indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
Pain makes me a believer - ft Cadmos

()
Parchemin envoyé Sam 28 Oct - 22:26

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Alexander avait toujours eu un goût immodéré pour le risque et pour l'aventure. Il ne mesurait vraiment le danger que lorsqu'il n'était pas seul et qu'il avait des gens à protéger. Son côté chevalier servant, défenseur de la veuve et de l'orphelin prenait alors le dessus et il faisait de son mieux pour que tout le monde rentre en un seul et unique morceau. Autant dire, qu'en règle générale, il aimait autant partir seul et n'avoir à se soucier que de lui... Cette fois pourtant, il n'avait pas vraiment eu le choix, comme Skander lui avait demandé de former une nouvelle recrue sur le terrain. Ca ne l'enchantait guère de jouer les instructeurs mais ça faisait partie de ses attributions au sein de l'Ordre alors il devait bien s'y plier. Et s'il pouvait apprendre à quelqu'un comment ne pas se faire tuer alors ce serait sans doute bénéfique pour tout le monde... Il est toujours surpris de voir arriver une fille, brune, frêle d'apparence et le sourire aux lèvres. Il n'est pas macho mais il lève quand même les yeux au ciel en la voyant maquillée et davantage prête au défilé qu'au combat. Qu'importait, il ferait avec... Une fois les présentations faites, il note qu'elle s'appelle Hazel et qu'elle est jeune, bien plus jeune que lui, mais sans doute toute aussi casse-cou. « On va juste faire un peu de reconnaissance, rien de très dangereux... Tu restes près de moi et si on doit se battre, tu te mets à couvert... » Elle acquiesce se fendant d'un « Oui, chef ! » qui le fait gronder à l'intérieur mais il garde son visage avenant malgré tout.

Ils transplanent rapidement jusqu'au Chemin de Traverse, puis se dirigent dans l'Allée des Embrumes, leurs visages dissimulés par de longues capes noires. Alexander sait qu'il doit être prudent, ici son visage est placardé sur tous les murs et la récompense qui l'accompagne avec. Ils passent une heure ou deux à errer dans la ruelle, guettant du coin de l’œil les allées et venues, laissant traîner leurs oreilles indiscrètes dans les conversations. Le Weasley finit par décider que c'est bien assez, comme mû par un étrange pressentiment, et c'est à peu près le moment où un jet de lumière bleuâtre vient s'écraser juste au-dessus de leurs têtes, faisant tomber plusieurs pierres du murs à leurs pieds. « Merde ! » Sans lui laisser le temps de réagir, il attrape le poignet de Hazel et l'entraine à sa suite dans un transplanage d'urgence. Comme souvent dans ces cas-là, dans ces situations de crise où il n'a pas le temps de réfléchir, ils atterrissent dans les bois de Loutry-Ste-Chapoule, bastion d'Alexander quand il était gosse. Il connaît cette forêt comme sa poche et il y revient souvent pour perdre ses poursuivants, ce qui commence à devenir une habitude bien connue. « Cours ! On va les semer ! » qu'il ordonne à la gamine effrayée, la laissant passer devant avant de la suivre, regardant sans cesse derrière lui. Un autre sort vient frapper le sort sous ses pieds et il jure, enjoignant à Hazel de continuer tandis que lui-même s'arrête, faisant volte-face pour les retenir. Au plus sombre des bois, il a bien du mal à voir qui sont leurs assaillants et combien ils sont. Des bruits dans les fourrés, des buissons qui bougent, un premier sort puis un second qu'il dévie sans parvenir à voir d'où ils viennent. Et, soudain, le sort qu'il ne parvient pas à détourner car il vient de derrière lui, frappant sa gorge et entaillant sa carotide, pas suffisamment pour qu'elle éclate en gerbes de sang, mais assez pour qu'il ne se vide trop rapidement. Il a du mal à respirer, une douleur vive le prend à l'arrière du genou et il tombe lentement au sol, ses doigts plaqués sur sa gorge, tentant vainement de maintenir la plaie fermée. Il pourrait lancer un sort mais il est incapable de tenir sa baguette, encore moins de produire autre chose que des gargouillements douloureux. Une paire de chaussures noires est la seule chose qu'il aperçoit dans son champ de vision. « On entend moins ta grande gueule, là ? Hein, Weasley ? » Son sang coule entre ses doigts, son visage devient livide et sa vision s'assombrit...



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Dim 29 Oct - 13:30

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
– Fais pas ta tête de croquemort, Cadmos.
– C’est p’t’être parce que j’en suis un, Antarès.
Le dénommé Antarès Macnair pouffe de rire alors qu’il envoie son poing dans l’épaule du Carrow. Ce dernier ricane à son tour alors que comme un seul homme ils remontent l’allée des embrumes. Les mains du Carrow sentent encore légèrement la viande ; du sang glisse le long de ses phalanges chaudes. Antarès en a lui jusque sur le bout du nez. Ils ne disent rien, satisfaits du travail accompli. Le mangemort Démophon Goyle passe devant eux comme s’il était pourchassé par quelques furies. Antarès le jauge d’un regard distant avant de murmurer avec cet éternel sourire sournois :
– Tu crois que sa femme l’a appelé à la maison ?
Cadmos plisse les yeux et imagine cette femme grasse et laide qu’est Thétis Goyle, ses mamelles difformes tombantes sur son tablier de bonne. Démophon n’est pas beaucoup plus beau mais il a eu l’intelligence de ne pas être aussi gras que sa bonne femme. Cadmos ne peut pas s’empêcher de grimacer d’horreur à l’idée que ces deux-là aient pu un jour se reproduire :
– Aucun homme ne courrait après une truie… Il doit y avoir autre chose.
Antarès hausse un sourcil, incertain, mais Cadmos se lance doucement à la poursuite du Goyle. Le Macnair a une certaine nonchalance qui le pousse à ne pas accélérer le pas, voir même à s’arrêter. Il plante ses poings dans ses hanches d’un air agacé.
– Mais je croyais qu’on allait à… la maison close…

Le Carrow ne l’a pas entendu. Il court sans perdre son souffle derrière la masse haute comme un mur qu’est Goyle. Ils remontent rapidement la ruelle, jusqu’au moment où Cadmos comprend la ruse. Crabbe, un peu plus haut, fait signe à Goyle. Le Carrow ne dit rien, il suit le troupeau, baguette en main. Les deux silhouettes se mettent en mouvement. La meute des trois chiens en place, le piège se referme. Un éclair bleu fuse. Des pierres tombent mais les cibles les évitent. Crabbe crache alors que Goyle poursuit en transplanant les deux fuyards. Cadmos n’attend pas et fait de même, se jetant à leur suite.
Il apparaît sur les talons de Goyle qui continue encore de pourchasser les cibles. Cadmos ne bouge cependant pas. Ses yeux balayent la forêt où ils sont, forêt qu’il connaît bien de Loutry-Ste-Chapoule. Crabbe arrive derrière lui, commence à courir en avant, mais son sens de l’orientation déplorable ne lui permet pas de savoir par où son ami est parti.
– Hey Carrow, rends-toi utile. Ils sont partis vers où ?
Son air hautain et bouffi ne met pas de bonne humeur Cadmos. Ce dernier n’hésite d’ailleurs pas à tendre la main vers une direction opposée. Crabbe commence à courir, s’arrête et se retourne pour vérifier où se trouve Carrow – mais il a déjà disparu.

Il est peut-être plus vieux que les deux mangemorts il n’en reste pas moins mieux entraîné, plus actif. La chasse aux créatures magiques a toujours eu un effet positif sur lui. Une capacité à le garder en forme. A exciter ses sens et à travailler son sens de l’orientation.
Il sait qu’il est en train de rattraper Démophon mais il préfère ralentir. Il ne voudrait pas tomber dans un piège et il n’est pas assez bête pour ça. Derrière les troncs, l’Ombre se fond dans les ténèbres, avance à pas feutrés alors qu’il entend la voix grave et rocailleuse du mangemort qui lui gâche la vue sur le corps à terre :
– On entend moins ta grande gueule, là ? Hein, Weasley ?

Soudain Carrow se fige. L’espace d’un court instant, il se dit que ça peut être n’importe qui, mais à bien y réfléchir, il n’y a qu’un seul Weasley capable de venir débusquer les rats jusque dans leur terrier. Le sourire de Cadmos s’élargit, mais il est difficile de savoir si c’est de l’excitation ou de la colère. Il avance vers Goyle, se dévoilant. Le gros Démophon se retourne vers son collègue avec un air victorieux et satisfait de lui-même.
– Hé, hé, t’as vu la belle proie que j’ai là ? T’en dis quoi Carrow ? Et il est où Alcinoos ?
– Je crois qu’il n’a pas réussi à me suivre, siffle tout bas Cadmos, approchant du garçon qui tient si fort sa gorge que ses doigts sont blancs, mais ce Weasley-là, c’est ma proie, Démophon.
– Ouais, c’est ce qu’on entend, mais moi j’ai bien envie de récupérer la prime.
Cadmos jette un regard à Alexander, un long regard, comme s’il hésitait sur comment réagir. Il sait que s’il attend trop longtemps, il va mourir. Son jeu entier s’effondrera. Il n’y aura plus de course poursuite, plus rien de tout ça n’existera… Il esquisse une petite moue que Démophon ne voit pas, déjà prêt à toucher sa marque des ténèbres. Il tire sur sa manche quand Cadmos quitte du regard le Weasley et tends sa baguette vers lui.
– Démophon, le gros relève la tête vers Cadmos, t’en as pas marre de me casser les couilles ?
Le sectumsempra qui part est si puissant, si violent, que le crâne de Démophon est traversé d’un éclair vert. Il n’a pas le temps de réagir, une gerbe de sang jaillit simplement de son front et il tombe en arrière, lourdement. Il n’a pas eu le temps ni de crier, ni de toucher sa marque. Cadmos ne le regarde pas trop longtemps, comme si cette mort ne signifiait rien pour lui. Au lieu de ça il approche calmement d’Alexander, pliant les jambes afin d’être à niveau.

Il écarte d’une main les mèches qui collent à son front. De nouveau il le regarde, plonge dans son regard, mais ce n’est que pour y lire ce qui s’y trame. Il revoit la scène, les souvenirs. Hazel. Une potion de dictame ? Intéressant. Sans un mot, dans un silence de mort, Cadmos parcourt du bout des doigts le corps tremblant et agonisant du Weasley. Il la laisse courir le long de son torse avant de l’enfoncer dans ses poches, mais elle n’est pas là. Il cherche finalement dans la poche de sa cape et en extrait une petite fioline. Un sourire satisfait se dessine alors qu’il la débouche d’un coup de dent, son autre main trop occupée à retirer à Weasley sa baguette.
– Même un loup mort mord encore…
Il la brise en deux, comme à chaque fois qu’il le croise, et la jette dans les herbes. Il sera désormais difficile de lire en elle, et tant mieux. Le Carrow ne sait pas encore comment il va expliquer ça, mais il fera passer le meurtre de Démophon sur le dos de l’ordre. Il essaiera. Si jamais on lui demande…
Sans plus y réfléchir, il arrache la main de Weasley de sa propre plaie. Un petit jet de sang lui éclabousse le visage, mais ce n’est rien. Il verse quelques gouttes seulement de la potion. Une fumée verdâtre s’élève de sa gorge offerte. Pendant ce temps-là, il le fixe, un sourire malsain toujours sur les lèvres. Difficile de savoir pourquoi il fait ça.
Quand la plaie est finalement refermée, Cadmos se redresse doucement. Il a un sourire amusé.
– Je n’ai pas dit que c’était terminé, Alexander.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Mer 1 Nov - 13:40

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Ses doigts demeurent pressés contre sa gorge, tentant de contenir l'écoulement qui s'échappe entre ses phalanges. Il ne peut s'empêcher de penser à cette fiole de dictame qu'il a dans la poche de sa cape mais il n'arrive pas à prendre la décision de retirer ses doigts de la plaie. Il pourrait déclencher une hémorragie qui le terrasserait en quelques secondes et tout serait fini. Sa vision s'assombrit légèrement et s'il parvient toujours à voir autour de lui, des points rouges troublent les images. Une autre paire de chaussures apparaît non loin mais il ne reconnaît le pas qu'après avoir entendu la voix s'élever, échangeant avec le premier arrivé. « Hé, hé, t’as vu la belle proie que j’ai là ? T’en dis quoi Carrow ? Et il est où Alcinoos ? » Carrow ? Il serre les dents et ses doigts encore plus, craignant déjà qu'il ne s'agisse de Cadmos, ce qui lui est très vite confirmé... « Je crois qu’il n’a pas réussi à me suivre, mais ce Weasley-là, c’est ma proie, Démophon. » Cette possessivité maladive et malvenue qu'il exécrait mais qui pourrait bien lui être favorable aujourd'hui. Peut-être... Il lève le regard vers le Carrow, ses doigts tremblants maintenus sur la plaie, ses pupilles dilatées le regardant sans vraiment le voir, implorant sans doute sans en avoir l'air. Ses sens défaillent et il ne comprend pas vraiment la suite ; il entend crier, un sort que l'on jette, un corps qui tombe, sans doute. Lui, il est bien trop occupé à ne pas mourir pour se soucier vraiment de ce qui se passe autour de lui, au fond. Ce n'est que lorsque Cadmos apparaît devant lui, s'accroupissant à ses côtés pour être à sa hauteur, qu'il reprend un semblant de conscience, ses prunelles papillonnant nerveusement dans sa direction. Il n'avait que moyennement envie de crever à genoux avec le Carrow comme seul et unique spectateur... Les mains du mangemort viennent fouiller ses poches et il frissonne, de froid ou d'autre chose qui peut bien le savoir, tremblant davantage, haussant un sourcil surpris en le voyant retirer finalement le flacon de dictame. Il tente de parler le rouquin mais aucun son ne sort d'entre ses lèvres, mis à part cet affreux gargouillement qui indique sa fin prochaine. Pendant ce temps, à son grand étonnement, le plus vieux a entrepris de déboucher la fiole tout en lui subtilisant sa baguette, la brisant en deux, une fois de plus. Il le maudirait bien pour ça, si seulement il était en état de faire quoi que ce soit de plus que de demeurer là, les doigts refermant sa plaie. « Même un loup mort mord encore… » Ses doigts sont retirés de force de la blessure à la gorge qu'il tente toujours vainement de contenir, une gerbe de sang s'échappant de la plaie et le faisant défaillir à nouveau avant que le mangemort n'y verse quelques goutte de dictame. Il siffle entre ses dents serrées comme la plaie se referme douloureusement, laissant échapper une fumée verdâtre à l'odeur âcre, le souffle court sous la souffrance et la peur qui l'avait envahi. Son rythme cardiaque se stabilise doucement, faisant moins d'embardées, pour sûr, mais demeurant tout de même bien trop rapide pour être normal... Le Carrow se redresse lentement et Alexander ne comprend pas vraiment ce qui l'a poussé à le soigner alors qu'il aurait pu attendre et se repaître du spectacle. « Je n’ai pas dit que c’était terminé, Alexander. » Il ne peut retenir un vague sourire moqueur. Quelques débuts d'explications, ce besoin de contrôler sa vie et surtout sa mort, il avait bien saisi... L'autre avait sans doute encore des projets pour lui, une envie de jouer qui ne pouvait pas s'arrêter là, dans la forêt de Loutry, à cause d'un sort lancé par un autre. Il lui faut de longues minutes pour reprendre ses esprits, regagner un peu de force, suffisamment pour se relever tout seul et regarder autour de lui, prenant la mesure de l'événement. Hazel n'est pas visible et il s'en félicite, espérant qu'elle ait eu le temps de fuir sans trop de dommages et sans mauvaises rencontres. Il ne peut pas manquer le corps au sol, celui du mangemort qui l'a poursuivi en premier lieu, scalpé de bout en bout par un sort particulièrement vicieux. Un « o » de surprise vient habiller ses lèvres comme son regard va du cadavre de Démophon au visage de Cadmos, fronçant les sourcils. « J'imagine que tu vas me foutre ça sur le dos ? » qu'il interroge avec neutralité, pas franchement dérangé par l'idée... Le sang macule sa gorge, ses doigts et ses vêtements mais il n'y prête pas gare. Il ne lui fera pas le plaisir de lui demander pourquoi il l'a aidé et ce qu'il lui doit pour ça, ou ce qu'il va lui demander en retour. Il ne veut pas lui donner d'occasion d'exiger quoi que ce soit de lui. « Je te fais donc si peur que tu ne veuilles jamais me laisser en possession de ma baguette. Je te savais cruel mais je ne te connaissais pas lâche, Carrow. » Il penche la tête sur le côté, évaluant déjà ses possibilités de repli...



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Mer 1 Nov - 15:21

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il capte les sensations, la mort, la fuite en avant. Son regard qui le supplie aussi, même sans mots, il le fixe. C’est d’un délectable, ce goût de victoire… Mais la victoire doit rester de courte durée, sinon quoi le jeu n’aurait plus aucun intérêt. Il le sauve donc, d’une main, hume l’odeur qu’il trouve lui-même écœurante, observe la plaie qui se referme. Il en a déjà vu des nombreuses des comme ça, des plus profondes, des plus mortelles aussi. La peau maculée de sang a pourtant le don de l’appeler.
Il se redresse finalement, la jaugeant d’un regard terrible alors qu’il calme les élans brûlants en lui laissés par l’adrénaline descendante. Il se racle d’ailleurs la gorge, comme s’il pouvait chasser l’envie de sang. Il jette un regard à Démophon mais ce corps ouvert en deux, sa cervelle rose qui s’écoule par le front n’éteint absolument rien en lui. Il sert légèrement les dents, recule d’un pas, laissant Alexander revenir à leur jeu. Il est faible, anémié, mais ça fera l’affaire de quelques minutes.
Nerveusement, Cadmos passe son pouce sur ses propres lèvres, pouce maculé de sang. Il récupère également une partie de la gerbe qui lui a éclaboussé le visage.
– J'imagine que tu vas me foutre ça sur le dos ?
– Non, je vais dire à tous les mangemorts que j’ai tué Démophon Goyle pour tes beaux yeux Weasley.
Le sarcasme est craché du bout des lèvres. Peut-être parce que le froid revient drapé les épaules du Carrow, qu’il se rend compte que ce n’était peut-être pas la meilleure chose à faire, et surtout, tout ça pour quoi déjà ? Il jette de nouveau un regard au cadavre, levant les yeux au ciel. Bon, après tout, personne n’aimait vraiment Démophon Goyle. Sa truie ne dirait rien, les yeux gonflés par les coups elle ne verrait rien.
– Prends ça comme tu veux, ricane-t-il finalement, se détendant légèrement en se disant qu’il l’a bien cherché, tu ne verras aucun inconvénient à ce que je raconte combien le vilain Weasley a tué le gros Goyle. Et moi, ça m'évite pas mal d'emmerdes. Puis de toute façon, je l'aimais pas, il était très con...
C'est une excuse minable mais c'est la sienne. Il le jauge finalement, tenant toujours ses distances. Il n’est pas du tout calme, ses mains tremblent légèrement mais il se contient tant bien que mal. Le voir ainsi affaibli et en sang a le don de lui donner des envies de torture. Il pourrait bien le tuer de ses propres mains. Il ferait un très beau cadavre juste à côté de Démophon, mais avant ça, il se voit bien se nourrir de son sang.
Peut-être qu’au lieu de refermer cette vilaine plaie, il aurait dû y coller sa bouche et avaler autant qu’il pouvait de son sang ? Une pointe de regret passe dans les yeux de Cadmos, bien qu’il soit tenté de recommencer l’aventure. Il reste en effet quelques gouttes de dictame dans la fioline et…
– Je te fais donc si peur que tu ne veuilles jamais me laisser en possession de ma baguette. Je te savais cruel mais je ne te connaissais pas lâche, Carrow.
Alexander n’a pas le temps de comprendre que déjà une droite s’écrase sur sa joue, assez puissante pour le soulever et le faire retomber aussi sec sur le sol. Cadmos n’a pas fait deux pas, il a juste projeté de toutes ses forces son poing, et maintenant il le regarde d’un air terrible. Il a l’air vexé. C’est l’effet que ça lui fait de s’entendre dire qu’il n’est qu’un lâche. Il approche d’un pas mauvais mais lent, comme s’il hésitait sur la conduite à adopter. Le frapper encore ? Le finir d’un seul sort ? Non, ça serait marcher dans son jeu.
– Lâche ? Ce n’est pas lâche de s’assurer que tu ne me frapperas pas dans le dos dès la première occasion, Weasley. C’est… intelligent, siffle-t-il en s’accroupissant doucement devant lui, le repoussant dos au sol d’une main forte, et je suis très déçu, je ne te pensais pas aussi… ingrat.
Le regard de Cadmos a changé. Il est brillant, comme à chaque fois qu’une nouvelle idée lui traverse l’esprit. Il se penche au-dessus de lui, suivant son instant. Sa main glisse sur son t-shirt et sans ménagement il le déchire d’un geste sec, au niveau du col, afin de dévoiler le sang qui a coulé et collé à sa peau claire. Le Carrow rejette légèrement la tête en arrière pour avoir une meilleure vision globale de ce corps faible et offert – du moins, c’est ainsi qu’il le perçoit à ce moment là – offert à lui seul.
– Tu m’en dois une bonne, je ne pense pas que tu sois en position de jouer aux princesses. Alors reste tranquille cinq secondes que je te montre combien je suis cruel.
Il ricane, déjà excité rien qu'à l'idée de le torturer un peu, pour la forme. Il ne vient pas de lui sauver la vie pour rien. Cadmos n’est pas assez généreux pour ça. Il pourrait bien faire cet effort pour certaines personnes, mais il refuse qu’Alexander Weasley en face partit.
Comme pour cueillir la recette de sa victoire, il pose sa main sur son épaule droite, pour le maintenir au sol. Il approche son visage en silence de sa gorge, du côté gauche, là où le sort a d’abord frappé. Il ne veut pas qu’il bouge, et Alex ne lui fait pas de déplaisir. C’est un corps parfaitement immobile que Carrow survole, le couvrant de son aura noire. Sa cape les cache, l’obscurité imperméable des arbres également, alors qu’il colle ses lèvres à sa peau. Ils sont seuls, Cadmos en est persuadé, alors il ose.
– Ne bouge pas.
C'est un murmure, presque une supplique, mais il ne s'adresse pas vraiment à Alex. Son regard est hypnotisé par le sang, le rouge carmin qui glisse sur le blanc de sa peau.
Il embrasse avidement le coin de sa mâchoire, et descend, léchant avec gourmandise le sang encore frais mais déjà bien froid. Sa main sert légèrement l’épaule du Weasley avant de le lâcher, de se poser dans les feuilles fortes, à la droite de son visage. Il dévore avec une certaine sensualité chaque parcelle de sa gorge, mordillant parfois même pour décoller le sang qui aurait eu le malheur de séché. Il se dit que quand il en aura fini, il ne restera plus rien, pas même l’odeur âcre du dictame.
Il se donne même le droit de mordre là où le sort a frappé, pour réveiller la douleur. Alex se soulève, mais sa main forte le maintien de nouveau au sol, planté au milieu de son torse, appuyant sur son plexus comme une promesse et une menace à la fois.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Mer 1 Nov - 17:14

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il écoute ses explications d'une oreille distraite ; au fond, il se fout bien de ses raisons, puisqu'elles l'arrangent pour une fois. Il se moquait bien, par ailleurs, de devoir assumer le meurtre d'un Goyle qui lui aurait fait la peau, de toutes façons. Il soupire, pas franchement concerné. Tout ça le laisse perplexe mais il se garde bien de le dire à voix haute comme beaucoup de choses, quand ça concerne le Carrow. Il constate simplement la perte de sa baguette magique, une fois de plus, lui qui n'a pas franchement les moyens de s'en racheter une autre... La vie de fugitif était une existence misérable où les gallions ne coulaient pas à flots, malheureusement. Il ne sait pas pourquoi il ressent le besoin de le provoquer, de jouer les braves une fois de plus ; peut-être parce qu'il ne se sent pas vraiment de taille physiquement, au vu de cette récente blessure, et qu'il cherche à compenser par cette grande gueule qui lui est légendaire... La réponse ne se fait pas attendre comme une droite lui est envoyée en plein visage, le faisant retomber sur le sol, sur ses fesses. Il grimace sous l'effet de a douleur, crachant au sol le sang qui vient emplir sa bouche. Cadmos approche mais il ne bouge pas, le défiant du regard en grondant comme un loup en colère. « Lâche ? Ce n’est pas lâche de s’assurer que tu ne me frapperas pas dans le dos dès la première occasion, Weasley. C’est… intelligent. » Les doigts du mangemort viennent appuyer sur son torse, le faisant basculer, son dos collé au sol et il laisse échapper un hoquet légèrement surpris. « et je suis très déçu, je ne te pensais pas aussi… ingrat. » Il siffle entre ses dents serrées, le rouquin, en l'entendant évoquer son ingratitude. Il ne lui a rien demandé, au fond, lui, il ne l'a jamais supplié de le sauver. C'est ce qu'il se dit en le crucifiant du regard, conscient d'être de mauvaise foi. Sans doute que, à genoux et en train de se vider de son sang, ses yeux avaient pu exprimer des sentiments différents... Il sursaute brusquement en sentant son t-shirt se déchirer sous l'impulsion du mangemort et il relève la tête, protestant instinctivement. « Qu'est-ce que tu f... » Le regard que lui porte le Carrow le coupe net dans son élan et il se fige, ses muscles se tendant par anticipation. « Tu m’en dois une bonne, je ne pense pas que tu sois en position de jouer aux princesses. Alors reste tranquille cinq secondes que je te montre combien je suis cruel. » Il gronde, le rouquin, reposant sa tête sur le sol, résigné. S'il devait payer une dette, autant le faire de suite et ne plus jamais en entendre parler. Jamais... La main de Cadmos s'appuie sur son épaule droite, le clouant par terre comme un papillon dans la vitrine d'un collectionneur. Il reste immobile, le Weasley, regardant le ciel sombre et déjà parsemé des premières étoiles. Les lèvres du Carrow viennent se poser contre la peau de sa gorge et il se tend, ses doigts s'enfonçant dans la terre meuble en dessous de lui. « Ne bouge pas. » Il déglutit avec difficulté, incapable de prononcer le moindre mot, figé tel une statue de sel... La bouche du mangemort embrasse et lèche, mordille par endroits, et il ferme les yeux avec force, les paupières crispées à en crever, son cœur prêt à bondir hors de sa poitrine, ses muscles refusant de lui répondre... Ses dents viennent se planter au niveau de la blessure encore fraiche et il siffle, se crispant tout à coup, son corps se soulevant de terre par instinct juste avant que le mangemort ne le cloue au sol de nouveau. « Please... » Il murmure, à peine, pour qu'il arrête, comme il le sent descendre plus bas, suivant les traces de sang qui ont coulé sur son torse et il ne peut retenir un couinement fort inapproprié quand la langue du Carrow vient lécher le creux de sa clavicule. Ses ongles se crispent dans la boue tandis que Cadmos poursuit son œuvre, sa besogne répugnante mais qu'il ne peut pas empêcher de réveiller des sensations qu'il n'aurait jamais cru voir attisées par lui. Il soupire, malgré lui, ses muscles se détendant progressivement sans qu'il ne puisse rien y faire et il finit même par feuler éhontément, les paupières toujours closes et les joues plus roses qu'elles ne devraient. Ses doigts se meuvent d'eux-mêmes, trouvant la tignasse du Carrow pour s'y glisser et s'y refermer un peu brusquement, retenant les soupirs qui ne demandent qu'à franchir ses lèvres. Il lui semble entendre des bruits dans les fourrés, des branches qui craquent, des feuilles qu'on écarte, mais trop concentré sur la bouche du Carrow sur lui, il n'y prête attention que trop tard. « Alexander ? » Il se fige, ses paupières se rouvrant brusquement en entendant la voix de Hazel. Depuis combien de temps est-elle là, à les observer ? Et surtout, qu'a-t-elle dû se dire à le voir feuler comme la dernière des catins ? Ses doigts retombent mollement sur le sol et son visage prend une teinte cramoisie ; il a bien conscience de ce dont ça a l'air et pourtant, pourtant... « Ha... Hazel ? » Son cœur fait des embardées et il tente de se redresser, cherchant à se soustraire à la poigne du Carrow. « Hazel, ce n'est pas ce que tu crois... » Pas vraiment, en tous cas...



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Mer 1 Nov - 18:29

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
La peau d’Alexander est une source inépuisable d’hémoglobine. Cadmos s’y abreuve comme un enfant au sein de sa mère. Il y plonge et se laisse aller, ses doigts glissant de son torse à sa hanche alors que sa bouche descend également, suivant le dessin de son torse. Il se fiche bien de savoir s’il a des seins ou une jolie taille, tout ce qui l’intéresse sur le moment c’est se délecter de ce sang qui lui paraît être meilleur que tous les alcools de son Domaine. Sa tête est engourdie, assaillie par l’excitation mais aussi par les soupirs du Weasley. Ses pensées sont un flot condensé de plaisir et de frustration qui enrobent petit à petit le Carrow. Il ne réagit pas encore physiquement mais sa bouche ne se garde plus de le dévorer sur place. Il va jusqu’à mordre dans son flanc, comme s’il pouvait en tirer quelques gouttes de plus. Il gronde légèrement quand il sent les mains d’Alex qui se glissent dans sa tignasse brune. Il ne le reprend pas cependant, sa caresse inédite tirant en effet au mangemort quelques frissons.
Quand il lui murmure ce petit « please », l’effet est immédiat. Le sang du Carrow ne fait qu’un tour et ses yeux s’allument de quelques mauvais dessins. Qu’il le supplie comme ça, lui, sans même le confondre avec sa femme, qu’il lui en demande plus, à lui, le mangemort… Il se pourlèche les lèvres et cette fois il mord tendrement, ses doigts s’enfonçant dans sa hanche pour le tenir en place.
Il est si aspiré par l’envie de le faire crier, à l’envie d’enfoncer ses griffes et ses dents dans sa peau, qu’il n’entend pas le bruissement des feuilles mortes. Les sentiments d’Alex remplissent son crâne et le poussent à vouloir continuer, de plus en plus furieusement, jusqu’au moment où la mascarade a assez duré.
– Alexander ?
C’est avec une certaine prudence que les lèvres de Cadmos se détachent de la peau du Weasley et qu’il se redresse, lentement. Sa main glisse dans la poche de sa cape, discrètement, pour reprendre sa baguette. Il croise les pupilles claires de la jeune fille qui les fixe, visiblement abasourdie. Cadmos sourit ; elle a raté sa chance d’abattre le grand méchant loup.
– Ha... Hazel ? Hazel, ce n'est pas ce que tu crois...
Toujours accroupie alors qu’Alexander se redresse, d’un petit air affolé, Cadmos analyse la situation. Elle est seule et visiblement inexpérimentée. Lui à l’air ennuyé. Lentement le Carrow se redresse, passant dans le dos d’Alex, se fendant presque comme s’il était son ombre. Il se mord l’intérieur de la joue, hésitant sur la suite, il est comme un lion en cage, prêt à mordre – mais quelle proie en premier ? Amusé par l’embarras de l’un, et la confusion de l’autre, Cadmos avance et se plaque contre le dos d’Alexander. Sa main gauche glisse au travers de son torse, l’attrapant à la gorge, alors que sa main droite place le bout de sa baguette juste sous cette dernière.
– Si tu avances encore gamine, je le découpe en pièces.
Il en est capable, et elle n’osera pas de ce qu’il entend. Elle hésite, elle tremble, ses doigts sont si fins, il pourrait les casser un à un… Elle serait adorable en inferius. Avec ses grands yeux noisette. Ce n’était pas les yeux les plus importants – à la fin, toutes les pupilles finissaient par être blanc de nacre.
Il ne laisse pas de temps à la gamine pour réfléchir et fait deux pas en arrière, traînant avec lui Alex. Il se tient simplement à distance. Pas question pour elle d’aller balancer la nouvelle à tout Londres. Sa réputation de mangemort respectable, adieu aussi son couple. Sa femme ne lui pardonnerait sans doute pas déjà d’avoir fait feuler Alexander Weasley. Il aurait beau lui dire que ce n’était que par sadisme et jeu, elle n’y comprendrait rien.
Personne ne pouvait comprendre le jeu de Cadmos Carrow.
– Alex, elle a tout vu, murmure l’hydre sur la nuque de l’homme, appuyant également sa baguette contre la gorge blanche, elle est prête à tout raconter… Qu’est-ce…
Il ricane déjà alors que la gosse sert plus fort encore sa baguette. Elle a l’air furieuse mais elle est comme une proie déjà acculée ; ses choix sont limités, ses envies sont folles et ses espoirs près de zéro.
– Est-ce que tu veux… que je règle… le problème… ?
Le sourire qui se dessine sur la nuque d’Alexander Weasley est fin, subtil, sournois.
La gosse au même moment hurle :
– R-Relâche-le ! Alex ! Qu’est-ce… que je dois faire ?
Elle est presque larmoyante. Prête à fuir. Prête à se battre aussi. Elle ne le voit pas, mais Cadmos le sert davantage contre lui, possessif à en crever.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Jeu 2 Nov - 17:19

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Le regard de la blondinette passe de l'un à l'autre, comme elle ne comprend pas vraiment ce qu'elle vient de voir. Est-ce que ses yeux viennent de la trahir ou bien s'est-elle mépris sur la vision qui lui avait été offerte, à l'instant ? Alexander dément, elle s'affole, levant sa baguette dans leur direction sans le viser vraiment. Le Weasley était un membre éminent de l'Ordre ; lui et sa famille avaient versé leur sang bien plus de fois qu'on ne saurait le dire, au fond. Ce n'était pas le genre d'homme dont on remettait la loyauté en cause... Il n'a pas vraiment le temps d'expliquer plus avant que la main de Cadmos, qu'il avait presque oublié, se glisse sur sa gorge, l'attrapant fermement tandis que sa baguette vient s'enfoncer contre sa carotide. Il le sent, collé contre son dos et il se tend, serrant les dents. « Si tu avances encore gamine, je le découpe en pièces. » Hazel hésite, ses doigts tremblent et sa prise sur sa baguette se fait moins assurée, moins sereine. Ses prunelles papillonnent dangereusement entre l'un et l'autre... Le Carrow recule de deux pas, obligeant Alexander à faire de même, comme il s'exécute un peu gauchement. Son regard bleu essaye de capter celui de la jeune femme mais elle est jeune, inexpérimentée, complètement paniquée et elle ne comprend pas ses appels désespérés. « Alex, elle a tout vu, elle est prête à tout raconter… Qu’est-ce… » Il cherche à se dégager, le rouquin, lion inlassable même quand il est pris au filet du chasseur. Qu'est-ce qu'il raconte ? « Est-ce que tu veux… que je règle… le problème… ? » Il susurre contre sa nuque, le serpent, et le Weasley écarquille les yeux, lâchant un « Quoi ? » complètement indigné. « R-Relâche-le ! Alex ! Qu’est-ce… que je dois faire ? » Il se mord l'intérieur de la joue, se forçant à réfléchir. Cette situation lui rappelle celle qui a eu lieu, des années auparavant, avec Benedict ; même configuration, à peu de choses près. Il ne pouvait pas reproduire la même erreur qu'avec son meilleur ami. Il ne pouvait pas être responsable de la mort de quelqu'un d'autre. Pas encore une fois... « Qu'est-ce qu'elle a vu, Cadmos ? Toi en train de me torturer, comme tu aimes à le faire ? » Il ricane, haussant les épaules. « Peu m'importe si elle le raconte... » Ce n'était pas tout à fait vrai, mais il savait qu'il serait en mesure de convaincre Hazel que ce qu'elle avait vu n'était pas vraiment ce qu'elle pensait. Il avait le charisme nécessaire pour ça, il n'en doutait pas. Sans prévenir, ses mains remontent, venant accrocher le poignet du Carrow, celui qui tient sa baguette, l'enfonçant davantage dans sa peau. Ça fait mal, un mal de chien, mais il faut au moins ça pour que le mangemort ne puisse pas pointer sa baguette sur la jeune femme. « Casse-toi, Hazel ! » Elle avance d'un pas, comme il lutte toujours pour empêcher le poignet du brun de se libérer et de la tuer sur place, sans autre forme de procès, hésitante, peu désireuse de le laisser là. Il revoit Benedict, des années plus tôt, cette même loyauté stupide qui lui avait coûté la vie. Il la crucifie du regard, hurlant complètement, quitte à la faire sursauter. « DEGAGE ! MAINTENANT ! C'EST UN ORDRE ! » Sa lèvre inférieure tremble, elle est prête à fondre en larmes mais elle finit par transplaner finalement, visiblement à regret... Il soupire de soulagement le rouquin, maintient encore sa poigne pour être sûr que Cadmos ne pourra pas suivre la trace de la gamine et, finalement, ses doigts se détendent et retombent mollement le long de son corps, libérant le Carrow... Vraiment, il est soulagé qu'elle ait pu s'enfuir et il finit même par éclater de rire, un rire nerveux, sans nul doute, mais un rire malgré tout. « Je ne laisserai plus personne mourir à cause de moi, Carrow. Ni elle, ni un autre... » Au moins, il était prévenu. Il ne referait plus les erreurs stupides qui avaient mené à la perte des êtres qui lui étaient chers. Il est presque euphorique, exalté, tant et si bien qu'il redevient ce gosse inconscient et tête brûlée qu'il était souvent. Insolent aussi, à en crever... « Tu veux me faire saigner encore, Cadmos ? » Il laisse échapper un rire moqueur. « Si prompt à laisser courir ta langue sur ma peau, je me demande ce qu'en penserait ta femme... » Il penche la tête, cherchant à voir son visage, cet air provocateur et arrogant sur la gueule. « Et si le sang avait coulé jusque sous mon pantalon, mh ? Je suis curieux de savoir jusqu'où tu serais allé... » Il le provoque, noie le poisson, fait de son mieux pour faire oublier, qu'à un moment, ayant perdu pied, l'espace de quelques secondes, il avait apprécié ça. Il nierait en bloc si on l'y confrontait bien sûr et il était sans nul doute très doué quand il s'agissait de se voiler la face...



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Jeu 2 Nov - 17:51

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
L’aura de Cadmos est écrasante. Hazel la ressent de plein fouet à en juger par son attitude, ses doigts hésitants et ses yeux apeurés. Elle a peur car elle sait qu’elle joue sa vie. Elle sait que si elle rate le moindre pas, il n’y aura plus jamais de peur, de douleur ou de joie – il n’y aura que la mort. Il n’a pas le charisme d’Aidos mais il y a quelque chose chez Cadmos de perturbant, de terrifiant. C’est peut-être dans sa façon si particulière de regarder les gens que tout se joue ? Peut-être cette capacité à darder ses pupilles dont on dirait qu’elles sont couleur sang ? Hazel hésite, et plus elle hésite, plus elle perd de la valeur. Cadmos déteste l’hésitation.
– Quoi ?
– R-Relâche-le ! Alex ! Qu’est-ce… que je dois faire ?
A l’oreille d’Alex, Cadmos ricane comme un diable. Il lui a proposé un marché, mais il sait que l’ancien gryffondor ne marchera jamais dans sa combine. Il est trop pur, trop gentil. Il épargne même les exécrables mangemorts d’ici-bas, alors une gamine trop jeune pour mourir (y-a-t-il véritablement un âge idéal pour mourir ?), à quoi bon essayer. Malgré tout, le Carrow persiste. Son bras est fermement accroché et il tremble légèrement, d’excitation principalement.
Il est comme un chien prêt à sauter à la gorge. Il sent dans sa bouche la salive qui s’accumule, réflexe mécanique de la grande machine qu’est le corps humain.
– Qu'est-ce qu'elle a vu, Cadmos ? Toi en train de me torturer, comme tu aimes à le faire ? Peu m'importe si elle le raconte...
Le regard de Cadmos vrille légèrement. Il change, mute, dangereusement, comme un virus. Le choléra se change en peste. Le visage joueur se rembrunit légèrement, prêt à rétorquer qu’elle a très bien vu ce qu’ils faisaient, qu’il se délectait de son sang encore frais et que lui feulait comme la dernière des chiennes. Il pourrait bien le dire à voix haute, le faire entendre, mais il y a quelque chose qui fondamentalement ne sonne pas juste là-dedans. Quelque chose qui gêne même Cadmos, lui qui est si peu habitué à la honte.
Cette fenêtre inattendue laisse le temps à Alex de reprendre leur corps à corps. Le dos de Cadmos se tend en même temps que tous ses muscles quand Weasley lui aggrippe le poignet. Il aimerait le lever mais au vu de la prise, il n’y arrivera pas. Pour étriper la petite, il doit au moins lui éclater le crâne. Il pourrait le tuer, mais ce n’est pas l’idée qui lui vient à l’esprit. Aussi, machinalement, il se débat, d’un air furieux parce que le jeu ne va pas dans son sens. Comme un enfant colérique son visage rougit au niveau des pommettes et ses yeux jettent de petits éclairs. Comme un animal, il grogne de colère.
– W-Weasley arrêtes… TU OSES..
Son cri déchire le silence. Hazel la mutique se remet en marche, comme une poupée dont on aurait remonté la clef. Elle sonne. Cadmos la fixe du coin de l’œil mais il n’y arrive pas.
– Casse-toi, Hazel ! DEGAGE ! MAINTENANT ! C'EST UN ORDRE !
Les paupières du mangemort s’écarquillent alors que la gamine disparaît, les yeux bouffis par les larmes. Cadmos cherche à faire deux pas, pour la suivre, pour l’attraper, mais Alex lui bloque la route, le piégeant dans une étreinte qui était censée être à l’origine la cage d’Alex – pas la sienne.

Le silence les entoure de nouveau, et Weasley le lâche, enfin. La sensation autour de ses poignets est agréable – de nouveau libres, de nouveau maître de soi. Pour autant, le regard de Cadmos est perdu dans les feuilles mortes. Il n’est pas sans défense même s’il en a l’air – il réfléchit, juste. Il cherche à digérer la bile noire qui remonte le long de sa trachée, cette colère sans nom que Cassiopée n’a jamais vu que dans ses visions mais qu’elle a tant redouté certaines fois.
Il sert davantage sa baguette, relevant doucement son regard carmin sur Alexander. Ce dernier a l’air soulagé. C’est presque une insulte rien qu’à la regarder. Il rit. Il lui rit au nez et à la barbe, parce qu’il a réussi à sauver quelqu’un, une fois, dans sa longue existence. Une personne. Mais une personne de trop pour le Carrow.
– Je ne laisserai plus personne mourir à cause de moi, Carrow. Ni elle, ni un autre...
Le regard qu’il lui jette est terrible. Il n’y a sans doute jamais eu de colère plus silencieuse chez lui. Il ne s’est jamais senti aussi humilié, aussi bas que maintenant. Aussi frustré. Il ne se souvient pas d’avoir éprouvé cette sensation déplaisante, cet inconfort immonde. Il est tellement malade qu’il pourrait en vomir sur le champ, mais il se tient là, les poings serrés, et il le fixe.
Il attend quelque chose. De la gratitude. Des excuses. Des suppliques. Quelque chose qui lui remonte le moral, qui adoucisse sa haine grandissante, mais rien ne vient. Il ne faut rien attendre d’un chien des rues – la voix de son père sonne dans son crâne, lointaine et proche à la fois.
– Tu veux me faire saigner encore, Cadmos ? Si prompt à laisser courir ta langue sur ma peau, je me demande ce qu'en penserait ta femme...
Il le toise, comme tous ses gosses de riche de Poudlard. Peverell, Black et les autres. Ces insupportables pantins de parents étriqués et malsains. Il les revoit tous, là, devant lui. Il lui a sauvé la vie pour que le jeu continue – pourquoi est-ce qu’il n’y a pas de juste retour ? Il sert les dents, prêt à s’éclater les gencives tant il les serre.
Il ne lui faudrait qu’un tout petit rien pour tout éclater. Pour que tout sorte.
La haine, la rancune – la bile noire qui noie ses poumons.
– Et si le sang avait coulé jusque sous mon pantalon, mh ? Je suis curieux de savoir jusqu'où tu serais allé...

C’est l’insulte de trop.
Les yeux de Cadmos se ferment, comme s’il venait de prendre une claque, et finalement il les rouvre. Son air est soudainement joyeux, amusé. Mais son rire n’a rien d’un sourire arrogant ou prétentieux comme il peut en avoir souvent, non. Ce sourire-là est effrayant. Il est comme celui des hommes qui viennent de perdre la raison. C’est peut-être ça en réalité : Cadmos Carrow vient de devenir fou à son tour, lui qui ne s’était jamais lassé d’être un tueur pragmatique.
– Je vais te découper en petits morceaux, Alexander Weasley…
La voix et le ton qu’il utilise à ce moment n’ont jamais été de son vocabulaire. C’est une menace qu’il semble prêt à tenir cette fois.
– Je veux… te voir souffrir, vraiment.
Comme s’il ne l’avait jamais fait souffrir. Ça semble fou, mais il a l’air d’y croire, de croire sincèrement que la perte de sa femme et de ses parents n’étaient finalement qu’un avant-goût, qu’il pouvait y avoir quelque chose d’encore pire.
Son esprit désinhibé ne se souciant plus de la survie ou non de ce petit ingrat, Cadmos lève sa baguette et pour la première fois de sa longue carrière le frappe d’un sort alors même qu’il est désarmé, sans aucune pitié :
ENDOLORIS !
Il hurle de rire, continuant, encore et encore, alternant le silence et la douleur. Il veut le faire hurler, hurler de douleur, le voir pleurer, sentir son esprit se brisait en mille morceaux. Qu’il s’effondre et comprenne qu’ici, il n’y a de place que pour un seul Maître.
– Que penserait ta femme, Alexander, si elle te voyait ramper de la sorte, hein ?
De nouveau le rire fou du Carrow résonne entre les troncs. Il lui écrase la gorge du talon de sa chaussure, forçant sans délicatesse sur sa pomme d’adam. Il sonde son esprit, se repaît de ses peurs mais aussi de sa colère.
– Que penserait-elle si elle apprenait que tu avais feulé comme une chienne quand je ne faisais que boire ton sang ? Mh ?
Son sourire se dessine, carnassier, alors qu’il relâche sa prise.
– Supplie-moi, Weasley, sinon quoi, j’irais chercher la petite pute qui t’accompagne, je la traquerais, du matin au soir, et j’en ferais mon inferius personnel..
Il a la rage des Carrow dans le sang, ça se voit.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Ven 3 Nov - 10:21

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il le provoque, avec indécence et avec imprudence aussi, sans nul doute, mais il ne réalise pas le danger qui le guette, la colère qu'il a allumé dans les yeux du Carrow. C'est une victoire, quand bien même elle est mince, mais il a réussi à sauver Hazel quand Cadmos semblait avoir décidé sa mort et, rien que pour ça, il s'accorde le droit de fanfaronner un peu. Peut-être à tort... « Je vais te découper en petits morceaux, Alexander Weasley… » Alexander fronce les sourcils, reculant d'un pas. Quelque chose a changé dans sa voix et dans son regard mais il ne parvient pas à discerner quoi exactement, il pressent juste que ça ne sent pas bon pour lui... « Je veux… te voir souffrir, vraiment. » Il hésite quelques secondes, recule d'encore un pas, prêt à détaler comme un lapin si jamais le besoin s'en fait sentir. Toutefois, il n'a pas vraiment le temps de se mettre à courir en entendant le début du sort qu'il a l'intention de lui lancer que, déjà, le sortilège le frappe de plein fouet, le jetant à terre sous l'effet de la douleur qui transperce chacune des parcelles de sa peau. Son dos heurte le sol avec dureté et son corps se soulève comme ses muscles sont parcourus de milliards de lames qui le poignardent sans cesse. Au début, il n'entend que le rire machiavélique de Cadmos qui se réjouit de sa douleur puisqu'il s'obstine à serrer les dents pour ne pas hurler. Son corps convulse, le sang dégoutte de sa bouche à force d'avoir trop mordu sa lèvre inférieure. Bientôt, il n'y tient plus et, comme le sort se prolonge, encore et encore, il finit par hurler à s'en briser les cordes vocales, inconscient de ses propres cris de douleur, de l'image de lui qu'il exécrerait mais qu'il offre malgré tout, impuissant. « Que penserait ta femme, Alexander, si elle te voyait ramper de la sorte, hein ? » Danaé ? Ses pensées sont ramenées vers elle alors que le talon du Carrow vient écraser sa trachée, coupant sa respiration. Il cesse de crier, pour sûr, mais ses doigts se portent difficilement et sans force sur la cheville du mangemort, espérant le déloger. Il étouffe, il se noie, il défaille et la douleur n'en finit pas, ravageant son être... De l'air... De... « Que penserait-elle si elle apprenait que tu avais feulé comme une chienne quand je ne faisais que boire ton sang ? Mh ? » J'ai pas... J'ai pas fait ça... Danaé, j'ai pas fait ça... Le pied du brun libère sa gorge et il reprend une grande goulée d'air qui ne le soulage en rien puisque son être crie toujours au supplice. La souffrance, la peur, la colère sont autant d'émotions qui tourbillonnent dans son esprit, auxquelles se mélangent les souvenirs de Danaé, la déception qu'elle éprouverait peut-être... Il s'est remis à hurler mais très vite sa voix se brise et il ne parvient même plus à extérioriser la souffrance autrement que par les larmes qui coulent le long de ses joues... « Supplie-moi, Weasley, sinon quoi, j’irais chercher la petite pute qui t’accompagne, je la traquerais, du matin au soir, et j’en ferais mon inferius personnel... » Il voudrait être fort, lui dire d'aller se faire foutre, se redresser un tant soit peu et jouer les courageux. Mais il a mal, tellement mal, et son esprit qui s'emballe est une torture aussi grande. Les yeux de Hazel viennent s'ajouter à la tornade de ses pensées, semblant l'implorer de la protéger. Son corps est repris d'une série de convulsions qui achève de mettre à bas ses derniers principes. C'en est trop. Il parvient à grand peine à se mettre sur le côté, se pelotonnant en chien de fusil, incapable de faire bien plus, bien trop ravagé par le Doloris pour même aligner trois mots correctement. « Cad... je... -pplie... op... plait... mos... » Son corps est traversé d'une nouvelle vague de souffrance et il est propulsé sur le dos à nouveau, ses lèvres s'ouvrant pour crier mais aucun son n'en sort. Il n'arrive plus à hurler, pas plus qu'il n'arrive à le supplier alors, dans un dernier éclat de lucidité avant de perdre totalement pied, il se contente de le penser très fort...



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Ven 3 Nov - 11:33

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Le Doloris lancé par Cadmos est un sortilège puissant, puisant sa force dans la noirceur de son âme. Le sortilège n’ignore pas les sentiments du Carrow, au contraire même, il les décuple. Cent couteaux ne seraient pas assez, c’est mille lames qui transpercent le corps, peut-être même plus, mais le mangemort ne s’arrête pas là. Il rit entre chaque respiration. La tension est à son comble et Cadmos s’enfonce un peu plus dans cette colère qui ne semble pas avoir de limite.
Son visage bouffi dévore les cris et les pleurs, et seule la nuit peut voir que ses lèvres avides de plus, son corps qui se tend en aspirant la souffrance. Le sentiment qui le traverse est une sorte de bonheur malsain, de plaisir inconscient. Il se pourlèche les lèvres, son pied appuyant davantage. Il est prêt à le tuer, là, tout de suite. Prêt à tout arrêter, parce qu’il sent qu’il est proche du climax.
Il sent le bas de son ventre aussi chaud que la Géhenne.
– Cad... je... -pplie... op... plait... mos...
Il est si proche de tout perdre – la raison, la volonté – si proche de lui faire vraiment plaisir à lui.
C’est meilleur qu’une fellation, ricane Cadmos en imaginant la tête que doit faire Cassiopée à ce moment-là. Furtivement, il effleure du bout des doigts la bosse visible sur son pantalon, cachée par l’obscurité et sa cape de sorcier.
Le tuer serait si tentant, si parfait… Et si insatisfaisant à la fois.

Sur cette pensée, le sort cesse – enfin.
Il aura duré quelques longues minutes aussi douloureuses qu’insupportables. Elles ont d’ailleurs laissé le Weasley en choc, des sillons de larme sur ses joues sales. Sur le moment, il se dit que ses larmes feraient un très bon lubrifiant, mais il n’a aucune envie de faire quelque chose de plus physique que ça avec Alexander. Il lui semble d’ailleurs que la torture est – sur le moment – la chose la plus intime qu’il puisse faire avec un autre être et celle qui lui donnerait le plus de plaisir.

Il soupire brièvement, comme s’il venait de finir son affaire avec une femme, faisant attention de garder sa cape comme une voile imperméable tout autour de lui.
– Tu es parfait quand tu es comme ça.
Parfaitement à son goût. Brisé, le corps fatigué, épuisé, en sueur, en pleurs. Voilà ce qu’il aime le plus, et il a en effet l’air d’apprécier le spectacle. Il ne le touchera pas plus ce soir car il sait qu’il a déjà gagné et qu’il faudra un peu de temps pour que Weasley reprenne ses esprits. Il le sent bien à lire en lui qu’il est perdu, cassé, mais il ne doute pas de ses capacités. Pas une seule seconde. C’est pour ça qu’il l’a choisi, parce qu’Alexander Weasley est un véritable phénix.
Quoi qu’il lui fasse, quoi qu’il lui arrive, il renaît toujours de ses cendres.
Lentement le mangemort s’agenouille devant le corps encore au sol, ses doigts glissent sur sa joue, essuie une larme avant de porter son pouce à ses lèvres. Il a un sourire en coin, effrayant mais doux :
– Tu es très beau quand tu souffres. Tu t’accroches si fort…
Sa main sert doucement le visage d’Alex, ses doigts s’enfonçant sans lui faire mal dans ses joues. Il le jauge, le toise, comme pour voir jusqu’où il est allé et s’il y avait encore si peu de marge que ça pour le briser. Il ricane à le voir ainsi, le regard apeuré et fragile.
– On dirait que tu vas pleurer… Tu ne voudrais pas me faire ce plaisir, pas vrai ?
Cadmos penche la tête. Dans la pénombre qui s’alourdit, il sait qu’il ne va pas tarder à fuir car Hazel ne doit pas être stupide au point de laisser un homme derrière et de ne pas appeler du renfort. Lentement le mangemort se relève, se délectant une dernière fois de cette vision, de ce corps, de ce visage bafoué.
– Je n’épargnerais pas Hazel, Alex. Je reviendrais pour elle, et aussi pour toi.
Il a ce calme olympien alors qu’il édicte la mort prochaine de la petite blonde. Elle est sa proie. Il sera le dommage collatéral, le spectateur qui suppliera qu’il l’épargne, mais Cadmos Carrow n’épargne personne.
Même pas Alexander Weasley. Ce n’est pas de l’épargner de tuer tout ce qui l’entoure dans le but égoïste de l’isoler du monde entier, de ne plus l’avoir que pour soi, comme une poupée dans une grande maison vide.
Ce n’est pas l’épargner, non…


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé Ven 3 Nov - 13:42

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 113 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il n'aurait jamais pensé lui donner le plaisir de supplier un jour. Personne n'avait su lui tirer ça, même pas lui et, au fond, il ne lui arrachait au final que des suppliques mentales. Ce n'est pas qu'il ne veut pas lui offrir ce qu'il demande, c'est juste qu'il n'y arrive pas, sa voix ne lui obéit plus, pas plus que son corps d'ailleurs... Tout à sa douleur, il n'entend ni ses mots ni ses soupirs presque érotiques et c'est sans doute pour le mieux, au fond. Il perçoit à grand peine le loup qui rôde autour de lui, lui tournant autour comme prêt à fondre sur lui pour le bouffer. Finalement, le sort s'arrête, le laissant essoufflé, les membres brisés par la souffrance, les joues baignées par ses larmes... Il a explosé sa lèvre inférieure en y mordant trop fort, il parvient à peine à garder les yeux ouverts alors il ne pense même pas à tenter de se relever. « Tu es parfait quand tu es comme ça. » Il siffle entre ses dents serrées, ses iris clairs et vides dirigées vers le ciel noir, aussi noire que l'âme du Carrow sans doute... Un gémissement à peine contenu est la seule réponse qu'il lui fait, la respiration toujours trop courte, trop douloureuse... Son visage livide se tourne lentement vers le mangemort alors que ce dernier s'agenouille à ses côtés ; les larmes roulent encore sur sa peau et le voilà qui en recueille une du bout du pouce avant de la porter à ses lèvres. Le rouquin n'a même pas la force d'afficher son dégoût ou sa colère, il se contente de le fixer, vaincu pour ce soir. « Tu es très beau quand tu souffres. Tu t’accroches si fort… » Son souffle se fait plus régulier, progressivement, et il ne réagit même pas en sentant ses doigts se poser sur son visage, quand il aurait rué dans les brancards en temps normal. Seule une lueur inquiète passe dans ses yeux, preuve qu'il est toujours là, qu'il n'est pas qu'une coquille vide et sans âme... « On dirait que tu vas pleurer… Tu ne voudrais pas me faire ce plaisir, pas vrai ? » Il entrouvre les lèvres, marmonne vaguement quelque chose mais qui ne veut rien dire, au fond. Ses bras se meuvent légèrement mais pas encore assez forts pour lui permettre de se redresser. « Je n’épargnerais pas Hazel, Alex. Je reviendrais pour elle, et aussi pour toi. » Il gémit davantage, ses doigts se refermant sur le bas du pantalon du Carrow, parce que c'est bien la seule chose qu'il a à sa portée, à ce moment-là. « Ne... l'appr... oche pas... » Il ne doit pas faire peur à grand-monde, là, dans cet état particulier, mais il demeure fidèle à lui-même, jusqu'au bout. Il ne parle pas de lui, il n'en parle jamais, comme souvent... « Cad...mos... ils vont ven... ir... pour... toi... » Et ça a presque l'air de le réjouir, cette idée que ses compagnons de l'Ordre lui tombent sur le coin de la gueule. Ses doigts retombent mollement sur le sol, relâchant l'ourlet de son pantalon. « Go... to... Hell... » Chaque mot lui pèse et lui coûte mais il le lui fallait les dire. Ses prunelles se ferment, fatigué qu'il est de s'être tant battu. Il abandonne. Pour ce soir...



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Ven 3 Nov - 16:40

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 170 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Loveleen & Ashlynn Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : fournisseur d'Inferi pour le Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Cassiopée Carrow, pour le meilleur et bien sûr pour le pire. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
– On dirait que tu vas pleurer… Tu ne voudrais pas me faire ce plaisir, pas vrai ?
Il aime quand Alexander pleure. Ses larmes sont douces et salées à la fois. Si les anges existaient, il n’y a pas de doute que leurs larmes auraient ce goût là également. C’est du moins ce que croit Cadmos quand dans un silence religieux il observe le rebondis du visage du Weasley. Dans la pénombre, il est calme, rassasié de violence et de sang. S’il s’écoutait, il pourrait s’allonger juste à côté de lui. Il fermerait les yeux et s’endormirait.
Trêve de rêvasseries, il se redresse doucement. Plus sérieux, plus froid. Il sent la bise qui lui glace les os, alors il s’enroule élégamment dans sa cape, tirant sa capuche sur le haut de son crâne.
– Je n’épargnerais pas Hazel, Alex. Je reviendrais pour elle, et aussi pour toi.
– Ne... l'appr... oche pas...
Cadmos a un petit sourire tendre, penchant la tête. C’est peut-être à cause de l’adrénaline qui disparaît petit à petit de son sang, mais il se sent léger, doux. Affreusement lent.
– Je n’ai pas le droit de l’approcher elle, mais toi, oui ? Ça me va.
Son sourire est amusé, mutin. Difficile de se dire qu’avec une expression aussi moqueuse il ne cherche en réalité qu’à lui faire du mal. Qu’il vient d’ailleurs de presque le pulvériser, lui, le grand champion de l’Ordre, le pilier incontestable de la résistance… Si les mangemorts apprenaient ça, il serait lui aussi fichu.
– Cad...mos... ils vont ven... ir... pour... toi...
– Ne t’inquiètes pas pour moi, je vais disparaître bien avant qu’ils n’arrivent.
Cadmos sait pertinemment qu’Alex ne lui dit pas ça par hasard, qu’il aimerait qu’il succombe mais le Carrow ne lui fera pas ce plaisir. Il le toise une dernière fois, avec un sourire amusé.
– Go... to... Hell...
Un petit rire claque dans l’air froid.
– Après toi…
Et il transplane sans plus un mot.




Cassiopée est allongée dans le lit, seule, éveillée mais plongée dans le noir. Elle le broie en attendant Cadmos, la main posée sur son ventre arrondi. Elle le déteste sincèrement à ce moment-là, elle le déteste encore plus quand il ne prononce pas un seul mot en entrant dans la chambre. Il n’allume pas la lumière, il se défait simplement de ses apparats, abandonnant cape et pantalon sur le petit coffre au pied du lit.
Il n’y entre cependant pas. Il va – comme toujours – se laver avant de rejoindre sa femme. Il ne l’approche pas non plus – il n’a pas besoin d’être legilimens pour savoir qu’elle est furieuse. Il sait également qu’elle sait plus ou moins ce qui s’est passé ce soir, elle l’a vu, en plusieurs fois, la scène. Elle ignore encore laquelle est la bonne, celle qui s’est véritablement passée, mais elle sait pertinemment qu’il n’a pas choisi l’issue la plus malheureuse pour le Weasley – celle-là même qu’elle réclame depuis dix ans maintenant.
Alors qu’il ferme les yeux, elle siffle :
– Est-ce que tu l’as... ?
Il ouvre à peine les yeux dans la nuit, les yeux rivés sur le plafond, les mains posés sur son ventre. Quoi répondre ?
– Non.
Un long silence et enfin, les larmes, les couinements. Cassiopée pleure comme à chaque fois. Cadmos ne fait rien pour la soulager. Il reste là, silencieux. Il se dit que peut-être ce n’est pas bon pour le bébé qu’elle pleure autant, mais il n’a pas envie de faire des efforts. Il n’a plus envie. C’est un peu de sa faute à elle s’il s’est pris d’une affection malsaine pour lui.
C’est un peu de sa faute à lui ordonner toujours quand il n’a jamais suivi le moindre de ses conseils, toujours à faire l’inverse de ce qui était vraiment demandé.
– Ça nous p-perdra, C-C-Cadmos…
C'est ce que tu dis depuis dix ans, mais ce qui nous a perdu, c'est toi.
Elle renifle, halète, hoquette. Il se lève doucement du lit, d’un air froid et distant. Il attrape simplement son jeans qu’il enfile. Elle lui jette un regard désespéré mais il ne la regarde pas. Il sait ce qu’elle pense de lui, et il déteste entendre cette petite voix.
Non il n’a jamais touché Weasley de manière indécente.
Non il ne l’a jamais aimé comme il l’a aimé, elle.
– T-tu.. t’en vas ?
La gorge de Cassiopée de serre.
– Je vais dormir dans l’Atelier.
Il enfile finalement une chemise et quitte le lit conjugal. Avant même qu’il n’est fait deux pas, un petit pot de cristal éclate à sa gauche, égratignant au passage son visage. Mais il ne dit rien. Il ne s’énerve pas. Il n’en a ni envie, ni l’énergie. Il se tourne seulement vers elle, d’un air terrible. Elle le regarde, toutes griffes dehors.
– Si j’avais su le jour de notre mariage que notre vie deviendrait ainsi, que ma femme n’aurait pas confiance en moi, qu’elle me jugerait plus que tous le font, alors je n’aurais jamais dit oui.
Elle le regarde et rabat contre sa poitrine ses deux mains, le souffle coupé par le soufflet qu’il ose lui infliger. Il la darde comme si elle n’était plus qu’un papillon parmi les autres avant qu’avant elle était de toutes la plus belle à ses yeux.
– J’arrive pas à dormir quand tu penses si fort…
…que je te dégoûte.
Comme il dit ça, il quitte la chambre, refermant calmement derrière lui la porte.


 Buried alive by the lies in their soul
Don't Get In My Way Cuz you don't want to come to meet the Reaper that awaits ©️ okinnel.


Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
Pain makes me a believer - ft Cadmos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» Crise du Pain !!!!
» No pain in your future. [Pv Sip]
» La Cascade de Pain : Illustration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Angleterre-
Sauter vers: