Partagez | 
MY LIFE IS BASED ON A CIRCUS ❱ maddy (exp)

()
Parchemin envoyé Lun 9 Oct 2017 - 4:19


- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 168 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : Perlman . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus & Rose Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mariée à l'antisocial et bâtard par excellence; Teddy Avery. Champ Libre : tina teddyesther
avatar
 
MY LIFE IS BASED ON A CIRCUS.
MADDY
TI found peace in your violence
Can't tell me there's no point in trying.

25 Octobre 1991

« S’il-te-plait, Margaret. Hors de ma vue. » Les larmes fusent si vite que tu n’arrives pas à les retenir. Tu as tellement pleuré ces derniers temps, on dirait que tu avais passé ta vie à faire cela. Depuis la fin septembre, ta réputation en mangeait un énorme coup, quand une sorcière blogueuse t’avait prise en photo en compagnie de deux hommes de sang-pur, dans un chambre d’hôtel dans le Londres Sorcier. On t’avait tout de suite juré que tu m’étais qu’une catin. Et ils n’avaient pas totalement tort, c’était pour ça que ça faisait aussi mal. Tu savais que tu avais un problème, mais ce dernier avait toujours trop été pris à la légère. On pensait que tu aimais bien la compagnie des hommes, comme une fille normale de ton âge. Mais ça n’était jamais assez. Et ce n’était pas seulement ça, tu ne pouvais plus flirter publiquement depuis que tu avais cette bague de fiançailles au doigt avec l’une des familles les plus puissantes dans ce bas monde. Même si Minos avait accepté ton marché, il n’avait pas pu rester impuissant face aux rumeurs qui étaient désormais montrée en photo devant tout le monde magique. Tu avais salit les Selwyn. Ta famille t’en voulait tant, sans qu’ils ne le montrent réellement. Du moins, ils essayaient de n’être pas trop méchant. Sauf aujourd’hui. Ta mère, elle n’en pouvait plus. Apparemment. Tu aurais pu avoir une autre chance. Pour une raison qui t’échappait, Quintus Nott tenait tout de même à ce que le mariage soit célébré, il l’avait seulement repoussé à la fin du mois pour vous laisser le temps de reprendre du poil de la bête. Il t’avait expressément laissé une deuxième chance et tu lui avais juré que tu ne toucherais plus à personne d’autre. Et ça avait été vrai. Depuis dix ans, il ne s’était pas passé autant de temps sans que tu ne sois entre les jambes de quelqu’un. Car ce problème, s’en était bien un. La nymphomanie peut être prise bien à la légère, mais elle reste une maladie mentale en soit. Une maladie dégoûtante pour les sorciers de sang-purs, il faut l’avouer.

Tout était partie en fumée quand on t’avait annoncé la nouvelle, le lendemain où Minos avait poussé son dernier souffle. À bout, Quintus n’avait pas trouvé la force de t’offrir simplement à son autre frère, tu étais devenue trop un problème maintenant. Minos ne pouvait plus se battre pour toi, lui non plus. La colère avait fusé quand tu avais appris qui en était le responsable. Les loups. Cette foutue pleine lune. Et ce soir, tu t’étais rappelé des mots que Tina t’avait dites quelques semaines plutôt. Ce fameux dimanche. Tu ne savais pas ce qu’elle savait. Mais là, désormais que ta propre mère te demandais de disparaître de son champ de vision, tu n’avais aucune autre idée en tête. Toute de noire vêtue, telle la fiancée en pleurs que tu devais être, tu transplanas dans une plaine où devait se produire le cirque Avery pour la fin de semaine. Il était tard. C’était la fête, ici. Sans doute que la soirée avait été très lucrative. On ne te remarqua même pas, malgré ton état. Tu portais tes cheveux blonds, ta couleur naturelle depuis le début du mois, mais ces derniers étaient tout emmêlés. Tu ne t’étais pas regardée dans un miroir depuis que tu avais appris sa mort. Les larmes avaient fait coulée le mascara sur tes joues. Tu dévales une pente, à la recherche de la tente de Tina. Tu peux la reconnaître par l’espèce de couronne qui sied devant sa porte. « TINA! » Tu hurles déjà son nom, même si tu es à quelques mètres de là. Tu as tellement mal. Toute ta vie est finie maintenant. Tu dois la voir. Pour savoir ce qu’elle savait. Mais surtout, parce que bon sang que tu avais besoin d’elle en cet instant présent.  « Tina! » Tu répètes quand tu entres dans son abri, mais tu n’y retrouves que ses affaires. Tu laisses échapper un drôle de soupire, comme si toutes les forces quittaient ton corps. Tu tombes à genoux, les pleurs continuant sans que tu ne puisses les retenir. « J’ai besoin de toi… » Tu dis, à bout de souffle.

Made by Neon Demon


ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Mer 8 Nov 2017 - 22:33


Invité
- Invité -
avatar
 
I was drunk again, causing accidents. Oh, you're not a friend, you're nothing. I think I should be a little more confident. In myself, In my skin.
(@originecitation // beerus)
my life is based on a circus

Parfois tu oubliais que ton corps était fragile. Si tu avais des ailes, tu te serais brulé chacune de tes plumes, elles auraient noirci avec ton esprit, avec ta colère, avec ta rage. Elles seraient tombées une à une, car si tu avais été un oiseau, tu n'aurais jamais souhaité prendre ton envole car tu ne voyais que trop bien les barreaux de ta cage. Enfant de la honte, tu étais une tâche que tout le monde connaissait l'existence comme telle. Un bâtard. Alors depuis que tu pouvais tu jouais avec le feu, car il effrayait une bonne partie des esprits. Tu te cachais derrière, comme tu t'étais abrité derrière le mur que tu avais bâti. Tu ne voulais pas qu'on t'observe comme une bête de foire, tu ne voulais pas qu'ont te parler, tu ne voulais pas qu'on t'aime. Tu ne souhaitais rien. Mais tu te brulais, bien trop souvent, et ton manque de concerner à ce sujet aurait pu être inquiétant, si tu n'avais pas été toi. Si tu avais été quelqu'un d'autres, si tu n'étais pas ce chien qui cherchait à mordre les mains qu'on voulait te tendre.
C'est dans un juron que tu balanças la moitié de tes placards sur le sol. Évidemment, tu n'avais pas de quoi soigner la brulure qui était en train de ronger la chair de ton bras. Sorcier idiot qui refusait de se soigner avec la magie. De toute manière, tu étais assez conscient de tes lacunes pour savoir que tu n'étais pas capable d'appliquer un sort de soin sur quiconque, encore moins sur toi. Animal blessé, tu sortis comme une furie de ta caravane aux allures d'épave. Serre la mâchoire avant de grogner, alors que la douleur se propage par vagues dans ton bras. Tu ferme les yeux et inspire calmement, tu n'as qu'à tenter de rassembler le peu de cervelles qui te restaient pour choisir au mieux les possibilités que tu avais devant toi. Leik ou Tina. Tu secouas nerveusement la tête, ce n'était pas la peine d'aller voir ton cousin pour une histoire de brulure, tu ne ferais que le renforcer dans sa peur du feu. Tina alors.
Tu marchais lentement, non pas que tu n'étais pas pressé, mais ce n'était pas ton genre de faire preuve de hâte, ni même de courir. De toute manière, tu n'avais pas mis de chaussure, comme souvent. Si on ne te connaissait pas, tu aurais probablement pu te faire passer pour un vagabond, bien trop négligent envers ta personne. Il ne te fallut cependant pas longtemps pour arriver devant la tête de ta cousine, et tu ne mis pas très longtemps à entendre des sanglots féminins en sortir. C'est à ce moment que tu hésitas, Tina avait toujours été la plus sensible, et bien cette particularité ne te dérangeait pas à son égaré, tu n'es resté pas moins son idiot d'insensible de cousin, mais la douleur te fit ravaler ton envie de faire demi-tour. Alors tu entras. " Ti..." mais avant que tu ne puisses terminer ta phrase tes yeux tombèrent sur une chevelure de feu dont tu ignorais qui était la propriétaire. Ton regard fut rapidement le tour des lieux, sans que tu puisses y voir la présence de ta cousine. " Tu n'as pas vu Tina ? " C'était la seule chose qui t'intéressait finalement, pouvoir te soigner. Alors qu'une inconnue en larmes, cela t'avait toujours laissé de marbre. Cependant le Karma c'était bien une saloperie, car la douleur dans ton bras n'était que plus violente et t'arracha un grognement de douleur.
Parchemin envoyé Jeu 9 Nov 2017 - 1:25


- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 168 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : Perlman . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus & Rose Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mariée à l'antisocial et bâtard par excellence; Teddy Avery. Champ Libre : tina teddyesther
avatar
 
MY LIFE IS BASED ON A CIRCUS.
MADDY
TI found peace in your violence
Can't tell me there's no point in trying.

25 Octobre 1991
La relation que tu entretenais avec Tina était plus forte qu’elle ne pouvait jamais l’être. Surtout après votre grande discussion aux funérailles de sa mère. Tu avais besoin de la revoir maintenant, même si tu l’avais vu, il y a quoi, deux jours à peine. C’était avant. Avant que Minos ne périsse des mains de ces satanés Lupin. Elle savait tout. Du moins, elle avait vu pour ta réputation, elle t’aurait dit si elle l’avait vu mourir. Tu lui pardonnais tout, parce que c’était sa présence que tu réclamais maintenant que ta mère t’avait demandé de quitter la demeure. Les Selwyn étaient tous déçus, toi la première et tu savais que tu étais dans un sale pétrin. Ta robe noire sayait ton corps, mais elle ne t’empêcha pas de te laisser tomber par terre, en pleurs. Pourquoi n’était-elle pas là? Les représentations du cirque étaient terminées, il était vingt-deux heures passé et elle n’était pas là. Tina qui était une fille simple. Qui ne sortait pas à pas d’heures. Parce qu’elle avait toujours été comme ça, l’opposé de celle que tu étais. Tu n’entends pas tout de suite quand l’intrus arrive. Ce n’est que quand il s’adresse à toi, en daignant à peine t’observer comme si tu étais un pure déchet. " Tu n'as pas vu Tina ? " Pardon? Tu avais sans doute l’air d’une veuve éperdue, mais c’était ce que tu étais de toute façon, donc tu avais le droit!

« Clairement, connard! » Que tu lâches, entre tes dents. Tu utilises la force qu’il te reste pour te lever et lui faire face, plongeant tes prunelles dans les siennes. Tu fais sans doute bien peur, le mascara ayant coulé sur tes joues. « Elle est aux abonnés absent. » Tu arrives à parler malgré les sanglots qui secouent parfois tes épaules. Ta main s’avance alors pour soulever nonchalemment une de ses mèches de cheveux. « T’es un Avery? » Tu ne savais pas vraiment qui il était, tu ne te rappelais pas l’avoir déjà rencontré. Mais s’il faisait partie de la famille des Avery, tu l’avais sans doute croisé à Poudlard. Tu avais beau cherché dans ta tête, rien ne te venait. Certes, il avait l’air d’un garçon bien ordinaire et tu te rappelais que tu ne t’intéressais pas à n’importe qui. Tu retires ta main pour tenter d’essuyer tes larmes du mieux que tu peux. « Parce que si t’es pas de la famille, tu devras apprendre à rester loin de mon amie, c’est clair?! » Aussitôt, tu grimpes sur tes grands chevaux. Tu étais toujours comme ça avec Tina, tu te devais de la protéger. Elle était la naïve, la fragile. Tu étais son contraire, celle qui la soutenait, celle qui l’avait protégé de Mererid quand elle était à Poudlard. En prenait tout sur toi. Tu chassas rapidement cette pensée pour Mererid, pour te concentrer sur celui qui te faisait face. Il avait l’air mal à point, tes yeux se baissèrent pour observer une blessure à son bras.
Made by Neon Demon



ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Jeu 16 Nov 2017 - 2:12


Invité
- Invité -
avatar
 
I was drunk again, causing accidents. Oh, you're not a friend, you're nothing. I think I should be a little more confident. In myself, In my skin.
(@originecitation // beerus)
my life is based on a circus

« Clairement, connard! » Tu t'immobilisas un instant, le temps de voir si tu avais rêvé cette phrase ou si tu avais bel et bien entendu l'insulte sortir de sa bouche aussi rapidement. Tu le savais que toi et tes sales manies n'avaient jamais réellement su séduire le commun des mortels, mais c'était la première fois qu'une inconnue profère des insultes à ton égard aussi rapidement. Tu en oubliais quelques instants la douleur pour reporter ton attention sur l'intrus. Car si avant elle était une inconnue, maintenant elle avait le statut d'indésirable. On aurait pu penser que ton coeur avait cessé de battre il y a bien longtemps, vu le peut d'intérêt que tu affichais pour les autres, et bien que ta fierté n'ait jamais fait preuve d'une grande existence, tu n'en restais pas moins quelqu'un qu'il était facile à provoquer. Un frisson vient traverser ta carcasse, tu en avais presque oublié qu'il était tard et que tu étais resté les pieds nus. « Elle est aux abonnés absent. T’es un Avery?» Tu laissas échapper un soupir, comme si elle venait de te demander une absurdité. Mais elle avait su piquer ton intérêt bien que cela n'annonce probablement rien de bon. « Parce que si t’es pas de la famille, tu devras apprendre à rester loin de mon amie, c’est clair?! » Tu ne pus t'empêcher de la regarder, presque de la tête aux pieds, sans aucune gène et sans aucune envie d'être discret. Cette fille te faisait penser aux femmes des filles histoires, ce qu'on pouvait appeler une dame blanche, bien qu'elle était vêtue en noir. Ses femmes qui s'étaient donné la mort et hantait les vivants en pleurant et en semant la peur sur leurs passages. Elle n'avait en soi rien d'effrayant, mais il y avait un mélange de colère et de tristesse dans son regard que tu sus déceler à la seconde où tu avais croisé ses azures.


« Parce que tu as plus de légitimité que moi de te trouver ici ? Si Madame la chouineuse veut bien me lâcher avec ses questions dignes d'une adolescente de Poudlard, j'ai des choses plus importantes à régler dans l'immédiat. »  Effectivement, ton bras avait commencé à trembler sous l'effet de la douleur qui commençait à être de moins en moins supportable. Elle se prenait pour qui celle-là à te poser toutes ses questions comme si tu lui devais quoique se soit ? Sans perdre plus de temps, tu pris la direction de la grande armoire qui était près de l'entrée de la tente. Et sans aucun embarra tu te retrouvas bientôt à l'ouvrir et fouiller le contenu de ta seule main valide. Tu espérais tomber sur quoi . Tu n'en savais rien, peut-être une racine pour diminuer la douleur.  « Putain. » laissas-tu échapper d'entre tes lèvres alors que tu t'éloignas d'un geste assez brusque du meuble. Qu'est-ce que ça pouvait t'agacer déjà de ne pas savoir ou pouvait être Tina, mais surtout d'être incapable de te débrouiller seul. S'il y avait bien quelque chose qui te dérangeait c'était de devoir compter sur les autres. Mais surtout, c'était toi qui t'énervais car tu n'avais rien pour te soigner, et même si tu étais toujours d'une grande négligence à ton égard, tu n'étais qu'un être vivant et ta tolérance à la douleur était limitée.
Parchemin envoyé Sam 18 Nov 2017 - 22:54


- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 168 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : Perlman . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus & Rose Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mariée à l'antisocial et bâtard par excellence; Teddy Avery. Champ Libre : tina teddyesther
avatar
 
MY LIFE IS BASED ON A CIRCUS.
MADDY
TI found peace in your violence
Can't tell me there's no point in trying.

25 Octobre 1991
Les Avery avaient cette fâcheuse manie de se multiplier sans que tu n’arrives à suivre leur lignée entière. Bon d’accord, c’était le cas de la majorité des familles sorcières, surtout les sang-purs qui avaient intérêt à avoir de nombreux descendants. Tu te comptais aussi là-dedans, tu ne savais cependant pas si cela se refléterait à ton avenir. Tu ne voulais pas cinq enfants, comme avait eu ta mère. Tu commencerais par un et verrais ensuite, tu n’étais franchement pas prête à l’heure qu’il était de devenir mère. Tu ne te rappelais pas d’avoir déjà vu le jeune homme qui te faisait face, mais tu l’avais sans doute croisé à Poudlard vu qu’il semblait à peu près de ton âge. Il avait l’air d’un sorcier normal, c’était sans doute pourquoi tes yeux ne s’étaient jamais posé sur lui. Tu étais superficielle, la belle. Surtout s’il n’avait jamais daigné venir te parler par le passé, tu n’avais pas une mémoire excessive des visages. M’enfin, quand il se décida à ouvrir la bouche,  il était… salopard ce mec. Tu avais bien fait de commencé par l’insulté, car à la manière qu’il te regardait et te parlait, tu avais l’impression d’être un déchet. Et Par Merlin que tu détestais cette sensation. Tu venais de perdre ton fiancé, ta réputation était nulle désormais et il se permettait d’être aussi arrogant avec toi? « Parce que tu as plus de légitimité que moi de te trouver ici ? Si Madame la chouineuse veut bien me lâcher avec ses questions dignes d'une adolescente de Poudlard, j'ai des choses plus importantes à régler dans l'immédiat. » Est-ce que la peine qu’elle ressentait avait à voir avec celles que tu avais vécues à Poudlard? Aucunement. Rien dans ta tête n’était au même point que par le passé et tu ouvris la bouche, surprise devant la violence de ses paroles. Tu l’observas commencer à fouiller dans les affaires de Tina et ça te fis pas plaisir. « Putain. » Il avait l’air de souffrir et pour cause, tu avais bien observer les marques sur son bras. Il était brûlé, ça devait faire un mal de chien, mais vous étiez à peu près dans le même état de douleur. Et bon sang que tu ne supportais pas qu’on te traite ainsi, pas dans un moment pareil. Alors, quand tu te rapproches de lui, déjà tu as sorti ta baguette et tu la pointe dans son cou. « Tu n’as pas répondu à ma question! Qui es-tu, je  ne te laisserai pas toucher aux affaires de Tina davantage. » Tu voulais être expéditive, mais tu lui laissais quand même la possibilité de se retourner vers toi s’il voulait te faire face et par le fait même, observer ta baguette en joue. « Tu t’es fait attaqué par un Phénix ou un mangemort, ou quoi? » Que tu lui demandes, quand ta tête se penche un peu vers le côté et que tu le détaille de bas en haut. Il est de quel côté, tu n’en as aucune idée, mais tant qu’il ne se nommera pas, tu ne te laisseras pas faire aussi facilement.

Made by Neon Demon


ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Lun 20 Nov 2017 - 9:15


Invité
- Invité -
avatar
 
I was drunk again, causing accidents. Oh, you're not a friend, you're nothing. I think I should be a little more confident. In myself, In my skin.
(@originecitation // beerus)
my life is based on a circus

« Tu n’as pas répondu à ma question! Qui es-tu, je  ne te laisserai pas toucher aux affaires de Tina davantage. »  Un soupir vint franchir tes lèvres, perdu entre l'agacement et l'énervement, peut-être que tu ne lui avais pas répondu, mais elle avait ignoré ta remarque. Tu n'étais peut-être pas la personne la plus expressive de ta lignée, mais tu n'avais pas tort. En quoi pouvait-elle se permettre d'agir ainsi, alors qu'elle était une parfaite inconnue dans la modeste "demeure" de ta cousine ? Tu ne savais pas qui elle était, et comme pour le reste du monde, tu t'en fichais de ne pas savoir . Tout ce que tu avais pu constater c'était qu'elle avait une certaine prédisposition pour t'iriser le poil. Tu regardas sa baguette, comme un chien aurait eu peur d'un simple morceau de bois. Tu n'étais pas impressionné, de toute manière, tu avais déjà mal et une brulure était plus douloureuse qu'un sort. « Tu t’es fait attaqué par un Phénix ou un mangemort, ou quoi? » Tu tournas la tête sur le côté, un geste qui montrait encore plus ton agacement, car elle te forçait à parler et tu n'aimais pas ça. Sans la moindre peur dans tes actions et dans ton regard, tu te redressas, ignorant presque la menace qui a tes yeux n'en était pas une. Non pas que tu pensais qu'elle était incapable d'user de sa baguette si l'envie lui en prenait, mais tout simplement parce que tu n'avais pas peur de te prendre un sort. Pourquoi avoir peur d'un morceau de bois alors que tu ajourais avec le feu presque tous les jours ? Leik aimait te dire lorsqu'il était énervé que tu n'étais qu'un suicidaire, ce n'était pas le cas mais il était vrai que parfois tu aurais pu agir de manière plus raisonnée. « Theodore Avery. Donc si tu peux ranger ta baguette maintenant, je suis par certains que Tina soit ravie de voir une personne qui n'a rien à faire au cirque pointé une baguette sur son cousin qui s'est blessé en répétant son numéro. »  Lentement, tu passes à côté d'elle sans y faire plus attention. Tu étais assez pressé et ton agitation le faisaient ressentir, non pas que tu aurais fait plus attention à elle mais tout simplement car tu commençais à perdre patience. Tu n'aimais pas parler, tu n'aimais pas être en présence d'autres âmes, ou du moins tu le prétendais très bien. Alors, tu continuais à chercher quelque chose dans les affaires de Tina - et visiblement, cela n'était pas la première fois que tu le faisais vu que tu n'avais aucune gène pour le faire -
«Je sais pas pour les Phoenix, mais je ne pense pas qu'un Mangemort se serait amusé à me bruler une partie du bras juste pour me laisser partir la bouche en coeur. Mais, maintenant qu'on y est, tu es qui exactement pour décidé de faire ta loi ici ?  » Tu ne prenais même pas la peine de la regarder, tu étais comme ça, provocateur et tu n'avais même pas peur des réactions des autres. Non tu en avais rien à faire, t'en avait toujours eu rien à faire de toute manière. Car tout n'était qu'une blague, qu'une farce, qu'une connerie a deux balles qui valaient pas la peine qu'on en entende parler. Toi, tu n'étais qu'un bâtard alors pourquoi se soucier de ce que les gens pouvaient penser de toi ?
Parchemin envoyé Sam 9 Déc 2017 - 21:30


- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 168 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : Perlman . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus & Rose Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mariée à l'antisocial et bâtard par excellence; Teddy Avery. Champ Libre : tina teddyesther
avatar
 
MY LIFE IS BASED ON A CIRCUS.
MADDY
TI found peace in your violence
Can't tell me there's no point in trying.

25 Octobre 1991
Tes cheveux de feux qui te descendaient jusqu’aux fesses avaient toujours fait ta fierté, cette même chevelure qui était désormais toute emmêlée. Parce que tu avais pleuré dans ton lit, dormit aussi, mais tu n’avais même pas pris la peine de t’observer avant de partir chez le Cirque des Avery. À voir la tête de l’inconnu, il avait l’impression que tu étais sans doute une sans-abri. Pourtant tes vêtements étaient bien corrects, bien que plus noirs que la nuit étant donné ton statut où ton fiancé avait péri. Tu avais revêtit une cape de sorcière aussi foncée qui arborait l’enseigne de ta famille, mais tu ne savais pas si tu le méritais. Il avait bien du culot cet homme de te parler ainsi et même si tu n’étais pas à ton meilleur, tu te disais qu’il n’avait aucun droit de te considérer comme une moins que rien. Tu cherchais ta meilleure amie parce que tu avais bien besoin de ses conseils et tu tombais sur celui-là. Vous étiez tous les deux aussi pathétiques l’un que l’autre. Lui avec son bras tout brûlé, si tu n’en avais pas vu des choses glauques dans ta vie, tu aurais sans doute été dégoûté. Ce n’était pas le cas, tu te demandais simplement si tu devais l’aider ou non. En tout cas, tu étais certaine que s’il continuait d’agir comme le dernier des cons, tu ne lèverais pas la baguette pour lui. « Theodore Avery. Donc si tu peux ranger ta baguette maintenant, je suis pas certain que Tina soit ravie de voir une personne qui n'a rien à faire au cirque pointé une baguette sur son cousin qui s'est blessé en répétant son numéro. » Un de tes sourcils se lève et tes yeux parcourent son corps de haut en bas, comme pour l’observer davantage. « Je vois que le côté maladroit est de famille. » Quand bien même, il se donnait bien des airs supérieurs et ça l’énervait. «Je sais pas pour les Phoenix, mais je ne pense pas qu'un Mangemort se serait amusé à me bruler une partie du bras juste pour me laisser partir la bouche en coeur. Mais, maintenant qu'on y est, tu es qui exactement pour décider de faire ta loi ici ? » Sa loi? Oui tu agissais comme si on te devait bien des choses, mais tu ne lui avais jamais demandé de rester à tes côtés. Qu’il s’en aille s’il n’est pas content. « Je suis la meilleure amie de Tina ainsi que de Roisin, Je m’appelle Maggs. Si tu n’as jamais entendu parler de moi, je crois qu’on a un léger problème parce que ça voudrait dire que tu n’es pas si proche de tes cousines. C’est vrai quoi, si cet Avery était dans la famille, l’une ou l’autre de ses amies avaient déjà parlé de toi. C’était assuré. Il ne te regarde pas et ça te fait chier, de ne pas avoir son attention. Tu te rapproches de lui et l’observe de toute ta hauteur. Tu es une femme assez grande, gracile et fine, mais il a quand même un bon dix centimètres de plus que toi. « Bon clairement, Tina ne reviendra pas de sitôt. Donc si t’arrête de faire ton connard, je pourrais te guérir. » Tu finis en lui laissant une dernière chance.

Made by Neon Demon



ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Ven 5 Jan 2018 - 1:51


Invité
- Invité -
avatar
 
I was drunk again, causing accidents. Oh, you're not a friend, you're nothing. I think I should be a little more confident. In myself, In my skin.
(@originecitation // beerus)
my life is based on a circus

Ton regard fut furtif, presque imperceptible, alors que ton attention s'attirait enfin sur elle. Sorcière aux cheveux de flamme qui semblait autant pathétique que mémorable. Mais tu en étais incapable, toi et ton coeur qui se voulait de pierre, de regarder les autres pour réellement les voir. Tu les voulais imperceptible sur ta route, comme tu te voulais invisible sur la leur. Mais parfois, tu n'avais pas le choix, tu te heurtais à un mur, quelqu'un qui te refusait cette imperceptibilité. Tu en secouas la tête, même, sentant son regard sur toi, chose qui te dérangeait de plus en plus.  « Je vois que le côté maladroit est de famille » T'arrachant un faible rire que tu vins étouffer tant cette remarque était assez proche de la réalité. Ta cousine était connue pour sa grande maladresse, mais vous n'étiez pas fait du même bois. Elle était la douceur incarnée, alors que toi, tu n'étais qu'un rustre. C'était presque un affront pour elle, d'être ainsi associé à ta personne, qui n'avait rien d'enviable. Mais tu n'en dis rien pour autant. Serrant ta mâchoire et tu fixas vaguement la toile usée du logement de ta cousine. « Je suis la meilleure amie de Tina ainsi que de Roisin, Je m’appelle Maggs. Si tu n’as jamais entendu parler de moi, je crois qu’on a un léger problème parce que ça voudrait dire que tu n’es pas si proche de tes cousines » tu étais partagé entre l'envie de sourire ou celle de rire. Comme si elle avait un quelconque droit, d'émettre un avis sur le comment tu devais être avec ta famille. Elle qui ignorait il y a quelques instants que tu étais le cousin de ses dites "meilleurs amies". Alors n'étais-tu pas en droit, légitime même, d'ignorer la pauvre existence d'une chouineuse qui prenait un peu trop ses aises dans le "royaume des Avery" ?
Énergiquement, ta main encore valide vint frotter tes cheveux, encore une manière de te forcer à ne rien dire. Parfois, tu trouvais cela bien trop facile de pointer du doigt les absurdités que les gens pouvaient bien faire ou dire. L'illogisme des autres et ta grande gueule étaient probablement la plus grosse source de tes problèmes. Mais ce soir, tu essayais de rester sage, d'une certaine manière, car même si tu t'en fichais du monde, tu n'en restais pas moins sur le domaine de ta cousine. Cousine qui n'aurait probablement pas supporté un désordre provoqué par une altercation dans ses lieux. C'était probablement la seule que tu respectais à ce point, dans toute ta famille. Un nouveau râle de douleur vint s'échapper d'entre tes lèvres alors que tu bougeas par inadvertance ton bras.
« Bon clairement, Tina ne reviendra pas de sitôt. Donc si t’arrête de faire ton connard, je pourrais te guérir. » Connard, c'était le bon mot. Finalement, Maggs Selwyn était peut-être plus intelligente que ce que tu aurais pu penser au premier abord. Mais visiblement, elle était mal tombé : Teddy Avery était incapable de ne pas être un connard, après tout ce n'était pas là ton principal trait de caractère . Tu t'approchas d'elle, enfin fin quelques pas en sa direction, comme un défi ou une capitulation, toi-même tu ne l'ignorais. « Oh. Je suis désolé... »  Mais évidemment que tu étais incapable de t'arrêter à ça, lâcher des excuses. À l'évidence, cela sonnait faux dans ta bouche. « Malheureusement, je suis le connard de la famille.» Lentement, tu franchissais les quelques pas qui te séparait d'elle, pour t'arrêter non pas en face d'elle, mais à côté pour que tu puisses lui glisser dans un souffle.
Puis tu allas t'assoir sur l'une des chaises qui étaient non loin d'elle. Elle avait quelque chose de saisissant mais tu n'arrivais pas à trouver quoi, peut-être que se serait plus aisé si elle n'avait pas la peinture de guerre de chaque femme qui avait coulé sur son visage encore bouffi par les larmes. Larmes qu'elle avait vite ravalées, tu te demandas quelques instants si elle n'avait pas un peu forcé les traits, ceux de sa tristesse, pour paraître autant pathétique pour les yeux de Tina.
« Donc soigne-moi, ou pas, si ça te chante. Mais, tu me diras je pense pas que ça plairait à Tina d'apprendre que tu n'as pas aidé son cousin alors qu'il était blessé et qu'il était venu pour qu'elle l'aide. » Un sourire au lèvres et un air presque provocant sur le visage. « Après tout, tu es sa meilleure amie, tu dois bien connaitre la réponse. Non ? »
Parchemin envoyé Sam 6 Jan 2018 - 20:56


- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 168 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : Perlman . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus & Rose Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mariée à l'antisocial et bâtard par excellence; Teddy Avery. Champ Libre : tina teddyesther
avatar
 
MY LIFE IS BASED ON A CIRCUS.
MADDY
TI found peace in your violence
Can't tell me there's no point in trying.

25 Octobre 1991

Tu n’étais pas habituée d’être aussi peu… attirante. Tu avais toujours fait attention à ton physique parce que c’est ainsi que tu avais été éduquée. Surtout quand tu travaillais, il n’y avait jamais un plis sur tes vêtements et tu te maquillais tout comme te coiffais. Tout l’inverse de cet instant présent, mais tu ne faisais que venir pleurer dans les bras de ta meilleure amie. Tu avais bien le droit d’avoir tes faiblesses, surtout face à Tina qui connaissait toute ta vie. Sans doute que tes amies t’avaient déjà parlées de Teddy, mais puisque tu ne l’avais jamais vu, ça ne te disais pas grand-chose. Bon d’accord, même là, tu l’avais sans doute déjà croisé à Poudlard mais il n’avait simplement pas attiré ton attention. Et tu remerciais le ciel parce que franchement, tu n’arrivais pas à le cerner. Il était d’un vulgaire sans pareille et il avait limite l’air dégoûté par toi. Comme s’il n’avait jamais vu de femmes pleurer de toute sa vie. Tu espérais qu’il serait moins impoli, parce que tu savais que Tina ne voudrait pas que tu laisses son cousin dans un sale état. « Oh. Je suis désolé... » Son ton… Tout chez lui était condescendant alors qu’il était certain qu’il n’avait pas le même cheminement de vie que toi. Il agissait comme si tout lui était dû. Comme s’il était un riche sang-pur qui n’en avait rien à faire des autres. « Malheureusement, je suis le connard de la famille.» Tu l’avais compris. Même Hiram ne lui arrivait pas à la cheville et pourtant, tout le monde connaissait son tempérament ainsi que son charisme. C’était peut-être ça le pire, parce qu’à prime abord, il était « ordinaire » ce jeune homme. Tina qui était des plus timides avait néanmoins un personnage de scène plutôt impressionnant, tu te demandas si c’était pareil pour lui. Il est si proche de toi quand il te dis ces dernières paroles que tu es parcourue d’un frisson, sans pouvoir te retenir. Franchement, il était dérangé celui-là. Et dire qu’il passe près de toi, va s’assoir et on pourrait presque croire qu’il était un roi, bien que tu remarques un fait bien intéressant. Il ne t’observait pas, ou presque pas. Quelques regards à la dérobée seulement, ce qui était étrange pour quelqu’un qui se croyait autant au-dessus de tout. « Donc soigne-moi, ou pas, si ça te chante. Mais, tu me diras je pense pas que ça plairait à Tina d'apprendre que tu n'as pas aidé son cousin alors qu'il était blessé et qu'il était venu pour qu'elle l'aide. » Un de tes sourcils se relève. « Après tout, tu es sa meilleure amie, tu dois bien connaitre la réponse. Non ? » Comment quelqu’un comme lui pouvait avoir autant de culot. « Elle était sensée te soigner, et moi me consoler. Tu comptes m’écouter pour faire ravaler ma tristesse aussi, hmmm? » Sa question est légitme, toi aussi tu venais pour un but particulier. Tu prends une autre chaise et te rapproches de lui, tu lui prends son bras, mais tu ne fais rien pour le moment. Tu te contentes de le fixer, intensément, jusqu’à ce qu’il ose relever ses yeux. « Pourquoi t’agis comme ça? » S’il continuait de te menacer, tu ne le soignerais tout simplement pas.
Made by Neon Demon


ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Sam 6 Jan 2018 - 22:04


Invité
- Invité -
avatar
 
I was drunk again, causing accidents. Oh, you're not a friend, you're nothing. I think I should be a little more confident. In myself, In my skin.
(@originecitation // beerus)
my life is based on a circus

 « Elle était sensée te soigner, et moi me consoler. Tu comptes m’écouter pour faire ravaler ma tristesse aussi, hmmm?» Un rictus vint se graver dans tes lèvres pourtant si souvent peut expressive. C'était nouveau ça, si des sorciers voulaient qu'un inconnu écoute leurs problèmes, ne pouvaient-ils pas simplement aller voir un psycho-Mage ou une autre connerie du genre ? Tu n'avais en rien l'attitude compatissante qui était nécessaire pour ce genre d'exercice qui plus est. « Pourquoi t’agis comme ça? » Et même si tu faisais ton possible pour l'ignorer du mieux que tu pouvais tu ne pus t'empêcher de la fixer lorsqu'elle eut fini sa question. Perdu entre l'étonnement et la fébrilité. C'était comme si ton sang n'avait fait qu'un tour. Retournant d'une certaine manière la situation non pas à son avantage c'était mal te connaitre, mais essayant d'échanger les rôles. Comme si tu étais venu pour parler, alors que ce n'était pas le cas. Jamais tu ne parlais de ce qui se passait dans ta tête. C'était surement pour ça que tu étais ainsi, tu ne disais rien, tu te voulais un roc, mais ce roc avait avec le temps commencé à se fissurer.
Dans un mouvement nerveux tu vins rompre le contacte visuel, tu ne voulais pas te perdre trop longtemps dans ses yeux. Encore moins qu'elle voit à travers les tiens, aussi étrange qu'il puisse l'être. Bâtard aux yeux vairons, tu avais bien trop longtemps cumulé les tares qui pouvaient attirer le regard. « Écouter, j'en suis capable. Mais t'attends pas à ce que je te donne des conseils à la cons ou qu'on parle de moi, ça n'arrivera pas. »   Un poil agressif. Tu aurais été un chien tu aurais probablement montré les crocs pour montrer non pas ta peur mais le fait que tu étais loin d'avoir accepté sa présence dans ton "territoire" Même si la il était plus une question d'intérêt sur ta personne. Tu n'en voulais pas, tu n'acceptais pas cette idée. Celle qu'on puisse vouloir creuser un peu pour te comprendre, ça ne servait à rien. Tu avais longtemps oublié qu'il était facile pour les autres de trouver les cordes sensibles avec toi. Après toute ton incapacité à rester calme lorsqu'on s'approchait de sujet sensible à ton égard avait toujours été un élément très révélateur de ta personne.  Un lourd silence prit place quelques minutes, cela ne t'aurait pas dérangé si tu étais seul mais cela ne faisait que te rendre de plus en plus nerveux. Tu n'étais pas habitué à être en compagnie de quelqu'un d'autres que ta famille. Il était aussi possible que la présence d'une femme soit aussi dérangeante à ton égard. Ton regard vint cependant se fixer sur le bois vieilli de la table.
« Tu comptes me soigner et parler de ta pauvre petite vie ?  »  Ce n'était pas un cessez-le-feu, ni même une capitulation. Mais tu acceptais ainsi présenté le fait que tu allais écouter ce qu'elle avait à dire. Après tout, tu l'avais trouvé au sol, aussi misérable que cela avait pu rendre, tu n'étais pas un grand amateur des chouineuses. Tu n'étais en réalité un grand amateur de peu de chose, mais ça c'était une autre histoire. « Et si tu voulais Tina, désolé mais je suis pas elle. » Tu poussas par la suite un long soupir, alors que tu étais en train de te dire qu'heureusement pour Tina, elle n'était pas toi.
Parchemin envoyé Sam 6 Jan 2018 - 22:37


- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 168 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : Perlman . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus & Rose Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mariée à l'antisocial et bâtard par excellence; Teddy Avery. Champ Libre : tina teddyesther
avatar
 
MY LIFE IS BASED ON A CIRCUS.
MADDY
TI found peace in your violence
Can't tell me there's no point in trying.

25 Octobre 1991
Elle aurait tant voulu comprendre pourquoi Teddy était aussi méchant, alors qu’elle avait tenté de jeter l’éponge. À bien y penser, c’était peut-être pour ça que ses amies ne lui avaient pas souvent mentionné leur cousin. Parce qu’il ne savait pas se tenir. Certes, elle avait bien besoin de vider son sac la Selwyn, mais elle en serait tout bonnement incapable devant un être aussi ingrat qu’elle. Toute cette histoire n’était qu’une farce, elle voulait voir sa meilleure amie et au lieu de cela, elle tombait sur l’être le plus rustre depuis l’âge des cavernes. Même les Greyback se tenaient plus que lui. « Écoutez, j'en suis capable. Mais t'attends pas à ce que je te donne des conseils à la cons ou qu'on parle de moi, ça n'arrivera pas. » Au moins il était clair dans ses paroles. En guise de réponse, elle laisse échapper un long soupire d’agacement. Elle ne voulait que l’aider et lui avait l’air de dire que sa vie contenait plus de secret que jamais. Enfin, ça devait être ça la seule raison qui expliquait qu’il ne veuille pas qu’on parle de lui, non? Du moins, Maggs n’en voyait pas d’autre. Et dire qu’elle était la maîtresse de ses secrets, ceux qui avaient été révélés au grand jour par la Gossip Witch alors qu’elle avait passé 10 ans de sa vie à garder sa réputation. Après tout, elle était bien douée quand on y pensait, parce qu’à être nymphomane comme elle et avoir gardé le mystère sur ses relations relevait d’un exploit. Disons qu’elle était très convaincante, jusqu’à se faire découvrir par cette conne de gossip witch. Elle avait vu juste en ce qui concernait ses regards, puisque ses yeux la quittèrent aussitôt qu’il le pu. Tout compte fait, c’était peut-être un homme qui avait si peu d’estime de lui puisqu’il n’Arrivait pas à la fixer plus de dix secondes. Elle en avait déjà vu, des hommes aussi timides que lui, qui n’avaient pas une estime très haute, mais ils n’étaient jamais aussi francs. C’était nouveau pour elle.
« Tu comptes me soigner et parler de ta pauvre petite vie ?  » Elle s’ettoufe presque, quand il lui pose cette question. Elle continue de le dévisager, car jamais la rousse n’a baissé le regard devant quelqu’un, ça ne serait pas aujourd’hui que ça commencerait. « Et si tu voulais Tina, désolé mais je suis pas elle. » Connard, comme toujours. Alors, elle tente de faire changer l’air de la conversation. Ou de l’empirer, à voir. Elle est proche de lui, d’une main elle tient toujours son bras blessé et son autre s’avance pour se positionner directement sur son entre-jambe. L’Espace d’une seconde seulement, avant qu’elle ne s’éloigne et qu’elle laisse échapper un rire franc. Tient, ça faisait longtemps qu’elle n’avait pas ri, et dire que c’était à l’insu de l’autre. Aussitôt, elle s’empare de sa baguette et l’utilise pour soigner la blessure de Teddy, mais elle sait déjà qu’il a dû ressentir une douleur vive s’emparer de son bras alors que sa peau se reforme, pour ne laisser même pas une cicatrice. « Je te confirme que tu n’es une fille. » Puis, elle rajoute sur un air de défi : « Et tu n’es pas Tina non plus, parce qu’elle n’aurait pas couiné de douleur. » Après tout, s’il était un con, elle pouvait continuer de l’être aussi. Au moins, elle l’avait soigné, et peut-être qu’elle avait réussi à capter son attention assez pour qu’il n’ait pas trop souffert pendant la guérison…

Made by Neon Demon


ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Sam 6 Jan 2018 - 23:24


Invité
- Invité -
avatar
 
I was drunk again, causing accidents. Oh, you're not a friend, you're nothing. I think I should be a little more confident. In myself, In my skin.
(@originecitation // beerus)
my life is based on a circus

Nul n'est dupe dans la vie, pourtant toi tu étais le roi des idiots. Assez sot pour n'accorder de chance à personne et à te faire haïr sur commande. Pourtant tu n'étais en rien une créature néfaste qui se nourrissait de haine, tout être vivant avait besoin des autres pour survivre, c'était comme si toi, tu avais choisi le chemin qui menait tout simplement à ta perte. Sombre et solitaire. Lugubre même, car la solitude ne seyait à personne. Si bien que tu avais oublié comme on faisait pour interagir normalement avec les autres, probablement même que tu en étais désormais incapable, trop ancré dans la noirceur qui avait vu le jour dans ton coeur. Tu ne pus t'empêcher d'écarquiller les yeux, sous la surprise alors qu'elle s'avançait bien trop vers toi. Posant sa main comme si elle y avait le droit sur une partie trop intime de ton corps. Main qui avait disparu aussi vite de l'endroit et pourtant tu sentais encore la chaleur de sa peau à travers tes vêtements. « NON MAIS CA V.... » Mais avant même de pouvoir finir, une phrase qui allait surement se terminer dans une insulte infondée, et qui voulait encore se poser ici comme un obstacle. Tu ne pus retenir un grognement bien trop audible à ton gout, mélanger une fiable putain. Sans vraiment t'en rendre compte, ta main avait attrapé celle qui touchait ton bras blessé, qui commençait à se soigner. Comme un ancrage pour lutter contre la douleur.  Le cri de l'âme, l'appel de la douleur, celle-ci avait eue son dû.
 «  Je te confirme que tu n’es une fille. Et tu n’es pas Tina non plus, parce qu’elle n’aurait pas couiné de douleur.» Tu ne pus retenir un regard mauvais et qui se posa immédiatement sur elle. Sa remarque ne t'avait pas blessé, mais tu n'appréciais pas la douleur, le jeu et tout le reste qu'elle s'était évertué à exercer à ton égard. Puis te remarqua que tu la tenais encore, alors de manière très vive tu retiras entrave et bras d'elle. «Tina n'est pas assez idiote pour jouer avec le feu » Soufflas-tu, le chien était toujours à grogner, car tu n'étais après tout plus proche de la bête que de l'homme. Tu aurais pu partir et ne pas tenir ton engagement. Enfin d'une certaine manière si elle t'avait soigné, tu te devais de l'écouter. Mais malheureusement, les cieux virent gronder, annonçant le début d'un orage que tu aurais préféré éviter. Toi qui serais sans baguette, tu aurais pu affronter les fléaux pour retourner chez toi. Mais tu avais été piqué d'un intérêt plus qu'étrange pour la tornade rousse qui était en ta compagnie. Elle t'avait soignée, ce n'était pas ça, elle s'était montré bien trop familière. Et tu n'avais pas apprécié, du moins c'est ce que tu t’évertuas à penser car si tu cherchais la solitude, c'était parfois bien compliqué. « Dit moi ce que tu as, qu'on finisse cette cohabitation.  » Un connard qui tenait ses engagements, c'était peut-être une chose rare, mais tu allais t'y appliquer.
Parchemin envoyé Dim 7 Jan 2018 - 0:10


- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 168 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : Perlman . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus & Rose Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mariée à l'antisocial et bâtard par excellence; Teddy Avery. Champ Libre : tina teddyesther
avatar
 
MY LIFE IS BASED ON A CIRCUS.
MADDY
TI found peace in your violence
Can't tell me there's no point in trying.

25 Octobre 1991

Elle avait tenté de la jouer plutôt fairplay jusqu’à maintenant, même si elle l’avait insulté à son arrivée, elle avait changé d’air. Pas lui. Alors, elle n’avait aucun scrupule à lui montrer une partie d’elle-même que peu de personnes voyaient, enfin pas mal si on comptait la majorité des hommes ou femmes qui étaient passés entre ses jambes. Ça et Tina ou Roisin, par exemple, pouvaient très bien connaître les paroles salaces quitter sa bouche. Elle était comme ça, c’était un côté de sa personnalité qui ressortait quand elle le souhaitait. Au départ, elle avait une réputation à tenir, peut-être qu’elle n’aurait pas fait ça à n’importe qui. Mais il était un Avery, de un. De deux, il était un con. Et de trois, sa réputation était déjà foutue, de toute façon. Elle avait bien un plan en tête en mettant la main sur son entre-jambe et une fois de plus, elle avait vu juste. Il avait l’air d’une vierge effarouchée, alors qu’il lui hurlait dessus. « NON MAIS CA V.... »De manière générale, ce n’était pas du tout ce que les hommes faisaient quand elle leur mettait la main là. Il était donc aussi coincé qu’elle le pensait, heureusement elle se servit de la diversion pour le guérir. Enfin, guérir était un grand mot parce que pour cela, il devait ya voir davantage de douleur. Il pensait quoi, que le peau pouvait se régénéré comme ça, aussi facilement? Bon, à voir son corps lézardé de cicatrices, elle comprenait bien qu’en général, il ne devait pas utiliser le sort qu’elle venait de lui offrir. Au moins, son bras est clair quand elle en a fini de lui. Elle est fière, c’est plutôt rare qu’elle se sert de sa baguette désormais si ce n’est pour des tâches ménagères. Elle n’a pas à se battre contre quiconque, ni soigner tous les gens qu’elle aime parce qu’elle faisait partie des neutres, tout simplement.

«Tina n'est pas assez idiote pour jouer avec le feu. » Qu’il finit par dire et là, elle lui sourit. « Ça c’est sûr. Quoique… » Une pensée lui vient à l’esprit et elle se retient de rire. [b]« Enfin, pas littéralement non, mais disons qu’elle a fait certaines choses qui l’auraient fait rougir de honte, par le passé. » Elle pensait à son histoire avec Galen, ou bien combien elle lui avait tenu tête à la suite de la mort de sa mère. Non, finalement, il semblerait que Tina en avait bien appris de son amie et son caractère devenait plus… intéressant. «[b] Dit moi ce que tu as, qu'on finisse cette cohabitation. » Sa voix est bien différente, maintenant. Elle se mord la lèvre inférieure et d’une certaine manière, elle se demande s’il peut continuer de lui ternir le bras, comme il l’avait fait pendant qu’elle l’avait soigné. Après tout, on avait déjà tout dit dans le Golden Blood et par Gossip Witch, non? [b]« Si j’ai cet air d’enterrement… Ces vêtements. Ce n’est pas pour n’importe quoi. Mon fiancé a été décapité par les Phénix. » Sa voix qui claque dans l’air, sans qu’elle ne puisse se retenir. Là, toute la joie s’est évaporée de ses paroles. Elle est bien trop sérieuse, vide même, quand elle dit ses mots.
Made by Neon Demon



ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Dim 7 Jan 2018 - 0:53


Invité
- Invité -
avatar
 
I was drunk again, causing accidents. Oh, you're not a friend, you're nothing. I think I should be a little more confident. In myself, In my skin.
(@originecitation // beerus)
my life is based on a circus

«  Ça c’est sûr. Quoique… Enfin, pas littéralement non, mais disons qu’elle a fait certaines choses qui l’auraient fait rougir de honte, par le passé.» Tu haussas les épaules et soupiras. C'était probablement cela que tu n'appréciais le moins avec les gens, le demi-commérage qu'on lance en l'air comme pour donner l'eau à la bouche et sous-entendre qu'il y a des secrets autour de nous dont on ignorait l'existence. Ce que Tina pouvait faire ne t'importait peut, tant qu'elle ne faisait rien que pouvait la mettre en danger. Le reste ... « C'est une grande fille.  » Ça sortie de tes lèvres malgré toi, car ta pensée avait été plus forte que toi. Après tout, tu ne voulais pas en savoir plus, Tina était la seule personne qui avait à te parler d'elle-même. Enfin tu estimais qu'elle était la seule en droit de parler de sa vie, et que si elle ne voulait pas te parler d'une chose, cela signifiait que cela ne te regardait pas.
«  Si j’ai cet air d’enterrement… Ces vêtements. Ce n’est pas pour n’importe quoi. Mon fiancé a été décapité par les Phénix. » Finalement, te regards monta au ciel comme si tu remerciais une divinité quelconque d'être créateur d'un miracle qui t'avait permis d'enfin ... finaliser ta part de ton engagement ? Elle t'annonçait cela comme si c'était une évidence, qu'une mort devait forcément être associée à la tristesse et la noirceur. Comme ci cela justifiait son arrivée dans les lieux et la mise en scène qu'elle t'avait imposé.
« Et tu te mets dans des états pareils pour ça . Une mort ? Ne devrais-tu pas plutôt être heureuse de pouvoir vivre ta vie ?  » Tu te retiens de dire le reste, car tu savais que certains sujets ne devaient pas être ouvertement abordés. Mais si l'ordre était responsable de la mort de son fiancé, tu te doutais qu'il ne devait pas être un enfant de choeur. Lentement tu te relèves et prends appuyé contre la table. Croissant tes bras, maintenant que tu en étais capable, tu pouvais enfin arborer tes postures habituelles de monsieur du con. Tu laissais échapper un soupiré, alors que tu regardais l'extérieur via l'ouverture de la tente. La pluie semblait s'abattre d'une telle force qu'on ne voyait que l'eau et plus rien d'autre. Le chapiteau principal qu'on pouvait pourtant habituellement voir était camouflé par des rideau d'eau. Coincé donc. Alors sans aucune gêne tu vins t'asseoir sur la table, comme si la chaise n'avait pas mérité ton attention, les yeux rivé sur l'extérieur comme un chien pressé de partir en balade. « Tu devrais être heureuse d'être en vie. T'apitoies pas sur les morts ou même les absents, ça sert à rien d'attendre  » Sans t'en rendre compte, tu venais de parler de toi même. Car ta voix, du moins la manière dont tu l'avais dis ce mot " absent" avait été emplit d'une nostalgie. Car toi tu l'avais attendu cet absent. Ce père que maintenant tu ne voulais plus connaitre. Enfant tu l'avais tant souhaitez, tu l'avais attendus. Et finalement, tu ne l'avais jamais vu, il ne s'était jamais soucié de toi. Après tout, qui le ferait ?
Parchemin envoyé Dim 7 Jan 2018 - 1:44


- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 168 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : Perlman . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus & Rose Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mariée à l'antisocial et bâtard par excellence; Teddy Avery. Champ Libre : tina teddyesther
avatar
 
MY LIFE IS BASED ON A CIRCUS.
MADDY
TI found peace in your violence
Can't tell me there's no point in trying.

25 Octobre 1991
« C'est une grande fille.  » Elle ne peut pas s’empêcher d’avoir un sourire niais sur le visage, qui lui apparaît tout à coup. Parce qu’elle pense à Tina, à tout ce qu’elles ont vécus ensemble. Au départ, Augustine n’était pas la meilleure amie de Maggs, s’en était une toute autre. Mererid Nott, anciennement Rackharrow. Elles ont faillit devenir belles-sœurs, mais la haine qu’elle avait envers cette menteuse et cruelle femme arrivait parfois à égaler les sentiments qu’elle avait ressenti autrefois à son égard. Mise à part Léonie Karkaroff, elle avait été la première fille envers qui elle s’était intéressée, pas besoin de vous dire que ça n’avait pas vraiment fonctionné et tant mieux, la rousse s’en portait beaucoup mieux. Voilà pourquoi elle s’était tournée vers quelqu’un comme Tina, une personne envers qui elle pouvait vraiment se fier. Elle était son opposée, mais c’était bien ce qu’elle avait besoin. Elles apportaient à chacun quelque chose de différent, mais d’autant puissant. Malgré leur dispute le mois dernier, leur amitié était toujours aussi forte, sinon plus. Tina ne parlerait jamais en mal de Maggs, ainsi de suite. Ce qu’elle venait de dire à Teddy n’était pas mauvais, au contraire. De savoir que son amie s’intéressait à un garçon, qu’elle voulait simplement lui parler, ça avait tout d’une histoire mignonne et non médisante. « Je l’adore. » Que la sorcière lâche, elle fait référence à son amie, c’est évident. Elle s’ennuyait d’elle et elle aurait eu besoin de sa présence plus que tout aujourd’hui. De sa voix, de son sourire, de ses gestes. Où était-elle ?

Quand elle s’ouvre enfin à lui, plus amère que son look, il n’a pas l’air de compatir. Ele aurait dû se taire, apparemment. « Et tu te mets dans des états pareils pour ça . Une mort ? Ne devrais-tu pas plutôt être heureuse de pouvoir vivre ta vie ?  » Elle ouvre la bouche et l’observe, étonnée qu’il lui dise ça. Personne ne devait se réjouir de la mort de quiconque. Enfin, elle ne portait pas la marque, elle. « Ce n’est pas parce que cette en fait, des morts, à tous les jours même que ça rend la chose anodine. »Elle n’aimait pas Minos, mais il n’était pas mal en son genre non plus. Elle ne sait pas du tout quel genre de vie elle aurait eu avec lui, mais elle aurait pu espérer à mieux que ce qu’elle avait là. « J’ai toujours voulu être libre.  » Qu’elle dit, pensive. Elle l’avait été toue sa vie, seuls les quelques mois où elle avait été fiancée à Minos avaient été différents. « Tu devrais être heureuse d'être en vie. T'apitoies pas sur les morts ou même les absents, ça sert à rien d'attendre  » Ses paroles attirent son attention et elle continue e le fixer, même quand il s’assoit sur la table pour lui faire face. Enfin, quand il daigne la regarder durant les quelques millisecondes qu’il le fait. « Ce ne sont pas ceux qui restent, qui profites de la vie. Ce sont ceux qui partent qui sont encore plus libres. » Ceux qui restaient souffraient plus, c’était toujours ainsi. « Le pire, c’était que je ne l’aimais pas. Alors, je n’imagine même pas. » Sa main s’avance vers son bras, celui qui était blessé quelques instants plus tôt. Sa voix est plus douce qu’elle ne l’a été depuis le début de leur altercation. La pluie qui fait rage dehors lui signifie qu’ils ne sortiront sans doute pas tout de suite et elle a un frisson, elle aurait dû amener une veste.
Made by Neon Demon


ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Dim 7 Jan 2018 - 2:18


Invité
- Invité -
avatar
 
I was drunk again, causing accidents. Oh, you're not a friend, you're nothing. I think I should be a little more confident. In myself, In my skin.
(@originecitation // beerus)
my life is based on a circus

«  J’ai toujours voulu être libre.» « Ta aucune raison de pleurer alors. Tu l'es maintenant.   » C'était plus fort que toi, tu n'avais même pas pris la peine de réfléchir, après tout c'était comme ça que tu fonctionnais. Tu disais les choses avant même que ton cerveau ait eu le temps de comprendre ce que tu voulais dire. Il n'y avait aucun filtre, comme un idiot incapable de tourner sa langue sept fois dans sa bouche. C'était par toi. «  Ce ne sont pas ceux qui restent, qui profites de la vie. Ce sont ceux qui partent qui sont encore plus libres. Le pire, c’était que je ne l’aimais pas. Alors, je n’imagine même pas » Cette remarque, elle t'arrache un frisson nerveux. Pas quelque chose de bon en soi C'était comme si elle cautionnait tout ce que tu haïssais. Justifier ceux qui partaient comme si c'était une chose normale. C'était des faibles qui préféraient fuir plutôt que rester avec les siens. Des lâches.« Des putains d’égoïstes ouais. La mort c'est une chose qui reste inchangeable. Mais partir, c'est lâche, s'ils voulaient partir ils n'avaient qu'à rester seuls.   » comme moi, ça tu réussis à le retenir et pourtant c'était comme s'il résonnait dans la pièce. Un geste nerveux de ta tête, vint te faire détourner le regard. La mâchoire crispée par la colère qui n'était que trop visible.
Dans le même mouvement, tu cherchais à te dégager de son contact. C'était comme si tu en avais peur, comme si tu étais allergique à la douceur et que c'était ça qui t'avait rendu aussi sec avec les autres. Le chien se voulait encore indompté et ne voulait pas qu'on l'apprivoise. Encore moins par les mains d'une sorcière qu'il connaissait à peine.  Puis tu te tais, t'essaye de faire taire la bête avant qu'elle parle. Mais tu le sentais ton sang bouillir et t'étais coincé. Pas réellement, mais tu n'avais pas envie de tomber connement malade en prenant la pluie. Surtout que tu irais surement juste te coucher à moitié trempé dans ton lit si tu le faisais. « C'est pathétique de pleurer pour quelqu'un qui n'est plus là. Encore plus si tu l'aimais pas. Personne ne chiale pour les inconnus qui meurt tous les jours. On s'en fout et on fait comme si n'était pas le cas. Je comprends pas le besoin de se justifier en pleurant pour des gens qu'on a connus. Juste parce qu'ont les à connus et que c'est ce qu'on doit faire. Il est mort. Arrête de chialer. arrête de venir chouiner comme une pauvre petite princesse sur le sol de la tente de ma cousine pour si peu.   »  Tu t'arrêtas en reprenant ton souffle. Parce que tu avais presque crié en disant ses mots. que tu t'étais remis compulsivement sur tes pieds. Avait expédié ton cul loin de cette putain de table. Parce que tu étais incapable de pas t'énerver. Car tu savais plus comment faire, probablement même que tu l'avais jamais su. Tu n'étais qu'un putain d'impulsif qui savait pas se la fermer. Qui savait pas jouer le jeu des conventions et de la bienséance, car t'en voulait pas de toute cette merde. Car c'était juste des putains de mensonge. Car le monde il n'avait jamais tourné rond, alors tu voyais pas l'intérêt de prétendre le contraire.
Parchemin envoyé Dim 7 Jan 2018 - 19:09


- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 168 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : Perlman . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus & Rose Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mariée à l'antisocial et bâtard par excellence; Teddy Avery. Champ Libre : tina teddyesther
avatar
 
MY LIFE IS BASED ON A CIRCUS.
MADDY
TI found peace in your violence
Can't tell me there's no point in trying.

25 Octobre 1991
« Ta aucune raison de pleurer alors. Tu l'es maintenant. » Elle continue de l’observer, encore et toujours, pour essayer de lire en lui. Il y avait quelque chose dans sa voix, dans sa façon d’être si direct. Mais il n’avait pas raison, comment aurait-elle pu le lui faire comprendre? Mis à part avec les paroles, qu’elle aurait bien tenté de lui dire. Ce n’était pas parce qu’elle n’était plus fiancée qu’elle était plus libre pour autant. Parce que la vraie raison qui l’amenait ici, c’était pour parler de sa réputation qui était ternie. C’était ce qui la touchait le plus, voilà pourquoi elle avait encore plus l’air d’être un oiseau en cage. Avec une réputation de nymphomane, elle avait dû abandonner pour un temps son emploi de relationniste pour la compagnie de sa famille, parce que ce n’était plus vraiment crédible. Elle qui s’était battue pour sa condition, pour cette liberté d’être connue à travers le monde magique comme une femme intelligente et féroce en marketing. Désormais, elle n’était plus qu’asociée à une seule chose dans ce monde de machiste. Elle espérait qu’avec le temps, on oublierait ses déboires. Elle ne pourrait pas passer toute sa vie chez ses parents à ne pas travailler, non ça ce n’était pas être libre. Donc non, en cet instant précis, elle n’avait pas du tout l’impression d’être une femme libre.

« Des putains d’égoïstes ouais. La mort c'est une chose qui reste inchangeable. Mais partir, c'est lâche, s'ils voulaient partir ils n'avaient qu'à rester seuls. » Il est tellement… Froid. Maggs fait peu souvent affaire avec des gens comme lui. Elle avait l’habitude de s’entourer de personnes avec une personnalité plus souriante. Il était si virulent dans ses paroles qu’elle comprit immédiatement que ça faisait référence à sa propre vie. Elle ne savait pas ce qu’il avait vécu, mais bon sang elle se mettait une note d’en parler à ses deux amies. Il était mystérieux, elle voulait savoir pourquoi il était si furieux contre la vie. Elle était presque prête à s’ouvrir à lui, pour lui dire que ce n’était pas totalement le seul fait que son fiancé soit mort qui l’amène ici. Elle voulait qu’il la comprendre, sans savoir réellement pourquoi. Jusqu’à ce qu’il parte dans un monologue sans fin. « C'est pathétique de pleurer pour quelqu'un qui n'est plus là. Encore plus si tu l'aimais pas. Personne ne chiale pour les inconnus qui meurt tous les jours. On s'en fout et on fait comme si n'était pas le cas. Je comprends pas le besoin de se justifier en pleurant pour des gens qu'on a connus. Juste parce qu'ont les à connus et que c'est ce qu'on doit faire. Il est mort. Arrête de chialer. arrête de venir chouiner comme une pauvre petite princesse sur le sol de la tente de ma cousine pour si peu. » Et là, la claque part aussitôt. La giffle sur sa joue gauche qui raisonne malgré le bruit de la pluie qui tombe à torrent. « Va de faire foutre! » Elle est furieuse, il l’a cherché à nouveau. Elle s’est levée elle aussi. « Ce n’est pas parce que tu as une vie de merde que tu dois tout déverser sur les putains d’inconnus! Je comprends pourquoi je n’avais pas entendu parler de toi, ta méchanceté… Tu es pathétique, Teddy. » Elle s’est déjà emparée de sa baguette et d’un sort elle transplane de cet endroit en moins de deux. Elle n’était pas venue ici pour se faire juger de la sorte par un mec, elle avait besoin de sa meilleure amie et personne d’autre.
Made by Neon Demon



ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé


Contenu sponsorisé
- -
 
 
MY LIFE IS BASED ON A CIRCUS ❱ maddy (exp)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Life in UCLA
» The Weepers circus
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Angleterre-
Sauter vers: