indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
NO HOPE FOR THE WEARY ❱ Arsenius

()
Parchemin envoyé Lun 17 Avr - 0:26

- REBEL ❥ for your love. -
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 471 hiboux. J’incarne : Crystal Reed , et l’avatar que je porte a été créé par : Dark Dreams . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Quintus, Betty, Maggs et Ciena Je parle en : white



Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Créatrice de la Poudre d'Escampette et Chimiste pour la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Elle est veuve depuis quelques mois seulement, mais son coeur appartient à jamais à une seule et unique femme.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
No hope for the Weary
Vega & Arsenius
A little liquor on my lips. I let him climb inside my body. And held him captive in my kiss.

Les journées qui passent. Les unes après les autres, sans aucun changement apparent. Si ce n’est peut-être le désintérêt le plus total de la part de la Chimiste en ce qui a trait de près ou de loin à son existence. Parfois, il lui arrive d’avoir le courage de demander à son père de lui lancer un nouveau sort d’Oubliette. Au moins, elle serait la vraie poupée qu’elle avait été autrefois. Et elle n’aurait pas mal. Elle ne savait pas ce qui faisait le plus mal entre sa première transformation et son cœur détruit comme il l’était, depuis tous ces mois. Quand elle avait perdu Avia, ou du moins, le croyait-elle, Vega avait subitement perdu intérêt à la vie. Dire qu’il lui aurait suffi de s’accrocher un peu. Peut-être qu’Hurley serait encore en vie, si elle avait été une meilleure femme. Elle n’aurait pas été seule. Elle n’aurait pas été obligée de vivre à nouveau sous le toi des Greyback. Et surtout, elle ne serait pas une louve. Emprisonnée d’autant plus par Hector qui avait désormais entière manipulation de sa fille. Il était son alpha, qu’elle devait écouter au doigt et à l’œil. Sans Avia, Vega n’était plus rien. Son côté rebelle était relégué au fond du placard, en même temps que ses moments passés à donner des informations à l’Ordre du Phoenix. Elle ne s’occupait plus de rien, ni même des missions des mangemorts. Elle n’en avait pas effectué d’autres depuis sa transformation, mettant son impulsivité sur le carreau. Ça aurait pu servir à plusieurs, mais elle se servait de son job auprès des Black pour occuper son temps tout entier. À quoi bon se battre pour une cause qui ne lui était plus chère? Ceux qui lui restaient étaient du côté des mangemorts et les Phoenix lui avaient privé de sa préférée. Sa cousine n’était plus, une raison de plus de ne pas avoir de sourire affiché sur son visage depuis si longtemps. Elle travaillait plus qu’elle ne le devrait, on n’avait même plus besoin de la surveiller. Comme si Hector lui-même savait que sa fille était en déchéance. Qu’elle n’avait plus aucune chance de se sauver si ce n’était d’attenter à sa propre vie. Et par Merlin, elle n’en était pas rendue là. Elle ne pourrait jamais faire cela, pas à Avia. Si elle venait à mourir de ses propres mains, elle savait déjà que son fantôme lui en voudrait toute sa vie. La privant d’elle-même après sa mort.

Il était déjà tard, mais Vega était parvenue à améliorer une fois de plus la pureté de la drogue qu’elle avait inventée; la Poudre d’Escampette. Elle se donnait corps et âme à la famille Black, au plus grand damne de son père. Au moins, elle avait la décence de ne pas leur révéler la recette de la drogue. Elle préférait rester dans ce sous-sol à travailler que de rester cloîtrée chez elle. Il est presque trois heures du matin quand elle décide qu’il est temps de s’en aller. Elle décide néanmoins de s’arrêter un instant à l’étage, au cercle de jeu où elle commande un verre de Whisky. Les minutes passent, le liquide arrive à réchauffer un peu ses pensées. À la faire oublier, surtout. Elle enfile un autre verre, puis deux, sans qu’elle ne puisse se contenir. Quand elle prend une énième gorgée, un homme attire son attention. Il parle fort, comme s’il veut se faire entendre par tous. Elle roule des yeux, ses prunelles se dardant sur Arsenius Black. Son patron. Ou sous-patron, comme elle se plait à l’appeler dans sa tête. Après tout, elle sert son père en premier, pas lui. Il ne lui accorde pas son attention, sans doute trop occupé à paraitre important. Quand il passe à côté d’elle, une odeur lui pique automatiquement le nez. Son corps se raidit tout entier, ses sens sont décuplés malgré l’alcool qui sévit dans ses veines. Cette odeur, elle la reconnaîtrait d’entre mille. Surtout depuis qu’elle était devenue une louve, elle avait l’impression qu’elle se retrouvait devant elle. Elle gronde, même, quand il s’éloigne d’elle. Comme si la sorcière tentait de s’emparer de cette sensation un peu plus longtemps. Pourquoi Arsenius Black avait tout à coup cette odeur divine? Une qui ne lui appartenait pas du tout. Une qui devait être décédée depuis déjà si longtemps. Elle n’attend pas une seconde de plus, partant à sa suite. Il monte les escaliers l’emmenant dans son bureau, où elle s’est déjà rendue plusieurs fois. Des pensées l’assaillent, du temps où elle était plus manipulable que jamais. Où il avait pu faire ce qu’il voulait d’elle. Maintenant, ce n’était plus le cas. Quand il tente de fermer la porte, Vega l’en empêche, avec toute sa force décuplée. Il a l’air dégoûté de se retrouver devant la lycan, mais sans doute pas autant que la femme quand elle ferme la porte, pour pouvoir humer encore plus l’odeur d’Avia. Elle cherche. Rapidement. À des milles à l’heure pour tenter de savoir ce qu’elle doit dire. Alaric. Il doit être dans le coup aussi, car dans la famille Black, il y a si peu de secret. Elle lève la tête, comme pour lui faire face et un sourire vainqueur apparaît sur ses lèvres. Comme si elle était au courant de tout. « M. Black veut savoir quand vous irez rendre visite à Avia, à nouveau? » Elle devait savoir. Savoir si son amour était en vie, si elle n’était pas complètement à côté de la plaque. Comment pouvait-elle savoir pour Avia, si on ne l’avait pas mis dans la confidence, après tout? Car jamais elle n’avait entendu parler d’une voyante de l’Ordre retenue par les mangemorts. Et ce n’était pas parce qu’elle n’écoutait pas. « J’ai presque terminé la potion qu’il me demandait. Celle qui pourra provoquer des visions plus fréquentes, plus claires aussi. » Tant de mensonges, mais aussi tant d’informations qui devaient être inconnues de tous. Vega se demandait si Arsenius était au courant de son passé avec Avia, elle en doutait. Hector Greyback ne crierait pas sur tous les toits les faiblesses de sa famille….
Made by Neon Demon



 
+ SHE REMEMBERS IT ALL
Deny this emptiness, This hole that I'm inside.These tears, They tell their own story. Told me not to cry when you were gone, But the feeling's overwhelming, it's much too strong. Can I lay by your side? Next to you, you, And make sure you're alright. ©️endlesslove.



Parchemin envoyé Mer 19 Avr - 2:36

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Cha' , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 534 hiboux. J’incarne : Jamie Dornan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys <3 . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Xéphandre Lovegood, Rodrick Rackharrow & Menelaus Greyback Je parle en : #808000



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : gérant du Cercle de Jeu et responsable de la zone de Poudlard J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : vaut mieux ne pas savoir... Champ Libre :
avatar
 
No hope for the wearyVega & Arsen

With a lie we go far, but without hope of return.

•••

La nuit était déjà bien tombée lorsque Arsen fit son apparition au Cercle de Jeu. Malgré tout, la salle ne désemplissait pas. Il y avait toujours autant d’êtres aussi divers les uns que les autres. Mais l’habituel brouhaha de la pièce, auquel le Black s’était habitué, l’agaçait ce soir. Toute cette journée l’agaçait en réalité. Elle avait été éprouvante et n’avait rien donné. Et l’échec ne faisait pas partie de ses habitudes. Alors en cette soirée, il avait les nerfs à vif et gare à celui ou celle qui viendrait l’irriter encore plus. En effet, il avait passé sa journée à Poudlard, entre fouilles, interrogatoires, etc… La routine quoi. Mais tout ça n’était rien à vrai dire. Ce qu’il lui avait mis les nerfs en pelote, c’était sa petite prisonnière, la Spudmore. Elle, elle ne payait rien pour attendre, ça c’est sûr. Le don qu’elle avait ne voulait tout simplement pas « marcher ». Aucune vision ne lui venait, elle était inutile. Malgré tout, il voulait absolument tirer quelque chose de cette fille, elle était un atout non négligeable pour lui et sa famille. Alors il avait tout essayé avec elle. Simple interrogatoire, torture, chantage, menaces, bref. Tout ce qu’il pouvait pour l’obliger à lui donner des informations. Néanmoins, rien ne fonctionnait. Il s’était retrouvé dans une impasse. Alors il avait complètement changé d’angle d’attaque. Il avait décidé de la manipuler, de lui faire croire qu’il voulait son bien, de lui apporter ce qu’elle voulait. Pour l’instant, il n’avait pas encore de résultats probants, mais il venait à peine de commencer. Il fallait être patient, il l’avait appris à ses dépens. Pour un tel enjeu, il s’efforcerait d’attendre. Aujourd’hui, il lui avait donc rendu visite, pour continuer son petit jeu de geôlier aux petits soins. Mais il avait l’impression de stagner, ça n’allait pas assez vite à son goût. Le temps était précieux, il avait plus l’impression de le perdre. Voilà pourquoi ce soir, il n’était pas d’humeur. Cependant, il avait tout de même fait l’effort de venir au Cercle. Après tout, il en était le gérant, il devait vérifier que tout allait bien. Il se trouvait donc près du bar et s’adressait à quelques hommes de confiance. Ceux à qui il avait confié la surveillance du Cercle en son absence. « Je veux des hommes qui surveillent chaque table, chaque coin de la pièce, je veux des yeux partout. Même une souris ne devrait pas pouvoir passer inaperçu, c’est clair ? Attrapez-moi tous ces rats qui pensent pouvoir surpasser les règles et faites-leur regretter. Je ne tolèrerais aucun manquement. S’il y a un problème vous savez où me trouver. Allez-y. » Des mots autoritaires, clairs, prononcés d’une voix forte. Tout simplement des ordres efficaces. Une fois ses instructions données, Arsen n’a qu’une envie, rejoindre son bureau à l’étage pour enfin être au calme. Il prit donc le chemin de ce dernier, montant des escaliers massifs sombres, sans même remarquer le grondement de la louve qui était accoudée au bar et qui le suivait désormais. Il n’avait pas la tête à accorder une quelconque attention à qui que ce soit ce soir.

Malgré tout, le monde semblait contre lui aujourd’hui, puisqu’il ne put même pas se retirer dans son bureau tranquillement. Une fois entré dans la pièce, on l’avait empêché d’en refermer la porte avec force. Surpris et agacé, il se retourna brusquement, histoire de voir - et haïr - la personne qui avait osé le déranger de la sorte. Quelle fut sa surprise et son dégoût de reconnaître Vega Greyback, la chimiste qui travaillait pour son père. Créatrice de la Poudre d’Escampette, jamais Arsen ne lui avait accordé aucun crédit. Comment pourrait-il croire et avoir confiance en une de ces viles créatures qu’il détestait tant ? Enfin, son père n’avait probablement pas entièrement confiance non plus, mais bon. Arsenius ne comprenait même pas pourquoi son père avait besoin de ses services, il aurait pu trouver quelqu’un d’autre pour ce travail, à coup sûr. Enfin, ce qui était fait était fait, il ne pouvait rien y changer, elle n’était malheureusement pas sous sa responsabilité. Mais il trouverait bien un moyen un jour, rien que pour ne plus l’avoir dans les pattes, rien que pour ne plus voir cette louve traîner dans les parages. Enfin, ce n’était pas vraiment le moment. Là, dans son bureau, elle est trop près de lui, il n’est pas à l’aise. « Décidément, je ne comprendrais jamais cette manie qu’ont les chiens de suivre leur maître partout. Je n’ai pourtant pas d’os sur moi. » Il peut lire à son tour un profond dégoût sur les traits de son interlocutrice. Eh bien, ils étaient bien loin l’époque où il pouvait obtenir d’elle ce qui lui plaisait. Mais pourquoi gâcher ça en devenant un de ces horribles monstres ? C’était tellement dommage. Ça lui donnait même encore plus envie d’exterminer cette espèce. Finalement, elle ferma la porte derrière elle, ce qui fit froncer les sourcils de l’héritier Black. Que voulait-elle à la fin ? La situation devenait étrange.

Encore plus étrange d'ailleurs, lorsqu’elle lui fit face, un sourire habillant son visage. « M. Black veut savoir quand vous irez rendre visite à Avia, à nouveau? » Arsen se figea. Comment pouvait-elle être au courant ? C’était tout bonnement impossible. Personne ne savait, à part Alaric, et un cercle très réduit de Mangemorts de confiance, ceux qui avaient été présents à Poudlard. Jamais aucun n’aurait pu transmettre l’information à cette louve. Mais son père ? Pourquoi ? Pourquoi lui aurait-il dit à elle ? Il savait bien que son fils n’avait aucune confiance en elle, et pourtant… Arsen était confus, mais il ne le montrait pas. Ne jamais baisser sa garde. Il restait de marbre, neutre, sans émotions. Mais intérieurement, il se sentait presque trahi par le geste de son père, il ne comprenait pas la raison d’un tel choix. Malgré tout, il restait méfiant. Devait-il vraiment la croire ? Elle, cette perfide louve ? Rien n’était bien sûr. Il préféra donc assurer ses arrières, ne confirmant, ni n’infirmant rien du tout. Le mystère était préférable. « Ah oui ? Et pourquoi n’est-il pas venu me voir directement dans ce cas ? Il sait pourtant où me trouver. Nous ne partageons pas nos informations avec n’importe qui. Mais ne vous inquiétez pas, je devais de toute façon le voir sous peu. Merci pour le message. » Son ton n’était pas aimable, il était sec et glacial. Pourquoi prendre des pincettes avec elle ? Ils se détestaient, pas la peine de jouer un rôle ridicule. Dans sa réponse, aucune information potentiellement dangereuse à dévoiler. Il ne montrait rien de son plan. Il ne lui disait pas qu’il détenait la Spudmore, elle n’avait pas à le savoir de toute façon. Moins de gens seront au courant, mieux ce sera. Il s’était contenté de répondre à côté, de parler d’autre chose et de détourner la question. Mais elle reprit la parole une seconde fois. « J’ai presque terminé la potion qu’il me demandait. Celle qui pourra provoquer des visions plus fréquentes, plus claires aussi. » Une potion ? De quoi parlait-elle encore ? Son père s’était adressé à elle pour créer une telle potion ? Ça devenait de plus en plus étrange. Pourquoi son père ne l’avait pas prévenu ? Et pourquoi elle en particulier ? Pourquoi l’avait-il laissé dans ce flou ? Il voulait des réponses, il devrait en parler avec son père le plus tôt possible. Mais pour l’instant, il devait répondre, trouver un moyen d’esquiver la chose. « Il s’adresse donc à vous lorsqu’il a besoin de potions ? C’est bien étrange. Les visions vous dites ? Pouvez-vous être plus précise ? Que vous a-t-il dit exactement ? Je n’arrive pas vraiment à savoir ce dont il parle, il faudrait que vous m’expliquiez ça plus clairement, que vous a-t-il dit d’autre ? » Il tentait de la piéger, de la déstabiliser. Si elle savait vraiment, tout, elle saurait répondre à ces questions. Il voulait la pousser jusqu’au bout, savoir ce qu’elle savait exactement, et comment elle le savait. Et au contraire, si elle ne lui servait pas une réponse satisfaisante, il saurait qu’elle lui ment depuis le début. Et il agirait en conséquence.

© 2981 12289 0





Parchemin envoyé Jeu 20 Avr - 21:16

- REBEL ❥ for your love. -
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 471 hiboux. J’incarne : Crystal Reed , et l’avatar que je porte a été créé par : Dark Dreams . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Quintus, Betty, Maggs et Ciena Je parle en : white



Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Créatrice de la Poudre d'Escampette et Chimiste pour la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Elle est veuve depuis quelques mois seulement, mais son coeur appartient à jamais à une seule et unique femme.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
No hope for the Weary
Vega & Arsenius
A little liquor on my lips. I let him climb inside my body. And held him captive in my kiss.

C’était la première fois depuis d’affreux mois qu’elle avait l’impression d’être vivante. Qu’une lueur d’espoir se montrait doucement, parce que l’odeur de sa bien-aimée était impregnée dans les vêtements du patron du Cercle de Jeu. Elle se demandait bien comment c’était posible, ni pourquoi ça pouvait l’être. L’odeur d’Avia était si forte, si vivifiante, qu’Arsenius avait dû être très près d’elle pendant quelques heures. Surtout, ce n’était pas l’odeur d’une morte qu’elle reniflait, et ça voulait signifier qu’Avia était belle et bien en vie. Elle devait trouver un moyen d’inventer une histoire, de faire parler Arsenius. Elle voulait qu’il le dise. Qu’il démontre qu’Avia était bien vivante comme elle le croyait désormais. Le Black avait l’air des plus exaspérés par sa présence, pourtant il avait bien passé des années à tourner autour d’elle. Il l’avait manipulé. Comme tant de gens l’avaient fait à cette Vega effacée qu’elle était après la Purge. Sans la mémoire d’Avia, qu’elle soit morte ou non, il semblerait bien que la sorcière ne soit que l’ombre d’elle-même. Il avait voulu des choses. Il en avait tenté aussi. Elle n’était pas non plus étonnée qu’il ait continué ces histoires même lorsqu’elle était mariée. Elle se demandait si Hector ne lui avait pas fait une frousse quelconque, pour qu’il la laisse tranquille. Quand elle avait retrouvé la mémoire, Vega s’était bien amusé à lui tenir tête. Parce qu’elle le pouvait. C’était ce qu’avait toujours fait la Rebelle de la famille. Avait suivi la « mort » d’Avia, de son mari, puis sa transformation. Depuis, il l’ignorait comme la peste. Avoir su que cela prenait du sang de lou dans ses veines, peut-être qu’elle l’aurait considéré avant. « Décidément, je ne comprendrais jamais cette manie qu’ont les chiens de suivre leur maître partout. Je n’ai pourtant pas d’os sur moi. » Fascinant. Le dégoût transparaît dans le visage de la sorcière qui lève les yeux au ciel. Elle aimerait lui rendre la monnaie de sa pièce, mais là n’est pas la question. Elle doit paraître professionnelle, contrairement à lui.

Elle invente plus vite que jamais une histoire sur son père. Il pouvait bien lui parler, elle qui cherchait davantage de travail pour tout oublier. Ça faisait le bonheur du patriarche! L’étonnement paru tout de suite dans l’air du mangemort et Vega se félicita. Cela voulait signifier que si elle était bien en vie, peu de gens étaient au courant. Après tout, depuis l’attaque de Poudlard, on confiait peu de choses à la Greyback, même si elle portait la marque. Comment pourrait-elle en être au courant autrement que par Alaric? « Ah oui ? Et pourquoi n’est-il pas venu me voir directement dans ce cas ? Il sait pourtant où me trouver. Nous ne partageons pas nos informations avec n’importe qui. Mais ne vous inquiétez pas, je devais de toute façon le voir sous peu. Merci pour le message. » Elle serre la mâchoire, mais ne peut s’empêcher de lever les yeux au ciel. Il doit bien y avoir une raison, se justifier. Toujours. « Vous pensez que je dois refuser ses requêtes? Je ne suis que le lien de communication, rien d’autre. » Qu’elle laisse tomber. Après tout une bonne employée ne rouspétait pas, surtout pas à Alaric Black. Qu’en avait-elle à foutre du fait qu’Arsenius était sur la défensive? Comme si c’était la première fois qu’un homme de renom utilisait un chien pour faire ses messes basses. N’était-ce pas ce à quoi servait la famille Greyback après tout? Le plus logique est d’enchaîner, par quelque chose que seulement une connaissance d’Avia pourrait connaître. Ou un pion dans une histoire de mangemorts. « Il s’adresse donc à vous lorsqu’il a besoin de potions ? C’est bien étrange. Les visions vous dites ? Pouvez-vous être plus précise ? Que vous a-t-il dit exactement ? Je n’arrive pas vraiment à savoir ce dont il parle, il faudrait que vous m’expliquiez ça plus clairement, que vous a-t-il dit d’autre ? » Il veut des précisions. Il sait que quelque chose cloche, alors elle doit continuer de mentir. De s’enfoncer davantage dans ces histoires. Car elle doit savoir. Même si sa vie en venait en danger, elle s’en fichait royalement. « Allons Arsenius, ce n’est pas parce que je suis récemment devenue une louve que j’ai perdu toutes mes capacités. Avez-vous perdu la mémoire? J’ai été l’une des premières à travailler pour votre famille, à vous offrir ce joyau addictif qu’est la Poudre d’Escampette. Croyez-vous que je suis incapable de faire des potions autres que celle-ci? » Après tout, elle était une chimiste et comme elle venait de le lui spécifier, c’était l’une des plus anciennes employées à travailler pour la famille. C’était absurde que Black ne lui demande pas son aide. Même si elle était une louve. Même si elle était une putain de Greyback. « Il m’a raconté que la Spudmore était bien plus médiocre avec ses dons de voyance que quiconque. À se demander si elle l’est pour vrai! » Elle pouffe. Comme le ferait une louve, une mangemorte, une Greyback. Tout sauf une Vega qui aimait Avia. « Il me reste un seul test à faire et la potion sera prête. Après ingestion, elle garantira automatiquement une vision d’une durée de cinq à dix minutes. Je sais, ce n’est pas beaucoup pour commencer, mais si vous voulez votre foutue gloire, c’est déjà mieux que rien, hum? » N’était-ce pas ce que souhaitait cette famille, plus que n’importe quoi? C’était plus facile qu’elle ne l’aurait cru. Maintenant, elle devait attendre la suite.
Made by Neon Demon



 
+ SHE REMEMBERS IT ALL
Deny this emptiness, This hole that I'm inside.These tears, They tell their own story. Told me not to cry when you were gone, But the feeling's overwhelming, it's much too strong. Can I lay by your side? Next to you, you, And make sure you're alright. ©️endlesslove.



Parchemin envoyé Mer 3 Mai - 0:17

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Cha' , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 534 hiboux. J’incarne : Jamie Dornan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys <3 . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Xéphandre Lovegood, Rodrick Rackharrow & Menelaus Greyback Je parle en : #808000



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : gérant du Cercle de Jeu et responsable de la zone de Poudlard J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : vaut mieux ne pas savoir... Champ Libre :
avatar
 
No hope for the wearyVega & Arsen
With a lie we go far, but without hope of return.
•••


Le dégoût transpirait dans les yeux de la Greyback. Tout autant qu’il transpirait du côté du Black. Cette haine qui était née entre eux, aussi réciproque soit-elle, était d’ailleurs bien dommage. Où étaient passé les moments où il pouvait faire d’elle ce qu’il voulait ? Tous ces moyens dont il avait usé pour la manipuler selon ses envies ? Révolus, envolés, disparus. Est-ce qu’il les regrettait ? Peut-être. Après tout, c’était bien plus amusant de la voir agir selon ses désirs que de la voir lui parler de la Spudmore. Ce bureau ne leur avait pas toujours servi à échanger des remarques désobligeantes. Auparavant il avait aussi été un lieu de rendez-vous pour des choses bien plus distrayantes, avec cette femme qui paraissait lui obéir. À ce souvenir, il voulut presque ricaner, mais se retint. Elle se demanderait probablement ce qui le faisait rire, et il n’avait pas vraiment envie de lui donner la raison. De toute façon, elle avait tout gâché en devenant cette créature monstrueuse qui ne lui inspirait rien d’autre que dégoût, haine et il devait l’avouer, un peu de crainte. Depuis cet « incident » à Poudlard, tout ce qu’il voulait, c’était que ces créatures disparaissent à jamais. Il en avait déjà exterminé pas mal, mais les griffes de ces choses étaient déjà bien ancrées dans la société et apparemment, ça se reproduisait bien trop à son goût. D’ailleurs les Greyback lui tapaient bien trop sur le système. Pourquoi fallait-il qu’elle travaille ici ? Sans parler de Priam Greyback qui travaillait aussi pour son père. À croire que ces loups faisaient exprès de le suivre partout… Enfin, il ne pouvait pas y faire grand-chose, de toute façon, tant que ça lui apportait un quelconque profit il pouvait bien faire un effort. Tout comme il le faisait actuellement avec Vega d’ailleurs.

Enfin, il ne fallait pas trop qu’elle le pousse non plus. Et lever les yeux au ciel suite à sa remarque n’était pas conseillé, mais il fit mine de l’ignorer, reprenant la parole. Il tentait d’esquiver les questions, de ne pas donner trop d’informations sans pour autant paraître suspect. Il aurait préféré savoir d’où elle pouvait sortir tout ça. Comment était-ce possible qu’elle ait autant de détails ? Personne n’avait prévenu le Black qu’une Greyback serait impliquée, sinon, il se serait peut-être opposé à cette idée. Pour sûr même. Comment pouvait-on faire confiance à ce genre de monstre ? Ils étaient bien trop vicieux et dangereux pour ça. Le pire dans tout ça, c’était probablement le fait que son père ne lui avait rien dit, à lui, son digne hériter. Enfin, rien ne servait de ressasser ce genre de choses, il devait pour l’instant essayer de sortir de cet interrogatoire qu’il n’appréciait que très peu. Une seconde fois, elle lève les yeux au ciel. Il serre le poing, voulant lui faire regretter son insolence. Mais il n’était pas vraiment sûr que ce soit une bonne idée d’en venir aux mains. Il avait juste beaucoup de mal à supporter son comportement, additionné au fait qu’il détestait son espèce. Malgré tout, la prise de parole de la louve le fit se reconcentrer sur le sujet principal. « Vous pensez que je dois refuser ses requêtes? Je ne suis que le lien de communication, rien d’autre. » Juste un lien de communication ? Est-ce que son père se permettrait de révéler des informations si importantes à « un lien de communication » ? Il n’en était pas sûr. Son père était prudent, intelligent et prévoyant. Il ne négligeait aucun détail, alors pourquoi commettre une telle imprudence ? Trop suspect. Il devait continuer de la garder à l’écart. « Ne me faites pas dire ce que je ne dis pas voyons. Mais vous avez totalement raison, vous n’êtes qu’un lien de communication sans importance. Laissez les grandes personnes régler ça entre eux. » Elle semblait déjà en connaître beaucoup trop, cette affaire ne devait pas s’ébruiter.

Néanmoins il la questionne, tente de la piéger à son propre jeu, si elle ment. Il espère qu’elle se perde dans ses mensonges, s’ils en sont réellement. Qu’elle s’emmêle les pinceaux ou qu’elle révèle un détail qui lui mettrait la puce à l’oreille. Arsen n’était pas stupide non plus, il lui suffisait d’un petit détail étrange pour démêler le vrai du faux. Disait-elle la vérité ? Alaric avait-il vraiment envoyé la Greyback lui apporter ce message ? Ou jouait-elle un rôle pour obtenir des informations ? Mais quel serait son mobile ? Quel lien y’avait-il entre elle et la Spudmore captive ? Aucun à sa connaissance. Il n’y avait donc pas de raison pour qu’elle veuille savoir ce qu’il manigançait. Tout comme il n’y avait aucune raison qu’il lui partage ces fameuses informations. « Allons Arsenius, ce n’est pas parce que je suis récemment devenue une louve que j’ai perdu toutes mes capacités. Avez-vous perdu la mémoire? J’ai été l’une des premières à travailler pour votre famille, à vous offrir ce joyau addictif qu’est la Poudre d’Escampette. Croyez-vous que je suis incapable de faire des potions autres que celle-ci? » Cette fameuse Poudre d’Escampette. Voilà qu’elle la remettait sur le tapis. Bien évidemment, elle avait été un atout de taille pour eux. Il avait même été satisfait de l’avoir à ses côtés, mais désormais plus rien n’était plus pareil. Devenir louve n’avait rien d’insignifiant pour lui, et ça ne changerait pas. Alors, accepter que cette femme eut été d’une quelconque aide ne lui plaisait pas du tout. Il approcha son visage plus près, empiétant sur son espace personnel. « Je ne remets pas en cause vos capacités, Vega. Disons seulement que je n’ai aucune confiance envers les personnes de votre espèce. Alors quoi que vous ayez fait pour ma famille, si je le peux, j’éviterais de m’adresser à vous. » D’apparence sûre et froide, il n’était pas forcément très à l’aise près d’elle. Il voulait seulement lui faire comprendre qu’il ne voulait pas de son aide, quitte à devenir menaçant.

Il recula enfin, écoutant attentivement les réponses qu’elle lui donnait, toujours à l’affut de la moindre erreur. Duper le gérant du Cercle de Jeu était faisable, il n’était pas surhumain après tout, mais c’était une entreprise bien périlleuse. « Il m’a raconté que la Spudmore était bien plus médiocre avec ses dons de voyance que quiconque. À se demander si elle l’est pour vrai! » Elle accompagne ses paroles d’un rire. Eh bien, avait-ils réellement discuté de tout ça tous les deux ? Arsen voyait bien difficilement son père se plaindre de la prisonnière à une louve qui ne connaît rien des tenants de l’affaire. Il fronce les sourcils. Mensonge ou réalité ? Il ne savait pas. Quoi qu’il en soit, elle n’avait pas tort. Avia ne lui donnait aucune vision pour le moment et ça l’énervait de plus en plus. « Il me reste un seul test à faire et la potion sera prête. Après ingestion, elle garantira automatiquement une vision d’une durée de cinq à dix minutes. Je sais, ce n’est pas beaucoup pour commencer, mais si vous voulez votre foutue gloire, c’est déjà mieux que rien, hum? » Elle préparait donc une potion pour provoquer les visions de la Supdmore… Était-ce seulement possible ? Il n’était pas un spécialiste en la matière, il ne pouvait donc pas le savoir malheureusement. Leur foutue gloire, n’est-ce pas ? Eh bien, ce n’était pas très poli. Était-ce une manière de s’adresser à lui ? Il y sentait presque une certaine rancœur, mais pourquoi ? Pourquoi cette haine ? Il devait creuser un peu plus. « Eh bien, ne vous faites pas tout ce mal pour notre foutue gloire comme vous dites. Je vois bien que vous n’avez pas tellement envie de nous aider pour l’atteindre, alors pourquoi faire cela ? Et ne vous en faites pas, nous sommes pleins de ressources, nous avons des dizaines d’autres moyens pour parvenir à nos fins. Quoi qu’il en coûte. » Est-ce qu’il bluffait ? Sans aucun doute. Mais, encore une fois, il n’avait pas mentionné les visions. Il ne voulait pas en parler, en aucun cas. Alors il restait vague dans ses propos, la questionnant plutôt, pour changer de sujet. Il allait découvrir la vérité, même s’il devait passez quelques minutes de plus dans cette pièce avec elle.

© 2981 12289 0





Parchemin envoyé Mar 23 Mai - 1:13

- REBEL ❥ for your love. -
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 471 hiboux. J’incarne : Crystal Reed , et l’avatar que je porte a été créé par : Dark Dreams . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Quintus, Betty, Maggs et Ciena Je parle en : white



Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Créatrice de la Poudre d'Escampette et Chimiste pour la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Elle est veuve depuis quelques mois seulement, mais son coeur appartient à jamais à une seule et unique femme.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
No hope for the Weary
Vega & Arsenius
A little liquor on my lips. I let him climb inside my body. And held him captive in my kiss.

Elle n’avait pas droit à l’erreur. Elle devait garder la tête haute, continuer dans ses mensonges sans jamais douter de ce qu’elle lui disait. C’était sa seule façon de savoir vraiment ce qui s’était passé avec Avia et où elle se trouvait. Certes, il ne lui restait pas grand-chose à avoir peur. Elle pouvait mourir là, des mains d’Arsenius et elle aurait déjà la sérénité de savoir que sa douce était bel et bien en vie. Sa mort ne l’effrayait pas, ce qui rendait la chose un peu plus… casse-tête. Elle était prête à tout. Mais si elle mourait, cela ne garantissait en rien la vie de sa rouquine. Et ça, elle ne pouvait pas mettre une croix là-dessus. Elle ne devait donc pas dire n’importe quoi, surtout pas la vérité. Du moins, pas totalement. Plus la sorcière ouvrait la bouche, plus Arsenius semblait suspect. Comme s’il acceptait chacune de ses paroles comme étant véridique, mais n’en comprenant pas totalement les significations. Qu’elle ait toutes ses informations en main était… Surprenant, mais dans le monde magique actuel, on pouvait suspecter de trahison à peu près tout ce qui respirait. Chez les Black d’autant plus, quand on est au top de la Main Noire, il y a raison de croire qu’on en veut à sa vie… Heureusement, rien n’était question de lui faire mal, mais bien d’une autre âme qui devait n’avoir aucune importance si ce n’était ses dons de voyance. Et par Merlin que Vega savait comment ils pouvaient être incertains. Ce qui signifiait une fois de plus que sa douce était en danger et c’était inacceptable. La chimiste devrait se rouler les manches pour s’empêtrer davantage dans son mensonge. Voire, commencer à développer cette soi-disant potion pour qu’aucun des Black ne lui retombent entièrement sur la tête. Elle doutait déjà qu’elle en baverait quand Alaric et Arsenius en viendrait à la discussion, d’ailleurs. « Ne me faites pas dire ce que je ne dis pas voyons. Mais vous avez totalement raison, vous n’êtes qu’un lien de communication sans importance. Laissez les grandes personnes régler ça entre eux. » Elle tique, mais ne le laisse pas paraître. Si elle ne se retenait pas, ses yeux auraient roulé dans ses orbites. Elle savait au moins que les deux Black parleraient très bientôt de son cas. Il valait mieux continuer d’en apprendre davantage sur Avia pour l’heure. La punition arriverait ensuite.

« Je ne remets pas en cause vos capacités, Vega. Disons seulement que je n’ai aucune confiance envers les personnes de votre espèce. Alors quoi que vous ayez fait pour ma famille, si je le peux, j’éviterais de m’adresser à vous. » Là, elle n’y peut rien. La « personne de son espèce » est omniprésente quand un léger feulement s’échappe de ses lèvres. Ses prunelles qui s’ancrent dans les siennes et des souvenirs l’assaillent de plein fouet, manquant de la faire vomir. Comme un mauvais cauchemar, des flashs de lui sur son corps, d’elle qui halète. S’en est écoeurant et c’est la seule raison pourquoi elle se tait. Elle tient la bouche bien fermée pour ne pas se laisser totalement aller. Elle se déteste d’avoir pu ne serait-ce que dans n’importe quel univers possible l’avoir laissé poser ses mains sur son corps. « Eh bien, ne vous faites pas tout ce mal pour notre foutue gloire comme vous dites. Je vois bien que vous n’avez pas tellement envie de nous aider pour l’atteindre, alors pourquoi faire cela ? Et ne vous en faites pas, nous sommes pleins de ressources, nous avons des dizaines d’autres moyens pour parvenir à nos fins. Quoiqu’il en coûte. » Pas la mort d’Avia. Jamais. Elle ne le laisserait pas faire. Ni lui, ni aucun mangemorts qui régnait sur cette terre. Elle aurait bien pu se servir de son côté machisme pour la suite. De tenter de le séduire, mais d’une manière ou d’une autre, la bête était beaucoup trop présente pour que l’un ou l’autre se laisse faire. « Parce que je n’ai rien d’autre à faire. Plus d’heures passées dans votre sous-sol m’empêchent d’être enfermée sous les yeux d’Hector. » Arsenius connaissait très bien Roxen et Hector, si bien qu’il pouvait comprendre les paroles de la louve. Elle préférait se tuer à la tâche, ici que de retourner chez elle. Elle finit par laisser échapper un long soupire, signe qu’elle commence à trouver le temps long. Ou bien qu’elle est à court d’idées. « Et honnêtement, si cette voyante pouvait nous indiquer quoi que ce soit concernant notre sort, ça serait franchement plus motivant. » Savoir si les mangemorts allaient gagner, entre autres. C’était du moins ce qu’elle sous-entendait. Si les Black voulaient utiliser Avia pour obtenir de quelconques réponses, ils ne pouvaient pas être continuellement distanciés des autres mangemorts. Elle devrait trouver un moyen de découvrir la situation de sa douce autrement qu’avec Arsenius ou Alaric, si elle ne voulait pas qu’Avia soit tuée avant de la serrer à nouveau dans ses bras. Vega hausse les épaules, envoyant valser ses longs cheveux bouclés derrière ses épaules. « Je retourne à mes potions, donc. Je vous laisse gérer ça entre « grandes personnes ». » Et elle se retourne, se rendant vers la porte, incapable de fournir d’autres mensonges au Black. Alors vaut mieux déguerpir au plus vite!

Made by Neon Demon



 
+ SHE REMEMBERS IT ALL
Deny this emptiness, This hole that I'm inside.These tears, They tell their own story. Told me not to cry when you were gone, But the feeling's overwhelming, it's much too strong. Can I lay by your side? Next to you, you, And make sure you're alright. ©️endlesslove.



Parchemin envoyé Mar 6 Juin - 23:22

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Cha' , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 534 hiboux. J’incarne : Jamie Dornan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys <3 . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Xéphandre Lovegood, Rodrick Rackharrow & Menelaus Greyback Je parle en : #808000



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : gérant du Cercle de Jeu et responsable de la zone de Poudlard J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : vaut mieux ne pas savoir... Champ Libre :
avatar
 
No hope for the wearyVega & Arsen
With a lie we go far, but without hope of return.

•••

L’attitude de son interlocutrice était suspecte, voire même très suspecte. Il n’aimait pas du tout ça, mais alors pas du tout. Pourquoi lui posait-elle toutes ces questions ? Et comment pouvait-elle savoir autant de choses ? C’était tout bonnement impossible. Les seules personnes au courant n’avaient pas de contact avec elle. Ses plus proches connaissances savaient à quel point il détestait les lycans, jamais elles n’auraient partagé des informations avec la Greyback. Et de toute façon, s’il apprenait que quelqu’un avait parlé, il trouverait cette personne et lui ferait regretter pour le restant de sa vie, qui serait d’ailleurs bien plus courte. On ne trahit pas un Black, on ne trahit pas Arsenius. C’est pour ça qu’il essayait au maximum de réduire son entourage proche. Moins de gens étaient au courant de ses secrets, mieux il serait protégé. Mais lui savait qu’elle était dangereuse et il n’avait aucune confiance en elle. Était-ce à cause de sa nature ? Sans aucun doute. Il sentait que quelque chose clochait dans son attitude, mais il n’arrivait pas à mettre le doigt dessus. Que lui cachait-elle ? Il aurait presque voulu la torturer pour lui tirer les vers du nez. Pour lui montrer qu’on ne vient pas dans son pour lui faire passer un interrogatoire étrange sans en subir les conséquences. Pour qui se prenait-elle ? Elle méritait correction. Malheureusement, il n’était pas sûr que séquestrer et torturer une employée était recommandé. Il n’avait aucun pouvoir sur elle, il ne pouvait pas faire ce qu’il voulait, et il en était déçu. De plus, il préférait se méfier lorsqu’il s’agissait de loups. Leur résistance n’était plus à prouver, bien que ça lui fasse mal de l’avouer. Sans parler de sa famille. S’il la détenait et qu’ils l’apprenaient, parce qu’ils l’apprendront sûrement un jour, il se les mettrait probablement à dos. Bref, ce n’était donc pas une bonne idée que de lui faire du mal pour la faire parler, bien qu’il en ait cruellement envie. La voir souffrir, à ses pieds, serait une des plus belles images qu’il pourrait s’offrir.

Il ignore le feulement qui s’échappe de la Greyback et qui lui hérisse pourtant les poils. Il savait que la bête n’était pas loin, elle guettait sous la peau de l’humaine. Serrant discrètement les poings, il n’avait qu’un rapide geste à faire pour s’emparer de sa baguette et se défendre, mais il espérait ne pas avoir à s’en servir. Ils étaient des gens civilisés, ils n’iraient peut-être pas jusque-là. Malgré tout, il trouvait ça bien dommage d’être en tête à tête avec une telle créature et de ne pas pouvoir la supprimer. S’il le pouvait, il aurait déjà décimé chaque loup qu’il rencontrait, comme il l’avait fait par le passé. Mais bon, on ne peut pas toujours faire ce que l’on veut… « Parce que je n’ai rien d’autre à faire. Plus d’heures passées dans votre sous-sol m’empêchent d’être enfermée sous les yeux d’Hector. » Il plissa les yeux. Bien qu’il ne ressentait aucune pitié et aucune empathie pour la femme, il savait que sa relation avec son père n’était pas des meilleures. Sur ce terrain-là, Arsenius avait bien plus de chance qu’elle. Il comprenait donc qu’elle préfère venir ici. Ça ne le dérangerait pas d’ailleurs si elle n’était pas cette satanée louve. « Mieux vaut être loin du grand méchant loup j’imagine. » Il parlait d’une voix froide, ne ressentant que haine pour l’homme qu’elle avait évoqué.

Néanmoins, plus elle travaillait, mieux c’était pour eux, il ne s’en plaindrait sûrement pas. Mais l’avoir dans les pattes l’agaçait bien trop. Ne pouvait-elle pas passer le temps ailleurs qu’au Cercle ? Dans les forêts par exemple, là où se trouvaient ses congénères. Elle devait bien connaître d’autres endroits qu’ici pour fuir sa famille. Enfin, il ne pouvait pas non plus lui interdire de venir ici. Si elle restait cloîtrée dans son labo et qu’il ne la croisait pas, tout se passerait pour le mieux. Elle lâcha un long soupir, qui ne manqua pas d’irriter le Black. L’insolence à l’état pur. Tout en elle l’horripilait, mais il devait jouer la comédie jusqu’au bout et prendre sur lui. « Et honnêtement, si cette voyante pouvait nous indiquer quoi que ce soit concernant notre sort, ça serait franchement plus motivant. » Pour une fois, Arsenius était d’accord. Avia était totalement inutile pour l’instant et il s’impatientait de plus en plus. Il commençait d’ailleurs à épuiser toutes les idées qu’il avait en magasin. « Que voulez-vous, son père m’avait bien prévenu, cette fille ne vaut rien. » Il hausse les épaules, d’un air supérieur. En réalité, il voulait tout de même cette vision, et il l’aurait quoi qu’il doive faire. Si des sacrifices étaient nécessaires, soit. Pour les Black ainsi que les Mangemorts, elle était un atout. Il ne devait pas la laisser tomber aussi rapidement. Le temps ferait les choses, mais rien ne disait qu’elle était en sécurité, ça non.

La louve haussa les épaules puis rejeta ses longs cheveux en arrière. Il esquissa un sourire discret, se souvenant de leur odeur et de la sensation qu’il ressentait lorsqu’ils lui chatouillaient le visage. Il se plaisait auparavant à glisser ses doigts dedans, à les tirer de temps en temps sans pour autant la brusquer. Quel gâchis… Il grimaça. Il préférait rejeter ces pensées immondes dans un coin de son esprit. Désormais la femme n’était plus, seul le monstre vivait. « Je retourne à mes potions, donc. Je vous laisse gérer ça entre « grandes personnes ». » Retournait-elle faire cette fameuse potion dont elle avait parlé, ou avait-elle bluffé ? Il devrait enquêter là-dessus, revenir un autre jour pour voir l’avancement de cette fameuse potion. Si vraiment elle l’avait faite, il irait la tester. Il vérifierait tout, ne laisserait rien au hasard. De plus, il irait en toucher deux mots à son père. S’il l’avait réellement envoyée ici, il aurait la confirmation d’Alaric. Ils discuteraient probablement de son cas et suite à cette discussion, Arsenius saura la vérité. Mais pour le moment, il sentait qu’elle le menait en bateau. Enfin, il n’en était pas sûr, mais il avait la cruelle impression que quelque chose n’allait pas. Elle posait trop de questions, s’intéressait beaucoup trop à cette affaire dont elle n'était pas censée être au courant. Pourquoi ? Que voulait-elle réellement ? Est-ce le don qui l’intéressait ? Il ne savait pas ce qu’elle avait derrière la tête, et il n’aimait pas ce qui se déroulait là. Elle voulait donc jouer avec lui ? Très bien, il jouerait aussi. Elle se détourna de lui, s’apprêtant à sortir de son bureau. Mais il l’interpella avant qu’elle disparaisse, souhaitant lui faire passer un dernier message. « Sage décision. Mais ne vous inquiétez pas, l’affaire Spudmore sera bientôt… réglée, et nous n’en parlerons plus. Nous avons perdu bien trop de temps, il est temps de mettre fin à cette mascarade. » Il ricana, espérant que la Greyback avait bien compris ce qu’il avait sous-entendu. Elle voulait berner un Black ? Jouer avec lui ? Qu’elle fasse attention à ne pas se brûler les ailes, ou devrait-il dire, les poils. Désormais, c’est lui qui s’amuserait, parce que c’est lui et lui seul qui détenait la vie d’Avia entre ses mains. Un mot, et elle ne serait plus qu’un souvenir pour tous. Alors veille au grain Greyback, ne joue pas avec le feu, ou plutôt, avec les ombres.

© 2981 12289 0





Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
NO HOPE FOR THE WEARY ❱ Arsenius
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Le Congres americain pourrait adopter le HOPE
» • I hope that tomorrow will be better
» Le HOPE, une bouffée de gaz carbonique pour l’économie ?
» 01. Only Hope • Dakota (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le chemin de Traverse :: Le Cercle de jeux de la Main Noire-
Sauter vers: