indiscrétions
- gossip witch est bavarde -


L’homme en Jupe On a vu semblerait-il un sang pur jouer les transformistes au Cirque Avery. Nous n’avons pas encore de nom mais son jeune âge semble indiquer que son travestissement est une quête identitaire !

La tête d’enterrement N'est-il pas courant que lorsque l'on perd un être cher, on verse quelques larmes ? Eh bien si la mort de l'Actrice Louise de Montmorency emeut les foules, sa fille ne semble pas bien touchée. Etrange non ?

Le dimanche au Pays de Galles c'est le jour des mariages Il y a des évènements heureux dans ce monde enfin si l'union forcée et arrangéeest un évènement heureux ! Desmond Meadowes s'est débarassé de sa plus jeune soeur, reste la plus vielle des deux.




Partagez | 
EVENT #8 - un bal royal

(Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant)
Parchemin envoyé Dim 16 Avr - 23:12

Invité
- Invité -
avatar
 



Ombeline Lupin
parle en #669966
« C'est un piège! » qu'un étranger lui postillonne au visage, les chicots mitonnés par une mixture nauséeuse et ensanglantée. D'autres détonations, soudainement, vrombissent, faisant s'époumoner plus encore les convives qui s'affolent et se piétinent, bravant impunément les éclats de verre et les obus. La blondinette fronce de la truffe, tandis que paluches fermement tendues, son meilleur ami ne l'aide à se redresser plus convenablement sur de flageolantes guibolles. Tout va bien? Tu n'as rien? La sorcière est prise d’un ébattement candide qui la fait acquiescer avec véhémence, menotte tremblante contre crin de blés, dégageant d’œillades désorientées qui ne cessent de papillonner. Instinctivement, la jeunette traque les alentours pour s’assurer qu’aucun mal n’a mêmement frappé les membres de sa meute. À l'entour, l'on trépigne toujours et l'on piaffe dans tous les sens et toutes les directions ; rien d'autre que ce débris d'automates réactions primitives ne leur est cédé à la rationalisation qu'ils défendraient tous en d'autres circonstances plus apaisées. De dos demeurant, elle se fige, sidérée, lorsqu'elle percute. Je ne vois pas Jaina. Sa dextre violemment empoignée, elle referme les griffes contre la chaire et dévisage de lorgnade délibérée le pauvre sorcier à ses côtés. « Où est ma sœur, Marcus? » qu'elle s'inquiète, c'est qu'elle ne l'avait pas retrouvé depuis cette éclipse de mésententes. Instinctivement, son intuition, lycan ou non, la poussait à vouloir la retrouver, ne serait que l'entrevoir, pour s'assurer de sa condition physique.

La nausée débarque tranquillement, mais c’est à la fibre de ses nerfs d’accuser tout le stresse précédent. Elle s'impatiente, en tremble, cherchant désespéramment un minois familier au sein de toutes les autres trognes terrifiées, tandis que son meilleur panse les blessures de leur chef de meute, dont elle scrutait nerveusement, à revers d’omoplate, le sang frais lui couvrant le corps et les menottes scarifiées. Ils paieraient chers, cet affront, se promettait-elle, incapable d'en accuser autrement les suppôts d'un seigneur déchu. Elle couve d’œillades incertaines sa ''nièce'' et tous les autres membres rassemblés tout autour du leader, les pressant de tremblements agacés et indociles, les incitant promptement à abréger leurs résonnements sur les récents attentats. Je veux Jaina.. Ses doigts s'enfoncent plus encore dans le bras de son meilleur ami qu'elle doute agacé ; les jointures blanchissent par-dessus, la gueule grimace. « … Jaina. » que la blondinette insiste, les prunelles accrochées aux siennes, se demandant même si, dans la cacophonie, il l'entendrait.


Spoiler:
 
Parchemin envoyé Lun 17 Avr - 12:36

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1886 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

 


Skander Lupin
parle en #ff3333
Explosions, douleur, la vision floue. Il faut le temps à Skander de reprendre ses effets, il gratifie Marcus d’un « Merci » plein d’honnêteté même si la douleur est encore bien vivace. Il voit différents phénix venir auprès de lui, comme pour chercher le rassemblement dont ils avaient tous besoin. Cela faisait longtemps qu’ils avaient compris que l’union faisait bel et bien la force, et non la division et la discorde comme certains phénix semblaient le chercher. L’heure n’était pas à chercher les noises. Il n’écoute même pas La Goldstein dont l’avis et le fait qu’elle soit en vie n’avait pas d’importance, elle a beau lui parler, même pas il lui adresse un regard. Puis, Tristan et ekat arrivent à sa hauteur, il a envie de donner une tape derrière la tête à Ekat pour avoir aider la blonde psycopathe consanguine qui leur fait face… Mais il ne dit rien, mais il est songeur et surtout inquiet quand Tristan dit : « J’espère qu’aucun de nous n’aurait pris l’initiative individuelle de ces bombes … » Il est inquiet, et répond simplement, « J’en sais rien, il y en a bien quelques uns a deux doigts de rompre le statut quo. » Allusion à son cousin à quelques mètres de là qui fait bouillir Skander. Mais il n’en fait rien : ce n’est pas important. En cet instant c’était au-delà de la famille. Il est rassuré quand Victoire apparait et quelques secondes plus tard Odette qui s’acharne à vouloir savoir s’il va bien. Il est perdu dans ses pensées, stratégique, voyant les mangemorts se réunir autour de ce qui semble être un trou béant dans le sol du côté des toilettes. « S’ils mettent la main sur les baguettes avant nous, statut quo ou pas je ne donne pas cher de notre peau. » Il voit des sorciers échouer au transplanage. Toute cette mise en scène est curieuse. Trop curieuse pour n’être qu’une simple coïncidence. Il y a deux moyens d’empêcher un transplanage : un sort puissant, ou une relique ancienne. La première est une forme de magie que peu de monde est capable de mettre en œuvre, la seconde plus personne de vivant n’en possède ni la recette, ni le pouvoir. Le mystère est épais, et pourtant simple à la fois. Il a travaillé à la fois pour la Main Noire dans le cadre de sa sécurité, et à la fois pour le Ministère et jamais il n’avait entendu parlé d’une telle relique. Relique lugubre au passé sombre, jadis entre les mains d’inquisiteurs moldus, d’après la légende. Cette pensée fait froid dans le dos et pourrait replacer la guerre à un tout autre niveau. « Bien, ne restons pas les bras ballants à attendre sagement notre exécution. » Il est à la fois ironique, froid, et ferme.

Un trou dans le sol côté toilette, là où il y avait une bombe. Le balcon de la seconde explosion était aussi détruit offrant un beau panorama sur les jardins. Et la troisième ? Vers le buffet. Skander fait signe à la petite troupe de le suivre, et dit à Belette « On va la retrouver. » Il ne précise pas de ne pas s’inquiéter, car ce ne serait pas exact. Au sujet de sa sœur, Jaina. Ils arrivent à la hauteur du buffet, et Skander dit de la voix la plus forte, et la plus autoritaire qu’il pouvait avoir : « Rassemblement de Phénix ! » Ce n’est pas un ordre… enfin presque. Il était leader, libre à eux de venir ou pas. Et il dit à voix basse aux phénix en présence, « Je crois qu’il y a une brèche sous le buffet, si on pouvait descendre sans qu’ils voient ce qu’on fait, une sorte de diversion. Soyons logique ils vont pas nous rendre nos baguettes s’ils les trouvent… » Il jette un regard à Ekat, « Avec vos robes, impossibles de descendre, mais tu peux faire diversion. Je sais pas comment… » Il laisse sa phrase en suspend… «  Sois créative. » Il sourire aux lèvres, « Ceux qui n’ont pas de robe… » Dit-il a voix basse, car clairement une robe, ce n’est pas une bonne idée. Il jette un regard à Tristan implicitement la demande d’aller derrière le buffet pour voir ce qui s’y cache, un beau trou sans doute.



Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 8:48

Invité
- Invité -
avatar
 

 


Tristan Flamel
parle en #ff9900

« Bien, ne restons pas les bras ballants à attendre sagement notre exécution. »Il approuve totalement cette sortie, Tristan. Il aurait pu la dire lui-même. Ce n’est pas qu’il commençait à s’ennuyer, mais plutôt que rester inactif le rendait nerveux. D’autant plus qu’il percevait du mouvement un peu plus loin, il voyait les mangemorts s’agiter autour des débris tandis qu’eux restaient immobiles et leur sort lui semblait bien sombre si le camp adverse prenait trop d’avance. Il suit leurs leaders sans broncher, silencieux mais attentif aux détails cherchant à repérer des Phoenix dans la pagaille. Un cri d’un femme hystérique (Mererid) lui fait tourner la tête et il aperçoit un petit groupe de Phoenix. Rien qu’à voir l’attroupement, Jaina, son cousin et Nate, il se dit que ça peut tourner au carnage en un rien de temps. Il essaye de croiser le regard d’un des Phoenix et de leur faire signe de se rapatrier par ici, sans éclats superflus de préférence. Puis il tapote l’épaule de Belette avec bienveillance désignant « Ta sœur est là-bas, Belette. Ca a l’air d’aller … ».
Arrivés proche du buffet, Skander prend son ton le plus autoritaire pour convoquer sa cour, et Tris se laisse aller à un petit sourire. Les oiseaux vont-ils voler rejoindre le ni ? Il écoute les explications, hôche pensivement la tête par réflexes et quand il capte le regard que Skander lui lance, il sourit. Un peu d’action, il n’est pas contre. Contournant la table sans trop se préoccuper de la distraction qui s’organise parmi les dames en robes, il pioche une fraise sur le buffet branlant, la croque du bout des lèvres. Elle a un gout un peu poussiéreux mais pourquoi pas. Puis il s’accroupit et disparait derrière les débris. A hauteur de sol il aperçoit clairement la fameuse brèche, il lève son bras et fait signe à Skander de le rejoindre. « Ca n’a pas l’air trop profond et y a de la lumière en dessous, si tu m’assures je dois pouvoir descendre … » Ils s’organisent comme ils peuvent, le Système D ils connaissent chez l’Ordre. Un bout de lourds rideaux à terre, les cordelettes qui allaient, un déblayage rapide, un leader qui tient fermement sur le côté de brèche et Tristan se glisse au bord, il se suspends par les coudes et relève la tête. « Je t’attends en-bas ? Bell est peut-être là pour t’assurer, non ? », il tourne la tête pour tenter d’apercevoir un bout de la tignasse rousse de leur pote mais il ne voit qu’un buffet, de la bouffe, beaucoup de bouffe, dans les états. Tout est à jeter maintenant. Les mouvements lui font perdre l’équilibre et il lâche le bord en se rattrapant aux rideaux au dernier moment. « Oups … c’était pour voir si tu tenais … » il rigole, mais il espère qu’Ekaterina n’a rien vu, sinon sa femme risque de s’inquiéter inutilement. Il lui fit un signe de tête ‘adieux faussement déchirants’ et se laisse glisser le long du lourd rideau de velours. Une fois en bas, il pose les pieds au sol, vérifie les alentours puis lance vers la petite faille au plafond. « C’est bon Raiponce, tu peux descendre. ».


Oui oui ils se trouvent dans une salle parfaitement vide, aucun bruit ne les inquiète
Oui Non / Non oui la salle est vide à leur arrivée, mais des bruits de pas leur indiquent qu’elle se trouve non loin d’un lieu de passage la prudence est de mise.
Non non Unlucky, du personnel (genre Lumière, Madame Samovar et Big Ben :arrow :) les découvre à peine arrivés dans la salle.



Résumé:
 
Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 8:48

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 946
avatar
 
Le membre 'Tristan Flamel' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 12:47

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 366 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Moony - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques, Eden, le Grimstone Russe globetrotter et Björn le loup arracheur de coeurs. Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 


Sweet mascarade

FT. EVERYONE


L’instant d’avant, il fixe son meilleur ennemi dans les yeux en lui demandant de cracher le morceau, perdant patience sous la brûlure qui fait perler une goutte de sueur sur son front malgré le fait qu’il se tienne encore droit ; L’instant d’après, le voilà qui se retrouve cheveux agrippés sèchement et pointe bien trop coupante apposé contre ses côtes. Il n’en faut pas plus au Phénix pour se figer et se crisper en reconnaissant la voix de Mererid dans son dos. Il ne manquait plus que ça pour venir compléter ce tableau déjà bien rocambolesque. Lèvres pincées, le sorcier fronce les sourcils, visiblement mécontent de ce qu’il se trame, mais sent bien la position précaire de celle qui le retient en otage de la même manière que Jaina peut le faire avec Drefer. Il la sent d’autant plus lorsque le morceau de miroir vient doucement entailler sa peau, lui arrachant une grimace de contrariété. Nathaniel veut prendre la parole mais la louve s’en occupe avant lui et il juge alors bon de ne rien dire et demeurer immobile, quand bien même l’idée de jouer sur la faiblesse de Mererid lui effleure l’esprit pendant un laps de temps de trente secondes. Le voyant n’a jamais cessé de fixer Drefer des yeux, analysant clairement chacune des réactions. Intéressant comme à leur manière ils essaient de calmer les choses. Un soupir s’échappe de ses lèvres alors que le mangemort prend la parole pour s’adresser à sa jumelle. Il comprend parfaitement ce lien qui les unie, quand bien même il ne puisse plus savoir ce que ça fait, depuis que la véritable Leona est morte et que personne ne le sait.

Les secondes paraissent être une éternité tandis qu’il ressent à présent la brûlure de la marque au creux de ses côtes ainsi que le bout de miroir venir s’enfoncer un peu plus dans sa chair. Il perd doucement patience mais ne dit rien, ne veut pas envenimer les choses, surtout que dans son dos il entend déjà la voix de Skander s’élever. Rassemblement de Phénix ! Bien, autant dire qu’ils n’ont plus de temps à perdre car il est absolument hors de question que Nathaniel ne s’y rende pas. Tapotant légèrement du pied, l’impatience se lisant dans son regard, ce n’est que lorsque Mererid accepte enfin de le lâcher qu’il s’écarte sans demander son reste, empêchant toutefois la Rackharrow de s’effondrer et la retenant de justesse par le poignet. « Il serait dommage de tomber et de se faire plus mal. ». Gardant un œil sur Mererid, il croise également le regard de Tristan avant de reporter son attention sur Jaina, lui offrant un regard qui signifie qu’ils vont devoir y aller. Il jette aussi un coup d’œil à Pietro, se faisant plus ou moins rabrouer par Drefer qui lui ordonne de ne pas bouger. Non pas qu’il soit ravi de lui faire se plaisir mais il s’exécute toutefois, et lorsque la brûlure disparait comme un coup de baguette magique il ne peut que soupirer de soulagement en observant le mangemort. « Et comment… » qu’il répond à la question du Rackharrow avec un sourire en coin qui se veut malicieux. « Ne t’en fais pas pour ça Drefer, on en reparlera bien assez vite. ». Ils en ont clairement loin d’avoir fini ça c’est une certitude. « C’est bon Jaina, tu peux le lâcher. ». Maintenant toujours Mererid, il s’avance et l’aide à se diriger en direction de son jumeau, murmurant à l’attention de son meilleur ennemi au passage, de manière assez audible pour que la louve entende. « Si j’étais toi, j’éviterais de l’insulter. ». Et il les plante là, lâchant enfin Mererid pour attraper Jaina et l’emmener à sa suite en direction de l’appel de Skander.

C’est aussi discrètement que possible qu’il se mêle au petit groupe. « Ca va, vous n’avez rien ? ». C’est qu’avec tout ce remue-ménage il n’a pas vraiment eu le temps de se rendre compte de tous les dégâts occasionnés par toutes ces bombes. Il observe le trou en contrebas et entend la voix de Tristan résonner. « Est-ce qu’on peut être utile à quelque chose en particulier ? ». Il n’est pas certains que faire descendre tout le monde soit réellement le plan prévu par Skander, si ? En parlant de on il inclut Jaina et Pietro.

Résumé:
 





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 13:10

Invité
- Invité -
avatar
 



Bellamy Malfoy
parle en #ffcc00
Aux phénix de se rassembler autour de leur deux leaders : Ekaterina & Skander. A en juger par l’attroupement autours de ce qui semblait être un trou dans le sol, les mangemorts semblaient en mesure de récupérer les baguettes avant eux.  « Bien, ne restons pas les bras ballants à attendre sagement notre exécution. » Il est totalement d’accord, Skander précise une esquisse de plan, et Bellamy fait une moue, le physique, ce n’était pas son truc, le leader et Tristan avaient l’air les plus à même à partir en mission dans les « souterrains », et plus ils seraient encore en haut, plus la diversion serait éffiace, alors quand Nathaniel demande, « Est-ce qu’on peut être utile à quelque chose en particulier ? » Bellamy dit alors, « On doit faire diversion, et couvrir ceux qui manquent, s’il ne reste que des dames en robes, nous allons éveiller les soupçons. » Il est tout à fait plus poli que Skander, mais c’est un fait connu de Tout. Skander aurait dit « s’il reste que les gonzesse… » ou quelque chose dans ce goût-là. « C’est bon Raiponce, tu peux descendre. » « Princesse Raiponse, après vous. » Dit-il avec un sourire à Skander, tandis qu’il tient le rideau pour qu’il s’en serve pour descendre. Une fois l’ami au fond du trou, le temps presse et il ne peut pas rester agenouillez trop longtemps, le prix à payer pour ne pas être découvert, s’ameuter autours d’un trou n’éveillerait que des soupçons. « On va faire diversion. Dépêchez-vous vous n'aurez pas beaucoup de temps après mon signal, trois minutes trente et une maximum. » Une durée approximative, juste là pour signifier que les mangemorts ne seraient pas dupe bien longtemps. Et Bell dit à voix plus basse, à la fille de Skander, Victoire, elle en jeans, « Tu devrais descendre avec ton père. » Au cas où ça tourne mal se sent-il presque obligé d’ajouter.

Il n’aime pas attirer l’attention Bellamy, pourtant c’était ce que le restant des phénix allait devoir faire. Être de bon acteur. Jusqu’ici certains d’entre eux avaient été d’amirable comédiens en se cachant des années sous les yeux des mangemorts ! « Quelle bande de Pettigrew ! Les rats quittent le navire ! » Dit d’une voix assez forte pour attirer l’attention des quelques mangemorts encore en haut. Ils sont là, mais il parle de façon général pour attirer l'attention d'Alaric Black, de son fils, et des mangemorts autours. Il fallait provoquer le conflit, en restant dans la limite su foutu statu Quo. A main nue, le combat n’était peut être pas très équilibré, mais ce n’était pas une solution. Il fallait juste gagner du temps, et déjà Tristan et Skander avaient disparu en toute discrétion.  « Vous fuyez, n’est-ce pas là l’irréfutable preuve de votre implication dans ces évènements, bande de traitres perfides. » Que ses amis prennent le relai et rapidement. Le temps pour Skander, Victoire et Tristan de récupérer leur précieuse baguette avant ces mangemorts qui s’en serviraient pour les tuer. Il était presque certain qu’ils en feraient autant, Skander tout du moins.
Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 13:24

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1886 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

 


Skander Lupin
parle en #ff3333
Ils n’ont pas de temps à perdre. Le temps presse. Tristan a compris le message, et Skander scrute les forces en présence et jette un regard à sa fille, en jeans.« Ca n’a pas l’air trop profond et y a de la lumière en dessous, si tu m’assures je dois pouvoir descendre … » Il approuve Skander et est tiré de ses pensées par son ami. A son signe Skander vient se mettre à côté de lui, et scrute le fond. On ne voit rien. Rien de chez rien, mais c’était une brèche, à eux d’aller voir si ce n’était pas une solution viable, une issue possible. « J’t’assure. » Dit-il simplement en aidant son ami à préparer la descente en toute discrétion. Ils étaient cachés par l’amas de phénix autours d’eux, une bonne chose. Skander tient le semblant de corde, un rideau, un bout de nappe, ils ne savent plus trop ce dont il s’agit, mais qu’importe. « Je t’attends en-bas ? Bell est peut-être là pour t’assurer, non ? » Il hoche la tête pour approuver et jette un regard à Bellamy accroupi à côté d’eux, puis Tristan « s’amuse » à faire croire qu’il tombe en lâchant un, « Oups … c’était pour voir si tu tenais … » Il ne s’empêche de sourire Skander dit avec un manque de sérieux évident « La prochaine fois je lâche et tu vas t’écraser comme une merde Flamel. » Il n’en pense pas le moindre mot, mais un peu d’humour dans les moments noirs n’a jamais fait de mal à personne. Les phénix avaient l’habitude de la pression, Skander et Tristan avec leur formation d’auror, encore plus.  Il tient jusqu’à ce que Trist’ soit en bas et lui dise, « C’est bon Raiponce, tu peux descendre. » « Princesse Raiponse, après vous. »  Tristan et Bellamy, toujours le mot pour rire. Skander le gratifie seulement d’un regard semi-noir, semi-amusé, et descend à son tour sur le rebord du trou en jetant un regard à sa fille, à Belette, et à Odette. Il n’est pas dans le sentimentalisme, un regard qui avait plutôt l’air de dire « soyez en vie, sinon j’vous tue ». Lui aussi s’accroche au rideau, et descend. Moins gracieusement que son ami, bien moins gracieusement.

Skander tombe-t-il ?
Oui et Oui, non il arrive en bas sur ses deux pieds, sans grâce mais qu’importe.
Oui et non il tombe sur les derniers cinquante centimètre du rideau, mais ne fait pas trop trop de bruit.
Non et non il perd prise sur sa corde de fortune dans les deux derniers mètres et fait un sacré raffut.  

« Fais chier. » Maugrée-t-il alors, dans sa barbe s’il ne l’avait pas eu rasée pour être présentable ce soir. « Un couloir… » Commence-t-il alors quand en haut il entend Bellamy dire, « On va faire diversion. Dépêchez-vous vous n'aurez pas beaucoup de temps après mon signal, trois minutes trente et une maximum. » Puis, « Tu devrais descendre avec ton père. » Il parle clairement à Victoire qui serait - non sans une prétention - mieux à côté de son père qu'avec d'autre. Un enfant est toujours plus en sécurité avec son père.  « Vic’, descends sur le bord, pends-toi à celui ci, et saute, je te rattrape. » J’espère. Elle n’était pas aussi légère que les jumeaux, mais elle n’était pas bien épaisse non plus.

Skander aide Victoire à descendre dans le trou, que se passe-t-il ?
Oui et Oui, elle tombe dans ses bras, un peu lourde, mais il arrive à amortir sa chute.
Oui et non Elle tombe dans ses bras, mais l’entraine dans sa chute, faisant un peu plus de bruit que prévu, ils ont quelques minutes devant eux, peut être seconde.
Non et non, elle tombe dans ses bras, tombe avec son père et ajoute du bruit ils sont clairement repéré car on entend des bruits de pas venir dans leur direction.

Légère. Plus ou moins. Plus légère que lui, c’était certain. En haut, il entend les éclats de voix de Bellamy, et il est à terre ave sa fille dans ses bras. Il l’aide à se relever, « Ca va tu n’as rien ? » Une bref osculation visuelle, un regard à Tristan, « T’as une idée d’où chercher, parce que j’ai comme un mauvais pressentiment. » Les moldus ce n’était pas trop son truc au final.





Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 13:24

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 946
avatar
 
Le membre 'Skander Lupin' a effectué l'action suivante : La main du destin


#1 'Destinée' :


--------------------------------

#2 'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 14:19

Invité
- Invité -
avatar
 



Victoire Lupin
parle en #ffcccc
Je restais silencieuse, observant les nouveaux arrivants, écoutant les réflexions des uns et des autres, me prenant une remarque dans la figure à mes suppositions. Il ne m’en fallait pas plus pour comprendre la leçon. Tu n’es rien ni personne, tais toi. Je suis, comme les phénix présents Skander et Ekaterina, je ne servirais à rien dans un combat quelconque, magique ou non magique, aussi je me faisais aussi petite que possible. Un peu stressée par ce qui suivrait, je me mis à frotter mon bras droit qui me provoquait de petits picotements, étalant un peu de sang sans vraiment m’en rendre compte. « Ceux qui n’ont pas de robe… » Ah, je n’étais donc pas concernée par l’obligation de rester dans la salle de bal. Tant mieux. Je regarde Tristan descendre, assuré par Skander. J’ai bien cru qu’il allait s’écraser au sol et je n’ai pu retenir une petite exclamation de surprise. Skander le suit, assuré cette fois-ci par Bellamy. J’étais en train de me demander comment j’allais faire si je voulais les suivre là en bas. « Tu devrais descendre avec ton père. » Au moins certains étaient d’accord avec cette envie. J’hoche la tête vigoureusement et m’approche du bord. « Vic’, descends sur le bord, pends-toi à celui-ci, et saute, je te rattrape. » Rien que ça, se lancer dans le vide. Mais s’était super tentant. Assise au bord du vide, je me retourne et me laisse me suspendre par les bras. Je ne peux m’empêcher de fermer les yeux en me lâchant. Mais je me sens rattrapée. Me rapprocher du sol également, mais toujours vivante et entière. J’ouvre les yeux et vois mon père écrasé par mon poids. « Oups » je murmure tout bas. Il m’aide alors à me relever et je ne fais absolument pas attention à la poussière qui a transformé mon jeans noir en quelque chose de grisâtre. « Ça va tu n’as rien ? » « Rien » Réponse rapide, pas besoin de s’attarder sur les détails. « T’as une idée d’où chercher, parce que j’ai comme un mauvais pressentiment. » Ce n’était clairement pas à moi que cela s’adressait. Je regarde autour de moi, cherchant à comprendre où nous étions. Une sorte de grande salle, vide. En tendant l’oreille, j’entendais des bruits pas très loin. Avec la chute, peut-être avaient-ils entendu quelque chose. « Peut-être que les moldu ici ne sont pas armés, qu’ils sont tous concentrés sur l’étage du dessus ? » Il fallait croire à notre chance, autrement nous serions vraiment dans…la merde. Je m’approche prudemment de la seule porte que j’arrivais voir. Mes doigts me démangeaient, je crevais d’envie de jeter un œil pour savoir ce qu’il y avait de l’autre côté. Juste un tout petit œil de rien du tout, totalement inoffensif. Je pose la main sur la poignée et très doucement, entrouvre légèrement, très légèrement la porte.

Lorsque Victoire ouvre la porte, que trouve-t-elle derrière ?
Oui et oui, des moldus, armés qui patrouillent.
Oui et non, des moldus non armés, probablement du personnel.
Non et non, un couloir légèrement obstrué elle ne voit personne pour l’instant, peut-être plus loin.

S’il y a un oui, ont-ils remarqués la porte ouverte ?
Oui, quelqu’un s’approche.
Non, ni vu, ni connu.

Rien, je ne vois rien. Pourtant il y avait bien comme un bruit de pas, mais je ne voyais pourtant rien directement. Je referme la porte tout doucement et prend appui contre le mur pour souffler, me rendant compte que j’avais totalement oublié de respiré en tentant le diable. « Il n’y a personne derrière la porte… » Simple constatation, mais j’étais un peu déçue. Les choses auraient pu être drôle de se retrouver confronter à des moldu…bon peut-être pas s’ils étaient armés, mais tout de même. « Par contre je crois que le couloir ne va que dans une direction. » S’était déjà une moins bonne nouvelle. Pour peu que ça force à se rendre dans un piège.
Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 14:19

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 946
avatar
 
Le membre 'Victoire Lupin' a effectué l'action suivante : La main du destin


#1 'Destinée' :


--------------------------------

#2 'Destinée' :
Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 18:50

Invité
- Invité -
avatar
 



Ekaterina Flamel
parle en #A67E2E

La Goldstein qu’elle avait tenté d’aider semblait ne rien entendre, mais lorsqu’elle est partie rejoindre les mangemorts, Ekaterina est restée un peu scotchée en la voyant se transformer en félin. Charmant la leader des mangemorts était une animagus. L’information était bonne à prendre. Des actions devaient être faites. Ils avaient raisons les autres lorsqu’ils parlaient de rassemblement. Et surtout, Skander voyait probablement très juste sur leur destin si le camp adverse récupérait les baguettes. Il n’y avait pas besoin d’être voyant pour comprendre la suite. De l’autre côté les Mangemorts semblaient déjà bien parti, entrant à plusieurs dans le trou. Elle ne savait pas exactement ce qu’ils allaient chercher là-bas en bas, mais en tout cas les laisser aller seul n’était pas forcément une bonne idée. Sur une impulsion de Skander, ils regroupent les phénix à portée de voix, et ceux qui désiraient les rejoindre, direction le buffet ou l’une des explosions avait eu lieu. Il fallait vérifier s’il y avait bien un accès, autrement il faudrait côtoyer les mangemorts. « Avec vos robes, impossibles de descendre, mais tu peux faire diversion. Je sais pas comment… » Très bonne idée la diversion. Elle regarde autour d’elle, cherchant de quoi ils pourraient se servir, elle ne voit donc pas Tristan descendre et manquer de se rompre le cou. « Ça va, vous n’avez rien ? » Elle se tourne vers Nathaniel. « Globalement nous allons tous bien. » A moins qu’elle n’ait raté quelqu’un ? « Est-ce qu’on peut être utile à quelque chose en particulier ? » C’est Bellamy qui répond à cette question. « On doit faire diversion, et couvrir ceux qui manquent, s’il ne reste que des dames en robes, nous allons éveiller les soupçons. » Réponse qui était parfaitement censée.

Ekaterina s’est avancée un peu en direction du groupe de mangemort. Resté tous groupés comme des moutons pourraient avoir l’air louche. Elle tente d’observer ce qui se passait là-bas. « Quelle bande de Pettigrew ! Les rats quittent le navire ! » Le Malfoy lançait les hostilités. A eux de rebondir. « Vous fuyez, n’est-ce pas là l’irréfutable preuve de votre implication dans ces évènements, bande de traitres perfides. » Ekaterina se stoppe finalement entre les deux groupes. « C’est vous que l’on devrait dénoncer aux moldu ! » Elle croise les bras et à prit grand soin de parler assez fort afin qu’aucun des mangemorts, sauf peut-être ceux descendu, ne puisse nier avoir entendu. Qui sait, les moldus dehors et en planque derrière chaque ouverture avaient possiblement entendu aussi.  « Vous empresser de descendre dans le trou, en profiter pour chercher une fuite alors que votre plan à probablement échoué, c’est pas la meilleure tactique pour être discret… » Elle juge, ouvertement, leurs actions. Sa voix porte. User de la voix pour se faire entendre, elle avait largement passé la maîtrise en élevant Dragomir, une belle tête de mule lorsqu’il s’y mettait. « De qui vient cette idée lumineuse ? Les leaders ? Quoi que Mrs Goldstein s’est empressée de sauter dans le trou, trop heureuse à l’idée de sauver ses fesses. » Elle fait une pause. Voit un mouvement et repère un visage, Alaric Black. « Peut-être Mr Black ? Etrangement, en dehors de taxer la population, je ne pensais pas qu’il savait utiliser son cerveau… » Elle rit, un rire mauvais, mais un rire tout de même. Réagiront-ils aux différentes piques ?
Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 19:06

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 443 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood, Perséphone, Obstinato. Signature codée par Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : mère au foyer. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott, le père de ma fille. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

 


Mererid nott
parle en #982C20
Elle sent le goût salé des larmes qui lui échappent. Faible, elle est tellement faible, à cause de lui... Une lueur de folie brille dans ses yeux tandis qu'elle le dévisage, ce frère pour lequel elle se ridiculise, à cause duquel elle perd tout sang-froid. Maudit soit-il... Mais quand la femme qui le tient montre ses griffes, elle se met à trembler plus fort encore. Jamais n'aurait-elle écouté ses mots, s'il n'y avait eut cette arme qu'elle brandit du bout des doigts. Elle aurait percé la chaire de Nathaniel sans y réfléchir à deux fois, trop sûre d'elle, trop convaincue qu'elle pourrait tous les éliminer avant qu'ils ne fassent du mal à Drefer.

« Il a quelque chose qui le blesse, à cause de ton frère. Il ne peut pas s’éloigner de lui. Alors qu’est-ce qu’on fait princesse, on reste comme ça jusqu’à ce que les hommes de la Reine débarquent ? » Elle ne répond pas et lâche enfin son frère des yeux pour fixer l'animal, et la panique laisse doucement place à la confusion sur son visage. Que s'est-il passé au juste ? Depuis quand les sorciers craignent-ils les hommes de la reine ? L'Ordre avait-il causé, avec cette attaque, des représailles moldues ? « Ou jusqu’à ce que ta blessure te fasse perdre connaissance ? » Elle grimace de colère en fixant un œil noir sur la bête. La jeune Nott se doute qu'elle doit sentir son sang, cette chienne. Une juste indignation monte en elle face au manque de respect évident dont cette créature fait preuve - elle ose poser la main sur Drefer, elle ose exiger des réponses que Mererid n'a pas. Pour autant qu'elle sache, Nathaniel n'est qu'un vieil ennemi de Poudlard pour Drefer, et cette histoire de blessure et d'éloignement la laisse perplexe. Quand tout ceci serait passé, et en d'autres circonstances, elle prendrait un certain plaisir à remettre cet animal à sa place - puis à l'envoyer nourrir les vers.

La tête lui tourne brièvement, son mal de crâne de moins en moins supportable, et elle n'entend qu'à moitié les mots de Jaina. « ... qu’il libère mon ami... panser nos blessures loin les uns des autres. » Drefer lui adresse un regard qui la fait se figer. Reprenant le contrôle des battements de son coeur, elle tâche de ne plus prêter attention à autre chose qu'à ces yeux déterminés qui la fixent et exigent qu'elle se calme. « Relâche-le, Mererid » demande-t-il. Le tremblement de ses doigts se calme lentement et le morceau de miroir se détache de la peau qu'il a commencé à entamer. « S'il te plaît. Lâche-le. » Pourquoi lui obéit-elle ? Pourquoi fait-il confiance à Nathaniel et à cette femme pour tenir leurs paroles ? Elle a envie de leur cracher dessus, mais surtout, de leur montrer qu'ils font une grave erreur en menaçant un Rackharrow. Ses dents se serrent, des larmes de douleur et de colère continuant de couler sur ses joues. Ces derniers jours, et surtout la fausse couche et ses répercussions, l'ont mis à fleur de peau, même si elle refuse obstinément de se l'admettre, et elle se répugne elle-même en faisant preuve d'une telle sensibilité. Mais elle n'a pas le choix et elle le sait parfaitement, alors fait rarissime, elle obéit à son frère. Elle lâche les cheveux de Nathaniel et recule d'un pas en titubant, le sourire reconnaissant de Drefer lui échappant. Mais le phénix la retient par le poignet, s'attirant un regard de glace. « Il serait dommage de tomber et de se faire plus mal. » Elle esquisse un sourire sarcastique en réponse et l'attrape à son tour, agrippant sans douceur son poignet des deux mains. Elle sifflent entre ses dents serrées, d'une voix à peine audible : « Crois-moi, toi et tes amis, un jour vous paierez pour ça. » Ses prunelles se détachent de Nathaniel et elle fixe la scène avec des yeux grand ouverts, réalisant à quel point son frère est « impliqué » avec cet impur avec lequel il a passé sa jeunesse à se chamailler. Pourquoi ne lui en a-t-il jamais touché un mot ? Elle regarde avec confusion Nessie venir toucher Nathaniel. Une marque ensorcelée ? « Toi et moi, on a loin d'avoir fini, tu sais ? Mais pour ce soir, tu devrais dire à ta chienne de garde de tenir sa parole et de me relâcher... » Un discret soupire de soulagement la secoue lorsque la femme lâche enfin prise.

Elle se laisse guider jusqu'à Drefer malgré son agacement d'être ainsi promenée comme une poupée, ses ongles se plantant dans la peau du sang-mêlé. « Si j’étais toi, j’éviterais de l’insulter » l'entend-elle glisser à son frère jumeau, à l'évidence en parlant de la bête. Elle s'effondre pratiquement dans les bras de Drefer. Les injures se bousculent dans sa tête, et l'envie de se retourner pour leur cracher à la figure, mais elle sait qu'elle n'en a pas la force et a déjà vécu son lot d'humiliations ce soir. La douleur sourde à l'arrière de son crâne fait écho à celle de ses côtes fêlées. Elle se sert brièvement contre lui avant de s'écarter avec précaution, ravalant ses dernières larmes. « Où est Quintus ? » demande-t-elle. « Que s'est-il passé ? » Enfin, elle ose mieux regarder autour d'eux. Les trois phénix avec lesquels ils viennent de lutter s'en vont dans la même direction, mais s'agit-il d'une sortie ? Elle se doute que le bal ne s'est pas transformé en champ de bataille, ou la louve et ses camarades se seraient contentés de les attaquer. Son regard parcourt la salle à la recherche du visage de son époux, mais la douleur rend difficile sa concentration.


‘Cause she’s just like the weather, Can’t hold her together. Born from dark water, Daughter of the rain and snow. She wants the silence But fears the solitude. She wants to be alone And together with you. F&themachine

Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 19:31

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : Annab' , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 18/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 250 hiboux. J’incarne : Robert Downey Jr. , et l’avatar que je porte a été créé par : Skander, non ? . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Aucun Je parle en : 66000

true story

Je suis âgé de : 51 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : A la tête de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Caelia Black (scéna)

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

 


Alaric Black
parle en #660000


Plusieurs actions se succèdent, entrainant derrière elles de précieuses minutes. La première chose, d'abord. Priam saute dans le trou, et fait comprendre à Alaric qu'elle encore en vie en faisant résonner sa voix dans les décombres. Deuxièmement, Hanne arrive près de lui flanqué d'une jeune femme [prudence] et d'Aoife Meadowes. En lui tenant la main. Le geste n'échappe pas à Alaric, qui s'était déjà dit un peu plus tôt dans la soirée qu'il pourrait faire quelques investigations sur leur leadeuse et la potionniste. Hanne se transforme, et Alaric pense que c'est la chose la plus imprudente de la soirée. Elle prends même son temps pour sauter, en se postant près de lui. Il recule d'un pas alors qu'elle saute rejoindre Priam. Aucun moldus n'a jugé utile de lui faire sauter la cervelle, c'était à croire qu'ils étaient vraiment là. Et si ces menaces n'avaient été que du bluff orchestré par les moldus ? Leur absence de réaction était assez consternante. Hanne avait eu le mérite d'être légèrement camouflée par la foule, mais tout de même. Elle s'était transformée en énorme félin, et sans aucune représailles de leurs part. Tant mieux pour eux, se disait-il. Il ne représentait vraiment pas une lourde menace.

--- Deux actions se passent simultanément :
Quelques instants plus tard, il entendit du grabuge de l'autre côté de la salle. A priori, un stupide malfoy essayait d'attirer l'attention sur lui, suivit de différentes piques par la femme du Flamel, qui venait de disparaître de son champ de vision probablement partit explorer, tout comme lui. Et Alaric ravala bien vite ses dernières pensées quand une dizaine de points rouge se pointèrent sur son torse à lui, et à elle. Ha. Voilà ce qu'on récoltait à vouloir parler haut et forts. Les moldus étaient vraiment d'une stupidité extrême. Mais pour une diversion, c'était plutôt bien réussi. Merci.

Alors que Ekaterina essayait de jouer avec les nerfs de la pièce, et surtout les siens, Alaric avait été attiré par le fond du trou qui venait de s'éclairer. Il entendait des voix et des bruits de pas, et il prêtait bien plus attention à cela qu'aux imbécilités de la Pheonix. Hanne et Priam n'étaient plus visible mais elles ne devaient pas être très loin. La lumière soudaine qui provenait d'un couloir adjacent avait éclairé une paroi jusqu'àlors toujours dans l'ombre. La lumière révélait faiblement des morceaux de rampes et des piles de gravats qui rendait la descente ( mais pas l'ascension ) possible pour lui. Il devrait faire des sauts d'une hauteur assez importante mais surtout maîtrisé mais le chemin était tout tracé. Hors de question qu'il se fasse devancer par Flamel ou qu'il reste une seconde de plus à écouter les jacassements d'autres femmes Phoenix.

Alaric se tourne vers sa femme tout en retirant sa veste pour plus de liberté de mouvement.

< J'y vais. Tu sais ce que tu dois faire.

Prévenir Arsenius, garder un œil sur le reste de sa famille, et enregistrer tout ce qui se passerait à la surface. Mais pas besoin de le dire, elle sait déjà tout ça. Elle acquiesce.
Et alors que tout les moldus ont les yeux rivés sur Ekaterina et Bellamy, Alaric lui lance un regard pour lui dire merci, et s'accroche au morceau de rampe pour descendre ENFIN lui-même.

Alors qu'il n'est plus très loin, les bruits de pas se sont rapprochés, et des ombres humaines se découpent sur le sol. Des moldus curieux ?

Oui : Alaric descend sur les derniers tas de gravats, en se rattrapant de justesse et en encaissant le choc dans ses jambes, puis se relève et retire la poussière de ses épaules.

Non : Alaric se réceptionne mal sur le sol, tombe à genoux et pousse un juron. Ce faisant, il indique sa présence aux moldus aux alentours et se blesse superficiellement aux mains.

Alaric jette un coup d’œil en haut, son fils ne devrait pas tarder à le rejoindre. Il regarde autours de lui quand les moldus arrivent finalement sur place. Sur ses gardes, Alaric se dissimule mais voyant qu'ils n'ont pas d'armes, il comprends vite que ce ne sont que des moldus qui ont été alerté par les bombes et qui viennent seulement de trouver où étaient les dégâts. Une femme et un homme sortent du couloir éclairé qui semble d'ailleurs magnifique et propre, ils semblent choqué par l'étendue des dégâts et peu rassuré de ce qu'ils y trouvent. Parfait ! Une source de renseignements !

Où étaient donc Hanne et Priam ? Peut-être partie dans un autre couloir ? Alaric comptait bien mettre à profit la présence de ces deux employés un peu trop curieux. Il ne fallait pas qu'il traîne cependant.

Résumé
Spoiler:
 



Spoiler:
 

Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 19:31

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 946
avatar
 
Le membre 'Alaric P. Black' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 20:08

Invité
- Invité -
avatar
 

 


Tristan Flamel
parle en #ff9900

Vous connaissez la nature humaine ? Ce truc qui vous pousse à rire quand quelqu’un glisse et se gamelle devant vous. Tristan en était bien doté. La fée qui s’était penchée sur son berceau lui avait même fait don d’une sacrée dose. Il rigole en voyant son ami chuter sur les cinquante derniers centimètres, il ne se cache même pas. Il s’approche et lui tend la main pour l’aider à se relever. « Bin alors Bambi, on tient pas sur ces pattes. Ca va ? ». Bientôt Bambi Junior (Victoire ) les rejoint, et Tristan roule de yeux en les voyant s’étaler par terre. C’est de famille, bon sang pense-t-il, mais cette fois il ne fait pas de commentaire. Il sait qu’il faut se méfier d’une louve qui veille sur ces louveteaux (c’est beau les gars). « T’as une idée d’où chercher, parce que j’ai comme un mauvais pressentiment. ».Tris n’a pas vraiment d’idée mais il jette des coups d’œil autour de lui. Il marmonne presque pour lui-même. « Pas de stress, y a point s … ». Bientôt, il repère un écriteau au mur qui attire son attention, il plisse les yeux et se rapproche. Un plan d’évacuation. « Pas con, ces moldus, ça peut nous servir ça … ». Il tends la main, mais s’heurte bien vite à la vitre de glace fine qui protège ce genre d’affichage.
Dé 1 :
Oui : pris par un fou moment de pietroisation, il défonce la vitre à mains nues brutalement et se blesse la main avec le verre de manière relativement abrutie
Non : il se débarrasse de sa veste de smoking et entoure son poing du tissu avant de briser la glace d’un mouvement sec.

Il grimace quand le verre lui coupe la main et se dit une minute trop tard qu'il aurait dû protéger sa main. Il déblaye avec précaution le verre en changeant de main et en sifflotant « carglass répare carglass remplace … » et récupère le plan d’une partie du château. Lorsqu’il se retourne avec le papier dans une main ; père et fille sont sur pied et la demoiselle jette un coup d’œil à l’extérieur. « Il n’y a personne derrière la porte. Par contre je crois que le couloir ne va que dans une direction. ». Il hôche la tête et se rapproche des Lupins. « On va pouvoir vérifier ça. ».  Ils se penchent sur la carte et l’étudient un instant.

Dé 2 :
Oui oui : Le couloir est un vieux couloir de communication pour le personnel, il serpente dans tout le château en desservant la plupart des pièces, ce genre de tunnel n’est plus trop utilisé de nos jours, la risque d’une mauvaise rencontre est faible, mais c’est mal éclairé et pas très praticable.
Oui et non / non non : Le couloir desserre deux uniques portes.

Dé 3 si Oui et non ou non non au dé 2 :
Oui : la première pièce qu’ils ouvrent est une armurerie moldue
Non : la première pièce qu’ils ouvrent est un vestiaire du personnel.

Ils ouvrent la première porte à leur portée, et tombe sur une armurerie tout ce qu'il y a de plus moldu. Certaines armes sont récentes, des armes à feu, et un sorcier serait bien incapable de les faire fonctionner. Mais le faste du château expose aussi les armes plus vieilles, dagues, poignards, sabres. Tristan se saisit d'une dague d'une belle longueur avec sa main valide. "On a de quoi se défendre c'est toujours ça. C'est pas trop notre spécialité, mais j'imagine que c'est mieux que rien." Ils pourront éventuellement semer quelques cadavres sur le passage si besoin.

Résumé:
 
Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 20:08

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 946
avatar
 
Le membre 'Tristan Flamel' a effectué l'action suivante : La main du destin


#1 'Destinée' :


--------------------------------

#2 'Destinée' :


--------------------------------

#3 'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Mar 18 Avr - 22:34

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 926 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Hishnack & Texas-Flood ♥︎ . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé de cinq mois. Champ Libre :

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Bal royal.
St James Palace

E
lle n’écoute rien, Sissi. Vous savez pourquoi ? Parce qu’elle a vu un truc. Un truc qui n’a pas fait tilt tout de suite mais qui s’est imposé, dans la panique, en voyant tout ce sang. Le sang de Sileas, son amie si mal en point. Elle aurait pu avoir peur pour elle, mais elle s’était fermée. Je suis médicomage. Bien sûr. C’est presque marqué sur son front. Et sans doute sur chacun de ses costumes, à la place de son prénom, sur l’étiquette. Valeryan est médicomage et, de lui, elle a appris quelques bases. Elle sait par exemple que le sang noue des liens puissants, qu’il peut être intoxiqué, de petites choses bien utiles. Et ça se noue devant son regard vide, tandis qu’elle reste inerte. Si quelqu’un l’avait vraiment regardé à cet instant, il aurait vu les rouages de l’esprit s’enclencher, il aurait presque pu entendre l’intense réflexion qui s’agite, d’abord malgré sa volonté. Elle a vu l’homme au bras d’Odette Moody. Skander Lupin. Elle se souvient de cette carrure, de cette voix qu’elle aurait reconnu entre mille mais dans le chaos, tout n’a pas été interprété. Ca se superpose sur ses souvenirs et l’intonation dont elle se souvient à présent lui arrache un frisson de terreur encore palpable. Personne ne peut oublier une telle voix, un tel monstre. Odette Moody. Au bras de Skander Lupin. Mererid s’était mariée, ce qui signifiait que les dégâts étaient sans doute déjà irréparables pourtant le plan se monte de lui-même devant le spectacle de Valeryan qui tente de sauver la jeune Rackharrow - elle devrait en être heureuse mais elle est à des années lumière de cette scène. « Je suis prêt, je ferais de mon mieux. » « Attends.. » La voix tremble encore un peu mais elle est suffisamment audible, l’odeur lui filant la nausée. Elle extirpe la petite fiole d’un pan de sa robe. Une fiole bien trop dosée pour une femme enceinte, qu’elle avait sur elle par simple précaution mais parfaite pour un cas pareil. « C’est.. avec le venin de Daksha. Pour la douleur.. » Elle a tendu la fiole à son frère, seul capable de gérer une telle mixture, seul capable de ne pas faire plus de mal que de bien avec une potion à base de venin.

Ils ont tourné le dos et elle a disparu de leur champ de vision. Skander Lupin. Ca trotte encore. Ca la motive à avancer, à garder l’esprit focalisé sur autre chose que les morts étalés de-ci de-là, que les odeurs qui la prenne aux tripes, comme si tout ici sentait le pire de la guerre. Ou alors c’est encore le liquide de tout à l’heure. Vous savez ce qui est le plus dur, quand on est enceinte ? Ramasser un objet. Personne n’a prêté attention à l’âme errante qu’elle était, une âme errante allant déchirer un morceau de nappe tant bien que mal, avec une conviction et un acharnement insoupçonné. A la main ça ne marche pas mais il y’a du verre brisé, alors elle s’en sert, elle coupe ce bout dont elle a tant besoin. Ca lui semble plus vital que n’importe quoi, à cette seconde, alors même qu’aucun d’eux n’est certain de sortir d’ici. Le verre retombe sur le sol, elle le lâche, à peine consciente de s’être coupée. Elle glisse le tissu dans le plis trafiqué de sa robe en prenant soin de ne pas utiliser sa main blessée.

Ca a dû durer un moment parce qu’en revenant vers Valeryan, il a l’air furieux. Ou inquiet, elle ne sait pas bien. Elle n’est pas sûre de parvenir à lire ses émotions. « Je suis désolée.. je.. je cherchais.. » Elle se tait, comme une enfant prise en train de faire une fugue qui ne sait guère quoi dire pour sa défense. « Tu sais où est Circée ? J’ai pas vu Circée.. » Ca l’inquiète un peu, maintenant qu’elle y réfléchit. Si Sileas est dans un tel état, Irvin a-t-il pu trouver sa fille entière, saine et sauve ?

SISSI : #477C64 - DAKSHA : #A8A8A8 - FOURCHELANG : italiques.
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Mer 19 Avr - 1:23

- Ripped apart by demons -
Je suis : Wednesday , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/11/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 588 hiboux. J’incarne : Hailee Steinfeld , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys ♥ . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Scylla Lestrange & Saoirse Rackharrow. Je parle en : #9999cc

Nothing succed to put me down so far

Je suis âgé de : 20 ans , et j’ai le sang : moldu, mais c'est ma honte, je me cache de cette vérité il y a bien des années que j'ai tiré un trait sur la magie. Dans la vie je suis : sans emploi et prostituée en fuite. J’ai juré allégeance : à personne mais loin d'apprécier cette guerre, je trouve le monde injuste et violent. Secrètement je pense que l'Ordre du Phénix détient la solution, et je partage leurs idées. Côté cœur, : j'ai toujours été seule, qui serait assez fou pour accepter mon passé ... Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 



Phèdre Morangias
parle en #9999cc

N'ayant pas bougé d'un cil depuis que son corps avait heurté le sol, Phèdre était dans l'incapacité de dire ce qui était brisé ou non. Elle sentait simplement son sang froid couler sur sa peau par endroit. Sur son visage par exemple. Sur ses jambes aussi et dans son dos. Elle avait du se prendre des débris de plein fouet, c'était normal. Complètement sous le choc la jeune sorcière n'avait même pas la force de se mouvoir. Elle avait la désagréable impression d'être une poupée désarticulée que l'on pouvait manipuler à son bon vouloir. C'était peut-être plus sûr de faire la morte après tout. Le monde la croirait perdu et elle pourrait passer à autre chose, ailleurs, dans un autre pays. Peut-être la France, d'où elle était originaire et dont elle parlait parfaitement la langue. Mais faire cela seule ? Y arriverait-elle seulement ... Tout cela était bien incongru : en pleine panique voilà que la jeune femme se prend à rêver encore de liberté et d'échappatoire. Tout espoir n'était donc pas totalement perdu. Et elle ne croyait pas si bien penser.

Les yeux toujours clos la Née-Moldue avait peur de découvrir les ravages causés par cet attentat. Elle se fichait de savoir qui était coupable ou non, elle ne faisait partie d'aucun camp officiellement. Dans tous les cas les deux principaux acteurs de la guerre venaient d'être balayés sans pitié. Des morts devaient joncher le sol, encore ... Phèdre ne mettrait plus jamais les pieds à un bal du reste de sa vie, aussi courte soit-elle ! Alors qu'elle se faisait cette promesse elle sentit une présence à ses côtés. Elle essaya de se concentrer, le sifflement dans ses oreilles se faisait de plus en plus silencieux. Il lui semblait qu'on l'avait appelé. Diane. Une seule personne la nommait ainsi sur terre. Alors qu'elle n'y croyait plus un geste délicat vint découvrir son visage, retirant ses longs cheveux qui la cachaient partiellement. On soulève sa tête et la pose sur quelque chose de nettement plus confortable que le sol et ses éclats de verre. Cela lui arrache une grimace de douleur. Son cou la faisait souffrir. Phèdre savait qui était cet ange. Toujours le même. « Ali ... » Murmura la jeune femme avant d'ouvrir doucement ses paupières et pouvoir contempler le sourire que lui offrait la sorcière qui, pendant des années avait pris soin d'elle. Comme si elle rêvait encore, elle n'en revenait pas de la retrouver ici et surtout de cette façon. « Ali ! » Reprit Phèdre une nouvelle fois avec beaucoup plus d'entrain et bien réveillée cette fois. Elle se redressa subitement pour prendre la femme dans ses bras, telle une enfant pendu au cou de sa mère. Une vive douleur parcourra son membre gauche et la Née-Moldue grimaça une nouvelle fois tout en continuant de serrer l'étreinte qu'elle avait sur Alienor. Enfin elle était là, enfin elle pouvait lui parler de vive voix et non seulement par écrit, voir son visage, avoir toute sa confiance et son soutient. Cette sorcière lui avait sauvé la vie plusieurs fois déjà, et au moment le plus désespéré qui soit, voilà qu'elle réapparait. Phèdre était submergée d'une joie immense malgré les circonstances, elle ne pouvait pas s'en empêcher. Après quelques instants lui permettant de réintégrer la réalité, Phèdre lâcha son ange gardien puis attrapa doucement son bras gauche de sa main droite : « Je crois qu'il est cassé ... Tu n'as rien toi ? » S'empressa-t-elle de demander à Ali dont la robe étant dans un sale état. Puis, pour la première fois depuis les explosions, elle put enfin contempler le désastre ... Des sorciers et sorcières s'affairaient déjà a trouver un moyen de sortir, la Née-Moldue elle était juste perdue et ne savait pas quoi faire, elle observait les visages alentours mais ne connaissait personne à part la sorcière brune à ses côtés, c'était tout ce qui comptait à cet instant. « Comment va-t-on sortir de là ... » Songea-t-elle a haute voix.



I got the feeling that I'm going under but I don't know if I'll make it out alive. You've watch me bleed until I can't breathe, shaking, falling onto my knees, tripping over myself, aching. I'm begging you to come help.

Parchemin envoyé Jeu 20 Avr - 5:59

Invité
- Invité -
avatar
 



Ombeline Lupin
parle en #669966
La truffe froncée en une grigne espièglement impubère, la sorcière acquiesce muettement à la remarque de son protecteur louvart, son impatience nerveuse n'en demeurant pas moins inassouvis, le tissu de sa robe odieusement malmené par d’innombrables assauts de doigts trifouilleurs. C'est qu'il ne lui avait pas dit de ne pas s’embarrasser plus que nécessaire pour sa sœur, ce qui, d'extrapolations ombeliennes folâtres allant, n'étanchait en rien les appréhensions cauchemardesque de la cadette de la portée. C'était que Jaina tenait bien plus de la mère à ses yeux que de la bernardine traditionnellement véhiculée en société magique ; la Belette s'accrochait à son aînée avec autant d'acharnement qu'un chaton, griffes dehors, à peluche de laine. Indiscipliné chérubin traînant entre de bellicistes guibolles, dernier bastion avant la chute. Cette fatalité inévitable, pourtant, la blondinette la craignait, et ce non sans raison. Car cette vision, si anodine fut-elle, ne manquait pas raviver des souvenirs autrement plus caustiques que ne sauraient l'être ces insignifiantes taillades lui lardant la trogne et les menottes. Puisque c'était à leur épisode partagé au cottage de Trethyon, qu'elle songeait alors, et à leur contiguïté fraternelle renouvelée. Non, cette souveraine devancière n'aurait su l'abandonner définitivement sans lui arracher une dernière promesse. Jaina est forcément là, quelque part.

« Ta sœur est là-bas, Belette. Ça a l’air d’aller… » Trop de choses lui font buller les méninges, alors que chignon se cabre de tout son long, la jugulaire saillante, puis qui se ploie et non pas ici pour capituler, non pas là par pieuse déférence, mais sous le joug d'un non moins césarien sentiment de délivrance. C'est que le faciès se scinde d'un large sourire et elle eut alors l'air non plus d'une femme de vingt-huit ans, mais d'une mioche de douze ans, comme cette enfant, fut-elle jadis, débordant de risette et de badineries. « Jaina! » la mélopée de de sa voix enfantine quête des bras dans lesquels s’enrouler et c'est à grandes enjambées, presque sautillé, que la benjamine se précipite contre le torse de sa sœur, les abattis tenacement ligoter autour de la nuque et d'un galon. Au creux d'haliotides, Ombeline est rongée de geignards babillages enchaînés. « Je m'inquiétais tellement pour toi... Je ne te voyais nul part... Pardonne-moi... Je ne sais pas ce que j'aurais fait s'il t'était arrivé du mal... » Les phalanges féminines grimpent précautionneusement, comme si elle tenait entre ses paluches inestimable richesse, les joues ébréchées cajolées du bout des pouces, la trogne patouillée d’œillades enveloppantes. Elle lui sourit plus délicatement encore, leurs retrouvailles écourtées par de plus urgentes et supérieures considérations.

Les doigts entremêlés avec ceux de Jaina, la blondinette observe silencieusement les échanges entre les différents membres de l'organisation, la langue frétillante, pourtant, d'un besoin de s'en mêler. C'est que son tempérament féministe lui chatouillait de s'opposer à cette odieuse remarque prononcée ; qu'avait-elle à faire de ses fioritures et de ses jupons, sinon, que de les sacrifier pour la cause? Une pression invisible contre la paume, cependant, suffit à refréner ses ardeurs défenderesses, alors qu'instinctivement, son aînée lui rappelait la non-nécessité de sa taquine opiniâtreté habituelle. Broyant entre crocs les lippes déjà tuméfiées, la sorcière y rauque son mécontentement, ne crachotant guère plus que quelques ronchonnements à peine audible, méchamment pénitent, qui dégénère en persiflage ; c'est qu'elle se sentait véritablement inutile, là debout, bras croisés sans plus pour les aider qu'un énième plan encore de distractions. C'est qu'elle aurait espéré plus depuis les événements derniers de Poudlard.

C'est alors que, broussailles froncées, elle remarque l'absence de l'une des leurs ; aussi abyssales fut-elle, elle reconnaissait désormais le parfum de tous les membres de la fratrie. Et l'arôme lointaine engouffrée en ses narines lui indiquait très promptement l'éloignement d'un des louveteaux de la horde lupienne. D'une prosternation désinvolte, frôlant d'une grossièreté exagère telle virile défroque, la Belette prend congé, non pas sans un dernier regard facétieux vers son aînée, de laquelle la blondinette s'éloigne désormais à grandes foulées. Lorgnades mirées contre sa cousine (Magnolia), elle se cramponne finalement au coude tout en laissant le labre se fendre d'un sourire forcé, âpre, trahissant son véritable bienséant à l'égard de l'autre sorcière. (Arte). « Je vous l'emprunte, mademoiselle. » ce disant, la coercition des doigts autour de jointure s'affermit, l'encourageant pressante à la suivre. La menotte enroulée autour de son bras, la blondinette guide maladroitement sa cousine entre débris de verre et éclats d'obus, avant de lui confier, les paroles étouffées par le vacarme et les protestations lointaines des autres membres de l'Ordre du Phénix. « Je n'ai pas l'intention de rester-là à singer les mangemorts avec les autres, et toi? ; aide-moi plutôt à retrouver les éclats des bombes. Il y a forcément une trace, un sigle, quelque chose qui puisse les relier aux partisans de feu tu-sais-qui. Si on trouve un indice pour les incriminer, les moldus nous laisserons sans doute filer... »


Spoiler:
 
Parchemin envoyé Jeu 20 Avr - 18:23

- I am decadent, and here I am. -
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 14/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 122 hiboux. J’incarne : Ira Chernova , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Faust, Babine. Signature : Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Valeryan & Siofra Je parle en : Grey



Je suis âgé de : 28 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : dealeuse de poudre d'escampette pour la Main noire. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je ne porte pas sa marque mais je compte m'enrôler dans ses rangs. Côté cœur, : je suis libre et le resterai. Champ Libre :
avatar
 

 


Priam Greyback
parle en grey
Un bruit sourd fait se retourner la louve, et elle distingue alors la forme d'un énorme félin. Un grondement commence à naître dans le fond de sa gorge, qui se tait lorsqu'elle reconnaît l'odeur d'Hanne Goldstein. Elle ne l'a que rarement croisé, mais s'est assurée de mémoriser son parfum ; c'est le genre de femme qu'il vaut mieux garder à l’œil, sans parler du poste qu'elle occupe. Elle ignorait en revanche qu'il s'agissait d'un animagus, et elle esquisse un sourire amusé. Avec une autre peut-être, elle n'aurait pas lésiné sur les blagues à base de « chaton » et autres, mais cette fois elle préfère s'abstenir. Une autre louve qu'elle aurait peut-être eut une réaction épidermique à la présence d'un aussi gros chat, mais tout au plus est-elle secouée d'un léger frisson de méfiance. Elle reprend ses fouilles en silence, soulevant les morceaux de béton qui peuvent l'être dans l'espoir de découvrir une issue. Alors qu'elle commençait à ne plus y croire, elle entend un grondement juste devant elle et recule à la hâte, juste à temps pour voir le mur et une partie du sol pratiquement s'ouvrir devant elle. Un couloir se découvre alors, dans lequel les décombres ont en roulé pour dégager un passage, et un sourire de triomphe naît sur les lèvres de la Greyback. Mais sa satisfaction s'estompe quand elle réalise que des bruits précipités de pas s'approchent ; elle voit deux silhouettes en tenue de combat apparaître au bout du couloir et elle se couche aussitôt dans les décombres, retenant son souffle. Les moldus s'approchent en discutant à voix basse, visiblement pour inspecter le passage. Elle entend le léger grésillement d'un appareil. Un moyen de communication entre eux ? Quand ils sont assez proches, elle bondit dans le passage et cueille le premier au ventre avec le pied de table avant que ses griffes ne lui ouvrent la gorge d'un mouvement vif. L'autre a plus de temps de réaction ; il la vise avec son arme - un fusil ? Elle ne saurait trop dire - mais ses réflexes lui permettent de l'éviter et la seconde d'après, elle est sur lui. Lâchant son arme improvisée, elle l'attrape à la gorge d'une main et saisit son poignet de l'autre, mais l'homme continue de tirer dans le vide pendant qu'elle le lui tord. Il finit par lâcher avec un grognement de douleur, la fixant avec des yeux écarquillés. Cet abruti a sûrement dû attirer ses petits camarades avec le vacarme qu'il a causé. Ou bien peut-être n'a-t-elle pas assez réfléchi avant d'agir, mais qu'importe - elle n'est pas là pour faire les plans, après tout. « Où sont les baguettes ? » interroge-t-elle froidement. Sa deuxième main vient rejoindre la première. Ses doigts se serrent lentement autour de son cou tandis qu'il tente de lutter en griffant et en frappant, mais déjà il manque d'air et ses protestations ne sont guères plus dangereuses que celles d'un enfant.

OUI, OUI - Il commence à gémir, lui faisant comprendre qu'il veut parler. Il tient visiblement trop à sa vie pour se soucier tant que ça de sa patrie. Elle relâche légèrement son emprise et il parvient alors à dire : « Restées au vestiaire ! À l'est d'ici ! » Un rire sec échappe à la Greyback. Ils n'ont même pas pris la peine de les déplacer, ces imbéciles... Une autre question lui vient soudain. « Qu'est-ce qui nous empêche de transplaner ? » lui aboie-t-elle dessus. Il répond en tremblant : « Un... un objet magique. J'ignore où il est ! » Elle grogne de colère, la mâchoire serrée, et ressert soudain ses mains autour de son cou, le jette au sol et lui claque la tête contre le béton, le tuant sur le choc.

OUI, NON - Il commence à gémir, lui faisant comprendre qu'il veut parler. Il tient visiblement trop à sa vie pour se soucier tant que ça de sa patrie. Elle relâche légèrement son emprise et il parvient alors à dire : « Restées au vestiaire ! À l'est d'ici ! » Un rire sec échappe à la Greyback. Ils n'ont même pas pris la peine de les déplacer, ces imbéciles... Elle ressert soudain ses mains autour de son cou, le jette au sol et lui claque la tête contre le béton, le tuant sur le choc.

NON, NON - Une lutte de volonté démarre alors, mais l'homme est trop patriote pour céder ; il la fixe d'un regard noir alors même qu'elle finit par le soulever et qu'il meurt étouffé entre ses mains.

Un soupire lui échappe, quand elle réalise qu'elle va devoir aller prévenir les autres au lieu de continuer à tracer sa route hors de là seule – surtout si des dizaines d'autres comme ceux là l'attendent. Finir trouée comme un vrai loup pendant la saison de la chasse, très peu pour elle. Elle lâche le corps en jurant à voix basse et les fouille jusqu'à trouver un couteau de combat. Un sursaut lui échappe quand le grésillement recommence soudain, suivi d'une voix qui appelle : « Éclaireurs, vous me recevez ? ». Elle observe l'appareil carré en s'interrogeant sur la marche à suivre. De toute façon, les moldus comprendraient très vite ce qu'il se passait en voyant que leurs hommes ne répondaient pas. Peut-être qu'en bricolant ce truc, elle pourrait les entendre s'échanger des informations ? Perplexe, elle le ramasse et commence à tripoter les boutons.

Résumé:
 


Come, hunt with me, the invitation whispers in my heart. Leave the pain behind and let your life be your own again. There is a place where all time is now, and the choices are simple and always your own. Wolves have no kings. robin hobb

Parchemin envoyé Jeu 20 Avr - 18:23

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 946
avatar
 
Le membre 'Priam Greyback' a effectué l'action suivante : La main du destin


'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Jeu 20 Avr - 20:30

- I am Insurgent, and proud to be. -
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1886 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 

 


Skander Lupin
parle en #ff3333
Les trois accolytes en un seul morceau, ou presque. C’était mieux que rien. Victoire à ses côtés, sans baguette ou avec, il n’était pas encore persuadé que cela fasse une différence pour sa propre survie. En revanche, sans sa baguette, il n’était pas très rassuré. Il savait se battre à mains nus, mais les Moldus avaient l’air armé, mais s’il croisait un mangemort il se disait qu’il avait peut-être la force nécessaire pour en venir à bout, être loup garou avait un avantage non négligeable : la rage et l’instinct de survie. Sans cela, il serait peut-être mort depuis longtemps. Quand Victoire regarde par la porte, il est inquiet, mais qui n’est pas curieux ni tête brûlé n’est pas Lupin. Puis il y a Tristan qui récupère un plan des lieux, la carte des issues de secours, comme c’était indiqué dessus, mais de l’étage seulement. L’issue de secours ça devait être cet escalier effondré par lequel les mangemorts descendaient, s’y rendre ne serait sans doute pas une bonne chose. Ni une très bonne idée. Il ne juge pas l’état de son ami, ni la précipitation pour récupérer l’objet aucun d’entre eux n’avait de temps pour ça.«  On a de quoi se défendre c'est toujours ça. C'est pas trop notre spécialité, mais j'imagine que c'est mieux que rien. » Il s’approche du curieux arsenal – il n’avait pas tellement l’habitude des Moldus mais cela ressemblait aux armes que portaient les personnes qui faisaient la sécurité à l’entrée. Une baguette en version moldue, quelque chose du genre. Des armes, des gilets pare-balles. « Etrange veston… » Commente-t-il alors en s’approchant de l’un d’eux. Autant essayer de passer inaperçu s’ils venaient à tomber sur des moldus, il quitte alors sa veste de smoking – enfin, il détestait àa, et enfile l’équipement plus lourd, plus rigide. Se protéger des coups ? Peut-être. Il jette un regard à Victoire plus au fait des coutumes moldues, s’il faisait une connerie, elle finirait bien par le dire. Puis, il attrape un étrange objet – un fusil – mais il l’observe sans bien savoir comment s’en servir. Au pire, ils auraient peur. « Ne restons pas là. » Dit-il alors une fois qu’ils sont équipé, il attrape ce qui est un casque et e met sur la tête à Victoire, « Même si tu as la tête dure. » Il lui sourit, simple précaution, on sait jamais. Ils étaient prêts, enfin… Sans baguette mais prêts à continuer de progresser à la recherche de baguette. « Montres-moi le plan. » Demande-t-il à Tristan, l’escalier était à l’autre bout. Skander examine la carte quand on entend des bruits de paroles dans le couloir, mais les gens ne font que passer et ne s’arrête pas. Les phénix ont quelques instants de répit. Il y a une pièce au bout du couloir, quand soudain, Skander entend le bruit reconnaissable d’un Talkie-Walkie, comme à Poudlard.  « Éclaireurs, vous me recevez ? » Pas de réponse. « On a perdu Matthews dans le secteur est, peut être une panne, ça perturbe les emissions ce truc. » Ce truc ? Skander fronce les sourcils. Un truc ? Une sorte d’onde moldue peut être pour brouillé quelques choses ? Quelque chose. Skander les entendant passer dans la direction opposée à celle qu’il proposait alors, il dit à Tristan et Victoire en montrant la carte. « On va là, c’est isolé au bout du couloir, et ils patrouillaient devant… » Louche, très louche même. Il fait signe à Tristan et Victoire d’être silencieux, et il passe le premier, arme à la main mais incapable de s’en servir.


Dé numéro 1 , que trouvent Skander en entrant dans la pièce ?
Oui, et oui une pièce totalement vide, un bureau tout à fait quelconque sur lequel est posé un objet bizarre qui émet une lueur assez étrange.
Oui et non, un garde armée lui aussi, la pièce est également un bureau bien rangé, mais l’objet est dans une vitrine sous clef, et sous verre, inaccessible. Il émet également de la lumière, une babiole moldu, ou quelque chose qui mériterait- qu'on s'y intéresse d'un peu plus près ?
Non et non c’est un placard à balais, il va falloir chercher encore un peu, sauf que derrière eux, des bruits de pas, la patrouille revient. Mais entreront ils dans le placard à balais ? Skander espère que non.

Si oui et oui à 1 dé numéro 2 - hypothèse 1 Quand Skander s’approche de l’objet, que se passe-t-il ?
Oui, et oui rien de bien grave, la lueur est toujours là, il s’agit d’un objet en fonctionnement, de technologie sorcière, ça ne fait pas de doute.
Oui et non, un objet sorcier, il en est certain. Cependant quand il le prend en main, il se brûle comme si l’objet magique ne voulait pas être en contact avec un sorcier, comme un accessoire de torture de l’inquisition.
Non et non, impossible de le toucher, Skander est projeté contre la porte, faisant un bon raffût, ils sont repérés, c’est certain.


Si oui et non à 1 dé numéro 2 - hypothèse 2 Que se passe-t-il avec le moldu ?
Oui, et oui Skander arrive à le maitriser.
Oui et non, Skander arriver à le maitriser après une lutte assez acharnée.
Non et non, Skander se fait étaler par un bon vieux coup de poing.  

Il entre, et va pour assomer le garder, mais celui ce retourne le premier, et frappe Skander à l’épaule, le faisant reculer, non sans un bruit assez certain contre la porte. Il le frappe une fois un niveau du « veston » et se heurte à quelque chose de bien rigide, le garde le frappe au nez, qui se brise peut être au passage si en juge au sang sur son visage.  Il va alors pour saisir son Talkie-Walkie, et Skander encore vacillant frappe l’homme cette fois-ci à la tête, et celui tombe alors sur le sol, « Je suppose que ça s’utilise d’une autre façon, mais soit. » Dit alors Skander en regardant l’arme dans sa main, dont il s’était servi de la crosse pour assommer, un peu durement peut être le moldu qui montait la garde. Il n’était pas en smoking comme ceux qui faisaient le service en haut, ni ceux qui accompagnaient la Reine, mais un homme vêtu de noir, porte l’étrange veston, et « armé » comme eux s’il s’agit là d’armes. A ses pieds, un Talkie-Walkie, Skander se baisse pour le ramasser. Ca il savait comment s’en servir. A Poudlard, l’Ordre s’en était servie. La pièce ne payait pas de mine, un bureau bien rangé, mais pourquoi faire garder un bureau en toute apparence… simple ? Skander fronce les sourcils. Jusqu’à ce qu’il voit l’étrange objet dans la vitrine en verre.

Si oui et oui  / ou oui et non à 2 dé numéro 3 Comprend-t-il à quoi peut bien servir l’objet qui se trouve face à eux ?
Oui, et ouiSkander a été auror spécialiste en artéfact de la Magie Noire, et de la traque des Mages noirs, les vestiges de l’inquisition font partie de ses connaissances. Il ne sait pas vraiment comment arrêter cette chose, et ne peut la toucher directement sans se bruler.
Oui et non, Skander a été auror spécialiste en artéfact de la Magie Noire, et de la traque des Mages noirs, les vestiges de l’inquisition font partie de ses connaissances. Mais il ne sait pas ce que c'est. Mais ça doit bien avoir une utilité non ?
Non et non, Skander a été auror spécialiste en artéfact de la Magie Noire, et de la traque des Mages noirs, les vestiges de l’inquisition font partie de ses connaissances. Mais, ça il n’en avait jamais vu. Il passe son chemin

« Alors ça… » dit-il en regardant l’objet. « Des moldus et un objet magique, vous m’en direz tant… » Il laisse sa voix en suspens, et s’approche de la vitrine qu’il tente d’ouvrir, mais celle-ci est verrouillée. Un objet magique sous verre, c’est forcément important. « Je crois que nous venons de mettre la main sur ce qui bloque le transplanage, et si les mangemorts trouvent baguettes avant nous, nous avons une monnaie d’échange. » Et au pire, une fois l’objet détruit, ils pourraient fuir, avec ou sans baguette, mais au moins en vie.  « Tristan, volontaire pour briser la glace sacré tombeur ? » Demande-t-il avec humour à son ami. Il fallait briser la glace – de la vitrine – et s’emparé de l’objet lumineux, enfin surtout trouver quelque chose pour le tenir sans se bruler.

résumé:
 



Parchemin envoyé Jeu 20 Avr - 20:30

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 946
avatar
 
Le membre 'Skander Lupin' a effectué l'action suivante : La main du destin


#1 'Destinée' :
 

--------------------------------

#2 'Destinée' :
 

--------------------------------

#3 'Destinée' :
 


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Jeu 20 Avr - 22:41

- I am Allegiant, and I like it. -
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 253 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 25 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour les Mangemorts J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Siofra Meadowes, son cœur appartient toutefois à Caïn Goldstein mais ces choses-là ne se disent pas... Champ Libre : - possède un démon, un Eternel prénommé Nyssa et qui prend la forme d'une chauve-souris bleue aux dents longues (magie des Rackharrow).

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
avatar
 
Il laisse échapper un soupir de soulagement en sentant la main de Jaina le relâcher et son regard sonde celui de Nate avec incompréhension alors qu'il lui remet sa sœur jumelle en mains propres, tel un gentleman. Il n'y avait bien que Trelawney  pour prendre autant de pincettes alors que lui, il passait plus ou moins son temps à essayer de lui pourrir la vie. Décidément, il ne le comprendrait jamais. Ses bras se referment autour de Mererid tandis qu'il regarde les Phénix s'éloigner tous dans la même direction, tels des chiens bien trop dressés. Il se penche à l'oreille de sa jumelle, murmurant : « On doit sortir d'ici. Viens. Quintus saura se débrouiller. » Et il n'en doutait pas. Il l'avait suffisamment côtoyé en mission pour savoir qu'il était difficile à abattre. Un bras autour de la taille de sa jumelle, il cherche du regard une autre porte de sortie que celle empruntée par les Phénix et c'est Nyssa qui lui apporte la réponse en lui signifiant qu'il y a un autre trou, là-bas, à l'endroit où il a trouvé Mererid, quelques minutes plus tôt. C'est sans réfléchir plus avant qu'il entraîne sa sœur dans cette direction, la soutenant quand elle grimace de douleur, parfois. Il ne manque pas d'aviser Cordelia, sur le chemin et s'il hésite un instant, il finit par se glisser jusqu'à elle. Après tout, elle est amie avec Mererid, dans ses souvenirs les plus récents, et ils ne seraient sans doute pas trop de trois. Si les Phénix prenaient l'avantage sur eux, d'une manière ou d'une autre, ils pourraient aussi bien tous finir morts. L'occasion rêvée, pas vrai ? « Cordelia, par ici ! » qu'il l'interpelle, lui faisant signe de les suivre. Profitant que le gros de la foule soit encore sous le choc et que les snipers soient distraits par les Phénix et leurs faits d'armes, le trio rejoint l'arrière de la salle, du côté des toilettes, là où, effectivement, comme Nyssa l'avait dit, un autre trou les attendait. « Je descends en premier. » Il décrète, plutôt péremptoire, mais il n'allait pas envoyer les filles au casse-pipe.

OUI/OUI : Drefer saute dans le trou et se réceptionne sans dommage avec la souplesse d'un félin puis il aide les filles à descendre et tout se passe sans encombres.

OUI/NON : Drefer se réceptionne sans mal mais en voulant rattraper l'une des demoiselles, il glisse et s'entaille la jambe sur les gravats.

NON/NON : Drefer glisse sur les gravats et chute, se blessant dans la foulée au bras et à la jambe.


C'est une fois tous en bas qu'ils avancent avec prudence, Drefer ayant envoyé Nyssa en éclaireur afin de leur indiquer ce qu'il pouvait y avoir devant eux. Soudain, l'Eternel revient en voletant et en signifiant qu'il y a deux Moldus cachés dans le recoin d'un placard, sans doute terrorisés à l'idée de tomber sur les grands méchants sorciers qu'ils étaient. « Des Moldus, devant. Avec un peu de chance, ils pourront nous servir... »

OUI/OUI : Ils fondent sur eux et parviennent à faire des otages des deux Moldus en les menaçant d'utiliser une magie qui ne nécessite pas de baguette.

OUI/NON : Les Moldus découverts ne se rendent pas sans se battre et Drefer est obligé d'en tuer un pour maitriser l'autre mais ce n'est pas sans mal et sans une blessure de plus (handicap à déterminer dans le prochain post).

NON/NON : Les deux Moldus parviennent à s'enfuir sans qu'ils aient pu les retenir et hurlent comme des putois qu'on égorge, révélant leur présence proche à la team Phénix ( Victoire, Skander, Tristan) non loin, à l'autre bout du dédale de couloirs.



BECAUSE YOU'RE MY HOME
I'll come back for you ☽ I can't turn around when I just figured out what I need to be. It ain't right to be apart from you. It don't feel right to leave you when I'm all alone.

Parchemin envoyé Jeu 20 Avr - 22:41

- You know nothing, muggle. -
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 946
avatar
 
Le membre 'Drefer Rackharrow' a effectué l'action suivante : La main du destin


#1 'Destinée' :


--------------------------------

#2 'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé

Contenu sponsorisé
- -
 
 
EVENT #8 - un bal royal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» ❧ EVENT n°12 ♣ Royal Baby is Coming.
» L'étendard royal du Rohan
» Labadie: Contrat entre l'etat haitien et la Royal Carribean
» garde royal rohan
» 40 lutteurs au Royal Rumble: c'est confirmé!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres moldus-
Sauter vers: