Partagez | 
(-18 sanglant) cold blood (ft. Alienor)

()
Parchemin envoyé Dim 14 Mai - 22:35

avatar
avatar
profil
Je suis : narco , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 37 hiboux. J’incarne : christian bale , et l’avatar que je porte a été créé par : madhattress ♥ (ava & gif) tumblr (gif profil) & alas (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : minos nott & merlyn parkinson Je parle en : #579A00



Je suis âgé de : quarante huit ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : comme son père, il est bourreau pour le compte des mangemorts J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Elisabeth Lovegood, amoureux comme au premier jour
malle
raise your wand
 
Certains souvenirs restaient gravés au fer rouge, certains visages ne pouvaient réellement s'effacer. Comme celui de la culpabilité, cette culpabilité qui coule dans les veines comme un poison ardent, poids ridiculement lourd sur les épaules. Sensation particulièrement irritante lorsque ce visage prend forme sur un avis de recherche. L'homme fixe quelques instants cette image, il s'en souvient, catin de la Main Noire, histoire de plusieurs nuits, cadeau de son épouse pour quelques nuits de tranquillité pour ses activités personnelle. La moue quelque peu contrarié, il n'avait jamais réellement remarqué cet avis, il n'avait jamais vraiment détaillé ce visage qui se perdait parmi tant d'autres. Traîtres et terroristes s'entremêlaient sur les murs du chemin de traverse, au point qu'il n'y faisait plus réellement attention, des visages connu de tous, des menaces qui doivent disparaître. Pourtant, certains d'entre eux passaient presque inaperçu, réellement, il ne s'intéressait guère à cette menace qui planait au dessus de leur tête et cela, depuis trop longtemps pour qu'elle reste crédible. A ses yeux, ils n'étaient plus qu'une farce, maintenue pour que cet état de terreur persiste, pour que tous veillent toujours, pour que tous ai toujours un regard vers la lame qui se lève dans son dos. Des mangemorts toujours prêt à combattre étaient bien plus productif qu'un climat de paix, qu'un pouvoir absolu sans le moindre opposant serait sans aucun doute le premier pas vers une bien triste décadence.

Ce n'est donc pas une loyauté sans faille qui le motiva dans ses recherches, ce n'était pas le désir de dévoilé chacun des phénix, cela se ferait en temps et en heures. C'était un désir bien plus égoïste, soulagé une conscience bien trop lourde, apaisé une animosité trop dévorante. Laisser parler ses plus bas instinct pour une fois, succomber à une rage primaire qui vibre au fin fond de son être, résultat d'une expérience qui a bien mal tourné. L'expression de l'éternel, toujours à ses côtés, montrait une certaine satisfaction, il aimait la nouveauté, il aimait découvrir les plus obscurs visages des sorciers, il était animé d'une curiosité malsaine très particulière. Le temps fut long, il se compta en jours, des journées complète d'errances à travers les quartiers du Londres sorcier, et même au delà, une dernière question avant la sentence de quelques condamnés phénix et trop peu de réponse. Juste de rares indices, une aide venue d'ailleurs ? Étranges paroles qui vagabondèrent dans son esprit de longues heures. Sans jamais réellement percevoir le sens de celles-ci, il continua ses recherches, usant des possibilités que lui offrait son immortel pour détailler les visages des vagabonds sous leur capuches qui parcouraient fréquemment les marchés illégaux.

C'est justement lui qui reconnu la sorcière, se faufilant clandestinement au sein du Londres Sorciers, parcourant quelques ruelles sombres, rencontrant marchands suspect dans le plus grand des secrets. Le Rackharrow, tout aussi encapuchonné que quelques vagabond se faufila, guider par son éternel. Une fois à portée de celle-ci, il sorti sa baguette, murmurant quelques mots. « silencio, » Sortilège du mutisme, personne ne l'entendrait si les choses dégénéraient en pleine rue. Il enchaîna immédiatement avec un second « Obscuro, » Cette fois, elle était plongé dans l'obscurité, lui offrant la cécité l'espace de quelques instants. Il fini, à quelques centimètre d'elle par un dernier sort. « Impero. » Sans doute le dernier mot qu'elle pouvait entendre avant d'être sous l'influence complète du Rackharrow. Immédiatement, celui l'attrapa par le bras et lui confisque sa baguette lui murmurant au creux de l'oreille. « Tu vas me suivre, sans te débattre. » Quelques pas entre les axes principaux, s'assurant que personne ne suit, il transplane accompagné de sa victime, ils atterrirent dans une pièce que le bourreau gardait secret, au cœur de Londres, havre de paix pour certaines expériences qu'il considérait comme dangereux, les malédiction, ce n'était pas la branche la plus paisible des arts obscur, il arrivait que cela dégénérait, lui comme Irvin en ont déjà fait les frais par le passé.

Il la lâche, la lançant presque sur le sol. Un dernier ordre, tandis qu'il dissipe les deux autres sortilèges. Un seul ordre avant qu'il brise l'imperium lancé un peu plus tôt. « Déshabille toi. » Tandis qu'elle s’exécute, il s'offre une sécurité en cas de fuite, pointant sa baguette sur elle, il l'a marque d'une malédiction quelque peu défaillante. Si elle tentait de lui échapper, elle devrait courir loin. Désormais, il pourrait la localiser dès qu'elle mettra un pied dans le Londres sorciers, ou encore au Pays de Galles. Cela suffirait largement, il ne cherchait pas à débusquer l'ordre, loin de là. Une fois nue, dès que l'influence de l'imperium fut brisé, il lança un autre sortilège sur elle. « Incarcerem ! » Les cordes jaillissent de la baguette, ligotant fermement la sorcière dissidente, la catin qu'elle a toujours été. Puis sa baguette se tourne vers l'amas de vêtement sur le sol, la baguette s'embrase pour cracher une boule de feu tandis qu'il murmure, avec ce rictus sinistre accrochés aux lèvres. « Incendio. » Son regard se attention se tourne enfin vers la sorcière. « Voyons... Ne me lance pas ce regard, je n'avais pas envie qu'une tenue aussi pittoresque me gâche la vue de courbe aussi... Délicieuse. Mmmh, tellement délicate que je me ferais un plaisir d'en voir le sang coulé. Diffindo ! » Le sort file à toute vitesse, entaillant sa la moindre pitié la cuisse de la sorcière, le sourire sinistre s'élargit sur le visage de Jules, le déformant presque par ce plaisir malsain qui coule dans ses veines. Perte d'équilibre, peu à peu il sombre dans les méandres d'un chaos sans nom, succombé un instant aux plaisirs d'une folie vibrante. Corruption dut à cette magie noire qu'il côtoie avec tant de passion, tentation obscur qui l'appelle sans cesse, se laisser aller, juste pour une nuit.
Parchemin envoyé Mar 16 Mai - 14:40

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/09/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 595 hiboux. J’incarne : Gemma Aterton , et l’avatar que je porte a été créé par : Evie . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Athelstan Lestrange Je parle en : #B7CA79



Je suis âgé de : 30 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : en fuite, ex professeur de soin aux créatures magiques et ex prostituée J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Cold blood
Avec Jules Rackharrow. Le mardi 14 mai 1991, dans un sous-sol, ou une pièce coupée de lumière, quelque part dans le Londres sorcier.

Elle venait de retrouver la petite Phèdre. Enfin petite…elle était plus jeune qu’Alienor, mais n’était pas si petite que ça. Elle ne pouvait s’empêcher de la considéré comme petite. Petite protégée, petite sœur. Bref. Au vu de ses retrouvailles, ça avait mis le temps, mais Alienor souhaitait préparer un petit repas de fête. Pour elles deux et au final, qui voudrait venir dans leur cachette. Il devait y avoir quelques personnes, très peu. Mais s’était déjà le principal. Ne restait que les courses. S’était le plus compliqué. Si les cuisines de la demeure pouvait faire l’affaire, ils ne possédaient pas tout et s’était compliqué de demander à des moldus de se procurer du champexplosif, de la bierreaubeurre, des petits fours fourrés à toutes sortes d’ingrédients magique. La seule solution, se rendre dans le monde magique pour faire les emplettes. Moyennant rémunération, elle avait trouvé un sorcier qui accepterait de préparer sa commande. Ne restait plus qu’à payer et récupérer. Finalement, il y avait encore des sorciers assez attirés par l’argent pour accepter de servir un phénix. Cape sombre sur les épaules, capuche sur la tête, elle se faisait petite parmi la foule. Ici il y avait possiblement d’autres sorciers recherchés. Des sorciers qui n’arrivaient juste plus vivre avec ce qu’ils avaient. Mais il devait aussi probablement y avoir des mangemorts, des chasseurs de primes, prêt à capturer celui qui sera le moins méfiant. Manque de bol, c’est sur Alienor que ça tomba. Elle que quelque chose n’allait pas, un sentiment étrange, une impression obsédante. Et tout devient noir. Elle se fige, ne désirant pas tomber. Mais elle panique, réellement. Que se passait-il ? Était-elle victime d’un maléfice ? Elle ouvre la bouche, appel à l’aide, mais rien ne sors. Plus de voix. Était-elle privée de tous ses sens ? Non, elle entendait toujours parfaitement bien. « Impero. » Un sortilège violent. Elle se raidit. Elle ne peut résister. Elle ne peut rien faire, rien dire. Son visage redevient de marbre. Elle se fige, en attente des ordres, décrochant totalement de sa propre volonté. Elle entend un homme parlé, sans le voir, sans réaliser ce qui se disait. Elle obéit sans savoir ce qu’elle fait non plus. Elle sent cette impression du transplanage.

Alienor finit par retrouver sa liberté de mouvement. Sa vue aussi. Elle se sent frigorifiée et constate qu’elle est nue, totalement nue. Sa première réaction est de cacher sa pudeur. Mais il est rapide, trop rapide. « Incarcerem ! » Des cordes jaillissent de sa baguette et viennent immobiliser la brunette. Poignets entravés, chevilles également. Impossible de s’enfuir. Impossible de bouger. Elle le voit brûler ses habits. Ce n’est que des vêtements, mais ça signifiait repartir d’ici nue…ou avec ses habits à lui. S’il fallait qu’elle les arrache sur son cadavre, elle le ferait. Tout ce qu’elle espérait, s’était qu’il avait gardé sa baguette quelque part…s’était plus compliqué de s’en procurer une de nos jours. Le regard qu’elle lui lance est noir, mauvais. Il était probable que si elle n’avait pas été attachée, elle lui aurait sauté dessus pour tenter de lui faire la peau. «Voyons... Ne me lance pas ce regard, je n'avais pas envie qu'une tenue aussi pittoresque me gâche la vue de courbe aussi... Délicieuse. » Elle s’agite Alienor. Mal à l’aise, mais aussi énervée de ne rien pouvoir faire. En un an elle avait su presque tirer un trait sur son passé qui lui faisait honte. Elle avait finalement réussi renouer avec son corps, réapprendre à l’apprécier. Et voilà que lorsque les choses allaient mieux, presque parfaitement bien, une grosse couille vous tombais dessus et venait tout saccager. «Mmmh, tellement délicate que je me ferais un plaisir d'en voir le sang coulé. » Pourquoi est-ce que l’inverse l’aurait étonné ? Pourquoi le fait qu’il la laisse simplement pendue ici ne pouvait pas lui effleurer l’esprit ? Faire couler le sang, foutu mangemorts. Ils ne pensaient qu’à ça. Elle ouvre la bouche, pour critiquer, mais il jette son sort, rapidement. «Diffindo ! » Sa cuisse se lacère, la douleur est prenante. Elle serre les dents Alienor, refusant d’hurler. Refusant de lui faire se plaisir. Elle avait presque oublié les séances de torture à la maison close. Elle avait presque oublié la douleur des sorts et dans quel état elle en sortait. Mais cette simple coupure la ramenait bien en arrière. Dans une salle peut-être semblable à celle-ci finalement. Elle sent le sang couler sur sa cuisse. Ça pique, ça brûle. Mais elle ne dit toujours rien. Le fixant d’un regard résolument mauvais.

Au bout de quelques instants, à se calmer, se concentrer, tenter de mettre de côté cette légère douleur, annonciatrice de probablement beaucoup d’autre par la suite, elle prend la parole. «Alors c’est ça que font les hommes de maintenant ? Enlever, déshabiller, attacher et torturer une femme ? » Elle crache par terre, aussi loin qu’elle le peut, cherchant à l’atteindre, mais le geste est bien entendu vain. Il est trop loin, ou alors elle ne sait tout simplement pas viser. «Vous êtes pitoyable. » Elle grimace un sourire. Un sourire mauvais, tout comme son regard. Pourquoi serait-elle gentille avec lui ? Pourquoi lui ferait-elle un vrai sourire ? Alors qu’il venait de l’enlever de la foule, comme si elle n’était qu’un pantin de bois. Alors qu’il la ligotait, la rabaissait et semblait prendre du plaisir à tailler sa peau claire. «Pourquoi moi. Je vous ai fait quoi. » Elle était curieuse de savoir ce qu’elle avait fait pour se retrouver ici, à moins qu’il n’ait prit une personne de manière aléatoire dans la rue. Une question posée presque naïvement, presque d’un ton léger. Elle n’était pas résignée de sa situation, loin de là. Mais si elle voulait tenir sur la longueur, elle savait qu’elle devrait tenir et équilibrer colère et raison. Surtout pour tenir face à la douleur qui viendrait plus tard. Devait-elle le reconnaître ? Devait-elle l’avoir déjà vu quelque part ?


Styx - La plus belle catin de la maison close - dixit Astraea Black
- C'est la catin la plus chaude de Londres - dixit Murphy Camlann

Styx Frye recouvre sa liberté et redevient Alienor Rosier


Parchemin envoyé Sam 20 Mai - 1:40

avatar
avatar
profil
Je suis : narco , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 37 hiboux. J’incarne : christian bale , et l’avatar que je porte a été créé par : madhattress ♥ (ava & gif) tumblr (gif profil) & alas (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : minos nott & merlyn parkinson Je parle en : #579A00



Je suis âgé de : quarante huit ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : comme son père, il est bourreau pour le compte des mangemorts J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Elisabeth Lovegood, amoureux comme au premier jour
malle
raise your wand
 
Le sourire obscur s'efface, l'espace de quelques instants, une certaine déception aurait put se lire dans son regard si l'éclat noire était moins brûlant en lui. Si la vue du sang n'était pas si grisante. Il s'offrait que trop peu d'instants comme celui-ci, il ne succombait pas aux flammes de la violence. En temps normal, il conservait le masque de glace, la fierté de l'homme solide, de l'intellectuel modéré, le sage. Pourtant, les arts noirs l'avaient profondément corrompu au fil du temps, un monstre s'était éveillé en lui, la raison s'effritait peu à peu entre les griffes des brumes troubles. De plus en plus fréquemment, ses recherches le poussait à essayer ses artefacts les plus instables sur des condamnés à mort, dans la plus grande discrétion comme son rôle l'exigeait. Plus d'un, avant elle, avaient hurlé à la mort entre ces quatre murs, plus d'un avait craché sa haine, son mépris sur le sol, comme elle. Finalement, un rictus gorgé de sadisme se redessina sur ses lèvres dans un terriblement ricanement, la baguette qui s'élève vers elle, le sortilège qui se murmure. « Diffindo » La nouvelle lame tranchante lui écorche cette fois les côtes. Le sort se répète encore une fois, c'est le bas ventre qui est écorché, et encore, le sein droite, encore, l'épaule gauche, encore, le joue gauche. Il continue, mutilant son corps et encore. Les entailles sont fines, précise, peu profonde, mais assez pour être douloureuse. Il ne voulait pas la tuer, pas encore, il était bien trop tôt.

Cessant la pluie de sortilège, il s'approche d'elle lentement, l'attrapant brutalement pas le menton, il l'a détails quelques secondes, son regard obscurcit par un désir malsain. Avant de venir délicatement lui murmurer au creux de l'oreille. « Tu as la mémoire courte... Ma petite catin. » Il la saisi ensuite par la gorge et la rejette plus loin avant de s'éloigner, le dos tourné quelques instants, il agite sa baguette et vient à lui un de ses chef d’œuvres. « Les hommes, non, ils refusent de se salir la main. Je dirais plutôt que c'est comme ça que font les monstres. » « Ah ah ! Magnifique réplique, on se croirait au théâtre ! » La voix de l'éternel résonne dans la pièce, il apparaît en passant devant la victime du Rackharrow, cet air fier, méprisant, comme à son habitude et parcours la pièce calmement, fulminant intérieurement d'impatience de voir la suite. « Ferme-là. Alors, aujourd'hui, on te connaît sous le nom de Rosier, Alienor, c'est bien cela ? Ça sonne fortement français... Mmh, qu'importe. » Il lui fait à nouveau face, exhibant fièrement son artefact maudit. « Une beauté, une perfection créée par les Rackharrow. Un bracelet de soumission. Ce serait moins intéressant si je ne t'expliquais pas le fonctionnement. Pour être bref, tu recevras l'équivalent d'un endoloris à toute pensée révolutionnaire, ou désir de vengeance envers moi. Tout ce qui... Ne correspond pas au système t'infligera une douleur atroce. Mais avant, une petite mise en bouche... Hurle. Doloris ! »

Il grimace... Insatisfait de ce qu'il entends. « Non, non, la passion n'est pas là... Bon, j'espère en tout cas que le bracelet t'ira bien au teint. » Ricanement sinistre accompagné de l'éternel tandis qu'il s'approche d'elle, la libérant de l'emprise de l'incarcerem pour lui verrouiller de force de bracelet autour du bras. Le laisser faire, il savait parfaitement ce qu'il avait à faire, lui arracher des hurlements de douleur, briser toute volonté... Simplement. D'un mouvement de baguette, il amène un fauteuil à lui, ainsi qu'un bon verre d'alcool, afin de se délecter du spectacle qui se déroulait sous ses yeux, du sang qui coulait le long de ces courbes absolument parfaite, qu'elle dommage qu'elle soit ce qu'elle est... Un catin, une traîtresse, un déchet de ce monde.


My loves, my prides, my blood

Parchemin envoyé Mer 7 Juin - 14:54

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/09/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 595 hiboux. J’incarne : Gemma Aterton , et l’avatar que je porte a été créé par : Evie . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Athelstan Lestrange Je parle en : #B7CA79



Je suis âgé de : 30 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : en fuite, ex professeur de soin aux créatures magiques et ex prostituée J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Cold blood
Avec Jules Rackharrow. Le mardi 14 mai 1991, dans un sous-sol, ou une pièce coupée de lumière, quelque part dans le Londres sorcier.

Elle reste calme Alienor. Elle n’a pas le choix. Elle doit rester calme et garde son esprit solide. Elle n’a plus l’habitude de la torture, elle sent qu’il sera compliqué de tenir, mais elle doit faire au mieux. Alors pour cacher ses peurs, elle se montre ferme, voir arrogante, comme si tout ce qui se passait ici, ce n’était rien. Elle se sent victorieuse la brunette lorsque le sourire quitte le visage de cet homme infect. S’inquiétait-il qu’elle ne plie pas ? Tant mieux, qu’il le croit. Mais finalement son sourire revient, différent et la jeune femme se dit qu’elle allait avoir encore plus mal en entendant le ricanement. Le coup suivant l’atteint aux côtes. Elle serre les dents, s’interdit de réagir. Le suivant au bas ventre, la douleur est fulgurante, elle ferme les yeux. Les suivants tracent un sillon ensanglanté à chaque fois. Elle sent les larmes sous ses paupières closes. Elle a mal aux mâchoires de tant serrer. Mais elle parvient à se taire, à ne rien dire. Il doit probablement s’approcher vu qu’il lui saisit le menton. Elle entend ses mots prononcés si bas alors qu’ils étaient seuls dans la pièce. « Tu as la mémoire courte... Ma petite catin. » Elle ouvre grand les yeux. Il savait alors. Il était un client. Mais elle n’a pas le temps de réfléchir d’avantage qu’il la saisit à la gorge et la rejette. Elle sent qu’elle chute et le contact avec le sort est rude, froid aussi. Ses liens se raidissent, se resserrent et la remettent sur pied.

« Les hommes, non, ils refusent de se salir la main. Je dirais plutôt que c'est comme ça que font les monstres. » Le regard d’Alienor s’assombrit, elle n’aurait pas dit mieux à son propos. Cependant une créature apparaît alors dans la pièce. « Ah ah ! Magnifique réplique, on se croirait au théâtre ! » S’était une sorte de chien et c’est un cri de stupeur qui franchit ses lèvres. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il y ait une autre personne. Encore moins un…chien trafiqué qui apparaisse de nulle part…et qui parlait surtout. « Ferme-là. » Il n’était pas étonné de le voir. Ils devaient se connaître. Elle ne comprenait plus rien la jeune femme. Ses blessures la faisait-elle halluciner ? « Alors, aujourd'hui, on te connaît sous le nom de Rosier, Alienor, c'est bien cela ? Ça sonne fortement français... Mmh, qu'importe. » Elle lui jette un regard noir alors qu’il se tourne vers elle. Qu’importe les origines de feu sa famille. Ils n’avaient rien à faire ici. Elle regarde ce qu’il semble tenir fièrement dans ses mains. « Une beauté, une perfection créée par les Rackharrow. » Merci de me donner ton nom face de rat. « Un bracelet de soumission. Ce serait moins intéressant si je ne t'expliquais pas le fonctionnement. Pour être bref, tu recevras l'équivalent d'un endoloris à toute pensée révolutionnaire, ou désir de vengeance envers moi. » Elle ricane pendant qu’il parle. Quel prétentieux, pourquoi penserait-elle à lui. « Tout ce qui... Ne correspond pas au système t'infligera une douleur atroce. Mais avant, une petite mise en bouche... Hurle. Doloris ! » Le rire se meurt, la douleur déferle. Elle a l’impression qu’on la piétine, qu’on lui a mis le feu, qu’on est en train de la broyer de l’intérieur. Elle se concentre autant qu’elle peut, mais elle finit par crier. La douleur cesse, aussi brutalement qu’elle est arrivée. Elle est en sueur Alienor, elle halète, recherche son souffle.

« Non, non, la passion n'est pas là... Bon, j'espère en tout cas que le bracelet t'ira bien au teint. » « Espère de psychopathe ! » Crache-t-elle en le voyant s’approcher. « Ne me touche pas. » Grogne-t-elle. Les cordes disparaissent, elle a un mouvement de recul, mais il attache son truc à son poignet. Ce n’est pas lourd, mais c’est froid. Elle vrille son regard sur lui. Je vais te tuer ! Pense-t-elle. Mais la réaction du bracelet est immédiate. A nouveau elle a l’impression qu’on la broie de l’intérieure. Elle grimace et serre les dents. Le sort cesse. « Vous n’êtes… » Elle halète, récupérant de l’air. qu’un fou. Nouvelle décharge de douleur. Elle porte les mains à son crâne et tombe à genoux. La douleur cesse. Elle est à quatre pattes, respire fort. Elle lève la tête et le regarde. La première pensée qui lui traverse l’esprit c’est qu’il est détestable. Son échine se plie à nouveau. Elle crie. Les larmes lui monte aux yeux. Cette fois-ci lorsque la douleur cesse, elle est agenouillée, regard rivé sur le sol, larmes plein les yeux, du sang plein les mains. Elle ne relève pas la tête. Elle a compris. Elle ne doit pas penser à lui. Alors elle regarde ses blessures. Elle essaie de limiter le saignement. Mais elle a l’impression que c’est peine perdue. « Pourquoi. » Sa voix est rauque d’avoir crié les dernières fois. Elle regrette d’avoir été se balader aujourd’hui. D’avoir quitté la sécurité de la maison close il y a un an. D’avoir désobéit à ses parents à la purge. Toute sa vie aurait pu être différente. Aujourd’hui elle tiendrait l’une des boutiques de son père. Elle serait peut-être mariée et avec des enfants. Mais en sécurité. Elle regarde ses mains pleines de sang Alienor et répète fermement de sa voix ébréchée. « Pourquoi. » Elle espérait une réponse, même si elle se doutait qu’elle pourrait toujours courir.


Styx - La plus belle catin de la maison close - dixit Astraea Black
- C'est la catin la plus chaude de Londres - dixit Murphy Camlann

Styx Frye recouvre sa liberté et redevient Alienor Rosier


Parchemin envoyé Ven 30 Juin - 18:19

avatar
avatar
profil
Je suis : narco , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/05/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 37 hiboux. J’incarne : christian bale , et l’avatar que je porte a été créé par : madhattress ♥ (ava & gif) tumblr (gif profil) & alas (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : minos nott & merlyn parkinson Je parle en : #579A00



Je suis âgé de : quarante huit ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : comme son père, il est bourreau pour le compte des mangemorts J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : marié à Elisabeth Lovegood, amoureux comme au premier jour
malle
raise your wand
 
Rictus sinistre qui s'élargit face à la douleur. La bête ayant le dessus sur l'homme, celle-ce se régale du spectacle, voir ce corps souillé par le vice se tordre de douleur est d'une splendeur folle. Un vrai chef d’œuvre, il ne peut être que satisfait de sa création, il n'y a rien de plus parfait, après les années de travaux, d'échecs incessant, il a enfin réussi à sublimer son sinistre artefact. Un objet capable de détruire les esprits les plus rebelles, capable de briser les plus coriaces d'entre eux, il n'y avait rien de plus parfait. La douleur se lisait bien dans les yeux de la phénix. Victime d'un soir, ou peut être plus, selon les désirs du Rackharrow, poupée désarticulé qu'il admire avec le plus grand des plaisirs. Des formes parfaites, une silhouette ensanglanté qui l'a sublime, il sentirait presque le désir monter en lui, si seulement il était capable de toucher une traîtresse à l'ordre établit, s'il était capable de désirer une autre femme que la sienne sans que la culpabilité ne le ronge. Pêchée de plusieurs nuits égaré, une tentation qui fut nourrit par une épouse bien trop absorber par son atelier des horreurs. Même s'il regrette d'avoir été de ceux qui ont céder à la passion qu'elle attise, il n'y a pas que le désir d'apaiser sa conscience qui l'anime ce soir, il n'y a pas que le fait qu'elle soit une phénix qui le pousse à prolonger ce spectacle sadique. Non, en réalité, il éprouve un tel plaisir en voyant la douleur, la crainte dans le regard de ses victimes que cela devient une drogue. Certes, a peur est moindre que lorsqu'ils font face à la mort, mais ressentir leur rage aussi violente, puis voir leur résiliation juste avant de perdre tout espoir est un spectacle encore plus délicieux que le désespoir. Perdre tout honneur dans l'espoir de survivre, a quel sacrifice serait elle prête pour s'enfuir ? Qu'est-ce qui l'a briserait au plus profond de son être ? Une idée vient soudainement le frapper, pour prolonger son agonie, afin de connaître les limites de son esprit.

Toujours ce même sourire aux lèvres, ignorant simplement son désir de connaître les raisons de son châtiment. Après tout, elle fut catin, et puis une traîtresse, traquée morte ou vive, est-ce que la question se pose réellement ? Celle-ci est simplement absurde. Il se lève silencieusement de son fauteuil, lui tournant le dos quelques instants, après tout, elle n'était plus une menace, à la moindre tentative de rébellion, le bracelet lui infligerait une nouvelle décharge. Il attrape dans son armoire une fiole de liquide émeraude. Potion particulièrement précieuses, sa valeur se compte en quelques milliers de gallions, l'occasion était parfaite pour expérimenter son efficacité. « On appelle cette potion la boisson du désespoir, créer par un génie mystérieux. Évidemment, ce n'est qu'une copie, extrêmement rare sont les sorciers qui savent reproduire la formule originale de cette potion, mais il paraît que cette imitation reste très efficace, simplement temporaire mais tout aussi douloureux. Il n'y a donc pas besoin d'anti-poison. Apprête toi simplement à quelques minutes de désespoir et de cauchemar. » Tandis qu'il présentait son nouvel instrument de torture, il s'était approcher de la Rosier avant de l'attraper par le menton et de la forcer à ingérer le contenu de la fiole. Celle-ci lui permettrait sans doute d'en apprendre un peu plus sur elle, faisant revivre les pires moment de la vie d'une personne, multipliant par dix la douleur et le désespoir ressenti paraît il, un véritable chef d’œuvre en matière de potion, il n'en avait aucun doute. Sans doute capable de soumettre les plus grands sorciers.

C'est une fois la fiole vide qu'il se réinstalle dans son confortablement dans son fauteuil, curieux de voir la combinaison de son bracelet de la potion combiné. Juste constaté l'ampleur des dommages que cela causerait que ce soit sur le corps et l'esprit, espérant que l'investissement en valait la peine. Et que le spectacle n'en serait que plus sublime, pour combler le regard du monstre qui ne la lâche pas tandis qu'elle se tord une nouvelle fois sous l'emprise de la douleur, du désespoir.


My loves, my prides, my blood

 

(-18 sanglant) cold blood (ft. Alienor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Clyde + In cold blood
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers-