Partagez | 
Crossing borders ↠ valeryan&lorelei

()
Parchemin envoyé Mer 22 Mar - 4:07

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 121 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Hishnack. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je serai fiancé d'ici peu. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Crossing borders
Valeryan & Loreleï

I believe, I believe there's love in you
Grid locked on the dusty avenues
Inside your heart, just afraid to go
I believe, I believe you could love me
But you're lost on the road to misery

Son travail, c'est son petit paradis. Un endroit où il se sent pleinement utile et à sa place, un métier qu'il ne changerait pour rien au monde. Tous à Sainte Mangouste le connaissent, après tout cela fait plus de dix qu'il y a mis les pieds pour la première fois, et la majorité du personnel l'apprécie ou tout du moins respecte son travail. On le sait rigoureux et efficace, mais surtout, on connaît le dévouement dont il fait preuve avec ses patients et sa détermination à guérir chacun d'entre eux. À leurs yeux, il n'est ni mangemort ni même Grimstone ; il est leur collègue, pour certains même un ami sur lequel ils peuvent compter. Loin des faux semblants et de la guerre, pourtant au coeur même des conséquences de celles-ci, il a l'impression que sa vie prend tout son sens entre les murs de Sainte Mangouste.

« Pensez bien à secouer la fiole avant chaque utilisation. Si ce n'est pas mélangé, vous risquez d'avoir des effets secondaires et les démangeaisons disparaîtront plus lentement. » L'homme le remercie et lui sert la main avant de quitter son bureau. Il s’avance pour aller chercher son prochain patient dans la salle d'attente, mais déjà la porte s'ouvre à nouveau et entre une femme qu'il n'a pas vu depuis quelques semaines. Après son entrée chez les mangemorts et l'inscription de la marque sur son bras, ils ne se sont recroisés qu'une fois et depuis, plus rien. Pourtant, rien n'a à priori changé entre eux. Ils sont toujours... amis. Il la regarde avec un sourire accueillant, tendant la main pour qu'elle la serre. « Tout va bien, j'espère ? D'habitude, tu n'entres pas dans mon bureau sans préavis. C'est à cela que sert la salle d'attente, tu sais ? » Le sourire amusé qui lui étire les lèvres indique qu'il ne pense clairement pas un mot de ces reproches ; il ne fait que la taquiner. « Installes toi, je t'en prie. Encore une de ces mystérieuses blessures ? » Il indique d'un geste le fauteuil sur lequel il ausculte ses visiteurs, et qu'elle connaît déjà très bien.

Malgré les apparences, il hésite à chaque mot et à chaque sourire. Il aimerait être plus honnête avec elle qu'il ne l'est déjà, ne pas se cacher derrière l'apanage de la politesse et du professionnalisme. Se contenter d'afficher le charme tranquille des Grimstone ne lui suffit plus ; il voudrait l'accueillir en embrassant sa joue, lui dire comme il aime la manière dont elle a arrangé ses cheveux... autant de détails qui le tiraillent, le plongent dans la confusion, malgré son masque lisse et chaleureux. Il aimerait la voir rougir, ou ne serait-ce que réagir avec plaisir à sa présence. Au lieu de cela, il s'entête à la considérer comme une patiente et rien d'autre ; d'autant qu'il sent bien que ce n'est pas le corps – certes envoûtant – qu'il désire, mais l'esprit de la Zabini. Une constatation des plus inquiétantes.
Made by Neon Demon


hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Mer 22 Mar - 20:13

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 21/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 116 hiboux. J’incarne : Zoe Saldana , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #5c8071



Je suis âgé de : 33 ans (5 janvier 1958) , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : employée à la brigade magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis célibataire Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Crossing borders
Avec Valeryan Grimstone. Vendredi 22 mars 1991 à Sainte Mangouste, service des blessures par créatures vivantes, premier étage.

Jour après jour l’un des animaux de compagnie de Lorelei grandissait, son caractère était encore instable. Autant il pouvait parfaitement s’entendre avec la jeune femme par moment, autant à d’autres il cherchera à entrer en opposition. Une sorte de crise d’adolescence pour ses un an. La Zabini gagnait des blessures très régulièrement. Autant dire qu’elle n’était pas prête de se désabonner de Sainte Mangouste. Heureusement qu’elle faisait partie des mangemorts, autrement avec ses blessures régulières certaines personnes se poseraient des questions et ça pourrait devenir embêtant. Il s’était un peu emporté lors d’une phase de jeu et elle avait récolté un coup de bec qui lui avait entaillé la cuisse. Elle ne pouvait pas lui en vouloir, il finirait bien par se contrôler un jour, elle en était certaine. Et puis, il était encore d’une taille raisonnable pour l’instant.

Patientant dans la salle d’attente, Lorelei s’efforçait de rester tranquille sur sa chaise. S’était compliqué, elle n’avait pas l’habitude de rester immobile et sage. Sa cuisse était bandée grossièrement, histoire de contenir un peu le sang. Elle avait revêtu une robe qui lui arrivait jusqu’au-dessus du genou. Ce serait ainsi plus simple d’exposer sa blessure au medicomage. Le medicomage…en pensant à lui, elle sentit une certaine chaleur l’envahir. Elle le voyait très régulièrement, il faisait partie de ceux qui la voyait très régulièrement sans qu’il ne se passe pourtant plus que les simples affaires. Et pourtant, pour une fois, Lorelei avait bien été tentée de changer la donne. Mais elle le respectait et étrangement elle était intimidée parfois par lui, comme si elle ne méritait pas vraiment son attention.

Enfin la porte s’ouvre et un homme en sort. Elle se lève. S’était son tour. Une vieille femme rouspète en la voyant se diriger vers la porte. « Un souci ? Vous voulez ma place peut-être ? » Lui demande la Zabini en la regardant droit dans les yeux. L’autre ouvre la bouche, probablement pour acquiescer dans son sens. « Non laissez tomber, j’ai changé d’avis, j’y vais maintenant. » Lui dit-elle d’un ton ferme. Elle pousse la porte et entre dans la pièce. Il est là, devant elle, souriant. Elle ne peut que lui sourire en retour, c’est automatique. Il lui tend la main et elle franchit le dernier pas les séparant pour s’en saisir. « Tout va bien, j'espère ? D'habitude, tu n'entres pas dans mon bureau sans préavis. C'est à cela que sert la salle d'attente, tu sais ? » Il a un sourire amusé, elle décide de rebondir. « Oh tu sais, s’était à mon tour de toute manière. Et puis…l’impatience de te revoir… » Ajoute-t-elle laissant sa phrase en suspens. « Installes toi, je t'en prie. Encore une de ces mystérieuses blessures ? » Elle sourit, lui tourne le dos et s’assied sur la table d’auscultation.

Elle attend qu’il s’approche légèrement. « Oh, une blessure parmi tant d’autre je dirais. » Elle n’avait jamais dévoilé la nature de ses blessures et ne le ferait sans doute jamais…pas pour que son animal soit confisqué, abattu ou n’importe quoi d’autre. Alors qu’il s’approche, elle relève le bas de sa robe, baissant les yeux pour voir ce qu’elle faisait.  Elle stop son geste et regarde le Grimstone. « Ne te fais pas trop d’illusions, je ne vais pas me déshabiller devant toi. » Elle a un petit sourire et une lueur malicieuse dans le regard. « Quoi que… » Décide-t-elle d’ajouter tout en reprenant son geste. Jusqu’à enfin arrivé au haut de la cuisse. Là, sa robe bleue ciel dévoile un morceau de tissus blanc, imbibé de rouge. « Tadam » Ajoute-t-elle comme si s’était une surprise. « C’est grave docteur ? » Lui demande-t-elle innocemment alors qu’il découvre la blessure.
Parchemin envoyé Mar 28 Mar - 16:45

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 121 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Hishnack. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je serai fiancé d'ici peu. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Crossing borders
Valeryan & Loreleï

I believe, I believe there's love in you
Grid locked on the dusty avenues
Inside your heart, just afraid to go
I believe, I believe you could love me
But you're lost on the road to misery

L'impatience de te revoir. Il essaye de cacher le plaisir qu'il éprouve à entendre ces mots. C'est ridicule. Il la connaît à peine. Alors pourquoi cette douce chaleur qui l'envahit de la savoir heureuse de le voir ? Les circonstances sont pourtant tout sauf joyeuses, comment pourrait-elle se réjouir d'être blessée ? Il secoue le menton comme pour signifier « ne dis pas de telles idioties » mais son sourire en coin affirme le contraire.

Tandis qu'il replie soigneusement les manches de sa chemise et s'approche d'elle, son regard est soudainement attiré par ce geste presque anodin. Ce tissu qui se soulève petit à petit... Il sursaute presque lorsqu'elle se redresse pour le fixer. « Ne te fais pas trop d’illusions, je ne vais pas me déshabiller devant toi » lance-t-elle. Elle se fait espiègle, comme s'il suffisait de le taquiner pour le faire sortir de son rôle. « Quoi que… » La respiration du Grimstone s'accélère lorsqu'elle reprend son geste. Il cligne des yeux et détourne presque pudiquement le regard, surtout pour faire taire le désir qui s'est mis à lui tordre le ventre. « Tadam » fait-elle et il se voit obligé de reposer les yeux sur sa cuisse, mais ce qu'il voit le calme immédiatement. Il fait disparaître ce qu'il reste de distance entre eux et défait le pansement improvisé en quelques secondes. Il attire la lampe au dessus de lui et d'une main, pousse doucement sa jambe pour mieux voir la plaie. « Ce n'est pas très profond. Tu n'as rien utilisé pour éviter une infection, je suppose ? » Sa voix est exempte de jugement, malgré ce que sous-entendent ces mots.

L'entaille ressemble clairement à celle que causerait le bec d'un animal. Un jeune hippogriffe, peut-être ? Il tire sa desserte à potions plus près et commence à fouiller parmi les fioles. « Je sais que tu ne veux pas me dire de quelle créature il s'agit, mais si c'est un hippogriffe qui a fait ça... » Il soupire, haussant les épaules. Voilà, il a trouvé. Il se tourne à nouveau vers elle et d'un geste précis, laisse tomber une goutte sur la plaie. Celle-ci ne se referme pas, mais ses bords se font plus nettes tandis que le sang et tout ce qu'il pourrait y avoir d'autre à l'intérieur disparaît lentement. L'entaille est désormais propre, prête à cicatriser à la perfection. Valeryan continue son discours, sans réaliser le ton moralisateur qu'il adopte. « Tu devrais être plus prudente. J'espère que tu as conscience qu'un hippogriffe qui, à un si jeune âge, a des comportements agressifs, ne te respectera jamais. » Le Grimstone a beau ne pas être très doué sur le terrain quand il s'agit de frayer avec des créatures magiques, il a en revanche accumulé des connaissances théoriques sur la majorité d'entre elles, dans le cadre de ses recherches. Ayant reposé la fiole à sa place, il revient se placer près d'elle et pose sa main droite sur son genou. « Ne le prends pas mal, mais je préférerais que tu viennes moins souvent me rendre visite. » Ses lèvres s'étirent dans un sourire amer. Quelques instants, il s'autorise à détailler le visage de Lorelei. Sa main effleure cette peau couleur chocolat alors qu'elle remonte plus près de la blessure, et enfin il la quitte des yeux pour se concentrer sur son travail. Il approche sa baguette, qui sans qu'il ait à formuler le sortilège, se met à luire faiblement.
Made by Neon Demon


hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Mer 29 Mar - 17:57

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 21/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 116 hiboux. J’incarne : Zoe Saldana , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #5c8071



Je suis âgé de : 33 ans (5 janvier 1958) , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : employée à la brigade magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis célibataire Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Crossing borders
Avec Valeryan Grimstone. Vendredi 22 mars 1991 à Sainte Mangouste, service des blessures par créatures vivantes, premier étage.

Son malaise elle l’a bien perçu, elle l’a vu tourner la tête, mais qu’importe, elle ne pouvait lui en vouloir. Alors qu’il défaisait son bandage, elle frémit. Non pas de plaisir, même si elle sentait ses doigts effleurer sa peau, mais bel et bien de douleur. Elle ne le montrera pas clairement, mais il lui faisait mal, possible que le tissu se soit un peu pris dans la plaie et que cela colle du coup. « Ce n'est pas très profond. Tu n'as rien utilisé pour éviter une infection, je suppose ? » Il semble plus constater que juger. Elle a un petit rire. « Voyons voir…depuis un an que je viens…non toujours pas. » Elle hausse les épaules. Elle savait qu’elle aurait dû désinfecter, après tout, ses parents le lui avaient répétés plus d’une fois. Mais non… Elle était aussi pleinement capable de se soigner seule…même si ça mettrait un peu plus de temps qu’en passant par Sainte Mangouste, mais elle appréciait le médicomage, alors elle n’allait pas se priver d’une visite plaisante. Elle se demandait parfois ce que ses parents avaient eu derrière la tête en lui offrant cet œuf. Elle était une personne casse-cou et avec un griffon en plus…son espérance de vie se réduisait à vue d’œil chaque année qui passait.

Alors qu’il farfouillait, elle l’observe, connaissant finalement la routine. « Je sais que tu ne veux pas me dire de quelle créature il s'agit, mais si c'est un hippogriffe qui a fait ça... » Raté. Mais elle ne le détrompera pas, même si elle ne confirmera pas non plus. Elle l’entend clairement soupirer, le voit hausser les épaules de dos. Il a une carrure intéressante, il aurait probablement fait un excellent batteur. Il se tourne à nouveau vers elle et met sa potion sur la plaie. Elle sent la brûlure, mais elle ne peut que constater l’efficacité du liquide. « Tu devrais être plus prudente. J'espère que tu as conscience qu'un hippogriffe qui, à un si jeune âge, à des comportements agressifs, ne te respectera jamais. » Elle grimace, ne se rappelant que trop du ton qu’employait son père lorsqu’il parlait des sorciers anglais, ou de son frère chaque fois qu’elle découchait pour rester avec un homme. « Oui, oui, je ferais attention… » Répond-elle levant les yeux au ciel. Peut-être avait-il raison, mais un griffon, est-ce que ça s’élevait comme un hippogriffe ? Elle n’avait pas trouvé beaucoup de notes à ce sujet dans les carnets de ses parents. Et pourtant, pour avoir un œuf, ils avaient bien dû en élever aussi.

Docteur Grimstone pose sa main sur le genou de Lorelei. Cette fois-ci, si elle frémit, ce n’est pas de douleur, mais bien à cause du contacte de sa main sur sa peau d’ébène. « Ne le prends pas mal, mais je préférerais que tu viennes moins souvent me rendre visite. » Elle le voit sourire, mais elle choisit de prendre une moue offusquée. « Comment ? Tu ne veux plus me voir ? » Elle feint l’indignation autant que la stupeur. Mais elle comprenait clairement le pourquoi de sa phrase. Si les choses continueraient ainsi, la prochaine fois qu’elle viendrait, elle aura peut-être carrément perdu un membre…ou sa tête. Elle le voit se concentrer sur la blessure. « Tu sais…on ne faisait pourtant que jouer. Il ne l’a pas fait exprès je pense. J’ai eu l’impression qu’il était…comment dire…ennuyé peut-être, de m’avoir blessée. » Elle en parlait comme s’il s’agissait d’un enfant dont on ne pouvait prévoir les réactions. Elle le considérait ainsi en tout cas, comme son enfant. Elle avait pris soin de lui alors qu’il était dans l’œuf, elle l’avait vu éclore, elle le nourrissait et le chouchoutait. « Tu dois trouver ça stupide… » Pouvait-il seulement comprendre la relation qu’elle avait avec cet animal ? Il était la dernière présence de ses parents sur terre en quelque sorte, leur dernier présent.

Baissant la tête, elle le voit terminer de réparer sa cuisse…enfin elle en eut l’impression en tout cas. « Assez parlé de moi. » Elle sourit à nouveau, cherchant son regard. « Comment vas-tu depuis la dernière fois ? Ça commence à remonter je crois. » Prenant appui sur ses main, légèrement en arrière, elle fait un mouvement de sa jambe valide qui viens glisser quelques instants la cuisse de Valeryan. Au passage, le bas de sa robe remonte très légèrement de ce côté, dévoilant encore un peu plus de peau.



Parchemin envoyé Jeu 30 Mar - 0:55

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 121 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Hishnack. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je serai fiancé d'ici peu. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Crossing borders
Valeryan & Loreleï

I believe, I believe there's love in you
Grid locked on the dusty avenues
Inside your heart, just afraid to go
I believe, I believe you could love me
But you're lost on the road to misery

« Oui, oui, je ferais attention » ment-elle. Il entend plus qu'il ne voit les yeux qu'elle lève au ciel, ce qui lui arrache un sourire amusé. Bien sûr qu'elle se moque de son ton moralisateur ; il sait depuis longtemps que c'est une femme tout ce qu'il y a d'indépendante, qui n'aime pas s'entendre dire la marche à suivre. Encore un cœur avide de liberté, songe-t-il avec amertume. Mais celui-ci ne semble pas encore trop usé par la guerre, ni trop perdu. Peut-être restera-t-il à l'abris plus longtemps que celui de ses sœurs ? Il essaye de se débarrasser de ces pensées peu joyeuses tandis qu'il est absorbé par sa tâche.

« Comment ? Tu ne veux plus me voir ? » Revoilà la jeune femme taquine qu'il connaît. Le sourire de Valeryan s'agrandit, bien qu'il ne lève pas les yeux de son travail. Sans piper mot, il l'écoute d'une oreille attentive. « Tu sais… on ne faisait pourtant que jouer. Il ne l’a pas fait exprès je pense. J’ai eu l’impression qu’il était… comment dire… ennuyé peut-être, de m’avoir blessée. Tu dois trouver ça stupide… » Non, bien sûr que non... Inconsciente du danger, tout au plus. Il secoue la tête silencieusement, son sourire ayant laissé place à une expression sérieuse tandis qu'il fait disparaître la fine ligne de tissu cicatriciel qui s'est formée là où quelques minutes plus tôt la chaire était découverte. « Assez parlé de moi. » Il glisse sa baguette dans sa poche et se redresse, leurs yeux se retrouvant. « Comment vas-tu depuis la dernière fois ? Ça commence à remonter je crois. » Il retient un soupire, peu enclin qu'il est à parler de lui-même ces temps-ci. Un sourire légèrement crispé naît sur ses lèvres en réponse. « En effet. Mais les choses n'ont guère changé depuis la dernière fois, je le crains. » Je suis toujours un mangemort, toujours un marqué, sous-entend son ton. « Je vais bien. » Une sorte de demi-vérité, puisqu'en effet il ne devrait pas se plaindre de sa situation. Au moins a-t-il pu sauver ce qu'il y avait à sauver, au moins a-t-il toujours le quotidien qui lui sied... Mais les raisons de s'inquiéter sont nombreuses, et il a l'impression de ne plus être lui-même depuis quelques mois. « Parles-moi de cet hippogriffe. Je ne suis pas très doué avec les créatures magiques, à vrai dire je suis même incapable de m'occuper d'un hibou, par contre j'ai beaucoup lu à leur sujet. » Son regard est attiré par ces cuisses toujours dévoilées, mais il parvient à garder ses pupilles fixées sur le visage de la mangemort et, en bon gentleman, recule d'un pas pour lui laisser un peu d'espace.

En temps normal, il aurait déjà renvoyé sa patiente puisque d'autres attendent. Mais il n'y a pas d'urgence, et s'il peut profiter encore de quelques instants avec elle, alors... « Je suppose qu'il n'a pas de parents, si tu joue avec lui. Lui as-tu déjà proposé la compagnie d'autres créatures ? Il est entendu que les hippogriffes acceptent parfois certaines espèces en substitution d'une compagnie plus, disons, semblable. Il y a de fortes chances que les premières fois, il se contente de s'attaquer à ce que tu lui proposeras - et je ne garantis pas que tu ne doives pas en changer en cas d'accident... Mais au final, tu risques d'être grandement soulagée qu'il joue avec autre chose que tes jambes » fait-il, un sourire légèrement moqueur aux lèvres. « Tu as déjà élevé ce type d'animaux magiques ? J'ai entendu dire qu'il existait des méthodes d'imprégnation particulièrement efficaces, je pourrais me renseigner si tu le désires... » Il s'arrête, hésitant. Est-il encore en train de se comporter comme un donneur de leçons ? Il se mord la lèvre, un rire gêné lui échappant. Il ne l'a pas quitté des yeux de tout son discours, et se concentrer sur ce qu'il expliquait lui a plus d'une fois semblé être une véritable épreuve.
Made by Neon Demon


hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Jeu 30 Mar - 15:16

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 21/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 116 hiboux. J’incarne : Zoe Saldana , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #5c8071



Je suis âgé de : 33 ans (5 janvier 1958) , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : employée à la brigade magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis célibataire Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Crossing borders
Avec Valeryan Grimstone. Vendredi 22 mars 1991 à Sainte Mangouste, service des blessures par créatures vivantes, premier étage.

Alors qu’elle lui parlait elle observait ses moindres réactions, elle avait cet avantage d’être la patiente et donc d’être libre de ses mouvements et de regarder ce qu’elle souhaitait. Si son regard se laissait parfois aller à la dérive, elle appréciait en revanche observer Valeryan. Il était de ces hommes plaisant à regarder. « En effet. Mais les choses n'ont guère changé depuis la dernière fois, je le crains. » Elle a bien remarqué qu’il ne semblait pas très enthousiaste à parler de lui, mais qu’importe, elle voulait savoir, alors elle le questionnerait tout de même. Sa réponse laissait sous-entendre qu’il n’avait pas changé de camp. S’était certes intéressant, mais ce n’était pas totalement ce qu’elle attendait comme réponse. « Je vais bien. » Si elle le croyait volontiers s’il parlait de son état général, elle était cependant clairement plus sceptique quant au fait de le croire, s’il parlait de son appartenance aux mangemorts. « Parles-moi de cet hippogriffe. Je ne suis pas très doué avec les créatures magiques, à vrai dire je suis même incapable de m'occuper d'un hibou, par contre j'ai beaucoup lu à leur sujet. » Elle a un petit sourire en coin. Changement de sujet, la plus vieille stratégie pour ne pas parler de choses embêtantes. Savoir qu’il était incapable de s’occuper d’un hibou l’amusait, ce n’était pas les créatures les plus prenants niveaux temps et entretiens. Elle voit bien qu’il garde ses yeux rivés aux siens, elle plisse doucement les yeux, amusée. Elle n’a pas envie de parler d’hippogriffe, surtout que ce n’en était pas un. Elle voulait parler de lui. Elle voulait vraiment qu’il parle plus de lui. Elle le voit reculer, laissant un peu d’espace. Elle regrette qu’il ne la touche plus. Cette simple main posée sur son genou…ou sa cuisse avait quelque chose d’apaisant. Et vu la pile électrique que pouvait être Lorelei, de l’apaisement, elle en avait bien besoin.

Toujours assise sur la table d’auscultation, les jambes dans le vide, elle le regarde ouvrir la bouche. Elle a une petite pensée intérieure. Grimstone voulait qu’elle parle de sa bête, mais il semblait finalement plus décidé à parler à sa place. Elle n’avait absolument rien contre ça, au moins, n’aurait-elle pas besoin de lui mentir. « Je suppose qu'il n'a pas de parents, si tu joues avec lui. » Elle hoche la tête, silencieuse. « Lui as-tu déjà proposé la compagnie d'autres créatures ? Il est entendu que les hippogriffes acceptent parfois certaines espèces en substitution d'une compagnie plus, disons, semblable. » Elle ouvre la bouche, mais la referme en voyant qu’il ne s’arrête pas. « Il y a de fortes chances que les premières fois, il se contente de s'attaquer à ce que tu lui proposeras - et je ne garantis pas que tu ne doives pas en changer en cas d'accident... » Parlait-il vraiment du meurtre d’autres créatures ? Que s’était sordide. « Mais au final, tu risques d'être grandement soulagée qu'il joue avec autre chose que tes jambes » Elle ouvre la bouche, voit son sourire moqueur. Elle referme la bouche et croise les bras. Elle sentait bien qu’il la taquinait. « Tu as déjà élevé ce type d'animaux magiques ? » A nouveau, elle ouvre la bouche. Elle pouvait répondre sans risquer de mentir. Mais elle est bien rapidement contrainte de fermer, encore, gardant le silence. « J'ai entendu dire qu'il existait des méthodes d'imprégnation particulièrement efficaces, je pourrais me renseigner si tu le désires... » Il semble faire une pause, elle n’est pas certaine, mais le voit se mordre la lèvre et rire, apparemment gêné, de quoi ? D’avoir peut-être trop parlé ? Elle ne le saurait sans doute jamais.

Avant qu’il n’ouvre à nouveau la bouche pour se lancer dans d’autres théories, elle descend d’un petit bond de la table. Elle se réceptionne parfaitement, mais tend les bras vers l’avant, se rattrapant sur lui, comme si elle était chancelante à cause de sa cuisse. Proche de lui, elle le voit ouvrir la bouche et sachant pertinemment qu’elle ne supporterait pas une nouvelle tirade à propos d’hippogriffe, elle scelle ses lèvres par un baiser. Elle devait reconnaître qu’elle avait l’impression d’avoir attendu une éternité ce moment. Si elle l’imaginait différemment, notamment que ce serait lui qui ferait le premier pas, elle n’avait par contre pas prévu l’effet d’électrochoc qui la prendrait à ce contacte. Après un très court instant à savourer le tout, elle recule légèrement la tête, mettant fin à ce baiser. Elle a rougit, ce n’était pas feint, mais si ce n’était pas due au malaise de la maladresse, ça l’était par la réaction physique qu’elle avait ressentie et qu’elle ne semblait pas avoir déjà ressenti par le passé. « Je…suis désolée. » murmure-t-elle. C’est tout ce qu’elle trouve à dire. Et s’était à moitié un mensonge. Elle ne l’était pas vraiment, mais juste un peu, un peu parce qu’elle l’avait forcé, en quelque sorte. « Mais ça faisait longtemps que j’en rêvais. » Lâche-t-elle finalement avec un petit rire. Chassez le naturel et il revenait au galop. Lorelei et sa manie d’être trop franche…



Parchemin envoyé Jeu 30 Mar - 21:05

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 121 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Hishnack. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je serai fiancé d'ici peu. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Crossing borders
Valeryan & Loreleï

I believe, I believe there's love in you
Grid locked on the dusty avenues
Inside your heart, just afraid to go
I believe, I believe you could love me
But you're lost on the road to misery

Il s'attend à tout sauf à cela, quand il la voit descendre de la table ; à ses mains qui se posent sur lui comme pour se rattraper. Il n'a même pas le temps de réagir, pas le temps de l'attraper pour s'assurer qu'elle ne tombe pas. Il ouvre la bouche, pour lui demander si tout va bien, cette fois. Mais avant qu'un son ne sorte de sa bouche, elle le fait taire. Et il doit reconnaître qu'il oublie aussitôt ce qu'il s'apprêtait à dire, tant ses pensées se bousculent. Il ne réagit pourtant pas, figé par ce contact qu'il n'osait pas espérer. Comme si un oiseau venait de se poser sur lui, et que le moindre mouvement l'aurait fait fuir. D'ailleurs, elle ne tarde pas à s'écarter, et inconsciemment il manque de l'accompagner dans son mouvement, de retenir ces lèvres qu'il s'est interdit jusqu'à présent. « Je… suis désolée » fait-elle, visiblement embarrassée. « Mais ça faisait longtemps que j’en rêvais. » Et que dire de lui ? Il hésite, le Grimstone, mais l'envie le taraude d'avoir plus. Ce n'était qu'une caresse, qu'un baiser au goût de trop peu... Il pose ses mains sur les siennes, tout contre lui, comme pour l'empêcher de s'échapper. C'est stupide, une petite voix tente encore de le retenir. C'est la pire idée qui soit. Il la fait taire rageusement, fatigué de se priver de ce qu'il désire. « Ne t'excuses pas. » Il lui sourit, comme pour la rassurer. « Tu es plus courageuse que moi, semblerait-il. » Une de ses mains vient se glisser dans les cheveux de la Zabini, puis contre son cou, qu'il effleure comme on touche les ailes d'un papillon - comme s'il suffisait d'un geste trop brusque pour qu'elle se brise. Pourtant il la sait solide, mais déjà il ne peut s'empêcher de craindre de la blesser.

Enfin, il se décide et se penche pour l'embrasser. L'imbécile est en train de céder à ce que lui dictent ses sens depuis des mois. Sa respiration s'accélère en même temps que les battements de son cœur tandis que leurs lèvres se cherchent, se perdent puis se retrouvent, encore et encore. Il a l'impression de rattraper tout ce temps perdu, l'une de ses mains se posant dans la nuque de Loreleï tandis que l'autre tient toujours la sienne contre lui. Il s'écarte à contrecœur pour reprendre son souffle. « Je suppose que c'est à mon tour de m'excuser ? » fait-il avec un sourire taquin. Il hésite... que devrait-il dire ou ne pas dire ? Faut-il vraiment déjà mettre des mots sur ce qu'il y entre lui et Loreleï ? Son coté pragmatique le pousse à la prévenir, à lui dire qu'il ne pourra pas lui offrir ce qu'elle désire, lui et sa famille éternellement neutre. Mais d'un autre coté, peut-être n'en attend-elle pas tant ? Peut-être n'est-ce pour elle que du désir, purement physique. Peut-être pourrait-il s'en contenter et prétendre ne rien ressentir de plus que de l'attraction pour elle. Alors il se tait, se contentant de la dévorer des yeux comme pour graver en lui ces premiers instants d'intimité. Il tait ses inquiétudes, ses doutes, et profite du moment le plus doux qu'il ait passé depuis des mois.
Made by Neon Demon


hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Jeu 13 Avr - 16:26

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 21/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 116 hiboux. J’incarne : Zoe Saldana , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #5c8071



Je suis âgé de : 33 ans (5 janvier 1958) , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : employée à la brigade magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis célibataire Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Crossing borders
Avec Valeryan Grimstone. Vendredi 22 mars 1991 à Sainte Mangouste, service des blessures par créatures vivantes, premier étage.

Elle avait envie….et elle a céder. Elle se serait bien giflée pour ça, elle craignait d’avoir fait voler en éclat la complicité qu’ils avaient réussi nouer petit à petit via leurs visites rapprochées. Mais il semble la retenir en posant ses mains sur celles qu’elle avait contre lui. « Ne t'excuses pas. Tu es plus courageuse que moi, semblerait-il. » Elle sourit, amusée par sa remarque. Qui sait, elle était juste un peu plus idiote que lui. Elle le laisse faire alors qu’il fait glisser l’un de ses mains sur lui, elle apprécie le contacte, tout comme elle appréciait lorsqu’il la touchait pour la soigner, sans aucune arrière-pensée. Et puis à nouveau, elle a le droit à ce contacte, à un baiser, qui se fait pressant et entreprenant. Elle se sent partir, laissant à son cœur toute la liberté de battre toujours plus vite. Elle le sent plus présent alors qu’il pose ses mains sur elle, qu’il maintient sa nuque, elle laisse glisser l’une de ses mains le long de son dos pour attraper son épaule et elle l’attire à lui. Mais finalement, il s’écarte, elle doit reprendre son souffle, tout comme lui probablement. « Je suppose que c'est à mon tour de m'excuser ? » Elle penche la tête pour le regarder. Il semble…hésitant ? De quoi avait-il peur ? Elle recule d’un pas, mettant de la distance entre eux deux. Elle ne sait pas où elle va, elle n’a pas l’habitude, son père lui a toujours dit de se méfier des hommes. « Tu n’as pas à t’excuser, c’est…c’est moi qui nous ai lancé là-dessus. » Nous ? Y avait-il vraiment un nous ? Ou cet homme ne finirait simplement pas à prendre ce qu’il voulait et à s’éloigner ? Elle n’avait pas l’habitude Lorelei de réagir avec les pulsions que lui imposait son cœur, elle se laissait plus dirigée par son cerveau en général. Elle était un peu perdue.

Elle se racle légèrement la gorge et se tourne pour récupérer son sac. « Je vais te payer déjà, ce sera bien. » Elle se tourne à nouveau vers lui et s’efforce de ne pas croiser son regard. Elle farfouille pour récupérer la somme de sa consultation. Enfin, elle dépose la somme dans sa main et lève les yeux vers lui. « Il devrait y avoir la somme… » Croisant son regard, elle détourne les yeux, mal à l’aise. Elle craint d’avoir fait une erreur. Il a répondu à son impulsion, mais est-ce que ça signifiait vraiment quelque chose ? Il était bien trop tôt pour  pouvoir se fixer et…comment souvent, elle choisissait la fuite. « Il y a des personnes qui attendent… » Elle désigne la porte du pouce par-dessus son épaule. Comment devait-elle agir ? Elle ne savait pas. « Bon…je vais y aller… » Elle se détourne et s’approche de la porte. « Merci beaucoup… » Pour la blessure, pour le baiser…il comprendra bien ce qu’il voudrait finalement. Lorelei lui jette un dernier regard, mi embêté, mi navré et quitte la salle de consultation.



Parchemin envoyé Lun 17 Avr - 20:57

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 121 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux, Hishnack. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je serai fiancé d'ici peu. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Crossing borders
Valeryan & Loreleï

I believe, I believe there's love in you
Grid locked on the dusty avenues
Inside your heart, just afraid to go
I believe, I believe you could love me
But you're lost on the road to misery

Elle est aussi confuse que lui, à l'évidence. Il ne l'a connue que sûre d'elle, tout au plus parfois hésitante, mais cette fois c'est différent. Regrette-t-elle de l'avoir embrassé ? Déjà elle s'éloigne, comme un animal qu'il aurait effrayé. Il repense à ses gestes et ses mots : a-t-il été trop brusque ? Il n'a pas l'habitude qu'une femme le fuit ainsi et un sentiment d'incompréhension grandit en lui. « Tu n’as pas à t’excuser, c’est… c’est moi qui nous ai lancé là-dessus. » Ses mots n'étaient qu'une tentative d'humour, mais Lorelei semble les prendre au premier degrés. Il secoue légèrement le menton, les sourcils froncés, et ouvre la bouche pour protester mais déjà elle s'est détournée pour prendre son sac. « Je vais te payer déjà, ce sera bien. » Un soupire discret lui échappe. Il aurait aimé que ces quelques secondes s'éternisent, pourtant déjà elle semble ne plus être là. Elle l'évite, refusant de le regarder en face, et il respecte silencieusement son besoin d'espace. « Il devrait y avoir la somme… » Il prend les gallions sans broncher en essayant de ne pas la dévisager, de ne pas laisser paraître les questions qui l'assaillent. « Il y a des personnes qui attendent… » Il hoche le menton, l'air grave. Bien sûr, ses autres clients. « Bon… je vais y aller… » Elle est embarrassée, nerveuse. Lui croise les bras et essaye de sourire poliment, mais l'inquiétude le ronge. « Bien sûr. N'oublie pas les conseils que je t'ai donné. » A-t-il détruit leur amitié naissante, en allant trop vite ? C'est pourtant elle qui l'a embrassé, elle qui a osé s'aventurer par delà la ligne. Lui n'avait fait que se bercer de roux rêves sans jamais oser tendre la main pour les toucher. Alors pourquoi part-elle avec cette expression désolée ? « Merci beaucoup… » Il répond par un sourire professionnel, dissimulant avec difficulté sa peine. « C'est normal. J'espère te revoir bientôt, de préférence dans d'autres circonstances. » Il n'ose pas la retenir et lui demander des explications, de peur que la réponse ne lui plaise pas. Il préfère taire tout cela, comme il a tu son envie de l'embrasser jusqu'à ce jour. Mais désormais, il n'est plus question qu'il ignore ce qu'elle provoque chez lui. C'est trop tard, il le sait. Il regarde sa silhouette passer la porte avec une expression renfrognée, et il ne quitte pas la pièce à son tour. Non, il retourne s'asseoir derrière son bureau en soupirant, lâchant les gallions dans un tiroir. Imbécile. C'est bien la peine d'être si intelligent, si c'est pour se laisser aller à des envies qui vont à l'encontre du bon sens. Une mangemort. Une Zabini. Idiot. L'a-t-il perdu quand elle a passé cette porte ? Il passe ses mains sur son visage en tentant de se reprendre. Pourra-t-il seulement cesser d'y penser un instant pour les jours à venir ? Se repasser la scène en boucle, en essayant de comprendre où se trouve son erreur – à part peut-être, d'avoir osé y croire, juste un instant. Croire à quoi, au juste ? À une relation vouée à l'échec, à la désapprobation et à la fin de cette image qu'il s'est si soigneusement construite depuis qu'il a quitté Poudlard ? L'aîné, l'idéal, le neutre. Il l'a voulu, devenir cet homme-là. Il ne regrette pas ce masque ni les responsabilités qui lui incombent. Alors comment peut-il penser une seule seconde à y renoncer ? Son univers déjà vacillant n'a pas besoin de cette nouvelle tempête. Mais celle-ci porte le doux nom de Lorelei, et quelque chose lui dit qu'elle n'a pas fini de l'emporter.
Made by Neon Demon


hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

 

Crossing borders ↠ valeryan&lorelei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Douce amertume ~Irina et Lorelei~
» Fan-club Animal Crossing
» [GS] Liges du groupe 42
» 01.03/12.C.Desert Crossing [Jane Aden]
» Les Rp de Loreleï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Sainte Mangouste-