indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
You're not as ___ as you think † Priam.

()
Parchemin envoyé Mer 19 Juil - 22:43

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Neventer , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 31/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 175 hiboux. J’incarne : Colton Haynes , et l’avatar que je porte a été créé par : Neventer et GALLIFREYS (merci <3) Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Réparateur d'objets magiques, botaniste, potionniste clandestin (mais chut!) J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : C'est un bordel monstrueux.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
No Halo
Priam ♚ Drewall
« This last week I slept 8 hours total, I barely sleep. Maybe that's why I've been weak. The same things that plague you still plaguing me. God called you to fulfill a vacancy. I tried to see why it wasn't me. So I didn't show up to your funeral but I showed up to your house and I didn't move a muscle. I was quiet as a mouse and I swore I saw you in there but I was looking at myself. » Sorority Noise - No Halo


« Lâche-moi, sangsue. » Dis-je en frappant les doigts de ma victime avec le manche de mon couteau. Elle n'était pas morte, juste complètement assommée. Mon but n'était pas de la tuer -et pourtant ce n'était pas l'envie qui manquait- mais de la repousser avec force. Autrefois, j'aurais cherché à l'esquiver puis ensuite à m'enfuir. Aujourd'hui, je n'avais aucun remords à planter une dague entre les côtes d'un individu qui osait se mettre un peu trop en travers de ma route. Je savais pertinemment que je n'étais plus le même. Le Lupin brusque, à moitié solitaire, faisant primer l'amour par-dessus les autres sentiments. Je n'avais pas oublié mes principes, je choisissais simplement de les revoir et de prendre leçon de ce que ma naïveté avait engendré. Tout ce que j'avais construit de mes mains s'était effondré à cause de mon ingénuité. J'avais fait confiance à Dahlia, elle en avait abusé. Maintenant, je n'avais plus de toit,  je m'étais planqué à l'étage du magasin que je partageais avec mon ami Nate, qui avait la même profession que moi. Ces espèces de sacs à déjections de mangemorts avaient certes réussi à mettre la main sur mon lieu de vie, mais j'étais toujours recherché et autant vous dire que ça allait chauffer pour moi si jamais ils y parvenaient, surtout depuis le petit cocktails que j'avais soigneusement fait exploser à la figure de certains de leurs collègues.
Depuis que j'étais plus en fuite que jamais -ma tête devait encore être mise à prix- je n'avais cessé de chercher ceux qui avaient osé foutre le feu à mon nid. Alors je dormais soit assis, soit quelques minutes après avoir fumé une cigarette dans l'atelier, soit pendant mes trajets, mais je restais tout le temps à l’affût du moindre bruit suspect, donc je dormais peu. Combien de fois, alors qu'un client franchissait le pas de la porte, je m'étais réveillé en sursaut, dague en main, prêt à bondir ? C'était presque devenu systématique. Je n'avais jamais été autant fatigué, je n'avais plus rien pour dormir sur mes deux oreilles et en plus de cela, je ne pouvais plus lutter contre la pleine lune... Surtout qu'à ce moment, j'en avais bien besoin. Ma mutation en loup garou me fatiguait. La dernière pleine lune avait été une expérience insupportable. Hélas, plus de labo, plus de tue loup, plus rien.
J'étais venu à Londres dans le but de soutirer des informations sur les espèces de sales chiasses de Magyars à pointes qui avaient cramé ma maison... Qui avaient surtout osé venir me chercher. Et me trouver, qui plus est. Jusque là, ma quête interminable n'avait rien donnée. Je ratissais le Londres Sorcier à mes risques et périls. À tout moment, le poseur de bombes Lupin pouvait se faire pincer. Il y a quelques mois de cela, je ne me serais absolument pas risqué à me jeter dans la gueule du loup. Il me fallait donc être seul avec moi-même pour me rendre compte après toutes ces années que le loup, c'est moi ?
J'avais trouvé une autre cible dans une zone qui était loin d'être accueillante de nuit. Je m'engouffrais dans une ruelle tellement sombre et humide que je me repérais à la brillance que le croissant de lune renvoyait sur les parois et le sol. Je ne pouvais pas complètement écarter les bras tellement je me trouvais à l'étroit. Je faisais glisser le bout de la lame de ma dague sur le mur tout en avançant. Mes yeux se déplaçaient de gauche, vers le haut, puis vers la droite pour ne pas louper ma nouvelle victime. Je claquais la langue comme pour appeler un chien. « Allez, ramène-toi. Réponds à ma question et promis, on en aura fini. » Tu parles. Je m'arrêtais. Dans le noir, je voyais le renfoncement d'une porte. Je savais qu'il était planqué là. Deux ou trois secondes de silence extrêmement longues passèrent. Puis il se mit à courir après m'avoir balancé un sort pour me repousser. Fort heureusement, dans la panique, il n'avait pas su viser. Je n'aurais pas pu l'éviter ! J'aurais volontiers répondu en lui lançant une petite fiole qui lui aurait gentiment explosé entre les pattes, mais comme mes ressources s'étaient presque toutes évaporées en un incendie, je préférais économiser ce qu'il me restait. Alors j'ai misé sur le plaquage. Comme nous nous fatiguions tous les deux, plutôt que de rajouter de la distance et de lui donner de l'avantage, je lui  sautais sur les jambes. Nous roulâmes en nous étranglant. Alors qu'il me mettait sa baguette sur la carotide et appuyait comme un bourrin, je plantais le bout de ma dague sous sa gorge. Nous haletions, le regard plongé de celui de l'autre. « Qui va crever le plus vite ? La dague ou la baguette ? » Dis-je entre deux souffles. « AVAD... » tenta-t-il d'hurler. Je le frappais dans les parties et alors qu'il se penchait, je lui donnais un coup de coude dans les cervicales. « TU VAS REPONDRE A MA QUESTION ? TROU DU CUL ! »  Question rhétorique, le pauvre imbécile était K.O.
Je relevais les yeux. Dans l'obscurité, une ombre partit en courant, trahie par le bruit de ses talons. Alors que, comme à mon habitude, la moitié de mon visage était masquée par un foulard noir, mon regard se retrouvait soudain éclairé par la clarté du croissant de lune. Tout comme celui de cette fille, qui se tenait à plus ou moins un mètre cinquante de moi, et qui me dévisageait sans aucune expression sur le visage.
 
Made by Neon Demon



Night Witches
Drewwal Eòghan Lupin ☽ It's all entertaining. We're coming after dark one after the other. Cut it and scatter. ©️ASTRA

Parchemin envoyé Dim 30 Juil - 19:27

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 14/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 122 hiboux. J’incarne : Ira Chernova , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Faust, Babine. Signature : Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Valeryan & Siofra Je parle en : Grey



Je suis âgé de : 28 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : dealeuse de poudre d'escampette pour la Main noire. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je ne porte pas sa marque mais je compte m'enrôler dans ses rangs. Côté cœur, : je suis libre et le resterai. Champ Libre :
avatar
 
Monsters
Drewall ☽ Priam
One misstep, you're mine
And you better stay clever if you wanna survive
Once you cross the line
You'll be wishing you would listen
When you meet your demise

Des ruelles idéales pour vendre, il n'y en a pas des milles et des cents. Les trafiquants de Londres se les disputent d'ailleurs bien souvent - et prient pour ne pas se faire virer de la leur par la Greyback. Ce qui peut arriver à tout moment. Il faut dire qu'elle n'est pas réputée pour sa patience, et n'a pas pour habitude de laisser repartir entiers ceux qui la défient. Ce soir ne fait pas exception. Elle pourrait juste chercher un autre coin, mais elle n'a pas spécialement envie de tourner une heure dans le Londres sorcier à la recherche d'une ruelle de libre. L'homme, qu'elle connaît depuis des années, tente vaguement de protester quand elle l'attrape par le col et le pousse dans la rue. « Dégages. Je suis pas d'humeur. » L'est-elle parfois ? Les mauvaises langues diraient que non... Il n’insiste pas, détalant de là sans demander son reste.

Elle ouvre sa veste en cuir, ayant trop chaud malgré la fraîcheur de la nuit, et finit par la jeter à coté d'elle. Assise dans le renfoncement d'une porte, elle attend les clients en se grillant une première cigarette, puis une seconde. Il faut dire qu'elle n'est pas réveillée depuis longtemps, ayant rattrapé cet après-midi les heures de sommeil perdues au Cercle la nuit dernière. Elle n'est même pas certaine d'avoir évacué tout l'alcool de son sang d'ailleurs, sans parler du léger mal de crâne qui lui vrille le crâne. Mais curieusement, elle se sent bien posée sur cette marche. La nuit londonienne est d'un calme apaisant, presque autant que les étendues sauvages qui lui manquent tant.

Jusqu'à ce qu'une odeur lointaine ne vienne troubler sa tranquillité. Elle se lève lentement, jetant sa cigarette par terre avant de l'écraser. Un client, peut-être ? Non, il y a plus d'un individu, et elle reconnaît rapidement le parfum de la peur - puis celui de ceux de son espèce... Passant la lanière de son sac par dessus sa tête, elle se cache dans le renfoncement de la porte et tend l'oreille. Ce sont des bruits de combat qu'elle entend, puis des voix. Peut-être devrait-elle rester à part, mais elle n'a guère envie d'être la suivante. Plutôt attaquer que se défendre, toujours. Elle s'avance d'une démarche souple dans la ruelle, sortant de sa botte un long couteau tandis qu'elle tient sa baguette dans sa main droite. Enfin, elle aperçoit deux formes imprécises qui se battent à même le sol. « TU VAS REPONDRE A MA QUESTION ? TROU DU CUL ! » crie celui du dessus, et Priam se glisse près d'un mur pour mieux observer la scène. Peut-être devrait-elle simplement les planter tous deux, avant qu'ils n'attirent l'attention de la Brigade Sorcière. Mais alors que les nuages s'écartent, laissant la Lune éclairer la scène pour quelques secondes, elle reconnaît soudain l'homme inconscient au sol. Aiden ! Elle a déjà réalisé des missions avec lui, et sa compagnie est appréciable. Ce que Priam admet rarement. Il est moins bavard et arrogant que la plupart de ses camarades mangemorts, et possède un humour à l'indéniable qualité.

Mais son affection pour cet homme s'arrête là, et si elle décide soudainement de l'aider ce n'est pas par bonté de cœur. C'est un mangemort, et s'il venait à se savoir qu'elle n'avait pas tenté de sauver sa peau, la sienne serait en danger. Hors de question, après tous les efforts qu'elle a déjà fait pour être tolérée par ces foutus mangemorts. Elle réalise parfaitement qu'il l'a vu, cet inconnu qui vient de mettre K.O Aiden, et en avisant le foulard masquant une partie de son visage un doute la saisit soudain - ce genre d'accoutrement est celui des lâches et des rebelles dont le faciès est placardé dans les rues de tout le Londres sorcier. Cette constatation ne l'arrête pas pour autant, pas plus que l'odeur lupine qui se dégage de l'homme. Elle bondit sans attendre une seconde de plus et fend l'air de bas en haut avec son arme, dans l'espoir de l’éventrer. Pour une fois, elle garde les lèvres pincées et le silence tandis qu'elle essaye avec application de le tuer. Elle n'est pas vraiment d'humeur à faire la maligne comme elle le ferait en temps normal.

OUI - Il bouge et elle n'arrive pas à l'eventrer, mais la lame le touche ; elle s'enfonce et ricoche sur une côte, le sang éclaboussant les doigts de Priam. Elle réaffirme alors sa prise sur le manche et s'apprête à exécuter le même mouvement dans l'autre sens.
NON - Il parvient à l'éviter, la lame ne faisant qu'effleurer son bras. Elle continue cependant dans son élan, se jetant de tout son poids contre son épaule pour tenter de tomber sur lui et continuer l'affrontement au sol.

Made by Neon Demon


Come, hunt with me, the invitation whispers in my heart. Leave the pain behind and let your life be your own again. There is a place where all time is now, and the choices are simple and always your own. Wolves have no kings. robin hobb

Parchemin envoyé Dim 30 Juil - 19:27

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 941
avatar
 
Le membre 'Priam Greyback' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Dim 13 Aoû - 18:42

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Neventer , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 31/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 175 hiboux. J’incarne : Colton Haynes , et l’avatar que je porte a été créé par : Neventer et GALLIFREYS (merci <3) Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Réparateur d'objets magiques, botaniste, potionniste clandestin (mais chut!) J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : C'est un bordel monstrueux.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
No Halo
Priam ♚ Drewall
« This last week I slept 8 hours total, I barely sleep. Maybe that's why I've been weak. The same things that plague you still plaguing me. God called you to fulfill a vacancy. I tried to see why it wasn't me. So I didn't show up to your funeral but I showed up to your house and I didn't move a muscle. I was quiet as a mouse and I swore I saw you in there but I was looking at myself. » Sorority Noise - No Halo


Cette sensation, je la connaissais par cœur. Les picotement et l'inflammation qui s'en suit. L’anesthésie naturelle et lorsque le membre revient à lui, l'écoulement du sang chaud sur la peau. La garce, elle avait faillit m'avoir. Alors qu'elle allait me découper comme un morceau de viande, je la repoussais d'un coup de poing. Dans une bruyante expiration et alors que sa lame quittait son œuvre, je me tordais de douleur. Elle était agile, rapide et même si j'avais presque réussi à l'éviter, la précision de son geste avait malgré tout eu un impacte. Je ne dis pas un mot, je la cherche du regard. La clarté de la nuit me le permet sans grande difficulté. Alors que le sang s'écoulait sur ma main libre, je reniflais en la regardant. Elle aussi était sauvage. Elle aussi était maudite d'après de nombreux écrits. Ma conscience cherchait à atteindre le dossier souvenirs de mon cerveau. Cette femme m'était familière. Mais d'où ? Je l'avais déjà croisée et même si l'idée de lui poser la question fut la plus simple, je n'ouvrais pas la bouche. J'avais déjà suffisamment parlé au déchet qui gisait inconscient sur le sol. Si je n'avais pas prononcé un mot, elle n'aurait probablement pas été alertée. Même s'il était à présent trop tard, aucun son ne perturba le silence pesant ni la bataille de regards qui se jouait sous le croissant de lune, dans cette misérable ruelle sombre et humide. Et puis, je me redressais. À quoi servait ma main valide ? À rien. Alors je la laissais revenir le long de mon corps, comme si de rien n'était, laissant le sang goutter de mon index. J'avais un mal de chien, mais je préférais rester concentré. Aussi rapidement que je le pouvais, je saisissais un petit objet sphérique de la taille d'une noix dans la poche intérieure  de mon manteau. Dans la demi seconde qui suivit, je le lançais contre le mur tout près de l'inconnue. Au moment de l'impact, l'objet explosa. Mon but n'avait pas été d'atteindre mon agresseuse, mais de la surprendre. Elle semblait avoir été surprise lorsque j'avais rapidement glissé ma main dans ma poche, l'explosion détourna son regard le temps que je resserre ma dague dans mon autre main et que je me lance dans sa direction. Et puis, ce que j'avais réussi à contrôler en moi pendant des années, reprenait le dessus avec l'adrénaline. Je ne devenais pas fou. Inconsciemment, ma colère et ma haine donnaient de la puissance à l'animal que j'étais.

OUI – Je donnais un coup dans le ventre de la jeune femme dans le but de lui couper la respiration pendant quelques secondes. Alors qu'elle se tordait momentanément sous le choc, je la prenais par les épaules et la rejetais en arrière, sur le dos. Elle reprenait son souffle, j'en profitais pour lui bloquer les bras et appuyer modérément mon genou sur son sternum.

NON – Je ne parviens pas à lui donner un coup dans le ventre, mais je réussi à la bousculer et à la faire tomber sur le dos. Alors que je me trouvais sur elle et qu'elle paraissait légèrement sonnée, …

Je plissais les yeux, j'essayais à nouveau de comprendre en plongeant mon regard dans le sien. Qui es-tu ? Pensais-je. Je me retirais en serrant les dents très fortement. Sachant pertinemment que nous n'allions pas en rester là, surestimant mes forces, je me remettais en garde, rabaissais mon foulard, dévoilant ainsi ma mâchoire carrée et mon nez plissé par la douleur et la rage. Je n'avais plus besoin de masquer mon identité. Si elle profitait de ma faiblesse pour me tuer, rester anonyme demeurait inutile. Mais, peut-être qu'elle savait. Si j'étais incapable de mettre un nom sur son visage ou de me souvenir de l'endroit où je l'avais déjà vu, peut-être que sa mémoire était plus intacte que la mienne.
Je ne m'avouerais pas vaincu, mais elle avait été plus rapide et agile que moi. En voulant me défendre, j'avais perdu plus de sang que je ne l'aurais imaginé. Alors que je m'étais arrêté de bouger et malgré l'adrénaline toujours présente, la douleur me fit respirer plus bruyamment et je me laissais tomber un genou à terre, la main sur la zone entaillée.
Made by Neon Demon



Night Witches
Drewwal Eòghan Lupin ☽ It's all entertaining. We're coming after dark one after the other. Cut it and scatter. ©️ASTRA

Parchemin envoyé Dim 13 Aoû - 18:42

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 941
avatar
 
Le membre 'Drewall E. Lupin' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Mar 22 Aoû - 12:57

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 14/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 122 hiboux. J’incarne : Ira Chernova , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Faust, Babine. Signature : Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Valeryan & Siofra Je parle en : Grey



Je suis âgé de : 28 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : dealeuse de poudre d'escampette pour la Main noire. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je ne porte pas sa marque mais je compte m'enrôler dans ses rangs. Côté cœur, : je suis libre et le resterai. Champ Libre :
avatar
 
Monsters
Drewall ☽ Priam

One misstep, you're mine
And you better stay clever if you wanna survive
Once you cross the line
You'll be wishing you would listen
When you meet your demise

Il y a deux manières d'affronter un Greyback. La première se fait dans un calme presque religieux ; ni insultes ni grognements, juste un silence inquiétant et des gestes à la rapidité meurtrière. C'est peut-être pour cela qu'ils apprécient tant le combat à l'arme blanche et aux poings ; il est nettement plus difficile d'être discret avec des sortilèges. La seconde n'a pas grand chose à voir avec la première. Il ne s'agit pas seulement de tuer la cible ; il s'agit de laisser sortir la colère à l'état brut, cette rage animale dans laquelle ils se vautrent avec délice. Les attaques y perdent en précision, forcément, mais la fureur est telle qu'elle en devient une arme à part entière. Le moral de l'adversaire a souvent du mal à résister aux crocs qui se dévoilent, aux promesses de mort soufflées d'une voix grondante.

Difficile de savoir, dans quel cas l'affrontement est le plus mortel. De toute manière, ces choses là ne se décident pas vraiment. C'est une question d'humeur, de sensations ; mais aussi et surtout, d'adversaire. L'inconnu au foulard ne l'a pas spécialement énervé... pour l'instant. Il est au mauvais endroit au mauvais moment, et il s'en est pris à la mauvaise personne. Cela n'a rien de personnel, pour autant. Elle ne fait que son boulot, estime-t-elle. Certes, son odeur lui semble étrangement familière, mais elle ne s'en formalise pas. Si elle est incapable de se souvenir de l'avoir rencontré, c'est qu'il n'a pas vraiment d'importance.

Par chance pour lui, l'homme évite le retour du couteau en la frappant du poing. Elle recule légèrement sous l'impact. Il est doté de la force d'un loup, c'est à présent une évidence. Sans cela, il n'aurait pas su la repousser aussi aisément. Mais la lame a fait des dégâts et il souffre visiblement, ce qui tire un bref rictus à Priam. La satisfaction du prédateur dans toute sa splendeur, même si elle commence à se demander si elle ne s'en prend pas à un aussi gros poisson qu'elle... Le regard qu'il lui jette l'arrête pour quelques secondes, légèrement déstabilisée. Lui aussi la reconnaît, et semble s'interroger sur son identité. Pourtant il ne dit rien, elle en revient donc à sa précédente conclusion. Sa vie ne compte pas, qu'importe qu'ils aient pu se rencontrer auparavant. Elle perçoit le geste qu'il exécute, ses yeux le suivant malgré l'obscurité, mais elle est incapable de comprendre ce dont il s'agit. Il faut dire qu'elle s'attend à tout sauf à ça. Le minuscule objet, qu'elle n'a pas reconnu, s'éclate sur le mur dans un bruit infernal. Tout du moins, c'est ainsi que Priam le perçoit... L'explosion est minime, mais trop proche pour ses sens accrus ; elle grimace, un grognement mécontent s'échappant de sa gorge. Ses yeux aussi souffrent de cette agression, et elle ne le voit venir qu'à la dernière seconde. Elle évite le coup qui visait son ventre en reculant d'un bond, en revanche il parvient à la faire basculer. Sa tête heurte les pavés et pour quelques instants, elle ne voit plus qu'une silhouette déformée au dessus d'elle. La main qui tient le couteau se lève quand même pour tenter de frapper au hasard, mais déjà l'homme s'est relevé. Elle fait de même, encore légèrement chancelante mais prête à en découdre ; à nouveau, elle plie les genoux et s'apprête à attaquer. Elle commence à perdre son calme, surtout par agacement pour sa petite technique de distraction à base d'explosif.

Mais la louve marque un temps d'hésitation, en le voyant baisser son foulard. Toujours cette irritante impression de déjà-vu. Elle entrouvre les lèvres et plisse le nez pour mieux respirer son odeur. Un grondement sourd quitte sa gorge. Un avertissement mêlé d'interrogation. Elle n'attend pourtant pas qu'il y réponde, surtout lorsqu'elle le voit tomber sur un genou. La faiblesse de sa proie se dévoile, réveillant son instinct.

OUI - Il tente de l'arrêter quand elle s'approche, mais elle saisit son poignet et du pied, le pousse brutalement en arrière. À peine est-il au sol qu'elle se laisse pratiquement tomber sur lui, le piégant entre ses genoux tandis qu'elle glisse le couteau sous sa gorge.
NON - Elle échoue son attaque ; il perd quand même l'équilibre sous la force de l'impact, et elle est entraînée dans une chute hasardeuse qu'aucun des deux ne contrôle.
Made by Neon Demon


Come, hunt with me, the invitation whispers in my heart. Leave the pain behind and let your life be your own again. There is a place where all time is now, and the choices are simple and always your own. Wolves have no kings. robin hobb

Parchemin envoyé Mar 22 Aoû - 12:57

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 941
avatar
 
Le membre 'Priam Greyback' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Dim 27 Aoû - 23:58

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Neventer , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 31/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 175 hiboux. J’incarne : Colton Haynes , et l’avatar que je porte a été créé par : Neventer et GALLIFREYS (merci <3) Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Réparateur d'objets magiques, botaniste, potionniste clandestin (mais chut!) J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : C'est un bordel monstrueux.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
No Halo
Priam ♚ Drewall
« This last week I slept 8 hours total, I barely sleep. Maybe that's why I've been weak. The same things that plague you still plaguing me. God called you to fulfill a vacancy. I tried to see why it wasn't me. So I didn't show up to your funeral but I showed up to your house and I didn't move a muscle. I was quiet as a mouse and I swore I saw you in there but I was looking at myself. » Sorority Noise - No Halo


Pour la première fois de ma vie, pendant un duel mortel, j'eus une absence. Ma vision se brouillait et j'avais parfaitement conscience que c'était lié à la quantité de sang que j'avais perdu. Alors que j'avais mis un genou à terre, des images traversaient mon esprit par flashs. Je voyais le haut des arbres d'une forêt, un ciel gris orageux, comme si j'étais allongé sur le dos. Puis la ruelle réapparut soudainement et je sortais de mes songes alors que mon adversaire tentait une nouvelle attaque. Je ne voulais pas m'avouer vaincu aussi facilement, en sachant que j'avais laissé l'hésitation prendre le dessus sur ma raison. L'ancien Drewall Lupin se serait laissé piéger et enfermer pour ne pas la blesser. Les temps avaient changé. Alors que cette dernière attaque allait m'être fatale, je tentais un coup de poker en utilisant l'humidité de la ruelle et mes dernières forces. Je pivotais sur mon genou pour lui faire un croche-patte. Dans sa chute, elle m’entraîna avec elle. L'odeur de sa longue chevelure foncée renvoya mon esprit dans un souvenir. Cette odeur boisée, d'herbe fraîche, de fleurs et de terre. Je revoyais des yeux, semblables aux siens. Alors que je me retrouvais de nouveau sur elle, je plongeais mon regard dans le sien et un rictus fendit mes lèvres, puis je dévoilais mes dents serrées par la rage et la douleur. « Galloway. » Dis-je à voix basse. Cette forêt était immense et non loin de l'endroit où j'avais résidé pendant des années. C'était là-bas que j'avais vu son visage, mais mes souvenirs étaient encore flous. Je ne me souvenais pas de son corps, seulement de la couleur, de la forme de ses yeux et du parfum de ses cheveux. Comme chaque lendemain de pleine lune, le retour à la vie humaine n'avait pas été des plus simples et je supposais que c'était la raison pour laquelle mes souvenirs étaient limités.
Je ressortais ma dague sans lui laisser le temps de calculer mon geste, pour effleurer sa joue. Je flairais comme j'en avais l'habitude et cela ne devait pas la surprendre car elle avait eu le même réflexe quelques minutes auparavant. L'odeur du sang se mêla au parfum de la jeune femme. Ainsi, j'avais confirmation qu'il s'agissait bien d'une louve et que nous nous étions réveillés non loin l'un de l'autre, un lendemain de pleine lune, dans une forêt extrêmement vaste du sud de l'Ecosse. Peut-être était-ce le hasard, mais j'étais incapable de me souvenir d'un précédent combat sous forme animale, de blessures au petit matin. J'étais incapable de savoir si nous nous étions simplement réveillés à quelques mètres l'un de l'autre ou si nous avions flairé nos traces toute une nuit.
Son odeur m'obsédait. Je me jetais alors sur sa carotide dans un grognement, mais mes dents frôlèrent seulement sa douce peau laiteuse. Dans mon dos, un bruit m'interpella, je me relevais d'un bond, pour faire face à l'homme que j'avais menacé et qui s'était réveillé. La baguette pointée dans ma direction, il allait me lancer un sortilège impardonnable. Enfin, en tout cas, j'en étais persuadé. Alors, je n'eus pas d'autre choix que de tirer la plaie de ma hanche blessée pour effectuer un lancé de dague dans sa direction.

OUI – La lame se plante dans la gorge du mangemort. Le corps de l'individu bascule en arrière et s'écrase de tout son poids sur le sol pavé.
NON Je visais sa gorge, mais perturbé par un autre mouvement dans mon dos, et cherchant à aller encore plus vite, je changeais de trajectoire pour planter ma lame dans sa jambe.

Il fallait que je regagne du terrain, alors je retournais chercher ma lame, tout en reportant à nouveau mon attention sur la louve. J'avais d'autres jouets tranchants sur moi, mais j'appréciais faire croire à mes adversaires que je m'étais désarmé comme un débutant. Je voulais voir si elle s'en doutait, ou pas. En tout cas, elle n'avait pas l'air de tenir à l'inconnu. Elle l'avait certes défendu en m'attaquant, mais elle n'avait pas réagit comme si l'homme avait de l'importance. Il me semblait aussi qu'elle avait une activité illégale, même dans le monde des vipères. Un croisement entre le noir et le blanc tout en étant maudite par la pleine lune. « Greyback. » Dis-je à travers mes dents serrées. Puis je me rejetais sur elle, lame dans l'autre main.

OUIJe parviens à entailler profondément son bras droit, puis je la repousse d'un coup de poing pour me remettre correctement à distance, essoufflé.
NON – Elle parvient à éviter le coup, mais malgré la douleur, je réussis à attirer son attention avec  mon autre main pour lui assener un coup sous le menton avec le manche de mon arme blanche.
Made by Neon Demon



Night Witches
Drewwal Eòghan Lupin ☽ It's all entertaining. We're coming after dark one after the other. Cut it and scatter. ©️ASTRA

Parchemin envoyé Dim 27 Aoû - 23:58

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 941
avatar
 
Le membre 'Drewall E. Lupin' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Ven 22 Sep - 17:24

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 14/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 122 hiboux. J’incarne : Ira Chernova , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Faust, Babine. Signature : Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Valeryan & Siofra Je parle en : Grey



Je suis âgé de : 28 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : dealeuse de poudre d'escampette pour la Main noire. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je ne porte pas sa marque mais je compte m'enrôler dans ses rangs. Côté cœur, : je suis libre et le resterai. Champ Libre :
avatar
 
Monsters
Drewall ☽ Priam

One misstep, you're mine
And you better stay clever if you wanna survive
Once you cross the line
You'll be wishing you would listen
When you meet your demise

Une seconde fois, le choc est rude. Les dents claquent, et elle sent que la chaire s'est fendue à l'arrière de son crâne. Mais le poids de ce corps contre le sien la presse de reprendre ses esprits. Sa vie pourrait dépendre de ces quelques secondes où il lui faut réagir, avant qu'il ne plante à son tour une lame entre ses côtes. À sa place, c'est ce qu'elle aurait fait. Les dents se découvrent, en écho à ce rictus qu'il lui offre, et les griffes également ; elle a fait tomber son couteau dans sa chute et fait l'erreur de le chercher un instant du regard. « Galloway. » Aussitôt, les yeux sombres de la louve reviennent se fixer sur l'ennemi. Elle fronce les sourcils, ses lèvres se refermant tandis qu'elle tente de comprendre où il veut en venir. Se sont-ils vus à Galloway ? Elle s'est rendue plus d'une fois là-bas, appréciant la solitude relative des lieux, le calme propice à la Pleine Lune. Les yeux de Priam s'écarquillent lorsque la lame vient frôler sa peau, mais elle reste immobile ; un seul mouvement et le metal s'enfoncerait plus profondément. La piqure est légère, négligeable. Elle voit bien qu'il respire l'odeur de son hémoglobine, sans doute pour s'assurer qu'il l'a bien reconnu. De nouveau, elle tente de réveiller ses souvenirs. Après tout, si elle reconnaît son parfum, pourquoi ne peut-elle se rappeler d'autre chose ? La réponse est évidente mais contrariante. Il est rare que ses transformations lui laissent plus que des bribes d'images. La louve est agacée d'être la seule des deux à rester dans l'obscurité ; elle s'apprête à le lui faire comprendre, mais le grondement qui s'échappe de la gorge de l'inconnu la tétanise. Elle lève les mains, ses griffes s'apprêtant à viser la nuque de l'idiot, mais il ne fait que frôler sa gorge sans y planter ses canines et sans s'en rendre compte, elle laisse s'échapper un discret soupire de soulagement. La question reste cependant. Que fait-il, pour qui se prend-il ? Elle sert les doigts, formant des poings prêts à le repousser de là, mais déjà il a bondi pour s'éloigner.

Sonnée, la Greyback met quelques secondes à se redresser. Elle ne comprend pas ce qu'il vient de se passer, l'attitude de sa proie la met en déroute. À peine debout, elle voit le mouvement de l'homme et l'autre qui s'écroule, l'odeur de son sang se répandant dans la ruelle pour se mêler à celui des deux loups. Le souffle de Priam s'accélère, sa nature s'éveillant brusquement. Le besoin de tuer se fait soudain pressant, ses pensées devenant chaotiques alors que les yeux assassins suivent avec attention les gestes de l'autre loup. Il retourne chercher sa lame, comme s'il n'en avait pas d'autre. Mais quelqu'un comme lui, comme eux, est une arme ; elle n'est pas vraiment dupe. « Greyback. » Les prunelles s'agrandissent en entendant son nom, l'odeur du sang qui continue de couler à flot de la gorge d'Aiden attisant le feu qui l'a saisi. Tandis qu'il se jette sur elle, les images l'assaillent brutalement ; cette même silhouette s'éloignant d'elle, entre les arbres, dans la faible luminosité de l'aube. Le souvenir lui revient au mauvais moment, et si elle parvient à se décaler pour éviter le coup de couteau, le retour du manche lui frappe le menton sans faillir. Elle sert les dents pour ne pas crier sous la douleur, et lui saisit le poignet de la main droite tout en poussant son épaule de l'autre, jusqu'à ce que son dos rencontre le mur.

OUI, OUI - Elle appuie sur son poignet jusqu'à ce qu'il vienne poser la lame contre sa propre gorge.
OUI, NON ou NON, OUI - D'un mouvement de torsion de son poignet, elle lui fait lâcher le couteau, un rictus satisfait aux lèvres.
NON, NON - Elle tente de lui faire lâcher le couteau mais il lutte pour l'en empêcher, et dans le chaos la lame finit par entailler l'épaule de la louve avant de tomber au sol entre eux.

Plaquant son corps contre le sien, elle ne lâche pas son poignet pour autant et continue d'exercer une pression douloureuse. « Priam Greyback, en effet. T'as autre chose de débile à dire, avant de crever ? » grogne-t-elle, son visage proche de celui du loup. L'espace personnel ? Une notion floue pour la brune, qui d'ailleurs de l'autre main lui attrape les cheveux, tirant juste assez pour découvrir sa gorge. « Tu dois vraiment être stupide, pour tuer un mangemort ici. » Les pupilles suivent la ligne de sa clavicule, se posent sur la veine qui bat là. En tendant l'oreille, elle perçoit les battements de son coeur emballé, et déjà cette mélodie l'enivre.

Made by Neon Demon


Come, hunt with me, the invitation whispers in my heart. Leave the pain behind and let your life be your own again. There is a place where all time is now, and the choices are simple and always your own. Wolves have no kings. robin hobb

Parchemin envoyé Ven 22 Sep - 17:24

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 941
avatar
 
Le membre 'Priam Greyback' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Lun 25 Sep - 23:02

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Neventer , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 31/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 175 hiboux. J’incarne : Colton Haynes , et l’avatar que je porte a été créé par : Neventer et GALLIFREYS (merci <3) Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Réparateur d'objets magiques, botaniste, potionniste clandestin (mais chut!) J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : C'est un bordel monstrueux.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
No Halo
Priam ♚ Drewall
« This last week I slept 8 hours total, I barely sleep. Maybe that's why I've been weak. The same things that plague you still plaguing me. God called you to fulfill a vacancy. I tried to see why it wasn't me. So I didn't show up to your funeral but I showed up to your house and I didn't move a muscle. I was quiet as a mouse and I swore I saw you in there but I was looking at myself. » Sorority Noise - No Halo


« Priam Greyback, en effet. T'as autre chose de débile à dire, avant de crever ? » Je ne pouvais m'empêcher de sourire malgré la douleur qu'elle m'infligeait au poignet. En grandissant, les gens changent, les personnalités s'adoucissent ou s'endurcissent, mais là, bizarrement, j'avais de nouveaux flashback. Des flashback qui avaient une bonne quinzaine d'années. J'avais tellement la rage et l'envie de la dépecer vivante que lorsqu'elle resserrait son emprise sur mon poignet, je sentais mes griffes et mes crocs s'allonger. « T'es toujours aussi grande gueule. » C'était étrange d'être aussi près d'elle. Elle aussi avait ce regard sauvage qui laissait deviner sa soif de liberté, mais trahissait son maudit héritage. Enfin, peu de personnes étaient susceptibles de comprendre. Elle me tira alors les cheveux, ce qui me fit éclater de rire. « Tu dois vraiment être stupide, pour tuer un mangemort ici. » Elle ne savait absolument pas qui elle tenait entre ses griffes. « Et tu penses vraiment que j'en ai quelque chose à foutre ? » La vue de mon cou lui donna de nombreuses idées de plat de résistance, ses yeux changèrent très légèrement d'expression et ce fut pour moi le moment idéal, cette légère distraction qui la perturba, je tentais le coup de genou, de toutes mes forces. Le choc semblait lui avoir coupé la respiration et alors que son emprise se relâchait, je rabattais mon front en direction de son visage pour lui assener un violent coup de tête. Je ne m'inquiétais pas pour elle, je savais qu'elle avait l'habitude de s'en prendre. Alors que j'avais retrouvé ma « liberté », que je m'étais séparé d'elle d'environ deux grandes enjambées, je me retournais avec une nouvelle lame que je lui lançais au niveau du bras gauche.

OUI – La lame vient se figer dans son bras.
NON – La lame parvient à lui entailler le bras, mais vint se briser dans le mur juste derrière. De la vraie camelote.

« Tu n'as donc aucune mémoire, Priam Greyback ? » Nous nous étions vus tellement peu de fois lorsque nous étions encore en âge de nous fréquenter tous les jours à l'école, mais du peu de fois que nous nous étions adressé la parole, je ne l'avais jamais appelée par son seul prénom. Son nom suivait toujours. Et en les prononçant l'un après l'autre, j'avais utilisé la même intonation qu'autrefois. Cela fit réapparaître les fantômes du passé. J'avais l'impression de déterrer un mort. Je me demandais ce que devenait Menelaus que j'avais revu bien plus souvent que sa sœur que j'avais en face de moi et qui avait toujours été douée d'une certaine discrétion. « Comment va ton frère ? » J'avais perdu toute expression faciale, je n'avais pas l'habitude de sourire et lorsque cela me venait, ce n'était pas forcément pour la raison que l'on pourrait imaginer en premier lieu. Je savais pertinemment que Priam et Menelaus étaient unis par un lien fraternel assez puissant et c'était la raison pour laquelle je m'étais bien entendu avec l'aîné au cours de notre scolarité à Poudlard. Un Lupin et un Greyback, je me doute que vous n'y croyez absolument pas et pourtant... Menelaus et Priam n'avaient pas été les seules victimes des railleries des autres enfants. Jaina et moi en avions également pris pour notre grade. Ma sœur avait tendance à me materner et ne s'en cachait pas. Il n'y avait rien de bizarre dans son attitude, elle n'était pas non plus dans l'excès, mais c'était suffisant pour nos petits camarades de trouver  de bonnes grosses vannes lorsqu'ils nous attrapaient entre deux portes. Certains trouvaient notre lien tellement contre nature qu'il nous était arrivé de nous battre. Menelaus et Priam avaient vécu les mêmes embuscades et un jour, je leur avais rendu service. Je ne me souviens plus de la sanction que nous avions ramassé, mais le résultat avait été plutôt satisfaisant Pour ma part, je n'avais plus jamais revu les espèces d’énergumènes de parasites qui nous avaient emmerdé lorsque nous étions ados. Et alors que nous aurions pu en rester là, le frère de Priam venait parfois me tenir compagnie, et inversement, sur les hauteurs du château de Poudlard lorsque le sommeil se faisait désirer. Ah ça oui ! J'en avais grillé des clopes en sa compagnie !

« LÀ-BAS ! » Alors que je sentais que Priam allait riposter, je m'étais remis en garde, mais cette fois, désarmé, griffes en dehors. Un combat de canidés se préparait et c'est à ce moment qu'une voix résonna au bout de la ruelle. « C'est Drewall Lupin, on le tient ! » Comme si j'avais besoin de ça maintenant. « Pour la discrétion, on repassera, bande de tocards. »
Made by Neon Demon



Night Witches
Drewwal Eòghan Lupin ☽ It's all entertaining. We're coming after dark one after the other. Cut it and scatter. ©️ASTRA

Parchemin envoyé Lun 25 Sep - 23:02

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 941
avatar
 
Le membre 'Drewall E. Lupin' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Jeu 12 Oct - 17:11

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 14/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 122 hiboux. J’incarne : Ira Chernova , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Faust, Babine. Signature : Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Valeryan & Siofra Je parle en : Grey



Je suis âgé de : 28 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : dealeuse de poudre d'escampette pour la Main noire. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je ne porte pas sa marque mais je compte m'enrôler dans ses rangs. Côté cœur, : je suis libre et le resterai. Champ Libre :
avatar
 
Monsters
Drewall ☽ Priam

One misstep, you're mine
And you better stay clever if you wanna survive
Once you cross the line
You'll be wishing you would listen
When you meet your demise

« T'es toujours aussi grande gueule. » La remarque lui fait froncer les sourcils. Le loup agit comme s'ils s'étaient connus, plus qu'à l'occasion d'une lune ronde. Elle gronde doucement, agacée de ne pas arriver à mettre un nom sur son visage familier. Il rit quand elle l'a à sa merci, mais la Greyback ne s'en formalise pas. Rire ne lui sauverait pas les fesses. « Et tu penses vraiment que j'en ai quelque chose à foutre ? » C'est son tour à elle de sourire, amusée par sa dégaine de je-m'en-foutiste. Peut-être ont-ils plus en commun qu'une malédiction. La vraie différence réside dans le fait qu'il soit du camp des perdants. Ses crocs commencent à s'allonger, presque avec indolence ; elle laisse l'odeur du sang la mettre dans un état presque second, plus proche que jamais de la perte de contrôle. C'est ce qui donne l'avantage à sa proie, le coup de genou la faisant se plier en deux sous le choc ; il enchaîne en venant cogner son crâne contre celui de Priam, et elle recule en manquant de tomber, à nouveau sonnée. Mais surtout, blessée dans sa fierté ; il a une manière de se battre proche de la sienne, ce qui ne rend l'affront que plus insupportable. Pour la première fois depuis qu'elle lui est tombée dessus, la colère s'invite dans la danse ; tout sourire disparaît de ses traits, laissant place à une expression sombre.

Sa vision lui permet de voir arriver la lame et elle se décale juste attend pour que celle-ci ne fasse qu'arracher quelques minimètres de chaire à son bras ; pas assez pour la faire ciller. « Tu n'as donc aucune mémoire, Priam Greyback ? » Elle se fige, l'hésitation la saisissant en entendant son nom prononcé de la sorte. Les couloirs de Poudlard, réalise-t-elle soudain. C'était là qu'elle l'avait connu en premier lieu, il y a plus de dix ans. « Comment va ton frère ? » Son corps tout entier se tend, son regard le jaugeant soudain d'une façon bien différente. Cet affrontement serait-il en train de devenir personnel ? À défaut de se souvenir de lui, elle prend ces mots comme une menace... et s'en prendre à Menelaus, c'est infiniment pire que de s'en prendre à elle. « Approches mon frère et je te... » Avant qu'elle n'ait fini sa phrase et eut le temps de se jeter encore sur lui, des cris au bout de la ruelle l'interrompent. « LÀ-BAS ! » Les sens de la Greyback se tournent aussitôt dans la direction d'où viennent ces bruits. Plusieurs hommes approchent au pas de course, devine-t-elle au son de leurs pas sur les pavés. « C'est Drewall Lupin, on le tient ! » En d'autres circonstances, sans doute aurait-elle juste été contrariée qu'on veuille lui voler sa proie, mais elle sait à présent à qui elle a affaire et sans s'en rendre compte, elle recule déjà. Bien des choses s'expliquent. « Lupin... » grogne-t-elle à voix basse en continuant de reculer. Le jumeau de Jaina. Un garçon qu'elle connaissait à peine, d'autant qu'à l'époque la majorité des Lupin et des Greyback se tiraient dans les pattes. Elle-même détestait la plupart d'entre eux, même en ayant visité la couche de certains et en ayant fraternisé avec d'autres. C'était dans leur sang, ça ne pouvait que faire des étincelles d'une manière ou d'une autre. Rien que Jaina... les mois ont passé depuis la dernière fois qu'elle l'a croisé, et Priam avait eut des emmerdes avec la Main noire pour s'être affichée un peu trop proche de l'ancienne taupe. Pour autant, elle ne tuerait pas son frère, à moins qu'on l'y oblige. Pas qu'elle culpabilise d'avoir mordu leur petite sœur, mais inutile d'en rajouter une couche ; des ennemis mortels, elle en a bien assez pour toute une vie. Sur ça, elle peut pas se mentir. Elle en a pas rien à foutre, de Jaina, de leur amitié piétinée par ce monde de merde. « Pour la discrétion, on repassera, bande de tocards. » Elle secoue le menton avec exaspération. Ces gars là, ce sont des chasseurs de prime qui se sont alliés juste pour attraper des idiots comme lui. Même elle, ses chances seraient minimes face à un groupe pareil. Ils sont expérimentés, habitués des traques comme celles-ci ; ils savent que même à cinq, une prime pareille vaut la peine de s'allier. « Eh mais c'est pas la Greyback avec lui ? » Et merde. Comme si elle avait besoin de ça. Son instinct lui dit de faire demi-tour, de courir jusqu'à être certaine de s'échapper. Bien sûr, qu'elle aussi fait une cible de choix. La plupart d'entre eux ont des raisons personnelles de la détester, sans parler de la concurrence qu'elle leur a longtemps faite en étant l'une des meilleures chasseuses de tête du coin. S'ils parvenaient à la tuer, ils pourraient sans peine toucher plusieurs primes auprès de différents gars qui lui en voulaient vraiment. Souvent des histoires de drogue, parfois de membres de leur famille qu'elle avait été payée pour tuer. La plupart n'auraient pas osé l'affronter seul, mais à cinq, c'était la même chanson que pour le Lupin... « J'espère que tu te bats aussi bien que ta sœur, Lupin. » Elle sort sa baguette cette fois, et s'élance ; peut-être penserait-il qu'elle s'en prendrait à lui, pourtant elle le dépasse avant qu'il n'ait eut le temps de réagir. Déjà, les sortilèges fusent dans leur direction. Elle s'arrête le temps de crier : « PROTEGO ! » Le bouclier est bref mais assez puissant pour les protéger tout les deux. Elle n'hésite que quelques secondes avant de lancer le sortilège suivant. Aux grands maux, les grands moyens. « BOMBARDA MAXIMA ! » À noter que Priam n'a jamais été la plus douée des sorcières, ne maîtrisant parfaitement que quelques rares sorts. À celui-ci, elle n'est pas mauvaise ; pour autant, l'explosion dévie légèrement de sa cible et atteint surtout le sol devant le groupe d'attaquants, qui reçoivent alors les violents éclats de pavés et sont ralentis dans leur course. Tout espoir que le combat soit discret s'est envolé, mais c'est le dernier de ses soucis ; ce genre de scène n'est de toute façon plus très rare dans le monde magique actuel, et elle doute que la BSS s'en mêlerait. Elle les voit lever à nouveau leurs baguettes, et réalise qu'ils ne tiendrait pas longtemps de cette manière. Il faut qu'elle les atteigne, qu'elle soit assez proche pour leur ouvrir la gorge. Dans un acte peu réfléchi, elle décide de tenter de transplaner malgré les risques en plein milieu d'un combat.

OUI, OUI - Elle parvient à transplaner sans être touchée par leurs attaques, et se retrouve juste derrière l'un d'entre eux.
OUI, NON ou NON, OUI - Elle parvient à transplaner mais un Diffindo la touche avant cela. Elle se retrouve juste derrière l'un d'entre eux.
NON, NON - Un Diffindo la touche au bras gauche et elle lâche un cri de douleur, sans parvenir à transplaner.

Sans plus de cérémonie, elle attrape le chasseur de primes par les cheveux et d'un geste vif, lui passe les griffes sous le menton. Puis la douleur de sa blessure s'impose à elle et elle recule en grimaçant, l'entaille si profonde que son bras gauche est déjà inerte à ses côtés.

Made by Neon Demon


Come, hunt with me, the invitation whispers in my heart. Leave the pain behind and let your life be your own again. There is a place where all time is now, and the choices are simple and always your own. Wolves have no kings. robin hobb

Parchemin envoyé Jeu 12 Oct - 17:11

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 941
avatar
 
Le membre 'Priam Greyback' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Lun 23 Oct - 0:45

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Neventer , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 31/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 175 hiboux. J’incarne : Colton Haynes , et l’avatar que je porte a été créé par : Neventer et GALLIFREYS (merci <3) Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Réparateur d'objets magiques, botaniste, potionniste clandestin (mais chut!) J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : C'est un bordel monstrueux.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
No Halo
Priam ♚ Drewall
« This last week I slept 8 hours total, I barely sleep. Maybe that's why I've been weak. The same things that plague you still plaguing me. God called you to fulfill a vacancy. I tried to see why it wasn't me. So I didn't show up to your funeral but I showed up to your house and I didn't move a muscle. I was quiet as a mouse and I swore I saw you in there but I was looking at myself. » Sorority Noise - No Halo


Elle ne m'avait toujours pas reconnu. Peut-être avais-je totalement changé de faciès depuis notre dernière rencontre. Il est vrai que j'avais toujours eu cette tête de petit garçon au sourire parfait, à la peau si pâle qu'on aurait pu se demander si je sortais parfois de chez moi, si je voyais le soleil de temps en temps. Les choses avaient changé depuis le temps. Je dormais tellement peu que mes yeux étaient cernés de noir, mes joues s'étaient amaigries et même de loin, on comprenait que les épreuves et leurs conséquences s'étaient occupées de tirer mes traits. En quinze ans à peu près, j'avais pris le plus gros coup de vieux de la famille, je pense. J'avais une sensibilité totalement opposée à celle de Jaina. Elle, qui avait tendance à trouver du positif même dans les situations désastreuses, parvenait à mettre de la distance entre elle et la merde dans laquelle elle s'était fourrée jusqu'aux racines. A l'inverse, moi, j'y sautais à pieds joints et je m'y laissais couler sans résister. Cette vie était une belle merde et elle me tirait par les pieds. La survie devenait mon passe-temps favoris, mais je savais bien que je me rapprochais du fond tous les jours.
Priam allait me menacer, croyant que j'allais m'en prendre à son frère. Son frère que je pourrais encore considérer comme un ami, malgré ses mauvaises fréquentations, à lui et à sa sœur.
La  cavalerie débarqua ensuite. « Eh mais c'est pas la Greyback avec lui ? » J'avais tellement envie de les provoquer, comme à mon habitude. J'adorais cette méthode, ça passait ou ça cassait. Dans la plupart des cas, mes ennemis se voyaient déstabilisés et n'étaient plus capables de combattre naturellement ensuite, cela me permettait de trouver de meilleures ouvertures et répliquer plus vite, quand je ne pouvais pas m'enfuir. Sauf que, à ce moment précis, je n'aurais pas pu me permettre un tel risque. Ils étaient plus nombreux, plus expérimentés et s'ils étaient là, ce n'était pas pour me descendre. Leur rôle était de me capturer vivant et de ramener mes fesses chez ces malades de nécrophages. S'ils parvenaient à leurs fins, c'en était finit de moi. Fort heureusement -si je puis dire-, j'avais déjà prévu ma fin en cas d'échec comme celui que j'étais entrain de m'imaginer. La petite capsule de cyanure qui pendait autour de mon cou pourrait me débarrasser de tous mes ennuis et m'éviter un futur douloureux dans l’obscurité et l'humidité d'un cachot d'Azkaban. En tout cas, je n'étais pas le seul à avoir des ennuis. Du coin de l’œil, je vérifiais la position de Priam. Nous allions devoir déposer les armes (dans notre combat personnel) ou se les partager pour avoir plus de chance dans cette poisse. « J'espère que tu te bats aussi bien que ta sœur, Lupin. » Entendis-je dans mon dos. Je l'écoutais mais ne la regardais pas, pour ne pas laisser d'ouverture à nos adversaires. Le moindre faux pas nous conduirait directement au fond du gouffre. Elle m'avait déjà bien attaqué et je devais être encore plus pâle à mesure que les minutes passaient. J'avais de plus en plus de mal à respirer, mais je chassais les pensées sombres du mieux que je le pouvais. Je réalisais que j'avais déjà perdu quelques secondes, déstabilisé par ma propre entaille et Priam me dépassait pour se rapprocher des chasseurs de prime. Elle nous évita une tempête de sortilèges grâce à un bref protego, puis elle enchaîna avec un bombarda maxima qui souleva le pavage de la ruelle pour percuter les cibles à une vitesse plus ou moins importante. Je n'avais pas vraiment observé cette partie. Je m'étais occupé de choisir l'un des chasseurs le plus proche pour passer le fil de ma lame sous sa gorge. Il n'eut pas le temps de réaliser ce qui venait de se passer, l'instant d'après, il rouvrit les yeux et la douleur se lut dans son regard. Il n'eut pas le temps de la ressentir non plus, à vrai dire. Son voisin constatait alors la catastrophe, j'avais ma baguette dans l'autre main, j'avais déjà anticipé le prochain coup. « Sectumsempra ! » Pendant ce temps, je remarquais que Priam avait pris un risque en transplanant derrière l'un de nos agresseurs. Elle fut touchée, mais elle parvint à se débarrasser d'un chasseur et s'attaquant, elle aussi, à la gorge de l'inconnu. Je ne perdais pas plus de temps « Expulso ! » dis-je sans trop réfléchir, dans l'urgence. Je voyais qu'un autre crétin allait profiter de la douleur soudaine de la jeune femme pour l'attaquer dans le dos.

OUI x2 – Dans un éclair bleu, deux des cibles se retrouvent propulsées dans le mur, au fond de la ruelle. L'un se tape l'arrière du crâne de plein fouet sur l'un des pavés délogé par le bombarda de Priam. L'autre est assommé par le choc.
OUI-NON / NON-OUI – Dans un éclair bleu, les deux cibles se retrouvent propulsées dans le mur, au fond de la ruelle. L'un d'eux se tape l'arrière du crâne de plein fouet sur l'un des pavés délogé par le Bombarda de Priam, l'autre se relève avec difficulté et revient à la charge, il est faible.
NON x2 - Dans un éclair bleu, les deux cibles se retrouvent propulsées dans le mur, au fond de la ruelle. Le choc n'est pas aussi puissant qu'il aurait du l'être. Malgré leur léger étourdissement, les deux individus se relèvent.

Je jetais un nouveau regard dans la direction de Priam, histoire de prendre la température. Allait-elle tenir le coup avec sa blessure ? La mienne me faisait de plus en plus souffrir. J'avais perdu trop de sang, je n'allais plus tenir bien longtemps. Je me courbais légèrement, passais une main sur mes côtes, pour constater l'étendue des dégâts. Ma main revint couverte de sang. Je ne contrôlais plus trop mes sens, je puisais dans mes dernières ressources en énergie pour me faire tenir, titillant inconsciemment ma lycanthropie. Alors, mes yeux changèrent un instant de couleur et lorsque j'ouvris la bouche, mes crocs s'étaient déjà allongés. « Tu vas sûrement devoir finir le sale travail. » Peut-être avais-je encore assez de force pour me jeter sur l'un des chasseurs et lui bouffer la carotide, mais une partie de moi me disait que je visais gros.
Made by Neon Demon



Night Witches
Drewwal Eòghan Lupin ☽ It's all entertaining. We're coming after dark one after the other. Cut it and scatter. ©️ASTRA

Parchemin envoyé Lun 23 Oct - 0:45

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 941
avatar
 
Le membre 'Drewall E. Lupin' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Jeu 26 Oct - 23:04

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 14/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 122 hiboux. J’incarne : Ira Chernova , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Faust, Babine. Signature : Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Valeryan & Siofra Je parle en : Grey



Je suis âgé de : 28 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : dealeuse de poudre d'escampette pour la Main noire. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je ne porte pas sa marque mais je compte m'enrôler dans ses rangs. Côté cœur, : je suis libre et le resterai. Champ Libre :
avatar
 
Monsters
Drewall ☽ Priam

One misstep, you're mine
And you better stay clever if you wanna survive
Once you cross the line
You'll be wishing you would listen
When you meet your demise

La douleur est vive, trop pour qu'elle se rende compte qu'on s'approche dans son dos, qu'on s'apprête à l'attaquer à son tour par surprise. Le sortilège qui fuse de la baguette de Drewall lui tire un sursaut et elle se retourne pour voir les deux silhouettes projetées contre le mur plus loin. Puis ses yeux reviennent sur lui, tandis qu'elle profite des quelques secondes d'accalmie pour reprendre son souffle. Il semble très pâle, sans doute à cause de la blessure qu'elle lui a infligé. La louve grimace. Si elle avait su qu'on leur tomberait dessus, elle se serait sûrement abstenue de l'abîmer, le Lupin. Mais elle s'était attendue à tout sauf à ça. Ses sens l'informent que dans son dos, les deux hommes ont fini de se redresser et s'approchent. Elle perçoit le bref éclat des canines de Drewall, un léger sourire naissant sur ses lèvres. « Tu vas sûrement devoir finir le sale travail. » Oh, elle y compte bien, même avec un bras hors d'état. Pas besoin de le lui dire deux fois.

La baguette disparaît dans la poche de son pantalon, et elle se retourne en bondissant sur le plus proche des deux. Ils basculent avec violence, l'homme se cognant le crâne au sol. Elle aussi sort les crocs, fondant sur sa gorge pour en déchirer la si fragile étoffe. Le goût du sang se répand sur sa langue, l'excitation de la chasse réussie l'envahissant soudain. Au début, elle ne sent pas la nouvelle douleur, l'adrénaline lui brouillant les sens ; ce n'est qu'en se relevant qu'un cri déchirant s'échappe de sa gorge, quand elle sent le couteau planté entre ses omoplates par l'autre homme. Elle parvient à se lever en titubant légèrement ; il essaye de lever sa baguette pour lui jeter un sortilège mais elle est déjà sur lui, plaquant sa silhouette contre le mur avec une force qui n'a rien de naturelle. Son corps est secoué de frissons douloureux tandis qu'elle découvre à nouveau les dents pour mettre fin à la vie de cet imbécile. Mais il parvient à pousser dans l'autre sens et ils tombent ensemble alors que déjà elle enfonce ses crocs dans sa carotide. La lourde carcasse atterrit sur elle et elle hurle à nouveau de douleur quand la lame s'enfonce d'avantage en ricochant sur le sol. L'hémoglobine de sa dernière victime se répand sur Priam, son odeur se mêlant à celle de sueur et d'alcool de l'homme. Elle le repousse avec ce qui lui reste de force, mais ne cherche pas à se relever. Elle ignore si Drewall s'en est sorti face à son dernier opposant, et surtout elle sait qu'elle va devoir arracher le couteau de sa chaire elle-même, ce qui ne l'enchante guère. La joue contre le pavé, elle lâche un long soupire avant d'appeler d'une voix rauque : « T'es vivant, Lupin ? » Enfin, elle trouve la volonté de se redresser en position assise. Tout son corps se crispe quand elle sent la lame tirer sur les chaires, mais elle serre les dents et parvient à ne pas crier une énième fois. « Moi oui, mais je suis pas sûre de m'en réjouir », lance-t-elle avec sarcasme.

Made by Neon Demon


Come, hunt with me, the invitation whispers in my heart. Leave the pain behind and let your life be your own again. There is a place where all time is now, and the choices are simple and always your own. Wolves have no kings. robin hobb

Parchemin envoyé Ven 27 Oct - 18:00

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Neventer , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 31/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 175 hiboux. J’incarne : Colton Haynes , et l’avatar que je porte a été créé par : Neventer et GALLIFREYS (merci <3) Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Réparateur d'objets magiques, botaniste, potionniste clandestin (mais chut!) J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : C'est un bordel monstrueux.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
No Halo
Priam ♚ Drewall
« This last week I slept 8 hours total, I barely sleep. Maybe that's why I've been weak. The same things that plague you still plaguing me. God called you to fulfill a vacancy. I tried to see why it wasn't me. So I didn't show up to your funeral but I showed up to your house and I didn't move a muscle. I was quiet as a mouse and I swore I saw you in there but I was looking at myself. » Sorority Noise - No Halo


Je poussais un grognement. Je sentais que mon corps était à deux doigts de se modifier pour laisser ma lycanthropie prendre le relais. Ma vision s'éclaircit alors, mais passait du noir et blanc à la couleur pendant quelques microsecondes. Mon corps n'allait pas me faire muter entièrement. Je regardais encore ma main. Dans un autre grognement, mes doigts et mes griffes s'allongèrent, mes mains se modifièrent, dans un violent et brutal craquement. Je respirais bruyamment. Mon souffle et mon odorat me rapportaient de nombreuses fragrances ainsi que des odeurs pestilentielles. L'humidité, ainsi que les relents d'alcool et de mort perturbaient mes sensations olfactives. Je sentais même son odeur boisée, de là où j'étais alors qu'elle se débarrassait d'un chasseur en lui arrachant la partie du cou la plus juteuse et exquise selon moi. En voyant les effusions de sang, tous mes sens entrèrent de nouveau en éveil, comme si je n'avais jamais été aussi faible. J'étais le spectateur de ces événements, déconnecté de la réalité. Je ne luttais plus, je me croyais absent. J'étais déjà le fantôme de cette ruelle sombre, mais je ne restais pas spectre très longtemps. Notre dernier ennemi repris ses esprits et voyant qu'un autre de ses collègues s'attaquait à Priam, il profita de ma faiblesse pour m'attaquer dans le dos, mais je me retournais avant qu'il ne m'attaque. Son odeur, plus forte que celle des autres me retournais presque l'estomac et à cette idée, je pivotais avec l'une de mes lames qui avait servi à égorger l'un des chasseurs, pour éventrer mon adversaire. Il était vieux, empestait l'alcool et la crasse. Même mort de faim, je ne l'aurais pas touché d'une griffe.
Pendant ce temps, Priam était tombée, sur le dos, alors qu'elle semblait avoir subit une nouvelle blessure. L'adrénaline retombait, mes articulations se remettaient en place, mes griffes disparaissaient et j'eus un nouveau moment de faiblesse. Mes yeux se fermèrent pendant une ou deux secondes, me faisant chanceler. Il fallait que je résiste. « T'es vivant, Lupin ? » Elle marquait un temps, puis reprit «  Moi oui, mais je suis pas sûre de m'en réjouir »  Je sentais un goût de sang dans ma bouche que je recrachais aussitôt. Cela ne présageait rien de bon pour la suite. « Ouais. » je reniflais « Tu plaisantes ? Tout le monde rêve de crever avec des ivrognes dans une ruelle abandonnée ! » poursuivais-je. J'eus un sourire en coin en me dirigeant vers elle tout en titubant alors qu'elle tentait d'arracher l'objet planté, qui la torturait lentement. Dans une bruyante expiration, je me mettais à genoux devant elle, je ressortais ma baguette. Je respirais fort, mais je repris la parole. « Ne bouge pas. » Nous étions tous les deux couverts de sang, de saleté et d'humidité. Je me rendais compte que l'effort avait duré plus longtemps que ce que j'aurais imaginé. Je plaçais une main sur son dos, une autre sur l'objet de ses souffrances. « Tousse. Ou inspire. Au choix. » Et sur le dernier mot, je tirais la lame d'un coup sec. Je me relevais avec difficulté, dans une douleur effroyable, puis je pointais ma baguette en direction de la blessure. « Vulnera Sanentur. » et quelques minutes passèrent.
Soudain, les ennuis s'occupèrent de briser le nouveau silence qui s'était imposé entre moi et la louve, pendant qu'elle réccupérait. « Ils sont partis par là ! » Je tournais les yeux en direction de trois nouvelles voix. « Soit tu me laisses crever, soit tu m'embarques avec toi. Là, je crois qu'il va falloir transplaner. » Je supposais qu'elle s'était relevée pendant que je lui parlais et qu'elle m'avait rattrapé. Je n'en ai aucun souvenir.

Made by Neon Demon



Night Witches
Drewwal Eòghan Lupin ☽ It's all entertaining. We're coming after dark one after the other. Cut it and scatter. ©️ASTRA

Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
You're not as ___ as you think † Priam.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PRIAM; « l'enfer, c'est les autres. »
» moi priam
» PRIAM → les hommes, un mâle nécessaire.
» Priam A. Ryback va dormir;
» PRIAM & AARON △ let me lose myself for you.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers-
Sauter vers: