indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
Event neutre - Partie cachée 3

()
Parchemin envoyé Dim 23 Juil 2017 - 15:54

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 996
avatar
 
Event neutre
- Mais que se passe-t-il ? -
Lieu inconnu - Samedi 6 juillet 1991
La lumière ne filtre plus dans le box, laissant deviner que la nuit est tombée. Les sorciers ont le temps d'échanger encore quelques mots, de répondre peut-être aux questions lancées, avant que la porte ne s'ouvre à nouveau en entier. La lumière de deux lampes torches, pointées sur eux, est aveuglante. « Celle-ci ! » aboie un homme. C'est Artemis qu'on saisit et qu'on encapuchonne avant de la tirer dehors. Elle entend dans son dos qu'une autre personne se fait attraper, sans pouvoir savoir de qui il s'agit.

On la pousse à avancer, un homme enfonçant ses doigts dans son épaule tout en appuyant un objet dur dans son dos. Elle entend le grincement discret d'une porte, puis fait quelques pas de plus. L'homme qui la tient attrape soudain une poignée de ses cheveux et tire tout en appuyant sur son épaule, la forçant à se mettre à genoux. « Bouges pas » grogne-t-il près de son oreille. « Ou je m'occupe de toi personnellement, quoi qu'en dise le boss. » Il lui semble entendre des sons étouffés venant de près d'elle, mais aussi des pleurs venant du fond de la pièce. « Sam, laisse la gamine » ordonne une voix proche. La poigne sur ses cheveux cesse soudain, la présence de l'homme s'éloignant avec hésitation. « Nous avons assez d'une demoiselle terrifiée. Mais celle-ci pourrait être une courageuse ? Voyons voir. » Le sac est soudain retiré, et la faible lumière qui éclaire la pièce agresse la rétine d'Artemis. Un endroit miteux, à n'en pas douter. Un plancher qui disparaît sous la poussière, quelques chaises bancales. La première chose qu'elle voit, ce sont les jambes d'un homme en uniforme marron se tenant devant elle. Puis juste à gauche de celle-ci, elle peut apercevoir la silhouette d'une femme (Siofra), qu'aucun des hommes présents ne prend la peine de surveiller. La brune, adossée au mur et les genoux serrés contre elle, a les yeux et les joues rouges d'avoir déjà trop pleuré. Elle ose à peine regardé dans la direction d'Artemis, mais celle-ci peut finir par suivre son regard qui se pose aussi ailleurs ; elle n'a qu'à tourner la tête sur la droite pour découvrir la silhouette toujours encapuchonnée d'Erzsébet, dans la même position qu'elle à quelques mètres de là. « Des amies, peut-être ? » Un claquement de langue. L'homme, âgé d'une quarantaine d'années, brun, porte une barbe de quelques jours et pose sur elle un regard perçant. « On va commencer facile, encore une fois. Mangemort ou phénix ? » D'un geste habitué, il sort un couteau de sa ceinture et le déplie délicatement avant d'en suivre le fil de la lame du bout de l'index.

INFORMATIONS

+ C'est au tour d'Artemis de répondre.
+ Vos réponses doivent être faites sous les balises suivantes (c'est important, les autres joueurs ne doivent pas savoir ce qu'il se passe ici !) :
Code:
[hide][/hide]
+ N'hésitez pas à contacter Mererid, si vous avez la moindre question.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


mp Augustine + mp Artemisia
mp Arsenius + mp Jemima  + mp Crixus

- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Dim 23 Juil 2017 - 19:56

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 255 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 


Juste le temps d’entendre qu’ils cherchaient à connaître leurs camps. Son camp ? Il était de notoriété public que Lazlo Grimstone ne voulait ni s’allier aux mangemorts, ni à l’Ordre. C’était un personnage qui préférait profiter politiquement des deux camps. Une place certes périlleuse mais lucrative et c’était bien ce qui guidait son père. Elle n’avait pas eu le temps de réagir parce que la porte se rouvrit. Des faisceaux lumineux l’aveuglèrent encore. Une voix. Des ombres qui marchent droit sur elle. Un frisson lui parcourut l’échine alors qu’elle priait intérieurement pour que ce soit quelqu’un d’autre. Non. On la saisit violemment par le bras et on la tire tout en l’aveuglant. Par Merlin mais que se passe-t-il ? Sa seule réaction fut une plainte dû à la brutalité des gestes, gestes qui lui faisaient mal. Elle sent qu’une autre personne suit mais ignore qui. Se laissant entraîner parce qu’elle n’a pas vraiment le choix, la sorcière sent quelque chose de dur contre son dos. Une baguette ? Non. Plus gros qu’une baguette mais contrairement aux autres elle n’avait pas encore deviné qu’il s’agissait de vulgaires moldus. D’ailleurs, comment avaient-ils pu entrer dans le Monde Magique ? Une question qu’elle ne se poserait pas tout de suite. Elle suit maladroitement et trébuche plusieurs fois jusqu’à ce qu’on la saisisse par les cheveux en faisant pression sur son épaule. Elle résista quelques secondes avant d’accepter de ployer le genou.

« Bouges pas »vint-on lui dire à l’oreille. Instinctivement, Artemis eut un léger mouvement de recul. « Ou je m'occupe de toi personnellement, quoi qu'en dise le boss. » Son coeur manqua un battement. Il la menaçait ? Elle ne comprenait rien. Tout cela n’avait aucun sens. Les sons étouffés lui parvinrent tout comme des pleurs. Bon. A priori, ils ne les tuaient pas. Pourquoi gardaient-ils les autres alors ? La main dans ses cheveux tirait et lui donnait la sensation qu’ils allaient lui arracher son cuir chevelu. «Aow» fit-elle en grimaçant. Elle devait survivre. Pour survivre, il lui faudrait conserver son sang froid. Elle avait vécu pire. Le bal royal ou la rafle dans le Poudlard Express. Elle était habituée à présent à gérer des situations de crise, n’est-ce pas ? On la lâcha soudain, suite à un ordre. Et ce fut enfin la lumière. On lui avait retiré le sac de sa tête et il lui fallut quelques secondes d’adaptation pour percevoir son environnement. Plissant les yeux, elle entendit que l’on parlait de courage. Il fallait attraper des Gryffondor pour trouver les plus courageux. Pour autant, Artemis profitait de ce temps pour se glisser dans un état d’esprit. Prétendre. Il fallait continuer. Quoiqu’il en coûte. La lumière n’était pas forte et les lieux peu accueillants à première vue. De la poussière, des chaises à moitié cassées... Des jambes couvertes d’un pantalon marron. La sorcière n’était pas courageuse mais rancunière et ne se laissait pas marcher sur les pieds. Trouvant Siofa, elle essayait d’évaluer son état. Seule, elle semblait avoir pleuré. Toujours en vie. Suivant son regard, elle découvrit l’autre personne que l’on avait attrapé. Qui ? Elle espérait que Sissi n’y était pas, c’était une jeune mère... L’homme attira son attention avec une question. Tel un serpent, Artemis pencha la tête en l’observant. Elle ne quittait pas la lame des yeux mais elle comprenait sa manoeuvre. Il se croyait un maître de la manipulation or Artemis n’était pas étrangère à cet art même si elle ne l’usait que peu. « Vous êtes mal renseignés. Je suis Artemis Victoria Grimstone, fille de Lazlo Grimstone. Nous ne sommes ni des mangemorts, ni « Phénix ». Nous sommes neutres. Vous pouvez vérifier si vous ne me croyez pas. Il ne doit pas être difficile pour des hommes aussi malins que vous d’obtenir ces informations.  » Oh elle ne l’insultait pas. Elle le bravait, pour sûr. Mais elle disait la vérité. Elle le regardait droit dans les yeux sans ciller. Cette réponse n’allait pas le satisfaire. « Quel intérêt de supporter des extrémistes qui font couler le sang par vengeance ou idéal corrompu ? Tous tuent. Je préfèrerai que les choses redeviennent comme avant... » Sa voix se brisa, signe de sa sincérité. Oh oui, comme elle aimerait que tout ce fatras disparaisse. « Bien que vos manières sont un peu rudes, je suis à votre écoute si vous avez d’autres questions ».  C’était une manière de prendre l’avantage. Risqué bien sûr. Mais elle gardait une certaine distance et tentait de prendre le contrôle de la situation, ou de s’en donner l’illusion pour ne pas laisser transparaître à quel point elle était terrifiée. Elle ne voulait pas leur donner cette satisfaction. Elle essayait d'anticiper les choses, de garder une respiration calme... Une tornade la balayait intérieurement même si à l'extérieur aucune émotion ne s'exprimait.



Parchemin envoyé Sam 29 Juil 2017 - 20:45

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 996
avatar
 
Event neutre
- Mais que se passe-t-il ? -
Lieu inconnu - Samedi 6 juillet 1991
« Vous êtes mal renseignés. Je suis Artemis Victoria Grimstone, fille de Lazlo Grimstone. Nous ne sommes ni des mangemorts, ni « Phénix ». Nous sommes neutres. Vous pouvez vérifier si vous ne me croyez pas. Il ne doit pas être difficile pour des hommes aussi malins que vous d’obtenir ces informations. » L'homme se fige dans son geste, son index toujours posé sur la lame. Il observe Artemis d'un œil inquisiteur, et lentement l'un de ses sourcils se hausse. « Quel intérêt de supporter des extrémistes qui font couler le sang par vengeance ou idéal corrompu ? Tous tuent. Je préférerai que les choses redeviennent comme avant... Bien que vos manières sont un peu rudes, je suis à votre écoute si vous avez d’autres questions. » Cette fois, c'est une franche expression d'étonnement qui apparaît sur le visage de l'homme, brève mais difficile à manquer. Il la chasse pourtant, la remplaçant rapidement par un masque d'assurance. Un sourire narquois naît au coin de ses lèvres. « Ta fierté mal placée va te jouer des tours, jeune sorcière. Mais j'ai autre chose à faire que de t'apprendre à te taire. Peut-être plus tard... » Il accompagne ces mots d'un sourire goguenard. « Neutre. Comme c'est intéressant. Tu dis peut-être vrai mais... » Il hausse les épaules et replie son couteau, le faisant disparaître dans une de ses poches. « Je n'ai ni le temps ni l'envie de vérifier tes dires, alors il va falloir me le prouver. Mais avant, voyons ce que l'autre veut nous dire. Si tu mens et qu'elle le sait, je suis certain qu'elle est assez maligne pour faire ce qui est dans son intérêt... » Il s'éloigne à pas lents jusqu'à Erzsébet et d'un geste vif, retire le sac de sa tête. Trois hommes dans la pièce, en plus de celui qui les interroge ; un se tient près d'Artemis, l'autre près d'Erzsébet et le dernier à la porte. Il suffit de quelques coups d’œil pour le constater. « Alors, la rouquine. Est-ce que nos manières te déplaisent aussi ? Qu'es-tu, une rebelle au cœur brave, une mangemort maléfique ou une neutre au dessus de ces enfantillages ? » Il semble presque s'amuser, un large sourire aux lèvres et les bras croisés à un mètre d'elle.

INFORMATIONS
+ C'est au tour d'Erzsébet de répondre.
+ Vos réponses doivent être faites sous les balises suivantes (c'est important, les autres joueurs ne doivent pas savoir ce qu'il se passe ici !) :
Code:
[hide][/hide]
+ N'hésitez pas à contacter Mererid, si vous avez la moindre question.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


mp Augustine + mp Artemisia
mp Arsenius + mp Jemima  + mp Crixus

- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Sam 29 Juil 2017 - 23:04

Invité
- Invité -
avatar
 
Event neutre.
Samedi 6 Juillet 1991.

N
e rien faire est parfois clef de survie. Il lui semble avoir entendu ces mots de son grand-père et si elle n’y avait jamais prêté une grande attention, préférant le charisme sombre de son oncle Leopold, la leçon restait là, dans un coin et refaisait désormais surface. Pas d’opposition, pas de riposte, pas de protestation, poupée docile qui se soumet à la rudesse de ces êtres pour le moins déterminés à obtenir quelque chose. La voix d’Artemis est aisément reconnaissable, inutile d’y voir pour savoir et, la tête dans le sac, Sissi ne peut qu’esquisser un sourire en coin devant l’insolence de sa cousine. Peut-être pas si fade, si sage, finalement. Trois hommes, quand sa vue est libérée et rien d’autre que la froideur sur les traits de la sorcière. A genoux ou non, elle aurait offert ce même air d’indifférence, de détachement. Rester calme, ne pas lutter, ne pas s’agiter, car c’est au fond bien inutile. « Alors, la rouquine. Est-ce que nos manières te déplaisent aussi ? Qu'es-tu, une rebelle au cœur brave, une mangemort maléfique ou une neutre au dessus de ces enfantillages ?» Lui s’amuse, cela se lit dans sa posture, dans ce large sourire. « Les roux n’ont pas d’âme, c’est bien connu. » Référence à ses paroles précédentes, à savoir si elle était assez maligne pour faire ce qui était avantageux. « Le monde n’est ni tout blanc, ni tout noir. Mais Artemis dit vrai, les Grimstone sont neutres, allergiques à l’implication qui pourrait leur nuire. » Des faits. Elle évoque des faits comme on évoquerait une liste de courses ou soulignerait que le ciel est bleu, que la nuit suit le jour. « Quant à moi, je suis une égoïste. » Ment-elle seulement ? C’est ainsi qu’elle se considère, assez égoïste pour choisir de piocher ce qui l’arrange là où cela l’arrange. « Vous ne pouviez pas viser plus juste : je sers mes intérêts, seulement cela. Phénix et Mangemorts sont identiques, même si ça n’est là que mon avis. » Une forme d’amertume sur le bout de la langue qui se mêle à cette sorte de lassitude. « Tous font de considérables dégâts collatéraux pour défendre leur unique vision des choses. Les premiers veulent une infinie liberté, les seconds un infini pouvoir. » Rien de plus à ajouter, rien d’autre à dire. Elle observe en attendant la suite, en attendant ou les coups ou les questions, sans un regard pour sa cousine.  

SISSI : # 477C64 - DAKSHA : # A8A8A8 - FOURCHELANG : italiques.
©️ Starseed
Parchemin envoyé Ven 4 Aoû 2017 - 17:03

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 996
avatar
 
Event neutre
- Mais que se passe-t-il ? -
Lieu inconnu - Samedi 6 juillet 1991
« Les roux n’ont pas d’âme, c’est bien connu. » Le sourire de l'homme s'agrandit, il s'esclaffe sans retenue comme s'il s'agissait du meilleur humour qu'il ait jamais entendu. « Le monde n’est ni tout blanc, ni tout noir. Mais Artemis dit vrai, les Grimstone sont neutres, allergiques à l’implication qui pourrait leur nuire. Quant à moi, je suis une égoïste. » Il retrouve lentement son sérieux, l'observant avec attention. « Vous ne pouviez pas viser plus juste : je sers mes intérêts, seulement cela. Phénix et Mangemorts sont identiques, même si ça n’est là que mon avis. » Lentement, il hausse à nouveau un sourcil, mais hoche lentement la tête comme si les paroles de la rousse faisaient écho à ses pensées. Il ne l'interrompt pas, désireux d'entendre tout ce qu'elle aurait à dire. « Tous font de considérables dégâts collatéraux pour défendre leur unique vision des choses. Les premiers veulent une infinie liberté, les seconds un infini pouvoir. » Cette fois, il acquiesce avec plus de franchise, étonné mais appréciateur. Il paraît pensif, ses doigts tapotant sur son bras tandis que les secondes s'allongent sans qu'il ne réponde. « J'aimerais te croire si simplement, je t'assure », fait-il enfin. « Après tout, peut-être ai-je fait fausse route, peut-être certains d'entre vous ne sont-ils pas totalement aveugles. » Laissant un soupire lui échapper, il se détourne soudain d'Erzsébet en ajoutant : « Mais si les seuls à voir l'absurdité de votre guerre sont les plus égoïstes, cela en dit long sur vous. » Il s'approche de Siofra et la saisit par les cheveux pour la traîner devant les deux autres sorcières. « Grimstone, vous dîtes... Je ne comprendrai jamais cette obsession pour les noms. Je suis prêt à parier que vous êtes des purs, n'est-ce pas ? » Il rit à nouveau, de ce qu'il semble considérer comme grotesque. « Passons aux choses sérieuses. Celle-ci a avoué être une rebelle. Si vous êtes si neutre... » Un premier coup d'oeil sur Artemis, un second vers Erzsébet tandis qu'il termine : « ... et si égoïste que cela, vous n'aurez aucun souci à me voir la tuer. » Les yeux de la Meadowes s'écarquillent et elle se met à protester : « C'est faux ! Ne l'écoutez pas ! » En pleurs, elle tente d'échapper à sa poigne et de s'éloigner du couteau qu'il a à nouveau sorti de sa ceinture. Qui croire ?

INFORMATIONS

+ C'est au tour d'Artemis de répondre. Erzsébet pourra ensuite répondre à son tour une fois sans attendre le PNJ.
+ Vos réponses doivent être faites sous les balises suivantes (c'est important, les autres joueurs ne doivent pas savoir ce qu'il se passe ici !) :
Code:
[hide][/hide]
+ N'hésitez pas à contacter Mererid, si vous avez la moindre question.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


mp Augustine + mp Artemisia
mp Arsenius + mp Jemima  + mp Crixus

- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Dim 6 Aoû 2017 - 23:26

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 255 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 


Artemis était étonnée d'entendre sa cousine. Au fond, leur vision n'était pas si éloignée, Sissi se montrant certainement plus tranchante encore dans son jugement. Leurs réponses semblaient toutefois le satisfaire pensa-t-elle, se basant uniquement sur son comportement.

Il semblait comprendre que certains sorciers ne voulaient pas s'impliquer pour un camp ou un autre, préférant largement profiter de cette guerre pour leurs intérêts personnels. Du moins, dans la vision Grimstone des choses puisque ceux-là étaient réputés pour avoir une vision des affaires bien particulière. Pourtant, il soupira, et dans une phrase, parvint à mettre la sorcière mal à l'aise. Quelle vision réductrice et pourtant... Pourtant il ne restait pas énormément de possibilités pour la neutralité.

Il saisit l'autre jeune femme et la tira par les cheveux. « Certains ont aussi trop peur pour s'impliquer de risquer la vie de leurs proches, d'autres pensent également que cette guerre ne mènera à rien de bon et ne croient en aucun de ces deux camps...  », commença à répondre Artemis. « Grimstone est une lignée de sang pur, c'est vrai. C'est simplement une question d'héritage. Un nom qui perdure est le signe d'une stabilité, même si certains l'ont détourné pour affirmer une suprématie qu'ils n'ont pas. » Affrontant sa peur, elle l'écouta dire que leur compagne d'infortune avait avoué être une rebelle. Cette dernière suppliait pour qu'on l'épargne et cela serra le coeur de la brune qui ne pouvait montrer de compassion. Garder son froid, elle le devait. Fixant l'homme à nouveau, elle détourna les yeux avant de reprendre la parole : « Ou bien je peux considérer que votre acte serait une déclaration de guerre envers le Monde Magique et m'assurer que les deux camps se tournent vers un ennemi commun... Ce serait une belle opportunité pour rassembler les sorciers sous un même étendard... Je ne suis pas certaine que cela arrangerait vos affaires. Et si ce n'est pas suffisant, vous ne ferez que renforcer ceux qui s'appellent les Mangemorts qui ne s'embarrasseront plus pour éliminer tout ce qui est, à leurs yeux, impurs. Ce qui n'arrangerait toujours pas vos affaires car, si elle se dit rebelle, elle serait encore la seule à bien vouloir vous défendre. Mais morte, elle ne vous servira plus à rien. » Elle s'interrompit pour reprendre son souffle. « Tuer l'un d'entre nous ne vous sera pas bénéfique. Vous feriez mieux de nous relâcher... » La conclusion naturelle de son raisonnement était certainement leur seul salut. Elle espérait ne pas faire d'erreur mais à ce moment là c'était la seule façon qu'elle avait trouvé d'aider la jeune femme à ne pas mourir. Elle semblait calme et en maîtrise mais son coeur battait à tout rompre dans sa poitrine. Elle retenait ses larmes de terreur et s'interdisait de se tourner vers Sissi. Ici, elles étaient des inconnues.



Parchemin envoyé Lun 7 Aoû 2017 - 14:19

Invité
- Invité -
avatar
 
Event neutre.
Samedi 6 Juillet 1991.

E
lle reste silencieuse, la rouquine. La position inconfortable se mêle à la brûlure autour de ses lèvres, mettant à l’épreuve sa tolérance mais pas sa patience. Elle n’a pas prévu de mourir là, sans avoir réussi à communiquer avec les ravisseurs. Réflexion et attention, froideur et distance. « Nous utilisons les noms comme vous utilisez les maisons royales. » Une explication peut-être plus claire du fonctionnement et de l’attachement des sorciers à cette pureté qui dérange et dégénère. « Certains se considèrent d’une noblesse qu’ils ne possèdent pas, il est vrai, mais d’autres sang-purs savent faire preuve de tolérance - ils sont simplement plus rares. » Comment demander à ceux qui sont visiblement moldus de comprendre une société dont on les écarte volontairement, après tout ? Erzsébet retourne à son mutisme, laissant à l’homme tout le loisir d’exposer son point de vue. « ... et si égoïste que cela, vous n'aurez aucun souci à me voir la tuer. » Et ses intentions, apparemment. Il n’y’a aucune variation dans l’attitude de la sorcière, imperturbable, fixée sur la silhouette masculine. Mal rasé. Un goût douteux pour la couleur marron. Analyse attentive bien que le regard vairon ne cherche pas le sien, l’oreille brusquement attirée par les mots d’Artemis plus que par les plaintes de Siofra. Pauvre petite chose malchanceuse. Si elle était rebelle, elle avait plus de cran qu’il n’y paraissait. Les risques du métier, la décapitation.

« Et si ce n'est pas suffisant, vous ne ferez que renforcer ceux qui s'appellent les Mangemorts qui ne s'embarrasseront plus pour éliminer tout ce qui est, à leurs yeux, impurs. » Le claquement de la langue est sonore, teinté d’agacement. A quoi jouait-elle ? Une vague impression qu’elle récitait les préceptes de son opportuniste de père. Menacer, réellement ? Entre ces murs, dans ce lieu inconnu, aucune d’elles n’avait l’influence d’une famille ou d’une réputation, d’un rang social. « Tuer l'un d'entre nous ne vous sera pas bénéfique. Vous feriez mieux de nous relâcher... » Oh pitié, sois raisonnable. soufflent les pensées sans qu’elle ne les exprime. Le tempérament volcanique d’Artemis contrastait avec la réaction hivernale de Sissi. « J’ai dis que j’étais égoïste, pas neutre au sens officiel du terme. » Ca tombe tranquillement dans la conversation, comme si elle n’était pas attachée mais installée autour d’une tasse de thé. Remettre les choses à leur place était, de son point de vue, la meilleure chance de survie. Elles ignoraient toutes ce qu’ils désiraient. « Les Mangemorts se fichent éperdument des moldus. Ils veulent le pouvoir sur la magie, sur notre société, plus vous vous tenez loin d’eux, plus ils sont satisfaits. » Elle souffle pour chasser la mèche de cheveux qui est retombée devant ses yeux. « Beaucoup d’entre nous ne sommes dans ces rangs que par obligation, ils ne connaissent pas le concept de consentement. C’est une dictature et ils Marquent les fidèles les plus méritants comme des chiens que l’on tient en laisse. Parfois même, ils le font de force.. » Dégoût certain pour la méthode. « Ils menacent nos familles et nos enfants pour obtenir ce qu’ils veulent et profitent de notre méconnaissance de votre culture pour insuffler la peur. » Pouvait-elle prétendre mieux connaître les moldus que les autres ? Absolument pas. En dehors de leur système politique et monétaire, parce que Soren estimait cela nécessaire pour le commerce. « Ma soeur est une des leaders de l’Ordre du Phénix. C’est une guerre.. toutes les guerres divisent par la terreur, n’est-ce pas ? » Leur peuple n’en avait-il pas eu d’aussi terribles que celle qui faisait rage depuis plus de dix ans ?  

SISSI : # 477C64 - DAKSHA : # A8A8A8 - FOURCHELANG : italiques.
©️ Starseed
Parchemin envoyé Ven 18 Aoû 2017 - 18:45

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 996
avatar
 
Event neutre
- Mais que se passe-t-il ? -
Lieu inconnu - Samedi 6 juillet 1991
Les protestations de Siofra s'étouffent bien vite, lorsqu'elle réalise qu'il ne sert à rien de pleurer ou crier, et que son avenir réside en vérité dans la réaction de ses paires. Elle se pétrifie, une main serrée autour de ce bras qui la tient fermement par la tignasse tandis que l'autre se lève dans une ridicule tentative d'arrêter l'arme. Celle-ci s'est figée à quelques centimètres de sa paume. La sorcière suit le regard de l'homme, celui-ci fixant Artemis avec toute son attention. Elle tente de calmer sa respiration, de fermer les yeux pour se calmer et ne pas supplier qu'on la laisse en dehors tout cela. Au fil des paroles de la Grimstone, l'homme semble se renfrogner ; un rire sec lui échappe à la fin de son discours, une expression teintée de colère et d'amertume déformant ses traits. Avant qu'il ne réponde, Erzsébet prend la parole et il pose des yeux aussi acerbes que des poignards sur la rousse. Il ne semble pas avoir relevé les explications données par les deux jeunes femmes quand aux noms des Sang-Pur, comme si ces histoires de noblesse et de maisons royales le laissaient indifférent.

Les mots d'Erzsébet ne suffisent visiblement pas à calmer son tempérament... Tandis que la dernière question de Sissi flotte entre eux, un silence lourd s'installant, il laisse son regard se poser sur l'une puis sur l'autre. Soudain, il exécute un geste précis avec le manche de son couteau, frappant l'arrière du crâne de Siofra. Celle-ci devient aussi molle qu'une poupée et il accompagne presque sa chute en avant, avant de la lâcher inerte sur le plancher. Puis il se redresse, la sorcière étalée à quelques centimètres de ses pieds. « Vous êtes toutes les deux très intelligentes. Ce qui ne fait que prouver ce que nous pensions, en vérité. Qu'y a-t-il de pire qu'un monstre rusé ? » La mâchoire serrée, son couteau toujours en main, il enjambe le corps de Siofra, s'approche d'Erzsébet et la saisit par le menton. « Toutes les dictatures ont une fin. Souvent dans le sang et la violence, mais je ne t'apprend sûrement rien. » Il semble hésiter, son regard s'emplissant d'une haine soudaine, incompréhensible, contre laquelle il paraît presque lutter. « Mais ils ont raison de vous insuffler cette peur. » Il baisse d'un ton, approchant ses lèvres de son oreille de sorte à ce qu'elle soit la seule à l'entendre. « Dans le fond, tous autant que vous êtes, vous avez conscience que votre existence n'est pas naturelle. Qu'un jour ou l'autre, vous disparaîtrez... Certains, plus tôt que d'autres. » Ses mots ressemblent à une désagréable promesse. Enfin il s'écarte, un sourire d'enfant excité se formant sur ses lèvres. « Mettez la avec l'autre. » Deux hommes s'empressent d'obéir, saisissant la rousse chacun par un bras puis l'embarquant sans prendre la peine de lui remettre un sac sur le visage.

La porte se ferme derrière eux, ne laissant avec l'homme qu'Artemis et Siofra, toujours inconsciente. Il se tourne vers la Grimstone, son sourire se faisant pensif. « Des menaces, vraiment ? À quel moment as-tu pensé être en position de force, jeune fille ? Peut-être n'ai-je pas été assez clair, après tout. Les menaces ne mènent à quelque chose que si elles sont accompagnées de la preuve de leur véracité... » Il prend le ton de la leçon, et la gifle part sans préavis ; avec assez de force pour que sa tête lui tourne, et que la peau de sa pommette se fende légèrement. « Comme ceci. » Il lève le pied pour finir de la pousser sur le sol, mais avant d'achever son geste la porte de la pièce s'ouvre à la volée. Un homme entre en trombe et s'attaque au premier venu. En quelques secondes le combat se termine, celui qui est entré assommant l'autre ; puis il met un second individu hors d'état de nuire et se retrouve face à l'interrogateur, qui tente de l'étriper avec son couteau. L'affrontement est rude, mais l'autre finit par prendre le dessus ; ils roulent sur le sol jusqu'à ce que l'étranger l'assomme d'un coup de poing à la tempe. Il est visiblement blessé, du sang coulant de ses doigts, mais cela ne l'arrête pas ; il se redresse, le souffle court, et se précipite près de Siofra pour vérifier son pouls. « Elle est vivante », fait-il rapidement, posant des yeux nerveux sur Artemis. L'inconnu est blond, pas bien grand mais visiblement agile, et n'a pas plus de trente ans ; clairement vêtu comme un moldu, il ne semble pas armé d'autre chose que ses poings. Sans attendre qu'elle réagisse, il commence à soulever le corps de Siofra. « On doit aller chercher les autres, et vite, je crois que j'ai fait trop de bruit. Tu peux marcher, non ? » Artemis peut apercevoir que de la poche de sa veste en jean dépassent plusieurs baguettes, dont la sienne. Il suit son regard et semble soudain gêné. « Oh... Je ne sais pas laquelle est à toi, mais si tu la veux, sers-toi... » Elle peut sans  peine remarquer l'expression légèrement inquiète - apeurée ? - qui passe sur le visage de l'homme.

INFORMATIONS

+ C'est au tour d'Artemis de répondre. Erzsébet n'est plus présente.
+ Vos réponses doivent être faites sous les balises suivantes (c'est important, les autres joueurs ne doivent pas savoir ce qu'il se passe ici !) :
Code:
[hide][/hide]
+ N'hésitez pas à contacter Mererid, si vous avez la moindre question.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


mp Augustine + mp Artemisia
mp Arsenius + mp Jemima  + mp Crixus

- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Jeu 24 Aoû 2017 - 13:49

- I am Odedient, what else ? -
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 255 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 


Garder son calme, ne pas céder à la peur. Ces mots, Artemis se les répétait sans cesse dans son esprit. Là bas, Nathaniel attendait. Ici, ils menaçaient une camarade. Même si la brune ne la connaissait pas, elle tenta le tout pour le tout. Oui, peut-être était-ce dangereux mais elle présentait là un raisonnement tout à fait logique. Leurs ravisseurs ne devaient pas vraiment réaliser qu’ils pouvaient déclencher une guerre entre moldus et sorciers et ces derniers seraient forcément gagnants. Sans magie, ils ne pourraient pénétrer dans leur monde, ils ne pourraient affronter les créatures et toute la réalité qui se cachait dans leurs secrets. Alors, mieux valait prendre le temps de réfléchir et à vrai dire elle ne tentait rien de moins que de le manipuler. La technique n’était pas employée au hasard. La réaction de l’homme semblait d’ailleurs lui donner raison, même s’il se moquait d’elle, elle ne manqua de le voir se renfrogner. Peut-être n’avait-il pas pensé à ces conséquences. Peut-être avait-elle réussi à lui donner une bonne raison de ne pas tuer une personne innocente (ou non, elle n’en savait rien et sur le moment elle s’en fichait pas mal). Sissi continuait de jouer à son jeu de glace, exprimant une situation dont cet homme n’en avait probablement que faire. Là où sa cousine tentait de se justifier, Artemis avait simplement préféré mettre en lumière le bénéfice nul qu’il tirerait d’un meurtre. Mieux valait ne pas les tuer. S’il voulait comprendre leur monde, comprendre la guerre interne, mieux valait ne pas donner une raison à ces camps de mettre de côté leur discorde pour se retourner contre les moldus, mieux valait ne pas donner de poids supplémentaire aux Mangemorts qui à coup sûr prendraient le dessus et se délecteraient de prouver aux sorciers indécis que les moldus étaient l’ennemi. Ils parviendraient enfin à réunir les sorciers sous leur pouvoir. En cela, le discours de Sissi semblait vouloir l’expliquer mais l’autre ne devait pas être suffisamment intelligent pour le comprendre. Il les observe en silence, semblant réfléchir. Le cœur de la sorcière accéléra encore. Soudain, il assomma la jeune femme qu’il tenait.  Artemis sursauta bien sûr mais expira longuement de soulagement. Elles avaient réussi à le convaincre. Monstre. Le mot résonna à ses oreilles. Un monstre ? Elle ?

Elle eut juste le temps de voir s’approcher de Sissi. Elle l’entendit répondre. Pourquoi lui avait-elle donné une raison de les menacer davantage ? D’autant plus qu’elle se considérait parfaitement neutre et n’envisagerait jamais de rejoindre une cause, même par peur. Elle n’entendit pas les mots qu’il insuffla à sa cousine et à ce moment là, Artemis était plus occupée à vérifier l’état de Siofra qui gisait toujours au sol, inerte. Jusqu’à ce que Sissi ne soit emmenée plus loin. Par Merlin, ça devenait vraiment de pire en pire. Cet homme était fou. Il revint vers elle. Une menace ? Il pouvait le prendre ainsi. Artemis préférait de son côté penser qu’elle l’avait prévenu des conséquences. Elle ne put cependant pas lui répondre parce qu’il la gifla à lui en faire tourner la tête. Des étoiles lui brouillaient la vue, ou peut-être était-ce des larmes de douleur ? La brûlure sur sa joue ne masquait pas le sang qui coulait.  Quelque part, au loin, un bruit lui parvint mais elle ne l’identifia pas tout de suite. Rouvrant les yeux qu’elle avait fermé par réflexe, elle eut le temps de le voir mettre à mal celui qui plus tôt la menaçait. Qui était-il celui-là ? Fronçant les sourcils , elle le dévisageait. Il était blessé et habillé comme… « Je peux marcher oui ». Elle se redressa en frottant sa joue endolorie quand elle vit sa baguette dépasser de la poche. L’éclat de peur qui passa dans son regard ne lui échappa pas. Un moldu ? « Je vais les garder toutes, un accident est si vite arrivé pour les néophytes… » Pimbêche ? Peut-être. Mais c’était aussi obéir à la loi du Monde Magique et, de plus, elle lui demandait indirectement de décliner sa nature. Elle prit les baguettes et les rangea tout en gardant la sienne à la main. Enfin. Enfin elle se sentait prête à se défendre. « Si tu as fait du bruit, ne t’en fais pas, ils seront incapable de nous atteindre… » Présomptueuse ? Oui, elle était fière mais qu’importe. Elle se tourna vers son ravisseur et l’observa. Il était dangereux. Elle ignorait qui il était mais il était dangereux. Elle inspira. Les sorts interdits… Il menaçait un sorcier. Il avait menacé vraisemblablement les Grimstone. Il avait blessé Nate. Siofra. Une vague de haine la submergea pour ce mécréant. « Avada Kedavra ». Immobile alors qu'un faisceau vert touchait l'homme, elle ne se serait jamais cru capable d'un tel acte. Il ne le ferait plus. Elle portait un masque de froideur alors qu’en elle, elle tremblait. Peut-être venait-elle de faire une bêtise. Peut-être serait-elle emprisonnée. Mais celui-là plus jamais il ne les menacerait. Plus jamais il ne les frapperait. Plus jamais il ne l’effraierait. Se forçant à se tourner vers son sauveur, elle annonça d’une voix neutre mais tremblante : « Je te suis ». Il n'était pas difficile de comprendre qu'il était pour Siofra et qu'il voulait la sortir de là. « Il a voulu la tuer avec une lame. Il n'a eu que ce qu'il méritait... » Ses menaces avaient finalement été suivies d'un acte... Le défi avait été relevé même si plus tard elle regretterait son geste.



Parchemin envoyé Dim 26 Nov 2017 - 18:41

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 598
avatar
 
Event neutre
- Mais que se passe-t-il ? -
Lieu inconnu - Samedi 6 juillet 1991
Le blond venu secourir les sorcières sursauta en entendant les quelques mots, une formule sans doute à destination de l’homme sur le sol. Il ne comprenait pas ce que ça signifiait, mais il doutait que l’homme soit encore en vie. Doute bien vite confirmé par les propos de la sorcière. Un éclair de terreur passa dans le regard de l’homme. Ils avaient tant de pouvoir, qu’ils pouvaient tuer en quelques mots, s’était effrayant. Mais il n’était pas temps de débattre. Il quitta la pièce portant la femme inconsciente et suivit par l’autre désormais armée. Il fallait trouver les autres personnes.

Une femme sort d’une pièce et Artemis jette un sort d’entrave avant que quoi que ce soit ne soit fait à leur encontre. Glissant un regard à l’intérieur, il voit une femme brune, Morgane, et lui libère les poignets à l’aide du couteau précédemment récupérer dans la salle d’interrogatoire. « Accompagnez-nous, il faut partir d’ici. » Il avait facilement déduit qu’elle faisait partie du lot de par sa situation de prisonnière. Morgane récupère sa baguette dans les mains d’Artemis et le petit groupe continue leur route.

Au pas de course, ils finissent par rejoindre une porte drôlement sécurisée. Les deux sorcières sont à nouveau très efficaces, neutralisant le gardien avant qu’il ne donne l’alarme et font sauter toutes les serrures protégeant la porte. A l’intérieur, ils récupèrent deux sorcières, Betty et Erzsébeth, toutes deux surprises, mais plutôt heureuses de pouvoir s’échapper. Une fois leurs baguettes en main, ils reprennent la route. Le moldu n’est finalement indispensable que pour leur permettre de trouver la sortie et de s’échapper.

Enfin, le petit groupe fait tomber quelques gardes et se rapprochent des écuries. « Vous étiez détenus par là avant je crois. » Il n’en était pas certain, mais vu la quantité de personnes dans les environs, il y avait fort à parier que les restant seraient à proximités. Ils avancent prudemment, mais absolument plus silencieusement et soudain, au coin d’un couloir, une tête. « Attention ! » S’exclame le blond. Mais l’attitude d’Artemis qui reconnait là Nathaniel lui fait savoir qu’il s’agit de leurs alliés. Le petit groupe vient à la rencontre des trois fuyards, Darren, Nathaniel et Astraea. Le moldu observe leurs armes un peu surpris, mais ne dit rien. « Vous êtes tous là ? » Leur demande-t-il en les regardant un peu tous. Ils n’ont pas l’air certains, mais aux quelques hochements de tête, il en conclu qu’ils peuvent désormais s’en aller. « Il faut qu’on trouve des clés et on pourra sortir de la grange et plus loin on pourra passer le portail. » C’est à ce moment que Darren sort le trousseau qu’il a dans la poche, tandis qu’Artemis distribue les baguettes restantes. Ils peuvent désormais s’enfuir par la grande porte. Et plus loin, une fois en relative sécurité, il leur donne la sorcière inconsciente et il les regarde stupéfait disparaitre devant ses yeux.  

INFORMATIONS

Vous ne devez votre survie que grâce à cet inconnu à qui vous avez finalement laissez la vie sauve. Vous savez désormais que les moldu, ou certains d'entre eux, sont au courant de la magie et que deux camps se font la guerre. Suite à cet enlèvement, vous avez chacun transplané seul ou avec une autre personne, dans un endroit qui est à votre choix. Tacitement, vous ne parlerez pas de cet enlèvement autour de vous, sachant que ça risque de semer la panique.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.



mp Augustine + mp Artemisia
mp Arsenius + mp Jemima  + mp Crixus

- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
Event neutre - Partie cachée 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Angleterre-
Sauter vers: