Partagez | 
Every cloud has a silver lining ✦ Astraryan

()
Parchemin envoyé Lun 24 Avr - 1:26

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 124 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Hishnack. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je serai fiancé d'ici peu. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


every cloud has a silver lining


Si l'on demandait à Valeryan depuis combien de temps il envisageait de lancer son propre commerce, il ne saurait répondre. L'idée a toujours été là, à errer avec le reste de ses préoccupations et à retourner en arrière plan chaque fois qu'une nouvelle excuse se présentait pour ne pas qu'il se jette à l'eau. Dans tous les cas, la main mise des Black sur l'économie du pays aurait suffit pour étouffer les rêves de n'importe qui. Et Valeryan appréciait son confort, jusqu'à présent il avait craint de le quitter ; prendre des risques allait à l'encontre de tout ce en quoi il croyait, le Grimstone. Du moins, c'est ce dont il était convaincu, jusqu'aux événements récents. La trahison d'Ekaterina a marqué le début d'une longue série de désillusions pour lui, quoi qu'il en dise. Si en extérieur, l'homme n'a guère changé à l'exception de cette marque qui le souille et fait de lui un vendu, la perception du monde qu'il avait s'est altérée... Il peut le sentir. Ce ne sont que des détails, de minuscules signes, qui pourtant l'ont mené à ce jour. Il lui a fallu quelques semaines pour réaliser qu'il était prêt à sauter le pas. À ceux qui lui posent la question, il prétend ainsi respecter la tradition familiale des Grimstone. À lui-même, il tente obstinément de faire croire que c'est une forme d'accomplissement dont il rêvait depuis longtemps. Mais quand il se penche sur ses blessures, il voit l'inévitable vérité ; ce n'est qu'un moyen d'oublier, comme son travail à Sainte Mangouste l'a été pendant toutes ces années. Pour maintenir cette boutique à flot, il devra donner encore plus de sa personne qu'il ne l'a jamais fait. Comme toujours, il ne comptera pas ses heures. En plus de la partie qui servira d'échoppe, il compte installer un bureau à l'étage pour continuer de voir ses patients habitués - ceux qui travaillent avec des créatures magiques et lui rendent visite depuis des années, ceux qui le suivraient n'importe où. Et puis, il y a ses travaux. Discrets travaux, car il doute que tout le monde approuverait de ses recherches qu'il estime pourtant essentielles. Dans ce nouvel environnement, il pourrait passer à l'étape suivante et commencer à administrer le sérum sur des volontaires - il ne doute pas une seconde d'en trouver, même s'il ignore encore le meilleur moyen de les chercher.

Il réfléchit à cette question épineuse tout en transplanant devant la boutique fraîchement rénovée. L'ancien propriétaire, qui y vendait des potions en tout genre, est de ceux qui ont fini par mettre la clé sous la porte pour éponger leurs dettes. Il examine d'un oeil appréciateur la devanture neuve, illustrée d'un molosse bondissant aux côtés d'une vipère qui se dresse. Il a laissé Astraea choisir le nom, et après réflexion elle lui a annoncé avec un air satisfait : Cerberus Viperae. Ainsi, elle se souvenait de ce cours dans lequel ils avaient lancé ensemble leur tout premier patronus... Peu chaleureux comme premier abord, avait-il fait remarquer, mais l'habit ne fait pas le sorcier, n'est-ce pas ? Et il a souris, espérant que ses mots la rassurent - même si elle ne le montrait pas forcément, l'aînée des Black était au moins aussi peu sûre d'elle que lui. C'était bien une aventure dans laquelle ils se lançaient, quoi qu'on pouvait en dire.

Il plonge ses mains dans les poches de sa veste pour les réchauffer, en l'attendant. Aujourd'hui, elle va découvrir pour la première fois les lieux ; c'est lui qui s'est occupé de commander le plus gros des travaux, mais il se doute qu'elle aurait encore des modifications à apporter - surtout à son espace, l'atelier de l'arrière boutiqe. S'il aurait son mot à dire, elle resterait la potioniste de l'enseigne pendant que lui s'occuperait de l'achat des ressources, de fournir aux clients les conseils avisés d'un médicomage et de mener à bien ses consultations. Peut-être chercheraient-ils un vendeur ou une vendeuse, songe-t-il, si le travail devenait trop important pour deux personnes. En revanche, ils n'ont pas encore statué sur qui s'occuperait du livre de comptes... Il sait son amie très douée en la matière, étant donné son ancien métier, mais pour autant il n'est pas sûr de pouvoir confier les finances à quelqu'un d'autre. Après tout, « il n'existe pas mieux qu'un Grimstone pour veiller sur les comptes », lui a souvent répété son père avec un sourire immense.

Un bruit de transplanage lui fait tourner la tête. Valeryan adresse à sa vieille amie un sourire chaleureux. Il sait bien que pour elle aussi, ce projet est une porte de sortie ; un nouveau départ et une tentative d'échapper à ses démons. Il n'irait pas jusqu'à oser lui dire que ce qu'elle vit est un mal pour un bien, pourtant il ne peut s'empêcher de penser qu'elle n'aurait jamais pu être libre de faire ce choix, si ses parents ne l'avaient pas répudié. Sortant sa baguette pour déverrouiller la porte d'entrée, il lui tend la main comme à une comtesse et demande avec une moue complice : « Vous êtes prête, chère associée ? »


© TITANIA


hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Dim 30 Avr - 16:35

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1003 hiboux. J’incarne : Felicity - Perfect - Jones , et l’avatar que je porte a été créé par : un créatueur de Bazzart que je remercie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Skander Lupin, Gideon Peverell & Avia Spudmore Je parle en : #663366



Je suis âgé de : 29 années fanées, autant d'années à se fourvoyer au nom d'une famille qui n'a fait que se servir de moi. Je n'ai jamais été aussi vivante que ces dernières semaines, libérée délivrée. , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : une ancienne mère maquerelle, mais maintenant je travaille comme potionniste "Aux Fleurs de Luz". J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : veuve depuis d'une année, et je ne regrette pas sa mort. Les rumeurs vont de bon train à mon sujet, mais je reste libre et l'amour de ma vie est une petite fille aux grands yeux verts. Champ Libre :




malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 











every cloud has a silver lining.
VALERYAN GRIMESTONE & ASTRAEA BLACK.




24 AVRIL 1991, PRE AU LARD

S’émanciper de sa famille n’a rien de simple, surtout quand on est une femme, et qu’on porte un nom comme Black. Elle remerciait gracieusement son amie Luz de lui avoir permis de travailler quelques temps, le temps de se remettre le pied à l’étrier. Elle était bien loin des couloirs de Ste Mangouste qu’elle aurait espéré retrouver un jour dans sa vie. Mais le fantôme de la jeune Moana qu’elle avait lâchement laissé mourir de la main de sa propre mère à la Purge la hantait encore, et elle refusait de franchir les portes de l’hôpital sorcier à moins qu’elle n’y soit forcée par son propre état ou par l’état de sa jeune enfant. Elle avait réussi à sortir de l’emprise des Black, elle ne s’était jamais sentie aussi libre et aussi vivante que depuis lors. Etre une maquerelle, renier ce qu’elle aimait faire, être sans cœur, ce n’était pas elle – pas totalement du moins. Pour la Main Noire, elle avait pris plaisir à créer les potions les plus horribles, et les plus addictives qui soient pour le Cercle de Jeux ou la torture, quoi qu’elle puisse en dire, son âme noircie faisait partie intégrante. Que serait un Black sans sa part d’ombre ? Un adopté. Ou quelque chose du genre. Pour la première de sa vie, elle pourrait être Astraea Black, la potionniste et plus seulement la fille d’Alaric Black, le célèbre parrain de la Main Noire. Elle payerait ses dettes, ses taxes, comme n’importe qui, n’attendant plus rien de leur part. Elle avait fait un choix – elle assumait.

Adhara n’était pas bavarde, presque aucun gazouillis enfantin, quelques pleurs parfois, mais relativement silencieuse pour une enfant de son âge. Quelque part, c’est entre fierté et crainte qu’Astra redoute que sa fille puisse être porteuse de son don, celui de parler aux serpents. Les enfants fourchelangues ne sont pas très bavards, même bébé. Mais elle l’accompagnera, quoi qu’il en coûte. Et elle ne laisserait personne traiter son enfant de monstre, jamais. Elle doit confier la jeune enfant à une nourrice, elle avait fini par faire affaire avec la même qui c’était occupé d’elle au sein de la Maison Black, mais cette fois-ci le lieu de garde était bel et bien le foyer Lestrange où elle vivait aux côtés d’Athelstan, faisant jaser la moitié du monde magique qui leur prêtait une histoire et elle avait même entendu certaines personnes prêter la parenté de son enfant aux Lestrange. « Aucun soucis » lui avait alors répondu son ami, joueur. Il n’avait que faire des « qu’en dira-t-on » et elle était comme lui, pour la première fois de sa vie, comme si faire croire au monde qu’elle partageait sa vie avec un Lestrange était le plus énorme pied de nez qu’elle pouvait faire aux siens. Elle dépose la petite dans les bras de sa nourrice, et l’embrasse avec tendresse sur le front. Elle avait perdu l’habitude de partir tôt le matin, perdu l’habitude de bien s’habiller. Une robe noire, une paire d’escarpin, une cape de la même couleur, les cheveux qu’elle attachait habituellement dans un sévère chignon pour la maison close avaient cette fois-ci libres de leur mouvement, effleurant ses épaules dans un carré un peu long, tandis que sa frange impeccable tombait sur ses yeux verts. En sortant, elle met sa capuche avant de faire un pas, et de transplaner à Pré Au Lard. Elle n’avait tout de même pas eu la témérité nécessaire pour monter une échoppe sur le chemin de traverse, mais qu’importe, ce n’était pas le but. Et puis, elle n’était pas seule, elle avait un associé de choix, un ami de choix : Valeryan Grimestone.

L’échoppe est simple, mais elle aimait la simplicité au final. C’était ses économies qui se trouvait face à elle, c’était leur travail à eux deux, un projet en commun, une porte de sortie qu’elle avait saisi avec plaisir. Un moyen de montrer aux siens qu’elle avait elle aussi le sens des affaires et qu’elle savait se débrouiller sans rien de leur part. L’ombre des Black planerait toujours, elle ne le savait que trop bien, mais elle s’en acquitterait dignement. Mais qu’ils ne s’amusent pas à utiliser ses propres potions contre elle, elle ne savait que trop contourner leurs usages. Cereberus Viperae, le nom de l’enseigne la fait sourire. Le chien et la vipère, hommage à leur deux patronus.  Elle a hâte d’entrer et de découvrir le lieu de travail, le lieu qui allait tout changer pour elle. Elle laissait sa fille entre les mains d’une nourrice pour pouvoir lui donner une vie meilleure. C’était un choix que peu d’hommes et des femmes dans ce monde parvenaient encore à comprendre. Il ne faut pas longtemps avant que son ami à l’intérieur de l’échoppe ne vient lui ouvrir la porte, et lui tende la main, tel un gentleman qui faisait entrer une Lady dans ces lieux, « Vous êtes prête, chère associée ? » Associée, c’était étrange, et plaisant à la fois. De ne plus être à la solde d’une famille, mais à la tête d’une affaire. Elle rend à Valeryan un sourire complice et saisit sa main pour finalement entrer. La simplicité des lieux avait du bon, elle n’avait jamais aimé l’extravagance de certaines boutiques, trop prétentieux à son goût. « Prête si tu l’es. » Répond-t-elle avec malice. Elle n’avait jamais été aussi prête de toute sa vie. Elle lâche alors sa main pour jeter un regard inquisiteur sur les lieux.

Elle a toujours eu le regard assez critique sur tout Astra, elle a toujours pu passer pour quelqu’un d’assez hautain, voire de très exigeant. Mais elle est ainsi, perfectionniste, appréciant que les détails soient exactement comme elle l’avait pensé. C’est une force sans doute, et un défaut parfois – l’une de ces qualités à double tranchant. Elle explore la boutique, déposant une main sur le comptoir, l’effleurant tout en continuant sa course, l’œil avisé.  Tout est en place, les fioles vides sur l’étagère derrière le comptoir. Les vitrines pour abriter les futures potions à vendre. Elle avait hâte de se mettre au travail le plus tôt possible, et de renouer avec ce qu’elle avait toujours aimé faire. A défaut de faire des potions pour Ste Mangouste, elle en ferait pour aider des sorciers d’une autre manière. Mais Astra savait aussi bien guérir que tuer par une potion, sa famille avait plutôt utilisé cette partie plus sombre de son talent au profit de la Main Noire. Elle espérait secrètement se servir de l’aspect positif plutôt que du négatif, mais il savoir user des deux demeures une preuve de talent. Derrière le comptoir on voyait clairement une réserve et un atelier du parfait alchimiste, et à l’angle de la boutique un escalier pour l’étage et la partie de Valeryan. Elle sourit alors, et se retourne vers son amie, toute guillerette : « Par Merlin, tu as fait un travail fantastique Valeryan ! » Elle n’était pas facile avec les compliments, mais là, ils étaient mérités. Pendant qu’elle avait comaté un long moment à Ste Mangouste à la suite des évènements côtés moldus, il lui avait fallu quelques jours pour se remettre de l’attaque. Il lui arrivait encore de sursauter au moindre bruit, encore nerveuse à l’idée qu’on puisse lui vouloir du mal.

en fourchelangue.


When everything turns to black

All the rules are changing now You're living in sin Everything around you is caving in All you're holding on to Slipping like water through your hands.

Parchemin envoyé Mar 23 Mai - 16:00

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 124 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Hishnack. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je serai fiancé d'ici peu. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


every cloud has a silver lining


Il découvre l'aménagement en même temps qu'elle, du moins la manière dont chaque meuble qu'il a acheté a été remis à neuf et verni, dont chaque mur a trouvé une nouvelle jeunesse. L'endroit garde pourtant un aspect tout sauf moderne, mais la modernité n'a jamais été le fort de Valeryan. Aux étagères tournantes ensorcelées, il préfère les larges vitrines. Aux listes d'ingrédients qui se déroulent sous les yeux des clients par magie, il préfère un registre dans un coin de la pièce et de fines étiquettes accrochées à chaque fiole, à chaque tube en bois qui bientôt sera rempli d'herbes diverses. Il passera sûrement des heures à préparer tout cela, mais au moins sera-t-il certain de ne pas avoir fait d'erreur. Maniaque, le Grimstone ? Peut-être légèrement, pour certaines choses. Un peu comme son amie, il aime que tout soit parfait, qu'aucun détail ne lui échappe. Avec eux deux dans le même commerce, l'employé qui arriverait à voler dans la caisse n'était pas encore né.

« Par Merlin, tu as fait un travail fantastique Valeryan ! » Un sourire fleurit sur les lèvres de Valeryan, en réponse à celui de sa comparse. La voir aussi heureuse lui réchauffe le coeur, lui qui l'a regardé tomber de haut. S'il aurait sans doute jugé une autre femme pour ses erreurs passées - certes effacées de sa mémoire - à elle il ne saurait reprocher quoi que ce soit. Elle est assez grande pour prendre ses décisions, et en assumer les conséquences des années plus tard, comme le prouve ce dans quoi elle se lance aujourd'hui avec lui. « Ce sont surtout les sorciers que j'ai engagé, qui ont fait un travail fantastique. Je leur ai juste donné mes instructions, tu sais. » Il s'approche du comptoir, s'y appuyant sans se départir d'un sourire en coin, et désigne l'atelier. « Je n'ai pas touché à cette partie-là, par contre. Je suppose que tu as tes préférences, alors j'ai préféré te laisser faire. Si besoin, je peux commander du matériel supp... » Il s'interrompt en entendant la clochette de la porte d'entrée s'affoler.

En se retournant, trois hommes leur font face. Trois sorciers dont il devine rapidement le rôle, ainsi que la raison de leur présence. La Main noire n'a même pas attendu qu'ils aient ouvert pour venir mettre son nez dans les affaires de l'étrange duo. Allez savoir si Alaric est pressé de connaître en détails la nouvelle vie de sa fille, toujours est-il que c'est maintenant que va se jouer en grande partie l'avenir de la boutique. S'ils n'arrivaient pas à se faire un minimum respecter par les taxeurs de la Main noire, alors ils seraient partis pour des mois de galère. « Messieurs, que nous vaut le plaisir ? Nous ne sommes pas encore ouverts, malheureusement. » Il s'empresse de prendre le taureau par les cornes, étalant une politesse presque obséquieuse sous le nez de ces vautours. Celui qui semble en charge s'approche de lui tandis que les deux autres s'écartent pour aller fouiner dans les étagères encore vides. Ils ne toucheraient à rien, à moins que Valeryan ne déplaise à celui qui lui lance à la figure : « C'est une très jolie boutique que vous avez là. » Mais l'homme remarque soudain la présence d'Astraea, et une légère hésitation apparaît sur ses traits méprisants. « Espérons que vous ferez mieux que le précédent propriétaire. Vous avez de quoi nous prouver que ça va marcher, votre affaire ? » Valeryan se retient de lever les yeux au ciel. Vraiment, leur réclamer de l'argent avant même qu'ils aient ouvert l'échoppe ? Les bras croisés, il fixe froidement l'homme et tente d'esquisser un nouveau sourire poli. « Allons, je pense que vous nous connaissez. Ma famille et celle de mon associée sont réputées pour ne jamais laisser couler une enseigne. » Les deux sorciers se dévisagent, chacun tâchant de jauger jusqu'où l'autre est prêt à s'aventurer pour avoir le dernier mot, et lequel des deux céderait le premier. Mais un Grimstone ne plie que très rarement.

© TITANIA


hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Jeu 22 Juin - 20:42

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1003 hiboux. J’incarne : Felicity - Perfect - Jones , et l’avatar que je porte a été créé par : un créatueur de Bazzart que je remercie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Skander Lupin, Gideon Peverell & Avia Spudmore Je parle en : #663366



Je suis âgé de : 29 années fanées, autant d'années à se fourvoyer au nom d'une famille qui n'a fait que se servir de moi. Je n'ai jamais été aussi vivante que ces dernières semaines, libérée délivrée. , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : une ancienne mère maquerelle, mais maintenant je travaille comme potionniste "Aux Fleurs de Luz". J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : veuve depuis d'une année, et je ne regrette pas sa mort. Les rumeurs vont de bon train à mon sujet, mais je reste libre et l'amour de ma vie est une petite fille aux grands yeux verts. Champ Libre :




malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 











every cloud has a silver lining.
VALERYAN GRIMESTONE & ASTRAEA BLACK.




24 AVRIL 1991, PRE AU LARD

Libre et indépendante, c'était le rêve de sa vie, ce qu'elle n'avait pas pu être pendant le restant de sa vie. Elle avait toujours été obéissante, soumise, mais surtout protégée par sa famille. Enfin, ils ne l'avaient pas protégée de la perte de son âme – d'une partie tout au plus – mais des autres, des ennemis de sa famille. Car dieu sait si la famille Black avait bon nombre d'ennemi, et aujourd'hui Astra était une proie assez facile, il devait bien l'admettre, elle avait été reniée par les siens et était ni plus ni moins qu'une brebis égarée, ou une lionne égarée serait plus « approprié » car elle était seul vulnérable, mais savait encore mordre. Mais petite lionne avait grandi, et volait de ses propres ailes – cette fois ci adulte, elle avait enfin son propre commerce renouant avec ce passé de potion qui lui avait manqué. Peut être aurait-elle du repostuler à Ste Mangouste où elle aurait reprit du service en tant que potionniste et aurait pu compléter sa formation avortée de medicomage. Mais elle n'était pas seule dans cette « galère » elle avait Valeryan sur le plan professionnel – et amical – mais aussi Athelstan qui lui offrait une maison, un toit et un foyer pour elle et sa fille. Elle n'avait jamais été autant décidée à faire table rase du passé et à aller de l'avant.

Le sourire de Valeryan indique que le compliment sur le travail effectué lui va droit au cœur. Que serait-elle sans lui en cet instant ? Chômeuse, et sans aucune perspective. Mais modeste le Grimestone remet les mérites sur les employés, tel un prince. « Ce sont surtout les sorciers que j'ai engagé, qui ont fait un travail fantastique. Je leur ai juste donné mes instructions, tu sais.  » , Il s'approche pour s'appuyer sur le comptoir, tandis que le regard d'Astra se balade encore dans la pièce, tout était parfait – enfin rien ne l'était tout peut être amélioré, mais si, dans un sens c'était parfait, plus qu'elle ne l'aurait espéré. Puis, il ajoute, désignant l'atelier de la tête, « Je n'ai pas touché à cette partie-là, par contre. Je suppose que tu as tes préférences, alors j'ai préféré te laisser faire. Si besoin, je peux commander du matériel supp...» , l’atelier, c'était son monde, pour la première fois depuis longtemps, elle aurait le sien, et ne devrait pas se mêler aux divers chimistes de la Main Noire pour aller concocter une potion pour le service exclusif de sa famille. Elle en avait fait des potions maligne, des potions terribles – mais elle savait aussi faire des potion bénéfique, elle aurait le temps de s'en souvenir. Mais il n'a pas le temps de finir sa phrase que la clochette de l'entrée fini par tinter. N'étaient pas sensé être fermé ? Cette personne ne savait donc pas lire, de toute évidence.

La brune ne tourne pas tout de suite la tête vers leurs invités, occupée à regarder autours d'elle, Valeryan semble déjà parfaitement au point. Cette entrée ne lui dit rien qui vaille. Il gère, parfaitement, « Messieurs, que nous vaut le plaisir ? Nous ne sommes pas encore ouverts, malheureusement.  » , La diplomatie, Astra aurait été bien moins diplomate, et elle savait que c'était le genre d'attitude qui pouvait causer du tort, ne pas être diplomate quand on est sous la protection des Black n'est pas un problème puisque l'on possède quelques hommes de main pour réparer vos conneries, quand on est seul et à son compte, c'est plus complexe. C'est à cet instant qu'elle se retourne pour jauger du regard les trois hommes. La Main Noire, elle les connaissait en plus – des hommes de mains qui parfois étaient venu faire le service de sécurité à la Maison Close, dommage qu'Hydra ne soit pas là, elle savait que le serpent qui rampe avait le don de faire peur et de mettre mal à l'aise. La prochaine fois. Ils se dispersent, l'un s'approche de Valeryan, les autres explorent les lieus,   « Espérons que vous ferez mieux que le précédent propriétaire. Vous avez de quoi nous prouver que ça va marcher, votre affaire ? », Astra le fixe, celui croise alors son regard et semble plus hésitant. Une Black entre les murs,c'était... inattendu loin de chemin de Traverse ?  « C'est une très jolie boutique que vous avez là. »  , Charmant, la main noire dans toute sa splendeur, elle reconnaitrait là l'oeuvre d'un Black quand bien même ils agiraient sous couverture. « Allons, je pense que vous nous connaissez. Ma famille et celle de mon associée sont réputées pour ne jamais laisser couler une enseigne. » , bien joué Valeryan. Ni les Black ni les Grimestone sont du genre à abandonner, ils devraient le savoir.

« La preuve de notre indéniable réussite ? » Ils ont peur des Black alors autant leur donner un Black dans toute sa splendeur. Elle tourne la tête vers l'un d'entre eux qui joue avec un flacon sur une étagère, « Si j'étais vous je ne jouerais pas avec ça, c'est du venin de Basilic, ça peut vous ronger la main en une fraction de seconde. » Sa voix est assez sèche, presque cassante. Elle ne savait pas ce qu'il y avait dedans, mais faire peur à ses sousfifres n'avait jamais été un problème pour elle. L'homme la fixe, un peu surpris, peut être apeuré, faisait-il la connexion entre basilic et la fourchelangue qu'elle était ? Peut être, si surpris qu'il repose le bocal sans faire d'histoire et s'en éloigne un peu. Puis, elle s'approche de Valeryan, et pose sa main sur son épaule pour faire à son tour faire face au « porte parole » de la Main Noire. Elle le toise un peu, elle a appris auprès des plus grand, et fut un temps où elle leur avait peut être même donné des ordres. Quelle lointaine époque, elle avait l'impression que c'était dans une autre vie. «  La preuve de notre réussite est sans l'ombre d'un doute possible notre talent, de Medicomage pour mon associé, et dans l'art des potions en ce qui me concerne. » Elle n'est pas humbles, mais s'incliner n'était pas une option. « Les potions, je croyais que c'était dans l'art des comptes. » Rigole le troisième homme. Elle sourit, un peu amèrement, « Donc je suis d'autant plus apte à gérer une affaire. » L'intelligence de la serdaigle de rebondir sur les mots et en tirer profit. « Faites attentions à votre verre après votre service, il paraît qu'au Cercle de Jeux il existe quelques potions cachés dans les verres pour... vous forcer à rester et à dépenser votre argent. » L'homme la fixe, « Comment je le sais ? Eh bien, je l'ai créée. » Elle est sèche, « Alors votre preuve est ici. » Elle s'énerve un peu, mais elle a tendance à avoir la voix plus sifflante dans ses moments là. Quand elle se met à siffler légèrement les hommes regardent le sol, à la recherche d'Hydra sans doute. « Mais vous pouvez assurer à mon père, que nous le payerons, si nous n'avions pas voulu nous soumettre à cette règle nous aurions ouvert un commerce en Norvège, ou de façon clandestine. » L'allusion à Alaric Black fit reculer l'homme d'un pas.
en fourchelangue.


When everything turns to black

All the rules are changing now You're living in sin Everything around you is caving in All you're holding on to Slipping like water through your hands.

 

Every cloud has a silver lining ✦ Astraryan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» arabella + she is a silver lining — Délai accordé par le staff.
» The Silver Lining (pv Harry)
» Baptême de Wild Cloud
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Partenariat avec Cloud Nine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Pré Au Lard-