Partagez | 
A million eyes - ft Artemisia

()
Parchemin envoyé Jeu 22 Juin - 22:22

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 51 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : shiya . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-trois ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.
malle
raise your wand
 
Il pouvait être stupide parfois, et cette inconscience qui le caractérisait si bien n'était plus un secret pour personne. Toutefois, il n'avait jamais été idiot au point de s'attaquer aux Black de front ; généralement, il savait se faire plus sournois, à leur image, et piller leurs réserves sans être vu pour saper leur économie et leur main mise presque exclusive sur quasiment tout. Quand ses parents étaient morts, les Black avaient été les premiers, infâmes charognards, à venir réclamer le peu qui leur appartenait encore, à saisir leurs biens en les prétextant comme traîtres à leur sang, juste parce qu'ils ne suivaient pas les mêmes principes abrutis que les leurs. Il n'avait eu de cesse, depuis, de se venger, même si c'était idiot et que ses parents n'auraient sans doute pas cautionné sa petite vendetta, il s'en moquait bien. Il avait besoin de ça, de voir la mine déconfite des Black quand il s'en prendrait à ce qui importait pour eux, quand il saurait leur rendre la monnaie de leur pièce. Et Merlin savait qu'Alexander avait toujours bien su compter et qu'il leur rendrait tout, jusqu'à la moindre mornille, augmenté des intérêts. Alors, oui, il n'avait jamais été assez kamikaze pour foncer droit dans la gueule du loup mais il avait vu une occasion et il l'avait saisie, sans réfléchir, comme souvent... Ca faisait de lui un brave, doublé d'un sombre crétin, mais il n'avait pas pu s'en empêcher. Une porte ouverte laissée pendant le va-et-vient incessant des livraisons au cercle de jeu alors que, lui, perché sur un toit, était en surveillance pour son propre compte, et il en avait profité pour se faufiler à l'intérieur, certain que l'opportunité ne se représenterait jamais. Il ne sait même pas pourquoi il a fait ça, à la réflexion, mais sur le moment, l'idée lui avait paru excellente. Maintenant, coincé dans la réserve derrière une pile de cartons d'alcool, il se demande ce qui a bien pu lui passer par la tête mais il est hors de question d'abandonner et de fuir ; il avait pris l'habitude d'aller jusqu'au bout des choses, depuis le temps. Il attend que tout redevienne silencieux, signe que les livreurs ont cessé leur office et, finalement, il se glisse hors de la réserve, telle une ombre muette, pénétrant dans le saint des saints. Le cercle de jeu n'est visiblement pas encore ouvert mais il est sans doute un peu tôt pour ça, qu'il se dit en regardant l'heure. Il n'était jamais rentré ici. Il fallait dire que son visage, placardé un peu partout dans Londres avec une belle somme d'argent en récompense de sa capture, avait une tendance certaine à lui fermer certaines portes. Celles des Black notamment.

Son regard balaye les lieux avec attention, épiant les moindres recoins à la recherche de quelque chose, même s'il ne sait pas très bien quoi, au final. Ses doigts effleurent le comptoir, faisant tomber un verre par terre au passage, lequel se brise en milliers d'éclats sur le sol. Ca n'avait pas été prémédité, au départ, mais, maintenant qu'on y était, il ne pouvait nier que ça faisait un bien fou et que c'était hautement satisfaisant. Pour s'en assurer, il fait basculer une chaise, la réduisant très vite en copeaux de bois d'un coup de baguette magique. Un fin sourire vient naître sur son visage comme la sensation de mettre à sac ce qui appartient aux Black est tellement grisante, tellement jouissive. Bientôt, c'est tout le reste qu'il se met à détruire, lacérant les lambris et les rideaux, faisant exploser les verres et les bouteilles dans une symphonie de bris de cristal. Il ressemble à un chef d'orchestre conduisant une marche particulièrement énergique et, vraiment, il y met tout son cœur, on ne peut pas le lui reprocher. Quand il a suffisamment saccagé les lieux, il est échevelé et le souffle court, pour sûr, mais il se sent foutrement bien. Il se permet même un petit rire de gorge, ravi de son méfait, sautant par dessus le bar pour se saisir de la dernière bouteille qu'il a épargnée, un vieux whisky a en croire l'étiquette, faisant sauter le bouchon pour boire directement au goulot. Que les Black aillent tous se faire foutre...



A MILLION ON MY SOUL.
I go build an army on my own. They put a bounty in my soul ☽ They wanna take me down, wanna see me crawl. I gotta be a man, I gotta find him now.

 

A million eyes - ft Artemisia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» Myst eyes
» [Cinéma] Eyes wide shut
» Beautiful eyes, Beautiful lies... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le chemin de Traverse :: Le Cercle de jeux de la Main Noire-