Partagez | 
 
-ciel de glace (jaina)-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : spf/a. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 45 hiboux. J’incarne : sam claflin , et l’avatar que je porte a été créé par : wicked game (ava) ASTRA (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Jules Rackharrow Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : vingt neuf ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : second au département des jeux et des sports magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré, fiancé à la cadette Yaxley

MessageSujet: ciel de glace (jaina)   Sam 18 Mar - 0:14


Neuf Mai

« Laisse moi t'y accompagner, laisse moi t'aider. ». Tout avait commencé par ces mots, au détour d'une rue, l'air désespérée, elle était là. Douce jeune femme, difficile à croire qu'elle soit une fugitive. Délicate enfant égarée, blessée. Lui, qui vivait sous le poids de cette armure d'ivoire, ne pouvait l'ignorer, l'éternel chevalier servant, une âme profondément bonne malgré les nuances de gris et de noir. Lui qui fut aussi blesser, brûler à vif par la cruauté de la réalité. Lui qui a eu les ailes incendiés, réduisent en miette, si dans sa tourmente, il pouvait sauvé une dernière âme, car elle serait peut être la dernière qu'il pourrait sauvé. Abandonnant l'espace de quelques instants cette plaie au fin fond de son cœur, abandonnant l'espace d'un instant son devoir, désirant être celui qu'il a toujours voulu être. Désirant être un homme bon. Il lui offrit sa main pour se relever, son manteau pour se cacher et de l'accompagner jusqu'à une terre plus sur, loin de l'influence des Mangemorts, loin de cette guerre qui fait rage. Il proposa de l'accompagner jusqu'à un refuge. Bien évidemment, il connaissait le nom qu'elle porte, il savait donc vers qui il devait l'emmener. Le seul hic, c'est qu'il ignorait où elle se cachait, mais c'était la seule qui ne tenterait pas de l'éliminer à vue, du moins à ses yeux.

C'est donc en apprenant l'emplacement du refuge de Jaina qu'il quitta Londres, accompagner de la jeune Lupin égarée. Un voyage long, car celle-ci s'était réfugié en province, un choix judicieux, c'était certain, lui qui vivait hors des frontières de l'Angleterre pouvait parfaitement le comprendre. Lui qui était si loin du cœur de conflit, lui qui se complaisait dans cette position qui lui évitait bien des désagrément, lui qui avait toujours préféré les vertes plaines d'Irlande à celle de l'Angleterre, une fierté bien de chez lui. Une fierté qui le fit doucement sourire durant se voyage, préférant largement la marche à de nombreux moyens de transport moderne. Une marche rapide, discrète et aussi silencieuse, s'assurant à chaque instant de ne pas être suivi, s'assurant à chaque instants de la sécurité de celle qu'il accompagnait. Et même s'il aurait put plusieurs fois l'abandonner en chemin, il s'y refusa. C'était une bien étrange détermination qui l'habitait, bien des choses avaient changé en lui, trop de choses. Depuis que le héro était tombé, depuis que ce modèle fut réduit à néant, que l'illusion est levé sur ce qu'il fut. Reniant complètement l'existence de ce monstre. Glenn cru un moment que son existence même ne fut qu'hérésie, aussi courte fut elle. Lui qui l'espace d'un instant voulu en finir aussi vulgairement qui avait vu le jour. Lui qui avait perdu tout ses repères, qui n'était plus que rage et violence. Il refusa de succomber au chemin le plus simple, il refusa cette haine bouillonnante en lui. Il n'était pas Doran, il n'était pas son père. Il était quelqu'un de bien.

C'est au bout d'un long voyage, au bout de nombreuses heures, presque une vingtaine, que la bâtisse se dessine à l'horizon. En apparence abandonné, pourtant bien éclairé. Personne à l'horizon, les lieux sont paisibles, un silence qui ferait presque oublier l'état de la capitale, un lieu qui faisait rêvé au fond. Une porte grince, un visage se dessine au loin et la jeune Lupin qui fonce rejoindre cette personne bien familière. Lui, il se fige instantanément sur place. Il le sait, il n'est pas le bienvenue ici, il ne devrait pas se tenir là, il portait la marque, il était un de leur ennemi... Pourtant, il n'avait jamais partagé les convictions des siens. Cette marque n'était qu'une malédiction à ses yeux. Par réflexe, il sort sa baguette qu'il jette au loin tout en montrant ses deux mains, toujours en restant immobile. « Je viens en paix Jaina. J'ai trouvé ta cousine en ville, c'était trop dangereux pour elle. J'ai voulu la ramener à quelqu'un... Mais je penses que les autres m'auraient abattu à vu. » Cette pensée le fit doucement sourire, avec ce petit ricanement nerveux. Tant de regret, tant d'ironie dans ce qu'il était. « C'est con... Car je suis sensé être votre ennemi, c'est ça ? Franchement, je n'ai aucune envie de me battre, je n'ai jamais voulu me battre. Qu'est-ce que tu crois ? Est-ce que j'ai vraiment l'air d'un soldat ? » Après tout, cette cause que soutenait les siens n'était que folie, mais est-ce que les Meadowes ne sont que folie ? Comme tout ceux qui ont soutenu ce seigneur ténébreux. Il n'y croit pas. Au fond, il espère que le sang pourra un jour cessé de couler. Abattons les fous, sauvons les hommes et les femmes sensé, c'est ainsi qu'il voyait un bel avenir, c'est « l'happy end » qu'il espérait voir un jour, du moins s'il survit à ces retrouvailles.


Dernière édition par Glenn Meadowes le Lun 22 Mai - 15:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : MoonOfBlood , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/01/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 156 hiboux. J’incarne : Gal Gadot , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys. Je parle en : firebrick.



Je suis âgé de : trente ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : fugitive de l'Ordre et ex-Potionniste. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je reste irrécupérable.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: ciel de glace (jaina)   Sam 18 Mar - 2:52

ciel de cristal
- It used to be a crystal sky when I looked into your eyes -

Now there’s falling frozen dreams as far as anyone can see

Magnolia avait disparu. La Potionniste comptait les jours depuis que la nouvelle lui était parvenue, sans parvenir à réprimer la colère qui était sienne. Jaina n’avait jamais digéré l’impuissance et, après les événements du bal organisé par la Reine, elle se sentait plus sensible que jamais. A fleur de peau. La bête roulant sous la surface, impatiente de déchirer muscles et derme pour évacuer cette frustration et courir sous la lune. Lothar n’était pas là pour apaiser les divagations de son esprit, alors Jaina en était réduite à examiner les mêmes pistes depuis plusieurs heures. Elle ne savait pas qui était à l’origine de l’enlèvement de sa cousine, sa seule certitude était qu’elle était encore en vie. Elle aurait aimé apporter à Pietro plus de soutien, mais ils étaient incapables de trouver une solution à ce problème. Situation inextricable. Avec un geste rageur, la louve quitta la table en réprimant à grand-peine son envie de tout envoyer balader. Cela ne servait à rien. Personne ne savait où était Magnolia. Peut-être qu’elle aurait pu la retrouver si elle était encore sous couverture à la Black Hand, mais cette option-ci était morte depuis longtemps. Elle envisagea un instant de se pencher une nouvelle fois sur les preuves ramassées, puis opta finalement pour une sortie nocturne. L’avantage avec cet endroit isolé était qu’elle n’avait pas à craindre se faire repérer. Et les bois la calmeraient, à défaut des mots de Lothar. Sa présence lui manquait. Son esprit vif, sa douceur et sa chaleur. Sans prendre la peine de glisser une veste sur ses épaules dénudées par le tank, elle glissa sa baguette dans la poche arrière de son jean – une vilaine manie contre laquelle sa mère la mettait toujours en garde – et fit quelques pas au-dehors. Si elle avait été dépourvue de ses sens de lycanthrope, lesquels étaient forcément amplifiés par la proximité de la pleine Lune, elle n’aurait pas senti l’intrusion sur ses terres avant de les voir. Silhouettes grises sur l’horizon d’obsidienne.

Un souffle. Une respiration bloquée dans sa poitrine. Et l’instant d’après, Magnolia qui comblait la distance pour la rejoindre ; instinctivement, Jaina referma ses bras autour d’elle, mais son regard demeurait fixé ailleurs. Sur la seconde personne qui se tenait là, sachant pertinemment qu’elle risquait sa vie. Jaina baissa finalement les yeux vers sa cousine, s’assurant qu’elle ne souffrait à première vue d’aucune blessure et lui murmura de l’attendre à l’intérieur. Sa louve n’était guère enjouée à l’idée de la laisser s’éloigner une nouvelle fois, mais elle savait qu’elle serait en sécurité à l’intérieur de ces murs. Or, elle ne pouvait pas garantir la même chose ici. Pas tant que cet homme serait là. A peine le parfum de Magnolia s’était-il envolé que le Mangemort s’avança et jeta sa baguette à ses pieds, dans le même temps qu’elle brandissait la sienne vers lui. Bien que surprise par sa décision, Jay ne le montra pas, gardant son bras tendu vers sa cible, prête à le renvoyer d’où il venait. Mais il savait. Magnolia l’avait conduit chez elle, alors pouvait-elle prendre le risque qu’il aille dévoiler ces informations à ses alliés ? Glenn prit alors la parole, et le simple son de sa voix la ramena des années en arrière. Il arrivait que Jaina se questionne sur tous les événements qui s’étaient succédé, sur les dommages collatéraux de cette guerre et sur toutes les vies détruites par la perte, par la colère ou le désespoir. Priam aurait pu être son amie, mais elle avait été l’ennemie d’Ombeline. Elle-même s’était servie de son passif avec Arsene pour infiltrer la famille Black. Les mots du Meadowes lui donnaient envie de répliquer, de lui demander s’il la prenait pour la dernière des connes. Pourquoi pensait-il qu'elle serait la seule à ne pas le tuer à vue ? N'avait-il aucune idée de ce qu'elle avait été obligée de faire, obligé de voir pendant sept années ? Et croyait-il que l'Ordre se contentait d'agir avant de réfléchir, qu'ils tuaient sans distinction et sans mesure ? Avait-il réellement « trouvé » Magnolia ? Elle entrouvrit les lèvres pour lui répondre, se tut devant le trouble qu’elle lisait dans ses yeux. Presque deux décennies plus tôt, elle aurait rétorqué sans sourciller, sans la moindre foutue hésitation, qu’il n’était pas un soldat. Qu’il n’était pas le genre d’homme à tuer d’autres sorciers sous prétexte que leur sang était impur. Impur par rapport à qui ? Par rapport à quoi ? Il y avait tellement de nés-moldus qui maniaient les sorts mieux que des sang-purs. Et peut-être qu’elle se serait trompée à l’époque au sujet de Glenn. Peut-être qu’il était exactement ce genre d’homme. De monstre. Alors elle se contenta de serrer des mâchoires.

« Tu sais que je ne peux pas te laisser partir. » Peu importait ce qu’elle pensait de lui, ou ce qu’elle avait pu croire à son sujet. « Tu nous mettrais en danger. » Les traits de son visage étaient fermés, comme à chaque fois qu’elle s’efforçait de maîtriser ses émotions conflictuelles. Mine de rien, la Black Hand l’avait bien formée à ce genre de situation. Le temps sembla se suspendre entre eux, au fin fond de la campagne anglaise, perdus dans les collines moldues. Elle devrait le tuer. Ou lui faire oublier ce soir. Mais comment être certaine qu’il ne reviendrait pas ? Les sortilèges d’oubli n’étaient pas ses favoris, il lui fallait plus de maîtrise si elle voulait réussir celui-là. « Accio ! » La baguette de Glenn se souleva du sol pour voler dans sa seconde main. « Suis-moi. »

Elle vrilla ses prunelles sombres dans les siennes. Quelque part, la détresse de Glenn la touchait encore, parce qu’elle avait l’espoir – un peu fou – de ne pas s’être trompée sur le jeune garçon qu’il était. Que sous les traits de l’homme demeurait un peu de la candeur de l’adolescent. Et puis il y avait cette curiosité, simple : pourquoi après tout ce temps venait-il en aide à une membre de l'Ordre, ou en tout cas affilié au Phénix ? Si ses explications ne lui plaisaient pas, elle pouvait l’Oublietter. Quoi qu’il en soit, elle y parviendrait plus facilement dans le calme de son refuge. Ici, elle avait l’impression que les rayons lunaires lui brûlaient la peau. Que leurs caresses appelaient la bête en sommeil. Ses mouvements étaient tendus, rapides. A la moindre menace de la part de Glenn, elle ne donnait pas cher de sa peau. Mais il avait ramené Magnolia et pour ça, il méritait quelques minutes de sursis. Jaina fit passer le Meadowes devant elle, passant directement dans le salon que Lothar et elle avaient réaménagé. Magnolia se reposait probablement dans sa chambre pour le moment, et bien qu'elle avait envie de la retrouver, elle se força à demeurer auprès de l'ancien joueur de Quidditch. Son regard le suivait attentivement, tout son être raidi par la tension engendrée par sa présence. Celle d'un ennemi.

« Tu as dix minutes pour t'expliquer. Pas une de plus. »
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


A new promise to be fulfilled, A new page to be written.

the devil whispers "you cannot withstand the storm."
the warrior replies "i am the storm."
© Astra.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : spf/a. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 45 hiboux. J’incarne : sam claflin , et l’avatar que je porte a été créé par : wicked game (ava) ASTRA (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Jules Rackharrow Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : vingt neuf ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : second au département des jeux et des sports magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré, fiancé à la cadette Yaxley

MessageSujet: Re: ciel de glace (jaina)   Dim 19 Mar - 16:08

Sans un mot de plus, il l'observe. Il comprend parfaitement son hésitation, les doutes qui la déchire. Il est vrai que bien des années ce sont écoulés depuis Poudlard, un monde entier c'était effondré et bien des hommes ainsi que des femmes étaient tombés. Il pouvait donc parfaitement comprendre sa méfiance, après tout, la trahison était devenu un poison commun, le mensonge parcourait librement les rues de la capitale, il était plus simple de vivre dans l'ombre que de se battre pour ses convictions. Il est vrai que Glenn avait finalement choisi une route qui les séparait, tandis qu'elle se battait contre le poison qui corrompait leur monde, lui refusait de lever les armes. Il avait trouvé un certain confort dans le fait de simplement suivre le chemin de ses aînés, même sans la moindre convictions. Il avait trouvé une partie de cette paix qu'il cherchait. Mais aujourd'hui, il en prit conscience, plus que jamais auparavant la guerre était à ses portes. Bercer par la nostalgie d'un passé trouble, par des regards timides de la Lupin, par une certaine douceur qui en dégagé durant leur jeunesse. Idylle inavouée, car il n'avait d'yeux que pour l'inaccessible. Murmure vague et lointain. Quelques regrets qui persistent, emporté dans la tourmente de sa nouvelle réalité, les craintes de l'avenir qui se dessine à eux. Sans modèle, sans cette flamme bornée en lui, comment peut il avancé ? Pourquoi est-il là aujourd'hui ?

Docilement, le Meadowes avance, passe devant la Lupin. Il ne montre rien, aucune faiblesse, aucune douleur, comme à son habitude, presque indéchiffrable. Sa démarche se veut naturel en étant complètement faussé, son regard distant alors que les éclats d'un mal passé persistent à briller de mille feu. Il passe devant la jeune femme, visiblement crispé. Comme sous l'influence de ce ciel qui s'assombrit peu à peu, comme sous l'influence d'un monstre lunaire. C'est vrai que lorsqu'il y réfléchissait, les Lupins étaient réputés aux travers de la lycanthropie dans le monde mangemort qu'il côtoie que trop. Il pénètre dans le refuge rebelle, plutôt surprit du contraste entre les façade et l'endroit de vie. Un travail plutôt bien fait, même si ce genre de travaux n'était pas sa spécialités. Il n'était sûrement pas aussi débrouillard que des fugitifs en fuite, après tout Glenn s'était finalement habitué à un triste confort malgré les soucis d'argent qui ont toujours bercé les Meadowes.

Il attrapa la première chaise trouver et s'installa dessus tout en soupirant. Le voyage fut long, fatiguant et quelque peu troublant. Encore maintenant il se demandait ce qu'il faisait ici, pourquoi il l'avait sauvé, il aurait put simplement la dénoncer, pour sauver les apparences. Mais non, il s'y refusait, il refusait de céder à la facilité cette fois. Plus lorsque la vie d'une femme était en jeu, aussi ironique que ce soit, la gente féminine était son éternel faiblesse, celle qui le mèneront jusqu'aux portes de la folie. « Il y a beaucoup de choses à dire... Dix minutes me semblent court. Mais je comprends que tu me considères comme une menace, après tout, je suis marqué, c'est certain. Pour être franc, ce n'est pas mon choix, pas comme l'instant où j'ai décidé de te ramener Magnolia, elle semblait errer, égarée au chemin de traverse. J'ignore ce qu'elle faisait là, surtout que je connais son statut, comme n'importe qui. J'aurais bien put la balancé, tu me diras. Mais j'ai un principe, le respect de la gente féminine. » Il s'arrêta quelques instants dans ses explications, repassant en boucle dans son esprit sa dernière phrase. Celle-ci sonnait d'une manière si absurde, jamais il n'avait entendu ça auparavant, quel ironie. Un rictus absurde se dessine sur son visage. « Par merlin... Avoue le, ce n'est pas crédible, n'est-ce-pas ? Et le pire dans tout ça, c'est que c'est la vérité... Ah ah, une vérité sans la moindre crédibilité. Je suis vraiment pitoyable. » Instant de rupture, un regard qui s'éteint, une main tremblante qui passe dans une chevelure bordélique. Il n'arrive plus a sauvé les apparences, le masque s'émiette peu à peu, le chevalier avec son armure d'ivoire est à genoux, attendant la mort, ou celui qui nourrira cette étincelle qui sommeille en lui. On respire profondément et on reprend. « Hum, excuse moi. C'est un peu le bordel dans ma vie aussi en ce moment. Personne n'est vraiment épargné si je peux dire. Enfin bon, reprenons. » A cet instant, il se lève, lui tend simplement son bras non marqué. « En gage de bonne foi. » Il savait sans doute que ces chaînes seraient les seules qui la convaincrait, il savait par expérience qu'il fallait s'enchaîner pour s'assurer de certaines victoires, aussi futile soient elles. Mais a cet instant, Glenn ne désirait qu'une chose, de cesser de les perdre, les uns après les autres, ces êtres qui ont bercé son passé et qui ce sont éloignés. Au fond, une dernière fois il souhaitait revêtir cette armure d'ivoire qui lui tient particulièrement à coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : MoonOfBlood , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/01/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 156 hiboux. J’incarne : Gal Gadot , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys. Je parle en : firebrick.



Je suis âgé de : trente ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : fugitive de l'Ordre et ex-Potionniste. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je reste irrécupérable.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: ciel de glace (jaina)   Jeu 30 Mar - 8:22

ciel de cristal
- It used to be a crystal sky when I looked into your eyes -

Now there’s falling frozen dreams as far as anyone can see

En présence de Glenn, la louve se sentait encore plus mise à mal que par la gibbeuse proche. Sa simple odeur ravivait des souvenirs qu’elle aurait aimé ne pas retrouver, des instants de félicité lointains et dépourvus de cette angoisse permanente qui marquait ses jours depuis qu’elle était entrée dans l’Ordre. Ce n’était pas une décision qu’elle regrettait en dépit des difficultés, puisqu’elle savait que sa place n’était pas ailleurs – elle n’avait pas l’âme d’une personne capable de courber l’échine sans se demander ce qu’elle aurait pu faire pour faire changer les choses. Sa morsure l’avait changée également, l’avait rendue plus féroce encore et plus intrépide. Autant dire qu’après cette transformation, lorsque la mort avait frappé son père et son frère aîné, elle n’avait pas réellement eu d’autre choix que de s’engager. Sa bête n’aurait pas toléré la passivité et elle appelait à une revanche sanglante, quand bien même le meurtre de sang-froid n’était pas dans sa nature. Il y avait une certaine ambiguïté à vouloir faire payer les Mangemorts pour cette guerre sans fin, et Jaina évoluait le plus souvent sur le fil du rasoir. Sa conscience n’était pas nette, ses mains n’étaient pas dépourvues de sang. Elle était coupable à bien des égards ; seule la certitude d’agir pour la bonne cause lui permettait de grapiller quelques heures de sommeil de temps à autres. Le reste du temps, la jeune femme faisait tout son possible pour trouver des moyens de mettre à mal ses adversaires. De mettre un terme à cet affrontement, dusse-t-il se solder par sa propre mort. Elle aurait donné sa vie des siècles plus tôt si cela avait pu lui certifier l’arrêt des combats. Sauf qu’il fallait être idiot pour songer qu’un Mangemort se satisferait de quelques cadavres. Ils voulaient régner en seuls maîtres, prouver que leur sang valait bien mieux que celui des autres, démontrer leur puissance par la force s’il le fallait. Elle n’était pas dupe, elle savait que certains élitistes n’étaient pas aussi violents que d’autres. Grâce à sa couverture, elle avait constaté que si certains partageaient les valeurs de pureté, ils n’en venaient pas forcément aux mains avec les « impurs. »

Mais ceux qui finissaient par porter la Marque étaient les plus difficiles à cerner. Jaina avait eu des échos sur l’obligation promulguée par certaines familles, sans savoir si les membres qui se voyaient imposer ce choix étaient réellement dépourvus d’ambition belliqueuse. Les mots de Glenn lui rappelèrent cet état de fait ; elle ne l’interrompit cependant pas pour le questionner à ce propos, préférant le laisser s’exprimer. Peut-être espérait-elle trouver dans ses paroles la force de douter de son allégeance. L’idée que ses actes aient été motivés par son affection de la gente féminine était relativement absurde, mais… sans doute pas autant improbable que s’il avait été question d’un autre homme. D’aussi loin qu’elle s’en souvienne – et se souvenir était douloureux – Glenn avait toujours été le genre d’homme à se soucier des autres et, songea-t-elle avec une pointe d’amusement dissimulé derrière ses traits impassibles, à ne pas jouer de son succès auprès des demoiselles par respect pour elle. Sa position au sein de l’équipe de Quidditch à Poudlard, son nom, son physique ainsi que son attitude de chevalier sur son preux destrier lui valait pourtant quelques œillades envieuses. Mais Glenn n’était pas comme ça. Il tendait toujours la main à ceux qui en avaient besoin, traitait autrui avec un respect certain même si ses opinions différaient. C’était en partie pour ça qu’elle avait été autant dévastée en apprenant qu’il avait rejoint les rangs des Mangemorts. Parce qu’elle avait cru qu’il était réellement bon, parce qu’elle avait aimé cette lumière qui se dégageait de lui et qu’elle avait fini par découvrir qu’il portait la même souillure que les autres. Un rêve brisé, c’était tout ce qu’il représentait à présent. C’était tout ce qu’il était, aussi – la façon dont ses prunelles se baissaient, sa crinière en désordre, son air hagard et sa présence en ces lieux l’attestaient. Il y avait quelque chose de fêlé en lui, quelque chose de plus sombre.

Après quelques mots supplémentaires, extirpés de force, il finit par se redresser et tendre son bras. En gage de bonne foi. Sur l’instant, Jaina ne sut pas ce qu’il voulait dire par ça ; elle se contenta même de froncer les sourcils en le regardant, toujours debout, les mains appuyées sur le dossier de la chaise en face et la baguette prête à l’emploi. Puis elle sut et, presque immédiatement, secoua la tête.

« Je ne peux pas. »

Il fallait un témoin pour ce sortilège. Hors de question d’aller quérir Magnolia pour ce genre de choses. D’ailleurs, savait-elle comment un Serment Inviolable fonctionnait ? Et puis même si c’était le cas, même si elle acceptait, est-ce que c’était ce qu’elle voulait infliger à Glenn ? D’un autre côté, il avait probablement raison. C’était la seule façon de s’assurer sa coopération – d’être certaine qu’il ne trahirait pas sa localisation, ou l’Ordre, ou même sa cousine. Si elle s’assurait son silence par ce biais, cela lui permettrait également d’avoir en quelque sorte des yeux et des oreilles au sein des Meadowes. Au sein des Mangemorts, quand bien même Glenn semblait sous-entendre que sa position était précaire actuellement. Ce serait une décision pragmatique. Et les options n’étaient pas si nombreuses : le tuer, l’Oublietter, lui faire confiance, instaurer ce Serment. Elle avait beau être prête à se battre contre lui si nécessaire, elle aimerait autant ne pas avoir à le faire. Le sortilège d’oubli était difficile à exécuter pour elle et quant à l’idée de lui faire confiance aveuglément…

« Tu sais ce que cela signifierait ? Tu serais prêt à prendre ce risque ? » Ses traits trahissaient son incompréhension. « Pourquoi ? Tu l’as sauvée, mais ça ne fait pas de toi un Résistant, tu le sais. Ta marque n’est pas uniquement là par obligation familiale. Alors quoi, Meadowes : Merlin t’a offert une conscience ? »

Son ton était dur, mais c’était le mieux qu’elle puisse faire. Tout son corps était mis à l’épreuve par la pleine Lune proche, par le stress engendré par l’absence de Magnolia ainsi que par la présence d’un « intrus » sur son territoire. Elle ne voulait pas faire l’erreur de donner le bénéfice du doute à quelqu’un qui ne le méritait pas. Qui ne le méritait plus. Sa méfiance était sans doute exagérée, compte tenu du fait que Glenn se mettait volontairement en danger actuellement. D’un autre côté, elle avait joué l’agent double pendant suffisamment longtemps pour savoir que c’était possible de se faire avoir par quelques mots bien placés. Encore une fois : il avait proposé ce Serment, pas elle. Cela devait bien vouloir dire quelque chose, non ? Elle porta sur l’ancien joueur de Quidditch un regard perdu. Jaina aurait aimé être certaine à son sujet… mais il y avait bien longtemps que le blanc avait cessé d’exister à ses yeux, que ce soit l’ivoire d’une armure ou la pureté du sang. Seuls les actes comptaient.

« Je pourrais simplement te faire oublier d’être venu ici. Un Serment Inviolable te condamnerait. » D’une façon ou d’une autre.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


A new promise to be fulfilled, A new page to be written.

the devil whispers "you cannot withstand the storm."
the warrior replies "i am the storm."
© Astra.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : spf/a. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 45 hiboux. J’incarne : sam claflin , et l’avatar que je porte a été créé par : wicked game (ava) ASTRA (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Jules Rackharrow Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : vingt neuf ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : second au département des jeux et des sports magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré, fiancé à la cadette Yaxley

MessageSujet: Re: ciel de glace (jaina)   Ven 14 Avr - 18:42

Il reste silencieux, il soutient son regard. Ce n'est pas une provocation, loin de là. Il écoute attentivement. Évidemment, il connaît les engagements d'un serment inviolable, il en porte déjà certain, mais cela n'influence en rien sa détermination. Il n'est peut être pas guerrier, il n'est pas résistant non plus, il en a bien conscience, il est trop tard pour rejoindre la bataille, il est déjà marqué, comme le bétails. Une marque qu'il porte uniquement pour eux, sa fratrie, il ne porte ce symbole maudit que pour eux, pas pour lui. Après tout, il ne partage rien des ambitions du défunt seigneur des ténèbres, il ne partage pas les inspirations des mangemorts. Mais cela, elle l'ignore, comme bien des gens, une seule devrait le savoir, mais un serment retient sa langue, à son grand soulagement. Car cette marque est la source d'un de ses plus grands et honteux secret, celui d'agir contre sa nature, l'incarnation du brasier qui le consume depuis déjà bien des années. Ce fardeau qu'il porte depuis trop longtemps. Sa croix de culpabilité, lui qui est trop lâche, lui qui n'a fait que fuir depuis l'aube de sa vie, lui qui ne sait rien faire d'autre que fuir. Moins honorable que certains monstres, car eux, croient en leur idéal. Lui, le Meadowes, n'a même pas son propre idéal, il n'en en accord avec aucune facette de ce monde, il se contente de le subir. Éternel victime, pourtant, il s'est laissé porter par cet acte inconsidéré... Celui de la sauver, comme le chevalier auquel il aspire ressembler, celui qui a bercer son enfance dans bien des contes, comme ce masque qu'il porte en permanence.

Il aimerai serrer les poings, mais il n'en a pas droit. Après tout, elle n'a complètement tord. De plus, elle a mit le doigt dessus, sur cette plaie encore saignante, celle qu'il ne peut apaiser, celle qui le tourmente sans cesse. Alors un fin rictus se dessine sur son visage si sérieux quelques minutes auparavant. Un sourire plein d'ironie, se mêlant à ce regard vide de sens, gorgée de mélancolie et de regret. Les bras le long du corps, il les relève pour les emmêler entre eux, un long soupir s'échappant de sa bouche avant de simplement répondre. « Alors, pourquoi tu ne l'as pas fait lorsque je me suis présenté devant chez toi ? Ça ne ressemble pas à la Jaina dont j'ai quelque peu entendu parler... Des échos. » Il n'ajoute rien de plus à ce sujet. Avec deux aînés parmi les mangemorts, sans parler d'une belle sœur Black, quelques rumeurs étaient finalement arriver jusqu'à ses oreilles, tout simplement. « Rien ne t'empêche de le faire maintenant aussi, je l'admets. Mais avant que tu le fasse alors, sache une chose, Jaina. Cette marque est l'inverse de ce que tu as dit. Si je l'ai accepté, c'est pour ma famille. Uniquement pour eux. Je ne dis pas que j'aspire à devenir un résistant avec le fait de t'avoir ramener Magnolia. Et pour être franc, cette folie me fatigue et les flammes n'attisent que les flammes, nous l'avons vu au dernier Bal. Si je te l'ai ramené, c'est parce que j'ai fais ce qui m'a semblé juste. Comme le fait de se sacrifier pour les siens, pour son sang. Ais-je vraiment tord ? Si c'est le cas, alors j'ai aussi eu tord de te ramener Magnolia, non ? »

Des paroles folles, une franchise depuis bien trop longtemps étouffé. Une chaîne qui se brise, une partie de son fardeau qui s'allège. S'il devait tout oublier, autant se libérer des liens qui l'oppresse, autant apaiser une partie de son âme. Au moins, il savait que ses mots s'évanouirait assez rapidement, que son secret serait bien garder dans cette faction « adverse », par défaut. Après tout, le Meadowes avait cette philosophie, certaines confidence étaient bien plus en sécurité au delà de son cercle d'intimité. Et cette situation les opposants était sans doute l'instant parfait, voir l'unique moment où il pourrait brisé une partie de sa prison dorée.

Il prend une grande inspiration, son visage se ferme à nouveau, mais ses yeux en disent bien plus. Il est incapable de continuer à cacher se poignard qui lui déchire les entrailles, ces choix qu'il est incapable d'assumer. Il se retourne, il tourne le dos à la phénix et dans un nouveau soupir, il se contente d'achever. « Fais ce que tu as à faire. Efface moi la mémoire ou tue moi, qu'importe. Au moins, je pourrais me dire que je dormirais un peu plus en paix cette nuit. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : MoonOfBlood , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/01/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 156 hiboux. J’incarne : Gal Gadot , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys. Je parle en : firebrick.



Je suis âgé de : trente ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : fugitive de l'Ordre et ex-Potionniste. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je reste irrécupérable.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: ciel de glace (jaina)   Jeu 4 Mai - 7:23

ciel de cristal
- It used to be a crystal sky when I looked into your eyes -

Now there’s falling frozen dreams as far as anyone can see.

Jaina devait admettre qu’elle ne connaissait plus autant l’homme qui se tenait devant elle à présent. Elle avait été proche de l’adolescent au sourire rieur, qui survolait le terrain de Quidditch sans toujours remarquer les regards qui le suivaient. Il vivait sa passion, il était sociable et cela suffisait à le rendre remarquable pour la plupart des autres élèves. La louve, de son côté, l’avait longuement observé : sa lumière était ce qui l’intriguait le plus chez elle, sa façon de traiter tout le monde en égal, sa compassion. Alors oui, pendant de courtes années, elle n’avait vu que le chevalier, avant d’être brutalement ramenée à leur triste réalité peu de temps après la Purge. Apprendre que les Meadowes étaient des partisans du Lord ne fut pas une partie de plaisir pour elle – aucun moment de cette interminable couverture ne l’était réellement. Elle avait vu tant de visages familiers se détourner, tant de masques tomber qu’elle n’était plus certaine d’à qui accorder sa confiance à part sa famille. Quand le doute la dévorait à ce point, elle se tournait habituellement vers Ombeline ou Skander. Les mots de Lothar étaient les plus efficaces… Seulement, elle n’avait personne à qui demander conseil ce soir. Seul le regard blessé et malgré tout fier de Glenn lui renvoyait ses propres questions. Elle avait véritablement envie de croire à ce qu’il disait, néanmoins sa méfiance, qui tenait davantage d’un effet secondaire de son double-jeu et de cette longue guerre, lui interdisait de fermer les yeux devant lui. Devant ce qu’il avait été, ce qu’il avait représenté pour l’Ordre. Elle n’aurait eu qu’à soulever l’autre manche de l’ancien joueur de Quidditch pour se remémorer quel camp il servait. A cette pensée, un frisson la parcouru et elle croisa les bras sur sa poitrine pour le dissimuler. Cacher ses faiblesses, comme toujours. Sa diatribe lâchée, son plaidoyer fait, Glenn se détourna d’elle en exhalant un soupir résigné. Sa vie reposait littéralement entre ses mains. Ses doigts se refermèrent autour du bois de sa baguette, comme pour y puiser la force nécessaire.

« Je suis désolée, » finit-elle par avouer, pointant l’arme entre les deux omoplates du sorcier.

Elle ne pouvait pas prendre le risque qu’il les condamne, Lothar et elle, en vendant la mèche. Pour le moment, ils ne possédaient pas de Gardien du Secret, ils avaient simplement décidé d’occulter leur bout de terrain et de mettre en place tous les sortilèges possibles et inimaginables pour tenir leurs ennemis à distance. L’air crépitait pratiquement d’une magie défensive, préventive. Il leur avait fallu des jours pour mettre en place les barrières invisibles supposées détourner les Moldus, pour dissimuler la maison au-delà d’un certain périmètre. Des efforts considérables afin qu’ils puissent enfin dormir sur leurs deux oreilles. La présence de Glenn remettait tout cela en question. Chamboulait leur existence moins dangereuse. Ces murs n’étaient pas simplement là pour leur fournir un abri contre les intempéries. Ils représentaient leur foyer. Un moment de calme pendant les tempêtes de la guerre. Jaina entrouvrit les lèvres, cherchant en elle les mots nécessaires pour lancer le sort. Si elle ratait, il risquait de ne plus être le même – de perdre à jamais des portions de sa vie qui faisaient de lui… Glenn Meadowes. Cela pourrait lui être bénéfique, ou finir de le changer en sbire du Dark Lord. Pouvait-elle réellement prendre cette responsabilité ? Elle avait déjà tué pour la cause, elle avait juré de se salir les mains pour que d’autres ne soient pas obligés de le faire – pour qu’Ombeline ne le soit pas. Elle avait échoué sur certains points, mais elle parvenait encore à se regarder dans la glace. Si le sort déraillait, par contre, Jaina n’était pas certaine d’encore y arriver.

Lentement, sa main retomba, dans un silence presque glacé. Glenn devait probablement s’attendre à ce que l’Oubliette le frappe à tout moment. A moins qu’il ne la pense sincèrement capable d’abattre un homme sans défense de sang-froid. La jeune femme profita de cet instant de providence pour le considérer, cherchant dans le dessin de ses épaules, dans sa silhouette, l’aide dont elle avait besoin. Le coup de pouce de Merlin. Merlin t’a offert une conscience ? Ses propres mots lui revenaient. Si le Meadowes tentait de se jouer d’elle, comme elle s’était jouée de nombreuses autres personnes avant lui, il n’y avait qu’un seul moyen de retourner ça contre lui. Le Serment Inviolable pouvait être contourné par les capacités d’un Legilimens, s’il savait exactement ce qu’il cherchait ou s’il était aidé par le sorcier en question. En imposant à Glenn le parfait Serment, celui qui le lierait à elle, à l’Ordre et à ses secrets, elle pourrait s’assurer de minimiser les risques d’exposition tout en ouvrant une porte, une minuscule petite porte, vers les agissements des Mangemorts. C’était une idée pragmatique, certes, mais entièrement valable. Et c’était tout ce que la bête tourmentée par le doute s’autoriserait pour le moment. Faire aveuglément confiance à l’homme qui lui tournait présentement le dos n’était pas une possibilité. Pas pour le moment.

« Si les flammes n’attisent que les flammes, est-ce une raison pour cesser de se battre et se laisser brûler vif ? » Son bras armé revenu le long de son corps, elle l’interpella d’une voix moins autoritaire, bien que toujours mesurée. « Magnolia n’est pas une combattante, pourtant elle a été séquestrée à cause de son nom. D’autres nés-Moldus ont souffert pour avoir simplement développé leur magie dans une famille au sang impur. Je ne dis pas que la guerre est juste, mais il faut parfois savoir se dresser. Pas pour soi. Pour les autres. » Elle le faisait parce qu’elle y croyait, aux valeurs du Phénix, au fait que le sang importait peu, contre les injustices perpétrées continuellement. Contre les meurtres. Jaina se battait également pour les siens, afin qu’ils aient la chance un jour d’avoir des lendemains moins sanglants. Quand elle voyait Skander et sa famille, elle se rassurait en se répétant qu’un jour, sa descendance serait libérée du fléau des Mangemorts. C’était mieux que de subir. Mieux que de vivre à genoux et d’être forcés de mentir sur ce qu’ils étaient ou ce qu’ils éprouvaient. « On ne force personne à devenir Résistant. Mais l’inaction n’est pas un choix durable : à la fin, nous sommes tous obligés de faire un pas. »

Un simple pas. C’était tout ce qu’il fallait pour comprendre la véritable nature d’un sorcier. Un geste fait au bon moment, envers la bonne personne, pouvait changer toute la donne. Glenn en était un exemple ce soir. Il avait ramené Magnolia auprès des siens. Sans être suffisant pour l’absoudre de tout soupçon, cela lui laissait… le bénéfice du doute.

« Il me faut du temps pour réfléchir à ce Serment. » D’un mouvement léger, Jaina rangea sa baguette dans la poche arrière de son jean, gardant tout de même celle de Glenn. « Tu veux boire quelque chose ? »
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


A new promise to be fulfilled, A new page to be written.

the devil whispers "you cannot withstand the storm."
the warrior replies "i am the storm."
© Astra.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : spf/a. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 45 hiboux. J’incarne : sam claflin , et l’avatar que je porte a été créé par : wicked game (ava) ASTRA (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Jules Rackharrow Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : vingt neuf ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : second au département des jeux et des sports magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré, fiancé à la cadette Yaxley

MessageSujet: Re: ciel de glace (jaina)   Jeu 11 Mai - 2:15

« Ah ah ah... Touché... » un sourire se dessine sur son visage. Ce sourire résilier qui a tracer son existence, l'esprit sombre peu à peu dans le chaos. Par une simple phrase, elle l'ébranle, elle le désarme. L'armure du chevalier qui s'émiette peu à peu, laissant entrevoir le vide qui l'habite, ses plus obscurs secrets. Doux menteur, falsificateur qui s'accroche avec acharnement à sa propre création. La dévotion, plus fragile que jamais, les imperfections sont là, elles apparaissent comme une évidence. Depuis trop longtemps, il s'enchaîne à cette façade, portant même la marque d'un maître qu'il a toujours mépriser. Le masque s'émiette à son tour, les sourires s'effacent peu à peu, les mots sont comme l'épée qui le transperce. Lui qui avait toujours refuser de poser un genou au sol, lui qui rêvait de grandeur et de lumière lors de sa jeunesse. Il avait toujours vécu à genoux, sous le poids de valeurs qui ne sont pas siennes, enchaînés à des principes qui le révolte. Il s'égare sur les étendus désertique de son être, traînant au bout de ses chaînes le poids des mensonges. Sa vie défilant sous ses yeux alors qu'il s'était préparé à tout effacer, que ce soit les souvenirs des dernières vingt quatre heures ou son existence entière. Au fond, rien de tout cela n'avait réellement de la valeur jusqu'à présent. C'est vrai, il s'était laissé brûler vif, détournant le regard de toute cette cruauté qui s'était abattu sur leur monde. Il avait décidé d'ignorer cette guerre afin de préserver les siens, son nom, car au fond, il le savait, cela l'opposerait aux siens. C'était l'évidence même.

Elle avait raison. L'inaction n'était pas un choix durable et au fond, cela le rendait dingue. Il était littéralement déchirer, blesser et c'était cette blessure qui avait finalement créer le vide sous son armure d'ivoire. Ce vide qu'il avait depuis tant d'années masqué sous des sourires factices, sous une tendresse creuse qui lui offrait l'alibi parfait pour chacun de ses choix. Des décisions contre nature qui jour après jours ont endommagé le masque, qui l'ont nuit après nuit consumé jusqu'à le porter jusqu'aux portes de la damnation. Sans doute étais-ce le fait d'avoir croisé Magnolia qui lui a offert sa dernière chance de rédemption, au final, c'était peut être le bon choix de l'avoir emmené jusqu'ici aujourd'hui. Les questions se bouscule dans son crâne, il reste quelques instants silencieux, fixe. Cherchant les mots juste... Mais rien, rien ne pourrait lui accorder le repos tant désiré. Son sourire c'est depuis longtemps effacé.

« Faire un choix... C'est sans doute le pas le plus difficile. » Il soupire longuement avant de se retourner. Finalement, ce serait un serment. Cela lui convient parfaitement. Ce ne serait pas le premier et sûrement pas le dernier. Il en portait déjà plusieurs. A croire que c'était une monnaie courante au sein de la fratrie Meadowes. Tous avaient des secrets qu'ils se devaient de protéger après tout. « Avec plaisir. Qu'importe ce que tu as, je ne suis guère difficile. » Il croise les bras, restant debout. Son regard se perd dans le refuge de la Phénix, une battisse éloigné de presque tout, une planque idéale sans doute. « Je comprends pourquoi tu veux protéger cet endroit. Ce n'est pas facile de trouver un refuge à l'abri de l'influence des mangemorts de nos jours... Dans tout les cas, si tu veux une sécurité complète, tu dois m'empêcher de dévoiler l'emplacement de cet endroit que ce soit par oral ou par écrit, et même de demander l'intervention d'un legilimens. Aussi m'empêcher aussi d'indiquer cette endroit sur une carte ainsi que de guider quelqu'un ici. Normalement, ça devrait réduire les risques à plus de nonante pourcent que je puisse te tromper. Si je ne me trompe pas évidemment. » Il marque un temps de pause, qu'elle puisse tout assimiler avant de reprendre. « Le mieux, ce serait que tu écrives les conditions toi-même, pour que la personne qui lance le sortilège n'est qu'a lire les conditions exacte. Personnellement, je n'ai pas de condition à imposer. » Il laisse une seconde pause, juste le temps de bien réfléchir ses propos, car il le savait bien, chacune de ses phrases sont pesé, après tout, ici, il est l'ennemi. « Ne t'étonne pas, si je connais certaines astuces concernant les serments, c'est uniquement parce que je suis déjà lié à plusieurs... Mais rien qui concerne l'Ordre du Phénix ou les Mangemorts. Je dirais presque que c'est une triste tradition au sein de la fratrie Meadowes. » Arrière goût amer dans la bouche. Rancune et regrets qui s'entremêlent, très mauvais mélange. Il préfère immédiatement chasser les idées noires avant que celles-ci s’immiscent bien trop en lui, il ne savait plus trop quoi penser de sa place au sein de sa propre famille. Il ne l'a trouvait plus réellement, Desmond s'étant installé comme un roi et Aoife comme sa fidèle conseillère.



   
   
knigth in red.
Glenn Meadowes ☽ Already broken down, I hold my breath, the truth is unable to be unravelled. You're vulnerable, unbreakable, irrational, yet insane, but I still find you. I never want to see you hurt. So please don't forget my image and all it's brilliance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : MoonOfBlood , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/01/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 156 hiboux. J’incarne : Gal Gadot , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys. Je parle en : firebrick.



Je suis âgé de : trente ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : fugitive de l'Ordre et ex-Potionniste. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je reste irrécupérable.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: ciel de glace (jaina)   Ven 19 Mai - 0:51

ciel de cristal
- It used to be a crystal sky when I looked into your eyes -

Now there’s falling frozen dreams as far as anyone can see.

La louve ne s'attendait pas à ce que Glenn saisisse l'importance de la cause qu'elle défendait : il avait beau commencer à s'insurger, elle se battait depuis presque dix ans. Elle avait vu l'envers du décor en travaillant pour les Black, elle avait aperçu une cruauté dont elle ne comprenait pas la nécessité. Jaina savait pourquoi elle avait pris les armes. Au début, cela n'avait été que pour venger son père et son frère, pour protéger sa meute. Dans le fond, cela resterait la raison principale, mais elle avait fini par réellement s'investir au sein de l'Ordre. Par devenir un membre à part entière, en plus d'être la cousine de Skander Lupin. Sa longue période sous couverture l'avait tenue à l'écart des réunions officielles, mais aujourd'hui elle pouvait goûter à autre chose. Au sentiment d'appartenance qu'elle ne ressentait jusqu'alors qu'avec sa famille. Ils se battaient tous pour la même cause, versaient leur sang pour quelque chose de plus grand qu'eux. Pour la justice. Pour une égalité qui aurait dû être normale. A quoi servait la pureté soit-disant charriée dans ses veines ? Cela ne l'avait pas empêchée de souffrir de la dragoncelle lorsqu'elle était jeune, cela ne l'avait pas rendue meilleure au Quidditch que cette gamine née-Moldue qui ne laissait passer aucun Souaffle pendant les matchs. Cela n'avait pas rendu sa maîtrise de la magie subitement exemplaire. Elle avait dû travailler pour ça, s'entraîner, s'améliorer. Au même titre que ceux injustement catégorisés comme Impurs.

Finalement, Glenn lui répondit avec un soupir, pivotant pour lui faire face. Elle acquiesça à sa répondre ; une bouteille de whisky Pur Feu vint en flottant de la cuisine, appelée par un sortilège d’attraction informulé, aussitôt suivie de deux verres qui se posèrent sur la table. Cette fois, Jaina rangea sa baguette pour de bon, servant de généreuses rasades d’alcool et avalant pratiquement son premier service cul sec. Il fallait au moins ça pour qu’elle fasse taire ses craintes, cette petite voix sauvage qui lui disait qu’elle faisait une erreur. La louve avait du mal à faire confiance en-dehors de son cercle familial, ce qui était d’autant plus vrai après sa période en sous-marin. Elle avait joué la comédie, elle savait à quel point l’illusion pouvait être tenace et cruelle. Aujourd’hui encore, la sorcière se souvenait du regard empli de rage, une haine pure, que le patriarche Black lui avait lancé lors du bal. Lorsqu’il avait saisi que pendant tout ce temps, elle l’avait berné, utilisé, mené par la bride comme un Sombral docile. Si elle en avait été capable, qu’est-ce qui l’empêchait de tomber dans le même panneau avec le chevalier à l’armure d’ivoire ? Elle poussa le deuxième verre vers le sorcier, réprimant l’envie de descendre sa rasade aussi vite que la première. S’enivrer ne règlerait pas ses problèmes actuels. Même si, en un sens, cela pourrait l’aider à apaiser sa bête qui raclait les griffes en prévision de la pleine lune toute proche.

Le joueur de Quidditch reprit la parole pendant qu’elle les servait en Pur Feu, remarquant la quiétude des lieux et anticipant les conditions avec lesquelles elle devrait organiser le Serment. Elle retint ses remarques, ayant la jugeote de prendre ses conseils, mais la question silencieuse devait se lire dans ses prunelles. Depuis quand était-il devenu aussi calé en Serment Inviolable ? Cela ne datait certainement pas de leurs années à Poudlard. Glenn devinant probablement ses pensées, il se justifia et cette fois, Jaina ne put s’empêcher de lever un sourcil. Et d’avaler encore un peu d’alcool.

« J’aimerais pouvoir te dire sincèrement que je suis désolée, mais j’imagine que c’est un prix à payer pour entreprendre une voie aussi sombre. » Un pincement de lèvres. « Mais je suis désolée quand même, parce qu’aucune fratrie ne devrait souffrir autant. » Elle eut une pensée pour Priam, pour leurs relations complexes qui touchaient directement sa propre meute. « Est-ce qu’ils savent, que tu n’es pas un véritable suiveur ? » Jay pencha la tête sur le côté en l’observant, ses mèches brunes affleurant sur son côté gauche. « Parce qu’à terme, cela pourrait aussi me porter préjudice, s’ils se méfient. On a pas toujours besoin de demander l’aide d’un Legilimens, ils ont tendance à fouiller quand ça les arrange. » Elle en avait fait les frais avec Alaric, devant perpétuellement focaliser ses pensées ailleurs quand elle se savait en sa présence, ne jamais éveiller un seul soupçon. « Il y en a dans votre entourage ? »

Même si elle le voulait, Jaina ne pourrait pas se défaire du soldat qui sommeillait en elle. Chacun de ses mots, chacune de ses actions était calculée dans un seul but : protéger sa famille. Elle ne voulait pas mettre en danger Lothar pour une faiblesse de cœur, pas plus qu’elle ne voulait voir l’Ordre en pâtir. Néanmoins, actuellement, ils étaient les seuls en danger. Que Glenn dévoile l’emplacement de cette maison ne ferait que les blesser, eux, que de détruire leur refuge qu’ils avaient mis du temps à se créer. Alors quand bien même les doux souvenirs entourant leur passé ne pouvaient disparaître, elle essayait de les repousser pour qu’ils n’entravent pas son jugement. C’était pour le mieux. C’était toujours pour le mieux.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


A new promise to be fulfilled, A new page to be written.

the devil whispers "you cannot withstand the storm."
the warrior replies "i am the storm."
© Astra.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : spf/a. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 45 hiboux. J’incarne : sam claflin , et l’avatar que je porte a été créé par : wicked game (ava) ASTRA (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Jules Rackharrow Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : vingt neuf ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : second au département des jeux et des sports magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré, fiancé à la cadette Yaxley

MessageSujet: Re: ciel de glace (jaina)   Lun 22 Mai - 16:10

Sourire amère. L'étincelle lointaine qui s'embrase, la rancune rongeant son armure d'ivoire, savaient ils à quoi il aspirait réellement ? Non, c'était une certitude. Au fond, il le savait, il était de trop au cœur de cette fratrie, loin d'être proche de ses aînés, sans ambitions particulière, rien de particulier. Il ne se livrait pas à la politique avec maladresse comme le nouveau patriarche, il n'était pas un potionniste de génie comme son aînée et ne possédait pas le don que portait Doran et que porte Siofra. Au fond, il n'était qu'un pion entre les doigts hésitant d'un ambitieux. Soupir muet face à cette vérité. Face au masque qui s'effrite, à la réalité qui éclate sous ce ciel de glace. La tromperie était finalement monnaie courante au cœur de la famille Meadowes, à croire que le mensonge, les secrets coulaient dans leur veine. Au fond, malgré ce brasier renaissant, à quoi bon se battre ? Il ne serait qu'un pion de plus dans leurs jeux de pouvoirs. Il était contre cette suprématie du sang, mais se soumettait à celle-ci. Il ne supportait plus voir toute ses vies s'achever précocement. Il n'avait pas la détermination de l'ordre du phénix, il ne croit pas qu'il soit possible de reconstruire un monde sur les cendres de l'ancien. Au final, les idéaux sont toujours utopique, inaccessible... Qu'il soit le sien ou celui de la Lupin, la guerre a laisser trop de marque pour les générations futures face table rase et reprennent de zéro, il n'y croyait plus.

Dilemme intérieur, son regard qui se perds dans le verre de whisky, il n'y touche pas. Ses doigts ne font que danser sur les bords avec cette lassitude qui lui va si bien. Son regard s'obscurcit, se vide peu à peu de tout éclat de vie. La douleur, n'étais-ce pas ce qui forgeait les hommes ? Les détruisait aussi. Mais sans doute étais-ce mieux que de voir les siens brûlés dans la folie d'une sombre utopie. Si tout ce qu'il ressentait jusqu'à présent n'était que factice, des états d'âme volés à d'autres, si tout ce qu'il était n'existait pas au delà de ce masque ? Regret, amertume, dégoût s'entremêlent tandis que l'homme en armure tombe à genoux, son regard se levant vers la voûte de son âme, incapable de voir la moindre étoile pour le guider dans ce chaos. Une larme pourrait couler, la tristesse pourrait envahir tout son être, si seulement ce qu'il ressentait lui appartenait réellement. Long soupir. « Ils ne savent rien. » Lourd de sens, il reproche à ses aînés cette relation fusionnels qu'ils possèdent, il reproche les secrets, les rancunes persistants au cœur de cette union mensongère. « Je pense qu'aux yeux de Desmond, je ne suis qu'un pion, malléable à souhait. Du moins, c'est ainsi que je perçois ses décisions. Mais ce qu'il ignore, c'est que je vois bien qu'il perd pied, qu'il sombre petit à petit. Que faire ? J'en sais foutre rien. Mais ça, ce n'est pas ton problème. »

Elle n'était pas une Meadowes après tout, sans compter qu'elle faisait partir de l'Ordre du Phénix. Criminelle, recherché, les états d'âme d'un mangemort étaient sans doute la plus vague de ses préoccupation. Il retient un second soupir, son regard se perdant dans le décor, au fond, il se demandait ce qu'il faisait ici... Ce n'était pas sa place. Il les mettait plus en danger qu'autre chose. Il fini par se lever, avant de reprendre la parole. « Plus je restes ici, plus je vous mets tous en danger, même les mangemorts ne connaissent pas toute les propriétés magique de la marque. Autant passer le serment le plus tôt possible... Si Magnolia accepte de lancer le sortilège et si tu l'autorise. A moins que quelqu'un d'autre soit disponible, maintenant. Ou ce serait plus simple d'effacer ma mémoire, si tu ne t'en sens pas capable, je peux moi-même sceller ma mémoire. Et j'oublierais l'emplacement de cette maison. » Et oublier cette tourmente. Apaiser ses épaules d'un poids si lourd qui appui dessus. Oublier cet instant où il fut découvert, ou chacun de ses mensonges ont été dévoilé. Redevenir ce falsificateur de talent, doux menteurs enchaîné



   
   
knigth in red.
Glenn Meadowes ☽ Already broken down, I hold my breath, the truth is unable to be unravelled. You're vulnerable, unbreakable, irrational, yet insane, but I still find you. I never want to see you hurt. So please don't forget my image and all it's brilliance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : MoonOfBlood , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/01/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 156 hiboux. J’incarne : Gal Gadot , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys. Je parle en : firebrick.



Je suis âgé de : trente ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : fugitive de l'Ordre et ex-Potionniste. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je reste irrécupérable.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: ciel de glace (jaina)   Jeu 25 Mai - 15:16

ciel de cristal
- It used to be a crystal sky when I looked into your eyes -

Now there’s falling frozen dreams as far as anyone can see.

Ce serait se méprendre que de penser Jaina insensible aux épreuves d’autrui, incapable d’éprouver de l’empathie ou de l’intérêt pour qui que ce soit extérieur à sa cause. Face à la détresse de Glenn, la louve n’en menait pas large – quelque part, sans doute, elle ressentait l’envie de le rassurer à propos de sa fratrie, de son avenir. Lui assurer qu’il faisait le bon choix actuellement et, qu’éventuellement, Desdmond le comprenait. Elle aurait voulu prétendre savoir qu’aux yeux de son aîné, il n’était pas qu’un pion. Cependant, elle mentait rarement la sorcière. Elle l’avait suffisamment fait ces dernières années pour ne pas récidiver. Il avait raison quand il disait que ce n’était pas son problème ; s’en soucier plus encore ne ferait que risquer autre chose. S’il y avait bien un élément qu’elle avait retenu de sa relation avec Priam, c’était que les sentiments rendaient toutes les décisions plus difficiles à prendre. Alors elle préféra rester silencieuse face à la réponse du Meadowes, avaler presque sans respirer les quelques doses de whisky de son verre, se servir une troisième rasade. Elle sentait déjà l’effet du feu se propager de sa gorge à ses poumons, flirter avec son cœur et le reste de son corps. C’était un incendie autrement plus agréable que celui de la culpabilité qu’elle étouffait de son mieux. Elle ne voulait pas accorder à Glenn plus d’attention, de crainte qu’il n’éveille en elle l’humanité qu’elle s’efforçait de museler. Être un soldat était incompatible avec l’empathie qu’elle éprouvait envers lui. Un soldat ne songerait pas à l’utiliser via un Serment Inviolable. Un soldat aurait agi comme elle : il ne l’aurait pas tué, il aurait exploité les remords qu’il manifestait pour que cela serve la cause. Où était la limite entre la femme et le soldat ? Elle cilla lorsqu’il se releva, un peu brusquement à son sens, la pressant à prendre sa décision. Ses derniers mots restèrent un moment dans l’esprit de la louve. Ne serait-ce pas la meilleure chose à faire ? Si elle n’en pouvait plus de manipuler les autres, ne devrait-elle pas le laisser s’Oublietter ? Non. C’était un autre risque. Trop de risques.

« C’est ce que tu veux ? » finit-elle par dire en plongeant les yeux dans le liquide ambré de son verre. « Redevenir l’homme sans opinion que tu étais ? Subir sans avoir la moindre idée de ce que tu pourrais faire pour changer ce monde ? » Un choix, c’était tout ce qu’il fallait. Un pas. Passer de l’ombre à la lumière. « Je peux aller chercher Magnolia, elle acceptera. Mais si tu veux continuer à te mentir, alors je préfère m’en occuper moi-même. » Sa baguette était déjà dans sa main, mais elle jouait toujours avec son verre à demi-plein, sans le regarder. « Je ne peux pas risquer que tu laisses des traces. Je risque peut-être d’avoir la main trop lourde, mais je ferais de mon mieux. »

Effacer un ou deux jours de plus n’était pas l’idéal, mais elle aurait au moins la certitude qu’il ne resterait plus aucune trace du chemin qui avait mené Glenn jusqu’à sa cousine. Une course de dominos qu’elle effacerait d’un coup de baguette. Si c’était ce qu’il désirait. Elle releva finalement la tête vers lui, lui renvoyant son regard, verre et baguette en mains. L'oubli ou le combat ?
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


A new promise to be fulfilled, A new page to be written.

the devil whispers "you cannot withstand the storm."
the warrior replies "i am the storm."
© Astra.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : spf/a. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 45 hiboux. J’incarne : sam claflin , et l’avatar que je porte a été créé par : wicked game (ava) ASTRA (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Jules Rackharrow Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : vingt neuf ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : second au département des jeux et des sports magique J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré, fiancé à la cadette Yaxley

MessageSujet: Re: ciel de glace (jaina)   Ven 26 Mai - 1:37

Étais-ce qu'il voulait ? La réponse était d'une évidence si cruelle. Ce qu'il désirait au plus profond de lui, ce n'était pas tout ça, ce n'était pas ça, non. Il ne voulait pas du mensonge, il ne voulait pas des chaînes qu'il porte, il ne veut pas du sang qui ne cesse de couler. Il n'a jamais voulu de ce monde qui se déchire, de ces vies qui se brise. Au fond, en lui avait toujours brûler les flammes de l'indignation face à tout ça, il avait toujours été déchiré entre humanité et devoir. Elle qui avait fait depuis longtemps son choix, elle qui n'a eu qu'à suivre les siens, elle ne peut comprendre, ou ne le veut simplement pas ? Il l'ignore. Mais au fond, cela avait il une réelle importance ? Est-ce qu'elle serait là au point de rupture, ou se contentera t-elle d'observer, de retourné sur le champ de bataille des fous ? Au fond, il en doutait, on ne changeait pas un soldat, on ne le force pas à rendre les armes, c'est bien souvent lui qui vous pousse à les prendre. Mais avait elle seulement envisagé que les armes qu'il pourrait prendre, il pourrait aussi bien les retourner contre elle ? Brève pensée qui s'efface, refusant ce bain de sang.

Un long soupir tandis qu'il plante son regard clair dans les yeux sombres de la Lupin. Il teste sa détermination, détails chaque millimètre de son visage, essai sans succès de lire en cette femme, si différente de celle qu'il a aperçu à Poudlard, de la jeune Lupin qu'elle était auparavant. Voyait il seulement en elle une once d'humanité ? Sans doute un léger éclat, car au final, il sourit. « Ce que je veux réellement ? Ce n'est rien de tout ça. Ce que je veux, c'est un idéal inaccessible, ce n'est pas ce bain de sang. » Sincérité cruelle, son regard s'égare dans le vide, dans ce passé brisé. « Je n'ai jamais voulu des Meadowes, de ce nom, de cet esprit. Ce que j'ai toujours souhaité, ça vas te sembler complètement gamin, mais c'est l'amour. Être un sorcier comme les autres, pouvoir aimer librement la personne que j'aurais choisi, fonder une famille avec. Et pas partager ma vie avec une femme qu'on m'a choisi, qu'on force à m'épouser pour une quelconque quête de pouvoir. » L'amertume dans sa voix, le rejet d'une inconnu qu'il refuse de connaître. Mais aussi la résignation, car il le sait, tout comme elle, il n'a pas son mot à dire. Dos au mur, le cœur qui s'émiette peu à peu, privé de tout choix, de toute liberté. A nouveau ce devoir qui l'enchaîne, dévotion monstrueuse, la clé des limbes qu'il détient entre les doigts. Long soupir.

Et le silence qui se réinstalle, lui qui reste immobile. A cet instant présent, avait il vraiment envie d'oublier ce poison qui transforme la douceur en violence ? Avait il réellement envie d'effacer cette cruauté qui le fait vibré de rage ? Non. Loin de là. Pourtant, il n'avait pas non plus envie d'imposer une ses tourments à une autre âme. « Si tu es prête à passer le serment, ça m'arrange. Il y a quelques dossiers au bureau que j'aimerais éviter d'oublier, par inadvertance. » Fausse légèreté, l'espoir de détendre cette atmosphère palpable, d'oublier l'espace d'un éclat de rire le chemin sur lequel il s'engageait. « Je voulais simplement m'assurer a ce que tu sois prête a passer un serment. Il faut que ton esprit soit vraiment prêt à supporter ce poids, car plus le temps passera, plus il sera lourd à porter. » Pas un mot de plus, bienveillance sincère et pourtant sonnant tellement faux à ses oreilles. Lui, parler de détermination, cela semblait fort étrange. Son expression s'était finalement fermé, son intonation de plus en plus calme, posé, le masque qui reprend finalement sa place, cela, malgré tout ses défauts



   
   
knigth in red.
Glenn Meadowes ☽ Already broken down, I hold my breath, the truth is unable to be unravelled. You're vulnerable, unbreakable, irrational, yet insane, but I still find you. I never want to see you hurt. So please don't forget my image and all it's brilliance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : MoonOfBlood , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/01/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 156 hiboux. J’incarne : Gal Gadot , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys. Je parle en : firebrick.



Je suis âgé de : trente ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : fugitive de l'Ordre et ex-Potionniste. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je reste irrécupérable.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: ciel de glace (jaina)   Jeu 1 Juin - 11:21

ciel de cristal
- It used to be a crystal sky when I looked into your eyes -

Now there’s falling frozen dreams as far as anyone can see.
Jaina et Glenn appartenaient à deux univers diamétralement opposés et, de fait, seraient sans doute incapable de totalement se comprendre. La Lupin était une combattante, elle avait vécu la perte de trop nombreuses fois pour songer un seul instant à demeurer à l’écart. A ses yeux, toute bataille comptait son lot de blessés, et la seule chose qui pouvait changer, c’était l’implication des soldats. Dans leur situation, la mort était malheureusement monnaie-courante. Courber l’échine était une façon de gagner du temps, ce n’était ni une solution, ni une réponse valable. S’ils laissaient les Mangemorts continuer à abuser de leur prétendue pureté, qui savait ce qu’il adviendrait de leur univers ? Elle avait sans doute trop combattu, Jay, pour être partiale. Elle avait vu la cruauté dans son plus simple appareil. La violence. L’injustice. A ce stade, elle n’apportait aucune espèce d’importance de ce que l’on pouvait penser d’elle. Que l’on se méprenne sur ses intentions, que l’on craigne sa sauvagerie, que l’on mette en doute son humanité. Tout ce qui comptait, c’était qu’elle puisse un jour pouvoir offrir à Sirius un monde délivré de ce poison – à tous les enfants sorciers qui naissaient dans l’ombre de l’Ordre, à tous les gamins qui prenaient douloureusement conscience que leur sang bien rouge n’était pas assez bien pour tous. Et si elle se perdait en cours de route, cela en vaudrait la peine. Probablement. La réponse de Glenn laissa la louve silencieuse, comme souvent. Pendant qu’il parlait, elle le scrutait attentivement, cherchant à déceler derrière les traits épuisés de l’homme l’adolescent qu’il était. Et effectivement, elle pouvait l’entrevoir quand il parlait d’amour, le deviner quand il souriait de sa propre naïveté. Elle pinça les lèvres, remuant une épaule.

« Tu pourrais avoir ça. Être libre d’être ce que tu veux, d’aimer qui tu veux. Ce serait ton droit tu sais. Nul sorcier n’est tenu par le sang d’effectuer quoi que ce soit, c’est… » Elle fit un geste de la main, celle qui tenait le verre d’alcool. « Ce monde-là, ça n’a pas à être le seul pour nous. Mais si personne ne se bat pour cette liberté, qui pourra en bénéficier ? » Jay secoua cette fois la tête, la mine sombre. « L’idéal et le rêve, ce n’est bon que pour les enfants. »

Plus jeune, elle y avait également songé. Les Lupin n’étaient pas aussi regardant que d’autres familles à propos de la pureté du sang, même si celui de Jaina était irréprochable – jusqu’à ce qu’elle se fasse contaminer. Même à l’époque, donc, elle avait le choix. Le choix d’être ce qu’elle voulait, le choix d’aimer qui elle voulait. Le choix de faire des erreurs, le choix de rester en retrait. Néanmoins, elle n’avait pas songé un seul instant à reculer lorsqu’on lui avait appris la mort de son père et de son frère. Pas une seule fois. C’était ce moment, précisément, qui l’avait éloignée de personnes comme Glenn. De sorciers et de sorcières se satisfaisant du paradigme suprémaciste, n’ayant pas la volonté ou le besoin de s’élever contre les injustices. Par crainte parfois, ou parce qu’elles ne les concernaient pas. Une forme de lâcheté comme une autre. Magnolia par exemple, refusait de rejoindre l’Ordre, mais c’était quelque chose que Jaina pouvait comprendre. Tout le monde n’était pas un soldat. Tout le monde ne voulait pas avoir du sang sur les mains. Or chaque Phénix était coupable, complice. Il n’y avait pas de demi-mesure. Et tant que sa cousine en ressentirait le besoin, Jay la laisserait à l’écart. L’engagement ne pouvait être feint ou forcé.

« Je préfère autant éviter de t’Oublietter, ce n’est pas quelque chose que je maîtrise, » se justifia la louve après une gorgée de whisky, essayant un sourire maladroit. Sociabiliser n’était pas toujours son point fort. Il mit l’accent sur ce qui risquait de découler de ce serment, le fardeau qu’elle aurait à supporter. « Tu es le plus lésé dans l’histoire. Ce sera à toi de respecter les parts de ce marché. Jusqu’à la fin. » Jusqu’à ce qu’il décède, ou qu’elle le précède dans la tombe. « Mon rôle est plutôt insignifiant, pour le coup. »

Elle termina son verre sur ces paroles, esquissant une légère risette du coin des lèvres. C’était vrai. Ce Serment Inviolable – tous en vérité – comportait uniquement des conditions à respecter d’un côté. Elle imposerait le silence sous toutes ses formes à Glenn concernant cet endroit, et ce serait à lui de tenir sa langue sous peine d’en mourir. Pour le coup, ce n’était pas elle qui porterait un fardeau. Jaina reposa son verre vide sur la table, plongeant ses prunelles sombres dans celles du Meadowes.

« C’est ta dernière chance. »
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


A new promise to be fulfilled, A new page to be written.

the devil whispers "you cannot withstand the storm."
the warrior replies "i am the storm."
© Astra.


Revenir en haut Aller en bas
 

ciel de glace (jaina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Socle de glace
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Le Feu et la Glace réunies... [PV Goupixa]
» MOIS DE GLACE
» Sayuki [ Elfe de glace éternelle ~ Modo ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Angleterre :: Habitations-