Partagez | 
EVENT #8 - un bal royal

(Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant)
Parchemin envoyé Ven 17 Mar - 1:10

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

 


Tristan Flamel
parle en #ff9900

Il se fige lorsqu’il se voit Priam Greyback s’approcher d’eux. Il la regarde se frotter de manière cheloue contre Jaina, en levant un sourcil interdit. Puis il la regarde s’éloigner avec un certain soulagement. Le soulagement ne dure qu’une seconde, le temps qu’il réalise qu’elle fonce droit sur Ekaterina. Il amorce déjà un mouvement pour la suivre et arrêter la louve dans sa course, sans se soucier des conséquences. Puis il observe avec soulagement que la Greyback se stoppe et s’adresse à Shafiq. Il les observe surpris. Il ignorait que Zek connaissait la Greyback, mais peu lui importe. Il reporte sur attention sur Alaric, tout en gardant un œil sur la louve et sur sa femme encore un peu plus loin.

Ecoutant d’une oreille Alaric, il est de nouveau surpris de voir Belette s’approcher de Priam. Il pose la question qui lui traverse la tête « Tiens, Belette connait la Gre… » puis il se stoppe en tournant la tête et en constatant qu’il parle dans le vide. Jaina s’est volatilisé. Il soupire « Elle est passée où, celle là ? ». Il la repère un peu plus loin et il s’approche d’elle. « Jaina, ta sœur avec la Greyback, c’est normal ? ». Il tourne la tête pour jeter un coup d’œil à nouveau vers Belette, et soudain son cœur rate un battement. Il la voit se détacher du groupe de Phoenix et se diriger vers Priam. Il comprend ses intentions en voyant la détermination sur ses traits, mais il ne comprends pas pourquoi. « Bon sang. Jaina, on bouge ! on bouge tout de suite ! » souffle-t-il, d’un ton un poil paniqué. Et le voilà qui accélère le pas. Il n’attends pas de vérifier que sa partenaire le suit derrière. Il accèlère toujours plus le pas, se mettant à bousculer sans délicatesse quand il voit sa femme commencer à s’adresser à la louve endeuillée.

Il court presque lorsqu’il arrive à leur hauteur. Ce qu’il entend lui coupe le souffle. « Ravie de vous revoir depuis notre dernière entrevue Miss Greyback. Comment se porte votre sœur ? » Il la dévisage un instant avec horreur. Puis il a le réflexe de s’interposer entre la rousse et la brune juste avant que le poing de la louve s’abatte sur le visage de la phoenix. Elle effleure à peine son épaule. Il entoure sa femme de ses bras et la force à reculer tout en chuchotant avec une certaine rage contenue dans sa voix. « Tu es folle ?! Qu’est-ce que tu fous ?! C’est suicidaire. Et c’est cruel. Et bon sang, on a un fils, tu veux qu’il se fasse mordre par représailles ?! » Quand ils s’immobilisent, il radoucit légérement son étreinte et marmonne « Bon sang, Kat … Tu m’as fichu une de ces trouilles. » . Il remarque que la salle s’est tue un instant. Mais déjà l’effervescence autour des deux femmes retombent vaguement, et chacun vaque à nouveau à ces occupations en espionnant vaguement son voisin.
Résumé:
 
Parchemin envoyé Ven 17 Mar - 1:16

avatar
avatar
profil
Je suis : MoonOfBlood , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/01/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 156 hiboux. J’incarne : Gal Gadot , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys. Je parle en : firebrick.



Je suis âgé de : trente ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : fugitive de l'Ordre et ex-Potionniste. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je reste irrécupérable.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
event #8
- un bal royal -
Jaina n’était pas forcément la plus à l’aise lorsqu’il s’agissait de participer à des soirées mondaines, mais elle n’avait jamais sa langue dans sa poche. Ce qui semblait ne pas avoir déplu à la jeune femme brune, dont les prunelles assaillaient littéralement la louve. Elle avait beau ne pas connaître Aoife, elle connaissait cette brusque lueur qui irradiait des orbes bleutés de l’autre. Elle l’avait suffisamment vue danser, cette flamme joueuse, dans les yeux de Priam pour comprendre. Mais ce fut davantage le comportement de la cinglée blonde, et sa phrase mystérieuse, qui la poussa à leur emboîter le pas, non sans avoir effleuré le bras de Tristan pour le prévenir de son départ. Elle lui faisait suffisamment confiance pour qu’il parvienne à gérer Alaric et son épouse ; tout en suivant la piste d’Hanne et son amante, elle se fit soudainement bousculer et enlacer par un parfum familier. Avant qu’elle n’ait pu répondre à Priam, cette dernière bifurqua brusquement en lui faussant compagnie, disparaissant aussi rapidement qu’elle était arrivée. En d’autres circonstances, Jaina aurait été intriguée par son regard un peu trop sauvage, néanmoins elle avait déjà ses propres affaires à régler. Parvenant à l’entrée de la salle d’eau, elle s’appuya contre le mur en concentrant toute son ouïe sur les quelques mots étouffés qui lui parvenaient. Des brides d’une conversation lui parvenaient et la sorcière faisait de son mieux pour les décrypter. La voix d’Hanne claquait, parlait de jalousie et du fait que l’autre lui appartenait. Faisant tournoyer d’une main sa coupe de champagne, elle se perdit dans la contemplation du liquide ambré, cherchant à déterminer si ces informations seraient cruciales.

Ce fut la question de Tristan qui l’empêcha d’épier plus longuement les femmes. Et son appel, abrupt, qui lui glaça le sang. Il n’avait pas hurlé, mais cela avait suffi à interpeller la louve. Elle leva les yeux juste à temps pour le voir se précipiter dans une direction… et découvrit en tournant la tête l’incident qui était sur le point de se passer. Et la présence d’Ombeline au beau milieu. Elle ne connaissait que de vue l’homme qui se tenait non loin d’Ekaterina et de Priam. Laquelle semblait à deux doigts de se jeter, toutes griffes dehors, sur la rouquine. Jaina dû se faire violence pour ne pas attirer l’attention des autres convives en traversant la salle, son pas oscillant entre la marche rapide et la calme promenade. Si cela n’avait tenu qu’à elle, elle aurait transplané jusqu’au groupe ou elle aurait couru en bousculant les autres. Mais les gardes l’auraient remarqué, la Reine aussi, ce qui n’aurait pas été bon pour l’Ordre. Sur le chemin, elle avait simplement posé sa coupe sur l’une des tables libres pour finalement attraper Priam par la taille et la tirer fermement vers elle. Ne lui laissant guère de choix ou d’occasion de riposter. Du coin de l’œil, elle aperçut le Flamel qui protégeait sa femme et espéra, égoïstement, qu’il veillerait sur Ombeline pendant qu’elle se chargeait d’éloigner la louve en furie. Elle ne savait pas ce qui se tramait entre elles, que ce soit vis-à-vis de Priam et de sa sœur ou de Priam et Ekaterina. Un sourire factice étira ses lèvres alors qu’elle réprimait un grondement, les muscles tendus pour retenir la Greyback.

« Je vous l’emprunte ! » Ses doigts s’imprimaient dans l’avant-bras de Priam, sans douceur, mais sans réelle volonté de la blesser non plus. Peut-être qu’elle le faisait, sauf qu’elle n’avait pas le choix. Elle sentait la rage vibrer en elle, la bête affleurer sous la surface. Ce n’était ni l’endroit, ni le moment, quoi qu’il ait pu se passer. Jaina parvint à l’éloigner de quelques mètres. Elle vrilla ses yeux sombres dans les siens. De louve à louve. « Respire un grand coup et reprends le contrôle. Tu ne veux pas qu’on se fasse abattre comme des chiens enragés, si ? »

L'une de ses mains était posée sur sa hanche, l'autre sur son épaule. Sa voix quant à elle était féroce, mais aussi calme et à peine plus haute qu’une discussion cordiale. Après l’altercation qui avait ébranlé la salle, il ne fallait pas qu’elles se fassent davantage remarquer. Quand bien même l’esprit de Jaina débordait de questions, elle savait aussi que la moindre erreur leur serait fatale.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


A new promise to be fulfilled, A new page to be written.

the devil whispers "you cannot withstand the storm."
the warrior replies "i am the storm."
© Astra.



Parchemin envoyé Ven 17 Mar - 2:13

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 14/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 88 hiboux. J’incarne : Ira Chernova , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Faust, Babine. Signature : anaëlle. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Valeryan & Siofra Je parle en : Grey



Je suis âgé de : 28 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : dealeuse de poudre d'escampette pour la Main noire. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je ne porte pas sa marque mais je compte m'enrôler dans ses rangs. Côté cœur, : célibataire Champ Libre :
malle
raise your wand
 

 


Priam Greyback
parle en grey
Elle lui effleure l'épaule... Ridicule. Une part d'elle est soulagée de voir sa proie lui échapper, protégée par un mari aux surprenants réflexes. Mais la bête n'a pas dit son dernier mot ; elle s'apprête à s'élancer pour frapper à nouveau lorsqu'on la retient. Heureusement pour Jaina, elle reconnaît aussitôt son odeur. Quelqu'un d'autre aurait sans doute vu ses crocs s'allonger et entendu son grondement s'élever à peine l'eut-il touché. Non, elle se débat mais avec pour seul moteur une douleur devenue sourde, et dont le feu s'éteint doucement pour ne laisser que la souffrance, froide et muette. Son corps s'agite encore, ses mains repoussent cette maudite étreinte mais elle ne frappe ni ne grogne, comme si une part d'elle se souvenait encore du statut quo à maintenir. Ses lèvres sont ouvertes, ses dents dévoilées mais elle sert la mâchoire pour ne pas hurler contre le serpent qui a mordu sa sœur louve...

Soudain, Jaina la lâche. Elle manque de chuter, s'accrochant à elle comme à un pilier, et un gémissement douloureux lui échappe. Elle n'a pas réalisé à quel point la Lupin a dû serrer sa prise pour l'empêcher de gâcher la fête et maintenant qu'elle reprend ses esprits, ses sensations se rappellent à elle. Un mal de crâne commence à lui vriller les tempes tandis qu'elle s’agrippe à l'ancienne employée de la Main noire. Les jambes légèrement écartées, les yeux fermés et la tête penchée, elle halète comme un chien après une course déchaînée. « Respire un grand coup et reprends le contrôle. Tu ne veux pas qu’on se fasse abattre comme des chiens enragés, si ? » Elle éclate d'un rire plus nerveux qu'autre chose et crache sur le coté. « Parce que c'est pas c'qu'on est ? C'est c'que votre Leader a l'air de penser. Mais crois-moi, j'irai pisser sur sa tombe avant qu'un moldu ait l'temps d'me foutre une balle dans la gueule. » Nyx se serait pas laissée retenir par une phénix, lui souffle une petite voix. Elle relève les yeux, ses doigts se fermant soudain sur les bras de Jaina. Un instant, la louve hésite à la repousser brutalement ; à tenter de lui déchirer le ventre, comme un avant goût de ce qu'elle réserverait à Ekaterina. Elle a, pour quelques secondes ce regard noir qui jauge et qui décide « es-tu une proie ? ». Mais comme autrefois, et malgré l'épaisse couche de vernis sous laquelle la Lupin a ce soir voulu cacher sa vraie nature, elle se reconnaît en elle. Elle aussi perdrait le contrôle, s'il s'agissait de défendre – ou de venger – sa meute. « Nyx est morte » lâche-t-elle simplement, comme si cela suffisait à tout expliquer. Malgré elle, les mots ouvrent soudain des vannes et elle lutte contre les larmes ; mais en dehors de Valko, Jaina est ce qui se rapproche le plus d'une amie, et elle brûle soudain de chasser avec elle. De courir sans but précis, de laisser les kilomètres s'enfuir sous ses pattes et l'éloigner des humains et de leurs jeux politiques. Son emprise se relâche et elle réalise que ses joues sont humides, à son plus grand désarroi. D'un geste rageur, elle s'essuie les yeux et finit de détruire son maquillage – la dernière de ses priorités.



Les loups n'ont pas de roi

Viens, viens chasser avec moi, souffle une voix dans mon cœur, dépouille-toi de ta souffrance, que ta vie soit tienne à nouveau, il est un lieu où tout temps est maintenant, où les choix sont simples et ne sont jamais ceux d'un autre. Les Loups n'ont pas de roi.

Parchemin envoyé Ven 17 Mar - 2:51

avatar
avatar
profil
Je suis : MoonOfBlood , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/01/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 156 hiboux. J’incarne : Gal Gadot , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys. Je parle en : firebrick.



Je suis âgé de : trente ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : fugitive de l'Ordre et ex-Potionniste. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je reste irrécupérable.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
event #8
- un bal royal -
Les premiers mots que parvint à sortir Priam provoquèrent un grondement sourd chez la Potionniste, qui leva les yeux au ciel en serrant les mâchoires. Elle ne connaissait pas Ekaterina aussi bien que Tristan, mais la rouquine n’avait jamais fait preuve d’animosité à l’égard des Lupin. Cependant, le plus important était qu’aux yeux de Jaina, elle n’était pas sa leader. Il n’y avait que Skander, tout du moins tant qu’il ne se serait pas retiré officiellement – et même alors, les chances étaient grandes pour qu’elle continue à prendre conseil auprès de lui. Elle retroussa les lèvres en un sourire de circonstances, perpétuant la comédie en évitant de croiser les regards des curieux.

« Je me contrefous d’où t’iras pisser, Greyback, j’pense juste que c’est pas le soir pour montrer aux moldus qu’on a pas besoin de baguettes pour être des monstres à leurs yeux. » Ce n’était pas son avis sur la question, mais ça Priam le savait. « C’est pas elle qui décide, de toute façon, » rajouta la jeune femme du bout des lèvres, dans un marmonnement presque inaudible, boudeur.

Ce n’était pas qu’elle haïssait Ekaterina, elle ne la connaissait pas suffisamment pour ça. Mais Jaina ne pouvait pas prétendre tenir à elle comme à une amie. Tout juste une alliée de circonstances, dont elle avait longtemps songé qu’elle usurpait sa place auprès de son cousin. Que quelque part, sa position était reliée à leur proximité. Elle était possessive, Jay, elle avait souvent des opinions très tranchées sur les femelles qui entouraient les siens, mais ce n’était pas à trente ans que l’on changeait. Surtout pas en temps de guerre, où la moindre parcelle d’énergie devait être consacrée à la survie.

« Qu’est-ce qui t’as pris ? » Elle affronta son regard noir, aussi noir que le sien, sauvage et imprédictible. « Nyx est morte. »

Et soudain, le monde s’écroula. Priam était la seule Greyback qu’elle connaissait réellement, mais elle imaginait sans peine la douleur engendrée par la perte d’une sœur. Un instant, Jaina se figea, son regard trembla vers Ombeline – sa silhouette dévorée par les passages d’autres convives, sa crinière blonde. Tous les souvenirs de cette veille interminable lui revinrent en pleine face. L’angoisse de ne pas la voir se réveiller, l’odeur ferreuse du sang, la moiteur de son front. Son corps consumé par la fièvre de la morsure. Sa Belette n’était pas morte ce soir-là, toutefois la Faucheuse n’était pas passée loin. Sans la réactivité de Marcus, peut-être que ça aurait été Jaina qui aurait pété les plombs ce soir. Elle serait partie traquer la garce à l’origine de sa perte, elle l’aurait bouffée vivante si ça avait pu apaiser son tourment. Elle se serait baignée dans son sang, pour la simple satisfaction d’être parvenue à son but. Sans Ombeline, elle n’aurait jamais été la même.

« Putain… » Je suis désolée, ça sonnait terriblement creux aux oreilles de la louve. Et quelque part, elle se demandait encore le lien avec cette brusque altercation. Est-ce que Priam avait simplement perdu le contrôle, à cause de la douleur ? Est-ce qu’il y avait d’autres choses qu’elle ne savait pas ? Sans lui demander son avis, elle posa sa main sur sa nuque, sous les cheveux bruns entremêlés par la sueur et la ramena contre elle. Pas d’étreinte larmoyante, juste la proximité d’une âme. La chaleur d’un corps. « C’est dangereux ici, ne fais pas l’idiote. On est tous à couteaux tirés. Valko a besoin de toi, t’auras tout le temps d’avoir ta revanche une autre fois. Ailleurs. »

Est-ce qu’elle aurait dû poser plus de questions sur les circonstances de la mort de Nyx ? Sans doute. Peut-être qu’une partie d’elle était effrayée par les réponses que Priam pourrait lui donner. Parce que si elle savait qu’Ekaterina était coupable, les choses changeraient. Si elle savait que la Greyback était celle qui avait transformé Ombeline, personne ne pourrait la retenir de se jeter à sa gorge. Le monde était gris, ce soir. Il l’était depuis de nombreuses années. Et personne d’autre que Jaina ne pouvait comprendre l’horreur dans laquelle baignait Priam. Tout comme personne d’autre que Priam ne pouvait savoir ce qu’elle avait enduré durant ces sept années de couverture.

« Reprends-toi, Priam. » Sans la moindre hésitation, elle attrapa une serviette sur une table pour la lui fourrer entre les pattes. « J’te dirais bien d’aller te rafraîchir, mais Goldstein est probablement en train de forniquer avec sa brune. » Une pause, un regard vers où Ombeline avait disparu. Retour vers la louve au maquillage ruiné. « T’as une sale gueule, tu sais. »
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


A new promise to be fulfilled, A new page to be written.

the devil whispers "you cannot withstand the storm."
the warrior replies "i am the storm."
© Astra.



Parchemin envoyé Ven 17 Mar - 11:04

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

 


Marcus MacDougall
parle en #ffcc00

Comme annonciatrice du début de tempête à suivre, la réplique de Tristan claqua, guère amusée apparemment par ses tentatives d’alléger l’atmosphère. C’était tout le problème des membres actifs de l’Ordre : à force d’être sur le qui-vive en permanence quand ils étaient sur le terrain, ils en oubliaient parfois de donner le change pour que tous parviennent à se convaincre de se jeter mutuellement à la gorge. Bien sûr que Marcus trouvait cette situation grotesque, et qu’une part de lui aurait volontiers balancé un filet du diable sur tous ces sang-purs hautains qui lui avaient arraché son futur sans autre raison que leur propre orgueil bouffi de stupidité. Sauf qu’ils ne devaient pas. Skander venait encore de le rappeler. Alors le jeune homme s’était décidé à suivre une ligne qui paraissait semblable à celle de la compagne du co-leader de l’Ordre : s’amuser, pour ne pas sombrer. Sa résolution n’allait pas tarder à être mise à rude épreuve quand une silhouette honnie s’approcha. Il sentit les ongles d’Ombeline s’enfoncer dans sa chair, en même temps que la supplique d’Odette pour qu’il s’en aille danser. Un instant, il hésita. Que faire ? Et instinctivement, il savait, quand sa Belette le devança pour se détacher de lui. Peut-être voulait-elle régler la suite seule. Sans lui. Que c’était une manière de lui signifier qu’il y avait là une dette personnelle à régler. Voyant Ekaterina arriver à son tour, Marcus finit par se résigner et suivit Odette, avant de lui adresser un sourire un peu forcé et de répliquer, bravache :

« Les hommes en kilt sont naturellement les meilleurs danseurs ! D’ailleurs, pour des individus si attachés à la tradition … Ca manque un peu de conservatisme vestimentaire, ici. Le protocole royal doit s’en étouffer. »

La plaçant en face de lui tout en continuant à lorgner la scène qui se déroulait plus loin, le né-moldu expliqua, une nette tension dans la voix :

« La danse écossaise est proche d’une gigue, un peu comme ça … »

Il lui montra quelques pas simples, essayant tant bien que mal de se caler sur la musique, non sans mal, tant les tempos ne correspondaient pas, son expression se durcissant à mesure qu’il voyait la tension se refléter sur les visages proches. Soudain, le poing de la Greyback vola … et Marcus bondit immédiatement, attrapant Odette par le bras pour ne pas la laisser seule sur la piste, car Skander ne lui aurait jamais pardonné d’avoir abandonné sa blonde au milieu des mangemorts et fut sur place en deux enjambées, non sans avoir vitupéré entre ses deux à maintes reprises le mot de Cambronne. Observant Jaina Lupin écarter l’autre louve du petit groupe, il posa sa main sur l’épaule d’Ombeline et demanda :

« Tout va bien ? »

Avant de murmurer, contrit :

« Je suis désolé. Je n’aurais pas dû partir. »

La rage brûlait dans ses veines. Incandescente, terrible. La haine aussi, en voyant la sœur de sa meilleure amie disparaître avec l’objet de toutes ses envies de meurtre. Il les observa, ses prunelles brûlant d’une détestation vivace, profonde. Et inconsciemment, ses longues jambes se mirent en mouvement, alors qu’il s’approchait des deux louves pour gronder, sifflant presque entre ses dents à la manière d’un serpent :

« Approche-toi encore une fois d’Ombeline, et il y aura un Greyback supplémentaire au cimetière. »

Ses yeux se posèrent sur Jaina et il souffla :

« Au cas où tu voudrais continuer à consoler cette pourriture … C’est elle qui a mordu ta sœur. »

Il les planta là pour revenir se poster aux côtés de son amie, une main fermement calée sur son épaule, et défiant de sa haute taille quiconque voudrait leur chercher à nouveau des ennuis.
Parchemin envoyé Ven 17 Mar - 11:36

avatar
avatar
profil
Je suis : Mister D. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 111 hiboux. J’incarne : Cate Fucking Blanchett , et l’avatar que je porte a été créé par : Lux Aeterna . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : La Lestrange oubliée, Calypso. Je parle en : #990033



Je suis âgé de : 47 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Unspeakable, Directrice du Département du Temps au sein du Département des Mystères — Général de Voldemort J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Mariée à un époux qu'elle n'a jamais prétendu aimer, elle préfère accorder ses attentions à Aoife Meadowes, dans le secret et le vice le plus total ; la Meadowes lui appartient, et elle a déjà tué pour le lui rappeler. Champ Libre :

Cliniquement psychopathe, ne connait ni l'empathie ni le remord † A commis nombre d'atrocités † Est obsédée par la possibilité de contrôler le Temps † Ne défend que ses propres intérêts † A assassiné et dévoré son mari vivant † Sa folie ne connait pas de limites.



malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 



Hanne Goldstein
parle en #990033


C’était comme si elle avait pu voir le désir qu’elle avait fait monté en Aoife se réduire en cendres soudainement, et, mesquine, elle prenait un malin plaisir à leur rappeler ce qui les avaient amenées là. L’Allemande n’oubliait rien, même pas après l’offre charmante d’une communion des corps inappropriée. La Meadowes se retourna, et Hanne la fixa sans sourciller, un sourire dangereux naissant sur ses lèvres. La contrariété, si vraie soit-elle, amusait le mangemort, et elle inspira simplement l’air entre ses dents, alors ses mains se refermaient comme des serres sur les hanches de sa vis-à-vis. Un rire cynique s’échappa de sa gorge, et elle grogna faiblement, relâchant sa poigne avant d’abîmer la robe de son amante. « Tu essaies de me faire croire que tu m’aurais laissée te ravager dans cette pièce malgré tout ? Ne te moque pas de moi. » L’assaut de la Meadowes sur ses traits s’acheva quelques secondes plus tard, et ses mots refirent naître un feu vicieux dans les entrailles de la blonde, alors qu’elle aurait voulu arguer que si, elle aurait pu le rester ; que la décision de se marier devait être la sienne, sans être forcée par son nom, par sa famille — sans vouloir s’avouer que c’était peut-être elle qui l’avait choisi.

Elle reste silencieuse alors, se mordant la langue lorsque les excuses vieilles comme le monde quittent les lèvres délicieuses d’Aoife et insultent l’intelligence de l’Allemande, sans qu’elle ne trouve le besoin de la corriger. Elle voulait rire, méchante et cruelle, lui rappeler que les Meadowes n’étaient rien ; que de toute façon, dans le grand dessein qu’est la vie, ils ne seraient que poussière dans des centaines d’années. Hanne l’avait vu, contre son gré, lors de ses « voyages » ; elle l’avait contemplé, et même si elle ne l’acceptait pas, elle n’était pas dupe. Elle ne dit rien, se mordant la lèvre alors que sa peau est à nouveau offerte aux attentions de son amante ; elle ne dit rien jusqu’au commentaire de plus, qui la fait s’arracher au contact d’Aoife soudainement, brusquement, et la colère qui monte en elle retombe aussi rapidement qu’elle avait explosé. « Ne nous utilises pas comme excuse, Aoife. Nos alliances ne sont pas ta décision à prendre. » Les mots manquent de conviction, pourtant, et elle soupire, réarrangeant distraitement son collier, le tourne-temps dont elle ne se sépare jamais et qu’elle touche souvent comme une arrière-pensée.

Lorsqu’elle se concentre à nouveau sur son amante, cette dernière est près de la porte, et son comportement l’enrage à nouveau. Elle perd son calme, impulsive avec cette femme comme elle ne l’avait jamais été avec d’autres ; elle est sur elle en quelques secondes, attrapant son poignet entre ses doigts d’une poigne à briser ses os. « Tu ne me donnes pas d’ordres, Meadowes, ou aurais-tu oublié comment cet arrangement fonctionne ? » Murmura-t-elle furieusement contre ses lèvres, qu’elle résiste à embrasser de toute sa fougue. Ses doigts se font caresse à nouveau, et ils remontent contre son avant-bras, puis son biceps, jusqu’à son épaule, pressant le muscle pour l’adosser à la porte à nouveau, leurs corps presque collés dans une étreinte familière. Elle plongea son visage dans son cou, humant longuement son odeur, et un grondement résonna du fond de sa gorge, mélange entre un grognement et un ronronnement animal. « Je ne comprends pas comment tu réussis à me faire réagir ainsi. » Elle poussa légèrement sa mâchoire avec son nez, gestuelle féline prenant le dessus, pour l’encourager à tourner la tête, alors qu’elle attrapait sa hanche de sa main libre, la bloquant définitivement contre elle.

Elle aurait aimé être ailleurs, pour pouvoir profiter pleinement de la présence de son amante, mais ce n’était pas raisonnable. Son oreille tiqua légèrement, et elle se concentra sur le bruit par-delà la porte ; ou plutôt, son absence. Ce silence ne lui dit rien qui vaille, même s’il ne dura qu’une poignée de secondes, et elle savait qu’il était temps de conclure leur aparté. Pas avant un dernier cadeau, pourtant ; un dernier instinct animal qui transforma sa mâchoire. Brusquement, sans lui laisser le temps de réagir, elle dégagea le tissu de sa robe, découvrant son épaule, l’autre main venant se placer contre les lèvres de son amante, pour étouffer sa plainte. Il ne lui fallut qu’une seconde pour enfoncer ses crocs dans la chair, déchirant chirurgicalement la peau, d’une manière relativement superficielle. Son but n’était pas de la blesser, simplement de lui donner un souvenir constant de sa présence, de son influence. L’instant d’après, elle relâchait sa prise, sa mâchoire à nouveau humaine, et elle se reculait juste assez pour admirer son travail. Les lèvres toujours tachées du sang de la Meadowes — sang dont elle stoppait le flot avec un mouchoir en tissu qu’elle avait invoqué — se forcèrent contre celles de son amante, férocement, sans se soucier de l’absence, ou non, de sentiments réciproques. Finalement, elle s’arracha à elle, et lui sourit, forte de toute sa folie. « Un petit quelque chose pour que tu ne m’oublies pas, mmh ? Ne t’inquiètes pas, personne hormis toi et moi ne connaîtra son existence. » Elle retira le mouchoir de la peau marquée, constatant avec satisfaction que le flot s’était tari. Se léchant les lèvres, elle passa sa main au-dessus de la plaie, la faisant disparaître derrière un charme. Elle replaça le tissu de sa robe convenablement, et se recula, l’attirant délicatement contre elle par la hanche, alors qu’elle déverrouillait la porte d’un mouvement de poignet. Elle la relâcha alors, mais pas avant de l’embrasser une dernière fois. « Tu es libre. » Murmura-t-elle sombrement contre ses lèvres, l’expression amusée de son cynisme, alors qu’il était clair que des sorcières comme elles n’auraient jamais rien de plus que l’illusion de la liberté.






Parchemin envoyé Ven 17 Mar - 12:09

avatar
avatar
profil
Je suis : Dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 26/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 91 hiboux. J’incarne : Luke Pasqualino , et l’avatar que je porte a été créé par : © YOU.FIRST . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.M. - D.M. - P.L. - Z.S. Je parle en : #b9770e



Je suis âgé de : vingt-six ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Astronome indépendant J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : Mariée à Roisin Grimstone, depuis décembre dernier. Père d'une petite Ashlynn depuis mai. Champ Libre : - Troisième enfant de Soren et Ezster Grimstone, traité de bâtard durant toute son enfance, il a choisi l'astronomie comme spécialité.

- Ne porte pas ses aînés dans son coeur au contraire de sa cadette.

- S'est éloigné de sa famille depuis son mariage forcé avec Roisin Meadowes.

- Est au courant que l'enfant de Roisin n'est pas le sien, mais un bâtard de sang-mêlé.

- Ashlynn est sa fille quoi qu'il arrivera.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 

Leik
Grimstone
parle en #b9770e
La grossesse de plus en plus difficile de Roisin n’était pas pour déplaire à ce mari absent qui devait mettre quelque peu de côté sa passion pour les étoiles pour s’occuper de l’Irlandaise et de l’enfant qu’elle portait. Dire qu’apprendre qu’elle était enceinte d’un autre l’avait choqué ? Profondément. Ce pour quoi Leik n’avait pas cru tout de suite à cette invitation royale. Il avait d’autres choses à penser. Comme transformer la seconde chambre de leur appartement en chambre d’enfant. Ou encore aider Rose à sortir de la baignoire pour ne pas qu’elle se fasse mal. Et éviter de la toucher de ses mains nues. Les visions de la nouvelle Mrs Grimstone étaient récurrente et violente au fur et à mesure que le bébé prenait de la place en elle. Pourtant, il s’était assis sur le lit après avoir revêtue son costume, regardant avec chasteté cette belle dame qui portait un enfant, pas le sien de sang, mais le sien dans son cœur. Il se fichait de qui pouvait être le père. Qu’importe ? La chose la plus importante était de convaincre Roisin qu’elle ne ressemblait pas à une baleine dans sa robe. Chose complexe, mais à force de longue minute à lui répliquer que non, elle était très jolie, il put l’aider à relever ses cheveux et les coiffer comme elle le voulait. Pourtant, transplaner restait complexe pour la femme enceinte, le couple préféra donc une méthode moldue plus conventionnelle pour se rendre au palais St James. Invitation en poche, on leur demanda de se séparer de leurs baguettes. Leik s’en servait pour les tâches domestiques, il n’en avait pas réellement besoin pour l’astronomie. Mais c’est tout de même à contrecœur qu’il la laisse. Roisin à son bras qui lui murmure. « Tu vas devoir me rappeler encore et encore pourquoi nous sommes là. » Il sourit faiblement. « Sans doute, car ne pas nous voir serait penser que nous sommes de l’Ordre. » Chose qu’il regrettait aussitôt en voyant que dans la salle se trouve tout le monde. Mangemorts et phénix mêlés entre eux. Discutant part pique. Il la garde contre lui Roisin. « Toute cette histoire va mal finir. » Leik retourne son regard vers sa nouvelle femme, préférant la sécurité pour le bébé, tant pis si on les prenait pour des phénix. Lui demandant curieusement s’il s’agissait d’une vision, elle réplique tout aussi vite. « Je n’ai rien vu c’est juste un... ressenti. Quelle idée de rassembler tout le monde ici... » Il est totalement d’accord avec elle, c’était la pire des idées, mais il fallait faire avec, il ne pouvait pas faire autrement, elle non plus. Mais il souffle, juste un pressentiment, mais depuis décembre, il avait appris que les pressentiments de l’Irlandaise n’étaient pas forcément dus au hasard. « On avisera si ça doit mal tourner, tant pis si on doit laisser nos baguettes ici. » Le plus important était l’enfant. Pourtant, le Grimstone porte son regard sur la salle, il distingue sans mal Sissi et Kenan. Mais la salle muette un instant, retrouve son agitation, quand il aperçoit son autre sœur. Celle qui les avait tous mis dans l’embarras. Il a un sourire forcé. Mais dans le fond, même si Ekaterina était une traîtresse, elle restait sa sœur, il aurait du mal à l’ignorer malgré la marque de Val et la collaboration de Sissi. « Éloignons-nous. » Dit-il à la femme à son bras en cherchant le recoin pris par Sissi. Qu’il arrive vers sa sœur. Ne la serrant pas contre-lui, le contact pouvant être mal perçu à cause de sa grossesse. Il préfère saluer Kenan d’une poignée de main. « Tu n’as pas été la voir non plus ? » Demande-t-il à sa sœur. Attendant sa réponse. Anxieux dans le fond, ajoutant. « C’est une mascarade, que veulent les moldus par Merlin. » Pas qu’il ne les aimait pas, mais il les trouvait fort étranges ce soir.


the queen and her knight

Parchemin envoyé Ven 17 Mar - 16:10

avatar
avatar
profil
Je suis : narcotique , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 63 hiboux. J’incarne : chris wood , et l’avatar que je porte a été créé par : mad hattress (ava) beerus (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : jules rackharrow & merlyn parkinson Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : trente deux ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : membre du magenmagot et responsable de la sécurité à la Sainte Mangouste J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré entre le devoir et l'amour. Enchaîné à une jeune Selwyn
malle
raise your wand
 
event #8
- un bal royal -
Tout débute par une lettre portant le sceau de la couronne d'Angleterre. Une folle invitation à un bal qui s'annonçait macabre. Même s'il ne possédait la double vue, il ne fallait pas être voyant pour avoir un arrière goût amer dans la bouche concernant cette demande issu d'un monde bien plus paisible que le sien. Du moins, en apparence. Pour cette occasion, le Meadowes avait sorti son plus beau costume, comme à son habitude, pour une seule et unique raison. Les apparences, car au fond, c'était la seule chose qui avait encore de l'importance, la croix qu'il porte, celle du devoir. Alors pour l'honneur de la famille, il accepte de vendre son âme au diable, de céder aux plus sombres aspiration, s'oubliant presque dans les brumes. C'est donc accompagné de la veuve de son aîné, ce frère maudit, ce monstre qui l'a trompé. La regarder dans les yeux est bien trop dur, de nombreuses questions fusent dans son esprit, trop d'indiscrétion, un doute persistant en lui. Une colère depuis longtemps étouffé, un feu ardent.

Sa démarche est lente, accompagnant Lucrezia, il se faufile dans la foule silencieusement, son regard plonger dans le vide, sans doute par lâcheté. Toujours cette même lâcheté qui lui coupe la langue, qui lui brise les jambes et qui l'enchaîne à la servitude. Ses yeux se perdent dans la foule tandis que sa cavalière continue de guider ses pas. Il reconnaît quelques visages, en découvre d'autres. Assez rapidement, il constate aussi bien que les mangemorts que l'ordre du phénix ont envahit l'espace dans une tension palpable, tous désarmé. Comme il s'y attendait, ce bal n'annonçait rien de bon. Et tandis que Lucrezia échange des politesses avec sa sœur aînée, il s'éloigne de quelque pas, ne sachant plus comment réagir à ses côtés, se retrouvant dans la position d'un incapable face à son aînée. Sans accorder le moindre regard, il la laisse s'éloigner, toujours silencieux. Il cherche quelqu'un de regard, rapidement il constate que l'atmosphère s'enflamme de minute en minute. Les échanges qu'il capte d'une oreille discrète n'annoncent rien de bon. Il saisi à ce moment là, plus ferme, le bras de Lucrezia avant de venir lui murmurer au creux de l'oreille. « Ce n'était pas une bonne idée de venir ici... » Une terrible idée, même si nombreux étaient ceux qui percevaient l'opportunité de rependre leur venin à qui voulait l'entendre, aux yeux de Glenn, c'était une véritable chasse au sorcière qui se préparait, un bain de sang. Devenu méfiant avec le temps, et surtout avec les grandes révélations qui ont marqué son esprit au fer rouge. Il avait comprit une chose, ne plus jamais se fier aux apparences.

Il prend les devants, guidant sa cavalière, son amie. Cette femme qu'il a aimé plus que tout durant bien des années, cette femme qu'il souhaite protéger, tout comme les siens, son sang. Enfin, il perçoit son frère au loin, accompagné de Mererid, sombre amante, lugubre secret du Meadowes. Sans y porter plus d'attention, n'étant pas d'humeur à se laisser porter par les pulsions de la mangemort. Il s'approche de son frère aîné, dans le dos, venant lui faire part de quelques mots, quelques inquiétude. « On ferait mieux de partir... Entre ceux qui vont se sauter à la gorge et cette invitation très étranges, j'ai bien l'impression qu'on plonge tous dans un traquenard. » Rien de plus, rien de moins, c'était clair et précis dans l'esprit du blondinet. Son regard se tourna ensuite vers un groupe prêt à s'entre-tuer, dans la masse il reconnu une Lupin, Jainna.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.
Parchemin envoyé Ven 17 Mar - 19:34

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/09/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 595 hiboux. J’incarne : Gemma Aterton , et l’avatar que je porte a été créé par : Evie . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Athelstan Lestrange Je parle en : #B7CA79



Je suis âgé de : 30 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : en fuite, ex professeur de soin aux créatures magiques et ex prostituée J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Alienor Rosier
parle en #B7CA79
Une chose était certaine, s’était qu’elle ne faisait pas tâche dans le décor Alienor. Toutes les femmes, ou presque avaient sorti leur plus belle robe. Beaucoup de frou-frou, des pierres précieuses, des couleurs qui attiraient l’œil. Alienor, pour une fois était presque comme elles. Elle qui restait toujours discrète avec des tenues passe partout, avait ce soir revêtu une robe aux tons chaire et noir. Cheveux noués en un chignon serré, elle se trouvait élégante, même sans pierres précieuses ou bijou venant d’un grand nom. Elle n’en avait pas les moyens et avait refusé de prendre autre chose que cette robe au manoir de ses parents.

Venue seule, elle ne comptait pas réellement faire ami-ami avec les personnes présentes. Surtout en voyant qu’il y avait des mangemorts, des Black et que la Reine avait été plutôt claire sur le déroulement de la soirée. Se déplaçant tranquillement dans la salle, elle veillait à toujours se retrouver éloignée des Black. Caelia aurait voulu sa peau…ou en tout cas qu’elle revienne à la maison close. Et vu qu’Alaric avait mis une prime sur sa tête…il le voulait probablement également. Enfin une prime…depuis sa fuite de Poudlard, la tête de la jeune femme était passée de quelques centaines de gallions à bien plus. Elle devait désormais se méfier de tout et tout le monde lorsqu’elle quittait son refuge. Elle attrape doucement une coupe de champagne et continue son chemin en direction des membres de l’ordre. Mais le chemin lui est désormais barré par une personne qu’elle ne connait que trop bien. « Miss Black ! » C’est une expression d’étonnement. Elle avait entendu de nombreuses choses à son sujet et ne savait ce qui était exacte. Mais se retrouver renier de sa famille…voilà qui était tout de même un sort qu’elle n’enviait à personne. « Miss Peverell. » Ajoute-t-elle à l’attention de la jeune femme également présente. Il était possible que cette seconde personne ne la connaisse pas, mais Alienor avait appris à connaître les familles pures, les craindre et même parfois les détester. A nouveau elle se tourne vers Astraea. « Je crois que je ne vous ai jamais vraiment remerciée de m’avoir rendu ma liberté. » Enfin remercier…fallait le dire vite. Sa tête avait été mise à prix quelques jours après son départ. Donc ce n’était pas une libération totale. Et puis la mort de sa sœur…non, elle ne le vivait pas bien non plus. Sa phrase était donc très nuancée. Mais elle ne doutait pas que la Black sache tout cela et ce qu’il y avait derrière la libération.


Styx - La plus belle catin de la maison close - dixit Astraea Black
- C'est la catin la plus chaude de Londres - dixit Murphy Camlann

Styx Frye recouvre sa liberté et redevient Alienor Rosier


Parchemin envoyé Ven 17 Mar - 19:37

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 



Aoife Meadowes
parle en #996666
Avec l'air faussement effarouché d'une donzelle puritaine de la haute-société magique, l'empoisonneuse n'en était pas moins furieusement surprise par la spontanéité carnassière de son amante. Dans la chaire, encore suintante et tuméfiée, l'allemande avait laissé s'enfoncer sa marque, symbole irrémédiable de son emprise totalitaire et entière sur la cadette irlandaise et ses velléités. Elle se moque éperdument que cette blessure ne leur soit apparente qu'à toutes les deux ; en revanche, et sans même prendre la discrétion de s'en cacher, l'ombrageuse fonctionnaire du Ministère de la Magie était offensée d'être la bête marquée d'une détestable mainmise invisible, à la manière des elfes aux maîtres de maison, aussi délicieux fut le faciès qui s'en régalait. Aoife ne lui offre pas même la satisfaction de l'entendre s'en plaindre et la toise, incendiaire dans le regard et mâchoires crispées dans la colère, soudainement pressée de quitter la petite salle d'eau exigu. Sans plus de cérémonie, insultée et blessée dans son orgueil. La scène rappelait, bien à s'y méprendre et malplaisante, une adolescente prise en faute par  une quelconque autre figure d'autorité. La susceptibilité bouillonne tant que la sorcière veille délibérément à ne pas la frôler, même de la plus indifférente des manières, lui passant sous le nez, pour retrouver l'air suffocante et en pleine effervescence de la grande réception

S'assurant que leur sortie s'était fait dans l'anonymat des grandes réceptions, l'assistante de l'ambassadeur magique anglais s'éloigna discrètement, passant fébrilement les doigts sur et sous le tissu noir de la robe, teinté d'un scintillement âcre désobligeant. Aoife fronça les sourcils, prête à grogner. Elle y reconnaissait l'odeur ferreux de l'hémoglobine, son propre sang, et maudissait intérieurement son amante, dont elle se faisait la promesse silencieuse de se venger au moment opportun. La récence de la blessure l'élançait jusqu'au bas du cou de désagréables échauffements et picotements dont elle ne saurai se soulager sans sa baguette. La sorcière décida néanmoins de s'en soulager autrement, à grandes lampées gourmandes de champagne, dont elle avait happé le serveur quelques secondes auparavant. De la même manière que la chance liquide, elle s'abreuvait du plus primal des alcools pour se donner le courage d'affronter son aîné, dont elle avait toisé le regard quelques secondes à peine à la sortie de la salle d'eau. Visiblement, il partageait sa douleur et ses yeux, criants et désapprobateurs, lui intimaient l'ordre silencieuse de plus amples explications. Les yeux roulent en l'air, visiblement agacée comme une enfant que l'on surprotégeait en toutes risibles occasions, résignée cependant à se rapprocher de ses frères, prenant bien garde à ce que son épaule ne touche ni n'effleure la moindre convive présent dans la grande salle de bal. Au bout d'une lente progression prudente, elle les avait rejoint (Glenn, Lucrezia, Desmond et Mererid), le même port de tête arrogant qu'on lui connaissait, étendard d'un ego surdimensionné. Elle ignore délibérément la nouvellement Nott, mais souris presque trop tendrement à la veuve de  Doran, s'adressant cette fois à ses deux frères : « J'avais oublié de vous mentionner à quel point je vous trouvais tous deux très séduisants ce soir. » Moue pincée, elle fait mine de chercher la femme qui devrait véritablement être aux bras de son aîné et lui en ait la sanglante remarque, d'un ton sarcastiquement trop innocent en bouche. « Où est ta femme, Desmond? » L’appellation est sans équivoque et toute la fratrie est au fait qu'Aoife n'appelait presque jamais les épouses de Desmond par leurs véritables prénoms. Jalousie irrévocable et volcanique pour la cadette qui disputait férocement l'affection  exclusive de son jumeau à toutes les autres femmes de son très restreint cercle d'entourage. Griffes toutes dehors, elle agrippe l'avant-bras de son aîné, sans le blesser cependant, et la pression suffit à ce qu'il penche la tête pour qu'elle lui glisse discrètement à l'oreille. « Je sais que tu l'as senti... je suis désolée. »
Parchemin envoyé Ven 17 Mar - 20:25

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 295 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Sweet mascarade

FT. EVERYONE



Ils les observent en chien de faïence et ça a le don, au fond, de plaire à Nathaniel. Se dire qu’eux non plus ne peuvent pas grand-chose est en soi un réconfort. Ce n’est pourtant pas l’envie qui manque d’aller régler des comptes, il en a lui-même à régler avec certains ici présent, mais parce que la demande de Skander rentre en ligne de compte, il ne fera rien qui pourrait compromettre l’alliance avec les moldus. Il ne fera rien non plus par respect pour Charlotte qu’il a aperçu tout à l’heure. Il voudrait aller la voir, mais serait-ce réellement judicieux de sa part ? Il n’en est pas certain… Le jeune sorcier jette un coup d’œil à  Tristan et lui rend son sourire en penchant la tête sur le côté. Il marque un point. « C’est drôle, venant de nous ça m’inquiète moins, on a un peu plus de style et de savoir-vivre. ». S’il ne retient pas Tristan tout comme les Phénix qui commencent lentement à se déployer, Nate croise tout de même le regard de Mererid avant de décider qu’il est temps à son tour de s’éclipser en douce. Il respectera la demande de Skander. Pour sûr. Les oreilles du Trelawney glissent sur les mots que la brune envoie, évoquant un mariage tout récent. Il aurait dû s’en douter, Mererid était loin de ne pas profiter d’une alliance qui pourrait lui servir. Les laissant à leur conversation qui s’annonce horriblement froide, le voyant se faufile dans la foule en donnant de malencontreux coups de coude, mimant timidement un air désolé. S’il se faufile c’est pour mieux faire un tour de la pièce. Il observe en silence. En réalité il attend. Il attend que l’ex-Rackharrow se retrouve seule. Manque de bol, elle est bientôt rejointe par Desmond. S’il ne le connait pas de nom, il sait en revanche que ce bougre ne fait pas parti de ceux qui l’apprécient. Tel un serpent qu’il n’est plus, Nate se faufile une nouvelle fois, juste assez pour se pencher tel un parfait gentleman à l’oreille de Mererid, ignorant royalement le mangemort à ses côtés, ne lui jetant qu’un rapide coup d’œil plus malicieux qu’il ne le voudrait.

« Le bonjour à ton cher frère. Moi qui pensais qu’il n’aurait pas manqué une occasion de venir se pavaner à tes côtés. ».

Sa main est venue se poser sur l’épaule de la sorcière puis il s’est éclipsé comme il est arrivé, prenant la direction opposée. Il a quelqu’un à voir. Cette fois-ci, plus de coups de coude involontaires. Il avance droit vers Victoire et Artemis et arrive pile au bon moment.

« Bonsoir Victoire. » qu’il lâche d’un sourire sincère en direction de sa camarade. Quand ses prunelles se reposent sur Artemis, le sourire se perd instantanément. « Mademoiselle Grimstone. ». Enfin ça, c’est s’il ne se trompe pas. Des fois qu’elle ait décidé de se marier, elle aussi, entre temps…  « Extrémistes ? Je ne nous qualifierai pas comme tel. ». Il met l’accent sur le nous, bien qu’il sache pertinemment qu’Artemis est neutre dans toute cette histoire. Enfin… L’est-elle encore ? Il n’en sait rien en fin de compte. Il ne sait plus rien. A-t-il seulement su quelque chose ? L’estomac noué et une boule se formant au creux de sa gorge, il a beau essayer. Il a beau toujours l’aimer, il reste amer d’avoir été écarté. Délaissé. Quand bien même sa présence fasse battre son cœur avec indécence. « Vous êtes toutes les deux radieuses ce soir. »  




WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Ven 17 Mar - 20:35

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 



Ombeline Lupin
parle en #669966
Les menottes furieusement refermées, les ongles enfoncés dans la chair, lui lacérant les paumes des mains, elles tremblaient de colère, assailli vertigineusement d'un sentiment inassouvi de justice ; Belette était en proie à une fureur qui ne lui était absolument pas habituelle. Récemment faite demi-lycan (soit pendant la bataille de Poudlard), Skander et sa sœur l'avaient bien prévenu et mise en garde contre des excès de colère potentiellement incontrôlés. De fait, Ombeline avait observé s'être faite gagnée d'une impatience dont elle n'avait pas coutume de manifester. Elle avait regretté, plus d'une fois, d'avoir haussé délibérément le ton contre Marcus ; bien qu'il ait immédiatement accepté ses excuses (et comprit les circonstances atténuantes), la Belette se morfondait sérieusement dans l'inquiétude, d'un jour peut-être, perdre les pédales. Dieu seul sait que la cadette de Tiberius Lupin ne se pardonnerait jamais de blesser innocents, quel qu'il soit. Mais le feu qui grimpait en son œsophage avait le goût du fer et du sang ; l'image n'était pas sans lui rappeler les fureurs destructrices des dragons. Insultée de se voir ridiculiser plus encore par l’épigone de tous ses malheurs, la Blondinette préparait une réplique sanglante, mais fut brusquement interrompu par l'intervention incongru d'un deuxième protagoniste.

La sorcière ne cache pas la surprise de son visage, ce qui lui chasse momentanément toute hostilité dans le faciès ; c'est que de la leader en second, elle n'en connaissait pas grand chose et s'étonnait presque toujours dans la voir prendre la parole. Ombeline n'en comprend pas plus derrière les subtilités de cette joute verbale, mais son regard oscille alternativement entre Ekaterina et la Greyback. Cette fois, elle affiche un air totalement déconfis et incrédule. Elle s'en apprêtait même à en faire la remarque avec que leur trio ne soit rejoint successivement de Tristan, Jaina, Odette et Marcus. Instinctivement, la Belette se cale contre le corps élancé de son meilleur ami qui, d'une pression sur l'épaule, suffit à l'apaiser. Elle hocha positivement de la tête, unique réponse à sa question (probablement celle qu'il lui posait le plus depuis Poudlard) et néglige momentanément la conversation, la tête levée vers l'écossais qui la dépassait facilement de deux têtes encore : « Ça va Marcus, tu as le droit de t'amuser tu sais. » lui répond t-elle, tapotant son torse de quelques petites tapes rassurantes et inoffensives. En revanche, son faciès s'effondre lorsqu'elle voit Jaina préférer s'occuper de son bourreau plutôt que de venir s’enquérir de son état qui, rien qu'à la vue de la Greyback, suffisait à lui faire palpiter d'angoisse – et de colère – le cœur.

Elle sent le sol se dérober sous ses pieds, et la trahison amer lui enserrer le cœur. Elle cherche, du regard, à se faire rassurer par Tristan, Ekat ou Marcus qui, silencieux, ne lui apportent la réponse qu'elle espérait. Elle balance de droite à gauche sa tête chancelante et recule, maladroitement, alors qu'elle voit, sans réellement le comprendre, Marcus foncer vers Jaina comme pour lui en faire la remarque. Les lèvres tremblantes, elle préfère s’éclipser, emportant son meilleur ami dans la course, pour retrouver Skander. Massivement, comme un boulet de canon, elle fonce brusquement sur son torse pour y enfouir son visage.
Parchemin envoyé Ven 17 Mar - 22:58

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1285 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : Shad . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Irvin Rackharrow
parle en #7d748f
Irvin est venu avec ses filles. Circée l’avait supplié de s’y rendre et il avait cédé sans vraiment opposer de résistance, laissant la petite Nephtys aux bons soins de son éternel. De Cotokos plus précisément. Depuis que Circée n’était plus au manoir au pays de Galles, Pan et Fire sont venu vivre à pré au lard, laissant la maison pleine de vie et survoltée en plus de la petite puce, de Cotokos, et de l’éternel de Sìleas. Vêtu de son éternelle tenue de soirée qui en avait vu de toutes les couleurs, tous les bals de sa vie, tous les enterrements et tous les mariages, il s’était rendu à cette soirée presque serein, quoiqu’interloqué par cette invitation. Fire s’était joint à eux, mais Irvin lui avait interdit de parler ou de faire des vagues. Autant dire que le renard faisait la tronche et traînait la patte…enfin les pattes…sur les six, il y en avait plus d’une qui trainait au final.

Une fois dans la salle et le discours terminé, il a assisté, impuissant, au dispatchées de ses filles à travers la salle. Il les surveille du coin de l’œil, mais les laisse vivre leur vie. Il espère juste qu’elles ne feront pas de bêtises ce soir, leur réputation pouvait prendre cher. Seul avec ses parents, il se tourne vers eux. « Mère, vos remarques sont usantes à force. Circée payera déjà bien assez toute sa vie de ce qui s’est passé, je vous prierais de cesser. » Des années après, le respect était toujours là malgré les épreuves et il restât au vouvoiement. Sur ces paroles, il s’éloigne d’eux, à la recherche d’un alcool fort. Ne voyant finalement que du champagne, il se résout à faire avec. Posé contre un pilier, il observe la salle. Les groupes qui se forment et se déforment. Les camps qui restent séparés, hormis quelques éclats de voix d’un côté, puis de l’autre, avec des personnes qui traversent la salle en courant presque. C’est fou comme les gens pensaient à s’entretuer lorsqu’ils étaient laissés libres avec des personnes qu’ils considéraient comme ennemi. Il voit son fils et sa belle-fille. Il voit sa nièce. Il voit ses parents. Ses filles. Les leaders nationalement connu de l’ordre. Les leaders des mangemorts qui remplaçaient le lord disparut. Il voyait également des têtes de sorciers recherchés qui étaient placardés partout dans les rues sorcières. Et il vit une Borgin qu’il pensait bien connaître. Il la voit au bras d’un homme et il a un pincement au cœur. Il détourne le regard, qu’elle s’amuse, il n’avait aucuns droits sur elle. Continuant son tour de reconnaissance, il tombe sur un homme qu’il reconnaîtrait toute sa vie. Et sans réfléchir, il quitte son poteau pour le rejoindre. Arrivant par derrière, il lui touche l’épaule avant de parler. « Bonsoir, Alastar. » Son ton est froid, mais c’est une façade. En voyant son frère se retourner, il pourra le lire sur le visage de son aîné, aucune rancune ou colère contre lui. Mais il devait simuler pour tous les mangemorts qu’il y avait autour d’eux. « Viens marcher avec moi. » C’est une invitation, il ne peut le forcer, mais il ne peut lui parler sereinement tant qu’il y aurait tant de mangemorts autour d’eux. Il préférait limite les oreilles indiscrètes de l’ordre. S’éloignant un peu il lui demande plus bas. « Comment tu vas ? Ça fait un moment qu’on ne s’est pas vu, tu t’en sors ? » Il est et restera à jamais son frère. Il pouvait être dans le camp adverse, mais qu’importe, tant qu’il arrivait protéger ses enfants et sa petite fille, il ne lui en voudrait pas pour ce choix. Après tout, lui aussi avait quitté les mangemorts un temps.




Parchemin envoyé Sam 18 Mar - 0:37

avatar
avatar
profil
Je suis : MoonOfBlood , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/01/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 156 hiboux. J’incarne : Gal Gadot , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys. Je parle en : firebrick.



Je suis âgé de : trente ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : fugitive de l'Ordre et ex-Potionniste. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je reste irrécupérable.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
event #8
- un bal royal -
Priam était probablement sur le point de lui répliquer d’aller se faire voir, vu qu’elle venait de lui faire remarquer à quel point son maquillage ruiné la faisait ressembler à un gobelin. Mais elle n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche ; Marcus fit irruption, lâchant les seuls mots qui auraient pu détruire Jaina en cet instant. La femme qu’elle s’efforçait d’apaiser, la louve avec laquelle elle se savait plus de points communs que de différences, l’amie qu’elle s’efforçait de maintenir à distance de toute cette histoire… Priam était à l’origine de la veille horrible qui avait suivi l’attaque de Poudlard. Priam était celle qui avait mordu Ombeline, celle qui avait versé son sang. Sans MacDougall, Ombeline aurait pu mourir. Toujours cette pensée, affreuse, ce cauchemar interminable. Un voile rouge semblait obscurcir sa vision, réduisant finalement le champ au visage ravagé de la Greyback. La lueur dans ses prunelles.

« Ne t’approche plus de moi, » cracha Jay entre ses mâchoires serrées, douloureuses.

Il lui fallut toute la force du monde pour lâcher sa prise sur Priam, toute sa volonté pour ne pas perdre le contrôle. Elle luttait, elle perdait à chaque seconde du terrain. Comment aurait-elle pu savoir la vérité ? Se détournant tout aussi brutalement de sa proie, elle attrapa Marcus par le col avec un grondement rauque.

« Ne reste pas planté là, va la voir ! »

Elle le repoussa avec force, se détournant dans une envolée de tissu bleu. Un pas. Puis deux, puis trois. Sa démarche était hésitante, mais inarrêtable. Jaina ne voulait plus être ici, tentée de déchirer la gorge de Priam, écœurée par une confiance de plusieurs années. Enragée, perdue, déçue. L’absence de sa baguette était probablement une bonne chose. Elle pouvait encore transplaner, loin d’ici, loin de cette tourmente. Néanmoins, elle savait que le voyage serait risqué. Le transplanage n’était pas une aptitude dont il fallait abuser – surtout dans l’état dans lequel évoluait sa conscience à présent. Une boule de flipper bousculée d’une extrémité à l’autre. Il aurait été simple de lâcher prise, d’évacuer tout ce mal qui la rongeait vicieusement. Priam. Ombeline. Avait-elle trahi sa petite sœur, sans même le savoir ? Un goût amer se répandit dans sa bouche, sur sa langue. Un haut-le-cœur la secoua à l’instant où elle poussait rageusement la porte de cette même salle d’eau que venaient de quitter Hanne et Aoife. Son corps s’échoua brutalement contre les éviers alignés, la jointure de ses mains blanchit quand elle se rattrapa de justesse. La bile lui brûlait le gosier. Elle se sentait mal. Cette douleur était différente de celle qui brisait ses os à chaque pleine lune. Elle l’incendiait de l’intérieur, ravageait ses tripes, réduisait son esprit à quelques pensées erratiques. Qu’allait penser Ombeline de toute cette histoire ? Que devait-elle penser, elle ? Un hurlement déchira ses lèvres, sans doute plus bestial qu’humain et elle jeta ses poings sur le reflet que lui renvoyait le miroir. Son visage éclata en un million de morceaux. Et Jaina baissa la tête, insensible au chaos provoqué. Au sang qui s’égouttait de cette légère blessure sur sa main gauche. Rien n’importait que l’horreur de sa propre erreur. Ainsi que la sensation d’avoir failli à sa famille. Cette soirée pouvait difficilement se dérouler plus mal.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


A new promise to be fulfilled, A new page to be written.

the devil whispers "you cannot withstand the storm."
the warrior replies "i am the storm."
© Astra.



Parchemin envoyé Sam 18 Mar - 0:45

avatar
avatar
profil
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 654 hiboux. J’incarne : Lily Collins , et l’avatar que je porte a été créé par : @Bazzart JUGBAND BLUES. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel parle en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. Mais le temps des regrets et de la honte est terminé. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : créatrice d'objet de magie noire, elle est capable d’ensorceler une petite cuillère pour une faire une arme de destruction massive. Ce n'est pas totalement vrai, mais c'est presque cela. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Circée Rackharrow
parle en #663366
Il se pavane comme le héros qu’il n’est pas. Elle sirote nerveusement sa coupe de champagne. Ce n’est pas mauvais ce fameux brevage moldu, Circée n’est pas une fan de pétillant, préférant une bonne bière au beurre à Pré Au Lard au Trois Balais. Mais, elle ne peut pas regarder Skander et sa tribu de Lupin dont faisait jadis Aries, le père de sa fille, et dont faisait partie l’homme qu’elle avait aimé, Lothar. C’était plutôt compliqué. Elle finit sa coupe d’une traite, et lâche à l’attention de Stan, « Excusez-moi un instant, mais certaines choses doivent être dites. » Au diable les apparences, elle était déjà fichée comme une folle et une traînée. Confronter le leader de l’Ordre pourrait lui faire gagner des points, tant qu’elle ne brisait pas le statu quo. Elle posa sa coupe sur le plateau du serveur le plus proche, et manque de la faire tomber, à lui de faire preuve de l’adresse suffisante pour ne pas passer pour un piètre homme de maison.  Elle fend la foule, un sourire sur les lèvres. La force et la détermination, elle les avait qu’importe les on-dit, elle tiendrait, ne lui mettrait pas son poing dans la figure, ni ne le mordrait, ni ne le ferait payer physiquement devant tout le monde. elle trouverait le moyen de lui faire payer. Mais rien ne vaut une bonne vieille menace après tout.

Au cou de Skander une jeune femme (Ombeline) pendue, comme une fille au cou de son père. Et dire que cet homme inspirait le respect de quelque un, c’était dégoûtant. Elle arrive, comme une fleur en applaudissant faussement, « Quel homme… » Commence-t-elle faussement admirative, « Un père adorable, vous êtes si paternel avec cette jeune femme… » Elle sourit, « Bienveillant. » Fausse et arrogante, comme lui. Son parfait Némésis face à face. Bienveillant ce n’était clairement pas les termes auxquels elle pensait en le voyant. Il n’avait été bienveillant ni à son égard, ni à l’égard de son enfant, l’enfant d’Aries, son meilleur ami, son défunt meilleur ami. « Serez-vous aussi… » Elle rit, « Vous savez très bien de quoi je veux parler. » Sera-t-il aussi malveillant à l’égard de l’enfant que portera un jour ce qui dans ses souvenirs semblait être aussi une Lupin qu’il l’avait été à son égard à elle. « Depuis ce bal du Ministère, ce doloris fraîchement envoyé, et cette lettre nauséabonde, je crois que vous me devez bien une danse avec le Grand Méchant Loup. » Crevure se retient-elle de dire. Elle attend, sachant très bien qu’il pourrait refuser. Mais dans toutes ces querelles, au milieu de cette  haine, elle avait après à le connaitre ce Némésis, leur fonctionnement n’était pas si différent. Il n’aimait pas être blessé dans son orgueil, elle non plus, ça faisait un point commun de taille. Connais ton ennemi, c’était un dicton qui avait du sens.




Il n'est pas d'ombres dans le noir. Les ombres sont les servantes de la lumière, les filles du feu. Plus vive est la flamme, plus sombres sont les ombres qu'elle projette. (...)



Parchemin envoyé Sam 18 Mar - 0:55

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1838 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Skander Lupin
parle en #ff3333
Une coupe à la main, il n’aime pas le goût du champagne. L’alcool a un goût amer en bouche, comme cette soirée étrange. Il regarde Odette s’éloigné après s’être allègrement foutu de la gueule de la jeune femme de son ami Quintus. Etonnant que cet homme ai une femme, Skander n’avait pas souvenir de l’avoir vu intéressé par l’une de ses créatures, honnêtement, il l’avait toujours cru.. gay, ou trop obnubilé par sa carrière. Mais son « ami », enfin ex-meilleur ami n’est pas là. Au loin il aperçoit Desmond qui discute avec la dite femme de leur ami commun Quintus. Bien sûr qu’ils doivent se connaitre, les rats se connaissent forcément. Skander tourne alors la tête pour chercher Bellamy du regard mais son ami n’est pas encore arrivé, ou bien il ne le trouve pas. C’est plus compliqué de trouver une tignasse rousse ici qu’une aiguille dans une meule de foin. Il pousse un soupir, il sent que les esprits s’échauffent, mais ne pas y prendre part c’est faire preuve de force, de calme, et de détermination. Il observe les forces en présence, ennemies, alliées, et aussi ces moldus étranges. L’invitation était étrange, tout était étrange. Très étrange même. C’est une tornade qui le sort de ses pensées, une tornade nommé Ombeline, sa fragile Ombeline – elle était solide mais elle serait toujours fragile et vulnérable aux yeux de Skander, comme cette insupportable gamine de première année qui avait décidé de pas le lâcher. Et elle avait eu raison. « Allons, qu’est-ce qui… » Il est interrompu par ses applaudissement isolé, et les mots d’une fille, une folle, une tarée, une Rackharrow.

Circée Rackharrow en personne, qu’Odette se rassure sa petite protégée semblait en vie et bien déterminée à lui faire payer. Peut-être le méritait-il. « Quel homme…  Un père adorable, vous êtes si paternel avec cette jeune femme… Bienveillant. »  On y est, l’affrontement. Comment rester dans le droit chemin sans jamais franchir la ligne ? Circée met ses talents de médiateur, et son self contrôle à rude épreuve. « Serez-vous aussi… » Elle rit, qu'elle s'étouffe avec son rire faux et ce sourire narquois. Skander se chargerait bien de lui torde le cou une bonne fois pour tout. « Vous savez très bien de quoi je veux parler. » La fameuse lettre. Une lettre sujette à dispute. Skander la fixe, stoïque. Ne pas craquer, ne pas lui faire ce plaisir. « Depuis ce bal du Ministère, ce doloris fraîchement envoyé, et cette lettre nauséabonde, je crois que vous me devez bien une danse avec le Grand Méchant Loup.  »  Leur première danse, les premières menaces, le début du chaos. Skander sourit, elle ne sait purement et simplement pas ce dont il peut être capable. « Mais avec plaisir, Ombeline je suis à toi dans deux minutes. » Deux minutes c’était le temps qu’il s’accordait pour régler ce problème. Pas une de plus, le temps d’une danse tout au plus. Elle pouvait l’inviter à danser, mais ce n’était certainement pas elle qui mènerait la danse. Il savait mener son monde, ses affaires, ses vengeances et sa vie. Il ne se laisserait jamais marcher dessus par une adolescente – jeune adulte – immature et incontrôlable. Il tend alors la main, très faussement gentleman et attend qu’elle la saisisse avant de l’emmener danser, les gestes sont froids. L’atmosphère, glaciale.

Le tempo est lent, « Déçu de voir que tu es toujours en vie. Et que ta fille le soit également. » Il sourit, mais le sourire est crispé. Il la fixe. Sa main se serre autours de la sienne, amère. Elle a fait tellement de mal à son frère, peut-être à Aries aussi.  « Sache que je ne regrette aucun de mes mots, aucun. Tu peux crever avec ton gosse. » Il arrive à dire cela en souriant, il est père depuis peu d’un bout de chou, mais il sait être l’homme qu’il est en cet instant. Froid, manipulateur, arrogant, et violent. « Mais je suis.. impressionné par cet acte de… bravoure et de stupidité. » Il la fixe, « Danser avec moi, ta famille doit en être toute retournée, la traînée Rackharrow fait encore des siennes, pauvre Irvin. » Il a presque envie de rire, de se moquer, mais il fait bonne figure, il ne sera pas celui qui commettra l’impaire.


It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

Parchemin envoyé Sam 18 Mar - 1:18

avatar
avatar
profil
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 654 hiboux. J’incarne : Lily Collins , et l’avatar que je porte a été créé par : @Bazzart JUGBAND BLUES. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel parle en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. Mais le temps des regrets et de la honte est terminé. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : créatrice d'objet de magie noire, elle est capable d’ensorceler une petite cuillère pour une faire une arme de destruction massive. Ce n'est pas totalement vrai, mais c'est presque cela. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Circée Rackharrow
parle en #663366
Une horrible sensation de déjà-vu. Un bal, mais cette fois-ci d’aucun ne portait un masque. « Mais avec plaisir, Ombeline je suis à toi dans deux minutes. » Ombeline, la cousin de Lothar et de cet infâme créature qui lui faisait face. Elle l’avait peut-être déjà vu, mais elle ne savait plus trop. Elle n’hésite pas une seconde avant de saisir la main du Loup. Elle venait littéralement de se jeter dans la gueule du loup, sa famille, ni personne dans cette salle n’apprécierait une telle danse. Mais qu’importe, il devait payer. Et rejoué une scène de leur passé en changeant quelques règles ne ferait pas de mal. Le contact de sa peau avec la sienne est rebutant. Elle se sent souillé, mais elle doit aller jusqu’au bout. La danse commence, le tempo n’est pas très rapide : parfait. Ils n’avaient pas besoin d’être hors d’haleine pour se parler à couteaux tirés. Il débute les hostilités, comme elle s’y attendait, c’est un monstre après tout, l’un de ceux qui font peur dans les contes pour enfant. « Déçu de voir que tu es toujours en vie. Et que ta fille le soit également. » Elle n’en attendait pas moins de lui. Elle garde son sourire figé, mais le cœur n’y est pas. Elle veut juste lui sauter  à la gorge, songeant à cette fois où elle aurait dû le tuer, ou le laisser mourir.  « Sache que je ne regrette aucun de mes mots, aucun. Tu peux crever avec ton gosse. » Ca non plus, ce n’était pas surprenant. « Mais je suis.. impressionné par cet acte de… bravoure et de stupidité. »  Elle savait ce qu’elle risquait. Sa réputation était déjà bien mise à mal. Mais elle devait au moins faire cela pour sa fille, parce qu’elle avait failli la perdre à cause de lui, à cause de sa malveillance alors que cette gamine était de son sang, la fille de son meilleur ami. Quel monstre était-il ? Le pire de tous. « Danser avec moi, ta famille doit en être toute retournée, la traînée Rackharrow fait encore des siennes, pauvre Irvin. »  Mêler son père à cet histoire. Très mauvaise idée Lupin. Elle risquait de décevoir son père, c’était un risque à payer, elle le savait. Mais sa fille, ça passait avant le reste c’était un fait immuable.

Elle garde ce sourire de circonstance, et tente de ne pas perdre pied. Elle est étonnée de ce contrôle qu’elle sur ses émotions qui lui est étranger. La colère l’aide sans doute, la haine aussi. Elle réussit à transformer ses émotions néfaeste en énergie pour avancer. La danse se poursuit alors, et elle répond, « Sache espèce d’ordure que je suis l’une de celle que tu ne pourras jamais berner. » Elle accompagne ces mots de son plus joli sourire. « Pavanes-toi comme le héros que tu n’es pas devant ta petite assemblée de fidèle, mais tu ne les trompera pas longtemps. » Elle réprime un rictus mauvais. « Tu n’es qu’un monstre, une pourriture, et une ordure. » Elle ne mâche pas ses mots la Rackharrow. « Et je te le ferais payer, tes mots ont failli me coûter la chose la plus cher à mes yeux… » Elle avait tenté de ses suicider à cause de sa lettre, de ces mots, de la mort d’Aries. Sans Astraea Black, sans Odette, sans l’ami de celle-ci, elle ne serait plus de ce monde, et cette petite n’aurait jamais vu le jour. « Ma fille, Nepthys. » Elle a un nom, une famille, une mère, et elle existe, se retient-elle de dire en évoquant son nom. « Sache que le prix ne sera pas moins que la vie d’un être qui t’es cher. » Elle lâche cela avec le sourire, de sorte à ce que seul lui puisse l’entendre, tout comme le reste de cette conversation. « Tu as fait une seule erreur dans ton habile jeu Lupin, me sous-estimer. » Elle trouverait cet être cher qu’il ne voudrait pas perdre. Un enfant, c’est si triste de perdre un enfant. Mais un autre membre de la fratrie ferait l’affaire. Elle serait incapable de s’en prendre à Lothar, il ne mérite rien de tout cela. Ni un frère pareil, ni cette vie, ni son amour rien. Il mérite simplement mieux que cela. Elle sourit, quand la danse se termine doucement. Elle lâche alors sa main, sourire narquois aux lèvres. « Tu sais très bien qui d’autre avait fait cette erreur, et elle n’est plus des nôtres pour en parler. » Cassiopeia. Elle est en position de force cette fois. C’est elle qui brandit une menace. Elle n’est plus faible.



Il n'est pas d'ombres dans le noir. Les ombres sont les servantes de la lumière, les filles du feu. Plus vive est la flamme, plus sombres sont les ombres qu'elle projette. (...)



Parchemin envoyé Sam 18 Mar - 1:48

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1838 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Skander Lupin
parle en #ff3333
Il n’a pas envie de danser avec elle, s’en est rebutant. Mais bon, il lui « devait bien ça », ou quelque chose du genre. C’était l’occasion de poser les bases d’une nouvelle mésentente. Il doit la subir, ses mots, cette fille inintéressante et dangereuse. Depuis qu’elle était entrée dans la vie de son frère… elle avait enclenché un cataclysme. « Sache espèce d’ordure que je suis l’une de celle que tu ne pourras jamais berner. Pavanes-toi comme le héros que tu n’es pas devant ta petite assemblée de fidèle, mais tu ne les trompera pas longtemps. » Il n’était pas un héros le Lupin, et il le savait très bien. Il n’était pas fier de tout ce qu’il avait pu faire pour en arriver jusque-là. Sa force était aussi sa faiblesse : sa capacité à se salir les mains quand il le fallait. Des années au service de la Main Noire pour servir les intérêts de l’ordre. « Tu n’es qu’un monstre, une pourriture, et une ordure. » Il rit, « Dis-moi quelque chose que je ne sais pas déjà s’il te plait. » Il la laisse alors poursuivre,   « Et je te le ferais payer, tes mots ont failli me coûter la chose la plus cher à mes yeux… » Les paroles d’une mère, cette folle avait découvert l’amour maternel. Et merde. Ca la rendait.. potentiellement dangereuse. « Ma fille, Nepthys. »  Il sourit, mais il se fiche de savoir si cette gosse s’appelle Gertrude ou Simone, elle n’était pas importante, et elle ne le serait jamais.  « Sache que le prix ne sera pas moins que la vie d’un être qui t’es cher. » Skander se raidit alors. « Tu as fait une seule erreur dans ton habile jeu Lupin, me sous-estimer. » Non, ce n’était pas une erreur, il savait à qui il avait à faire. Il était un sorcier avec de l’expérience, et elle une gamine enragée. Elle lâche enfin sa main quand la danse se termine et ajoute comme si c’était la menace ultime, « Tu sais très bien qui d’autre avait fait cette erreur, et elle n’est plus des nôtres pour en parler. » Cassiopeia Greyback, comme si le mérite de sa mort lui revenait. Skander avait fait tout le sale boulot. Menteuse, arrogante petite sang pur insupportable, folle furieuse.

La danse terminé, il ne lâche pas sa seconde main. « Ne sois pas si naïve mon cœur. » Le ton est froid et cassant. Très froid, glaçant. Il est ferme avec sa main, peu déterminé à la laisser proférer de telles menaces. Leur conversation n’est audible que d’eux, le ton volontairement peu sonore. « Croire une seule seconde que tu pourrais ne serait-ce que t’approche d’un être qui m’est cher. » Il se rapproche d’elle, un sourire carnassier, « Je te briserais avant que tu n’aies ne serait-ce que poser ton regard sur l’un d’entre eux. Toi, ta fille, ta famille, tes amis. » Il parle à voix basse. « Je te trouverais où que tu sois, et je te tuerais. Je veux que tu passes le restant de tes jours à regarder par-dessus ton épaule pour voir quand je vais te tomber dessus, et achever ce que j’ai commencé y a un an. Tu n’aurais jamais dû vivre. » Il recule d’un pas sans lâcher sa main, « La plaisanterie a assez duré. » Il baise alors la main de la jeune femme, comme un homme de bonne société, un gentleman bien élevé. Il hausse le  ton, et dit alors, « Les deux minutes sont écoulés, je m’en dois de retourner à ma chère Cousine. » Il lâche sa main et ajoute une audible,  « Et encore félicitation pour votre bâtarde Miss Rackharrow, vous faites la fierté devotre nom. » Il s’éloigne d’elle, la plantant au beau milieu de la piste pour aller tendre la main à Ombeline, « Deux minutes, c’est régler comme du papier à musique cette histoire. » Il sourit, il voulait oublié Circée, les soucis, tout.


It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

Parchemin envoyé Sam 18 Mar - 2:23

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 



Ombeline Lupin
parle en #669966
À peine venait-elle d'être enveloppée dans les bras réconfortants de son protecteur qu'elle s'en faisait déloger par la désagréable intervention d'une femme dont l'identité lui était inconnue. Mais à entendre le râlement  sombre dans la voix de Skander, cette sorcière était probablement connue de la famille sans forcément en être une appréciable amie. La Belette fronce du nez, appariée d'une moue rétive, monstrueusement enfantine, en contraste absolu avec ce look glamour digne des soirées les plus mondaines. Elle croise les bras sous la poitrine et fixe, nonchalant, l'énorme pendule accrochée au mur. Elle ne s’extasie pas même devant la décoration de l’œuvre d'art (centenaire en son genre) et cherche plutôt du regard la tignasse brune qu'elle s'était efforcée de fuir jusqu'ici. Égoïstement, la cadette était prise de remords sachant qu'il n'aurait probablement jamais été dans les intentions de son aînée que de la trahir de la sorte. Ombeline le savait, dans ses tripes, qu'il n'y avait pas plus grand amour qu'on lui portait que celui de sa sœur aînée. Probablement plus maternelle envers elle que leur propre mère, la blondinette avait encore le goût en bouche des morceaux de chocolat de chez Honeydukes, donnés ce fameux soir d'après-tempête à Poudlard. Rien de bien, histoire de tourner la plaie en son cœur torturé.

Elle se souvenait ne pas lui avoir tout avouer ce soir-là.
Pas même du nom de son assaillante.
Alors comment aurait-elle pu savoir?
Comment aurait-elle pu l'en protéger?

Les deux minutes s'étaient écoulées sur le scénario de milliers d'angoissantes idées. C'était la main tendue de Skander qui, finalement, la tira de ses sombres songes, et juste au bon moment. Toutes dents dehors, de ce sourire si communicatif qui lui sied tant, la Belette accepta l'invitation et se laissa emporter sur la piste de danse, malhabile et maladroite, langue sortie et coincée entre les incisives, comme pour accentuée sa concentration sur les pas d'une valse traditionnelle. Ombeline trébucha à quelques occasions, mais soulever presque immédiatement par la poigne de son cousin, elle ne glissait jamais complètement, ne ratant jamais d'en rire quelques secondes. « Qu'est-ce que je ferais sans toi! » Sa poigne se referme contre l'épaule de Skander et ils tournoient encore quelques instants avant que la mémoire ne lui revienne. Jaina. Elle voulait retrouver Jaina. « Skander... celle qui m'a mordu est ici... » Et comme si l'un en attirait un autre, elle complètait, plus inquiète encore dans la voix. « … et je ne vois plus Jaina. » La cadette connaissait l'impulsivité de sa sœur aînée, elle redoutait donc qu'elle puisse devenir l'orchestre d'un plus gros problème encore si elle se laissait aller à ses sentiments. Ombeline côtoyait elle même, et de la plus désagréable des manières, ce sentiment de colère. Elle savait donc ce qui menaçait d'éclater, dans cette salle de réception, à tout moment. « On doit la retrouver... » Espérait-elle ainsi avoir plus de chance avec sa sœur qu'avec les chiens corgi de la Reine. Elle tire le cou, comme pour retrouver le regard de Marcus qui, plus loin, l'avait retrouvé instinctivement.
Il n'y avait peut-être pas que Jaina qui, naturellement, savait la protéger.
Parchemin envoyé Sam 18 Mar - 9:18

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 376 hiboux. J’incarne : Theo James , et l’avatar que je porte a été créé par : lexie aka Gallifreys la magnifique #lexieaediterceprofiloklm . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Alienor Rosier Je parle en : #E4D27C



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : psychomage à Sainte Mangouste, au quatrième étage J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Athelstan Lestrange
parle en #E4D27C

Discuter avec Miss Rackharrow était toujours intéressant. L’avoir changée lors de la purge n’était pas prévu et la revoir par la suite non plus, mais qu’importe, il était temps de veiller à ce que tout éclose et qu’elle laisse éclater sa rancœur. « Je ne souhaite pas le tuer. Je souhaite le faire souffrir. » S’était une tactique comme une autre pour blesser une personne. « Je veux qu’il paye. Il a voulu m’ôter ce qui m’était  le plus cher, qu’il paye pour cela. » Sa vie ? Sa fille ? Probablement sa fille, plus le temps passait et plus j’avais l’impression qu’elle s’attachait à la petite sans forcément savoir s’en occuper. « Mais tout vient à point à qui sait attendre, je le sais, vous me l’avez déjà dit. » Je souris, silencieux. Elle l’écoutait mine de rien. Oh oui, elle écoutait bien ce que je lui racontais lors de nos séances. Rien n’était perdu, elle ferait des merveilles conditionnée. « Il semble heureux, et ça me donne envie de gerber. » Je tourne alors la tête vers lui, l’observant. « Peut-être est-ce une façade, tu ne sais pas ce qu’il a au fond de lui. » Moi non plus d’ailleurs. M’infiltrer dans sa tête serait intéressant, mais voir mes pensées pourries et parasitées par les siennes…cela me donnait des frissons et ma raison m’ordonnait de rester prudent. S’il était occulmens, ce serait comme déclarer la guerre. « Excusez-moi un instant, mais certaines choses doivent être dites. » Je plisse un œil, surpris, sceptique, mais je ne la retiens pas. Je la vois se diriger droit vers lui et j’espère qu’elle ne fera pas de bêtise.

Pendant que je les vois danser, je ne cherche pas à surprendre leur conversation, je me concentre plutôt sur les membres de l’ordre, n’effleurant que légèrement leurs pensées, cherchant quelque chose d’intéressant. Et je l’ai trouvé. Un esprit simple, fragile, jeune. Je m’y insert comme dans du beurre et ce que je découvre me tire un sourire. Je ressors rapidement dès que j’ai trouvé l’information qui m’intéressait. Skander faisait ses adieux à Circée et je décide de prendre les devants et de l’aborder, à nouveau. Sur la piste de danse, je prends la relève. « Puis-je danser avec vous très chère ? » Dans mon regard brille une lueur impatiente, excitée, j’avais une information à lui donner, mais chaque chose en son temps. « Si vous voulez bien m'accorder un débriefe, je pourrais peut-être vous donner une solution » Je lui souris, plutôt satisfait.

Spoiler:
 
Parchemin envoyé Sam 18 Mar - 10:22

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 136 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Standing in your line of
Fire

Artemis avait toujours le caractère qui correspondait à la fameuse maison verte et argent. Bien qu’elle n’était pas réputée pour être une peste, elle se rendait compte que ses mots parfois étaient un peu durs. Ce n’était qu’une défense. Elle voyait Meredid Nott au loin ou même sa cousine, Sissi. La soeur de Drefer n’était pas vraiment sa meilleure amie mais elle aimerait fort bien rejoindre Erzébeth qui restait à ses yeux la plus sympathique. Elles n’avaient pas eu la chance d’échanger jusqu’à son mariage, depuis, la sorcière avait à coeur de réparer les années de distance. L’Ordre du Phénix n’était pas peuplé de héros comme ils voulaient le faire croire et les mangemorts suivaient les idées d’un mort, persuadés d’être supérieurs. Leurs idées ne la convainquaient pas vraiment. Pourtant il lui faudrait probablement aller voir Drefer ou bien sa soeur, mangemorts notoires. Elle ne voulait pas être associée à un camp ou un autre. Il ne lui resterait plus qu’à rejoindre sa cousine pour retrouver un semblant de sécurité. Elle avait beau avoir changé de nom et de famille, elle se sentait désarmée ici.

Tournant le dos à Nathaniel, elle ne le vit pas approcher mais reconnut instantanément le son de sa voix. Elle se raidit alors qu’il saluait sa consoeur avant de l’appeller par son nom. Artemis pâlit légèrement et inspira avant de se retourner pour l’affronter. « Monsieur Trelawney », répondit-elle avec une certaine tension dans la voix. Si jamais Drefer voyait ça... Leur relation avait changée depuis. Il y avait ce jeu entre eux mais elle savait que sa haine pour Nathaniel l’emporterait. « Merci ». Il pensait vraiment Victoire à la hauteur de l’évènement ? Même si elle avait l’air sympathique, sa tenue n’était pas des plus adaptée.

Sa peur n’avait pas disparue. Son ancien amour commença à vouloir débattre. Fronçant les sourcils, la jeune femme ne se démonta pas. « Vraiment ? Comment appelez-vous des gens prêts à tuer des innocents au nom de leurs idées alors ? » Elle les observait, penchant légèrement la tête avec un sourire de façade. Elle crachait son venin. « Oh. Vous vous voyez toujours comme des héros ? Soyons factuels. Ils tuent. Vous tuez. Aucune différence. Vous ne faites que mettre de l’huile sur le feu, encore et encore. Cette soirée n’est qu’un leurre. Nous savons tous qu’aucun de vous ne sera prêt à renoncer. Vos égos vous en empêchent. Cette guerre n’aura qu’une issue : la victoire de l’un sur l’autre. Il ne restera alors plus que les larmes pour pleurer des disparus qui ne reviendront jamais. » Elle fixait Nate. Oh elle savait bien sur quelle corde elle appuyait. « La vengeance vaut-elle la vie de personnes innocentes ? »



Parchemin envoyé Sam 18 Mar - 12:50

avatar
avatar
profil
Je suis : Cha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/02/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 134 hiboux. J’incarne : Dane Dehaan , et l’avatar que je porte a été créé par : Bazzart . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Arsenius Black et Rodrick Rackharrow Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Mangemort marqué J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire, parfois en couple avec le bordel Champ Libre :
malle
raise your wand
 



Xephandre Lovegood
parle en #006666


« Tu es aussi très élégant. Merci. » répondit-elle avec un sourire, se saisissant du verre qu'il lui proposait. Il ne put s'empêcher de la trouver si belle à cet instant, mais il se garda bien de lui dire. Elle avait utilisé le même ton que lui, ce qui l'avait fait rire de plus belle. Cela lui faisait plaisir de la voir comme ça, leur relation n'avait pas toujours été aussi... bonne. Il grimaça en se remémorant ce qu'il s'était passé il y avait de ça quelques mois. Il y repensait souvent, mais ce n'était pas pour autant qu'il comptait se pencher sur le problème. Il soupira et avala une autre gorgée du breuvage que contenait sa coupe jetant un coup d'oeil aux diverses personnes qui se trouvaient autour lui. Il était bien conscient qu'ici tout le monde pouvait les voir ensemble, puisqu'ils se trouvaient actuellement en plein milieu de la salle, mais peu lui importait.  Et si jamais les Rackharrow trouvait quelque chose à lui redire, qu'ils viennent. Il n'était plus à ça près après tout. Il se trouvait déjà entouré de sangs de bourbe et de sangs mêlés qui lui donnaient la nausée, la situation ne pouvait pas empirer. Enfin c'est ce qu'il l'espérait, mais il n'était à l'abri de rien.

« Peut-être même que l’assassin de ma mère se trouve parmis eux. » Il vit la haine habiller les traits de Sìleas quand elle prononça ces quelques mots. Lilith Yaxley. C'est d'elle qu'elle parlait. Elle qui était aussi une meurtrière. L'assassin de son meilleur ami Teàrlach, son propre fils. Ses doigts se resserrèrent sur son verre, ses phalanges en devenaient entièrement blanches. Si seulement son ami avait été là ce soir à ce bal... Il les imaginait déjà tous les deux dans un coin de la salle en train de cracher leur venin ou encore planifier les horreurs qu'ils auraient pu commettre à un tel évènement. Le trou béant qui s'était créé depuis la mort de celui qu'il considérait comme son frère le fit souffrir. Ce fut comme si on lui plantait un couteau dans le coeur. Il observa le visage de son interlocutrice, il le voyait en elle, Teàrlach. Pourquoi Lilith l'avait tué ? Jamais il ne le pardonnerait. Oui elle avait été une grande femme, mais assassiner son propre fils n'avait rien de grand. Les dents serrées, il lui rétorqua. "Lilith... Cette salle est remplie d'assassins Sìleas, ils méritent tous de crever. Mais tu as raison, peut-être est-il là, à siroter sa coupe en riant avec ces ordures." Il fixa la foule avec une haine viscérale non dissimulée. Oui, peut-être était-il ici, et ne valait mieux pas que Xéphandre le découvre, car dans ce cas, il lui serait plus qu'ardu de respecter cette "paix".

Cette fameuse trêve fictive que personne ne croyait et que tout le monde voulait briser. Un seul mouvement de la part d'un des deux camps impliquerait probablement un carnage. Elle baissa la voix pour que seul lui entende. Il dut même presque se pencher pour comprendre ce qu'elle disait au milieu de toutes ces conversations. « Je pense que la Reine ne comprend rien à nos histoires. Nous n’avons tous qu’un verre mais ce n’est pas ce qui empêchera cette soirée de mal tourner. » Sìleas avait bien raison, cette vieille femme ne connaissait rien à leur monde, elle ne savait rien de ce qu'il s'y passait réellement. Ce n'est pas avec ce stratagème qu'elle pourrait résoudre tous les problèmes et ce n'est surtout pas parce qu'elle était Reine des moldus qu'elle avait un quelconque pouvoir sur eux, les sorciers. Xéphandre se pencha encore plus près d'elle, portant sa bouche à l'oreille de son interlocutrice, si près que ses lèvres pouvait même la frôler. Il lui souffla d'une voix rauque. "Si cette histoire tourne mal comme tu dis, nous les tuerons tous jusqu'au dernier. Ce n'est pas parce que je ne suis pas armé que je suis inoffensif. Je ne laisserais personne te toucher, tu es à moi tu m'entends ? On m'a déjà pris..." Teàrlach voulait-il dire, mais il ne put s'y résoudre. "On ne me prendra plus rien." Il avait le regard fou. À cet instant, il voulait faire saigner, torturer, défigurer, tuer tous ces traîtres à leur sang. Mais il s'obligea à respirer lentement et à desserrer la main de son verre. Il devait réfréner sa folie, se tenir bien, du moins, pour le moment.




« Madness can't be explained, it feels itself. »

Ce n'est pas la torture qui torture, mais l'imminence perpétuelle et déçue de son interruption. On a tout à redouter d'un homme supérieurement intelligent dès lors qu'il se met dans la tête de torturer ses semblables.

(c) Myuu.BANG!

 



Parchemin envoyé Sam 18 Mar - 13:22

avatar
avatar
profil
Je suis : Haeny , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/01/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 643 hiboux. J’incarne : Sam Riley , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories (Bazzart) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Cordelia Pevrell, Deimos Carrow Je parle en : color=#cc0000



Je suis âgé de : 32 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, ancien brigadier pour le ministère J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Veuf, le fantôme de son ex-femme rôde quelque part sur une falaise du Pays de Galle
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Alastar Rackharrow
parle en #cc0000

Rejoindre ce groupe qu'il côtoyait désormais depuis plusieurs mois avait quelque chose de rassurant, et pourtant il pouvait presque palper que même auprès de ses compagnons de galère, l'ambiance était plus que tendue. « Non. Ils attendent qu’on soit bien tous rassemblé au même endroit au même moment pour nous faire exploser d’un coup, ils trouvent qu’on est pas assez nombreux actuellement. » La réponse plutôt sèche et amère de Tristan ne fit que confirmer ce pressentiment. Les lèvres serrées et sans relever l'apparente agressivité de son ami, Alastar balaya la salle du regard sans rien ajouter. Skander, renchérit avec tout autant de causticité « Juste les divagations pacifistes d’une ingénue. »

Odette réagit aussitôt, en bonne Moody qu'elle était. « C’est mal venu de la part d’un con, chéri ». Alastar accueillit son épaule d'un sourire crispé. « C'est la fête à ce que je vois. » Si tout le monde y allait de son petit commentaire sarcastique, autant se fondre dans la masse. Odette se plaisait à narguer son mari, et apparemment elle avait estimé qu'Alastar était l'outil idéal pour cela. Haussant légèrement les épaules, il se tourna vers son amie qui profita de leur rapprochement pour lui glisser malicieusement quelques mots à l'oreille.« Il faut absolument que tu viennes au cottage pour voir Antigone. » Il acquiesça « Dès que cette mascarade sera terminée, je passerai, si ça ne vous dérange pas. » Il visait implicitement Skander. Le loup garou n'était pas vraiment hostile à sa présence, mais Rackharrow préférait garder ses distances avec le couples fraîchement marié, par pure politesse. Néanmoins, cela faisait des mois qu'il n'avait plus vu sa filleule, et il devait bien admettre qu'il était moins présent pour elle que ce qu'il l'aurait souhaité...

Apercevant Meredid, la malheureuse qui avait subi le revers de sa propre malédiction, il se détourna pudiquement. Cette soirée annonçait pas mal de rencontres embarrassantes. Il s'éloigna, pensant enfin être tranquille, lorsqu'un inconnu l'interpella en lui tapotant l'épaule. « Bonsoir, Alastar. » Lorsqu'il se retourna, il faillit lâcher son verre en découvrant que l'inconnu n'était autre que son frère. « Viens marcher avec moi. » Muet, Alastar consentit à suivre Irvin non sans s'assurer qu'aucun regard indiscret ne les suivait. Al' était plutôt heureux de retrouver son frère depuis tout ce temps, mais aussi nerveux, car il n'ignorait pas la mission ingrate que lui avaient confié les mangemorts. Se retrouver lors d'un tel événement n'était peut-être pas une excellente idée... Et pourtant, il mourrait d'envie de savoir si tout le monde allait bien. Al' était véritablement coupé de sa famille depuis la nuit du Samain, qui avait tout changé. « Comment tu vas ? Ça fait un moment qu’on ne s’est pas vu, tu t’en sors ? » Al' acquiesça, soulagé qu'Irvin s'enquérait de son sort. Cela prouvait qu'il lui avait en partie pardonné sa trahison, et c'était déjà beaucoup plus qu'il n'avait pu espérer. « Bien. Tout va bien. L'Ordre est... » il hésita à en dire plus, se souvenant brutalement que ce visage si familier appartenait désormais au camp ennemi. « ... bien organisé. Et toi ? Et la famille ? Est-ce qu'ils sont ici ? »

Il n'avait plus revu Circée, Kenan, Erzsébet, Sileas, ... Depuis une éternité. Il avait l'occasion de prendre de leur nouvelle, même brièvement. Et Al' ne la louperait pas. Avant que son frère ne réponde, cependant, il sentit un flot de pensées sombres l'assaillir. Une haine féroce qui se dégageait de quelqu'un... En tournant légèrement la tête, il aperçut sa nièce, Circée, au bras de Skander. Il surveilla brièvement l'échange lorsque les ennemis se quittèrent sans en venir aux mains. Qu'est-ce qu'il se passait entre ces deux-là ? Confus, il reporta son attention sur Irvin sans savoir si lui aussi, avait remarqué l'étrange échange entre sa fille et le leader de l'Ordre.




Spoiler:
 








_________________

Parchemin envoyé Sam 18 Mar - 14:12

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

 


Cordelia Peverell
parle en #009999


Les Lestrange, les Blacks, les Meadowes ... Tous les plus grands noms sorciers se retrouvaient mêlés à cette immonde fange de vermines. Ces rebus de la haute société sorcière. C'était une vision écœurante, mais surtout frustrante pour Peverell, qui aurait volontiers saccagé la salle de bal pour arrêter les Phoenix à coups de sortilèges peu recommandables... Elle rongeait son frein, faussement calme, les dents crissant sur le verre de sa coupe qu'elle mordillait nerveusement.

« Plutôt étrange comme soirée, non ? » Cordelia sursauta, renversant la moitié de son champagne sur le bas de sa robe. Elle tourna un regard courroucé vers l'importune, mais se radoucit - à moitié - en reconnaissant son amie de toujours. « Astra... Merde... » Elle épongea le bas de sa robe à l'aide d'une serviette qu'un sang de bourbe de serveur lui avait tendu. Une fois sa robe plus ou moins sèche, mais légèrement tâchée, elle balança le tissu au visage du moldu. Déjà excédée, Cordelia n'avait pas besoin de ce genre d'incident, mais elle devait reconnaître que ce n'était pas vraiment la faute d'Astraea. « Qu'est-ce qu'on fiche ici, tu peux me l'expliquer ? » À moitié agressive, on aurait dit qu'elle reprochait à la Black leur présence ici, tout cela parce qu'elle peinait à redescendre d'un ton. Elle respira, avisant Alaric qui se pavanait, non loin de là. Davantage compatissante, à présent, elle le désigna du menton. « Faut pas qu'on s'aventure plus loin. Les ennuis sont partout. Décidément. »

Elle allait lui demander des nouvelles de sa fille, et surtout comment elle se portait, depuis leur dernière rencontre (qui remontait à bien trop longtemps... ). Mais quelqu'un les interrompit. « Miss Black ! » L'étrangère était insultante de beauté, et Elia parcourut envieusement sa robe du regard, sans reconnaître le joli corps qui la portait. « Miss Peverell. » En réponse, Cordelia la dévisagea sans vergogne, le regard noir. « Je vous connais ?» Aucune politesse ni considération dans sa réponse, juste un profond dédain ouvertement insultant. Elle était comme ça, Elia, dans ses mauvais jour. Un animal sauvage qu'il ne valait mieux pas approcher, si on ne voulait pas se prendre des coups. « Je crois que je ne vous ai jamais vraiment remerciée de m’avoir rendu ma liberté. » Peverell haussa les sourcils avant de se tourner vers Astra, curieuse.

Parchemin envoyé Sam 18 Mar - 14:34

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 790 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé d'un mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Bal royal.
St James Palace

L
eik n’avait jamais eu à faire face à cette Erzsébet là. Il avait toujours eu la petite soeur attachée, tantôt silencieuse ou effrayée, la soeur presque fusionnelle malgré ses paradoxes mais jamais il n’avait eu le froid mordant digne des hivers de Norvège. Elle l’a vu lui, élégant, mais elle a surtout vu la Meadowes enceinte à son bras, sorte de trahison nette, ressenti d’autant plus violent qu’elle n’avait pas revu son aîné depuis un certain temps. Les doigts se sont serrés autour de ceux de Kenan, silencieusement. « Tu n’as pas été la voir non plus ? » Parlait-il d’Ekaterina ? Trouvait-il vital d’évoquer leur soeur et non Roisin, comme si elle était supposée deviner ? Oh bien sûr qu’elle devinait, c’était sans doute cela le pire. Elle devinait une proximité qui n’avait pas lieu d’être, qui n’aurait pas dû se tenir en lieu et place de St James Palace sans qu’elle ne sache ce qu’il s’était passé dans la vie de Leik. N’y’avait-il donc que des trahisons dans cette lignée ? N’y’avait-il plus rien qui les liait ? Non, sans doute. « Je ne vois pas pourquoi je serais allée la voir. » Le ton acide ne trompe pas sur l’humeur soudain bien sombre de la sorcière. « C’est une mascarade, que veulent les moldus par Merlin. » Un sourcil se hausse. Vraiment ? A-t-il osé ce terme ? Le regard vairon s’est tourné vers Roisin, lentement, avant de retourner sur Leik. « Comme ceci, à n’en pas douter. Tu deviens coutumier de vulgaires mascarades, très cher. » Sissi a lâché Kenan, sans brutalité aucune mais sans laisser l’opportunité d’un quelconque apaisement. Elle a bien vu les folies de Circée, du coin de l’oeil, fréquentation douteuse. Elle a vu les agitations mais elle a surtout perçu deux silhouette si familières et rassurante. Bien plus rassurante que celles qui partageaient son sang. « La prochaine fois, pense à envoyer un faire-part, que je puisse avoir le loisir de refuser une invitation que tu n’as visiblement pas eu la décence d’écrire. » Le bruissement de tissus a mis un terme à l’échange, Sissi laissant Kenan en compagnie de Leik et de la jolie Roisin, contre qui elle n’avait jamais eu de griefs jusqu’à cet instant, jusqu’à ce que le tableau affiché en pleines mondanités ne lui donne des raisons de cracher un venin d’amertume.

Elle s’est calmement dirigée vers Alastar, qu’elle a vu en compagnie d’Irvin. Eux, au moins, ils étaient sa famille. Une famille qui n’avait jamais tenté de la blesser, de briser sa confiance, quand bien même l’un soit désormais dans le camp opposé. La robe bleue nuit est assez fluide pour qu’elle ne soit pas gênée dans ses mouvements et si elle esquive quelques convives têtes en l’air, elle se retrouve rapidement sur leur chemin. « Et la famille ? Est-ce qu'ils sont ici ? » a-t-elle perçu en arrivant à proximité. Un sourire doux, contraste avec la tension précédemment éprouvée. « Alastar, vous êtes venu.. » Il lui avait manqué. Il lui avait plus manqué qu’elle ne l’aurait cru. « Monsieur, navrée de vous déranger. Je tente d’échapper aux Grimstone, la tâche n’est pas aisée. » Monsieur à l’attention d’Irvin, encore, toujours, comme si rien n’avait changé depuis toutes ces années.

SISSI : #477C64 - DAKSHA : #A8A8A8 - FOURCHELANG : italiques.
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



 

EVENT #8 - un bal royal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

 Sujets similaires

-
» ❧ EVENT n°12 ♣ Royal Baby is Coming.
» L'étendard royal du Rohan
» Labadie: Contrat entre l'etat haitien et la Royal Carribean
» garde royal rohan
» 40 lutteurs au Royal Rumble: c'est confirmé!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres moldus-