indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
A million eyes - ft Artemisia

()
Parchemin envoyé Jeu 22 Juin 2017 - 22:22

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 128 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : tearsflight . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il pouvait être stupide parfois, et cette inconscience qui le caractérisait si bien n'était plus un secret pour personne. Toutefois, il n'avait jamais été idiot au point de s'attaquer aux Black de front ; généralement, il savait se faire plus sournois, à leur image, et piller leurs réserves sans être vu pour saper leur économie et leur main mise presque exclusive sur quasiment tout. Quand ses parents étaient morts, les Black avaient été les premiers, infâmes charognards, à venir réclamer le peu qui leur appartenait encore, à saisir leurs biens en les prétextant comme traîtres à leur sang, juste parce qu'ils ne suivaient pas les mêmes principes abrutis que les leurs. Il n'avait eu de cesse, depuis, de se venger, même si c'était idiot et que ses parents n'auraient sans doute pas cautionné sa petite vendetta, il s'en moquait bien. Il avait besoin de ça, de voir la mine déconfite des Black quand il s'en prendrait à ce qui importait pour eux, quand il saurait leur rendre la monnaie de leur pièce. Et Merlin savait qu'Alexander avait toujours bien su compter et qu'il leur rendrait tout, jusqu'à la moindre mornille, augmenté des intérêts. Alors, oui, il n'avait jamais été assez kamikaze pour foncer droit dans la gueule du loup mais il avait vu une occasion et il l'avait saisie, sans réfléchir, comme souvent... Ca faisait de lui un brave, doublé d'un sombre crétin, mais il n'avait pas pu s'en empêcher. Une porte ouverte laissée pendant le va-et-vient incessant des livraisons au cercle de jeu alors que, lui, perché sur un toit, était en surveillance pour son propre compte, et il en avait profité pour se faufiler à l'intérieur, certain que l'opportunité ne se représenterait jamais. Il ne sait même pas pourquoi il a fait ça, à la réflexion, mais sur le moment, l'idée lui avait paru excellente. Maintenant, coincé dans la réserve derrière une pile de cartons d'alcool, il se demande ce qui a bien pu lui passer par la tête mais il est hors de question d'abandonner et de fuir ; il avait pris l'habitude d'aller jusqu'au bout des choses, depuis le temps. Il attend que tout redevienne silencieux, signe que les livreurs ont cessé leur office et, finalement, il se glisse hors de la réserve, telle une ombre muette, pénétrant dans le saint des saints. Le cercle de jeu n'est visiblement pas encore ouvert mais il est sans doute un peu tôt pour ça, qu'il se dit en regardant l'heure. Il n'était jamais rentré ici. Il fallait dire que son visage, placardé un peu partout dans Londres avec une belle somme d'argent en récompense de sa capture, avait une tendance certaine à lui fermer certaines portes. Celles des Black notamment.

Son regard balaye les lieux avec attention, épiant les moindres recoins à la recherche de quelque chose, même s'il ne sait pas très bien quoi, au final. Ses doigts effleurent le comptoir, faisant tomber un verre par terre au passage, lequel se brise en milliers d'éclats sur le sol. Ca n'avait pas été prémédité, au départ, mais, maintenant qu'on y était, il ne pouvait nier que ça faisait un bien fou et que c'était hautement satisfaisant. Pour s'en assurer, il fait basculer une chaise, la réduisant très vite en copeaux de bois d'un coup de baguette magique. Un fin sourire vient naître sur son visage comme la sensation de mettre à sac ce qui appartient aux Black est tellement grisante, tellement jouissive. Bientôt, c'est tout le reste qu'il se met à détruire, lacérant les lambris et les rideaux, faisant exploser les verres et les bouteilles dans une symphonie de bris de cristal. Il ressemble à un chef d'orchestre conduisant une marche particulièrement énergique et, vraiment, il y met tout son cœur, on ne peut pas le lui reprocher. Quand il a suffisamment saccagé les lieux, il est échevelé et le souffle court, pour sûr, mais il se sent foutrement bien. Il se permet même un petit rire de gorge, ravi de son méfait, sautant par dessus le bar pour se saisir de la dernière bouteille qu'il a épargnée, un vieux whisky a en croire l'étiquette, faisant sauter le bouchon pour boire directement au goulot. Que les Black aillent tous se faire foutre...



THE NIGHT IS BLIND
It's so hard to find the way back home ☽ Losing grip, but it's worth the risk to brave the cold. No matter where you go I'll find you. Hold on for your life.

Parchemin envoyé Ven 2 Fév 2018 - 15:19

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 4372 hiboux. J’incarne : Emma Stone , et l’avatar que je porte a été créé par : Thinkky . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alienor Rosier, Irvin Rackharrow, Athelstan Lestrange, Lorelei Zabini Je parle en : #66858D



Je suis âgé de : 29 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : gérante du Cercle de Jeu, en charge des comptes des impôts et je supervise les hommes de main. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis célibataire

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
A million eyes
Avec Alexandre Weasley. Samedi 22 juin 1991 au cercle de jeu, durant l'après-midi.

La soirée de la veille avait été particulièrement juteuse pour les affaires familiales. Artemisia était rentrée tard, ou tôt au vu de l’heure matinale, au manoir Black, mais s’était endormie sereine. Si les choses se passaient si bien, il ne pouvait rien arriver de grave…n’est-ce pas ? Enfin, mis à part sa vie sociale qui foutait le camp. Voilà presque un mois que Desmond lui avait tourné le dos, mais elle ne parvenait pas à tourner la page. Elle savait que cette nuit encore, elle se réveillerait de nombreuses fois dans son lit, en sursaut ou en larme en fonction de ce qu’elle aurait vu dans ses rêves-cauchemars.

L’après-midi commençait son périple et Artemisia Black était toujours au manoir. Elle tentait d’oublier ses rêves troubles en se plongeant dans la lecture d’un roman. Mais c’est son frère qui vint la tirer de son apaisement. Il ne pouvait pas superviser les livraisons qui n’allaient pas tarder et il souhaitait que sa sœur se rende sur place. La rouquine eut beau tenter de négocier en affirmant que les hommes qui s’occupaient de tout ça sur place étaient normalement assez qualifié pour qu’ils n’aient pas à superviser, mais il ne plia pas. Elle finit, à contrecœur, par lui promettre d’y faire un saut avant l’ouverture. A peine Arsenius sortit du petit salon qu’Arte se replongeait dans son roman. Deux bonnes heures étaient passées lorsqu’elle releva la tête et en voyant l’heure avancée, sauta en bas de son fauteuil et se hâta vers la sortie du manoir, prenant soin de vérifier à ne pas croiser son aîné.

Une fois à l’extérieur, elle transplane dans la zone autorisée du chemin de traverse, ressers sa cape autour d’elle et marche tranquillement en direction de l’établissement qu’ils géraient à deux. La rue vivait doucement, au même rythme que depuis quelques années, mais s’était toujours moins vivant qu’avant la purge. En revanche avec les patrouilles un peu moins présentes ici, les sorciers semblaient sortir plus facilement pour faire quelques emplettes. Enfin elle arrive à l’entrée. Elle sort sa baguette et déverrouille la porte principale. Elle ne prenait pas la peine de passer par la petite porte. Après tout, cet établissement était le sien. Elle pénètre dans l’établissement quelque peu sombre et sans allumer les bougies, se dirige vers l’escalier, dans le but de le contourner et d’arriver vers l’arrière ou se trouvaient les stocks. Quelle ne fut pas sa surprise de heurter quelque chose qui manquait la faire tomber. Il ne devait rien avoir ici, l’employé en charge du nettoyage la veille au soir allait avoir les oreilles qui allaient chauffer. D’un mouvement ample de la baguette, elle allume les lampes et quelques bougies disséminées un peu partout autour d’elle. Et là, Artemisia a l’impression de sentir son cœur rater un battement. La partie éclairée est sens dessus-dessous. Comme si une tempête était passée par là. Mais elle voit des choses tranchées. On avait volontairement saccagé la salle. Elle saisit fermement sa baguette et la dirige dans les coins encore sombre afin d’éclairer l’ampleur des dégâts. La salle s’illumine de plus en plus et bientôt il n’y a plus vraiment de coin d’ombre.

Si l’auteur de ce méfait était toujours là, elle devait le coincer. Artemisia avance alors à travers les décombres, essayant de se faire discrète. Ses sens sont aux aguets. Pourquoi ne pouvait-elle avoir appris la legilimencie comme son père ? Elle aurait ainsi pu voir s’il y avait de la vie à proximité sans forcément se mettre en danger. Mais le danger, elle connaissait. Miss faux pas finissait souvent par s’attirer des ennuis. Mais quelque part, elle aimait ça. Elle sentait son cœur battre plus vite, un peu impatient de lui tomber dessus et d’en découdre, alors que la prudence lui aurait dit de prévenir quelqu’un. Elle fait le tour des tables de jeu et s’approche du bar.

Artemisia voit-elle Alexandre ? Oui - Non



Find me
PARTNER
IN THE MIDDLE OF THE CROWD



Black Power:
 

Parchemin envoyé Ven 2 Fév 2018 - 15:19

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 987
avatar
 
Le membre 'Artemisia Black' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
A million eyes - ft Artemisia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» Myst eyes
» [Cinéma] Eyes wide shut
» Beautiful eyes, Beautiful lies... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le chemin de Traverse :: Le Cercle de jeux de la Main Noire-
Sauter vers: