Partagez | 
 
-This is our chance to make a real difference. (Tristan/Ekaterina/Skander)-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1817 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 35 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: This is our chance to make a real difference. (Tristan/Ekaterina/Skander)   Ven 14 Avr - 0:38












TRISTAN, SKANDER & EKATERINA
"This is our chance to make a real difference. "



4 AVRIL – LA STATION LONDRES

Une réunion de plus. L’Ordre lui avait manqué plus qu’il ne l’aurait cru. Des mois de convalescence, et il avait fallu plusieurs pleines Lunes pour que sa mémoire parvienne à guérir réellement. Ne plus savoir qui vous êtes est une réelle épreuve, apprendre en vous réveillant que vous êtes un monstre est définitivement effrayant. Le plus effrayant c’est d’apprendre que des gens vous aiment comme ça, que vous avez une famille, une femme, et des enfants.  Il avait surmonté tout cela, il avait retrouvé la totalité de ses souvenirs, ses facultés, tout. Et il avait  repris le chemin de l’Ordre aussi déterminé qu’à l’accoutumé, et peut être plus encore, il avait son sang à défendre désormais. Une fille nommée Victoire, déjà bien grande, mais maintenant son petit frère de sang, Sirius avait besoin d’avoir un avenir, et de ne pas être forcé comme elle d’apprendre la Magie en dehors d’une école de sorcellerie car ils n’y acceptent pas les traitres. Orion, Antigone et Finlay avaient aussi besoin d’un avenir, mais la naissance d’un fils dans ce chaos l’avait sans doute réveillé encore un peu plus. Il était souvent radical dans sa façon d’être, il l’avait toujours été – avant la Purge, pendant, après, sous l’influence d’alcool ou non, ça faisait partie de lui. Etre à la Station était plaisant – lui et Ekaterina, seuls à discuter de la marche à suivre. C’était le bon vieux temps, celui où aucun d’entre eux n’en avait rien à faire de rentrer, ce temps où personne ne les attendaient à la maison. Les vieilles habitudes ont la vie dure.

L’Ordre était en position de faiblesse, leur logement de fortune dans des châteaux de la couronne britannique était une très mauvaise idée selon Skander, mais c’est la seule chose qu’ils avaient pu avoir. La solution de repli peu idéale mais la seule qu’ils avaient eue. Peu possédait un logement comme Skander et Odette, ou encore les Flamel. Des logements inconnus des mangemorts surtout – l’Ordre prenait le soin de placer les résidences sous fidélitas et la réalisation de ces sorts complexes prenaient un temps fou. Il est assis avec une nonchalance qui le caractérise tellement sur une chaise dans le bureau qu’il partage avec Ekaterina. C’est plutôt sommaire, et aucun des deux n’a une chaise mieux que celle de l’autre : ils sont d’égale à égale, comme l’exige l’Ordre et les mœurs de chacun. Ils n’ont pas l’étoffe de Dumbledore, ni même la prétention d’arriver à porter cela seul sur leurs épaules. Ekaterina est assise de l’autre côté du bureau, entrain de prendre des notes. Skander n’était pas un adepte de la prise de note, il disait tout retenir – même si ce n’était pas totalement vrai. Il dit alors, « On doit trouver une solution de repli, on sait très bien que les moldus ne nous cacherons pas bien longtemps. » Il n’avait pas peur des moldus en soit mais le gouvernement anglais entretenait des relations « stables » avec le Ministère de la Magie, et la découverte d’une aide des moldus serait un peu comme jeter de l’huile sur le feu.

Ils n’ont sans doute pas vu l’heure passé, trop impliqué dans leur job. Trop assidu dans l’Ordre. Ils se battent pour cette cause qui est la leur – Skander le ferait au péril de sa vie, prêt à mourir pour ses idées, comme il avait tenté de le prouver plus d’une fois. Avant il errait sans réel autre attaches que sa famille, aujourd’hui, il avait des enfants – une femme qui allait épouser, sa vision était-elle différente ? Pas vraiment, il était toujours prêt au pire, aux sacrifices et aux mesures extrêmes. « J’ai contacté Abelforth, voir s’il a une suggestion à nous faire, il a toujours été de bon conseil avec nous, même depuis qu’il s’est retiré, j’ai tenté le coup, il a ouvert une brasserie en Afrique du Sud. » Il manque de rire, « Sacré Abelforth, je me demande toujours comme lui et Albus sont issus de la même famille… » Quand il y pensait, Lui et Lothar étaient du même sang et complètement différent.  Partir, et changé de vie, Skander y avait songé une fois. Mais il avait renoncé, il était incapable de partir, il était trop impliqué, et il n’avait aucunement envie de voir triompher les Mangemorts après tout ce qu’ils avaient fait subir aux sorciers et au monde magique. Skander avait rejoint l’Ordre pour avoir une cause à défendre, et cette cause était devenue une raison de tenir debout. Aujourd’hui, cette cause était un idéal à préserver.

 


Then I’ll raise you like a phoenix

Strike a match and I’ll burn you to the ground  Put on your war paint Cross walks and crossed hearts and hope to die.


Dernière édition par Skander Lupin le Dim 30 Avr - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: This is our chance to make a real difference. (Tristan/Ekaterina/Skander)   Sam 15 Avr - 1:45












TRISTAN, SKANDER & EKATERINA
"This is our chance to make a real difference. "



4 AVRIL – LA STATION LONDRES

Lorsqu’il descend les escaliers du métro moldu au pas de course, la station est entrain de fermer ses portes, et il doit user de la baguette pour passer entre les portillons sans attirer l’attention des employés de la ville qui verrouillent les portes. Un petit sortilège de confusion et le tour est joué. Il s’engouffre dans les couloirs carrelés du Tube en enfonçant les mains dans les poches de sa veste. Le vieux cuir de dragon est tout juste suffisant pour lui tenir chaud en cette fraîche nuit de printemps. Tristan atteint rapidement la Station et se laisse emporter par le doux ronronnement qui anime le marché noir même en cette heure tardive. Il imagine que c’est la caractéristique d’un marché parallèle de n’être jamais complètement vide, il salue avec plaisir quelques commerçants qu’il croise régulièrement depuis quelques mois maintenant, s’arrête pour échanger quelques mots avec des membres de l’Ordre qui traînent encore dans les parages. Puis il se dirige discrètement vers le QG de fortune de l’Ordre du Phoenix. Si le marché noir est légèrement animé, le vieux bunker est vide et silencieux. Il ne repère qu’un peu de lumière qui filtre sous la porte du bureau des leaders et se dirige dans cette direction.

Il toque doucement à la porte par principe, puis passe la tête dans l’entrebâillement de la porte sans vraiment attendre de réponse. « (…)ême famille… » Il constate sans surprise que son vieil ami et sa femme sont attablés autour de leur bureau. Il entre dans la pièce et réponds par un sourire au silence qui se crée à son entrée. Refermant soigneusement la porte derrière lui, Tristan s’avance. « Si tu n’avais pas Blondie et ta tripotée qui t’attendent à la maison, je pourrais presque croire que tu as des vues sur ma femme à la retenir si tard dans la nuit, Skander. » C’est de l’humour, il ne le cache pas, il rit presque, ses yeux pétillent avec insouciance. Arrivé à leur hauteur, il enfleure l’épaule d’Ekaterina. C’est plus fort que lui, lorsqu’ils sont proches, il a besoin de la toucher, comme si dix mois après son retour il continuait à s’assurer qu’elle était bien là, vivante. Il y a bien une ou deux chaises libres qui trainent au fond du petit bureau, mais il les ignore. Il s’appuie contre un angle du bureau et sourit en constatant la nonchalance de Skander qui tranche avec l’attitude studieuse de sa femme, prise de note en main. Il reconnait bien là le besoin primaire d’un archéomage de tout consigner par écrit. « Déformation professionnelle … » C’est un murmure légèrement attendri.

Il relève la tête en prenant un air plus sérieux. Il a cette capacité étrange de passer d’une conversation à une autre, d’un ton à un autre, sans égard. Ça peut être déconcertant au départ, mais ses proches finissent par s’habituer à voir son visage changer d’une émotion à une autre. Parfois, il faut s’accrocher pour ne pas le perdre, elle le sait mieux que personne. « Désolé, je m’ennuyais, je suis venu me changer les idées. » Il avait bataillé un peu avec son fils pour qu’il n’aille pas se coucher trop tard – la crise de préadolescence était bien amorcée. Puis il s’était occupé pendant un moment avec des choses et d’autres, attendant patiemment que sa femme rentre. Il ne lui reprochera pas d’avoir oublié l’heure. C’était plus souvent lui qui était en tort de ce genre de choses que le contraire, il aurait été mal placé pour donner des leçons. Elle n’avait pas passé la porte du cottage. Il aurait pu aller se coucher en attendant, dormir, mais cela faisait des années qu’il avait fait une croix sur un sommeil paisible et il n’était pas vraiment du genre à poireauter patiemment sur un matelas qu’un marchand de sable vienne le trouver. Encore moins tout seul. Alors, il était venu les trouver.

Il avisa les parchemins, les plans et les prises de note qui jonchaient la table. « De quoi s’agit-il ? ». Il pose la question innocemment, c’est un équilibre encore un peu nouveau pour lui qu’Ekaterina ait intégrée l’Ordre pendant sa disparition. Il n’attend pas forcément une réponse claire ou précise, peut-être que les leaders estimeront qu’il n’a pas être mêlé à ces discussions et il le comprendrait bien. Ou peut-être au contraire qu’ils apprécieront un avis extérieur ou un troisième point de vue.

couleur dialogues Tris:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/06/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 386 hiboux. J’incarne : Emma Stone , et l’avatar que je porte a été créé par : SleepingCookie . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lothar Lupin Je parle en : #A67E2E



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une ex archéomage, actuellement en fuite. Mais aussi leader de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis mariée à Tristan Flamel


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: This is our chance to make a real difference. (Tristan/Ekaterina/Skander)   Lun 17 Avr - 15:59












TRISTAN, SKANDER & EKATERINA
"This is our chance to make a real difference. "



4 AVRIL – LA STATION LONDRES

Les réunions duraient toujours une éternité avec Skander. Après tout, il y avait toujours beaucoup de choses à voir. Plus encore depuis qu’il avait retrouvé la mémoire et son rôle de leader. Elle avait craint de ne pas réussir porter cette tâche sur ses épaules, mais finalement, même si elle était restée encore et toujours invisible, elle était plutôt satisfaite que tout ne se soit pas cassé la gueule. Les heures passaient, sans qu’elle ne voie le temps passer, enfermé dans cette pièce sans fenêtre, impossible de voir la course du soleil pour évaluer approximativement l’heure. Assise droite sur sa chaise, elle était en appui sur le bureau, à prendre pleins de notes de tout ce qui sortait de leurs cerveaux. Ils avaient pleins de thème dont ils devaient parler. Notamment la sécurité toute relative de leurs membres dans les demeures mises à disposition par les moldus. Il suffisait que d’un coup ils changent leur allégeance pour qu’ils soient décimés et que la plus grande partie de leurs membres, ou des personnes sous protections, soit exécutées ou enfermées à Azkaban. « On doit trouver une solution de repli, on sait très bien que les moldus ne nous cacherons pas bien longtemps. » Elle approuve de la tête, se pince les lèvres, cherchant une possible solution. « Réunir tout le monde dans un endroit non sécurisé ne serait pas l’idéal, mais ils seraient protégés des moldus. » Entre autre. Mais elle aurait préféré un lieu hautement sécurisé, comme l’avait été Poudlard, mais sans passages secrets…de préférence. « J’ai contacté Abelforth, voir s’il a une suggestion à nous faire, il a toujours été de bon conseil avec nous, même depuis qu’il s’est retiré, j’ai tenté le coup, il a ouvert une brasserie en Afrique du Sud. Sacré Abelforth, je me demande toujours comme lui et Albus sont issus de la même famille… » Elle sourit, il était vrai que les deux hommes ne se ressemblaient que très peu. Elle griffonne rapidement quelques mots sur son parchemin, alors qu’elle tourne la tête afin de voir qui entrait dans le bureau. La porte n’était jamais fermée, n’importe qui pouvait venir chercher un conseil ou faire une demande, mais elle fut surprise en voyant son mari s’avancer. « Si tu n’avais pas Blondie et ta tripotée qui t’attendent à la maison, je pourrais presque croire que tu as des vues sur ma femme à la retenir si tard dans la nuit, Skander. » Elle sourit, amusée, mais renvoie une moue navrée à son mari pour tenter de s’excuser de l’heure. Alors qu’il constate qu’elle a ce besoin irrépressible de tout coucher sur parchemin, elle repose sa plume et se cale contre le dossier de sa chaise.

Finalement il a cet air plus sérieux, qu’elle connait bien et qu’il emploie lorsqu’il aborde un sujet un peu plus…épineux en général. Et soit il allait lui parler d’un souci avec Dragomir, soit il allait probablement parler de l’ordre. Elle se crispe très légèrement en espérant que leur fils allait bien. « Désolé, je m’ennuyais, je suis venu me changer les idées. » La délivrance, il devait être couché et tout devait parfaitement bien se passer. Elle regarde Skander, elle n’avait pas particulièrement d’objection à ce qu’il vienne tuer le temps avec eux. Pour le moment, ils n’abordaient pas de sujet particulièrement sensible, et de toute manière Tristan ayant participé au premier ordre, contrairement à eux deux, pouvait éventuellement apporter une aide précieuse. « De quoi s’agit-il ? » Elle reporte son regard sur lui. « Ma fois, prend une chaise Tristan, je pense que la nuit risque d’être longue. » Elle ne bouge cependant pas de sa place, il y avait bien assez de place autour du bureau pour qu’il puisse se trouver une. « On recherche une solution actuellement au logement des phénix… » Elle regarde Skander. Elle sait qu’elle peut lui faire confiance, à Tristan. Elle est certaine que Skander le sait également. Mais acceptera-t-il qu’elle continue d’en parler ? Au pire, il l’interromprait ou il se mettrait en colère. Elle avait l’habitude d’être en opposition avec lui. « Tu as connu Abelforth lors du premier ordre ? » Elle s’est tournée cette fois vers Tristan, le regardant, curieuse, espérant qu’il pouvait donner quelques informations qu’eux ne sauraient pas. Peut-être que si Abelforth se montrerait réticent à leur parler, il accepterait de parler à une vieille connaissance ?
 


La vengeance se savoure à froid

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1817 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 35 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: This is our chance to make a real difference. (Tristan/Ekaterina/Skander)   Dim 30 Avr - 18:22












TRISTAN, SKANDER & EKATERINA
"This is our chance to make a real difference. "



4 AVRIL – LA STATION LONDRES

Une réunion au sommet – Ekaterina et Skander, les deux têtes pensantes et dirigeantes de l’Ordre, deux amis de longues dates. Il ne savait pas où il serait si Ekaterina n’avait pas été là pour contenir ses pulsions de violence plus d’une fois, elle avait été capable de tempérer les plans les plus terribles. Elle avait pris la place de sa prédécesseur à la suite de la prise de Poudlard en 1989, et il remerciait le monde de lui avoir nommé une co-leader en qui il avait une totale confiance. Il avait aimé travailler avec l’ancienne, mais ce n’était pas pareil. Il avait dû pourtant batailler ferme pour lui faire accepter le plan pour le bal du Ministère, mais tout c’était passé conformément au plan, à part son internement à Ste Mangouste bien sur, mais elle l’avait sortie de là, avec les autres. Il aurait fait de même pour elle. Quand la voix de Tristan vint les interrompre, Skander réalise que le temps à filer plus vite qu’il ne l’aurait cru, « Si tu n’avais pas Blondie et ta tripotée qui t’attendent à la maison, je pourrais presque croire que tu as des vues sur ma femme à la retenir si tard dans la nuit, Skander.»  Il sourit Skander. S’il avait voulu avoir des vues sur sa femme… Il aurait profité de sa mort. Mais les rousses, ça n’avait jamais été le fort de Skander. Mais il ne faut jamais dire jamais, car avant Odette les blondes ne l’avaient jamais attiré. Mais, pour dire que s’il avait dû se passer quelques choses entre les deux leaders, ça aurait pu – mais ils étaient tous les deux de trop fort caractère pour qu’ils puissent se supporter dans une relation, c’était une évidence.  « Je crois pas être en mesure de la supporter autrement qu’en amie, je sais pas comment tu fais. » Répondit-il avec humour, prêt à subir le regard noir de la sorcière. Il le dit avec humour, avec le temps, ils sont sans doute tous les deux les personnes qui connaissent mieux le Phénix.

Peut-être était-il temps de fermer boutique pour la soirée et de rentrer à la maison ? Skander n’aime pas avoir une affaire irrésolue sur le feu. Quand, Tristan demande alors, « De quoi s’agit-il ? » Skander est content, car il avait envie que son ami fasse partie intégrante de l’Ordre comme eux. Ses connaissances, ses capacités d’auror, ce n’était à ne pas négliger. La moitié des anciens aurors en fuites avaient rejoint les rangs de l’Ordre et étaient d’une aide précieuse aux Phénix, car combattre les mangemorts ils en avaient fait leur spécialité. « Ma fois, prend une chaise Tristan, je pense que la nuit risque d’être longue. »  Longue, le mot était faible. Très faible, le problème semblait impossible à résoudre. Devaient-ils tous se séparer et multiplier les cachettes ? Ou devaient-ils tous se rassembler ? Il leur fallait un nouveau QG, c’était vital – la Station n’était pas sûre, elle ne l’était plus depuis longtemps, pourtant elle n’avait pas encore attaqué. Pour Skander, ce n’était qu’une question de temps – juste une question de temps. « On recherche une solution actuellement au logement des phénix… » Les moldus avaient gracieusement fourni des logements parce qu’une princesse née moldue se cachait dans leur rang. Il ne pouvait dire avec certitude jusqu’à quand les sorciers seraient tolérés dans ces lieux, alors autant prendre les devants et ne pas se laisser prendre au dépourvue. Skander regarde la chaise vide pour que Tristan s’y installe, et Ekat poursuit en lui demandant,  « Tu as connu Abelforth lors du premier ordre ? »Le frère un peu bougon de Dumbledore, contrairement à eux, Tristan avait fait partie du premier ordre du Phénix. Le frère de Dumbledore avait été un peu froid dans les premiers lettres échangées avec Skander, mais il s’était un peu détendu sur la fin, comprenant que les priorités étaient restées les mêmes malgré un flagrant changement de méthode. La passivité n’avait plus la place, et la paix n’était plus une option.

Skander attend que son ami prenne place à leur côté, et dit alors, « Une solution viable, car ni les logements fournis par les moldus, ni la station ne sont des options viables. » Dit alors Skander. Il avait raison, les moldus, ils avaient été là quand ils avaient eu besoin d’aide, mais ils ne pouvaient se permettre d’être à leur charge plus longtemps, ce n’était pas une option de faire la manche. Poudlard avait été perdu, et le prochain QG se devait d’être totalement secret, et devrait pouvoir de mettre ceux qui n’ont pas de foyer comme les trois personnes ici présentes à l’abri. Bien caché sous un repousse moldu, bien à l’abri sous un Fidelitas puissant. Ils n’avaient pas d’autre choix. « Je ne sais pas encore comment la Station n’a pas encore été découverte avec toutes ces captures et ces interrogatoires, heureusement que pour y parvenir il faut passer chez les moldus, les Mangemorts ont encore trop peur de se mettre les moldus à dos, pourvu que le climat actuel dur jusqu’à ce qu’une option s’offre à nous. » Il est nerveux Skander. Les siens sont à l’abri pour la plupart, pourtant il est inquiet pour ces membres de l’Ordre qui sont ici, ce n’est pas sa famille à proprement dit, mais l’Ordre avait su l’aider quand il en avait besoin et maintenant, il était responsable de son avenir. « Abelforth m’a dit qu’il chercherait dans les documents de son frère ses… projets avortés concernant l’Ordre, si quelque chose pourrait coller. » Un coup de pouce de Dumbledore, ça serait mentir de dire qu’ils n’avaient pas besoin des lumières de leur défunt prédécesseur. « Concernant les logements, je suppose que nous aurons tous le loisir d’aborder le sujet avec la Reine et ses conseillers lors de ce « bal » dans quelques jours. Je sens que ça ne sera pas de tout repos, mais ça peut en valoir la chandelle je pense. » Un bal, l’invitation était tombée dans la semaine, et chaque membre de l’Ordre y avait été convié, personnellement, comme quoi les moldus tenaient clairement un registre avec chacun de ses membres, presque mieux informés que les mangemorts eux même. Ca en faisait peur.
 


Then I’ll raise you like a phoenix

Strike a match and I’ll burn you to the ground  Put on your war paint Cross walks and crossed hearts and hope to die.
Revenir en haut Aller en bas
 

This is our chance to make a real difference. (Tristan/Ekaterina/Skander)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» real nan cho
» THE REAL PROBLEM WITH HAITI
» [Real Madrid] Riki Kaka'
» Duel Tristan. / Napo
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres moldus :: La Station – QG de l'OdP-