Partagez | 
SWEET DISPOSITION ❱ lustein

()
Parchemin envoyé Jeu 25 Mai - 17:27

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 141 hiboux. J’incarne : Lily James , et l’avatar que je porte a été créé par : Perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena et Quintus Je parle en : indianred

Life

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Journaliste investigatrice au Golden Blood J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Ennivrée et aveuglée, je suis mariée à Reed depuis presque dix années.
malle
raise your wand
 
Sweet Disposition
Caïn et Betty

Never too soon, Oh, reckless abandon. Like no one's watching you

16 mai 1991
Il était minuit passé. Cela faisait un nombre impressionnant d’heures d’affilée qu’elle était réveillée. Elle n’avait pas vraiment d’autre choix, qu’on semblait lui dire. Elle était furieuse. Désespérée aussi. On la forçait à effectuer davantage de recherche pour le compte des Mangemorts. Depuis la veille, quand on leur avait annoncé qu’il était possible de ramener le Seigneur des Ténébres à la vie, on l’avait fait rapidement comprendre qu’elle devait mettre son talent d’investigatrice au profit des porteurs de marques. Elle était en colère puisqu’elle était à veille de trouver des informations capitales sur l’emplacement de sa sœur. Si elle avait été plus rapide, elle aurait pu intercepter le départ de Magnolia de la maison des Nott. Elle en avait d’ailleurs jeté un regard des plus noirs à l’héritier des Nott qui s’était excusé de la situation. Une journée plus tôt et elle aurait pu serrer dans ses bras sa sœur chérie, sous le joug des Nott. Depuis, elle était introuvable. Betty soupçonnait évidemment les gens de l’Ordre de l’avoir rattrapé. Elle ne savait pas vraiment si c’était une bonne chose ou non, après tout, l’ancienne Lupin ne croyait pas que Magnolia serait en sécurité autre que dans son champ de vision. Si elle avait été obligée de porter la marque, cela ne voulait pas non plus dire qu’elle était de leur côté. Ni de celui de l’Ordre. Tout ce qu’elle aurait voulu, la journaliste, c’était la paix. Pouvoir espérer un climat serein pour avoir une nouvelle possibilité de fonder une famille. En adoptant, évidemment. Elle ne passerait jamais une deuxième fois par le mal qu’elle avait eu avec Olivia. Jamais. Qu’on l’empêche de trouver sa sœur était la goutte qui faisait déborder le vase. Elle n’avait pas revu son mari depuis la veille non plus, n’ayant pas rentré à la maison après la rencontre des mangemorts. Ce n’était pas plus pour le punir davantage que pour prouver qu’elle tentait de travailler davantage. Après tout, Arthur connaissait ses intentions de sa femme concernant la marque qu’elle avait « choisi » de porter.

Leur couple n’était pas dans les meilleurs moments, il fallait l’avouer. Bien qu’elle ne puisse passer plus de quarante-huit heures séparées de lui, elle tentait tout de même de faire son indépendante pour les autres heures. C’était difficile de paraitre fort. Continuellement en colère, triste aussi. Elle le cachait trop bien. Comment un psychomage n’arrivait même pas à découvrir le désespoir qui traversait sa propre femme? C’était un autre signe que leur couple n’était pas au plus fort. Elle était épuisée. Sa tête reposait sur son bras qui était étendu sur la table haute du bar où elle venait de passer les trois dernières heures. Des papiers étaient éparpillés sur la table et elle tentait de découvrir davantage d’informations pour son Seigneur. Pathétique, si vous voulez tout savoir. Elle a un mal de tête qui se profile, le peu de lumière du bar la dérange déjà, elle décide donc de ranger ses affaires et de prendre l’air, histoire de clarifier son esprit. Elle titube au moins quatre fois avant de se rendre à la porte de sortie, avalant une grande goulée d’oxygène tout en souriant. Quand elle s’apprête à transplaner, une ruelle attire son attention. Elle est à quelques mètres seulement de l’appartement de Caïn. Une envie soudaine d’une petite visite à son ami est donc évidemment la seule chose qui lui vient à l’esprit. Avec tout l’alcool qu’elle a ingéré, évidemment. Elle a la décence de porter sa baguette à sa bouche pour en modifier l’haleine. Comme si ça pouvait cacher ses futures actions. Ses pas l’amènent jusque profondément dans cette ruelle de Londres et elle entre dans le bâtiment comme si ce dernier lui appartenait. Arrivée à la chambre de Caïn, elle toque trois fois, assez légèrement pour ne pas réveiller tout le corridor. Elle appose son oreille sur la porte et n’entend derrière la porte. Peut-être qu’il était lui aussi parti en mission. Ou bien… Sa main se porta à la poignée qu’elle ouvrit sans mal. Il devait dormir. Elle laisse tomber son sac à l’entrée et se dirige nonchalamment vers la chambre de Caïn. Il dort effectivement à poings fermés. Qu’à cela ne tienne, elle se rapproche de lui et de son index, tripote sa joue doucement, qu’elle ajoute en murmurant à moitié : « Caïn… Tu dors? …» Forcément plus, hmmm?!

Made by Neon Demon




 
love makes us blind.
Shape of you☽ We push and pull like a magnet do, Although my heart is falling too, I'm in love with your body.

Parchemin envoyé Dim 28 Mai - 12:43

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 342 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
round and around we go
Not really sure how to feel about it. Something in the way you move, makes me feel like I can't live without you. It takes me all the way. I want you to stay. ft. BETTY MAGNUS-PARKINSON


Tes doigts glissent sur la marque noire avec lenteur. Cela faisait bien longtemps que tu n’avais plus senti les effets désagréables de cette brûlure. La veille s’était tenue une réunion des plus inattendues, et tu ne sais d’ailleurs quoi en penser, quand bien même tu aies offert tes services, ayant bien insisté auprès de ton cher cousin que s’ils avaient besoin de tes talents, tu n’hésiterais pas à les offrir pour la cause. Pourtant, l’on ne peut pas dire que tu sois spécialement engagé dans la cause mangemort, tu réponds aux ordres tel un bon soldat, tu te rends utiles mais tu ne fais jamais preuve d’initiatives, que cela soit pour cette cause ou même dans ta vie d’ordre général. A force l’on risquerait bien de te prendre pour un asocial en fin de compte. La marque, tu l’as eu car tu t’es engagé sous les bons conseils et la bonne éducation de ton paternel. Tous les Goldstein de cette branche ont pour ainsi dire la marque, tu as bien un doute concernant ta cadette toutefois mais tu n’iras pas vérifier. A peine l’aurore pointait le bout de son nez que tu étais déjà dehors au petit matin pour te rendre au Ministère. Tu n’as pour ainsi dire fait que de la paperasse toute la sainte journée et tu n’étais pas mécontent de rentrer chez toi afin de te poser un peu. Tu as revu tes plannings et tes cartes, prêt à en découdre avec toutes sortes de créatures différentes. A dire vrai, tu étais sur la piste d’une créature rare à la demande de ta tante, une que tu cherches depuis un moment mais sur laquelle tu n’es pas encore tombée. Oh, elle aurait de quoi patienter avec le demiguise que tu avais laissé sur le pas de sa porte la veille, mais il te faudrait continuer tes recherches. Sans parler des diverses demandes que tu pouvais avoir à droite et à gauche concernant des venins ou autres peaux de bestioles que tu considères toutes plus horribles les unes que les autres.

C’est en t’endormant sur tes cartes quelques heures plus tard que tu as compris qu’il faudrait que tu songes à aller te coucher, l’on ne pouvait pas dire que tu avais énormément dormi ces derniers jours. En vitesse tu ranges tout ton bazar d’un coup de baguette magique et tu files t’affaler dans ton lit, suivi de près par Drax qui vient trouver sa place dans l’un des tiroirs de ta commode. Par Merlin, heureusement que tu avais songé à prendre ta douche en rentrant, auquel cas tu aurais été forcé de te caler sous le jet d’eau à moitié endormi, ça n’aurait pas été très folichon. Tu t’endors sans mal, absolument aucun, étalé de tout ton long sur le ventre et recouvert de moitié par les draps. Les heures défilent et tu n’entends pas frapper à ta porte, c’est ton chat qui dresse les oreilles et se dirige à pas de loup dans le couloir de l’entrée. Camouflé dans un coin, il observe Betty rentrer pendant que toi tu dors à poings fermés, imperturbable, rattrapant tes heures de sommeil en retard. A peine la sorcière a-t-elle posé son sac que Drax se précipite pour renifler les odeurs et fouiller littéralement dedans sans faire de bruit (ou presque). Le sommeil lourd, ce n’est que lorsque la jeune femme se met à tripoter ta joue que tu reprends conscience sans toutefois sursauter malgré l’embardée que ton organe vital vient de faire au creux de ta cage thoracique. Tu n’ouvres pas les yeux, surtout en reconnaissant la voix de Betty, tu la reconnaitrais entre mille et à ses mots tu pousses un long soupir par le nez en grognant. « … Plus maintenant. ».

Passant une main dans tes cheveux tu ouvres enfin tes prunelles bicolores pour apercevoir la sorcière et tu te redresses, te mettant assis dans ton lit et constatant qu’en réalité elle a non seulement réussi à pénétrer chez toi, mais en plus elle te découvre à moitié nu dans ton lit. Elle a de la chance que tu ne sois avec personne, mais aussi que tu ne sois tout bonnement pas à poil. « Betty… Tu as un souci ? ». Parce que même si ton ancienne petite amie vient de te réveiller alors que tu dormais vraiment bien à minuit passé, tu restes un ami pour elle et la savoir ici est tout sauf un bon signe, surtout que… Tu renifles le temps d’une seconde ce qui ressemble à de lourdes effluves d’alcool. « Ok. J’en connais une qui a trop bu. ». Ni de une ni de deux, tu t’échappes de tes draps en boxer et files d’ores et déjà dans la cuisine pour aller récupérer un verre d’eau. Aussitôt fait, tu reviens la trouver dans la chambre et le lui tends. « Bois ça, ça devrait te rafraîchir un peu. ». Tu ne peux t’empêcher de t’inquiéter, car la sorcière n’est pas du genre à venir te trouver au beau milieu de la nuit. C’est même pour ainsi dire la première fois qu’elle le fait et ça t’intrigue. Est-ce qu’il y a eu un souci avec son cher mari ? Ou autre chose ? Tu n’en sais rien mais tu espères bientôt le savoir…  





BECAUSE YOU'RE MY HOME
Loving you is something I would never ever regret ☽ and I'd let you have my heart in every single universe we find ourselves in. You are both the reason my heart beats and the reason it breaks.

Parchemin envoyé Jeu 1 Juin - 3:01

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 141 hiboux. J’incarne : Lily James , et l’avatar que je porte a été créé par : Perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena et Quintus Je parle en : indianred

Life

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Journaliste investigatrice au Golden Blood J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Ennivrée et aveuglée, je suis mariée à Reed depuis presque dix années.
malle
raise your wand
 
Sweet Disposition
Caïn et Betty

Never too soon, Oh, reckless abandon. Like no one's watching you

16 mai 1991
Depuis quelques temps, Betty avait la forte impression de devoir sans cesse revêtir le rôle de quelqu’un qu’elle n’était pas vraiment. Depuis la mort de Voldemort, elle s’était vu forcée se faire apposer la marque des ténèbres sur le bras. Signe d’une soumission qu’elle avait accompli quand son mari en avait fait de même. Car tous ceux qui connaissaient la Lupin pouvaient reconnaître qu’elle ne se laissait jamais marcher sur les pieds. Elle fonçait, tête haute. En apparence. Car deux plusieurs choses dans sa vie ne s’étaient pas passées comme il devait l’être. La mort de son père, d’abord, qui fit d’elle une lâche au même titre qu’avait pu l’être Arthur. Ils avaient craché sur le nom de ceux qui les avaient aimés pour survivre. Et justement, son sorcier était bien son deuxième point faible. Toujours. L’amour qu’elle portait envers Arthur était aussi fort que le poison le plus mortel. Toxique à bien des points, on avait plutôt l’impression qu’ils vivaient dans un vrai conte de fées, quand on les regardait. Car tous souhaitaient être observés comme ils le faisaient, des heures durant sans se lasser. Hélas, il avait choisi de mettre fin à leur neutralité le soir du Bal et évidemment Betty en avait fait de même. Elle s’était donnée corps et âme à son emploi entre temps, parce que c’était le seul moyen qu’elle avait de rester la tête hors de l’eau. Bien étrange qu’une femme ayant craché sur la mémoire de son père mettait sa vie en danger dans des investigations les plus dangereuses pour le compte du Golden Blood, non? N’avait-ce pas toujours été un moyen pour la belle de se sentir encore vivante, surtout encore le maître de son avenir? C’était du moins ce que son psychomage de mari avait soufflé à la blague un soir, en compagnie de sa famille.

Depuis hier, elle devait faire croire encore à tous les mangemorts de la Grande-Bretagne qu’elle travaillait dur pour trouver des réponses sur le Seigneur des Ténébres. Et au lieu de rentrer à la maison, la proximité d’une autre personne s’était fait rapidement ressentir lorsqu’elle avait quitté le bar où elle avait passé la soirée. Un très bon ami. Un vieil amant, même. Le premier, pour être exact. Si les astres en avaient souhaité autrement, qu’ils avaient décidé de les faire naître la même année, peut-être seraient-ils encore ensemble aujourd’hui. Au lieu de cela, quand Betty quitta Poudlard, ils décidèrent de mettre leur relation en pause. Un arrêt qui dura bien plus longtemps que prévu, pour ne jamais reprendre. Depuis, ils étaient amis, simplement. Aussi facilement que pouvait être une amitié entre un homme et une femme, bien entendu. Elle n’est pas gênée, la sorcière. Après tout, n’était-ce pas ce qui faisait d’elle une journaliste hors pair? Mais tout de même, de la voir ainsi dans le lit de Caïn, à une heure aussi tardive… Ça avait de quoi être alarmant. « … Plus maintenant. » Qu’il répond, en grognant. La surprise qui se lit sur son visage arrive à faire rire la belle blonde qui trouve la situation assez… Comique. Ce n’était pas elle qui était à moitié nu, n’empêche. « Betty… Tu as un souci ? ».  Il a l’air si concerné qu’il arrive à lui faire clouer le bec, à la femme. Sa tête qui se penche d’un côté, comme à l’écoute des paroles qu’il vient de les offrir, sans vraiment les comprendre. Bien sûr, qu’elle en avait un souci. Plusieurs pour être exact, mais en somme, elle était encore en un morceau. Il ne lui laisse même pas le temps de réaction, ni ce répondre à sa précédente question qu’ele peut presque sentir les yeux rouler dans ses orbites. Le jugement. « Ok. J’en connais une qui a trop bu. ». Elle laisse échapper un grognement mécontent quand il quitte la pièce, mais profite du moment pour se laisser tomber tout le long sur le lit de Caïn et d’observer le plafond d’un air songeur. « Bois ça, ça devrait te rafraîchir un peu. » Elle fronce les yeux ainsi que les sourcils, refusant de bouger pour autant et évitant royalement le verre d’eau qui l’appel quand même. « J’ai pas trop bu, déjà. Juste assez. » Elle parle comme une enfant, c’est si ridicule qu’elle s’énerve elle-même. Elle laisse échapper un long râle avant de porter ses mains à son visage. « C’pas censé faire oublier les soucis, hmm? » Sa voix se fait toute petite et une douleur en transparaît aussi. Elle a honte, la sorcière. Mais qu’est-ce qui lui a pris de venir ici et de faire une telle scène? Serait-elle plus près de la folie qu’elle ne le pense? « Tu pourrais prévenir Arthur. Qu’on m’envoie consulter. Non parce que sérieux, pour qu’tu remarques que j’ai des soucis avant lui… Qui devrait avoir un diplôme, hein?! » Ses mots qui dégoulinent de sa bouche comme du venin. C’est affreux, ce qu’elle vient de dire. Quand un haut-le-cœur lui vient, elle ne sait dire si c’est à cause de l’alcool ou bien de la méchanceté de ses propos. Elle consent donc rapidement à tendre le bras et s’emparer du verre d’eau en le calant d’un trait et si elle pouvait s’étouffer avec, ça serait bien.

Made by Neon Demon



 
love makes us blind.
Shape of you☽ We push and pull like a magnet do, Although my heart is falling too, I'm in love with your body.

Parchemin envoyé Jeu 1 Juin - 11:28

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 342 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
round and around we go
Not really sure how to feel about it. Something in the way you move, makes me feel like I can't live without you. It takes me all the way. I want you to stay. ft. BETTY MAGNUS-PARKINSON


Le temps que tu te rendes dans ta cuisine pour aller chercher un verre d’eau, Betty avait pris ses aises, s’allongeant de tout son long sur ton lit encore chaud de ta présence toute récente. Positionné à côté de ton matelas, tu lui tends le verre mais la sorcière n’a pas l’air décidée à accepter de le prendre, t’observant avec les sourcils froncés et la mine boudeuse. Ce n’était certainement pas le moment de s’amuser à jouer au plus têtu, car à ce jeu-là tu pouvais tenir un certain temps et ce n’était certainement pas le fait d’être presque à poil qui allait te perturber le moins du monde. Après tout, votre passif commun fait que tu n’as absolument aucune gêne envers elle. Aucune. Je n’ai pas trop bu, déjà. Juste assez. Tu ne peux t’empêcher d’esquisser un sourire en coin, les cheveux encore ébouriffés et la marque de l’oreiller sûrement encore sur un côté de ton visage. C’est que tu dormais vraiment bien pour le coup. « Mille excuses Milady, loin de moi l’idée de sous-entendre que vous êtes passée du côté des ivrognes. ». Au fond, ça te fait un peu sourire, ayant toi-même trouvé la réponse à ta première question. Elle n’avait rien, aucune blessure sur elle, elle était juste un peu saoule. Oui, tu ne l’avoueras pas devant elle mais sur le moment, comme ses visites se font tout de même rares, tu n’as pu t’empêcher de penser qu’il lui était arrivé malheur, et ça t’a inquiété. Lorsqu’elle se met à grogner et parle de soucis, tu comprends davantage de quoi il s’agit. Elle voulait oublier ses problèmes, ça arrive à tout le monde, ça t’est arrivé à toi aussi, quelques fois. « Si tu ne les as pas oubliés, c’est que tu n’as pas bu assez, en effet. ». Taquinerie plus qu’autre chose, tu n’es pas là pour la pousser à boire au point d’en vomir, loin de là.

Toujours positionné à côté de ton propre lit, bras tendu vers elle, tu commences doucement à perdre patience mais demeures immobile, encore plus en entendant ses paroles qui te font froncer les sourcils. Aurait-elle un problème avec son très cher mari ? Pendant un instant, tu te mures dans le silence, ne cessant de la regarder. Elle a les traits tirés, c’est vrai, et tu as la nette impression que tout un monde s’est construit entre vous et vos jeunes années d’insouciances. Tu as beau la connaître, elle et son caractère, à l’heure d’aujourd’hui tu ne connais pas assez sa vie pour savoir quel est le véritable problème, et ça t’ennuie un peu. Elle attrape enfin le fameux verre que tu lui tends depuis cinq bonnes minutes et étant donné la vitesse à laquelle elle le descend tu ne peux t’empêcher de rouler des yeux. « Il ne va pas disparaître Betty. Vas-y doucement. » que tu lâches dans un grondement, l’air de mauvais poil, avant de t’asseoir sur le bord du lit et de la forcer à prendre son temps en faisant contrepoids de tes doigts sur le verre. « Je ferais un très mauvais psychomage, tu sais. ». Tu n’avais clairement pas la patience pour ça. « Je suis même persuadé que mes propres patients me trouveraient des tares alors… Je pense qu’Arthur peut garder son précieux diplôme. ». Tu ne connais pas son mari, ne l’as pour ainsi dire qu’aperçu quelques fois mais n’a jamais vraiment eu l’occasion de lui parler puisque tu n’avais pas été invité au mariage. Tu n’es même pas certain qu’il connaisse jusqu’à ton existence et ce que tu as pu être un jour aux yeux de sa femme.

Tu récupères le verre entre tes doigts et viens le déposer sur la table de chevet. La sorcière étant toujours allongée sur ton lit, tu te dis qu’il n’y a pas de raison, car toi, bien que tu ne dormes plus, tu restes fatigué. Lentement tu te lèves, contournes donc le fameux matelas et viens t’allonger de l’autre côté. « Et si tu me disais plutôt ce qui te tracasse au juste ? Ce qui justifie que tu ne veuilles oublier que par le biais de l’alcool. ». A défaut d’être psychomage, tu peux au moins être l’ami que tu es censé être pour elle, de toute évidence tu n’as rien de mieux à faire et tu n’aimes pas la sentir dans un état aussi dépité. Tu veux comprendre ce qu’il ne va pas afin de pouvoir lui apporter un semblant d’aide, quelque chose dont elle pourrait avoir besoin pour se sentir mieux. Tu redeviens donc silencieux, glissant sous les draps car après tout tu es chez toi, et les remontant jusqu’à ta taille. Puis, te tournant de profil, tu te redresses juste assez pour demeurer allonger mais que ta tête puisse reposer dans la paume de ta main, coude collé contre le matelas. Tes yeux vairons la sonde sans aucune animosité ou amertume, bien au contraire, Betty restera toujours la première. Tu ignores si, dans des circonstances différentes votre relation aurait continuée d’évoluer. Tu ne peux pas le savoir et ne le pourras jamais. Tu ne lui en veux pas, au fond, de cet éloignement, ne lui en as jamais voulu d’ailleurs, mais tu ne peux nier qu’elle aura toujours une place particulière au fond de ton cœur.

Tu réfléchis pendant de longues secondes, profitant du silence. Tu ne te sens toutefois pas fermer les yeux, et c’est en sentant ta tête commencer à basculer en avant que tu tressailles. « Ok, on va faire un jeu. ». Comme tu n’es pas certain de savoir si elle acceptera de se confier à toi ou non, tu te remets assis dans le lit, en tailleur. « Si je fais un nombre inférieur à toi aux dés, je bois et t’as le droit de me poser une question personnelle. Si c’est l’inverse, tu me révèles un bout de ce qui te tracasse l’esprit. Deal ? ». Pourquoi t’as dit ça ? Caïn. Mais pourquoi t’as dit ça ?





BECAUSE YOU'RE MY HOME
Loving you is something I would never ever regret ☽ and I'd let you have my heart in every single universe we find ourselves in. You are both the reason my heart beats and the reason it breaks.

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 18:20

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 141 hiboux. J’incarne : Lily James , et l’avatar que je porte a été créé par : Perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena et Quintus Je parle en : indianred

Life

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Journaliste investigatrice au Golden Blood J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Ennivrée et aveuglée, je suis mariée à Reed depuis presque dix années.
malle
raise your wand
 
Sweet Disposition
Caïn et Betty

Never too soon, Oh, reckless abandon. Like no one's watching you

16 mai 1991
Il y avait une drôle d’histoire entre Caïn et Betty, une histoire qui était relativement importante. Assez pour qu’elle n’ait parlé de son « ami » que deux ou trois fois à son propre mari. Elle avait longtemps hésité à l’inviter à son mariage d’ailleurs, elle se disait que ça ne pouvait pas être une bonne idée. Ça aurait pu montrer à tous que leur histoire ne comptait plus. Et cela expliquait peut-être pourquoi les invitations ne s’étaient jamais rendues. D’une certaine manière, elle se trouvait injuste de lui rabattre son bonheur au visage. Il y avait donc un mélange de mauvaise et de bonne foi. Tout dépendant du regard qu’on y posait. Cela pouvait également porter à confusion que Betty se retrouve dans son appartement à une heure pas possible, à moitié saoule et surtout très incohérente. Mais jamais il ne lui viendrait dans l’idée de tromper l’homme qu’elle aime. N’était-ce pas qui importait? Ou bien le fait qu’elle avait souhaité oublié ses dits soucis avec ce mari? Allez savoir. Betty avait toujours apprécié Caïn, même quand ils avaient décidé de se séparer lorsqu’elle avait terminé Poudlard. Depuis, il s’était avéré être un ami impressionnant tant par son écoute que par le fait qu’il arrivait à la faire sourire en moins de deux. Sauf ce soir, apparemment. Les problèmes de la belle étaient trop lourds pour qu’il y arrive. Toujours avachi sur son lit, qui était très confortable, soit dit en passant, il continue de la titiller avec sa voix taquine. « Considérant que je bois environ 5% de ta consommation annuelle, c’est pas moi qu’on pourrait qualifier d’ivrogne! » Elle lui répond du tac au tac. Betty ne buvait pas souvent, mais quand elle commençait à boire, elle avait du mal à savoir quand s’arrêter. Surtout dans des cas comme ce soit où elle avait bu dans la simple idée d’oublier le mal qui l’assaillait. « Tu sors ta bouteille alors? » Son cerveau n’avait pas nécessairement compris le sarcasme du blond.

Quand le dégueulis de paroles sort de sa bouche, elle ne peut s’empêcher de prendre le verre d’eau offerte et de le caler d’un trait. Peut-être que ça la calmerait, après tout. Elle n’avait jamais dit de telles choses d’Arthur. Jamais. Elle se demandait si elle les pensait vraiment, elle préférait se dire que c’était à cause de l’alcool. Caïn a la gentillesse de ne pas cracher sur son mari. Voilà un des deux qui était un bon ami, apparemment. Cela a simplement l’effet de la faire encore plus sentir mal. « Ce n’est pas vrai… Tous les gens ont des défauts. » Elle évite d’en rajouter sur Arthur, parce qu’elle sait déjà qu’elle s’est déjà assez mise les pieds dans les plats. Il lui enlève le verre avant de faire le tour du lit et il s’installe à côté d’elle. Betty ne bouge pas d’un poil, elle est plus à l’aise qu’elle ne l’a été depuis un sacré moment, fallait l’avouer. Sa présence lui suffit à la calmer, à se dire que c’est peut-être avec son aide qu’elle pourra oublier ses problèmes. Il lui demande ce qui la tracasse et la blonde tente de mettre en place ses problèmes. Genre de les classer dans sa tête en top 5, non, elle arrivait même à en faire un top 10. Ce qui était franchement peu encourageant. L’alcool l’empêche d’ailleurs de penser à un rythme habituel et elle n’a pas le temps d »ouvrir la bouche qu’elle sent Caïn bouger à ses côtés. Betty décide de faire de même et se met de côté pour pouvoir l’observer. Elle pourrait commencer par le commencement. Ce qui voulait dire lui parler d’Olivia. Du fait qu’elle avait failli mourir. Et que d’une manière ou d’une autre, elle aurait préféré que ce soit elle qui soit enterrée, si ça avait pu permettre à sa fille de survivre. Ou bien que depuis presque un an maintenant, elle se haissait de porter la marque des ténèbres. Encore plus depuis que Voldemort était de nouveau sur le plateau. Et encore, du fait que Magnolia lui manquait tellement qu’elle aurait été prête à égorger quelques sorciers lui bloquant le chemin. Ses pensées qui vont plus lentement que jamais. Si bien que la tête de Caïn finit par retomber. Ses sourcils se froncent. Bon, il n’a plus l’air totalement à l’écoute, à quoi bon ça servirait d’ouvrir sa bouche, maintenant, hein?

Il doit se rendre compte de son impolitesse puisque sa voix se fait aussitôt entendre. Un jeu. Oui, ça a l’effet de raviver l’intérêt de la belle. Quand il lui explique les règles de son dit jeu, là un vrai sourire finit par s’étendre sur ses lèvres. Il aurait attendu deux secondes de plus et elle lui aurait asséné d’une tape pour le réveiller et lui aurait dit chacun de ses soucis. Mais désormais, il lui proposait quelque chose de bien, bien plus intéressant. Elle use de toute la force qui lui reste pour se forcer à s’assoir dans son lit et frappe ses mains deux fois. « DEAL! » Elle cri sans doute un peu trop fort. Trop excitée à l’idée d’en apprendre plus sur Caïn. Juste comme ça. Juste parce que l’alcool est encore beaucoup trop frais pour lui faire penser que c’est sans doute tout sauf une bonne idée. « Et tu prends ce que tu as de plus fort, okaayyyy? » Elle parle de l’alcool, bien entendu. Elle fait comme si elle n’avait pas entendu le râle qui sort de la bouche de son ami avant qu’il ne quitte la chambre quelques autres secondes. Laissant Betty seule avec elle-même. Seule avec la pièce qui tourne encore un peu trop. Signe qu’elle s’était peut-être assise beaucoup trop rapidement finalement. Une fois revenu et installé, ils s’emparent tous les deux des dés. Elle les agite dans sa main et fixe ses prunelles dans celles bicolores de son ami. Elle ne les regarde même pas quand elle les laisse tomber sur le matelas, comme si elle était déjà certaine du résultat.

Est-ce que Betty a un nombre supérieur aux dés que Caïn?

NON!

Made by Neon Demon



 
love makes us blind.
Shape of you☽ We push and pull like a magnet do, Although my heart is falling too, I'm in love with your body.

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 18:20

avatar
avatar
profil
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 914
malle
raise your wand
 
Le membre 'Betty Magnus-Parkinson' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 20:05

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 342 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
round and around we go
Not really sure how to feel about it. Something in the way you move, makes me feel like I can't live without you. It takes me all the way. I want you to stay. ft. BETTY MAGNUS-PARKINSON


A sa remarque sur ta consommation d’alcool, tu restes sans voix et la regardes comme si elle venait de se transformer en hyppogriffe géant juste sous ton nez. « Tout de même, je ne suis pas Irlandais… » que tu t’offusques légèrement en plissant ce fameux nez, sourcils légèrement froncés comme si tu étais vexé. Au fond, tu l’es peut-être un peu mais avec Betty tu n’as jamais su trop longtemps tirer une tronche de quinze culs. Sauf en cas de dispute, car il y en a eu, malgré tout.  A la question qu’elle te pose ensuite, tu ne sembles pas comprendre ce qu’elle te veut. Sortir ta bouteille, tu ne comptes pas boire… Enfin ça, c’est ce que tu disais sur le moment, peu conscient de savoir qu’à peine quelques minutes plus tard tu changerais d’avis. En silence et après lui avoir ramené un verre d’eau qu’elle accepte enfin de te prendre des mains, tu reviens te poser dans ton lit. Pour sûr qu’il est confortable, rares sont les fois où tu dors dedans et tu n’as pas lésiné sur la qualité du matelas. C’est que tu as un chat capricieux. Laissant reposer ta tête dans le creux de ta paume, tu observes celle que tu as un jour aimé, la première pour l’écouter avec la plus délicate des attentions, lui faisant remarquer au passage que tu ferais un très mauvais psychomage. Et pour sûr, tu es bien plus hyperactif que voué à faire un métier de bureau ou figé à écouter des sorciers parler de leurs problèmes. Pourtant, l’écoute n’est pas une qualité qui te fait défaut lorsqu’il s’agit de tes plus proches amis ou parents. Sous tes airs bourrus se cachent en vérité un véritable cœur pour quiconque sait l’approcher et l’apprivoiser. Oui, car il ne faut pas se mentir, tu sais être un odieux connard, tu n’es certainement pas Saint Merlin de la Baguette de Sureau.

Au moment où elle évoque son mari, tu es un peu plus gêné, car tu ne le connais pas et tu ne te permets pas de le juger. Intérieurement, tu es ravi qu’elle ait su trouver une famille et un époux qui l’aime assez pour la chérir. Si elle est heureuse, c’est tout ce qui t’importe, toi-même tu sais trouver ton propre bonheur, tu l’as fait dès l’instant où tu as compris qu’ils ne seraient plus rien d’autres que de simples amis, et tu ne lui en as jamais voulu. Peu conscient du nombre de problèmes qu’elle trimballe avec elle, tu attends patiemment qu’elle se confie, ne sentant pas la fatigue de la nuit te rattraper et forcer ta tête à basculer. C’est juste avant de rencontrer l’oreiller que tu sursautes, jetant un petit regard désolé à Betty. Tu voulais vraiment l’écouter, ce n’était rien d’autre qu’un petit égarement. Conscient que si tu restes ainsi tu vas finir par t’endormir en la prenant dans tes bras, tu te redresses d’un coup brusque et te mets assis en tailleur le temps de lui exposer ton idée. A peine tes paroles s’échappent de tes lèvres que tu penches la tête sur le côté en te demandant sérieusement qu’est-ce qu’il te prend, mais bon, soit… Betty a l’air carrément enchantée et enjouée à l’idée de pouvoir te poser des questions alors tu ne te fais pas prier, bascule en arrière pour mieux t’extirper du lit en une roulade rapide et t’éclipses une nouvelle fois en direction de ton bar personnel. « Je ne suis peut-être pas Irlandais, mais j’en ai le bar. » que tu lâches en esquissant un sourire en coin. La voir bien plus enjouée que précédemment te ravi le cœur et te rassures aussi, même si au moment où elle te demande de prendre la bouteille la plus forte que tu as en stock, tu ne peux t’empêcher de rouler des yeux en ricanant et râlant pour toi-même. Tu sens que ça va mal se terminer.

Faisant un arrêt dans ton salon pour récupérer un jeu de dés, tu reviens te mettre assis dans le lit, bouteille à la main, pas de place pour les verres. Tu as ramené ton whisky le plus fort et le garde entre tes jambes, toi qui viens de te remettre assis dans ta position initiale. « Prête ? ». Tes yeux vairons se posent sur la jeune sorcière et tu secoues les dés dans ta main avant de les lancer. Tu fais un bon score, mais rien n’empêcherait Betty de te battre alors tu attends qu’elle le fasse à son tour. De ses prunelles, elle te fixe sans relâche, les tiennes glissent vers le résultat au moment où les dés s’arrêtent et tu lui rends son sourire. Elle a toujours aimé gagner. Tu le sais.

« Vous avez perdu, ma chère Betty. Vous devez donc me dire un de vos soucis. ».

En silence, tu l’écoutes et ne la juges jamais, pas elle. Tu n’es pas spécialement du genre à juger à moins qu’il ne s’agisse d’un ennemi, mais cela n’empêche pas le fait que Betty tu ne la jugeras jamais. Une fois qu’elle a terminé, tu la laisses relancer les dés et le fais à ton tour.

OUI -
Ton score bat celui de la sorcière.

NON -
Ton score est lamentable, honte sur toi.




BECAUSE YOU'RE MY HOME
Loving you is something I would never ever regret ☽ and I'd let you have my heart in every single universe we find ourselves in. You are both the reason my heart beats and the reason it breaks.

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 20:05

avatar
avatar
profil
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 914
malle
raise your wand
 
Le membre 'Caïn T. Goldstein' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 20:45

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 141 hiboux. J’incarne : Lily James , et l’avatar que je porte a été créé par : Perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena et Quintus Je parle en : indianred

Life

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Journaliste investigatrice au Golden Blood J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Ennivrée et aveuglée, je suis mariée à Reed depuis presque dix années.
malle
raise your wand
 
Sweet Disposition
Caïn et Betty

Never too soon, Oh, reckless abandon. Like no one's watching you

16 mai 1991
Encore une fois, tu avais eu raison de ne pas écouter ta tête. Car là, dans ce lit à minuit passé, quand Caïn se sauve pour aller chercher de l’alcool, tu as l’impression que la soirée n’est pas si pire que ça, finalement. Il était toujours là pour t’aider, peu importait la manière éhontée dont tu avais fait apparition ici, d’ailleurs. Pendant les quelques secondes où il est parti, tu t’adonnes à un match particulièrement enivrant avec le chat du sorcier, Drax. Tu le fixes et évidemment, il te fixe en retour. Cela a pour effet de te calmer davantage, te forçant à te concentrer sur le défi plus qu’autre chose. Tu sursautes presque quand Caïn revient dans la pièce, mais tu lui offres un sourire en apercevant la bouteille qu’il tient à la main. Ce jeu promettait vraiment, car si tu voulais lui raconter tout ce qui te tracassait, mais en retour tu pourrais également lui poser des questions qui te taraudaient l’esprit depuis bien longtemps. Quand tu t’empares des dés la première fois, tu continues de le fixer. Tu es certaine que la chance sera de ton côté. Pourtant, c’est raté! Tu te mords la lèvre inférieure à sa remarque et baisse ton regard pour observer ton maigre score, comparativement au sien. C’est donc à ton tour de commencer, ça ne te déranges pas plus que cela. Du moins, pas pour commencer. « J’sais même par où commencer. » Que tu commences, en laissant échapper un long soupire. « J’étais à deux doigts de mettre la main sur Magnolia. Depuis hier, je suis forcée à détourner toute mon attention au Seigneur des Ténèbres. » C’est maigre. Mais c’est ce que tu trouves à dire pour commencer. Ta sœur te manque atrocement, tu as besoin de la serrer dans tes bras. Elle est la seule autre personne sur cette terre mise à part Arthur que tu pourrais donner ta vie. Tu espérais que tu pourrais trouver le plus rapidement possible des informations sur le Lord, ainsi tu pourrais reprendre tes recherches sur Magnolia. Tu la trouverais ta sœur, tu en étais certaine. Tu décides d’arrêter là pour le moment, si ce jeu continue, il faut bien que tu ais encore des choses à dévoiler! Sans aller trop dans l’intime, bien entendu! Quand vous retirez les deux, tes sourcils se froncent, observant le résultat avec dégoût. Tu relèves tes prunelles suspicieuses vers Caïn et profite de votre proximité pour étendre la main et apposer quelques fois ton index sur son torse encore dénudé, comme pour appuyer tes mots. « T’utilises des dés truqués ou quoi?! » Pas que tu ne souhaitais pas lui en révéler davantage, mais t’aurais au moins espéré que les dés soit en ta faveur une fois sur deux. Tu tasses ta main un peu vers le bas pour lui voler la bouteille de Whisky au passage. « J’avais presque oublié… » Que tu dis en portant la bouteille à tes lèvres pour en boire deux gorgées. « Voilà, deux gorgées. » Peut-être que tu oubliais seulement une partie des règles du jeu, celle qu’il avait décidé où c’était seulement lui qui buvait. Mais ce n’était pas juste, voyons! Tu remets la bouteille là où tu l’as prise et débute ton deuxième monologue. « Tout est à cause de ça! » Que tu lâches, furieuse en lui pointant la marque qui trône sur ton bras, comme celle de Caïn. « Quand Arthur a fait le choix de rejoindre les mangemorts, cela m’a également poussé à quitter le camp de la neutralité. » De telles paroles pouvaient te coûter très cher. Pourtant, c’était comme si elles n’avaient pas vraiment d’importance, comme si tu savais que Caïn n’en ferait pas tout un plat. Ou bien c’est l’alcool qui te laisses penser cela… Tu t’empares à nouveau des dés avant de les lancer : « Je te jures que si je perds encore… »

Est-ce que betty perds encore?
Non!


« Enfin!!! » Que tu lâches, en laissant échapper un léger ricanement. Ton doigt viens se porter à ton menton tandis que tu réfléchis à la première question que tu veux lui poser. Quand celle-ci te viens, un sourire naquois apparaît sur tes lèvres, comme si ce qu'il allait te révéler valait de l'or, comme lorsque tu découvres un scoop pour le golden Blood. « Dis-moi, pourquoi tu n'as jamais été en couple après moi? »
Made by Neon Demon



 
love makes us blind.
Shape of you☽ We push and pull like a magnet do, Although my heart is falling too, I'm in love with your body.

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 20:45

avatar
avatar
profil
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 914
malle
raise your wand
 
Le membre 'Betty Magnus-Parkinson' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 22:08

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 342 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
round and around we go
Not really sure how to feel about it. Something in the way you move, makes me feel like I can't live without you. It takes me all the way. I want you to stay. ft. BETTY MAGNUS-PARKINSON


Drax a terminé de fouiller dans le sac de la sorcière et est venu se poster dans un coin de la chambre, la fixant avec un dédain certain. Ce chat se prend pour le maître du monde, pour ton plus grand damne d’ailleurs. En revenant sur le lit accompagné de la bouteille et des dés, tu ne fais même pas attention à sa présence, préférant largement prendre le temps de t’installer, de glisser la fameuse bouteille de whisky entre tes jambes et d’effectuer ton premier lancé. Tu ne quittes pas des yeux l’air satisfait de Betty sauf pour constater et lui faire remarquer qu’elle a perdue. Ca t’amuse et tu ne peux t’empêcher de ricaner, finalement, tu avais bien besoin d’un peu de légèreté comme celle-là et retrouver un peu de ces moments de complicité a le don d’éclairer ton visage si souvent renfrogné d’ordinaire. Sage, tu l’écoutes attentivement, conscient de ne découvrir qu’une petite parcelle infime de ses problèmes. Elle en garde pour plus tard. Magnolia, sa sœur. Tu n’es pas particulièrement proche des Lupin, c’est même tout le contraire en réalité. Preuve en est, tu auras des ennuis avec deux d’entre eux dans peu de temps, et tu as dû en exécuter d’autres, uniquement à cause de leur lycanthropie. Pour rien d’autre. C’est toutefois un détail que tu ne partageras pas avec ton amie. Il vaut mieux qu’elle ne sache pas toutes les horreurs que tu as pu commise sur toutes ces créatures. Et ce, même si tu n’as jamais menti sur ton aversion pour ces dernières, elle t’a toujours connue comme ça.

Tu sembles comprendre son agacement vis-à-vis de la toute récente mission pour laquelle les mangemorts sont tous conviés à participer. Tu as toi-même proposé tes services à Quintus s’ils ont besoin de tes capacités, tu te doutes bien qu’avec celle de Betty, il n’est pas étonnant qu’elle doive faire ses preuves, quand bien même tu la connaisses. Sans doute un peu trop bien. Ou plus du tout ? A en juger par ses airs enjoués et ses quelques éclats de rire, tu la connais toujours sur le principal, mais pour ce qui est de sa vie, non, tu n’en sais rien si ce n’est qu’elle travaille pour le Golden blood. Tu te fais ce psychomage silencieux que tu ne seras jamais, écoutant attentivement ses mots, constatant dans un deuxième lancé de dés que tu gagnes encore. Un léger sourire en coin étire tes lippes tandis que tu lui souris innocemment. C’est sans prévenir et quand tu ne t’y attends pas qu’elle se penche pour venir poser son index sur ta peau nue, t’arrachant la bouteille coincée entre tes cuisses au passage, t’arrachant un léger réflexe au cas où elle effleurait une partie trop sensible camouflée sous ton boxer. Tu en râlerais presque de surprise mais ne dis rien. « Tu sais bien que je ne suis pas un tricheur ! Vous allez finir par me vexer Betty ! » que tu ironises alors d’un demi sourire en l’observant boire et réalisant soudainement que ce n’était pas ce qui était convenu de base. Fronçant les sourcils tu veux récupérer la bouteille d’un « Hé ! tu étais censée arrêter de boire ! » mais déjà elle vient reposer la bouteille et tu tressailles de nouveau. La mettre là n’était peut-être pas une bonne idée finalement… La sorcière était un peu éméchée, tu crains pour ta virilité. Quand elle désigne la marque noire comme étant l’une des fautives de ses soucis, tu ne peux que pencher la tête sur le côté, comprenant où elle veut en venir. Elle a raison en pensant que tu ne feras pas d’histoire ou même de vague, tu n’es pas un fanatique du Seigneur des Ténèbres, tu fais juste ce qu’on te demande et rien de plus. Rien d’autre. Tu sais au moment où elle le dit que ce n’est pas son choix à elle, qu’elle a été forcée de suivre, comme toi d’une certaine manière. « La neutralité est inexistante avec cette marque, c’est un fait… Est-ce qu’elle nous rend la vie aussi difficile que cela ? Du temps où le Lord était encore de ce monde, probablement, mais à présent ? ». Hormis le fait d’avoir été convoqué la veille à une réunion importante, tu n’es pas certain que cela soit encore une chose difficile à porter. Tu ignores même si Betty l’a depuis suffisamment longtemps pour réellement comprendre le lien particulier qui unit les mangemorts marqués au Seigneur des Ténèbres. Enfin… Unissait.  

A nouveau, elle secoue les dés et tu souris à sa remarque. « Mauvaise joueuse… » que tu lui soufflerais presque à l’oreille à cause de votre proximité et tu regardes son score. Tu imites ensuite son geste et les lance avant de grimacer. Zut. Perdu.  L’expression de joie qui traverse le visage de la sorcière a le don de te faire rire à ton tour tandis que tu t’empares de la bouteille et bois une bonne gorgée, ayant tout de même une plus grande descente que la jeune femme. L’alcool se répand en douce chaleur au fond de ta gorge et tu te rends compte que ce whisky est vraiment fort. Ton visage ne l’exprime pas mais ta gorge, elle, le sent bien. Tu te demandes alors si celle de Betty est d’ores et déjà totalement anesthésiée pour ne pas avoir sourcillé du tout en ayant bu les siennes, de lampées. Son sourire narquois et satisfait, tu le vois et tu plisses les yeux en réponse, tu sais qu’elle va te poser une question à la manière d’une journaliste qui veut tout savoir. Mentalement, tu te gifles d’avoir proposé un tel jeu puis tu soupires discrètement en entendant la question, te permettant même un léger sourire, passant ta langue sur ta lèvres inférieure. Tu prends une deuxième gorgée d’alcool gratuite, afin de pouvoir affronter la question. Il te faut au moins ça. « Si jamais je trouve un article intitulé ma triste vie amoureuse de chasseur de créatures magiques dans le Golden Blood, je te jure que je viendrais te harceler à vie et même dans ton sommeil Betty. ». Tu insistes en pointant un doigt vers elle, mais tu n’as pas l’air contrarié, plutôt joueur en réalité, ou amusé.  

« Parce que je me suis enfermé dans mon boulot pour le Ministère et que ça voulait dire beaucoup de déplacements, parfois même à l’étranger. J’ai eu quelques aventures d’un soir, et j’en ai encore d’ailleurs si tu veux tout savoir, je suis loin d’être triste de ce côté-là… J’imagine que je n’ai simplement aimé qu’une fois. ». Au fond c’est véridique, tu n’aimes personne. Tu n’as aimé qu’elle, ta première, et tu t’en contentes. Tu le vis plutôt bien ce célibat, car tu sais que dès lors que ton père aura choisi une prétendante il voudra te coller avec elle jusqu’au restant de tes jours et ce n’est pas une chose à laquelle tu es prêt. « Je ne suis pas à prendre en pitié, je profite simplement de ce que la vie me donne et c’est très bien comme ça. ». Attrapant les dés, tu les relances, espérant gagner à nouveau.

OUI
Bingo, à son tour de s’expliquer un peu plus.

NON
Bougre de gobelin, tu dois à nouveau picoler et répondre à une question…  




BECAUSE YOU'RE MY HOME
Loving you is something I would never ever regret ☽ and I'd let you have my heart in every single universe we find ourselves in. You are both the reason my heart beats and the reason it breaks.

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 22:08

avatar
avatar
profil
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 914
malle
raise your wand
 
Le membre 'Caïn T. Goldstein' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 23:08

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 141 hiboux. J’incarne : Lily James , et l’avatar que je porte a été créé par : Perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena et Quintus Je parle en : indianred

Life

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Journaliste investigatrice au Golden Blood J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Ennivrée et aveuglée, je suis mariée à Reed depuis presque dix années.
malle
raise your wand
 
Sweet Disposition
Caïn et Betty

Never too soon, Oh, reckless abandon. Like no one's watching you

16 mai 1991

La fatigue, ton ventre qui grondait et l’alcool n’aidaient franchement pas à te donner des idées qui avaient du sens. Ce qui expliquait pourquoi toi, une femme mariée et normalement folle d’amour se retrouvait dans le lit de ton premier petit ami. Sans compter le fait que Caïn n’avait pas profité une fois du fait de ses déplacements pour ajouter un simple t-shirt. Il semblerait que vous étiez tous les deux bien trop sereins (ou saoul) pour vous rendre compte de l’absurdité de la situation. Quand tu perds deux fois aux dés, tu ne peux t’empêcher de t’avancer pour t’emparer de la bouteille d’alcool. Le goût est fort, mais si jouissif que tu en oublies la douleur qui se propage au fond de ta gorge. Sans doute que l’alcool précédemment ingéré t’empêche d’en ressentir davantage les effets. Tu n’avais effectivement pas fait attention à la clause selon laquelle c’était Caïn qui devait boire et pas toi. « Ohhh. Loin de moi l’idée de vous vexer, Monnnnsieur Goldstein. » Tu exagères tes mots, mais conserves toujours ton grand sourire sur son visage. Décidément, il arrive à te calmer, même si tu bous intérieurement pour tous les problèmes qui t’ont poussé à boire. « Ne crée pas de règles sexistes! Si tu bois, alors moi aussi j’dois faire pareil, bon! » Tu boudes à la fin de tes mots. Avant de lui dévoiler le deuxième de tes soucis. Un des plus important d’ailleurs. La marque que tu portes à ton bras était synonyme de désespoir. C’était d’ailleurs l’une des raisons qui expliquaient pourquoi tu en voulais tant à ton mari et qu’il n’en voyait pas la grandeur. Sa dépression, celle que tu éprouvais depuis la mort d’Olivia. Amplifiée par cette marque. Décidément, on se demandait comment ton mari qui était psychomage arrivait à guérir la santé mentale de tant de sorcier, mais n’arrivait pas à voir le mal-être de sa propre femme. Tout ce que tu souhaitais, c’était que la paix revienne et que tu puisses passer à autre chose. Avec Arthur, bien évidemment. Car peu importait comment tu lui en voulais, même si tu ne savais pas non plus la vérité sur la mort d’Olivia, tu ne pouvais faire autrement qu’aimer cet homme. Espérer que vous pourriez adopter même pour fonder la vraie famille que tu souhaitais avoir une fois pour toute. Tu avais eu raison de t’ouvrir à ce sujet, avec Caïn car il ne te jugeait pas. Il n’irait pas donner ton nom aux autres mangemorts, tu lui avais toujours fait confiance. « Tout ce que je veux, c’est qu’on arrête cette guerre qui n’en finit plus. Le Lord va revenir, c’est ça le pire… » Et le pire, c’est que tu y crois vraiment. Depuis la veille, depuis cette fameuse rencontre, tu savais que c’était ce qui finirait par arriver. Il n’y avait aucun doute là-dessus, tu savais quelle était la force de Voldemort et s’il avait laissé des traces pour qu’on le ramène à la vie, ça se ferait. Tu croisais seulement les doigts pour qu’il puisse en finir avec cette guerre, plus tôt que tard.

Tu le préviens de la suite, tu n’accepteras pas une autre défaite et heureusement, les dés sont enfin en ta faveur. Une seule question te vient à l’esprit et vite, mais tu n’y a pas vraiment pensé. Du moins, pas aux conséquences. À sa remarque, tu pouffes de rire. « Oh non, jamais je ne ferai ça! Je garderai tes secrets même dans ma tombe Caïn. Et puis, ça changera. Cette fois c’est toi qui viendras me réveiller! » Vous seriez quittes, il fallait le dire! Décidément, tu résistais peut-être plus à l’alcool que tu le pensais à aligner mots après mots. Ou bien l’alcool te rendait encore plus rapide… Ah ouais, ça devait être ça! Puis, tu attends, toujours contente de ton idée quand tu remarques finalement que l’ambiance change. Un peu. Juste assez pour te faire penser que l’alcool a vraiment eu raison de toi. Trop tard. La réponse du chasseur te donnes d’affreux papillons dans ton ventre. Tu n’avais pas pensé qu’il puisse être…. Aussi expéditif. Mais franchement, à quoi tu t’étais attendu hmmm? Là, qu’il vienne de te dévoiler que tu étais la seule personne qu’il avait aimé… Mais calme-toi! Au moins, ça voulait dire que c’était du passé, non? Tu pourrais le lui demander, juste pour être certaine… Non, mais tais-toi! « Non désolée, tu as raison… » Tu ne sais pas trop quoi dire. Tu ne le prends pas en pitié, loin de là. C’est toi qui sens mal, maintenant. Tu l’observes attraper les dés et fait de même, comme si ça pouvait changer l’atmosphère déjà présent. Tu remarques aussitôt que ;a chance te souris encore, mais franchement tu préférais quand c’était l’inverse. Tu te mords la lèvre inférieure et l’observe prendre sa nouvelle goulée sans broncher. Tu aurais bien besoin d’une autre gorgée toi aussi, comme pour oublier le sentiment qui monte doucement à ta gorge. La culpabilité… « Hummm. J’ai pas… D’idées. » Tes pensées deviennent un peu plus embrouillées, comme si tu te forçais à ne plus y penser. Là, tu ne peux plus te retenir et tu t’empares à nouveau de cette fichu bouteille pour en prendre une autre lampée. Le rouge qui te monte aux joues, comme si la chaleur te prenait soudainement. C’était peut-être la gorgée de trop, finalement. « J’imagine que ça te donne le droit de me poser une question alors, non? » Tu tentes de changer de sujet… ultimement. Sans savoir si ça fonctionnera…

Made by Neon Demon




 
love makes us blind.
Shape of you☽ We push and pull like a magnet do, Although my heart is falling too, I'm in love with your body.

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 23:58

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 342 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
round and around we go
Not really sure how to feel about it. Something in the way you move, makes me feel like I can't live without you. It takes me all the way. I want you to stay. ft. BETTY MAGNUS-PARKINSON


La voir sourire comme elle le fait est un soulagement qui te ravi. A défaut de dormir, les minutes s’enchainent d’une façon bien plus légère que les derniers jours que tu as vécu au centre de Londres. Les mondanités, ce n’est pas pour toi, clairement, mais tu sais profiter des petits instants comme celui-ci lorsqu’ils te sont donnés. Aucune mauvaise idée ne traverse ton esprit et tu ne vois plus en Betty qu’une amie, quand bien même elle demeurera toujours spéciale pour toi, à tes yeux, eux-mêmes, si particuliers pour les autres sorciers. Ne crée pas de règles sexistes… A ces mots, tu pinces les lèvres, juste avant de récupérer un large sourire taquin. Tu l’observes toutefois avec un air un brin contrarié. « Ce n’est pas sexiste, c’est pour éviter que tu tombes inconsciente dans mes bras. ». Car tu sais pertinemment que c’est l’un des effets indésirables que le trop plein d’alcool pourrait avoir sur elle ou même sur n’importe qui d’autre. Tu ignores tout concernant sa fille décédée. En fin de compte, tu n’es même pas certains de savoir qu’elle a déjà eu un enfant, ayant découvert assez tard à propos de son mariage… Tu ne peux donc comprendre qu’à moitié les signes qui la rendaient si maussade et désespérée à son arrivée chez toi. Tiens d’ailleurs… Comment est-ce qu’elle avait réussi à rentrer ? La question traverse un instant ton esprit avant de disparaître sans prévenir, comme elle était venue, laissant place aux paroles de la sorcière vis-à-vis du Lord. Ces dernières t’arrachent d’ailleurs une expression contrariée. « Comment tu peux en être aussi sûre ? Tu as déjà une piste ? ». On ne vous avait même pas encore assignés vos missions respectives, la réunion s’étant déroulée la veille au soir. De ton côté, tu es bien plus pessimiste quant à l’hypothèse où le Seigneur des Ténèbres serait de nouveau parmi vous. Il a beau avoir laissé des traces de lui ou quelque chose du genre… Rien ne vous dit qu’il reviendra tel qu’il était avant d’être assassiné par les Phénix. Tu restes persuadé que cette mort était trop simple, limite un feu d’artifice, ou encore une sorte de test pour s’assurer de la fidélité de ses serviteurs. Tu n’en sais rien, mais toujours est-il que les faits sont là et que… Tu ne sais quoi penser de tout ça.

L’alcool te grise au moment où le liquide ambré glisse dans ta gorge. C’est à ton tour de perdre et de devoir répondre à la fatidique question de ton ex petite amie. Sait-elle seulement que tu n’as de préférence pour aucun des deux sexes ? Hum. Pas sûr. C’est un détail que tu gardes pour toi cependant au moment où tu lui indiques que si jamais tes mots se retrouvent dans le Golden Blood, tu viendras la harceler jusque dans son sommeil en lui faisant faire des cauchemars. Elle rit, à ta remarque, et il est communicatif au point que tu ne te permettes de faire de même, baissant temporairement les yeux sur les dés. « Je ne me permettrai pas… Imagine, je tombe sur ton mari à la place… ». La honte que ce serait. Et puis même, tu respectes bien trop son intimité pour faire ça, avec toi, ça ne te choque pas, tu es célibataire. Un célibataire endurci même, ce que tu lui confirmes en répondant avec sérieux et quasi instantanément à sa question. Tu ne lui caches rien, est même bien honnête. Tu te rends compte que tu n’as jamais aimé après elle, mais non pas à cause d’un quelconque chagrin d’amour, non, simplement car la vie n’a mis personne sur ta route, du moins, pas dans le cadre d’une relation sérieuse à proprement parlé. Tu ne vis majoritairement que pour ton job, et en définitive si tu as été aussi fuyard c’est sûrement pour éviter le mariage forcé qui, tu sais, seras forcément mis sur le tapis tôt ou tard. Betty s’excuse et tu ne comprends pas bien pourquoi, mais décides de ne pas y prêter plus d’attention, ou plutôt tu ne rebondis pas sur ses mots, lançant une nouvelle fois les dés. Tu perds lamentablement pour la seconde fois et t’octroies le droit de boire deux bonnes gorgées. Ca réchauffe ta gorge, t’enivre même un peu déjà mais pas assez pour avoir la tête qui tourne. Pas encore, mais à ce rythme ça ne saurait tarder car tu n’y vas pas de main morte sur la bouteille.

Pendant ce temps, la sorcière réfléchit mais n’a pas d’idée, ce qui te fait sourire. « Tu n’oses plus me poser de question ? » que tu dis pour la titiller un petit peu, plongeant tes prunelles dans les siennes au moment où elle se penche pour te voler la bouteille sans prévenir. Tu tressailles, encore, en viens même à te racler la gorge tandis qu’elle t’accorde son droit à question. Elle rougit à vue d’œil mais tu ne l’aperçois que tardivement, alors que tu réfléchis sagement à ce que tu pourrais bien lui demander. Tu réfléchis d’ailleurs encore lorsque les mots se mettent à t’échapper sans prévenir. Tu penses à voix haute ce que tu aurais voulu garder tout bas. « Tu penses qu’on se serait mariés, si ça avait duré nous deux… Je veux dire ? ». Cette question n’a pas de sens, Betty est mariée avec Arthur et tu n’es pas persuadé d’être véritablement devenu un homme bon à marier, tu n’as strictement rien d’un époux tu es… Egoïste, impulsif et n’a d’yeux que pour la destruction massive de bestioles. Non vraiment, tu n’as rien pour toi en termes de mariage. Tu n’es pas bon à marier. Comprenant que ta question a filé sans prévenir, tu fermes et fronces temporairement les yeux en grimaçant. « Désolé… ». Ceci dit, tu es bien curieux de savoir ce qu’elle a à répondre là-dessus, cela ne quittera de toute manière et de toute évidence, pas ton appartement.

Au diable les dés, tu attrapes la bouteille des mains de Betty et te mets à boire.




BECAUSE YOU'RE MY HOME
Loving you is something I would never ever regret ☽ and I'd let you have my heart in every single universe we find ourselves in. You are both the reason my heart beats and the reason it breaks.

Parchemin envoyé Dim 4 Juin - 0:45

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 141 hiboux. J’incarne : Lily James , et l’avatar que je porte a été créé par : Perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena et Quintus Je parle en : indianred

Life

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Journaliste investigatrice au Golden Blood J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Ennivrée et aveuglée, je suis mariée à Reed depuis presque dix années.
malle
raise your wand
 
Sweet Disposition
Caïn et Betty

Never too soon, Oh, reckless abandon. Like no one's watching you

16 mai 1991

Tu étais fière de pouvoir considérer Caïn comme un ami, car tu savais très bien qu’il n’en avait pas une tonne. Il était ce genre de personne qu’on gagnait à connaître, qui était bien moins bourru et salopard qu’il laissait paraitre à prime abord. Déjà, quand vous étiez à Poudlard, tu n’avais pas écouté ses insultes. Il était déjà beaucoup plus sociable qu’à l’heure actuelle, et tu t’étais rapidement insinuée dans son entourage. Au lieu de finir amis, tu avais été la première à lui dévoiler ton intérêt, à lui « réclâmer » plus et il ne t’avait pas repoussé. Loin de là. Tu étais fière de dire que vous aviez formé un couple qui s’aimait vraiment, même à votre âge. C’est d’ailleurs à cause de cette temporalité que vous aviez décidé de mettre fin à votre relation. Toi qui quittais Poudlard, qui s’ouvrait à d’autres horizons… Pourtant, tu aurais pu l’attendre. C’était ce qui avait toujours été prévu avant que ton voisin finisse par porter sur toi un regard différent. Il existait, entre Arthur et toi une histoire bien plus compliquée qu’elle ne l’avait jamais été avec Caïn. Quand on parlait de différence d’âge… Le fait qu’il ait neuf ans de plus que toi vous avait forcé à attendre, en quelque sorte. À partir du moment où il ne t’avait plus considérée comme une enfant, tout avait changé. Si bien que quand Caïn revint vers toi, il ne te demanda même pas à ce que tu lui reviennes. Comme si, en fin de compte, vous saviez qu’il était déjà bien trop tard. N’empêche, tu gardais pour le blond un profond attachement et c’était bien pour cette raison que tu avais décidé de le garder dans ta vie en tant qu’ami, peu important ce que cela pouvait signifier. Tu pourrais le voir de temps à autre, à ton bon vouloir. C’était tout de même étrange de penser que tu étais venue dans ce studio un nombre incalculable de fois, alors que lui n’avait jamais mis les pieds chez vous. Tu étais plus égoïste que lui, dans votre relation. Ça avait toujours été le cas et c’était encore un miracle pour qu’il ne l’aille pas remarqué auparavant. Quand vous parlez du Lord, l’ambiance est bien différente et tu n’as pas envie de rire. « Oh, mais les pistes sont déjà bien là. Je travaille sans arrêt depuis la réunion d’hier soir. Ils pensent que je saurai trouver des indices encore plus rapidement. » Que tu finis par dire, après tout, c’était bien toi qui avais aidé les autres mangemorts à faire sortir leurs comparses de la prison des moldus. Tes talents d’investigatrices n’étaient pas à oublier et tu devais désormais te consacrer à faire revenir le Lord à la vie, si tu souhaitais retourner à une vie un tant soit peu normale.

Tu étais assez effrontée pour avoir débarqué ici en pleine nuit, pour Caïn c’était plutôt différent. Tu imaginais à peine comment Arthur réagirait si le blond débarquait réellement chez toi. Non pas que ton mari était quelqu’un de jaloux, mais tu doutais que la situation ne soit pas très… commode. Tu lui tends alors la perche, parce que tu ne sais plus quoi lui poser comme question. Tu ne veux pas empirer la situation surtout, et l’alcool qui arrive désormais à te faire oublier petit à petit des autres problèmes. Car c’est ça, tes prunelles qui s’ancrent dans celles bicolores de ton vis-à-vis. Tu avais bien besoin de ce Whisky et Caïn aussi puisqu’il te prend la bouteille. Il semblerait que vus ayez oublié les dés et à vraie dire, tu ne t’en plaignais pas vraiment. Du moins, pas tant que sa question ne parvienne à tes oreilles. Décidément, plus rien d’autre n’existait à cette heure que l’homme qui te faisait face. Il te ramenait durement à la réalité et tu ne pus t’empêcher d’entrouvrir légèrement la bouche. Comme pour former un oups sans le dire pour autant. Caïn se rend compte plus rapidement que toi que sa question est malaisante et il s’excuse, comme si ça ne te laissait pas dans l’obligation de répondre. Tu le vois boire à nouveau une gorgée et ta tête se penche un peu plus sur le côté, un sourire finissant enfin par réapparaitre sur tes lèvres. « Bien sûr que si. » Des paroles qui sortent de ta bouche plus facilement que tu ne l’aurais cru. Si vous n’aviez pas fait la même erreur. Si vous n’aviez pas décidé de prendre une pause, la vie aurait pu être bien différente. Tu as la bouche sèche. Si bien que tu te décides qu’il te faudrait bien une dernière gorgée, tout compte fait. Alors, ta main se tend sans précédent vers la bouteille, mais Caïn a encore assez d’instinct pour la relever derrière lui. L’un est beaucoup plus rapide que l’autre et sans qu’elle ne puisse s’en rendre compte, son corps suit le mouvement qui a porté sa main vers la bouteille et elle son corps heurte celui du blond. Son visage est à quelques millimètres du sien et ses doigts touchent le verre, mais aussi rapidement ses prunelles quittent le Whisky pour se concentrer vers le sorcier.

Made by Neon Demon




 
love makes us blind.
Shape of you☽ We push and pull like a magnet do, Although my heart is falling too, I'm in love with your body.

Parchemin envoyé Dim 4 Juin - 20:24

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 342 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
round and around we go
Not really sure how to feel about it. Something in the way you move, makes me feel like I can't live without you. It takes me all the way. I want you to stay. ft. BETTY MAGNUS-PARKINSON


Tu ne pousses pas le sujet plus loin vis à vis des pistes concernant le Lord. Au fond, tu n’es pas certain de vouloir savoir s’ils sont en réalité bien trop proches de le ramener véritablement à la vie ou non. Tu ne souhaites pas foncièrement y penser, pas maintenant, pas alors que l’alcool coule à flot dans ton système et enivre un peu plus ton corps et ton esprit. Tu te mets donc à penser à autre chose, à te focaliser sur votre jeu de dés, mais tu perds et perds encore à vue d’œil, sauf que contre toute attente Betty te donne l’autorisation de poser une question car elle n’a pas d’idée. Tu ne sais pas vraiment vers où vous allez mais tu réfléchis, prends ton temps, sauf que les mots s’échappent sans que tu ne parviennes à les contrôler, la faute à l’alcool sans doute. Tu sais le tenir, et tu n’as pas bu assez pour être complètement ivre, tu en es simplement au stade où tu commences lentement mais doucement à te détendre. Probablement un peu trop en définitive, car la question fuse à une telle vitesse que tu n’as plus qu’une grimace gênée à lui offrir et une excuse. Tu n’aurais jamais dû demander une chose pareille, même si, intérieurement, tu te l’étais toujours posée, surtout lorsque tu avais découvert pour son mariage bien des mois après. Quand vous vous étiez enfin recroisés.

Elle avait su forcer tes barrières, Betty, et sans mal. Tu ne te souviens pas qu’elle n’ait jamais eu de difficultés à attirer ton attention. Tu as toujours été bourru et renfrogné, mais tu n’avais jamais été entièrement asocial. Ce trait de ta personnalité est venu bien plus tard, avec ton job qui est devenu bien plus qu’une échappatoire. En définitive, ce job est un peu devenu ton amant perpétuel que tu retrouves sans cesse avec délectation et envie. Bien sûr, ce n’est pas le seul loisir de ta vie sinon l’on pourrait bel et bien te prendre en pitié. Tu n’es pas malheureux pour un gallion, juste plus indépendant et solitaire que la majeure partie de la population sorcière. Te retrouver seul avec toi-même ne t’effraie pas le moins du monde, et ça, la blonde qui te fait face l’a entièrement compris, depuis longtemps. C’est probablement ce que tu apprécies chez elle toi aussi, votre histoire n’a jamais été compliquée, bien sûr qu’il y a des disputes dues à votre différence d’âge mais rien de bien alarmant, et tu as toujours su revenir vers elle. Tu es toujours revenu, même quand tu l’as trouvé bien des années plus tard et que tu as compris que vous deux était déjà terminé depuis l’instant où elle a mis un pied hors de Poudlard et que tu étais, toi, condamné à terminer tes études. Tu aurais pu avoir une relation après elle, il est vrai, mais tu n’as pas cherché et cela ne t’est jamais tombé dessus. L’on a commencé à te parler de mariage arrangé et tu as tout fait pour esquiver le sujet. Tu l’esquives encore, raison pour laquelle tu n’es pas marié. Car en fin de compte, tu crois en l’amour, tu veux y croire, tu veux choisir et que personne d’autre ne le fasse pour toi. Sans doute est-ce utopique, mais tu es borné et tu défendras tes valeurs coûte que coûte, comme toujours.

Tu ne t’attends pas à une réponse de la part de la sorcière, t’étant excusé de la manière dont les mots t’ont échappés. Tu penses d’ailleurs qu’elle ne répondra pas mais elle le fait malgré tout, pour ta plus grande surprise et tu ne peux t’empêcher de relever tes prunelles dans les siennes et d’esquisser un fin sourire adorable. Bien sûr que si. Tu sais que tu ne devrais pas mais tu te mets à imaginer ce qu’il aurait pu advenir de vous si vous étiez restés ensembles. Tu serais probablement marié avec elle, donc, à en juger par sa réponse. Serais-tu seulement cet être solitaire que tu es ou, de fait, te serais-tu ouvert au monde ? Ton père aurait-il été contrarié que tu n’épouses Betty ou aurait-il au contraire accordé sa bénédiction ? Tant de possibilités qui en définitive ne se réaliseront jamais. Tes lèvres laissent apparaître un sourire qui ne s’élargit rien qu’à ces pensées, mais bien que l’alcool ait fait son chemin au bout de ta énième gorgée, tu disposes encore de suffisamment de réflexe pour rapidement la dissimuler dans ton dos en la voyant chercher à l’agripper. Elle va trop vite dans ses mouvements, si bien qu’elle te tombe littéralement dessus et ta main libre passe d’instinct dans le creux de son dos pour l’empêcher de se faire mal. Un réflexe idiot étant donné que vous vous trouvez sur un lit, mais toujours est-il que tu l’as eu et que tes doigts ne s’en échappent plus. Ton sourire a disparu sous le joug de la surprise pour ne laisser place qu’à un sérieux inébranlable et deux prunelles bicolores qui se perdent dans les siennes. La proximité est telle que tu sens son souffle venir ricocher contre la peau de ton visage et tu en frissonnes.

« Je croyais qu’on avait dit plus d’alcool… » que tu murmures, laissant ton propre souffle venir effleurer la peau de la sorcière.

Le temps s’arrête, autour de toi, de vous, et tu n’es plus très sûr de ce que tu fais. Jamais tes billes ne la quittent des yeux, tu l’observes en silence comme perdu dans un souvenir trop ancré dans ta chaire. Tu es cet adolescent de Poudlard à nouveau qui la regardait tantôt avec admiration, tantôt avec envie. A cet instant précis, tu ne sais pas duquel des deux il s’agit, mais toujours est-il que tu demeures immobile et que tes lèvres finissent par frôler les siennes. Juste frôler. Tu ne devrais pas. Vous ne devriez pas, mais ton cerveau enivré par le whisky oublie la vérité qui est vôtre. Vous ne serez plus jamais ensemble. Alors pourquoi diable ne cesses-tu pas de la regarder ? Pourquoi diable ta main ne cesse de rester dans son dos ? En silence, tu laisses la bouteille d’alcool s’échapper de tes doigts. Cette dernière vient s’échouer debout par terre, par chance, elle ne se brise pas ni ne se renverse. De toute manière vous en avez bu un bon contenu, surtout toi. Et jamais tes prunelles ne quittent les siennes lorsque tes doigts à nouveau libres viennent épouser la forme de sa joue droite avec une délicatesse infinie.





BECAUSE YOU'RE MY HOME
Loving you is something I would never ever regret ☽ and I'd let you have my heart in every single universe we find ourselves in. You are both the reason my heart beats and the reason it breaks.

Parchemin envoyé Mar 6 Juin - 5:11

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 141 hiboux. J’incarne : Lily James , et l’avatar que je porte a été créé par : Perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena et Quintus Je parle en : indianred

Life

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Journaliste investigatrice au Golden Blood J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Ennivrée et aveuglée, je suis mariée à Reed depuis presque dix années.
malle
raise your wand
 
Sweet Disposition
Caïn et Betty

Never too soon, Oh, reckless abandon. Like no one's watching you

16 mai 1991

Tu répondis avec une telle certitude qu’on n’aurait jamais cru que ton jugement était faussé par l’alcool que tu avais ingéré. En réalité, même sans le Whisky, tu l’aurais pensé sans ménagement. La différence restait dans le fait que tu ne lui aurais sans doute jamais dit. L’erreur restait aussi grave. Aussi marquée. Aussitôt ses mots envolés et tu t’imaginais, on sans mal, en serrant une marmaille avec des cheveux d’un blond presques blancs et un sourire sur le visage de Caïn comme tu n’en aurais rarement vu. Hélas, si cette façon de penser était différente, cela ne voulait pas dire que tu serais forcément plus heureuse. Un mariage pour un autre et qui savait si c’était vraiment toi le problème dans cette histoire d’enfant ou Arthur? Ton ancien amant portait aussi la marque, il avait suivi les mœurs. Peut-être qu’en restant avec Caïn, tu aurais rejoint le camp des mangemorts bien avant l’année dernière. Rien ne pouvait être certain et l’histoire ne pourrait jamais être bâtie avec des Si. Alors, pourquoi lui avoir donné une réponse? Tu en avais besoin, mais ça ne t’aiderais pas à aller mieux. Au contraire. Et c’était bien là le problème, celui que l’alcool tentait tant bien que de mal d’effacer. Ce pourquoi tu te tends vers ta perdition, le liquide ambrée que tu as bien suffisamment ingéré. Parce que déjà, les gorgées que tu as prises depuis quelques minutes embrouillent littéralement tous tes sens. Sauf un, le toucher. Ton corps qui se plaque au sien, tes prunelles qui finissent par lâcher le Whisky et se plantent dans son regard bicolore. Ce même regard qui t’as fait tomber dans ses bras la première fois, il avait toujours été ton point faible. Tu n’arrives plus à bouger, la chaleur de sa peau se rependant déjà même à travers ta robe couleur dorée. Sa voix qui résonne jusque dans le fond de tes tympans, tes paupières qui se referment plus d’une fois comme emprisonné de son souffle qui sens bon le Whisky. « Toi… Pas moi… » Les mots commençaient franchement à te manquer, la pauvre! Tes joues se teintent d’une couleur rosée, mais pas par ta gêne et plutôt par cette proximité qui semblait t’avoir manqué, depuis tout ce temps.

Ce que l’alcool arrive à vous faire tout oublier. Car qui pouvait revenir d’une position aussi fâcheuse? Comment une amitié pouvait rester saine après de tels regards? Peut-être était-il encore temps de t’évader. De mettre cette situation sur le compte de l’alcool et rien d’autre. Et pourquoi, Par Merlin étais-tu incapable de te détacher de lui? On aurait dit qu’on t’avait paralysée. Ou jeter un sort. On ne sait plus trop. Ils t’ensorcèlent, ces deux billes verte et bleue, si bien que tu n’arrives pas à éprouver ne serait-ce qu’aucune once de bon jugement. Quand il se rapproche, la chaleur de son corps descend bien plus bas, tandis qu’un souffle ressemblant plus à un râle s’échappe de tes lèvres. Celles qu’il vient de frôler. Le bruit sec de la bouteille qui tombe au sol ne t’atteins pas, mais la main de Caïn elle, si. Dis-moi que demain, nous aurons même oublié nos propres noms. Tes pensées qui ne sont plus cohérentes et tu n’as même pas à te le dire que tu sais déjà que demain, la seule chose qui te resteras de cette rencontre est un affreux mal de tête. Ce serait tellement plus facile comme ça. Tu pourrais lui demander de te faire envier le temps où vous étiez encore ensemble. De lui faire comprendre qu'il aurait pu se battre pour toi. Qu'il n'aurait jamais dû te laisser partir cette année là. Tu aurais écouté tout ce qu'il t'aurait dit, surtout tu aurais tenté de faire vivre votre couple pendant cette longue année Situ savais que ça pouvait servir à quelque chose. Si ce soir tu oubliais, tu pourrais te laisser aller. Si tu es chanceuse, ce sera pareil pour le sorcier. Tu as tant besoin de cette douceur, de cette attention durant cette soirée merdique que tu en oublies aussi la bague qui trône à ta main gauche. Cette fois, c’est toi qui se rapproche de lui et tu ne fais pas que le frôler, tes lippes s’emparant des siennes en souvenir d’autre fois. Ton corps accolé au tien te facilite la tâche et ta langue se dépêche d’aller quérir la sienne. Il est déjà trop tard quand tes mains viennes se perdre dans son cou et l’autre dans ses cheveux que tu tritures déjà avec envie. À cette heure, tu n’es plus rien. Plus une Magnus-Parkinson. Tu n’es que la Betty Lupin d’autrefois, celle qui arrivait à écouter son cœur et faire ce qu’elle souhaitait, simplement. Sans se prendre la tête, sans penser aux conséquences.

Made by Neon Demon



 
love makes us blind.
Shape of you☽ We push and pull like a magnet do, Although my heart is falling too, I'm in love with your body.

Parchemin envoyé Mer 7 Juin - 20:26

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 342 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
round and around we go
Not really sure how to feel about it. Something in the way you move, makes me feel like I can't live without you. It takes me all the way. I want you to stay. ft. BETTY MAGNUS-PARKINSON


Tu ignores qu’à ses propres mots elle imagine une famille des plus heureuses. Cette image n’est pas parvenue jusqu’à ton esprit, si ce n’est celle d’avoir une potentielle alliance au doigt. Vous pourriez refaire le monde avec des si et malgré les soucis qu’elle semble avoir, tu n’en demeures pas moins certain qu’elle reste heureuse. Bien sûr que la vie a ses lots de malheurs et d’obstacles, mais tu en es quasiment sûr, pour elle, tout s’arrangera. Tu es malheureusement bien loin de tout savoir…

Toi… Pas moi…

La proximité, elle est là, évidente et enivrante, à moins que cela ne soit que le joug des effluves d’alcool qui circulent dans vos veines respectives, après tout, la bouteille est presque vide. Certes, tu n’as pas lésiné sur les goulées avalées. Tes prunelles bicolores se perdent dans celles de la sorcière qui te fait face et dont le visage est bien trop proche. Preuve en est, tu sens son souffle ricocher sur ta peau, ses lèvres frôlant presque les tiennes comme un doux rappel d’autrefois. Nul ne sait pourquoi Merlin ta main se met à épouser la forme de sa joue, ni même pourquoi tu rapproches encore ton corps du sien recouvert de l’habituelle couche de vêtements. Nul ne sait pourquoi Merlin tu ne parviens à détacher ton regard du sien, comme subitement hypnotisé et emmené dans un lointain passé commun. Nul ne le sait, et certainement pas toi le premier concerné. Tu devrais reculer, c’est ce que ton cerveau te hurle. Elle est mariée, et tu n’es pas de ceux qui bouleversent les mariages. Mais d’un autre côté, Betty n’est pas n’importe laquelle. Figé dans le temps, tu hésites longuement, comme pris entre deux feux, celui de la raison et celui de la facilité libérée par le whisky. L’alcool rend toujours les choses plus faciles au début, avant que ne vienne le revers de la médaille et tu ne le sais pourtant que trop bien. Si tu n’abuses pas de la bouteille, il t’est toutefois déjà arrivé de sortir d’une fête trop arrosée. Tu as été jeune, comme tout le monde. Merlin lui, sait que toi et Betty n’avez pas toujours été des enfants de cœur durant le temps de Poudlard. Sûrement toi bien plus qu’elle, notamment à cause de l’appartenance à la maison des Gryffons, mais tout de même.

Le temps s’effrite sous tes doigts et tu ne sais réellement ce que tu es supposé lire dans ses yeux. Le temps s’effrite et tu n’as plus l’occasion de te poser la question car c’est dans un geste soudain magnanime que ses lippes glissent contre les tiennes et s’en emparent, rompant le peu de distance qu’il y avait encore entre vos corps. Tu fonds et tu meurs en même temps sous les assauts de ces souvenirs, du goût de ses lèvres teintées de whisky. Tes doigts dérivent vers l’arrière de sa nuque tandis que la main d’ores et déjà dans son dos n’hésite plus à la coller contre toi. Tu redresses ton dos, venant finalement attraper son visage entre tes deux mains et tes jambes croisées en tailleur s’ouvrent pour mieux encore pouvoir la garder coller. Tes gestes ne sont plus censés le moins du monde, c’est l’alcool qui t’inonde. Ton souffle se meurt avec le sien au moment où ta langue vient finalement répondre à la sienne, ses doigts fins glissant dans tes cheveux et t’arrachant un frisson qui vient parcourir tout le long de ton échine. Les secondes s’égrènent à grande vitesse mais tu ne le vois pas et déjà le baiser que tu prolonges se fait bien plus appuyé, réflexe d’un corps qui meurt d’envie de s’exprimer, comme un vieux réflexe qu’il n’avait eu de cesse de conserver. C’est une habitude déconcertante qui revient au triple galop t’exploser à la tronche. Drax a déserté la chambre en marmonnant probablement entre ses moustaches. Il a filé s’acharner sur ton canapé mais tu l’as complètement oublié. Car subitement tu n’es plus ici et tu n’es plus le chasseur de vingt-six ans. Tu es simplement Caïn. Le Gryffondor qui déteste les créatures et maudit son professeur du même cours. Mais tu es avant tout le tendre qui ne se montre jamais comme tel en public. Celui que tu as toujours été en privé dès lors qu’il a été question d’échanger un baiser.

Tes lèvres ne quittent pas les siennes et tes mains redescendent sur ses épaules, font glisser le haut de la robe avec une infinie lenteur malgré la hâte qui tambourine son cœur. Un peu plus il s’enivre de ce goût d’interdit, ce goût de déjà connu. Ultime déjà vu. La fermeture éclair est bientôt descendue afin de te permettre de mieux dégager la peau de la blonde que tu viens embrasser, dérivant dans son cou pour mieux arriver jusqu’au creux de ses épaules. Paupières closes tu perds tout sens avec la réalité, simplement perdu dans des images et l’expression de tes sens qui s’éveillent, comme décuplés. Effet de l’alcool ou de la superbe dulcinée, à n’en pas douter. Ton esprit te dit que tu dois arrêter. Oui, tu vas arrêter, mais tes lippes ne répondent pas. Elles cherchent, elles attisent, elles embrasent.





BECAUSE YOU'RE MY HOME
Loving you is something I would never ever regret ☽ and I'd let you have my heart in every single universe we find ourselves in. You are both the reason my heart beats and the reason it breaks.

Parchemin envoyé Dim 25 Juin - 17:42

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 141 hiboux. J’incarne : Lily James , et l’avatar que je porte a été créé par : Perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena et Quintus Je parle en : indianred

Life

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Journaliste investigatrice au Golden Blood J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Ennivrée et aveuglée, je suis mariée à Reed depuis presque dix années.
malle
raise your wand
 
Sweet Disposition
Caïn et Betty

Never too soon, Oh, reckless abandon. Like no one's watching you

16 mai 1991

Tu en oublies ton nom. Tu oublies toutes tes convictions les plus solides. Celles du mariage, celle de l’amour que tu portes pour Arthur. L’alcool et la colère te font agir sans penser aux conséquences. La seule chose que tu souhaites, c’est de recevoir l’entière attention de Caïn. Comme il avait pu le faire plus de dix ans auparavant quand vous étiez tous les deux à Poudlard. Il était plus sociable à cette époque-là, voilà pourquoi tu étais si fière de pouvoir le compter encore comme un ami aujourd’hui. Du moins, jusqu’à ce soir. Car ce que vous étiez en train de faire, là, tout de suite, ça ne pouvait que mettre fin à votre amitié. C’était ce que tu n’arrivais pas à penser maintenant, trop enveloppé par les caresses et le Whisky pour avoir les idées claires. Vous aviez beaucoup changé, avec ces années. Tout était plus. Plus mature. Plus intéressant. Plus enivrant aussi. Ses lèvres sur les tiennes qui électrisent ton corps tout entier, dont la chaleur s’élève rapidement au niveau de tes reins. Tu as l’impression qu’il connait chacun de tes points faibles, qu’il t’a étudié malgré les années. Ça où il était simplement plus doué, ce qui était le cas. Ses mains sur tes joues, ses jambes qui s’ouvrent pour que tu puisses encore plus sentir la chaleur de son corps, qui te fait presque haleter avec cette robe tout à fait inutile. Et il n’a pas besoin d’être Légilimens, comme toi, pour arriver à comprendre la suite des choses. Ses mains qui s’accrochent à tes épaules pour t’aider à te débarrasser de ta robe. Tu te retrouves seins nus, ces derniers pointant évidemment vers le blond, comme s’ils connaissaient la suite. Un souffle rauque qui s’échappe de ta bouche quand ses lèvres s’attaquent à ton cou, jusque dans le creux de tes épaules aussi. Tes cheveux qui se jettent en arrière en même temps que ta tête. Tes mains qui continuent de s’affairer dans la chevelure déjà emmêlée du sorcier. Quand tu finis par reporter ton attention sur lui, il lève de temps à autre ses yeux pour te faire comprendre que tu es cette chose qu’il désire le plus, là en cet instant présent. Tes mains qui pressent un peu plus sur sa tête, celle-là même qui te suit et qui s’approprie ta poitrine, l’un de tes endroits le plus érogènes. Déjà à l’époque, Caïn devait bien s’en souvenir. Tu avais toujours été très sensible et il s’y attaque avec une technique plus développée qu’il t’avait déjà fait connaître. « Caïn… » Son prénom qui s’échappe de tes lèvres. Quatre lettres. Un prénom que tu n’as pas soufflé ainsi depuis si longtemps. Le seul qui franchissait ta bouche normalement était celui de ton mari. Ton cœur qui balance d’une drôle de façon. Un mal de tête qui se mêle déjà à ta réalisation. Aussi futile que violente soit-elle. L’alcool n’était pas assez important, finalement. Qu’est-ce qu’il se passe, là? Ton corps à demi dénudé, la bosse qui s’est déjà formée sous le fin boxer du sorcier qui devait t’appeler à poursuivre. Et pourtant, ce n’est pas les prunelles que tu es habituée de croiser habituellement. La tête qui tourne. Ta main qui se porte à celle-ci et tes sourcils qui se froncent. « Cain? » Cette fois, ta voix est dénuée de plaisir, remplie d’incertitudes. Décidément, il y a un truc qui cloche… Comme la fin d’une amitié qui avait perduré.

Made by Neon Demon




 
love makes us blind.
Shape of you☽ We push and pull like a magnet do, Although my heart is falling too, I'm in love with your body.

Parchemin envoyé Mer 28 Juin - 10:18

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 342 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
round and around we go
Not really sure how to feel about it. Something in the way you move, makes me feel like I can't live without you. It takes me all the way. I want you to stay. ft. BETTY MAGNUS-PARKINSON


Ses doigts ne cessent de glisser dans tes cheveux, les ébouriffant sans que cela ne te gêne outre mesure. Vous ne devriez pas faire ça, surtout toi, mais l’alcool enivre, tout comme la chaleur de sa peau et le goût ambré de ses lèvres depuis trop longtemps envolées. Elle était la première, celle qui t’avait rouvert les yeux sur l’amour possible en ce monde, celui-là même dont tu avais oublié toute signification à partir de l’instant où ta mère t’avait quitté toi et les tiens. Figure de l’ombre, image qui danse en perpétuel mouvement et qui échappe. Tu as échappé à bien des cœurs mais c’était finalement Betty qui avait eu raison du tien à l’époque, jusqu’à ce que tout naturellement les choses n’en décident autrement. Et si les sentiments ne sont plus là, si tu es passé à autre chose, tu ne peux nier cet appel subit qui a pris possession de tes tripes. Tu n’as pas initié la manœuvre mais tu ne l’arrêtes pas pour autant, mains dénudant ses épaules et son buste dans un geste presque non oublié malgré le poids des années. Des courbes dessinées au gré de tes doigts qui effleurent, bientôt rejoints par tes lèvres encore chaudes de ce baiser échangé et prolongé par tes bons soins. Elle ne fait rien pour t’arrêter, bien au contraire, et tu te perds un peu plus, tu t’égares en redécouvrant sa peau, tes lippes venant bientôt s’échouer sur les lignes de sa poitrine comme tu avais pu le faire maintes et maintes fois par le passé.

Ton prénom résonne à ses lèvres, au rythme de ses soupirs et de la pression de ses mains sur ta boîte crânienne. Tu frissonnes à chaque seconde et plonges un peu plus, là où toute ta raison te hurle d’arrêter, de stopper net. Ce n’est qu’au moment où le ton de sa voix change, où tu la sens subitement moins réceptive, l’interrogation se lisant dans son intonation que tu parais te reconnecter avec la réalité qui est la vôtre et tu frémis, reculant légèrement pour observer l’expression de son visage. Tu comprends. Tes jambes se décollent d’elle et tu souffles, respiration un tantinet erratique qui avait commencé à se couper au gré de tes baisers. Tu recules en t’aidant de tes mains, tes prunelles bicolores emplies d’excuses et tu t’échappes du lit, te tenant debout juste à côté de celui-ci en balayant tes cheveux en arrière. « Désolé… ». Tu déglutis avant de te tourner vers elle, ta poitrine se levant et s’abaissant sous le joug de ta respiration. « Betty, je voulais pas… » que tu commences sans continuer en passant une main sur ton visage et chancelant légèrement sous l’alcool. Tu as chaud, le désir est toujours là et ton for intérieur implose à l’idée de ne pouvoir aller au bout, mais la raison reprend son dû et ses obligations. Elle est mariée, et toi tu as fait tout ce que tu ne voulais pas faire. Tu n’es pas un briseur de mariage et tu respectes d’ailleurs cette promesse sacrée au fond. Perdu, et gêné, quoi qu’un peu frustré, tu te penches pour récupérer la bouteille de whisky entamée et presque terminée pour aller la vider dans l’évier de la cuisine. Ca te donne une excuse pour t’envoler temporairement de la tension de la pièce. Sur ton passage, tu manques de marcher sur ton chat et l’esquives de justesse en entendant un feulement d’avertissement. Perturbé, respiration encore haletante tu ne peux plus t’arrêter de déglutir, tes yeux vairons se posant partout dans la pièce, doigts occupés à vider le fameux whisky restant dans l’évier pour qu’il y soit perdu à jamais. Ton monde tangue un peu autour de toi et tu comprends que votre petit jeu aurait pu vous être fatal en définitive.

Mains plaquées contre le bord de l’évier, de chaque côté de ce dernier, tu en observes le fond un moment, comme hypnotisé, n’osant pas retourner croiser le regard de la sorcière. Tu t’en veux. Tu trouves néanmoins le courage de faire volte-face au bout de quelques minutes à peine, attrapes un T-shirt au passage que tu avais laissé sur ton fauteuil et l’enfiles sans demander ton reste. Il faudrait bien que tu ailles prendre une douche froide mais pour le moment tu feras comme si tu n’étais pas serré dans ton boxer. Bras croisés pour contrer ta nervosité, tu pénètres à nouveau dans ta propre chambre en espérant qu’elle aura eu le temps de se rhabiller. Tu ne sais pas ce qu’il convient de faire, ton cerveau tente de trouver une solution rationnelle. Tu n’es pas en état de la ramener et elle n’est pas en état de rentrer non plus. Haussant finalement les épaules, tu oses la regarder.

« Je vais dormir dans le salon, avec l’alcool qu’on a ingurgité… C’est plus sage que tu ne repartes que demain matin. ».





BECAUSE YOU'RE MY HOME
Loving you is something I would never ever regret ☽ and I'd let you have my heart in every single universe we find ourselves in. You are both the reason my heart beats and the reason it breaks.

Parchemin envoyé Sam 1 Juil - 19:14

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 141 hiboux. J’incarne : Lily James , et l’avatar que je porte a été créé par : Perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena et Quintus Je parle en : indianred

Life

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Journaliste investigatrice au Golden Blood J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Ennivrée et aveuglée, je suis mariée à Reed depuis presque dix années.
malle
raise your wand
 
Sweet Disposition
Caïn et Betty

Never too soon, Oh, reckless abandon. Like no one's watching you

16 mai 1991

Dans ta vie, tu n’avais crié que deux noms sous le plaisir, ce qui faisait de toi une femme plutôt respectable. Enfin, plus maintenant considérant que tu venais de souffler un autre nom que celui de ton mari. Un nom que tu n’avais pas murmuré ainsi depuis dix ans, c’était presque enivrant de se sentir des années plus jeune. Ça aurait pu être une sacrée belle nuit, vous ne vous en seriez jamais plains. Si tu n’étais pas déjà mariée, si l’alcool avait vraiment eu raison de toi, tu aurais continué de gémir sous ses caresses. Il te manquait, le Caïn de cette époque, tu aurais voulu sentir ses lèvres contre les tiennes des heures durant. Il n’avait rien à voir avec Arthur, mais d’une certaine manière il t’attirait plus en cet instant précis qu’il ne l’avait fait auparavant. Tu ne pouvais pas. Son prénom précédemment prononcé te fit comprendre ce que tu étais en train de faire. L’irréparable. Tu ne te pardonnerais jamais si tu étais allée jusqu’au bout et encore, vous en aviez déjà beaucoup trop fait. Comment pourrais-tu revoir le blond sans avoir d’arrières pensés? Sans te dire que vous étiez à deux doigts de coucher ensemble. Une amitié qui ne pouvait plus jamais être la même. Pour Caïn, peut-être qu’il arriverait à faire comme si de rien était, il avait juste à aborder son masque qu’il avait en compagnie d’inconnus ou d’autres mangemorts. Toi, par contre, ce n’était pas aussi facile. Tu te demandais comment vous pourriez vous en sortir. Comment tu l’annoncerais avec Arthur. Qu’est-ce qui se passerait ensuite. Comme ramené à la réalité, le sorcier se rend compte de votre proximité, du fait que deux amis ne sont pas censés se retrouver à moitié nus l’un contre l’autre. « Désolé… ». Ce n’était pas sa faute. C’était toi qui avais plaqué tes lèvres contre les siennes, toi qui avais commis l’irréparable. Il n’avait pas à s’excuser, l’alcool vous embrouillant tous les deux et l’envie aussi. Car si c’était bien les regrets qui te rongeaient à présent, tu ne pouvais pas effacer complètement l’envie de ton bas ventre. Caïn ne t’avait jamais laissé indifférente, c’était pour cette raison qu’il avait été le premier. « Betty, je voulais pas… » Il divague, car ce n’était pas vrai. Vous l’aviez voulu tous les deux, pendant un moment de faiblesse, voilà tout. Le pauvre, il était la victime là-dedans, c’était toi qui s’étais introduite chez lui à pas d’heure! Il a honte, ça se voit dans ses prunelles et tu voudrais t’excuser, mais tu es encore sous le choc, muette comme une carpe. Tes deux yeux ronds comme des billes l’observent quitter la chambre et tu restes à l’écoute de chacun de tes mouvements quand la culpabilité t’envahit. Tu remontes ta robe pour couvrir ton corps, comme si tu n’étais qu’une vulgaire putain. Et cette honte. Celle qui te rappelle que tu es mariée, que tu as embrassé ce qui était censé être ton ami. Que votre amitié que tu chérissais plus que tout venait d’être annihilée par tes propres faits et gestes. Parce que tu étais faible. Misérable. Dépressive. Le whisky n’aidant pas à ta cause, il ne fait qu’en rajouter une couche, alors les larmes commencent à rouler sur le long de tes joues. Tes épaules qui tressaillent elles aussi. « Je vais dormir dans le salon, avec l’alcool qu’on a ingurgité… C’est plus sage que tu ne repartes que demain matin. ». Tu n’as pas remarqué son retour. Il a parlé si vite que tu te demandes s’il t’a vraiment observé. Un sanglot s’échappe de ta bouche quand enfin tes yeux se lèvent pour rencontrer les siens. « Caïn.. J’ai tout gâché… » Tu as du mal à articuler, tu le vois à peine maintenant que tes pleurs embrouillent ta vision. « Je suis désolée… Je t’en prie, reste avec moi, juste pour cette fois. » Que tu lâches enfin, en ouvrant les bras, espérant qu’il laisse tomber son idée farfelue. Parce que tu sais, se sera la dernière fois que tu pourras le serrer contre toi. Car tu sais que votre amitié ne sera plus. Ce serait trop compliqué pour ça.

Made by Neon Demon




 
love makes us blind.
Shape of you☽ We push and pull like a magnet do, Although my heart is falling too, I'm in love with your body.

Parchemin envoyé Dim 2 Juil - 14:11

avatar
avatar
profil
Je suis : TF , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 10/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 342 hiboux. J’incarne : Dominic Sherwood , et l’avatar que je porte a été créé par : TF & Swanou, les codes signa par Astra . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nate, le Phénix rebelle qui se fait péter la tronche et Eden, le Grimstone russe aux allures de globetrotter Je parle en : #99cccc



Je suis âgé de : 26 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Chasseur de créatures magiques pour le compte du Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : il bat pour ce que la Société jugerait comme inacceptable. Il bat face aux émeraudes, défaille au toucher des mèches sombres et appartient tout entier à un homme. Amour de l'ombre partagé mais gardé secret, j'appartiens corps et âme à celui que tous connaissent sous le nom de Drefer Rackharrow. Champ Libre :
MEMORY IS HEADED FOR DISASTER, HEART IS BEATING SLOW.




PLEASE HEAVEN, TELL ME. WOULD SHE BE PROUD OF ME ?



BECAUSE YOU'RE THE REASON MY HEART BEATS.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
round and around we go
Not really sure how to feel about it. Something in the way you move, makes me feel like I can't live without you. It takes me all the way. I want you to stay. ft. BETTY MAGNUS-PARKINSON


Tu ne voulais pas lui causer du tort, c’est ce que tu souhaitais dire au moment où les mots se sont échappés de tes lippes sans parvenir à aller au bout de la manœuvre. Si elle ne t’avait pas plus ou moins arrêté, tu serais déjà en train de l’enlacer et la serrer contre toi, tu le sais. L’alcool n’aide pas à avoir les idées fixes et posées. Tout semble devenir abordable dès l’instant où tu te sens grisé par les effluves de l’alcool, dès qu’elles deviennent un peu trop fortes au creux de tes veines. C’est ce qu’il s’est passé sur le moment, où tes lèvres se sont retrouvées collées aux siennes. Immédiatement tu t’es senti remonter bien des années en arrière où tout n’était pas simple, mais définitivement plus qu’aujourd’hui, du moins avec elle. Bien que votre échange, aussi court fût-il, ait pu prouver de votre maturité gagnée au fil des années, il n’en demeure pas moins que c’est quelque chose qui ne pourrait exister. Betty est mariée, et c’est une raison suffisante pour que tu ne tentes rien, une raison suffisante qui te fait t’enfuir de sur ton lit en direction de la cuisine, juste après t’être excusé. Le souffle court et perturbé, tu cherches à reprendre contenance, à récupérer ce masque de façade qui est plus facile à porter dans des situations compliquées. Tu es un Goldstein, bien plus habitué à être dans l’ombre que sous le feu des projecteurs, tout ce que tu penses, tu ne le dis pas forcément tout haut. Ca dépend de la personne qui te fait face. Tu es silencieux lors des grandes réunions, en privé, tu l’ouvres un peu plus, bien plus franc et abrupte. Mais avec Betty, à cet instant c’est différent, et tu n’oses rien dire qui puisse la mettre un peu plus dans l’embarras, tu penses à elle bien avant de penser à toi. Toi qui es pourtant l’égoïste de première.

De longues minutes, tu demeures ainsi au-dessus de l’évier de ta cuisine, ayant vidé ce qu’il restait du whisky irlandais, puis, lorsque tu te décides enfin à rebrousser chemin, tu es venu enfiler un T-shirt, camouflant tant bien que mal l’envie qui est toujours là et que tu tentes désespérément d’annihiler sans pouvoir rien y faire. Par Merlin, c’est embarrassant. Les prunelles bicolores brillantes à cause de l’alcool, tu ne vois pas tout de suite le trouble de Betty, lâchant tes paroles dans le but de lui faire comprendre qu’elle peut rester mais que tu dormiras dans le salon. Tu as bien une chambre d’ami étant donné la taille de ton appartement de luxe mais tu ne te sens pas le courage d’aller jusque là-bas, comme si tu craignais qu’elle ne soit prise d’une envie soudaine de s’échapper, or dans son état ce serait se mettre en danger pour rien. Tu ne saurais l’accepter.

En entendant le sanglot, tu te figes instantanément, à quelques pas du lit, occupé à garder les bras croisés pour camoufler ton trouble, tu n’es pas habitué à te montrer sans cette carapace que tu as construite avec les années. Trop longtemps l’on a sous-entendu auprès de toi que laisser parler ses émotions, ce n’était pas être fort. En règle générale, tu chies littéralement sur tout ce que l’on peut te dire de faire qui te contrarie, tu as ta propre façon de penser, mais l’on t’a également façonné d’une certaine manière, et des réflexes ne peuvent être empêchés, comme aujourd’hui. Alors tu camoufles, tu te fermes presque comme une huître dans le but de ne pas souffrir, ou de ne pas faire souffrir l’autre, tu ne sais plus très bien au fond, l’alcool n’aidant pas à ta concentration. Tout ce que tu sais, c’est que la voir dans cet état tu ne le supportes pas. Caïn... J’ai tout gâché… Tu voudrais signer à la négative mais tu es incapable de bouger, rattrapé par ton erreur, car si Betty a entamé la chose, tu n’as rien fait pour la stopper, tu es aussi fautif qu’elle, vous l’êtes tous les deux. Ca te brise le cœur en deux de la voir comme ça mais tu ne sais pas ce que tu es supposé faire. Dormir dans le salon te paraît être la meilleure option étant donné le fait qu’un peu plus tôt tu aurais commis l’irréparable. Je suis désolée… Je t’en prie, reste avec moi, juste pour cette fois. Elle pleure, elle s’en veut, tu le devines, sans doute l’alcool joue-t-il un rôle ou peut-être pas, tu n’en sais rien, tu ne sais plus. Détournant les yeux vers le fameux salon qui est le tien tu hésites, te mords l’intérieur de la joue un instant avant de fermer les yeux et soupirer longuement. Tu espères ne pas faire d’erreur.

« Tu n’as rien gâché du tout Betty… » que tu murmures, sincère, avant de commencer à te rapprocher du lit. Au passage, tu attrapes un pantalon qui traîne par-là, le genre de pantalon que tu enfiles uniquement pour être à l’aise chez toi. Certes, tu ne le portes quasiment jamais, n’étant pas souvent chez toi, mais tout de même.

En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, tu l’enfiles, quoi qu’un brin chancelant, et tu viens te remettre assis sur le bord du lit, faisant face à ses bras tendu. « Ok. ». Tu te résous à ne pas la laisser seule. « Je ne te laisserai pas, c’est promis. ». Tu ne crois pas en la fin de votre amitié, bien au contraire, tu ne lui en veux pas le moins du monde et n’as même jamais pensé à une telle chute. Tu t’inquiètes uniquement de ce que ton acte pourrait engendrer au sein de son mariage, tu ne veux pas d’ennuis. Ce n’était qu’un… Moment de faiblesse non ? En douceur et en silence, tu reviens t’installer sous les draps, l’invitant à faire de même, mais n’osant pas la toucher de peur que l’envie revienne t’assaillir. « Dors, maintenant. Je ne bouge pas. ». Et pour sûr que tu ne bouges pas, tu es presque raide comme un piquet dans le lit, allongé sur le dos en déglutissant sous ta propre chaleur corporelle. Frustré, oui, ça tu l’es, mais tu ne lui en veux pas, tu luttes juste avec toi-même et ton corps qui la réclame en passant une main le long de ton visage défait.





BECAUSE YOU'RE MY HOME
Loving you is something I would never ever regret ☽ and I'd let you have my heart in every single universe we find ourselves in. You are both the reason my heart beats and the reason it breaks.

Parchemin envoyé Dim 16 Juil - 21:42

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 141 hiboux. J’incarne : Lily James , et l’avatar que je porte a été créé par : Perséphone . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena et Quintus Je parle en : indianred

Life

Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Journaliste investigatrice au Golden Blood J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Ennivrée et aveuglée, je suis mariée à Reed depuis presque dix années.
malle
raise your wand
 
Sweet Disposition
Caïn et Betty

Never too soon, Oh, reckless abandon. Like no one's watching you

16 mai 1991 C’était ce que tu croyais. Que peu importe comment cette soirée se terminerait, tu avais gâché ton amitié avec Caïn. Il était l’un de tes plus vieux amis et quand tes lèvres s’étaient jetées sur les siennes, tu avais mis un terme à tout ça. Il y avait toujours une sorte de ligne à ne pas franchir dans une amitié de deux sexes opposés et ça avait bien été avant ce soir. Tu te mentais à toi-même, ce qui était franchement évident depuis toutes ses années même à Poudlard. Quand tu avais laissé Caïn d’un commun accord et que vous aviez développé une amitié, tu ne l’avais jamais fait part à ton mari. Pourtant, lui comme toi avaient des amis de sexe opposé et vous n’étiez pas des gens particulièrement jaloux. Pourquoi ne lui avais-tu jamais parlé du blond hein? Ce n’était pas parce qu’il te faisait honte, loin de là, c’était plutôt toi qui étais à blâmer. Comme si tu savais que votre amitié n’était pas normale. Alors tu es là, assise dans le lit du sorcier à verser des larmes pour cette amitié que tu as gâché. Tu attends qu’il revienne dans la chambre pour lui faire part de tes états d’âme. Comme d’habitude, il est trop gentleman pour être franc. « Tu n’as rien gâché du tout Betty… » Il ne peut pas vraiment le penser, après tout, ils avaient failli commettre l’irréparable. Tu étais une vraie égoïste, ce genre de garce que tu décrivais dans tes articles. Tu avais tout l’air d’une de ces femmes qui souhaitaient avoir tout pour elle quand tu lui demandas de rester avec toi. Mais c’était seulement que tu voulais passer cette dernière nuit en sa compagnie avant que vous ne vous évitiez. N’était-ce pas le seul chemin qui restait à prendre? Il t’observe et tu peux déjà ressentir sa pitié qui te donne presque mal au cœur, mais tu ne dis rien. Parce que c’est tout ce que tu veux. « Ok. Je ne te laisserai pas, c’est promis. » Il semblait le penser corps et âmes, tu lui en étais tellement reconnaissant en cet instant présent. Il se rapproche du lit et embarque dans les couvertures, tu ne te laisses pas prier et fait de même, comme enivrées du fait qu’il t’écoute. « Dors, maintenant. Je ne bouge pas. » Et tu te fiches de la distance qui vous sépare, quand les larmes arrêtent de couler tu te rapproches de lui pour déposer ta tête sur ton torse toujours nu. Tes bras entourant son corps. Tu respires plus doucement, tu lâches même dans un murmure : « Je t’aimerai toujours. » Toujours enivrée par l’alcool, tout comme de la présence de Caïn, tu n’as pas empêché de dire ses paroles puisqu’elles viennent vraiment de ton cœur. Même si votre amitié est finie, tu sais quand même tu l’aimerais encore et toujours. Quelques secondes plus tard et déjà, tu rejoins le monde des rêves, pendant on ne sait combien de temps. Après ce qui te semble quelques minutes à peine, tes rêves sont durement interrompus et tu te réveilles toujours en même position, sur le torse de Caïn. Tu te relèves et soupires pour ne pas laisser un gémissement de douleur qui pourrait réveiller le sorcier. Ton mal de tête te donne envie de vomir et tu sais encore que tu es sous les effets de l’alcool. Tu te lèves du lit en titubant, usant de ta baguette pour laisser un mot d’excuse à Caïn, tu finis par te rhabiller et sortir de sa chambre pour mieux transplaner dans ta maison, dans laquelle tu te diriges vers le divan du salon pour retomber dans les songes, du moins jusqu’au dur réveil du lendemain…

RP CLOS
Made by Neon Demon




 
love makes us blind.
Shape of you☽ We push and pull like a magnet do, Although my heart is falling too, I'm in love with your body.

 

SWEET DISPOSITION ❱ lustein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» MICHEL OU MIRLANDE ? SWEET MICKY OU GRAND MA ?QUI VEUT,QUI PEUT FAIRE MIEUX ??
» Voici le laeader Sweet Miki
» Quand Michel Martelly fait du Sweet Miki....
» ON NE FAIT PAS LE BIEN DANS LE DESORDRE...MARTELLY EST-IL TOUJOURS SWEET MICKY ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Habitations :: Appartement Goldstein-