Partagez | 
DANCE WITH THE DEVIL ❥ quinfer [HOT]

()
Parchemin envoyé Mer 19 Juil - 17:58

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 306 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
DANCE WITH THE DEVIL.
QUINFER
When my head spins out with doubt? Wish I could measure, When the poison is pouring out.

4 juillet 1991


Il ne savait pas où Drefer se cachait, ça l’énervait au plus haut point. Bien qu’il se doutait qu’il ne lui enverrait pas de lettre en retour pour lui indiquer sa chachette, Quintus avit bien d’autres plans. Cette mission, ce n’était qu’un ramassis de mensonge. Car le sorcier savait à quel point son petit Drefer était un parfait soldat et qu’il ne refuserait pas les ordres d’un Lieutenant. Il ne lui dit pas non plus qu’il serait présent, prétextant l’envoi d’un autre mangemort à sa place. Il n’avait pas trouvé d’autres moyns que de le revoir et depuis cinq jours, il n’en pouvait plus. Il avait su qu’il était allé d’abord chez les Rackharrow, mais depuis deux jours il ne s’y retrouvait plus et Quintus détestait l’idée qu’il ne sache pas exactement où son amour se retrouvait. Il avait bien tenté de prendre du recul, de le laisser tranquille en se disant qu’il finirait par venir lui demander pardon. Et surtout de revenir habiter dans le manoir pour qu’il puisse le voir tous les jours. Il était accroc, le lieutenant. L’amour le rendait indéniablement plus faible et il n’en pouvait plus d’attendre, ce serait donc à lui de se mettre à genoux. Il avait choisi un drôle d’endroit, mais en réalité il savait très bien que Les Thermes était un endroit des plus calmes en ces temps de guerre et il pouvait bien avoir l’L’entièreté du bain commun s’il le souhaitait, en moyennant un sort bien lancé au propriétaire qu’il lui ferait oublier sa présence. De toute façon, lorsqu’un lieutenant mangemort venait pour se reposer dans cet endroit, on ne posait généralement pas de question. C’était seulement pour se garantir sa réputation qu’il devrait lui effacer la mémoire. Il pouvait venir seul, mais l’homme ne devait pas voir Drefer entrer, jamais. Car n’y avait-il rien de plus important que leur secret? Celui-là même qui avait tout fait éclater entre eux? Une fois entré dans les Thermes, il se dirige aussitôt vers les vestiaires, l’endroit étant plus chaud que jamais avec une robe de sorcier. Quintus n’était pas un homme très prude, mais il connaissait Drefer. Il savait que pour ce genre de mission, il ne ferait pas comme lui et ne passerait sans doute pas par le vestiaire pour ce changé. L’endroit était particulièrement paisible quand il n’y avait âme qui vive. Les plafonds toujours aussi bas, les effluves d’eau qui s’élevait en douce brume au-dessus du bain dans lequel le sorcier entra. Il se positionna devant l’entrée principale où drefer devrait obligatoirement passer. En déposant ses deux bras sur le bord du bain, en attendant la venue du jumeau. Il ne pouvait pas être plus stressé qu’en cet instant présent, malgré l’endroit devant servir à la relaxation!
Made by Neon Demon



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Sam 22 Juil - 16:04

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 216 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il avait relu les lignes encore et encore, sans parvenir à se décider. L’oiseau l’avait trouvé chez Caïn Goldstein, chez lequel il était allé se réfugier après son altercation avec son père. Il ne s’était plus senti le bienvenu nulle part et il n’avait pas su vers qui se retourner. S’il avait hésité un moment, c’était finalement chez le blond qu’il était allé trouver refuge, sans parvenir à se l’expliquer. Pour sûr, leur amitié était toute récente mais pour Drefer, qui n’avait jamais vraiment eu d’amis, leur lien avait pris une importance plus grande qu’on ne l’aurait attendu. Il savait aussi que personne ne le chercherait là-bas et surtout, il savait que le blond ne le trahirait pas… Alors, bien sûr, la lettre l’avait surprise mais, après tout, les hiboux avaient des pouvoirs qu’il ignorait bien. Une mission. Aux Thermes. Avec Selwyn. Ça aurait pu lui paraître étrange mais Quintus ne l’avait pas habitué à le tromper encore moins à le piéger alors pourquoi donc se méfierait-il ? Et puis, plus que tout, sa loyauté envers son camp, encore profondément ancrée en lui, bon petit soldat qu’il était, ne lui laissait pas d’autres choix que de se plier aux ordres du lieutenant. Parce que c’était le lieutenant qui lui écrivait aujourd’hui, pas l’amant. Tout du moins le croyait-il…

Il s’était glissé hors de chez Caïn sans un bruit, sans même prévenir de sa destination, après avoir fait brûlé le parchemin d’un sort parfaitement maîtrisé. Il ne s’était jamais rendu aux Thermes et, s’il connaissait l’endroit, il n’avait jamais mis un pied à l’intérieur, sans doute parce qu’il n’était pas vraiment à l’aise avec la nudité. La sienne et celles des autres aussi. C’est à pas de loup, baguette en main, qu’il pénètre les lieux, étrangement déserts. Si son regard balaye le propriétaire à l’accueil, il ne s’y intéresse pas vraiment très longtemps ; l’homme a le regard vide de ceux qui ont été ensorcelés, il ne représente donc pas un danger. Bien sûr, il ne passe pas par les vestiaires, après tout, il n’était pas là pour la détente, mais pour retrouver le Selwyn et pour capturer des traîtres de Phénix. C’est donc naturellement qu’il se dirige vers les bains, l’air ambiant teinté de lourdeur et d’humidité, la vapeur d’eau formant de la brume légère qui altère sa vision. S’il aperçoit une silhouette, accoudée contre le rebord du bassin, il ne la reconnait pas de suite et il interroge, un brin mal assuré. « Selwyn ? » Mais, à mesure qu’il approche, le visage du brun se décompose légèrement comme il constate qu’il ne s’agit pas de la personne à laquelle il s’attendait… « Quintus ? » Son cœur lui tombe dans l’estomac comme tout lui revient à la figure d’un seul coup ; sa dispute avec Mererid, la correction de son père et, surtout, la culpabilité qui vient accabler ses épaules. « Qu’est-ce que tu fais là ? Je croyais que je devais rencontrer Selwyn… » Parfois un brin naïf, le Rackharrow, comme il croit encore qu’il y a vraiment une mission à accomplir, des Phénix à attraper. Et puis, finalement, il réalise que le Nott a inventé tout ça dans le seul but de l’attirer ici. « Quoi ? C’est toi, la mission ? » Il baisse le regard, incapable de le regarder dans les yeux. « Qu’en pense Mererid ? » Car après tout, sa jumelle lui avait bien fait comprendre qu’ils le veuillent ou non, Quintus serait toujours à elle, aux yeux du monde… Et elle avait tellement raison qu’il avait presque fini par l’accepter, à la lueur de son chagrin.



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Dim 23 Juil - 3:10

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 306 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Il avait l’impression de devoir rester au chevet de Mererid, sans savoir qcomment il devait agir à ses côtés. Il avait tenté de rester au Manoir ou de ne sortir qu’au ministère depuis ce fameux jour comme pour qu’elle puisse savoir exactement là où il se trouvait. Il n’avait pas effectué de mission hors du pays ni même à Londres depuis, il travaillait même depuis la maison. C’était absurde et complètement futile parce que la femme n’était pas prête d’oublier ce que le lieutenant lui avait fait subir. Le mal était déjà fait et quand bien même Mererid devait croire que son frère et lui ne se reverrait pas dans d’autres circonstance, elle n’était pas dupe. Ça avait toujours été pour cela qu’il l’avait choisi et désormais ça lui retombait en plein au visage. Mererid n’était pas ce genre de femme idiote qui se contentait de rester à la maison et de recevoir des ordres, du moins, pas normalement. Depuis que sa grossesse était à risque, depuis que les deux parents savaient qu’ils devaient tuer l’enfant d’une manière ou d’une autre puisqu’il n’était pas viable, la femme ne sortait pas beaucoup non plus du manoir. Il ne l’avait jamais vu aussi… humaine. Et d’une certaine manière, ça la terrifait. Hélas, la jumelle devait savoir qu’ils ne seraient pas séparés éternellement, si elle avait vraiment compris l’enjeu de la situation. À savoir que Quintus aimait vraiment Drefer et vice-versa. Ce qui expliquait pourquoi il n’en pouvait plus, le sorcier et qu’il avait agit presque puérilement en faisant venir Drefer aux termes sous une fausse mission. Il savait que ça risquait d’être chaud et pas dans le bon sens du terme. Ils avaient bien des choses à dire, mais Quintus devait le voir. À moitié dans l’eau, son regard se fixa automatiquement sur la silhouette qui entra par la porte principale des Termes et il n,eut pas besoin d’en reconnaître la voix pour savoir qui se présentait à lui. « Selwyn ? » Un sourire qui s’élève d’un seul côté, presque fier du jeu qu’il avait finalement gagné. Le petit soldat se présentait à lui comme il l’aurait cru, mais il fallait qu’il se doute que ce ne serait plus aussi facile. Les prochaines fois… Voilà pourquoi il devait s’assurer pour que le jumeau rentre avec lui. « Quintus ? » Il peut voir son visage se crisper lorsqu’il le reconnait. « Qu’est-ce que tu fais là ? Je croyais que je devais rencontrer Selwyn… » La naïveté du sorcier avait toujours étéflagrante, mais en réponse le sorcier penche un peu la tête sur le côté, sans un mot. Il comprendrait bien assez vite si…« Quoi ? C’est toi, la mission ? » Et voilà, on n’y était. Il avait beau être naïf, l’intelligence était son atout et il avait facilement fait un plus deux. Il évite son regard et ça le rend fou. « Qu’en pense Mererid ? » Il n’a pas le temp de répndre à sa question que sa bouche ouvre encore, pour le plus grand déplaisir du lieutenant. Son visage s’assombrit quand il parle de sa femme. « Elle n’est pas idiote, Drefer. Elle sait très bien ce qui est inévitable. » Qu’il tente d’abord. Il nage finalement jusqu’à l’autre côté du bassin et observe Drefer du bas où il se trouve, son regard le déshabillant presque. « Je savais qu’en prétextant cette mission, tu ne te sauverais pas. Il faut qu'on parle... » Un de ses sourcils qui se hausse pour ponctuer sa phrase. Et il tente un sourire, comme pour lui signifier des excuses. Il sait que ce ne sera pas suffisant, mais il espère bien que Drefer ne tardera pas à se débarrasser de sa foutue robe de sorcier dans cette chaleur accablante.



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Mar 25 Juil - 18:59

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 216 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il ne doute pas que sa question le blesse et, au fond, peut-être l’a-t-il même fait exprès. Il veut voir sa réaction, il veut lire dans ses yeux et, plus que tout, dans ces élans un peu naïfs, il voudrait que Quintus lui dise que Mererid ne comptait pas et qu’il ne désirait que lui. Il aurait pu supporter de demeurer l’amant caché dans l’ombre si le Nott lui avait juré qu’il était le seul qu’il aimait. Mais non, quoiqu’en dise le lieutenant, il aimait sa sœur jumelle également et là se trouvait le fond du problème. Alors il voit le visage de l’aîné s’assombrir comme s’il avait dit quelque chose de contrariant et sans doute méritait-il cet air morne et cette moue ennuyée. « Elle n’est pas idiote, Drefer. Elle sait très bien ce qui est inévitable. » Il ne s’en laisse pas compter, le bourreau, et il lève les yeux au ciel pour signifier qu’il n’en croyait pas un mot. Il connaissait sa sœur mieux que quiconque et il était bien placé pour savoir quelle n’appréciait pas qu’on s’accapare des choses ou des gens qu’elle considérait lui appartenir. Il en avait fait les frais pendant des années alors il était outrageusement bien placé pour savoir de quoi il parlait. Il a beau jouer les détachés un brin blasés, son regard glisse tout de même sur le corps musclé du Nott quand il s’éloigne de lui d’une brasse rapide. Si cela éveille sa curiosité et son envie, ça éveille aussi le châtiment de Jules qui endolorissait encore ses membres. Oh il n’y avait pas grand-chose de visible à l’œil nu mais il n’était pas indemne pour autant. Il grimace d’ailleurs légèrement en roulant des épaules, ses prunelles inquisitrices venant trouver celles de Quintus avec interrogation. « Je savais qu’en prétextant cette mission, tu ne te sauverais pas. Il faut qu'on parle... » Le plus jeune esquisse une moue ennuyée avant de laisser naître un léger sourire en coin sur ses lèvres. C’était malin, certes, mais il n’aimait pas vraiment les guet-apens, ce qui explique sans doute que son sourire finisse par s’évanouir presque aussitôt. « Se servir de ma loyauté pour m’attirer ici, c’est intelligent, Quintus, mais pas très réglo… » Il ne s’en offusquait pas vraiment ; après tout ils n’avaient jamais été de ceux qui jouent selon les règles… Il soupire, passant une main nerveuse dans ses cheveux sombres et se défaisant de sa cape qui l’encombre pour la laisser glisser au sol. Il défait le col de sa robe de sorcier au passage pour se prémunir de la chaleur humide ambiante. Il n’a pas l’intention de se déshabiller si c’est ce que le Nott attend de lui et il pourrait presque le deviner derrière le sourire qu’il lui tend. S’il s’approche du bassin, c’est avant tout pour mieux l’entendre et le voir à travers cette brume à peine supportable. Une fois de plus son regard glisse sur cette peau qu’il avait voulu avec tant de force, sur ces muscles qui l’avaient tant serré contre lui et il soupire, lassé de ne pas pouvoir posséder complètement ce qu’il désirait. Il n’était pas homme à faire les choses à moitié, le Rackharrow. Il était féroce dans sa haine, engagé dans ses amours et n’avoir qu’une moitié de Quintus Nott était une épreuve presque insurmontable. Avec souplesse, il s’accroupit au bord du bassin pour ne pas le dominer de toute sa hauteur, penchant la tête, mi-curieux mi suspicieux. « Je t’écoute… Qu’est ce que tu as à me dire ? » Il y avait bien des choses qu’il aurait eu envie d’entendre de sa bouche, mais il se doutait que le Nott n’en dirait rien…



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Jeu 27 Juil - 16:56

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 306 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Il ne disait pas nécessairement cela pour signifier que Mererid le laissait partir sans peine. À en voir les deux jumeaux, il se disait qu’ils avaient ce sentiment de jalousie en commun. Celui qu’ils ne voulaient pas partager leur jouet outre mesure. Il avait dit cela seulement pour lui signifier que sa femme ne pourrait pas le retenir pour sa vie durant. Il aimait aussi la brunette, ce n’était pas ça le problème. Il avait besoin des deux, était-ce si difficile à accepter que ça? Son amour pour Drefer était si vrai, fort aussi et ça lui faisait peur parfois. Surtout le fait qu’ils ne pourraient jamais vivre leur amour à la vue de tous, ça ne pourrait pas se faire dans la société actuelle et surtout en tant que lieutenant. Il savait que le bourreau voulait plus, mais Quintus ne pouvait pas lui offrir tout ce qu’il souhaitait. Juste de le voir dans cet endroit, ça lui donnait des ailes à la brute. Il voulait le serrer contre lui, s’emparer de ses lèvres comme il avait fait depuis trop longtemps. La chaleur est assez accablante ici, la brume ne fait que rendre l’endroit encore plus privé. Désormais que Drefer a compris les réels enjeux de son comparse, il semble plus ou moins enclin à t’écouter. Du moins, il n’est pas parti en trombe alors c’était déjà un bon début. « Se servir de ma loyauté pour m’attirer ici, c’est intelligent, Quintus, mais pas très réglo… » Il se mord la lèvre inférieure à cette remarque, il avait raison, mais il n’avait pas pu faire autrement. Pas quand il s’ennuyait trop de lui, de sa présence, de tout. « Je le concède. » Qu’il dit, comme en levant ses épaules pour signifier que ça ne le dérange pas plus que ça. Il fallait ce qu’il fallait, et ça avait marché alors non, il ne s’en voulait pas pour le moins du monde. Il se rapproche de lui, en enlevant sa robe de sorcier et commençant à déboutonner le haut de sa chemise, mais s’arrête trop rapidement. Une moue triste qui apparait sur son visage quand il se rend compte que son but n’était pas de se jeter à l’eau, là tout de suite. Il avait tant de choses à lui dire, mais là, du fait qu’il se penche pour se retrouver près de lui, le sorcier en oubliait toutes les paroles qu’il voulait lui offrir. « Je t’écoute… Qu’est-ce que tu as à me dire ? » Ses prunelles dans les siennes, son air qui se veut si détaché, il peut même sentir son odeur à cette distance, ce qui l’enivre. « Je ne m’excuserai pas pour ce coup bas, car je n’en pouvais plus de te savoir loin de moi. Tu m’as manqué. » Qu’il commence, une brève lueur intrépide passe alors dans ses yeux : « Et je ne m’excuserai pas de ça…! » Il se donne un élan dans le fond du bassin pour sortir de l’eau et son bras s’accroche derrière le cou de Drefer pour l’emporter dans l’eau, avec lui. Qu’il soit furieux ou non, il serait à la même hauteur désormais et il devrait se déshabiller pour être à l’aise. S’il ne s’enfuyait pas. Quand Drefer sort de l’eau, à demi étouffé par la surprise Quintus lève les yeux au ciel en guise de pardon et en riant dit : « Bon, d’accord, d’accord, ça je suis désolé! » Il pouffe presque, on ne dirait pas un mangemort cruel qu’il a devant lui, mais bien l’homme qui l’aimait, celui qui était bon et amusé.



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Dim 6 Aoû - 19:38

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 216 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il se penche au bord de l’eau, un brin naïf, faisant taire ses muscles endoloris d’un froncement de sourcil contrarié. A sa décharge, il imagine Quintus bien plus sérieux que ça et jamais il n’aurait pu imaginer la suite. « Je ne m’excuserai pas pour ce coup bas, car je n’en pouvais plus de te savoir-faire loin de moi. Tu m’as manqué. » Il frissonne malgré lui, le bourreau, à l’entendre ainsi lui parler. Il pourrait presque croire qu’il dit vrai. Presque… Il sait que ces mêmes paroles, il les a sans doute dites et répétées à Mererid pour obtenir son pardon ou quoiqu’il puisse vouloir d’autre de sa part. Et l’idée le rend malade… Il en défaillirait presque… « Et je ne m’excuserai pas de ça…! » Non, vraiment, il ne l’avait pas vue venir, la suite, quand le rafleur se sort de l’eau, sa large main saisissant sa nuque pour l’attirer dans le bassin. Il n’a même pas le temps de s’y préparer que, déjà, il plonge dans l’eau chaude, tête la première, le liquide s’infiltrant dans sa bouche et sa gorge, manquant presque de le noyer. Il donne un coup de pied réflexe dans le fond pour remonter à la surface, prenant une goulée d’air et toussant à plusieurs reprises. Ses vêtements sont trempés et affreusement lourds, il a perdu sa baguette pendant son plongeon improvisé et il lui dédie un regard noir de reproche. « Bon, d’accord, d’accord, ça je suis désolé ! » Il ricane en plus, le lieutenant, de le voir si déconfit et ça l’agace encore plus. « Bordel Quintus, mais t’as quel âge ? » qu’il gronde en constatant les dégâts. Il passe une main nerveuse dans ses mèches brunes, marmonnant encore un peu avant de, finalement, devoir se résoudre à retirer ses vêtements, sous peine de finir englouti sous leur poids. Il se défait, avec mauvaise grâce, de sa cape, chemise, pantalon et chaussures, envoyant le tout sur le rebord du bassin pour ne conserver que son boxer. Bien pudique devant celui qui l’avait vu nu plus souvent qu’ils n’auraient pu le dire, tout à coup. Il rougit même presque, sous la gêne ou sous l’effet de la chaleur des thermes, allez savoir, comme il détourne le regard. Ses poignets portent encore les traces des liens de Jules, quand bien même Caïn a usé de son onguent pour les soigner au mieux, alors il plonge ses mains dans l’eau sombre pour en dissimuler les preuves. Il n’avait jamais voulu paraître faible devant le Nott, persuadé que Quintus l’aimerait moins s’il faisait preuve de fragilité. Son ego en avait pris un coup aussi, il se devait de le reconnaître et la fierté l’empêchait d’avouer à voix haute qu’il avait pris une raclée de la part de son père, comme s’il n’avait été qu’un gosse méritant d’être puni… « Je ne peux pas rentrer, Quintus… » qu’il finit par lâcher sans oser le regarder, encore moins l’approcher. Il n’était pas idiot, le Rackharrow, il savait que le sujet serait mis sur la table tôt ou tard… « Mon père sait tout… » qu’il continue, ses prunelles toujours fixées sur l’onde. « S’il apprend que je t’ai revu, il va me faire la peau… » Il n’était même pas sûr d’exagérer, pour le coup… « Et Mererid ne l’accepterait pas, de toute façon… » Au final, il ne parle même pas de ce qu’il voudrait, lui



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Dim 6 Aoû - 20:29

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 306 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Il n’en a que faire, des convenances. Surtout quand son Drefer est dans les parages, il se rend vraiment compte que l’amour rend fou. Il ne veut pas qu’il parte aussi rapidement qu’il est arrivé et la meilleure façon de le faire, c’est de l’obliger à se rapprocher de lui. Alors, il n’a aucun scrupules quand il use de son poids pour faire tomber le sorcier dans l’eau, alors qu’il est tout habillé. Quand ce dernier sort de l’eau, il tousse déjà de surprise et c’est là que Quintus trouve la situation assez drôle. Plus que l’autre en tout cas! « Bordel Quintus, mais t’as quel âge ? » Il lève les bras dans les airs comme pour se défendre, mais en réalité il n’a rien à répondre là-dessus. Il n’y avait pas d’âge pour parvenir à ses fins, du moins, c’est bien ce à quoi il pensait. Drefer était furieux de se retrouver dans les bassins et il ne peut faire autrement que se défaire de ses vêtements pour espérer flotter ne serait-ce qu’un peu. Le lieutenant appréciait franchement plus la couvrante actuelle de son vis-à-vis, et il remarqua bien évidemment les joues de Drefer se rosirent comme lui seul avait l’habitude de faire. Ils étaient presqu’à égalité, si ce n’était le fait que l’aîné ne portait tout simplement rien, comme il en était convenu dans cet endroit. Passons, il ne lui ferait pas tout de suite la remarque. Il continue d’éviter son regard et le cœur du plus vieux se serre, car il sait que la situation ne pourra pas toujours être drôle comme il l’aurait souhaité. Son visage qui s’adoucit pour l’observer, comme s’il pouvait lire dans sa souffrance. Il déteste l’idée qu’on lui fasse du mal, mais est-ce qu’il était mieux pour eux deux qu’ils restent éloigner? Il voulait savoir ce que Drefer attendait, ce qu’il désirait. « Je ne peux pas rentrer, Quintus… » Il y avait une si grande marge entre le verbe pouvoir et vouloir. Il fronce les sourcils, car il se demande ce qui se cache derrière les paroles du jumeau. « Mon père sait tout… » Là, son souffle sort de sa bouche sans qu’il ne puisse en retenir le son contrarié. Pardon? « Comment? » Qu’il lui pose aussitôt, mais pourquoi Jules était-il au courant de la relation qu’il entretenait avec son fils? Ou avait entretenu?... Il ne le savait plus trop. « S’il apprend que je t’ai revu, il va me faire la peau… » Jamais Jules ne tuerais Drefer. Quintus s’en occuperait bien avant, si c’était le cas. Voilà pourquoi il était crucial qu’il revienne au manoir, maintenant. Pour qu’il lui puisse le protéger de Jules. Cela revenait à déclarer une guerre ouverte entre les Nott et les Rackharrow, mais il s’en fichait. « Et Mererid ne l’accepterait pas, de toute façon… » Son visage se détend à nouveau. « Elle s’ennuie de toi. » Qu’il lâche pour commencer, puisque c’était la pure vérité. « Je pourrais te protéger de ton père si tu revenais. Si tu restais près de moi. » Oui, il en était fou. Parce qu’il s’arrangeait pour s’attirer les foudres de toute la société sorcière. Maintenant qu’il semblait le perdre de sa vie, il avait l’impression qu’il était prêt à tout pour qu’il ne se sauve pas. Quitte à en perdre la raison. Son nom. Aussi. Il se rend compte de ses paroles et son visage se décompose, quand il se mord la joue intérieure. « Pourquoi est-ce que ça fait si mal? » Qu’il demande, les dents serrées. Il s’est rapproché de Drefer, pour que sa main vienne reprendre la place qu’elle avait occupée quelques instants plus tôt, sur la nuque du jumeau. « Je t’aime à m’en rendre malade. » Il se demandait si c’était la fin pour eux deux. Son père ne saurait jamais où ils se trouvaient en cet instant présent, mais ça ne pourrait pas toujours être ainsi. Est-ce que leur amour valait toute la souffrance qui s’en suivrait? « Mais toi, qu’est-ce que tu veux faire, Humm? » Et enfin la question qui tue. Ils devraient se décider, tôt ou tard…



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Dim 20 Aoû - 20:09

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 216 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Bien sûr, Quintus s'étonne de savoir que Jules a tout appris et il cherche à comprendre comment une telle chose pouvait être possible. Mais il ne pouvait pas lui expliquer qu'un des Eternels de son père avait épié toute leur altercation et s'en était allé le répéter au Rackharrow. Même si le lieutenant aurait été en mesure de comprendre une telle magie noire, il n'avait pas le droit d'en parler et s'il avait briser bien des interdictions, il n'outrepasserait pas celle-là. « Il a ses propres moyens... » répond-il simplement avant de poursuivre sur la menace planante de son géniteur, telle une épée de Damoclès au-dessus de sa tête, sans oublier la haine que sa jumelle devait éprouver à son encontre. Elle devait le maudire à toute heure du jour et de la nuit, il n'en doutait pas une seule seconde. « Elle s’ennuie de toi. » Le plus jeune hausse un sourcil et si, un bref instant, une lueur d'espoir glisse dans ses iris clairs, elle disparaît bien vite. Il n'y croyait pas ; Quintus lui mentait, pour le ménager ou pour l'amener à accomplir les desseins qu'il avait en tête, il n'en savait rien, mais Mererid n'avait pas pu lui pardonner. Pas après les choses qu'elle lui avait dite, pas après ce Doloris lancé contre lui, pas après la rage qu'il avait vue dans ses yeux. « Je pourrais te protéger de ton père si tu revenais. Si tu restais près de moi. » Il sourit, le bourreau, remuant la tête, touché par sa proposition tout en sachant bien qu'elle est inenvisageable. Le scandale qui en découlerait ruinerait leurs deux réputations, leurs deux noms, et s'il aurait pu considérer le risque, il savait que Quintus, aussi vrai pouvait-il l'aimer, ne le prendrait pas. « Pourquoi est-ce que ça fait si mal ? » La poigne du lieutenant vient se refermer sur sa nuque et, s'il tressaille nerveusement, sa peau se souvenant encore bien trop vivement des châtiments de son père, il ne fait pas mine de s'écarter pour autant. Quelque part, le contact avec le Nott avait toujours eu un côté rassurant qu'il était incapable de nier. « Je t’aime à m’en rendre malade. » Il ferme les yeux quelques secondes, rougissant sans pouvoir le contrôler. Si les mots faisaient un bien fou, était-ce suffisant ? Non, sans doute pas. Il s'en délecte tout de même. « Mais toi, qu’est-ce que tu veux faire, Humm ? » Il rouvre les yeux, brusquement. C'est bien la première fois qu'on lui pose la question et si l'éventualité devrait le réjouir, elle a quelque chose d'effrayant, pour lui, ce gosse à qui on n'avait jamais laissé le choix... « Je t'aime aussi, Quintus... » qu'il murmure, son front venant se poser sur la clavicule du sorcier. « ...mais ton cœur ne sera jamais totalement à moi. » Parce qu'il aimait Mererid aussi et qu'entre eux, l'amour demeurerait à jamais triangulaire. D'instinct, ses doigts viennent trouver ceux de sa main libre, s'y entremêlant, chassant comme il le peut les images de son père en colère. « Je ne peux pas me contenter d'être ta « maitresse » ou peu importe comment on l'appellerait... » Ses doigts serrent ceux du ma,gemort. Il a mal, à l'intérieur, là où se trouvait son cœur, autant que le jour où il avait débarqué chez Caïn, s'effondrant sur son plancher en sanglotant qu'il avait tout perdu. « Mererid ne te partagera jamais avec moi... » Et moi non plus... Mais ça, il ne le dit pas, il préfère le lui laisser comprendre en déposant doucement ses lèvres sur les siennes, presque aussi timidement que la première fois.



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Dim 20 Aoû - 21:34

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 306 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Il avait besoin de sentir le corps de son cadet près de lui, comme il lui avait manqué. Il n’arrivait pas à accepter le fait que ce soit peut-être la dernière fois qu’il le verrait. Quintus ne savait pas comment toute cette histoire se finirait, il n’arrivait pas à avoir les idées claires quand il s’agissait du jumeau de toute façon. Il était à deux doigts d’écouter son cœur, de faire comme dans les films à l’eau de rose et lui demander qu’ils se sauvent et vivent leur amour. Il se demandait comment il arrivait à ne pas tout laisser tomber si facilement, il lui restait encore de la cervelle apparemment. N’était-ce pas un côté du Nott qui avait toujours été sous-estimé ? Du moins, pas chez les mangemorts, mais chez les autres sang-purs. Il était un serdaigle dans l’âme, il aimait les livres et les connaissances également. Ça faisait de lui bien plus que le raffleur qui ramenait des traitres à se faire tuer, mais bien un fin stratège. Peut-être que l’esprit était encore trop fort sur son cœur, car c’est clair qu’il aurait tout laisser tomber. Pourquoi ça faisait si mal quand on aimait quelqu’un ? Mererid, Drefer. Chacun, ça faisait aussi mal l’un que l’autre. Avec Drefer, il ne pouvait pas vivre entièrement son amour alors que le plus jeune était prêt, lui. Et avec sa jumelle, il se doutait qu’elle n’arriverait jamais totalement à se laisser à lui, même si elle n’avait pas découvert le pot aux roses. L’un qu’il aimait ouvertement, sans pouvoir le dire à quiconque, l’autre qui ne lui rendrait jamais totalement ses sentiments. S’il avait discuté avec sa sœur, sans que ce soit au sujet de Mererid, car il savait que leur lien était tendu, elle lui aurait dit qu’il devrait choisir, tôt ou tard. Et c’était qu’avec l’un deux qu’il pourrait avoir une famille… Dans l’eau chaude, près de Drefer, c’était tout ce qui comptait, là maintenant. Surtout si c’était leur ultime fois. Ce à quoi il ne voulait pas penser. La main posée sur sa nuque, il ne pouvait pas s’esquiver et heureusement, il ne le voulait pas. « Je t'aime aussi, Quintus... » Sa tête se rapproche pour se poser dans son cou, serrant ses doigts quand il s’empare de sa main. « ...mais ton cœur ne sera jamais totalement à moi. » Il avait raison… Ça avait toujours été ça le problème. Il aimait les deux jumeaux, ça avait toujours été le cas. Et les deux étaient trop orgueilleux pour accepter de partager. Pourtant, ça aurait pu être parfait. Selon le mangemort. « Je ne peux pas me contenter d'être ta « maitresse » ou peu importe comment on l'appellerait... » Le lieutenant ne serait plus rien s’ils décidaient de s’enfuir. Ou voire, qu’il affiche ouvertement leur amour. Ça ne serait jamais accepté dans la société de sang-pur et mangemorts. « Mererid ne te partagera jamais avec moi... » Il savait que son amour était réciproque, c’était tout ce qui comptait. Son corps se tendit quand il franchit l’espace les séparant pour qu’il vienne poser ses lèvres sur les siennes. Elles lui avaient tant manqué. Sa main finit rapidement par presser avidement sur sa nuque pour approfondir l’étreinte. Il marche vers l’avant, jusqu’à le corps de Drefer percute le mur à nouveau, pour qu’il ne puisse pas partir. « Je sais… » Qu’il finit par dire, car aussi douloureuse la situation était, il avait besoin de Drefer. « Si je te demandais de partir. De tout laisser tomber, sans te retourner. Tu le ferais ? » C’est idiot. Cette question. Comme de retourner le fer dans la plaie. Il avait besoin de savoir que la possibilité était là, sans vraiment s’y attarder. De savoir que leur amour pouvait être vrai, l’espace d’un instant pour qu’ils pensent à qu’eux. Uniquement. Son front qui est plaqué contre le sien, ses lèvres encore si près des siennes. La chaleur qui monte à sa tête, à ses joues aussi qui sont rouges. Pour ponctuer sa question, il vient s’emparer de ses lippes et force le barrage avec sa langue pour venir la mêler à la sienne. D’une façon si évidente, ce baiser a un goût d’adieux.




OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Sam 2 Sep - 15:39

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 216 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Ses lèvres viennent chercher les siennes malgré tout, malgré la douleur infligée par so père, malgré ses menaces. Il demeure attiré vers lui comme un aimant, quand bien même il sait à quel point tout cela est dangereux, pour l'un comme pour l'autre. Les doigts du Nott viennent s'accrocher à sa nuque, le faisant reculer jusqu'à ce que son dos heurte le rebord du bassin, provoquant une légère grimace sur ses traits tirés. Quintus avait toujours été un peu brut mais, avec le temps, il ne s'en formalisait plus vraiment ; il aimait, au fond, cette passion féroce qui émanait de chacun de ses gestes. « Je sais… » Le plus jeune soupire, le cœur au bord des lèvres, la nausée se logeant au creux de son estomac, son cœur battant bien trop vite dans sa poitrine. S'il savait alors pourquoi continuait-il à lui faire vivre l'enfer et le paradis, à tour de rôle, quand il le quittait pour retourner auprès de sa sœur ? Il baisse le regard, incapable de faire autrement... « Si je te demandais de partir. De tout laisser tomber, sans te retourner. Tu le ferais ? » Il hausse un sourcil, relevant la tête, les yeux brillants d'espoir, sans presque trop y croire, le plus jeune, se laissant aller à la caresse de ses lèvres avec presque un peu trop d'entrain. La question ne se pose même pas, ses doigts se resserrant sur les hanches du Nott avec force. Le baiser le laisse pantois et essoufflé, les joues rougies, les prunelles scintillantes. « Bien sûr que oui... Je ferais n'importe quoi pour être avec toi... » Il est sincère et terriblement touchant dans sa naïveté, lui qui s'imagine vraiment que Quintus a l'intention de l'emmener loin, de fuir avec lui. Son visage se blottit dans le cou de son amant et son corps se presse contre celui du lieutenant avec gratitude. Et pourtant, il y a quelque chose qui ne colle pas et qui lui saute bien rapidement à l'esprit tandis que ses doigts retombent mollement le long de son corps et qu'il recule à peine, autant que le rebord du bassin dans son dos peut le lui permettre. Ses prunelles claires mais non moins inquisitrices viennent sonder celles du Nott, cherchant à y lire la même fièvre, la même excitation à l'idée de fuir sans se retourner. Mais il n'y capte rien d'autre que de la mélancolie teintée de tristesse, faisant tomber son cœur en miettes. « Tu... » qu'il commence, sa voix s'étranglant dans sa gorge. « Tu ne le pensais pas vraiment, pas vrai ? » La réalité le frappe soudainement comme un soufflet en pleine figure et il soupire, d'un air à fendre les pierres. « Tu aimes Mererid... et tu ne voudrais pas la quitter... » La vérité s'échappe de ses lèvres dans un murmure à peine audible et c'est tout le désespoir qui vient étreindre son âme... « ...pas même pour moi... » sa mine se décompose comme il le réalise quand bien même, au fond de lui, il l'avait toujours su... Ses lèvres se tordent en un pli contrarié mais il finit par soupirer, résigné à en crever. « Je... Je ne t'en veux pas... Au fond, je pense que je m'en suis toujours douté... » Est-ce que cela rendait les choses plus faciles ? Non, pas du tout. Loin de là...



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Mar 5 Sep - 3:16

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 306 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
C’était d’autant plus dur qu’on lui demandait de choisir entre deux être qu’il aimait, mais qu’en plus ce soit celui qui lui faisait face à ce moment-là. Avec Mererid, c’était plus facile. Elle l’évitait, tout simplement. Enfin, elle ne voulait pas lui adresser la parole outre que devant les autres membres de la famille. Il respectait sa décision, et le voilà maintenant qu’il faisait complètement l’opposé avec Drefer. Il savait que les deux jumeaux avaient toujours été à deux entités différentes. Avec le plus jeune, il savait comment réagir. Il avait d’ailleurs en tête qu’il pouvait faire tout ce qu’il lui demanderait. C’était malsain, méchant même. Et pourtant, il n’y pensait pas une seule seconde parce qu’il était aveuglé par l’amour. Il ne connaissait pas bien ce sentiment, qui lui avait dit que l’amour devait être synonyme de bien et non l’inverse? Ce qu’il connaissait depuis le début était détruit par des pleurs et la colère. Sa bouche qui s’écrase contre la sienne, la violence de l’étreinte qui lui avait manqué. Ce désir qui ne pouvait plus être assouvi. Il le veut, le Lieutenant. Même si c’était la dernière fois qu’il pourrait le toucher, même si… Ses prunelles qui se plantent dans les tiennes, pleins d’espoir et qui suffissent à te faire tomber de ton piédestal. « Bien sûr que oui... Je ferais n'importe quoi pour être avec toi... » Sa mâchoire qui se serre, mais si peu de temps avant qu’il ne lui rende un sourire franc. Il l’avait la réponse. C’était pourtant si facile pour le plus jeune des deux. Celui qui n’avait pas tout le poids sur ses épaules. Celui de son rang. De son héritage. Des lieutenants. De son mariage. S’il n’y avait eu que Drefer, ça aurait été tellement plus facile. Et même, s’il n’avait jamais demandé la main de Mererid, ça n’aurait pas fini comme ça. Il n’aurait plus rien. Il n’aurait eu que Drefer et peut-être, ça aurait été suffisant. Quintus avait encore l’espoir d’avoir une descendance un jour, cette malédiction ne pourrait pas perdurer pour l’éternité. Mererid et lui s’en chargeraient bien avant cela. Et s’il y avait bien une chose encore qui importait plus que Drefer sur cette terre, c’était cette futile idée qu’il soit père un jour. Il ne lui avait fallu que quelques mois de grossesse interrompue pour qu’il se découvre sous un tout autre jour. Les joies de la paternité sans l’avoir rencontré. C’était tellement dur pour le mangemort de choisir désormais. Mais rapidement, Drefer se rend compte que ce qu’il lui demande est improbable. C’est bien la première fois dans sa vie qu’il peut dire qu’il délaisse la naïveté. Celle qu’il avait toujours enviée chez le jumeau. Il s’est déjà détaché de son étreinte quand un frisson le parcourt, comme si la chaleur avait descendu de moitié. « Tu... Tu ne le pensais pas vraiment, pas vrai ? » Ses sourcils qui se froncent, l’idée que son cœur se défasse ne lui plait pas du tout. Il peut sentir sa douleur, elle est encore pire que celle qui traversait celle de Mererid. Ou du moins, il la découvre plus à travers lui que sa sœur. « Tu aimes Mererid... et tu ne voudrais pas la quitter... » Faible. C’était ce qu’il était. Il était rare qu’il préfère la facilité au danger, le sorcier. Et pourtant, c’était ce que son mariage représentait, à cette heure. La seule chose tangible. « ...pas même pour moi... » Il aurait tout fait pour Drefer. Il avait failli tout perdre, d’ailleurs. « Je... Je ne t'en veux pas... Au fond, je pense que je m'en suis toujours douté... » Qu’il ait ce genre de pensée lui faisait l’effet d’un couteau en plein cœur. Son visage qui se décompose au rythme des douleurs du cadet. « Non. Ne dis pas ça. » Parce qu’il n’était pour rien. « Et je vous en voulais tellement, de ne pas me laisser vous avoir tous les deux. Sans me rendre compte que dans cette histoire, c’était moi l’égoïste. » Il tente un rapprochement, sa main qui va chercher la sienne pour y croiser ses doigts. « Tout aurait été différent si je n’avais pas demandé la main de Mererid. » Car il était le seul qui comptait vraiment, au départ. « J’ai l’impression que cette époque est si lointaine. » Un soupire qu’il délaisse, ses paupières qui se ferment un peu. Comme s’il souhaitait effacer cette situation, ne plus voir ce regard désemparé de Drefer. « Je ne sais pas comment je vais faire… » Qu’il laisse échapper, écoutant encore ses maudites pulsions. Ses prunelles qui s’ouvrent et l’envie qui passe dans celles-ci. Drefer avait été son premier homme et le seul et unique, il n’en serait jamais autrement. « Comment vais-je m’empêcher de retourner vers toi? » Il se rend compte de la gravité de ses paroles et contre toute attente, il n’empêche pas une larme de venir rouler le long de sa joue. « De retourner vers toi pour te faire du mal? » Parce que c’était toujours ce qu’il ferait, n’est-ce pas? Comment pourrait-il lui offrir ce qu’il désirait le plus au monde?



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Sam 9 Sep - 22:03

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 216 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il étale ses pensées moroses comme on étalerait ses cartes au poker, sans plus rien cacher, seulement la vérité crue de ce qui lui passe par la tête et c'est loin d'être joyeux. L'espoir quitte son cœur, l'espoir fou et un brin stupide qu'ils puissent fuir tous les deux, ou que Mererid ne demeure qu'une façade, qu'une poupée fragile qui se serait affichée à son bras mais qu'il n'auraitt jamais aimée. On était loin de cette configuration qui aurait été un moindre mal... « Non. Ne dis pas ça. » Il relève le regard sur lui, les yeux brillants, désolé de ne pas avoir pu être assez, de pas avoir été suffisant pour qu'il ne se contente que de lui. Qu'aurait-il dû faire de mieux ? Ne pas le trahir avec Nate, peut-être ? Peut-être qu'au fond tout cela était de sa faute et qu'il ne récoltait que ce qu'il avait semé, ce qu'il avait mérité... « Et je vous en voulais tellement, de ne pas me laisser vous avoir tous les deux. Sans me rendre compte que dans cette histoire, c’était moi l’égoïste. » Le cadet se mord la lèvre, penchant légèrement la tête alors que leurs doigts s'entrecroisent. Quelque part, au fond de son crâne, sa raison lui hurle de faire machine arrière, de lui dire qu'il saurait s'en contenter et qu'il pourrait le partager avec sa sœur si cela suffisait à l'avoir un peu. Mais son cœur se moque, lui, bien conscient qu'il en serait incapable... « Tout aurait été différent si je n’avais pas demandé la main de Mererid. » Il baisse le regard, ses doigts se resserrant davantage sur ceux de Quintus. Sa jumelle avait été le grain de sable dans le rouage, quand bien même il n'avait eu conscience des sentiments du Lieutenant à son égard que quelques semaines avant le mariage... Tout aurait été différent, oui. Peut-être... « J’ai l’impression que cette époque est si lointaine. » Il acquiesce, même si l'aîné ne le voit pas, soupirant lourdement. Aujourd'hui encore, il aurait donné n'importe quoi pour demeurer auprès de lui. « Je ne sais pas comment je vais faire… » Leurs regards se croisent et il penche la tête, cherchant à comprendre. Mais ce qu'il voit passer dans ses prunelles claires, il le décrypte aisément. L'envie, le désir... Ca le flatte autant que ça le blesse. « Comment vais-je m’empêcher de retourner vers toi ? » Il ne peut que remarquer cette larme qui vient rouler sur la joue du Nott et ses doigts glissent sur sa joue pour la faire disparaître. Il ne voulait pas le voir triste. « De retourner vers toi pour te faire du mal ? » Il a un sourire, un faible sourire. « Tu ne m'as pas fait de mal... » Il remue la tête, refusant que le Nott croie ça. « C'était de ma faute... Je n'ai pas su me contenter de ce que tu pouvais me donner, j'ai... » Il baisse le regard, comme un gosse pris en flagrant délit. « ...j'en ai voulu toujours plus et je nous ai détruit... » Ses doigts remontent lentement le long du bras du Nott, effleurant légèrement en une caresse douce. « Je t'ai trahi, j'ai trahi ma sœur... » Sa voix s'étrangle et il s'arrête net, levant vers lui des yeux emplis de cette douleur sourde. « Serre-moi contre toi... Serre-moi comme si... » Comme si c'était la dernière fois? Etait-ce vraiment cela ? Il refuse d'y penser, ses lèvres venant se presser contre les siennes avec ce sentiment d'urgence. Il voulait se noyer dans tout ça, se noyer pour oublier tout le reste...



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Sam 16 Sep - 2:01

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 306 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Ils comprenaient tous les deux ce qui allait se produire. Si la réputation n’était pas aussi importante pour l’un, et la jalousie pour l’autre, tout aurait pu être différent. Hélas, il y avait bien d’autres raisons dans leur vie qui les empêchaient de pouvoir terminer leur vie ensemble, malgré cet amour brûlant qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre. Quintus aurait souhaité avoir une vie bien différente, il aurait été moins important et il se serait fiché de sa vie. Mais depuis que Mererid était dans sa vie, il n’y avait pas que lui. Pas que ses propres intérêts et ceux de Drefer. Leur dernier enfant était voué à mourir, mais Mererid s’était déjà assurée que la suite serait bien différente. Si à cette époque, il ne savait pas encore que le bébé survivrait, ça ne faisait pas une grande différence. Il voulait un enfant. Une famille. Plusieurs enfants qui porteraient son nom, qui ne seraient pas aux proies aux attaques de mangemorts qui lui en voudrait pour avoir sali la réputation en tant que lieutenant. Il ne devait plus penser qu’à lui-même, c’était vrai qu’on commençait à voir la vie autrement quand il était question de ses enfants. Qu’ils soient existants, ou futurs… Alors, dans les termes, les deux sorciers prenaient lentement conscience des erreurs qu’ils avaient commises. Ils auraient pu faire les choses de bien des façons différentes, mais ils en étaient arrivés l où ils étaient. Et malheureusement, ils savaient tous les deux que leur relation était vouée à l’échec. Cela n’empêchait pas le plus vieux de lui poser des questions plus dures, parce qu’il les pensait réellement. Il avait tant besoin de sa présence, voilà pourquoi il avait orchestré cette rencontre aujourd’hui. Comment pensait-il qu’il pourrait le laisser vivre sa vie comme ça? Sa femme ne pourrait jamais lui apporter l’entièreté des choses que Drefer lui avait fait ressentir. « Tu ne m'as pas fait de mal... » Ils avaient pourtant tous les deux l’air au bord des larmes, sinon plus. L’amour faisait mal. C’était mille fois pire qu’un million de Doloris. « C'était de ma faute... Je n'ai pas su me contenter de ce que tu pouvais me donner, j'ai... ...j'en ai voulu toujours plus et je nous ai détruit... » Il serre la mâchoire, Quintus. Ils devaient se rendre à l’évidence que la faute revenait des deux côtés. Pas l’un plus que l’autre. Ça n’en servait plus à rien de se faire souffrir davantage. « Je t'ai trahi, j'ai trahi ma sœur... » Il ne peut s’empêcher de lui murmurer : « Chut…» Mettre la faute sur l’autre était inutile maintenant. Drefer sembla enfin le comprendre, quand sa voix s’éleva à nouveau le cœur de l’aîné éclata en mille miettes. « Serre-moi contre toi... Serre-moi comme si... » Il n’avait pas besoin de finir sa phrase. Il savait très bien ce qui suivait, et ils devraient en profiter. Bien qu’il doute qu’il puisse un jour s’empêcher vraiment de retourner ver lui, ou bien de se désintéresser de sa vie. Il n’y arriverait pas. Il fallait espérer que le futur pourrait lui faire changer d’avis. Il reçoit le baiser comme le plus merveilleux des cadeaux qu’on aurait pu lui offrir. Quintus se dit, une fois de plus, qu’il avait choisi le meilleur endroit pour cette dernière journée en sa compagnie. Leur langue qui s’emmêle l’une à l’autre dans une étreinte qui n’en finit plus. Son corps qui se colle de plus en plus contre celui qui lui a tant manqué. La chaleur des termes qui s’insinuent jusque dans la tête de Quintus qui a déjà la tête qui tourne. Entre deux baisers, il arrive à se pencher juste assez pour dénuder Drefer, pour qu’ils soient tous les deux au même point. Ils n’avaient jamais été très préliminaires, les deux hommes. Pourtant, l’aîné tentait de se prouver, à lui et au jumeau aussi qu’il aurait pu s’ouvrir à leur futur. Il use de toute la force qu’il possède pour agripper le derrière des cuisses de son vis-à-vis pour le remonter sur le bord du bassin, pour que son corps s’offre à ses yeux déjà dévorants. La légère brume qui s’évertue dans les termes l’empêche presque de voir les joues du plus jeune se rougir, mais il peut déjà deviner l’effet qu’il ressent. Sans lâcher ses prunelles des yeux, il commence d’abord pour embrasser l’intérieur de ses cuisses, lentement, presque comme une torture jusqu’à ce qu’il se positionne devant sa virilité.



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Lun 16 Oct - 15:09

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 216 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il a besoin de sentir la chaleur de son corps contre le sien, ses mains puissantes et rassurantes refermées sur sa nuque, son souffle caresser sa joue. Quintus se devait d'effacer chaque blessure endurées à cause de lui, par amour pour lui, avec des caresses douces et tendres. Il le lui devait bien, pas vrai ? Sa langue s'entremêle à la sienne, son corps se presse contre celui du lieutenant et si la chaleur des thermes l'étourdit un peu, l'étreinte du Nott le maintient en place et il se repose sur lui, sur cette force indéfectible, comme il l'avait toujours fait... Les doigts de Quintus glissent de ses hanches au sous-vêtement qu'il lui reste, dernier rempart à sa nudité, le lui retirant avec habileté. Il n'a même pas vraiment le temps de réagir que, déjà, les mains de l'aîné se glissent sous ses cuisses, le hissant sur le rebord du bassin et faisant virer les joues du Rackharrow dans une teinte pivoine du plus bel effet. Il ouvre déjà la bouche pour lui demander à quoi il joue exactement mais le regard dévorant d'envie du brun et, surtout, ses lèvres qui viennent embrasser l'intérieur de ses cuisses, lui coupent le sifflet sous l'effet de la surprise... Il n'avait jamais vu le Nott ainsi... Leurs étreintes étaient généralement empreintes de passion brute et parfois violente, qui ne s'en laissait pas conter par de gestes trop tendres. Drefer n'avait jamais oublié que Quintus avait bien manqué le tuer juste avant leur premier ébat. Son regard glisse jusqu'à la brûlure cicatrisée de sa hanche, là où, un jour, il y avait eu le « N » gravé par le Trelawney et qui avait mis le feu aux poudres... Ses prunelles vertes reviennent bien vite s'ancrer dans celles de son amant et beau-frère, en le voyant se placer devant sa virilité et il rougit encore davantage, si seulement ça avait été possible, en comprenant ses intentions. Il remue la tête en signe de dénégation, bien trop gêné que le grand et intouchable Quintus Nott s'abaisse à de telles choses. « Non, Quintus, ne... » qu'il murmure en guise de protestation mais, les lèvres du lieutenant viennent se poser sur sa virilité et il ne trouve bientôt même plus la force d'émettre la moindre syllabe, ses doigts crispés sur la margelle du bassin. Sa tête bascule en arrière, son souffle se fait plus court, son rythme cardiaque se désordonne, prêt à défier toutes les statistiques. C'est tout son corps qui s'embrase de cette délicieuse sensation nouvelle, de cette vague de chaleur qui lui fait oublier tout le reste, qui le ferait presque supplier de le reprendre au manoir, de lui concéder son lit une fois de temps, qui s'accommoderait de la présence de Mererid. Son regard descend lentement en direction de Quintus et ses joues s'enflamment de plus belle à le voir ainsi s'activer entre ses cuisses ouvertes, ses yeux brillants d'une luxure qu'on avait rarement aperçue dans les prunelles si souvent prudes du cadet. Il retient ses propres hanches qui ne demandent, parfois, qu'à imprimer leur propre rythme, mais sa raison ne lui fait pas encore à ce point défaut. « Quintus... » qu'il implore entre deux soupirs, comme une prière à ce dieu devant lequel il s'était si souvent agenouillé... Ses doigts quittent un instant le rebord, prêts à s'immiscer dans ces cheveux sombres, mais ils finissent par retomber mollement à côté de sa cuisse, pas suffisamment audacieux. « Quintus, je t'en supplie... » Il va finir par mourir sous ses lèvres, si le mangemort a le malheur de continuer...



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Hier à 0:53

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 306 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Si quelqu’un avait dit à Quintus qu’un jour, il aurait la bouche pleine d’un homme dont il était amoureux, il l’aurait tué sur le champ. Le sorcier était un être plutôt cru, il ne passait pas non plus par quatre chemin pour expliquer les choses rondement et il fallait dire ce qu’il faut. Drefer rendait le sorcier tellement fou qu’il était prêt à faire bien des choses qu’il n’aurait jamais pensé faire auparavant. Il ne s’était pas intéressé à aucune âme vivante sur cette terre avant d’avoir atteint la trentaine. Et encore, sa seule expérience n’avait pas été des plus intéressantes avec une sang-pure de passage en provenance de Russie. Il comprenait maintenant la différence, parce que l’amour pouvait donner bien des ailes et il avait besoin de ce sentiment pour ses relations. Il faisait l’amour, il ne baisait pas. Aussi étrange que cela puisse être pour un homme comme Quintus qui n’avait pas été intéressé par ça auparavant. Il s’était mis à quatre patte plus de fois en l’espace d’une année qu’il ne l’avait jamais fait dans sa vie et on incluait tous les sens du terme. Avec Mererid, il n’avait pas le choix pour tenter de renouer avec elle bien qu’il n’avait pas encore trouvé le moyen d’attirer ses faveurs. Il doutait même d’y arriver un jour. Avec Drefer, ce n’était pas la même chose et il le prouvait en cet instant même alors qu’il avait arrangé cette histoire. Il était presque romantique à louer les Thermes pour son simple bonheur et celui du jumeau qu’il ne pourrait plus jamais voir autant qu’il ne l’aurait souhaité. Quand il use de sa force pour lever le sorcier sur le bord du bain, il se réjouit déjà de la gêne évidente qui monte en lui. C’était pour son innocence. Pour sa naïveté. Pour cette façon qu’il avait de le regarder, surtout. Quintus était toujours fou amoureux du cadet et il savait qu’il n’en serait jamais autrement. C’est la première fois qu’il « s’abaisse » à ce genre de rôle avec lui, du moins, ce serait comme ça qu’il l’aurait appelé dans sa jeunesse. Là, il était simplement heureux de pouvoir lui faire ressentir de telles émotions. « Non, Quintus, ne... » Il ne l’écoute pas, il a déjà pris sa décision et il se rapproche pour prendre sa virilité dans sa bouche. C’est étrange. Il ne s’était pas attendu à cela. À y prendre plaisir. Sentir son membre se durcir davantage à mesure des vas-et-viens qu’il prenait plaisir à ponctuer de diverses manières. « Quintus... » Il tremble presque sous ses caresses, l’une de ses mains libres qui profite de la hauteur de Drefer pour masser le bas de sa virilité, pour accentuer ses gestes. Il sait qu’il approche de l’explosion et une fois de plus, le cadet tente de l’avertir. « Quintus, je t'en supplie... » Il n’est cependant pas rendu au point où il souhaiterait l’être, car sa bouche arrête son étreinte et c’est sa main qui décide de prendre la relève jusqu’à ce qu’il se laisse aller complètement. Il continue de l’observer, ne ratant aucune des secondes où le plaisir prend part de son être. Il ne tient plus, le lieutenant. Il laisse à peine le temps à son amant de récupérer qu’il s’agrippe à nouveau à ses cuisses pour le forcer à le rejoindre dans l’eau. Il le veut, maintenant, se fondre à lui en souvenir des bons moments. Même si c’est la dernière fois. « Je t’aime tellement. Ne l’oublie Jamais. Qu’il rajoute à nouveau et déjà, il se positionne pour que Drefer puisse si facilement entourer ses jambes et qu’ils oublient tout le reste…



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


 

DANCE WITH THE DEVIL ❥ quinfer [HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"
» Alignement NewJersey Devil
» Supernatural;; Sympathy For The Devil
» [Defense Devil] Présentation
» Ω I thought I saw the devil, this morning looking in the mirror,

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: « The Mermaid » - les Thermes-