Partagez | 
UNTIL THE END OF TIME - ft. siofra

()
Parchemin envoyé Jeu 13 Juil - 0:44

avatar
avatar
profil
Je suis : Dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 20/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 378 hiboux. J’incarne : Torrance Coombs , et l’avatar que je porte a été créé par : © class whore . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.L. - P.L. - L.G. - Z.S. Je parle en : #663333



Je suis âgé de : trente cinq ans (02.01.56) , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Ambassadeur du Royaume-Uni Magique et Lieutenant des Mangemorts nouvellement nommé J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Veuf, Divorcé, Célibataire, il ne sait plus où est la norme dans les relations amoureuses, continuellement hanté par un fantôme. Champ Libre : Père d'Isolde Meadowes, veuf éploré de Lynn Meadowes et Tristan Meadowes (Femme et Fils)

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 




UNTIL THE END OF TIME
SIOFRA & DESMOND MEADOWES

Les falaises de la baie n’avaient pas le même visage depuis quelques temps. Tout était si différent depuis le mois d’avril. Tout était différent dans une heureuse mesure pour sa santé personnelle, moins pour celle de sa famille. Il marchait là Desmond, sur le bord des falaises dans l’herbe verdoyante que la rosée avait pour habitude d’arroser. À vrai dire, il n’y avait pas énormément de changement dans sa vie depuis quelques semaines. Et il remerciait Merlin de le garder, lui et les siens d’un nouveau décès ou d’une disparition. Desmond ne priait pas, il ne remettait rien au hasard. Sauf peut-être quand il laissait son cœur s’exprimer à la place de l’homme calculateur à l’extrême. L’annulation de son mariage avec Artemisia l’avait libéré un peu. Le laissant seul avec deux sœurs sans prétendants et un frère qui avait presque la bague au doigt. Lui, il ne donnait pas l’exemple qu’il devait donner. Simplement parce qu’il en avait assez d’être l’exemple ou bien il voulait l’être dans une autre mesure. Desmond n’avait jamais montré de lui-même qu’une personne intransigeante, sans qu’on puisse le déloger de cette fausse réalité qu’il s’était construite pour faire face à Doran, cet imparfait personnage. Mais n’était-il pas du même calibre ? Il l’était sans doute, c’est quelque chose de génétique que d’être un peu imbu de soi-même chez les mâles Meadowes. Cela se contracte comme la peste et grandit si l’on n’en trouve pas le remède. Mais son remède à lui, il était perdu depuis un an et demi tout au plus. Et il perdait le reste petit à petit. Lynn avait été un garde-fou pour Desmond l’empêchant de faire des choses terribles. Acceptant ses erreurs les plus inacceptables, pardonnant les mots de travers, sachant percez son armure et son masque de diplomate. Elle était spéciale. Et elle était partie sans crier garde, sans qu’il n’ait pu lui dire combien elle lui avait apporté, sans lui dire combien il avait pu l’aimer en quelques mois. Lynn c’était un peu cette partie de confiance en lui qu’il avait perdue après bien des années. Alors, elle avait sans doute fait à Desmond le plus beau cadeau du monde. Elle lui avait donné deux enfants merveilleux, mais on avait rappelé Tristan en décembre sans qu’il n’ait pu faire quoi que ce soit. Siofra l’avait prévenu, il avait été aussi anéanti que si cela lui était tombé dessus sans qu’il ne le sache… Et pourtant, il n’avait pas eu le temps de souffler que son second mariage avait eu lieu. Il était en train de crever de chagrin en silence. Et il ne voulait pas qu’on s’en rende compte.

Alors, il passait son temps libre loin des murs de son bureau à marcher sur les sentiers tracés par des ancêtres avant lui. Là où on apercevait la mer se mêler aux lacs et aux grandes étendues émeraude qui le ravissaient encore dans le paysage irlandais. Mais il avait toujours ce fantôme devant les yeux, comme une boucle qui se répète où Lynn lui tient le bras en se promenant lentement à ses côtés, pour prendre l’air à cause de ce gros ventre qui la comprime de toute part. Il la voit encore là, ses cheveux châtains volant dans la brise iodée et ses yeux rieurs quand elle faisait mine de tomber pour l’inquiéter. Elle était taquine, mais n’en était pas moins remplie de bonheur de lui faire plaisir et de remplir son devoir. Dans des moments de doute, Desmond se demandait encore et toujours si un jour cette femme qu’il adulait l’avait aimé véritablement. Il s’arrête un instant en regardant l’étendue d’eau salée. Il pourrait répondre à l’appel des sirènes et sauter. Tout simplement. Rejoindre ce qu’il avait toujours désiré rejoindre. Mais pour laisser Isolde seule dans ce monde où elle aurait besoin de lui ? Certainement pas. Il reprend sa marche en pensant ce que ça fait de grandir sans père ou bien sans père qui vous aime et qui est là à vos côtés. Angus avait été une personne horrible pour son second fils, ne voyant que les qualités de Doran sans jamais voir celle de Desmond. Merlin qu’il en avait souffert, mais il ne s’arrêtait plus à cela. Il y avait des personnes comme Aoife, ou encore Siofra, voir Gwen, qui ne le jugeait pas en comparaison de Doran. Si tout cela avait été différent, il n’aurait sans doute pas donné le coup final à l’aîné, ni à son géniteur. Mais qui restait là à le savoir ? Personne. Peut-être Siofra et Roisin. Seulement elles grâce à leurs dons. Les mains dans les poches, il inspire longuement en voyant encore ce spectre danser devant ses yeux en sachant qu’il n’est pas réel. Qu’ils sont beaux les jours beaux, mais qu’ils sont loin et qui s’effacent petit à petit. D’elle, il ne restait que des vêtements, des photos, des livres ou des bijoux. À l’annulation, il avait d’ailleurs vendu l’alliance de son second mariage pour repasser celle du premier. Il n’était que veuf, mais il ne serait plus jamais prêt à se remarier si ce n’était pas par amour véritable. Mais croisait-on cet amour plusieurs fois dans sa vie ? Il n’y croyait pas… Ou il ne souhaitait pas y croire.

Le domaine, bien que rénové dernièrement coutant une fortune avait retrouvé son luxe de jadis. Comme sur les paysages d’Eamon. Le grand jardin donnait sur les falaises où il se pavanait sans le faire. Toujours à faire les cent pas quand il est tracassé. Mais c’est pour eux qu’il est dans ces états. Il savait parfaitement que Glenn ne s’épanouirait pas dans son mariage, sauf s’il y développait quelques tendres sentiments. Mais serait-il partagé par la cadette Yaxley ? Sans doute jamais. Aoife avait vu mourir une alliance avec Quintus, puis mourir un autre fiancé. Elle était traitée de veuve noire pour les autres et on se demandait si elle ne finirait pas vieille fille avec des chats et des poisons. Siofra, elle, n’était pas promise et ne le serait pas de sitôt. Roisin avait eu la chance de choisir son futur mari. Il souhaitait la même chose si la situation familiale restait stable ou si elle s’améliorait. Dans le cas contraire, il ne souhaitait pas y penser. Mais lui, il devrait contracter un troisième mariage, car quoi qu’on en dise, Isolde ne pourrait hériter de leur nom et de leurs biens. Tout devait reposer sur les épaules d’un garçon et son garçon chéri, il l’avait perdu il y a si peu de temps qu’il n’osait penser à refaire un enfant. La grossesse d’Artemisia l’ayant déjà trop retourné pour y croire, pour simplement le concevoir. Là, il devrait retrouver une épouse. Ce qu’il jugeait impossible. Et lui faire une enfant dans la foulée afin de garder le prestige des Meadowes au plus haut. Il soupire en passant ses deux mains dans ses cheveux, fermant les yeux. Quand il les ouvre de nouveau, il est nez à nez avec une paire d’yeux d’un bleu semblable au sien et des cheveux de jais qu’il n’a pas. Il sourit presque en voyant Siofra ainsi devant lui. Mais qu’à t-il simplement à ajouter à sa venue. Pas grand-chose. Il demande juste calmement, cette paix intérieure ne l’habitant pas toujours. « Tu termines tôt aujourd’hui, ou je marche depuis trop longtemps ? » L’un comme l’autre était possible, quand ses yeux se portent sur l’ouvrage qu’elle tient entre ses mains. Il n’était pas dans cette maison depuis longtemps et les dorures et la richesse de la couverture lui disaient encore plus que ce n’était pas un achat des Meadowes. Il hausse un sourcil avant de laes froncer. Il voudrait l’arrêter dans les paroles qu’elle risque de prononcer alors qu’elle lui en avait déjà dit d’autres. Il ferme les yeux. Ajoutant. « Dis-moi juste que ça ne concerne pas Isolde. » Une sorte de supplice et ça ne sortaient pas souvent de sa bouche ce genre de timbre vocal.




cursed story, cursed blood

≈ i need time to win back your love again. but i don't want love again. also for you, i can to try and he will rise my love and my hope into the future, i just need time to love you


 

UNTIL THE END OF TIME - ft. siofra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» Choucroute time !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Irlande :: Habitations-