Partagez | 
GIDESMOND + Autour des lacs, c’est pour les vivants (express)

()
Parchemin envoyé Ven 11 Aoû - 1:22

avatar
avatar
profil
Je suis : Dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 20/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 390 hiboux. J’incarne : Torrance Coombs , et l’avatar que je porte a été créé par : © class whore . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.L. - P.L. - L.G. - Z.S. Je parle en : #663333



Je suis âgé de : trente cinq ans (02.01.56) , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Ambassadeur du Royaume-Uni Magique et Lieutenant des Mangemorts nouvellement nommé J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Veuf, Divorcé, Célibataire, il ne sait plus où est la norme dans les relations amoureuses, continuellement hanté par un fantôme. Champ Libre : Père d'Isolde Meadowes, veuf éploré de Lynn Meadowes et Tristan Meadowes (Femme et Fils)

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 





Autour des lacs, c’est pour les vivants
GIDEON PEVERELL & DESMOND MEADOWES

Les pas étaient pressés sur les routes qui menaient à ce manoir caché aux moldus par la magie. Ingénieux pour vivre en plein Londres sans se faire repérer. Les Meadowes avaient plutôt choisi la solution des maisons en ruine comme les sorts qui dissimulaient Poudlard. Cependant, le lieutenant n’avait pas le temps de s’attarder sur l’architecture ou la beauté des jardins du manoir Peverell. Les missives échangées avec le jeune patriarche lui laissaient cette dernière chance. Celle qu’il attendait avec les nouvelles informations de Siofra au sujet de Lynn. Si l’annonce avait été douloureuse pour lui, il avait cette envie nouvelle d’y croire. Et il devait le faire croire aux autres, personne chez lui ne le soutenait hormis sa sœur cadette. Un rêve éveillé comme disait sa mère, ou encore une bêtise d’adolescent comme le scandait Aoife. Une chimère comme lui avait dit Gideon dans leur échange. Il se fichait d’être l’imbécile heureux cette fois-ci. Il se fichait de tout ci cela pouvait être important, voire vital pour la survie de Lynn. Si tout ce qu’il savait été vrai, il la retrouverait et il devrait imaginer l’avenir sans elle peut-être. Il avait besoin de savoir, si ce nouveau patriarche lui redonnait sa main. Sans doute non, mais si sa mort s’avérait être fausse, leur mariage n’était en rien rompu, pas devant Merlin en tout cas. Il avançait dans l’allée, sa cape de voyage flottant dans son dos alors qu’il approchait du porche, les portent s’ouvraient sans qu’il n’ait à frapper. Un elfe sur l’entrée lui prit ses affaires pour les ranger et les sécher vu le temps de chien qu’il faisait dehors.

« Le maître vous attend dans le bureau. » Il n’accorde pas un regard à la créature avant de s’élancer dans les escaliers du manoir qu’il n’avait visité que quelques fois pour d’importants évènements de famille. Il avait tant de choses à dire à Gideon que cela pourrait en paraitre indécent pour sa femme. Mais il avançait l’air déterminé vers la porte à laquelle il avait frappé une fois pour demander à la main de Lynn. Et là il allait y demander de l’aide pour y croire encore plus. Pour qu’on croie avec lui que c’était possible. Si bien qu’il s’arrête un instant, seul avec le souffle de sa respiration. Il hésite. Arriverait-il à le convaincre cette fois. La dernière fois cela s’était terminé sur la conclusion qu’il devait penser à autre chose. Après un an et demi, il n’arrivait pas à tourner cette maudite page. Et c’est cette détermination qui le fait franchir le pas. Il frappe déterminé, quand la porte s’ouvre, il n’a qu’un mouvement de tête avant d’ajouter. « C’est toujours un plaisir de vous revoir Mr Peverell. » Bien que les circonstances aillent être fâcheuses, il tend sa main vers le nouveau patriarche, qui la serra sans doute en retour. Il prend place là où on lui propose une chaise en ajoutant, léger malgré la difficulté de commencer la conversation. « J’espère que le cliché d’Isolde trouvera sa place, je me suis contraint à ne pas la prendre avec moi aujourd’hui. La teneur de notre entretien étant sans doute trop compliquée. » Il se retint également d’ajouter qu’elle ressemblait bien trop à sa mère.




cursed story, cursed lovers

≈ i need time to win back your love again. but i don't want love again. also for you, i can to try and he will rise my love and my hope into the future, i just need time to love you


 

GIDESMOND + Autour des lacs, c’est pour les vivants (express)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Idée Scénario] bourre-pif autour d'un feu de camp
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Habitations-