Partagez | 
[FB] Preying on you tonight - ft Deimos

()
Parchemin envoyé Lun 5 Juin - 17:37

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 55 hiboux. J’incarne : Sam Heughan , et l’avatar que je porte a été créé par : shiya . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Drefer Rackharrow Je parle en : indianred



Je suis âgé de : trente-trois ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, leader de la section d'attaque bêta pour l'Ordre. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : veuf depuis une dizaine d'années.
malle
raise your wand
 
24 juin 1985.

Cela faisait trois longues années que Danaé était morte et si l'anniversaire était des plus tristes, Alexander avait décidé de ne pas se laisser abattre par la fatalité et d'aller boire un verre avec Benedict, son ami de toujours. C'était une guerre et des gens mourraient tous les jours, il fallait s'y faire, aussi dur cela soit-il, c'était que son meilleur ami répétait sans cesse et Alex avait presque fini par le croire. Et malgré tout, là, assis à la Tête de Sanglier, en compagnie du brun, ses lèvres trempant un peu trop dans le whisky pur feu, il avait bien du mal à faire la part des choses... Son épouse lui manquait, son frère cadet aussi et il ne parlait même pas de ses parents, dont les visages hantaient encore ses plus sombres cauchemars. Il lui arrivait encore de se réveiller en hurlant, dans son lit, le front en sueur et le cœur au bord des lèvres, le son de la voix de Deimos Carrow résonnant à ses oreilles. Il se levait généralement d'un bond, baguette en main, cette précieuse baguette qui ne le quittait jamais, même pas dans son sommeil, les sens aux aguets, prêt à se lancer dans la bataille qu'il pensait l'attendre. Mais il était seul et il n'y avait que sa propre paranoïa qui lui répondait, se foutant de lui. « Tu l'auras un jour, Alex... Et ce jour-là, tu pourras lui faire payer tout ce qu'il t'a fait.. » La voix de Benedict le sort de sa torpeur et il relève la tête, le regard un peu vitreux et l'esprit un brin embrumé. Son meilleur ami avait toujours été le plus raisonnable et il le prouvait aujourd'hui encore en demeurant sobre et en prodiguant de bons conseils. Sa phrase tourne et retourne dans la tête du Weasley, faisant son chemin et, finalement, c'est le regard sombre et l'air décidé qu'il claque sa chope sur la table, se relevant brusquement. « T'as raison, Ben ! J'y vais ! » Et il enfile déjà sa cape pour sortir de la Taverne, aussitôt suivi par Benedict, qui n'y comprend plus rien. « Alex ! Alex ! Je ne voulais pas dire maintenant ! ALEX ! » Mais le Weasley ne l'écoute pas et s'enfonce déjà dans la nuit noire avec une seule idée en tête ; venger les siens. Pour cela, il lui fallait la tête de Deimos Carrow et, lui qui n'avait jamais été particulièrement vindicatif, il pouvait faire une exception, dans ce cas bien particulier. Derrière lui, Benedict trottine, cherchant à le raisonner. « T'es pas dans ton état normal, Alex, c'est pas une bonne idée... » Mais le rouquin s'apprête déjà à transplaner et, mû par son inquiétude et par sa loyauté, son meilleur ami s'accroche à lui, se laissant entrainer à sa suite. Benedict avait beau être en désaccord avec lui, il n'était pas le genre de type qui abandonne son meilleur ami, même quand il est assez stupide pour se lancer dans une mission suicide.

Alexander n'avait pas eu besoin de chercher bien longtemps pour retrouver la demeure de Deimos. Après tout, il y était déjà venu, et il en avait conservé quelques souvenirs cuisants qui se rappelaient encore à lui quand il dormait. N'importe qui aurait pu dire, en voyant le manoir s'élever, que tout cela était une mauvaise idée, et Benedict continuait d'ailleurs de le répéter, comme le Weasley avançait vers la bâtisse d'un pas décidé. Pour autant, grisé par l'alcool, la raison anesthésiée par la colère et le chagrin, le rouquin était bien incapable de voir que tout ça n'était que pure folie. Ses poings tambourinent comme un forcené sur la lourde porte de bois, bousculant sans ménagement l'elfe de maison qui leur ouvre et qui leur court derrière en protestant que le maître ne les attend pas. Un peu qu'il ne les attendait pas, c'était là tout l'intérêt de la chose... Il s'enfonce dans les dédales de couloir, pensant naïvement qu'il va pouvoir reconnaître quoi que ce soit, sans réaliser que sa dernière visite n'était pas récente mais, surtout, qu'il n'avait pas été en état de mémoriser quoi que ce soit. Il se retrouve bien vite perdu dans un couloir qui ressemble à s'y méprendre aux précédents et c'est toute sa frustration qui éclate tandis qu'il se met à gueuler. « CARROW ! MONTRE-TOI ! » A ses côtés, Benedict lui souffle qu'il est encore temps de s'en aller mais le Weasley le fait taire d'un regard noir. Il est hors de question qu'il s'en aille sans avoir obtenu réparation pour ses torts et, comme le maître des lieux se fait attendre, il hurle de nouveau. « DEIMOS ! » Il venait juste de déclarer une guerre...



A MILLION ON MY SOUL.
I go build an army on my own. They put a bounty in my soul ☽ They wanna take me down, wanna see me crawl. I gotta be a man, I gotta find him now.

Parchemin envoyé Hier à 23:40

avatar
avatar
profil
Je suis : Sha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/10/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 12 hiboux. J’incarne : Christian Bale , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories Je parle en : #4A5749



Je suis âgé de : 47 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Fournisseur d'Inferi pour le Magistère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Cassiopée Carrow. Hélas.
malle
raise your wand
 
La maison des Carrow est vide et bien silencieuse.
C’est ce qui arrive quand Cassiopée prend les enfants et part chez ses parents pour les visiter. Il faut dire que sa mère est très malade. La vieille Whielmina est sur le déclin – c’est du moins ce qu’entends Cadmos depuis près de cinq ans. Comme il n’a pas l’âme guerrier, il laisse faire, les regarde partir à travers la grande fenêtre du salon. Il a pris comme excuse qu’il avait du travail à régler cette semaine pour ne pas accompagner son épouse. En vérité, il est fâché.
Cela fait un mois qu’il n’a pas réussi à la toucher sans qu’elle ne se transforme en furie entre ses bras. Il sait bien qu’elle ne lui pardonnera pas la Purge et tout le reste, mais il reste frustré. Ça serait plus simple de prendre une maîtresse, mais il n’arrive pas à se résoudre à ça. Si Cadmos a eu quelques aventures dans le passé, ce fut toujours dans le feu de l’action, poussé par l’adrénaline du moment. C’est ainsi qu’il fonctionne, il n’arrive pas à planifier les choses correctement.
Il n’avait d’ailleurs pas prévu ce soir d’avoir de la visite. Instinctivement, il se lève de son fauteuil et lève sa main. Sa baguette est aussitôt attirée à lui et il la sent vibrer au creux de sa paume. Elle réclame son dû ; elle est bien plus affamée qu’il ne le sera jamais. Parfois il se fait la remarque que c’est elle qui le contrôle, elle qui se nourrit du sang qu’ils font couler ensemble. Beaucoup penseront de lui qu’il est fou de croire que sa baguette est dotée d’une âme, mais le Carrow en est presque sûr.
Il n’en parle pas, car comme il l’a bien appris, il y a des choses qu’il faut s’abstenir de dire pour briller en société.
– Maître… Ils sont d-deux…
L’elfe de maison vient d’apparaître au bout du salon. Il est petit et laid, comme tous les autres elfes, mais il est reconnaissable entre tous à la longue cicatrice qui lui barre le visage de gauche à droite. C’en est assez dégoûtant car la cicatrice sépare jusqu’à son nez en deux, laissant apparaître un bout du cartilage de son appendice nasale.
– Alexander ?
– O-oui Maître…
Cadmos se détend légèrement, et tout au bout du salon, l’elfe est certain de le voir sourire en jetant un œil aux flammes de la cheminée qui crépitent.
– Tu peux te ranger, Vily. Je vais me charger de les accueillir personnellement.
L’elfe de maison ne demande pas son reste et il rampe presque jusqu’à une petite trappe dans le mur qui s’enfonce dans les méandres du Manoir de Cadmos Carrow. Cette maison, il l’a demandé sur plan à son frère Aidos. En tant qu’architecte, il lui a suggéré ici et là des aménagements pour que les elfes de maison ne soient pas toujours à la vue de ses invités. Avec du recul, c’était une des rares bonnes idées qu’Aidos avait eu jusqu’à maintenant.

Lentement, Cadmos sort du petit salon qui se trouve au rez-de-chaussée. Comme un serpent qui traînerait un voile de nuit derrière lui, il avance lentement vers ses proies, et c’est assez simple de savoir où ils sont. Alexander est bruyant, maladroit, vindicatif. Comme un animal blessé, il réagit plus qu’il ne réfléchit, et c’est exactement ce qui fait sourire Cadmos.
Quand le Carrow pose un pied dans le couloir, il n’y a que Benedict pour le voir. Il croise d’ailleurs son regard. Alexander ne l’a pas encore vu, car il est engourdi par la haine et la peine. Un subtil mélange qui annihile toute capacité à réfléchir correctement. Cadmos n’a pas ce souci ; il ne haït personne. Il n’a pas non plus de peine.
Sur le moment, son sourire indique d’ailleurs qu’il s’amuse plutôt bien.
– Tu m’as appelé, Weasley ?
Ce qui n’était qu’un petit sourire devient un rictus carnassier qui promet le meilleur du pire. Il avance d’un pas, baguette en avant. On ne saurait le prendre à revers, car il fait face aux deux sorciers. Et dans le Manoir Carrow, impossible de transplaner à moins de passer les nombreux sortilèges qu’il a commandé fut une époque. Impossible également d’en fuir maintenant que le Maître de Maison est réveillé.
– Cela faisait longtemps. Et en plus, tu m'as ramené un cadeau ?
Lentement, le Carrow penche la tête. Son regard brun prend comme une teinte cramoisie, ou peut-être que c’est juste l’imagination de Benedict et le reflet des flammes dans ses yeux chocolat.

Oui, maintenant Benedict en est sûr : c’était une très mauvaise idée.





 

[FB] Preying on you tonight - ft Deimos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (M/LIBRE) JAMIE DORNAN ≈ baby, i'm preying on you tonight.
» Baby I'm preying on you tonight [Flashback 2024 Maundra ♥]
» How do you rate President Obama's speech tonight?
» tonight, we are young [04/04/12 à 14h21]
» In The Air tonight [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Habitations-