Partagez | 
 
-[Baie de Galway] Blood of my blood ft. MEADOWES.-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : IRL : Claude (au féminin, ne vous en déplaise). Sur la toile FA ; MACBETH. ou LA BELETTE pour les intimes. (c) Waf. Ouaf. WafWaf. Atchoum. Iffa. Mouarf. La Meadette. Ovariflasque. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 171 hiboux. J’incarne : Katie McGrath. , et l’avatar que je porte a été créé par : (c) Katie McGrath. Avatar self-made (MABETH). Code signature par ALAS (Bazzart). Paroles issues de Paint it, Black (Rolling Stones). Gifs profil graphed by sistersdanvers & xrosheen tumblr. Gifs signature graphed by xrosheen tumblr. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Ombeline Lupin (DC) ; Daisy Evans (TC) ; Je parle en : #996666



Je suis âgé de : Trente-quatre (34) cierges occis dans la nuit (14.11.1956) , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : l'assistante personnelle de l'ambassadeur magique anglais (Desmond). Officieusement, j’œuvre comme espionne pour le compte de mon frère. Je suis également reconnue dans l'underground sorcier pour mes talents d'empoisonneuse ; muse de prédilection d'une flopée d'épouvantards et fantasme détestablement désiré d'autant de détraqueurs inassouvis J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je m'obstine farouchement dans le célibat, ayant répudié de nombreux prétendants de bonnes familles au grand désespoir de ma famille ; secrètement, je suis la possession exclusive d'Hanne Goldstein, putain de la matrone, marquée dans la chaire. Champ Libre :
† redoutable et proverbiale duelliste. † fonctionnaire de l'état magique anglais. † empoisonneuse réputée dans tout l'underground sorcier. † féale et féroce épigone du Seigneur des Ténèbres. † exhibe fièrement la marque qu'elle a à l'avant-bras. † muse de prédilection d'une flopée d'épouvantards et fantasme détestablement désiré d'autant de détraqueurs inassouvis. †






Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: [Baie de Galway] Blood of my blood ft. MEADOWES.   Lun 20 Mar - 17:04




Aoife Meadowes
parle en #996666

Un feu brûlait dans l'âtre de l'immense cheminée du grand salon du manoir ancestral ; la chaleur y était agréable, quoi qu'un rien ne l'aurait pas été en comparaison à l'hostilité glaciale des territoires de l'Europe de l'Est, que la cadette venait tout juste de quitter. De ses yeux à demi fermés émanaient une somnolence quasi féline et de son beau visage un sourire de mécontentement, alors que sa main caressait doucement la surface rugueuse du bras de bas de son fauteuil. Le style et la posture dignitaire rappelait irrémédiablement le grand portait d'Angus Meadowes qui trônait tout majestueusement juste au-dessus des flammes, et dont l'ombrageuse sorcière partageait la longue silhouette distinguée et l'égocentrique port de tête. À cette idée, elle n'y gagna qu'un sentiment de mépris et se saisit de son verre comme pour en dissimuler le malaise naissant ciselant le faciès. Aoife était une sorcière suffisamment raffinée pour savoir qu'elle était censée siroter son cognac ; mais elle était aussi décemment glacée, éreintée et excédée pour n'en avoir rien à faire. La brune vida son verre d'une seule grande lampée, le posa par terre et se renfonça dans son fauteuil, tandis qu'une nouvelle chaleur se rependait dans toute sa poitrine. Ses yeux bleus et vides se contraient inconsciemment  sur le feu qui crépitait dans la cheminée, si bien, qu'elle ne portait plus aucune attention aux geignements rocailleux de la misérable petite créature de maison qui tirait, de peine et de misère, les nombreux bagages de sa maîtresse jusque dans sa chambre, à l'étage.

De ce séjour dans la Russie natale de son fiancé, la sorcière n'en était revenue que maigrement contentée. Son frère Desmond l'avait affublé d'une mission diplomatique primordiale dont la cadette n'avait été qu'à moitié tenue d'accomplir dignement ; c'est que le manoir lui était inconnu et qu'elle n'avait eu très peu de moment seule pour pleinement en faire l'exploration. La sœur d'Alekseï, ses tantes et ses cousines l'avaient talonné des jours durant, la bombardant de questions impatientes et pressantes. Si bien que, pour la toute première fois, Aoife s'était sentie dépassée par les événements et s'était laissée inondée par le flot vertigineux de son nouvel état de fiancée. L'irlandaise se promettait, d'ailleurs, d'en partager son virulent mécontentement à Desmond quant à ses nouvelles fiançailles ; n'était dont-elle qu'un objet parmi tant d'autres que les hommes pouvaient s'échanger sans plus de convenances? Le bois est sillonné d'autant de tranchants que se serres acérés et ne cesse brusquement que lorsque le bois en vient à entailler le bout de son index. Elle le porte à sa bouche, le goût du sang et du fer roulant sur la langue, dont un vrombissement de la gorge témoigne de sa trop grande affection pour cet arôme interdit.

« Hooky doit-elle prendre ce sac aussi, maîtresse? » Visiblement agacée par les croassements de la créature et son manque niais d'entregent, la sorcière pinça les lèvres et tourna dédaigneusement la tête en sa direction, les lèvres tuméfiées, prête à lui passer une remarque des plus désobligeantes. Mais à la vue du dit sac, elle se leva d'un bond, furieuse, et le lui arracha violemment des mains. « Je m'en occuperai moi-même. » Par précautions, la sorcière jeta un rapide, mais minutieux, coup d’œil au contenu du sac, satisfaite d'un battement de cil que le précieux objet ne soit intact. Sans qu'elle ne pipe plus mot à l'égard de la pauvre vieille créature, Aoife grimpe les escaliers, se moquant bien qu'à son passage, quelques-uns de ses bagages traînant ça et là ne soient emportées dans son sillage pour s'échouer au bas de leur précédente ascension. « Bonjour ma princesse. » salua-t-elle, simplement, en passant l'arche de bois de l'une des nombreuses portes du second étage. C'est qu'elle avait une douceur dans la voix, enveloppante et chaleureuse, qu'on ne lui connaissait pas d'ordinaire. Exclusivement réservé à Desmond ou sa nièce, rares étaient les habitants du manoir à connaître la coléreuse cadette sous un autre jour. S'approchant tendrement du berceau, la sorcière laissa choir le sac sur le sol, agitant un précieux hochet de porcelaine enchanté au-dessus de la fillette qui, radieuse, tendait les bras. « Regarde ce que j'ai rapporté pour toi de Russie. » Tout sourire, elle la cueillit délicatement au creux de sa douillette et somptueuse couche, comme une rose à son rosier, pour la déposer contre sa poitrine et lui couvrir le crâne noir d'autant de baisers maternels. « Tu m'as manqué. »


paint it, black
I look inside myself and see my heart is black, I see my red door, I must have it painted black Maybe then I'll fade away and not have to face the facts it's not easy facing up when your whole world is black  ©alas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : spf/a. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 45 hiboux. J’incarne : sam claflin , et l’avatar que je porte a été créé par : wicked game (ava) ASTRA (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Jules Rackharrow Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : vingt neuf ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : second au département des jeux et des sports magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré, fiancé à la cadette Yaxley

MessageSujet: Re: [Baie de Galway] Blood of my blood ft. MEADOWES.   Dim 30 Avr - 2:54

Une étrange sensation qui lui traverse l'esprit tandis qu'il erre dans le manière. Confusion qui hante l'esprit, un écho lointain qui résonne au fond de son crâne, des sanglots ? Ses pas le guide dans les méandres sinistre de la demeure Meadowes. Là où Doran s'enfermait des heures entières sans explication, là où le mal sévissait sans que personne n'en est conscience. Il ne parvint pas a expliquer les raisons, mais avec le recul, quelque chose clochait, une impression lugubre qui lui colle à la peau. Pourquoi continue t'il a marché dans cette direction, qu'est ce qui le pousse à effleurer cette porte ? Il ne parvint pas à l'expliquer. Étais-ce de la mélancolie ou une simple curiosité ? Quelle folie pouvait encore bien cacher cet endroit ? Quel mystère lui échappe encore au sein de la famille Meadowes ? Tant de questions qui se bousculent dans son esprit, tant de choses qui lui échappe, trop d'enjeu, trop d'illusion. Une partie de lui hurle de ne pas ouvrir cette porte, l'autre lui dirait qu'il y trouvera des réponses, ou du moins, un début de réponse. Une vérité qu'il ferait mieux de continuer d'ignorer, une vérité qui le briserait sans aucun doute, mais finalement, la folie prend le dessus sur le bon sens. Une profonde inspiration et il pousse la porte poussiéreuse, ne se doutant pas de ce qui l'attends dans cette pièce, n'imaginant pas les atrocités qu'elle a vécu entre ces quatre murs après le départ de Desmond, bien des années plus tôt.

La porte grince et là se dessine le théâtre de l'horreur. Le sang marque le sol, parmi quelques rares bouquins et fioles vides. Les chaînes claquent dans le vide face au courant d'air pénétrant la pièce hermétique. Il écarquille les yeux, ne comprenant pas... Pourtant, c'était bien un des bureaux de son aîné ? Une pièce que leur père lui avait gracieusement offerte pour ses travaux. Il n'avait aucun doute là-dessus. Cette pièce appartenait à Doran, personne à part lui ne pouvait y entrer, alors étais-ce son sang ? Il est perdu. Il avance un peu plus dans l'endroit, visiblement laissé à l'abandon depuis bien des années. Il perçoit un morceau de tissu. Il s'abaisse pour le saisir et immédiatement il reconnaît le tissu, il en était certain, celui-ci vient de la tenue que portait sa sœur le jour de son départ du manoir, peu de temps après celui de Desmond. Il se souvenait parfaitement de ce jour, c'était toujours difficile pour le cadet de voir une dernière fois un de ses aînés avant son envol pour un long voyage. Après tout, il n'avait jamais aimé être séparer des siens, bien souvent la distance n'était que douleur pour le cadet Meadowes. C'est alors qu'une fulgurante et intense migraine le frappe. Si intense que le sorcier tombe de douleur. Tout lui revient, la confusion s'efface, il se souvient... Les cris de douleurs qui déchirait le manoir comme un lointain écho. Les sanglots lorsqu'il passait devant cette porte, les appels à l'aider. Le cœur déchiré, il hurle. « Non ! Non, non, noooon ! Doraaan ! Merde, non, non, non ! Salaud !... Comment... Comment a t'il pu ?... »

Il éclate en sanglot, incapable de croire ce qui venait de s'éclairer en lui, cette prise de conscience aussi soudaine que brutale. Pourtant, il ne pouvait pas en être autrement. Son modèle, son héros, il n'était en réalité qu'un monstre, un fléau qui a tourmenté, blesser sa propre famille. La colère, la rage, le désespoir s'entremêlaient dans une valse funèbre. Celui qu'il admirait tant n'était que chimère d'un esprit trop faible. Il s'écroulait, son royaume se brisait sous lui, il perdait pied face à la vérité, il n'avait plus de repère pour le guider dans ce monde voué à la folie. Il n'était plus que coquille vide, complètement briser. Il tenta d'articuler quelques mots dans le vide, en vain. Il resta immobile, à genoux, la tête baissé, incapable de lâcher du regard le sang séché et ce morceau de tissu, incapable de détourné les yeux de ce lieu maudit. Ses forces l'avaient abandonné, comme toute chose sur cette terre, il était complètement perdu... Au final, son existence n'avait plus le moindre sens, chacune de ses plaies intérieur se rouvrant un peu plus à chaque instant, mettant tout son être à feu et à sang.
Revenir en haut Aller en bas
 

[Baie de Galway] Blood of my blood ft. MEADOWES.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Test de Bloodbowl par Jane Aden !
» Blake Whisper † « Blood will have blood. »
» Blood must have blood. (ZAHRA)
» Blood must have blood # Traque
» Blood must have Blood • Charlie Crawford

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Irlande :: Habitations-