasley ? Tu sais pourtant qu’il ne faut pas jouer avec le feu quand on a peur...
De nouveau, le fauve attaque. Cadmos étire son bras et sans aucune douceur il l’attrape par les cheveux, l’attire à lui pour venir grogner comme un félin sur son menton.
– … de l’incendie.
Il rit de nouveau, ses dents rougis par le sang apparaissant, prêtes à mordre, mais ce n’est pas ce qu’il fait. Au dernier moment, comme pris d’une nouvelle lubie, il pivote et envoie de toutes ses forces le visage du Weasley dans le mur. Se décalant pour le bloquer, pressant contre son dos, il maintient ce visage contre la brique rouge. C’est joli, ces nuages de roux et de carmin.
Il renifle un peu, sent le sang qui glisse dans sa gorge, et ricane à l’oreille d’Alex qu’il accule tout entier sans plus lui laisser aucune porte de sortie. Lentement, il a l’air de se calmer. Cadmos relâche en effet les cheveux, mais c’est pour mieux venir attraper le poignet de sa proie et la lui bloquer dans le dos.
De son autre main libre, alerte, il tire de son manteau un petit canif papillon. Une petite pression sur le bouton d’argent le déplie ; c’est une jolie lame aiguisée, neuve ou presque visiblement. Elle n’a peu ou jamais servie à la voir brillante dans la pénombre. Il l’avance sans trembler vers la joue du phénix, avec un petit rire narquois.
– Et maintenant que je suis… excité
Il rit de nouveau, d’un rictus malsain, la lame glissant doucement le long de la nuque d’Alex. Il dessine dans son dos des ailes d’ange, reculant juste le buste pour avoir la vue sur la chute de ses hanches. Du bout de la lame, il relève d’ailleurs le t-shirt de l’homme, la pointe affutée effleurant dangereusement l’épine dorsale du roux.
– … qu’est-ce que tu vas bien pouvoir faire pour me satisfaire, Weasley ?
S’il ne pense sur le moment à rien de bien sexuel, il est vrai que son air de le dévorer du regard est tendancieuse. Alex ne saurait cependant se tromper, ou se l’imaginer car les hanches du mangemort sont si pressées contre son jeans qu’il ne pourrait se cacher longtemps.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Lun 13 Nov - 20:21

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Ce qui lui prend, de jouer ainsi avec le feu, tel Icare se rapprochant trop près du soleil, il n'en sait foutrement rien. Peut-être qu'il est en colère, peut-être qu'il se sent capable de le battre, pour une fois, maintenant qu'ils sont à armes égales... Ou presque. Il se réjouit déjà bien, intérieurement, d'avoir réussi à l'atteindre, d'être parvenu à le faire saigner, même si ce n'était pas grand chose en vue de tout ce que lui lui avait déjà fait subir... Cadmos semble s'en moquer et il aurait été presque déçu, le rouquin, qu'il en soit autrement ; après tout, il était un adversaire bien plus coriace que ça... « Tu me chauffes, Weasley ? Tu sais pourtant qu’il ne faut pas jouer avec le feu quand on a peur... » Il le voit bouger et il recule à son tour mais son pas se fait un peu trop hésitant, peut-être, et le Carrow n'a aucun mal à se saisir de sa tignasse rousse, le forçant à se rapprocher de lui, comme il se fend d'une grimace contrariée alors qu'il l'attire à lui. «… de l’incendie. » Il rit, une fois de plus, et il a l'air effrayant, avec cette lueur folle dans ses yeux, ses dents rougies par le sang et l'air cruel à souhait... Il n'a pas le temps de faire quoi que ce soit que le mangemort l'envoie déjà valser dans le mur duquel il venait tout juste de se détacher, son visage s'écrasant douloureusement contre les briques, lui arrachant un grondement de douleur qu'il ne retient même plus. A quoi bon ? Sa pommette a dû éclater sous l'impact, comme il sent le sang chaud couler le long de sa joue et de sa gorge, pour le plus grand plaisir du Carrow et de son obsession dérangeante pour le précieux liquide carmin. Il le sent tout contre lui, l'empêchant de bouger, son corps bloquant le sien malgré ses tentatives de résistance pour tenter de se dégager. Quand il relâche ses boucles ce n'est que pour mieux se saisir de son poignet qu'il vient remonter dans son dos, lui retirant définitivement toute possibilité de fuite. Il siffle de frustration, de colère aussi de le sentir si proche, ses muscles tellement collés à son corps qu'il pourrait presque les dessiner les yeux fermés. Fermer les yeux, c'est d'ailleurs ce qu'il fait quand la lame sortie de nulle part du mangemort vient glisser contre sa joue. Il n'a pas besoin d'être voyant pour deviner que bien que petite, elle est tranchante à souhait et qu'elle pourrait bien entailler sa peau s'il s'avisait de bouger. Il s'astreint à demeurer immobile, quand bien même c'est absolument contre nature pour le chien fou qu'il est, les dents serrés et le cœur battant à tout rompre... « Et maintenant que je suis… excité… » Il savait bien ce qui lui faisait de l'effet, depuis le temps. Un effet malsain et incompréhensible ; son sang, le sang en général, avait le don de déclencher chez lui d'étranges réactions. Comme la lame glisse le long de sa nuque, puis de son dos, il se demande un instant si c'est ainsi qu'il va finir, à se vider de son sang, la gorge tranchée par un couteau acéré, sur le sol de son ancien salon. Une boucle bouclée, ou presque... Ses paupières se rouvrent en sentant la pointe du canif remonter légèrement son t-shirt avant de se déposer sur sa colonne vertébrale, petite piqûre pas encore douloureuse mais suffisamment désagréable pour qu'il grimace... «...qu’est-ce que tu vas bien pouvoir faire pour me satisfaire, Weasley ? » Il tressaille malgré lui, la lame griffant sa peau sur un centimètre à peine, coupure légère. Sorry, what ? Qu'est-ce qu'il était en train de lui demander là, au juste ? Il lui suffit de se concentrer sur le contact entre leurs deux corps pour deviner que son excitation est toute autre que celle à laquelle on aurait pu s'attendre. Nulle raideur contre ses cuisses et il en éprouve un soulagement indicible, son visage se détachant du mur pour lui jeter un rapide coup d'oeil en biais. Ses mouvements sont affreusement limités, il en est plus que conscient. « Je... » Il siffle entre ses dents, parce qu'ouvrir la bouche le fait un peu souffrir, sans doute dû aux futures tuméfactions de son visage... Il ne sait même pas quoi lui répondre ; il sait surtout que s'il ne répond rien, s'il ne fait rien, Cadmos est bien capable de le tuer, juste parce qu'il l'aura contrarier. Et en l'état actuel des choses, il n'était pas vraiment dans son intérêt de se mettre le mangemort à dos, sans mauvais jeu de mots... C'est presque sans réfléchir qu'il soupire, son corps se décollant brusquement du mur vers la droite, le couteau s'enfonçant dans le bas de son dos avec force. Absolument volontaire de sa part, lui qui avait même réussi à éviter que la lame ne vienne se planter dans son épine dorsale. Il gronde, les larmes lui montant aux yeux et la douleur lui coupant le souffle un bref instant. Il sent la sueur venir habiller ses tempes et son cœur risque fort de bondir hors de sa poitrine tellement il bat fort, sous l'effet de l'adrénaline. Le sang coule suffisamment pour qu'il le sente dévaler son aine et tâcher son pantalon. Sa peau es poisseuse d'hémoglobine et son t-shirt y colle de façon désagréable. « C'est ce que tu voulais, pas vrai ? » Question rhétorique. Sa réponse, il l'avait déjà...




THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Lun 13 Nov - 22:21

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
– … qu’est-ce que tu vas bien pouvoir faire pour me satisfaire, Weasley ?
Quand il le lui murmure, il a bien envie qu’il pense à tout sorte de torture, pourtant la première pensée qui le traverse paralyse quelques secondes le mangemort. Sa lame vacille sur la peau mais ne tranche pas. Il hésite, et Alex ne peut pas le voir, mais derrière ses mèches sombres on pourrait presque voir un léger rosissement de ses pommettes.
Elles ne sont pas aussi rouges que celle du Weasley – rouge sang – mais elles sont atteintes de quelques chaleurs étranges. Par quel diable peut-il penser… à ça ? Le Carrow détourne le regard, jetant un œil aux alentours, mais il n’y a personne. Ils ne sont que tous les deux et personne ne viendra les déranger. Aussitôt alors, il chasse ses vilaines pensées et continue son jeu. Il souffle doucement, l’odeur du sang excitant ses sens. Il exulte de l’intérieur. Il se retient cependant. Etre trop pressé gâcherait beaucoup.
– Je...
Un sourire mûrit sur les lèvres de Cadmos. Il pense qu’il pourrait le tuer s’il le contrarier ? Non. Il ne pourrait pas. Il l’ignore et c’est très bien, car ça lui laisse encore du pouvoir, et c’est tout ce qu’il désire. Du pouvoir – plus encore, de l’emprise sur ce tout petit désastre qu’il fait naître entre ses mains. Il se pourlèche de nouveau les lèvres, le sang n’a pas arrêté de couler.
Pendant ce laps de temps où il arrête tout, pour ne plus que se concentrer sur le sang qui glisse entre ses dents, Weasley bouge. Il ajuste sa prise sur la lame mais s’étonne ; au lieu de la fuir, Alex s’est tout simplement empalé de lui-même sur la lame. Le sang jaillit, mais Cadmos ne la retire pas. Avec un regard ahuri, il la regarde, la jauge. Est-ce que c’est une illusion – encore un piège ? Il retient sa respiration. Sa poitrine est douloureuse.
– C'est ce que tu voulais, pas vrai ?
Il reste un long moment silencieux, la lame toujours logée dans la chair du Weasley. Il essaye de comprendre, pourquoi, à quel moment… Il relève doucement ses yeux cramoisis – difficilement – vers Alex et il esquisse le sourire le plus fou et le plus amoureux du monde. Ces deux sentiments peuvent cohabiter sur son visage illuminé.
– Tu…Tu as vraiment fait ça ?
Il pourrait hurler de rire mais au lieu de ça il ricane comme à son habitude, retenant un peu sa voix. Il secoue la tête en se mordant la lèvre, comme si on venait de lui faire le cadeau de sa vie. Il inspire profondément, cherchant visiblement à calmer ce qui le submerge sur le moment. Il goutte pour une rare fois à cette osmose entre ses désirs et la réalité. Bien sûr qu’il ne veut pas tuer Alex – à quoi lui servirait-il mort de toute façon ?
Il grogne tendrement et retire doucement la lame. Il relâche par la même occasion le bras endolori du roux ; il préfère au lieu de le maintenir attraper son t-shirt et le soulever jusqu’à sa nuque, dévoilant entièrement son dos. Le filet de sang glisse sur ses reins et tâche désormais son jeans. La main qui tient toujours le t-shirt appuie désormais – sans lâcher sa prise première – sur la nuque d’Alex, pour le maintenir face contre la pierre.
Dans son dos, il dirige cette fois la lame sur la peau blanche du roux. Il se mord la lèvre, presque à sang, pour ne pas grogner comme un animal. Il tranche d’abord sur son omoplate un C en trois traits qui ne tremblent pas. Le sang coule davantage. Il continue, sert plus fort la nuque quand Alex s’insurge, mais il a besoin de ça, besoin de marquer. Alors plus tard, il trace un A, toujours de trois traits fins qui lacèrent profondément mais pas assez pour tuer ou blesser. Un D suit, en trois traits également, qui ressemble à un triangle. Un mouvement un peu plus rageur pour graver le M et enfin, d’un mouvement de poignet il fait un cercle imparfait et finit par un S sur sa seconde omoplate.
Son dos est un bain de sang poisseux mais tellement attirant.
Terriblement attirant.
Dans un silence religieux, toujours en maintenant sa prise sur sa nuque, il se penche et vient lécher d’un air gourmand le dos de sa proie. Il avale de tout son cœur, soupire contre sa peau, tâche son menton. Petit à petit, il en oublie même de le maintenir vraiment – il ne tient plus que son t-shirt alors qu’il se délecte de ses incertitudes et de son hémoglobine.
Le goût métallique du sang a le même goût que celui de la victoire sur un champ de bataille.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Dim 19 Nov - 11:09

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Le long silence qui suit la lame qui s'enfonce dans sa chair, il ne s'en rend même pas compte. Toutes ses pensées sont concentrées sur la douleur et sur sa respiration à lui. Inspirer et expirer profondément, laisser à son cœur la possibilité de reprendre un rythme cardiaque normal, calmer le bouillonnement douloureux de ses tempes. Les doigts de sa main libre sont crispés sur les briques, à croire qu'il voulait les arracher une par une, ses boucles rousses collent sur son visage, tâchées de sueur et de sang. « Tu…Tu as vraiment fait ça ? » Il ne répond pas parce qu'il n'a pas de réponse. S'il l'avait vraiment fait ? Oui, de toute évidence. S'il y avait une raison ? Certainement mais il ne la connaissait pas. Il avait voulu éviter sa colère, rentrer dans ce jeu qu'il lui imposait sans cesse, pour une fois... Il n'en retire qu'un ricanement et un grondement comme la lame quitte lentement sa blessure, le faisant tressaillir de plus belle, ses dents serrées étouffant un gémissement. Cadmos libère son bras et ce dernier retombe mollement le long de son corps, endolori et bien peu utilisable, pour le moment... Le t-shirt qui se soulève complètement le fait frissonner de froid, sa peau se couvrant d'une chair de poule bien visible tandis que le Carrow maintient de nouveau son visage collé contre les pierres en le tenant par la nuque. La lame remonte doucement, du bas de son dos jusqu'à son omoplate gauche et la voilà qui tranche, le faisant siffler de douleur et de mécontentement. Il ne sait pas ce qu'il trace, il s'en fout à vrai dire, sur le moment, son bras poussant contre le mur pour espérer se dégager, comme il gronde avec force, tel un chien en colère, mais le mangemort tient bon et lui impose l'immobilité. Les coups de lame se poursuivent et se multiplient, chaque trait lui tirant un sifflement douloureux. Bientôt, ce sont ses doigts qui tremblent nerveusement et les larmes viennent de nouveau perler au coin de ses yeux. « Stop... » Le ton est neutre, ni un ordre ni une supplique alors que le Carrow trace son O puis ne mette sa touche finale, le laissant pantelant et le dos ensanglanté. Sa peau le brûle, l'air frais ravivant encore plus les plaies, la couleur a définitivement quitté son visage aussi blanc qu'un linge, si ce n'est pour le sang qui le tâche encore. Son dos n'est plus qu'un tableau abstrait de rouge et de blanc mais il est bien trop rustre pour trouver ça artistique, quand bien même il pourrait le voir... La langue de Cadmos qui vient lécher ses plaies lui arrache un gémissement qu'on aurait bien eu du mal à interpréter. Il le détestait de lui faire ça, comme souvent, de se nourrir de son sang tel un vampire en manque mais pour une rare fois (si on oubliait cette erreur lamentable dans la forêt de Loutry), la sensation était plutôt... agréable... La chaleur de sa bouche apaise malgré elle la vivacité de ses gravures et, s'il tente de s'y soustraire, par principe, comme souvent, il finit bien vite par ne plus opposer la moindre résistance, fermant presque même les yeux, comme s'il appréciait la manœuvre. Ce qui n'était pas le cas. Pas du tout. Il se le répétait en boucle dans son esprit pour que personne ne s'y méprenne mais pouvait-il réellement cacher les vérités de ses pensées à Cadmos derrière des stratagèmes aussi simples ? Peut-être pas... Il sent la prise se relâcher lentement sur sa nuque, petit à petit, à mesure que le Carrow se repaît sur son dos. Il n'imagine pas que le mangemort ait pu le marquer de son prénom, estimant sans doute naïvement qu'il s'était contenté de trancher au hasard mais il ne découvrirait cela que plus tard. Bien plus tard... Un courant d'air plus frais que les autres le sort enfin de sa torpeur et il finit par murmurer, d'une voix presque éteinte. « It hurts... » Un mal de chien, quand bien même il avait connu bien pire que cela... Dans un instinct venu d'il ne sait où, il parvient à le repousser légèrement, se retournant pour que son dos rencontre le mur, l'empêchant de poursuivre sa besogne, son infâme besogne. Il a le souffle court, ses doigts se sont posés sur la blessure de son dos avec délicatesse. « Stop... » Un autre murmure. Il est fatigué, soudainement, lui aussi. Ses prunelles bleues glissent sur le visage de Cadmos. Sur son menton, leurs sangs se mélangent sans doute et il est incapable de mettre un mot sur l'effet que ça lui fait... Il voudrait renoncer, il voudrait que le Carrow cesse de jouer avec lui et le tue mais il sait qu'il ne lui fera pas le plaisir d'accéder à sa requête. Ses pensées volent vers Hazel, sans doute toujours endormie dehors et c'est pour elle, aujourd'hui, qu'il n'a pas le droit d'abandonner. Avec détermination, ses iris se plantent dans ceux du mangemort, tentant, sans grande certitude. « Je t'ai donné satisfaction, Carrow, non ? » Il l'a vu dans ses yeux, son geste ne l'a pas laissé indifférent, c'est une faille à exploiter. « Je peux faire tellement plus, tellement mieux... » Il attend de voir la lueur d'intérêt s'allumer dans les yeux de l'aîné. Oui, il pouvait supporter bien plus et si Cadmos voulait drainer chaque goutte de son sang hors de son corps, il le laisserait faire sans moufter... A une condition. « ...si... » Il penche la tête, il sait qu'il ne va pas apprécier ce marchandage. « ...tu laisses tranquille la gamine. Saine et sauve... » Sa main se tend lentement dans sa direction, prêt à offrir une poignée en guise d'accord tacite. S'il entendait le respecter ? Il l'ignorait encore. Pour l'instant, il ne pensait qu'à sortir Hazel de là. En vie...



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Dim 19 Nov - 17:31

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
– It hurts...
Cadmos se pourlèche les lèvres avant de relever un regard interrogateur à Alex qui déjà le repousse légèrement. La tête lourde, il se laisse faire, les deux mains plaquées de chaque côté, contre le mur. La lame brille toujours, gouttant, mais il ne bouge pas. Son regard cramoisi rencontre les prunelles bleu de glace du Weasley. Il halète doucement, le menton rougi. Il a ce petit air sauvage sur le visage qui le rajeunit peut-être de dix ans. Cet air fou aussi qui l’anime. Il a envie de mordre.
Et il faut avouer que les pensées du Weasley remplissent son crâne. Il a beau ne pas vouloir y penser, il ne peut pas s’empêcher de l’imaginer en sueur, le dos parcourus de frisson. Un mélange étrange de souvenirs et de rêve, de ce que Danaé a laissé et de tout ce qu’il a rêvé. Du sang teinte ses songes venus d’ailleurs, et il y prend un certain goût.
– Stop...
Etonnamment, Cadmos écoute. Il écoute ses pensées mais aussi son souffle court. Il l’observe en silence. Il remarque à la commissure de ses yeux des sillons laissés par des larmes qu’il n’a pas vues. Il les regrette un peu, mais il se tait. Ils se regardent simplement en chien de faïence, le temps suspendu au-dessus de leurs épaules. Dans l’obscurité, ils ont l’air de deux amants à ça près que l’un a le visage tuméfié et l’autre maculé de carmin.
L’instant d’après, Cadmos fronce légèrement les sourcils. Il n’aime pas que le Weasley brise l’instant en pensant à Hazel. C’est peut-être de l’orgueil, mais ils vivaient là un instant particulier. Pourquoi le briser avec des pensées futiles ? Il grimace en penchant la tête.
– Je t'ai donné satisfaction, Carrow, non ? Je peux faire tellement plus, tellement mieux...
L’appât marche facilement. Même s’il sait qu’il s’amuse avec lui, le sourire de Cadmos grandit, déformant tendrement ses lèvres pour lui donner un air torve, carnassier. Il n’a plus soif mais il fera de la place dans son estomac si ça peut lui permettre de le goutter encore un peu plus, de le dévorer tout entier s’il lui en donne la permission tacite. Oui, le dévorer ce soir serait une excellente idée…
Le mangemort grogne de nouveau, tout bas, ses yeux cramoisis ne cillant pas. Il attend. Il a tout son attention et il le sait.
–...si...tu laisses tranquille la gamine. Saine et sauve...
La gamine. Encore elle.

Cadmos prend un air légèrement agacé, ses yeux quittant pour la première fois le visage d’Alex. Il a un moment d’hésitation. Il semble réfléchir. Un petit quelque chose flotte entre eux, et finalement il n’arrive pas à éteindre la flamme de curiosité que le roux a allumé en lui. Il grogne de nouveau, se rendant compte à quel point cette faiblesse sera sa perte, et siffle entre ses lèvres rougies :
– Je pourrais… imaginer l’épargner…
Il articule difficilement, sa mâchoire si serrée qu’elle rend saillante les arrêtes de son visage.
– Mais… Je ne supporterais pas… qu’elle… t’approche, de nouveau, comme ça
Il se pourlèche de nouveau les lèvres, comme pour se rappeler le goût qu’a son sang.
– Si tu coupes tous les ponts avec elle, je m’en tiendrais à notre… serment.
Il utilise bien sûr ce mot pour plusieurs raisons. Il tend à son tour la main, évitant soigneusement de serrer la main du Weasley. Il ne lui dira pas qu’il a bien d’autres façons de faire disparaître des personnes qui le gênent, ni qu’il s’agit de son premier pas dans la gueule du loup si jamais il ose véritablement pactiser avec lui. Il est bien trop content à l’intérieur.
Il gagne sur tous les plans et ça le fait jubiler.
Moins que le sang, moins que ce goût unique qui a allumé comme la dernière fois le feu de ses hanches. Il n’y fait pas encore référence car il s’est tenu à peine reculer – assez bien reculer – pour que le roux ne le sente pas. Et dans l’obscurité, il se dit que ça ne peut que passer inaperçu. Alex n’irait pas regarder sa ceinture et apercevoir cette malheureuse bosse qui, ironiquement, est aussi due à un afflux sanguin ?
– Du reste, je compte sur toi pour… m’épater.
Ses yeux bruns brillent d'une lueur sinistre. Il dit ça avec une telle simplicité, comme si leur relation était « normale ». Il ricane avant de venir lécher le coin de ses yeux. Le goût y est salé. Sur sa langue, sang et sel se mélangent.
C’est grisant.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Dim 19 Nov - 18:21

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
C'était son plus gros défaut mais aussi sa plus fragrante qualité que de toujours penser aux autres avant de penser à lui-même. Ca faisait certes de lui un protecteur hors paire, du genre qui aurait prix un sort mortel, par souci de protéger son prochain. Ca le transformait surtout en cet être irréfléchi, prêt aux pires extrémités si ça pouvait sauver la vie de quelqu'un. Quitte à y laisser la sienne, ou bien sa raison, voire encore son âme... « Je pourrais… imaginer l’épargner… » Il cille, sur le moment, pas sûr d'avoir bien entendu ; bien sûr, il est ravi qu'il l'envisage mais, en toute honnêteté, il se serait attendu à ce qu'il lui rit au nez avant de le renvoyer dans les cordes. « Mais… Je ne supporterais pas… qu’elle… t’approche, de nouveau, comme ça… » Il conserve son expression neutre, même si ses pensées se chamboulent dans sa tête. C'était lui qui l'avait poussée à agir de façon aussi éhontée en premier lieu, d'abord. Il ne peut s'empêcher de remarquer que Cadmos a l'air d'une ex jalouse et en colère mais il se garde bien de dire ça à voix haute ou même de le penser trop fort. « Si tu coupes tous les ponts avec elle, je m’en tiendrais à notre… serment. » Mh... La requête ne lui semblait pas si difficile à exaucer et, de toute façon, au vu de ce qui venait de se passer, il l'aurait sans doute fait naturellement de lui-même. Il n'avait ni le temps ni l'envie de se retrouver avec une groupie énamourée collée à ses basques. Il fait mine de réfléchir, comme s'il hésitait vraiment et puis finalement, il consent à serrer cette main tendue. Une poigne virile, presque brusque comme il serre, volontairement, un peu plus fort qu'il ne l'aurait dû... Ses doigts finissent par le relâcher, un brin soulagé de cette promesse qu'il lui a faite, même si tout cela n'a rien d'officiel ou de réellement contractuel. S'il s'en tenait à sa partie, se disait-il, Cadmos s'en tiendrait certainement à la sienne, non ? Malgré sa pourriture intérieure, un homme se devait d'avoir de l'honneur quand il donnait sa parole. Préceptes archaïques, rouquin peut-être un peu trop naïf, il avait choisi de lui laisser le bénéfice du doute. « Du reste, je compte sur toi pour… m’épater. » Il déglutit avec difficulté, sentant son cœur lui tomber dans l'estomac. L'épater, hein ? Il n'avait aucune idée de comment réussir un tel tour de force mais, surtout, il n'avait pas la moindre idée de la façon d'impressionner un type tel que lui... Son ricanement lui glace légèrement le sang comme il se tend encore davantage quand le Carrow vient lécher le coin de ses paupières, là où les quelques larmes de douleur nerveuse ont coulé un peu plus tôt. Il serre si fort les mâchoires qu'il pourrait presque en grincer des dents mais finalement, il résiste à l'envie qu'il peut avoir de lui éclater son poing sur la gueule pour poser lentement ses doigts sur son torse, le détachant quelque peu de lui. Pas grand chose, juste de quoi l'empêcher de continuer à laisser courir sa langue un peu partout. Il essuie machinalement l'endroit où le mangemort l'a léché avant de soupirer nerveusement. Qu'est-ce qu'il espérait de lui, au juste ? Il n'en savait foutrement rien, là était le problème. Il hésite longuement sur la suite, ses prunelles plantées dans les siennes, immobile tout d'abord, avant que finalement, il ne rapproche son visage du sien avec une lenteur loin d'être calculée. C'est juste que tout son être, tout son esprit, lui gueulent qu'il fait une monumentale erreur... Une putain de connerie... Et il sait bien qu'ils ont raison comme ses lèvres viennent attraper le menton du Carrow, sans parvenir à faire autre chose au début. Que ce semblant de baiser, qui n'y ressemblait même pas. Ce n'était pas vraiment ce qu'il avait en tête. Il ferme les yeux quelques secondes, lâchant un « Par Merlin... » au bord du désespoir et, finalement, il se décide enfin, retenant sa respiration tandis que sa propre langue vient lécher le menton de Cadmos, récoltant le mélange de leurs deux sangs. Le liquide a un goût métallique dans sa bouche qui le révulse et il se demande bien ce que le Carrow peut en retirer comme plaisir mais il continue de longues minutes en silence, plus appliqué qu'il ne l'avait sans doute jamais été. Pour Hazel. Il évite soigneusement le regard du mangemort, se concentrant sur ses réactions pour deviner qu'il a sans doute plutôt visé juste. En tous cas, il ne l'avait pas encastré dans le mur en lui demandant ce qu'il foutait, c'était déjà un bon point... Il finit par s'arrêter, les lèvres rougies, du sang un peu partout sur le bas de son visage. Ca lui fait comme un masque tribal, une sorte de guerrier d'un autre temps, un guerrier qui se laisse retomber mollement contre le mur, honteux à en crever, si honteux qu'il pourrait en pleurer encore. Regarde ce qu'il fait de toi... Il chasse les pensées qui l'assaillent, relevant les yeux sur le Carrow. S'il s'était imaginé que c'était assez, il lui suffit d'un simple coup d'oeil pour saisir que ça n'a fait que le mettre en appétit et qu'il lui en faudra plus. Il gronde, à peine, presque un ronronnement mécontent, comme ses doigts se tendent, attrapant le poignet qui tient la lame pour le rapprocher de lui. S'il est celui qui guide le couteau, c'est toujours Cadmos qui le tient, tandis que le Weasley s'en sert pour déchirer son t-shirt de haut en bas, sur toute la longueur. Alors qu'il observe le tissu en lambeaux, ses prunelles glissent sur la bosse dans le pantalon du mangemort et ses doigts tressaillent sur leur prise. Really ? Il détourne les yeux, préfère ne pas y penser même si, forcément, toutes ses pensées ne se concentrent désormais plus que sur ça. Pourquoi? Toujours guidant le poignet du plus âgé, il fait courir la lame sur sa peau, finissant par choisir un endroit sans cicatrices au niveau de ses côtes pour trancher à l'horizontale. Il a sans doute été un peu plus fort qu'il ne l'aurait voulu comme il lâche subitement la lame, frappant dans le mur derrière lui pour exprimer sa douleur, comme il laisse échapper un juron des plus fleuris. Il lui faut de longues secondes pour reprendre son souffle avant qu'il ne lui fasse face de nouveau, ses phalanges venant récolter le sang chaud à même la blessure avant de s'avancer en tremblants vers les lèvres du Carrow...



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Lun 20 Nov - 1:25

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Un instant il se dit qu’il va fuir, qu’il va lui échapper, parce qu’il lui en demande de trop, mais au lieu de ça, Alexander Weasley tient bon, il tient tête. Comme si c’était la dernière des choses à faire. Cadmos a même un petit rire quand il le voit se décider – enfin – à avancer vers lui. Sur le moment il préfère ne pas envahir ses pensées, pour se laisser la surprise, et en effet il est sacrément surpris. Il hausse d’ailleurs ses deux sourcils en sentant les lèvres du Weasley sur son épiderme. Doucement il se détend, ses paupières se baissant un peu alors qu’il gronde tout bas. Un long frisson lui remonte l’épine dorsale à l’idée qu’il fasse ce qu’il a à l’esprit. Est-ce qu’il aura le courage ? Y a des chances.
Est-ce de la folie de le tenter ainsi ?
– Par Merlin...
Oui.
Cadmos ferme les yeux quand la langue d’Alex qui est chaude vient caresser sa peau. S’il coupe sa propre respiration de longues secondes, pour maintenir un tant soit peu son esprit qui lentement se détériore, il finit malgré tout par pousser un petit soupire satisfait. Il darde de nouveau ses yeux sur le gryffondor avec un plaisir qu’il ne dissimule pas. Ses bras forment toujours une prison, mais il se doute qu’il n’en a plus besoin, parce que le Weasley lui est tout offert à ce moment-là. Il y a toujours cette retenue entre eux, ces instants qui se suspendent dans le silence où il ne faudrait qu’un simple petit sursaut pour que la vie s’arrête.
Cadmos est suspendu à ses lèvres, se mord doucement la lèvre en détaillant ce visage si proche et si lointain. Ils sont ennemis depuis des années, mais n’y-a-t-il rien de plus intime qu’une haine aussi farouche que la leur ? Il se sent tellement à l’étroit dans son jeans et pourtant il n’y pense pas, à aucun moment. Il n’a plus honte parce qu’il sait qu’il a le contrôle de la situation, un contrôle fragile malgré tout.
Quand Alex se recule, le visage maculé de sang séché, Cadmos le trouve si beau que ça lui transperce le cœur. Sur le moment il ne comprend d’ailleurs pas d’où vient ce sentiment, ni même pourquoi il le ressent avec une telle puissance, mais ça irradie tout à l’intérieur de lui. Ça réchauffe ses viscères froids, ça allume son myocarde qui clignote. Sa respiration est plus lente, plus profonde à ce moment-là. Son regard est allumé et ses lèvres entrouvertes ont l’air d’attendre leur tour pour la dégustation.
Il pourrait lui attraper le visage et croquer dans sa joue. On dit que c’est le meilleur morceau. Le plus tendre, plus tendre que le cœur qui est toujours nerveux de toute façon. Il jubile intérieurement de le détruire, de le saccager. Il a tellement envie, sur le moment, tellement… Ses doigts tremblent doucement, même quand Alex attrape sa main et la dirige.
Il est obéissant, il le laisse faire, alors qu’il le détaille. Il retient sa respiration aussi longtemps que la lame effleure sa peau avant de gronder. Il sait qu’il pense à sa « réaction », mais lui préfère se concentrer sur le spectacle. Il guide à un moment la main pour qu’il revienne à leur petit jeu, il s’abandonne la seconde d’après, curieux, envieux. Enfin la lame perce le derme, laisse apparaître du sang.
Cadmos tire doucement sa langue, prêt à venir lécher, mais au lieu de ça il regarde les doigts du Weasley qui se dirigent vers ses lèvres. Il reste interdit, un moment, avant d’ouvrir finalement la bouche et de tirer de nouveau sa langue. Avide, il ferme les yeux un instant, léchant et suçotant les doigts pour en avoir plus – toujours plus. Il gronde tout bas, sa main serrant davantage le petit couteau. Il inspire profondément, pour se calmer tout d’abord, car ses mains tremblent de plus en plus, et finalement relâche dans un dernier baiser les doigts d’Alex.
Comme pour lui répondre, dans le silence des tombes, il tranche à son tour les boutons de sa chemise qui dévoilent son torse. C’est la première fois qu’il se montre aussi vulnérable, mais il s’en fiche. Pour une fois, il s’en fiche. Il écarte calmement les pans de sa chemise. Un tatouage immense décore le flanc droit du mangemort. A en juger par les nombreuses écailles et la tête du monstre qui grimpe sous son aisselle, il s’agit d’une Hydre. De la fameuse Hydre Carrow.
Pour ne pas abîmer l’ouvrage du tatoueur, il dirige simplement la lame sur son flanc gauche et tranche sans tressaillir. Contrairement à Alex, c’est un frisson de plaisir qui le parcourt alors qu’il sent son sang glissait sur sa peau blanche. Elle est déjà parcourue de plusieurs traits fins dont on devine qu’il s’agit de cicatrices anciennes. Difficile de savoir si ceux sont des cicatrices qu’on lui a infligées ou…
Il y a aussi cette cicatrice qui barre son ventre, un trait plus épais. Une morsure sur sa hanche également. Le corps de Cadmos est un champ de bataille qui fait échos à celui du Weasley. Il vibre, et il tremble quand il recueille sur le bout de ses doigts son sang.
Lentement il dirige ses doigts vers les lèvres d’Alex, le guettant d’un œil intéressé et fiévreux.
Il se mord la lèvre, à sang, quand il le voit faire sur ses phalanges. Un léger rouge lui monte aux joues. Il respire mal, Cadmos, il respire fort surtout. Il ne peut pas s’empêcher de murmurer un petit :
– Tu me donnes envie de te saccager…
Et s’il sert plus fort le couteau, ce n’est pas exactement à le tuer qu’il pense.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Lun 20 Nov - 10:13

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Ses doigts tremblent si fort qu'il finit même par douter que Cadmos parviennent à les attraper, si tant est que l'idée l'enchante, ce dont il est presque certain. Après tout, il commence à le connaître, maintenant, au moins un peu, même si le Carrow n'a de cesse de le surprendre à chaque fois. Il lit l'hésitation et l'étonnement dans ses prunelles foncées et, l'espace d'un instant, il se félicite presque d'avoir réussi à lui tirer une telle réaction. C'était chose suffisamment rare pour qu'il ne puisse s'empêcher de le remarquer. Il ferme les yeux, pour de multiples raisons, quand Cadmos portent ses lèvres à ses doigts, les mettant dans sa bouche. Il garde les paupières closes par crainte, par dégoût aussi, par honte surtout parce qu'il a l'impression d'être le pire des traîtres, de se salir en se roulant dans la fange juste pour lui complaire. Son dos retombe mollement contre le mur, ses mâchoires si serrées que ses os en sailliraient presque de son visage. Il soupire, les joues rougies et l'esprit honteux d'éprouver un semblant de plaisir. Tout ça était une abomination, encore plus quand il frissonne au moment où le Carrow libère ses phalanges dans ce qui ressemble vaguement à un baiser. Il rouvre les yeux, baissant le regard avec gêne et incertitude, ses prunelles remontant brusquement en direction du mangemort quand il entend le premier bouton de sa chemise tomber sur le sol vermoulu et à moitié brûlé de sa demeure... Ses yeux restent un moment fixés par terre, observant les boutons qui tombent les uns après les autres... Il finit par remonter lentement, ses prunelles glissant du sol à ses pieds, remontant le long de ses jambes pour s'arrêter sur ce torse qu'il a soudainement dénudé. Ses iris détaillent ce tatouage qu'il n'avait jamais vu jusque-là, déglutissant avec difficulté, sans comprendre ce qu'il faisait, au juste... La lame tranche dans son flanc, sous l'impulsion du Carrow et si ce dernier frissonne de plaisir, lui il en tressaille presque d'horreur, comme il voit le sang couler sur sa peau blafarde. Son corps est autant couturé de cicatrices que le sien, quand bien même il les porte sans nul doute beaucoup mieux mais il détourne le regard, le rouquin, complètement mal à l'aise. Son rythme cardiaque accélère considérablement et il s'enfoncerait dans le mur si seulement il le pouvait... Du coin de l’œil, il observe Cadmos qui recueille le sang à même sa plaie du bout des doigts, finissant par les tendre dans sa direction. Il cille, défaille presque, le Weasley comme ses poings se serrent, ses ongles s'enfonçant dans ses paumes. J'peux pas faire ça... C'est ce qu'il se dit en voyant les gouttes d'hémoglobine fraîche tomber une à une sur les lattes du plancher. Il est presque pris d'un haut-le-cœur qu'il réprime du mieux qu'il peut, passant une main nerveuse dans ses boucles rousses et indisciplinées. « Cad... » Il pourrait presque tomber à genoux et le supplier mais ce n'est certainement pas ainsi qu'ils ont conclu leur accord ; il a beau se haïr pour chaque seconde, il demeure un homme d'honneur et, surtout, il a une blondinette à sauver... C'est donc dans un soupir presque résigné qu'il finit par se saisir du poignet du brun, portant ses doigts à ses lèvres, avant de les introduire dans sa bouche, un par un, les nettoyant avec une application presque chirurgicale. Malgré tout ce que cette situation peut avoir de tendancieux et de contre-nature, il s'attache à ne pas y ajouter un côté sensuel qui ne ferait que lui porter préjudice. S'être rendu compte de l'érection du Carrow l'a déjà mis suffisamment mal à l'aise. « Tu me donnes envie de te saccager… » Il ne relève même pas, quand bien même il pense que le mangemort est déjà en train de le saccager. Il était en train de détruire petit à petit tous les principes auxquels le Weasley avait toujours attaché tant d'importance. Il foutait en l'air toutes ses belles idéologies. Avec un soupir, il finit par cesser, repoussant ses doigts d'un geste presque rageur, se laissant retomber contre le mur, le souffle court, les joues rouges, le menton et les lèvres maculés de sang, le regard bas. Il ne fait même plus l'effort de le dévisager, trop inquiet de la satisfaction qu'il saurait lire dans ses yeux. « Je pense que c'est bien assez pour racheter sa vie, non ? » Il en avait fait bien plus que ce dont il se serait jamais cru capable...



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Lun 20 Nov - 13:28

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Le Carrow a un sourire carnassier quand il entend les pensées du pauvre Weasley, elles résonnent gravement dans son crâne. Il est incertain et apeuré, mais il y prend aussi du plaisir, petit à petit, un plaisir coupable presque. Cadmos ignore si c’est un compliment, mais sur le moment, il s’amuse follement, de ses tremblements, de ses hésitations. Ses doigts serrent doucement la lame quand il le sent approcher de ses propres doigts.
« Cad... »
Ses deux mains ont des envies bien différentes, mais quand il le voit happer le sang avec dégoût, il ne peut pas s’empêcher de ricaner. Il le laisse faire, et chaque seconde est un délice qui électrise le corps tout entier du mangemort. Il ne se rappelle pas avoir ressenti quelque chose de pareil, d’aussi grisant et savoureux auparavant. Ce mélange de crainte et de gêne, cette chaleur moite qui fait qu’à aucun moment il ne tremble alors que son flanc est caressé par la bise d’un vent froid. Il a un sourire en coin, ne pouvant s’empêcher de se mordre la lèvre inférieure :
« Tu me donnes envie de te saccager… »
Et si tu crois que c’est tout ce dont je suis capable… Ses yeux cramoisis brillent d’un air bien amusé, et finalement il se redresse légèrement. Il l’observe, avec ces joues roses qui lui donnent un air plus jeune et ses lèvres maculés de sang. Cadmos gronde tout bas, se retient mais sait qu’il n’y tiendra pas.
« Je pense que c'est bien assez pour racheter sa vie, non ? »
Il a un petit rire et finalement lève les yeux au ciel.
« Non, Alexander. Ça, c’est que le début. Il m’en faut un peu plus pour être rassasié. »
Il voit déjà la mine boudeuse et offusquée à des kilomètres, aussi pour couper court à toute forme de protestation, il pose sa main droite juste à côté du visage du Weasley et se penche légèrement vers lui. Leurs visages sont si proches qu’il sent son souffle sur ses lèvres. Il a encore du sang sur sa bouche, il le sent d’ici. Il en a tellement envie. Il pourrait le bouffer tout entier.
« Tu vas finir par t’habituer. C’est comme tout, à la longue, on finit par aimer. »
Il a un petit rire grave alors qu’il avance vers les lèvres d’Alexander, s’arrêtant au dernier moment. Ses yeux cramoisis plongent dans ceux clairs et confus du pauvre Gryffondor. Il s’en passe des choses en lui, il y en a des choses bousculées, de l’honneur floué et une sainteté bousculée. Pauvre petit prince bafoué, se moque gentiment Cadmos alors qu’il recule légèrement, relevant lentement sa main gauche. La pointe du couteau frôle cette fois le torse d’Alex sans le couper. Il évite même soigneusement les coupures déjà faites pour finalement venir loger le bout juste en dessous de son menton. Il le force à lever la tête, dévoilant sa gorge.
Son épiderme blanc est étonnante, d’autant plus que la tête si haute il voit parfaitement sa pomme d’Adam et le dessin parfait de l’artère carotide et de la veine jugulaire. Il serait si facile de les trancher, et d’ailleurs, quand la lame court le long de ces deux dernières, il a un moment d’hésitation. Il serait pourtant drôle de lui donner de nouveau cette sensation étrange de se vider entièrement de son sang. Laisser ses poumons se remplir jusqu’à la nausée d’hémoglobine. Ça serait drôle oui.
Et en même temps, sur le moment, Cadmos y préfère un choix plus dégoûtant encore. Il parcourt simplement la gorge jusqu’à sa base et décale légèrement la lame au creux de son cou et tranche un petit coup sec. C’est douloureux, assez pour le faire pleurer, mais pas assez pour le tuer. Et comme il a l’air d’avoir un plan, il retourne contre lui la lame et exécute le même mouvement rapide sans sourciller pour sa part. Il y a même une lueur de plaisir quand la chaire se coupe et qu’un petit filet de sang s’en échappe. Il est abondant mais fin, de couleur clair contrariant toutes les légendes comme quoi les Hydres ont le sang noir.
En silence de nouveau il se penche, embrasse la base de sa gorge et la lèche affectueusement. Pour s’assurer qu’il suive la directive muette, Cadmos glisse sa main libre dans les boucles du roux. Il les tire en douceur mais fermement vers sa propre plaie, l’obligeant à plonger ses lèvres dessus et à goûter. Il en tire un plaisir qu’il ne cache même plus et à un moment, sans trop savoir comment ni pourquoi, il pousse même un feulement de plaisir grave et chaud. Son dos est parcouru par de petits picotements agréables mais piquants. Impossible de savoir si son imagination ou les doigts du Weasley, impossible de savoir ce qu’il fait vraiment à ce moment-là. Pas forcément besoin de savoir du moment que c’est bon.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Mar 21 Nov - 13:21

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il se dégoûte, il se hait à un point qu'il n'est plus possible d'imaginer. S'il avait quelque chose dans l'estomac, il en vomirait sans doute mais, pour l'instant, seules l'adrénaline et la peur le tiennent encore sur ses deux jambes. Il estime, de son propre point de vue, en avoir fait bien assez, avoir repoussé toutes ses limites alors, naturellement, Cadmos lui doit ce qu'il lui a promis. Il aurait dû se douter que les choses ne seraient pas aussi aisées, pas aussi faciles. « Non, Alexander. Ça, c’est que le début. Il m’en faut un peu plus pour être rassasié. » Il esquisse une moue contrariée tandis qu'une lueur indignée vient s'allumer dans ses prunelles claires ; sa mauvaise foi est scandaleuse et il l'en maudit intérieurement mais il sait aussi qu'il n'a pas les rênes en main. Pas cette fois... Il pourrait s'offusquer et protester mais ce serait bien inutile, il le sait, alors il se contente de gronder un peu, mécontent... Cadmos approche son visage du sien, il est si proche qu'il peut sentir son souffle sur sa peau et ça le brûle comme le ferait l'haleine d'un dragon. Son épiderme a beau lui faire mal, picotant et enflammant son corps sous l'effet de toutes ces coupures, il frissonne de froid malgré tout... « Tu vas finir par t’habituer. C’est comme tout, à la longue, on finit par aimer. » Y'a peu de chances... qu'il pense aussitôt, sifflant en entendant son rire grave. Il s'arrête soudainement en le voyant se rapprocher davantage, avançant dangereusement en direction de ses... lèvres ? Il a du mal à le croire, il se dit qu'il a bien trop d'imagination, bien trop de craintes refoulées. Il ne parlera pas d'envies parce que ça ne peut pas être ça. Il le crucifie du regard, incapable de bouger mais le défiant de seulement oser... Le Carrow finit par reculer ; a-t-il abandonné l'idée ou ne l'a-t-il jamais eue en premier lieu ? La pointe du couteau revient frôler sa peau, courant sur son torse, et il retient son souffle, attendant avec appréhension le prochain coup, jusqu'à ce que la lame vienne se loger juste sous son menton, le forçant à lever la tête s'il veut éviter l'entaille. Il déglutit avec difficulté, les doigts crispés sur les briques du mur comme le couteau redescend déjà le long de sa jugulaire ; une simple coupure là et il se viderait de son sang, comme cette fois dans la forêt de Loutry, il le savait... Il anticipe, tremblotant presque comme lui reviennent ces souvenirs, cette sensation d'impuissance, le froid, l'impossibilité de respirer sans avoir l'impression de se noyer dans le sang... Et pourtant, ce n'est pas là qu'il choisit de trancher, préférant la base de son coup. L'entaille est profonde, douloureuse et il siffle entre ses dents serrées, respirant de manière erratique, retenant les larmes de souffrance qui pointent déjà dans ses prunelles. Il lui faut de longues secondes pour reprendre un semblant de contenance et observer le Carrow reproduire sur sa propre peau le même mouvement, sans comprendre, tout d'abord. A quoi est-ce qu'il était en train de jouer au juste ? Il n'a pas vraiment le temps de se poser la question que Cadmos fond déjà sur lui, ses lèvres embrassant sa gorge et léchant le sang qui s'en échappe. Il se sent défaillir, fermant les yeux ; le dégoût le dispute à d'autres sentiments, plus subtils, trop compliquées, sur lesquels ce rustre de Weasley est bien incapable de mettre un nom. Les doigts du mangemort se glisse dans sa tignasse, l'incitant à lui rendre la pareille et s'il y montre quelques réticences, il finit par soupirer et par laisser sa langue s'égarer sur sa gorge, goûtant le sang chaud. Il ne peut retenir un léger haut-le-coeur comme la nausée l'envahit mais il ferme les yeux et, derrière ses paupières closes, lui revient l'image de Hazel cherchant à le tuer. C'est pour elle qu'il se force, ses doigts venant s'apposer sur la nuque du Carrow avant que sa bouche ne reprenne son office, les paupières closes, fermées avec tant de force qu'il en voit presque des étoiles. Les mèches longues de Cadmos viennent caresser son épaule tandis que le mangemort feule. Ses lèvres à lui, quant à elle, demeurent soudées à sa peau, le cœur battant, se nourrissant de sang mais aussi de la chaleur de son corps. Il meurt de froid, il est même glacé, le rouquin, son propre sang qui s'écoule lentement de diverses plaies n'aidant pas à rétablir la balance. Malgré lui, son torse se colle un peu plus contre celui du mangemort, cherchant à voler un peu de cette flamme brûlante qui lui fait, à lui, si cruellement défaut. La proximité lui rappelle Ciena puis Danaé, la langue du brun lui tire un autre frisson absolument incontrôlable et dans son esprit tout ce mélange ; la jolie Phénix blonde, sa douce épouse aux cheveux de jais et ce corps brûlant contre lequel il se presse... Il ne sait plus vraiment qui est qui dans le tourbillon de ses pensées. Il blâmerait le sang qui le quitte petit à petit, l'aliénation mentale exercée par Cadmos. Il finirait même par oublier, en y réfléchissant bien. Mais, sur l'instant, ses phalanges redescendent mollement le long de l'épine dorsale du mangemort, tantôt glissant, tantôt griffant par endroits... Il sent la raideur de l'intimité du Carrow contre sa cuisse et il soupire contre sa gorge, incapable de nommer ce que tout cela provoque en lui. Il s'abandonnerait... presque... mais l'esprit de révolte est en lui encore trop bien ancré, trop vivant, telle une flamme soumise aux vents mais qui refuserait de s'éteindre. Il finit par poser ses doigts sur le torse du mangemort, le souffle court contre sa gorge, demeurant là puisque l'autre enserre toujours ses boucles brunes. « Assez... » C'est un murmure, presque une supplique comme le sang de Cadmos dégoutte de son propre menton, tandis que la langue du mangemort sur sa plaie lui tire un autre frisson incontrôlable, l'un de ceux que le brun ne pourra ignorer tellement leurs corps sont proches. « Stop... » Il gronde presque, cette fois-ci.



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Mar 21 Nov - 13:39

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il ignore à qui sont les pensées qui lui traversent le crâne, mais il gronde quand les visions des femmes lui décorent les paupières. Il se sent même obligé de les rouvrir pour pouvoir se reconcentrer sur le sol qui est pour lui bien plus excitant que Danaé ou encore Cienna. Alors même qu’il se dit qu’il ne préfère rien au sang qui jaillit des plaies encore chaudes, il frisonne sous les doigts d’Alexander. Il est étonné, sur le moment, mais n’en fait rien. Il gronde du bout des crocs, le laisse faire et souffle plus fort. Il commence à avoir horriblement chaud. Une chaleur sans nom qui grimpe du talon de ses pieds jusqu’à son front. Il a l’impression de prendre petit à petit feu.
Cela fait combien de temps qu’il n’a pas été si proche de quelqu’un ? Si intime avec un autre que lui ? Il ne se souvient pas vraiment la dernière fois que Cassiopée a daigné l’embrasser, alors le recevoir dans son lit… Sa prise sur les cheveux d’Alex devient plus douce alors que sa langue passe sur la plaie presque sèche à force d’y laper. Il se demande s’il a déjà ressenti une telle excitation, un tel empressement auprès de sa propre femme ? Cadmos soupire plus fort avant que le Weasley ne le repousse. Légèrement étonné dans un premier temps, il le regarde. Le mangemort a ce regard un peu fou, le menton dégoulinant de la même manière que celui de son compère.
Il lui jette un regard étonnant pour un Carrow, comme s’il avait diablement envie de reprendre ses affaires mais qu’il attend l’autorisation. Une autorisation ? Lui-même se surprend à le penser, louchant douloureusement sur le menton tâché de sang.
« Assez... »
Il le fixe, toujours, comme s’il était en manque. Il tire d’ailleurs la langue, prêt à recommencer, ses doigts se serrant doucement dans sa tignasse. Il a envie de le dévorer. Ses yeux le disent pour lui, mais ça n’a plus rien de sauvage ou de barbare, c’est différent. Sensiblement différent.
« Stop... »
Cadmos reste un moment silencieux, fronçant légèrement les sourcils et finalement, il siffle. Il siffle d’un petit air mauvais, donnant un coup de rein pour lui faire sentir cette excitation qui ne s’éteindra pas toute seule – pas cette fois. Oh, il y a bien des fois où il s’est satisfait, où la flamme s’est éteinte le jeu aussitôt repoussé, mais cette fois il sait qu’il ne s’agit pas d’un simple feu. C’est un brasier. Il faut qu’il le dévore. Il le faut d’autant plus fort que son estomac se tord. Cette envie est violente. Comme lui.
Abandonnant ses principes en se disant qu’après tout, Alexander et ses pommettes rouges avaient tout l’air d’apprécier autant la chose que lui, il revient à la charge. Cette fois cependant sa langue vient épouser son menton imberbe, il le suçote une, puis deux fois, avant de pourlécher la commissure. Tout le bas de son visage est dévoré, mordillé, aspiré, comme s’il y cherchait la moindre goutte. Pour plus encore, il lui mord amoureusement la lèvre, forçant jusqu’à faire rompre sa lèvre d’où jaillit encore du sang.
Il l’accule plus fort contre le mur, ses doigts lâchant sa tignasse alors qu’il l’entoure de ses bras. Aucune échappatoire, les mains du mangemort sont à plat sur le mur et il vient embrasser fiévreusement le pauvre Weasley. Il le submerge, il s’impose sur ses lèvres, sur lui tout entier. Chaque frisson du Weasley lui est transmis, si bien qu’inconsciemment il donne un petit coup de rein contre sa cuisse. Il ne se rend pas bien compte de ce qu’il fait, Cadmos Carrow, il suit simplement ses envies et ses désirs.
Il ne pense à aucun moment à lui demander de se mettre également à nue, il n’en a pas l’idée d’ailleurs. Il cherche seulement à le saccager, un peu plus.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Mar 21 Nov - 13:40

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il estime que c'est assez, même pire que ça, il pense que c'est trop, beaucoup trop. Il se sent perdre pied, au bord du précipice, et il refuse de s'y laisser tomber, sans quoi il sera perdu tout à fait. Il est encore temps de tout arrêter ; il a respecté sa part du contrat et Hazel devrait pouvoir demeurer sauve en vertu de ça. Il ne voulait toutefois pas laisser à Cadmos le pouvoir de l'emmener plus loin qu'il ne l'aurait dû et il avait le sentiment que c'était exactement ce qui était en train de se passer. Il perdait toute prise sur sa propre volonté... Le Carrow ne semble pas de cet avis, lui, qui siffle de contrariété, se pressant davantage contre lui pour bien lui signifier qu'il n'a pas l'intention de s'arrêter maintenant... Ça l'effraie, le rouquin, parce qu'il craint ses propres réactions plus que celles du mangemort désormais. Ou presque... Le brun ne lui laisse pas le temps de protester plus avant ou de s'extirper de son emprise qu'il revient déjà à la charge, sa langue courant sur son menton glabre pour y lécher le sang qui en dégoutte lentement, remontant même jusqu'à la commissure de ses lèvres. Il soupire, résigné, serrant les dents et gardant les paupières closes, refusant d'écouter son cœur qui bat à tout rompre, comme il espère que Cadmos va finir par se lasser de tout ça. Après tout, tant qu'il ne lui demande plus de lui rendre la pareille, il peut s'en accommoder encore un peu, le Phénix. Ce n'est que lorsque le mangemort attrape sa lèvre inférieure entre ses dents qu'il rouvre brusquement les paupières, le regard confus et grondant avec rage quand sa lèvre éclate sous l'effet de la morsure. Il porte ses doigts à sa bouche de nouveau ensanglantée, constatant amèrement les dégâts sur sa lèvre douloureuse, comme le mangemort le force de nouveau à reculer, bloquant toute tentative de fuite. S'il y avait bien une chose à laquelle le rouquin ne se serait jamais attende, c'était bien celle que le Carrow fait ensuite, alors que ses lèvres viennent rencontrer les siennes, l'embrassant avec ferveur. Il écarquille les yeux, le Weasley, complètement sous le choc tant et si bien qu'il est incapable de réagir, que ce soit en le repoussant ou en lui répondant, demeurant figé tel une statue de sel. Cadmos s'impose avec force, il prend sans lui donner d'autres choix que celui de se soumettre à sa volonté et sa volonté est bien étrange. Il en rougirait presque, de gêne ou de honte, le cadet, encore plus quand il sent la raideur du mangemort s'agiter sur sa cuisse. Ne... Ses pensées se désordonnent et, de même que pour son corps, elles ne lui obéissent plus ; il perd son souffle, il perd la tête, tout ça n'est sans doute qu'un rêve, qu'un cauchemar qu'il s'est inventé dans les creux de ses draps... Il finit par repousser, plus mollement qu'il ne l'aurait voulu, le corps qui se colle contre le sien. Son souffle est court, ses joues cramoisies, ses muscles tendus et ses doigts tremblants. « Qu'est-ce que... » La fougue et la violence du baiser lui brûle encore les lèvres, sa respiration se bloque malgré lui, sa poitrine se soulève de façon erratique à mesure que son souffle lui fait parfois faux bond. « Qu'est-ce que tu fais ? » Sa voix est plus indignée que confuse, cette fois-ci, ses prunelles retrouvant leur lueur farouche, comme il le dévisage sans comprendre. « Qu'est-ce que tu fais, putain ? » qu'il répète, complètement incrédule, ses doigts se portant à sa lèvre en sang. Il avait forcément rêvé ce moment, Cadmos ne pouvait pas avoir fait ça, pas même pour se nourrir de son sang ; il y avait après tout tellement d'autres façons... Et surtout, il sentait toujours contre sa cuisse la rigueur de son intimité, ce qui devenait pour le moins dérangeant.... Il passe une main nerveuse dans ses boucles rousses, frissonnant de froid, reculant aussi loin qu'il le peut, prêt à se fondre dans le mur si seulement ça pouvait être possible... « Qu'est-ce que tu m'as fait ? » Il le prononce à voix haute mais il n'est même plus sûr que c'est à Cadmos qu'il s'adresse, quand bien même la chaleur de son corps lui est toujours affreusement proche et familière. Il ne se reconnaissait plus... Ce n'était pas lui, tout ça... « Je... » Je veux sortir... Je dois sortir... Je... Il a le vertige tout à coup et il le repousse brusquement, lui envoyant son poing dans la figure avant de l'écarter du passage et de fuir en direction de la sortie en titubant.



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Mer 22 Nov - 18:03

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il n’aurait jamais cru qu’il y aurait un plaisir surpassant celui de retirer la vie, ou encore de tuer. Ce qu’il goûte là ça a le bon goût de lui plaire, alors il continue, les yeux mi-clos, égoïste quand il mord, égoïste encore quand il gronde en avalant. Il va bientôt aspirer son âme et quand il se presse ainsi, c’est peut-être ce qu’il cherche en réalité. A aucun moment il ne doute ou hésite, ses doigts imposent, obligent. Si le roseau ne veut pas rompre, il le fera plier plus bas que terre. Et c’est ce qu’il fit, quand il le force. Il ne remarque pourtant pas l’embarras ni la confusion dans le regard de l’ancien gryffondor – il ne voit que ses pommettes roses qui lui donnent l’envie de le briser davantage encore.
Pourtant, à un moment, il s’arrête. Il halète comme un chien qui aurait trop bu, les yeux un peu fous, un peu ivres. Ivre de sang.
« Qu'est-ce que... »
Il a le souffle court, comme s’il venait de courir au milieu des champs de l’Eden promis. Il ne sait pas pourquoi ça lui fait cet effet, il en reste d’ailleurs bluffé. Il le regarde, hésitant.
« Qu'est-ce que tu fais ? »
« Je… » … ne sais pas ?
Cadmos a le regard perdu. Un moment, il ne se voit pas lui-même. C’est comme s’il n’était même pas conscient de sa propre existence. Le long frisson désagréable qui lui remonte l’échine le fait grimacer cette fois.
« Qu'est-ce que tu fais, putain ? »
Il l’ignore. Sans voix, ses yeux suivent le tracé de ses doigts jusqu’à ses lèvres. Ses deux bras retombent mollement le long de son propre corps. Qu’est-ce qu’il a fait ? Il sent encore la chaleur sur sa propre bouche et il se dit qu’il n’a pas rêver, qu’il l’a embrassé. Il a bien attrapé ses lèvres avec les siennes. Pourquoi ? Difficile à dire. Il reste bête, ses yeux ont l’air de chercher également quelque chose, un truc auquel se raccrocher, mais c’est difficile pour lui. Trop difficile. Aucune explication ne lui vient.
Il est comme ça ; sans excuses.
« Qu'est-ce que tu m'as fait ? »
Il aimerait s’arracher à lui mais il a l’impression d’être cent fois plus lourd qu’il n’est habituellement. Comme un papillon cloué. Il a le sentiment de n’être plus qu’une victime clouée à sa table de torture. Amy Dearborn lui revient à l’esprit, sans savoir pourquoi il pense à elle en particulier à ce moment.
A cause du regard ?
« Je... »
Cadmos n’a pas le temps de revenir vers la réalité qu’il se prend un coup de poing et recule. La bise est froide sur sa peau. Il frisonne en voyant le garçon s’enfuir. Il en a même fait tomber son couteau. Le Carrow reste de longues secondes comme ça, sans prononcer un mot.
Est-ce qu’il devrait lui courir après ?
Est-ce qu’il a rempli sa part du marché ?
Cadmos soupire profondément, jetant un regard à sa victime et il se dit que finalement Alex n’a pas eu tort. S’il était resté, il l’aurait sans doute définitivement dévoré. Il se sent soudainement un peu sale. Il porte ses mains aux entailles sur son corps et soupire, la tête lourde. Lentement il se décide à ramasser le couteau sur le sol, en regarde la lame qui brille. Il sent une colère sourde et noire qui gronde en lui, mais il ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Pourquoi lui ? Pourquoi ?
Il passe la lame claire sur ses propres lèvres, hésitant un moment, mais ses paupières sont douloureuses. Il appuie seulement sur le petit bouton, referme le papillon de fer et le range dans sa poche. Lentement il serpente au milieu de la bâtisse, en sort enfin et cherche quelques minutes sa baguette. Un simple « accio » résout de ne pas lui faire perdre davantage de patience.
Enfin – il disparaît.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
Just a dream stuck on a bad repeat - ft Cadmos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !
» Horse Dream RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Angleterre-
Sauter vers: