indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
we keep coming back again ☾ DREFANIEL

()
Parchemin envoyé Sam 9 Sep - 9:40

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 371 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Moony - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques, Eden, le Grimstone Russe globetrotter et Björn le loup arracheur de coeurs. Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
we keep coming back again
Here I stand and here I fell. I fell for it, I messed everything up. It's taking me down, I need fresh air. A light in the dark, to understand what this meant. ft. DREFER RACKHARROW



2 août 1991.
Il s’est passé tout au plus deux semaines depuis son altercation avec Mererid, et les images de la vision ne cessent de passer en boucle dans sa tête malgré les quelques moments d’accalmies lorsqu’il se trouve en la présence d’Artemis. Tout semble être devenu compliqué autour de lui, et Alexander ne cesse de voir en son lien avec Drefer quelque chose de dangereux qui pourrait bien le mener à sa perte. Dans le fond, le Trelawney sait pertinemment qu’il a raison, que plus rien n’est sain dans sa manière d’appréhender le cas Rackharrow. Inexplicable et incroyablement compliqué, si peu clair qu’il ne parvient pas trouver les bons mots, préférant le vendre comme un ennemi aux yeux de tous quand en réalité il ne peut s’empêcher de voir au-delà de tous les coups qu’ils ont été en mesure de se donner. En plus des quelques cicatrices que son corps conservera à jamais, elles-mêmes causées par le brun, il y en a une qu’il observera jusqu’à la fin de ses jours comme étant le symbole ultime de ce qu’il s’est produit dans cette maison abandonnée, ce jour-là. Ca ne signifie rien.. Pour sûr, du moins, pas ce que le Rackharrow aurait sûrement aimé entendre de sa part… Car bien qu’il se soit offusqué autant que l’ancien serpentard, Nathaniel ne peut s’empêcher d’avoir cru lire une profonde contrariété suite à la révélation de tes sentiments pour la Grimstone. Enfin… Révélation, simple aveu officiel et à haute voix de ce qui a toujours été, même lorsqu’il était en colère contre elle. Nate l’a pour ainsi dire toujours aimée. Il n’a jamais été en mesure de l’oublier, et tout bonnement incapable d’aimer quelqu’un d’autre ou même d’avoir d’autres histoires avec les femmes. Il y a bien eu une erreur d’un soir, mais rien de plus.

Errer dans les rues de Londres est une vieille habitude qu’il avait perdu depuis quelques temps, et les récents évènements ne lui ont pas permis de pleinement profiter de la présence de la sorcière qu’il aime, bien plus proscrite chez elle depuis leur kidnapping que d’ordinaire. Il redouble néanmoins d’efforts à l’idée de trouver une solution plus pérenne lui permettant de la voir. Et c’est pour cette raison qu’il se trouve dans les rues commerçantes, à la recherche de matériel qu’il n’a plus suite aux différentes attaques mangemortes de ces dernières semaines. Oui, la vie était devenue bien plus difficile que jamais. Dans la poche de sa veste, Nœud’ ronfle comme une moto volante sans que le Trelawney n’en soit plus perturbé que cela. Nul ne sait vraiment pourquoi il l’a emmené avec lui, mais la créature avait une forte tendance à s’incruster dans ses vêtements en ce moment, comme s’il espérait pouvoir revoir les charmants traits de la brunette en s’introduisant à la vicieuse dans ses poches. Preuve en est que la technique a fonctionné puisque Nate n’a pas eu le courage ni même l’envie de se battre avec son noueux.

Déambulant dans les rues à l’improviste, il camoufle son visage à l’aide d’une capuche quelconque, n’ayant pas peur de montrer sa main handicapée et jouant même de ce très léger avantage. Personne ne sait officiellement que l’un de ses combats lui a valu le droit de perdre un doigt. Le Ministère ne semble pas avoir pris ce détail en compte, ce qui est tout à son fameux avantage, car jamais Nathaniel n’irait dire que c’en est un, pour lui, l’inventeur et réparateur d’objets magiques en tous genre. Si la douleur du membre fantôme s’est tamisée et qu’il appréhende mieux ses gestes, cela n’en reste pas moins encombrant. En silence, le voyant bifurque subitement dans une ruelle déserte et force est de constater qu’il est en veine, les poubelles d’une boutique de joaillerie et autres objets divers venant tout juste d’être sorties. Sans attendre, il se dirige vers l’une d’elle et commence sa fouille, jetant quelques coups d’œil pour s’assurer qu’il reste seul ou qu’il n’est pas suivi. Les secondes s’enchainent ainsi de cette manière, sac rempli qu’il vient rétrécir à l’aide de sa baguette et fourre dans sa poche, au même moment où la silhouette reconnaissable entre toutes n’apparaissent dans son champ de vision. Instantanément, par réflexe, Nate se fige. Deux mois qu’ils ne se sont pas vus, et il s’en est passé en autant de temps. La vision qu’il avait eu en disait long sur ce que Drefer avait dû traverser. Il a longuement hésité, se demandant s’il devait aller le trouver pour lui raconter son altercation avec sa jumelle, mais en définitive il a préféré ne rien faire, souhaitant laisser une chance à Mererid de racheter elle-même ses actes. Comment lui dire alors ? Qu’il sait. Qu’il a vu le doloris l’atteindre et le mettre au sol ? Qu’il a lu la douleur dans ses émeraudes et a bien cru la vivre lui-même ? Immobile, le Trelawney a rangé sa baguette mais n’avance pas, cherchant à analyser si leur entrevue sera musclée ou non, comme elle serait supposée l’être. En toute logique. « Ca fait longtemps… » sont les seuls mots qui parviennent à s’échapper de sa gorge alors qu’il n’abaisse toutefois pas sa capuche et que la truffe du noueux apparaît hors de l’une de ses poches, la créature étant encore à moitié endormie.  





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Ven 22 Sep - 10:31

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 269 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 25 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour les Mangemorts J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Siofra Meadowes, son cœur appartient toutefois à Caïn Goldstein mais ces choses-là ne se disent pas... Champ Libre : - possède un démon, un Eternel prénommé Nyssa et qui prend la forme d'une chauve-souris bleue aux dents longues (magie des Rackharrow).

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
La nuit ne tardera pas à tomber... C'est ce qu'il se dit en regardant les étoiles commencer à poindre le bout de leur nez à l'horizon. Il devrait rentrer... Caïn l'attendait sûrement à la maison à moins qu'il ne se soit soudainement lancé sur la trace d'une créature quelconque. Il reviendrait sans doute avec un sac plein de morceaux pas très ragoûtants qu'il entreposerait dans leur appartement tant qu'il n'aurait pas trouvé à qui les revendre. Drefer n'était pas très fan de ce stockage inopiné, allez comprendre pourquoi il pouvait tuer et torturer sans le moindre sourcillement les êtres humains mais qu'il se montrait plus fébrile quand il s'agissait d'animaux. Il n'était pas cruel quand la nécessité ne l'imposait pas mais c'était le travail du Goldstein et il ne pouvait pas vraiment lui reprocher d'en amener un peu à la maison, pas vrai ? Oui, il aurait dû rentrer mais, ce soir, il avait besoin de respirer un peu, de prendre un peu de temps pour lui, loin du monde. Il n'avait toujours pas eu de nouveau contact avec Mererid, il avait scellé la fin de sa relation avec Quintus, non sans en avoir eu le cœur brisé une seconde fois et il avait déjà repoussé plusieurs des avances maladroites de son colocataire, sans vraiment comprendre ce qu'il attendait de lui. Il en avait beaucoup sur l'esprit et sur le cœur, à vrai dire... Alors il déambule au hasard dans les rues londoniennes, sa cape remontée sur son visage pour se protéger du vent. Il ne cherche rien et tout à la fois, laissant le destin s'en remettre pour lui au hasard d'une rencontre, qu'elle soit fortuite ou non. Il savait pourtant que sa bonne fortune avait tendance à se foutre un peu de sa gueule ces derniers temps, il n'aurait donc pas du être surpris de sentir ses côtes diffuser une étrange chaleur dans son corps, ne lui laissant aucun doute quant à la personne qui devait se trouver non loin de là. Son regard cherche autour de lui et, s'il pense un bref instant à ne pas en tenir compte et à changer tout simplement et bonnement de quartier, il ne s'y penche pas très longtemps. Arrêté net au milieu de la rue, ses prunelles inquisitrices cherchent le blond à qui il a laissé cette fameuse marque magique. Trelawney... Il ne lui faut pas longtemps pour que son ouïe capte un branle-bas de poubelles dans une ruelle adjacente et il esquisse un sourire amusé, fourrant ses mains dans ses poches et approchant à pas de loup, demeurant à l'entrée de la venelle pour mieux l'observer. Son regard s'assombrit quelque peu en constant que le voyant est en train de fouiller une benne et d'en remplir son sac, sans qu'il ne puisse dire ce qui le contrarie. Étaient-ils donc si pauvres et si dépourvus de ressources, à l'Ordre ? Drefer ne s'était jamais posé la question, se vautrant dans le confort de celui qui a toujours vécu dans l'opulence facile. Appuyé contre le mur de pierres humides, il le regarde faire un moment avant de finalement avancer de quelques pas entrant dans son champ de vision et signalant sa présence par la même occasion. Le blond prend note de son arrivée et leurs regards se croisent, toujours aussi indécis quant aux réactions qu'ils se doivent d'avoir. Etaient-ils toujours des ennemis ? Une chose était sûre, ils n'étaient pas amis... « Ca fait longtemps… » Le brun jette un œil à la créature qui émerge de la chemise de Nate avant de répondre sur un ton détaché. « Pas si longtemps... » C'était vrai, leur dernière rencontre n'était pas si lointaine et elle s'était soldée par un autre baiser au goût amer de reproche. Il lui en avait voulu mais il n'avait pas le droit de le dire. De quoi cela aurait-il eu l'air ? D'un mouvement de tête, il désigne la benne, osant un sourire sarcastique. « C'est ça ta mission pour l'Ordre, maintenant ? Fouiller les poubelles ? » Il ricane, volontairement mauvais, car il était bien plus facile de se montrer odieux avec lui, de maintenir les distances qui se voulaient réglementaires. « Quoi ? On t'envoie faire la manche aussi ? » Provocation ultime, il fouille dans ses poches, en sortant une poignée de gallions qu'il lance à ses pieds avec un mépris certain et sans nul doute surjoué. « Ma maigre participation à ta cause, Trelawney... » Il a cet air arrogant sur la gueule qu'on meurt sans doute d'envie de lui faire ravaler à coups de poings. « Et puis, je te dois bien quelques pièces... » Énigmatique, comme souvent. Insolent, comme toujours...



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Sam 23 Sep - 8:40

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 371 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Moony - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques, Eden, le Grimstone Russe globetrotter et Björn le loup arracheur de coeurs. Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

we keep coming back again
Here I stand and here I fell. I fell for it, I messed everything up. It's taking me down, I need fresh air. A light in the dark, to understand what this meant. ft. DREFER RACKHARROW



Il ne se sait pas regardé, le voyant, le nez dans les ordures à la recherche de métaux ou autres objets utiles capables de lui servir. Ils disposent bien évidemment de moyen à l’Ordre, mais Nathaniel, dans ses idées farfelues, manque parfois de matières premières et il sait de source sûre que les commerçants de ces ruelles se débarrassent souvent de tout et n’importe quoi malgré l’omniprésence des taxes. En toute logique, il aurait dû sentir la présence et la reconnaître bien avant que l’ombre n’ait à apparaître au beau milieu de l’allée, mais c’est à croire que son esprit était bien trop focalisé sur ses recherches et le remplissage de son sac à dos. D’un pas il se fige, toisant la silhouette du Rackharrow qu’il ne connait que trop bien dorénavant, ignorant comment il doit agir, ne sachant plus vraiment si, suite à leur dernier échange, Drefer se présente ainsi en ami ou en ennemi. La douleur fantôme de sa main se réveille un instant, bien moins que la marque au creux de ses côtes qui chauffe doucement. Sensation qu’il n’oublierait jamais, et de laquelle le mangemort ne s’était servi qu’une seule fois pour le moment. Nate aurait pu la retirer depuis bien longtemps, mais pour une raison qu’il ne comprend pas, il veut la garder. Sûrement comme un rappel de ce dont il est capable. Le phénix n’est pas un crétin, il voit bien que Drefer est capable du meilleur, mais surtout du pire. Nœud’ sort sa tête de la poche de sa veste mais si le Trelawney demeure un tantinet inquiet à l’idée qu’il ne découvre l’existence du noueux, il sait qu’il n’oserait pas y toucher, n’est-ce pas ? L’animal se met à bailler, toisant la silhouette en face d’eux deux d’un air encore endormi. Pas si longtemps... Il n’a pas tort le Rackharrow, deux mois n’est pas grand-chose en soi, mais considéré la manière dont les choses s’étaient terminées la dernière fois… Il ne sait pas que Drefer lui en veut, mais Nate n’avait pas menti. Et de toute façon, qu’aurait-il bien pu dire ? Cela ne signifiait rien. Absolument rien et le mangemort l’avait dit lui-même.

Les émeraudes se posent sur la benne dans laquelle le phénix fouillait un peu plus tôt, et le sourire qui suit n’envisage rien de bon. La remarque acerbe ou désobligeante s’apprête à être entendue, et elle ne rate pas. C'est ça ta mission pour l'Ordre, maintenant ? Fouiller les poubelles ? Immanquable, même. Les lèvres du blond se pincent et la créature décide de retourner au fond de la poche de son propriétaire. Quoi ? On t'envoie faire la manche aussi ? Drefer et son ignoble habitude de se montrer détaché quand en réalité quelque chose le contrarie de l’intérieur. Il se trompe lourdement s’il pense que le Trelawney n’est pas assez malin pour le voir. Peut-il néanmoins en vouloir au brun de se camoufler derrière des barrières ? Surtout en sachant ce qu’il avait dû vivre récemment ? Bien sûr, il est loin de tout savoir, clairement loin de tout savoir mais le peu dont il a connaissance suffit à le retenir de dire quoi que ce soit, ou même de répondre à la provocation. Malheureusement pour lui, les sourcils ont beau se froncer au geste du mangemort, les pièces volent et s’effondrent à ses pieds dans un tintement reconnaissable. Ma maigre participation à ta cause, Trelawney... Sourcils dorénavant froncés de contrariété, Nathaniel passe ses yeux bleus des pièces au sol à la silhouette satisfaite et méprisante de Drefer. Alors, ils en sont revenus à ça, à nouveau ? L’arrogance du Rackharrow le rend perplexe, et si la colère s’insinue doucement en son sein, elle explose littéralement à l’instant où les derniers mots résonnent dans le silence de la ruelle. Et puis, je te dois bien quelques pièces...

Le myocarde s’emballe sous l’énervement soudain, l’impulsivité qui s’exprime déjà. Mâchoire crispée, Nate ramasse les pièces, furibond et s’approche déjà de son meilleur ennemi sans attendre. « Tu me prends peut-être pour ta pute Rackharrow ?! ». Choqué d’un tel comportement, quand bien même il connaissait son arrogance éhontée, le voyant vient lui jeter ses maudites pièces à la figure. « J’ai pas besoin de ta putain de charité ni même de justifier ce que je faisais à fouiller dans cette poubelle. Tes connaissances sur l’Ordre sont visiblement aussi maigres et basses que ton comportement de ce soir. » qu’il lâche d’un air soudainement méprisant, clairement agacé et en colère, or, l’on sait que la colère entre eux deux n’est pas vraiment bonne pour leurs nerfs. Reculant après avoir jeté les pièces sans ménagement, le Trelawney garde une distance de sécurité après avoir l’avoir brisée d’un peu trop près. Le silence retombe un brin entre eux deux, souffle lourd à cause de l’énervement, bientôt brisé par de nouvelles palabres qui s’envolent des lippes du blond. « Je sais ce que Mererid t’a fait. ». De quoi calmer ses ardeurs arrogantes qu’il n’avait pas utilisé depuis longtemps en sa présence, celles-là même qui n’ont en réalité nullement manquées à Nathaniel.





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Lun 16 Oct - 9:07

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 269 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 25 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour les Mangemorts J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Siofra Meadowes, son cœur appartient toutefois à Caïn Goldstein mais ces choses-là ne se disent pas... Champ Libre : - possède un démon, un Eternel prénommé Nyssa et qui prend la forme d'une chauve-souris bleue aux dents longues (magie des Rackharrow).

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
L'arrogance a toujours fait partie de son caractère, même si elle n'était pas le trait majeur de sa maison à Poudlard. L'insolence et le mépris coulaient dans ses veines, intimement mélangés à son sang. C'était d'autant plus vrai en présence de Nathaniel, encore plus depuis ce qu'ils avaient pu partager, aussi bref et insignifiant cela avait-il pu être. Enfin, insignifiant... C'était en tout cas ce qu'il prétendait et ce dont il avait tenté de se convaincre, presque avec succès. Alors oui, il l'alpague, le houspille verbalement à dessein, comme s'il avait besoin de compenser les moments de faiblesse qu'il avait su lui tirer. Ultime insulte, il lui balance une poignée de pièces, comme on le ferait à une vulgaire prostituée qui n'a que trop servi. Il sait que ça ne va pas lui plaire, plus que tout, il sait à quel point il va s'en sentir vexé et humilié. Et sa réaction ne se fait pas attendre comme il le voit ramasser la monnaie, furieux, et se rapprocher à grandes enjambées. Il ne bouge pas d'un pouce, le Rackharrow, par pur esprit de contradiction et, surtout, parce qu'il n'a pas peur de Nate... « Tu me prends peut-être pour ta pute Rackharrow ?! » Le brun esquisse un sourire narquois en coin, qui en dit long. Il n'en pense pas un mot, bien entendu, mais l'important n'est pas ce qu'il sait juste, mais ce que le blond va croire. Et, à voir son air, il ne doute pas de sa sincérité. Pas une seule seconde. Il lui balance les pièces au visage, l'argent retombant au sol dans un son métallique, Drefer conservant un visage neutre et inexpressif. « J’ai pas besoin de ta putain de charité ni même de justifier ce que je faisais à fouiller dans cette poubelle. Tes connaissances sur l’Ordre sont visiblement aussi maigres et basses que ton comportement de ce soir. » Il recule déjà, le Phénix, après avoir lâché sa diatribe. Il se foutait bien d'acquérir de quelconque connaissances sur l'Ordre. Tout ce qu'il avait besoin de savoir, c'était qui étaient leurs membres et comment les détruire ; il n'avait besoin de rien de plus, vraiment... Son regard glisse sur le visage du jeune homme, effleurant des yeux la ligne de sa mâchoire, avant d'esquisser un sourire moqueur. Le silence est presque trop pesant pour eux qui ont si souvent eu l'habitude de passer leur temps à s'insulter ou à se taper dessus, mais Drefer n'est pas disposé à le briser. Pas encore. C'est le Trelawney qui vient parler le premier et, si Drefer s'était attendu à toute sorte de pique bien placée, il n'avait pas imaginée celle-là. « Je sais ce que Mererid t’a fait. » Le sourire du brun se dissipe progressivement, une lueur contrariée venant s'allumer dans ses yeux clairs. Venant de n'importe qui d'autre, il aurait sans doute prétendu ne pas savoir de quoi il parlait, jouant les imbéciles à merveilles, pour ne as se trahir tout seul. Mais Nathaniel en savait suffisamment, de par sa connaissance de sa propre personne et de par son don de voyance, pour qu'il ne s'amuse pas à ce petit jeu avec lui. Il sait bien de quoi il veut parler, le Phénix, et si sa mâchoire se serre, son expression ne se trouble que quelques secondes avant qu'il ne retrouve son impassibilité légendaire. « Et quoi ? Tu me penses incapable de supporter un simple Doloris ? » Il a un rictus narquois, sciemment provocateur, penchant légèrement la tête sur le côté. « Si toi tu en es capable alors... » Il éclate d'un rire cristallin et moqueur qui sonne faux. Il sait bien ce qu'il a voulu dire et que la question ne portait pas tant sur le sort que sur la personne qui l'avait lancé mais il fait semblant de s'en moquer, comme si ça ne l'avait pas touché le moins du monde. Menteur jusqu'au bout des ongles... Pas aussi doué qu'il l'aurait voulu, malgré tout, pour son propre malheur. Il ramasse les pièces au sol d'un coup de baguette magique, les faisant léviter devant lui avant qu'elles ne se posent dans sa paume avec délicatesse. Ses doigts se referment sur la monnaie avant qu'il ne se rapproche du blond, les glissant dans la poche du jeune homme de force, sans lui laisser le choix. Il finit par provoquer, une fois de plus, tapotant la joue du blond à deux reprises. « You should keep that... » Il n'en finit pas de le mettre hors de lui, il fait d'ailleurs tout son possible pour ça, le Rackharrow et c'est presque un bonheur de le voir marcher aussi ben dans son jeu... « Ta simple présence me fatigue, Trelawney... » Pas dans le sens où il le comprendrait. Maintenir ce masque d'indifférence et de mépris était épuisant... Et, sans plus lui accorder d'attention, le voilà déjà qui tourne les talons...




BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Jeu 19 Oct - 10:12

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 371 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Moony - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques, Eden, le Grimstone Russe globetrotter et Björn le loup arracheur de coeurs. Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
we keep coming back again
Here I stand and here I fell. I fell for it, I messed everything up. It's taking me down, I need fresh air. A light in the dark, to understand what this meant. ft. DREFER RACKHARROW



Ils savent tous deux où appuyer. A chaque fois. Et rares sont celles où ils manquent leur coup. Alors que le geste du Rackharrow lui est adressé, il ne faut approximativement que dix secondes à Nathaniel pour sentir la colère grimper jusqu’à son myocarde et faire chauffer ses joues. Le cœur battant, il se penche, ramasse les pièces pour mieux venir les balancer au visage du mangemort. Ces dernières retombent aussitôt sur le sol humide tandis qu’il fait face à un masque de neutralité, de ceux qu’il n’a pas vu depuis un moment. Se pourrait-il qu’au fond, il ait été vexé de leur dernière entrevue ? Sans avoir nul moyen d’en être persuadé, le Trelawney crache ses palabres avec une colère et un air méprisant qu’eux seuls se connaissent, puis, il recule, conscient alors de la proximité qui s’était incrustée. Il n’en a toutefois pas terminé, non, observant de ses yeux bleus les émeraudes de Drefer qu’il a su parfaitement reconnaître chez Mererid. Mererid qui… Nate aurait pu se mordre la lèvre, en repensant aux images qui défilaient sous ses yeux, mais l’agacement et l’impulsivité que le brun a réveillé ne lui en laisse pas l’occasion. Il ne prononce donc que quelques mots, juste ce qu’il faut pour qu’il comprenne de quoi il s’agit. Il sait. Il est au courant. Les prunelles fixent leurs semblables pourtant opposées, et il n’en faut pas plus au voyant pour reconnaître que l’annonce ne fait pas spécialement plaisir. D’ordinaire, Drefer aurait feint l’ignorance, il était même passé maître dans cet art-là, mais pas cette fois. Le sourire précédemment moqueur disparait lentement sans que Nathaniel lui-même ne sourit, bien plus en proie à la contrariété mais aussi aux souvenirs. Il avait beau avoir assisté à la scène d’un point de vue extérieur, il avait également comme ressenti la douleur en même temps que lui, sensation qu’il n’oublierait pas, jamais, pour connaître parfaitement les effets d’un doloris. En fin de compte, le blond ne sait pas trop ce qu’il attend du mangemort en disant une chose pareille, et la réponse qu’il lui apporte, sous forme de question, ne le surprend pas plus que cela. Et quoi ? Tu me penses incapable de supporter un simple Doloris ? Un soupir sec s’évade des lippes du phénix. Le Rackharrow aurait-il oublié à qui il avait à faire ? Depuis tant d’années qu’ils se chamaillent, il devrait savoir que ce genre de réaction ne prend plus chez lui. Réciproquement. Si toi tu en es capable alors... Le rire qu’il arbore oblige Nathaniel à croiser les bras d’un air un tantinet blasé, et clairement non convaincu, sourcils se fronçant davantage tandis que Nœud’ dans sa poche couine d’exaspération en imitant son propriétaire. « On en est encore à ce jeu-là ? Comparer lequel de nous deux a la plus grosse ? » qu’il souffle en levant les yeux au ciel, reportant son attention sur lui au moment où les pièces lévitent pour venir s’échouer dans la paume de sa main.

Persuadé qu’il avait compris le message, lorsque le mangemort se rapproche de lui, le Trelawney est pris de court, pièces glissant d’ores et déjà dans sa poche, le rendant fou de rage. Encore heureux pour le Rackharrow qu’il n’ait pas choisi celle où se trouve le hérisson magique, sinon il lui aurait tout bonnement donné un coup de coude dans le nez. A peine les doigts tapotent sa joue que Nate attrape le poignet au vol, repoussant sa main sans ménagement et dans un grognement contrarié. You should keep that.... Il souffle, sèchement. « Joue pas à ça. » qu’il menace entre ses dents serrées tandis qu’il tourne les talons et commence à marcher en sens inverse sous ses yeux. Quoi ? Il venait lui filer de l’argent pour… Merlin seul savait quoi et il filait à l’anglaise ? Juste comme ça ? La voix résonne dans le silence tendu de la ruelle, faisant grincer le phénix des dents. Sans prévenir, il profite du fait qu’il lui tourne le dos pour s’élancer à sa suite, sortir sa baguette au passage et le pousser avec force contre le mur à sa droite. Collé à ses basques, Nathaniel use de son élan de violence pour que Drefer n’ait rien le temps de faire si ce n’est heurter les briques de plein fouet, sa main valide attrapant le poignet du brun pour mieux lui tordre le bras dans son dos et ainsi empêcher tout mouvement de sa part au risque de lui briser les os. La main qui tient la baguette, elle, appuie sur sa tête, visage forcé à demeurer collé contre la pierre. La proximité est probablement indécente mais le Trelawney n’en a cure à ce moment-là, fou de colère à l’idée qu’il puisse se servir d’un moment passé comme d’un moyen de l’agacer, préférant faire passer cela pour un acte de prostitution mal avisé alors que ce n’était rien de tel. Une pulsion certes, une erreur, très certainement, mais en aucun cas un vulgaire profit. Les lèvres s’approchent de l’oreille du mangemort, sourcils froncés et traits tirés, Nate n’est pas là pour jouer, colère grondante et serpentant dans ses veines d’impulsif. « Je sais parfaitement ce que tu es capable de supporter… Pour ce qui est de ta sœur, elle n’aurait jamais dû faire une chose pareille, tout comme elle n’aurait jamais dû essayer de me violer, persuadée que ça t’agacerait. ». Aveu prononcé, de cette information qu’il n’aurait jamais vraiment pu cacher au brun définitivement. Il recule, seulement à cet instant, après avoir lâché la bombe, son visage du sien. De nouveau silencieux, Nathaniel profite du fait que Drefer emmagasine l’information pour lâcher son poignet à la hâte et maintenir un peu plus sa tête contre les briques. Ensuite, il attrape de manière plus confortable, pour sa main handicapée, la baguette qu’il tenait déjà depuis quelques secondes et demeure à présent le visage complètement fermé. Malgré les potentielles protestations du Rackharrow, il tire sur son oreille et commence alors son œuvre, pointe de la baguette comme chauffée à blanc. Il vient marquer sa peau d’un N pour la seconde fois, de petite taille, et à un endroit stratégique, là où personne ne pourrait la voir à moins d’être vraiment proche de lui. La seule chose importante dans l’affaire est que, lui, sache qu’elle est belle et bien là sans être en mesure de réellement la voir. Conscient que la manœuvre ne va être nullement appréciée, le phénix se colle davantage au mangemort dans le seul but de l’empêcher de bouger. « Si tu bouges je vais me rater. » qu’il lâche entre deux gestes avant de terminer, sentant son corps contre le sien mais ne s’attardant pas outre mesure à y penser. Quoi que Drefer fasse dorénavant, c’est trop tard. Il est de nouveau marqué, et Nathaniel, lui, satisfait. « Je t’en devais une nouvelle… ».  





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Jeu 2 Nov - 11:59

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 269 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 25 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour les Mangemorts J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Siofra Meadowes, son cœur appartient toutefois à Caïn Goldstein mais ces choses-là ne se disent pas... Champ Libre : - possède un démon, un Eternel prénommé Nyssa et qui prend la forme d'une chauve-souris bleue aux dents longues (magie des Rackharrow).

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il n'a pas envie de demeurer ici plus longtemps ; la vision de Nathaniel est aussi tentante que révoltante, il l'abhorre avec force et en même temps, les images qui défilent sans cesse dans son esprit ne sont pas celles de leurs bagarres... « Joue pas à ça. » Il a un mouvement de main vague dans sa direction, sans même se retourner. Qu'il parle si ça lui plait, il ne veut pas l'entendre... Il ne voit pas le coup arriver comme il lui tourne le dos et, sans avoir le temps de réagir de quelque façon que ce soit, il se retrouve collé face contre un mur, les pierres mal équarries râpant sa joue tandis que son bras fort se retrouve bloqué derrière son dos. Il gronde comme un loup en colère, cherchant à se dégager, mais les doigts du Trelawney ne lui laissent pas cette chance, appuyant encore davantage son visage contre la pierre. Il le sent, pressé tout contre lui, et il se tend, tous ses sens aux aguets, ses muscles bandés comme un arc. Ses lèvres viennent murmurer tout contre son oreille et il ferme les paupières, priant pour ne pas l'entendre. « Je sais parfaitement ce que tu es capable de supporter… Pour ce qui est de ta sœur, elle n’aurait jamais dû faire une chose pareille, tout comme elle n’aurait jamais dû essayer de me violer, persuadée que ça t’agacerait. » L'information met bien trop peu de temps à arriver à son cerveau et à en être comprise. Ses iris se figent d'horreur et il ouvre la bouche pour parler mais aucun son n'en sort, sous le choc. Mererid avait fait... QUOI ? Son poignet se libère mais son visage est toujours maintenu contre la pierre et il ressasse tellement l'odieuse nouvelle qu'il ne réagit même pas, de prime abord. Quelle sale petite peste égoïste et... Ce n'est que lorsqu'il sent le Trelawney tirer sur son oreille pour dégager l'accès à cette petite partie de peau, qu'il commence enfin à réagir, protestant brusquement. Il siffle en sentant la chaleur sur son épiderme, cette sensation infâme de brûlure et ses doigts se crispent sur les briques du mur, comme il se débat de plus belle. Le Phénix se presse davantage contre lui, bloquant ses mouvements, et il peste mentalement. « Si tu bouges je vais me rater. » Il est presque résigné comme il cesse finalement de lutter ; après tout, il ne peut pas faire grand chose de plus que de subir, pour l'instant, en silence, les dents serrées. « Je t’en devais une nouvelle… » Il ne lui faut pas bien longtemps pour comprendre ce qu'il lui a fait et la colère vient emplir son esprit et chacun des pores de sa peau. Ses prunelles lancent des éclairs comme il profite du relâchement du Trelawney pour se retourner brusquement, l'attraper par le col et lui envoyer son poing dans la gueule. Il sent un os qui craque, son nez, son arcade ou sa pommette, qu'importe, il veut juste lui faire mal, sentir son visage s'affaisser sous ses doigts. « VA TE FAIRE FOUTRE ! » Sa rage le dispute à celle éprouvée à l'idée que Mererid ait essayé d'abuser de lui dans le seul but de le rendre... jaloux ? Il le rattrape, toujours par le col, tirant sans doute un peu trop comme le tissu se déchire sous ses doigts alors qu'il lui envoie son genoux dans l'estomac, le pliant en deux. « JE T'EMMERDE, TRELAWNEY ! » Il le pousse violemment, le faisant tomber au sol, shootant avec habileté dans la baguette qui s'envole d'entre ses doigts comme la sienne vient se pointer pile entre ses deux yeux. « Je vais te crever... » Combien de fois le lui avait-il promis ? Trop pour en être crédible, sans doute. Sa main ne tremble pas comme il le menace ouvertement mais ses lèvres ne parviennent pas à articuler le moindre sort... Il demeure ainsi de longues secondes, semblant hésiter malgré lui, malgré l'envie chevillée au creux de ses entrailles, impérieuse, qui exige le sang du blond sur l'heure... Un arabesque du poignet et un sectumsempra vient déchirer le reste de son haut, lacérant sa peau au passage, pas suffisamment profondément pour lui faire bien mal. Il finit par détourner le regard, dissimulant la lueur attristée qui s'allume dans ses yeux. « Barre-toi, Treawney... »



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Jeu 2 Nov - 14:25

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 371 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Moony - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques, Eden, le Grimstone Russe globetrotter et Björn le loup arracheur de coeurs. Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
we keep coming back again
Here I stand and here I fell. I fell for it, I messed everything up. It's taking me down, I need fresh air. A light in the dark, to understand what this meant. ft. DREFER RACKHARROW



La chaire fond sous la brûlure et le phénix n’en éprouve aucun remord. La manœuvre est cependant assez courte sous la marque de petite taille qui vient se nicher juste derrière l’oreille, de manière à rester sournoisement invisible aux yeux du monde. Hors de question que le lieutenant passe encore derrière pour brouiller tel un rustre le N si artistiquement réalisé. Si le sifflement de Drefer aurait pu le faire reculer, Nate ne bouge pas d’un pouce, va même jusqu’à davantage se coller pour l’empêcher de trop bouger. Le fait est que la colère gronde à l’intérieur, aussi bien chez l’un que chez l’autre, véritable fléau qui n’a de cesse de les consumer tous deux à petit feu. Une violence qui grandit, atteint son paroxysme avant de redescendre, coupée nette comme un soufflet. Temps mort qui s’élance et qui rapproche pour mieux voir revenir la colère, éternel cycle dans lequel ils sont entrés sans même en avoir conscience. Méfait accompli, peau marquée qui ravit le Trelawney sans qu’aucun sourire ne naisse pourtant à la commissure de ses lèvres. Il ne suffit que d’un tout petit pas en arrière pour que la colère du Rackharrow n’éclate à son tour, col attrapé et coup fusant l’air, craquant la pommette dans un bruit désagréable. Le phénix étouffe un grognement, doigts se posant contre les poignets du mangemort, baguette pourtant toujours en main. Il enfonce ses ongles, fin filet de sang qui glisse le long de sa joue meurtrie face au choc. Pour sûr, Drefer a toujours su donner les coups, alors il gronde Nathaniel, férocement, cherche à se dégager de la prise de son fidèle ennemi sans grand succès. Car c’est à la rage qu’il fait bel et bien face. VA TE FAIRE FOUTRE ! La voix est si forte et claire qu’elle ferait vriller tout l’intérieur de sa boîte crânienne, à moins qu’il ne s’agisse encore du choc précédent qui a eu le don de le sonner plus qu’il n’aurait cru. Les ongles s’enfoncent encore dans la peau de l’adversaire mais la prise se refait plus forte et malgré sa tentative de se dégager, tout ce qu’il parvient à faire, c’est aider le sorcier à déchirer le col de son haut. Encore un… « Je vais finir par… » qu’il commence juste avant de se prendre le coup dans l’estomac qui lui coupe littéralement le souffle, le pliant en deux par la même occasion. JE T'EMMERDE, TRELAWNEY !

Nate tombe au sol, violemment aidé par son assaillant. Son dos heurte les pierres humides dans un bruit sourd, couinement de douleur qui s’envole sans pouvoir le retenir. Mais il cherche déjà à se relever, essuyant sa pommette brisée d’un revers de manche, T-shirt distendu par la prise folle du mangemort. Avant qu’il ne puisse faire quoi que ce soit de plus, sa baguette vole de ses doigts, de cette main qui n’en compte plus que quatre. Faiblesse physique qui le suivra toute sa vie et lui arrache un grognement de contrariété. Les prunelles se tournent rapidement vers le morceau de bois tandis que le corps amorce un mouvement en sa direction, mouvement bien trop vite anéanti par la baguette qui vient elle-même se pointer entre ses deux yeux et l’oblige à se figer, myocarde battant à tout rompre contre la cage thoracique. Je vais te crever... Lèvres pincées, Nathaniel déglutit sans quitter les émeraudes du regard. Sa poitrine se lève et s’affaisse violemment, à mesure que l’air est prise à grandes goulée. Après quelques secondes à faire face à l’hésitation du Rackharrow, ce sont des mots dénués de provocation qui résonne dans le silence tendu de la ruelle. « Vas-y. » qu’il lâche entre ses dents serrées. Mais Drefer hésite. « Vas-y !! » qu’il articule encore plus fort. La baguette se mouve mais aucun sort ne quitte ses lèvres et le Trelawney ne comprend de quoi il s’agit qu’à l’instant où la première strie se creuse dans son abdomen, terminant de ruiner son T-shirt çà et là. Portant sa main à son torse, Nate se tourne de profil en grondant, il sait qu’il n’y a pas mis son cœur, sinon les plaies seraient bien plus ouvertes. Cela n’empêche toutefois pas le sang de souiller légèrement le sol et de se mélanger à l’eau stagnante coincées entre deux pavés. Barre-toi, Trelawney...

Le bleu de ses yeux devient subitement luisant sans qu’il n’en ait conscience. Les lèvre se pincent à nouveau dans un tic contrarié, émotions qui s’effritent entre la colère et il ne sait trop quoi. En silence, il se redresse, se met d’abord assis sans cesser de l’observer. Lentement, les sourcils se froncent dans une expression que Drefer connait comme sa poche, puis il se lève enfin, toujours dans un silence de mort et vient lui faire face. Il ne franchit pas la distance, se murant dans ce silence glacial qui ne le quitte pas, les secondes se faisant de plus en plus longues à mesure qu’il sonde la silhouette qui se trouve devant lui. La douleur est là, se mêle à cette fameuse colère qui n’attend qu’une seule chose : de pouvoir éclater. « Je te déteste… ». Les poings se serrent mais Nathaniel se fait violence pour garder les mains ouvertes plusieurs fois de suite. La respiration se fait plus lourde tant il essaie de se calmer, en vain. Les billes bleues n’en brillent que davantage. Alors les paumes viennent s’abattre avec force contre le torse du Rackharrow, le repoussant comme lui-même a pu le faire à peine quelques secondes auparavant. Sans prendre de nouvel élan, il le pousse une seconde fois. Violemment. « JE TE DETESTE, DREFER ! ». A son tour il crie, sans réellement savoir pourquoi, il le déteste tellement à ce moment précis qu’il ne peut s’empêcher de le dire. Pourquoi est-ce que tu n'as pas mis un terme à cette histoire une bonne fois pour toute ?  La voix d’Alex se met à résonner dans sa tête et il grogne en réponse, pour lui-même, sans doute a-t-il l’allure d’un fou quand ses paumes reviennent se heurter au torse du mangemort. Si je le croise dans les rues de Londres, ça ne m'empêchera pas de le tuer... Et ça ne devrait pas t'en empêcher non plus… Une nouvelle fois, il grogne, sous les mots, la douleur, la rage il n’en sait rien mais la simple vue du Rackharrow le met hors de lui à présent. « Tout comme je la déteste d’avoir fait ce qu’elle t’a fait. ». Paroles qui s’envolent si vite qu’elles ont dépassé ses pensées. Paroles qu’il balaye aussitôt en reculant d’un pas. « Va te faire foutre toi aussi !! Toi et tes… ». Il ne va pas au bout, Nathaniel, en proie à une colère désordonné où tout se mélange, où toute sa logique de phénix lui hurle de tout faire pour le tuer sur le champ. Au lieu de ça, lui… Il l’a marqué, et il hurle au beau milieu d’une ruelle sans être capable de faire couler le sang et les yeux brillants. « Je. Te. Déteste. ». Sont-ils seulement convaincants ces mots-là ? Quand il sait pertinemment qu’à l’intérieur traîne la folle idée qu’ils pourraient être… Amis ?    





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Dim 19 Nov - 9:42

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 269 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 25 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour les Mangemorts J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Siofra Meadowes, son cœur appartient toutefois à Caïn Goldstein mais ces choses-là ne se disent pas... Champ Libre : - possède un démon, un Eternel prénommé Nyssa et qui prend la forme d'une chauve-souris bleue aux dents longues (magie des Rackharrow).

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il aurait voulu pouvoir le tuer d'un seul mouvement bien étudié du poignet ; une seule entaille profonde sur sa gorge et le sang chaud aurait giclé sur le pavé et nourri avec abondance les rues de Londres. Mais il n'y arrive pas, pas avec lui, alors qu'il aurait pu assassiner de sang froid n'importe quel marmot à peine en âge de marcher. Il le détestait pour ça, pour cette relation des plus incompréhensibles qu'il avait instaurée parce que, bien sûr, tout était de sa faute... Il lui ordonne de s'en aller, de fuir sur le champ, comme s'il risquait de changer d'avis alors qu'en réalité, il serait bien incapable de lui retirer la vie. Nathaniel se redresse, le fixant de cet air glacial qu'il lui connaissait parfois et il serre les dents, retenant l'envie furieuse de lui coller une autre droite. « Je te déteste… » Bienvenue au club, c'est ce qu'il pourrait lui hurler mais sa lassitude est telle qu'il n'en éprouve même pas l'envie. Le Trelawney le repousse brusquement, le faisant reculer, une fois, puis deux. Il pourrait lui rendre la pareille mais il l'ignore, se contentant d'atterrir durement contre un mur, en grimaçant légèrement. « JE TE DETESTE, DREFER ! » Il hausse les épaules avec désinvolture, laissant échapper un ricanement volontairement moqueur, dans le seul but de lui montrer à quel point ses paroles ne le touchaient en rien. A quel point, il s'en foutait... En réalité, il était bien loin de cet état d'esprit mais il avait un talent fou pour dissimuler ses émotions. Il avait un talent fou pour mettre les nerfs du Trelawney à vif, aussi, mais ça, il ne le disait pas à voix haute... « Tout comme je la déteste d’avoir fait ce qu’elle t’a fait. » Il hausse un sourcil surpris, entrouvrant les lèvres sous l'étonnement avant de reprendre cet air mauvais et renfrogné. « Ta gueule... » qu'il siffle entre ses dents serrées, le crucifiant du regard, pour qu'il se taise. Il ne voulait pas l'entendre parler de Mererid, il ne voulait pas l'entendre parler de ça. Il ne voulait plus y penser, plus jamais. « Va te faire foutre toi aussi !! Toi et tes… » Il finit par hurler. « LA FERME ! FERME TA GRANDE GUEULE, TRELAWNEY, BORDEL DE MERDE ! » Son souffle est court de trop hurler, de s'énerver autant, de toute cette rage folle qui l'habite mais qui est incapable de s'exprimer autrement que par des mots quand elle ne demanderait que des coups et du sang. « Je. Te. Déteste. » Il finit par ricaner, nerveusement, encore et encore, jusqu'à ce que, bientôt, cela ressemble à un fou rire incontrôlable. Il ne se reprend qu'au bout de quelques secondes, essuyant les larmes amusées qui ont perler au coin de ses yeux, lui dédiant un sourire mesquin comme il se rapproche, prédateur prêt à acculer sa proie. « Tu me détestes ? » Il tourne autour de lui avec une lenteur exagérée, chantonnant presque, comme il passe derrière lui, soufflant derrière son oreille. « Menteur... » Sa baguette vient se poser au creux de l'omoplate du blond, appuyant légèrement, avant de glisser le long de son dos jusqu'au creux de ses reins. « En réalité, tu te détestes, toi... » D'un mouvement de baguette, il achève de mettre en lambeaux les derniers morceaux de tissus, le mettant torse nu complètement... Il tourne, le morceau de bois suivant la ligne de sa hanche avant de venir se poser sur son flanc, comme il est revenu dans son champ de vision. « Tu trahis les tiens et tous tes principes chaque fois que tu me croises dans une ruelle et que tu es incapable de me tuer... » Il ricane nerveusement, la baguette remontant du flanc jusqu'à son pectoral, effleurant au passage sa marque sur ses côtes. « Tu trahis ta chère et tendre Artemis, chaque fois que c'est à moi que tu penses, dans le creux de tes draps... » La baguette remonte jusque sous son menton, l'obligeant à lever la tête. « Tu es pathétique... » Et, achevant sa diatribe, il entaille légèrement l'arête de sa mâchoire. Etrange qu'il soit capable de retranscrire ces sentiments là avec autant de précision, non ?



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Dim 19 Nov - 14:47

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 371 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Moony - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques, Eden, le Grimstone Russe globetrotter et Björn le loup arracheur de coeurs. Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
we keep coming back again
Here I stand and here I fell. I fell for it, I messed everything up. It's taking me down, I need fresh air. A light in the dark, to understand what this meant. ft. DREFER RACKHARROW



Les yeux luisants de rage, il ne sait pas ce qui est pire. La fausse désinvolture insolente de Drefer ou le simple fait qu’il tente de la lui faire avaler. A moins qu’il ne s’agisse de la douleur des entailles salissant les lambeaux restant de son T-shirt. Ta gueule. L’ordre vulgaire ne fait que ricocher sur la peau du Trelawney qui n’en a cure, ne retenant pas ses mots, s’insurgeant un peu plus de ce qui le met littéralement en rogne. Pourquoi les images du doloris infligé par Mererid ont le don de le mettre dans cet état de colère instable ? Il ne comprend pas, ne cherche probablement plus à le faire, mais les mots s’envolent trop vite de ses lèvres et rien dans son attitude ne laisse sous-entendre qu’il les regrette. Le Rackharrow se remet à hurler, lui aussi et Nathaniel se fait violence, lèvres pincées pour retenir les larmes qui menacent de couler bien malgré lui. Je. Te. Déteste. Mots prononcés l’un après l’autre au gré de la respiration saccadée qui l’anime, lui, aussi bien que le mangemort en face de lui. Le liquide carmin continue de serpenter le long de son torse sous les stries peu profondes, lentement et en silence. Il a été habitué à bien pire, le voyant.

Si la réaction de Drefer se fait inédite et incompréhensible, Nate ne montre aucun signe de surprise, se contentant de le dévisager, sourcils froncés et traits irrémédiablement fermés. Il attend que sa respiration s’apaise, même s’il garde les poings serrés sous la colère que lui seul parvient à faire exploser de la sorte aussi rapidement. Presque en un claquement de doigts. Les rires s’envolent dans le silence de la ruelle et résonnent contre les murs de briques, pour peu, le brun ressemblerait presque à un fou mais le phénix n’en dit rien. Bientôt, il se calme et s’approche à nouveau, un air mesquin au visage qui ne prend pas sur le Trelawney qui le fixe de ses yeux bleus. Tu me détestes ? Immobile, Nathaniel ne bouge pas d’un centimètre, ne suit même pas le manège du sorcier de ses prunelles, le laissant tourner lentement autour de lui comme l’on inspecterait un animal de foire. Au bout de quelques pas, il le sent qui s’arrête dans son dos. Menteur... Les sourcils se froncent davantage tandis qu’il lâche un grondement d’avertissement au creux de sa gorge, tournant la tête dans l’espoir de voir la silhouette du Rackharrow du coin de l’œil, souffle s’étant perdu trop près de son oreille à son goût. Le cœur bat bien trop vite dans la poitrine, prêt à imploser au milieu de sa cage thoracique sous le joug d’émotions qui se confondent, la colère, la haine et la tristesse. L’incompréhensible tristesse qui s’abat sur lui sans qu’il n’en comprenne la raison. La baguette de Drefer appuie contre son omoplate et il ne bouge toujours pas, va même jusqu’à fixer droit le mur devant lui. Même lorsqu’elle glisse le long de son dos, il ne fait pas un seul geste, prenant de grandes inspirations pour calmer le myocarde et l’envie écrasante de lui coller son poing dans la figure. En réalité, tu te détestes, toi… Sa mâchoire se crispe, par réflexe, mais toujours aucune réaction de la part du phénix, si ce n’est un frisson qui vient parcourir sa peau sans qu’il ne puisse rien y faire au moment où les morceaux restant de son t-shirt s’effritent jusqu’au sol détrempé.

De nouveau, il tourne autour de lui jusqu’à revenir lui faire face, baguette imitant son geste, se promenant contre la peau de son flanc. Toujours rien. Nate demeure parfaitement stoïque, les prunelles toujours brillantes de colère. Tu trahis les tiens et tous tes principes chaque fois que tu me croises dans une ruelle et que tu es incapable de me tuer... Drefer joue. Il s’amuse. Les nerfs de Nathaniel sont piqués au vif mais il se refuse à répondre, a suffisamment crié quelques minutes plus tôt et se contente d’ignorer le second frisson qui le prend lorsque la pointe de la baguette effleure la marque capable de brûler comme la morsure d’une flamme. Tu trahis ta chère et tendre Artemis, chaque fois que c'est à moi que tu penses, dans le creux de tes draps... Cette fois, les yeux bleus envoient des éclairs en se posant dans les émeraudes adverses. Il souffle sèchement par le nez, malgré tout forcé à lever la tête, sachant pertinemment que même s’il ne bouge pas d’un pouce, la baguette demeure une réelle menace. Il n’hésiterait pas à te tuer, qu’Alex avait dit. Qu’est-ce qui lui fait croire qu’il ose penser à lui dès lors qu’il ferme les paupières ? Est-il si prétentieux à ce point ? L’agacement serpente au creux des veines du phénix, impossible à contenir. Les poings se resserrent encore plus, jointures menaçant de blanchir sous la force qu’il y met. Tu es pathétique… Il veut frapper, Nathaniel, premier réflexe qui démange ses poings mais il ne doit pas céder, même au moment où la morsure de la baguette se fait sentir le long de la ligne de sa mâchoire. Grinçant des dents, les billes claires ne quittent pas leurs semblables, foudroyantes et noires.

« Et toi… » que le Trelawney lâche au bout de plusieurs secondes de silence, doigts venant se mouler autour de la baguette du mangemort bien trop proches de son visage, tandis que le sang coule le long de sa gorge en une ligne fine. « Que diraient les tiens s’ils savaient que tu as refusé de me laisser mourir ? ». C’est à son tour d’approcher, faisant un pas en avant, puis deux. Jeu qu’ils savent mener, aussi bien l’un que l’autre. « Qu’en est-il de tes propres pensées… » qu’il commence avant de se pencher à son oreille, vilain mimétisme mais il ne souhaite pas que d’autres entendent. « … Lorsque Quintus te prend ? ». Il ne peut être certain de ce qu'il avance, ignorant tout de cette relation que le mangemort entretient avec le lieutenant. Toutefois, le Rackharrow a voulu jouer. Jouer, malgré l’envie tenace qui lui martèle les côtes de le frapper sans ménagement pour avoir osé mentionner Artemis, est quelque chose que Nate sait faire également.        





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Sam 25 Nov - 15:07

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 269 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 25 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour les Mangemorts J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Siofra Meadowes, son cœur appartient toutefois à Caïn Goldstein mais ces choses-là ne se disent pas... Champ Libre : - possède un démon, un Eternel prénommé Nyssa et qui prend la forme d'une chauve-souris bleue aux dents longues (magie des Rackharrow).

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il ne sait même pas ce qu'il cherche en le provoquant de la sorte, le Rackharrow, ce qu'il imagine pouvoir faire sortir de lui mais la réaction du Trelawney n'était certes pas celle à laquelle il s'était attendu. A quoi s'était-il attendu d'ailleurs ? Il 'ignorait sans doute,a u fond de lui-même ou, plutôt, il se le cachait bien. Il sait toutefois qu'il touche juste à la lueur furieuse qui s'allume dans les prunelles bleues de glace et il jubile intérieurement, le brun, de réussir à le faire sortir de ses gonds aussi facilement. Après tout, ne se connaissent-ils pas par cœur ? Il esquisse un sourire en voyant le sang souiller son menton et il en tartinerait bien volontiers tout son visage si seulement il s'écoutait... « Et toi… » commence le blond comme ses doigts viennent se glisser sur sa baguette, lui tirant un grondement agacé, le crucifiant du regard. « Que diraient les tiens s’ils savaient que tu as refusé de me laisser mourir ? » Il l'imite bien mal, le blond, mais il a l'habitude, Drefer, de le voir lui voler ses répliques et ses propres idées sans être capable de les assumer jusqu'au bout, la plupart du temps... Il est proche, trop proche et ses mâchoires se crispent. « Qu’en est-il de tes propres pensées… » Nathaniel se penche à son oreille et il gronde déjà à voix basse de le voir s'approcher encore. « … Lorsque Quintus te prend ? » Son sang ne fait qu'un tour ; c'est la réflexion de trop, celle qui ne peut pas rester sans punition. Ses prunelles s'écarquillent sous la surprise, sous l'effet de ce qu'il ose. Bien sûr, il ne peut pas imaginer que le lieutenant et lui ont mis un terme à leur relation mais ce qu'il insinue lui donne la nausée, quand bien même il a eu les mêmes sous-entendus, quelques secondes plus tôt. Il siffle entre ses dents serrées, son visage ne s'éloignant que pour revenir heurter le nez du Phénix dans un coup de tête qu'il veut volontairement violent. Il pourrait bien lui briser le nez qu'il s'en moquerait pas mal, le mangemort, au contraire, il a bien envie de briser tous ses os les uns après les autres, juste pour le plaisir de l'entendre hurler. Il n'a même pas besoin de sa baguette pour la suite, comme il invoque déjà Nyssa en pensée, hautement contrariée. Son Eternel n'a même pas besoin d'interroger sur l'objet de sa requête ; un simple regard à Drefer, un autre au Trelawney au nez ensanglanté et elle comprend très bien ce qu'il attend d'elle. Presque aussitôt, la marque démoniaque apposée sur les côtes du voyant se met à rougeoyer, tel le fer chauffé à blanc qui la lui a, un jour, imposée. Elle brûle, encore et encore, alimentée par la colère et la douleur du Rackharrow, elle brûle comme elle n'a jamais dû brûler jusqu'alors et il s'en moque bien, aveuglé par son ire. Quand le blond ne peut plus le supporter, quand il finit à genoux parce que la douleur même doit l'empêcher de tenir debout, il lui décoche un coup de pied en plein estomac, le pliant encore plus en deux. Il voudrait le voir cracher du sang, le voir crever à ses pieds et nul doute qu'il va mettre au clou toutes ses anciennes et vaines tentatives de l'épargner, tout foutre en l'air pour un moment de colère pure. Il va le tuer, c'est sûr...



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Dim 26 Nov - 14:37

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 371 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Moony - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques, Eden, le Grimstone Russe globetrotter et Björn le loup arracheur de coeurs. Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
we keep coming back again
Here I stand and here I fell. I fell for it, I messed everything up. It's taking me down, I need fresh air. A light in the dark, to understand what this meant. ft. DREFER RACKHARROW



Ils se connaissent trop bien, c’est d’ailleurs ce qui, lorsqu’on y réfléchit bien, peut faire effroyablement peur. Même encore aujourd’hui Nathaniel ne peut que s’interroger sur le comment en sont-ils parvenus à ce résultat-là, quand ils n’ont fait que se détester depuis toujours ? Des chamailleries de gamins, qui étaient ensuite devenues de plus en plus violentes, de plus en plus palpables pour enfin finir en véritable guerre ouverte une fois adultes. Il ne compte plus les marques qui ornent son corps, la plus grande majorité causées par le brun qui lui fait face et qu’il dévisage sans sourciller, un éclat de colère dans les prunelles en réaction des mots qu’il a eu à son encontre. La strie de sa mâchoire picote mais n’est rien en comparaison de celles qui trônent une nouvelle fois sur son torse, comme un éternel rappel de ce qu’ils ont toujours connus. Bien des années en arrière, ce sort les avait emmenés tous deux jusqu’à l’infirmerie. Tous deux, coincés entre ces murs, seuls. Déjà à l’époque Drefer était impatient et probablement encore plus écœuré d’avoir à partager le même air qu’un sang-mêlé. Et que dire lorsqu’il avait réalisé que le Trelawney avait dû le recoucher dans son lit suite à son malaise et sa bêtise ? Priceless. Il n’oublierait jamais l’expression de son visage. Pour l’heure, rien n’est aux enfantillages, même si les piques le sont très clairement quand tout tourne autour de ce qu’il s’est passé dans cette maison abandonnée. Doigts moulés autour du bois, il se rapproche, Nate, jusqu’à être à portée de son oreille, se faisant un peu plus provocant qu’il ne l’était, bien décidé à lui faire payer ses dires. Oui, il imite le ton condescendant et l’attitude fière du Rackharrow. Facilité, mais facilité qui énerve et rend fou.

A l’évocation de Quintus, la réaction est immédiate, violente. Le coup part, s’effondre contre l’arête du nez qui craque et le force à reculer aussi sec en grognant, le liquide rouge coulant déjà entre ses doigts. Relevant les yeux vers le mangemort furibond, Nathaniel ne s’attend pas à ce que la marque s’active et la brûlure qui le mord lui arrache un premier cri de surprise qu’il ne peut retenir. Sans attendre, il serre les dents pour qu’aucun autre son ne sorte mais la brûlure est si forte, cette fois, aussi forte qu’au premier jour qu’il ne peut que se remettre à hurler et se plier en deux, terminant sa course sur les genoux. Là où est sa place, n’est-ce pas ? Toutefois, ça ne suffit pas à apaiser la hargne. Avant qu’il n’ait le temps de dire ouf, c’est un coup de pied qui heurte son estomac, lui coupant le souffle et lui faisant cracher le sang qui s’écoule de son nez à l’intérieur de sa gorge. Souffle difficile et erratique à cause de la brûlure et de la douleur qui l’étreint, Nate voit ses paumes se poser contre le sol humide. A quatre pattes, il tente de reprendre contenance. « D… Drefer. ». Arrête, qu’il veut lui dire, mais il ne peut que grogner et poser fermement ses doigts contre la marque rougeoyante. Il ne suppliera pas, non. Larmes coulant belles et bien de ses yeux cette fois-ci, aussi bien de colère, que de tristesse et de souffrance, il s’efforce de tenir bon, la scène se superposant aux images qu’il garde en tête. A cette vision qu’il a eu, sauf que ce n’était pas Drefer en face mais Mererid. « Arrête… » qu’il parvient à grogner avant de se remettre à crier, ses paumes venant se coller à ses tempes. La douleur va le rendre fou en plus des images qui se mélangent dans sa tête. Pauvre crétin, tu ne vois donc pas que je tiens à toi ? A sa manière, oui, il tient à lui, continue de se raccrocher à un putain de vain espoir. « ARRÊTE ! » qu’il beugle alors. « Je suis désolé pour ce qu’elle t’a fait… ». Un nouveau cri s’évade et il se plie en deux, Nate, profitant de la proximité pour venir s’accrocher au bas de sa chemise. « Tu sais bien… Que je ne supplierai pas… ». Non, il ne le fera pas, mais ça ne l’empêche pas d’avoir mal, horriblement mal, et il ne s’agit pas que de douleur physique. Sans doute est-il réellement devenu, fou.      





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Mer 3 Jan - 9:20

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 269 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 25 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour les Mangemorts J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Siofra Meadowes, son cœur appartient toutefois à Caïn Goldstein mais ces choses-là ne se disent pas... Champ Libre : - possède un démon, un Eternel prénommé Nyssa et qui prend la forme d'une chauve-souris bleue aux dents longues (magie des Rackharrow).

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il ne réfléchit pas, ne réfléchit plus comme la colère le guide et l’aveugle. Nathaniel et lui avaient toujours su toucher les points sensibles l’un chez l’autre, c’était l’apanage de ces ennemis qui se connaissaient si bien que de se blesser avec autant de justesse. La plaie Quintus était encore bien vivace dans son cœur et dans son âme alors, bien entendu, il avait vu rouge presque aussitôt, invoquant Nyssa et cette marque qu’il avait apposée un jour tout contre ses côtes. Le voir tomber à ses genoux ne suffit même pas à le calmer, ça ne lui tire même pas un sourire narquois comme ça avait pu le faire auparavant ; il ne reste que l’ire qui lui vrille les tempes et qui menace de tout faire exploser… Il ne cesse pas pour autant, pas même quand il tombe à quatre pattes au sol, les traits tirés par la douleur. « D… Drefer. » Ca a le goût d’une supplique, ça y ressemble même, à en crever mais ce n’est pas assez pour calmer ses ardeurs. Pas cette fois. Il regarde le Trelawney qui se tord à ses pieds sans même le voir… « Arrête… » Il ne cille pas le bourreau, maintient sa pression sur la marque qui encre sa peau. Il pourrait bien le tuer là, juste là, sans même y penser, les dents serrées par la rage, les poings crispés de colère. Lui qui avait toujours pris soin d’épargner Nathaniel, quoiqu’il arrive, se retrouvait à deux doigts de craquer définitivement et de mettre un terme à des années de querelle incessante. « ARRÊTE ! » qu’il hurle, mais ce n’est pas assez, pas assez pour lui faire entendre raison. Pas cette fois. « Je suis désolé pour ce qu’elle t’a fait… » Il sert encore plus les dents, le brun, son regard terrible glissant sur ces doigts qui viennent s’accrocher au bas de sa chemise, comme une supplique silencieuse. Il ne voulait pas l’entendre parler de Mererid, surtout pas. Il ne voulait pas que Nathaniel lui rappelle une fois de plus à quel point le sort de sa sœur jumelle avait été des plus douloureux et ce, pour bien plus de raison qu’un simple Doloris. La douleur se réveille pourtant au creux de son estomac, faisant trembler ses doigts et sa résolution. « Tu sais bien… Que je ne supplierai pas… » Le bourreau gronde du bout des lèvres, le dévisageant avec soin mais rancœur malgré tout. Nathaniel a toujours su réveiller en lui des milliers de sentiments contradictoires et, une fois de plus, aujourd’hui ne fait pas exception… Il le maudirait presque, si seulement il avait la force de parler autrement que pour hurler… Il inspire profondément, cherchant à reprendre un semblant de contenance, un semblant de calme, si tant est que tout cela soit possible. « Tu le ferais si je le souhaitais vraiment… » C’était peut-être vrai, peut-être pas… Drefer savait se montrer très persuasif quand il le souhaitait et il ne doutait pas un seul instant d’être capable de le faire hurler de douleur au point qu’il ne finisse par le supplier encore et encore. D’un léger mouvement de la main, il intime à Nyssa de cesser et la douleur s’amoindrit progressivement, sans doute, pour le pauvre blond à ses genoux. Du bout du pied, il lui fait relever la tête en plaçant sa chaussure sous son menton. Il pourrait tout aussi bien l’achever là, à coups de bottes, mais il n’en fait rien, se contentant, une fois n’est pas coutume, de cette supériorité qu’il possède sur lui, encore une fois. « N’oublie pas où est ta place, Trelawney. » Il le repousse du bout du pied, histoire de bien lui rappeler qu’il n’est rien sans qu’il y consente… Ses prunelles glissent malgré elles sur ce corps à moitié dénudé et il détourne les yeux, les dents serrées et les sourcils froncés.



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
we keep coming back again ☾ DREFANIEL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ROSE-IVY ◊ Coming back as we are
» I'm coming back...To a man [Joseph]
» 'Cause this is my coming back ~ LIBRE
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers-
Sauter vers: