Partagez | 
 
-Point of no return | Glenn&Mererid [-18, hot]-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 287 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Prométhée, Lux, Louli, Alaska, Masayume, Vinyles Idylles, Zuz. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Prudence et Valeryan Je parle en : #982C20



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue, parfaite façade derrière laquelle se tapissent mes ambitions. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott depuis février 1991. Une alliance rêvée mais entourée de mensonges. Champ Libre :







Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Point of no return | Glenn&Mererid [-18, hot]   Lun 20 Mar - 16:18

Point of no return
Glenn & Mererid
Uh-oh, dancin' past the point of no return
Let go, we can free ourselves of all we've learned
I love this secret language that we're speaking
Say it to me, let's embrace the point of no return

5 Mars 1991

Avant de lui envoyer un hibou, une légère hésitation avait saisi Mererid. Non que les remords la prennent, en vérité elle craignait surtout que l'histoire finisse par s'ébruiter. Se laisser parfois tenter par un moment d'amusement, c'était une chose ; revoir la même personne de manière régulière, c'en était une autre. Surtout, cela présentait bien plus de risques. Leurs rencontres continueraient bien sûr à avoir lieu en plein jour, lorsque toute la maisonnée des Nott vaquait à ses occupations alors qu'elle, goûtait à sa vie d'oisiveté et aux plaisirs qui vont avec... comme le plus jeune des fils Meadowes. Une famille qui ne l'avait jamais laissé indifférente, et au fil des rencontres plus ou moins mondaines avec ses membres, elle avait fini par porter son attention sur Glenn ; sûrement le plus manipulable d'entre eux. Un homme plus âgé qu'elle, qu'elle s'était mise en tête de posséder - autant ne pas se leurrer, à la manière d'un bel objet qu'elle aurait aperçu dans une boutique. Un homme aux manières irréprochables et dont une douceur étonnante émanait ; tant et si bien qu'elle se demandait ce qu'il faisait parmi les requins. Tant pis pour lui, il avait croisé son chemin et elle y avait plongé les dents. Une conquête presque trop simple ; si au début il paraissait hésitant, il n'osa pas se refuser à la Rackharrow et à ses pulsions.

Mais la donne a légèrement changé, désormais qu'elle est mariée et elle en a conscience. Elle a pu noter la droiture dont il fait preuve, et s'attend à des protestations de sa part. Hors de question qu'elle le laisse s'échapper, pourtant. Des jouets, elle n'en avait pas des dizaines, et il était l'un des rares avec lesquels elle pouvait assouvir ce genre de faim. La plupart n'étaient que des pantins de chaire dont elle brisait le cou à la fin de la journée, ayant joué avec leur corps jusqu'à ce que leur esprit ne soit plus qu'une coquille vide. Ils lui procuraient certes un plaisir presque physique, mais qui n'avait rien à voir avec la chaleur d'un corps contre le sien et toutes les sensations qu'une véritable étreinte procurait.

C'est pourquoi elle s'est apprêtée avec autant d'attention qu'à leur première rencontre interdite : ainsi, il ne pourrait lui dire non. Ses lèvres sont parées d'un rouge carmin, ses cheveux lâchés en boucles bien dessinées - loin de leur état naturel, frisés à l’excès. Sur sa peau nue elle n'enfile que son manteau en soie rouge, ne prend même pas la peine d'attraper son sac et se glisse dans la cheminée de ses appartements, une poignée de poudre dans la main.

La cabane est plongée dans l'obscurité et dans le froid. En dehors de la cheminée par laquelle elle est arrivée, il n'y a que des caisses, de vieux meubles et de la poussière à foison. Une parfaite illusion... d'un geste de sa baguette, elle lève celle-ci et révèle le véritable visage du lieu. Légèrement plus grand que ce qu'il paraît de l'extérieur, le cabanon est aménagé pour un minimum de confort. Auprès de la cheminée, un tapis épais. Tout près, un vieux canapé drapé de couvertures. Plus loin, un lit au confort certain mais dont ils se servaient pourtant peu, souvent emmenés dans leurs élans avant même de l'avoir atteint. Pourtant, l'endroit reste loin du luxe auquel Mererid est habituée et plus loin encore de ses critères personnels, qui sont bien plus raffinés que ceux de sa famille. Elle se tourne vers la cheminée et agite sa baguette pour déplacer les bûches rangées sur le coté et les embraser. S'il ne se présentait pas, elle ne le lui pardonnerait sûrement pas ; on ne laissait pas Mererid Nott en plan sans conséquences.

Enfin, elle entend la poignée s'abaisser et la porte s'ouvrir. En quelques foulées, elle s'approche de la silhouette qui vient de pénétrer le cabanon et dont elle aperçoit à peine les traits dans les ombres de la pièce. « Finalement. J'ai cru que tu osais m'abandonner, Meadowes. Je commençais à avoir froid » se plaint-elle en se glissant près de son amant. « Réchauffe-moi. » Loin de ses manières habituelles, elle n'est pas l'enfant naïve ni l'épouse parfaite avec lui ; sa voix claque presque comme un ordre tandis que ses mains se referment sur le col de Glenn et qu'elle le tire à elle.
Made by Neon Demon


vicious vengeful sea
I need nothing, To travel the sea. But there's something, Eating at me. Black water, Take over. The strange silence, Surrounding me. Grows closer. Feels colder. of monsters and men


Dernière édition par Mererid Nott le Sam 20 Mai - 23:30, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : spf/a. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 45 hiboux. J’incarne : sam claflin , et l’avatar que je porte a été créé par : wicked game (ava) ASTRA (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Jules Rackharrow Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : vingt neuf ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : second au département des jeux et des sports magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré, fiancé à la cadette Yaxley

MessageSujet: Re: Point of no return | Glenn&Mererid [-18, hot]   Lun 20 Mar - 22:02

Un hibou, un message. Simple, direct, discret, comme à son habitude. Mais cette fois, les choses avait changé, il le savait, comme n'importe qui, comme toute personne qui ouvrait la gazette, comme toute personne qui écoutait les ragots matinale. Elle n'était plus une femme libre, par cette alliance elle était enchaînée, elle n'était plus cette femme qu'il avait connu quelques mois auparavant, elle portait aujourd'hui le nom de la famille Nott. Oui, elle était une femme mariée et lui n'était que l'amant d'un soir, pas celui d'une vie. Il doit l'admettre, cette invitation le surprit au plus haut point, l'incompréhension était parsemé d'une certaine inquiétude. Un certain malaise persistant en lui. Il n'appréciait guère cette situation, cette position de l'amant interdit n'était pas réellement faîte pour lui, pas qu'il dévoilerait ce secret sur tout les toits, mais il n'était pas le sorcier le plus adapté a ce genre de situation, Desmond est sans doute plus grand adepte de ce genre situation que le jeune Meadowes. Jusqu'à présent, ses romances s'étaient limités au conventionnel et il ne pouvait pas réellement appeler « romance » la nature de ses rapports avec la nouvelle Nott. C'était un univers à part, un monde dont l'existence n'était que murmure à ses oreilles jusqu'à aujourd'hui en tout cas. Que pouvait il bien faire ? Il le savait, il ne faisait pas parti de ces hommes capable de lui dire non, il ne faisait pas parti de ces hommes à qui on avait apprit à repousser une femme. Bien au contraire, elles étaient son talon d’Achille.

Un soupir las, le bout de papier qui tombe avec légèreté sur le large bureau du blond. Sa pipe entre les lèvres, l'épaisse fumée blanche envahit la pièce dans une douce valse tandis qu'il s'enfonce confortablement dans son siège, ordonnant d'un geste à l'elfe de quitter la pièce. Le hibou s'en allant par la fenêtre entre ouverte. Glenn était face à un terrible dilemme. En quoi cela l'engagerait s'ils se revoyaient ? Ils briseraient sans aucun doute des vœux de mariage, une folie à ses yeux. Mais c'était elle mariée par amour ? Quelques doutes persistaient dans son esprit, sinon pourquoi souhaiterait elle le voir, lui, l'amant éphémère. Il est vrai que dans leur monde, dans cette société aux portes de la folie, ce sentiment si doux n'avait pas sa place, on mariait fils et fille pour le pouvoir, la fortune ou encore pour préserver certains secrets. Mais rarement par amour. Un nouveau soupir entre deux bouffée de ce délicat tabac, toujours en proie au doute, se laissant peu à peu porter par la tentation. Le temps défile, au ralenti, il finit par quitter son bureau, dans le plus grand des silences.

Comme souvent, leurs rendez-vous se déroulez au cœur même du territoire des Meadowes, en plein milieu du domaine. Une petite cahute délaissée depuis bien des années, une minuscule bâtisse aux allures pitoyable, avec comme dernière fondation, la magie du jeune blond. Lieu secret, jardin intime depuis son adolescence, cet endroit était devenu le théâtre de bien des ébats avec la jeune Mererid, de quelques années sa cadette, plusieurs fois aperçu de loin durant sa scolarité, jamais approché auparavant. Il descend silencieusement les escaliers de la demeure silencieuse, comme bien des soirs, seules les pleurs d'Isolde viennent parfois déchiré cette atmosphère délicieuse que l'obscurité offrait. Chacun vaquait à ses occupations, même Hooky se débattait avec la vaisselle du repas de ce soir, en tendant l'oreille le blond aurait put entente les complaintes de l'elfe de maison mêlé à la mélodie des assiettes et des couverts qui s'entrechoquent. Une fois devant l'entrée, il transplane. Bien plus rapide, plus silencieux que n'importe quelle démarche, et cela même si la cabane de bois n'est pas bien loin du manoir familiale.

+++


Une profonde inspiration, craignant ce qui l'attends derrière la porte. Elle est là, il le sent, un long frémissement qui lui parcours l'échine tandis qu'il saisi la poignée, il est trop tard pour fuir, il ne peut plus reculer. Il avait atteint ce fameux point de non retour, a cet instant précis, il bravait l'interdit. La porte s'ouvre, sa voix résonne jusqu'à lui, ses oreilles vibre, pas de doute, c'était elle. Rapidement, son parfum l’enivre, les très de la nouvelle Nott se dessine sous ses yeux. Il voudrait la repousser, lui refuser ce qu'elle était venu chercher, mais les mots se perdait, le courage s'évaporait. Comme toujours, il était dos au mur, comme le pauvre imbécile qu'il était, il était venu jusqu'à elle, comme d'habitude, il s'était laissé porté par la facilité. Pourtant, il avait des valeurs. Il lui attrapa les épaules, aussi ferme que doux, il ne souhaitait pas la blesser, mais il ne voulait pas se laisser porter aussi aisément par la luxure. « Mererid, on ne devrait pas... » Les mots se perdent, s'emmêlent, la peur le fait flanché, pas la peur de la Nott, simplement la peur de blessé. Phobie absurde. « Tu es mariée, tu ne devrais pas être ici... Mais plutôt avec lui... » Les mots sont durs, un pic de jalousie le transperce, car au fond, il se plaisait dans cette situation, elle ne le laissait pas indifférent. Il le confesse, il a plusieurs fois rêver qu'elle lui appartienne alors l'imaginer dans les bras d'un autre était légèrement blessant pour le Meadowes. Mais ce n'était pas la première qui lui échappait après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 287 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Prométhée, Lux, Louli, Alaska, Masayume, Vinyles Idylles, Zuz. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Prudence et Valeryan Je parle en : #982C20



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue, parfaite façade derrière laquelle se tapissent mes ambitions. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott depuis février 1991. Une alliance rêvée mais entourée de mensonges. Champ Libre :







Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: Point of no return | Glenn&Mererid [-18, hot]   Mar 21 Mar - 19:35

Elle s'y attendait, mais l'agaçement est quand même au rendez-vous. Le cadet des Meadowes lui sert un beau discours, les mains sur ses frêles épaules. Elle l'a lâché si tôt qu'il a ouvert la bouche pour lui dire qu'ils ne devraient pas. Il est si pétri de bonne volonté, si contraint par ses valeurs. Quelle vie ennuyeuse doit-il mener, cet homme qui se refuse ce qu'il ne faut pas faire et repousse le cadeau qu'elle lui offre encore. Il n'a donc pas conscience de sa chance ? Ou peut-être estime-t-il qu'en continuant de la toucher, il salirait son honneur, il ne pourrait plus dormir la nuit. Elle étouffe son mépris, elle ravale le rire moqueur qui veut s'insinuer entre ses lèvres. Il ne doit pas voir comme elle moque ses remords, comme elle singe sa bonne conscience. Cette chose qu'elle ne possède pas et qu'elle ne se souvient d'ailleurs pas d'avoir possédé un jour. Il est là, il est venu, et elle l'aurait - c'était déjà écrit, elle le sait. Les mots suffiraient à le faire tanguer, les gestes à le faire chuter du bord du précipice. « C'est vrai, on ne devrait pas... » Elle baisse les yeux, le visage rougi par une honte imaginaire. Elle ressemble à une enfant prise en faute tandis qu'elle se mordille la lèvre et croise les bras. « Mais je ne veux pas être avec lui. Il est froid, tu sais, aussi froid que la glace. Il ne m'a pas prise pour épouse parce qu'il m'aime, tu t'en doutes. » La belle histoire, à faire pleurer n'importe qui. D'ailleurs, une larme coule au coin de son oeil, comme pour parfaire le spectacle. « Glenn, ne me laisses pas, s'il te plait. » Elle relève les yeux, désormais emplis de larmes aussi fausses qu'elle. « Je ne suis que sa poupée, il m'utilise pour ses intérêts et se fiche de mon bonheur ou de mon plaisir. » De la vérité, elle extirpe le mensonge. Bien sûr qu'il n'y a pas d'amour entre elle et Quintus, pour autant elle est loin d'être malheureuse à son bras - c'est ce que ses parents ont voulu, mais aussi ce qu'elle désirait. « Bien sûr, c'est un homme puissant. » Sa voix se fait amère. « Un lieutenant. Pourrais-je rêver d'un meilleur parti ? » Elle lève les yeux au ciel pour singer ses propres mots, et chasse d'un geste de la main les dernières larmes qui s'accrochent à ses cils. « Mais ses gestes sont brusques et sa voix est sèche. Même quand je refuse, il... » Elle étouffe un sanglot. La voilà qui sous-entend le pire, mentant comme une arracheuse de dents. Quintus ne l'a jamais forcé - par Merlin, c'est même souvent elle la plus fervente, d'autant qu'il n'a guère connu de femmes. Mais elle sait que ce genre d'histoire ferait fléchir son amant. Comment pourrait-il ne pas vouloir la réconforter ? Elle saisit avec douceur les poignets de Glenn pour qu'il la lâche, et les tire vers le bas jusqu'à que ses mains se posent sur ses seins, que le froid fait se dresser sous la fine couche de tissu. Elle soupire à ce contact et lui adresse un regard presque suppliant. « C'est avec toi que je veux être » souffle-t-elle enfin.


vicious vengeful sea
I need nothing, To travel the sea. But there's something, Eating at me. Black water, Take over. The strange silence, Surrounding me. Grows closer. Feels colder. of monsters and men
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : spf/a. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 45 hiboux. J’incarne : sam claflin , et l’avatar que je porte a été créé par : wicked game (ava) ASTRA (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Jules Rackharrow Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : vingt neuf ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : second au département des jeux et des sports magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré, fiancé à la cadette Yaxley

MessageSujet: Re: Point of no return | Glenn&Mererid [-18, hot]   Ven 31 Mar - 11:46

Il ne peut rester de glace. Non, en réalité, il en est incapable et cela même si ses paroles n'étaient que mensonge, même s'il osait douté d'elle. Face à ce voile de souffrance, il ne peut rester à rien faire. Lui, a qui on a enseigné de respecter la femme car elle est sans doute la plus courageuse des choses qui ont foulé cette terre. Lui, qui n'est que tendresse, du moins, c'est ce qu'il aimerait. Et pourtant lui, qui a des remords a cet instant, qui regrette tant cette situation, ce qu'il s’apprêtait à commettre ce soir. Et cela, même si l'époux de la nouvelle Nott n'était que monstruosité, cela même s'il bafouait tout ce dont à quoi le jeune Meadowes aspirait. Au fond, il avait cette seule et unique certitude, la nature même d'un être n'est jamais gravé dans le marbre, il ne pouvait donc blesser sans se blesser lui-même. Il ne pouvait infliger cette souffrance sans déchirer une partie de son être. Alors ce rendez-vous avec son amante le consumait, le feu grandissant en lui mêlait désir et honte, malgré les mielleuses paroles de la jeune femme, cela ne suffit pas apaiser son être, de le libérer de cette culpabilité qui le poursuit, prêt à tout instant de lui planter la lame de son jugement dans le dos.

Mais cela ne l'empêche pas de l'écouter, il ne peut rester sourd à son mal, aussi factice soit il, de se laisser porter par ce venin qui le fait bouillir intérieurement. Désir obscur sommeillant en lui depuis l'aube des temps, murmure terrible qui vibre dans son crâne, il tombe si aisément dans le piège, se laisse guider par son obscur amante. Peu à peu, une nouvelle fois, il tombe dans ses bras. Il se conforte dans cette position de faiblesse, refusant un combat vain, refusant les blessures de la séparation, refusant d'admettre qu'elle n'est que façade, tout comme lui. Il refuse d'admettre qu'ils se ressemblent plus qu'en apparence, qu'ils appartiennent au même monde, préservant les apparences, sans jamais exposer la vérité. Il voudrait articuler quelques mots réconfortant, vide de tout sens, mais rien ne sort. Tandis que cet aveu factice vient le frapper en plein visage. Il ne peut que s'attendrir, stupidement. Un soupir d'aise, presque imperceptible, ses épaules qui s'allège. Il succombe. Ses lèvres qui s'approche de celle de la jeune Nott. Pour un soir, un autre soir, il oublierait tout, pour un soir de plus, le nom des Nott s'effacerait de son esprit. Pour une nuit, elle était une femme libre, à ses yeux. Il atteint ce point de non retour.

Un doux baiser, un délicat baiser. Bien plus tendre que ceux de son amante, bien moins brûlant aussi. C'est ainsi qu'il était, sombrant lentement dans la folie, s'embrasant peu à peu, se consumant sous le plaisir charnel avec cette délicatesse presque insultante, tellement fausse. « Je... Je suis là, maintenant. » Encore des paroles creuses, s'attribuant à tord ce rôle d'éternel chevalier blanc. Il souhaiterait la sauver alors qu'il se condamne lui-même. Ses mains glissent sous le fin manteau, lentement, il fut surprit de senti immédiatement la chair de la jeune femme. Une surprise qui fit naître un léger rictus sur son visage, plein d'ironie et de désir. Décidément, elle avait tout prévu pour le faire céder, il avait raison, c'était une bataille perdu d'avance, alors à quoi bon se battre ? Un second baiser, cette fois bien plus ardent, bien plus empreint de passion. Ses lèvres glissent délicatement dans le coup de la brune, son éternelle amante. Combien de temps ? Combien de temps cela faisait ? Il avait cette drôle de sensation de connaître parfaitement ce corps qui n'est pas sien. Ses mains glissent sur la peau nue, elles savent parfaitement où aller.



   
   
knigth in red.
Glenn Meadowes ☽ Already broken down, I hold my breath, the truth is unable to be unravelled. You're vulnerable, unbreakable, irrational, yet insane, but I still find you. I never want to see you hurt. So please don't forget my image and all it's brilliance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 287 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Prométhée, Lux, Louli, Alaska, Masayume, Vinyles Idylles, Zuz. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Prudence et Valeryan Je parle en : #982C20



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue, parfaite façade derrière laquelle se tapissent mes ambitions. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott depuis février 1991. Une alliance rêvée mais entourée de mensonges. Champ Libre :







Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: Point of no return | Glenn&Mererid [-18, hot]   Mar 11 Avr - 5:19

Elle regarde sa proie s'emmêler dans le filet de ses mensonges. C'est presque comme s'il était pressé de s'y abandonner, de la laisser décider à sa place ; comme s'il désirait qu'elle le trompe, qu'elle l'entraîne dans ce monde qu'il se refusait au nom de ses idéaux, qu'elle l'enchaîne à ses désirs. Et la jeune femme est plus qu'encline à exaucer ses souhaits... Elle le laisse se pencher pour l'embrasser. Elle le laisse faire preuve d'une douceur presque insupportable, comme si la légèreté de ses lèvres pouvaient soigner les blessures imaginaires dont elle se targue. C'est tout juste si elle prête attention à sa réponse, qui n'a aucune sorte d'importance. Il a déjà baissé les armes et pris le rôle qu'elle lui offre. Il est le doux sauveur, celui qui réchauffe son cœur et son lit, tous deux rendus froids par un mariage sans amour. Un peu comme dans un de ces romans pour jeunes sorcières idiotes. Jusqu'à quel point croit-il ce qu'il dit ? Se sent-il légitime lorsque ses mains passent sous le tissu et découvrent sa peau offerte ? Elle ne retient pas le frisson qui la parcourt soudain, ça non ; elle se laisse emporter, savourant cette délicieuse vague qui secoue son derme. Le sourire en coin qui fleurit sur les lèvres de Glenn ne lui échappe pas. Il est agréablement surpris, à l'évidence, et elle jubile de savoir qu'il s'abandonne plus encore. Cette sensation grisante, d'avoir le pouvoir sur lui... en a-t-il seulement conscience ?

Ses baisers se font plus insistants, moins suaves, et elle soupire d'aise quand il vient goûter à son cou. Mais ses mains se font déjà plus aventureuses, et malgré la chaleur qui envahit son bas ventre, elle l'arrête en reculant d'un pas, agrippant son poignet. « Viens » ordonne-t-elle. Plus près du feu, plus près du danger. Elle l'emmène là où elle désire qu'il soit, le pousse sur ce canapé abîmé par les épreuves mais recouvert de précieux tissus. D'un geste habile, elle se débarrasse de sa ceinture et la laisse tomber sans douceur sur les lattes du plancher. Puis elle s'écarte, échappant à nouveau à ces mains qui se tendent vers elle.

La mangemort s'approche du feu, lui tournant le dos. Sans se presser, elle défait le nœud qui retient son manteau de soie. L'habit rouge commence à glisser sur ses épaules, dévoilant son dos, et arrête sa course vers le sol au niveau de ses hanches. La chaleur de la cheminée caresse la peau de son ventre et de ses seins et à nouveau elle soupire de satisfaction. « En es-tu sûr ? » Es-tu sûr de vouloir cet interdit-là ? De vouloir tremper dans le mensonge, la tromperie, l'adultère ? Des mots qu'elle ne prononce pas mais qui sont déjà là, partout entre ces quatre murs. Si elle ne fait pas erreur, il a déjà cessé de les entendre. Elle ? Elle ne leur a jamais prêté l'oreille.


vicious vengeful sea
I need nothing, To travel the sea. But there's something, Eating at me. Black water, Take over. The strange silence, Surrounding me. Grows closer. Feels colder. of monsters and men
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : spf/a. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 45 hiboux. J’incarne : sam claflin , et l’avatar que je porte a été créé par : wicked game (ava) ASTRA (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Jules Rackharrow Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : vingt neuf ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : second au département des jeux et des sports magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré, fiancé à la cadette Yaxley

MessageSujet: Re: Point of no return | Glenn&Mererid [-18, hot]   Jeu 11 Mai - 14:10

C'était si facile. Trop facile de succomber aux tentations, de se laisser guider par le désir sans jamais percevoir les conséquences. Détourner simplement le regard, fermer les yeux et laisser ses plus bas instinct prendre le dessus, il y trouvait même un certain réconfort qui n'allait pas lui déplaire. Se perdre dans les mensonges d'un autre, jouer les innocents, y croire. Comme si cela le rassurait d'imaginer les scénarios qu'elle lui fait miroiter aussi vulgairement. Les plaisirs interdit s'ouvraient à lui, malgré la culpabilité rampante à ses pieds. Il se laissa guider par la jeune femme, silencieusement, il atterrit brutalement sur le vieux canapé de cuir recouvert de tissu noble, parfaite illusion qui cachait la misère qu'il était réellement. Tout comme son propriétaire, le Meadowes, qui cachait la triste vérité sous son éternel sourire, celui de l'homme résigner, celui qui cache chacune de ses blessures. Masque parfait, sans défaut, falsificateur de génie qu'il était tandis que son âme n'était que ruine et désolation.

Son regard avide explore chaque morceau de peau de la jeune mariée. Suivant les contours de la silhouette éclairé par les flammes du foyer. Il se régale d'un regard, mais cela ne lui suffit pas, il en veut plus d'elle. Il succombe peu à peu au désir brûlant en lui, désireux de combler l'espace d'une nuit le vide régnant sous son armure d'ivoire, voulant mettre fin à cette attente bien trop longue, cédant à ses plus sombres démons pour les doux yeux de la mangemort. Un pas de plus vers la damnation, un autre pas vers les ténèbres, écrasant sans la moindre once de pitié les valeurs qu'il prétend défendre corps et âme. Il acquiesce d'un regard avant d'ajouter, d'une voix emplit de désir, d'avidité, terrible poison. « Plus que jamais. » sans réellement écouter les échos lointain, sans prendre conscience de ce que ces mots engageait. Bafouant les valeurs de son temps ou plus simplement le respect et la loyauté envers une autorité qu'il rejette malgré la marque qu'il porte. Il prenait des risques inconsidéré pour cette femme pour qu'il ne ressentait rien de profond, si ce n'est la passion dévorante présente, ce désir inexplicable de la sentir sienne, ne serais-ce que pour une nuit. Son cœur, prit depuis longtemps, son cœur éternellement volé et meurtri par bien des actes manqués.

Geste fou. Il lui attrape le poignet en se relevant, la tirant vers lui sans un mot de plus. Sa main libre se posant sur la peau dénudé de son amante, forçant la chute complète du manteau de soie. Baiser brûlant, il ne pouvait plus contenir ce qui le faisait vibrer. Il l'a voulait auprès de lui, immédiatement, l'impatience avait fini par briser ce sang-froid qu'il montrait sans cesse en société. La présence de la sorcière ébranlait bien des piliers en lui, enchaînant valeurs et autres devoir dans une prison de cristal. Il n'était plus mettre de ce qu'il devenait, chaque seconde sans sentir sa peau devenait insupportable pour l'animal qui s'emparait de lui. Son parfum l’enivrait, rendant ses gestes plus aventureux, les mains glissant toujours plus bas, amplifiant la convoitise du Meadowes seconde après seconde, la guidant vers ce canapé de fortune, misérable sous ses apparences gracieuses. Chacun de ses baisers était de plus en plus enflammé, glissant le long de son coup vers sa poitrine dénudée, ne privant aucunement son plaisir, laissant l'ardeur lui parcours son être entier.



   
   
knigth in red.
Glenn Meadowes ☽ Already broken down, I hold my breath, the truth is unable to be unravelled. You're vulnerable, unbreakable, irrational, yet insane, but I still find you. I never want to see you hurt. So please don't forget my image and all it's brilliance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 287 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Prométhée, Lux, Louli, Alaska, Masayume, Vinyles Idylles, Zuz. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Prudence et Valeryan Je parle en : #982C20



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue, parfaite façade derrière laquelle se tapissent mes ambitions. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott depuis février 1991. Une alliance rêvée mais entourée de mensonges. Champ Libre :







Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: Point of no return | Glenn&Mererid [-18, hot]   Dim 21 Mai - 2:25

Ses yeux se closent quand elle entend sa voix. Plus que jamais. Elle sourit, se délectant de cette victoire pourtant fugace, de l'impatience qu'elle entend dans son timbre. La vraie danse peut commencer, celle qu'elle compte maîtriser du début à la fin. Même quand il s'imaginerait être celui aux commandes. Elle se prend pour une prestidigitatrice, pour la marionnettiste qui le ferait trembler du bout de ses fils... comme s'il n'existait pas d'autre moyen de partager la couche d'un homme. Mais ce geste qu'il se permet, en la saisissant pour l'attirer à lui, bouscule son numéro. Elle pince les lèvres, la jeune Nott, comme une artiste qu'on aurait déconcentré. Pendant un bref instant, elle résiste à ce qu'elle perçoit comme une contrainte, mais le contact de sa main qui chasse le tissu de sa peau lui arrache un premier frisson. Puis ses lèvres sur les siennes, qui demandent plus, qui exigent plus. Elle a du mal à cacher un léger froncement de sourcils ; depuis quand le Meadowes est-il devenu aussi impétueux ? Peut-être a-t-elle éveillé, sans le vouloir, quelque chose chez cet homme. Elle sourit contre sa bouche, cette idée la ravissant.

Il l'entraîne et elle le laisse faire, portée par cette fougue dont il est l'instigateur. Ses mains se sont accrochées à ses cheveux et ne les quittent plus tandis qu'elle se colle contre lui, qu'elle se tend et s'agite sous ses caresses. Un premier gémissement d'envie monte dans sa poitrine et s'échoue entre leurs lèvres. En quelques gestes rodés, elle se débarrasse des couches de vêtements qui la séparent de sa peau nue. Ne reste que son pantalon, qu'elle entreprend de chasser. Sa bouche s'attarde contre son torse tandis qu'elle s'affaire, et finalement elle le pousse doucement sur le coté pour pouvoir tirer sur le tissu. Elle se fige en se redressant, juste avant de s'étendre à nouveau contre lui. Les lèvres entrouvertes, elle le fixe avec fascination. Elle détaille ces traits qui ont éveillé sa curiosité en premier lieu, puis ce corps dont elle se sert à loisir. Pourtant, elle est frappée par cette lueur d'envie qui brille dans ses yeux. Il a beau être l'outil de son plaisir, en cet instant il n'a rien d'un jouet ; l'abandon les touche tous les deux. Elle se réchauffe à la même flamme que lui. Et s'il s'est laissé prendre à l'innocence prétendue de sa beauté, elle ne fait pas mieux ; n'est-ce pas sa pureté qui la fait dévorer des yeux cet homme, qui rend si grisant de l'emporter sur sa conscience ? Quoi qu'il ait fait, quoi qu'il ait vécu, il reste si pur, si pétri de bonnes intentions. Elle se penche sur sa silhouette presque avec précaution et vient doucement mordre le coin de sa lèvre. Pressée contre lui, elle peut sentir le battement de son cœur et s'enivre de cette mélodie ; ce cœur qu'elle tâche sans vergogne de ses doigts sales. Ses jambes s'enroulent autour de celles de Glenn et elle le fait basculer sur le dos sans douceur, un nouveau gémissement lui échappant lorsqu'elle sent son désir contre elle. Son souffle s'accélère, son ventre brûle en écho à sa faim ; elle délaisse ses lèvres pour descendre le long de sa silhouette, tandis qu'une de ses mains caresse sa virilité, ses gestes précis trahissant l'habitude. En revanche, ni langueur ni tendresse dans les mouvements qui agitent son corps. Juste la passion brute, à peine contenue. Elle doit se retenir de ne pas simplement le monter, sans plus d'égards. Bien qu'elle se délecte de la chaleur de son corps et de ses regards envieux, déjà elle se lasse de ce jeu là et ne pense plus qu'au plaisir qu'il peut lui donner, telle l'enfant gâtée qu'elle est. Quand ses lèvres atteignent son ventre, c'est tout juste si elle ne tremble pas d'impatience ; le souffle saccadé, elle se redresse et à nouveau s'étend contre lui. Ses hanches descendent à la rencontre des siennes, leurs regards se croisent enfin. Celui de Mererid est fiévreux : elle le fixe presque sans le voir, impatiente de le sentir en elle. Toute pensée cohérente l'a quitté ; il n'est plus question du pouvoir qu'elle a sur lui, ni de l'erreur qu'elle lui fait commettre. Elle qui s'abandonne si rarement, se laisse pourtant partir à son contact, submergée par ses pulsions telle l'une de ces bêtes incapables de se contrôler. À la vérité, si elle se voyait ainsi, sans doute aurait-elle honte de cette faiblesse. Mais elle est incapable d'y prêter attention. Elle prend ce qu'elle pense lui revenir de droit, plaisir de choix parmi les plaisirs, distraction égayant ses journées d'ennui. Elle se nourrit de ces sensations comme elle se complaît dans le sang et la souffrance de ses victimes, sans se fixer de limites et parfois, comme aujourd'hui, jusqu'à en perdre tout contrôle.


vicious vengeful sea
I need nothing, To travel the sea. But there's something, Eating at me. Black water, Take over. The strange silence, Surrounding me. Grows closer. Feels colder. of monsters and men
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : spf/a. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 45 hiboux. J’incarne : sam claflin , et l’avatar que je porte a été créé par : wicked game (ava) ASTRA (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Jules Rackharrow Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : vingt neuf ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : second au département des jeux et des sports magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré, fiancé à la cadette Yaxley

MessageSujet: Re: Point of no return | Glenn&Mererid [-18, hot]   Ven 26 Mai - 2:43

Il se laisse porter par cette flamme qui les consume, cette ardeur qui émane son être. L'interdit est un fruit si plaisant qu'il ne peut retenir ses râles d'aises sous les doigts habile de l'amante, chaque contact devient un calvaire, une torture si douce qu'il ne peut se débattre, que se laisser emporter sous la douceur de sa peau. Ses mains qui glissent le long de sa silhouette, tentant en vain de contrôler la bête qui s'éveille, le désir si s'enflamme. Regard fiévreux qui se perdent dans les yeux brûlant de la femme mariés. Ses doigts qui effleure les hanches qui dansent avec sensualité dans l'interdit. Pêché délicieux qui gronde, tremblant d'impatience tandis qu'il se laisse porter par les désir de la capricieuse, tandis qu'elle libère sa virilité de sa prison de textile. Râle impatience tandis qu'il sent cette chaleur effleurer sa sensibilité. Frémissement de plaisir qui lui parcours l'échine. Elle est brute, sans délicatesse, ce qu'il aime par dessus tout, chacun de ses baisers sont comme un poison qui parcours ses veines, faisant gonfler le cœur de son désir. Comment lutter ? C'est impossible, il s'est depuis longtemps abandonné a cette plaisante félicité, se laissant emporter par les murmures de la bête somnolente, ses premiers pas vers l'enfer. Mais si l'enfer était cette femme, il y plongerait bien sans regret.

Le regard qui se régale de cette folie, de son ardeur, de cette passion qu'elle ne peut contrôler. Le monstre brûlant qui se nourrit de cette noirceur qu'elle libère. Rackharrow et puis Nott, l'inconscience du Meadowes qui pense connaître les routes obscur, qui s'égare dans le regard de la belle. La bête qui jubile au plus profond de son être, accentuant l'impatience grandissante tandis que son intimité effleure une nouvelle fois sa virilité. Cette fois, il ne peut plus attendre, sans le moindre contrôle sur lui, l'esprit embrumé par le désir. Un premier coup de bassin, la virilité qui s'introduit en elle sans la moindre douceur. Râle bruyant qu'il ne parvint pas a étouffer. Délicieuse sensation qui parcours tout son derme, frémissement qui remonte le long de sa colonne. Le vas et vient qui débute. Un baiser brûlant volé et l'esprit s'envole.

Le même scénario qui se reproduit encore et encore, ce même feu qui jamais ne s'amenuise. Il ne compte plus le nombre de fois où il a été sa marionnette, où elle a été la sienne, tout deux des pantins de chair entre les doigts d'une luxure insatiable. Cette innocence factice qui l'a attendrit, qui l'a mené jusqu'à l'interdit, plus d'une fois. Alors qu'il connaissait son nom, alors qu'il savait à qui elle appartenait. Il connaissait les risques, mais il était incapable de repousser ce visage de porcelaine, cette pureté tellement fausse. Au fond, elle le faisait pensé à lui d'une certaine manière, il a vaguement espérer pouvoir la sauver, sans se rendre compte qu'il se damnait. Doux poisons qui participe à la désolation de son esprit. Dernier éclat de lucidité qui s'éteint peu à peu tandis qu'il accélère le rythme, qu'il l'attrape, forçant la roulade qui les fait chuter sur le doux tapis de peau. Atterrissage délicat sur une matière que leurs corps connaissent bien. Ce même jeu qui se répète, la domination de l'autre, mais il avait face à lui une adversaire coriace, il savait que malgré l'insatiable faim les dominants, elle ne lui laisserait pas ce plaisir. Et lui non plus, il attrape ces avants bras et les plaques sur le tapis de fourrure tout en se faisant plus brutal dans ses mouvements de hanches. Il ne répondait plus de rien, il n'était plus lui-même, comme n'importe quel homme animé par ce feu, cette ardeur.



   
   
knigth in red.
Glenn Meadowes ☽ Already broken down, I hold my breath, the truth is unable to be unravelled. You're vulnerable, unbreakable, irrational, yet insane, but I still find you. I never want to see you hurt. So please don't forget my image and all it's brilliance.
Revenir en haut Aller en bas
 

Point of no return | Glenn&Mererid [-18, hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too
» Les broderies au point compté de la souris
» Aristide Peaceful Return: The ball is Now in South Africa’s Court!
» valeur en point

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Irlande :: Habitations-