Partagez | 
(Darryan) ☽ Falling into a world I can't control (FB -18)

()
Parchemin envoyé Sam 5 Aoû - 19:45

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 128 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Hishnack. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je serai fiancé d'ici peu. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Falling into a world I can't control
Darren & Valeryan
30 Novembre 1990

Il frappe à la porte de la maison sans douceur. Quelle heure peut-il bien être ? Valeryan n'en a plus la moindre idée. Il a tourné en rond dans ses appartements du manoir Grimstone pour ce qui lui a semblé une éternité. Père dormait à poings fermés, et il était seul avec ses pensées. Qu'est-ce qui a déclenché son angoisse, comment en est-il venu à se mettre dans de tels états ? Il ne s'en rappelle même plus, mais à présent impossible de faire marche arrière. Les idées sombres et les peurs longtemps enfouies se relayent pour le tourmenter, inlassablement. Il oscille entre la colère et des sentiments plus doux et plus vicieux, les regrets se mêlant savamment au reste. Ce dernier mois fut un enfer tel qu'il n'en a jamais connu, à des kilomètres de la vie tranquille qu'il menait autrefois. La trahison, l'abandon. Puis il a cédé, pour eux. Il ne se demande pas si le choix est le bon puisqu'il ne s'agissait pas vraiment d'un choix, la vie des siens étant dans la  balance. En revanche, il déteste cette sensation d'impuissance qui depuis ne l'a pas quitté. Forcé à plier l'échine, transformé en chien obéissant pour éviter le couperet à ceux qu'il aime. Il ne porte pas la marque pour autant, et il espère ne jamais devoir la porter, mais... Il sait bien qu'il n'aurait pas le luxe de refuser, si on le lui demandait. Quand on le lui demanderait. Ce n'est plus qu'une question de temps, à présent.

Autant de doutes et de contrariétés, auxquelles s'ajoute la peine d'avoir perdu Ekaterina, enfuie avec les rebelles. Et l'incompréhension de cette blessure si fraîche dans sa chaire. Cette trace de griffes à peine cicatrisée, qui lentement mais sûrement, le change en ce qu'il n'est pas. Cette pensée suffit pour le faire suffoquer. Comment est-ce possible ? Cela n'aurait jamais dû arriver, pas à lui. Pas à l'héritier des Grimstone, l'irréprochable... le médicomage. L'ironie de la chose ne lui échappe absolument pas, bien au contraire, elle ne fait que rajouter à l'amertume qui lui tord le ventre. D'autant qu'au final, il se doute que son état émotionnel est dû à la Pleine Lune approchante. Une prise de conscience qui ne rend pas pour autant la perte de contrôle plus facile à accepter... Après avoir frappé une seconde puis une troisième fois, la porte daigne enfin s'ouvrir. « Darren... Excuses-moi de débarquer ainsi, à une heure pareille... » s'exclame aussitôt le Grimstone. Il réalise soudain qu'il n'a aucune idée de ce qu'il pourrait bien raconter à son... ami de longue date ? Difficile de mettre des mots précis sur leur relation. Hors de question qu'il confie sa semi-lycanthranpie à Darren. Il croise les bras, jetant des regards nerveux d'un coté et de l'autre de la rue comme s'il avait des Détraqueurs aux trousses. Il est aisé de deviner que quelque chose cloche chez lui. Le Valeryan habituel, calme et mesuré, est à des lieux de celui qui se tient devant la porte. Enfin, il lâche à contre-coeur : « Je ne savais pas à qui parler. » Sûrement Darren pourrait-il comprendre. La découverte qu'Ekaterina Flamel est l'un des leaders de l'Ordre du Phénix n'est un secret pour personne, et ce fait seul suffirait à le mettre en déroute. Sa jumelle l'a littéralement abandonné pour ses vains idéaux. En revanche, qu'il vienne chercher autre chose qu'une discussion intellectuelle chez Darren, révèle presque du miracle. Il essuie d'une main hâtive la sueur qui commence à coller ses cheveux à son front, et pose des yeux fuyants sur le Mulciber.

©️ FRIMELDA



hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Dim 6 Aoû - 0:11

avatar
avatar
profil
Je suis : Ectra , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Charlie Hunnam , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même parce que j'aime parler de moi à la troisième personne. Je parle en : #FDCA6F



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Inventeur de sortilèges et Chercheur au Département des Mystères. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : j'ai rien à confesser. Ma vie privée ne vous regarde pas. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Falling into a world I can"t control.
Ft. Valeryan Grimstone


« Tu dors pas? » - Je levais la tête et m’assommais avec la grosse lampe qui planait au dessus. J'avais oublié qu'elle était là celle-la. Etre sorcier et avoir été élevé dans le monde moldu avait quelque chose de compliqué. Concilier les deux mondes était une tâche à plein temps que je faisais malgré tout naturellement. Jusqu'à faire planer une lampe halogène au dessus du bureau. Sur le bureau s'entassaient parchemins et ingrédients, un vrai bordel sans le moindre sens. Enfin pour les autres peut-être.

Je travaillais sur quelque chose de nouveau mais n'en était qu'au balbutiement de l'idée. Trop jeune pour essayer quoi que ce soit et pourtant la marque noire sur mon visage criait mon imprudence. Associer des ingrédients faisait parti du travail d'invention. C'était qu'une question de dosage... - Qu'est-ce que tu fais debout à cette heure-ci toi? C'est déjà... - Je jetais un œil à la petite horloge improbable qui ornait l'un des murs. - Trois he... Trois heures?!

Jacob s'était épaulé à la structure de l'escalier en bois, l'air endormi mais surtout exaspéré. Je faisais mine de l'ignorer en fouillant le fourbi du bureau et lorsque je ne le voyais pas bouger, je revenais à lui. - Retourne au lit, tu t'endors debout là. - Son soupir ne passait pas inaperçu et je soupirais à mon tour. - Je vais monter. - Et le voilà qui gravissait les quelques marches pendant que je continuais de fouiller.

« ...ren, ça tape à la porte. » - Je levais la tête vers l'escaliers. - « Ça retape. » - Je cherchais ma baguette du regard, faute de pouvoir la mettre à sa place habituelle avec le débardeur blanc, enfin plus vraiment, que je portais et lorsque je la trouvais, je la prenais et montais. D'une main ferme j'attrapais l'épaule de Jacob pour l'écarter du chemin et traversais le couloir vers la porte. De nouveaux coups.

Si ça avait été autre chose, ils n'auraient pas pris la peine de frapper. Baguette néanmoins en main mais camouflée, j'ouvrais la porte. Mon regard se posait alors sur les traits tirés d'un Valeryan visiblement épuisé et perturbé. - « Darren... Excuses-moi de débarquer ainsi, à une heure pareille... » - Dans mon dos, je sentais le regard de Jacob, planqué derrière un mur mais trop curieux pour ne pas tendre le cou pour regarder. - « Je ne savais pas à qui parler. »

A son regard j'aurais presque cru qu'il était suivi et dans le doute je le faisais entrer sans attendre. - Je viens à peine de voir l'heure, alors tu sais... - Les joies de la vie d'inventeur... Ou juste la mienne en fait. Je passais une main dans mes cheveux pour les tirer en arrière et dégager mes yeux et mon front avant de voir Jacob. - Tout va bien, Jake. Remontes.

Jacob se montrait le temps de gagner les escaliers et lorsque j'entendais le plancher de l'étage craquer, je me retournais vers Val, toujours planté là. - T'as pas l'air dans ton assiette. - Oui, on pouvait pas faire plus évident. C'était pas ce soir qu'on allait débattre de quoi que ce soit. Quelque chose d'autre se passait dans sa tête. - Un verre? - Je nous guidais jusqu'à la cuisine et fermais les portes d'un geste de la baguette avant de la poser sur l’îlot pour prendre deux verres et une bouteille déjà entamée. - Qu'est-ce qui se passe?
Parchemin envoyé Lun 7 Aoû - 9:38

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 128 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Hishnack. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je serai fiancé d'ici peu. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Falling into a world I can't control
Darren & Valeryan
Il entre presque avec précipitation, soulagé que Darren ne lui claque pas tout simplement la porte au nez. En vérité, il aurait très bien compris que celui-ci refuse de l'accueillir. Son propre comportement l'afflige et sans doute doit-il paraître un peu alcoolisé aux yeux de n'importe qui, réalise-t-il tardivement. Pourtant, il n'a pas pris une goutte de boisson, pas comme certains soirs où Soren et lui se laissaient aller à profiter d'une vieille bouteille de feu liquide. « Je viens à peine de voir l'heure, alors tu sais... » Sourire nerveux, il a toujours les bras croisés et se tient dans l'entrée sans vraiment savoir quoi faire. « Merci », lâche-t-il dans un souffle. Mais que fait-il là, par Merlin ? Il regrette soudain son choix pris sur un coup de tête, tenté pour quelques secondes de faire machine arrière, mais partir si vite serait sans doute encore plus indécent que de rester, maintenant que le sang-mêlé l'a accepté chez lui. Le regard du médicomage est fixé sur son vieil ami, si bien qu'il ne remarque même pas la présence de Jacob avant que Darren ne la souligne. « Tout va bien, Jake. Remontes. » C'est à peine si le Grimstone jette un coup d’œil par dessus son épaule au cadet, trop embarrassé d'être vu dans une situation pareille. Non qu'il se méfie du frère de Darren, mais il ne le connaît guère, et se montrer dans cet état... Il n'a aucune envie que la rumeur court qu'on l'a vue ainsi, en plus à une telle heure et chez un impur.

Mais il ne pipe pas un mot, les yeux baissés et l'air un poil renfrogné. « T'as pas l'air dans ton assiette. » Un bel euphémisme. « Un verre ? » Il acquiesce sèchement. Il pourrait bien en avoir l'utilité, en effet, qu'importe à quel point l'idée n'est peut-être pas la plus avisée - surtout avec ces émotions qui bouillonnent sous la surface, prêtes à s'épancher à la moindre occasion. Mais il suit Darren en silence jusqu'à la cuisine, un léger poids quittant ses épaules quand la porte coulissante se referme derrière eux. Il se détend juste assez pour reprendre une grande respiration, et vient s'adosser à l'îlot près de l'inventeur. « Qu'est-ce qui se passe ? » Il se mord la lèvre, cherchant à mettre assez d'ordre dans sa tête pour répondre à cette question d'apparence si simple. Descendant une première gorgée du verre que lui tend Darren, le médicomage ferme les yeux pour mieux en savourer la chaleur. « Tout m'échappe, voilà ce qu'il se passe. Tout explose en morceaux que je n'arrive pas à retenir, et... » Il se coupe, les lèvres entrouvertes et les sourcils froncés. Comment définir ce qui lui tord le ventre, ce qui l'empêche de dormir la nuit ? « Toujours aucune trace d'Ekaterina. » Un rire sec lui échappe. Il n'ose pas regarder Darren, honteux de parler ainsi de choses qui ne regardent que lui. « Je ne sais pas si je la déteste. Je veux la détester. » La mâchoire serrée, il inspire difficilement, la colère prenant soudain le pas sur le reste. Ses doigts se serrent autour du verre et avant que celui-ci ne cède sous la pression, il réalise soudainement ce qu'il est en train de faire. Il en descend le contenu cul sec puis le repose sur le comptoir, comme pour s'en débarrasser. Les mains posées sur le bord du meuble, il souffle comme pour évacuer cette rage insensée, rendue démesurée par la malédiction qui l'a frappé. Si elle prend racine dans de véritables raisons, elle n'en est que plus dangereuse, et Valeryan en a douloureusement conscience. Il tourne enfin ses billes sur Darren, s'attendant bêtement à voir la peur sur le visage du sang-mêlé - ridicule, puisqu'il n'y a ni griffes à ses doigts ni canines sortant de sa bouche. Non, tout est dans sa tête ; et quand il laisse son regard traîner sur la silhouette de l'hôte, ce n'est plus tout à fait la même colère qui l’étreint. Il comprend soudainement que Darren était en train de travailler sur ses recherches, à la vue de ce débardeur tâché. Par Merlin, pourquoi n'a-t-il jamais prêté plus attention aux muscles qui se dessinent sous la peau du sorcier ? Sans doute a-t-il mentionné son étrange sport de moldu, l'inventeur, mais Valeryan n'y a pas vraiment prêté l'oreille. Il réalise soudain qu'il le fixe depuis trop longtemps pour être correct, et se détourne en fronçant à nouveau les sourcils. Il n'a jamais vraiment été attiré par les hommes, alors pourquoi cette brûlure au ventre qu'il reconnaît sans peine ? Secouant la tête dans une vaine tentative pour s'en débarrasser, il finit par décider de mettre cela sur le compte de la malédiction. Peut-être devrait-il partir aussi rapidement que possible, s'il ne veut pas céder à des envies qui ne sont définitivement pas les siennes.

© FRIMELDA



hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Mar 8 Aoû - 0:24

avatar
avatar
profil
Je suis : Ectra , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Charlie Hunnam , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même parce que j'aime parler de moi à la troisième personne. Je parle en : #FDCA6F



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Inventeur de sortilèges et Chercheur au Département des Mystères. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : j'ai rien à confesser. Ma vie privée ne vous regarde pas. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Falling into a world I can"t control.
Ft. Valeryan Grimstone


Je trempais les lèvres dans mon verre en m'appuyant au plan de travail face à lui alors qu'il en ingurgitait toute une gorgée, mais je ne disais rien. Un discret sourire au mieux. Ce n'était pas drôle, pas amusant. J'avais déjà vu Val dans des états similaires... presque à chaque fois qu'on se voyait pour discuter à vrai dire. Il en ressortait la frustration et la peur quotidienne d'être découvert. Mais là c'était différent. Plus profond, c'était évident. - « Tout m'échappe, voilà ce qu'il se passe. Tout explose en morceaux que je n'arrive pas à retenir, et... » - Je le regardais sans rien dire. Je ne comptais pas l'interrompre. - « Toujours aucune trace d'Ekaterina. » - Et tant mieux. Pas de nouvelles, bonnes nouvelles, mais là encore je gardais le silence. - « Je ne sais pas si je la déteste. Je veux la détester. »

Je n'avais pas pu rater les jointures blanches et le regard vide avant qu'il ne prenne conscience de ce qu'il faisait.Val n'était pas impossible à décrypter, à force de discuter j'en avais compris certains rouages et même si dernièrement quelque chose avait changé, je parvenais encore à le comprendre. Il vidait son verre alors que je prenais une petite gorgée du mien et s'en débarrassait. Je posais le mien pendant qu'il était dans ses pensées et réapprovisionnais le sien l'air de rien. Il pouvait le casser si ça lui faisait plaisir, si ça le détendait, c'était déjà ça de pris.

Finalement je récupérais le mien et tournais la tête pour lui au moment où il me regardait et le voyais détourner le regard. Et bêtement, j’enchaînais. - Je bossais, désolé pour ma tenue. - Débardeur sale, survêtement usé mais bizarrement relativement propre, pieds nus pour couronner le tout. D'un autre côté c'était lui le visiteur impromptu, alors habillé, en sale état ou nu, il avait ce qu'il avait. Je m'adossais à l’îlot, tout comme lui, et poussais le verre rempli à nouveau du coude sans vraiment regarder. Mon regard se perdait un instant dans mon verre. - Tu la détestes pas. - Je soupirais. Lui et elle, c'était différent de Jake et moi. Pourtant certaines choses, malgré le temps, les actions et la magie, ne changeaient pas.

Je me doute que ce serait plus simple de la détester... - Je tournais la tête vers lui. - Mais peu importe ce qu'elle fait, ce qu'elle devient, elle reste ta sœur. Ta jumelle. - On ne brise pas un lien pareil. Enfin, pas à mon sens. Peut-être avais-je tort. Peut-être pas. Naïveté ou vérité. Le temps le dirait.

J'attrapais le verre qu'il n'avait pas encore repris et le lui donnais. - Respires. Bois. - Je passais ma main dans son dos et tapotais comme un ami le ferait. Après tout... - C'est tard, mais pas assez tard. - D'autant que de toute façon, moi je pensais encore quelques minutes plus tôt qu'il était encore tôt, alors j'étais pas pressé.
Parchemin envoyé Lun 11 Sep - 22:24

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 128 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Hishnack. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je serai fiancé d'ici peu. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Falling into a world I can't control
Darren & Valeryan
Une douce et familière chaleur commence à l'envahir. Ses doigts, encore crispés sur le comptoir, se détendent lentement mais sûrement. « Je bossais, désolé pour ma tenue. » Les yeux fixés sur ses propres mains, il n'ose toujours pas regarder Darren à nouveau et se contente de hausser les épaules en réponse à ses excuses. Quel reproche y aurait-il à faire, quand il est celui qui s'invite, qui frappe sans crier gare à sa porte en pleine nuit ? Ce n'est pas parce qu'il est presque toujours tiré à quatre épingles, que tout le monde doit l'être - hormis ses frères et sœurs, bien entendu. Le bruit du verre glissant sur le plan de travail attire l’œil du médicomage, pourtant il n'y touche pas. Serait-il en train de devenir son père ? « Tu la détestes pas. » Il jette un coup d’œil hésitant à Darren, mais ces pensées qui l'ont assailli une première fois reviennent à la charge et il lâche un grognement sourd. Sans doute l'inventeur s'imaginerait-il que Valeryan proteste contre son affirmation, quant en vérité le son quitte ses lèvres sans qu'il ne le contrôle vraiment. L'angoisse, la frustration, la contrariété de ne pas comprendre ni maîtriser la situation. Tout cherche à s'exprimer, mais se heurte aux barrières derrière lesquelles il aime tant se cacher. « Je me doute que ce serait plus simple de la détester... » Oh oui. Infiniment plus simple. « Mais peu importe ce qu'elle fait, ce qu'elle devient, elle reste ta sœur. Ta jumelle. » Les mots le touchent plus que de mesure, une boule se formant dans sa gorge. Non. C'est une traîtresse, une fanatique qui a failli envoyer la famille entière à Azkaban. Il ne peut pas continuer à la regretter, quand la vie d'autres êtres chers est en jeu. Il jette un nouveau regard en biais à Darren en déglutissant. Mais que fait-il là, par Merlin ? Il devrait être couché, ou en train de travailler sur un remède pour Mère. Pas en train de discuter de ses malheurs avec un sang-mêlé à qui il en a déjà beaucoup trop dit.

Il hésite face à ce verre, rempli, qu'on lui tend. La tentation est forte de s'enivrer plus. Sans doute les muscles douloureux de sa nuque trouveraient-ils un peu de répit, s'il se laissait aller à boire encore ? « Respires. Bois. » Les mots auraient suffi à le décider, mais le geste de l'inventeur le font se tendre comme jamais. Il sent la chaleur de sa paume à travers sa chemise avec une acuité dérangeante. L'effet de la boisson ? Ses nouveaux sens, qu'il ne maîtrise absolument pas et lui jouent parfois ce genre de tour ? « C'est tard, mais pas assez tard. » Enfin, ses doigts se referment autour du verre tendu et le portent à ses lèvres. Il en boit une première gorgée, hésite, et finalement en avale le reste cul sec. Il grimace en sentant la brûlure du liquide, reposant le verre dans un claquement sec. « Certains disent que trouver du réconfort dans l'alcool est réservé aux idiots », grogne-t-il. « La vérité, c'est que seuls les idiots n'y touchent pas. » Les mots n'ont aucun sens ; il sort cette pseudo vérité avec un rire sarcastique, comme s'il venait de dire la meilleure des blagues. Psychologie de comptoir fournie à domicile. « Je suis désolé, je dois être de la pire compagnie qui soit. » Il pose son coude sur le comptoir, appuyant son front contre sa paume. Soudain, c'est l'odeur de l'homme qui se décuple à ses sens ; il bondit pratiquement, s'éloignant d'un mètre de lui. Mais ce n'est pas suffisant pour que son odorat cesse de lui envoyer cette information en boucle. Il le sent comme si sa peau était juste à quelques centimètres, et son épiderme se hérisse, l'envie s'éveillant malgré lui. Soudain, une pensée lui traverse l'esprit. Et si... Mais pourquoi l'inventeur aurait-il fait une telle chose ? Trop tard : le doute s'est insinué et à présent il ne peut retenir sa langue, ne réalisant même pas ce que ses paroles sous-entendent. « Par Merlin, Darren... T'as mis de l'amortentia dans mon verre ! » s'écrie-t-il, sincèrement scandalisé à l'idée qu'on veuille se jouer de lui ainsi.

© FRIMELDA



hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Mer 13 Sep - 16:36

avatar
avatar
profil
Je suis : Ectra , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Charlie Hunnam , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même parce que j'aime parler de moi à la troisième personne. Je parle en : #FDCA6F



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Inventeur de sortilèges et Chercheur au Département des Mystères. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : j'ai rien à confesser. Ma vie privée ne vous regarde pas. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Falling into a world I can"t control.
Ft. Valeryan Grimstone


Il finissait par prendre le verre et je retirais ma main de son dos, satisfait de voir ses lèvres revenir à la chaleur du liquide. J'aurais plutôt dit que le réconfort venait ici de nous-même, que l'alcool n'était que secondaire... Mais pourquoi le contre-dire ou relancer le débat? Ce n'était pas important. Ce n'était pas l'important. - « Je suis désolé, je dois être de la pire compagnie qui soit. » - J'ai reçu bien pire, rassures-toi. - La visite de Mangemorts, en général, se passe bien différemment et l'espace de quelques trop longues minutes, ma maison devient un frigo qui ne semble même plus m'appartenir. Oh comme j'aimerais pouvoir m'affirmer dans ces moments-là... Outre la nécessité de protéger Jake, il y a aussi ma fierté personnelle. Ils pouvaient bien penser ce qu'ils voulaient, je demeurais un homme. Un sorcier à part entière. Libre. Ou qui aurait dû l'être. Pas un esclave. Pas un être inférieur ou une chose qu'on peut utiliser et jeter. Et pourtant...

Je mettais fin à ces réflexions silencieuses lorsque Val bondissait, comme si j'avais voulu l'assassiner, et je lisais parfaitement son regard sans le comprendre. - « Par Merlin, Darren... T'as mis de l'amortentia dans mon verre ! » - Pardon? - Je posais mon regard sur son verre, le mien et arquais un sourcil. - Et gâcher un scotch pareil? Certainement pas. - Je portais mon verre à mes narines pour le humer, chose que j'avais déjà faites de toute façon, mais n'y sentais pas le moindre parfum qui aurait pu signaler la présence d'autre chose que le liquide ambré. Rien. Je levais mon regard sur lui, les sourcils froncés cette fois, et baissais légèrement mon verre. - Que se passe-t-il? Tu as oublié l'effet de l'alcool sur le corps humain? - Avais-je lâché en souriant, taquin.

Je m'adossais à nouveau au plan de travail, faisant tourner le scotch dans mon verre, l'air distrait. - Si tu as chaud, mets toi plus à l'aise, c'est tout. T'es pas au Ministère. - Après tout, moi-même j'avais un coup de chaud, mais moi j'avais déjà peu de vêtement sur le dos. - C'est assez vexant cela dit, mais si ça peut te rassurer d'une quelconque façon, tu sais où sont les autres bouteilles. - Avais-je dis sans un regard avant de vider mon verre d'un trait. Si j'avais fais ça, je n'aurais sûrement pas empoisonné toutes les bouteilles de la maison. Si?
Parchemin envoyé Mar 26 Sep - 20:59

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 128 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Hishnack. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je serai fiancé d'ici peu. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Falling into a world I can't control
Darren & Valeryan
La réaction offusquée du Mulciber ne se fait pas attendre. « Pardon ? » Valeryan continue de le fixer d'un regard accusateur, les poings légèrement serrés par une colère bien différente de celle qui l'animait en passant cette porte. « Et gâcher un scotch pareil ? Certainement pas. » Si les mots ne suffisent pas à faire disparaître le doute, le médicomage se détend légèrement. Pourquoi Darren aurait-il fait une telle chose ? C'est absurde. Ce sont ses sens qui doivent lui jouer des tours. Il observe en silence le manège de l'inventeur, qui semble vérifier que l'alcool n'a pas été empoisonné à leur insu à tous les deux. Son froncement de sourcil fait réaliser au Grimstone à quel point il doit être ridicule, à s'imaginer de telles choses. Il n'a visiblement pas fini de se donner en spectacle, ce soir. « Que se passe-t-il ? Tu as oublié l'effet de l'alcool sur le corps humain ? » Il baisse la tête en pinçant les lèvres, prenant ce qui n'est qu'une pique amicale comme un désagréable rappel qu'il n'a pas les idées claires. Qu'il n'est qu'un idiot ces temps-ci, à enchaîner les comportements grotesques comme celui-ci. « Si tu as chaud, mets toi plus à l'aise, c'est tout. T'es pas au Ministère. » Les yeux du sorcier se relèvent, avec un haussement des sourcils. Quelle idée ! Il n'a rien sous sa chemise, comment pourrait-il se mettre plus à l'aise ? D'autre part, il n'a pas trop chaud - il est parfaitement à son aise, même. Avec un raclement de gorge, il tente de se retrouver contenance et se rapproche avec hésitation du plan de travail où il a laissé son verre, certes vide. Le mouvement lui fait légèrement tourner la tête, l'alcool commençant à faire son effet. « C'est assez vexant cela dit, mais si ça peut te rassurer d'une quelconque façon, tu sais où sont les autres bouteilles. » Il suit du coin de l’œil le geste de Darren, constatant en effet à quel point sa théorie n'a pas de sens. Pourtant, l'odeur de sa peau lui paraît toujours aussi enivrante, presque suffocante. Il n'y a jamais vraiment prêté attention - pas plus qu'à l'odeur de quelqu'un d'autre, d'autant qu'il n'avait jusqu'à présent subi les conséquences de la malédiction que de façon aléatoire... et jamais de cette manière. L'esprit se fait de plus en plus confus, alors qu'il tourne un regard hésitant sur Darren. L'ami n'est soudain plus tout à fait un ami ; il résiste à cette envie anormale, qui le pousse à se rapprocher encore. Par Merlin, pourquoi ? Son corps se moque de lui, sa tête aussi. Avant qu'il n'ait le temps de se rendre compte de son geste, il s'approche assez pour que ses doigts se referment sur le t-shirt de Darren et attire ses lèvres contre les siennes. Le contact est bref mais suffit à calmer, un tant soit peu, le feu dont il souffre presque. Les yeux ouverts d'étonnement, il fronce les sourcils et recule d'un pas légèrement chancelant. Les premiers mots qui lui viennent sont à nouveau accusateurs, car avant toute chose il s'empresse de trouver une raison acceptable à son geste. « Tu vois ! Il y avait quelque chose dans mon verre ! » L'expression de Darren est clairement moqueuse, son sourire ruinant aussitôt l'excuse grotesque que le Grimstone utilise. « Il n'y avait rien de plus que du scotch. Ça c'était tout toi. » Fronçant les sourcils de contrariété, il le saisit de nouveau de la même manière comme dans l'espoir de taire cette vérité bien trop dérangeante. La chaleur de son corps proche du sien finit de lui faire perdre tout contrôle, ses lèvres s'écrasant presque sur celles du sorcier. Seul le plan de travail dans le dos du Mulciber les empêche de perdre l'équilibre, Valeryan ayant laissé toute douceur de coté en perdant la maîtrise de lui-même. La tête lui tourne, ses sens paniqués par les informations contradictoires qui l'assaillent. Une voix en particulier, tente de lui rappeler que sa réputation est en jeu, mais il est incapable de l'écouter. L'instinct, auquel il a pourtant pris l'habitude de toujours se refuser, est aujourd'hui celui qui le fait plier. Et Merlin sait qu'un Grimstone ne plie pas.
©️ FRIMELDA



hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Mer 27 Sep - 17:57

avatar
avatar
profil
Je suis : Ectra , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Charlie Hunnam , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même parce que j'aime parler de moi à la troisième personne. Je parle en : #FDCA6F



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Inventeur de sortilèges et Chercheur au Département des Mystères. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : j'ai rien à confesser. Ma vie privée ne vous regarde pas. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Falling into a world I can"t control.
Ft. Valeryan Grimstone


Un silence, forcément, s'était imposé. Et je ne comptais pas le briser. Je ne voulais pas non plus le mettre dehors pour si peu, mais j'étais en droit de réagir de la sorte, d'autant que j'étais bien loin de savoir ce qui se passait dans sa tête, lui toujours aussi expressif qu'un mur. Et puis comme ça, venu de nulle part, je le voyais se rapprocher. Je n'avais pas bien le temps de réagir qu'il saisissait mon col fermement et forçait ses lèvres contre les miennes l'espace d'une seconde avant de me repousser en se détachant, comme si j'étais celui qui était venu à lui. - « Tu vois ! Il y avait quelque chose dans mon verre ! »

Je le fixais, juste quelques secondes, le temps de rassembler mes esprits. Pas en colère, pas choqué, mais il me surprenait, clairement. Il y a bien des choses que j'aurais pu dire à la suite de ça, que j'aurais pu faire également, mais le retour de l'idée de la drogue me faisait sourire, un sourire entre mauvais et moqueur. - Il n'y avait rien de plus que du scotch. Ça c'était tout toi. - Je n'avais rien mis, rien fais pour le forcer à quoi que ce soit. Et quoi que je comprenais pas bien d'où tout ça venait, le résultat était bien là: il était en pleine possession de ses moyens, il avait lui-même fais ce choix. Je n'étais pas responsable.

Pas plus responsable que cette fois encore où il saisissait mon col, de la même façon, peut-être plus vigoureusement et alors que je pensais qu'il allait frapper ou hurler, ses lèvres à nouveau venaient s'écraser contre les miennes, sans douceur ni patience, comme une pulsion impossible et douloureuse. La chose pour laquelle en revanche j'étais responsable c'était bien celle-ci: je le lui rendais. Plus choqué, plus surpris. J'entreprenais cet échange et le saisissais à la nuque, pressant son visage contre le mien, sentant son corps glisser contre mon corps.

Ma main glissais de sa nuque à son cou et je le forçais à reculer sans quitter ses lèvres, les embrassant aussi sauvagement qu'il pouvait le faire avant de le plaquer à son tour contre le plan de travail. Mon verre glissait dangereusement vers le bord mais je l'ignorais totalement. Ma main gauche rejoignait sa sœur et elles s'activaient pour déboutonner sa chemise, ou plutôt arracher les boutons serait plus véridique car au moins deux sautaient avec force et une fois son torse révélé je passais mes mains dans son dos, pressant mon corps contre le sien, le repoussant par à-coups à chaque fois qu'il tentait de me pousser dans l'autre sens, mes oreilles ne pouvant ignorer désormais les verres et la bouteille qui sautillaient sur l’îlot à chaque fois. Mais là encore, mon attention était focalisée sur bien autre chose.

J'en venais à mordiller sa lèvre inférieure entre deux respirations, ralentissant légèrement les choses, reprenant mon souffle, mes mains toujours sur sa peau. Je l'embrassais et mes lèvres l'occupaient en descendant le long de sa gorge alors que sans prévenir, l'une de mes mains s'enfonçait dans son pantalon, directement au point chaud, sans une once d'hésitation. Rien que pour pouvoir sentir ce frisson remonter sur sa peau.
Parchemin envoyé Mer 4 Oct - 23:41

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 128 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Hishnack. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je serai fiancé d'ici peu. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Falling into a world I can't control
Darren & Valeryan
Que dirait son père, s'il savait ce qu'il est en train de faire ? Sans doute le tuerait-il, ou au moins le renierait-il. Peut-être Valeryan se fait-il des idées, cependant, en pensant que Søren réagirait avec tant de violence. Pour autant, la peur commence déjà à s’immiscer dans ses gestes qui se font hésitants. Mais Darren le lui rend bien, avec une force qui fait grandir le feu le consumant. D'où vient le désir, incontrôlable et soudain ? Darren pourrait s'imaginer qu'il est maître de lui-même autant qu'il veut. Valeryan sait que ce n'est pas le cas, pas totalement du moins ; l'alcool ne suffirait pas à le faire perdre le contrôle de la sorte, mais l'alcool additionné à la malédiction de la Lune ?

Il n'y pense déjà plus, à ces questions, quand Darren le repousse jusqu'à ce qu'il sente à son tour l'îlot contre son dos. Il ne sait trop que faire de ses dix doigts, trop confus et emporté dans ce baiser sans douceur. La tête lui tourne légèrement et ses sens se mettent à lui envoyer des messages contradictoires. L'espace d'un instant, il perçoit le battement du cœur de Darren, puis le son s'éteint. Est-ce le fruit de son imagination ? Il croit devenir fou quand les doigts du sorcier se mettent à le déshabiller, chaque frôlement sur sa peau lui arrachant frisson après frisson. Le rouge lui est déjà monté aux joues, à cause de la boisson mais aussi parce qu'il a en partie conscience de ce qu'il est en train de faire. Il tente plusieurs fois de le repousser, de reprendre le dessus pour au moins mener la danse, à défaut de pouvoir contenir ses pulsions. Le son des boutons ricochant sur le sol ne le fait pas tiquer, ni même celui des verres et de la bouteille qui s'agitent au rythme de leur étreinte. Quand il parvient enfin à réagir, ses mains empoignent le t-shirt tâché de Darren et le lui retirent d'un geste presque rageur.

Il avait connu plus d'une femme, le Grimstone, et il aurait sans doute même pu se vanter d'être doué pour faire parler leur corps. Mais un homme... Il est perdu, quand il ose ouvrir les yeux un peu plus grands et voir ce qu'il est en train de faire. L'envie lutte avec la peur, jusqu'à ce qu'un nœud se forme au creux de son ventre. Les lèvres de Darren, sur les siennes puis sur sa gorge, le font perdre un peu plus pied. Pourtant, il parvient enfin à souffler une maigre protestation. « Ce n'est pas... pas une bonne idée... » Le geste de Darren le prend de court, et il laisse s'échapper un soupire de surprise et de plaisir mêlés. Ses bonnes paroles meurent sur ses lèvres, alors qu'il se retient de se frotter contre cette main chaude et envahissante, son impatience se manifestant par son corps qui vient se presser avec insistante contre celui du sorcier. Il glisse un bras derrière sa nuque, plantant presque ses ongles dans la peau de son épaule pour l'attirer à lui un peu plus. L'autre main, hésitante, tente de défaire la ceinture de Darren. Mais les doigts tremblent face à ce geste qu'il n'a encore jamais fait, et il doit s'y reprendre à plusieurs fois avant d'arriver à faire tomber l'objet au sol.

©️ FRIMELDA



hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Jeu 5 Oct - 1:14

avatar
avatar
profil
Je suis : Ectra , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Charlie Hunnam , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même parce que j'aime parler de moi à la troisième personne. Je parle en : #FDCA6F



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Inventeur de sortilèges et Chercheur au Département des Mystères. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : j'ai rien à confesser. Ma vie privée ne vous regarde pas. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Falling into a world I can"t control.
Ft. Valeryan Grimstone


« Ce n'est pas... pas une bonne idée... » - Je sentais chaque sursaut, chaque raidissement. Je sentais chaque frisson qui courrait sur sa peau. Je le sentais grandir dans ma main, mouvements entravés par un pantalon trop serré. Je continuais d'embrasser son cou, incapable de descendre plus bas à cause de mon bras tendu. Je sentais sa main s'affairer à ma ceinture, l'autre occupée à s'enfoncer dans mon épaule, et me redressais le temps qu'il finisse. Je libérais sa nuque pour que ma main libre aille le débarrasser de sa ceinture avec, soyons honnêtes, un beaucoup plus de dextérité.

Le temps qu'il réussisse à faire tomber ma ceinture par terre, j'avais réussi à défaire la sienne et à déboutonner son pantalon. Avec simplement deux doigts. On mettrait ça sur le coup de l'expérience mais j'utilisais cependant mes deux mains pour baisser son pantalon qui tombait à ses chevilles, emportant son caleçon noir par la même occasion, m'offrant la vision de ce que je tenais dans ma main quelques secondes plus tôt. La ceinture au sol, il n'a plus qu'à déboutonner ce qui reste et mon pantalon glisse le long de mes jambes.

Pas de caleçon pour moi, ni rien d'autre d'ailleurs. Je colle mon corps totalement nu au sien  et l'embrasse à nouveau, me frottant à lui doucement, sentant la chaleur brûlante contre ma peau, l'une de mes mains glissant sur sa cuisse alors que l'autre avait regagné sa nuque pour glisser mes doigts dans ses cheveux. Cheveux que j'empoignais pour tirer sa tête en arrière. Mes lèvres descendaient à nouveau sur sa gorge, longeant sa peau. Mes mains se synchronisaient sur ses hanches, les doigts posées sur ses fesses alors que ma langue glissait sur l'un de ses tétons.

J'embrassais son ventre, descendant encore en fléchissant les jambes, mes mains glissant sur l'arrière de ses cuisses et la gauche quittait son poste pour saisir ce qui s'offrait à moi, effectuer quelques vas-et-viens. S'il doutait, s'il avait des hésitations, c'était trop tard. Oh certes, il n'était jamais trop tard et s'il m'avait sérieusement repoussé, j'aurais respecté son geste mais la résistance qu'il démontrait était ridiculement faible. Douter? Il ne doutait pas, son corps parlait pour lui et je le verrouillais sur place en le piégeant entre mes lèvres, sentant sur ma langue le corps brûlant d'un désir que je partageais. Que j'attisais d'avant en arrière, mes mains allant et venant de haut en bas, de ses cuisses à ses fesses, un genoux à terre, les jambes coincées dans un entrelacement désagréable de tissus encore à mes chevilles.

Je me montrais énergique, actif. Je savais que c'était sa première fois et je ne voulais pas le brusquer mais je répondais à son animalité par la même vigueur. La même animalité. Mais deux hommes au caractère bien affirmé... C'était une alchimie qui ne pouvait pas vraiment tourner autrement et si j'avais fais le choix de me mettre à genoux pour lui montrer la marche à suivre, je ne comptais pas rester là toute la nuit. Même si je ne forçais pas. Même si j'appréciais la sensation et chaque sursaut de son corps.
Je me redressais, mes lèvres embrassant le bas de son ventre avant de directement sauter à ses lèvres à lui. Un sourire joueur barrait mon visage. - Toujours contre l'Amortentia? - J'en avais réellement pas mis, je jouais juste un peu avec lui. Ça ne ferait plus aucune différence de toute façon. Il était trop tard pour faire demi-tour et lui comme moi semblions lancés pour ne même pas y songer.
Parchemin envoyé Dim 15 Oct - 23:15

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 128 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Hishnack. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je serai fiancé d'ici peu. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Falling into a world I can't control
Darren & Valeryan
Il est plus habile, inutile d'en douter. Serait-il un habitué de ce genre d'écarts ? Valeryan ne peut s'empêcher d'y penser, de se demander si la chose est coutumière pour le Mulciber. Qu'est-ce que cela changerait ? Darren n'a pas cherché à le séduire, il s'en serait rendu compte depuis longtemps. Alors quelle importance, qu'il ait déjà connu d'autres hommes ? Les impurs peuvent sans doute se permettre des mœurs dont sa famille l'a toujours éloigné.

Lorsque la dernière barrière de tissu le protégeant tombe, il est saisi d'un moment d'hésitation ; il tente de se concentrer sur le déboutonnage du pantalon de Darren pour ne pas penser à ce qu'ils sont sur le point de faire. Quand leurs silhouettes dénudées se touchent enfin pour de bon, il ne peut retenir un soupire de contentement. Soupire qui se transforme en un gémissement surpris, presque un grognement, lorsque Darren lui saisit les cheveux. Il lâche son épaule, sa main glissant pour rejoindre l'autre à sa taille et tenter de l'attirer un peu plus proche, de sentir sa chaleur avec plus de force.

Par Merlin. Qu'est-il en train de faire ? Quelle folie lui est passée par la tête, pour qu'à présent il soit bien incapable de reculer, incapable d'avoir une pensée cohérente à la vision de Darren descendant le long de son corps jusqu'à le prendre dans sa bouche. Les yeux fiévreux n'en lâchent pas une miette, une main agrippant ses cheveux à son tour tandis que l'autre s'appuie au comptoir comme pour ne pas défaillir. Les paupières se ferment brièvement, le corps se fait fébrile face au plaisir qui l'assaille. Ce n'est que quand il se redresse que Valeryan rouvre les yeux, le souffle court. Il répond au baiser avec la même vigueur qu’auparavant, mais les mots qui suivent le prennent de court. « Toujours contre l'Amortentia ? » Il fronce les sourcils, n'appréciant guère qu'on se moque de sa mauvaise foi. « Tais-toi », fait-il sèchement et avant qu'il n'ait le temps de répliquer, le médicomage le repousse juste assez pour à son tour mettre un genou devant lui. Sans plus de cérémonie, il saisit sa virilité et lui offre le même traitement. Geste irréfléchi qu'il regrette presque en réalisant qu'il n'a jamais fait ça, et qu'il n'a pas vraiment d'idée précise de comment s'y prendre ; mais hors de question qu'il se dégonfle maintenant, alors il tente d'imiter ce qu'il a déjà vu faire plus d'une fois. Ce ne doit pas être sorcier, si ? Il agrippe sans douceur l'arrière des cuisses de Darren en démarrant les va-et-viens, puis guette les sons qu'il espère obtenir.

©️ FRIMELDA



hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Lun 16 Oct - 23:38

avatar
avatar
profil
Je suis : Ectra , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Charlie Hunnam , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même parce que j'aime parler de moi à la troisième personne. Je parle en : #FDCA6F



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Inventeur de sortilèges et Chercheur au Département des Mystères. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : j'ai rien à confesser. Ma vie privée ne vous regarde pas. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Falling into a world I can"t control.
Ft. Valeryan Grimstone


« Tais-toi » - Je souriais alors qu'il me repoussait, inversant les rôles sans que je n'ai eu à ajouter un seul mot. Je me tenais debout au milieu du passage, trop loin de l'autre plan de travail pour m'y appuyer, incapable de bouger de peur qu'il cesse. Je sentais la maladresse et l'hésitation mais le simple contact de la chair sensible contre sa langue me faisait frissonner et je soupirais sans y penser. Je sentais mes jambes trembler sous les vagues de plaisir et posais ma main sur sa tête pour l'obliger à ralentir légèrement la cadence, le réguler pour lui apprendre. Faire durer pour mieux savourer. Mes abdos contracté pour mieux me contrôler. Je me penchais en arrière et posais mes mains contre le bord du plan de travail, lui laissant pleine liberté jusqu'à ce qu'une pointe brûlante vrille mes sens et que je me redresse pour l'attraper par les bras et le forcer à se relever.

Faudrait pas aller trop vite non plus.

Je le poussais contre l’îlot et profitais de cette petite pause pour libérer mes jambes de mon pantalon et l'obliger à en faire de même. Je poussais les vêtements du pied et fondais sur lui, retrouvant ma place tout contre son corps brûlant, mes lèvres dévorant les siennes, mes mains glissant sur ses fesses avant d'affirmer leur prise juste en dessous et le soulever sans sommations pour l'asseoir sur l’îlot. Ce qui l'entourait finissait repoussé et le verre abandonné chutait au sol, rattrapé par un champ magique qui l'empêchait de se briser mais j'étais bien loin de m'en soucier.

Ses jambes autour de mes hanches, mes mains sur ses fesses et mes lèvres sur son cou, mon bassin contre le sien animé par un frottement continu et agréable, je finissais par le délaisser son cou pour descendre à nouveau, mes lèvres retrouvant leur chemin sur son torse. Mais mains y restaient, massant aléatoirement alors que mes lèvres retrouvaient sa virilité érigée et la stimulait à nouveau. Gourmand, je donnais encore et encore. C'était une situation que je n'aurais jamais envisagé. Pas lui. Ça m'aurait semblé tellement impossible. Et pourtant ça se passait, à l'évidence, et j'étais bien incapable de m'arrêter.

Bien incapable de ne pas resserrer mes lèvres sur l'extrémité si sensible. Bien incapable de cesser mes mouvement sur son torse. Bien incapable de ne pas apprécier chaque gémissement qui sortait de sa bouche. Bouche que je gagnais à nouveau, me hissant sur l’îlot avec lui. Sur lui. Allongeant mon corps sur le sien tout en l'embrassant. Tout en massant son corps du mien, mon bassin allant et venant pour générer ce frisson grisant qui secouait tout mon être. Et le sien.

Je l'embrassais encore, ma main nous saisissant d'une même prise avant d'aller et venir, mes lèvres ne quittant pas les siennes. Je savais l'inconfort de l’îlot. Je n'était pas allongé directement dessus mais je sentais son corps tendu par plus que mes actions. Je savais aussi que migrer vers le salon serait nécessaire mais je n'arrivais pas à me résoudre à cesser. L'appel de la chaleur. L'appel du désir et du plaisir. Mon corps, animal, ne demandait que ça malgré l'inconfort.

Je croisais son regard, mordant ma lèvre inférieure. - Viens avec moi. - Et je retrouvais les pieds à terre, attrapant ses mains pour l'aider à se redresser et l’entraîner ailleurs. Je poussais l'une des portes coulissantes et ma main toujours serrée autour de la sienne, nous allions jusqu'au salon en abandonnant toutes nos affaires dans la cuisine. Le salon était éclairé, une lumière plus tamisée, et je gagnais le canapé, l'y poussant avant de le rejoindre, m'allongeant à nouveau sur lui pour reprendre ce que j'avais laissé en suspend sur l’îlot de la cuisine. Mes lèvres étaient en feu et je ne savais plus quoi embrasser pour les apaiser mais je continuais, déterminé, alors qu'une main curieuse et tentatrice s'égarait sur ses fesses.
 

(Darryan) ☽ Falling into a world I can't control (FB -18)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Habitations-