Partagez | 
[HOT +18] I will follow you into the dark - ft Quintus

()
Parchemin envoyé Dim 21 Mai - 19:02

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 214 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Sa dernière rencontre avec Nathaniel Trelawney ne datait que de trois misérables jours mais il en conservait encore les marques sur sa peau, comme il le constatait ce matin, dans la salle de bain, son visage sombre se reflétant dans le miroir. Sa mâchoire était marbrée d'un bel hématome, sa joue arborait encore cette longue estafilade à peine refermée, mais le pire était ce « N » que le Phénix avait outrageusement gravé dans son flanc, une plaie qu'il n'avait remarqué que lorsqu'il avait transplané dans le manoir Nott, ce soir-là. Drefer n'avait jamais été spécialement doué pour les sorts de guérison, son métier était d'ailleurs à l'opposé de ça, aussi n'avait-il pas voulu prendre le risque de tenter de se guérir lui-même. De toute façon, il n'avait toujours pas récupéré la baguette que les Moldus lui avaient confisquée lors de leur stupide bal auquel il n'aurait jamais dû se rendre. Certes, il aurait pu demander à quelqu'un de son entourage, mais il aurait fallu expliquer ce qu'il s'était passé et il n'avait pas pensé en être capable sans s'emmêler les pinceaux, encore moins sans virer instantanément au cramoisi. Alors, plutôt sagement, au vu des circonstances, il avait décidé de laisser faire le temps plutôt que d'accélérer sa guérison... Il était resté enfermé dans sa chambre les trois jours suivants, se faisant le plus discret possible ; Mererid, après sa fausse couche, était dans le même état d'esprit solitaire que son jumeau, quant à Quintus... Il ne savait pas où était son cher beau-frère mais il était sans doute occupé par des affaires de haute importance au sein de l'organisation des Mangemorts. Après tout, le Nott était un lieutenant, ce qui engageait des responsabilités... Passant une main nerveuse dans ses cheveux sombres pour les relever en arrière, il ne peut s'empêcher de soupirer, contrarié, incapable pourtant de mettre des mots sur les raisons de ses tracas. Peut-être qu'il y en avait trop, au final... ? Il retourne dans sa chambre, passant une chemise sombre et un jean au hasard avant de convoquer Nyssa. « Nyssa. Vérifie s'il y a quelqu'un dans la maison, s'il te plait. » La petite chauve-souris se fend d'un battement d'ailes avant de disparaître, faisant vraisemblablement le tour du manoir pour s'assurer de l'absence de tous ses occupants. Quand elle revient, signalant qu'elle n'a croisé personne, Drefer se détend quelque peu et consent enfin à quitter sa chambre pour se faufiler dans le bureau de Quintus en catimini, avec une idée derrière la tête. Une idée bien précise. Fermant la porte derrière lui sans la verrouiller, il s'accroupit pour fouiller dans le bar personnel du Nott. Il se souvenait très bien de leur première discussion en tête à tête dans cette pièce, cette même discussion qui s'était conclue par un baiser, le premier d'une (trop!) longue série. Il se souvenait surtout de l'excellent whisky qu'il lui avait servi et aujourd'hui, il avait bien besoin d'un verre de ce breuvage. Peut-être même deux... Il finit par trouver la bouteille, constatant dans un juron qu'il n'y a pas de verre et cherchant déjà sa baguette pour en faire venir un par magie. C'est en constatant que ses poches sont vides qu'il se rappelle brusquement qu'il n'en a plus, marmonnant entre ses dents serrées avant de hausser les épaules, faisant sauter le bouchon et buvant directement à la bouteille, une longue lampée qui réchauffe sa gorge et le fait soupirer d'aise. C'est alors que le loquet de la porte se fait entendre et qu'il manque de laisser tomber la bouteille sous la surprise, comme un gamin pris en faute. Ses prunelles claires rencontrent celles du Nott et il ne peut retenir un sourire en coin, presque désolé comme il montre la bouteille. La main dans le sac.  « Quintus... » murmure-t-il, ses joues rosissant déjà sous le regard de son aîné. « J'aurais dû te demander avant, désolé. » Il a un sourire doux, le genre de sourire sincère que seuls ses plus proches pouvaient lui tirer. Autant dire qu'ils étaient peu à réussir l'exploit. Il passe sa langue sur sa lèvre abîmée par l'un des coups de Nate, penchant la tête. « Tu es tout seul ? » Question innocente en apparence. Pas tant que ça, en réalité.



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Dim 21 Mai - 21:49

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 301 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Dire que Quintus ne tentait pas de s’occuper jusqu’à l’épuisement aurait été un mensonge. Depuis quinze jours maintenant, pour être plus exact. Le sorcier voulait s’occuper l’esprit de toutes les manières possibles et avec son rôle de Lieutenant des Mangemorts à l’heure actuelle, il y arrivait assez bien. Il avait toujours des missions à faire, des traitres à rafler, des créatures à pointer à son cousin, des loups-garous à annihiler. Avec Mererid, il ne fallait pas dire que c’était au point mort, mais juste que pour l’instant, ils avaient encore de la difficulté à se regarder sans penser à l’enfant qu’ils avaient perdu. Le sorcier était sûr que ça viendrait plus tôt que tard, il fallait juste laisser aller le temps. Pour Drefer, il ne l’avait à peine vu depuis sa libération. Pour cause, le mangemort était parti depuis deux jours maintenant, dans le fin fond des landes écossaises à la recherche de traitres de Phénix. Il avait bien hâte de rentrer, mais d’une manière ou d’une autre il ne savait pas ce qui se passerait quand ils se retrouveraient. Comme s’il avait peur de la suite. Il avait tellement flippé quand on lui avait enlevé le jumeau qu’il avait cru que son cœur allait exploser. Il avait du mal à accepter ses sentiments et la douleur qu’il avait pu ressentir. Il se demandait si celle-ci pourrait s’empirer avec le temps, ce qu’il ne supporterait pas. Cela fait quelques heures qu’il est revenu au manoir et il a passé quelque temps dans sa chambre à se reposer et il a pris une douche. Il a fait jouer entre ses doigts le petit bout de papier couvert des mots de Mererid qui lui dirait qu’elle n’arriverait que le lendemain, étant parti chez les Rackharrow pour la nuit. Le message ne faisait pas mention de Drefer et Quintus se dit qu’il s’arrangerait pour qu’il vienne dîner avec le reste de la famille. Une fois changé dans des vêtements plus confortables, Quintus se dirige lentement vers son bureau. Il a bien besoin d’un petit remontant après ces derniers jours. Quand enfin, il pousse la porte de son bureau pour venir déposer les derniers rapports de son voyage, il tombe littéralement des nues quand ses prunelles croisent celles de Drefer. Il remarque aussitôt le visage tuméfié du jumeau et sa bouche s’ouvre un peu plus sous la surprise. Que s’est-il passé? Pourquoi a-t-il l’air d’avoir passé la misère? Comment Quintus pouvait ne pas être au courant que son joujou favori avait été maltraité? Ses sourcils se froncent de contrariété, le jumeau croyant sans doute qu’il est en colère après lui. « Quintus... J'aurais dû te demander avant, désolé. » Ses joues qui se teintent d’un rosé immanquable. Aussitôt, les traits du Lieutenant s’adoucissent et il se rapproche un peu plus du brun. Drefer ouvre la bouche à nouveau, mais il l’écoute à peine. « Tu es tout seul ? » Il se retourne pour fermer la porte à clef à l’aide de sa baguette et d’une manière évidente, des souvenirs de quelques jours plus tôt lui reviennent à l’esprit. Avant qu’il perde la chaire de sa chaire. Le sourire de Drefer n’a pas l’effet escompté et toujours aussi inquiet, il dépose ses mains sur le visage du jumeau. En levant son menton pour observer avec intérêt les bleus sur son visage. « Mais qu’est-ce qui t’es arrivé, fuck! » Il ne peut retenir le juron de passer au travers de ses lèvres. La colère qui revient aussi quand il pense à ce que Drefer avait traversé. La personne qui lui avait fait subir ça ne paierait rien pour attendre. Il balaie sa question de la main au passage, l’ignorant totalement. « Pourquoi t’es encore dans un tel état? Pourquoi que Mererid ne t’a pas guérie? Surtout, pourquoi ne m’a-t-on pas prévenu de cette histoire?! » Trop de questions. Il fulmine le sorcier.



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Lun 22 Mai - 0:12

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 214 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il capte la contrariété dans son regard bleu et, l'espace d'un instant, il se dit que Quintus est en colère parce qu'il le trouve dans son bureau, les mains posées sur une de ses bouteilles. Un brin naïf de penser que le Nott puisse s'énerver pour si peu, certes. Et puis, il se rappelle, en suivant le mouvement de ses yeux, des bleus sur son visage, de l'entaille sur sa joue, et il grimace, détournant le regard quelques secondes. Il ne voulait pas avoir l'air faible quand il se battait tous les jours pour tenter de faire honneur à son nom. Oh il entendait bien ce qu'on disait de lui, le petit Drefer, toujours dans les jupes de sa sœur et bien loin de la prestance de Rodrick. La preuve, à vingt-quatre ans et alors qu'il était un bon parti, aucune des autres familles n'avaient fait de proposition de fiançailles à son encontre. En tous cas, pas qu'il sache. Ca désespérait son père et il le savait... Alors non, il n'avait pas voulu atterrir dans les jupons de Mererid en demandant qu'elle le soigne... Il voit le Nott refermer la porte à clef à l'aide de sa baguette et il se détend quelque peu. C'est infime, pour sûr, mais c'est bien présent malgré tout. « Mais qu’est-ce qui t’es arrivé, fuck ! » Il soupire, le brun, haussant les épaules comme si tout cela n'avait pas d'importance et, au fond, ça n'en avait pas. Ils étaient en guerre et il n'avait certainement pas fini de se prendre des racées de la part de leurs ennemis. Peut-être même qu'un jour il y laisserait sa vie alors qu'étaient-ce ces quelques bleus sur son visage ? Pas grand chose. « Pourquoi t’es encore dans un tel état ? Pourquoi que Mererid ne t’a pas guéri ? Surtout, pourquoi ne m’a-t-on pas prévenu de cette histoire ?! » Le Nott enchaine les questions et les doigts de Drefer se resserrent autour de la bouteille de whisky, ses jointures blanchissant à vue d'oeil. Il ne sait pas vraiment quoi lui répondre mais il sait aussi que Quintus ne lâchera pas tant qu'il n'aura pas obtenu quelques explications. Et puis, après tout, il vivait sous son toit et, aussi étrange et indéfinissable puisse être leur relation, quelque chose existait entre eux, quelque chose de réel, alors il lui devait bien ça. « Mererid n'est pas au courant. Je n'ai rien dit à personne. » qu'il répond sur un ton monocorde, comme si ça pouvait pardonner le fait qu'il se soit tu. « Avec la perte du bébé, je ne voulais pas lui rajouter de stress inutile. » Et c'était vrai, en grande partie. Et surtout, il avait voulu éviter ça, le regard compatissant de Quintus, qui semblait penser qu'il était incapable de se défendre. Vrai ou faux, c'était en tous cas ce que le Rackharrow voyait dans ses yeux et il s'en trouvait humilié. Un soupir de plus comme il repose la bouteille sur le bar avec délicatesse. « Une mauvaise rencontre avec un Phénix. Rien de grave. Rien de pire que ce qu'on a déjà pu rencontré ou de ce que je ne puisse supporter, Quintus... » Et le Nott saurait qu'il avait raison. Ils avaient vu pire dans leurs quelques missions communes et l'un comme l'autre s'en était souvent sorti avec bien plus que quelques bleus sur la figure... Sciemment, il ne donne pas de nom. Il n'avait pas l'intention de lancer une chasse contre Nathaniel. Le Trelawney était son problème, à lui et à lui seul. Il s'en occuperait. Personnellement. Il hausse les épaules, balayant d'un geste devant lui, comme pour écarter toutes les protestations qu'il pouvait pressentir de sa part. Un sourire, un autre, comme il réitère. « Tu n'as pas répondu à ma question... T'es tout seul ? »



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Lun 22 Mai - 17:46

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 301 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Il avait vu Drefer dans un état bien pire que cela, mais ce soir, ça semblait lui parraître encore pire. Il n’avait pas été guéri et pourtant, ça paraissait que ses estafilades n’étaient pas fraiches. Il n’avait pas sa baguette, ça pouvait expliquer bien des choses, mais il y avait assez de sorciers dans ce grand manoir pour lui refiler un coup de main, non!? Il se demandait s’il serait venu le voir plus tôt, s’il n’avait pas été absent aussi longtemps. Drefer a l’air gêné de se faire prendre ainsi, mais ce n’est pas le fait qu’il se trouve dans son bureau, ni avec la bouteille d’alcool dans la main qui le chicote. Son visage est marqué et c’est l’une des premières fois de sa vie qu’il semble s’en faire trop a sujet des autres. Il était différent, après tout. Il lui avait manqué ces derniers jours. Beaucoup trop. Et malgré tout, Quintus avait retardé leurs retrouvailles. Il avait tenté de se détacher de lui. D’essayer de se concentrer sur autre chose de « plus important » comme les Mangemorts, ou bien de retenter d’avoir un autre héritier avec sa femme. Pourtant, il ne lui sortait pas de sa tête. Il était accroc et il avait bien du mal à l’avouer. Désormais, il se retrouvait seul dans son bureau avec une bouteille d’alcool plus invitante que jamais. « Mererid n'est pas au courant. Je n'ai rien dit à personne. » Il lève les yeux au ciel, le lieutenant. Il est plus fier que dans tes souvenirs. Comme si tu ne lui laissais pas le choix, d’ailleurs. Si tu l’avais vu ainsi plus tôt, ça ferait longtemps que tu aurais remédié à la situation. « Avec la perte du bébé, je ne voulais pas lui rajouter de stress inutile. » La mention de la fausse couche de Mererid le force à se rembrunir. Il ne trouve rien à ajouter, acceptant enfin la défaite. Quand bien même, la personne qui lui avait infligé ses blessures devait être morte. Ou elle le serait très bientôt. « Je vois… » C’est tout ce qu’il trouve à dire pour le moment. « Une mauvaise rencontre avec un Phénix. Rien de grave. Rien de pire que ce qu'on a déjà pu rencontrer ou de ce que je ne puisse supporter, Quintus... » Non, il avait raison. Il se rendait compte, plus Drefer parlait, plus il avait l’impression de s’en faire pour un rien. Comme si le sorcier tentait de le lui faire comprendre également. Le sorcier serre les poings : « Tu l’as achevé j’espère, hmm? » Sinon, tu me dis qui c’est et je vais le buter, merci. Qu’il se garde de dire, en ayant en tête le fait qu’il pouvait passer pour quelqu’un de… Très jaloux. Une chance qu’il a des années de retenue dans le corps. Pour une fois, Quintus s’attarde un peu trop longtemps sur le sourire qui apparait sur les lèvres du cadet. « Tu n'as pas répondu à ma question... T'es tout seul ? » Son corps qui se détend instantanément, entendant clairement les sous-entendus du sorcier. Un sourire finit par se fondre également sur son visage et il se rapproche pour prendre la bouteille d’alcool et en avaler une grande gorgée. « Oui. Nous sommes seuls. » Qu’il précise. Quand il dépose le Whisky sur son bureau, il s’empare de sa baguette pour la pointer sur la coupure qui se fend jusqu’à ses lèvres. « Episkey. » Il réitère le sort deux ou trois fois sur les bleus apparent sur son visage, puis il observe le reste de son corps, quand un de ses sourcils se soulève. « Sauras-tu laissé ton orgueil de côté le temps que je guéris chacune de tes blessures? » De la tête au pied, les unes après les autres…



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Dim 28 Mai - 18:47

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 214 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Quintus semble finalement se rendre à l'évidence qu'il n'est pas une de ces petits choses fragiles qu'on doit protéger et préserver à tous prix et le plus jeune se détend légèrement, mine de rien. « Tu l’as achevé j’espère, hmm? » Il hausse les épaules, éludant la question épineuse en en posant une autre, une pleine d'allusions qui vise à détourner son attention. Enfin, la réponse l'intéresse, malgré tout, il ne peut pas le nier mais, comme dirait l'adage, il fait ainsi d'une pierre deux coups. « Tu n'as pas répondu à ma question... T'es tout seul ? » Il voit son aîné se détendre à son tour, un sourire venant orner son visage comme il approche, lui subtilisant la bouteille pour en boire une longue gorgée. Le Rackharrow l'observe avec attention, son regard balayant, appréciateur, la stature de son beau-frère. Un corps qu'il avait beaucoup rêvé, ces dernières semaines. « Oui. Nous sommes seuls. » C'était sans nul doute la réponse qu'il attendait, celle qu'il espérait surtout, et son sourire se fait plus moqueur, comme ses prunelles se mettent à briller de cette lueur d'envie qu'il peinait à dissimuler quand Mererid, ou un autre, était dans les parages. Mais ils étaient seuls, c'était bien ce qu'il avait dit, alors il n'y avait pas besoin de se cacher et c'était reposant, il ne pouvait le nier. La baguette du lieutenant vient se pointer sur son visage et il le dévisage avec attention, retenant son souffle. Il avait toujours été méfiant envers les sortilèges de guérison ; peut-être parce qu'il ne les maitrisait pas vraiment et il imaginait donc que c'était le cas de tout le monde. « Episkey. » Il sent la coupure de sa lèvre inférieure se refermer d'elle-même et il passe la langue dessus, appréciant de ne plus ressentir la douleur, se détendant complètement. Quintus réitère l'opération, toujours sur son visage et hématomes et longue entaille disparaissent par enchantement, le laissant avec une agréable sensation de légèreté. Un soupir de satisfaction s'échappe de ses lèvres et son sourire se fait plus rêveur, sous l'effet bénéfique que cela lui procure. « Sauras-tu laissé ton orgueil de côté le temps que je guéris chacune de tes blessures ? » Son regard revient brusquement se planter dans le sien, hésitant, bien moins serein qu'auparavant, comme ses phalanges vont, instinctivement, pour se porter en direction de la marque imprimée sur son flanc mais il interrompt son geste avant qu'il ait pu être révélateur de quoi que ce soit. Il n'avait vu la blessure qu'en rentrant chez lui, ce soir-là, le corps fourbu et l'esprit embrumé, quand la douche brûlante avait nettoyé l'amas de sang pour révéler ce qui se cachait au-dessous. Ce foutu « N » n'était qu'un juste retour de ce qu'il avait pu, lui-même, lui infliger précédemment pourtant, l'humiliation n'en était pas moins présente et il avait grondé de rage en le découvrant. Il ne doutait pas une seule seconde que Quintus ne réagisse de la même façon, voire pire, qu'il creuse derrière cette petite guerre stupide et qu'il ne découvre comment elle avait réellement fini... « Il n'y en a pas d'autres... » qu'il ment avec aplomb, sans détourner le regard. « Va savoir pourquoi cet abruti ne s'est acharné que sur mon visage... » Et ce disant, il déboutonne lentement, les uns après les autres, les boutons de sa chemise, révélant progressivement sa peau hâlée sans jamais le lâcher des yeux. Ca ne lui ressemblait certes pas, mais il en crevait juste d'envie et puis, c'était un moyen comme un autre de détourner l'attention de Quintus. Sûr qu'il n'irait pas chercher d'autres blessures, à le voir si fébrile et presque déjà offert à ses volontés... Avec lenteur, il contourne le bureau pour venir se rapprocher de lui, un rouge soutenu venant colorer ses joues malgré tout. S'il ne retire pas le vêtement, dissimulant encore cette marque encore fraîche, il s'attaque déjà à celui du Nott. Cet empressement ne lui ressemble pas, certes, mais il ne se ressemblait pas beaucoup, ces derniers temps...



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Dim 28 Mai - 19:15

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 301 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
D’une certaine manière, quintus ne pouvait pas s’empêcher de materner le jumeau. Un peu comme il le faisait avec toute sa famille entière, comme si ces derniers étaient des choses si fragiles et cassantes. Ce n’était pourtant pas la même chose avec Mererid. Il fallait avouer que sa femme était forte, cruelle et manipulatrice ce qui n’avait jamais semblé être le cas avec Drefer. Du moins, en apparence. Car ce dernier était un mangemort et un bourreau de surcroit, il était bien plus fragile qu’il ne le laissait paraitre. N’était-ce pas pour cette raison qu’il l’avait remarqué au départ? Pour cette même raison qui l’avait poussé à observer les deux jumeaux Rackharrow d’un intérêt peu dissimulable. Le sorcier représentait à ses yeux quelque chose de si différent que sa femme. Ils se complétaient d’une manière que la sorcière ne pouvait comprendre. Quintus se doutait également si Drefer en voyait toutes les possibilités tant la naïveté était sa qualité la plus imposante. Voilà ce qui expliquait pourquoi il n’acceptait pas qu’on touche à l’homme qui lui faisait face sans espérer respirer par la suite. Il espérait que Drefer avait continué de conserver son rôle de bourreau en compagnie d’autres sorciers. Que ce salopard était mort, tout simplement. La question que le cadet lui pose finit par lui faire changer d’état d’esprit. Aussi facilement qu’il arrivait à le faire avec ce sourire qu’il avait bien envie de croquer. Il prend une longue gorgée de Whisky pour se donner le courage qu’il faut. Quoi, vous pensiez que Quin était aussi féroce et brave qu’il le laissait toujours paraitre? Jamais. Autant en compagnie des deux jumeaux, d’ailleurs. Ils pourraient enfin passer à autre chose maintenant que le lieutenant avait guéri les blessures apparentes du plus jeune. « Il n'y en a pas d'autres... » Sa voix lui semble plus douce que jamais et elle a l’effet désirée. Une chaleur qui s’installe rapidement dans le bas ventre du sorcier, peut-être auront-ils enfin la chance de se donner l’un à l’autre. Si Quintus le pouvait, il lancerait une malédiction à quiconque qui se présenterait devant la porte de son bureau. Pour qu’ils soient tranquilles, pour une fois. « Va savoir pourquoi cet abruti ne s'est acharné que sur mon visage... » Il aurait bien répondu à cette question, mais il est déconcentré par Drefer qui commence à déboutonner sa chemise afin de révéler, comme il vient de l’indiquer, un corps dépourvu de blessures. Il reprend une autre gorgée de Whisky en prenant bien soin d’observer chaque parcelle de la peau du brun. Il ressent déjà l’envie de n’avoir aucune fibre de tissu sur son corps pour l’empêcher de s’épanouir pleinement. Comme si le plus jeune veut répondre à ses demandes silencieuses, il se rapproche de lui pour s’attaquer à sa propre chemise. Il profite de leur proximité pour faire passer le goulot de la bouteille à la bouche de Drefer pour le laisser en boire une gorgée brûlante. Aucun mot ne peut signifier la chaleur qui monte radicalement dans le bureau de l’héritier. Il ne sait d’ailleurs dire si les joues rosées de Drefer sont dues à l’alcool ou bien la gêne qui l’avait toujours traversé auparavant. N’y tenant plus, Quin arrive d’un coup de hanche à faire balancer la situation. De sa main valide, il envoie valser quelconque objet sur son bureau avant de plaquer avec aucune douceur le corps du sorcier sur le dos. Bien que ses lèvres lui manquent atrocement, il profite de la violence et de la surprise de son geste pour faire couler de longues goulées de liquide brun sur le torse de Drefer, formant une légère flaque entre ses deux pectoraux. Il se penche aussitôt pour en lécher le contenu, mais se faisant, il ne lâche pas une seule seconde le regard embrasé du plus jeune. Quand le whisky est tout avalé, sa lange se déplace vers les bouts de chair rose invitante et il s’y attarde longtemps, l’un après l’autre en les mordant de temps à autre. Et il rapporte une fois de plus le goulot de la bouteille aux lèvres de Drefer pour la suite, bien qu’ils n’ont franchement plus besoin de courage pour la suite…



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Dim 28 Mai - 20:00

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 214 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
S'il observe, du coin de l'oeil, Quintus reprendre une longue lampée de whisky et il ne peut s'empêcher de pouffer, comme un gamin un peu trop joyeux. Encore une chose qui ne lui ressemblait pas, décidément, mais l'alcool était plutôt corsé et il n'avait pas mangé grand chose, ces derniers jours, ce qui n'aidait pas, pour sûr. Alors qu'il ne pense qu'à le débarrasser de ses vêtements, trop encombrants, trop gênants pour cette envie qui les taraude tous les deux, le Nott approche le goulot de sa bouche pour le faire boire à nouveau. Si le brun ne se fait pas prier, il se manque légèrement, l'alcool gouttant aussi sur son menton avant qu'il ne l'essuie d'un revers de main, se fendant d'un rire amusé. Il n'a pas réellement le temps d'ouvrir la bouche que, déjà, Quintus balaye d'un mouvement de main rapide tout ce qui se trouve sur son bureau, l'envoyant par terre avec fracas avant de venir l'y plaquer contre, son dos rencontrant durement le bois précieux. La surprise est telle qu'il n'a pas vraiment le temps de réagir autrement qu'en se laissant faire ; il n'aurait sans doute rien fait de plus, à la réflexion, quand bien même on lui en en aurait donné le choix. Son rythme cardiaque s'accélère, la chaleur irradie ses reins, provoquant l'étroitesse soudaine de son pantalon, et son souffle se fait terriblement erratique, essoufflé alors qu'il n'a fourni aucun effort... Son compagnon n'est pas doux, pas plus qu'il n'est tendre, mais il ne s'était pas attendu à autre chose de sa part... Il tressaille, malgré lui, en sentant le liquide ambré couler sur son torse et il se redresse légèrement, observant sa peau ainsi baptisée, observant encore plus le regard de Quintus qui ne le lâche pas des yeux. Ses joues s'embrasent de plus belle quand la langue de son aîné vient le débarrasser du whisky, léchant sa peau et provoquant de violents frissons qui viennent courir le long de sa colonne vertébrale. C'est tout son corps qui se tend, ses doigts crispés sur les bords du bureau, un grognement de satisfaction presque animal venant franchir ses lèvres. Quand Quintus s'attaque à une autre partie de son anatomie, venant s'attarder sur ses tétons, il soupire davantage, ayant bien du mal à soutenir ce regard bleu qui l'a pris en otage. Chaque alternance, de dents et de langue, suffit pour lui tirer les soupirs les plus invitants, ses joues empourprées à un point qu'il est impossible de surpasser, son cœur manquant de bondir hors de sa poitrine. Une fois de plus, la bouteille de whisky se présente à l'orée de ses lèvres et il y boit, docile, avant de se redresser, léchant ses lèvres au goût de bourbon. « Quintus Nott, êtes-vous en train d'essayer de me saouler pour abuser de moi ? » Il joue le faux outrage à merveille avant de ricaner bêtement, sans nul doute aidé par l'alcool déjà ingurgité. Avec une souplesse féline, il se redresse, se positionnant assis sur le bureau, ses doigts venant agripper la nuque de son amant pour l'attirer vers lui et lui voler un baiser à saveur de whisky, qui fait briller ses yeux encore un peu plus. Il lui subtilise la bouteille, la déposant plus loin pour libérer ses mains, ces mains qu'il veut sentir sur lui dans l'instant. C'est d'ailleurs ce qu'il lui fait comprendre comme ses doigts attrape ses poignets, sans jamais rompre le baiser, incitant ses mains à se déposer sur ses hanches. Il ronronne, rompant le baiser et se mordillant la lèvre en sentant ses paumes entourer ses flancs. Il est si exalté, si plein de ce désir violent et impératif, qu'il ne pense même plus à cette plaie qu'il ne pourra pas cacher bien longtemps, tirant sur la chemise du Nott pour en faire sauter tous les boutons sans autre forme de cérémonie. Il se délecte de ce corps parfaitement dessiné, de ces images qu'il s'est dessinées sans jamais pourvoir les approcher et, si la vision de Mererid s'impose furtivement à lui, il la rejette aussitôt. Non, pas aujourd'hui. Il aurait tout le temps pour culpabiliser demain... Ses doigts parcourent sa peau, explorateurs bien que plus timides que ceux de Quintus, glissant avec application avant de venir déboucler sa ceinture d'un geste agile. Est-ce que sa sœur faisait preuve du même empressement ? Est-ce qu'il la regardait avec ce même regard qui lui faisait se sentir invulnérable aux yeux du monde ? Il a le sentiment qu'il lui faut être à la hauteur de l'homme qui se tient devant lui, qu'il lui faut satisfaire ses désirs s'il veut espérer le voir revenir auprès de lui. Alors sa main se fait plus audacieuse, glissant dans son pantalon pour caresser avec fébrilité cette virilité qu'il ne devrait pas désirer avec autant d'ardeur. Ses lèvres glissent sur l'arête de sa mâchoire jusque sur son épaule, marquant chaque parcelle de peau de baisers. Il descend jusqu'où il lui est possible d'aller au vu de sa position, soit à peu près au niveau de ses flancs, avant de replonger son regard dans le sien, presque suppliant. S'il ne dit rien, ses prunelles parlent suffisamment pour lui et ses doigts toujours affairés sur son entrejambe ne laissent aucun doute quant à ses intentions...



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Dim 28 Mai - 21:50

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 301 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Des mois qu’il attendait ce moment, le lieutenant. Plus que ça même. Un an peut-être. Quand Drefer et Quintus ont commencé à effectuer davantage de mission ensemble, c’était en avril de l’année 1990. Certes, ses envies étaient plus récentes que cela, ce qui n’empêchait en rien le fait que l’homme souhaitait se retrouver dans cette position depuis trop de temps. Sincèrement, il se demandait comment ils étaient arrivés à ne pas à sauter l’un sur l’autre bien avant cela. L’un était trop timide et l’autre avait encore trop de questions sur le sujet. Pourtant, à les voir tous les deux dans le bureau de l’héritier, il n’y avait plus aucun doute sur le fait que les deux sorciers étaient bien prêts à ce qui allait se passer par la suite. Ils n’avaient pas besoin d’alcool pour se détendre davantage, par contre le sorcier en aimait assez le goût pour le joindre au plaisir. C’était bien connu, si les femmes (ni les hommes) n’avait semblé attiré son attention par le passé, Quintus était bien connu pour ces moments passés au Cercle de jeu à parier et à boire en compagnie de ses amis. Le Whisky ne faisait qu’ajouter au pur bonheur qu’il vivait dans l’instant présent. Il s’attardait bien à torturer le cadet en mordillant et en léchant ses mamelons, en s’extasiant de chacun de ses soupires de plaisir. Rien ne pourra arrêter les deux hommes d’obtenir enfin ce qu’ils désiraient depuis si longtemps déjà. Ce qui expliquait sans doute la violence et l’urgence de leur étreinte. Il boit la gorgée que l’aîné lui offre, mais un large sourire coquin vient étirer ses traits. « Quintus Nott, êtes-vous en train d'essayer de me saouler pour abuser de moi ? » L’interpellé ne peut se retenir de lâcher un doux rire à ces paroles. Un de ses sourcils se relève d’affront et il répond : « Non, très cher Drefer Rackharrow. Loin de moi l’idée de profiter de votre corps. » Un air moqueur se glisse sur ses lèvres mais est rapidement effacé par la bouche de l’autre qui s’écrase sur la sienne. Un soupire d’aise s’échappe entre deux goulées d’air. Par Merlin que ses lèvres lui avaient manqué. Il souhaiterait ne jamais les lâcher, si c’était possible. Son intimité qui pousse sur les morceaux de tissu lui devient rapidement insoutenable. Il halète quand Drefer se décolle de lui, mais reste assez près pour diriger ses propres mains sur son torse. L’une de ses mains remonte doucement pour venir s’ajuster à la hauteur du tatouage qui lézarde ses traits. Ce même tatouage qui l’a si longtemps fait rêver. En peu de temps, Drefer use de sa force pour libérer Quintus de sa chemise et un gémissement d’extase se fait entendre quand il s’attarde à la ceinture de son pantalon. Quand la main du sorcier s’insinue dans son boxer, il ne tient plus, le lieutenant. Sa tête qui se jeté en arrière, incapable de fixer le jeune plus longtemps tant son emprise comble chacun de ses désirs. Il a du mal à rester maître de ses émotions, de ses mouvements aussi. Seuls les gémissements qui franchissent ses lèvres démontrent qu’il est encore présent. La bouche du plus jeune s’attarde de plus en plus bas et les frissons qui parcourent son corps le fait trembler de façon incontrôlable. La suite est évidente et l’aîné se force enfin à reprendre le contrôle, juste assez pour pouvoir relever la tête et plonger ses prunelles dans les siennes, alors qu’il est si bas. Le souffle lui manque devant la vision qui s’offre à lui. Un homme un tant soit peu normal aurait sans doute pensé à d’autres visions semblables. À des conquêtes dans la même position, prêtes à tout faire pour lui donner du plaisir. Il ne pensa à rien. Ni sa femme, surtout pas à quiconque d’ailleurs. Quintus ne comparerait jamais les deux jumeaux de cette façon. Il savait déjà que chacun d’un lui donnerait ce qu’il désir à leur façon. C’était comme comparer le jour et la nuit, ce qui ne lui viendrait pas en tête. En guise de réponse – et parce que la peur de dires des paroles incohérentes - il se contente d’une main, de baisser assez son boxer pour en découvrir son intimité qui pointe sans gêne vers le sorcier. Son autre main, quant à elle, vient se placer dans sa chevelure couleur de jais, pour l’en agripper. Le forcer à s’approcher aussi, pas violemment. Doucement cette fois. Quand il sent enfin ses lippes sur son membre, un soupire sort aussitôt de sa bouche : « Drefer… » Son nom, tout simplement, qu’il murmure comme une supplique. Une supplique pour lui demander de continuer. Ce qu’il fait sans se prier, arrachant un gémissement de plaisir à chacun de ses vas-et-viens. Le jeune a l’air bien expérimenté, quand sa langue s’attarde un peu plus longtemps sur son extrémité et que sa bouche l’englobe, aussitôt. Quand ses mains viennent se joindre à sa bouche, Quintus sait déjà qu’il ne pourra se retenir bien longtemps. Quand l’excitation est à son paroxysme, son prénom sort à nouveau de sa bouche, dans un souffle saccadé cette fois, comme pour le prévenir de la suite…



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Lun 29 Mai - 12:46

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 214 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Ses gestes sont aussi fébriles que ses pensées et s’il se tait, le regard perdu dans celui de Quintus, en lui tout n’est que tourments et rivières bouillonnantes. Les soupirs qu’il lui tire sont un chant délicieux, de ces mélodies qu’il se pensait incapable de faire résonner chez l’autre, lui qui était si malaisé quand il s’agissait de confiance en soi. Le Nott ne lui laisse pas trop de temps à la réflexion, fort heureusement, sinon sans doute aurait-il pris peur et aurait-il reculé. Le lieutenant baisse son sous-vêtement, faisant pointer une virilité dont il n’avait pas à rougir. Celui qui rougit, en réalité, c’est plutôt le plus jeune, qui pourrait bien mourir sur place, s’il n’était pas si vacillant. Les doigts de Quintus s’agrippent à sa tignasse sombre, le faisant approcher, et son cœur manque plusieurs battements, sous le coup de l’appréhension. Tout ça est tellement nouveau pour lui qu’il a l’impression de ne plus rien savoir, jusqu’à son propre prénom qu’il lui semble bien avoir oublié. Il le retrouve bien vite sur les lèvres de l’homme, quand les siennes viennent se poser, hésitantes, sur sa virilité. « Drefer… » Ce n’est rien de plus que son prénom, susurré sur des octaves qu’il n’a jamais entendues de la bouche de son beau-frère et ça suffit à lui faire un effet bœuf. Il se laisse glisser à genoux sur le sol du bureau, ses doigts accrochés aux cuisses de l’aîné tandis qu’il s’applique à lui procurer le plaisir qu’il veut lui tirer. Sa langue, sans doute malhabile, s’attache à le parcourir sans lui laisser le moindre répit, parcourant sa longueur avec une minutie presque militaire, insistant lorsque les soupirs du Nott se font plus lourds, lorsqu’il sent les crispations de son membre dans sa bouche. Très vite, ses doigts quittent les cuisses puissantes de son amant pour venir se perdre, eux aussi, sur cette rigidité qu’il n’a jamais aussi bien devinée qu’aujourd’hui, se délectant de l’air extatique qu’il lit sur son visage, tellement satisfait d’en être à l’origine qu’il pourrait bien finir par ne se contenter que de ça. Son prénom résonne une fois de plus et le souffle de Quintus se fait erratique ; s’il n’est pas coutumier de la chose, il a suffisamment parcouru son propre corps, dans le secret de sa chambre, pour savoir ce que cela signifie. Avec lenteur, ses lèvres le libèrent, sa main prenant le relais pour mieux englober la totalité de son membre et y appliquer le même rythme, tandis qu’il se relève, sa bouche venant accaparer la sienne avec fougue. Son corps se colle au sien, se nourrissant de sa chaleur et des frissons qui le parcourent, imprimant une danse presque frénétique avant de rompre le baiser quand il sent sa jouissance arriver. Il veut entendre son orgasme plus qu’il ne désire le voir et ce n’est que lorsque le Nott se répand dans sa paume en de longs jets brûlants qu’il consent enfin à s’arrêter, presque aussi essoufflé que lui. Ses joues sont toujours aussi rouges, son regard toujours aussi brillants, mais son sourire est tellement ravi qu’on peine presque à le reconnaitre. « Je n’avais pas la moindre idée que tu pouvais émettre de tels sons… » qu’il se moque, gentiment, son cœur battant la chamade. Son regard glisse sur sa main gauche souillée et il ne peut retenir une grimace comme il s’essuie sur sa chemise, la retirant au passage pour la jeter en boule dans un coin. Il est tellement à son excitation qu’il a complétement oublié cette marque qu’il avait pourtant bien pris soin de dissimuler…



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 17:27

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 301 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Il y a quelque chose de totalement enivrant à se laisser aller au plaisir avec une personne qui fait battre notre cœur un peu plus vite, à chaque fois. Quintus se demandait si Drefer ressentait de telles émotions. Après tout, ça avait été l’aîné qui avait dévoilé ses intérêts envers l’autre sorcier. Ils avaient tant attendu avant de se retrouver dans les bras l’un de l’autre qu’il avait au moins la certitude que ce n’était pas que son corps qui l’intéressait. Il se demandait juste si c’était parce qu’il était obligé de l’endurer parce qu’il lui avait ouvert sa maison. Une fois de plus, il avait suivi sa sœur. Ce qui n’expliquait pas tout à fait que son jumeau lui mente en plein visage. N’était-ce pas ce que leur relation était, après tout? Il y avait plusieurs indices qui permettaient à Quintus de croire que ses sentiments n’étaient pas si incertains que cela. Et de le retrouver là, dans son bureau et aussi heureux que lui à l’idée d’être seul à seul… Ça aidait également. C’était étrange de se laisser aller à quelque chose de nouveau, aussi. Drefer était le premier homme qui l’intéressait et le seul sur cette planète, d’ailleurs. La bouche du cadet sur sa virilité lui faisait totalement perdre la tête. Il sent déjà monter l’excitation à son paroxysme. Le rythme est si bien ajusté qu’il ne pourra se retenir trop longtemps. Quand une nouvelle fois il murmure son prénom, c’est plutôt pour l’avertir de la suite. Il ne voudrait pas qu’il se retrouve dans une situation qu’il ne souhaitait pas forcément. Il perd pied, le lieutenant. Tellement qu’une de ses mains finit par s’abattre sur le bureau pour y prendre appui. Les lèvres de Drefer arrêtent leur supplice, mais sa main prend le relais aussi rapidement, laissant échapper un hoquet de plaisir. Quintus gronde quand ses lippes frappent durement les siennes et il répond passionnément l’étreinte du plus jeune. Quand il ne tient plus, leur lèvres se séparent et il laisse échapper un dernier rauque incontrôlable, un long frisson parcourant l’entièreté de son corps. Sa main reste toujours accrochée au bureau tandis qu’il tente tant bien que de mal de retrouver ses esprits. « Je n’avais pas la moindre idée que tu pouvais émettre de tels sons… » Son regard qui se perds dans le sien, un sourire presque niais qui apparait aussitôt sur son visage. La vision devait être bien différente qu’à l’accoutumée, son souffle qui lui manquait, quelques gouttes de sueurs qui perlaient sur son front et enfin, ses joues rouges du plaisir qu’il venait de vivre. « Et je n’ai franchement aucune idée pourquoi nous avons attendu si longtemps. » C’est son seul regret. Celui d’avoir attendu des mois avant de se retrouver ainsi. Quand Drefer enlève sa chemise, c’est le seul moment où Quintus finit par reprendre des forces et il se rapproche avec violence, le corps du plus jeune se cognant une nouvelle fois sur ce bureau. Ses lèvres qui s’attardent longtemps sur les siennes et une pensée qui lui vient à l’esprit, sans qu’il ne puisse se retenir de la dévoiler. Entre deux attaques de ses lèvres : « Je t’aime… » Qu’il lui offre, pour la première fois. Même que ces mots sont tous nouveaux dans la bouche du mangemort. Il est le premier à les recevoir, n’ayant jamais trouvé le courage ni le moment certain pour le dire à sa femme d’abord. Il comptait bien lui faire ressentir la même extase qu’il venait de lui offrir, il se décida donc à laisser ses lèvres tranquilles et s’attarder à son pantalon. Quand son regard descendit un peu plus bas, il fut subitement arrêté par une marque rouge, formant un ridicule « N » qu’il n’avait jamais vu auparavant. Jamais. Ses mains arrête de s’afférer un instant et il se décolle déjà d’un pas, le souffle lui manquant toujours. Et ce n’était pas une bonne raison. « Qu’est-ce-que-c’est que ça? … » La cicatrisation qui avait déjà commencée, ce qui voulait dire qu’un simple Episkey n’aiderait en rien. Déjà ses sourcils sont froncés et l’ambiance vient de chuté de plusieurs degrés. Il lui avait dit qu’il n’avait pas d’autres blessures. Aucune.



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 18:25

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 214 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il y avait quelque chose de purement extatique à lire le plaisir sur son visage, à voir cette expression de béatitude sur ses traits, et à savoir qu'il en était à l'origine. Son cœur bat plus vite qu'il ne faudrait, ses joues sont encore rougies de ce qu'il ose... « Et je n’ai franchement aucune idée pourquoi nous avons attendu si longtemps. » Un point pour le Nott. Lui non plus n'en avait aucune idée. Peut-être que l'un comme l'autre bridait encore leur conscience, pensant préserver Mererid de cette affreuse trahison ? Peut-être qu'ils avaient épuisé leurs dernières forces à vouloir se retenir, peut-être qu'il était trop tard pour tout ça, maintenant. Drefer retire sa chemise, essuyant ses doigts dedans au passage, oubliant cette stupide marque que Nathaniel a gravé sur sa peau. Il est bien trop pris par son propre désir et sa propre envie pour raisonner encore clairement. Quintus fond sur lui, son dos heurtant une fois de plus le bureau et s'il grimace légèrement sous le choc, les lèvres du Nott font bien vite disparaître tout ça pour ne tout transformer qu'en soupirs de ravissement. C'est entre deux baisers que les mots qu'il n'aurait jamais pensé entendre un jour, viennent franchir le pas de ses lippes. « Je t’aime… » Sur le moment, le plus jeune se fige, pas certain d'avoir bien entendu, avant que son esprit ne reconnecte les pièces manquantes du puzzle et qu'il ne rougisse encore plus violemment encore. « Je... je... » Il ne sait même plus quoi dire, tant tout résonne à l'intérieur de sa tête et il ne reste que ce stupide sourire béat qui lui donne sans doute l'air idiot. Il n'a pas vraiment le temps de répondre quelque chose du même ordre, quand bien même il le voudrait, vraiment. Il suit des yeux le regard du Nott qui descend le long de son torse, il voit en direct son expression changer quand il tombe sur le « N » qui orne sa peau, cette marque à peine cicatrisée et bien trop fraîche pour être dissimulée. « Qu’est-ce-que-c’est que ça? … » Le lieutenant a reculé d'un pas et Drefer se sent comme un gamin pris en faute, mordillant sa lèvre inférieure et pointant ses doigts sur la plaie dans un espoir futilement naïf de la soustraire à son regard inquisiteur. Réalisant que c'est aussi idiot que vain, il les laisse vite retomber le long de sa cuisse, les yeux vrillés sur ses pieds. « C'est... » Il soupire, haussant les épaules. Après tout, il n'avait (presque) rien à cacher, pas vrai ? Mieux valait coller au plus près de la vérité. « Je... n'ai pas... tout dit... à propos de cette bagarre... » avoue-t-il, sans oser relever le regard. Etonnant comme Quintus pouvait, en l'espace de quelques secondes, le faire passer de l'être le plus désirable au monde à un vulgaire gosse pris la main dans le sac. « Trelawney m'a attrapé à la sortie du Ministère et enfermé dans une cabane abandonnée... » Il soupire, résigné. « J'ai pas de baguette... » Comme si cela était une justification valable. Il ne voulait juste pas que le Nott le regarde comme un faible, incapable de se défendre. « Il m'a cassé la gueule et fait cette stupide marque. Et après il m'a laissé partir. » Il relève enfin la tête, plongeant son regard dans le sien, presque agacé. « C'est déjà assez humiliant, j'avais pas envie de t'en parler... » Il a toujours l'air d'un gamin, mais plus boudeur que coupable. « Ca ne laissera pas de cicatrice, c'est sans importance. » A en croire l'aspect de la plaie, c'était peu probable qu'elle disparaisse sans laisser de trace indélébile, toutefois. Il détourne le regard, croisant ses bras sur sa poitrine. « Vas-y marre-toi un bon coup et peut-être qu'après on pourra reprendre où on s'est arrêtés ?.. »



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 19:11

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 301 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Quintus avait dit ces trois mots sacrés sans vriament s’attendre à une réponse du jeune. Bien qu’il aurait préféré être rassuré des sentiments de Drefer, le sourire qu,il lui offrit suffit à le calmer pour l’instant. « Je... je... » Toujours aussi incertain. Il lui faisait cet effet depuis on ne sait combien de temps. Bien que Quintus se demande s’il éprouvait les mêmes sentiments, il pouvait au moins être certifié qu’il arrivait à lui enlever les mots de la bouche. Leur étreinte est aussi passionnée qu’elle l’est depuis le début de leur rencontre et Quintus se faisait désormais une mission de lui rendre ce qu’il lui avait été donné. Il est fébrile, mais pas assez pour que ses prunelles ne remarquent pas la marque qui lézarde le bas de son flanc. Son cœur qui rate un battement, quand il relève les yeux à nouveau vers Drefer, le soupçon peut s’y lire sans aucun problème. Et de lire la honte dans le visage du jumeau, ça ne fait qu’attiser l’incompréhension chez le mangemort. Il lui avait pourtant dit qu’il n’avait pas d’autre blessure. Pourquoi lui avoir menti sur ce fait alors qu’ils allaient vraisemblablement tous les deux se retrouver nus l’un contre l’autre, hmmm? C’était absurde. Et ça n’en prenait pas beaucoup plus pour fâcher Quintus qui se sentait encore comme un idiot. « C'est... » Il aurait presque répondu un Quoi colérique, s’il était capable d’ouvrir la bouche. Au lieu de cela, il préférait tenir ses dents bien serrées l’une contre l’autre pour éviter de dire n’importe quoi… « Je... n'ai pas... tout dit... à propos de cette bagarre... » Sans blague. Il reste là, à quelques centimètres de lui. Juste assez pour dire qu’ils étaient toujours dans une certaine proximité. « Trelawney m'a attrapé à la sortie du Ministère et enfermée dans une cabane abandonnée... » Il siffle de fureur quand il parle du Phénix. Il se rappelle de les avoir vu discuter ensemble le soir du bal chez les moldus, justement. Et d’une certaine manière, il y avait une drôle de pensée qui lui venait à l’esprit. Quelque chose qui lui laissait penser que cette histoire avec le Trelawney ne s’était pas terminée là. « J'ai pas de baguette... » Encore pire. Si jamais Quintus avait été pris sans sa baguette, jamais il ne se retrouverait dans cette pièce avec Drefer. Il se serait battu jusqu’à sa mort. Car il ne se serait pas laissé faire. Donc oui, cela ne fait que renforcer davantage ses hésitations. « Il m'a cassé la gueule et fait cette stupide marque. Et après il m'a laissé partir. » Ses prunelles finissent enfin par se planter dans les siennes, mais l’agacement qu’il y lit ne lui plait pas du tout. « C'est déjà assez humiliant, j'avais pas envie de t'en parler... » « Tu pensais qu’elle n’était pas assez évidente pour que je la remarque?! » Il n’arrive pas à se retenir. C’était absurde et bien que Drefer semblait vraiment coupable, Quintus n’arrivait pas à se calmer. « Ca ne laissera pas de cicatrice, c'est sans importance. » C’était totalement faux. Et Jamais le Nott ne laisserait cette marque sur le flanc de Drefer pour l’éternité. Jamais. « Vas-y marre-toi un bon coup et peut-être qu'après on pourra reprendre où on s'est arrêtés ?.. » D’un coup, il avait complètement oublié ce qu’ils étaient en train de faire. D’ailleurs, Quintus a la décence de se pencher pour prendre son boxer de ses pantalons avant de les enfiler. Une conversation de ce type n’était pas tout à fait appropriée alors qu’il était littéralement nu devant Drefer. « Oh, mais je n’ai pas du tout envie de rire, Drefer. » Sa voix qui claque. Son ton glacial qui ne fait qu’en rajouter à l’atmosphère déjà pesante. « Je ne te comprends pas du tout. » Il est déçu plus qu’autre chose et cela parait dans sa voix qui s’est ralentie un peu. « Je suis là, à m’ouvrir pour toi. Tu n’arrives même pas à passer outre cette supposée humiliation. Mais ce n’est pas que ça, j’ai l’impression qu’il y a bien autre chose que tu me caches. Je vous ai vu, au bal. Trelawney et toi. Tout ce que je me rappelle c’est qu’il ne semblait pas n’y avoir que de la haine entre vous deux. Comment a-t-il fait pour te laisser une marque à cet endroit-là, hein? » Elle était relativement trop basse pour qu’il ne puisse penser à autre chose que ça. La douleur qu’il ressent est insoutenable et il recule à nouveau, juste assez pour se laisser tomber dans l’un des fauteuils qui font face à son bureau, l’une de ses mains couvrant son visage. Parce que là, le lieutenant, il a des envies de meurtre. Et pas seulement pour ce Trelawney…



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 20:56

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 214 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il est sans doute un peu naïf, Drefer, s'il s'imagine que cela va se résoudre de manière aussi simple. Quintus n'avait jamais été stupide, c'était d'ailleurs l'une des premières choses qui lui avaient plu chez lui. Il espérait malgré tout que le désir que pouvait éprouver le Nott suffirait à lui faire passer outre, à ne pas chercher les accrocs dans son histoire bien ficelée. Il réalise que ce ne sera pas le cas quand il voit son aîné remettre son sous-vêtement, le regard sombre. Le cœur du brun manque un battement quand il entend sa voix s'élever, sur un ton qu'il ne lui avait jamais entendu. En tous cas jamais adressé à lui... « Oh, mais je n’ai pas du tout envie de rire, Drefer. » Il retient son souffle, baissant brièvement les yeux ; si Quintus avait toujours été celui qui lui faisait se sentir plus fort, il savait aussi comment le mettre à terre en un rien de temps, visiblement. « Je ne te comprends pas du tout. » Il entend la déception dans sa voix, un brin de rancoeur aussi et il se sent encore plus coupable. Si le Nott n'avait pas verrouillé la porte, sûr qu'il aurait sans doute fui en courant, sans demander son reste. « Je suis là, à m’ouvrir pour toi. Tu n’arrives même pas à passer outre cette supposée humiliation. Mais ce n’est pas que ça, j’ai l’impression qu’il y a bien autre chose que tu me caches. Je vous ai vu, au bal. Trelawney et toi. Tout ce que je me rappelle c’est qu’il ne semblait pas n’y avoir que de la haine entre vous deux. Comment a-t-il fait pour te laisser une marque à cet endroit-là, hein? » Il change littéralement de couleur, son teint virant au livide. Touché... Il le voit s'éloigner de lui et se laisser tomber sur l'un des fauteuils, une main couvrant son visage, comme la rupture semble consommée. Il passe une main nerveuse sur sa nuque, ses yeux dérivant sur cette marque idiote qui venait de mettre le feu aux poudre. « Qu'est-ce que tu essayes de me faire dire, au juste ? » interroge-t-il avec une soudaine humeur, une lueur colérique s'allumant dans ses yeux. Il se sent pris au piège alors, comme les animaux blessés, il en deviendrait presque agressif. « Que j'ai couché avec lui ? » Son ton monte plus vite qu'il ne l'aurait voulu mais il n'arrive pas l'empêcher, quitte à empirer davantage la situation... Il inspire, profondément, cherchant à se calmer, son regard tentant de capter celui de son amant. Enfin... celui qui avait failli être son amant, plutôt. A l'idée de cette histoire qu'il attend depuis si longtemps et qui ne sera peut-être plus, il sent son cœur tomber en miettes au fond de son estomac. « Je l'ai fait... » murmure-t-il à demi-mots, avant de lâcher le morceau. « ...coucher avec lui... » Oh bien sûr, il aurait pu mentir, prétendre que Quintus se faisait des idées mais il n'en avait pas la force. Un mensonge de plus aurait été sa fin ; il mentait à Mererid, il mentait à son père et au reste du monde. Il ne pouvait pas aussi mentir au Nott... Impossible. « ...mais tu couches bien avec ma sœur... » qu'il tente, comme un moyen de se justifier, tout en sachant que l'argument ne tient pas. Il soupire, ses épaules s'affaissant brusquement. Quintus ne voudrait plus jamais le regarder, il en était désormais convaincu et ça faisait bien plus mal qu'il ne l'aurait jamais imaginé. « Je... » commence-t-il, baissant le regard à nouveau. « ...j'étais en colère et j'avais peur... » Ça n'excusait rien, sans doute... Ses doigts se resserrent autour du bord du bureau, à s'y enfoncer, les mâchoires serrées, attendant la tempête qui s'annonce.



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 21:43

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 301 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Si on lui avait dit que la situation finirait ainsi, il serait resté bien loin de son bureau, le sorcier. Il n’arrivait pas à croire comment la température avait pu chuter à un tel point. Surtout, il ne savait pas pourquoi Drefer s’était borné à lui mentir. Bien qu’il lui offre la réponse plus rapidement et violemment qu’il ne l’aurait souhaité. Il était assis sur son fauteuil, sentant son cœur s’effondrer en même temps que lui. Il venait de lui dévoiler l’intensité de ses sentiments. C’était comme s’il lui avait offert son âme et Drefer semblait presque s’en foutre. Finalement, il s’avérait que les deux Rackharrow piétinaient sur son cœur à leur bon vouloir. Que le jumeau était comme sa sœur, prouvant que Quintus s’était bien trompé. « Qu'est-ce que tu essayes de me faire dire, au juste ? » La colère qui se fait entendre dans la voix de Drefer permet à l’aîné de frissonner, en redoutant la suite. « Que j'ai couché avec lui ? » La dureté de ses mots le surprend et il enlève sa main de son visage pour pouvoir mieux observer le visage furieux de Drefer. Il n’avait pas à l’être, c’était plutôt le sorcier qui se faisait détruire un peu plus à chaque fois qu’il en rajoutait. Il le regarde plutôt horrifié désormais, parce qu’il n’avait pas du tout envie d’entendre la suite. Il n’arrivait pas à croire que Drefer, son Drefer ce soit laissé aller avec une autre personne. Un ennemi de surcroit. Un lâche. Un… homme. Avant lui. « Je l'ai fait... ...coucher avec lui... » Il a un haut-le-cœur, c’est ça où bien son cœur vient de lui lâcher, tout bonnement. Il veut qu’il se taise. Il n’en peut plus le sorcier, il tente tant bien que de mal de réajuster ses pensées. De savoir quoi faire, quoi dire, comment réagir, mais au lieu de cela, il reste comme figé. Incapable de bouger le petit doigt devant l’affreuse nouvelle qu’il vient d’apprendre. « ...mais tu couches bien avec ma sœur... » Qu’il l’attaque à nouveau et là, le mangemort doit bien perdre toute la couleur de son visage. Il ne croyait pas que Drefer puisse être aussi… Cruel. On lui avait souvent parlé de peine d’amour. De cœur brisé, mais ça avait toujours été quelque chose de si lointain. D’improbable aussi. Sans s’en rendre compte, ses yeux ont arrêté de le fixer depuis longtemps et son plutôt ancrées au sol, comme si cela pouvait l’empêcher de se dérober davantage sous lui. « Je... ...j'étais en colère et j'avais peur... » En colère contre quoi. Contre lui? Pourtant, Quintus n’avait pas fait grand-chose. Il avait même respecté Drefer dans chacune de ses décisions, il n’avait jamais voulu le brusquer. Et peur de quoi surtout. Il sait à peine se rendre compte de qu’est-ce qu’il se passe avant de porter sa main rapidement à son visage pour effacer une larme unique. Quintus Nott ne pleurait pas. Jamais. « De quoi? » C’est la seule chose qui sort de ses lèvres. Du moins, pour le moment. Car quand il se relève, la vitesse est si soudaine que même le fauteuil bascule vers l’arrière. Il fonce sur Drefer plus vite qu’il ne faut pour dire Revigor et sa force, à son paroxysme, lui permet de venir à nouveau plaquer le pauvre corps du jumeau sur le bureau. Sa main quant à elle s’agrippe sur le visage de Drefer, comme pour l’empêcher d’esquisser le moindre mouvement. « J’aurais préféré t’épouser toi si j’avais pu! C’était fucking évident tu ne penses pas?! » La colère est si fulgurante qu’il a du mal à s’empêcher de serrer trop fort son visage fraichement guéri. Il voit noir, pourtant, il voit quand même le visage de Drefer. De cet homme qu’il venait juste de dire je t’aime. Son cœur est partagé entre l’idée de lui faire éclater la cervelle et celle de le laisser partir pour ne plus jamais le revoir. Le pire, c’est qu’il n’a pas plus vu venir les larmes de rage et de douleur qui ruissèlent sur ses joues. Son père à lui l’aurait tué sur le champ, de le voir dans une telle position. Mais en réalité, il n’en a rien à foutre. Il ne fait que penser à l’idée de le voir là, mort, les prunelles sans vie et son cœur se brise encore plus. Il ne lui en reste plus aucune part, d’ailleurs. Quand sa main s’enlève enfin de son visage, ses doigts laissent une marque rouge, pourtant bien plus significatrice que celle qu’il porte sur son flanc. Il se demande s’il préfère le savoir mort plutôt qu’en compagnie de son autre amant. Il laisse échapper un drôle de grondement à l’idée et cela le force enfin à s’éloigner pour laisser Drefer respirer. Quintus se retourne pour sortir la baguette de son pantalon et pour tenter de l’enfiler. S’il y a bien une personne dans ce foutue pays qui mourra avant Drefer, peu important sa décision, ce serait bien ce Trelawney…



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 22:40

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 214 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il le voit bien se décomposer à mesure qu'il lui énonce ses vérités, lardant son corps de coups de poignards, les uns après les autres. Il s'en veut terriblement et, si l'espace d'un instant, il se dit qu'il aurait peut-être mieux fait de lui mentir, il renonce très vite à cette idée. Il ne voulait pas lui mentir, pas à lui. Et s'il devait le détester pour ça, alors il en assumerait les conséquences, aussi terribles soient-elles. « De quoi ? » Il détourne le regard, cherchant ses mots. Lui dire quoi ? Que le voir avec sa sœur était une souffrance qu'il supportait de moins en moins bien, encore plus quand ils devaient se cacher pour quelques minutes volées ? Que... Il n'a même pas le temps d'ordonner ses pensées un tant soi peu que le Nott se précipite hors de son fauteuil, le renversant au passage et fondant sur lui. Si son cœur manque un battement, une lueur inquiète traversant ses pupilles affolées, il n'a pas vraiment le temps de faire le moindre mouvement de fuite que, déjà, la poigne puissante de Quintus le cloue sur le bureau, le faisant grimacer. Son visage se retrouve pris entre l'étau indéfectible de ses doigts, son rythme cardiaque erratique menaçant de faire lâcher son cœur. Il connaissait les colères du lieutenant et, même s'il n'en avait jamais été la cible, il avait appris à les craindre. « J’aurais préféré t’épouser toi si j’avais pu! C’était fucking évident tu ne penses pas?! » Est-ce que ça l'était ? Si évident que ça ? De son côté à lui, Mererid et Quintus avaient l'air plutôt proches et heureux. Lui, il demeurait cette pièce rapportée qui ne trouvait pas vraiment sa place au milieu de leur couple et cette union censée les rapprocher ne faisait que les éloigner plus que jamais. Il ferme les yeux quelques secondes. Quintus va le tuer, il en est presque convaincu, mais ça ne l'affole pas plus que ça. Il est presque étrangement serein à l'idée aussi, quand il le relâche, il rouvre les paupières sans comprendre, son regard glissant sur les sillons salés qui viennent rouler sur ses joues pour mourir dans sa barbe. Il... pleure ? A l'idée d'avoir provoqué ça chez un homme pareil, un homme qu'il avait toujours vu solide en tous points, son cœur se serre encore un peu plus, le plongeant dans les affres de la culpabilité... Il s'est éloigné de lui et, s'il est désormais libre de ses mouvements, il préfèrerait presque que le Nott l'épingle contre un mur, l'encastre dans un meuble, peu importait. Qu'il le touche, seulement, même si c'était violemment, mais qu'il le touche... Tout mais pas cette indifférence résignée qui le pousse à enfiler son pantalon sans plus le regarder... « Quintus... » qu'il appelle, se redressant maladroitement de sur le bureau. Sa voix est rauque et cassée, il ne la reconnaît presque pas alors il se racle la gorge pour recommencer sur le même ton plaintif. « Quintus, s'il te plait... » Il glisse au bas du meuble avec lenteur, hésitant, avançant vers lui avec la prudence de la proie glissant vers le prédateur. Le Nott ne lui avait jamais fait peur et, aujourd'hui encore, ce n'était pas la peur qui lui faisait prendre tant de précautions... Il avance vers lui à pas comptés, un air presque désespéré sur le visage. Ses mâchoires lui font mal d'avoir été maltraitées ainsi mais il n'en tient pas compte, avançant toujours. Ses doigts se posent délicatement sur le poignet de Quintus, légers mais pourtant présents, comme il murmure à nouveau. « S'il te plait... » Sans attendre de réponse, ses bras viennent l'enlacer, sa tête venant glisser dans le cou du Nott, même s'il doit presque se mettre sur la pointe des pieds pour y parvenir... « Je t'aime... Me laisse pas... » Il a l'air d'un gosse qui supplie mais il n'est pas bien différent au fond. Ses lèvres viennent déposer un baiser dans son cou avant de se laisser glisser au sol, épuisé et brisé à l'idée qu'il ne l'abandonne... Sans qu'il ne comprenne comment, il se retrouve assis à genoux, ses bras entourant les cuisses du Nott, son front posé contre sa hanche, les yeux clos. « S'il te plait... » Son vocabulaire est soudainement affreusement limité...



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Sam 3 Juin - 23:46

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 301 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
S’il avait vraiment voulu savoir de quoi Drefer avait peur, il aurait sans doute dû le laisser tranquille. Au lieu de cela, il est tellement détruit qu’il s’en prend à l’homme qu’il aime. Drefer lui en avait donné toutes les raisons d’ailleurs, à lui dévoiler avoir couché avec ce traitre de Phénix. Et dire qu’il avait utilisé Mererid comme argument. C’était ce qui l’avait encore plus fait chier, parce que les sentiments qu’il éprouvait pour lui et sa sœur étaient tellement différents. La société actuelle faisait de lui un prisonnier de cette union. Dans tous les sens du terme, car jamais un lieutenant des Mangemorts ne pouvait fricoter avec un homme, d’autant plus un sang-pur. C’était comme gaspiller la crème de la crème. Et pourtant, c’était tout ce que le sorcier aurait souhaité. De pouvoir épouser Drefer. Certes, il aimait également Mererid, mais c’était tellement plus différent qu’avec son frère. Il ne pouvait pas comparer ce qu’il éprouvait ni pour l’un, ni pour l’autre. Il avait finis par relâcher son visage, se disant qu’il avait une autre personne à torturer avant Drefer. Car après tout, s’il lui en voulait autant, c’était aussi parce qu’il croyait désormais qu’il ne comptait pas assez à ses yeux. Pas assez pour se retrouver dans les bras d’un autre, en somme. Il s’apprête à transplaner, certain que la conversation est terminée quand la voix du cadet se fait entendre.  « Quintus... » Étrangement, elle suffit à l’empêcher d’user de sa baguette. Parce qu’il a encore trop mal. Parce qu’il est beaucoup trop faible aussi et que Drefer a toujours eu l’avantage au fond, n’est-ce pas? « Quintus, s'il te plait... » Quand il l’entend approcher, ses yeux se ferment aussitôt, comme si sa simple vue suffirait à le faire utiliser sa baguette directement sur Drefer. « S'il te plait... » Son corps se crispe tout entier quand le corps de Drefer se colle au sien, comme si c’était une sensation qu’il n’avait encore jamais ressentie. Il reste là, les yeux bien clos, mais il ne peut s’empêcher d’humer son odeur, comme si c’était la dernière fois qu’il pourrait le faire. Parce que c’était bien la fin, non? Avant même que leur histoire ne soit réellement commencée? « Je t'aime... Me laisse pas... » Là, il ne tient plus. Parce que ses paroles, bien qu’il aurait aimé les entendre plusieurs minutes plus tôt, elles faisaient tout de même leur effet. Là, il ouvre enfin les yeux, seulement pour affronter le corps de Drefer qui s’effondre à ses genoux. « S'il te plait... » Son putain de coeur qui flanche. À nouveau. Il est faible, le lieutenant. Il mériterait un Avada, sans plus de cérémonies. Surtout lorsqu’il se penche, finalement pour se mettre à la hauteur de Drefer. « De quoi avais-tu peur? » Qu’il se force enfin à lui demander. Et, quand sa main se repose à nouveau sur le menton de Drefer, c’est avec une douceur qui n’a rien à  voir avec quelques secondes plus tôt. « Moi, j’ai bien peur que tu sois celui qui me mène à la perte, Drefer. » Et pour sceller ses mots, ses lèvres viennent frapper les siennes, pour l’énième fois depuis le début de la soirée. En même temps, il décide d’enlever à nouveau son pantalon ainsi que ses sous-vêtements pour se retrouver nu, avant que ses mains ne s’attarde une fois pour toute au à celui de son vis-à-vis. Entre deux baiser, il lui confie : « Je suis faible… » Il sera d’ailleurs le seul à pouvoir en dire autant. Car il ne pourrait le montre à quiconque, même sa propre famille ne l’avait déjà vu dans un tel état de soumission. Les larmes qui avaient coulées sur son visage quelques instants plus tôt sont séchées désormais. Il a bien mieux à faire, forçant le corps du plus jeune nouvellement nu à se coller au sien. Et sa langue qui continue de se mêler à la sienne, sans pouvoir s’arrêter pour autant… L’excitation se fait aussitôt ressentir à l’idée qu’il puisse posséder enfin l’homme qu’il aime. Même après tous ces cris. Même après qu’il lui ait brisé le cœur, il paraitrait que l’amour nous faisait tout oublier. Un peu trop vite. Ne vous avais-je pas déjà dévoilé que Quintus était un homme faible, après tout? …



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Dim 4 Juin - 14:32

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 214 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Accroché aux cuisses du lieutenant, comme pour l'empêcher de partir, Drefer ne réalise même pas ce qu'il est en train de faire, encore moins la position dans laquelle il se met. Lui qui avait toujours prétendu préférer mourir plutôt que de se mettre à genoux, s'était déjà agenouillé devant lui pour la seconde fois. Et volontairement, ce qui ne faisait qu'ajouter à la chose. Et pourtant, il s'en fichait pas mal... Il est tellement effrayé à l'idée que Quintus ne s'en aille et le laisse là, pour ne plus jamais lui adresser le moindre regard qu'il est bien prêt à tout pour qu'il demeure ici. Et pourtant, le Nott se met à sa hauteur et il sent son cœur se rasséréner quelque peu, son regard venant chercher le sien. « De quoi avais-tu peur ? » Il remue la tête de gauche à droite, impuissant ; il avait peur de tellement de choses que la liste était bien trop longue. Mais surtout, en ce qui concernait Quintus, il avait peur qu'il ne se mette un jour à lui préférer sa sœur et à 'oublier complètement. Les doigts de l'aîné se ferme sur son menton, une fois de plus, mais avec douceur cette fois. « Moi, j’ai bien peur que tu sois celui qui me mène à la perte, Drefer. » Le bourreau se fend d'un sourire doux bientôt effacé par les lèvres de Quintus qui viennent se coller aux siennes, faisant bondir son cœur dans sa poitrine. Les doigts du Nott s'affairent, entre deux baisers, à les déshabiller tous deux, le faisant rougir avec intensité, mais le rendant encore plus impatient de la suite. « Je suis faible… » Drefer était loin d'être d'accord avec ça mais l'heure n'était pas aux débats et leurs langues qui se remettent à danser l'une avec l'autre lui font bien vite oublier ce qu'il a pu avoir l'intention de lui dire un jour. C'est tout naturellement que ses doigts viennent se nouer derrière la nuque du plus vieux et qu'il l'attire contre lui, se retrouvant allongé sur le sol avec Quintus au dessus de lui, le surplombant. Certes, ils sont étendus sur le sol et l'on a déjà vu plus confortable et plus romantique mais le Rackharrow n'en a que faire. Il se fout du romantisme et des mots doux, il ne veut que ressentir la présence du Nott sur lui, en lui, enfin. Ils avaient attendu si longtemps, repoussant l'échéance encore et encore, tant et si bien que cela en devenait presque insupportable. Il n'en pouvait plus d'attendre, encore moins quand il venait tout juste de manquer le perdre. C'est de lui même qu'il écarte les jambes, provoquant l'ouverture de son giron et les idées qui vont avec et, s'il a l'air d'une catin lubrique avec ses joues rougies et ses yeux qui appellent à la luxure, il l'assume totalement. C'est son corps qui se tend déjà, son dos griffé par le parquet sur lequel il est couché, ses doigts crispés sur la peau de son aîné, quitte à lui faire mal au passage, sans le vouloir. « Ne me force pas à te supplier... » Et à voir la lueur envieuse dans les yeux du Nott, il doutait fort d'en avoir besoin.



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Dim 4 Juin - 17:32

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 301 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Bien sûr qu’il était faible, Quintus. Il ne l’était pas souvent, voire jamais. Donc on pouvait bien lui laisser un moment de répit pour une fois, hein? Après tout, quand il avait appris pour ce Trelawney, la colère le rendit dans un état si fébrile qu’il n’arriva pas à penser autrement. Si Drefer pouvait faire ressortir tout l’amour qu’il éprouvait pour lui, le sorcier était tout de même habitué à ses états colériques depuis toutes ces années. Il avait toujours agi ainsi, impulsivement, en agissant avec cruauté et ne doutant jamais de ses actes. Même Perséphone avait du mal à le calmer quand il entrait dans cet état d’esprit, signe que le jumeau avait une nouvelle fois un avantage sur lui. Il en arriva à oublier le Phénix pour pouvoir se concentrer uniquement sur le bourreau qui tentait bien que de mal de l’empêcher de partir. En réalité, il pouvait accepter ce qui l’avait poussé à aller voir ailleurs. Il ne pouvait cela dit pas le comprendre, car les plaisirs de la chair étaient encore bien trop récents pour Quintus. Il paraissait cela dit que la frustration reliée à ça pouvait mener à bien des erreurs et ce que Drefer avait fait en était une. Mais le pire était qu’il l’avait fait avec un ennemi. Ça, l’aîné ne pourrait pas l’oublier de sitôt. Pas ce soir, pas pour les dernières heures qui leur restait avant que Mererid revienne de son père le lendemain matin. Il aurait bien préféré se rendre dans la chambre de Drefer pour la suite, mais non seulement c’était plutôt dangereux considérant la maisonnée, mais en réalité il n’en pouvait plus d’attendre. Et ça ne semblait pas déranger son vis-à-vis pour le moins du monde non plus qui semblait plutôt au bord du supplice. Rapidement, les deux hommes se retrouvent en tenue d’Adam, les mains de Quintus parcourant le torse du jumeau, étendu directement sur le sol. Il n’arrive pas à penser clairement, ses gestes sont saccadés, comme si on offrait enfin à un drogué une ligne de cocaïne après plusieurs années. Il en avait besoin, malgré une pensée qui s’insinuait dans son esprit. Lui rappelant que Drefer avait connu un autre homme. Un esprit de compétition qui s’érigeait, sans comprendre que les sentiments qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre arrivaient à faire toute la différence. Il a besoin de se prouver. Il veut faire gémir le cadet jusqu’à ce que les murs de son bureau tremblent. Il userait d’un sort de Silencio s’il le fallait, mais il était certain qu’il ne se retiendrait pas. Drefer est bien impatient quand il sent sous lui ses jambes s’ouvrir pour lui offrir l’accès qu’il rêve de combler depuis trop longtemps. « Ne me force pas à te supplier... » Non, il n’en avait évidemment pas besoin, car le mangemort ne tient plus. Il aurait pu s’y mettre aussitôt, mais la position dans lequel ils sont est encore trop éphémère, trop peu importante pour qu’il puisse s’y attarder encore. Il veut que ce soit spécial, il doit faire comprendre à Drefer qu’il n’a rien à voir à ce Phénix. Il use de sa force habituelle pour soulever le corps du plus jeune et de l’amener jusqu’à la banquette qui est acculée au mur du bureau. Il veut que leur regard ne se laisse jamais. Que leur corps soient scellés pour l’éternité. Ses lèvres qui s’accrochent à nouveau aux siennes, il recule presque à tâtons et quand il sent le fauteuil derrière ses mollets, il se laisse tomber lourdement. Drefer est déjà assis sur lui, la position lui offrant la facilité pour la suite des choses. Quintus se place tranquillement et quand il saisit sa chance, il rompt le baiser pour pouvoir observer le visage de Drefer. Pour ne pas le lâcher. Sa virilité s’insinue alors en lui, un sentiment de pleine jouissance peut déjà se lire sur le visage de Quintus qui sent déjà l’intimité du sorcier réagir à son contact. Il attend déjà pour la suite, qu’il puisse s’acclimater, d’avoir un regard de Drefer qui lui donnerait la permission de continuer, pour ne pas le brusquer…



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Dim 4 Juin - 18:48

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 214 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il ne se connaissait pas si lubrique, si plein de stupre, mais il fallait croire que Quintus réveillait chez lui bien des vices. Et puis, surtout, il attendait ça depuis longtemps, ayant dû se contenter jusque-là de baisers volés au détour d'un couloir et de gestes furtifs qui la laissaient sur sa faim, éveillant un désir qui ne pouvait pas être comblé. Pas encore. Alors, oui, il en crevait d'impatience, il se passerait donc des bougies et des pétales de roses. Des préliminaires aussi. Il ne voulait pas en arriver à devoir le supplier mais il était disposé à le faire s'il n'y avait que ça pour accélérer le processus et lui permettre d'obtenir enfin ce qu'il désirait. Pour autant, Quintus est disposé à le faire patienter encore un peu, pour son plus grand dam, comme il le soulève avec une facilité presque déconcertante. Il n'avait jamais été un poids plume mais le Nott n'avait clairement pas le même gabarit et le déplacer ainsi était chose aisée pour lui. Leurs lèvres s'accrochent à nouveau les unes aux autres, se dévorant avec application, à croire qu'elles ne voulaient plus jamais se lâcher et l'idée n'était pas fausse. Il aurait voulu rester enfermé dans ce bureau toute sa vie, le Rackharrow, et rien que de s'imaginer le Nott se détacher de lui pour retourner rejoindre sa jumelle avait le don de lui donner la nausée. Il ne voulait pas penser à ça, pas encore, pas alors que le moment pour lequel il avait été si prompt à se damner était en train de se dérouler... Son aîné se laisse tomber assis sur un fauteuil et Drefer se retrouve au-dessus de lui, ses joues rougissant adorablement de cette position dominante, mine de rien, les pupilles dilatées par le désir. Quand la virilité du Nott s'insinue en lui, prenant possession de son corps, il laisse échapper un hoquet étranglé qu'il retient par réflexe, se mordillant la lèvre inférieure. Si Mererid n'était pas là, ça ne voulait pas, pour autant, dire que le manoir était vide, bien au contraire, aussi fallait-il demeurer prudent malgré tout. Le Rackharrow grimace malgré tout quelque peu, les traits déformés par la douleur, car cela ne reste encore pas une chose habituelle, inspirant profondément pour s'exhorter au calme et à la détente. Lentement, ses muscles se décrispent, ses doigts explorant avec douceur le torse du Nott, un sourire presque béat sur les lèvres. Sa langue vient lécher les lippes du sorcier avec un air de défi avant de mordiller légèrement la lèvre inférieure de son amant, soupirant d'aise. C'est d'ailleurs lui qui, avec lenteur, surplombant Quintus avec envie, ses prunelles toujours brillantes d'envie, se met à onduler sur lui le premier, réveillant d'agréables sensations, son corps entier réagissant de façon bien agréable. Ses dents sont plantées dans sa lèvre, retenant ses soupirs pour les laisser mourir dans les oreilles de son aîné, son corps collé au sien et se nourrissant de sa chaleur. C'est contre sa gorge qu'il chuchote un nouveau « je t'aime », à peine audible, ses lèvres venant embrasser le creux de sa clavicule, s'arrêtant un instant, le souffle court, les doigts refermés avec force sur les flancs de l'homme...



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Dim 4 Juin - 19:26

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 301 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
Ils méritaient ce temps, l’un contre l’autre, depuis le temps. Cela faisait un an qu’il avait jeté son dévolu sur le Rackharrow. Un an qu’ils avaient commencé leur mission et que déjà Quintus savait qu’il ne voudrait pas le laisser partir de sitôt. Il avait marié sa sœur jumelle, de sorte qu’il pouvait le voir à chaque jour dans son manoir. Les deux amants étaient bien impatients et c’était compréhensible, après tout ce qu’ils avaient traversé. Il n’arrive pas à croire qu’il peut enfin le posséder et il profitait de chacune des secondes de râles de plaisir, qu’il lui offrait. La simple vision de Drefer qui se mordit la lèvre inférieure et cette expression mêlée à une légère douleur et une appréciation certaine suffisait à lui donner la sensation que son bas ventre était plus chaud que l’intérieur d’un volcan. Il ne tient presque plus, quand il est là, à attendre l’accord du sorcier pour continuer leur danse nouvelle. Et le jeune s’approche pour s’attaquer à ses lèvres, les prunelles du mangemort le dévorent sans ménagement. Il laisse échapper un long râle quand Drefer entreprend ses ondulations, ses mains s’enfonçant un peu plus sur ses reins, comme pour le forcer à bouger davantage. Quintus aussi tente de s’y mettre, en faisant tendre davantage son intimité, en l’envoyant valser encore plus profondément pour que tous les deux ressentent cette extase comme il n’en a jamais vécu. Quand il lui offre un Je t’aime, il croit rêver l’aîné. Cela n’a absolument rien à voir avec la manière dont il les lui a offerts quelques instants plus tôt, là ils prennent rapidement tous leur sens. Puis, il a besoin de plus, l’aîné, tentant de se prouver davantage. Il a l’impression qu’il se retient et il ne veut rien savoir. Il est prêt à en oublier les autres sorciers qui vivent dans le manoir l’espace de ces prochaines minutes, comme si ça valait la peine de mettre leur réputation en danger. S’il veut une plus grande emprise encore, il doit changer de position. Et il ne prend pas la peine de demander l’avis au plus jeune, quand d’un coup de flanc il inverse leur position. Leurs bouches ne pourront pas se retrouver de plus tôt, mais l’urgence n’est pas là. Du moins, pas pour le lieutenant qui est désormais à genoux devant la banquette, juste en bonne position pour continuer leur va-et-vient. De sa forte poigne, ses mains se déposent sur les cuisses de Drefer, le forçant à se rapprocher davantage. C’est à lui de bouger maintenant et il continue leur danse, s’enfonçant un peu plus profondément à chaque fois. À nouveau des perles de sueurs apparaissent sur son front, mais également sur son torse. La proximité lui permet également d’empoigner le membre bien solitaire de Drefer pour calquer les mouvements qu’il avait précédemment fait sur lui. « Ne… Te… Retiens pas… Qu’il halète entre deux coups. Il veut l’entendre crier son nom, il veut que sa marque à lui remplace celle indélébile qu’il portrait sur son flanc…



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Lun 5 Juin - 2:05

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 214 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Les sensations sont exquises et, parce que Quintus représente tant pour lui, cela n'en rend que l'acte plus significatif, plus beau aussi peut-être. Son corps le brûle mais jamais souffrance n'a été aussi délicieuse, jamais chaleur n'a été aussi vivace au creux de ses reins. Ses lèvres semblent décider à ne jamais quitter les siennes et peu lui importait qu'elles embrassent Mererid bien plus souvent qu'elles ne l'embrasseraient jamais, lui. Sur le moment, tout ça n'avait pas d'importance, même si le retour de bâton lui reviendrait brutalement dans la gueule sitôt ces instants d'extase passés. Le Nott inverse leurs positions avec facilité, le surplombant à son tour ou, en tous cas, le faisant passer dessous lui, son dos rencontrant la banquette un peu durement mais sans s'en offusquer. Ses doigts viennent empoigner ses cuisses, le faisant glisser davantage vers lui, leurs corps à nouveau unis et il en soupire d'aise, le visage basculé en arrière, le souffle court et le cœur prêt à lâcher. Chacun de ses soupirs est mesuré, retenu pour ne pas être trop sonore et ne pas les trahir, si jamais quelque oreille indiscrète venait à trainer par là. Mais, chaque mouvement de reins de la part de Quintus, plus puissant, plus présent, rend la chose de plus en plus malaisée, et il a bien du mal à étouffer les gémissements qui viennent naitre sur ses lèvres. L'aîné ne lui rend pas la tâche plus facile lorsqu'il se saisit de sa propre virilité, provoquant encore plus de rougissements, si tant est que cela ait été possible un jour... « Ne… Te… Retiens pas… » qu'il lui ordonne presque entre deux mouvements lascifs, comme une autorisation enfin donnée à voix haute et, s'il hésite un instant, sa conscience cherchant à lui rappeler le danger de se laisser aller ainsi, les doigts du Nott ont tôt fait de faire disparaître ses dernières inhibitions et il se met à gémir à voix haute. Ses soupirs deviennent grondements puis plaintes lascives, comme il murmure son nom, un peu prude certes, mais chaque amplitude du lieutenant en lui met à mal toutes ses retenues et c'est finalement sans les assourdir qu'il laisse finalement échapper les sons qui franchissent ses lèvres, lesquels traduisent le plaisir que Quintus lui procure. « Quintus... » qu'il implore, se sentant proche de la délivrance tant attendue... « Quintus ! » appelle-t-il davantage, sur une note sonore et trainante comme son plaisir se libère enfin, en vagues qui ravage son être de frissons, le laissant fourbu et épuisé, le cœur au bord des lèvres et le souffle court... Il demeure ainsi, allongé sans bouger, un long moment, cherchant à reprendre ses esprits, mais il pense bien les avoir définitivement perdus au profit du Nott. Il se redresse finalement avec lenteur, toujours un peu essoufflé, ses doigts venant s'accrocher à sa nuque pour le rapprocher de lui et l'embrasser avec douceur, se blottissant contre lui. Soudainement, il a froid et, plus que tout, il ne veut pas qu'il s'éloigne de lui. Pas encore.



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Jeu 8 Juin - 4:50

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 301 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
On dit souvent que l’amour nous fait ressentir des choses nouvelles, complètement vivifiantes que l’on n’arrive pas à toujours comprendre aussi facilement qu’on ne l’aurait cru. Pourtant, le lieutenant a l’impression que depuis l’instant même où ils s’étaient tous les deux avouer leur amour. C’était plus vrai, plus doux, plus… C’était plus, tout simplement et il avait du mal à se rendre compte de la chance qu’il ait. Non, en fait, en cet instant précis, alors que ses coups de reins se faisaient de plus en plus insistants, il avait sublime idée de ce que ça pouvait faire, d’aimer celui qui se trouvait dans ses bras. Il n’avait jamais envie que cela se termine, parce qu’ils savait que rien ne pourrait être aussi parfait que cet instant présent où son visage, ancré dans celui du jumeau, se délectait de chacun des râles de plaisir qu’il lui faisait vivre. D’autant plus depuis que sa main s’était jointe au plaisir et avait empoigné sa virilité comme il le méritait. Cela ne pouvait pas durer éternellement, il le sentait quand le membre du jumeau se contractait ainsi, prêt de s’offrir à l’abandon. Il lui donne le droit de crier son amour sur tous les toits, il se perd à oublier où il se trouve. Ce qu’ils risquent tous les deux si on les surprend, parce qu’il ne veut pas qu’il conserve cette gêne qu’il avait l’habitude de revêtir en temps normal. Déjà, ses soupirs se font plus insistants, ses gémissements de plus en plus forts à mesure que la cadence s’accélère. « Quintus... » Sa voix est plaintive, mais l’aîné ne s’arrête pas pour autant, car aucun des deux n’en a eu assez. Lui aussi sent rapidement la chaleur monter en lui, attendant néanmoins la pleine satisfaction du brun avant la sienne. Et elle vient, dans un cri à peine étouffé où son nom résonne sur les murs du bureau. « Quintus ! » Il s’épand dans un dernier soupire et Quintus peu en faire de même, désormais qu’il lui ait démontré combien il l’aimait. Leur corps est en sueur, à tous les deux et Quintus peine à retrouver son souffle. Les retrouvailles. La colère. L’amour. La plénitude. Beaucoup trop de sensations avaient été vécues ce soir et il se sentait vidé, dans tous les sens du terme. Le corps de Drefer se détache quelques secondes seulement pour qu’il vienne s’emparer de ses lèvres et un léger rire sort de ses lèvres, comme il se rend compte qu’ils n’arrivent pas à se lâcher. Il s’étire rien qu’un peu pour agripper la jeté qui trône sur le bras de la banquette et il en couvre le corps du jumeau, plus parce qu’il avait remarqué la chair de poule sur son corps. Certainement pas pour la pudeur, car Quintus aurait bien préféré le voir nu pour les heures qui leur restaient. Ses deux bras l’enserrent dans un étau et il laisse reposer sa tête contre lui. Tout ça n’était qu’éphémère. Un moment qu’ils ne pourraient vivre qu’en cachette. Peu souvent. Et déjà, le cœur du mangemort était brisé en mille morceaux à l’idée d’être éloigné de lui. « Désolé de t’avoir mêlé à tout ça… » Qu’il lui souffle doucement. Il n’imaginait pas comment Drefer devait se sentir, quand il le voyait en compagnie de sa sœur. Lui souriant, l’empoignant par les hanches, l’embrassant… Il remerciait la vie de lui avoir fait rencontrer les Rackharrow et évidemment, Mererid. Le fait qu’elle soit aussi froide d’apparence que lui, ça devait un tant soit peu aider Drefer. Enfin, il espérait que ce soit le cas. De ses deux mains, il prend la tête du sorcier pour que leur regard se croise à nouveau. « Et je crois enfin ceux qui disent que l’amour rend fou. » Il tente un léger sourire, comme pour se faire pardonner, avant de l’embrasser à nouveau. Ils n’ont pas beaucoup de temps, quelques heures, alors autant ne pas se prendre davantage la tête!



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Mer 28 Juin - 13:09

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 214 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Leurs plaisirs respectifs se relâchent mais lui, il demeure blotti contre le Nott, frissonnant tout à coup de froid. Maintenant qu'ils se sont détachés l'un de l'autre, la réalité le rattrape et il se sent soudainement outrageusement seul à l'idée que, dans quelques heures, Quintus retournerait auprès de Mererid, le laissant dans son coin. Il tente de chasser cette image de son esprit, quand bien même c'est difficile, se concentrant sur la respiration du Nott et la calquant sur la sienne pour se calmer un peu et reprendre ses esprits. L'aîné attrape une couverture qu'il tire sur son corps dénudé et le Rackharrow se détend quelque peu, fermant les yeux à demi, sa tête reposant contre le torse du Nott. « Désolé de t’avoir mêlé à tout ça… » Il soupire, le brun, remuant légèrement la tête, en signe de négation. Ce qui lui arrivait, il l'avait choisi, au fond. Il aurait aussi bien pu refuser les sentiments de Quintus quand il les lui avait exprimés. Peut-être que ça aurait été mieux, pour tout le monde et surtout pour lui... Mais on ne l'avait jamais regardé de cette façon, on ne l'avait jamais vraiment aimé avec autant de force non plus, et il avait été égoïste en revendiquant quelque chose qui ne lui appartenait pas. Parce qu'il avait beau se bercer d'illusions autant qu'il le souhaitait, Quintus était marié à sa sœur jumelle et il ne serait jamais à lui, jamais plus de quelques heures, dans une alcôve dissimulée et en cachette. Les mains du lieutenant viennent enserrer son visage, le tenant en coupe pour lui faire relever la tête et le regarder. « Et je crois enfin ceux qui disent que l’amour rend fou. » Ses lèvres viennent trouver les siennes à nouveau et il se laisse embrasser avec délice, profitant encore un peu de ces quelques instants volés qui ne seraient bientôt plus qu'un rêve lointain et inatteignable. Il finit par rompre le baiser, un brin rosissant, laissant échapper un léger rire amusé. « C'est pour ça que tu étais à deux doigts de me tuer ? » qu'il demande, l'air de rien, quand bien même il a eu peur, un bref moment, que le Nott ne lui fasse vraiment la peau et qu'il ne tue, tout simplement, là, sur son bureau. Son visage retombe mollement sur le torse du mangemort, ses doigts s'accrochant à la couverture qui le recouvre pour la tirer davantage sur lui. « Faut pas que tu me laisses... » qu'il décrète, ses paupières se fermant malgré elles comme il se positionne pour être le plus à l'aise possible sur son torse puissant. C'est bien rapidement qu'il finit par s'endormir contre lui, volant un peu plus de ces instants si agréables qui ne lui appartenaient pourtant en rien. Mais il voulait bien être un voleur, pour une fois...



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Sam 1 Juil - 2:00

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 301 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : strangelove . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
malle
raise your wand
 
D’une certaine manière, Quintus ne souhaitait pas quitter le bureau pour aucune raison qui soit. Il aurait aimé n’avoir aucune responsabilité. Ne pas être un sang-pur, ni mangemort, ni un Nott, ni marié. Il aurait souhaité pouvoir rester là, Drefer lové dans ses bras jusqu’à la fin de l’éternité. Il n’y avait pas de meilleur moment que maintenant, après l’amour qu’ils venaient de vivre. Ils étaient fatigués, mais leur respiration restait toujours liée, rythmée. La vie fait bien mal les choses vous me dites, car bien trop de choses l’empêchaient de rester dans ce bureau plus de quelques heures. On ne pouvait pas lui ficher la paix. La couverture sur le plus jeune, Quintus ne se lasse pas de respirer son odeur, le visage dans ses cheveux. C’était donc ça, l’amour. Il comprenait bien mieux tout ce qu’on avait pu en dire. Et surtout, il pouvait enfin se rendre compte de la vengeance qu’on ressentait lorsqu’on touchait à ceux qu’on aime. Le Trelawney ne payait rien pour attendre, il devrait remercier le poids du sorcier qui l’empêchait de bouger. Une fois que ses lèvres capturent les siennes, il a à nouveau l’impression que rien ne peut les atteindre. Et le visage de Drefer qui se darde devant le sien, de ses joues qui rosissent comme elles-seules savent le faire. « C'est pour ça que tu étais à deux doigts de me tuer ? » Qu’il demande, avec un pointe d’humour que l’aîné ne réussit pas à atteindre. Sa mâchoire se serre et il roule ses yeux dans ses orbites, il se rapproche pour cacher son visage dans le cou du jumeau. « Tu devrais savoir qu’il ne faut pas me chercher! » Il arrive presque à parler avec un ton enjoué, mais c’est plutôt limite. C’est vrai quoi, on ne cherchait pas le Nott sans se retrouver dans une mauvaise posture. Drefer l’avait fait en se présentant à demi à poil avec la marque d’un autre homme sur son corps. Et il voulait être le premier à le goûter, tout simplement. La jalousie était un satané défaut! Ils finissent tous les deux par se calmer, Drefer reprenant place sur son torse et il finit par laisser aller : « Faut pas que tu me laisses... » Non Jamais. Quintus ferait tout en son possible pour que jamais ils ne soit séparés. Il devrait trouver un moyen. Avec Mererid. Son cœur ne supporterait pas la perte ni de l’un ni de l’autre. « Jamais. » Qu’il dit, en réaffirmant sa poigne sur le cadet. Ils restent ainsi collés l’un à l’autre de longues minutes quand il entend la respiration de Drefer s’alourdir, signe qu’il a rejoint le pays des rêves. Quintus se concentre sur sa respiration et une fois de plus, celle-ci se rythme à l’autre homme et il s’endort lui aussi, oubliant tous ceux qui se trouvent dans ce manoir.



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


 

[HOT +18] I will follow you into the dark - ft Quintus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» flashback - I'll follow you into the dark
» I'll follow you until you love me, Papa~paparazzi ! [Pv Sasuke]
» Follow me in Wonderland ~
» FOLLOW ME DEEP SEA BABY~ ft. keelan
» i follow you dark room honey -- mardi dix juillet, 16h42.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Habitations :: Manoir Nott-