indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
(AMATINA) + RUMOUR HAS IT

()
Parchemin envoyé Jeu 21 Sep 2017 - 23:24

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 833 hiboux. J’incarne : Daisy FUCKING Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : @moi-même, Gallifreys, ne pas prendre s'il vous plait. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra, Avia, Arthur, Gideon & Skander Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 22 années qu'elle foule cette terre, si elle a vu le jour dans un contrée qui n'est pas si lointain, voilà vingt deux années qu'elle tente de s'épanouir en Angleterre. , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : diseuse de bonnes aventures dans le Cirque de la famille, j'ère de villes en villes avec la troupe, accordant un instant pour lire l'avenir dans la paume de le main, mais surtout par le biais du reflet mirobolant de quelques galions. J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : célibataire depuis longtemps, je crains tout ce qui se rapport à l'amour et aux hommes. Les contacts humains me connectent à l'avenir parfois brutal des gens, et ne m'attirent pas. Du moins, c'est ce dont je tente de me convaincre.
avatar
 
En ligne





RUMOUR HAS IT (AMATINA)
Bless your soul, you've got your head in the clouds, Rumour has it.

Les rumeurs, elle n’y prête pas attention depuis longtemps. Elle ne lit pas la presse officielle, alors la presse autre et clandestine, jamais. Elle ne fait jamais rien qui pourrait lui être reproché, jamais. Elle agit toujours dans les règles Augustine, toujours. Jamais une heure de colle avant d’aller forcer la réserver avec une amie à Poudlard, elle avait cru mourir d’avoir transgressé une règle, puis deux elle en avait été malade. Depuis, elle faisait tous dans les règles, refusant de commettre un faux pas que l’on pourrait imputer aux siens, à sa famille, au cirque. Elle refusait d’être comme certaine jeune fille (indigne) de sang pur qui n’en avaient rien à faire de leur réputation et de celle de leur famille, n’agissant que selon leurs désirs et non selon la raison. Elle avait sa ligne de conduite, et elle ne tenait pas à déroger à ses règles, à ses limites, et au programme qui était le sien. Elle ne voulait pas commettre une erreur qu’elle puisse regretter, jamais. ; L’alcool avait été une barrière qu’elle avait franchie récemment et qu’elle regrettait tellement. Elle ne se souvenait pas de grand-chose de cette nuit, elle se souvenait d’Amadeus qui l’avait raccompagnée chez elle, mais pas de grand-chose, de quelques-unes de ses paroles, sincère, humaine. Elle avait la vague impression que cette nuit-là, elle avait retrouvé son ami, son meilleur ami, qu’il avait été là, délaissant cette image de gros dur qu’il voulait porter. Cette image de mafieux qu’il voulait emprunter à ses pairs, qui faisait de lui un Bad boy mais qui le rendait distant.

Il l’avait trahi, mais il était son ami. Fidèle, étrange, distant parfois, arrogant souvent : mais il restait son ami, le meilleur d’entre tous. Celui qu’elle avait appris à connaitre malgré les mises en gardes, malgré les avertissements sur une éventuelle fausseté dans ses intentions. Au début il semblait qu’il avait été pourvu de mauvaises intentions, mais… maintenant, il ne l’était plus. Il était humain, derrière ces airs qu’il se donnait. Elle l’était l’une des rares à voir l’humanité, l’homme sous le sang pur supérieur, elle voyait au-delà de tout, elle lisait en lui, comme il lisait en elle.  Il avait simplement été à ses côtés quand elle avait été ivre, en détresse et à deux doigts de sombrer dans l’horreur. Elle s’en souvenait vaguement et c’était la preuve de son humanité qui lui suffisait pour oublier le scandale et le tragique évènement du journal intime. Elle ne voulait pas chercher à savoir qui avait voulu se jouer d’elle ce n’était pas important. Il n’avait pas vraiment d’autres amis, elle se demandait parfois, surprise ce qu’elle avait de plus, ou de moins. Plus malléable ? Peut être, certainement. Mais elle son amie, cette constante lui suffisait amplement.  Wynn avait surgit dans sa vie, et mis un chaos. Elle avait plus confiance en Deus qu’elle n’en aurait en le Slughorn parti sans crier gare. Elle l’évitait au possible, difficile quand on travaille au même endroit. Ce soir-là, le soleil se couche sur le cirque Avery qui a élu domicile dans un parc Londonien, sous le nez des moldus qui ne voient rien. Ses séances de voyances épuisantes, elle vient de terminer. Vêtue de sa longue robe rouge, coiffée parfaitement maquillée avec des lèvres rouges carmins, et perchée sur ses talons, elle attrape ses gants pour les enfiler, ils ne couvrent que jusqu’à son coude, le reste de ses bras dégagé à cause de cette robe. Elle maugrée quelque chose, et sort de la tente, regardant autour d’elle pour voir s’il n’y avait personne à l’horizon. Elle n’avait envie de tomber sur personne, épuisée.

Attrapant le bas de sa robe, pour ne pas la salir inutilement, elle la relève un peu pour marcher, bien sur ses chaussures seraient à laver. Heureusement qu’elle était assise pour faire ses prédictions, elle se sent maladroite sur ses talons, pire encore, elle l’est tenant grâce à la force du saint esprit sur ses deux pieds,  sans tomber même si elle tangue hasardeusement.  Elle est presque à sa roulotte, quand elle tombe nez à nez avec Amadeus qu’elle n’a pas revu depuis « la cuite », cette phase honteuse de sa vie, cette fois où elle était sortie de ses sentiers battus, cette fois où elle avait bafouée ses règles. « Je… Salut ! » Dit-elle, maladroite, et surprise. Jamais elle ne l’avait vu au Cirque, jamais il n’avait dû la voir dans sa « tenue de scène », apprêté, maquillée, féminine, différente de ce qu’elle était habituellement. C’était son rôle, un rôle qu’elle jouait, jamais elle ne serait ainsi. La voyante écarlate portait bien son nom, toute parée d’un rouge carmin.  « Tu… » Tu me cherchais manque-t-elle de dire, mais elle refuse d’etre vaniteuse, Etre le centre d’une attention, c’était être vaniteuse, et elle refuse d’être cela, refusant d’être comme ancienne camarade de Poudlard, la vanité était assez présente dans ce monde. Et il ne devait pas venir pour elle, on ne vient jamais pour elle. On vient faire quelque chose ici, et on tombe sur elle, c’était toujours ainsi. « Tu… qu’est-ce que tu fais là ? » Simple, direct. Elle lui sourit, contente de le voir, malgré tout. Il restait son ami, et ça rien ne pourrait le changer.


Tina parle en cc3366


Spoiler:
 

Parchemin envoyé Sam 30 Sep 2017 - 15:03

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 994 hiboux. J’incarne : Dylan O'brien , et l’avatar que je porte a été créé par : queenshady ( avatar ) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lupin, Meadowes, Kingsbury Je parle en : #258369



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque.
avatar
 
Rumor has it
augustine ft. amadeus

On dit parfois qu’avec les si on pourrait refaire le monde. Le monde n’était-il pas déjà réellement inhumain? Tant de violence, tant de colère et si le monde devenait plus doux, plus calme, plus tendre? Une vision d’un monde impossible ni même dans les années à venir. La vie n’était pas rose, elle n’était pas non plus un long fleuve tranquille, il fallait s’y battre chaque jours et c’était de cette façon qu’Amadeus voyait la vie. Une vie où il était bon d’avoir les pièces en mains plutôt que d’être un pion dans une partie d’échec car finalement, la vie était réellement une partie d’échec. Il y avait des rois, des reines, des princes, des princesses, des pions, des esclaves et il fallait obéir au roi et à la reine. Le sorcier se voulait être prince mais la place était déjà prise il y a fort longtemps. Aujourd’hui était-il finalement un pion? Il ne savait guère. Mais il jouait à sa propre partie d’échec et il voulait gagner cette partie. Pour Amadeus, le monde avait une part d’humanité tellement basse qu’il savait qu’il en faisait parti car la violence faisait partie de sa vie, de son quotidien. Il ressentait ce besoin de faire du mal aux autres, aux gens qu’ils aiment, pour se sentir fort, pour se sentir intéressant mais avait-il réellement besoin de sa pour l’être? N’était-il pas finalement intéressant même en dehors de cette facette? Il était un solitaire, c’était bien connu. Il fallait être chanceux pour pouvoir accéder à la compassion du sorcier, pour avoir ne serait-ce qu’un signe d’affection venant du sorcier. Qu’est ce qui pouvait changer le monde, les gens en plus des si? Une chose qui pouvait changer la façon d’être d’une personne, une chose qui pouvait faire du mal également si l’on y croit fortement sans attendre une réponse. Rumeur. Voilà quelle était la réponse. Les rumeurs pouvaient être bonnes comme mauvaises. Les rumeurs pouvaient faire du bien mais également du mal. Les rumeurs pouvaient être douteuses et l’espèce humaine savait que le doute n’était pas bon pour le cerveau de l’homme. Amadeus n’y croyait pas ses yeux à l’instant où il lisait cette rumeur dans cette gazette. Il était un grand lecteur de journaux. Il aimait savoir si le monde subissait ce qu’ils faisaient. Il aimait être aux nouvelles du goût du jour mais jamais il s’attendait à lire ce genre de chose. Augustine Avery enceinte?! de lui?! Impossible. Non pas qu’elle était déplaisante à regarder mais il n’y avait jamais eu d’ambiguïté entre eux. Il y avait que de l’amitié depuis de nombreuses années. Mais Augustine enceinte?! Impossible ! Enfin impossible, il ne savait pas réellement. Peut-être avait-elle trouver quelqu’un de bon pour prendre soin d’elle et qu’il n’avait pas été mis au courant de tout ça mais quand même.

Il lisait et relisait le petit article côté rumeur. Il savait que si sa famille trouvait ce petit article destiné à la fille Avery et pour le petit dernier de la famille, ils n’apprécieraient guère tout cela. Surtout le paternel Black. Il savait, il savait qu’il allait devoir demander des réponses à Augustine. Il savait qu’il n’était pas patient, qu’il allait devoir aller chercher des réponses directement car en cinq minutes, il avait le cerveau comme déconnecté. Comment cette rumeur avait pu sortir? Exister? Aucune idée. Mais il savait une chose, le soir où elle avait vomie sur ses pieds, d’ailleurs ses chaussures s’en souviennent encore, était le soir où elle avait trop bue et qu’il avait soigneusement prit soin d’elle pour la ramener chez elle afin qu’elle puisse se reposer. Elle était sa part d’humanité dans ce monde de brute. Il en fallait. Il lui fallait sa part d’humanité pour ne pas sombrer totalement dans l’obscurité. Amadeus prit la gazette et transplana alors. Il savait qu’elle travaillait dans un cirque mais il n’avait jamais mis les pieds dans l’endroit. D’ailleurs, il n’avait jamais mis les pieds dans un cirque, ni vu un clown car il avait peur des clowns. Il n’était pas un adepte des spectacles et tout ce genre. La magie était déjà un beau spectacle qui lui suffisait. Il marcha jusqu’au lieu dit. Il frappa à la roulotte. Personne. Elle n’était pas présente. Pas encore du moins. Il allait attendre, il avait tout le temps. Il serra fortement dans sa main l’article les concernants. Il se demandait bien qui avait pu envoyer un hibou pour avertir et surtout créé une idée débile. Mais il savait que cela pouvait créé des ennuis à la jeune femme si la famille Black l’apprenait. Il n’avait pas revu la sorcière depuis la petite cuite de la dernière fois. Il n’avait pas chercher non plus à avoir de ses nouvelles, préférant la laisser seule un peu. Parfois la solitude avait du bon, parfois non. Tout était une question de temps. « Je… Salut ! »  Amadeus regarda la sorcière. Il aurait très bien pu ne pas la remarquer car celle-ci n’était pas habillée comme habituellement. Il n’était pas du tout habituer. Non pas que cela ne lui allait pas mais il n’était pas habituer à la voir habiller de cette manière. « Salut » Le sorcier ne savait pas vraiment comment aborder la sorcière. Ou du moins comment venir au sujet.  « Tu… » Il la regardait. Sa tenue le laissait perplexe. « Tu… qu’est-ce que tu fais là ? » Voilà la question fatidique. Comment devait-il amené le sujet pour débuter la conversation. Il était content de la voir, dans un meilleur état déjà. « Je suis venu voir comment tu allais depuis la dernière fois » Il savait que cela était sa première intention, savoir comment elle se portait mais ce n’était pas principalement la cause de sa visite. « J’espère ne pas te déranger vu ta tenue » Le sorcier se passa la main dans les cheveux en signe de gêne. « Mais j’avais besoin de te voir » Il fallait qu’il amène le sujet en douceur. Il ne savait pas vraiment comme s’y prendre mais il allait le faire. « Je ne sais pas si tu lis une certaine gazette qui publie des rumeurs, c’est un peu un mythe parmi les rumeurs et il se pourrait bien que tu en fasses partie » Amadeus lui présenta cet article. Une rumeur que nombreux sorciers auraient pu lire aujourd’hui.
made by black arrow



He cried that day, all day, all night.
- i am lost

Parchemin envoyé Lun 2 Oct 2017 - 0:16

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 833 hiboux. J’incarne : Daisy FUCKING Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : @moi-même, Gallifreys, ne pas prendre s'il vous plait. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra, Avia, Arthur, Gideon & Skander Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 22 années qu'elle foule cette terre, si elle a vu le jour dans un contrée qui n'est pas si lointain, voilà vingt deux années qu'elle tente de s'épanouir en Angleterre. , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : diseuse de bonnes aventures dans le Cirque de la famille, j'ère de villes en villes avec la troupe, accordant un instant pour lire l'avenir dans la paume de le main, mais surtout par le biais du reflet mirobolant de quelques galions. J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : célibataire depuis longtemps, je crains tout ce qui se rapport à l'amour et aux hommes. Les contacts humains me connectent à l'avenir parfois brutal des gens, et ne m'attirent pas. Du moins, c'est ce dont je tente de me convaincre.
avatar
 
En ligne





RUMOUR HAS IT (AMATINA)
Bless your soul, you've got your head in the clouds, Rumour has it.

Elle n’avait jamais vu Amadeus au cirque. Jamais, elle était presque inquiète de le voir ici, comme si quelque chose de grave était arrivé. Elle l’appréciait, réellement, même si le début de leur amitié était basé sur… une volonté de se servir d’elle. Mais jamais il ne lui avait réellement demandé de se servir de ses dons pour ses fins personnels. Il était un ami, un vrai, le meilleur ami. Elle avait Maggs, mais ce n’était pas pareil. Maggs lui dirait de ne pas s’approcher de lui, encore et toujours, comme depuis des années. Elle avait raison, les Black étaient dangereux, mais Amadeus ne la mettrait pas en danger, et ne lui ferait pas de mal. Sans lui, elle aurait subi le pire cette nuit-là, il l’avait sauvé. « Je suis venu voir comment tu allais depuis la dernière fois » La dernière fois. Elle sourit, et rougit un peu, honteuse. Ça allait nettement mieux, elle avait cessé de vomir ses tripes, et la dernière chose dont elle se souvenait c’était s’être endormie dans ses draps en lui demandant de rester le temps qu’elle s’endorme, ce qu’il avait dû faire, sans l’ombre d’un doute. « Merci d’être resté avec moi. » dit-elle, réellement reconnaissante. « J’espère ne pas te déranger vu ta tenue »  Sa tenue ? Elle est... interloquée. Puis, elle réalise que c’était son « costume de scène », une robe rouge, une tenue, et un maquillage qui n’était en rien ce qu’elle était. Il était gêné de la voir… bien habillé. Ou peut être avait-il peur de gêner un rendez-vous galant. « C’est mon… » Costume, voulu-t-elle dire, mais il ajoute précipitamment,  « Mais j’avais besoin de te voir » C’était… sérieux. Cela inquiétait la jeune femme, tant de sérieux de la part d’Amadeus Black, c’était comme si quelque chose de grave était arrivé, quelque chose de terrible. Elle a peur, soudainement de la suite de ses mots. « Je ne sais pas si tu lis une certaine gazette qui publie des rumeurs, c’est un peu un mythe parmi les rumeurs et il se pourrait bien que tu en fasses partie » Bien sûr qu’elle en avait entendu parler. Elle aimait beaucoup écrire, c’était son… secret. Son petit secret à elle, elle gardait soigneusement ses journaux et ses écrits dans sa chambre, caché loin des yeux de tout le monde. Donc quand on lui avait dit que quelqu’un écrivait ce qui semblait être une satire de la société, elle avait voulu lire, mais… pas de façon récente. Il lui tend alors le dit journal. Qu’est ce qui pouvait bien la concerner ?

Elle ne pouvait simplement faire partie des rumeurs. Augustine ne sortait pas de chez elle ou du Cirque. Sa conduite exemplaire, exempte de comportement douteux, et déplacé contrairement à son amie Maggs.  Elle était une fille modèle, elle avait été une adolescente exemplaire. Elle était un modèle de vertu, malgré un récent écart de conduite concernant la boisson, mais le mal de tête du lendemain et la nausée interminable de la gueule de bois l’avait… vacciné. Elle ne boirait plus une seule goutte d’alcool, elle s’en était faite la promesse. «  J’ai reçu un charmant corbeau m’ayant indiqué une nouvelle fort intriguante : miss Avery pourrait bien être enceinte ! Augustine, celle que je pensais si sage. Mon informateur soupçonne qu’il s’agisse de l’oeuvre d’un Black, le si jeune Amadeus sur lequel elle aurait régurgité un.. repas ? Oh je me délecte de cette idée scandaleuse ! Qu’en diraient leurs pères, mh ? » Le journal entre ses mains, ou plutôt ce maudit torchon entre ses mains. Elle se décompose, littéralement, son visage se transformant sous les yeux du Black. Ce n’était… mais qui donc avait pu dire des choses pareilles ? Elle n’était pas enceinte, elle ne pouvait même pas l’être, et certainement pas de lui. Amadeus était son ami, depuis tellement d’années, jamais elle n’aurait pu le considérer autrement. A vrai dire, elle n’avait jamais considéré aucun garçon « autrement » qu’en ami, ou comme quelqu’un qui la terrifiait. Elle n’était pas en phase avec son âge, encore moins avec sa génération. Elle est blanche comme un linge, et finalement lève les yeux vers lui. Il ne reste que le rouge de son blush de maquillage sur ses joues, et ses lèvres. « Je… » Elle se retourne alors pour pousser la porte de sa roulotte. Elle avait besoin de s’asseoir, qu’on lui mette une claque aussi.  

La roulotte est sous le coup d’un sortilège, minuscule de l’extérieur, pourtant une fois dedans, elle était plutôt grande, un coin chambre, une petite cuisine, une table, et au fond une petite salle de bain. Ce n’était pas luxueux mais c’était plus grand que c’était censé l’être, rien que pour cela elle aimait la magie. Elle entre, la tête baissée, le journal dans ses mains. Elle se retourne vers lui, « Entre. » dit-elle, comme si elle ne devait pas être vue avec lui. Cette rumeur les concernant, c’était… surréaliste.  Et qu’il ferme la porte derrière elle. Mal à l’aise, elle songe à sa famille qui aurait pu lire cela. A son père, que jamais elle ne cesserait de décevoir. A sa mère qui songerait certainement qu’elle avait manqué quelque chose dans son éducation. A Maggs qui lui dirait qu’elle aurait du lui en parler parce qu’elle était son amie. Elle avait honte, elle se sentait tellement couverte de honte. Son pas incertain s’arrête à côté de la table sur laquelle elle s’appuie pour quitter ses talons. Ce n’était pas elle, cette créature apprêtée et féminine. Elle le regarde alors. Elle tire alors la chaise pour s’asseoir. Qu’il fasse de même s’il le veut. Elle jette presque le journal sur la table. Et dit alors « Mais… qui ose écrire de pareilles calomnies ? » De la calomnie pure et dure, il n’y avait pas d’autres termes pour qualifier cela.  Elle ferme ses yeux, et mord sa lèvre pour essayer de se détendre, mais rien n’y fait. « Par Merlin, si mon père voit ça… » Elle lâche échapper un soupire, et rouvre les yeux essuyant une larme avec le revers de sa main. C’était un tissu de mensonge. « Je… » Elle lève les yeux vers lui, et se sent comme obligée de se justifier. « Je ne suis pas enceinte, je… » C’est impossible peut-elle presque ajouter mais… non, elle était déjà suffisamment couverte de honte. Elle avait déjà honte de cette rumeur, elle ne voulait pas subir la honte de n’être qu’une enfant à son âge. Elle a les yeux brillant, le monde magique pourrait la pendre pour une trainée… alors qu’elle n’avait rien fait, jamais.


 
Tina parle en cc3366


Spoiler:
 

Parchemin envoyé Mer 4 Oct 2017 - 11:02

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 994 hiboux. J’incarne : Dylan O'brien , et l’avatar que je porte a été créé par : queenshady ( avatar ) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lupin, Meadowes, Kingsbury Je parle en : #258369



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque.
avatar
 
Rumor has it
augustine ft. amadeus

Mettre les pieds dans un cirque, jamais il n’aurait cru ce jour possible et pourtant ce soir, il tentait le coup. Il tentait le coup pour une urgence. Ils savaient oh combien son père n’apprécierait pas cette rumeur mais il savait également que le père Avery serait un homme fou furieux. Dans les deux cas, cette rumeur ne tombait pas à pique et surtout irréaliste d’avance. L’amitié homme-femme existait, il fallait être dingue pour ne pas y croire une seule seconde. Les deux sorciers étaient la preuve de cette existence. « Merci d’être resté avec moi. » Pour le sorcier, il s’agissait de quelque chose de naturel. Etre là pour la sorcière était quelque chose de simple et quelque chose d’utile. Il savait qu’il ne la laisserait jamais. Il savait qu’il serait présent pour elle. Bien qu’il n’était pas le meilleur dans ce domaine. Avec elle, il avait cette facilité d’être présent et le plus important, c’est qu’il se sentait utile auprès d’elle. Il acquiesça d’un signe de tête. Il avait sagement attendu le fait que la sorcière s’endorme, évidemment il n’avait pas attendu longtemps, celle-ci avait gentiment prit soin de s’endormir dans les dix minutes. Il l’avait sauver du pire ce soir-là mais il n’était pas un héros. Il était simplement Amadeus Black. Il fallait s’attendre à tout avec lui et surtout du pire. Il la regardait, il attendait une réaction de sa part mais il avait seulement le droit à son regard. Etait-ce seulement sa réaction? Un regard? Vraiment? Impossible. « Je… » Il avait l’impression d’avoir parler à un mur tellement il n’y avait aucune réaction de la part de la sorcière. Mais elle entra et laissa Amadeus dehors jusqu’à l’invitation de pénétré dans son enceinte, dans sa roulote. Jamais il n’avait mis les pieds ici, dans ce lieu et durant un instant la magie lui faisait briller les yeux. Ce n’était pas luxueux mais suffisant pour une petite femme comme Avery. Il ferma la porte derrière lui, regardant la sorcière. La rumeur était tout de même quelque chose qu’il ne prenait pas à la légère. Elle était son amie. Elle était l’actrice de cette mascarade et il n’acceptait guère que l’on salisse l’image de celle-ci et le pire, c’est qu’il était confronté à être concerné lui aussi. Malgré tout. Deux choses qui faisait qu’il n’acceptait pas la situation. Il la regarda, jeter pratiquement d’une manière non douce le papier journal. « Mais… qui ose écrire de pareilles calomnies ? » Lui-même ne savait pas. Lui-même ne savait pas pourquoi une telle chose avait été écrite. Pourquoi eux et pas d’autres personnes. Pourquoi une rumeur aussi grotesque faisait son apparition au moment où ils se réconciliaient. « Je me demande mais une chose est probablement sûre, c’est que nous étions peut-être pas seuls finalement l’autre soir » Evidemment ce n’était qu’une simple suggestion mais pour savoir que la sorcière était mal au point et qu’elle avait soigneusement vomie sur les pieds d’Amadeus, il fallait avoir vu les choses.

« Par Merlin, si mon père voit ça… » Amadeus resta distant, il la regarda, il sait oh combien la rumeur serait un moyen d’énervement envers les deux hommes de la famille, oh combien le déchirement serait présent. Il ne voulait pas que la déception soit présente. Il ne voulait pas que les deux hommes puissent lire cette rumeur mais après tout, étaient-ils déjà au courant? Ou le silence était bon signe. « Il est peut-être déjà trop tard Augustine » Il ne pouvait pas la rassurée, c’était impossible car le père de celle-ci était peut-être déjà au courant. Il ne voulait pas non plus lui mentir, il voulait la mettre face à la réalité. Lui-même savait que la rumeur mettrait un bazar dans sa famille si un des membres l’apprenait. « Peut-être que la personne en question a cru que tu étais enceinte parce que tu vomissais, qu’elle ne se doute pas que tu avais bu » Boire était une mauvaise chose, c’était bien connu. « A moins que tu ai pris quelques kilos, vous êtes douées pour ce genre de chose les femmes » Amadeus et son langage déplacer qu’il plaçait gentiment. Il s’approcha d’elle. « Je… » Le sorcier attendait la suite. Au départ, il avait ressentit comme de la déception parce qu’il se demandait réellement si la sorcière n’était pas enceinte et qu’elle n’avait pas mis au courant le garçon. « Je ne suis pas enceinte, je… » Il attend. Il a l’impression qu’il manque quelque chose dans les paroles de la sorcière. Il a l’impression qu’elle cache quelque chose et ça l’agace. « J’ai l’impression que tu me caches quelque chose » Il n’avait pas sa langue de sa poche, il le savait. « Si tu es enceinte, j’aurais aimé le savoir avant ce foutu journal à deux gallions » Le sorcier s’emportait à l’idée qu’elle puisse lui cacher quelque chose dont il ne savait strictement rien. « Parce que si tu l’es, ce n’est pas une personne que j’ai à protéger mais deux » Bon il allait loin c’est sûr mais au moins la sorcière pouvait voir qu’elle pouvait compter sur le prince Black, le tout petit bébé Black. « Bon après, avec cette rumeur, dit toi qu’elle ne t’a pas mis le plus moche des Black » Un brin d’amusement dans cette phrase. Il voulait la faire sourire un minimum, au moins durant un instant mais était-ce suffisant. Etait-ce suffisant pour la rassurée un peu? Il était loin d’être le meilleur dans ce domaine mais elle savait comment il était au final. Elle le connaissait mieux que personne. « Ton père serait déjà présent si il avait lu cette gazette non?  » Amadeus n’avait clairement pas envie de devoir faire face au paternel Avery; loin de là. Il n’avait jamais été apprécier par celui-ci.
made by black arrow



He cried that day, all day, all night.
- i am lost

Parchemin envoyé Dim 8 Oct 2017 - 22:14

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 833 hiboux. J’incarne : Daisy FUCKING Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : @moi-même, Gallifreys, ne pas prendre s'il vous plait. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra, Avia, Arthur, Gideon & Skander Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 22 années qu'elle foule cette terre, si elle a vu le jour dans un contrée qui n'est pas si lointain, voilà vingt deux années qu'elle tente de s'épanouir en Angleterre. , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : diseuse de bonnes aventures dans le Cirque de la famille, j'ère de villes en villes avec la troupe, accordant un instant pour lire l'avenir dans la paume de le main, mais surtout par le biais du reflet mirobolant de quelques galions. J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : célibataire depuis longtemps, je crains tout ce qui se rapport à l'amour et aux hommes. Les contacts humains me connectent à l'avenir parfois brutal des gens, et ne m'attirent pas. Du moins, c'est ce dont je tente de me convaincre.
avatar
 
En ligne





RUMOUR HAS IT (AMATINA)
Bless your soul, you've got your head in the clouds, Rumour has it.

Elle ne pouvait pas être enceinte. C’était impossible, techniquement impossible, et Augustine n’était pas croyante au point de croire à l’immaculée conception. Elle n’était pas la vierge Marie, elle était la Vierge Tina, et c’était complètement différent. Et puis… elle n’était pas enceinte, si elle avait vomi, c’était uniquement parce qu’elle avait abusé sur l’alcool, du coup, elle n’était pas une sainte, car les saints ne boivent pas. Mais elle avait bu… trop. Beaucoup trop. Trop pour elle, c’était à peine deux verres, deux verres de trop. Elle n’aurait jamais dû boire autant, c’était sutpide et complètement irresponsable, sans Amadeus, elle aurait pu être enceinte, et même violée alors… elle le remerciait d’avoir croisé sa route ce soir-là, même si elle lui en voulait à mort. A mort, car à la base, il avait voulu se servir d’elle, mais pour le coup, elle avait compris qu’il était son ami, son véritable ami, et que… qu’elle pourrait toujours compter sur lui. Il était le plus proche de ses amis, avec Maggs, bien que les deux ensembles ne se tolèrent pas le moins du monde, mais elle les aimait, comme des amis, comme une famille qu’elle s’était choisi, les deux séparément, prenant toujours son de ne jamais évoquer l’autre. Ils étaient proches, alors la rumeur qui disait qu’ils allaient avoir un enfant pourrait être… probable. On avait déjà vu des amis franchir le pas ; mais pas eux, pas Tina, pas Deus. Non, ils étaient amis, et ça ne pouvait en être autrement.

Elle avait une mine absolument déconfite. Elle était… respectable, c’est ce qu’elle se convainquait d’être, une fille de bonne famille, et elle écopait des mêmes rumeurs que les autres traînées de sang pur ? Quelle damnation ! Non, elle était pure, vierge, et une fille bien élevée, ce n’était pas ce genre de rumeur qui lui correspondaient, pas le moins du monde. « Je me demande mais une chose est probablement sûre, c’est que nous étions peut-être pas seuls finalement l’autre soir »  Dit-il alors, donnant l’explication la plus logique qui soit. Ils avaient été vu l’autre soir, et elle lui avait vomi dessus, vu de l’extérieur, cela aurait pu ressembler à une dispute de couple, vu qu’ils s’étaient hurlés dessus, même Tina qui d’habitude n’hausse pas le ton. C’était tellement logique, mais si toutes les femmes qui sortent du chaudron Baveur et vomissent sont enceinte, le taux de naissance devrait explosé, et en temps de guerre c’est plus le contraire. « Il est peut-être déjà trop tard Augustine »  Certainement, et son père… allait la tuer. Que ça soit à propos du fait d’être soit disant enceinte, qu’elle allait devoir expliquer par le fait d’avoir trop bu. Son père exigeait d’elle une certaine forme de conduite, pour ne pas dire de perfection.  Sa mère lui avait dit de ne jamais prendre exemple sur sa jeunesse, puisqu’elle était tombée enceinte d’Augustine a seulement seize ans d’un homme plus vieux de dix années de plus, Augustine était peut être comme elle était parce que quelque part, sa mère lui faisait comprendre qu’elle avait été une erreur de jeunesse.  « Peut-être que la personne en question a cru que tu étais enceinte parce que tu vomissais, qu’elle ne se doute pas que tu avais bu » Evidemment, tout était logique, tout prenait forme. « A moins que tu ai pris quelques kilos, vous êtes douées pour ce genre de chose les femmes » Elle le fixe, et piquée au vif, elle rétorque, « Je n’ai rien pris. » Elle était si maigre Augsutine, que parfois ses parents s’en inquiétait, enfin, surtout sa mère.

Assise sur sa chaise, elle a les yeux baissés. Elle n’était pas enceinte, non elle ne l’était. Et probablement qu’elle ne le serait jamais, personne ne pouvait la toucher, ce n’était pas possible, et elle s’était jurée de ne plus boire, alors… impossible, jamais.  « J’ai l’impression que tu me caches quelque chose » Qu’elle lui cachait quelque chose ? Elle n’était pas du genre à étaler sa vie avec lui, elle n’allait pas parler de garçon avec lui, ou de sa vie sentimentale… si elle en avait eu une. Car elle n’en avait pas, même avec Maggs, elle ne parlait de rien, parce qu’elle n’avait rien à raconter, à Poudlard, elle avait eu une sorte de crush sur Galen Peverell, le temps de quelques semaines, puis elle s’était enfermée dans son monde, loin des autres. « Si tu es enceinte, j’aurais aimé le savoir avant ce foutu journal à deux gallions » Comment pouvait-il y croire ? N’avait-il pas compris le fonctionnement de son amie ? N’avait-il pas vu sa peine à aller vers les autres, physiquement ? Comment pouvait-il croire qu’elle avait céder aux charmes de quelqu’un, et qu’elle y avait survécu ? Une vision était éprouvante pour elle quand elle effleurait une main, alors… dans un accord charnel, elle décèderait sur le champ. C’est ce qu’elle se disait, se pensant incapable d’avoir le moindre contrôle sur son don. « Parce que si tu l’es, ce n’est pas une personne que j’ai à protéger mais deux »  Elle lève les yeux vers lui, interdite, et muette. Lui il sourit, elle pas. Il était son ami certes mais… « Bon après, avec cette rumeur, dit toi qu’elle ne t’a pas mis le plus moche des Black »  Elle n’avait pas d’avis sur la question, elle ne l’avait jamais vu autrement, et elle ne le verrait jamais autrement, jamais, il était son ami, si certains veulent franchir la ligne, elle n’oserait jamais, ne voudrait jamais, car elle ne voulait pas briser ce lien entre eux. « Ton père serait déjà présent si il avait lu cette gazette non?  »  Non pas nécessairement. Grantham Avery était plutôt imprévisible.

Son père, il devait déjà savoir, il était du genre à éplucher les journaux pour voir s’il y avait des critiques de ses pièces de théâtre, et il n’aurait pas pu passer à côté, les potins étaient à la base du show-business dont sa famille se berçait depuis toujours. Il savait, et ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne vienne trouver sa fille pour lui demander des explications, et sa mère devait être au courant aussi, déçue de sa fille probablement. Ils devaient chercher un plan d’action, et ils voudraient probablement l’envoyé loin d’ici. Elle n’ose pas y songer, mais… elle n’était pas enceinte. « Ce n’est qu’une question de temps, ils doivent se demander s’ils doivent m’envoyé chez ma Grand-mère en France... » dit-elle à voix basse, dépitée. Mais elle doit clarifier les choses avec Amadeus, elle n’était pas enceinte, elle ne l’était pas bon sang. Et si elle l’avait été, ça aurait été vers lui, et vers Maggs qu’elle se serait tourné, à eux qu’elle aurait demandé de l’aide, eux qui auraient su en premier, il devrait le savoir, il était son meilleure ami. « Je ne suis pas enceinte. » Dit-elle alors, la gorge serrée. Elle est presque honteuse que l’on pense ça d’elle, elle qui croit à la bonne conduite des gens. « Je te jure, Amadeus, je ne suis pas enceinte ! » Elle le jurait sur Merlin, sur Dieu s’il y avait un dieu qui existait dans son monde, elle le jurait sur la tête de son chat.  Moony qui sort soudain de dessous du lit pour venir sauter sur les genoux de sa maitresse, ses genoux couverts du tissus de sa belle et extravagante robe rouge de scène. Il ronronne et frotte sa tête contre elle, comme s’il savait qu’elle avait besoin de réconfort. Elle devait saisir son courage et dire les choses, « Je ne peux pas l’être, ça serait… » Impossible ? Elle avale sa salive, déglutit difficilement, « C’est impossible, ça le serait, et je ne crois pas à l’immaculée conception. » Qu’il lise entre les lignes. Elle ne pouvait être enceinte car elle n’avait jamais céder à aucun charme, elle baisse alors les yeux, un peu honteuse, se sentant tellement en décalage avec sa génération.


Tina parle en cc3366


Spoiler:
 

Parchemin envoyé Dim 15 Oct 2017 - 15:33

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 994 hiboux. J’incarne : Dylan O'brien , et l’avatar que je porte a été créé par : queenshady ( avatar ) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lupin, Meadowes, Kingsbury Je parle en : #258369



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque.
avatar
 
Rumor has it
augustine ft. amadeus

Il la regarde, cette rumeur n’était pas vraiment une rumeur positif, elle pouvait semée le trouble à travers les deux familles concernant les deux jeunes adultes. Leur amitié n’était pas vraiment quelque chose auquel les membres de la famille acceptaient, bien au contraire. Cette rumeur n’allait rien aider. Il n’y avait jamais rien eu entre nous et il n’y aurait jamais rien. Amadeus était protecteur envers elle, seulement parce qu’il tenait à celle-ci amicalement. Il savait qu’il n’accepterait pas le moindre geste négatif sur la sorcière, le moindre mal finalement vis à vis de la sorcière et pourtant, il avait été celui qui récemment, lui avait fait mal en apprenant une vérité dure.  La vérité était faite pour être connue un jour où l’autre de toute évidence. Il le savait. « Ce n’est qu’une question de temps, ils doivent se demander s’ils doivent m’envoyé chez ma Grand-mère en France... » Pour une simple rumeur et fausse en plus, il voyait l’inquiétude de la sorcière. Il voyait ce changement d’humeur. A son arrivé, celle-ci était plutôt bien, faisant bonne figure mais à présent, elle ne l’était plus et Amadeus le remarqua. Il n’avait jamais eu l’occasion de quitter son pays, il avait bien entendu parler de ce pays qu’était la France, ce pays où la population râlent sans arrêt pour un oui et pour un non, une population exigeante et qui en plus de ça, n’aide que très rarement son prochain. Bref, un pays qui ne donnait pas spécialement envie au sorcier d’aller faire un tour dans les lieux. « Cette rumeur est faite pour déstabiliser, pour remettre des histoires, le problème dans tout cela, c’est qu’il y a pas que nous de toucher mais nos familles à présent  » Le sorcier appréhendait la réaction de sa famille et encore plus la réaction de son paternel et de son grand frère en lisant cette rumeur. « Je ne suis pas enceinte. » Il la regarda. Il la sens au bout du rouleau, il la sens à bout de souffle. Cette rumeur n’est pas vraiment la bienvenue. « Je te jure, Amadeus, je ne suis pas enceinte ! » Il ne sait réellement quoi dire. Jamais il n’avait eu l’idée qu’un jour, cette situation puisse exister car elle n’avait pas lieu d’être. Jamais il n’avait pensé qu’un jour, une personne idiote, puisse penser que quelque chose se passait entre les deux adultes. Jamais il n’avait pensé qu’on le mettrait dans une histoire de paternité, d’enfant, et tout le truc qui suivait. Cette rumeur était idiote. Elle n’aurait jamais du sortir d’un contexte contraire.

« Je ne peux pas l’être, ça serait… » Il regarde le chat de la sorcière se faire caresser, amenant sa assurance envers la jeune femme. Tant mieux. Elle pouvait au moins compter sur un animal de compagnie. « C’est impossible, ça le serait, et je ne crois pas à l’immaculée conception. » Les yeux du sorcier étaient grand ouverts. Il venait de comprendre ce qu’elle venait de lui dire. Une sorte de phrase à déchiffrer de façon à ne pas dire les choses nette et précise. Mais il n’était pas bête, il venait de comprendre son message. Il ne savait pas vraiment comment réagir à vrai dire. « Oh… » La situation était à présent gênante. Entre une absence de réaction de la part du sorcier et la sorcière qui venait de faire une révélation. Le pire dans tout ça, c’est que cela ne concernait pas Amadeus. Cela concernait plus son autre amie. Celle qu’il ne pouvait guère voir en peinture. « Et bien… » Amadeus s’approcha de la sorcière, mettant une distance comme à son habitude. « Tu peux en être fière, la plupart des femmes de ton âge, se sont fait attraper l’abricot par de nombreux sorciers » Il disait vrai, les générations avaient changées et certaines femmes et d’ailleurs nombreuses ne se respectaient plus ou peu. Amadeus voyait bien comment les femmes criaient au loup pour avoir quelqu’un le soir dans le lit. Mais il savait également comment les hommes n’étaient pas non plus des saints. Il y avait du cinquante-cinquante dans cette situation. L’homme et la femme était une espèce ayant besoin d’assouvir de nombreux besoins ensembles. Se comportant comme des sauvages parfois. Hallucinant. « Alors n’est pas honte de ce que tu es Augustine » Il  y avait bien plus grave à l’heure actuelle qu’une révélation de la sorte. Il n’y avait rien de honteux là dedans. Il fallait simplement s’en servir comme moyen de défense. « D’ailleurs, il se pourrait bien que cela soit notre moyen de défense » Il n’avait pas vraiment envie que la sorcière se retrouve en France, que ce soit pour une rumeur ou pour autre chose. Il n’avait pas vraiment l’envie de se retrouver seul du jour au lendemain. Il avait besoin de se sentir vivant. Il avait besoin d’elle pour ça. Il regarda le chat de la sorcière. Toujours présent pour celle-ci. Il était fort dommage de ne pas savoir à quoi pouvait pensé ce chat. « Prétendre le contraire aux deux familles va être quelque chose de difficile » Il le savait et il savait qu’elle en était consciente également. « Il ne va pas falloir s’attendre à ce que la tâche soit facile, mon père ne te croira même pas à l’avance » Il le savait. « Je ne sais même pas comment il va prendre la chose en lisant cette rumeur » Finalement cette rumeur allait être plus facile pour lui, il y avait un minimum d’espoir. « Mais tu ne partiras pas en France » C’était une chose évidente. Il ne la laisserait pas partir en France. Il ne laisserait pas faire le père Avery. Surtout pour une rumeur qui était négative. Il y avait des situations plus facile, plus évidente que d’autres. Il avait l’impression que leur amitié se devait d’être testé sans arrêt. Depuis quelques semaines, il n’y avait que du feu, que de l’action.  
made by black arrow



He cried that day, all day, all night.
- i am lost

Parchemin envoyé Lun 16 Oct 2017 - 22:10

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 833 hiboux. J’incarne : Daisy FUCKING Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : @moi-même, Gallifreys, ne pas prendre s'il vous plait. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra, Avia, Arthur, Gideon & Skander Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 22 années qu'elle foule cette terre, si elle a vu le jour dans un contrée qui n'est pas si lointain, voilà vingt deux années qu'elle tente de s'épanouir en Angleterre. , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : diseuse de bonnes aventures dans le Cirque de la famille, j'ère de villes en villes avec la troupe, accordant un instant pour lire l'avenir dans la paume de le main, mais surtout par le biais du reflet mirobolant de quelques galions. J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : célibataire depuis longtemps, je crains tout ce qui se rapport à l'amour et aux hommes. Les contacts humains me connectent à l'avenir parfois brutal des gens, et ne m'attirent pas. Du moins, c'est ce dont je tente de me convaincre.
avatar
 
En ligne





RUMOUR HAS IT (AMATINA)
Bless your soul, you've got your head in the clouds, Rumour has it.

On peut croire ou non à l'amitié homme-femme, pourtant, Amadeus et Augustine étaient la preuve vivante que cela n'était pas impossible. La preuve, depuis toutes ces années, jamais aucuns sentiments ambiguë n'était venu ternir leur relation, jamais, même s'il y avait des sous entendu de personnes étrangères à leur duo, mais jamais ils n'avaient perdu le cap, et il avaient maintenu la barre. Mais la raison de ce succès résidait sans doute dans la personnalité d'Augustine qui n'était en rien très féminine, jolie mais banale, et qui n'avait pas l'envie ni même l'idée de courir après les garçons. Elle était jolie Augustine, à sa façon, à sa manière, simple et posée, calme et renfermée. Elle était ainsi, avant même de découvrir son don de voyance, elle possédait ce tempérament distant des gens, simplement parce qu'elle avait perdu Nina, sa cousine de son âge qu'elle connaissait depuis toujours dans un dramatique accident de dragon au Cirque. Jamais plus Augustine n'avait voulu s'approcher du dragon de sa famille, jamais, refusant de croiser sa route, et s'assister à la moindre représentation, jamais plus. Ce drame avait éteint la jeune enfant souriante, pleine de vie et téméraire qui était en permanence en compagnie de sa moitié. Elle n'était plus cette enfant, mais elle était toujours une enfant, une femme-enfant qui ne s'assume pas et qui se plaît à croire encore que la vie peut être simple... Mais sans grandir, le choc est brutal. Mais, un jour elle aurait besoin de prendre conscience de cela, et d'être capable de se lever et de se battre.

C’était la première fois qu’elle se confiait ainsi à lui, ce genre des choses elle devrait en parler avec Maggs, mais les deux sorcières ne se parlaient plus vraiment, pas depuis que Tina avait malgré elle joué les oiseaux de mauvais augures à ses fiançailles. Elle avait comme qui dirait gâché la fête avec une vision, et une mise en garde, elle n’avait pas essayer de retourner vers elle, et son amie n’était pas venue non plus. Alors, présentement elle n’avait que Deus à qui parler, et puis, cette révélation le concernait avec cette « nouvelle », ce mensonge.  « Oh… » Bien sûr que c’était gênant, elle doit déjà être rouge comme une pivoine. « Et bien… » Elle savait que c’était plus que gênant et qu’ils n’avaient jamais parlé de ce genre de chose avant, mais il la connaissait, ça ne devait pas être aussi étonnant après tout. Cela semblait logique qu’elle soit vierge, tellement logique, comment aurait-il pu en être autrement ?« Tu peux en être fière, la plupart des femmes de ton âge, se sont fait attraper l’abricot par de nombreux sorciers »  Fière ? Oui, et non. Comment aurait-il pu en être autrement ? Elle ne pouvait toucher personne, et sa mère lui avait tellement rappelé qu’elle était une erreur de jeunesse, alors elle s’était enfermée dans une bulle, évitant les gens, les hommes surtout. « Alors n’est pas honte de ce que tu es Augustine » C’était son avis, mais elle n’en était pas certaine, elle se sentait tellement en dehors de la société, si différente des gens de son âge.

Elle sait que sa mère allait la sermonner, même si c’était un mensonge elle ne perdrait pas une occasion de lui rappeler à quel point elle n’est pas la fille qu’elle aurait voulu avoir si elle avait le choix. Tina était née d’une erreur de jeunesse de ses parents, qui s’aimaient plus que tout mais elle était arrivé trop tôt selon sa mère. La sorcière caresse machinalement Moony, son ronronnement réconfortant tente de l’apaiser, quand le Black ajoute,  « D’ailleurs, il se pourrait bien que cela soit notre moyen de défense »  Ah bon ? Oui, c’est sûr que si elle était vierge, il allait être difficile d’être enceinte, mais de là à l’annoncer à tout le monde… elle n’était pas certaine d’y arriver. « Prétendre le contraire aux deux familles va être quelque chose de difficile »  Difficile, le mot était faible, elle allait littéralement s’évaporer, tellement elle était… sous pression. Elle était plus que sous pression, elle était à deux doigts de tomber dans les pommes, et si elle devait parler non seulement à ses parents, mais à ceux de Deus. Les siens étaient impressionnants, mais ceux de son ami, ils avaient une sale réputation, surtout son père, et la jeune femme n’avait pas du tout envie de croiser sa route. « Il ne va pas falloir s’attendre à ce que la tâche soit facile, mon père ne te croira même pas à l’avance. Je ne sais même pas comment il va prendre la chose en lisant cette rumeur »  Elle ne serait jamais prête à cela à faire face. Elle ne voulait même pas voir son père, le nom d’Alaric Black la faisait déjà trembler à l’avance, les Avery n’aimaient pas les Black, mais ils craignaient le patriarche c’était certain, sa sinistre réputation le précédait. « Mais tu ne partiras pas en France » Ça semblait pourtant être l’option la moins pesant moralement.

Moony se love un peu plus sur ses genoux. Sans cette boule de poils, elle ne savait pas où elle serait. Son pouvoir apaisant était assez incroyable. Elle allait bientôt bénéficier d’un autre « objet » apaisant, son amie Sissi Grimestone, nouvellement Rackharrow devait lui confectionner un bracelet magique pour l’apaiser et écarter les visions quand elle touchait quelqu’un, mais c’était un autre souci. La sorcière devait traiter les problèmes quand ils arrivaient. « On devrait juste me donner du véritaserum, et me poser la question. » Lâche-t-elle perdue dans ses pensées. Elle pourrait bien dire de mauvaises choses, surtout à ses parents. Mais elle s’en fichait presque, son honneur devait être sauf, pas qu’elle soit une fille à marier, au contraire, personne déjà ne voulait d’elle, et surtout elle ne voulait de personne. « Ou lire dans ma tête avec un légilimens. » Maugréait-elle, « Oui on devrait lire dans ma tête. » Ça ferait moins mal, mais elle ne connaissait aucun légilimens, ne se doutant pas une seconde que le père du sorcier en était un.  « J’aimerais avoir à ne m’expliquer sur rien de tout cela… » Dit-elle en baissant les yeux. Elle n’aimait pas s’expliquer, elle n’était pas ce genre de fille à enfreindre les règles. Elle n’était pas comme Maggs qui bouleversait les règles, les traditions – mais elle allait se prendre un retour de bâton en pleine tête, elle le savait, et avait tenté de l’avertir. « C’est insensé de se dire que les gens au comportement douteux ne sont pas le moins ennuyé par les rumeurs. » Mais c’était tellement plus facile de cracher sur une blanche et innocente colombe. Elle avait souvent honte d’être cette intouchable colombe, mais elle ne pouvait faire autrement, alors quand il lui disait de ne pas avoir honte, elle avait du mal. « Je ne suis fière de rien. » Ce n’était pas vraiment un choix, « Je ne l’ai pas décidé, je ne contrôle rien. » Son don était hors de contrôle, sa vie, tout, rien n’allait dans le bon sens. « J’ai l’impression d’assister à la représentation de ma vie, de voir les choses mal tourné et d’être complètement tétanisée. »

Tina parle en cc3366


Spoiler:
 

Parchemin envoyé Jeu 19 Oct 2017 - 17:26

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 994 hiboux. J’incarne : Dylan O'brien , et l’avatar que je porte a été créé par : queenshady ( avatar ) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lupin, Meadowes, Kingsbury Je parle en : #258369



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque.
avatar
 
Rumor has it
augustine ft. amadeus

Les rumeurs étaient faites pour permettre aux gens d’avoir un doute sur quelque chose, sur quelqu’un, sur un élément, pouvant déclencher parfois des situations imprévisibles. Jamais Amadeus n’aurait pu croire que quelque chose d’aussi bête, d’aussi idiot puisse sortir sur cette gazette à son propos, à leur propos. N’importe quelle fille d’accord mais pas Augustine. Pas la fille qu’il respectait énormément. C’était impossible. Il était vrai que dans la vie, il avait vu du monde dépassé ce fameux stade de l’amitié mais ceci n’était jamais passé à travers les idées du sorcier. Jamais. Jamais il ne s’était dit et si j’essayais, jamais. Tout était claire entre eux et heureusement. « On devrait juste me donner du véritaserum, et me poser la question. » Le sorcier leva les yeux au ciel. Par les cornes de Satan. Qu’est ce que les femmes pouvaient dire des conneries. Il n’avait jamais eu l’occasion de testé le véritaserum, jamais et heureusement car bien du monde apprendraient des choses. « Le véritaserum n’est pas vraiment une chose avec lequel il faut jouer , bien des sorciers ont révélés des choses, des choses horribles, même les vérités les plus profondes » Il avait entendu bien des choses à propos du véritaserum, il ne prenait pas à la légère ce sujet. Bien des sorciers avaient révélés des choses horribles, des secrets, des plans du ministère de la magie. Rien de facile par la suite. « Ou lire dans ma tête avec un légilimens. » Horrible. Le sorcier en fit même une grimace. Si l’on devait lire dans sa tête, celui-ci serait probablement dans une belle bouse de dragon. Il savait ce que c’était. Son père était un legilimens et s’en servait parfois. Amadeus se demandait même parfois si celui-ci n’était pas capable de l’utiliser contre lui. On ne sait jamais de quoi son capable les gens. Il suffisait de regarder Amadeus qui était capable de tout et même du pire pour s’endormir en ayant pouvoir, respect et finance. « Oui on devrait lire dans ma tête. » Le sorcier remarqua que la jeune femme avait l’air d’être sûre d’elle vis à vis de ce moyen. Mais rien n’était simple et tout avait un prix. « Ne croit pas que tout est simple, tu serais comme décortiqué si tu devais devoir face à un légilimens » Cette rumeur n’apportait rien de bon. Amadeus savait que son père ne prendrait pas la nouvelle à la légère. C’était bien connu qu’Arsen devait être l’héritier de la famille, alors si celui-ci se faisait prendre la place par Amadeus en apprenant la nouvelle. Quelle honte pour l’ainé de la famille. Amadeus n’était aucunement celui qui devait être au pouvoir. Il était le tout petit bébé Black. Celui qui fermait la boucle de la famille Black. « Tes failles seront révélées, tes faiblesses seront ouvertes, ton esprit sera débordant de doute » Quelle était finalement le pire dans tout ça? L’idée que la sorcière voulait faire face à un légilimens ou bien le fait qu’une rumeur débile allait créée des problèmes? « C’est insensé de se dire que les gens au comportement douteux ne sont pas le moins ennuyé par les rumeurs. » Parce que le pouvoir pouvait faire taire beaucoup de chose. Le sorcier ne savait pas vraiment quoi lui répondre. Lui-même n’était que très rarement ennuyé par ce genre de situation. Il avait tellement autre chose à faire à côté.

« Je ne suis fière de rien. » Les femmes étaient une espèce incompréhensible. Même les dragons étaient plus évident qu’elles. Il y a longtemps qu’Amadeus ne se prenait plus la tête avec elles. Il pensait tellement à son avenir, à son pouvoir, qu’aucune femme n’arrivait à sa cheville. « Je ne l’ai pas décidé, je ne contrôle rien. » Il savait qu’elle parlait de ses visions, des visions de l’avenir. Lui-même avait souhaiter se rapprocher d’elle pour cette raison mais aujourd’hui, il ne voulait plus rien savoir, et bien que l’avenir l’intéressait, il laissait faire les choses. A bon entendeur. « J’ai l’impression d’assister à la représentation de ma vie, de voir les choses mal tourné et d’être complètement tétanisée. » La peur était une faiblesse, une faiblesse qu’Amadeus n’acceptait jamais pour lui. Personne ne devait avoir peur. Personne. Avoir peur était une faiblesse qu’il fallait combattre, qu’il fallait échapper avant d’être tétanisé justement. « Etre tétanisé est une faiblesse, avoir peur en est une autre également » Il n’était pas un sage homme. Il ne connaissait que très peu de chose dans la vie car il n’était qu’un jeune adulte prêt à tout pour sa propre personne, où Satan le ramenait à la réalité la plupart du temps mais il savait qu’avoir peur, pouvait être une énorme faiblesse. « Cesse d’avoir peur, t’as douleur d’hier est ta force d’aujourd’hui » Plus facile à dire qu’à faire naturellement mais il fallait aller au delà de toutes ces choses. « Le legilimens, trouvera tout ce qu’il veut, et sache que les gens comme toi, sont désirés par bien plus fort, je sais de quoi je parle » Il la regarde. Il sait que cette rumeur l’affole. Qu’elle a besoin que les gens sachent la vérité. Que les gens ne connaissent plus de doute vis à vis d’elle, de lui, d’eux. « Si tu veux faire face à un légilimens, je peux essayer de t’en trouver un » Il savait déjà à qui s’adresser. Mais la tâche n’était pas évidente. « Mais tout a un prix » Le sorcier croisa les bras sur son torse. Comment allait-il pouvoir aborder le sujet avec son paternel? Ne la mettrait-elle pas en danger finalement si il parlait? Il savait que la sorcière regrettait sa fameuse petite cuite inhabituelle mais c’était bien connu, des mauvaises personnes savaient se mettre dans la vie des autres pour mettre des ordures. Les gens voyaient toujours des points positifs en amenant des bredouilles par-ci par là mais Amadeus n’acceptait pas réellement les proportions que pouvait prendre cette rumeur.
made by black arrow



He cried that day, all day, all night.
- i am lost

Parchemin envoyé Jeu 2 Nov 2017 - 22:29

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 833 hiboux. J’incarne : Daisy FUCKING Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : @moi-même, Gallifreys, ne pas prendre s'il vous plait. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra, Avia, Arthur, Gideon & Skander Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 22 années qu'elle foule cette terre, si elle a vu le jour dans un contrée qui n'est pas si lointain, voilà vingt deux années qu'elle tente de s'épanouir en Angleterre. , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : diseuse de bonnes aventures dans le Cirque de la famille, j'ère de villes en villes avec la troupe, accordant un instant pour lire l'avenir dans la paume de le main, mais surtout par le biais du reflet mirobolant de quelques galions. J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : célibataire depuis longtemps, je crains tout ce qui se rapport à l'amour et aux hommes. Les contacts humains me connectent à l'avenir parfois brutal des gens, et ne m'attirent pas. Du moins, c'est ce dont je tente de me convaincre.
avatar
 
En ligne





RUMOUR HAS IT (AMATINA)
Bless your soul, you've got your head in the clouds, Rumour has it.

Les gens sont étranges, à croire les rumeurs plutôt qu’à se fier à des personnes sensées. Tina n’avait pas mauvaise réputation, au contraire, elle n’avait même pas eu de « réputation » trop invisible, trop translucide, trop effacée, elle était toujours trop, ou bien pas assez. Elle n’avait jamais aspirée à plus, elle n’était pas de ce genre à vouloir tout tout de suite. Elle en était incapable, les projets, elle n’en avait, n’en aurait jamais, elle vivait au rythme de son don, et elle en était tellement dépendante. Comment pourrait-elle espéré avoir un projet alors même qu’elle… qu’elle n’avait pas la maitrise de son destin ? Elle était la merci du destin depuis trop longtemps, à genoux dans la boue, la tête baissé, alors qu’on salisse son nom, c’était comme… la conséquence de cette nonchalance. Mais elle aurait la même réputation que la garce Rackharrow, elle et sa bâtarde. Elle qui pourtant n’avait jamais pêché, n’avait jamais usé de ses charmes, ni succomber à ceux de quelqu’un. Elle payait sa passivité, son invisibilité, elle qui croyait passer entre les gouttes se retrouvait propulsée au milieu d’une tempête. Qui s’arrêterait un jour, ce n’était que le prémisse d’une tempête plus grande pour la sorcière, bientôt son monde basculerait.

Elle voulait qu’on la voit banche comme neige, elle n’avait rien à cacher, elle n’avait pas de vie, que pourrait-elle bien caché à qui que ce soit ? Elle n’avait pas peur de dire la vérité sous la contrainte, elle savait ce qu’elle avait fait, et n’avait rien à se reprocher, elle était transparente, insipide, sans intérêt, elle pourrait éventuellement confesser avoir aidé une amie à entrer par effraction dans la réserve de Poudlard, et elles avaient déjà été punies pour cela.  « Le véritaserum n’est pas vraiment une chose avec lequel il faut jouer , bien des sorciers ont révélés des choses, des choses horribles, même les vérités les plus profondes » Elle n’avait rien à cacher. « Ne croit pas que tout est simple, tu serais comme décortiqué si tu devais devoir face à un légilimens » Et où était le problème ? Elle ne voyait pas comment elle pourrait se sentir mal à l’aise, elle était si facile à lire. Elle était faible et peureuse, elle était gentille et douce – rien qu’elle ne puisse cacher. Elle pourrait peut-être dire qu’elle regrettait d’avoir des parents comme les siens, mais… regretterait-elle vraiment de le dire à voix haute ?« Tes failles seront révélées, tes faiblesses seront ouvertes, ton esprit sera débordant de doute » Elle respirait la faiblesse, elle le savait, il n’y avait pas besoin d’aller fouiller dans son esprit. Ses faiblesses étaient apparente, c’était son don, c’était sa famille, c’était cette sensation qu’elle devait tout faire pour les aider, c’était Amadeus aussi – lui son seul véritable ami, c’était aussi Maggs malgré tout, et les quelques rares personnes en qui elle avait confiance. Sa faiblesse, c’était l’humanité.

Il voulait la protéger, c’était ce qu’elle comprenait dans ses mots, même s’il ne le disait pas – il était trop fier pour cela, elle savait que c’était le cas. Mais il n’était pas délicat, ni même intentionné, il fallait apprendre à lire entre les lignes et à déchiffrer le langage des Black.  « Etre tétanisé est une faiblesse, avoir peur en est une autre également » Elle a beau le connaitre, les mots sont douloureux, ils font mal. Elle sait qu’elle est faible, mais elle n’aime pas qu’on le lui rappelle aussi froidement. La peur, elle vivait avec depuis tant d’années, c’était comme une vieille camarade de route, elle ne pourrait pas vivre sans cette peur, et elle avait l’impression qu’elle ne serait jamais capable de faire preuve de courage. « Cesse d’avoir peur, t’as douleur d’hier est ta force d’aujourd’hui »  La douleur, elle vivait avec aussi. Il n’avait pas idée de cette peur de voir l’avenir des gens qu’elle aimait rien qu’en les touchant, cette peur de les voir mourir, de les voir souffrir, elle avait mis sa propre souffrance en veilleuse depuis tant d’année, ses émotions éteinte, sa sensibilité focalisé sur les visions. Des années qu’elle ne vivait plus pour elle, mais juste pour les autres. « Le legilimens, trouvera tout ce qu’il veut, et sache que les gens comme toi, sont désirés par bien plus fort, je sais de quoi je parle » Elle, son don ? Elle était déjà instrumentalisée par plus fort qu’elle. Elle le fixe, muette. « Si tu veux faire face à un légilimens, je peux essayer de t’en trouver un, Mais tout a un prix » Un prix ? Elle payerait. S’il le fallait. Mais était-elle sûre de  vouloir affronter les problèmes ? Fuir avait toujours été la plus raisonnable des options.

Abandonner, baisser les bras, reculer, baisser la tête et la rentrer dans les épaules. Puis, attendre que la tempête passe. C’était peut être la meilleure des solutions. Le chat sur ses genoux se met alors en boule, la berçant continuellement d’un ronronnement rassurant. Ses doigts se perdent dans la fourrure de la créature, ses yeux rivés sur elle. « Et si… » Sa voix en suspens. Un soupire, et elle lève les yeux vers lui, « Et si je ne faisais rien. » Simplement, l’éternelle fuyante. Elle était faible, elle se revendiquait faible en disant ses mots. Elle n’avait pas la carrure pour affronter un interrogatoire, ni un légilimens. « Je suis trop faible. » Sa voix se serra à ces mots, ses yeux se brouillent un peu quelques larmes naissent, et elle le chasse du revers de la main, le regard encore brillant.  Puis, sa main vient de nouveau se perdre dans le pelage du chat. Elle ne peut pas faire face, elle n’avait plus cette force. « Tu n’as pas idée de ce qu’est la peur. » Elle ne le regarde pas. Elle n’y arrive pas. Elle a les nerfs à vif. Elle a la sensibilité à fleur de peau. Elle a ses émotions qui lui obstruent la gorge. Elle suffoque. « J’ai peur de voir les gens que j’aime mourir alors même que j’effleure leur main. » Elle ne lève toujours pas les yeux, « Je suis faible, je le sais. » Ces mots sont presque un murmure.  « Si je ne dis rien, je serai comme toutes ces filles. L’honneur déchu, mais une nouvelle rumeur viendra prendre la place de celle-ci, et je sombrerais de nouveau dans l’oubli. » Les mots sont d’un naturel désarmant, elle était si résignée.  « Les trainées y survivent, pourquoi pas moi. » D’un geste de la main elle chasse Moony, et appuie alors ses coudes sur la table. Elle cache son visage dans ses mains, elle est sur le bord de l’implosion, les nerfs en pelotent.

Tina parle en cc3366



Spoiler:
 

Parchemin envoyé Ven 3 Nov 2017 - 17:33

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Flavio , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 28/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 994 hiboux. J’incarne : Dylan O'brien , et l’avatar que je porte a été créé par : queenshady ( avatar ) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lupin, Meadowes, Kingsbury Je parle en : #258369



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque.
avatar
 
Rumor has it
augustine ft. amadeus

« Et si je ne faisais rien. » Les yeux du jeune Black s’écarquillèrent. C’était impossible qu’elle puisse dire une telle chose. Comment était-ce possible que d’un coup, elle changeait d’avis? Elle voulait faire face à du véritasérum, à un légilimens et maintenant elle ne voulait plus rien faire? Impossible. « Hors de question » Le sorcier était devenu compréhensible tout à l’heure mais à présent, sa froideur prenait le dessus. Il était hors de question que la sorcière ne fasse rien et que celui-ci laisse passé la rumeur. Impossible. « Il est impossible de rester là à ne rien faire, cette rumeur est trop importante » Amadeus savait à quelle point cette rumeur pouvait briser encore plus les choses dans sa famille. Il y avait déjà eu Astraea et sa gamine, qu’elle avait eu avec un membre de l’Ordre, celle-ci avait été bannie de la famille, il était hors de question qu’une rumeur de ce genre prenne place dans sa vie pour foutre une merde pas possible. Cela faisait des mois qu’Amadeus n’avait pas vu sa soeur ainée. Elle était la membre dont il était le plus proche dans la famille Black et pourtant, le fait qu’elle était bannie, avait tout changer. Il n’avait pas chercher à reprendre contact. Pensant que le père de sa petite fille avait prit toute la place dans sa vie et qu’elle ne voulait plus rien de la famille Black. Parfois, il s’en voulait de ne pas avoir fait le nécessaire auprès d’elle. Parfois, il se demandait si celle-ci était réellement heureuse. Il était le petit dernier de la famille, celui dont toutes les comparaisons étaient présentes. Il se devait d’éviter de faire les mêmes erreurs que ses aînés ou la punition serait bien pire que les précédentes. Le paternel Black ne rigolait pas avec sa. Il ne rigolait jamais d’ailleurs. « Je suis trop faible. » Sans blague pensait le sorcier. Il savait que c’était une des raisons pour laquelle il restait toujours à la surveiller, à être auprès d’elle. La sorcière était fragile, elle était faible mais elle avait également une force que personne d’autre n’avait. « Tu es fragile, faible et on peut te briser telle de la porcelaine mais tu as une force que personne d’autre n’a » Le sorcier prit une chaise et s’installa face à elle. Elle ne lui avait pas dit de s’asseoir mais il le fit quand même. « Ton don » Ce don pouvait être une force, il ne savait pas trop comment mais il savait que si celle-ci pouvait exploiter son don. « Bien des mages avant toi, pensaient être faible et ils ont fait bien des miracles » La faiblesse ne devait pas prendre le dessus des gens. Il le savait; et c’était pour cette raison qu’il ne laissait jamais transparaître la sienne.

« Tu n’as pas idée de ce qu’est la peur. » Amadeus avait toujours fait le nécessaire pour ne rien laisser transparaître. Sa froideur, son sang froid, sa façon d’être avait toujours prit le dessus de ses peurs. Il avait toujours laisser transparaître ces choses-là auprès d’Augustine car elle était son amie, la seule fille en qui il avait réellement confiance. « Parce qu’il faut faire abstraction des peurs et s’en servir pour en faire des forces » Mais tout ceci était dans l’éducation qu’il avait reçut. Ne pas avoir peur. Ne rien laisser paraître. Soit froid. Soit méchant. N’aime personne, seulement ta famille. Il avait apprit cela dès son enfance. « J’ai peur de voir les gens que j’aime mourir alors même que j’effleure leur main. » Il savait que la situation qu’elle avait, n’était pas évidente, loin de là. Mais il fallait qu’elle aille au dessus de tout ça. « Tu as peur mais tu ne te dis pas que tu peux changer l’avenir des gens, sauver des vies en les prévenants » Finalement, ce don avait la possibilité d’être positif. Il fallait seulement trouver la faille, trouver un moyen de contrer tout cela, trouver la force de le faire. « Peut-être qu’en me touchant, tu découvriras que je vais mourir, peut-être d’une façon idiote ou d’une manière héroïque mais tu as la chance de pouvoir voir cette chose et de changer le tout » Il se souvenait du jour où il avait apprit qu’elle était voyante. Il avait trouver ça intéressant. Il avait voulut l’exploiter mais n’en n’avait jamais été capable. Il avait donc été faible.  « Si je ne dis rien, je serai comme toutes ces filles. L’honneur déchu, mais une nouvelle rumeur viendra prendre la place de celle-ci, et je sombrerais de nouveau dans l’oubli. » Amadeus fit non de la tête. Il lui était impossible de voir l’aspect négatif de la sorcière, voulant se taire.« Les trainées y survivent, pourquoi pas moi. » Les trainées étaient des trainées, voilà tout. « Alors quoi? Tu vas te laisser sur cette chaise à te morfondre plutôt que de te bouger à dire la vérité? » Le sorcier se leva d’un bon de la chaise sur laquelle il s’était assis récemment plus tôt. « Il n’y a pas que toi dans l’histoire ok? Tu n’es pas seule » Il regarda le chat partir des genoux de la sorcière. « J’ai déjà eu ce genre d’histoire dans ma famille et cette histoire s’était avérée vrai alors il est hors de question que pour une rumeur je me fasse aussi bannir » Il était énervé et il le savait, il savait qu’il sentait encore plus l’explosion venir. Cette rumeur lui saccageait les idées. « Tu ne connais pas le paternel Black, tu ne sais pas de quoi il est capable vis à vis de toi si il apprend cette rumeur » Et bien qu’il savait que le paternel Black le prendrait mal, il savait qu’il la défendrait. « L’humanité voilà ce qu’est la peur réelle, l’humanité rend faible, voilà pourquoi je fais abstraction de mon humanité en dehors de toi, qu’elle disparaît » Il sentait les pulsations de son coeur augmenter par l’énervement. « Alors tu arrêtes de t’apitoyer sur ton sort et on trouve un moyen de ne pas décevoir nos familles parce que j’ai pas envie d’avoir les bijoux de famille couper par ton paternel et par le mien » Amadeus voulait qu’elle passe au dessus de ses peurs, qu’elle profite un peu plus de la vie, qu’elle se bouge et aille au delà de toute cette histoire.  
made by black arrow



He cried that day, all day, all night.
- i am lost

Parchemin envoyé Dim 19 Nov 2017 - 20:26

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 833 hiboux. J’incarne : Daisy FUCKING Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : @moi-même, Gallifreys, ne pas prendre s'il vous plait. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra, Avia, Arthur, Gideon & Skander Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 22 années qu'elle foule cette terre, si elle a vu le jour dans un contrée qui n'est pas si lointain, voilà vingt deux années qu'elle tente de s'épanouir en Angleterre. , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : diseuse de bonnes aventures dans le Cirque de la famille, j'ère de villes en villes avec la troupe, accordant un instant pour lire l'avenir dans la paume de le main, mais surtout par le biais du reflet mirobolant de quelques galions. J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : célibataire depuis longtemps, je crains tout ce qui se rapport à l'amour et aux hommes. Les contacts humains me connectent à l'avenir parfois brutal des gens, et ne m'attirent pas. Du moins, c'est ce dont je tente de me convaincre.
avatar
 
En ligne





RUMOUR HAS IT (AMATINA)
Bless your soul, you've got your head in the clouds, Rumour has it.

Elle est faible Tina, elle n’est pas forte, ce n’est pas dans sa nature de se lever et de faire entendre sa voix. Sa voix est muette, sa voix est fluette. Elle n’a pas de voix, pas une voix qui porte, pas une voix qui compte. Elle n’est pas grand-chose, elle n’est qu’une insignifiante petite chose. Baisser les bras, baisser la tête, et attendre que la tempête passe c’était son idée, son option. Mais, elle se heurta à un, « Hors de question »  Elle n’avait pas sa force, elle n’avait pas sa volonté, s’il était quelqu’un de fort, elle n’en avait pas l’étoffe. Pas du tout. Elle n’était bonne à rien, mauvaise à tout. « Il est impossible de rester là à ne rien faire, cette rumeur est trop importante »  Lui aussi était impliqué, mais pour un homme c’est bien moins compliqué. Ils peuvent avoir une mauvaise conduite, ça ne change pas leur condition, ça ne change pas leur valeur, ça ne change pas leur vertu. La vertue d’une femme face à ses rumeurs devenait comme maudite. « Tu es fragile, faible et on peut te briser telle de la porcelaine mais tu as une force que personne d’autre n’a » Fragile, faible, ces mots retentirent dans sa tête, martèlent une réalité qui fait mal. Elle n’écoute pas la fin de sa phrase, elle le sait, elle n’est personne, et ne sera jamais quelqu’un.« Ton don »  Elle lève les yeux vers lui, et fait le lien avec sa dernière phrase. Son don c’était une force ? Elle n’en était pas sûr, c’était ce qui la rendait faible, elle arrivait à voir ce que les gens voulaient voir, mais c’était un prix à payer c’était sa faiblesse. Elle ne voyait pas comment parvenir à en faire une force, « Bien des mages avant toi, pensaient être faible et ils ont fait bien des miracles »  Elle n’était pas comme ces autres mages avant elle. « Parce qu’il faut faire abstraction des peurs et s’en servir pour en faire des forces » C’était si facile à dire. Pour lui, c’était simple, mais il n’avait pas vu ce qu’elle avait vu. Elle avait vu la Purge sans s’en rendre compte, les images marquées dans l’esprit d’une enfant déjà fragile. « Tu as peur mais tu ne te dis pas que tu peux changer l’avenir des gens, sauver des vies en les prévenants »  Elle n’avait sauvé personne, jamais. « Peut-être qu’en me touchant, tu découvriras que je vais mourir, peut-être d’une façon idiote ou d’une manière héroïque mais tu as la chance de pouvoir voir cette chose et de changer le tout »  C’était pour ça qu’elle ne le touchait jamais, elle ne voulait rien voir, le destin était étrange. Elle sauvait peut être des inconnus, mais pour se proche elle avait le sentiment que jamais elle ne pourrait rien faire pour eux. « Ca a toujours été trop pour mes épaules. » Confesse-t-elle alors, à part Hiram, personne chez elle ne lui avait donné l’impression de la soutenir dans son don, jamais.

« Alors quoi? Tu vas te laisser sur cette chaise à te morfondre plutôt que de te bouger à dire la vérité? »  Oui, elle allait rester là. Elle n’avait pas grand-chose à faire de sa vie. Elle était en froid avec Maggs, elle n’avait aucun atome crochus avec ses parents, sa famille avait sa vie, et elle n’en faisait pas partie. Elle n’avait pas grand-chose à faire non, alors elle allait rester là, à être terrifier. « Il n’y a pas que toi dans l’histoire ok ? Tu n’es pas seule » Oui, c’était juste, il était là, alors qu’il fasse quelque chose, elle elle n’y arriverait pas. C’était au dessus de ses forces, elle pourrait tenter quelque chose pour lui, parce qu’il était son ami, mais… elle ne savait pas comment. « J’ai déjà eu ce genre d’histoire dans ma famille et cette histoire s’était avérée vrai alors il est hors de question que pour une rumeur je me fasse aussi bannir » Mais là, rien n’était vrai. « Tu ne connais pas le paternel Black, tu ne sais pas de quoi il est capable vis à vis de toi si il apprend cette rumeur »  L’interroger ? Il allait vite découvrir que ce n’était que du flanc. « L’humanité voilà ce qu’est la peur réelle, l’humanité rend faible, voilà pourquoi je fais abstraction de mon humanité en dehors de toi, qu’elle disparaît » Oublier ce qu’elle était ? Jamais. « Loué soit Merlin, à moins que je sois la Vierge Marie et toi Dieu. » Ironise-t-elle. « Je suis humaine, peut être faible, mais humaine, c’est ce que je suis, ce que j’ai toujours été, je ne changerais jamais. » Lâche-t-elle, ferme. Par conséquent, elle était faible, l’admettait et s’en était jamais caché. « Je ne veux pas être ma mère. » La femme inhumaine, la femme qui mise tout sur les apparence, « J’ai peur, si je n’avais plus peur, je ne serais plus moi-même, je ne veux pas prétendre être quelqu’un d’autre, je ne peux pas. » Elle n’en avait pas la force. « Ton père devrait vite comprendre que je ne suis pas enceinte, je ne suis pas certaine d’être en mesure de tromper la vigilance d’Alaric Black. » Les mots sont placés, elle ne recule pas, « Je sais que je ne suis pas seule, tu as dit que j’étais faible, je suis d’accord, je n’ai pas les épaules, toi si. » Puisqu’il était fort, puisqu’il était capable d’être déshumanisé, alors qu’il s’en charge. Elle avait peur, mais si elle devait faire face à Mr Black et se liquéfier sur place, elle le ferait.  « On peut affronter ton père, laisse mes parents en dehors de ça, ils n’y croiraient même pas de toute façon. » Elle n’était pas comme sa mère, elle n’était pas comme eux, elle n’était pas extravertie, elle n’était pas douée pour l’art, elle n’était pas adepte des soirées mondaines, non, elle était Tina, à part, unique, à l’écart, et seule, mais ça lui convenait. De toute façon, elle n’avait pas le choix. « Je peux le faire pour toi, parce que tu es mon ami. » Dit-elle, essayant de trouver de la force, elle le fixe, sincère. Le meilleur d’entre tous, son ami, celui qui restait.

Tina parle en cc3366



Spoiler:
 

Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
(AMATINA) + RUMOUR HAS IT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Angleterre :: Habitations :: Hameau Metlands-
Sauter vers: