Partagez | 
CHACUN AVEC SA PEINE. (PEVERELL BROTHER - EXPRESS)

()
Parchemin envoyé Mar 18 Juil - 0:38

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 230 hiboux. J’incarne : Benedict Cumberbatch , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Skander Lupin, Avia Spudmore, & Astra Black. Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 37 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : écrivain magique, et expert en histoire de la Magie, avant la fermeture de Poudlard j'y enseignait cette fabuleuse matière. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres mais sans être mangemort parce que c'est ce qu'on attend de moi. Au final, je ne fais que suivre, sans réelles convictions. Côté cœur, : je suis un éternel célibataire, ma mort prochaine pour seule compagne. Enfin j'ai été récemment fiancée à une créature répondant au nom de Nerissa Carrow, si la mort sera ma compagne éternelle, peut être sera-t-elle une compagne comme une autre.
malle
raise your wand
 



Chacun avec sa peine
Bien sûr que tout est cri puisqu'on se l'est jamais dit, Bien sûr l'amour puisqu'il ne peut plus grandir, s'enterre (...) L'amour sera toujours cette moitié de nous qui reste A faire Mon frère ...

GIDEON & GALEN PEVERELL

Etrange de revenir dans une maison qu’il a détesté, aimé, et voulu oublier. La mort d’un père marque plus que de raison, mais être placé à la tête de cette famille était un fardeau de plus. Un poids pour lui, une force supplémentaire s’attelant à détruire son cœur fragile. Il aurait eu le choix de refuser, mais il n’était pas encore mort bien qu’il défiait les pronostics depuis des années. Il lui fallait un temps pour s’approprier ses murs, il ne chassait personne. Hormis sa belle-mère, Cordelia, Livia et Galen, le gigantesque manoir avait perdu de sa vie à mesure que les enfants avaient pris leur envol. Il n’avait voulu brusquer personne, ni les occupants, ni son épouse. Ils avaient du temps pour poser leurs valises. Nerissa et lui logeant encore dans l’appartement en plein cœur du Londres sorcier. Il ne voulait brusquer la délicate blonde, ni attiser la brune vénéneuse.  Il laissait le temps au temps, mais lui n’avait pas une éternité devant lui. La discussion de la matinée avec Ishbel avait été plus calme qu’il ne l’aurait cru. Elle partait, pas à cause de lui, mais à cause de ce qui était arrivé. Rongée par le chagrin, et la haine vis-à-vis d’Ignotus, elle tenait à peine debout entre ses murs. Elle avait son deuil à faire, Gideon le sien. Chacun avance avec sa peine, de façon différente. Lui devait s’imprégner de son rôle de leader, là où sa belle-mère devait s’effacer et faire face à sa peine.

La maison calme, Cordelia au travail, tout comme Livia. Il n’y avait plus que lui, Ishbel ayant débarrassé le plus gros du nécessaire à sa nouvelle installation dans la journée. Il n’avait pas mis la veuve à la porte, et elle assumait partir de son plein grès. Elle n’était pas dans le besoin, car Gideon tenait à honorer la femme de son père, sa tante après tout.Il se sent seul dans les murs froids, et impersonnels. Il a entrepris de remettre sa chambre sous les combles, et la chambre de sa sœur aînée à ses goûts et à ceux de son épouse pour en faire un appartement au sein de la demeure. Il ne veut toucher à rien qui puisse bouleverser le quotidien des autres, respectueux.  Assit dans le bureau de son père, il n’est pas à sa place, autour de lui, les trophées de voyage, les photos, et les objets exotiques. Il y a tant de papier à traiter, de dossier qu’il s’y perd. Perdu dans ses parchemins. Des lunettes sur le nez, il ne regarde pas la porte qui s’ouvre, mais le brusquerie et la démarche laisse penser qu’il s’agit du dernier membre de cette famille. Galen, le demi-frère qui prenait de la place. « Je te prierais de frapper avant d’entrer, Galen. » dit-il en ne levant pas les yeux vers lui, le regard toujours rivé vers les lignes sans fin du manuscrit. S’occuper de l’ego et des cas de conscience du petit dernier n’était pas dans ses priorités. Pourtant, une fois encore, entre les deux frères, l’orage allait éclater.
Parchemin envoyé Mar 18 Juil - 3:42

avatar
avatar
profil
Je suis : Hime , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/07/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 14 hiboux. J’incarne : Tom Holland , et l’avatar que je porte a été créé par : Gideon, le grand-frère Je parle en : lightblue



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Auror pour le Ministère de la MAgie J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Célibataire
malle
raise your wand
 
Le visage bas, j’avançais le long de ce grand terrain vague pour les yeux des moldus. À vrai dire, je n’aimais pas particulièrement l’endroit du Manoir, mais il avait ces grands jardins que j’aimais explorer de temps à autres en bonne comme en mauvaise compagnie. Cordélia devait encore travailler à cette heure et je rentrais d’une mission de quelques jours dans le sud de l’Angleterre. On n’avait pas trouvé grand-chose, pas une trace de Phénix ou encore de moldus. Certes, ce n’était pas le rôle des Aurors, mais étant marqué, il fallait que je me rende utile malgré mon jeune âge. Et pourtant, Merlin savait que le ciel me tombait sur la tête depuis quelque temps. Depuis ma confrontation avec Circée l’autre nuit, je réalisais enfin que mon père était là où il devait être, que la place devait être pour les vivants. Et qui me restait-il hormis m mère et ma grande sœur ? Pas grand monde, en fin pas énormément de personnes que je portais dans mon cœur. Livia et sa sœur me détestaient et c’était encore plus vrai depuis la mort de père, mais aussi à cause du retour de Gideon au Manoir. Simplement la journée pour l’instant, mais bientôt cela serait pour toujours. J’avais cette rage au fond de moi, ne m’avait-il pas assez fait d’ombre ? Ou bien n’avait-il pas assez fait jaser à mon sujet ? Non apparemment non. Décidé comme il était, Gideon ne me laisserait pas de répit. Moi aussi malgré tout j’avais besoin de faire mon deuil… Aussi amer soit-il il m’était nécessaire comme disait si bien ma génitrice. Je devais être sa plus grande honte, moi ce fils qu’elle avait éduqué comme un hériter qui n’était désormais rien d’autre qu’un éternel second.

Pourtant, je passe la porte et tout me semble étrange, tout me semble vide. En général mère m’attendait accoudée à une boiserie ou bien assise dans un sofa de l’entrée. Aujourd’hui, elle n’était pas là. Pas moins paniqué, j’ai tendu mes effets à l’elfe en dénébulant comme une âme en peine. J’avais ce besoin de parler avec elle. Elle avait perdu un mari, elle devait sans doute pouvoir écouter le seul homme qui lui restait. Cependant, il y a eu cette douche froide quand dans sa chambre je n’ai pas aperçu ce parfum qu’elle déposait sur sa coiffeuse ou encore le manque de vêtements dans les armoires. J’avais beau serrer les dents pour moi il n’y avait qu’un scénario possible. IL l’avait chassé de force. Ce… Les pas redoublant de vitesse de hargne, baguette au poing. Je ne demandais ni accord, et je n’avais nul besoin de présentation quand j’ouvris la porte du bureau qui appartenait à mon père il y a encore quelques semaines. Ridiculement, il me gronde, comme un enfant de sept ans. Frapper. Quel drôle d’idée ! « Espèce de sale Scroutt à pétard puant ! » dis-je en guise d’entrée en la matière. « Comment tu as osé lui faire ça ! » Il savait très bien de quoi je parlais, mais je n’avais pas une autre parole que ma baguette en bois de houx, visée entre ses deux yeux. Il n’y avait personne et le tuer pour cet affront serait facile… Mais je savais que je ne pourrais le faire si facilement. Ce genre d’attachement fraternel. « Elle ne te gênait pas du tout, pourquoi tu l’as foutue dehors pour installer ta plante verte près de la fenêtre ? » En rage, mais toujours dans le dédain le plus profond, il me révulsait et tout était de sa faute. Assurément.
Parchemin envoyé Mar 18 Juil - 13:32

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 230 hiboux. J’incarne : Benedict Cumberbatch , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Skander Lupin, Avia Spudmore, & Astra Black. Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 37 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : écrivain magique, et expert en histoire de la Magie, avant la fermeture de Poudlard j'y enseignait cette fabuleuse matière. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres mais sans être mangemort parce que c'est ce qu'on attend de moi. Au final, je ne fais que suivre, sans réelles convictions. Côté cœur, : je suis un éternel célibataire, ma mort prochaine pour seule compagne. Enfin j'ai été récemment fiancée à une créature répondant au nom de Nerissa Carrow, si la mort sera ma compagne éternelle, peut être sera-t-elle une compagne comme une autre.
malle
raise your wand
 



Chacun avec sa peine
Bien sûr que tout est cri puisqu'on se l'est jamais dit, Bien sûr l'amour puisqu'il ne peut plus grandir, s'enterre (...) L'amour sera toujours cette moitié de nous qui reste A faire Mon frère ...

GIDEON & GALEN PEVERELL

Il ne lève pas les yeux, pourtant, le pas pressé du demi-frère suggère que le conflit est imminent. Mais Gideon est d’un calme olympien, car l’énervement peut être pour lui le pire des ennemis, et surtout le plus fatal. Les frères dans cette famille avaient peu de chance de s’entendre, et ce depuis la nuit des temps, comme si la culture de la haine fraternelle était un héritage familial ancestral.  Cela ne déroge pas cette fois encore, Gideon et Galen ont été programmé depuis vingt-deux ans à se haïr, alors,  il ne pouvait en être autrement. « Espèce de sale Scroutt à pétard puant ! »  Charmant, songe finalement l’aîné avec consternation. Elever la voix, insulter les gens, ce n’est pas lui. Politesse, et mesure sont ses maîtres mots, pourtant la présence du premier dernier met ses principes à rudes épreuves. Finalement, il lève les yeux vers lui, et ne bronche même pas quand il voit son frère avec la baguette pointée sur lui. « Comment tu as osé lui faire ça ! » Pourquoi donc le rendre responsable de tout ? Parlait-il de sa mère ? Si c’était le cas, il allait devoir se renseigner. « Elle ne te gênait pas du tout, pourquoi tu l’as foutue dehors pour installer ta plante verte près de la fenêtre ? » C’était donc cela, le petit garçon n’avait plus sa maman. Pauvre gosse, réduit à perpétuer un fratricide. Le Gideon qui l’a eu en professeur songe qu’encore une fois il parle sans réfléchir, ni faire preuve de logique. La jeune impatiente, ça le fatigue.

Il est impassible, s’en est même sans doute dérangeant pour Galen. Le silence serait la meilleure des réponses, mais il doute que Galen le supporte bien longtemps. « Quand cesseras-tu d’agir comme un enfant ? » Il n’en était plus un Galen, voilà longtemps. Il jouait cette carte du dernier de la famille, attaché à ce poste et à l’attention qui lui ont toujours porté Cordelia, Lynn et sa mère. Il devait grandir, le monde actuel ne tolérait que mal les enfants. « Ne t’arrives-t-il jamais de poser les bonnes questions aux bonnes personnes avant d’accuser les autres à torts ? » Sa voix est plutôt neutre, bien que sèche si l’on tend l’oreille. « Tes sens d’enquêteur et d’auror sont encore à affiner. » Un tacle sur sa formation, et ses études, la pédagogie de Gideon avait ses limites avec son petit frère.   Il pourrait sortir sa baguette mais ça ne ferait que jeter encore un peu d’huile sur le feu. Il le regarde simplement, « Elle est partie par choix, cette décision elle l’avait prise avant même que Nerissa et moi décidions de revenir ici. » Il marque une pause, « Alors, la prochaine fois, parle avec ta mère avant de venir déverser ta haine gratuitement. » Le ton est froid. « Ne t’avise plus jamais de traiter Nerissa de plante verte. » Cette fois, c’est tranchant. Il le fixe, son regard azur et froid ne cille pas une seconde, croisant les yeux noisette du dernier.


 

CHACUN AVEC SA PEINE. (PEVERELL BROTHER - EXPRESS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vanessa Peverell
» Le chaos est en chacun de nous, il faut faire avec ! [pv Nelsha]
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Habitations-