Partagez | 
 
-Hit the lights, let it blackout. (ALARIC+ASTRA)-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 986 hiboux. J’incarne : Felicity - Perfect - Jones , et l’avatar que je porte a été créé par : un créatueur de Bazzart que je remercie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Skander Lupin, Gideon Peverell & Avia Spudmore Je parle en : #663366



Je suis âgé de : 29 années fanées, autant d'années à se fourvoyer au nom d'une famille qui n'a fait que se servir de moi. Je n'ai jamais été aussi vivante que ces dernières semaines, libérée délivrée. , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : une ancienne mère maquerelle, mais maintenant je travaille comme potionniste "Aux Fleurs de Luz". J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : veuve depuis d'une année, et je ne regrette pas sa mort. Les rumeurs vont de bon train à mon sujet, mais je reste libre et l'amour de ma vie est une petite fille aux grands yeux verts. Champ Libre :






Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Hit the lights, let it blackout. (ALARIC+ASTRA)   Lun 12 Juin - 23:41









Hit the lights, let it blackout.
ALARIC BLACK AND ASTRAEA BLACK

Un magasin mis à sac. Elle était assise sur le sol entrain de ramasser ce qui trainait. Elle aurait pu utiliser sa baguette si elle n’avait été sonnée par ce qui s’était passé. Un sort déjà à l’œuvre ramassait les pots et les fioles cassées. Une odeur d’œuf pourrie, et une fumée violette embaumaient la petite échoppe.  Elle aurait compris que la Main Noire s’en prenne à elle et sa boutique, elle l’aurait pris comme un acte de vengeance de la part des siens, et elle aurait presque trouvé cela « normal ». Mais s’en prendre à elle, parce que justement elle portait ce nom de famille « Black », et qu’elle pouvait payer pour les autres car elle n’était plus sous la protection des siens, elle ne s’y serait pas attendu. Sa famille avait beaucoup d’ennemis, elle s’en rendait maintenant compte. Elle réalisait à quel point ils pouvaient être craints et détestés.  Mais elle n’avait pas les armes nécessaires pour les combattre. Dépourvue et  à la merci des prédateurs telle une biche blessée, c’était ainsi qu’elle se sentait à terre et  blessée. Physiquement elle n’avait rien, seule la boutique avait été passée à tabac, qu’ils essayent de la toucher et elle se défendrait. Hydra était arrivé après que le mal ai été fait, et la vue du serpent avait dégoûté les assaillants et l’idée qu’Astra était fourchelangue avait refait surface. Les fourchelangues inspirait la crainte, c’était bien sa seule chance.

La cloche de la boutique tinte alors. Elle se relève un peu, et d’un geste du poignet, les papiers sur le sol suivent le mouvement sa baguette pour se ranger sur le comptoir. Les gens ne savaient donc pas lire, la pancarte sur la porte indiquant « fermé », elle grommelle presque. « Nous sommes fermés. » Sa voix assez forte et plutôt froide. Elle a été énervée, et ses nerfs sont à vifs depuis que l’attaque a eu lieu. Des heures qu’elle range, et tente de sauver ce qui peut l’être. Des dizaines des commandes fichues, elle leur ferait bien manger quelques gouttes des potions de mort afin d’en terminer, mais elle n’a pas vu le visage de ses assaillants. Hydra pourrait les reconnaitre, la créature n’a pas le même regard qu’elle sur cette espèce.  En se relevant elle repasse avec ses deux mains, les plis de sa robe verte. Et se tourne finalement vers le client qui est entré malgré la pancarte. Elle le fixe, interdite et muette. Lui, ici ? Son père – enfin, son « géniteur » puisqu’elle ne faisait plus partie de la famille, n’est-ce pas comme ça que l’on caractérise quelqu’un qui n’en  rien à faire de vous. « C’est d’autant plus fermé maintenant qu’il s’agit de vous. » La voix est plus que froide.  Elle joue avec le feu, mais à vrai dire elle n’a pas grand-chose à perdre. Pourquoi était-il là ? Pour venir réclamer la taxe en personne ? Pourtant, elle jurerait avoir vu Valeryan s’en acquitter la veille. Peut-être venait-il voir sa fille – non, impossible, Alaric Black ne peut pas « juste venir voir sa fille », car elle n’était plus sa fille, il l’avait dit lui-même. Alors, de quoi Alaric Black avait-il besoin ? Car de toute évidence, il avait besoin de quelque chose.


italique : en fourchelangue.


When everything turns to black

All the rules are changing now You're living in sin Everything around you is caving in All you're holding on to Slipping like water through your hands.
Revenir en haut Aller en bas
 

Hit the lights, let it blackout. (ALARIC+ASTRA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Orks d'Alaric - surtout du Goff
» Version n°13 - Spécial Blackout !
» Ad Astra, Per Aspera
» Recrutement BlacKOuT x)
» Haruto 春人 ♤ Per aspera ad astra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Pré Au Lard-