Partagez | 
(HOT +18) guilty pleasure (maggs)

()
Parchemin envoyé Mer 26 Juil - 5:07

avatar
avatar
profil
Je suis : narcotique , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 63 hiboux. J’incarne : chris wood , et l’avatar que je porte a été créé par : mad hattress (ava) beerus (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : jules rackharrow & merlyn parkinson Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : trente deux ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : membre du magenmagot et responsable de la sécurité à la Sainte Mangouste J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré entre le devoir et l'amour. Enchaîné à une jeune Selwyn
malle
raise your wand
 
What will I embrace? In the shadows of desire
I abandon ideals drenched in pain
It’s like this is another world Even so it is the truth
I will protect you with these stained hands  (@another heaven // beerus)
guilty crown
Minos & Maggs
Le verre de pure feu qui se balance entre ses doigts, quelques pages jaunis dans l'autre main et l'esprit ailleurs, parcourant avec regrets les contrés de l'orient, inconnu et inaccessible. Inlassablement, elle hante chacune de ses pensées, avec acharnement, elle reste gravé au fer brûlant dans tout son être. Le manque, sans nul doute la pire sensation qui soit, bien plus cruel que toute la tristesse du monde, plus violent que la rage d'une bête nocturne. Incapable de se débarrasser de ce sentiment vibrant à travers ton son être, il a déjà fait les cent pas comme un lion en cage, il a noyé ce vide en lui dans l'alcool, il s'est perdu dans son travail, mais rien n'y fait, il lui est impossible de faire disparaître cette sensation de vide qui 'a remplacé. Il se retrouve complètement désarmé, incapable d'agir, paralyser par ce qu'il ressentait pour cette femme, il maudit au plus profond de son être cette tendresse si humaine. Cette lâcheté rampante au fond de son cœur, rampante sans relâche jusqu'à le prendre à la gorge. Cet ombre sinistre qui plane autour de lui, tel un vautour qui attend patiemment que sa proie abandonne tout espoir. Cette espoir fugace, infidèle qui lui permet de continuer d'avancer à travers le désert qu'elle a laisser à son départ. Il le sait bien, il ne trouver aucun réconfort où que ce soit, son cœur s'étant cloîtré depuis longtemps dans le secret. Inconsciemment, il se condamnait à l'errance, sans un mot il s'égarait parmi les ombres et les cœurs en miettes. Il ne pouvait plus corriger ses erreurs passés, depuis longtemps déjà il avait franchi le point de non retour. Les blessures qu'il lui avait infliger étaient trop vive dans le cœur de la jeune femme, elle avait donc décidée de fuir son amant, son bourreau et il ne pouvait pas la blâmer.

Alors il avait finalement reprit le cours de sa vie. Il continua de marcher avec cette étrange sensation de vide à la place du cœur, avec cette colère brûlante au fond des tripes, la rage. Même si tout semblait fade, vide de sens, il n'avait pas d'autre choix que d'avancer. Un Nott ne pouvait se laisser abattre aussi facilement, il ne devait pas être aussi fragile. Ironie qui lui arracha un léger rictus au coin des lèvres tandis que le dossier vola sur le bureau. Une affaire comme les autres, d'autres absurdités dont il devait s'occuper, pour maintenir son image, cette image si précieuse à son sang. Celui qui prononce les sentences, celui qui abat le couperet de la justice sans une once de pitié. Justice aveugle qui agit pour un monde de fou, le rôle idéal. D'une traite, il achève son verre, sans la moindre attention pour cette saveur bien trop familière. Même l'alcool avait perdu tout son intérêt, les nuits passé à noyer le regret on balayer le plaisir de la consommation, il était devenu comme une espèce de médicament pour pauvre misérable. Un poison factice offrant un bref instant d'insouciance rapidement balayer. Il fini par soupirer en fermant les yeux quelques instants, confortablement installer sur le siège de bureau en cuir ébène. La pièce en bois massif éclairé par quelques lueurs flottante, atmosphère enchanté tandis que l'obscurité se lève peu à peu à l'horizon. La journée s'achève, laissant sa place à la douceur de la nuit et ses précieuses vertus.

Pourtant, il le sait d'avance que Morphée sera absent ce soir. Personne ne lui apportera le sommeil tant désiré. La nuit serait longue sans un compagnon de route pour l'emporter vers cette délicate échappatoire onirique. Victime de ses décisions passés, tourmenter par les paroles qu'il a un jour osé prononcé à son égard, ce n'est qu'un grincement de porte qui le ramène à la réalité. Le Nott ouvre les yeux, redresse la tête vers la silhouette féminine qui se dessine dans la pièce, sans reconnaître le visage de la responsable de cette intrusion. Il s'apprête à la mettre dehors en croyant que c'est une de ses sœurs mais à l'instant où il s'apprête a ouvrir la bouche, il reconnaît le visage de la Selwyn. Cette fille à laquelle on veut l'unir, sa jeune fiancée. Un engagement négocier uniquement par intérêt, responsable de la rupture final. Il la détails un instant, que fait elle ici ? Il l'ignore, mais sûrement n'était elle pas venu sans raison, les muscles se détente légèrement tanids qu'il prend la parole. « Bonsoir, Maggs. » Il l'appelle ainsi car elle avait insisté pour être appeler ainsi, mais après tout, c'est ainsi que tous la nomme. « C'est une surprise de te voir ici. Que me veux cette visite aussi tardive ? » Il le savait qu'ils devaient bientôt se marier, étape essentiel de cette alliance récente. Ils avaient déjà eu l'occasion d'échanger à quelques reprises, trop peu pour qu'ils apprennent réellement a se connaître. Mais Minos avait compris une chose, sa liberté était tout ce qu'elle désirait, elle ne voulait pas de cette union... Ou du moins, pas sous sa forme la plus strict. Alors il n'aurait jamais imaginer la voir se présenter à lui d'elle même.



  It's my will with all my might to  stay strong put up a fight. I'm so lost but not afraid, I've been broken, I'll rise again
on my own

Parchemin envoyé Ven 28 Juil - 17:38

avatar
avatar
profil
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 39 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : Nebula . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus, Betty et Ciena Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Je suis fiancée avec Minos Nott.
malle
raise your wand
 
Perfect by Design.
MANOS
Can you rip the stitches one by one. I'll wake you up and let you know it's done. You can hide but you know you can't run.

14 juillet 1991 Elle laisse échapper un cri, comme pour signifier injustice dans lequel elle vivait. Ou semblait-elle vivre, car ce  n’était pas principalement la fin du monde considérant qu’elle se trouvait dans une immense demeure familiale, à s’observer dans le miroir de sa toilette. On l’emprisonnait comme une lionne de cirque, comme si on souhaitait la voir porter la marque pour qu’elle rêve de plus de liberté. Elle ne pourrait pas s’abaisser à cela, mais pourtant, elle commençait à divaguer la sorcière.  Des mois qu’on avait ordonné la fermeture des frontières, ce qui l’empêchait d’effectuer ce qui l’occupait. Son travail, celui de voyager à travers le monde et de s’assurer des bonnes relations commerciales pour la compagnie de ses parents. Il y avait les limites du possible avec le Royaume-Uni comme relations commerciales. Elle avait beau voyager en Écosse et en Irlande comme elle en avait envie, la sorcière s’ennuyait du pays qui avait marqué leur famille; les États-Unis. Elle devait utiliser les moyens moldu si elle voulait continuer de voyager de par le monde et elle n’avait pas encore envisagé cette solution, mais ça ne saurait tarder. Son problème n’était pas du tout réglé, même qu’il commençait à empirer. C’était peut-être ce qui avait poussé son père à vouloir la marier. Il savait à quel point tout la démangeait. Elle devait être occupée, c’était par le travail qu’elle avait lentement délaissé ses envies ludiques. Elle arrivait à se contenter d’une aventure par semaine, voire aux deux semaines ce qui était un grand avancement comparativement à auparavant. Désormais, elle avait l’impression que son corps le lui réclamait plus que tout. Cette sensation qui la triturait, celle du regard de sa famille qui sentait qu’elle les échappait. Oui elle avait un problème, et on n’avait pas eu besoin de le régler avant qu’on ferme ses foutues frontières.

Elle décide qu’il est temps de sortir, incapable de rester une seconde de plus dans cette chambre. Elle enfile une robe-chemise marine par-dessus ses dessous fins en dentelle d’un blanc immaculé, tout le contraire de ses réelles intentions. Ce soir, elle avait teint ses cheveux en rouge feu, cette couleur qu'elle appréciait tant pour la force qu'elle transmettait. Elle met sa baguette dans son sac à main, après avoir transplané devant une immense maison, une qu’elle avait visitée très peu de fois. Quand elle toque à la porte, elle se demande bien qui de cette imposante famille lui répondrait. Un sourire s’élargit sur ses lèvres quand c’est l’elfe de maison qui lui permet de pénétrer dans les lieux. Elle n’est pas de ce genre de personne à cracher sur ces êtres, elle appréciait leur infinie loyauté envers leurs maitres, en espérant que ces derniers étaient gentils. « Bonsoir toi! Je suis venue voir Minos, tu pourrais me conduire jusqu’à lui s’il-te-plait? » Elle se penche en disant cela, et si l’elfe l’observe d’un drôle d’air au départ, comme si elle cachait un couteau dans ses mains, il finit par accepter d’un léger hochement de tête. La chance lui sourit quand elle ne rencontre pas âme qui vive, pas besoin de s’expliquer à quiconque ainsi. Ses talons claquent sur le plancher en lui donnant un air presque lugubre, mais elle continue d’avancer la tête haute, si jamais elle rencontre un Nott. L’elfe lui pointe une porte, elle se demande s’il s’agit de sa chambre ou d’une autre pièce, qu’à cela ne tienne, elle entre sans même cogner. Un sourire s’affiche sur son visage, un air espiègle et quand Minos lève la tête d’abord agacée, la surprise remplace le reste.  « Bonsoir, Maggs. » Elle est d’humeur taquine, parce qu’elle ne répond pas tout de suite sa politesse. Non, soyons francs, quand est-ce que Maggs était réellement polie? Du moins, devant les gens auxquels elle avait à être hypocrite. « C'est une surprise de te voir ici. Que me veut cette visite aussi tardive ? » Elle s’est rapprochée de Minos et de son bureau, elle contourne même un des sofa qui lui fait face pour s’y asseoir, en faisant atrocement papillonner ses cils. « J’ai des questions pour toi. Et puis, je m’ennuyais. » Sa main qui balaye sa phrase, comme si ça expliquait tout. Ses prunelles se ferment doucement en une légère fente et elle l’ausculte. « Quand tu as dit que tu n’avais rien entendu des histoires à mon sujet. C’était un mensonge, hum? » Ou sa réputation n’avait pas atteint la famille Nott. Elle se doutait que Mererid se chargerait du reste. « Et par notre accord, je voulais ajouter une autre chose. La vérité. Toujours. Je ne supporte pas les faussetés. » Sa voix qui claque, qui demande sans merci. Rien d’une femme fiancée de sang-pure qui avait des bonnes manières. Mais si Minos ne connaissait vraiment pas ses relations, alors il apprendrait vite qui elle était réellement…

Made by Neon Demon


ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Ven 28 Juil - 18:38

avatar
avatar
profil
Je suis : narcotique , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 63 hiboux. J’incarne : chris wood , et l’avatar que je porte a été créé par : mad hattress (ava) beerus (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : jules rackharrow & merlyn parkinson Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : trente deux ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : membre du magenmagot et responsable de la sécurité à la Sainte Mangouste J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré entre le devoir et l'amour. Enchaîné à une jeune Selwyn
malle
raise your wand
 
What will I embrace? In the shadows of desire
I abandon ideals drenched in pain
It’s like this is another world Even so it is the truth
I will protect you with these stained hands  (@another heaven // beerus)
guilty crown
Minos & Maggs
Il en l'a quitte pas des yeux, légèrement incongru par sa présence en ces lieux, les raisons de cette intrusion. Il ne parvint pas réellement à définir un conducteur logique à sa question, même ses réponses n'éclaircissaient rien, comme s'il y avait quelque chose derrière tout cela. Une autre raison sur laquelle il n'arrivait pas à mettre le doigt. Ou étais-ce cette chevelure de feu qu'elle arbore qui le trouble ? Il ne pourrait le dire. Il est incapable de définir ce qui le traverse à cet instant, un étrange cocktail de surprise, d'agacement mais aussi de soulagement. Cette dernière sensation était la plus inexplicable de tous, ce n'était pas logique qu'il soit soulager de voir le visage de cette femme qu'il ne refuse de voir comme sa future épouse.Pourtant, elle le fascine, sa présence balaie le poids qu'il porte sur les épaules, il se sentirait presque libéré de toute chaîne, de tout devoir en sa présence. Un ressenti qui lui parcours l'échine depuis leur première rencontre et qui encore aujourd'hui, dès que leur regards se croise, ressurgit sans cesse. Au fond, qui était elle ? Il l'ignorait en réalité, il ne connaissait que la réputation des Selwyn, il s'était contenté des apparences, sans plus, il ne désirait pas en voir plus. Ils n'étaient qu'un nom, une réputation comme était les Nott. Il était bien conscient que personne ne cherchait au delà de cela, alors il se contentait de suivre le mouvement, le silence était devenu son royaume, son trône. Rester muet, persister l'ombre de son aîné, voilà son devoir. Pourtant, sa présence faisait tremblé ses fondations, elle était comme une source de lumière, de chaleur, bien trop intense pour celui qui vivait sous le voile de l'obscurité. Une mystérieuse étoile qui vint soudainement éclairer un horizon bien trop flou. Elle lui faisait peur en réalité, il craignait de se brûler en approchant trop près d'elle.

Alors il maintient une certaine distance, sans pour autant la lâche du regard. On dirait que les conventions lui passent au dessus de la tête, rapidement elle semble prendre ses aises dans son bureau. Il pourrait soupirer, mais celui-ci s'efface dans sa gorge. Il ne comprend pas comment l'ennui peu l'amener jusqu'à lui, c'était un chemin quelque pu vide de sens pour le Nott, il n'était pas une grande source de divertissement aux yeux de beaucoup. Il n'avait pas se lâcher prise que beaucoup possédait, il n'avait pas cet esprit ouvert aux frivolités diverses et variés. Au fond, cet homme était vide de sens, sans réelle intérêt. Il détourne un instant le regard, jusqu'à ce que la suite gronde, tel le tonnerre, dans ses oreilles. La vérité ? Pensait elle qu'il mentait alors ? Devrait-il savoir des choses sur elle qu'il ignore  Devait-il réellement porter attentions aux ragots d'un monde qui se berce dans sa propre folie. Un soupir s'évapora entre ses lèvres, à peine perceptible tandis qu'il effleure simplement sa baguette. Le service à boisson s'éveille magiquement. « Tu souhaites quelque chose à boire ? Vas-y, sers toi. » Puis il se leva de son bureau, rejoignant lentement le centre de la pièce, ce maigre salon aménager pour accueillir les proche. Il se place sur le fauteuil face au sofa avant de reprendre la parole. « La vérité, bien, mais je demandes alors la même chose venant de toi. Aucun secret. Et donc, je ne connais que la réputation des Selwyn, rien de plus. » Il marque un léger silence. Le Nott se permet de réfléchir quelques secondes, rien d'autre ne lui vient à l'esprit concernant le nom de Selwyn, non, rien. Il ne portait aucune attention à ce qui s'égarait dans les couloirs, cela avaient trop peu de valeur, bien souvent les ragots se distorde et se déforme pour devenir un ramassis d'absurdité.

« Mais. J'en conclu qu'il y a quelque chose que je devrais savoir, c'est cela ? » Il n'était pas adepte de la lecture moldue, il ne connaissait pas Sherlock Holmes, mais cela ne l'empêchait d'essayer d'analyser, de déduire les choses du mieux qu'il pouvait avec le peu d'information qu'il possédait. Une façon d'expérimenter les limites de son esprit, de voir ce qu'on ne voyait pas du premier coup d’œil, un atout majeur lorsqu'on siège au département de la justice magique. « Cela fait la seconde fois que tu me pose cette question, comme si tu essayais de fuir quelque chose. Un mort peut être ? Personnellement, je ne pourrais pas te juger, ce n'est pas mon rôle de futur époux. Au contraire, je me dois de te soutenir en toute circonstance ainsi que de te faire confiance. Tu comprends bien que si des secrets persistent entre nous, cela ne sera pas possible. Et faire des concession est aussi essentiel pour créer des liens, vu qu'on partagera un jour le même lit. » Délicat mensonge, imperceptible, il se convainc lui-même du bon sens de ses propos alors qu'il est incapable de se détacher d'elle, il est incapable d'oublier cette femme avec qui il a tant partager, incapable d'oublier le regard de ceux qu'il a trahi, incapable de pardonner son impuissance face à la mort de son père. Mais l'espace d'un instant, d'une nuit à ses côtés il oubliait.



  It's my will with all my might to  stay strong put up a fight. I'm so lost but not afraid, I've been broken, I'll rise again
on my own

Parchemin envoyé Ven 28 Juil - 19:16

avatar
avatar
profil
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 39 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : Nebula . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus, Betty et Ciena Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Je suis fiancée avec Minos Nott.
malle
raise your wand
 
Perfect by Design.
MANOS
Can you rip the stitches one by one. I'll wake you up and let you know it's done. You can hide but you know you can't run.

14 juillet 1991
Elle s’était fait jouée dans le dos par le passé, on lui avait menti, on avait dit bien des ragots à son sujet. La Selwyn était une forte tête, une femme qui croyait qu’elle méritait bien plus dans la société que celle qu’on semblait accorder aux gens de son sexe. C’était ce qu’elle avait connu dans son emploi, parce qu’on ne passait pas par des hommes avant elle. Parce que c’était elle qui devait s’assurer que tout était parfait et que leur famille continuait de faire des profits. Elle ne mêlait jamais son travail à autre chose, c’était un pas qu’elle n’avait jamais franchi et elle en était des plus fière. Sinon, son père ne l’aurait pas accepté. Sa manipulation se limitait aux paroles qu’elle utilisait et non par son corps. Mais de ce fait, ces frontières fermées ne lui permettaient pas d’obtenir tout ce qu’elle désirait. Et une Maggs ennuyée, ça ne disait vraiment rien qui vaille. Ce qui expliquait que ses parents auraient été furieux à l’idée de la retrouver ici, dans le bureau de son futur époux. Ils savaient ce dont quoi elle était capable et d’une étrange manière, ce soir ça semblait lui donner des ailes plus qu’autre chose. Comme si elle se doutait de la façon dont se terminerait leur conversation. Parce qu’elle travaillait toujours bien fort pour obtenir ce qu’elle désirait. « Tu souhaites quelque chose à boire ? Vas-y, sers toi. » Ses prunelles se tournent vers le bar et elle use de sa baguette pour se servir une sorte de Cosmopolitain version sorcier. Qui saura embrouiller ses pensées plus vite qu’il ne le faut. Il vient s’installer près d’elle, c’est bien car elle pourra continuer de l’observer. Elle se demande souvent pourquoi elle n’a pas remarqué Minos auparavant, sans doute parce qu’elle avait une légère tendance à s’intéresser aux héritiers des familles. Et Quintus avait toujours été un pas qu’elle n’avait pas osé franchir, de par sa prestance et car sa position au sein des mangemort la terrifiait.

« La vérité, bien, mais je demandes alors la même chose venant de toi. Aucun secret. Et donc, je ne connais que la réputation des Selwyn, rien de plus. » Elle fronçait les sourcils, pourquoi espérait-elle qu’il sache ce à quoi elle passait ses nuits? C’était futile, mais ça ne faisait que rendre la situation des plus intéressantes. Comme un mystère qu’elle devrait découvrir, ou bien lui démontrer ce à quoi elle faisait référence. « Mais. J'en conclu qu'il y a quelque chose que je devrais savoir, c'est cela ? » Un rire qui s’échappe de sa bouche en guise de réponse, comme si elle était prise la main dans le sac. « Exactement. » S’il joue la carte du mystère, elle pouvait bien le faire elle aussi. Du moins, tant que le jeu l’intéresserait. « Cela fait la seconde fois que tu me pose cette question, comme si tu essayais de fuir quelque chose. Un mort peut être ? Personnellement, je ne pourrais pas te juger, ce n'est pas mon rôle de futur époux. Au contraire, je me dois de te soutenir en toute circonstance ainsi que de te faire confiance. Tu comprends bien que si des secrets persistent entre nous, cela ne sera pas possible. Et faire des concession est aussi essentiel pour créer des liens, vu qu'on partagera un jour le même lit. » Il avait bien des paroles pour un Nott se voulant effacer. Voilà qui était d’autant plus intéressant. « Un jour, oui. » Qu’elle répond pour commencer, quand son corps se penche un peu plus vers l’avant et qu’elle camoufle son immense sourire en prenant une gorgée de son cocktail. Elle s’arrête avant de terminer le verre d’un trait, en haussant l’un de ses sourcils. « Ai-je l’air aussi féroce pour laisser un mort derrière moi? Non. Non, Minos, ce n’est pas du tout ça. Ça n’a rien à voir avec la magie noire, des sorciers impurs ou quoi que ce soit qui est marqué par la guerre. » Son sourcil s’abaisse et là, elle finit réellement son verre avant d’ajouter : « S’en est tout le contraire, en fin de compte. »

Elle se sert à nouveau un verre, parce que ça meuble tellement mieux une conversation. « Je suis ravie que tu sois du même avis pour les secrets. Oui, franchement cette union est moins pire que je le pensais. » Une pensée qui traverse son esprit, une lueur maligne qui passe dans ses prunelles. « Jusqu’à preuve du contraire. » Pour une femme qui pouvait passer presque comme une accroc, elle s’en voudrait d’être enchaînée pour l’éternité à un homme qui n’était pas doué dans ce dit lit. « Excuse-moi par avance, car il y a autre chose que tu dois savoir à mon sujet. Je n’ai rien d’une femme docile, du moins, en apparence je saurai l’être comme j’ai toujours fait semblant. Ma mère me dit souvent que je suis trop vulgaire, mais je trouve simplement que je m’exprime sans gêne. » Elle lève les épaules, comme, pour signifier que ce qu’elle dit n’a pas vraiment d’importance. Du moins, comparativement à ce qu’elle lâchera ensuite. « Je ne veux pas me marier à quelqu’un sans avoir testé la marchandise à prime abord. Le sexe, c’est le plus important dans un mariage arrangé, non? »

Made by Neon Demon



ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Ven 28 Juil - 20:52

avatar
avatar
profil
Je suis : narcotique , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 63 hiboux. J’incarne : chris wood , et l’avatar que je porte a été créé par : mad hattress (ava) beerus (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : jules rackharrow & merlyn parkinson Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : trente deux ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : membre du magenmagot et responsable de la sécurité à la Sainte Mangouste J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré entre le devoir et l'amour. Enchaîné à une jeune Selwyn
malle
raise your wand
 
What will I embrace? In the shadows of desire
I abandon ideals drenched in pain
It’s like this is another world Even so it is the truth
I will protect you with these stained hands  (@another heaven // beerus)
guilty crown
Minos & Maggs
Féroce, tout dépendait le sens du terme. Certes, il ne l'a voyait pas sanguinaire, il ne l'imaginait pas meurtrière. Mais elle semblait féroce sous bien d'autres aspects qu'il ne parvenait pas encore à déceler, des mystères encore hors d'atteinte. Il reste silencieux, il écoute, il l'observe. Sa lumière est trop éblouissante, pourtant, il est incapable de la lâcher du regard. Il se retrouve comme un imbécile, un môme, il essai de comprendre ce qui se passe dans le crâne de sa partenaire, il essai de conserver trois coups d'avance, comme toujours. Pourtant, cette jeune sorcière brise toute les conventions, le surprend. Il sourit légèrement, la pensée lui traverse brièvement le crâne. ''On dirait une fille de la campagne'', voilà ce qui résonne encore et encore, ce qui le fait tant sourire. Cliché absurde issu d'un autre temps, malgré tout, cela l'attendrit. Étonnement, il se laisserait presque touché, il se laisserait presque séduire par cette certaine forme d'authenticité trivial. Quelque chose de si rare que cela deviendrait aussi précieux que le diamant brut. Une étincelle fugace, un désir si intense qu'il suffit à lui seul pour réchauffer toute la pièce. Il savait qu'il dansait sur une corde raide, qu'au moindre faux pas, il ferait le grand saut. Il savait pourtant très bien à quel point ces jeux là étaient dangereux, que ce soit pour l'esprit ou le cœur. A chaque pas, il les mettait en jeu... Mais qu'en était-il d'un mariage sans amour? Qu'est-ce qui était mit en jeu dans ce genre de situation ? Notre liberté . Cette pensée pourrait lui faire arracher un rictus gorgé d'ironie, ont ils réellement ne serais-ce qu'un éclat de liberté ? Bien souvent, leur vie est tracé depuis le berceau. Trop souvent, notre vie ne nous appartient pas, elle appartient à notre nom. Pour le cas de Minos, sa vie appartenait aux Nott. Mais qu'en était-il de la Selwyn ?

Sa dernière phrase faillir le faire chuter, s'il avait été debout. Il se retrouvait comme un imbécile, incapable de dire quoique ce soit. Avait-il bien compris ? Lui qui était encore bercer par les vieilles traditions n'aurait jamais put imaginer cela, pourtant, sous son échine un frisson le parcours. Pas ceux animé par la peur, mais plutôt l'excitation, le désir... Comme si les paroles de la jeune sorcière transmettait un ordre au corps entier du Nott, comme si une magie folle se cachait derrière. Sa tête se baisse alors, sa main se pose sur son front avant de remonter vers l'arrière du crâne, passant dans les cheveux. Il tente de réaliser, il tente de comprendre... Oui, il n'y avait aucun doute, elle était particulière. Très particulière. Il était partagé entre le désir primaire et le bon sens, il savait d'un côté que de céder à une telle tentation effacerait, ne serais-ce qu'une nuit les souvenirs. Mais cela allait à l'encontre des valeurs du mariages. « Euh... Heum, tu... Tu me prends un peu au dépourvu. » C'est tout ce qu'il parvint  articuler, rien d'autre ne lui venait en tête, tout s'embrumait, tout partait en vrille dans son crâne. Il se sentait imbécile face à elle, ans doute devait elle jubiler intérieurement, était elle uniquement provocatrice, aguicheuse ? Il ne parvenait pas a distinguer le vrai du faux dans ce qu'elle était. Il était incapable de percevoir lequel de ses visages était le masque qu'elle portait. Pour la première fois depuis longtemps, il ne parvenait pas a voir au delà.

Il lui faut un verre pour qu'il se ressaisisse, un verre de pur-feu qu'il se sert d'un simple coup de baguette. Un verre qu'il achève d'une traite aussi rapidement qu'il a eu le verre entre les doigts. L'alcool ne lui permettrait pas de voir plus clair, mais au moins, cela lui laissait plus de temps pour réfléchir, pour savoir quoi réponde. Qu'elle était l'importance du sexe dans un couple ? Si ce n'est que la préoccupation. A cet instant, ses nuits passés à ses côtés lui revinrent à l'esprit. Il baisse une nouvelle fois la tête,  un rictus indéfinissable se lit au coin de ses lèvres, rapidement suivi par un éclat de rire. Il ne pourrait pas dire qui elle est, mais une chose est certaine, il avait envie de s'enfuir avec elle a cet instant, de tout laisser derrière lui, d'oublier tout simplement. « Je ne me suis jamais posé la question auparavant pour être franc. Je suppose que c'est une part importante d'un mariage, qu'il soit par amour ou non. » Son regard était vague, sa tête appuyer sur son bras poser sur l'accoudoir, il réfléchit brièvement. Ensuite, ses yeux firent rapidement le tour du bureau, même si cela était inutile connaissant chaque détails de cette pièce, avant de se reposer sur sa fiancée. Il se contenta d'une question. « Tu veux faire ça, ici ? » C'était bien la première fois qu'il envisageait cette pièce comme le théâtre d'ébats charnels, pourtant, l'idée lui plaisait bien. Un étincelle de folie qui éclaire ses yeux de la couleur de l'océan. Cette femme à une étrange influence sur lui, une chose qu'il ne parvint pas encore a expliquer.



  It's my will with all my might to  stay strong put up a fight. I'm so lost but not afraid, I've been broken, I'll rise again
on my own

Parchemin envoyé Sam 29 Juil - 1:06

avatar
avatar
profil
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 39 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : Nebula . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus, Betty et Ciena Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Je suis fiancée avec Minos Nott.
malle
raise your wand
 
Perfect by Design.
MANOS
Can you rip the stitches one by one. I'll wake you up and let you know it's done. You can hide but you know you can't run.

14 juillet 1991
Elle aimait avoir le dessus, parce qu’elle avait été longtemps habituée à travailler pour obtenir ce qui lui était dû. Margaret Selwyn n’était sans doute pas la lady que sa mère aurait souhaité qu’elle soit, mais ce n’était pas une raison dans cette famille pour la mettre à part. Au contraire, elle avait souvent eu l’attention bien particulière de Damaris. Sa fille se plaisait néanmoins aux mondanités qui se vivaient dans cette famille, elle avait toujours participé aux organisations de celles-ci avec le plus grand des plaisirs. Pour ce qui était de son mariage, elle avait engagé la meilleure organisatrice qu’il était possible de se procurer dans le Royaume-Uni et elle se ferait sans doute une féroce fiancée en matière de choix. Parce que c’était bien quelque chose qu’elle pouvait contrôler dans cette fin de liberté. Ce qui avait toujours été des plus importants pour la sorcière qui se trouvait bien intelligente de se retrouver ici ce soir devant le Nott. Comme si, d’une manière ou d’une autre, elle pourrait demander la fin de ce mariage advenant le fait que Minos n’arrivait pas à lui offrir ce qu’elle désirait. Que savait-elle vraiment au sujet du mangemort après tout, hmm? Était-il puceau? Ou vivait-il une vie aussi compliquée que la sienne, mais ne le montrait pas? Elle devait savoir ce qu’il pensait, s’il était timide à ce sujet, ou s’il s’intéressait tout simplement à son genre de femme. Elle le mettait devant le fait accompli et cela fit son effet, assurément. Elle pensa que son visage devenait un peu livide, avant qu’il n’avale à nouveau sa salive. Bon, il n’était pas comme elle, elle pouvait le lire sur son visage. Avait-il déjà entendu une femme lui parler ainsi? Elle en doutait, dans le monde sorcier de leur époque, les femmes n’avaient généralement pas ce genre de franc parlé. « Euh... Heum, tu... Tu me prends un peu au dépourvu. » Il ne lui était pas rare qu’elle soit la plus expérimentée dans les relations, par tout ce qu’elle avait vécu par le passé. Elle l’avait désemparé et ça lui donnait des ailes, quand dans son corps tout se réveillait à l’instant même.

Elle n’était pas peureuse. Car si elle avait un peu de jugeote, elle aurait été plus doucement avec un sang-pur, son fiancé de surcroit. Il pourrait lui rire au visage, il pourrait demander à ce que cette vulgaire personne ne devient jamais sa femme. Mais c’était ça justement, qui la poussait à agir comme ça. Elle se fichait de ce qui se passerait, elle avait toujours agit un peu dangereusement à ce sujet et ça ne changerait pas aujourd’hui. Les mensonges et la vipère en elle fuserait si on s’attaquait à autre chose qu’elle-même, son nom par exemple. Qui croirait-on entre un homme ou une femme qui prétendait s’être fait attouchée? Cette société avait bien des défauts qu’elle pouvait utiliser à bon escient si elle le souhaitait. Elle voulait savoir ce qui se passerait par la suite, l’attente était des plus insupportables et elle croisa la jambe un peu plus fort. Quand son rire retentit, elle se calma un peu et elle remarqua à quel point il était plus séduisant lorsqu’il avait l’air joueur et heureux. « Je ne me suis jamais posé la question auparavant pour être franc. Je suppose que c'est une part importante d'un mariage, qu'il soit par amour ou non. » Oui, bien sûr. Le sexe l’était, parce qu’il ne servirait jamais qu’à la procréation pour la blonde. Ça devait être plus, déjà qu’elle lui demandait une certaine liberté, si en plus de cela il n’en avait pas d’intérêt, ça ne lui ferait franchement pas plaisir. « Selon moi, c’est même crucial. » Qu’elle rajoute, en le regardant observer les alentours, comme s’il cherchait quelque chose. Une porte de sortie peut-être? Quand enfin, ses prunelles viennent chercher les siennes, elle ne s’attend pas tout à fait à cette question. « Tu veux faire ça, ici ? » Il a pris une gorgée d’alcool lui aussi, comme si ça pouvait les mettre tous les deux en position. Elle finit son verre et le dépose sur le bureau à leur côté et sa main vient inlassablement se déposer sur son décolleté. « Ici. Ailleurs. Dans ta chambre. Aileurs. Où veux-tu m’entendre crier ton nom? » Elle se décide enfin à quitter le sofa qui l’accueillait pour rejoindre nonchalamment les cuisses de son fiancé, sa robe dévoilant la majorité de ses jambes. « As-tu déjà fait jouir une femme, Minos? »> Qu’elle rajoute, pas spécialement pour le stresser, mais plutôt pour s’attirer davantage son intérêt. Elle veut l’entendre de sa bouche, ou voir ses joue rosir. Qu’il lui prouve ce dans quoi ils s’embarqueraient pour les années à venir. Ils pouvaient se diriger où il le souhaitait, car de toute façon, si cette affaire se terminait comme elle le souhaitait, ils auraient amplement le temps de baiser dans chacune des pièces de ce manoir.
Made by Neon Demon



ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

Parchemin envoyé Mer 2 Aoû - 21:14

avatar
avatar
profil
Je suis : narcotique , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 63 hiboux. J’incarne : chris wood , et l’avatar que je porte a été créé par : mad hattress (ava) beerus (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : jules rackharrow & merlyn parkinson Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : trente deux ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : membre du magenmagot et responsable de la sécurité à la Sainte Mangouste J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré entre le devoir et l'amour. Enchaîné à une jeune Selwyn
malle
raise your wand
 
What will I embrace? In the shadows of desire
I abandon ideals drenched in pain
It’s like this is another world Even so it is the truth
I will protect you with these stained hands  (@another heaven // beerus)
guilty crown
Minos & Maggs
Expression de surprise brève, vivement étouffé sous un voile de glace. Décidément, il était tombé sur une bien étrange jeune femme, fiancée au mœurs légères, il ne s'y attendait pas. Est-ce que seulement Quintus le savait ? Si oui, on pouvait dire qu'il avait un étrange sens de l'humour, une manières de rendre service tout aussi... Particulière. Savait-il seulement ce qui troublait sans cesse l'esprit de son petit frère ? L'avait-il regardé, ne serais-ce qu'une seule fois ? Les souvenirs du passé sont vague, embrumé par le désir bouillonnant en lui. Elle avait alimenté le feu en lui, d'un simple regard, d'une seule étincelle. Cette Selwyn était une véritable ensorceleuse, pourvu de talents fort impressionnant. La tentation de la débauche était grande, mais s'embarquait il sur une route fertile ? Ou serais-ce la porte d'entrée vers un enfer tout autre ? Les questions se bousculent, se font rapidement balayer par l'obsession grandissante qui parcourait son échine. Agréable picotement qui envahit son être, sensation qu'il n'avait plus ressenti depuis des mois, le véritable désir, celui dont il s’enivrait avec elle. Celui qu'il pensait ne ressentir pour personne d'autres que cet amour perdu. Pourtant, tel un phénix, il ressurgit, plus brûlant, plus intense qu'au premier jour. Difficile à contenir, tout son corps réagit a ces provocations, son regard s'égare brièvement sur les délicate courbe de sa fiancée, peu à peu, il perd contrôle. Facilement, il cède aux avances de la Selwyn.

Rictus troubler qui ne peut disparaître de ses lèvres, ricanement à peine étouffer. Le rythme cardiaque qui s’accélère au fil des secondes qui passent, encore et encore, ne trouvant aucune réponse adapté. Au final, il n'y a rien à dire. La pensée de cette unique femme avec laquelle il a partagé ses draps le serre. Les poings qui se crispe, balayant rapidement la Patil qu'il essai désespérément d'oublier, saisissant cette occasion que le destin semble lui offrir. Sans la moindre douceur, qu'avec passion, ses lèvres viennent ne faire plus qu'une avec celle de sa fiancée, sans le moindre instant d'hésitation, un main saisi ses cuisses. Le contact le fait vibrer, tout son être gronde, brûle d'une impatience qui n'est pas sienne. Juste le reflet d'une rage, d'une tristesse qu'il souhaite noyé par tout les moyens. Délicat murmure qui se glisse à l'oreille de la jeune femme. « Me prends tu réellement pour un puceau ? Il y en a bien eu une et plus d'une fois elle a jouit... » Et les souvenirs s’embrument, balayant cette douleur qui tourmente ce cœur blessé. Oubliant jusqu'à son existence, l'espace d'une nuit. Ou peut être même d'une vie. Sans la moindre délicatesse, juste avide, sa main, posé sur la cuisse de la belle Selwyn, remonte, se faufile sous les plis de sa robe, cherchant les endroits interdit tandis qu'audacieuse, sa main libre cherche a ôté le voile de tissu qui couvre le corps de celle qu'il désire à cet instant. Un nouveau baiser s'égare, un baiser empreint de ce même désir qui l'habite, des années de secrets qui pèsent sur ses épaules ainsi que d'une certaine expérience voilé. Sous ce visage sérieux, sous cette glaceur, il a déjà parcouru le chemin du pêché, de la luxure, avec plus de patience par contre, plus de douceur qu'à cet instant.

Finalement, le Nott devait se le confesser. Cette femme lui plaisait plus qu'il acceptait l'admettre à l'instant du premier regard, quelque chose en elle avait attisé l'intérêt de cet éternel curieux. Cette même chose qui faisait de lui sa proie désormais. Il avait succombé a cette facilité qui se dégage d'elle, à cette déraisonnable passion, ce feu que lui avait apprit à étouffer au fil des années. Cette flamme qui n'appartenait pas aux Nott, il pensait l'avoir balayer il y a longtemps. Finalement, ce plaisir coupable avait eu raison de son bon sens, de cette glace qui emprisonnait sa chair.



  It's my will with all my might to  stay strong put up a fight. I'm so lost but not afraid, I've been broken, I'll rise again
on my own

Parchemin envoyé Sam 5 Aoû - 18:47

avatar
avatar
profil
Je suis : Isabelle , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 39 hiboux. J’incarne : Sophie Turner , et l’avatar que je porte a été créé par : Nebula . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Quintus, Betty et Ciena Je parle en : crimson



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Chargée des relations commerciales pour la compagnie Fantastic Cauldron J’ai juré allégeance : à moi-même, les autres, allez au diable. Côté cœur, : Je suis fiancée avec Minos Nott.
malle
raise your wand
 
Perfect by Design.
MANOS
Can you rip the stitches one by one. I'll wake you up and let you know it's done. You can hide but you know you can't run.

14 juillet 1991 Ressentir le corps d’un autre contre le sien, savoir qu’on l’attire inlassablement jusqu’à être la seule à occupier son esprit. Elle ne veut pas le déstabiliser par ses questions, mais plutôt savoir ce qu’il en pense vraiment. À son âge, elle se doute du fait qu’il a déjà connu le sexe, qu’il soit un sang-pur ou non. L’inverse l’aurait plutôt impressionné, mais même si ça avait été le cas, Maggs avait déjà été la première de bien des hommes dans son jeune temps. Cette impression de toujours devoir avoir l’intérêt des hommes dans son sillage, de paraître indésirable, ça vient aussi avec sa dépendance. Elle n’avait rarement mis un mot sur ce qu’elle faisait, mais certains de ses coups l’avaient bien pensé. Si elle devait se marier à Minos, elle voulait au moins savoir à ce qui le faisait vibrer et comment il userait de ses mains pour lui prouver qu’il était un bon parti. Comme Caïn le lui avait si gentiment dévoilé. Elle a quitté son sofa pour venir se jucher sur les genoux de son fiancé, en prenant bien soin de déposer ses bras sur ses épaules histoire de se rapprocher au possible. Ses yeux étaient d’un émeraude foncé envoutant, et l’air qu’il lui rendait sur son visage lui signifiait qu’elle avait bien fait de se rapprocher. Il acceptait sa proposition sans broncher, peut-être qu’il était plus décoincé qu’elle ne l’aurait cru. Car plusieurs sang-purs avaient tendance à se garder jusqu’au mariage. Plus les rencontres s’accumulaient, plus la Selwyn était impressionnée par Minos. Il était franchement moins pire que n’importe qui, après avoir accepté leur marché, il ne la jugeait pas en cet instant précis où elle tentait de s’offrir à lui. Elle sait qu’elle a totalement gagné son attention quand il franchit les centimètres qui les séparent pour venir s’emparer de ses lèvres, pour leur premier baiser d’une liste qui se voulait très longue.

La chaleur dans son bas-ventre qui s’intensifie quand il dépose ses mains sur ses cuisses, son corps se rapprochant indéniablement. « Me prends tu réellement pour un puceau ? Il y en a bien eu une et plus d'une fois elle a jouit... » Qu’il lui souffle à l’oreille et elle se repasse ses paroles en boucle dans sa tête, sans arrêt. Une. Une seule? voilà qui était franchement intéressant, un nouveau fait qui lui donnait l’impression que bien des mystères entouraient son fiancé. « Je n’ai plus à douter, alors. » Qu’elle lui répond tout simplement, sa tête qui se jette en arrière à mesure que la main de Minos s’insinue sous sa robe. Ses lippes qui s’accrochent à nouveau aux siennes, dans une étreinte plus violente que la première, non sans faire plaisir à la femme aux cheveux de feu. Elle se soulève juste un peu pour pouvoir lui permettre d’enlever sa fine culotte en dentelle, celle assortie qu’elle avait brillamment choisie. Quand elle s’accroche par la suite aux cuisses de son fiancé, sa robe se relève assez pour qu’il n’y ai plus aucun autre obstacle. Elle sourit, continuant de l’embrasser et sa langue dansant inlassablement avec la sienne quand ses mains à elle viennent s’attaquer au pantalon de Minos. Les préliminaires, ce n’était pas forcément son truc. Elle préférait y aller au feeling, surtout à l’envie et là, elle avait besoin de sentir son corps davantage contre le sien. Jusqu’à en perdre la tête, elle laisse échapper un gémissement d’impatience quand sa fermeture éclair se bloque une milli-seconde avant de céder. L’euphorie ne la quitte pas quand elle se répète dans sa tête qu’elle sera la deuxième personne seulement à le côtoyer ainsi, elle veut lui prouver qu’il n’y a pas qu’une baise comme les autres. Et elle se met à tirer sur son pantalon, sur son boxer même avec avidité, ses lèvres n’arrivant décemment plus à se retirer des siennes si ce n’est que pour avaler l’air en grande goulées, comme si elle restait en apnée. Son corps qui vibre déjà contre le sien, elle ne tient déjà plus quand elle quitte enfin ses lèvres pour pouvoir plonger son regard dans le sien, pour ne pas descendre ses yeux bien plus bas…

Made by Neon Demon



ok shut up.
Boys can't buy my love, I'm a motherfucking woman.

 

(HOT +18) guilty pleasure (maggs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Guilty Pleasure Ϟ
» Kunteera Niran - The tiger and his guilty pleasure
» Canadian aid worker guilty of assaulting Haitian boys
» ~ Pleasure and Pain [PV T.]
» [Terminé]Japanese Pleasure [Pv Charlott Waldorf]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Habitations :: Manoir Nott-