Partagez | 
Love is a trap ❣ Magnolia, Mererid & Drefer

()
Parchemin envoyé Mer 29 Mar - 4:28

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 345 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood, Halloween, Lux & Alaska. Signature codée par Bat'phanie, gifs par Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott et enceinte de 4 mois. Champ Libre :

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Love is a trap
Magnolia, Mererid, Drefer

« Love is a trap. When it appears, we see only its light, not its shadows. »
Paulo Coelho

5 Mai 1991

Tous les habitants du manoir se sont depuis longtemps laissés emporter par le sommeil, y compris Quintus et Drefer. Elle a quitté son lit en prétextant avoir une petite faim, rien de très étonnant pour une femme enceinte. Les nausées n'ont commencé qu'il y a quelques jours, mais comme la première fois, elles sont étrangement fortes pour un début de grossesse. Elisabeth, qui est venue lui rendre une première visite pour s'assurer qu'elle portait bel et bien à nouveau l'enfant de Quintus, a affirmé que ce n'est pas inquiétant pourtant, elle ne peut s'empêcher de douter. Mererid a donc décidé de prendre désormais toutes les précautions nécessaires pour que tout se passe à la perfection. Plus d'efforts, plus de mouvements brusques, et aussi peu de magie que possible. Par chance, être l'épouse de Quintus lui vaut une certaine liberté quand à la durée d'arrêt qu'elle peut s'accorder - elle a donc affirmé à son mari que dès à présent, elle cesserait les missions. Il l'a regardé amusement ; c'est qu'il n'est pas dupe, il la connaît déjà trop bien. D'ici quelques jours tout au plus, peut-être quelques semaines, elle céderait à son envie d'être sur le terrain. Être une femme au foyer ne signifie pas qu'elle est le genre de femme qui reste sagement à la maison, bien au contraire ; il est très rare qu'elle tienne en place, et ménager cette vie à venir est une véritable épreuve pour la nouvellement Nott. Peut-être que la compagnie de Magnolia lui permettrait de surmonter cette grossesse plus facilement ? Assisse dans l'un des salons du manoir, elle relève sa chemise pour poser un œil critique sur son ventre encore plat. Quelle drôle d'idée, songe-t-elle, que de laisser un être vivant grandir à l'intérieur de soi. Si tout se passait bien, elle deviendrait bientôt une femme parfaitement inutile, une charge pour les autres. Elle fronce les sourcils à cette idée, et lâche sa chemise. Sauf si son corps échouait à nouveau à remplir son devoir. Elle se mord la lèvre avant de repousser cette pensée. Levant les yeux vers l'horloge du salon, elle soupire. Il va bientôt falloir qu'elle se mette à l’œuvre. Tic, tac... Minuit, affiche le cadran. Elle se lève, quitte le salon pour la minuscule cuisine attenante. D'habitude, seul l'elfe de maison s'y rend, mais celui-ci est endormi dans un coin du manoir avec une bonne dose de somnifère dans le sang.

Elle referme soigneusement la porte donnant sur le salon et la scelle d'un Colloporta. La lampe qui pend au plafond n’émet qu'une faible lumière grise, rendant l'endroit peu chaleureux. Sur le comptoir, siège un magnifique service à thé ensorcelé. De quelques coups de baguette, elle le remplit d'eau et d'un thé russe aux parfums d'orange. D'un dernier geste, elle commence à faire chauffer l'eau puis elle soulève le couvercle de la théière, sort une minuscule fiole de sa poche et laisse tomber deux gouttes violettes dans l'eau qui boue. Puis elle se dirige vers le fond de la pièce et ouvre la porte qui donne sur l'arrière du manoir. L'air frais la saisit mais elle s’avance d'un pas, ses yeux scrutant l'obscurité dans l'espoir d'apercevoir la silhouette familière de son amie. « Magnolia ? » appelle-t-elle à voix basse. Elle sursaute quand le cri d'un animal nocturne lui répond et rit de sa propre nervosité. Non qu'elle soit facilement inquiète, mais ce qu'elle fait là pourrait lui apporter bien pire que des remontrances... Enfin, les ombres se mettent à bouger à quelques mètres et elle sourit à la jeune femme qui s'approche, puis fait demi-tour pour retourner dans la chaleur relative de la cuisine. « Tu peux verrouiller la porte derrière toi, s'il te plaît ? Ce n'est pas l'idéal » chuchote-t-elle, « mais j'ai fais du thé pour aller avec tes gâteaux. » Elle s'arrête au milieu de la pièce et fait à nouveau face à la fugitive, lui adressant un sourire hésitant. C'est la bonne chose à faire, se répète-t-elle en son fort intérieur « Comment te portes-tu ? » Après ces mois séparés de son unique amie, elle a presque oublié comment jouer ce genre de comédie. Doit-elle l'enlacer ? Elle se mordille la lèvre en l'observant, quelques doutes la tiraillant encore. Ne devrait-elle pas simplement la vendre aux mangemorts et s'éviter bien des ennuis ?
Made by Neon Demon


a world without you
We are buried in broken dreams. We are knee-deep without a plea. I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you. ruelle


Parchemin envoyé Jeu 30 Mar - 4:56

avatar
avatar
profil
Je suis : Roxanne , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/06/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 240 hiboux. J’incarne : Danielle Campbell , et l’avatar que je porte a été créé par : class whore, signature par astra et tumblr pour les gifs, Skander&Aoife pour les bannières . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alea Umbridge Je parle en : #996666

gif par hqgifhunts (tumblr)

Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : En fuite pour m'être sauvée d'Azkaban. J’ai juré allégeance : à l'Ordre par défaut car on m'a dénoncé et ils sont ceux qui m'ont accueillit. Côté cœur, : Célibataire Champ Libre :            
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Love is a trap
EXORDIUM. & stupidteletubbie (tumblr)
Elle attendait ce moment depuis plusieurs jours maintenant. Elle allait enfin pouvoir revoir sa chère amie, Mererid. Comme Magnolia était en fuite, elle ne pouvait pas se permettre d’aller la voir à des heures plus normales, ni devant d’autres sorciers. Des témoins, ce serait bien trop dangereux pour elle. Ils pourraient la dénoncer au ministère et elle serait dans de beaux draps. Son expérience en tant que prisonnière à Azkaban avait été assez difficile pour la traumatiser, elle ne voulait absolument pas y retourner. La jeune fille prenait toutes les précautions nécessaires, ce n’était pas à son habitude de sortir de chez Pietro, mais Mererid avait besoin d’elle. Il n’y a pas que Magnolia qui vit des jours rudes, son amie aussi. La Rackharrow lui avait appris dans leurs échanges d’hiboux qu’elle venait de perdre son enfant. Tout s’alignait parfaitement pour elle, elle venait de se marier, puis elle était tombée enceinte. Il avait fallu que le malheur s’acharne sur elle et lui enlève l’enfant qu’elle portait. Magnolia ne pouvait même pas s’imaginer à quel point cela devait être une dure épreuve à vivre. C’est comme un échec personnel, mais Mererid n’avait tellement pas le contrôle sur une chose comme celle-ci.

Afin de lui remonter le moral, elle avait prévu d’aller la visiter ce soir, un peu après la tombée de la nuit. Elle lui avait même préparé des tartelettes à la framboise, un dessert moldu, mais si délicieux! Ombeline, sa cousine, lui avait appris à en cuisiner de la façon moldue, ce qui donnait un résultat encore meilleur qu’avec la magie, étonnamment. Magnolia avait trouvé chez sa cousine un peu de ressemblance avec elle-même. Ombeline, ou Belette comme elle se fait surnommer, est plus énergique et enthousiaste, mais elles ont toutes les deux un positivisme marqué et une joie de vivre malgré les événements récents. Magnolia adore passer du temps avec elle, et celle-ci s’amuse à lui parler de l’une de ses passions : les moldus. Comme elle aime apprendre et qu’elle n’en connait pas beaucoup sur ce domaine, Magnolia est fascinée par tout ce que Belette lui apprend. Elle lui a même fait goûter aux chips, c’est divin!

Un panier rempli de tartelettes, décorées d’un bonhomme sourire, et sa baguette à la main, Magnolia pousse la porte de sa nouvelle demeure. Ils semblent tous dormir paisiblement, donc c’est le moment de partir si elle ne veut pas se faire remarquer. Elle ne veut pas leur cacher son amitié avec Mererid, mais elle sait qu’ils ne comprendraient pas, comme son amie et ses cousins sont de camps opposés. De plus, elle était à peu près certaine qu’ils l’empêcheraient d’aller la voir, comme c’est trop risqué. Elle se sentait mal de leur mentir, mais elle ne voyait pas d’autre solution. La température était plutôt froide pour le mois de mai, Magnolia avait pris la peine de mettre un chandail de laine, mais elle sentait quand même le vent froid lui souffler au visage. Elle s’éloigna de la maison, marchant silencieusement vers le bois qui l’entourait. Une fois cachée par les nombreux arbres, elle transplane vers la rue du manoir Rackharrow. Ne voulant pas éveiller les soupçons de la famille, elle traverse le jardin et contourne le manoir. Cela lui prend quelques minutes, comme c’est assez grand. Elle se retrouve ensuite près de la porte arrière, celle qui mène à la cuisine attenante. Magnolia a passé tellement d’heures dans ce manoir qu’elle le connait assez bien. Il n’y a pas de lumière qui émane du bâtiment, mis à part une qui est très faible dans la cuisine en question. Les autres doivent tous dormir à poings fermés à cette heure-ci. Elle aperçoit enfin son amie, et entre rapidement et verrouille la porte pour se sentir plus en sécurité. La pièce semble bien froide et peu accueillante avec cet éclairage et le silence qui plombe.

Magnolia fait un sourire chaleureux à son amie, bien trop heureuse de la revoir enfin. Elle avait l’impression que cela faisait des lustres qu’elles ne s’étaient pas parlé de vive voix. Mererid lui montre le thé qu’elle a préparé pour aller avec les gâteaux. Elle lui donne le panier, sachant très bien que ces pâtisseries feraient plaisir à la Rackharrow, elles étaient ses préférées. « Je suis consciente que ce n’est pas l’idéal, mais je m’en fiche. Ce qui compte, c’est que tu sois là. Je me suis tellement ennuyée de toi Rerid. » Elle s’avance doucement vers elle, pour ne pas la brusquer, et lui fait un câlin amical. Des effluves d’orange flottent dans l’air, provenant du magnifique service à thé, ce qui sent très bon. « Ça va mieux maintenant que je suis ici. Et toi? Je sais que les choses n’ont pas été aussi bien qu’elles ne devraient l’être, mais ça va aller. Fais-toi confiance, tu finis toujours par réussir ce que tu entreprends. »



above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.

Parchemin envoyé Jeu 30 Mar - 16:30

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 345 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood, Halloween, Lux & Alaska. Signature codée par Bat'phanie, gifs par Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott et enceinte de 4 mois. Champ Libre :

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Love is a trap
Magnolia, Mererid, Drefer

« Love is a trap. When it appears, we see only its light, not its shadows. »
Paulo Coelho

Elle pose un regard presque confus sur Magnolia. Ce qui compte, c'est que tu sois là. Quand a-t-elle entendu ces mots pour la dernière fois ? Elle a presque oublié à quel point la jeune Lupin peut être naïve. Et atrocement sincère dans son affection... Mererid se crispe lorsqu'elle vient l'enlacer. Ce geste ne lui parait plus aussi naturel qu'autrefois, par Merlin, c'est tout juste si elle ne va pas la repousser. Mais une fois prise dans son étreinte, ses muscles se détendent soudain. « Moi aussi, je me suis ennuyée de toi » soupire-t-elle contre ses cheveux.

Elle pose le panier de gourmandises près du service à thé, qui de lui-même est déjà en train de remplir les tasses. Ses doigts partent à la recherche d'une tartelette, qu'elle mange en quelques bouchées avec un plaisir manifeste. À part Magnolia, personne ne sait qu'elle a ce vilain faible pour les pâtisseries moldus, celles qui n'ont rien à voir avec la cuisine des elfes de maison... Un nouveau soupire, de contentement, lui échappe. Le sucre et la framboise lui collent aux doigts, les tâchant de rouge, mais elle ne s'en soucie guère. Devant la Lupin, elle a toujours eut tendance à oublier ses manières, n'ayant pas vraiment grand chose à cacher... Après tout, Magnolia sait à qui elle a affaire. Elle n'ignore pas la majorité des vices de son « amie » puisqu'elle l'a connu à Poudlard, quand elle ne cachait pas sa nature et se complaisait ouvertement dans le malheur des plus faibles et des né-moldus. La jeune Lupin ne fait que sous-estimer ce dont Mererid est capable, ou peut-être s'imagine-t-elle avoir eut une influence positive sur elle. Avoir fait ressortir le bon en elle comme elle disait autre fois. La Rackharrow avait toujours trouvé ça amusant, pour ne pas dire distrayant, de prétendre croire Magnolia et ses doux rêves. Bien sûr qu'elle était capable de changer, qu'elle n'était pas si mauvaise, que tout le monde gardait une part de lumière en soi ! De jolies foutaises. Pour pouvoir changer, encore faudrait-il qu'elle le veuille, qu'elle ne trouve pas cela naturel de soumettre les sang impurs par la violence. Qu'elle considère ses propres actes comme répressibles. Autant d'idées sottes qui, malgré les efforts de Magnolia, n'avaient jamais rien fait de plus qu'effleurer la carapace du monde dans lequel elle vivait.

Elle retient un sourire en coin, tous ces souvenirs ayant remonté à la surface en quelques instants. Mais son sourire disparaît quand Magnolia lui demande comment elle se porte. Le plus simple serait de mentir, c'est le premier réflexe qui lui vient... « Je vais bien, ne t'en fais pas pour moi. » Tu finis toujours par réussir ce que tu entreprends. Je sais, manque-t-elle de répondre, mais pas cette fois. Elle sent sa gorge se serrer comme si elle était à deux doigts de pleurer et la panique la saisit à cette idée. Hors de question qu'elle fasse preuve d'une telle faiblesse ! Ses doigts viennent saisir l'une des tasses à pleines mains, se brûlant les paumes pour faire disparaître ces émotions détestables qui l'ont saisi. Une seule larme a réussi à passer l'écran des ses yeux et s'écrase sur le plateau du service à thé. Elle se tourne vers Magnolia pour annoncer avec un entrain parfaitement feint : « Je suis à nouveau enceinte, même si ça ne se voit pas encore. » Le sourire qui éclaire son visage est presque sans failles, malgré l'angoisse qui lui tord les entrailles. « Mais je suis une mauvaise hôte, n'as-tu pas froid ? Bois, ça va te réchauffer. » Tenant sa propre tasse par l'anse, elle la porte à ses lèvres et prétend boire une gorgée. Autant en finir au plus vite. La Nott est presque pressée que Magnolia la déteste – ainsi, tout serait beaucoup plus simple.
Made by Neon Demon


a world without you
We are buried in broken dreams. We are knee-deep without a plea. I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you. ruelle


Parchemin envoyé Mar 4 Avr - 4:17

avatar
avatar
profil
Je suis : Roxanne , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/06/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 240 hiboux. J’incarne : Danielle Campbell , et l’avatar que je porte a été créé par : class whore, signature par astra et tumblr pour les gifs, Skander&Aoife pour les bannières . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alea Umbridge Je parle en : #996666

gif par hqgifhunts (tumblr)

Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : En fuite pour m'être sauvée d'Azkaban. J’ai juré allégeance : à l'Ordre par défaut car on m'a dénoncé et ils sont ceux qui m'ont accueillit. Côté cœur, : Célibataire Champ Libre :            
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Love is a trap
EXORDIUM. & stupidteletubbie (tumblr)
Elle n’imagine même pas à quel point ça doit être difficile de perdre son enfant, Magnolia. Son amie doit tellement en souffrir, en plus de se mettre la pression pour refaire une tentative et souhaiter à tout prix que cela fonctionne. Elle connait Mererid, elle s’imagine bien qu’elle doit se sentir incapable et qu’elle doit se mettre la faute sur le dos. Pourtant, est-ce vraiment sa faute? Magnolia est certaine que non, on ne peut pas contrôler son corps. Mais elle lui souhaite tellement que ça fonctionne la prochaine fois, pour éviter que ça la détruise à petit feu. Son amie lui rend le câlin et lui dit qu’elle s’est ennuyée d’elle aussi. Elles n’ont peut-être pas beaucoup de temps pour se voir cette nuit, mais Magnolia va faire son possible pour lui remonter le moral. Elle déteste voir son entourage triste, et Mererid est bien trop chère à ses yeux pour la laisser passer au travers de cette épreuve seule. Elle allait revenir autant de fois qu’elle le pourrait, c’est certain.

Le service à thé est magnifique, la porcelaine est d’un éclat brillant et a l’air presque neuf tant il est dans un bon état. Cela faisait longtemps que la demoiselle n’avait pas passé de temps dans un endroit qui lui rappelait sa jeunesse. Elle qui avait été élevée dans les valeurs des sangs purs et des soirées chics avait autrefois l’habitude d’être entourée de sorciers de ce monde. Elle n’avait pas oublié les bonnes manières que sa mère lui avait enseignées, mais elle n’avait plus beaucoup d’occasions de les mettre en pratique. Magnolia était destinée à un avenir dans une famille aussi prestigieuse que les Rackharrow, jusqu’à ce que tout s’effondre. Par chance, elle avait le reste de sa famille pour l’aider à encaisser le coup. Mererid goûte à une des pâtisseries, et la Lupin voit tout de suite que son amie les aime toujours. Elle en est bien soulagée, comme cela faisait longtemps qu’elle n’en avait pas cuisiné. Magnolia les avait fait goûter à son cousin la veille, pour être certaine que ses tartelettes étaient bonnes.

Malgré les inquiétudes de Magnolia, Mererid dit se sentir bien. La demoiselle la scrute du regard, à la recherche d’un moindre signe qui lui prouverait le contraire, mais elle n’en trouve pas. On dirait vraiment que la Rackharrow se porte bien, comme si elle n’avait jamais été enceinte et qu’elle n’avait pas fait de fausse-couche. « Tu sais que je serai toujours là pour toi, quand tu en sentiras le besoin, que ce soit pour des événements heureux, ou un peu plus sombres. »

Mererid se tourne vers le service à thé, afin de prendre une tasse, et annonce ensuite à Magnolia qu’elle est enceinte. Elle est si surprise, mais en même temps si heureuse pour son amie qu’elle est sans mot sur le coup. Elle ne peut s’empêcher de sourire, cette fois-ci sera la bonne! « Oh! Mererid félicitations! Ça va bien aller cette fois, ne t’en fais pas. Repose-toi bien et mange surtout, ce petit pois en aura besoin. C’est tellement une bonne nouvelle, je suis ravie pour toi! Ce sera une magnifique expérience pour ton mari et toi. » Elle se retient pour ne pas la prendre dans ses bras, comme elle sait très bien que son amie n’est pas aussi à l’aise avec les câlins qu’elle. Elle a les yeux qui pétillent. Elle croit en Mererid, elle va y arriver et sera une merveilleuse maman. Elle prend la tasse que la Rackharrow lui donne en la remerciant, puis en bois une gorgée pour se réchauffer. Magnolia est bien loin de se douter des intentions de son amie. Elle ne ressent aucun effet pour le moment, mais ça ne devrait pas tarder. « Levons nos tasses à Quintus et à toi, qui allez être des parents géniaux dans quelques mois. » Elle lui fait un sourire. Elle est pleine de bonnes intentions, mais son sourire s’efface doucement. Magnolia ne se sent pas bien soudainement. Ne voulant pas inquiéter son hôte, elle ne dit rien et s’efforce de ne pas laisser paraître son malaise. Cela devient de pire en pire, elle pose une main sur la table pour s’appuyer, se sentant devenir très faible. « Je… Ma tête... Ça tourne… » Elle s’appuie désormais à deux mains sur la table, alors que sa vision devient floue. Elle commence à paniquer, ne comprenant pas ce qui lui arrive. Ce n’est pas une crise d’asthme, c’est différent, elle respire bien. Elle allait si bien il y a quelques minutes seulement… Elle a l’impression qu’elle va s’effondrer au sol dans peu de temps.



above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.

Parchemin envoyé Mer 5 Avr - 3:16

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 345 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood, Halloween, Lux & Alaska. Signature codée par Bat'phanie, gifs par Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott et enceinte de 4 mois. Champ Libre :

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Love is a trap
Magnolia, Mererid, Drefer

« Love is a trap. When it appears, we see only its light, not its shadows. »
Paulo Coelho

Cette chère Magnolia... Une jeune fille de bonne famille, au cœur d'une grande tendresse et aux manières parfaites. Elle aurait fait l'épouse parfaite pour l'aîné des Rackharrow, même si Mererid ne regrette vraiment pas que le mariage ait été annulé. Tout d'abord, elle ne veut surtout pas que cet imbécile fasse un mariage réussi – il ne le mérite pas. Et puis, cela aurait signifié qu'il aurait eut la main mise sur la Lupin. Sa Lupin. Sa tendre, naïve, aimante... et seule... amie ? Mererid pince les lèvres discrètement. Pourquoi cette culpabilité qui cherche à se frayer un chemin jusqu'à son cœur ? Ne l'a-t-elle pas déjà trompé, manipulé, abusé de nombreuses fois ? Parfois pour son bien à elle, oui – mais le plus souvent pour son plaisir personnel. Cette fois, c'est différent. Elle ne fait pas cela pour s'amuser mais bien parce qu'elle pense que c'est le seul moyen de mettre Magnolia hors de danger une bonne fois pour toutes. Le plus terrifiant dans cette histoire se trouve là dedans ; dans cette réalisation insupportable, qu'elle s'en soucie...

Ses yeux fixés sur la jeune femme, Mererid sourit en réponse à son excitation. « Merci. Oui, je sais, je vais faire encore plus attention. C'est une très bonne nouvelle, en effet... Il est ravi, ainsi que nos familles. » Un héritier, voilà ce qu'elle attend avec le plus d'impatience. Ainsi ce poids serait retiré de ses épaules, ainsi elle pourrait se consacrer à d'autres sujets bien plus importants à ses yeux. Puis, si elle avait un fils avant son frère aîné, ce serait le comble de la honte pour celui-ci, la preuve finale de son incompétence. Cette idée la fait jubiler d'avance.

Mais elle oublie cette petite joie quand son attention se concentre à nouveau sur Magnolia, qui vient de boire sa première gorgée de thé. Elle ne peut s'empêcher de la scruter dans l'attente du moindre signe de faiblesse. Cela serait fort gênant si la Lupin venait à se cogner la tête en tombant, ou à faire tomber sa tasse, qui se briserait sur le sol dans un fracas... Mererid esquisse un sourire doux, et s'apprête à lever sa tasse pour « trinquer » avec elle à son futur bonheur, mais en voyant la Lupin défaillir, elle repose sa propre tasse sur le plateau. « Magnolia ? » fait-elle d'une voix faussement inquiète. Elle s'approche et prend la tasse des mains de la jeune femme, la posant sur la table. La voilà qui s'accroche au comptoir, comme si elle allait perdre l'équilibre d'un instant à l'autre. Sans réfléchir, Mererid vient se placer derrière et commence à l'entourer de ses bras. « Ne luttes pas, love... » chuchote-t-elle malgré sa gorge qui se sert. L'instant d'après, Magnolia tombe en arrière. Elle accompagne sa chute en mettant un genou au sol et en la serrant contre elle, ses doigts s'enroulant autour de ses poignets. Elle ne réalise qu'après coup la manière dont elle vient de mettre en danger l'enfant à venir, et peste contre elle-même, mais le maigre mal est déjà fait.

« Chut... » souffle-t-elle en se penchant contre la joue de son amie. « Tout ira bien. » D'une main, elle repousse les cheveux du visage de Magnolia ; elle la voit lutter, ses paupières tentant de rester ouvertes et sa bouche s'ouvrant pour protester. « Tu es en sécurité, maintenant » promet-elle à voix basse. Elle attend en silence que le somnifère finisse de faire effet en berçant doucement le corps de la jeune femme contre elle...

« Mobilicorpus ! » finit-elle par lancer après avoir sorti sa baguette de sa manche. La silhouette inerte de Magnolia se soulève à un mètre du sol. D'un pas pressé, elle entraîne son invitée à travers le manoir jusqu'à la chambre inutilisée qui l'abriterait désormais. Une fois déposée sur le lit, elle prend soin de changer ses vêtements pour une robe de chambre au tissu délicat, et de tirer les couvertures sur la jeune femme. Sur la table de chevet, elle laisse une coupe contenant un remède contre les maux de tête qui suivraient sûrement son réveil. Elle quitte la pièce et referme la porte, qu'elle verrouille d'un sortilège, et glisse la baguette de Magnolia dans une de ses poches. Puis d'un pas feutré, la jeune femme retourne se glisser dans ses propres draps, aux côtés de son époux. Maintenant que son piège s'est refermé et que son amie est en sécurité, elle peut dormir sur ses deux oreilles.
Made by Neon Demon


a world without you
We are buried in broken dreams. We are knee-deep without a plea. I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you. ruelle


Parchemin envoyé Jeu 6 Avr - 0:20

avatar
avatar
profil
Je suis : Roxanne , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/06/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 240 hiboux. J’incarne : Danielle Campbell , et l’avatar que je porte a été créé par : class whore, signature par astra et tumblr pour les gifs, Skander&Aoife pour les bannières . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alea Umbridge Je parle en : #996666

gif par hqgifhunts (tumblr)

Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : En fuite pour m'être sauvée d'Azkaban. J’ai juré allégeance : à l'Ordre par défaut car on m'a dénoncé et ils sont ceux qui m'ont accueillit. Côté cœur, : Célibataire Champ Libre :            
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Love is a trap
EXORDIUM. & stupidteletubbie (tumblr)
Non seulement elle se sent de plus en plus étourdie, mais sa vision est trouble aussi. Elle panique, et quand elle panique, Magnolia fait des crises d’asthme. Elle tente de se calmer, de reprendre son souffle, mais tous ces symptômes en même temps, c’est beaucoup trop à gérer pour elle. Elle entend Mererid qui commence à s’inquiéter. Intérieurement, elle se maudit de lui créer du stress, ce n’est pas bon pour le bébé. La Rackharrow prend sa tasse des mains, pour éviter qu’elle ne l’échappe. Elle se place ensuite derrière Magnolia et l’entoure de ses bras. C’est quand elle entend les chuchotements de son interlocutrice qu’elle se met à paniquer encore plus. Elle la réconforte, comme si elle s’attendait à ce que ça arrive. Magnolia à la gorge sèche, elle a beau lutter, mais aucun son ne sort de sa bouche. Elle ferme les yeux, sentant le sommeil la gagner petit à petit. C’est à ce moment qu’elle comprend : Mererid avait glissé un somnifère dans sa tasse de thé. Mais pourquoi? Pourquoi son amie lui aurait-elle fait ça? Allait-elle la dénoncer au ministère? Et si elle la renvoyait à Azkaban? Magnolia était terrifiée, mais elle ne pouvait rien faire. Son amie venait de la trahir, alors qu’elle sombrerait dans un profond sommeil d’ici quelques secondes seulement. Elle ne pourrait plus rien faire pour l’arrêter. Il était trop tard. Les muscles de Magnolia se détendirent, et elle plongea dans un sommeil sans rêves, complètement à la merci de la sorcière.

La Lupin se réveilla doucement, oubliant pendant quelques secondes ce qui l’avait d’abord plongée dans ce sommeil profond. La luminosité de la pièce était trop forte pour ses yeux, et un mal de tête atroce l’empêchait de penser normalement. Elle était encore fatiguée, mais elle avait aussi l’impression qu’il fallait absolument qu’elle se réveille, que c’était une question de vie ou de mort. Puis les images lui revinrent à l’esprit, la tasse de thé, le malaise, les paroles de son amie. Magnolia rouvrit les yeux grands ouverts, sous l’emprise de la panique. Elle était devenue hypersensible à la lumière, mais c’était probablement un effet secondaire à la potion qu’elle avait ingérée cette nuit. Elle était seule, dans une chambre qu’elle n’avait jamais vue auparavant. Au moins, elle n’était pas encore en prison… Mais elle restait grugée de l’intérieur par l’inquiétude, ne sachant pas ce qui lui arrivait, ni même ce qui allait lui arriver. Elle tente de se lever, mais elle tangue, encore un peu étourdie. Elle se dirige vers la porte, aussi rapidement qu’elle le peut, mais elle est barrée. Elle observe le reste de la pièce, à la recherche d’un autre moyen de sortir d’ici. Il y a une autre porte, qui n’est pas barrée. Elle l’ouvre tout doucement, pleine d’espoir, mais ce n’est qu’une salle de bain attenante. Magnolia se retourne vers la chambre, les yeux remplis de larmes. Elle voit ensuite une fenêtre, s’en approche, espérant qu’elle ne soit pas au deuxième étage ou même plus haut encore. C’est une grosse déception quand elle s’aperçoit qu’il ne s’agit pas d’une réelle fenêtre. Elle est magique, c’est une illusion. Magnolia soupire. Elle sent l’anxiété qui monte à nouveau. Son mal de tête est terrible et n’a pas l’air parti pour s’en aller.

Quelque chose clochait dans tout cela. Si c’était un enlèvement, alors pourquoi se réveillerait-elle dans un lit douillet, avec des vêtements propres et délicats? Pourquoi Mererid se donnait-elle tout ce trouble pour l’envoyer ensuite rejoindre les traîtres? Cette pièce était étrange aussi. Ça avait l’air d’une chambre bien normale, décorée avec goût et luxueuse. Il y avait même une grande étagère remplie de livres sur le mur en face du lit. Magnolia espérait avoir des explications, elle ne voyait pas pourquoi sa chère amie lui voudrait du mal. Elle avait probablement mal compris, il y avait autre chose derrière cette situation, c’était certain. Mererid ne lui veut pas de mal, elle en est convaincue. Son mal de tête lui transperce la tête, elle a encore la gorge sèche et elle a froid. Elle retourne sous la couverture, et s’aperçoit qu’il y a une coupe sur la table de chevet près d’elle. Elle l’observe attentivement, se méfiant un peu. Ça n’a pas l’air d’un somnifère, ce n’est pas de la bonne couleur pour cela. Magnolia s’assoit dans le lit, puis prend la coupe entre ses mains. Elle sent l’odeur de la potion, à la recherche d’un quelconque indice de ce que ça pourrait bien être. Elle la reconnait enfin, pour l’avoir déjà bue souvent à l’infirmerie de Poudlard : c’est un remède contre le mal de tête, un antidouleur. Elle prend une bonne respiration, puis boit le contenu de la coupe. Magnolia reste tout de même un peu angoissée, et joue avec le bord de la couverture pour passer ses nerfs. Elle n’a plus sa baguette, elle est sans défense. Tenter de s’enfuir n’est plus une solution, en plus elle ne sait même pas où elle se trouve. Et puis, elle n’irait pas bien loin sans sa baguette…




above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.

Parchemin envoyé Jeu 6 Avr - 17:05

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 345 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood, Halloween, Lux & Alaska. Signature codée par Bat'phanie, gifs par Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott et enceinte de 4 mois. Champ Libre :

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Love is a trap
Magnolia, Mererid, Drefer

« Love is a trap. When it appears, we see only its light, not its shadows. »
Paulo Coelho

Lorsque Mererid ouvre les yeux, la première chose qui la saisit est l'absence de Quintus. Elle tend la main pour s'en s'assurer, mais son coté du lit est déjà froid. Un léger soupire lui échappe. Quelle heure est-il et depuis combien de temps est-il parti ? C'est un homme très occupé, elle s'en doutait en l'épousant, pourtant il y a des jours comme celui-ci où elle rêverait qu'il reste un peu plus longtemps près d'elle. Elle cligne des yeux et frissonne légèrement en s'extirpant des couvertures. Et soudain, elle se souvient de ce qu'elle a fait cette nuit et se mord la lèvre. Quelle sotte, pense-t-elle. Comme si elle n'avait pas assez de raisons de s'inquiéter.

Le miroir de la salle de bain lui renvoie l'image d'une jeune femme fatiguée, loin du visage qu'elle affiche pourtant en société. Après s'être délassée quelques minutes sous la douche, elle discipline ses cheveux d'un coup de baguette et d'un autre, fait disparaître ses cernes. Sa chemise de nuit laisse place à une robe en soie verte. Lorsqu'elle entre dans la salle à manger principale, les yeux des autres femmes de la famille Nott se tournent aussitôt vers elle - la mère de Quintus l'accueille d'un sourire, mais ses soeurs se contentent de lui jeter un coup d'oeil puis de l'ignorer. Elle s'installe à leurs côtés et mange presque en silence, n'échangeant que quelques politesses avec Alysa. Elle reste la dernière à table, s'étant levée après les autres, et en profite pour rassembler les restes du petit déjeuner sur un plateau. Il y a là bien assez pour deux personnes, car bien qu'elle ait déjà mangé elle sait qu'elle craquera sûrement à nouveau sur l'une de ces pâtisseries. Jetant un coup d'oeil au dessus de son épaule pour s'assurer qu'elle n'ait pas été suivie, la jeune femme toque doucement à la porte avant de la déverouiller. « Bonjour Magnolia ! » fait-elle d'une voix enjouée. « Tu préfères du thé, du café ou du chocolat ? » Elle s'empresse de poser le plateau sur la table basse devant la petite cheminée. D'un coup de baguette, le verrou magique de la porte s'active à nouveau dans un claquement. Elle croise les bras en se tournant vers la Lupin, quelque peu embarrassée. « Si tu ne veux pas que je te dérange avant une certaine heure, préviens moi. Je me suis juste dit que tu devais avoir faim. » Elle n'attend pas sa réponse pour s'assoir dans le fauteuil près de la table, ses doigts se tendant déjà vers une patacitrouille. Même si la Nott devine que Magnolia a mille questions à lui poser, elle ne doute pas un instant qu'elle ne chercherait jamais à lui faire du mal... Elle est trop bonne pour cela.
Made by Neon Demon


a world without you
We are buried in broken dreams. We are knee-deep without a plea. I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you. ruelle


Parchemin envoyé Ven 7 Avr - 22:13

avatar
avatar
profil
Je suis : Roxanne , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/06/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 240 hiboux. J’incarne : Danielle Campbell , et l’avatar que je porte a été créé par : class whore, signature par astra et tumblr pour les gifs, Skander&Aoife pour les bannières . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alea Umbridge Je parle en : #996666

gif par hqgifhunts (tumblr)

Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : En fuite pour m'être sauvée d'Azkaban. J’ai juré allégeance : à l'Ordre par défaut car on m'a dénoncé et ils sont ceux qui m'ont accueillit. Côté cœur, : Célibataire Champ Libre :            
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Love is a trap
EXORDIUM. & stupidteletubbie (tumblr)
La jeune femme doit se calmer, elle doit avoir les idées claires pour tenter de comprendre les raisons qui ont poussées Mererid à l’emprisonner ainsi dans cette chambre inconnue. Elle lutte contre les larmes qui menacent de couler sur ses joues d’une minute à l’autre. Elle ne veut pas se montrer faible, n’importe qui pourrait entrer d’une minute à l’autre. Magnolia ferme les yeux et se remémore des moments heureux, elle pense à sa nouvelle famille qui l’a adoptée, Pietro, Jaina et pense aussi à sa sœur. Ça la rassure un peu. Mais elle ne peut s’empêcher de se demander comment ils vont réagir en apprenant sa disparition. Et s’ils ne le remarquaient pas? Après tout, elle est tellement calme et silencieuse, les autres ne se rendraient peut-être pas compte de son absence? Pire encore, s’ils se blessaient en tentant de la retrouver? Magnolia secoua la tête, il ne fallait pas qu’elle soit pessimiste.

Elle fut sortie de ses pensées lorsqu’on frappa doucement à la porte. Tout son corps en alerte, elle rouvrit les yeux rapidement, fixant la poignée de porte qui tournait. Elle resta assise dans le lit, les poings fermés sur un coin de la couverture. La potion contre les maux de tête commençait à faire effet, mais la douleur ne s’était pas encore tout à fait dissipée. Au moins, elle ne se sentait plus vraiment fatiguée, ce qui était probablement dû à l’adrénaline. Mererid entra, sublime dans sa robe de soie verte, les mains soutenant un plateau de nourriture. Elle la salue, puis lui demande ce qu’elle veut boire. Magnolia est interloquée, complètement sous le choc. L’incompréhension pouvait se lire facilement sur le visage de la demoiselle. Elle fait comme s’il ne s’était rien passé, comme si elle ne l’avait pas empoisonnée pour la cloitrer dans cet endroit mystérieux. Pourtant, Mererid n’est pas aussi innocente qu’elle le laisse croire. Magnolia reste silencieuse pendant quelques minutes, tentant de reprendre le dessus sur ses sentiments qui s’entremêlent. Elle est outrée, elle est triste, elle se sent déchirée et surtout, elle a peur. Elle se râcle la gorge avant de prendre enfin la parole. « Mererid… Pourquoi? Pourquoi m’avoir droguée et me garder dans cette pièce? » Le plateau de nourriture lui lève le cœur, Magnolia n’a pas faim. Toute cette situation lui a bien coupé l’appétit. Elle ignore volontairement le plateau, désormais posé près de la petite cheminée. Elle s’en fiche complètement de ce qu’elle peut bien boire. Elle veut savoir ce qu’elle fait ici et quelles sont les intentions de son amie. Magnolia fixe Mererid, qui verrouille la porte. Elle hausse un sourcil. Des tonnes de questions surgissent dans son esprit. La douce Magnolia veut des réponses. Elle veut surtout comprendre. « Qu’est-ce ce que je fais ici? » Elle pousse un soupir. « Ça ne te ressemble pas. Ce n’est pas toi. La Mererid que je connais ne m’aurais jamais fait ça. Je te faisais confiance… » Depuis le début, elle n'a pas osé haussé le ton. Elle n'est pas fâchée contre son amie, simplement contrariée. Magnolia a l’impression d’être un animal en cage.



above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.

Parchemin envoyé Mar 11 Avr - 20:46

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 345 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood, Halloween, Lux & Alaska. Signature codée par Bat'phanie, gifs par Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott et enceinte de 4 mois. Champ Libre :

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Love is a trap
Magnolia, Mererid, Drefer

« Love is a trap. When it appears, we see only its light, not its shadows. »
Paulo Coelho

La Nott est trop concentrée sur sa patacitrouille pour se rendre vite compte que Magnolia ne vient pas la rejoindre. Elle finit d'en avaler une deuxième quand la voix de son amie s'élève, l'interrogeant. Oh... À l'évidence, elle ne comprend pas. Il n'y a pourtant rien de bien compliqué. Les raisons sont, aux yeux de Mererid, claires comme de l'eau. Elle se lève alors et s'approche du lit doucement, pour ne pas inquiéter son amie. S'asseyant tout près d'elle, au bord du matelas, elle lui adresse un sourire qui se veut rassurant. Un sourire qui chancelle lorsque Magnolia prononce ces mots... Je te faisais confiance. Le début d'un rire s'étouffe avant d'avoir atteint ses lèvres, laissant une boule au fond de sa gorge. Cela ne devrait pourtant pas l'atteindre, après tout qu'en a-t-elle à faire de sa confiance ? Celle-ci a toujours été mal placée, ce n'est pas la faute de Mererid si Magnolia est naïve et stupide. Que d'autres se fourvoient sur son compte et fassent l'erreur de la penser digne de confiance ou sans danger, c'est une chose. Mais que la Lupin, à qui elle n'a jamais caché son vrai visage, ait cru pendant toutes ces années qu'elle l'aimait... Une fissure vient de se former dans sa coquille, juste là où les mots ont frappé. Elle se crispe légèrement, et ses lèvres se pincent. Non, elle ne fait pas tout ça parce qu'elle aime Magnolia. Elle le fait parce qu'elle est sa chose, son jouet. Un curieux jouet, différent des autres à l'évidence ; si elle lui a parfois causé du tord, c'était pour tester les limites, pour voir jusqu'où la jeune femme était aveugle à ses intentions. Si elle l'a manipulé toutes ces années, c'est qu'il n'y avait rien de plus satisfaisant que de se savoir aimée par quelqu'un qui la connaissait, et qui pourtant la pensait digne d'être aimée...

« Au contraire, Magnolia. C'est exactement moi, et tu le sais. » Une perche tendue, un dernier avertissement... Elle se penche légèrement sur elle, tendant la main pour toucher la sienne. « Je fais cela pour toi. Il n'y a aucun endroit sur terre où tu sois plus en sécurité qu'ici. Tu n'as plus besoin de te cacher, plus besoin d'être chassée comme un animal. » Tu ne m'échapperas plus. Elle baisse les yeux et retire sa main, une moue coupable se dessinant sur ses traits. « Je n'aurais jamais dû faire les choses de cette manière, mais j'avais tellement peur que tu refuses... Que tu veuilles rester avec ta famille, alors que je te connais depuis bien plus longtemps qu'eux. » Une larme coule sur sa joue. « Je t'en prie, pardonnes-moi. » Ses doigts se tordent sur un pli des draps, ses yeux toujours baissés et le rouge de la honte colorant ses joues. Enfermée dans son numéro, elle efface la réalité d'un coup de baguette. Elle se plonge dans ses propres mensonges pour échapper aux sentiments, ces récifs qu'elle évite depuis tant d'années.
Made by Neon Demon


a world without you
We are buried in broken dreams. We are knee-deep without a plea. I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you. ruelle


Parchemin envoyé Lun 1 Mai - 23:30

avatar
avatar
profil
Je suis : Roxanne , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/06/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 240 hiboux. J’incarne : Danielle Campbell , et l’avatar que je porte a été créé par : class whore, signature par astra et tumblr pour les gifs, Skander&Aoife pour les bannières . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alea Umbridge Je parle en : #996666

gif par hqgifhunts (tumblr)

Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : En fuite pour m'être sauvée d'Azkaban. J’ai juré allégeance : à l'Ordre par défaut car on m'a dénoncé et ils sont ceux qui m'ont accueillit. Côté cœur, : Célibataire Champ Libre :            
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Love is a trap
EXORDIUM. & stupidteletubbie (tumblr)
Magnolia ne comprend toujours pas la raison de sa présence dans cette « prison de luxe ». Elle ne veut pas que son amie agisse comme à l’habitude, car cette situation n’a absolument rien de normal. La jeune femme veut des réponses à ses questions, elle veut par-dessus tout savoir ce qui a pu pousser Mererid à l’enfermée dans cette vaste pièce. On dirait que ce n’est qu’un jeu pour elle, et qu’elle s’amuse. Or, Magnolia n’a pas la même façon de penser, elle est effrayée et a peur face à ce qui pourrait lui arriver. Dire que tout allait bien quelques mois plus tôt, comment avait-elle pu se rendre jusque là? Elle espérait du fond de son cœur que sa sœur, grande investigatrice, la retrouve avant qu’il ne soit trop tard. Comme elle ne reconnaissait plus son amie, elle ne savait pas jusqu’où elle pourrait aller. Mererid était en crise, elle n’allait pas bien. Magnolia croyait que c’était lié à sa fausse couche, mais elle avait réussi à tomber à nouveau enceinte, alors sa supposition ne faisait plus aucun sens.

Après avoir terminé sa patacitrouille, Mererid se lève et vient s’asseoir près de la Lupin. Son amie se montre douce et rassurante, mais Magnolia ne baisse pas sa garde. Un éclair de folie semble passer dans le visage de son interlocutrice, ce qui stresse encore plus la jeune femme détenue contre son gré. L’ambiance devient de plus en plus tendue, et Magnolia est complètement immobile, figée par le doute qui plane dans son esprit. La Rackharrow se décide enfin à parler, contredisant ce que Magnolia vient de dire quelques minutes plus tôt. Elle lui dit qu’elle sait qui elle est au fond. Magnolia est persuadée que son amie a besoin d’aide, et qu’il est de son devoir de l’épauler dans la rude épreuve qu’elle semble vivre. C’est d’ailleurs peut-être pour cette raison qu’elle l’a emmenée ici. « Je sais qui tu es vraiment à l’intérieur. Je sais aussi que ce n’est pas ce masque de froideur que tu mets quand tu es entourée d’autres sorciers. Tu as un grand cœur, je le sais. Si tu as besoin d’aide, je te l’ai dit, je suis là pour t’aider. Je ne te laisserai pas vivre cela seule. Dis-moi juste ce que je peux faire pour t’aider. »

Mererid lui avoue enfin pourquoi elle l’a enfermée ici : pour la mettre en sécurité. C’est gentil et très attentionné, mais Magnolia n’a pas l’intention de vivre coupée du monde pour le restant de sa vie. « Je comprends, merci beaucoup pour cette pensée que tu as eue pour moi. Mais je ne veux pas être loin de Betty ou du reste de ma famille pour longtemps. J’ai la chance de ne plus être à Azkaban, je souhaite être libre Mererid. » Magnolia lui sourit, afin de la réconforter un peu. « On peut continuer à se voir, même si je n’habite pas enfermée chez toi, tu sais. » Mererid regrette de l’avoir emmenée contre son gré, alors Magnolia y voit de l’espoir qu’elle la libère. « Je te pardonne ma chère amie, tu le sais bien que je ne peux pas t’en vouloir. » La Lupin pense à sa famille, qui doit être morte de peur en réalisant qu’elle n’était plus à la maison, puis à Betty, qui lui manque terriblement. « Ils vont me chercher, tu ne pourras pas me garder ici bien longtemps Rerid. Ils ne réussiront pas à te pardonner, eux, s’ils pensent que tu m’as fait du mal. De mon côté, je sais que tu veux mon bien, mais eux n’arriveront pas à voir ce point de vue. Ils ne te connaissent pas aussi bien que je te connais. » Magnolia pris la main de son amie et la pressa doucement. Elle se sentait mal de ne pas avoir vu le désespoir de Mererid avant cela. Elle avait besoin d’une amie avec qui elle pouvait être elle-même, et elle le pouvait avec Magnolia. Celle-ci ne la jugerait pas.



above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.

Parchemin envoyé Mer 10 Mai - 21:05

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 345 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood, Halloween, Lux & Alaska. Signature codée par Bat'phanie, gifs par Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott et enceinte de 4 mois. Champ Libre :

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Love is a trap
Magnolia, Mererid, Drefer

« Love is a trap. When it appears, we see only its light, not its shadows. »
Paulo Coelho



Toute cette compassion qu'elle perçoit, qui se dégage de Magnolia... La plupart des naïfs et des faibles, elle s'est toujours contentée de s'en débarrasser. Ils étaient souvent une source d'irritation pour elle, et avaient le don pour trouver des moyens de la contrarier. En se rapprochant de son jumeau, par exemple. À croire qu'il attirait les idiotes, mais après tout, qui se ressemble s'assemble. Malgré les années passées, Mererid n'a pas oublié comment elle a dû séparer cette gamine de Drefer. Le simple fait qu'elle ait osé se penser digne d'être l'amie d'un Rackharrow... à présent, la jeune femme contemple l'ironie de sa logique passée, alors qu'elle a laissé Magnolia se faire une place - certes peu conventionnelle - dans sa vie. Sa poupée favorite, en quelque sorte. Celle qui lui pardonne tout, qui sourit à tous ses tords et reste convaincue de sa bonté qu'importe à quel point Mererid lui montre la vérité. Elle garde les yeux baissés, ressassant cette décision passée de ne pas juste jeter la Lupin comme tous ses jouets dès l'instant où elle s'en lasse. Est-ce un léger regret qui la tenaille ? Peut-être aurait-elle dû la laisser, ou mettre fin à son insignifiante vie.

Betty ? La colère et la jalousie l'étreignent soudainement, tandis qu'elle la fixe en silence. Incapable de sourire, elle arrive à cacher ces noirs sentiments qui grondent en elle, seul un léger tic nerveux la trahissant. Sa famille, sa précieuse famille, sont visiblement plus importantes que son amie... C'est donc ainsi qu'elle la remercie, pour son geste certes égoïste mais qui pourtant sauve la Lupin d'une situation délicate. Le pardon qu'elle reçoit glisse sur elle sans la toucher, la confiance de Magnolia lui paraissant soudainement superflue. Elle n'a jamais eut l'intention de la laisser sortir, du moins pas tant qu'elle serait recherchée par le gouvernement. Et la voilà qui s'imagine pouvoir partir comme cela lui chante, serait-ce même une menace qu'elle perçoit dans ses mots ? Tu ne pourras pas me garder ici bien longtemps, affirme-t-elle naïvement. Mererid se redresse, l’œil glacial et les épaules droites. Elle ne la regarde plus, et ignore cette main qui la touche de manière réconfortante. Ce contact la répugne soudainement. Elle n'a de toute manière jamais aimé qu'on la touche, bien qu'elle se soit arrangée pour que tout un chacun soit convaincu du contraire. Sa main ne bouge pas, ses yeux se fixant sur leurs doigts qui se lient. « Tu as raison. Tu me connais presque aussi bien que mon propre sang, Magnolia. Et pourtant... » Un léger sourire lui effleure les lèvres, tandis qu'elle est tentée de tout lui jeter au visage. La jeune femme serait sans doute bouleversée, si elle lui avouait tout le mal que son amie lui avait fait. La voir pleurer, serait-ce assez satisfaisant pour faire disparaître la sombre jalousie qu'elle éprouve, à voir que l'innocente n'est pas aussi aveuglément dévouée qu'elle l'espérait ? « Qu'ils me détestent donc. Crois-tu que je m'en soucie ? » Elle la regarde enfin dans les yeux, glaciale. Inutile de continuer ce cinéma, Magnolia comprendrait très vite qu'elle n'avait aucune intention de la laisser partir. S'ils venaient la chercher, elle n'hésiterait pas une seconde à les tuer. Par Merlin, elle voulait qu'ils viennent ; elle pourrait ainsi écraser ces misérables. Elle n'aurait alors plus à partager l'affection de la Lupin avec la meute de chiens galeux qui lui servent de cousins, et avec sa maudite sœur. Elle regrette soudain de n'avoir pas glissé à son cou les pierres salvatrices. La jalousie la ronge, transformant sa satisfaction d'avoir récupérer Magnolia en amertume. « Je te laisse, j'ai des lettre à écrire. Je t'apporterai le déjeuner en début d'après-midi » fait-elle avec une indifférence feinte. Elle se lève et en quelques foulées, arrive à la porte. Avant de sortir, elle lance tel un avertissement par dessus son épaule : « Et ne me dis plus jamais que j'ai besoin d'aide. » Si la menace n'est pas formulée, elle n'en est pas moins réelle.

Made by Neon Demon


a world without you
We are buried in broken dreams. We are knee-deep without a plea. I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you. ruelle


Parchemin envoyé Sam 13 Mai - 17:33

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 184 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il s'était plongé dans le travail comme jamais encore auparavant, ne comptant pas ses heures et multipliant les missions, même les plus ingrates. Il s'était, d'ailleurs, dans ce cadre là, retrouver à chasser le loup garou avec Caïn Goldstein et il en avait conservé un souvenir plutôt... sanglant, c'était le moins qu'on puisse dire. Rien qu'à y repenser, il sentait la nausée le reprendre et menacer de le faire vomir. Il n'avait pourtant jamais été vraiment sensible au sang, après tout, son métier consistait, plus ou moins, à le faire couler, alors bien entendu, cela ne l'effrayait pas. Mais ce soir-là avait été un vrai massacre qui l'avait même mis mal à l'aise, lui, le bourreau. Mais cela ne l'empêchait pas de réitérer les expériences et de rentrer fourbu et épuisé au Manoir Nott, à peine capable de marcher parfois, si bien qu'il tombait de sommeil dans son lit avant même de s'être douché. C'était idiot peut-être mais, au moins, cela lui évitait de penser. A Quintus d'abord, à Nate ensuite. Sa vie était un vrai bordel, ces derniers temps, et ça n'allait certainement pas aller en s'arrangeant. Il sentait bien, lors de ses rencontres avec son père, que ce dernier commençait à s'agacer de ne pas le voir encore marié et toujours collé derrière les jupes de sa sœur. L'étau commençait à se refermer sur lui et ça l'angoissait un peu, sans qu'il ne puisse vraiment le montrer, encore moins l'éviter d'une quelconque façon que ce soit... Parfois, on n'avait pas d'autres choix que de suivre les ordres et de faire son devoir...

Ce matin encore, il était rentré à l'aube, épuisé, éreinté, mais quand même disposé à prendre une douche brûlante qui avait achevé de détendre ses muscles. Comme souvent, Nyssa était restée à ses côtés, silencieuse, presque autant qu'il ne l'était lui-même et en cela, ils s'étaient plutôt bien trouvés, tous les deux. Au moment où il enfile rapidement un pantalon, prêt à se laisser sombrer dans un sommeil réparateur et sans rêves, son Eternel croit finalement bon de se rappeler à sa présence, le faisant grogner de mécontentement. « J'suis crevé, Nyssa, qu'est-ce que tu veux ? » Sa chauve-souris se fend de ce qui ressemble à un sourire complice comme elle bat des ailes, cherchant à l'entraîner à sa suite. « Tu devrais venir voir ce que j'ai à te montrer, je te jure que tu ne seras pas déçu ! » Il soupire, remuant la tête, se décrochant la mâchoire dans un bâillement. « Ça peut pas attendre, dis ? » Mais le démon ne lui répond pas, s'éloignant déjà dans les couloirs, suivi par un Drefer pas franchement enthousiaste. Quand elle s'arrête devant une porte qu'il reconnaît comme étant une chambre d'amis enfin il croit, ce manoir est tellement immense que parfois il s'y perd encore), il lève les yeux au ciel, pas franchement intéressé, mais disposé à lui faire confiance, comme souvent. Ses doigts cherchent à actionner la poignée mais celle-ci demeure close alors il se sert de sa baguette pour l'ouvrir, désamorçant le sort de scellé, plus complexe que d'ordinaire, preuve qu'il y avait bien quelque chose qu'on souhaitait conserver à l'intérieur de cette pièce. Il ne s'était, toutefois, pas attendu à ça. Quand la porte s'ouvre enfin, révélant le secret qui s'y cache et qu'il tombe nez à nez avec Magnolia, il hausse les sourcils de surprise, ouvrant la bouche d'incompréhension. « Magnolia ? Mais... » Il passe une main ennuyée dans ses cheveux sombres. Lui et la jeune fille avaient été amis du temps de Poudlard et ils s'entendaient plutôt bien, à l'époque, et puis, du jour au lendemain, la Lupin lui avait tourné le dos, refusant qu'il l'approche ou même qu'il lui parle. Il n'avait pas compris, sur le moment et, après plusieurs tentatives infructueuses de saisir ce qu'il avait bien pu faire de mal, il avait tout simplement abandonné. La trouver ici, derrière cette porte close, comme une prisonnière qu'on cherchait à dissimuler aux regards de tous. « Bon sang, mais qu'est-ce que tu fais ici ? » Parce que oui, clairement, c'était le dernier endroit où il s'était attendu à la voir. Nyssa avait vu juste et sa fatigue s'était subitement envolée.



OUT OF THE SHADOW
Hold your breath, don't let go ☽ Got a feeling nothing is forever, keep your voice low. The sun is high but I wish I could bathe in the moonlight.

Parchemin envoyé Mer 31 Mai - 4:00

avatar
avatar
profil
Je suis : Roxanne , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/06/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 240 hiboux. J’incarne : Danielle Campbell , et l’avatar que je porte a été créé par : class whore, signature par astra et tumblr pour les gifs, Skander&Aoife pour les bannières . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alea Umbridge Je parle en : #996666

gif par hqgifhunts (tumblr)

Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : En fuite pour m'être sauvée d'Azkaban. J’ai juré allégeance : à l'Ordre par défaut car on m'a dénoncé et ils sont ceux qui m'ont accueillit. Côté cœur, : Célibataire Champ Libre :            
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Love is a trap
EXORDIUM. & stupidteletubbie (tumblr)
Elle était perdue, complètement perdue. Magnolia ne comprenait pas ce qui se passait avec son amie. Mererid n’était pas comme à l’habitude, c’était comme si l’on avait pris possession de son corps, que ce n’était pas elle. La Lupin pensait même que c’était un imposteur qui avait pris l’apparence de son amie à l’aide de polynectar, mais c’était impossible. Tous les faits dont elle parlait… c’était assurément la Rackharrow sous ce voile de froideur. Après avoir parlé de Betty, Mererid semble encore plus sèche. La Rackharrow lui lance qu’elle se fiche bien de ce que les Lupin pensent d’elle. Son regard noir la transperçait, comme s’il s’agissait d’un couteau. La prisonnière était sans mot, complètement sous le choc. Mererid avait toujours été si gentille avec elle, mais qu’est-ce qui lui prenait aujourd’hui? Magnolia a alors compris qu’elle ne doit pas rester ici, qu’elle n’est peut-être pas réellement en sécurité. Elle ne savait pas si c’était la grossesse qui la faisait agir ainsi, ou la perte du premier bébé, mais Mererid n’était plus elle-même. La petite fleur n’en voulait pas à son amie, mais elle savait aussi qu’elle était en danger en restant prisonnière. Puis, comme si tout était normal et qu’il ne s’était rien passé, Mererid se levait et retournait à ses occupations. Or, ce n’était pas sans un dernier avertissement avant de quitter la pièce : celui de ne plus jamais lui dire qu’elle avait besoin d’aide.

Magnolia était à nouveau seule, dans cette prison de luxe, si loin de sa famille. Elle tentait de comprendre comment vivre enfermée dans cette pièce était censé la sauver. Certes, elle est recherchée par le ministère, mais cela ne voulait pas non plus dire qu’elle ne devait plus respirer l’air frais ni sentir les rayons de soleil sur sa douce peau. Elle aimait bien son amie, mais elle ne souhaitait pas non plus rester coupée du reste du monde pendant des années. La colère la gagnait, pendant quelques minutes, car elle n’avait aucune chance de sortir d’ici. Il lui fallait une autre personne pour lui débarrer la porte, sinon elle était fichue. Elle aurait pu tenter de blesser son amie et s’enfuir ensuite, mais ça n’aurait pas été moralement correct. Magnolia n’allait tout de même pas se résoudre à utiliser la violence, encore moins sur Mererid. Elle préférait rester ici plutôt que de vivre avec cela sur sa conscience. Elle ne savait pas quoi faire pour passer le temps. Son mal de tête semblait être dissipé, probablement grâce à la potion, mais elle commençait à avoir faim. Cette matinée agitée lui avait pris tant d’énergie, il fallait qu’elle refasse le plein. Heureusement, Mererid avait laissé le plateau de nourriture dans la chambre. Magnolia allait alors grignoter un peu, tout en repassant les paroles de son amie dans son esprit. Puis, elle retournait s’assoir sur le bout du lit, regardant la pièce. Les journées seraient vraiment longues…

La poignée de porte se remit à bouger. La jeune femme se crispa, elle n’était pas prête à un autre affrontement avec son amie. Mais c’est un homme qui entra dans la pièce. « Drefer! » Elle était désormais prise de panique à l’idée de se retrouver seule avec lui, qui plus est dans une pièce d’où elle ne pouvait pas partir. Elle ne veut pas repenser à ce qui est arrivé à Poudlard, ce qu’il lui a fait subir, mais c’est assez difficile. Les souvenirs lui reviennent, alors que les larmes lui montent aux yeux. Elle les chasse rapidement, ne voulant pas se montrer trop faible devant son ancien ami. Elle lui avait fait confiance, dans le temps, et il lui avait prouvé qu’elle avait eu tort. Il brise le silence, lui demandant ce qu’elle fait ici. « Je ne sais pas! Mererid a mis quelque chose dans mon thé, elle m’a endormie puis m’a enfermée ici contre mon gré. Je ne comprends pas ce qui se passe, elle dit vouloir me protéger, mais elle ne semble pas elle-même! Je crois qu'elle ne va pas très bien... » Elle avait tout dit d’une traite, comme si ça allait l’aider à réfléchir en même temps à une solution pour s’en sortir. Puis, elle réalisa qu’il était peut-être dans le coup, après tout, c’était quand même le frère de Mererid. Choquée, Magnolia se lève avant de l’accuser. « T’es dans le coup! Arrête de faire comme si tu ne savais pas la raison de ma présence. Je ne suis pas si stupide… » Elle passe une main dans ses cheveux, complètement paniquée. Puis murmure : « Comme si tu m’avais pas assez fait souffrir déjà… » Elle s’en veut d’avoir été aussi naïve il y a plusieurs années.



above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.

Parchemin envoyé Mer 14 Juin - 17:25

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 184 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il avait beau chercher, il ne comprenait pas ce que Magnolia faisait ici, dans le manoir de Quintus. N'était-elle pas censée être recherchée par les Mangemorts ? Il ne savait plus trop ; à vrai dire, il avait cessé de s'intéresser à elle, une fois qu'elle l'eut rejeté purement et simplement, du jour au lendemain, sans qu'il n'en comprenne les raisons. Il avait bien cherché, à l'époque, à obtenir des explications à ce sujet, mais elle s'était comportée comme s'il l'effrayait voire la dégoutait en même temps, alors qu'ils avaient toujours été amis jusqu'alors. Vexé, il avait fini par renoncer et ne lui avait plus vraiment adressé la parole depuis. « Drefer! » Il l'entend au son de sa voix, tout comme il le voit dans son regard ; la Lupin n'est pas rassurée par sa présence, bien au contraire. Il ignorait ce qu'il avait bien pu dire ou faire pour qu'elle le craigne autant mais il était clair qu'il ne s'y ferait jamais, tout comme il ne se ferait jamais à voir des larmes dans ses yeux, rien qu'à son apparition. « Je ne sais pas ! Mererid a mis quelque chose dans mon thé, elle m’a endormie puis m’a enfermée ici contre mon gré. Je ne comprends pas ce qui se passe, elle dit vouloir me protéger, mais elle ne semble pas elle-même ! Je crois qu'elle ne va pas très bien... » Il écarquille les yeux comme elle débite son histoire d'une traite et il comprend encore moins. « Attends, Mererid a fait quoi ? » Il avait un peu de mal à y croire. Garder Magnolia ici aurait pu être considéré comme une traitrise envers les Mangemorts, encore plus si c'était pour la garder en sécurité. A quoi jouait donc sa jumelle ? Il se le demandait bien mais il n'avait pas le moindre début d'explication en vue. Tout à coup, la jeune Lupin se lève d'un bond, ne le regardant non plus avec peur mais avec reproche comme son ton se fait soudainement lourd d'accusation. « T’es dans le coup ! Arrête de faire comme si tu ne savais pas la raison de ma présence. Je ne suis pas si stupide… » Il soupire, penchant la tête en se mordillant la lèvre ; certes, elle pouvait être en droit de douter de lui à ce propos. Il était de notoriété publique que Drefer Rackharrow était très attachée à sa jumelle, trop peut-être, et qu'elle pouvait le traîner dans tous les mauvais coups qu'elle organisait d'un simple claquement de doigts. Alors, il ne lui en veut pas vraiment de le penser même si, pour une fois, il n'y est pour rien... Il la regarde passer une main nerveuse dans ses cheveux, sentant la panique monter en elle, aussi n'approche-t-il pas d'un pas, comme on pourrait le faire avec un animal particulièrement craintif. « Comme si tu m’avais pas assez fait souffrir déjà… » Il fronce les sourcils en entendant sa dernière remarque, esquissant une moue contrariée ; il avait toujours bien aimé Magnolia et, en vertu de ça, il avait fait de son mieux pour qu'elle ne se retrouve pas sur sa route, dans ses fonctions de mangemorts. Il avait même vraiment essayé d'être son ami, à Poudlard, aussi trouvait-il qu'elle abusait un peu et son ego ne pouvait pas le laisser passer. Il a un claquement de langue agacé comme son regard s'habille d'une lueur sombre, outré qu'elle ne l'accuse de quelque chose qu'il n'avait pas fait. « Moi, je t'ai fait souffrir ? » qu'il interroge, incrédule, n'en croyant pas ses oreilles. « Tu plaisantes, j'espère ? » poursuit-il sur le même ton choqué. « C'est toi qui m'a repoussé sans raison, du jour au lendemain, à Poudlard, que je sache ! » Il approche d'un pas avant de réaliser qu'il l'effraie toujours autant et, bien malgré lui, il ne peut pas se résoudre à lui faire peur. « On était amis, pourtant, et tout à coup tu n'as plus voulu de moi... » qu'il lâche sur un ton étouffé, presque plaintif, preuve que ça avait été douloureux pour lui, quand bien même il n'avait rien voulu laissé paraître. « Si quelqu'un a souffert, dans cette, histoire, ce n'était pas toi, Magnolia. » Au moins, ça c'était dit et il se laisse retomber dos appuyé contre la porte d'entrée de la chambre, les bras croisés et l'air boudeur pendant un long moment de silence avant que finalement il ne soupire, haussant les épaules avec résignation. « J'ai rien à voir avec le plan de Mererid. Si tu veux partir, je te ferai sortir. » Quitte à passer pour un traitre aux yeux des siens si jamais cela s'apprenait mais ne l'était-il pas déjà ?



OUT OF THE SHADOW
Hold your breath, don't let go ☽ Got a feeling nothing is forever, keep your voice low. The sun is high but I wish I could bathe in the moonlight.

Parchemin envoyé Jeu 13 Juil - 3:00

avatar
avatar
profil
Je suis : Roxanne , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/06/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 240 hiboux. J’incarne : Danielle Campbell , et l’avatar que je porte a été créé par : class whore, signature par astra et tumblr pour les gifs, Skander&Aoife pour les bannières . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alea Umbridge Je parle en : #996666

gif par hqgifhunts (tumblr)

Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : En fuite pour m'être sauvée d'Azkaban. J’ai juré allégeance : à l'Ordre par défaut car on m'a dénoncé et ils sont ceux qui m'ont accueillit. Côté cœur, : Célibataire Champ Libre :            
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Love is a trap
EXORDIUM. & stupidteletubbie (tumblr)
Elle n’en revient toujours pas, il doit être un bon acteur pour agir comme s’il était innocent dans son enlèvement. Pourtant, on dirait vraiment qu’il ne sait pas de quoi elle parle, ce qui met la jeune femme en doute. Et s’il n’en savait réellement rien? Est-ce qu’elle s’était emportée devant lui pour rien? Elle se sent soudainement mal d’avoir réagi aussi rapidement sans avoir de preuve qu’il était dans le coup. « Je ne comprends pas non plus pourquoi elle fait ça… Désolée, j’ai cru pendant quelques minutes que tu l’avais aidée. » Magnolia soupire, elle aimerait tant comprendre le raisonnement de Mererid. Elle se calme un peu, ce n’est pas en étant aussi agitée qu’elle trouvera une solution à ce problème.

Drefer, jusqu’à présent immobile, réagit au dernier commentaire de la jeune fille. Ce commentaire s’était échappé de sa bouche, mais elle n’avait pas eu l’intention qu’il ne l’entende. Elle entend un claquement de langue qui la fait sursauter. Elle lève le regard vers lui à nouveau, incertaine de ce qui va suivre. Il n’a pas l’air heureux, loin de là. Il l’interroge, il ne comprend pas ce qu’elle entend lorsqu’elle l’accuse de l’avoir fait souffrir dans le passé. Choqué, il explique les choses de son point de vue, mais il manque un morceau à ce casse-tête : la raison qui a poussé Magnolia à s’éloigner de son ancien ami. Elle explose quand il lui dit que ce n’est pas elle qui a souffert dans cette histoire. Comment peut-il dire cela? « T’es quand même pas sérieux, là? Tu ne vas pas me dire que tu ne te souviens pas ce qui s’est passé ce soir-là? » Elle est interloquée, elle n’arrive pas à croire qu’il puisse oublier ce qu’il lui a fait subir, c’était bien pire que de se faire emprisonner dans un manoir. Il fait un pas vers elle, alors elle recule machinalement. Les larmes s’échappent de ses yeux en se remémorant les souvenirs qu’elle avait tant tenté de laisser derrière. Il se laisse glisser contre la porte, boudeur, mais aussi résigné. « Comment peux-tu oublier le soir où tu as posé les mains sur moi? Le soir où tu m’as obligée à te donner ma dignité, alors que je te pensais mon ami? Comment veux-tu que je fasse comme si tout était beau et que tu ne m’avais pas… violée. » Elle se rassoit, la tête entre les mains. Elle pleure, c’est plus fort qu’elle. Magnolia ignore complètement son offre de l’aider à sortir d’ici. À vrai dire, l’endroit où elle est lui est complètement sorti de la tête pour l’instant, elle a d’autres préoccupations.

Elle n’arrive pas à chasser les images douloureuses de cette soirée de son esprit. Elle le revoit la plaquer sur le sol, la forcer à se déshabiller, la tenir près de lui contre son gré. Elle avait eu beau lui répéter d’arrêter, il avait fait la sourde oreille. La jeune Serdaigle s’était trouvée incapable de lui échapper, il était plus grand et plus costaud. Sa baguette se trouvait quelques mètres plus loin, elle n’avait donc pas pu l’utiliser pour s’en sortir. S’en résoudre à la violence n’avait pas non plus été une option pour elle, ne voulant pas faire de mal à son ami malgré ce qu’il avait l’intention de lui faire. Drefer lui avait fait mal, et pas que physiquement. Il avait un but en tête, et il avait atteint son objectif : il lui avait pris sa virginité. Elle n’avait jamais été capable de se rapprocher ainsi d’un homme depuis. « Tu penses que je n’ai pas souffert pendant que tu me faisais ça? Et depuis, tous les cauchemars qui hantent mes nuits... J’ai souffert Drefer, je souffre encore. » Magnolia n’arrive pas à le regarder droit dans les yeux, elle se contente de fixer le sol. Elle évite l’expression de son visage, de peur de le voir triomphant en se remémorant ce qu’il lui avait fait subir. C’est après cette soirée cauchemardesque qu’elle s’est éloignée de son ami. Elle avait été incapable de le confronter, comme il n’est pas dans sa nature de le faire. Elle avait peur de lui. Que lui ferait-il si elle osait en parler? Que ferait-il s’il se retrouvait à nouveau seul avec elle? La seule solution qu’elle avait eue à l’époque, c’était de le fuir. Magnolia n’en avait parlé qu’à une personne, celle qu’elle croyait comme sa meilleure amie : Mererid. « Pourquoi tu m'as fait ça? Comment t'as pu... » La jeune Lupin avait toujours espéré rencontrer le grand amour et vivre une histoire de contes de fées. Elle était bien loin de réaliser ce souhait. Peut-être avait-il laissé cet épisode derrière lui. Peut-être même que ce n’était rien à ses yeux, que c’était sans importance. Mais cet acte avait changé bien des choses pour Magnolia.





above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.

Parchemin envoyé Jeu 20 Juil - 23:13

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 345 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood, Halloween, Lux & Alaska. Signature codée par Bat'phanie, gifs par Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott et enceinte de 4 mois. Champ Libre :

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 



Elle a toujours eut l'oreille fine, mais surtout, cette capacité à savoir quand il rentre à la maison. C'était ainsi chez les Rackharrow et ça n'a nullement changé chez les Nott. Elle sait reconnaître le bruit de ses pas, en particulier lorsqu'il rentre épuisé ; ces derniers temps, elle a bien du mal à le croiser et le plus souvent, il est dans cet état et de cette humeur qui signifie « je préférerais être seul ». Curieusement, elle respecte ce désir, du moins pour l'instant. Comme Mererid, une grande partie de ses repères se sont envolés en peu de temps, et elle est infiniment reconnaissante que Quintus ait accepté qu'il vive avec eux. Un soulagement pour la jeune sorcière, qui même si elle a eut du mal à se l'admettre, se serait sentie atrocement seule sans son jumeau. Alors elle lui laisse un peu plus d'espace qu'à l'accoutumée, trop consciente de sa chance pour se contrarier de si peu...

Mais cette fois, elle perçoit que quelque chose n'est pas normal. Comme un réflexe trop bien rôdé, elle a sorti le nez de sa chambre quand il a monté les escaliers, jetant un rapide coup d'oeil pour s'assurer qu'il allait bien. Puis elle s'est à nouveau glissée aux côtés de Quintus. Sauf qu'une seconde fois, ses sens se sont éveillées dès qu'elle a perçu le bruit de mouvements dans le manoir. Comme pour confirmer ses soupçons, son éternel s'extirpe de sous son oreiller et lui glisse à l'oreille : « La porte de la chambre a été déverouillée. » Elle retient un soupire d'exaspération et saute avec souplesse hors du lit, saisissant sa baguette sur la commode avant de quitter la pièce à pas feutrés. Hors de question que Quintus soit réveillé et vienne voir ce qu'il se trame. La légère fraîcheur du manoir passe à travers le tissu fin de sa chemise de nuit et elle presse le pas jusqu'à la chambre d'amis, frissonante. Déjà, elle entend le bruit d'une dispute. Comme elle le craignait, la porte est légèrement entrouverte ; le coeur battant à tout rompre, elle la pousse doucement de la main gauche, sa baguette levée devant elle. Mais le battant ne révèle pas la silhouette d'ennemis. Non, pire ; comme elle n'osait l'imaginer, Drefer se tient là. « Pourquoi tu m'as fait ça ? Comment t'as pu... » a-t-elle le temps d'entendre avant qu'on ne remarque sa présence. D'un geste sec de la baguette, elle referme la porte derrière elle puis murmure Silencio en visant un mur, s'assurant que nul ne pourrait entendre la suite de cet échange...

Elle reste pourtant figée là, trop abasourdie de se retrouver dans une telle situation. Elle savait le risque existant, mais cela n'empêche qu'elle est prise au dépourvu et cherche en vain une explication qui tienne la route.... Aux yeux de Drefer comme à ceux de Magnolia. « Je l'ai fait pour la protéger » ne fonctionnerait pas, Drefer serait indéniablement jaloux, mais « je la tenais juste le temps de l'offrir à Quintus » lui vaudrait de perdre l'affection de Magnolia pour de bon, d'autant qu'elle n'en avait nullement l'intention... Elle a baissé sa baguette, les regardant l'un après l'autre avec une confusion impossible à cacher. Elle voit bien les larmes de Magnolia, et comprend aisément les mots qu'elle l'a entendu prononcer. Mais a-t-elle raconté l'entiereté de ce qu'il lui est arrivé ? Et surtout, son jumeau la croit-il ? Elle le dévisage comme pour percevoir les premiers signes de la colère, prête à user de tous les moyens possibles pour se justifier. Mais avant tout, elle interroge comme si elle ne comprennait pas : « Drefer, que fais-tu ici ? » Voix encore lourde de sommeil, yeux qui virevoltent avec nervosité de la Lupin au jumeau. Ses bras se serrent presque pudiquement autour de son corps. Pour quelques instants volés, elle semble être le visage de l'innocence au même titre que sa tendre Magnolia.


a world without you
We are buried in broken dreams. We are knee-deep without a plea. I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you. ruelle


Parchemin envoyé Sam 22 Juil - 17:00

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 184 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il lui propose de l’aider à sortir, même si ça le rend coupable de traîtrise, mais elle ne semble même pas l’entendre, rebondissant sur ses dernières paroles comme si elles étaient les seules à avoir atteint sa conscience. Elle explose, la jeune Lupin, et il ne comprend même pas pourquoi. « T’es quand même pas sérieux, là ? Tu ne vas pas me dire que tu ne te souviens pas ce qui s’est passé ce soir-là ? » Il fronce les sourcils, sans comprendre, tandis que ses joues viennent se revêtir des larmes que ses prunelles laissent couler... De quoi est-ce qu’elle parlait, au juste ? Il n’arrive pas à se rappeler un soir où il l’aurait blessée mais il était un adolescent un peu fébrile alors peut-être ne s’en était-il pas rendu compte… « Comment peux-tu oublier le soir où tu as posé les mains sur moi ? Le soir où tu m’as obligée à te donner ma dignité, alors que je te pensais mon ami ? Comment veux-tu que je fasse comme si tout était beau et que tu ne m’avais pas… violée. » Elle se rassoit, la tête entre les mains, pleurant toujours. Vio… QUOI ? Il ouvre la bouche en grand, complètement interloqué, pas sûr d’avoir bien compris. Mais de quoi est-ce qu’elle parlait, à la fin ? Il le lui demanderait bien mais il est tellement sous le choc de l’accusation, lourde et ignominieuse, qu’il est incapable d’émettre le moindre son. Est-ce qu’elle avait perdu la raison ? Mererid avait sans doute mal dosé la drogue qu’elle lui avait inoculée… Il ne voyait que cette possibilité… Elle était devenue folle à lier… « Tu penses que je n’ai pas souffert pendant que tu me faisais ça ? Et depuis, tous les cauchemars qui hantent mes nuits... J’ai souffert Drefer, je souffre encore. » La voilà qui insistait de nouveau et qui s’entêtait dans cette histoire sans queue ni tête. Pourquoi était-elle allée inventer pareille bêtise ? Pour le faire souffrir encore davantage ? N’en avait-elle pas assez fait ? « Pourquoi tu m'as fait ça ? Comment t'as pu... » C’est l’accusation de trop et il commence à monter la voix, outré par ces reproches qu’il ne méritait en rien. « MAIS JE N’AI JA… » La porte qui claque d’un mouvement sec l’interrompt dans sa tirade indignée et il se retourne brusquement, son regard tombant sur sa jumelle, en chemise de nuit. Il serre les dents, agacé de ne pas comprendre, la dévisageant avec un air soupçonneux qu’on le lui avait sans doute que trop rarement vu. « Drefer, que fais-tu ici ? » Il esquisse une moue ennuyée ; pour une fois, son jeu ne prend pas. Il y a bien trop de colère ancrée au cœur de son âme, le corps dévoré par le poison insidieux qui s’infiltre dans ses veines… « La question devrait plutôt être : qu’est-ce que Magnolia fait ici ?… » qu’il lâche, son regard passant de l’une à l’autre tandis qu’il se retrouve entre elle. « Et surtout, pourquoi est-ce qu’elle m’accuse de l’avoir violée ? » Sa voix se brise sur la fin ; il avait beau avoir fait multitude de choses peu ragoûtantes dont il n’était pas forcément fier, jamais il n’aurait fait souffrir son amie, encore moins de cette façon horrible. Son regard, sincèrement blessé, revient se poser sur la jeune Lupin, toujours plein d’incompréhension… « Je ne t’aurais jamais fait une chose pareille, Magnolia… Comment est-ce que tu as pu imaginer une seule seconde que… » Quelque chose ne collait pas mais il n’arrivait pas à mettre le doigt dessus alors il se retourne vers sa jumelle, au bord du désespoir, dévasté à l’idée qu’on puisse le croire coupable d’une telle infâmie… « Mererid, tu n’as pas pu lui laisser croire une bêtise pareille ? Enfin… Tu sais bien que je n’aurais jamais… » Il passe une main nerveuse dans ses cheveux. Pourquoi est-ce que tout lui échappe ? Pourquoi tout est-il au-delà de toute compréhension ?



OUT OF THE SHADOW
Hold your breath, don't let go ☽ Got a feeling nothing is forever, keep your voice low. The sun is high but I wish I could bathe in the moonlight.

 

Love is a trap ❣ Magnolia, Mererid & Drefer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Habitations :: Manoir Nott-