Partagez | 
DANCE WITH THE DEVIL ❱ artty [rp express]

()
Parchemin envoyé Dim 25 Juin - 16:20

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 134 hiboux. J’incarne : Lily James , et l’avatar que je porte a été créé par : Perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena et Quintus Je parle en : indianred

Life

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Journaliste investigatrice au Golden Blood J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Ennivrée et aveuglée, je suis mariée à Reed depuis presque dix années.
malle
raise your wand
 





dance with the devil. (ARTTY)
Wish less was going on, Wish I could just throw the ball, And ignore it all.



Avoir l’air heureuse. Contentée. Fière de porter la marque. C’était toutes des histoires qu’elle faisait croire aux autres, sans jamais s’y fier réellement. Elle a en assez de porter un masque de femme parfaite, elle a bien l’impression que l’amour qu’elle porte pour Arthur est la seule chose qui lui reste. Et encore là, rien n’est moins certain que leur relation actuelle. Il avait toujours eu une force étrange sur elle, pour qu’elle en arrive à oublier tout ce qui lui arrivait. Sa seule présence lui suffisait à pardonner tout ce qui lui arrivait, à se rappeler pourquoi ils avaient toujours eu l’air d’un couple profondément amoureux. Ils l’étaient. Du moins, Betty était une folle éperdue à la minute où ses prunelles fondaient sur lui. Néanmoins, cela ne voulait pas dire qu’elle était toujours heureuse. Car Arthur ne pouvait pas rester près d’elle à toute heure de la journée. Ils avaient tous les deux des obligations et encore plus depuis qu’ils tentaient de ramener le Lord à la vie. Betty était obligée de travailler heures après heures dans ses investigations pour en découvrir plus sur cette histoire. Ça aurait pu être bien plus facile si elle n’avait pas fait l’erreur de sa vie pas plus tard qu’hier dans la nuit. Des heures qu’elle était réveillée, mélangé à l’alcool pris en trop grande quantité et le fait que ces indices sur Voldemort l’empêchaient de se concentrer sur retrouver sa sœur. Toutes ses raisons qui la mettaient dans un état qu’elle n’avait jamais connu auparavant. Vengeur. Colérique. Sans penser aux conséquences. Elle était sortie toute la nuit, elle était passée de bar en boîte de nuit pour boire, danser et se laisser aller tout simplement.

Elle s’en voulait et surtout, elle lui en voulait à lui. Égoïste femme, elle tentait de jeter la faute sur une autre personne que la sienne. Il la rendait faible. Tel un poison qui s’insinuait dans ses veines à petite dose. Car si ses prunelles s’illuminaient en sa présence, elles s’assombrissaient mille fois plus quand il quittait la pièce. Il n’arrivait même pas à voir à quel point la sorcière gardait leur passé, amer dans son cœur. Leur impossibilité d’avoir un enfant. D’avoir choisi un camp, de s’être inclus dans cette foutue guerre pour les empêcher de pouvoir adopter également. C’était ainsi qu’elle le voyait, car ils ne pourraient espérer avoir une famille tant qu’un climat aussi lourd régnerait. Cette marque, elle la détestait car elle l’éloignait de tout ce qu’elle désirait. Sa sœur incluse. Il est dix-huit heures passé, elle est rentrée tard la nuit dernière et elle dormait encore quand Arthur est parti à Ste-Mangouste. Elle sait qu’il ne devrait pas rentré avant encore deux heures. Elle a décidé de pas rentrer travailler au Golden Blood aujourd’hui, prétextant se concentrer davantage sur ses recherches. C’était faux. Elle avait un mal de cœur atroce. Elle avait tant pleuré que ses yeux étaient tout rouges, enflés aussi. Elle était assise dans la chambre principale, devant son grand miroir qu’elle utilisait pour se voir de la tête au pied avant de quitter la demeure. Elle s’observe. Se dégoute. Se fixe et pleure. Encore un peu. Comme si elle pouvait le faire toute la vie durant. La musique qu’elle a mis en fond dans la chambre l’empêche de se rendre compte qu’Arthur est déjà rentré. Peut-être que c’était ça qu’il lui fallait, de voir dans quel état se trouvait réellement sa femme pour qu’enfin il se rende compte de son mal être?  



Arthur parle en # 669999
Betty parle en indianred




 
love makes us blind.
Shape of you☽ We push and pull like a magnet do, Although my heart is falling too, I'm in love with your body.

Parchemin envoyé Lun 11 Sep - 19:33

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 20/11/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 116 hiboux. J’incarne : Tom Hiddleston , et l’avatar que je porte a été créé par : un super créateur de bazzart Swan. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra Black, Gideon Peverell, Skander Lupin & Avia Spudmore Je parle en : #??????



Je suis âgé de : Trente-cinq années déjà, que le temps passe vite. , et j’ai le sang : mêlé, et c'est un fardeau que je porte avec ma famille à cause des erreurs des mes ancêtres. Dans la vie je suis : psychomage à Ste Mangouste, à force de détermination j'ai réussi à aller où je le souhaitais. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis marié depuis des années déjà au fruit interdit, l'indomptable Betty. Notre amour à affronter les lois et les règles.
malle
raise your wand
 





dance with the devil. (ARTTY)
Wish less was going on, Wish I could just throw the ball, And ignore it all.

Les jours se succèdent, se ressemblent et finissent par se succéder sans plus d’importance. Le temps s’écoule rapidement, sans attendre l’être mortel qui se raccroche à la vie. Arthur est passé plus d’une fois proche de la mort, et il en porte le témoignage sur lui, jour après jour. Cette main immobile, inerte, cette part morte de lui. Symbole d’un survivant qui avait traversé les épreuves, et les pertes, les unes après les autres. A commencé par ses parents, puis à sa sœur, finalement sa tante, les autres membres de sa famille, et enfin, leur enfant. Trop de perte pour vivre paisiblement. Pourtant, il est sourd à sa propre détresse. Il écoute celle des autres, et y trouve une solution. Le seul travaille où il est capable de faire quelque chose dignement. Sa main l’handicap et fait de lui un demi-sorcier, comme il se plait à le penser. Il n’est pas doué en magie, il est droitier, et dû apprendre à tout faire avec une main gauche bien plus maladroite.  Mais il sait ce qu’il est – indigne de bien des choses. Il le sait, le sang mêlé, le gars indigne, son mariage avec une Lupin au sang pur avait fait scandale, plus encore que le mariage de ses parents à l’époque, mais ils avaient traversés des tempêtes, avec le temps, ils avaient réussi à les surmonter. Du moins, c’est ce qu’il croyait, que les vagues étaient derrière eux.

Il sort de Ste Mangosute non sans être ravi que sa journée se termine enfin. Les problèmes des uns, et les soucis des autres étaient parfois lourds à écouter. Il salut aimablement son ami, Athelstan, avant de quitter le bureau. Il voit que son ami à une dernière consultation tardive, mais le sang mêlé ne fait aucun commentaire à ce sujet, ne souhaitant pas être indiscret.  Il s’éclipse alors direction leur demeure dans le Londres sorcier. La maison n’est pas très grande mais bel et bien suffisante pour eux deux. Jadis l’une des chambres de l’étage était celle de leur enfant, emporté bien trop tôt. Un fardeau dont il se tient encore responsable, comme si la malédiction porté par son grand-père était réel. Pourtant, il s’agissait peut être bien d’un mythe, de barrière qu’il se posait à lui-même.  C’était le destin, juste le destin, le destin qu’il prenait pour une malédiction, cependant il croyait si dur à la malédiction que celle-ci devenait réelle. Aucun autre enfant à l’horizon dans le couple, simplement parce qu’il n’y croyait plus. Croire c’est en soit réussir, mais il avait perdu la foi, et refusait de perdre une nouvelle fois un être cher, ne se doutant pas que ses actions, ses choix, et son mode de vie risquait de lui faire perdre ce qui était désormais le plus cher à ses yeux.

La maison est bien calme. Betty devrait déjà être là, pourtant au rez-de-chaussée, tout est encore baignée dans une pénombre relative. Par les fenêtres, le soleil couchant baigne faiblement les pièces d’une lueur crépusculaire. « Betty ? » Appelle-t-il alors, essayant de voir si elle était rentrée. À priori, oui, il le déduit quand il pose son regard sur les chaussures dans l’entrée.   Mais pas de répondre, il retire lui-même ses chaussures, les déposant soigneusement à leur place, et rangeant ceux de sa bienaimée aussi. Ce côté perfectionniste était un de ses défauts, mais pas le pire. Pour Betty le pire serait son allégeance, il ne le savait pas encore. Mais tôt ou tard, il le saurait.  A l’étage, une musique sourde attire son oreille. Elle est donc en haut. Il monte les marches, défaisant un peu sa cravate serré de sa main gauche, il s’apprête à frapper pour entrer mais la chambre dont la porte ouverte le laisse face à un spectacle qui lui brise le cœur. Assise par terre face à ce grand miroir, le visage pâle, les yeux injectés de sang, la peau humidifiée par les larmes. Mais bon sang, Betty, que se passe-t-il ? « Betty. » Appelle-t-il alors pour attirer son attention. Il reste dans l’encadrement la porte, trouvant de l’appui sur celui-ci. « Qu’est-ce que… qu’est ce qui t’arrives ? » Il fait un pas vers elle, ne sachant pas très bien quoi faire. Gérer les problèmes des autres était sa spécialité, concernant les siens, il les occultait. Jusqu’à devoir y faire face, brutalement.


Arthur parle en  # 669999


- Ses postures, impostures -
Il veut de la vie en grosses coupures Enfant de luxure tout ce qu'il touche brûle. Dans les veines du sang d'apache  Comme si Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.

Parchemin envoyé Lun 11 Sep - 20:19

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 134 hiboux. J’incarne : Lily James , et l’avatar que je porte a été créé par : Perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena et Quintus Je parle en : indianred

Life

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Journaliste investigatrice au Golden Blood J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Ennivrée et aveuglée, je suis mariée à Reed depuis presque dix années.
malle
raise your wand
 





dance with the devil. (ARTTY)
Wish less was going on, Wish I could just throw the ball, And ignore it all.


Betty ne l’entend pas quand il l’appelle la première fois, ses sanglots sans doute trop présent pour qu’elle puisse se concentrer à quoi que ce soit d’autre. Peut-être que si la vie en avait fait autrement, elle aurait eu un elfe de maison à son service en tant que sang-pure, mais elle avait longtemps laissé tomber les idées de grandeur de condition quand elle avait choisi l’amour à la raison. Elle ne s’était jamais plainte de sa vie, elle et Arthur avaient un assez bon salaire qui leur permettait d’avoir une belle petite maison et de survivre malgré tout aux assauts de la Main Noire. Elle n’aurait rien demandé de plus, si ce n’était qu’on lui offre la possibilité de vivre ce qu’elle souhaitait encore plus que de travailler jusqu’à pas d’heures : avoir une famille. Elle s’était toujours fichée des convenances, voilà pourquoi elle avait marié un « bâtard » et qu’elle n’avait pas peur d’élever des sang-mêlés dans le monde actuel. Ou plutôt, quand cette maudite guerre serait terminée. C’était ce qui les empêchait d’avoir une famille, aux deux sorciers. Bon, il y avait sans doute bien d’autres problèmes à régler auparavant avant de s’y attarder. Comme le fait qu’elle conserve ne elle toute sa colère sur cette marque qu’elle portait au bras. Ou bien cette impression qu’elle avait qu’il ne souhaitait plus avoir d’enfant. Betty elle, ne’y avait jamais renoncée. Du moins, elle avait toujours songée à l’adoption. Il y avait sans aucun doute un manque de communication entre les deux amoureux alors que l’un d’autre était psychomage. C’était presque… risible, quand on y pensait vraiment. Quand enfin, la voix d’Arthur se fait entendre à l’entrée de la chambre, elle rentre un peu la tête dans ses épaules comme si elle tentait de se cacher. Mais de quoi, Ou de qui plutôt?

« Betty. » Ses prunelles se ferment à l’entente de son nom, laissant rouler davantage de larmes sur ses joues. Elle aimerait qu’il ne l’ait pas découvert ainsi, en proie à une telle faiblesse. Après tout, n’avait-elle pas toujours été une femme forte, plein de fougue et qui était prête à tout pour ses articles? Seul Arthur l’avait connu sous un autre jour, celui de la faiblesse, du désespoir, et enfin de lâche. Elle aurait aimé se dire que ces conditions étaient dans le passée, mais il en était bien autrement. Elle s’était tellement laissée allée qu’elle avait bu toute la nuit, qu’elle était rentrée alors que son mari était déjà parti travailler. Et elle, elle avait passé la journée à vomir et à pleurer, sans pouvoir s’arrêter. Heureusement qu’elle n’avait plus rien à rendre, n’ayant pas avalé quoi que ce soit. « Qu’est-ce que… qu’est ce qui t’arrives ? » Elle sent qu’il s’est rapproché d’elle, mais elle entend aussi l’incompréhension dans sa voix. Comme si cela sortait de nulle part. Et pourtant…ça en avait tout l’air. Betty n’avait qu’hurler son désaccord pour la marque, mais cette haine avait toujours été camouflée derrière cette peine immense. Elle relève la tête pour pouvoir l’observer, dans le reflet du miroir, tentant d’oublier son propre visage dévasté. « C’est toi le psychomage. » Sa voix est rauque, elle ne se reconnait presque plus, elle n’arrive pas à soutenir son regard plus longtemps et remonte ses genoux, tout en les serrant contre elle. « Toi qui passe la journée à lire chez les gens. À tenter de comprendre ce qui ne va pas. À vouloir tout arranger. Si bien que parfois, je me demande si tu l’as déjà fait à mon sujet. » Elle n’y va pas de main morte, pour débuter. Mais elle lui en voulait pour tant de raison que c’était difficile de savoir par où commencer.  



Arthur parle en  # 669999
Betty parle en  indianred



 
love makes us blind.
Shape of you☽ We push and pull like a magnet do, Although my heart is falling too, I'm in love with your body.

Parchemin envoyé Lun 11 Sep - 21:11

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 20/11/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 116 hiboux. J’incarne : Tom Hiddleston , et l’avatar que je porte a été créé par : un super créateur de bazzart Swan. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra Black, Gideon Peverell, Skander Lupin & Avia Spudmore Je parle en : #??????



Je suis âgé de : Trente-cinq années déjà, que le temps passe vite. , et j’ai le sang : mêlé, et c'est un fardeau que je porte avec ma famille à cause des erreurs des mes ancêtres. Dans la vie je suis : psychomage à Ste Mangouste, à force de détermination j'ai réussi à aller où je le souhaitais. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis marié depuis des années déjà au fruit interdit, l'indomptable Betty. Notre amour à affronter les lois et les règles.
malle
raise your wand
 





dance with the devil. (ARTTY)
Wish less was going on, Wish I could just throw the ball, And ignore it all.

La voir dans cet état était déstabilisant. Comment en était-elle arrivée là ? Il n’arrivait pas à comprendre, ou bien ne voulait pas comprendre. Lui-même s’était perdu la dernière année, suivant un chemin qu’il avait refusé de prendre, mais c’était désormais trop tard pour faire demi-tour. Il n’avait pas voulu voir l’état qui était le sien pendant tout ce temps, et maintenant elle explosait à bout de souffle, à bout de nerf.  Lui s’en sortait parce qu’il était convaincu que porter la marque était la bonne chose à faire, le bon chemin à suivre. Il y croit, parce qu’il faut se raccrocher à quelques choses. Les phénix lui avaient pris une grande partie de sa famille durant ce bal, c’était sa façon à lui de tenir le choc, de se rendre utile, et d’être protéger avec les siens.  Avait-il fini par briser la seule personne qui comptait ? Il cherchait à côté de quoi il avait pu passer. Est-ce encore la perte de leur enfant qui la hantait ? Lui, ça le hantait encore trop souvent, jamais il n’arriverait à oublier, jamais. C’était trop important, il se soignait en pensant à autre chose. Il faisait son maximum pour avancer avec, mais ne jamais oublier.

Elle lève finalement ses yeux noisette pour croiser son regard dans le reflet du miroir, lâchant un cinglant,« C’est toi le psychomage. »  C’était lui, mais c’était froid, c’était violent comme mot, comme un reproche qu’il prend en pleine tête. « Toi qui passe la journée à lire chez les gens. À tenter de comprendre ce qui ne va pas. À vouloir tout arranger. Si bien que parfois, je me demande si tu l’as déjà fait à mon sujet. » Il ne comprend pas, il ne veut peut être pas comprendre. Il n’a jamais cherché à tout arranger la concernant, elle n’était pas une de ses patientes, elle ne serait jamais ; si elle avait besoin d’un psychomage, elle lui conseillerait un confrère mais jamais ne pourrait écouter sa détresse, il était trop concerné. Il fait un pas en avant, « Je ne veux pas t’analyser comme une patiente. » Dit-il alors pour commencer. « Tu n’es pas un cas, tu n’es pas une expérience. » Tu es bien plus que cela, a-t-il envie de dire. Mais en a-t-il seulement le droit ? Il l’aime, elle est sa femme légalement, elle est la femme qu’il aime, celle pour qui il a choisi de se battre des années plus tôt, elle était bien plus que cela au final, elle avait toujours été bien plus.  Il n’arrivait plus à lire en elle, il n’arrive pas à percer ce qui n’allait pas, et il ne voulait pas creuser comme il le ferait avec n’importe quelle patiente. Puisqu’elle n’était pas n’importe qui. Elle était tout, absolument tout pour lui, son passé, son présent, et aussi son avenir. Elle était absolument tout. Elle avait toujours été « tout », et sans tout semblerait bien vide, sans saveur ni importance.

Il fait un pas vers elle, juste derrière elle encore debout, « Tu es tellement plus que ça Betty. » Tu as toujours été mon tout, a-t-il envie de dire. Mais les mots ne sortent pas, ne sortent plus. La voir dans cet état lui fend le cœur, le lui brise en mille morceaux.Il s’agenouille à côté d’elle, sans oser la toucher. « Tu es tout. » Tout, absolument tout. Il n’ose pas l’enlacer ne sachant pas très bien comment elle peut réagir. Il la fixe dans le miroir par-dessus son épaule, il parle par-dessus celle-ci à quelques centimètres d’elle. Elle peut sentir son souffle dans ses cheveux, « Parles-moi Betty, je t’en supplie. » Même si ça fait mal, qu’importe il voulait que cela cesse immédiatement. « Mon amour. » dit-il en  déposant un baiser dans ses cheveux en batailles. Qu’elle  le rejette, le frappe, lui hurle dessus, qu’importe. Il était là pour elle, maintenant il était là, quoi qu’il ait fait, il était. Aimant, doux, présent, il voulait être tout ça, quelle qu’ait été son erreur du passé. Il voulait comprendre.


Arthur parle en  # 669999
Betty parle en  indianred


- Ses postures, impostures -
Il veut de la vie en grosses coupures Enfant de luxure tout ce qu'il touche brûle. Dans les veines du sang d'apache  Comme si Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.

Parchemin envoyé Lun 11 Sep - 22:52

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 134 hiboux. J’incarne : Lily James , et l’avatar que je porte a été créé par : Perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena et Quintus Je parle en : indianred

Life

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Journaliste investigatrice au Golden Blood J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Ennivrée et aveuglée, je suis mariée à Reed depuis presque dix années.
malle
raise your wand
 



dance with the devil. (ARTTY)
Wish less was going on, Wish I could just throw the ball, And ignore it all.

Betty ne se rappelait plus de la dernière fois où ils s’étaient arrêtés tous les deux pour se dire leur quatre vérités. Depuis trop longtemps maintenant ils vivaient par automatisme. Un bonjour chéri, un baiser avant le départ au boulot. Certes, il y avait toujours eu ces moments où ils se retrouvaient dans leur étreinte, mais ce n’était franchement pas à cause de leurs conversations. Peut-être était-ce ce qu’ils avaient réellement besoin, de pouvoir se laisser aller et de dire ce qu’ils pensaient une fois pour toutes pour passer à la suite. Car oui, peu importait ce qui se produisait dans l’esprit de Betty, jamais elle n’avait pensé que leur relation pouvait se terminer. Elle ne pouvait pas vivre sans Arthur, ça avait toujours été une sensation qui émanait d’elle. Qu’il était sa moitié, dans tous les sens du terme. Rien n’empêchait cependant d’avoir des embuches dans leur couple et à cette heure, ils en vivaient toute une. Comment ferait-elle pour lui pardonner ses erreurs? Et les siennes aussi? Il lui était arrivé de mettre sa vie en danger en tant que journaliste investigatrice. D’autant plus depuis la mort de leur fille, comme si elle s’attachait moins à la réalité qu’auparavant. Elle se demandait si Arthur s’en était rendu compte, ça aussi. Elle le juge. Elle est plus froide que jamais quand elle remet tout sur ses épaules. Comme si elle n’avait absolument rien à blâmer. Le pire, c’était qu’il ne pouvait rien lui cacher. Du moins, elle l’avait toujours cru. Elle aurait pu utiliser ses dons de Legilimens pour découvrir à peu près n’importe quel secret, pourtant elle ne l’avait jamais fait. Même Magnolia avait subi ses essais, il fallait dire que c’était quelque chose d’assez spéciale. Elle s’était toujours jurée de lui faire confiance, voilà pourquoi elle n’avait pas eu besoin de ces dons. Mais cette confiance, qu’était-elle depuis quelques semaines, quelques mois même? Elle ne le savait plus.  

Elle le sentait se rapprocher d’elle, elle pouvait sentir son souffle sur sa nuque et elle se perdit une nouvelle fois à fermer un peu trop longtemps les paupières. Tout chez Arthur la rendait faible, mais longtemps elle avait pensé qu’il en était pourtant le contraire. L’amour n’était pas sensé rendre plus fort? « Je ne veux pas t’analyser comme une patiente. » Qu’il commence, elle joue déjà avec ses doigts, en pressant sur ta paume et en attendant la suite. « Tu n’es pas un cas, tu n’es pas une expérience. » De l’entendre de sa bouche, ça lui faisait une sorte de baume sur le cœur. Là tout de suite. Il avait toujours eu cet effet sur elle, il arrivait à la calmer, elle qui avait un caractère tout feu tout flamme. Il disait vrai, mais la journaliste avait toujours eu du mal à l’accepter. Ne serait-ce pas plus facile s’il arrivait à la déchiffrer? Et elle était la première à ne pas mêler le travail et la vie amoureuse, car elle savait que ça ne faisait pas bon feu. Vraiment, la  brunette semblait bien plus encline à se voiler la face avec ses propres erreurs. « Tu es tellement plus que ça Betty. » Il s’est assis derrière elle, maintenant. Elle se force enfin à observer son reflet, les larmes ont au moins arrêté de couler pour l’instant. « Tu es tout. » Si elle ne s’était pas retenue tout ce temps, elle aurait sans doute écouté son cœur et aurait déjà céder à ses paroles qui la rendait telle une amoureuse transie.

Il ne l’enlace pas et un côté d’elle, égoïste, se demande pourquoi il ne la touche pas. L’un d’eux est bien plus respectueux de l’autre, il l’avait toujours été. « Parles-moi Betty, je t’en supplie. » Elle le ferait, elle tentait juste de trouver par où commencer. C’était difficile quand on décidait d’éclater en un seul coup et c’était bien ce qu’elle faisait. « Mon amour. » Par Merlin qu’elle l’aimait. Au lieu de se retourner, elle décide de continuer de croiser ses prunelles dans le miroir, comme pour se donner cette distance supplémentaire pour ne pas oublier ce qu’elle avait à dire. « Ça. » Elle pointe la marque des Ténébres sur son avant-bras. « C’était la goutte qui a tout fait débordé… La seule chose qui nous restait c’était notre neutralité. Arthur… Je t’ai toujours suivi. Et cette fois-ci, je n’aurais pas dû, mais il est trop tard. Tu ne sais pas à quel point cette marque m’écœure… » Sa mâchoire se serre quand elle se rend compte de ses paroles. Non, elle doit être franche, ne pas oublier ce qu’elle avait fait. « Je… Désolée… Je sais que tu ne m’as pas obligée à rejoindre les mangemorts, tu ne l’aurais jamais fait. Je n’ai pas été en mesure de m’écouter pour une fois. J’ai été aveuglée, mais c’est bien moi qui ait pris la décision finale. » Elle laisse échapper un long soupire. Jamais Arthur ne l’aurait forcé et les paroles qu’il venait de lui dire le démontrait. Elle était tout pour lui, mais l’inverse était tout aussi vrai. Quand il avait choisi qu’il ne serait plus neutre, Betty n’eut d’autre choix que de montrer qu’elle était là pour son mari. Car ils avaient toujours été unis, envers et contre tout. « Parfois, j’ai l’impression qu’on notre amour est tellement fort que ça nous détruit. » Qu’elle termine enfin, mais cette fois-ci les larmes ont repris de plus belle.


Arthur parle en  # 669999
Betty parle en  indianred



 
love makes us blind.
Shape of you☽ We push and pull like a magnet do, Although my heart is falling too, I'm in love with your body.

 

DANCE WITH THE DEVIL ❱ artty [rp express]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» PEKIN EXPRESS 2009
» You're about to board the Sue Sylvester Express ! Destination ? HORROR ▬ Full
» Inscriptions Express 68 : Fairy Tail
» Partie 68 Express

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Habitations-