Partagez | 
CHACUN AVEC SA PEINE. (PEVERELL BROTHER - EXPRESS)

()
Parchemin envoyé Mar 18 Juil - 0:38

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 262 hiboux. J’incarne : Benedict Cumberbatch , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Skander Lupin, Avia Spudmore, & Astra Black. Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 37 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : écrivain magique, et expert en histoire de la Magie, avant la fermeture de Poudlard j'y enseignait cette fabuleuse matière. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres mais sans être mangemort parce que c'est ce qu'on attend de moi. Au final, je ne fais que suivre, sans réelles convictions. Côté cœur, : je suis un éternel célibataire, ma mort prochaine pour seule compagne. Enfin j'ai été récemment fiancée à une créature répondant au nom de Nerissa Carrow, si la mort sera ma compagne éternelle, peut être sera-t-elle une compagne comme une autre.
malle
raise your wand
 



Chacun avec sa peine
Bien sûr que tout est cri puisqu'on se l'est jamais dit, Bien sûr l'amour puisqu'il ne peut plus grandir, s'enterre (...) L'amour sera toujours cette moitié de nous qui reste A faire Mon frère ...

GIDEON & GALEN PEVERELL

Etrange de revenir dans une maison qu’il a détesté, aimé, et voulu oublier. La mort d’un père marque plus que de raison, mais être placé à la tête de cette famille était un fardeau de plus. Un poids pour lui, une force supplémentaire s’attelant à détruire son cœur fragile. Il aurait eu le choix de refuser, mais il n’était pas encore mort bien qu’il défiait les pronostics depuis des années. Il lui fallait un temps pour s’approprier ses murs, il ne chassait personne. Hormis sa belle-mère, Cordelia, Livia et Galen, le gigantesque manoir avait perdu de sa vie à mesure que les enfants avaient pris leur envol. Il n’avait voulu brusquer personne, ni les occupants, ni son épouse. Ils avaient du temps pour poser leurs valises. Nerissa et lui logeant encore dans l’appartement en plein cœur du Londres sorcier. Il ne voulait brusquer la délicate blonde, ni attiser la brune vénéneuse.  Il laissait le temps au temps, mais lui n’avait pas une éternité devant lui. La discussion de la matinée avec Ishbel avait été plus calme qu’il ne l’aurait cru. Elle partait, pas à cause de lui, mais à cause de ce qui était arrivé. Rongée par le chagrin, et la haine vis-à-vis d’Ignotus, elle tenait à peine debout entre ses murs. Elle avait son deuil à faire, Gideon le sien. Chacun avance avec sa peine, de façon différente. Lui devait s’imprégner de son rôle de leader, là où sa belle-mère devait s’effacer et faire face à sa peine.

La maison calme, Cordelia au travail, tout comme Livia. Il n’y avait plus que lui, Ishbel ayant débarrassé le plus gros du nécessaire à sa nouvelle installation dans la journée. Il n’avait pas mis la veuve à la porte, et elle assumait partir de son plein grès. Elle n’était pas dans le besoin, car Gideon tenait à honorer la femme de son père, sa tante après tout.Il se sent seul dans les murs froids, et impersonnels. Il a entrepris de remettre sa chambre sous les combles, et la chambre de sa sœur aînée à ses goûts et à ceux de son épouse pour en faire un appartement au sein de la demeure. Il ne veut toucher à rien qui puisse bouleverser le quotidien des autres, respectueux.  Assit dans le bureau de son père, il n’est pas à sa place, autour de lui, les trophées de voyage, les photos, et les objets exotiques. Il y a tant de papier à traiter, de dossier qu’il s’y perd. Perdu dans ses parchemins. Des lunettes sur le nez, il ne regarde pas la porte qui s’ouvre, mais le brusquerie et la démarche laisse penser qu’il s’agit du dernier membre de cette famille. Galen, le demi-frère qui prenait de la place. « Je te prierais de frapper avant d’entrer, Galen. » dit-il en ne levant pas les yeux vers lui, le regard toujours rivé vers les lignes sans fin du manuscrit. S’occuper de l’ego et des cas de conscience du petit dernier n’était pas dans ses priorités. Pourtant, une fois encore, entre les deux frères, l’orage allait éclater.
Parchemin envoyé Mar 18 Juil - 3:42

avatar
avatar
profil
Je suis : Hime , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Tom Holland , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatar : Juice Signa : EXORDIUM. sur Bazzart Je parle en : lightblue



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Auror pour le Ministère de la Magie, Mangemort marqué sans réelle affectation J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Célibataire, son coeur reste à prendre quoi il en dise
malle
raise your wand
 
Le visage bas, j’avançais le long de ce grand terrain vague pour les yeux des moldus. À vrai dire, je n’aimais pas particulièrement l’endroit du Manoir, mais il avait ces grands jardins que j’aimais explorer de temps à autres en bonne comme en mauvaise compagnie. Cordélia devait encore travailler à cette heure et je rentrais d’une mission de quelques jours dans le sud de l’Angleterre. On n’avait pas trouvé grand-chose, pas une trace de Phénix ou encore de moldus. Certes, ce n’était pas le rôle des Aurors, mais étant marqué, il fallait que je me rende utile malgré mon jeune âge. Et pourtant, Merlin savait que le ciel me tombait sur la tête depuis quelque temps. Depuis ma confrontation avec Circée l’autre nuit, je réalisais enfin que mon père était là où il devait être, que la place devait être pour les vivants. Et qui me restait-il hormis m mère et ma grande sœur ? Pas grand monde, en fin pas énormément de personnes que je portais dans mon cœur. Livia et sa sœur me détestaient et c’était encore plus vrai depuis la mort de père, mais aussi à cause du retour de Gideon au Manoir. Simplement la journée pour l’instant, mais bientôt cela serait pour toujours. J’avais cette rage au fond de moi, ne m’avait-il pas assez fait d’ombre ? Ou bien n’avait-il pas assez fait jaser à mon sujet ? Non apparemment non. Décidé comme il était, Gideon ne me laisserait pas de répit. Moi aussi malgré tout j’avais besoin de faire mon deuil… Aussi amer soit-il il m’était nécessaire comme disait si bien ma génitrice. Je devais être sa plus grande honte, moi ce fils qu’elle avait éduqué comme un hériter qui n’était désormais rien d’autre qu’un éternel second.

Pourtant, je passe la porte et tout me semble étrange, tout me semble vide. En général mère m’attendait accoudée à une boiserie ou bien assise dans un sofa de l’entrée. Aujourd’hui, elle n’était pas là. Pas moins paniqué, j’ai tendu mes effets à l’elfe en dénébulant comme une âme en peine. J’avais ce besoin de parler avec elle. Elle avait perdu un mari, elle devait sans doute pouvoir écouter le seul homme qui lui restait. Cependant, il y a eu cette douche froide quand dans sa chambre je n’ai pas aperçu ce parfum qu’elle déposait sur sa coiffeuse ou encore le manque de vêtements dans les armoires. J’avais beau serrer les dents pour moi il n’y avait qu’un scénario possible. IL l’avait chassé de force. Ce… Les pas redoublant de vitesse de hargne, baguette au poing. Je ne demandais ni accord, et je n’avais nul besoin de présentation quand j’ouvris la porte du bureau qui appartenait à mon père il y a encore quelques semaines. Ridiculement, il me gronde, comme un enfant de sept ans. Frapper. Quel drôle d’idée ! « Espèce de sale Scroutt à pétard puant ! » dis-je en guise d’entrée en la matière. « Comment tu as osé lui faire ça ! » Il savait très bien de quoi je parlais, mais je n’avais pas une autre parole que ma baguette en bois de houx, visée entre ses deux yeux. Il n’y avait personne et le tuer pour cet affront serait facile… Mais je savais que je ne pourrais le faire si facilement. Ce genre d’attachement fraternel. « Elle ne te gênait pas du tout, pourquoi tu l’as foutue dehors pour installer ta plante verte près de la fenêtre ? » En rage, mais toujours dans le dédain le plus profond, il me révulsait et tout était de sa faute. Assurément.


HE WAS SO AFRAID TO BE HUMAN

Parchemin envoyé Mar 18 Juil - 13:32

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 262 hiboux. J’incarne : Benedict Cumberbatch , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Skander Lupin, Avia Spudmore, & Astra Black. Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 37 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : écrivain magique, et expert en histoire de la Magie, avant la fermeture de Poudlard j'y enseignait cette fabuleuse matière. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres mais sans être mangemort parce que c'est ce qu'on attend de moi. Au final, je ne fais que suivre, sans réelles convictions. Côté cœur, : je suis un éternel célibataire, ma mort prochaine pour seule compagne. Enfin j'ai été récemment fiancée à une créature répondant au nom de Nerissa Carrow, si la mort sera ma compagne éternelle, peut être sera-t-elle une compagne comme une autre.
malle
raise your wand
 



Chacun avec sa peine
Bien sûr que tout est cri puisqu'on se l'est jamais dit, Bien sûr l'amour puisqu'il ne peut plus grandir, s'enterre (...) L'amour sera toujours cette moitié de nous qui reste A faire Mon frère ...

GIDEON & GALEN PEVERELL

Il ne lève pas les yeux, pourtant, le pas pressé du demi-frère suggère que le conflit est imminent. Mais Gideon est d’un calme olympien, car l’énervement peut être pour lui le pire des ennemis, et surtout le plus fatal. Les frères dans cette famille avaient peu de chance de s’entendre, et ce depuis la nuit des temps, comme si la culture de la haine fraternelle était un héritage familial ancestral.  Cela ne déroge pas cette fois encore, Gideon et Galen ont été programmé depuis vingt-deux ans à se haïr, alors,  il ne pouvait en être autrement. « Espèce de sale Scroutt à pétard puant ! »  Charmant, songe finalement l’aîné avec consternation. Elever la voix, insulter les gens, ce n’est pas lui. Politesse, et mesure sont ses maîtres mots, pourtant la présence du premier dernier met ses principes à rudes épreuves. Finalement, il lève les yeux vers lui, et ne bronche même pas quand il voit son frère avec la baguette pointée sur lui. « Comment tu as osé lui faire ça ! » Pourquoi donc le rendre responsable de tout ? Parlait-il de sa mère ? Si c’était le cas, il allait devoir se renseigner. « Elle ne te gênait pas du tout, pourquoi tu l’as foutue dehors pour installer ta plante verte près de la fenêtre ? » C’était donc cela, le petit garçon n’avait plus sa maman. Pauvre gosse, réduit à perpétuer un fratricide. Le Gideon qui l’a eu en professeur songe qu’encore une fois il parle sans réfléchir, ni faire preuve de logique. La jeune impatiente, ça le fatigue.

Il est impassible, s’en est même sans doute dérangeant pour Galen. Le silence serait la meilleure des réponses, mais il doute que Galen le supporte bien longtemps. « Quand cesseras-tu d’agir comme un enfant ? » Il n’en était plus un Galen, voilà longtemps. Il jouait cette carte du dernier de la famille, attaché à ce poste et à l’attention qui lui ont toujours porté Cordelia, Lynn et sa mère. Il devait grandir, le monde actuel ne tolérait que mal les enfants. « Ne t’arrives-t-il jamais de poser les bonnes questions aux bonnes personnes avant d’accuser les autres à torts ? » Sa voix est plutôt neutre, bien que sèche si l’on tend l’oreille. « Tes sens d’enquêteur et d’auror sont encore à affiner. » Un tacle sur sa formation, et ses études, la pédagogie de Gideon avait ses limites avec son petit frère.   Il pourrait sortir sa baguette mais ça ne ferait que jeter encore un peu d’huile sur le feu. Il le regarde simplement, « Elle est partie par choix, cette décision elle l’avait prise avant même que Nerissa et moi décidions de revenir ici. » Il marque une pause, « Alors, la prochaine fois, parle avec ta mère avant de venir déverser ta haine gratuitement. » Le ton est froid. « Ne t’avise plus jamais de traiter Nerissa de plante verte. » Cette fois, c’est tranchant. Il le fixe, son regard azur et froid ne cille pas une seconde, croisant les yeux noisette du dernier.


Parchemin envoyé Mar 25 Juil - 16:26

avatar
avatar
profil
Je suis : Hime , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Tom Holland , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatar : Juice Signa : EXORDIUM. sur Bazzart Je parle en : lightblue



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Auror pour le Ministère de la Magie, Mangemort marqué sans réelle affectation J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Célibataire, son coeur reste à prendre quoi il en dise
malle
raise your wand
 
J’étais tout simplement hors de moi. Il y avait des choses avec lesquelles on ne plaisantait pas. Et ma mère en faisait partie, comme mes amis ou encore mes deux autres sœurs. Gideon avait beau être le plus impassible possible. Je savais qu’il n’était pas heureux d’être face à moi, que le décès de père le faisait faire des heures en plus. Sans que sa chère et tendre femme soit à ses côtés lors de sa mise en place en tant que patriarche. Sans que moi-même je ne sache pas où elle était. Personne ne le savait et je ne savais pas si mon frère le savait lui-même. Mais mettre ma mère dehors n’était pas une chose légère. Et elle m’aurait prévenu par hibou en me sachant en mission pour le ministère ou bien m’avait elle renié à la mort de mon père ? Simplement parce que je n’avais pas eu cette place pour laquelle on m’a formatée depuis ma naissance… « Quand cesseras-tu d’agir comme un enfant ? » Ma baguette toujours pointée sur lui, je ne tressaille pas, il est désagréable, comme son habitude quand il sait qu’il a raison. C’est tout lui et je ne peux que le détester dans ce moment-là. Lui et son air suffisant sur le visage parc qu’il sait mieux que moi. Mais lui, il n’avait que le cul vissé sur une chaise ou devant un tableau. Moi j’étais dans l’action contre les phénix. Et lui, il n’était là que pour faire joli. « Ne t’arrive-t-il jamais de poser les bonnes questions aux bonnes personnes avant d’accuser les autres à tort ? » Sa voix neutre me faisait sortir de mes gonds, sans doute la veine de mon crâne ressortait-elle avec la colère, mais rien n’y faisait, il n’était pas crédible à mes yeux. « Tes sens d’enquêteur et d’auror sont encore à affiner. » Je sers simplement les dents, plutôt que de répliquer sous la colère, cette conne en avait assez fait. Il savait ce qu’il allait me dire, alors qu’il crache le morceau une bonne fois pour toutes, alors que j’abaisse ma baguette cette fois. Il est à blâmer c’est certain, mais pas totalement à ce qu’il semble dire.

Gideon, quoique je puisse en dire, il avait cette aura de professeur, je l’avais supporté durant toute ma scolarité à Poudlard, malgré les hauts et les bas et les points enlevés à ma maison. Et je savais me taire à point nommé quand je le voulais, une de mes rares qualités par moment. « Elle est partie par choix, cette décision elle l’avait prise avant même que Nerissa et moi décidions de revenir ici. » Et elle ne m’en avait pas parlé ? C’était un énième mensonge, ma poigne se resserrait juste autour de ma baguette. « Alors, la prochaine fois, parle avec ta mère avant de venir déverser ta haine gratuitement. Ne t’avise plus jamais de traiter Nerissa de plante verte. »  De froid à tranchant, le ton de mon frère en vient à changer quand il parle de sa femme. Peut-être le mien changerait-il quand on parlerait de là sorte de la fille que j’aime. Si j’en trouvais une un jour… Mais agacé, c’est ma baguette qui réduit en poussière une plante dans un coin de la pièce, le rictus mauvais s’affichant sur mon visage de poupon. « La prochaine fois, dévisse le cul de ta chaise et va chasser du phénix ! » Dis-je simplement pour répondre à ses phrases assassines concernant le manque de communication avec ma mère. La plante parlait assez bien de la place que j’avais attribuée à sa blonde de femme, ce sourire narquois toujours sur mon visage, il aurait la patience qu’il voudrait à mon égard. Je devais trouver ma mère, pas perdre mon temps avec mon frère. Bien que la confrontation ne fût pas finie, rien n’était jamais fini entre lui et moi.


HE WAS SO AFRAID TO BE HUMAN

Parchemin envoyé Mer 9 Aoû - 12:58

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 262 hiboux. J’incarne : Benedict Cumberbatch , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Skander Lupin, Avia Spudmore, & Astra Black. Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 37 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : écrivain magique, et expert en histoire de la Magie, avant la fermeture de Poudlard j'y enseignait cette fabuleuse matière. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres mais sans être mangemort parce que c'est ce qu'on attend de moi. Au final, je ne fais que suivre, sans réelles convictions. Côté cœur, : je suis un éternel célibataire, ma mort prochaine pour seule compagne. Enfin j'ai été récemment fiancée à une créature répondant au nom de Nerissa Carrow, si la mort sera ma compagne éternelle, peut être sera-t-elle une compagne comme une autre.
malle
raise your wand
 



Chacun avec sa peine
Bien sûr que tout est cri puisqu'on se l'est jamais dit, Bien sûr l'amour puisqu'il ne peut plus grandir, s'enterre (...) L'amour sera toujours cette moitié de nous qui reste A faire Mon frère ...

GIDEON & GALEN PEVERELL

La jeunesse et l’arrogance, il y a toujours eut ce fossé entre les deux qui n’a cessé de grandir à mesure que chacun grandissait, une flamme de la haine entretenue par un père qui leur avait inculqué l’intolérance de l’autre comme héritage. Sans se rendre compte qu’il avait fait exactement comme son père avant lui : dresser ses enfants les uns contre les autres. Il ne détestait pas littéralement Galen, pas totalement mais… ce gamin l’insupportait, son côté immature, irresponsable, et irréfléchi.  C’est avec le genre d’attitude qui suit que Gideon se demande pourquoi il l’affectionne quand même un peu. Irréfléchie disait-on ? Eh bien voici la preuve d’une immaturité sans précèdent quand il lève sa baguette pour réduire en cendres une plante verte  qui appartenait jadis à leur père, allusion à peine caché à ce qu’il pouvait penser de Nerissa, accompagnant son geste avec l’arrogance des mots, « La prochaine fois, dévisse le cul de ta chaise et va chasser du phénix ! » Ce n’était définitivement pas la meilleure idée qu’il avait eu : s’en prendre métaphoriquement à son épouse, critiquer sa façon d’être et faire une allusion à son incapacité à faire des choses. L’infirme Peverell avait un self control assez poussé, sauf quand il s’agissait de Galen, là, la colère était exacerbée.

Cette fois l’impassible Gideon se lève d’un bond. Il est peut-être plus faible sur une durée donné, mais surpasse son frère en taille, car il a une carrure qui rend la douce (mais aussi la moins douce) Nerissa minuscule à ses côtés. Il n’a pas sa baguette en main, en fait, il s’en fiche. Il surpasse son frère presque d’une tête, et l’attrape par le col de sa chemise débraillé pour le pousser contre le mur du bureau. Son regard acier est dur, tranchant. « Grandis Galen. » Les mots sont durs, pourtant il devait grandir, cesser d’être le petit garçon arrogant qui se cacher derrière son père, et derrière sa mère, le premier était mort, la seconde avait besoin de temps et d’espace. « L’arrogance et la stupidité ne font pas bon ménage. » Les mots sont durs. Il ne lâche pas le col de la chemise, le maintenant bien en place, faisant preuve d’une force dont il ne se vante pas tant il sait qu’elle est éphémère, elle prend beaucoup d’énergie, et la colère l’affaibli. « On aimerait tous pourvoir prendre les armes, crois-moi. » Il le relâche d’un coup sec, faisant un pas en arrière. Le cœur s’emballe un peu, et il sait ô combien c’est mauvais pour lui de s’emporter. Il recul pour trouver l’appui sur le bureau.   Le souffle un peu court, le cœur qui palpite. Il n’ira pas loin, et tôt ou tard, il aura cette place qu’il veut tant Galen. Il le fixe, à bout de souffle.

Parchemin envoyé Dim 13 Aoû - 16:00

avatar
avatar
profil
Je suis : Hime , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Tom Holland , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatar : Juice Signa : EXORDIUM. sur Bazzart Je parle en : lightblue



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Auror pour le Ministère de la Magie, Mangemort marqué sans réelle affectation J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Célibataire, son coeur reste à prendre quoi il en dise
malle
raise your wand
 
Je ne crois pas avoir la science infuse, en vérité, c’est bien moins que cela. Détruit, je n’avais que cette innommable sensation de destruction ou encore de perte. J’avais sans doute plus mal que lui ou que le reste de cette maudite famille. Je les détestais tous. Tous autant qu’ils étaient de jouer au fort, de ne pas prendre un instant de souffler. Même moi, j’avais pour ainsi dire, enchaîné les missions pour étouffer mon chagrin. Je n’étais qu’un gosse de riche qui ne voulait pas entendre les condoléances des autres sorciers influents. Donc, est-ce que j’avais, ne serait-ce que l’envie, d’écouter Gideon et ses belles leçons de morales qu’il gardait pour ses élèves à Poudlard ? Certainement pas, je n’avais pas envie d’entendre ça. C’était à la fois désuet et malvenu de sa part. Je détestais sa femme, car ça voulait dire que mon tour serait un jour venu de rendre fière la famille. De donner des héritiers du nom de Peverell, car beaucoup de mes sœurs l’avaient déjà fait. Octavia, Lynn. Je détestais cette pression qui prenait plus d’ampleur depuis le départ de père. Mais je n’étais en rien impressionné par ce frère, il avait beau être grand, combien de Phénix ou de créatures avais-je du mettre à mal pour remplir mes missions ? Un nombre que je ne calculais plus. Alors, lui, l’infirme enfant, je n’en avais pas peur. Qu’il m’attrape qu’il fasse ce qu’il voulait de moi, ça ne changeait en rien le mal-être dont nous étions tous victimes ici. « Grandis Galen. » Me dit-il. « L’arrogance et la stupidité ne font pas bon ménage. »  Il était sec mon frère, mon demi-frère. Il voulait tant que cela m’apprendre la vie ? Qu’il fasse une enfant à sa stupide épouse et qu’il se sente investi de lui apprendre. Je n’avais pas besoin de lui pour l’instant.

Pourtant, il me lâche. Je ne sais pas exactement pourquoi. La colère sans doute. Il est faible Gideon, combien de fois on me l’a dit ou fait comprendre durant ma jeunesse. « On aimerait tous pouvoir prendre les armes, crois-moi. » Mais je n’arrive pas à le croire, lui le frère si pédagogue, prendre les armes pour quoi faire ? Se tuer plus vite ? C’est insensé. Chacun de nous, nous avions besoin de ce moment de répit, alors que nos prunelles se croisent. Il n’avait aucun sentiment de défi dans les miens. Je ne suis pas fou et j’observe bien sa façon de se tenir au bois du bureau ou encore sa poitrine qui se lève rapidement. Si bien que je claque des doigts. Cette façon à moi d’appeler l’elfe de maison, quand je lui demande moi-même à bout de souffle, mais moi qui le reprendrait avant. « Les potions, et de l’eau. » C’est simplement ce que je demande, alors que la créature disparait dans un bruit sourd. Peut-être que c’était de la responsabilité, mais une chose était certaine, que Gideon meurt aujourd’hui, ça ne m’arrangeait pas. Et ça ne m’arrangerait jamais. Il serait sans doute mieux que père au sujet du mariage, mois pressant et plus humain, car il l’avait lui-même subit. Et puis après tout il s’agissait de mon frère, juste à moitié, mais mon frère quand même. On ne souhaite jamais la mort de sa famille, du moins pas moi.
Parchemin envoyé Lun 28 Aoû - 21:43

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 262 hiboux. J’incarne : Benedict Cumberbatch , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Skander Lupin, Avia Spudmore, & Astra Black. Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 37 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : écrivain magique, et expert en histoire de la Magie, avant la fermeture de Poudlard j'y enseignait cette fabuleuse matière. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres mais sans être mangemort parce que c'est ce qu'on attend de moi. Au final, je ne fais que suivre, sans réelles convictions. Côté cœur, : je suis un éternel célibataire, ma mort prochaine pour seule compagne. Enfin j'ai été récemment fiancée à une créature répondant au nom de Nerissa Carrow, si la mort sera ma compagne éternelle, peut être sera-t-elle une compagne comme une autre.
malle
raise your wand
 



Chacun avec sa peine
Bien sûr que tout est cri puisqu'on se l'est jamais dit, Bien sûr l'amour puisqu'il ne peut plus grandir, s'enterre (...) L'amour sera toujours cette moitié de nous qui reste A faire Mon frère ...

GIDEON & GALEN PEVERELL

Il se sent mal. Maudit cœur. Il suffit parfois d’un rien pour qu’une crampe le paralyse complètement. Il sait qu’il partira bêtement un jour, peut-être même en montant de simples escaliers ; qu’importe, il était ainsi, faible. Il l’avait toujours été et ce n’était ni son père, ni la mère de Galen qui avait détrompé le Gideon sur ce point, il en était persuadé depuis son plus jeune âge. Mais le voilà qui était lui le survivant à cette famille, à son père, à l’une de ses sœurs. Il sent que la vie est injuste, c’était lui qui aurait dû partir le premier, certainement pas sa sœur. Son père, c’est une autre histoire. Ils avaient tous des liens complexes dans cette famille, des passées étranges et sinueux, alors, quand il se sent défaillir, en toute honnêteté, il ne sait pas si Galen va l’aider ou l’enfoncer.

Chez les Peverell, le fratricide est monnaie courante, pourtant Galen prend l’histoire à contre courant, et appelle alors, « Les potions, et de l’eau. » Il lui en est reconnaissant Gideon, de l’aide. Il s’appuie contre le bureau, et se laisse doucement tomber dans son fauteuil, sa poitrine se soulève à vive allure. Il lui faut se reposer, se poser, il sent son pouls dans l’arcade, la pulsation trop rapide pour être soutenue longtemps par son cœur fragile. Il sait qu’il doit se calmer – l’énervement et son cœur n’étaient pas amis. Ils ne seraient jamais.  Quand il est assis, il sent une pression le quitter, enfin. Il va mieux, doucement ; mais il attend ses potions. Il n’y a que cela qui peut calmer le cœur avant qu’il ne cède. Il regarde Galen – il avait bien changé ce gamine insupportable, il remontait dans son estime, doucement mais sûrement. Seraient-ils les frères qui contrediraient la légende ?

L’elfe apparait dans un « pouf » sonore à côté de celui qui était le nouveau maître des lieux. Et dépose sur le bureau une fiole de potion rougeâtre, et un verre d’eau. D’un geste reconnaissant, Gideon le congédie. La main qui tremble, il essaye d’attraper le verre d’eau, mais le renverse sur la table. Il grogne un peu Gideon, et attrape non sans mal la fiole rouge pour la déboucher rapidement et boire le contenu d’une traite. C’est amer, impossible à boire comme du petit lait, et parfaitement dégueulasse. Pourtant, c’est à ce jour la potion la plus efficace pour calmer le cœur malade du Peverell.  Son regard se perd un peu dans le vide, il laisse alors ses paupières se clore pour laisser le temps à la potion d’œuvrer son petit miracle, ou bien de mourir. Puis, il y a une sorte de soulagement quand il sent le cœur qui se calme, doucement mais surement. Il est un peu affalé dans sa chaise, bien loin de l’image qu’il veut donner habituellement. Mais Galen et lui n’étaient pas proches, il n’avait que très rarement assisté à une crise. Il rouvre ses yeux bleus, et dit alors, « Merci. » C’est sincère, honnêtement.

Parchemin envoyé Lun 11 Sep - 2:04

avatar
avatar
profil
Je suis : Hime , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Tom Holland , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatar : Juice Signa : EXORDIUM. sur Bazzart Je parle en : lightblue



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Auror pour le Ministère de la Magie, Mangemort marqué sans réelle affectation J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Célibataire, son coeur reste à prendre quoi il en dise
malle
raise your wand
 
Je crois ne pas avoir besoin de cœur pour comprendre ce qui se déroule devant moi. Sans que cela ne me trotte dans la tête plus longtemps, il fallait que je l’aide. Pour la simple et bonne raison que je ne voulais pas être celui qui aurait causé la mort de son frère, de son patriarche, de son exemple. Quoi qu’on puisse en dire, Gideon n’était certes pas un frère que j’appréciais de prime à bord, mais il l’était tout de même. Fichue éducation, elle ne faisait rien pour m’aider celle-là. J’avais été presque programmé pour le détester et le détruire, et voilà que je lui portais secours, parce que j’avais outre passé ma colère, parce que je ne valais pas mieux que ce père. Je cherchais, depuis sa mort à l’oublier, à oublier la situation délicate dans laquelle il me laissait. Alors, j’aurais dû être plus agréable avec Gideon, j’aurais dû l’être bien plus que cela depuis des années, mais j’étais simplement un gamin perdu qu’on manipulait depuis qu’il avait deux ans. Ne t’approche pas de lui, ce n’est qu’un bon à rien me disait mon père en me désignant ce frère qui aurait pu être mon père. Alors, je l’avais détesté pour plaire à la fois à mon père et à ma mère. Je me devais être la pièce de secours qui aurait remplacé Gideon au cas où. Mais ce cas n’était jamais arrivé du vivant de père et aujourd’hui tout était encore plus difficile que lors de son vivant. Je le détestais lui désormais, plus Gideon qui n’était pour rien dans cette horrible machination. Il était juste là, faible à cause de gestes qui le mettaient en colère, à cause de mes paroles, mais je n’avais rien fait d’autres que d’appeler l’elfe pour ses potions et de l’eau. J’étais inutile, ça complétait sans doute la totalité de mon existence. « Merci. » Me dit-il après avoir bu sa potion et fait tomber son eau à terre.

Je ne peux retenir un petit sourire en coin, c’était agréable d’être remercié parce celui qui devait sans doute me tenir en horreur… « Bois. » Dis-je alors que je fais tourner ma baguette pour réparer le verre et le remplir d’eau. Décidément, j’étais changé depuis la mort de père, mais pas forcément en bien, plus impulsif, trop gentil. Mais est-ce qu’être gentil était une faiblesse avec sa famille ? Octavia ne l’avait jamais été avec moi, alors je ne le serais sans doute jamais avec elle. Quand il eut fait ce que je demandais, je l’appuyais contre le mur en le regardant. « Si ta femme ne met pas d’enfants au monde, au moins, elle te sera utile en tant que médicomage d’appoint. » Sur le ton de la plaisanterie tout en relevant la tâche qui incombait à cette femme qui ne portait pas encore la prochaine génération de Peverell. Je range enfin ma baguette dans ma poche de manteau, calmement en attendant qu’il reprenne ses esprits, son souffle. C’était dur à croire que je pouvais être aussi patient désormais. Sans doute le métier qui me donnait toutes ces qualités que je n’avais pas avant. Pourtant, quand je relève les yeux sur mon patriarche, je lui demande. « Elle a laissé une adresse ma mère ? » J’avais tant besoin de la voir aujourd’hui, sans doute plus que jamais pour lui demander pourquoi je n’avais pas été capable de lui porter le coup fatal alors qu’il était si faible, là juste devant moi.
Parchemin envoyé Lun 11 Sep - 20:30

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 262 hiboux. J’incarne : Benedict Cumberbatch , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Skander Lupin, Avia Spudmore, & Astra Black. Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 37 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : écrivain magique, et expert en histoire de la Magie, avant la fermeture de Poudlard j'y enseignait cette fabuleuse matière. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres mais sans être mangemort parce que c'est ce qu'on attend de moi. Au final, je ne fais que suivre, sans réelles convictions. Côté cœur, : je suis un éternel célibataire, ma mort prochaine pour seule compagne. Enfin j'ai été récemment fiancée à une créature répondant au nom de Nerissa Carrow, si la mort sera ma compagne éternelle, peut être sera-t-elle une compagne comme une autre.
malle
raise your wand
 



Chacun avec sa peine
Bien sûr que tout est cri puisqu'on se l'est jamais dit, Bien sûr l'amour puisqu'il ne peut plus grandir, s'enterre (...) L'amour sera toujours cette moitié de nous qui reste A faire Mon frère ...

GIDEON & GALEN PEVERELL

La douleur dans la poitrine, à chaque fois qu’elle pointe le bout de son nez, il craint que cela ne soit la fin. Mais il n’a pas peur de la mort, il apprit à l’attendre, et il sait que quand son heure sera venu il l’accueillera comme une vieille amie, comme le troisième des frères dans le conte inspiré de sa famille. Il l’attendait, il attendait encore et encore. Mais ce n’était pas pour cette fois, pas encore. Pas maintenant, il passait son tour, si Galen n’avait pas été là, son tour n’aurait pas été sauté, il en était presque certain. Il devait la vie à ce petit crétin arrogant – et c’était douloureux de l’admettre, et d’être reconnaissant. « Bois. » Dit-il alors. Oui, il n’avait pas d’autre choix que de vivre maintenant il serait mal venu de refuser de l’aide quand il en avait vitalement besoin de la sorte.

De la gentillesse entre les deux frères, c’était… inédit. Réellement. Gideon ne se souvenait pas lui-même avoir été gentil avec son jeune frère, certainement pas lors de la scolarité du plus jeune à Poudlard où Gideon avait été son professeur, non il avait même été plutôt dur avec lui, plus qu’avec d’autres. Il se justifiait en disant que c’était pour l’aider à être meilleur, meilleur que les autres. Car un Peverell se doit d’être meilleur que les autres, il ne peut simplement pas en être autrement, pas le moins du monde ! Il avait été élevé comme un « second fils », mais avec l’idée qu’il fallait quand même sortir du lot. « Si ta femme ne met pas d’enfants au monde, au moins, elle te sera utile en tant que médicomage d’appoint. »  Il ne voulait pas de cela pour Nerissa, « Elle a eu le choix si c’est ta question, et elle a choisi de rester à mes côtés. » Il est un peu plus froid, dès que l’on parle de Nerissa. Tous les deux n’allaient pas se lancer dans la course à l’héritier, Galen n’avait pas d’épouse, ça serait compliqué de se lancer dans un course de cheval sans destrier.

Le petit dernier lève finalement les yeux vers lui, et demande,  « Elle a laissé une adresse ma mère ? »  Il ne voulait pas forcément le dire mais l’entrevu avec Ishbel n’avait pas été aussi calme et pacifique qu’il voulait bien le faire croire, le ton était un peu monté entre eux, mais rien n’inhabituel quand il s’agissait de ces deux-là. Mais elle n’avait rien laissé, et elle avait dit qu’elle reviendrait vers son fils et sa fille quand elle le voudrait, car elle avait besoin de temps pour s’établir ailleurs. Mais Gideon en mettrait la main à couper qu’elle était retourné auprès de sa famille, quelque part. « Non, elle m’a dit qu’elle avait besoin de temps, et qu’elle te contacterait. Je n’ai pas plus d’information. Mais tu es chez toi Galen, même si ta mère n’habite plus entre ces murs. » C’était dit, douloureux, mais dit. Il n’allait pas le mettre dehors. Ce n'était pas le genre de la maison, celui d'Octavia, celui de Livia, mais certainement pas le sien.

Parchemin envoyé Lun 2 Oct - 21:54

avatar
avatar
profil
Je suis : Hime , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 59 hiboux. J’incarne : Tom Holland , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatar : Juice Signa : EXORDIUM. sur Bazzart Je parle en : lightblue



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Auror pour le Ministère de la Magie, Mangemort marqué sans réelle affectation J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Célibataire, son coeur reste à prendre quoi il en dise
malle
raise your wand
 
Je ne méritais pas d'affection, de la part de n'importe qui dans cette maison. C'était bien trop compliqué de devoir s'associer au mot gentil dans cette maison. Je n'étais rien d'autre qu'une crapule sans scrupule. Et je l’aurais laissé mourir sir le contexte n’avait pas été au deuil. Ou alors avais-je peut-être grandi vis-à-vis de cette situation. Perdre père m’avait fait réaliser que tout cela n’était qu’une farce. Que ma vie n’était qu’une farce… Alors, j’avais fait comme si de rien n’était alors que cela me bouffait le cœur de devoir être la risée d’autres sorciers. Moi qui avais toujours clamé haut et fort et que j’hériterais de cette famille. C’était une illusion et mes seuls soutiens semblaient bien loin d’ici. Père mort. Mère partie. Et sans doute définitivement. Mes harpies de belles sœurs ne seraient pas vraiment d’accord pour la voir revenir ici. Pas définitivement, et sans doute était-ce pour cela qu’elle était partie. Sans père, mère mettait sa vie en danger inutilement et moi aussi. J’étais le dernier enfant du second mariage à vivre ici. Et sans doute le plus dangereux de tous les enfants de ce second mariage de par mon sexe masculin.

Si mon frère avait été dur et moi aussi. C’était sans doute une bonne chose. Nous connaître dans les pires situations pourrait être une force pour nous. Mais jamais le passé ne s’oubliait. Parlant ainsi de cette femme. Cette Carrow que je détestais. Il se refroidit. Bien moins aimable. « Elle a eu le choix si c’est ta question, et elle a choisi de rester à mes côtés. » Je lève le menton en signe d’approbation. C’était déjà une bonne chose d’avoir été mise au courant des risques. Des conséquences. De la vie de cette famille tout simplement. « Alors tant mieux. » Dis-je, n’ajoutant pas que cela devait l’empêcher de faire son devoir. Je n’étais pas marié, ni en vue de l’être. Et Octavia et Livia pourraient très vite me tomber dessus s’il arrivait quelque chose à Gideon. Je tenais à être en sécurité et avoir un enfant ne serait pas la meilleure des idées. Surtout si c’était un garçon qui naissait. En tout cas, le petit garçon que j’étais demanda après sa mère. Pensant vraiment qu’elle avait laissé ne serait-ce qu’une adresse. Pourtant, c’est le ton de mon frère qui m’étonne presque à la fin de sa tirade.

« Non, elle m’a dit qu’elle avait besoin de temps, et qu’elle te contacterait. Je n’ai pas plus d’information. Mais tu es chez toi Galen, même si ta mère n’habite plus entre ces murs. » Besoin de temps… Parce que Cordélia et moi n’avions pas besoin de son soutien ni de temps ? Nous avions perdu en un an, une sœur et un père. Et nous n’avions pas besoin de temps. Ma mine s’assombrir, alors que je récupère ma baguette posée sur le bureau. Je pourrais presque rire jaune, mais je le regarde en coin, me dirigeant vers la sorte. « Non. » Simplement. « On ne va pas mentir plus longtemps. Combien de temps me reste-t-il à vivre si je reste ici ? Une semaine ? Un mois ? » J’étais trop réaliste peut-être. Mais j’avais complètement raison, je ne comptais plus les crasses que m’avait fait Octavia durant mon enfance. Et aujourd’hui, elle était adulte et virulente à l’extrême. « Je ne suis pas chez moi. Et je ne suis pas fou. Je vais aller vivre chez Cordélia un temps. » Car c’était la seule famille qui me restait actuellement. Je pourrais peut-être compter sur Gideon. Mais j’en doutais tout de même. Je lance un merci, en ouvrant la porte, avant de la refermer derrière moi. J’avais quelques valises à faire. Prendre le plus précieux et laisser le reste aux mains de ces vipères de demies- sœurs.



HE WAS SO AFRAID TO BE HUMAN

 

CHACUN AVEC SA PEINE. (PEVERELL BROTHER - EXPRESS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vanessa Peverell
» Le chaos est en chacun de nous, il faut faire avec ! [pv Nelsha]
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Habitations-