Partagez | 
 
-[ALLEMAGNE] Love will lead us all to smithereens ⚔ Alaric-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 24/01/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 43 hiboux. J’incarne : Kathryn Winnick , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Fassylover, Kettricken. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Valeryan Je parle en : #C97651



Je suis âgé de : 35 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : retenue par les mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je ne porte pas sa marque mais je compte m'enrôler dans ses rangs. Côté cœur, : célibataire Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: [ALLEMAGNE] Love will lead us all to smithereens ⚔ Alaric   Mer 14 Juin - 23:23



7 Avril 1991

Les paupières se soulèvent avec précaution. Autour d'elle, il n'y a qu'une obscurité épaisse ; ses sens s'éveillent doucement, d'abord elle se souvient des douleurs qui hantent sa carcasse, puis l'odeur d'humidité la frappe et enfin, le silence et le sol dur sous son corps lui rappellent brutalement sa situation. Elle se lève d'un bond, marchant sur l'ourlet de sa robe qui s'arrache dans un craquement. Cette foutue robe, qu'elle porte encore depuis le jour où tout a tourné au cauchemars. La blonde tangue. Elle se retient au mur de pierre froide, un frisson d'horreur la parcourant. Depuis combien est-elle ici ? La faim qui lui dévore les entrailles répond à sa question, et c'est en avalant sa salive qu'elle réalise à quel point sa gorge est sèche. Des images lui reviennent, pourtant elle lutte pour les ignorer ; ce n'est pas le moment de perdre ses moyens, pas quand sa vie est sur le fil du rasoir. Elle ignore si son père et son frère s'en sont sortis, après la trahison des Moody dévoilée. Des années à se cacher, à se faire passer pour de fidèles partisans du gouvernement, pour qu'au final une erreur ridicule fasse tout basculer... Se tenir si près d'Alaric Black. C'en était à pleurer de désespoir, tant la faute était celle d'une amatrice ; la confusion due aux événements du mal l'avaient poussé à baisser sa garde, à être moins prudente, et au final elle estimait presque mériter de se retrouver ici.

Son front s'appuie contre le mur et elle ravale ses larmes. Si elle avait une chance de s'en sortir vivante d'ici, même infime, elle se devait de se tenir prête à la saisir. Malgré la violence avec laquelle on l'avait traîné dans cette pièce, elle n'était pas gravement blessé. En revanche, les entailles datant du bal ont commencé à gonfler douloureusement. Prudence se rallonge sur le sol nu, glisse ses mains sous sa tête et presse les paupières. Si elle peut voler quelques heures de sommeil et ainsi prendre des forces avant que cette porte ne s'ouvre...

16 Mai 1991

Elle n'arrive plus à repousser les pensées malvenues ; celles qui vous font sombrer lentement mais sûrement, qui vous forcent à imaginer le pire. Les corps sans vie de son père et de son frère. La question sans réponse, qui tourne en boucle dans son esprit : l'Ordre tenterait-il de la sortir de là, quand ils la voyaient comme une traîtresse depuis dix ans ? Et puis, la crainte et le courage qui se battent dans une valse incessante. S'ils la torturaient pour avoir des informations sur les phénix, au moins les mangemorts n'obtiendraient rien d'utile. Pour autant, elle ne peut s'empêcher d'anticiper la souffrance ; si elle l'a souvent infligé, bien que de mauvais cœur, elle ne l'a en revanche que peu connu. S'écroulerait-elle telle une faible âme, ou parviendrait-elle à s'accrocher à sa dignité jusqu'au bout ? Si elle est certaine de vouloir mener ce combat, elle a en revanche du mal à lui donner du sens. Même si elle survivait, même si elle sortait d'ici sans que son corps ni son esprit ne soient altérés, que ferait-elle alors ? Un camp comme l'autre la détesteraient, et elle aurait sûrement tout perdu - sauf peut-être Ambre, qui aux dernières nouvelles était encore en vie, œuvrant pour l'Ordre dans l'ombre. Mais elle se doutait que son ancien amour la haïssait désormais, pour son allégeance aux mages noirs et pour la mort de Lothair. À cette idée, elle se recroqueville d'autant plus sur le sol de la pièce. Elle ne sait pas même où se trouve cet endroit où on la retient. Parfois, la porte s'entrouvre pour laisser passer un plateau de nourriture peu ragoûtante. Le seau dans le coin est vidé tous les jours, mais rien de tout ça ne suffit ; elle ne se sent déjà plus vraiment humaine, traitée comme un animal qu'on garde à peine en vie, qu'on réserve de toute manière à l’abattoir. Au moins, lorsque l'infection s'était assez développée pour que la fièvre se voit, ils avaient pris la peine de la soigner rapidement. Elle n'avait d'ailleurs pas reconnu le visage des hommes qui travaillaient ici.

Quand le battant s'ouvre brutalement, Prudence se lève dans un sursaut. La lumière trop vive lui brûle les yeux, désormais qu'elle est habituée à la pénombre de sa prison. Enfin, elle discerne les traits de celle qui se tient dans l’entrebâillement, et l'espoir ressurgit soudain en elle. « Ambre ! » s'écrie-t-elle. Mais elle aperçoit soudain la baguette appuyée sous la gorge de la brune, qui s’avance en dévisageant Prudence, le regard empli de colère et de peur. « Qu'est-ce que... » Sa voix s'étrangle quand la Moody voit apparaître la silhouette d'Alaric Black derrière celle de son ancienne compagne. « NON ! » crie-t-elle. Elle réalise avec brutalité la situation : cette idiote est venue, sans doute seule, tenter de la libérer... L'envie de se jeter sur l'homme la taraude, mais ce serait signer l'arrêt de mort d'Ambre, alors elle recule pour les laisser entrer, les poings serrés à ses côtés tandis que les premières larmes d'impuissance coulent sur ses joues. « Tu n'aurais pas dû... » Elle ne reconnaît pas sa propre voix, plaintive et désespérée. « LAISSEZ LA ! » Ordre ridicule, qu'elle ne peut retenir ; ses yeux volent de l'un à l'autre, la rage lui montant doucement à la tête. Son légendaire calme s'est envolé, laissant place à une femme au bord du précipice, et prête à tout pour ne pas y entraîner celle qui quelques jours plus tôt n'était encore qu'un fantôme autrefois aimé, désormais horriblement tangible sous ses yeux effarés.





En cette ultime danse où se joue le hasard,
Plus jamais ne serai ta cavalière de bal
C'en est un autre qui, sous mon triste regard,
Te fera parcourir en tournoyant la salle
Robin Hobb
Revenir en haut Aller en bas
 

[ALLEMAGNE] Love will lead us all to smithereens ⚔ Alaric

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Let Love Lead The Way [PV]
» Les "toulousains" et les EC en Allemagne
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Ailleurs-