Partagez | 
MY NAME IS "NO". ❱ MAÏN

()
Parchemin envoyé Ven 28 Juil - 22:38

avatar
avatar
profil
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus, Betty et Ciena Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mes fiançailles avec Minos Nott ont été rompues quand mon nom a été trainé dans la boue, ou serait-ce plutôt lorsqu'il a été décapité par des loups?
malle
raise your wand
 
My name is "No".
MAÏN
I was in my zone. Before you came along, Now I'm thinking maybe you should go.

2 juillet 1991

Tu n’avais pas l’habitude de retourner voir le même homme, tu préférais de loin trouver une nouvelle âme qui saurait te faire ravir. Tu t’amusais même, dans un bar, à tenter de retrouver les meilleurs coups. Souvent, tes frères te taquinaient bien à ce sujet puisqu’ils disaient que tu ressemblais à un mec à ce sujet là. Celle que tu avais presque des les noter, dans ton esprit et de trouver un homme qui saurait te surprendre, ça te ramenait encore plus de point. Tu faisais presque passer cela pour un jeu, alors de la maladie qu’elle était vraiment. D’autres se privaient de manger, s’empiffraient, se tailladaient, toi c’était le sexe que tu avais besoin. Ces personnes que tu revoyais plus souvent, il y en avait peu, mais, tu les chérissais tous d’une différente manière. L’amour, tu ne connaissais pas ça, c’était pour cela que tu n’avais pas de mal à avec ces histoires relationnelles qui ne duraient pas. Ce qui faisait de toi une amante hors paire qu’on ne lésinait pas à appeler quand on s’ennuyait. Cela faisait 37 jours que tu étais fiancée, cela ne t’avait tout de même pas empêcher de connaître deux aventures ou trois, parce qu’on ne s’attendait certainement pas à ce que tu restes sereine et abstinente jusqu’en octobre, right ?! Tu détestais le fait que tu doives faire attention, maintenant que ton nom s’offrait à celui des Nott. Tu avais bien le droit d’aller dans les bars, tu l’avais toujours fait. Mais tu ne pouvais pas te donner en spectacle comme tu avais eu l’habitude de le faire. Si tu séduisais quelqu’un, tu devais lui faire comprendre qu’il ne devait surtout pas le répéter. De toute façon, tu n’avais pas à leur donner ton nom, tu pouvais bien revêtir une identité pour la soirée, une sang-mêlée qui n’aurait pas d’importance. Tu as choisi de te teindre les cheveux roux ce soir, tu trouves que ça te donnes un tout autre style et on t’associeras beaucoup moins aux Selwyn de cette façon. Tu as revêtit un ensemble noir, une pièce en cache cœur qui dévoile une bonne partie de ton décolleté, mais surtout en valeur ton teint de poupée. Munie de talons pour empêcher de paraître aussi petite que tu l’es vraiment, tu sors de la maison en chantonnant, avant de transplaner en plein cœur de Londres. On te siffle au moins deux fois pendant ta course, la nuit est déjà avancée, la majorité des travailleurs sorciers doivent déjà dormir à cette heure. Tu pourrais t’arrêter à plusieurs endroits, le Londres Sorciers regorge de bar/taverne qui sont à moitié délabré par la Main Noire, mais qui font quand même fureur étant donné le taux d’alcoolisme de certain, sans compter les drogues qui s’y vendaient. Tu ne te donnais pas souvent à ce genre de choses, mais il t’arrivait de prendre de la Poudre d’escampettes à l’occasion durant des soirées bien arrosées et torrides, tu aimais bien l’effet d’euphorie que ça te procurait. Il t’en restait encore de la dernière fois, dans ton petit sac à main du mois d’avril, la fois où tu t’étais retrouvée dans un grand hôtel moldu, sans trop savoir pourquoi. Tu t’arrêtes finalement sur un bar, parce que tu sais qu’il y va souvent. Caïn était de ces hommes qui te faisaient chavirer, dans tous les sens du terme et le plus particulièrement à l’horizontale. S’il n’y était pas, tu te rabaterais bien sur quelqu’un d’autre, rares étaient les fois où tu étais partie penaude d’une de tes soirées. Tu traverses les portes de l’endroit et te diriges tout de suite au bar pour te procurer un verre d’un cocktail que tu arrives à peine à prononcer le nom, mais que la barmaid a développé que pour toi, qu’elle te dis. Il est sucré et sûr comme tu l’aimes, une fois ton verre en main, tes prunelles commencent à ausculter l’endroit à la recherche de potentiels, quand tu aperçois l’homme bien désiré toujours aussi à l’écart, dans un coin sombre du bar et seul. Un sourire ravageur apparaît sur tes traits et tu te diriges aussitôt vers lui, en évitant les paroles à ton égard. Tu fais exprès de t’asseoir à côté de lui, sur la banquette et dépose ton verre sur la table, pour mieux l’observer. « Toujours à boire pour oublier, Hmm ? » Que tu lui lances, simplement. Vous aviez une relation pas si compliquée, après tout. Tu ne le dérangeais pas outremesure, tu t’arrangeais pour lui envoyer une missive avant de débarquer à l’improviste. Sauf quand tu le croisais dans un bar, évidemment.
Made by Neon Demon


ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Sam 29 Juil - 14:20

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 348 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne
my name is no
And all the things I can't remember, as fucked up as it all may seem. The consequences that are rendered, I stretch myself beyond my means. ft. MAGGS SELWYN


2 juillet 1991.
Heure de la nuit déjà bien avancée. Tu ne passes pas le plus clair de ton temps dans les bars mais il y en a bien un dans lequel tu as de rares habitudes lorsque rester à Londres assez longtemps te le permet. Dernièrement, cela fait même pour ainsi dire plusieurs mois maintenant, tu es condamné à rester aux alentours, non seulement pour ton boulot mais également à cause des opérations mangemorts auxquelles tu es convié à participer. Et tu n’as en définitive que peu de temps pour toi, toujours en train de courir à droite et à gauche, forcé de côtoyer du monde et de faire équipe là où en bon solitaire indépendant tu chasses en général sans personne. Tu te fais violence pour prendre sur toi et si ce soir tu aurais pu rester chez toi à te frotter les mains, il n’en est rien. Ce soir tu es sorti et te fais ce mangemort quasi incognito. Du moins tu essaies, car rares sont les sorciers qui disposent d’iris de deux couleurs différentes. Et le monde magique sait pour la plupart que l’un des Goldstein est doté de cette particularité et qu’il n’a strictement rien d’un saint. Tapi dans l’ombre comme tu sais si bien le faire, tu t’es octroyé une banquette et une table rien que pour ta personne, whisky pur feu entre les mains. Tu es un adepte du whisky sans particularité magique, mais tu dois bien admettre que ce soir, un bon remontant n’est pas pour te faire de mal. Le liquide ambré traînant fièrement au fond de ton verre a d’ores et déjà été légèrement vidé. Tu prends ton temps, observant les sorciers lambdas qui se saoulent à vue d’œil, ou encore les quelques femmes en pleine opération de séduction. L’on a d’ailleurs tenté de t’approcher mais tu n’as pas voulu. Autant dire que ces derniers temps tu t’es calmé pour une raison que tu ignores, ou plutôt que tu nies en silence.

Verre calé dans ta main droite et dont tu fais tournoyer lentement le liquide à l’intérieur, ton regard glisse un instant sur l’intérieur de ta paume gauche. C’est à ce moment très précis que tu sens la banquette s’affaisser à tes côtés, t’arrêtant instantanément dans ton geste, mâchoire crispée et air glacial sur tes traits. Une mèche est venue glisser sur le côté de ton visage et te camoufle un peu la vue sur la chevelure rousse. Tu ne reconnais Maggs qu’au moment où elle se met à parler. Toujours à boire pour oublier, Hmm ? Passant ta langue sur ta lèvre inférieure, tu te redresses pour que ton dos touche le dossier de la banquette de cuir sombre et tu daignes enfin la regarder, découvrant alors le changement de couleur de cheveux temporaire et l’étroite proximité qu’elle semble déjà vouloir t’offrir et de laquelle tu t’écartes légèrement d’un sourire en coin en glissant tes fesses sur la gauche. « Ne devrais-tu pas être aux côtés de ton fiancé, Maggs ? ». Ton nonchalant et arrogance exacerbée, ton leitmotiv pour cette soirée. Car tu sens ce qu’elle veut et tu devines ce qu’elle veut, c’est une évidence même vous n’étiez pas habituez pour tourner autour du pot, tout comme tu ne tournais jamais autour du pot avec Priam. Mais à présent la donne a changé, et ce depuis plusieurs semaines. Tu ne l’as pas revue depuis d’ailleurs… Depuis la fois où tu as quitté les draps de cet hôtel reculé. Peu de temps après, tu apprenais ses fiançailles avec l’un de tes cousins et tu te jurais de ne plus toucher. Par respect pour Minos, mais également par respect pour elle. Respect qu’elle parait avoir laissé au manoir… Ce soir.  « Fiancé qui… Au cas où tu l’aurais oublié se trouve être mon cousin. ». Sur le moment, ton sourire s’élargit un peu et tu en ricanerais presque, mais tu demeures irrémédiablement sérieux, rattrapant ton verre entre tes doigts et sirotant une gorgée de whisky qui vient réchauffer ta gorge.  La remarque ne lui plaira probablement pas, après tout tu ignores si elle est ravie de la chose ou non. Si tu n’étais pas aussi déterminé à refuser le mariage, sans doute que cela aurait très bien pu être à toi que la rouquine temporaire serait liée. Mais tu n’es pas de ceux qui apprécient les mariages forcés, et tu résistes encore. Pour combien de temps, ça c’est une éternelle question qui reste en suspens, mais pour l’heure tu es célibataire et tu le restes.




Parchemin envoyé Sam 29 Juil - 16:19

avatar
avatar
profil
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus, Betty et Ciena Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mes fiançailles avec Minos Nott ont été rompues quand mon nom a été trainé dans la boue, ou serait-ce plutôt lorsqu'il a été décapité par des loups?
malle
raise your wand
 
My name is "No".
MAÏN
I was in my zone. Before you came along, Now I'm thinking maybe you should go.

2 juillet 1991
Tu ne l’avais pas revu depuis tes fiançailles, ce qui était Presque un record considérant votre relation enflammée. Rares étaient les mois où vous ne vous rencontriez pas au moins une fois, comme si c’était tout ce que vous aviez réellement besoin. Vous aviez un caractère assez ressemblant du côté de l’arrogance, de la vulgarité et de la franchise. Pas besoin de vous faire un dessin, rien de ce que vous faisiez pouvait se qualifier de faire l’amour, parce que vous baisiez tout simplement. Sans attache, et surtout sans sentiments mielleux. Ça n’avait rien de doux, il y a avait d’autres hommes que Caïn qui étaient plus doués que ça là-dedans. Avec l’homme aux yeux vairons, c’était éclectique, passionnel et surtout violent. C’était bien mieux de cette façon, de toute manière. Tu venais dans ce bar dans l’espoir de le revoir, car tu avais bien envie d’un bon coup ce soir et ce serait encore mieux si c’était avec lui. Tes cheveux flamboyants démontrent ton intérêt, il les a vu à quelques reprises seulement, bien que ça devait être ce chasseur qui en était l’origine. Ton côté brûlant, celui qui se démontrait dans ton corps tout entier, celui qui était assez tourné vers Caïn pour en marquer le reste de la soirée. Aviez-vous déjà eu une autre discussion que cela? Non, vous n’étiez pas vraiment du genre à parler, même si tu en connaissais un peu à son sujet, vous préfériez gardez votre vie personnelle secrète. Tu ne t’attendais surtout pas à une réaction aussi. froide de sa part. D’habitude, ce n’était pas la glace qui était au rendez-vous. Il t’observe, presque comme s’il ne t’avait jamais remarqué auparavant, comme s’il se rendait compte que tu étais plus laide à l’extérieur qu’à l’intérieur. « Ne devrais-tu pas être aux côtés de ton fiancé, Maggs ? » Les nouvelles vont vites. Tes prunelles vrillent dans leur orbites comme pour signifier ton découragement. C’est absurde, voilà pourquoi Caïn agissait ainsi? Certes, il t’avait déjà dévoila sa position concernant les femmes prises. Sauf que tu ne savais pas que cela s’appliquait à ton cas, ou peut-être t’étais-tu toujours dis que c’était des paroles en l’air. Parce que les hommes étaient tous aussi enfoirés en moment opportun, c.f. lorsque leur queue était mise à rude épreuve. Ta mâchoire qui se serre, ta tête qui se relève un peu comme pour lui faire compétition, et il rajoute : « Fiancé qui… Au cas où tu l’aurais oublié se trouve être mon cousin. » Sous la surprise, tu n’as d’autre choix que d’éclater de rire, tout simplement. Ta chevelure de feu qui se retrouve projetée vers l’arrière en même temps que tes rires, franchement tu n’avais pas connu le sorcier comme était quelqu’un de comique. Il ne capte d’ailleurs pas son humour, car il a l’air tout aussi froid. « Oh. Non, attends t’es sérieux? » Bon, elle  ne se souvenait pas de l’entière généalogie des sangs-purs, mais ces familles étaient presque toutes reliées d’une manière ou d’une autre. Est-ce qu’il en accordait vraiment de l’importance? « J’avais toujours cru que c’était des paroles bien lancées en l’air, quand tu parlais du mariage. » Là, tu commences à être agacée et ton visage est revenu dur. « Ces histoires arrangées, elles ne signifient rien. Je pensais que tu me connaissais assez pour te rappeler que ma liberté est la chose la plus importante à mes yeux. Crois-tu vraiment qu’un mariage en fera la différence? Et bien sache que j’ai déjà discuté avecton cousin. Un petit marché qui nous offrira à chacun des ouvertures. Alors, tu vois, ça ne fais aucune différence. » Tu tentes une nouvelle approche, mais tu remarques déjà qu’il s’est éloigné pas si subtilement que ça. Amusée, tu t’assois plus profondément dans la banquette et lui demande aussi nonchalament qu’il avait pu te lancer sa première pique :  « Mais dis-moi, si vous êtes cousin, vous jouez ensemble depuis le bac à sable. Est-il aussi bien membré que toi? » La vulgarité même, un sourire qui se trace sur tes lèvres, en victoire.
Made by Neon Demon


ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Sam 29 Juil - 17:29

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 348 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne
my name is no
And all the things I can't remember, as fucked up as it all may seem. The consequences that are rendered, I stretch myself beyond my means. ft. MAGGS SELWYN


Cela s’applique à tous les cas. Tu avais failli déraper avec Betty une fois, tu ne comptais pas recommencer avec une autre. Car bien que tu n’approuves pas les mariages forcés et ne sois pas prêt toi-même à épouser une femme, tu respectes la symbolique et ce que cela signifie. Voilà pourquoi tu te décales légèrement sans avoir nullement la volonté d’être discret. Tu pourrais prétendre que les fiançailles sont la raison de ton air froid, mais non, c’est là ce que tu es. Glacial et majoritairement asocial en communauté.  Elle n’a vu autrefois tes sourires enjôleurs que parce que tu l’as laissé les voir. Et encore, elle ne peut se darder d’avoir vu tes véritables sourires sincères, que tu n’offres qu’à une poignée infime de proches. Vraiment infime. Ils se comptent sur les doigts d’une seule main, et Maggs, aussi convaincante puisse-t-elle avoir été, n’en fait pas partie. Buvant une autre gorgée de ton alcool fort, tu lui jettes un regard en biais en l’entendant s’offusquer. Elle aura beau dire ce qu’elle veut et rire autant qu’elle veut à gorge déployée, tu sais qu’elle s’offusque. Tu la connais. Un peu. Oh. Non, attends t’es sérieux ? Tu tournes la tête vers elle d’un air nonchalant en la regardant presque d’un air blasé. Oui, tu es définitivement sérieux. Complètement même et tu dodelines d’ailleurs de la tête pour le lui signifier. J’avais toujours cru que c’était des paroles bien lancées en l’air, quand tu parlais du mariage. Un rictus finit par apparaître à ton visage tandis que tu t’enfonces un peu plus dans la banquette et viens reposer tes yeux vairons sur elle, ton bras gauche venant se poser sur le dessus du dossier d’un air froid mais détendu, à l’opposé de son corps à elle. « Tu sauras que je ne lance jamais de paroles en l’air. ». Et c’est véridique.

Maggs se lance alors dans des palabres sur la liberté et le fait que le mariage ne changera rien, qu’ils se sont d’ores et déjà arrangé pour que l’union soit la plus douce et efficace possible pour eux deux. Ce ne sont pas tes affaires, tu n’as pas pour habitude de rentrer dans le cocon familial des autres. Tu ne te mêles pour ainsi dire d’aucune affaire qui ne te concernerait pas directement. « Ca fait toute la différence. » que tu grinces entre tes dents, visiblement de mauvaise humeur. Verre entre tes doigts, tu viens pour la troisième fois le porter à tes lèvres tandis qu’elle semble s’amuser de la situation. Tu ne le comprends pas tout de suite mais à peine glisses-tu tes lippes pour venir cueillir le liquide ambré que la question de la rouquine s’échappe entre vous et tu te figes. Un peu plus et si tu buvais déjà, tu t’en serais étouffé. Tu la savais vulgaire et dévergondée, suffisamment pour n’avoir honte de rien. Tu ne la connaissais néanmoins pas assez pour savoir qu’elle voyait votre relation comme étant aussi engagée et conséquente. Sur l’échelle de ta vie, vos entrevues passées ne représentent qu’une petite partie, quelques coups d’un soir au moment venu, rien de plus. Toutefois, c’est parce que tu la connais suffisamment que tu n’es pas sans savoir qu’en posant cette question elle tente indirectement de te flatter l’égo. Oserait-elle te prendre pour l’un de ces ignorants imbéciles qui ne pensent qu’avec ce qu’ils possèdent entre les jambes et qui ne se sentent apprécier que lorsqu’on leur flatte l’entre-cuisse ? Fronçant le nez à cette interrogation personnelle, tu reposes ton verre et te tournes assez de profil pour la fixer droit dans les yeux.

« Je te fais confiance pour ça, tu dois déjà le savoir. ». Provocation ? Probablement. Au moins un peu malgré l’utilisation de ton cassant. Tu n’es pas contrarié qu’elle soit fiancée, au fond, tu n’en as même strictement rien à faire. S’il fallait que tu te sois attaché à toutes celles et les rares quelques-uns avec qui tu as couché, tu n’aurais pas fini. « En dehors de ton obsession pour ce que nous les hommes avons dans le pantalon, sache que Minos est un très bon parti. Tu seras parfaitement heureuse avec lui je ne me fais pas de soucis. ». La voir essayer de te faire tomber dans ses filets t’amuse tout de même un brin, tu ne peux pas le nier. Ca égaye un peu ta soirée. Mais tu ne cèderas pas, tout simplement parce que tu ne peux pas céder et qu’au-delà des apparences, tu n’es pas foncièrement un homme facile à avoir dans son lit. Sans doute est-ce dû au privilège d’être en mesure de choisir avec qui tu veux ou ne veux pas être… Allez savoir.




Parchemin envoyé Sam 29 Juil - 21:02

avatar
avatar
profil
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus, Betty et Ciena Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mes fiançailles avec Minos Nott ont été rompues quand mon nom a été trainé dans la boue, ou serait-ce plutôt lorsqu'il a été décapité par des loups?
malle
raise your wand
 
My name is "No".
MAÏN
I was in my zone. Before you came along, Now I'm thinking maybe you should go.

2 juillet 1991

Tu étais reléguée au plan de déchet. Carrément. Tu n’arrivais pas à comprendre comment cette histoire de mariage arrangé pouvait faire la différence, car tu n’avais pas la même vision que lui. Dans la société sang-pure, les unions étaient seulement là pour la descendance, la majorité de ces mariages ne signifiant pas un amour. Des histoires de cocufiage, de maitresses, tu en avais entendu plus d’une fois et les hommes mariés ne s’étaient pas empêchés de te toucher malgré la bague qu’ils portaient à leur doigt. Si les hommes aimaient leur femme, ils te laisseraient tranquille, tu avais d’ailleurs essuyé quelques refus à ce sujet. Mais de la part de Caïn, c’était différent. Parce que d’une certaine manière, tu te demandais comment tu arriverais à te passer de son corps. Tu te mords la lèvre inférieure en l’observant, en tachant de voir si tu as un espoir quelconque.  « Tu sauras que je ne lance jamais de paroles en l’air. » Il était froid. Glacial. Et oui, tu savais – qu’en général – il était fidèle à ses paroles, mais sur ce coup-là, tu aurais espéré que ce soit différent. Tu te rendais désormais compte de l’intérêt que tu lui portais, après l’avoir perdu. C’était toujours comme ça qu’ils disaient. « Ca fait toute la différence. » Tu ne savais pas comment tu finirais ta vie. Tu n’étais pas complètement fermée à l’idée de finir monogame un jour, si c’était ce qui te plaisait. Pas tant que tu étais obligée de rester en Angleterre, tu avais besoin de sensations fortes et tu ne le vivais qu’avec différents hommes. Tu veux le taquiner, détendre l’atmosphère du mieux que tu le peux. Et évidemment, cela fait référence au sexe parce que c’est la seule chose que tu connais vraiment, mise à part les relations commerciales. Entre les deux, tu savais quel était le sujet que vous aviez en commun et ce n’était définitivement pas le sujet budget. « Je te fais confiance pour ça, tu dois déjà le savoir. » Un sourire amusé qui éclaire tes traits, un air amusé qui le reluque désormais. Comparativement à Minos, il connaissait bien ta réputation. « Et bien, pour une fois tu as tord ! Mais ça ne saurait tarder. Je ne voudrais pas me voir mariée à un Eunuque, on s’entend. » Un ton rieur, tu veux lui démontrer que tu peux passer à autre chose. Ou est-ce vraiment le cas ? « En dehors de ton obsession pour ce que nous les hommes avons dans le pantalon, sache que Minos est un très bon parti. Tu seras parfaitement heureuse avec lui je ne me fais pas de soucis. » Toi Heureuse ? C’était un fait que tu ne connaissais pas souvent, du moins pas tant que tu sois entre les dites jambes d’un homme ou en voyage d’affaire. « Je l’espère. Pour le reste, on repassera. Nous savons tous les deux que l’amour n’existe pas pour des sorciers dans notre situation. » C’est vraiment moche. Tu te demandes si tu trouveras ce que tu souhaites ce soir. « T’es sûr que tu ne veux pas faire un effort ? » Sa voix qui change à nouveau de ton, son corps qui se rapproche du sien et l’une de ses mains se dirige nonchalamment vers l’intérieur de sa cuisse. Tu repenses à la Poudre d’Escampette qui siège dans la poche zippée de ton sac à main. Tu arrêtes le serveur en passant et redemande une tournée pour tous les deux. « Et si on se chargeait de trouver d’autres partis ? Ça ne me dérangerait pas de regarder. T’aurais même pas à me toucher. » Les pensées salaces qui fusent dans ta tête. Tu en avais vécu bien des choses, et ce genre là en faisait parti. Parce qu’il ne veut pas de toi, mais cela ne veut pas dire qu’il t’empêcherait de trouver quelqu’un, non.

Made by Neon Demon


ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Dim 30 Juil - 14:20

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 348 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne
my name is no
And all the things I can't remember, as fucked up as it all may seem. The consequences that are rendered, I stretch myself beyond my means. ft. MAGGS SELWYN


Tu sais pertinemment ce qu’il peut bien se passer au sein même des mariages arrangés, et c’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle tu n’es pas intéressé. Sans doute au fond es-tu un peu naïf de toujours oser croire que tu parviendrais probablement à avoir un mariage d’amour, mais pour l’heure tu ne veux pas te marier tout court. Tu fuis cette responsabilité et tout ce qui s’en suit. Tu veux garder ta liberté et surtout tu veux être libre d’aimer et vivre à ta guise. Utopie que Drefer te dirait encore s’il savait le fond de ta pensée en cet instant, et ça t’arracherait presque un sourire rien que de repenser à cette conversation que vous avez déjà eu. Au lieu de ça, tu conserves ton air froid et nullement amusé ou même motivé à faire quoi que ce soit avec la fausse rouquine du jour. Ce qui semble d’ailleurs la contrarier. En soi, tu peux comprendre qu’elle soit agacée puisqu’elle n’a pas souhaité ces fiançailles, ne te montrerais-tu pas aussi rebelle après tout ? A bien y réfléchir, tu n’en es pas certain, bien loin de t’imaginer à ce moment-là qu’en réalité les choses finiraient par être bien plus compliquées pour toi dans l’avenir. Est-ce qu’il est vieux jeu de vouloir respecter le mariage des autres ? Peut-être un peu, mais Minos est ton cousin, tu ne veux pas d’ennuis avec lui, et quand bien même il s’agirait d’un autre fiancé tu ne tenterais rien non plus. Point à la ligne.

La question osée qui s’envole des lèvres de Maggs réussit à te surprendre mais tu te fais violence pour ne rien montrer et lui réponds avec cette pointe d’arrogance qui ne te quitte pas ce soir. Tu es peut-être même un peu amer pour une raison inconnue qui n’a rien à voir avec elle mais sur laquelle tu ne parviens pas à mettre le doigt dessus. Ta réponse semble l’amuser tandis que tu lui rends ce sourire en coin qui en avait déjà agacé plus d’un et plus d’une. A ses mots, cette fois tu ne peux pas feindre la surprise et rebondis sur ses propos. « Tu m’aurais définitivement surpris si tu n’avais pas au moins planifié le fait d’aller lui sauter dessus. Tu seras gentille de ne pas venir m’apporter les détails une fois que tu auras fait ton affaire. Ce qu’il se passe dans ton futur lit marital ne regarde que toi très chère. ». Et sincère tu l’es. Tu n’as pas pour habitude d’y aller par quatre chemins lorsque tu as décidé de faire entendre ta voix. Si tu la tais lors des réunions mangemorts auprès de plus gradé que toi, il t’est déjà arrivé de l’ouvrir et n’en déplaise à certains, tout comme n’en déplaise à Maggs ce soir. Ton cousin est néanmoins un très bon parti et tu ne te retiens pas de le dire, quand bien même elle n’en serait pas convaincue. Je l’espère. Pour le reste, on repassera. Nous savons tous les deux que l’amour n’existe pas pour des sorciers dans notre situation. Un souffle s’envole de tes lippes accompagné d’un sourire sarcastique. Oui, ça, tout le monde le dit et tu en es conscient, mais encore une fois tu oses espérer. T’es sûr que tu ne veux pas faire un effort ? La vicieuse se rapproche de toi, glissant lentement sur le cuir de la banquette jusqu’à revenir bien trop près alors que tes doigts ne quittent pas ton verre dans lequel l’alcool touche à sa fin. Ton bras posé sur le dossier de votre assise est dégagé car tu es prêt à riposter en la sentant arriver. La dernière gorgée de whisky est ingurgitée à l’instant où tu sens sa main venir se poser vers l’intérieur de ta cuisse. Si un frisson t’échappe cela ne fait que froncer davantage tes sourcils, tes yeux vairons lançant des éclairs en sa direction. Elle interpelle un serveur et commande deux verres, toi tu la fixes avec insistance à mesure que tes traits se referment tel un animal sauvage sur le qui-vive prêt à griffer pour s’échapper. Menaçant.

Et si on se chargeait de trouver d’autres partis ? Ça ne me dérangerait pas de regarder. T’aurais même pas à me toucher. Plus elle parle et plus tu découvres une facette jusque-là insoupçonnée. Jusqu’où Maggs serait-elle prêt à aller pour goûter aux plaisirs de la chaire ? Lentement, tes doigts lâchent le verre vide et viennent se poser sur sa main, tu les entremêles pour mieux venir les retirer de la chaleur de ton pantalon, sachant pertinemment qu’une seconde de plus et elle dévierait plus au centre. Tu ne la quittes pas des yeux avant d’avoir repoussé sa main plus loin et de la lâcher sèchement. « J’ignorais que tu faisais dans le voyeurisme maintenant. ». Tu es calme, bien trop calme. Le calme avant la tempête.




Parchemin envoyé Dim 30 Juil - 23:16

avatar
avatar
profil
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus, Betty et Ciena Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mes fiançailles avec Minos Nott ont été rompues quand mon nom a été trainé dans la boue, ou serait-ce plutôt lorsqu'il a été décapité par des loups?
malle
raise your wand
 
My name is "No".
MAÏN
I was in my zone. Before you came along, Now I'm thinking maybe you should go.

2 juillet 1991
Tu n’arrives pas à lâcher le morceau. Après tout, tu étais bien habituée à travailler pour obtenir ce que tu souhaitais. Tu te disais que tu avais peut-être tes chances avec le mangemort si tu usais de tes charmes habituels. Après tout, il ne pouvait pas oublier tous les bons coups que vous aviez eus. Quand vous parlez de ton futur mari, tu te demandes s’il est sérieux. Après tout, tu ne connais pas grand-chose de Minos si ce n’était qu’il était un loyal soldat et qu’il n’était pas de ce genre de sorcier à vouloir voler la mire à leurs aînés. Tu avais cru qeu tu devrais lui faire rentrer dans le crâne tes envies de liberté, après plusieurs rencontres et acharnement. Pourtant, pour une raison que tu préférais taire, il avait accepté sans rechigner. C’était presque trop facile, trop beau pour être vrai. Peut-être que Tina déteignait sur toi et que tu devenais naïve sur le coup, tu ne savais pas ce qu’il pouvait te préparer le Nott. « Tu m’aurais définitivement surpris si tu n’avais pas au moins planifié le fait d’aller lui sauter dessus. Tu seras gentille de ne pas venir m’apporter les détails une fois que tu auras fait ton affaire. Ce qu’il se passe dans ton futur lit marital ne regarde que toi très chère. ». Tu lèves les yeux au ciel, bon d’accord s’il ne voulait pas détail tu ne lui en offrirais pas. Mais il avait raison, tu prévoyais bien aller le voir tôt ou tard, parce que tu voulais savoir de quel bois il se chauffait vraiment. Et en réalité, le simple fait que vous soyiez fiancés, ce qui devait probablement dire que vous deviez vous fier aux bonnes séances et attendre au mariage te donnait des idées. Comme si on pouvait te retenir d’avoir ce que tu voulais, c’était un peu absurde. Cet interdit, ça t’appelait plus que jamais à vraie dire. Tu ris aussi à ses paroles, parce que malgré le fait que vous n’étiez pas très ouverts sur les conversations, il te connaissait bien à ce sujet. Quand ta main rejoint sa cuisse, tu te dis que tu as peut-être tes chances…. Jusqu’à ce que ses prunelles de couleurs différentes te dardent, avec toute leur méchanceté. Tu te mords la joue, mais tu tentes de passer le cap en demandant de nouveaux verres au serveur. Il finit par enlever ta main de là et tu lui offres une moue mécontente en retour. Bon, s’il ne voulait pas de toi, tu devrais trouver quelqu’un d’autre. Et tu t’imaginais mal Caïn finir la nuit seule, ça ne serait pas très intéressant pour lui. J’ignorais que tu faisais dans le voyeurisme maintenant. ». Un sourire coquina qui se dresse sur ses lèvres. « C’est seulement pour qu’on puisse s’offrir une bonne baise, une chacune. » Que tu tentes de te justifier. Ta main libre finit par se diriger vers ton sac à main pour empoigner le petit sachet de Poudre, au même moment où le serveur revient avec vos deux verres. Tu auscultes les alentours et trouve un bel homme qui doit tenter de draguer une femme seule au bar, ce qui vous conviendrait à tous les deux. Alors, tu lèves le doigt, pour pointer et attirer son attention.

Est-ce que Caïn lâche les deux verres du regard, histoire de pouvoir ouvrir le sac de Poudre d’Escampette.
OUI Il lève la tête et tu as juste le temps d’en mettre un peu dans son verre, avant de s’attaquer au tien.
NON Il est trop minutieux, ce chasseur et il ne se laisser pas berner aussi facilement. Tu te diriges donc uniquement vers ton verre à toi.

EDIT POST DÉS:
Il observe au loin le pseudo-couple que tu pointes et tu as juste assez de temps pour envoyer de la Poudre dans son verre, avant de le remettre dans ton sac à main. « Tu vois, ils n'ont pas l'air de bien s'entendre. Ils sont plutôt mignons. » Que tu dis, puis tu empoignes ton verre et en bois une gorgée. innocemment, tu mets ton sac à main sur la table et lui lance un autre regard rempli de sous-entendu. Tu en sors le sachet et le fais balancer devant ses yeux. « Un peu d'euphorie pour nous mettre dans l'ambiance, ça te dis? » Et avant d'attendre sa réponse, tu en mets dans ton verre, la même dose que celle que tu as mis dans le verre de Caïn quelques instants plus tôt. Puis, tu reposes tes yeux sur lui comme pour attendre son accord, mais tu sais déjà qu'elle ne viendra pas, de toute façon...

Made by Neon Demon


ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Dim 30 Juil - 23:16

avatar
avatar
profil
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 919
malle
raise your wand
 
Le membre 'Maggs Selwyn' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Lun 31 Juil - 9:02

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 348 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne
my name is no
And all the things I can't remember, as fucked up as it all may seem. The consequences that are rendered, I stretch myself beyond my means. ft. MAGGS SELWYN


Tu n’as pas besoin d’un diplôme particulier dans le domaine commercial pour savoir que Maggs ne lâchera pas l’affaire si facilement. C’est dans ses veines et sa nature, elle se bat telle une lionne acharnée jusqu’à obtenir ce qu’elle veut. Manque de chance pour elle, elle vient de se heurter à la pire facette de toi. Celle qui ne déroge à la règle imposée, celle qui se résume en un seul mot : borné. Quand tu le souhaites tu sais avoir la tête dure et dans ces cas-là il est tout bonnement impossible de te faire changer d’avis, lorsqu’au creux de ta caboche tu t’es fixé sur un objectif à atteindre. Inutile de dire qu’en plus de ta visible sale humeur, les choses sont d’autant plus compliquées pour la sorcière. Pour peu, tu te demandes presque pourquoi tu as absolument tenu à sortir ce soir, n’aurais-tu mieux pas fait de rester couché sagement pour une fois ? Parfois c’est à se demander si tu ne préfères presque pas la compagnie de ces chères créatures que tu détestes tant à la simple présence humaine.

Doigts qui glissent vers l’intérieur de ta cuisse et tu comprends un peu plus qu’elle n’a pas l’habitude qu’on lui dise non. Bourgeoisie de sang-pur qui t’éclate au visage quand tu te croyais toi-même déjà suffisamment prétentieux pour qu’il ne soit possible de te battre. Sans doute as-tu une bien piètre estime de toi-même en réalité. Lentement, tu dégages sa main, faussant d’abord le mouvement avant de te faire bien plus sec. Sa moue contrariée ne te fait ni chaud ni froid et tes prunelles continuent de lancer des éclairs alors que les mots t’échappent. Tu ne l’aurais pas cru aussi attachée à la chose. Tu sais l’appétit, mais tu ignorais que c’était à ce point-là. C’est seulement pour qu’on puisse s’offrir une bonne baise, une chacune. Un soupir s’envole de tes lèvres tandis que tes doigts viennent tapoter d’agacement certain contre le bois de la table. Les yeux vairons se posent sur la pièce pendant que le serveur revient avec deux verres. Tu n’as rien demandé à Maggs mais tu te contentes de garder le silence, dos enfoncé dans la banquette et impatience au bord des lèvres à force de dire non. Tu n’es pas du genre à perdre ton temps, et elle le sait. Soudain, l’index de la sorcière s’élève devant tes yeux et tu soupires. Nouveau roulement dans tes orbites plus tard, force est de constater que tu tournes la tête pour observer d’un air blasé ce qu’elle tente bien de te montrer, ignorant que pendant ce temps elle est en train de te prendre à revers. Tu vois, ils n'ont pas l'air de bien s'entendre. Ils sont plutôt mignons. Si tes prunelles s’égarent un instant, tu comprends bien rapidement que tu n’es vraiment pas d’humeur pour ça ce soir, et cette morosité passagère tu n’en comprends pas l’origine. Alors tu te contentes de hausser les épaules en songeant que tu devrais mettre les voiles et couper tout court cet élan avant que cela ne dégénère. « Je te les laisse volontiers. ».

Le sac à main tombe sur la table tandis qu’elle te regarde d’un sourire qui n’envisage rien de bon dans le langage Maggsien et tu fronces les sourcils. Tu les fronces encore davantage au moment où le sachet de poudre est secoué sous ton nez et tu grognes en reculant ton visage. Tu as eu suffisamment ouïe dire de ce que ce sachet contient. « Tu ne devrais pas prendre cette merde, Maggs. » que tu souffles en réponse tandis qu’elle s’en verse déjà dans son propre verre. Ses deux billes reviennent te scruter mais c’est l’air renfrogné que tu la regardes en soupirant. Plus les secondes défilent, et plus elle est en train de te faire perdre ta sacrosainte patience et le calme glacial que tu sais d’habitude avoir. Son regard se veut si insistant que tu grinces des dents. « Non. Merci. ». Car tu parviens encore à être poli malgré ta mauvaise humeur dorénavant évidente car non plus dissimulée. Les deux verres d’alcool sur la table, ton for intérieur te dit que tu devrais déjà être parti, et pourtant tu es encore là, assis à cette même table, probablement par envie de rester seul dans ton coin sauf qu’une rouquine en a décidé autrement et ne compte pas décoller ses fesses de là. « Tu risquerais de rater ton coup à rester assise là et perdre ton temps. ». Simple conseil que tu lui donnes avant que tes yeux ne viennent se poser à nouveau sur le whisky pur feu traînant dans ce nouveau verre.

OUI
Tu hésites un instant, plus méfiant que jamais vis-à-vis de Maggs, mais tu l’as vu verser la poudre dans son propre verre et tu ne la crois pas assez inconsciente pour oser te prendre en traître. Alors tes doigts viennent attraper la surface transparente et tes lèvres se posent sur cette dernière où tu fais lentement glisser le liquide ambré dans le fond de ta gorge. Cul sec pour partir plus vite.

NON
Tu hésites un instant, plus méfiant que jamais vis-à-vis de Maggs, et si tu l’as vu verser la poudre dans son propre verre, tu es décidé à ne rien accepter qui viennent d’elle ce soir, alors tu te mets toi-même à intercepter le serveur pour redemander un dernier verre d’alcool fort.  

Tu n’en sens pas les effets tout de suite, à mille lieux de t’imaginer qu’elle ait pu faire une chose pareille. Te prendre en traître est définitivement risqué avec toi… Déterminé à t’en aller, tu rattrapes ta veste en cuir laissée sur la banquette à ta gauche. « Loin de moi l’envie de t’empêcher de t’amuser, alors je te souhaite de passer une bonne soirée… ». Un fin sourire narquois étire encore tes traits mais lorsque tu amorces enfin le levé de départ tu tangues méchamment sur le côté et dois te rattraper à la table pour ne pas flancher. Sur l’instant tu te dis que tu as peut-être abusé de l’alcool car tu te sens soudainement pris d’une étourderie et d’une légèreté synonyme d’ivresse. « Par Merlin. ». Tu souffles et fronces les sourcils en voyant le monde d’une drôle de manière, gardant la main rivée sur le bois. Tu baisses les yeux vers celle-ci et pour peu tu jurerais presque en être plus éloigné que d’habitude, comme si tu avais pris un nombre incalculable de centimètres supplémentaires. Le sol te donne l’impression de s’éloigner de toi et tu viens te frotter les yeux. Tu es habitué au whisky, et ce n’est pas trois verres qui vont te mettre dans un état pareil, tu ne le sais que trop bien. Tes yeux vairons se posent alors sur le verre vide que tu viens d’ingurgiter et en comprenant ce qu’il se passe, tu ne peux retenir le large sourire cette fois de venir éclairer ton visage. « T’en as mis dans mon verre… ».    





Parchemin envoyé Lun 31 Juil - 9:02

avatar
avatar
profil
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 919
malle
raise your wand
 
Le membre 'Caïn T. Goldstein' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Sam 5 Aoû - 16:47

avatar
avatar
profil
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus, Betty et Ciena Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mes fiançailles avec Minos Nott ont été rompues quand mon nom a été trainé dans la boue, ou serait-ce plutôt lorsqu'il a été décapité par des loups?
malle
raise your wand
 
My name is "No".
MAÏN
I was in my zone. Before you came along, Now I'm thinking maybe you should go.

2 juillet 1991

« Je te les laisse volontiers. ». Il est vraiment nul quand on parle de mariage et de fiançailles, lui. Il ne voulait même pas que vous vous amusiez chacun de votre côté, comme s’il avait perdu toutes ses pulsions sexuelles à l’instant où tu étais entrée dans la pièce. Il aurait pu jouer un peu avec cette belle brunette au loin et toi avec l’homme aux cheveux corbeaux qui ne cessaient de tenter des avances bien qu’elles ne fonctionnaient pas. Tu te demandais si c’était parce que tu n’étais pas son genre, ou bien du fait que tu te retrouvais déjà à côté d’un autre homme pour qu’il ait fait fit de toi. Tu laisses échapper un long soupire pour désapprouver ses paroles, mais ton subterfuge a déjà été mise en place. Pendant que vous parliez de ce couple, tu avais glissé un peu de poudre dans son verre. Et innocemment, tu lui avais ensuite montré le contenu du sachet. « Tu ne devrais pas prendre cette merde, Maggs. » Elle lève les yeux aux ciel, la Maggs. « Ce n’est pas assez fréquent pour que ça fasse quoi que ce soit, Caïn. » Tu répètes son nom sur le même ton que lui, comme désespérée. C’était vrai quoi, la Poudre d’Escampette tu en faisais peut-être deux trois fois par année, car tu ne voulais pas y devenir accroc. Tu ne pourrais pas supporter l’idée de perdre complètement le contrôle de toi-même en à oublier ton emploi. « Non. Merci. » Qu’il répondit quand tu lui en offris, parce que tu savais que ce serait déjà sa réponse. Voilà pourquoi tu t’en étais chargé sans lui demander avant. Tu ne savais pas ce que tu ferais ensuite, mais tu savais seulement que le sorcier aux yeux vairons serait bien plus enclin à s’amuser qu’en ce moment. Comme quand il tenta de l’envoyer bouler un peu plus loin.

« Tu risquerais de rater ton coup à rester assise là et perdre ton temps. » Pas tant que t’as pas bu une gorgée mon beau! Et comme s’il savait ce que tu attendais, ou tout simplement pour pouvoir prétexter sa sortie plus rapidement, il s’empare du verre et le bois tout sec, sous tes yeux ronds comme des billes. Un sourire en coin qui vient naitre sur tes lèvres, toi qui continue de siroter tranquillement ton verre pour ne pas faire comme lui. Parce que… À la façon dont il avait ingérer le tout, le buz serait franchement agressant! « Loin de moi l’envie de t’empêcher de t’amuser, alors je te souhaite de passer une bonne soirée… » Il a à peine le temps de se relever que tu vois son corps se pencher d’une drôle de façon, le forçant à se rassoir aussi vite que possible. « Par Merlin. » Tu serres les lèvres si fort pour t’empêcher d’éclater de rire. Mais par Merlin, il aurait pu boire moins vite aussi! Rapidement, ses deux prunelles aux coloris différents se retournent pour s’ancrer dans les tiennes et il te lance un sourire tout à fait craquant. « T’en as mis dans mon verre… » Et là, tu ris, tout simplement. Un doux rire que tu tentes à peine de cacher d’une main alors que l’autre, elle se lève dans les airs pour signifier un petit espace entre ton pouce et ton index. « Juste un petit, petit peu! » Tu continues de pouffer comme s’il n’y avait aucun  mal là-dedans, avant de prendre une énième gorgée. L’euphorie arrive plus lentement, mais tu en ferme les yeux comme pour mieux l’apprécier. Tu es à nouveau près de lui et tu lui assène un coup dans le dos, tout en continuant de rire! « Comme ça, t’auras plus ton balai d’enfoncé dans le cul! » Tu t’amuses bien trop maintenant, tes yeux continuant de le fixer. « Bon, alors on fait quoi maintenant, Hmm? On va danser dans un club? On s’attaque à ce couple? Allez. La nuit est encore jeune, je te laisse décider! »
Made by Neon Demon


ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Sam 5 Aoû - 18:29

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 348 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne
my name is no
And all the things I can't remember, as fucked up as it all may seem. The consequences that are rendered, I stretch myself beyond my means. ft. MAGGS SELWYN


Tu n’approuves pas ces manières de faire, et la voir prendre de la Poudre d’Escampette ne fait que te confirmer l’immaturité de la bourgeoisie qui circule dans ses veines. Tout ce que tu veux dorénavant, c’est fuir ce traquenard et cet acharnement de la part de Maggs. Qu’elle pense que tu fais ton coincé ne te fait ni chaud ni froid ni même ne te perturbe dans le fond, et c’est dans l’optique de partir au plus vite que tu bois ton verre d’une traite après une courte hésitation. Le manège de la rouquine marche à merveille, tu as eu beau te montrer suspicieux, le fait de la voir mettre de la poudre dans son propre verre a réussi à taire tes doutes. Quelle belle erreur. Il ne te suffit que d’un geste brusque, une tentative de te relever, pour comprendre l’écrasante vérité. Elle t’a dupé. En ton for intérieur la colère gronde, déjà bien ancrée dans tes chaires depuis quelques minutes et elle ne fait que grandir davantage lorsque tes mains retrouvent la table avec violence pour ne pas tomber purement et simplement au sol. Tout le bar tangue autour de toi comme si tu venais d’ingurgiter une bouteille entière d’alcool fort et pour peu tu te demanderais presque si la nausée ne t’atteint pas. Pourtant tu sens les problèmes qui t’assaillent se faire plus léger et, de nouveau assis sur la banquette bien que tu sois de travers, c’est d’un large sourire que tu viens faire comprendre à Maggs que tu as découvert son odieux geste. Son rire éclate au beau milieu du bar, malgré la table reculée que tu avais choisie exprès pour être tranquille et à l’abri des regards. Elle rit à s’en étouffer et bien que ton sourire ne désemplisse pas, il se transforme sans qu’elle ne le sache en rictus d’agacement. Juste un petit, petit peu! qu’elle te confirme et tu souffles en fermant un instant les yeux pour faire en sorte que le monde s’arrête de tourner. Même assis, ton corps chancelle sans que tu ne t’en rendes compte et tu poses de justesse ta paume contre le mur derrière vous.

Tu rouvres les yeux et a l’impression que ton rythme cardiaque s’accélère, te remémorant pourquoi tu détestes les symptômes d’une trop grande ivresse. Tu sais t’amuser jusqu’à être à l’aise et détendu, mais entre le réel alcool ingurgité et les effets de la Poudre, tu as tout bonnement l’impression de ne plus avoir le contrôle sur rien, et encore moins ton corps. Tu sens bientôt la chaleur de Maggs à tes côtés et tu souffles une nouvelle fois quand elle te donne une tape dans le dos. Comme ça, t’auras plus ton balai d’enfoncé dans le cul ! Tu grinces des dents en réponse, mâchoire qui se crispe et yeux vairons qui se mettent à briller sous l’effet euphorisant de la poudre qui malgré tout, ne parvient pas à faire taire la colère hargneuse et grondante qui te déchire de l’intérieur. Tu détournes le regard d’elle et fixes la porte d’entrée du bar qui te parait si loin soudainement. Bon, alors on fait quoi maintenant, Hmm ? On va danser dans un club ? On s’attaque à ce couple ? Allez. La nuit est encore jeune, je te laisse décider ! Le sourire disparait de ton visage et ton cerveau fuse aussi rapidement qu’il le peut dans ces conditions. Tu te redresses une nouvelle fois sur tes jambes pour fuir son contact et tu jurerais de sentir tes lèvres se retrousser temporairement d’énervement plusieurs fois de suite. Tu tangues sévèrement et viens poser ton autre paume contre la table, te tenant debout dans une position que tu sais précaire et tu grognes avant de faire violemment volte-face et de taper de la main qui se trouvait sur le mur contre ladite table en bois massif. Cette fois ton air est mauvais, à l’image de l’explosion qui t’assaille. Elle t’a cherché. « Il n’y a pas de on Maggs ! » que tu grognes comme un forcené, sourcils froncés et mèches rebelles qui tombent devant tes yeux. Ta respiration devient progressivement erratique et tu ne tiens pas droit sur tes jambes que tu sens légèrement flageolantes. La colère est là mais tout ton corps est comme dénué d’envie de se battre.  Sensation irritante pour un chasseur tel que toi qui est habitué à être en pleine possession de ses mouvements face à un danger. « Tu peux vouloir t’amuser autant que tu veux, mais ton futur mari est un membre de ma famille. Alors écoutes-moi bien. Il est. Hors. De. Question. Que l’on fasse quoi que ce soit. ». A mesure que tu parles, tu te penches en avant, ton visage à l’air noir se rapprochant du sien pour être sûr d’être bien compris. Tu ne gardes toutefois pas la proximité bien longtemps et t’éloignes hors de sa portée en donnant un coup de pied dans la chaise de la table.

« Ce n’est pas parce que tu es habituée à tout avoir en un claquement de doigts qu’il faut que tu agisses de la même manière avec les gens ! Quand je dis non, c’est non ! ». Tu beugles, hausses de plus en plus la voix. « Pour ce qui est de glisser de la poudre d’escampette dans mon verre, tu sauras que je n’approuve pas les coups bas de ce genre et que ça ne fait que me conforter dans mon choix de quitter tout de suite ta compagnie. ». Tu souffles. Encore. « Mais enfin t’es complètement FOLLE ! ». Agacé, au summum de la violence, tu t’écartes presque d’un bond de la table, chancelant en arrière et t’effondrant à moitié sur le sol, attirant par la même occasion les regards de certains clients, deux armoires à glace se dirigeant déjà dans votre direction. « Il y a un problème ? » que l’un des deux demande subitement. Tu te redresses comme tu peux sur tes jambes et signes à la négative en prenant le chemin de la sortie. « Aucun. ».        




Parchemin envoyé Sam 5 Aoû - 19:44

avatar
avatar
profil
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus, Betty et Ciena Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mes fiançailles avec Minos Nott ont été rompues quand mon nom a été trainé dans la boue, ou serait-ce plutôt lorsqu'il a été décapité par des loups?
malle
raise your wand
 
My name is "No".
MAÏN
I was in my zone. Before you came along, Now I'm thinking maybe you should go.

2 juillet 1991
Tu ne penses pas souvent aux conséquences de tes gestes. Souvent, on te dit que c’est de par ton nom, ou bien de ton sang qui coule dans tes veines. Comme une vraie bourgeoise américaine que tu es. Tu n’étais pas habituée à ce que l’on te dise non, et si c’était le cas, tu t’arrangeais pour travailler assez fort pour que les gens changent d’idées. C’était comme ça que tu avais aidé la compagnie familiale à se hisser davantage dans la société magique. Rares étaient les sorciers d’affaire qui avaient refusés ton offre. Tu es encore jeune et d’une drôle de manière, tu as l’impression que tu dois encore plus vivre le moment avant qu’on te marie à Minos, comme si tu savais qu’une grange partie de ta liberté s’envolerait. Même si tu lui en avais parlé, même si tu en pensais autrement. Quand tu as mis la Poudre d’Escampette dans le verre de Cain, tu n’as pas pensé une seule seconde qu’il pourrait t’en vouloir. Après tout, cette drogue vous met automatiquement un sourire sur le visage, non? Alors, comment est-ce que son visage arrive à former cet air haineux en t’observant de haut? « Il n’y a pas de on Maggs ! » La véracité de ses paroles te coulent sur la banquette, tu ne sais pas comment il arrive à tenir autant d’énergie négative avec la Poudre. Tu as déposé ton verre à moitié plein, comme si tu n’avais plus envie de ressentir ce drôle d’euphorie toi non plus. Tu l’observes, attendant la suite, car tu sais qu’elle s’en vient. « Tu peux vouloir t’amuser autant que tu veux, mais ton futur mari est un membre de ma famille. Alors écoutes-moi bien. Il est. Hors. De. Question. Que l’on fasse quoi que ce soit. » Merde. Il était vraiment, vraiment furieux. Tu avais l’impression d’être une enfant qu’on grondait. Mais tu avais mal agit, tu avais pris la chose d’une façon si insignifiante au départ. Parce que tu avais cru que c’était ce dont Caïn avait besoin pour se laisser aller un peu, pour qu’il s’amuse. Tu n’aurais jamais dû en mettre dans son verre à son insu, ses paroles te donnaient l’impression de t’enfoncer davantage. Tu étais assez intelligente pour te rendre compte que tu avais franchi la ligne. C’était ça, les remords? « Ce n’est pas parce que tu es habituée à tout avoir en un claquement de doigts qu’il faut que tu agisses de la même manière avec les gens ! Quand je dis non, c’est non ! Pour ce qui est de glisser de la poudre d’escampette dans mon verre, tu sauras que je n’approuve pas les coups bas de ce genre et que ça ne fait que me conforter dans mon choix de quitter tout de suite ta compagnie. » Carrément. Car elle n’était ni une bonne amie, ni un bon coup en cet instant présent. Elle avait l’impression que la Poudre d’escampette passait dans le mauvais trou, il y avait quelque chose qui cloquait. C’était possible de ressentir de telles sensations après avoir ingéré cette drogue?

« Mais enfin t’es complètement FOLLE ! » Je suis désolée Sont les mots qui restent pris dans ta gorge. Tu sais que ça ne servirait à rien, là maintenant. Les cris ont attiré l’attention de la majorité des sorciers dans ce bar miteux. En temps normal, tu aurais trouvé la situation intéressante si ce n’était pas cette drôle d’envie qui prenait part de ton être toute entier. Celle que Caïn te faisais ressentir et que tu méritais amplement, au fond. « Il y a un problème ? » Tu as à peine remarqué ces deux sorciers se rapprocher de toi, tant tu étais concentrée vers cette foutue table depuis quelques secondes déjà. Tu relèves les prunelles comme impressionnée par la grandeur des deux hommes qui s’intéressent désormais à ton sort, se voulant deux preux chevaliers. Si ta bouche n’était pas bien scellée, tu les aurais bien envoyé bouler parce que tu n’aimais pas qu’on prenne ta défense. Tu étais une femme forte, bien capable de te défendre par toi-même. Les effets de la Poudre ne suffissent pas à te faire sentir euphorique, putain Caïn est meilleur pour débuzer que dix cafés en ligne. « Aucun. » Il te donne l’impression que ce simple mot est une injure, il arrive à se frayer un chemin en te dépassant et en tentant de se sauver de cet endroit. Ta tête qui se tourne rapidement pour l’observer s’en aller, la bouche à demie-entrouverte comme encore sonnée dans cette situation qui n’est franchement plus de ton ressort. Tu ne sais pas comment tu fais, mais déjà tu t’es levée, oubliant ta dernière posture de statue pour le suivre. Il ne réussit pas à se rendre à la sortie quand déjà son corps tangue à nouveau en le clouant au sol. Déjà tu es à ses côtés, en tentant de l’aider : « Accroches-toi à moi» On aurait dit une vierge effarouchée qui explosait à la seconde où tu avais déposé tes mains sur lui. Comme un vilain électrochoc qui le forçait à se défaire de ton étreinte, avec une violence non-contenue, te faisant reculer de quelques pas, juste assez pour être arrêtée par l’un des corps de cette armoire à glace. « Hey oh, t’aurais pu lui faire mal! » Sa voix est si grave qu’elle résonne en ton for intérieure, déjà son acolyte fonce sur Caïn sans que tu ne puisses faire quoi que ce soit. Il l’agrippe par le haut du col de son manteau de cuir pour franchir les quelques pas de la porte, dire qu’il était si près du but. Déjà, on le jette dehors et Maggs rouspète en suivant les deux hommes. Tu sais que dans l’état dans lequel se trouve Caïn, il n’aurait pas l’avantage. Surtout par la colère qui le faisait gronder que par la Poudre. Ils en viendraient sans doute au point, pire à la baguette et du connaissait l’effet de la drogue sur la magie. Paniquée, tes talons claquent pour te positionner entre les rustres et Caïn. Tu te rapproches assez de lui, tu lèves les mains comme pour prendre son visage entre tes doigts, mais tu t’arrêtes au dernier moment. « S’il-te-plait! Laisse-moi t’aider! » Que tu rajoutes une dernière fois, les injures continuant de fuser derrière toi. « C’est en faisant mal aux femmes que tu les gardes accrochées, c’est ça?! » Ton corps trembles déjà, la panique qui se lit dans tes prunelles quand tu continues de le supplier. Qu’il te suive sans histoire, tu n’as plus aucune envie de finir dans son lit, là maintenant, c’est la peur qui te dicte de partir au plus vite d’ici et de t’assurer qu’il rentre bien chez lui.

Made by Neon Demon


ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Dim 6 Aoû - 15:44

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 348 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne
my name is no
And all the things I can't remember, as fucked up as it all may seem. The consequences that are rendered, I stretch myself beyond my means. ft. MAGGS SELWYN


Ta rage gronde et s’exprime bien plus férocement que tu ne le voudrais. Tu n’avais pas prévu que ta soirée se déroulerait de cette manière. Tu n’as pourtant pas un mauvais fond, mais le fait est que tu as perdu patience, et ce qui t’agace un peu plus encore, c’est le fait que Maggs ait trouvé le moyen de glisser de la poudre à ton insu, avec la réelle volonté de te mettre dans un état qui serait tout sauf naturel. Tu ressens les effets de la poudre qui veut te pousser à voir le monde avec plus de légèreté mais ton esprit rationnel ne veut pas démordre et se laisser avoir. L’effet d’ivresse est malgré tout bien présent et te fait tourner bien plus que tu ne voudrais le laisser croire. Tes gestes sont désordonnés et maladroits, tu tiens à peine sur tes jambes qui te donnent l’impression de claquer entre elles férocement, simple illusion de ton imagination. Elles flagellent oui, mais tu parviens à garder le contrôle de ce côté-là. Seule ta colère explose au visage de la rouquine qui espérait passer du bon temps alors que tu la traites de folle, envoyant voler l’une des chaise de la table d’un coup de pied, plus violent que tu ne voudrais. Si tu réagis avec autant de force, c’est aussi car pas plus tard que deux trois jours en arrière, tu trouvais Priam en proie à cette euphorie si particulière. Sans doute es-tu un peu vieux jeu ou bien trop porté sur l’envie d’être au top de ta forme pour ne pas voir en cette poudre un moyen de s’amuser, sans doute es-tu même un peu trop grognon tu n’en sais rien, mais une chose est sûre : tu n’approuves pas.

Tu l’observes baisser les yeux, se faisant subitement bien silencieuse et au fond ça te rassure, elle semble avoir la décence de se rendre compte de son attitude bien trop enfantine ou capricieuse. Car à tes yeux, tout cela n’était qu’un caprice, une simple volonté d’avoir ce qu’elle veut. Mais tu n’es pas de ces simplets d’esprits qui ne pensent qu’avec leur entrejambe. Tu n’es pas parfait, loin de là, mais ton éducation t’a apporté des principes contre lesquels tu ne saurais allé, et ce n’est pas faute de l’avoir prévenue à maintes reprises. Il y a un problème ? Tes billes se posent comme elles peuvent sur l’une des deux armoires à glace sur patte et tu signes à la négative, cherchant à te diriger vers la fameuse porte de sortie. Il n’y a aucun problème. Aucun qui ne les concerne en tout cas et tu reprends ton chemin, mais déjà tu tangues et retombes sur le sol, assis de justesse grâce à tes mains qui se rattrapent à Merlin sait quoi, faisant tomber quelques verres au passage qui s’effondrent et se brisent à même le sol. Dans un grognement sourd, tu entends bientôt la voix de Maggs résonner en écho à tes tympans, tes yeux se fermant et s’ouvrant dans des grimaces successives à mesure que tu tentes de balayer les effets de la poudre. En vain. La sorcière pose ses doigts sur toi, et, furibond, tu te dégages de son étreinte d’un coup sec, la repoussant de façon mesurée, mais la poussant malgré tout, ce qui ne manque pas de faire rappliquer un peu plus la sécurité. Hey oh, t’aurais pu lui faire mal ! Tu lèves les yeux d’un air mauvais en essayant de te redresser sur tes jambes quand tu en vois un foncer sur toi et sens la pression de ses doigts contre ton col.

En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, tu te retrouves levé et jeté dans la rue comme une vulgaire créature indigne. C’est à plat ventre que tu atterris sur le bitume humide, manquant de peu de te fracasser le menton. Si tu as moins de réflexe que dans ton état normal, tu parviens malgré tout à te mettre assis, l’air plus mauvais que jamais et tu te lèves sur tes jambes, Maggs arrivant dans ton sillage en s’énervant contre les mastodontes. Tu la vois amorcer un geste à ton encontre et se figer aussi sec mais tes yeux vairons ne scrutent que les deux abrutis, ta poitrine s’élevant et s’abaissant à un rythme effréné. S’il-te-plait ! Laisse-moi t’aider ! Sur le moment, tu te mords la lèvre inférieure en daignant tourner les yeux vers elle, prêt à la laisser faire mais c’est sans compter sur les mots qui fusent alors à ton encontre. C’est en faisant mal aux femmes que tu les gardes accrochées, c’est ça ?! C’est un éclat de sauvagerie qui passe tel un voile dans tes prunelles et tu te relèves sur tes jambes non sans chanceler. Furibond, tu t’approches du type et viens taper contre son torse de la paume de ta main avant de le pointer de ton index. « Toi on t’a pas sonné, t’as rien à me dire. Tu sais pas à qui tu t’adresses. ». L’armoire à glace t’offre un sourire large avant de te choper à nouveau par le col de ta veste et tu te dégages violemment de son étreinte en le repoussant. « Me touche pas. ». Dans ta manœuvre, tu manques de basculer en arrière et c’est un coup de poing partant dans ta mâchoire qui te renvoie au sol suite à ton état précaire. « Tire-toi de là, boursouf. ». Ta fierté en prend un coup immense mais tu les laisses filer, jugeant que tu vaux mieux que ça et tu te remets assis, en silence, sans adresser un seul regard à Maggs.




Parchemin envoyé Lun 7 Aoû - 1:08

avatar
avatar
profil
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus, Betty et Ciena Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Mes fiançailles avec Minos Nott ont été rompues quand mon nom a été trainé dans la boue, ou serait-ce plutôt lorsqu'il a été décapité par des loups?
malle
raise your wand
 
My name is "No".
MAÏN
I was in my zone. Before you came along, Now I'm thinking maybe you should go.

2 juillet 1991
Une douche froide, c’était ce que tu avais eu l’impression d’avoir quand Caïn avait ouvert la bouche. Tu te sentais comme une souris devant un grand méchant matou. Prise au piège, comme la dernière merde qui existait dans ce monde sorcier. Tu t’étais souvent fais traiter de folle par le passé, tout comme un tas d’injures quand tu côtoyais Mererid, ou bien tout simplement parce qu’on associait ton nom à l’argent. À cette foutue jalousie qui pourrissait l’esprit de plusieurs. Tu t’en fichais. Ça te passait bien par-dessus la tête puisque que avais autre chose à faire que d’écouter leurs ragots. Mais quand tu te faisais parler ainsi par quelqu’un de ta famille ou l’un de tes amis, ça te donnait l’impression de recevoir une claque en plein visage. Étrange puisque le sorcier aux prunelles de couleurs différentes n’était aucun des deux. Alors pourquoi donc avais-tu l’impression d’avoir vraiment mal agis, maintenant qu’il te le remettait en plein visage? La drogue, ce n’était pas rien, jamais tu n’aurais fait ce genre de chose à Tina. Tes pensées légères et tes envies t’avaient poussée à t’essayer une fois de plus sur Caïn, mais il ne l’avait pas apprécié. Avec raison. Et là, tu avais du mal à retrouver un semblant d’intelligence quand la Poudre t’enivrait. La seule chose qui t’en empêchait était les deux êtres à se trouver désormais derrière toi. Tu tentes de calmer Caïn, tu te fiches de ce qu’ils peuvent penser ou dire, ce n’est pas leur problème.

Mais l’un d’eux en rajoute une couche, comme s’il voulait voir s’ils avaient raison. Caïn n’était pas ce genre d’homme à battre les femmes, du moins, pas dans les circonstances actuelles. Maggs n’était ni une traitre ni un monstre, jamais il n’avait levé la main sur elle. Il trouve la force de se relever de ses jambes, et passe tout simplement à côté de toi comme si tu n’existais pas pour venir faire face aux deux armoires à glace. « Toi on t’a pas sonné, t’as rien à me dire. Tu sais pas à qui tu t’adresses. » Un homme trop enivré, de toutes façons. Tu laisses échapper un long soupire en observant leur manège. Les hommes. Tu ne comprendras jamais leur envie de toujours vouloir montrer qui est le plus fort. « Me touche pas. ». Tu tentes de te rapprocher pour les séparer, mais déjà Caïn est poussé quelques centimètres plus loin et reçoit ensuite une droite en plein visage. « Tire-toi de là, boursouf. ». Là, tu t’interposes vraiment entre eux et tu dis avec une voix bien moins forte que tu ne le penses : « Mais dégagez! » Ils ne comprennent pas, mais ils lèvent les yeux au ciel et tu peux entendre les injures qu’ils te lancent quand ils se retournent pour rentrer dans le bar. Tu finis par rejoindre Caïn au sol, en te mettant à genoux, là tu ne te retiens pas et l’une de tes mains vient empoigner son menton. « Well, fuck. » Tu sors un mouchoir de ton sac à main pour venir l’étamper contre la joue du sorcier, en sang. « Comment j’me sens comme le pire déchet qui existe sur terre, là. » Contrariée, tu lâches son visage et te remet debout, en manquant aussi de trébucher. Tu te penches d’une drôle de façon – comme ton état le permet – et te met à tirer sur le chasseur. « Alleeeezz. Lèves-toi. Je te ramène chez toi. » Tu es plus habituée que lui à la Poudre, alors tu arrives encore à avoir les pensées claires. Tu te jures de ne pas le toucher ce soir, mais tu te doutes qu’il te croit que tu le dises ou non. En espérant seulement qu’il lâcherait l’affaire. Tu ne le laisserais pas dans cet état dans les rues de Londres.

Made by Neon Demon



ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Mer 9 Aoû - 10:34

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 348 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne
my name is no
And all the things I can't remember, as fucked up as it all may seem. The consequences that are rendered, I stretch myself beyond my means. ft. MAGGS SELWYN


Ce n’était pas de cette manière que tu avais imaginé ta fin de journée, ça non. Autant dire que tu l’as clairement mauvaise et que tu bouillonnes de rage. Maggs n’est pas la seule raison à ce trouble, quand bien même elle atteigne le panthéon du summum de la bêtise effroyable. De celle que tu ne la pensais pas capable de faire. Tu ne la pensais pas acharnée au point de vouloir tenter de te dérider par tous les moyens possible alors que tu as tout fait pour qu’elle comprenne qu’il en était hors de question dorénavant. C’est la fierté masculine et l’éducation reçue de par ton rang, mais également la poudre qui fait que tu te relèves sur tes jambes pour venir t’en prendre à l’immonde scrout-à-pétard qui ose prétendre des choses sur ton compte. Tu te fais menaçant mais tu ne cognes pas, tu veux juste remettre les points sur les i, quand bien même le monde ne file toujours pas droit autour de toi. L’autre n’a d’ailleurs pas besoin de faire grand-chose pour que tu ne retombes lourdement sur le sol. Il n’a suffi que d’un coup dans la mâchoire pour que tu ne finisses de nouveau à mordre le bitume, honte évidente vissée au creux de tes tripes. Les armoires à glace rentrent dans le bar pendant que tu te mets à genoux en soufflant et crachant une gerbe de sang au sol, juste avant que Maggs ne vienne à tes côtés et t’attrape le menton. Quelle est donc cette putain de manie chez les femmes dernièrement de vouloir inspecter des plaies minimes sur ton visage ? Entre Perséphone et la Selwyn, tu es servi.

Un grognement s’échappe de tes lèvres alors que tu tentes vainement d’écarter ton visage de sa prise sans y parvenir. Tu fermes les yeux, les serre un instant pour balayer la vision tordue de tes prunelles sous le joug de l’ivresse. Tu les gardes un moment fermés, jusqu’à ce que Maggs ne reprenne la parole. Comment j’me sens comme le pire déchet qui existe sur terre, là. Tu meurs d’envie de lâcher un sec j’en ai rien à foutre mais tu te retiens, le plus urgent étant de rentrer chez toi et fuir cette bombabouse ambulante. Tu crois te relever mais en réalité tu n’as pas bougé d’un centimètre et ça t’épuise d’avance. Aucun alcool, aussi fort soit-il n’avait pu te mettre dans un état pareil. Tu détestes ne pas avoir le plein contrôle sur ton corps et tes capacités. Subitement, tu te sens tiré vers le haut et gronde dans le fond de ta gorge. Alleeeezz. Lèves-toi. Je te ramène chez toi. Maggs est toujours là. Tu soupires, te relèves enfin et te mets à avancer, que la sorcière suive le mouvement ou pas. « Je suis capable de rentrer chez moi. ». C’est tel un loup protégeant sa tanière que tu tiens la majorité du monde éloigné de ton habitation. Hormis quelques veinards, d’aucun ne peut se darder d’avoir un jour franchi le pas de ta porte. Et ceux qui auraient malencontreusement essayé de transplaner à l’intérieur ont dû avoir très mal en constatant qu’ils ne le pouvaient pas. Pour cette seule et unique raison, Maggs n’a jamais mis les pieds chez toi et ne le ferait pas aujourd’hui, aussi sincère puisse-t-elle être dans sa démarche. Tu ne fais d’ailleurs que quelques pas avec elle, jusqu’à vous éloigner de la ruelle du fameux bar et tu t’écartes, chancelant toujours sur tes jambes mais tenant debout.

« Rentre chez toi, Maggs. ». Si la colère est toujours là, tu te fais moins sauvage et parles plutôt d’une voix las en premier lieu. « Tu en as assez fait. ». Pour sûr, elle n’aurait pas pu faire plus ! Fronçant les sourcils, tu te remets à avancer, agacé et humilié aussi. Tu essuies le sang de la coupure de ta lèvre d’un revers de manche et tu ne t’arrêtes pas, la sentant pertinemment dans ton dos. « Rentre. Chez. Toi. » que tu souffles cette fois en te retournant et la fusillant du regard, des cheveux traînant devant tes yeux. « Fais ce que tu veux, mais ne me suis pas. ». Et sans un mot de plus, tu la laisses là et transplanes aussi sec pour atterrir devant la porte de ton appartement d’un soupir.




 

MY NAME IS "NO". ❱ MAÏN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers-