Partagez | 
(Sifer) ◊ « You've got a friend in me. »

()
Parchemin envoyé Lun 17 Juil - 20:05

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 756 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé d'un mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne
You've got a friend in me.
« You've got a friend in me, Some other folks might be A little bit smarter than I am, Bigger and stronger too. »

C
a va mal entre eux. Elle pensait que c’était une illusion, elle pensait qu’elle vivait tout mal à cause de la grossesse mais elle réalise que ça n’est pas cela, c’est pire, c’est plus profond. Elle avait avoué au cours du cinquième mois de grossesse qu’elle avait rejoint les Mangemorts et son époux l’avait mal pris, dispute qui l’avait faite s’effondrer entre ses bras. Rien ne s’était arrangé, il avait choisi de se noyer dans le travail. Il y’avait eu pourtant ces fois où, en rentrant le soir, elle avait eu l’impression qu’il était heureux de la venue de cet enfant. Les rares contacts se faisaient toujours le soir, dans leur lit, l’un contre l’autre, lui offrant l’occasion de sentir cette vie grandir au fil des semaines.

Né le 16 juin dans la nuit, le nourrisson aurait dû les rapprocher mais elle s’est sentie éclipsée, comme si elle avait rempli son rôle et qu’il n’attendait plus rien d’elle. Délaissée, sans qu’il ne montre une quelconque peur de la perdre ou qu’il n’exprime la frayeur que les quarante-huit heures de fièvre leur avait causé. Peut-être n’a-t-il rien ressenti, à bien y réfléchir. Courir lui fait du bien. Courir même si ça n’est pas raisonnable, même si elle ne le devrait pas. Besoin de se défouler, de se remettre en forme. Elle n’a pas pris le poids qu’elle aurait dû mais elle compte bien perdre ce qu’elle a gagné rapidement, elle compte bien redevenir la femme que Kenan a épousé. L’épouse élégante, pas celle qui est malade depuis trop longtemps. Courir dans la nature, le décor du Pays de Galles pour apaiser son esprit, ses sens. « Tu penses vraiment que mourir d’épuisement soit la solution ? » L’arrêt suit le sursaut. Datrix et ses quatre yeux blancs. Datrix qui a toujours le bon mot pour moraliser les humains avec lesquels elle vit. « J’ai pas vu l’heure, excuse-moi.. » L’Eternel n’a pas besoin de parler pour lui faire comprendre que ça n’est pas le problème, que le fait de garder Emrys n’est pas le sujet de sa remarque. Sissi reste persuadée que Kenan n'a que faire de son état et préfère taire le questionnement : m’aime-t-il encore un peu ?

Ses pas la ramènent à l’étage du manoir où elle va prendre une douche, espérant oublier ses peurs, ce qui ronge inlassablement le fil de son amour. Elle l’aime à en crever, son mari, mais s’il la trompe, peut-elle rester ? Partir est impensable. Ses promesses de jeunesse et sa vision d’un mariage sans amour semblent si loin.

Le chemisier noir ne cache guère le tatouage qui s’est ajouté aux deux qu’elle possédait déjà, le premier bouton volontairement défait tandis qu’elle attache ses cheveux en une longue queue de cheval. « Il y’a un vissssiteur. » Daksha glisse entre les pattes de l’Eternel, sans doute pour l’embêter ou une façon bien à lui de tenter de la charmer. Sissi lève les yeux au ciel. Incorrigibles, ces deux-là. Elle n’a pas le temps de finir de descendre doucement le couffin que les grilles s’ouvrent d’elles-mêmes, laissant passer Drefer et sa mine déconfite.

Erzsébet récupère sa baguette de l’écrin où elle dort la plupart du temps et entreprend de faire du café, d’un mouvement souple, puis dépose des pâtisseries sur un plateau avec une méthode identique, pour ne pas avoir à se séparer de son fils, à s’éloigner du petit être qui dort profondément. La barrière qui dissimule le manoir, lui donnant l’apparence d’une ruine, se referme une fois Drefer devant la porte, qu’elle ouvre. « .. Tu as une mine affreuse.. » Entrée en matière pleine de délicatesse. Elle l’invite à passer dans le salon, l’air inquiète. Elle n’est plus si froide, changée par la présence d’Emrys, par cette nouvelle vie. Elle n’avait pas revu le cousin de son mari depuis le mariage - elle ne compte pas la fameuse réunion où ils n’avaient pas eu le temps de se parler - , s’étant volatilisée durant la grossesse, volontairement, loin de la toxique société et elle lui trouve le regard d’autant plus triste. « Tu as donc reçu le faire-part. » Elle n’en avait fait que deux, un pour Circée et l’autre pour Drefer, consciente qu’un Ephémère serait contracté pour annoncer la naissance d’un héritier mais désireuse de leur montrer qu’ils avaient une place spéciale pour elle. L’odeur du café baigne déjà le salon et elle ne tarde pas à aller s’asseoir sur le canapé, tout près du couffin, une main venant caresser la joue d’Emrys. « Je n’aime pas beaucoup m’en éloigner, j’ai toujours peur de faire une erreur fatale. » Une explication qui justifie qu’elle soit retournée si vite sur le canapé. « Qu’est-ce qui te pousse à venir te perdre ici ? » Question légitime. Elle avait du mal à l’imaginer faire le chemin simplement pour voir la bouille du dernier Rackharrow en date. Et puis brusquement ça l’effleure. Mererid. « … Tu es au courant, n’est-ce pas.. ? » La tension est si palpable que Daksha s’extirpe du meuble sous lequel il se dissimule, protecteur. Non, Sissi n’a pas peur de Drefer mais elle préfèrerait ne pas avoir à le pousser du haut de la falaise pour protéger son fils.      

SISSI : # 477C64 - DAKSHA : # A8A8A8 - FOURCHELANG : italiques.
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



 

(Sifer) ◊ « You've got a friend in me. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]
» 01. My friend, mes amis ♪ [Fe Brittany]
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}
» Goodbye my friend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Pays de Galles :: Habitations :: Manoir Tywyllwch-