indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
I CAN'T LOVE YOU IN THE DARK ❱ quinrid [rp express]

()
Parchemin envoyé Mer 17 Mai - 2:34

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 321 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : Moi . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
avatar
 
I can't love you in the dark.
Quintus et Mererid
It feels like we're oceans apart, There is so much space between us. Maybe we're already defeated.


6 avril 1991
Il s’en veut atrocement, tellement qu’il a quitté le manoir Nott depuis maintenant vingt-six heures. Il est onze heures du soir passé quand il franchit la porte de sa demeure, la pluie ruisselant toujours de sa cape de sorcier. On aurait dit que la météo s’était agencée à ses émotions, le rendant encore plus maussade et incertain. Il est frigorifié, son corps tout entier tremble quand il remet sa cape à l’elfe de maison qui l’accueille. Ce dernier le dévisage presque, mais Quintus ne le remarque pas. Il aurait pu se sécher avec sa baguette un nombre incalculable de fois, pourtant, il était toujours détrempé et immobile, sur le pas de sa porte. « Vous allez bien, maître? … Voulez-vous que je fasse venir M. Curning? » L’elfe tremble lui aussi, comme s’il ne sait pas quoi faire. Là, les prunelles du mangemorts se concentrent sur le vieux serviteur, mais il laisse échapper un soupire en guise de réponse. Certes, l’obstétricien était sans doute sur place pour surveiller l’état de sa femme, mais il n’était pas malade lui. Hier, quand Mererid s’était évanouie, il avait attendu dehors jusqu’à ce que le médicomage sorte de là pour lui annoncer l’affreuse nouvelle de la perte de son fils. Persée attendait près de lui et elle avait pleuré pour lui, ressentant la douleur que vivait son frère aîné. Il avait expressément fait comprendre à l’homme qu’il devait s’assurer que Mererid s’en sorte vivante, ce qui devait expliquer le fait qu’il se trouve encore au manoir ce soir. Son corps comme son esprit est épuisé, il a besoin d’une bonne douche brûlante pour dénouer ses muscles endoloris. Pour effacer aussi le sang qu’il a sur ses poings, ayant préféré utiliser ses derniers plutôt que sa baguette dans un affront pas plus tard qu’une heure auparavant.

Ses pas sont lourds et lents quand il monte les escaliers jusqu’à la chambre principale du manoir, dans l’aile sud du manoir. On dirait que l’elfe a fait savoir aux autres membres de la demeure de ne pas déranger le maître, parce qu’aucune de ses sœurs ne sortent de leur chambre. Ni même Alyssa. Ses prunelles se dardent un peu trop longtemps sur la porte de Drefer, mais il continue tout de même le chemin. La vérité, c’est qu’il en veut au jumeau de ne pas l’avoir retenu. À sa femme aussi de l’avoir jeté comme un simple paria, comme s’il ne valait rien. Mais surtout, il se déteste lui. Pour n’avoir pas pu être assez forts pour rester pour le réveil de Mererid. Pour ne pas avoir pu sauver l’héritier. De ne pas être assez bon à ses yeux. Pour que sa femme ne veuille pas l’avoir de sa vue dans un moment aussi crucial. Finalement, peut-être que le mangemort était aussi amer et inutile socialement que tous l’auraient voulu. Son cœur de pierre était plus prouvé que jamais. Il se demandait encore comment il affronterait le regard de Mererid. Si elle était dans leur chambre. Elle pouvait très bien s’être installée dans une chambre d’ami pour ne pas supporter sa simple présence. Honteux et angoissé, sa main se déposa sur la poignée de sa porte pour l’ouvrir avec une lenteur surprenante. Il faisait plutôt noir dans la chambre, le sorcier eut du mal à s’habituer, si bien qu’il attendit quelques secondes à l’entrée de la chambre, pour s’acclimater. Il aperçut un corps enveloppé dans les couvertures du lit, mais il ne tourna pas pour autant la tête. Il n’était franchement pas prêt à cet affront. Couillons. Lâche.

Il décida d’abord de se rendre à la salle de bain des maîtres pour laisser tomber au sol ses vêtements lourds et glacés. Il passe plusieurs autres minutes sous la douche. Il tente de retrouver le calme intérieur. De placer les mots dans sa bouche pour qu’elle ne pense pas qu’il est encore pire qu’elle ne puise l’imaginer. Quand il sort de la chaleur invitante de l’eau, il redoute encore trop l’affront. Il est pris au piège. Il se sèche aussi rapidement que faire se peut et enfile un bas de pantalon de pyjama, avant d’entrer à nouveau dans la chambre. Il espère qu’elle dort. Ça serait franchement plus facile. Il laisse la faible lumière allumée à l’extrémité de la chambre et embarque dans les couvertures, en fixant un peu trop longtemps le plafond de leur lit. Le silence est pesant, ce qui lui permet enfin de prendre son courage à deux mains et de tourner son corps tout entier pour observer le corps de sa femme. Elle a les yeux fermés. Elle semble plus paisible que jamais. Comme si déjà, elle avait retrouvé toutes ses forces. Une panique infondée s’ensuit. Le sorcier se demande si elle n’est pas trop immobile, justement. Bien qu’il ait aimé la voir réellement endormie pour ne pas avoir à s’expliquer, il se serait attendu à recevoir les cris de haine de Mererid. Il se relève et se rapproche doucement d’elle, jusqu’à apposer son visage juste au-dessus du sien, pour savoir si elle respire. Simplement. Quand il se rend compte qu’elle est belle et bien en vie, il est trop tard et il fait désormais face aux yeux de sa femme qui s’ouvrent à une vitesse ma foi… Fulgurante. Plus que tout ce qu’il a accompli depuis son arrivée dans le manoir, quelques minutes plus tôt…


Made by Neon Demon



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Jeu 18 Mai - 4:07

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 443 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood, Perséphone, Obstinato. Signature codée par Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : mère au foyer. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott, le père de ma fille. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

I can't love you in the dark
It feels like we're oceans apart, There is so much space between us. Maybe we're already defeated.
Le premier éveil est le plus difficile. Toute entière engourdie par les potions médicamenteuses que le Dr Curning lui a administré sans qu'elle ne s'en souvienne, elle ouvre les yeux sur son frère assis à même le sol, qui s'est endormi avec la tête posée sur le bord du lit. Une douleur sourde au ventre tente de se rappeler à elle, à la manière d'un souvenir trop vivide faisant son chemin jusqu'à ses pensées conscientes. Tout lui revient brusquement et elle se plaque une main sur la bouche pour étouffer ses sanglots. Elle ne veut pas le réveiller, elle craint de ne pouvoir retenir en elle la douleur s'ils échangent ne serait-ce qu'un regard. Mais les larmes ne s'arrêtent pas de couler et ses épaules se secouent au rythme de sa peine. Une tristesse faite d'incompréhension, d'errance, de perdition. Mais aussi d'autre chose ; d'un mélange de tout ce qu'elle a retenu en elle depuis quelques temps déjà. Quand tout à coup Drefer lève les yeux vers elle, les barrières finissent de céder et ses pleurs redoublent. C'est à peine si elle sent les bras qui l'entourent tandis qu'il se glisse dans le lit à ses côtés, lui soufflant des mots qu'elle n'entend pas. Elle reste ainsi de longues minutes, piégée dans une spirale où aucune pensée cohérente n'a sa place, jusqu'à ce que la fatigue l'emporte à nouveau.

La fois d'après, c'est presque facile. Surtout, elle se doit de ne pas repenser à cette scène, pour éviter de réveiller des émotions qu'elle est incapable de gérer. Elle s'en fait une mission ; chaque seconde de chaque minute qu'elle passe éveillée, elle s'occupe l'esprit avec autre chose. Elle entreprend de relire les rares livres qu'elle a ramené de chez ses parents et qui ne contiennent pas grand chose d'exceptionnel. Elle n'ose pas demander à Drefer pourquoi Quintus n'est pas encore rentré, si bien que la question reste en suspens entre eux. Si au début, elle arrive à ne pas y penser de la même manière qu'elle occulte le souvenir de sa fausse couche, bientôt elle réalise qu'il va peut-être véritablement la répudier. Cette crainte, construite uniquement à partir de ses incertitudes, se met à grossir comme une tumeur en elle au fil des heures qui passent. Madame Nott et ses enfants viennent lui parler quelques minutes, lui exprimant leur tristesse et leur compassion, mais elle ne lit ni dégoût ni rejet sur leurs visages. Même si certains, comme Persée, ne la portent pas spécialement dans leur cœur, aucun ne lui souhaite une telle chose ni ne ne la pousserait dehors - après ce que Mererid considère pourtant ni plus ni moins comme un échec personnel.

Elle a été trop dure avec lui, sûrement, songe-elle en tournant dans leur lit. Blesser les sentiments d'autrui, c'est un concept qu'elle a du mal à maîtriser mais qui ne lui est pas totalement étranger. En général, elle le fait volontairement aux autres. C'est un bon moyen de les affaiblir, de leur prouver qu'on a du pouvoir sur eux. Ce qu'elle a fait à Quintus, c'est bien différent. Cela relève de l'instinctif ; elle n'a pas réfléchi, pas pensé les mots qui sont sortis de sa bouche. Sa dernière défense, ce fut le rejet. Aucun avertissement ne l'a précédé, puisqu'elle même ignore ses propres limites le plus souvent - jusqu'au point de rupture. Elle n'est à l'évidence pas prête à l'accepter si proche d'elle, assez pour assister à un tel moment, mais elle lui ment tant et depuis si longtemps qu'il n'aurait jamais pu s'en rendre compte si ce n'était pas arrivé. Lui qui n'a guère connu de femmes, comment aurait-il pu deviner que le plus souvent, elle ne fait que tolérer leur intimité ? Elle-même n'en est qu'à peine consciente, n'ayant jamais appris à écouter ce que son corps et son esprit lui soufflent.

Elle a fini par s'endormir, malgré ses pensées confuses et agitées, et avec le vain espoir qu'il soit là quand elle se réveillerait le lendemain matin. C'est le bruit de la douche qui finit par la réveiller ; une mélodie inhabituelle à cette heure-ci, qui suffit pour qu'elle ouvre un instant les yeux et réalise qu'il est rentré. Son odeur flotte encore dans la pièce, et en la respirant elle se surprend à lâcher un soupire de soulagement. Mais pourquoi est-il parti si longtemps ? Vingt six heures qu'il a quitté cette pièce et qu'il l'a laissé seule avec ses doutes. Quand elle entend la porte de la salle de bain, elle referme les yeux et s’évertue à imiter la respiration profonde de ceux qui dorment d'un sommeil sans rêves. Elle sent le léger tremblement du lit indiquant qu'il s'est couché à coté d'elle, puis sa chaleur lui parvient ainsi que l'odeur mêlée de sa peau et du savon. Malgré sa fatigue et ses courbatures, tous ses sens sont en alerte, à l'écoute de celui qu'elle a cru avoir perdu pour de bon. Elle ne veut pas montrer qu'elle est éveillée pour ne pas briser cette réalité agréable et réconfortante ; pour quelques instants au moins, avant qu'elle ne se rendorme, elle veut profiter de cette douce illusion que rien ne s'est passé.

Le léger mouvement du matelas et le souffle sur son visage, indiquant qu'il s'est approché, lui font brutalement ouvrir les yeux. Réflexe presque épidermique. Elle le fixe de ses grands yeux, cernés et accusateurs. Elle a peur mais elle ne sait rien faire d'autre qu'attaquer, manipuler, mentir. Admettre sa terreur qu'il l'abandonne, elle en est incapable, alors elle trouve un moyen détourné de s'exprimer. « Où étais-tu ? » Trois mots qui claquent froidement, et l'air qui se transforme en électricité autour des époux. « Une journée entière sans nouvelles. Je me suis réveillée seule. » Encore un mensonge. Elle veut qu'il culpabilise comme elle a souffert de se penser rejetée, détestée. Incapable de supporter la place à laquelle elle se trouve, elle fait tout pour inverser les rôles, pour qu'il soit le coupable et elle la victime. C'est pourtant elle qui l'a chassé, elle s'en souvient avec clarté - c'est d'ailleurs tout ce dont elle arrive à se rappeler, réalise-t-elle soudain. Surprenant, comme il est facile d'enterrer les moments les plus difficiles de sa vie, pense-t-elle naïvement. Elle le dévisage, d'apparence aussi imperturbable que la pierre malgré la multitude d'émotions qui l'assaillent sous la surface.
(c) AMIANTE




‘Cause she’s just like the weather, Can’t hold her together. Born from dark water, Daughter of the rain and snow. She wants the silence But fears the solitude. She wants to be alone And together with you. F&themachine

Parchemin envoyé Dim 28 Mai - 1:43

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 321 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : Moi . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
avatar
 
I can't love you in the dark.
Quintus et Mererid
It feels like we're oceans apart, There is so much space between us. Maybe we're already defeated.


6 avril 1991
Quand il l’observait, avec la lumière aussi tamisée, il avait l’impression qu’elle ne bougeait. Que son corps n’était pas secoué doucement par sa respiration. Peut-être que la perte de l’enfant s’était aggravé depuis son départ. Si c’était le cas, il aurait la tête du Dr. Curning sur un plateau dans l’heure qui suivait, il fallait en être assuré. Le mangemort s’était rapproché d’elle jusqu’à déposer l’une de ses mains de l’autre côté du matelas. Entourant sa femme de ses bras et en tentant de déceler le moindre signe qu’elle dormait paisiblement. Et à la seconde où il ressentir ton souffle sur sa joue, il fut confronté à deux prunelles le dardant telles un coup de Doloris. Figé, ses pupilles se dilatèrent néanmoins. Il semblerait que ce ne soit pas seulement la lumière qui ait cet effet chez l’Homme. Les émotions qu’il pouvait ressentir en présence de l’ancienne Rackharrow le changeait. Même ses sœurs pouvaient voir qu’il était différent depuis que les deux jumeaux étaient entrés dans sa vie. En bien, pour la plupart du temps. Enfin, sauf peut-être aux yeux de Persée qui perdait indéniablement son frère pour de bon. Pendant quelques instants, il a l’impression d’être un enfant qu’on a pris la main dans le sac. Son souffle qui s’est arrêté, son corps qui ne bouge toujours pas. Comme si le fait qu’il soit immobile le camoufle aux yeux de la belle. Absurde. Et il pouvait déjà le deviner en remarquant l’air qui traversait ses paupières. À faire courir n’importe quel animal la queue bien entre les jambes… « Où étais-tu ? » Son ton qui claque. Il répond donc sur la même lancée : « En mission d’une extrême importance. » Pas tant que ça, il fallait l’avouer. Mais plus pour pouvoir supporter davantage l’ambiance qu’il avait fui plus de vingt-quatre heures auparavant. « Une journée entière sans nouvelles. Je me suis réveillée seule. » C’est à ce moment-là que les sentiments de honte et de désespoir refont surface. Elle pense passer pour la victime. Bien qu’elle le soit en tous les sens du terme étant donné ce qu’elle avait vécu, Quintus n’oubliait pas ce qui l’avait poussé à quitter le manoir au plus vite. Il détend son bras gauche de sorte qu’il s’éloigne un peu de Mererid et à se trouver juste de son côté du lit. « Tu m’as chassé comme si je n’avais plus ma place dans ma propre maison. » Il le lâche avec une tristesse apparente. Dans son visage, il n’y a aucune dureté que tous les sorciers de la planète ont su affronter. Lui aussi avait perdu un enfant. Son héritier, un garçon en plus. Elle l’avait chassé comme s’il n’avait aucune importance. Comme s’il n’était rien. « Ça ne m’en a pas pris plus pour me décourager. » Qu’il rajoute. L’un comme l’autre était déjà assez handicapé des sentiments comme ça. Ils avaient tous les deux bien du mal à s’y faire et au moins, Quintus tentait de mettre au clair ce qui s’était produit. De lui faire comprendre que ce que Mererid avait fait l’avait touché presque autant que la perte de l’enfant.

Made by Neon Demon




OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Mer 14 Juin - 16:11

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 443 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood, Perséphone, Obstinato. Signature codée par Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : mère au foyer. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott, le père de ma fille. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 


En mission d’une extrême importance. Mererid se retient de rire sèchement, une moue se dessinant sur ses lèvres. Une justification parfaite, à laquelle elle ne peut s'opposer : combien de fois a-t-il quitté le manoir en urgence, pour remplir ses devoirs de lieutenant ? Contrairement à la majorité des mangemorts, il n'est pas aisément remplaçable et sa présence est souvent requise. Il n'a d'ailleurs pas le choix, et elle le sait très bien. C'est pour ce pouvoir qu'il tient entre ses mains qu'elle s'est félicitée d'avoir attiré son regard, mais à l'instant elle n'a rien à répondre ; aucune raison acceptable de continuer à le fusiller des yeux, puisqu'après tout elle aussi ferait passer la cause mangemort avant lui. Mais est-il entièrement sincère ? « Tu m’as chassé comme si je n’avais plus ma place dans ma propre maison. » Elle le dévisage sans chercher à s'en cacher, fascinée par les émotions qu'elle voit défiler sur ses traits. Au fil des semaines, l'image qu'elle se faisait de lui s'est envolée fil par fil, jusqu'à ne laisser que ce visage presque douloureux de sincérité. Sa souffrance se glisse entre les failles de la carapace de Mererid, et vient doucement faire écho à la sienne. Tout deux pleurent l'héritier, même si elle voit bien qu'il n'a pas tout à fait les mêmes raisons qu'elle. Il voit la famille qu'ils auraient dû former, sûrement, la chaleur d'un foyer, des enfants à aimer sans conditions. Elle touche du bout des doigts ce beau tableau, sa main s'avançant comme pour effleurer la joue de Quintus. Mais l'image d'Epinal lui fait l'effet d'une brûlure ; elle retire presque sitôt sa main, déglutissant. Non, cet être qui avait vécu en elle quelques temps n'était rien d'autre qu'un moyen d'atteindre un but. La fierté de ses parents, le regard bienveillant de la société sorcière, l'approbation d'un mari qui en échange, ne la pousserait pas dans la fosse aux lions. « Ça ne m’en a pas pris plus pour me décourager. » Mererid ne comprend pas. Elle le fixe, inexpressive. A-t-elle été si dure, si violente ? Comment un homme comme Quintus peut-il réagir ainsi à quelques mots lâchés dans la panique et la douleur ? Se décourager... S'il est là, à présent, c'est qu'il n'a pas abandonné. N'est-ce pas ? Elle se mord la lèvre, perdue. Veut-il dire qu'il a bel et bien failli la jeter dehors ? Ses doigts s'accrochent au drap nerveusement, tandis qu'elle tâche de se retourner et de s'approcher de lui. Seule sa mâchoire crispée révèle la douleur qui vrille encore son ventre ; son front se pose contre le bras de Quintus, à la manière d'une enfant. Geste irréfléchi, instinctif, qui lui apporte un soudain réconfort. Contrairement à son habitude, elle laisse les mots sortir sans les modeler, sans véritable but. Le besoin de les dire surpasse celui de les taire, comme si le voir ainsi démuni avait libéré quelque chose en elle. « J'avais peur. » À peine un murmure, à l'inavouable réalité. « J'ai cru que tu me détesterais. » Un hoquet étouffé annonce les larmes à venir, mais elle ferme les yeux et les retient minutieusement. Sa voix s'étouffe contre la peau de cet homme auquel elle ose enfin se confier. « Je t'ai deçu. » Immobile contre lui, elle tente de calmer sa respiration hachée, les mains toujours crispées sur le tissu. Peut-être fait-elle une erreur en s'ouvrant ainsi à lui et déjà elle regrette d'avoir pris un tel risque ; n'est-ce pas une femme forte et stable qu'il désire, plutôt qu'une gamine terrorisée d'un jour n'être plus qu'un embarras ?



‘Cause she’s just like the weather, Can’t hold her together. Born from dark water, Daughter of the rain and snow. She wants the silence But fears the solitude. She wants to be alone And together with you. F&themachine

Parchemin envoyé Lun 26 Juin - 17:56

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 321 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : Moi . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
avatar
 
I can't love you in the dark.
Quintus et Mererid
It feels like we're oceans apart, There is so much space between us. Maybe we're already defeated.


6 avril 1991
Il tentait seulement de lui faire comprendre à quel point il avait été blessé des paroles qu’elle avait dites sur le lit de Drefer. Il voulait être présent dans la vie des deux Rackharrow, c’était pour ça qu’il avait décidé d’en épouser une et de se garder l’autre sous son oreiller. Il avait besoin des deux jumeaux, chacun à sa façon différente. Il avait cru avoir perdu sa femme cette fameuse journée. Il avait pensé que rien ne serait réparable, comme s’il ne comptait pas du tout. Ça lui faisait d’autant plus mal e se rendre compte que lui, ça lui avait donné l’impression qu’on lui jetait plusieurs endoloris à répétition. Il reste près d’elle, tout en étant assez éloigné pour pouvoir observer chacune de ses réactions. Il se demandait bien s’il arriverait à cerner Mererid un jour. Il avait pourtant cru qu’il avait su lire dans sa cruauté. Passé au travers de cette façade et de découvrir quelqu’un d’autre. Peut-être avait-il eu tort. S’il était revenu ce soir, c’était pour découvrir où les choses en étaient. En réalité, il s’était attendu à ce que Mererid ait quitté le manoir, mais elle se retrouvait là, dans leur propre lit. Tous deux pensaient à tort que l’autre leur en voulait, mais ce n’était pas tout à fait ça. L’un blessé et l’autre… On allait bientôt le savoir. Elle se rapproche de lui, déposant son front contre son bras comme pour se cacher du plus vieux. Geste plutôt inhabituel pour la mangemorte. J'avais peur. » Il croit, pendant avoir un instant, imaginé ces paroles puisqu’elles sont soufflées si bas qu’il les a à peine entendues. Sa femme, avoir peur? C’était bien la première fois qu’il la ressentait aussi… Vraie. Ce qui lui donnait de l’espoir, celle que rien n’était perdu, finalement. Il attend, il ne veut pas brusquer les confessions. « J'ai cru que tu me détesterais. » Là, ces sourcils se froncent à ses paroles et il lâche un soupire, à la fois désapprobateur et surpris. Pourquoi la détesterait-il? Il n’y avait aucun doute sur le fait que cette fausse couche n’était ni la faute de l’un ni de l’autre. D’une certaine manière, la sorcière aurait eu raison d’avoir ce genre de pensées. Dans le monde des sang-purs où la descendance est importante, d’autant plus dans un tel moment de guerre. Quelqu’un d’autre aurait pu la répudier, en l’espace de quelques jours seulement pour la perte de cet héritier à naître. Il n’y avait pas de doute là-dessus. Mais Quintus n’était pas comme les autres. Il en avait bien l’air, mais il aurait cru que Mererid saurait lire plus en lui. Il n’était rien du lieutenant sans merci, froid et cruel qu’il apparaissait hors du manoir. « Je t'ai deçu. » Une autre claque au visage sur des paroles si douloureusement énoncées. Il profite du rapprochement de Mererid pour la forcer à se tourner vers lui, à l’observer pour ce qu’il lui dira ensuite. Il se couche sur le côté pour pouvoir envelopper son visage de ses deux mains. « Il semblerait que nous ayons tous les deux basé nos craintes sur des croyances qui n’existaient pas. » Sa mâchoire se serre, il continue de la fixer, sans pouvoir faire autrement. Elle a l’air… brisée. Pour la première fois de sa vie et Quintus déteste la simple idée qu’il en soit responsable. « Je ne te déteste aucunement, non, tu ne m’as pas déçu. Ce n’est la faute de personne. Ne me dit pas que tu t’es accrochée à ce qu’on disait de moi. » Qu’il ajoute enfin, plus triste qu’autre chose. « S’il faut que je continue de te montrer que je ne suis pas comme les autres, dis-le moi. Parce que je pensais que tu savais lire en moi. » Cette fois, il ponctue ses paroles avec un demi-sourire. Bien qu’il ne la connaisse pas de fond en comble, il savait qu’elle préférait mille fois prendre l’emprise sur les gens qu’elle côtoyait. En les manipulant ou en découvrant chacun de ses petits secrets. Ou pas trop, quand même…

Made by Neon Demon



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé Ven 21 Juil - 20:02

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 443 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood, Perséphone, Obstinato. Signature codée par Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : mère au foyer. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott, le père de ma fille. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 



Les mains de Quintus qui se posent sur ses joues. Etonnant, comme elles lui semblent légères. Ces mains qu'elle pensait autrefois brusques, dénuées de douceur. Leur peau a pourtant été comme épargnée par le temps. Au lieu de fuir ce contact, elle s'y abandonne. Ses paupières veulent se fermer mais elle lutte pour ne pas fuir le regard de Quintus, consciente de ce désir qu'il a de l'atteindre. De se débarrasser pour quelques instants au moins des faux-semblants. « Il semblerait que nous ayons tous les deux basé nos craintes sur des croyances qui n’existaient pas. » Une de ces larmes qu'elle a retenu s'échappe et roule le long de sa joue. Est-ce de la colère qu'elle perçoit dans le discret mouvement de sa mâchoire ? Elle est perdue face à ces vérités qu'il expose trop vite, trop soudainement. Ses mensonges ne survivraient pas à cet homme, commence-t-elle à peine à réaliser. « Je ne te déteste aucunement, non, tu ne m’as pas déçu. Ce n’est la faute de personne. » La faute de personne ? Elle a du mal à cacher son étonnement. Rien n'est jamais dû au hasard - telle est sa vision du monde. Même si la perte de l'enfant n'est pas de son fait, il n'empêche que c'est de son corps dont il s'agit. Cette enveloppe charnelle qu'elle a toujours contrôlé et utilisé comme il lui plaît, et qui à présent se révolte contre elle. « Ne me dis pas que tu t’es accrochée à ce qu’on disait de moi. S’il faut que je continue de te montrer que je ne suis pas comme les autres, dis-le moi. Parce que je pensais que tu savais lire en moi. » Pendant un instant de flottement, elle le fixe. Son hésitation est évidente ; les lèvres entrouvertes, un léger froncement de ses sourcils laisse paraître sa confusion. Que propose-t-il ? Qu'ils se fassent d'autres confessions, qu'ils apprennent à se connaître ? Elle voit très bien où ce genre de discussion les mènera, et la peur rampe sous sa peau jusqu'à atteindre son cœur ; elle secoue d'abord la tête en signe de refus, puis du bout des doigts, repousse ses mains de son visage. Elle se retourne alors, sans doute un peu trop vite ; la douleur lui fait grincer des dents mais elle se tait, roulant sur le coté pour ne plus le voir. Il lui semble pouvoir sentir son cœur battre à sa tempe. Bien sûr, qu'il est différent de l'homme qu'elle s'imaginait. Il le lui prouve aujourd'hui encore, mais dans le fond, elle le sait depuis longtemps et refuse simplement de le voir. Il serait si simple de l'accepter, elle n'aurait qu'à laisser entrer toutes ces émotions qui se pressent... Mais ses craintes s'amassent également juste là, prêtes à chasser les sentiments par tous les moyens possibles.

Prostrée de son coté du lit, à peine quelques secondes sont passées que la sorcière réalise comme son comportement doit le blesser... Encore. À cette idée, son cœur se serre et elle se mord la lèvre. Il ne pouvait pas, et ne devait pas, comprendre ce qui se déroulait dans le secret de ses pensées. D'ailleurs, pourquoi ne cesse-t-il pas d'être... ainsi. Trop bon, trop présent quand elle est seule. Trop rassurant. Son devoir, envers son nom, envers les mangemorts, n'est-il pas sa priorité ? Brièvement, sa colère se réveille mais aussitôt elle retombe ; vaine tentative de se débarrasser à nouveau de cette affection grandissante, envahissante. Inacceptable. Elle se retourne enfin, plus lentement, et se redresse avec peine jusqu'à être assise près de lui. « Je sais... » Que tu n'es pas ce monstre que tu prétends être. Que tu es meilleur que moi, même si tu l'ignores. « Je sais, ne t'inquiètes pas. » Elle lève la main et de l'index, suit la ligne de son menton. Son regard se fait moins froid, pour quelques instants. « Je te promet de ne plus croire de telles choses. » À nouveau, les battements de son cœur s'accélèrent tandis qu'elle se penche pour poser ses lèvres sur les siennes. Sensation grisante et terrifiante tout à la fois - pas comme toutes ces fois où elle l'embrasse, sans même y penser. Un tel mouvement est douloureux mais elle presse les poings contre le matelas pour ignorer la souffrance. « Pardonnes moi ? » souffle-t-elle contre ses lèvres, les yeux fermés comme pour fuir cette scène trop sincère.



‘Cause she’s just like the weather, Can’t hold her together. Born from dark water, Daughter of the rain and snow. She wants the silence But fears the solitude. She wants to be alone And together with you. F&themachine

Parchemin envoyé Sam 19 Aoû - 20:36

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 27/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 321 hiboux. J’incarne : Henry Cavill , et l’avatar que je porte a été créé par : Moi . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Vega, Ciena, Maggs et Betty Je parle en : teal



Je suis âgé de : 36 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Raffleur pour le Ministère J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Je suis marié depuis février à Mererid Nott, et mon coeur l'aime, tout autant que son jumeau.
avatar
 
I can't love you in the dark.
Quintus et Mererid
It feels like we're oceans apart, There is so much space between us. Maybe we're already defeated.


6 avril 1991
Des moments comme ceux-là, il en voulait des tonnes. De savoir qu’il l’avait près d’elle pour sans doute le reste de ses jours, lui donnait l’impression de rêver. Ils savaient communiquer, pour une rare fois, ils semblaient enfin s’ouvrir l’un à l’autre. Ils avaient eu tant de questions qui se posaient, tant d’incompréhension qui avait été réglée en un rien de temps. Il fallait seulement qu’ils s’affrontent. Quintus s’en voulait, maintenant qu’il savait ce que sa femme avait pu penser de lui. Jamais il ne pourrait lui tenir rigueur de la perte de leur enfant, ce n’était pas sa faute. Il aurait aimé avoir la force de rester près d’elle, celle aussi d’éviter ses paroles et de lui dire qu’il serait là même si elle n’en avait pas envie. Il se promit que jamais il ne partirait, du moins, pas de la même façon. Elle n’avait pas non plus voulu l’envoyer ainsi, c’était ce qu’elle lui avait dévoilé. Il se sentait mieux, car il avait cette impression qui grandissait doucement en lui qui lui faisait croire qu’elle voulait son bonheur à lui aussi. Plus que les simples convenances, celles qu’ils laissaient voir aux autres sorciers pour conserver leur réputation. Ils savaient tous les deux ce que pouvaient être des sentiments naissants, ceux que l’on n’arrivait pas à accepter. Et ils se rendraient compte tôt ou tard qu’ils auraient dû continuer d’être francs l’un envers l’autre. C’est quand on s’oublie, quand on ment qu’on finit par tout détruire. Mais là, ils avaient un moment parfait et le mangemort ne pouvait pas s’empêcher de penser que tout irait mieux par la suite. « Je sais... Je sais, ne t'inquiètes pas. » Elle l’avait vu sous toutes ses coutures. Presque du moins. Assez pour qu’elle sache qu’il avait vraiment un cœur et que son air froid et impassible n’était réservé qu’aux connaissances. « Je te promet de ne plus croire de telles choses. » Son doigt qui parcourt le bas de son visage, un sourire qui s’éclaire aussi sur ses lèvres. Sa voix est prometteuse, la proximité aussi. Quand son visage s’approche du sien, l’homme remercie déjà Merlin de les avoir aidés à régler leurs problèmes, même si la magie n’avait rien à voir là-dedans. L’étreinte est trop peu satisfaisante quand elle murmure contre lui : « Pardonnes moi ? » Son sourire à nouveau qui s’élargit, l’une de ses mains qui se love doucement dans le creux de son dos et ses fesses, l’autre dans son cou. Il rallonge l’étreinte, sa langue qui parvient à se frayer un chemin jusqu’à la sienne. Un baiser de réconciliation comme il s’en faisait peu. Il tente de mettre de côté l’envie qui monte lui, se tout en envoler dans son corps. Quand enfin ils se décollent un peu l’un de l’autre et qu’elle dépose sa tête contre son torse, il dit à voix basse. « Toujours. » C’était lui qui aurait eu besoin de lui demander la même chose, mais il n’ajouta rien. Ses deux bras entourant le corps frêle de sa femme. Ils avaient tout l’air d’un mari et d’une femme qui s’aimait, sans qu’ils ne soient jamais en mesure de le dire. Et leurs paupièress à tous les deux qui se ferment doucement, leurs respires qui ralentissent doucement à l’unisson.
Made by Neon Demon


RP CLOS



OUR SUPREMACY

Wake to see, your true emancipation is a fantasy. Policies Have risen up and overcome the brave. ©️ anaëlle.


Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
I CAN'T LOVE YOU IN THE DARK ❱ quinrid [rp express]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» where we love, it's never dark ♣ zazy & alexey
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Habitations :: Manoir Nott-
Sauter vers: