Partagez | 
EVENT #8 - un bal royal

(Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant)
Parchemin envoyé Mar 28 Mar - 12:55

avatar
avatar
profil
Je suis : Dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 26/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 91 hiboux. J’incarne : Luke Pasqualino , et l’avatar que je porte a été créé par : © YOU.FIRST . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.M. - D.M. - P.L. - Z.S. Je parle en : #b9770e



Je suis âgé de : vingt-six ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Astronome indépendant J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : Mariée à Roisin Grimstone, depuis décembre dernier. Père d'une petite Ashlynn depuis mai. Champ Libre : - Troisième enfant de Soren et Ezster Grimstone, traité de bâtard durant toute son enfance, il a choisi l'astronomie comme spécialité.

- Ne porte pas ses aînés dans son coeur au contraire de sa cadette.

- S'est éloigné de sa famille depuis son mariage forcé avec Roisin Meadowes.

- Est au courant que l'enfant de Roisin n'est pas le sien, mais un bâtard de sang-mêlé.

- Ashlynn est sa fille quoi qu'il arrivera.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 

Leik
Grimstone
parle en #b9770e
Le ton est sec et froid. De toute façon à quoi pouvait-il s'attendre de la part de personnes, même de sa famille, qui ne savait rien de l’arrangement précipité qu'était son mariage. Il n'est pas fou Leik, il sait qu'il y aura de la rancœur et tout autre chose... « La prochaine fois, pense à envoyer un faire-part, que je puisse avoir le loisir de refuser une invitation que tu n’as visiblement pas eu la décence d’écrire. » Non, il ne l’avait pas eu, car il ne l'avait pas même su lui même avant que l'échéance ne tombe un beau soir de décembre. Il sent la main de sa femme qui se sert dans la sienne. Est-il rassuré de la savoir avec lui et pas contre lui. C'était un souhait commun que de vivre caché jusqu'à la naissance de l'enfant. Pas même un sourire franchi la barrière de ses lèvres alors qu'il regarde le tissus noir de la robe de sa soeur s'éloigner. Un pincement au coeur à cause d'une folie maladive que personne ne voulait croire au sein de cette famille... « Leik. Heureux de voir que tu te portes bien. As-tu vu Erszébet, je suppose qu'elle... » Valeryan ne pouvait pas plus mal tomber qu'à ce moment. Il était réfléchi, mais pas vis à vis de ce frère aîné qu'il n'appréciait guère. C'était ça l'art d'être considéré comme un bâtard durant dix-huit année de sa vie. « Est partie rejoindre sa belle-famille, évidemment.» dit-il en profitant de la surprise que lui confère le ventre arrondi de Roisin. Il l'avait craint Leik, que Sissi soit attirée par la magie noire, comme par l'amour. Mais c'était à croire que tout cela les éloignait. En plus de ses agissements personnels.

« Je ne devrais sans doute pas être étonné. Le respect et le tact n'ont jamais été tes points forts. » Il ne réponds, rien, tout du moins, il n'a pas le temps de répondre quoi que ce soit. « C’est de ma faute, une vieille tradition, une superstition pour le bien du bébé que Leik a respecté. »  Il hausse la tête, la tournant vers cette femme qu'il avait épousé par surprise, mais qui se révélait être le plus grand soutien qu'il n'avait jamais eu de sa vie... A croire que le hasard et les choses précipités avaient permis à Leik de trouver son âme soeur en quelque sorte. Pourtant, il n'a rien à ajouter sur le mois de naissance, Rose savait pertinemment ce qu'elle faisait en mentant sur le terme. Mai était bien plus proche que juillet, mais vivre reclus, vivre la nuit, leur permettrait de garder la petite pour eux, quelques semaines, pour la protéger. Mais il voit, le visage de son frère, partir de la colère aux limbes de la tristesse. Il tourne la tête et comprend tout aussi vite que lui. Sauf que Leik n'est ni colère, ni tristesse vis à vis de sa soeur aînée. Tout les quatre, ils ont fait des choix. Et elle avait fait celui qui lui semblait être le meilleur. « Un problème ? »   dit la brune à ses côtés en tendant la main vers Valeryan, il sait que son sens de la gentillesse la perdra, mais elle devait à tout prix éviter de le toucher, ne serait-ce que pour s'épargner un avenir sans doute monstrueux. Valeryan était marqué et il ne voulait pas savoir Leik, si ce dernier allait réussir à tuer Ekaterina. Il tend lui aussi sa main et prend celle de Roisin pour l'abaisser. Un sourire sur le visage. « C'est un grand garçon, il se remettra du choc tout seule, Roisin. » dit-il simplement. Mais il ne pouvait pas lui cacher ce qui n'allait pas. Il montre discrètement la rouquine au bras de son mari. « Ma soeur et son époux, des phénix. » Voilà ce qui ne va pas, pense-t-il pour lui. « On pourrait aller les saluer si tu veux, et si on reste prudent. » dit-il pour sa femme. « Profite de ta soirée, Valeryan. » conclut-il en écartant Roisin de lui, s'avançant vers la traîtresse de l'Ordre, celle qui était une ennemie publique numéro une bis. Il n'ose pas la toucher, il pense qu'elle ne l'a pas vu. « Ekaterina, Tristan. » dit-il en s'approchant d'eux, simplement, entrée en la matière classique, mais n'était-il pas le seul des frères et soeurs à faire ce pas. Même s'il réprouvait ses opinons politiques.


the queen and her knight

Parchemin envoyé Mar 28 Mar - 18:18

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 79 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis célibataire bien qu'une certaine Zabini ne me laisse pas indifférent. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Valeryan Grimstone
parle en #4E6811
« C’est de ma faute, une vieille tradition, une superstition pour le bien du bébé que Leik a respecté. » Valeryan hausse un sourcil, son regard se posant à nouveau sur Roisin. Vraiment ? « Curieuse tradition. Ma foi, si cela fait partie de vos croyances, c'est honorable de la part de mon jeune frère de s'y être plié. » Il l'observe avec attention, à la recherche du mensonge sur son visage - mais il ne voit que la culpabilité et la tristesse dans son attitude repliée. Et cette main qui se pose avec amour sur l'enfant à venir... Il ne peut s'empêcher de sourire. « Juillet. » Bien sûr. Une conception hors mariage. Cela va finir par devenir traditionnel chez les Grimstone, songe-t-il. Mais en ces temps troublés, c'est sans doute le dernier de ses soucis. Tandis qu'il tâche d'étouffer les émotions conflictuelles qui l'ont traversé en voyant Erin, la femme de Leik tend la main pour le toucher mais celui-ci l'en empêche - s'attirant un regard curieux de la part de Valeryan. « Un problème ? » demande-t-elle. L'aîné des Grimstone fixe son frère d'un regard intense, cherchant à être sûr de ce qu'il a vu là. Ainsi Leik semble-t-il considérer Valeryan comme un danger, une nuisance à garder éloignée de son épouse. Il se crispe, son visage s'assombrissant plus encore. Une énième fois, sa fratrie le rejette. Non qu'il ait jamais eut besoin de l'affection de Leik - mais celui-ci allait-il oser le garder éloigné de son futur neveu ou de sa future nièce ? Ne plus voir Dragomir lui est déjà une épreuve... « C'est un grand garçon, il se remettra du choc tout seule, Roisin » lance Leik, comme pour justifier son geste, avant de désigner Erin et Tristan. « Ma sœur et son époux, des phénix. » Valeryan reste droit et immobile, n'ajoutant pas un mot. Son visage n'exprime que le dégoût et, pour un œil attentif, la tristesse. « On pourrait aller les saluer si tu veux, et si on reste prudent. Profite de ta soirée, Valeryan. »

Il les laisse aller sans répondre, oubliant ses manières d'ordinaire impeccables. D'un geste sec, il arrête un serveur passant par là et saisit une coupe champagne moldu qu'il boit d'une traite avant de la reposer. Il prend soin de rester tourné dans la direction opposée d'où se trouvent sa sœur et l'époux de celle-ci... Lui parler serait folie. Il n'en a même pas l'envie. Le ressentiement transforme ses pensées en un chaos sans nom, tandis qu'il s'avançe au hasard dans la foule des invités dans l'espoir d'apercevoir un visage amical. Il remarque alors sa petite cousine, Artemis, en pleine discussion avec un jeune homme qu'il ne connaît pas. Il commence à s'approcher lorsqu'il voit l'inconnu lui saisir le poignet alors qu'elle tente de s'éloigner ; le pas de Valeryan s'accélère, l'inquiétude le gagnant. Tandis qu'il arrive à leur niveau, le garçon a déjà saisi la jeune Grimstone par la taille et semble prêt à l'entraîner de force dans une danse qu'elle a visiblement refusé... Il n'hésite pas une seconde à intervenir, sa main se refermant sur ce bras qui tente d'entourer sa cousine avant de le repousser sèchement. « Jeune homme. » Sa voix se fait menaçante tandis qu'il s'interpose entre eux, les séparant de son corps. Bien qu'il fasse quelques centimètres de moins que le phénix, il ne cache pas le mépris qu'il a pour ce gamin qui se permet de poser les mains sur une Grimstone. « Ne savez-vous pas que quand une femme dit non, insister est la pire des insultes ? »


hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Mar 28 Mar - 21:51

avatar
avatar
profil
Je suis : narcotique , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 63 hiboux. J’incarne : chris wood , et l’avatar que je porte a été créé par : mad hattress (ava) beerus (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : jules rackharrow & merlyn parkinson Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : trente deux ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : membre du magenmagot et responsable de la sécurité à la Sainte Mangouste J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré entre le devoir et l'amour. Enchaîné à une jeune Selwyn
malle
raise your wand
 
event #8
- un bal royal -
Long soupir tandis qu'il s'éloigne. Visiblement absorbé par autre chose que les mises en garde de son cadet. Il se contente alors de détourner le regard, agacé par l'insouciance de l'aîné, le blond commençait à croire que la politique l'avait rendu bien trop téméraire. Finalement, il ne répond que d'un simple sourire timide à la délicate remarque de sa sœur, il ne savait toujours pas comment agir à ses côtés, un certain malaise s'était installé du côté de Glenn depuis que la vérité avait éclaté. Depuis que l'idole avait été déchu. Un nouveau soupir, muet cette fois, un regard qui se baisse, mêlant honte et colère, son poing qui se serre l'espace d'un instant. Un seul instant, où ses pensées vont envers cet homme misérable, ce souvenir douloureux, aujourd'hui déformé par une bien sinistre vérité qui lui a éclaté au visage. Ses pensées s'égarent, tandis que le vacarme résonne autour de lui, que bien des phrases se perdent, il n'y porte pas réelle attention jusqu'à présent, jusqu'à ce que Desmond s'éloigne. Visiblement animé d'un désir qui lui était bien personnel, sans aucun doute attiré par l'appel de la luxure. Son regard se tourne alors vers sa secrète amante, porteuse de tout ses pêchés avant de rapidement se détourné et de se perdre dans cette masse grouillante. Une situation qui était loin de lui plaire, une position qu'il n'appréciait guère.

Dans cette masse, la voix de Mererid se distingue, comme une invitation qu'il ne peut refuser. Il déglutit, ronger par cette peur mêlé à la culpabilité, celle que leur petit jeu soit un jour découvert, cette crainte d'être percer à jour par ses plus proches parent. Ce n'est même pas la colère de l'époux trompé qui l'inquiète au fond, mais le regard des siens, uniquement leur regard, ignorant les vices qui rongent chacun des enfants Meadowes. Lorsqu'elle perd l'équilibre, par réflexe, il lâche son emprise sur Lucrezia pour rattraper la jeune femme avant que celle-ci ne touche le sol, un moment de faiblesse où il hume ce parfum capable de le rendre fou, avant de la relever. Elle se crispe à lui et tendit que tout s'enchaîne, la folie prend le dessus sur la lucidité, il se tourne vers Mererid, quelque peu nerveux. « Heum, vous êtes pâles... » Puis son regard se tourne vers son aînée tout en effleurant du revers de sa main libre le front de la jeune Nott. « Je vais l'emmener aux toilettes les plus proche, je pense qu'elle faut qu'elle se rafraîchisse... Tu peux veiller sur Lucrezia ? Je crains que tout dégénère à un moment ou un autre... » Sans un mot de plus, il guide la jeune femme jusqu'aux toilettes les plus proches. Son regard parcours la foule, tentant d'éviter toute connaissance commune ou ne serais-ce que l'époux de la jeune femme, ce qui ne ferait qu'empirer cette situation déjà bien délicate à ses yeux. Il regrettait d'avoir posé pieds dans la demeure royale, d'avoir délaissé son Irlande natale, même pour une seule soirée. Car il le savait, là-bas, il serait sans aucun doute plus en sécurité, loin des conflits qui déchire le Londres sorcier et qui semble toucher aussi le monde moldu.

Un autre soupir à l'approche de l'endroit tant recherché. Un instant d'hésitation tandis qu'ils se trouvent devant la porte de celle-ci, doute absurde rapidement balayer par un désir grandissant, ce besoin d'intimité tant recherché qu'il est prêt à assouvir avec n'importe qui. Cette plaie qu'il veut refermer, une terrible douleur lui déchirant le cœur et les entrailles. Un dernier regard vers Lucrezia qui ne le voit plus d'ici. Cet éternel regret qui persiste encore aujourd'hui, cette femme sans doute blesser par son frère, cet impossible, cet être inaccessible. Une dernière pensée avant de succomber à une nouvelle folie entre les bras d'une autre femme.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.



  It's my will with all my might to  stay strong put up a fight. I'm so lost but not afraid, I've been broken, I'll rise again
on my own

Parchemin envoyé Mar 28 Mar - 22:43

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 178 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Il était toujours à l'heure. Toujours. Et bien entendu, le seul moment où il ne fallait pas être, il avait fini en retard au Ministère, il avait mis un temps fou à retrouver son carton d'invitation et au moins autant de temps pour trouver le lieu de la réception. Il était donc arrivé après tout le monde, se glissant parmi la foule comme une ombre invisible, appuyé contre l'un des poteaux du fond. De là, il peut tout observer ou presque. Son regard se pose avec un sourire en coin sur sa sœur, Mererid, accompagnée de Quintus, et si ses prunelles vertes s'attardent un peu plus que de raison sur son beau-frère, elles captent très vite, dans leur champ de vision, la présence de Nathaniel qui, visiblement, se permet de glisser quelques mots à sa jumelle. Le bourreau fronce des sourcils, contrarié ; il n'a pas envie d'être là, déjà, mais son père a insisté sur le fait que c'était important, alors si en plus il doit supporter ces visions contre-nature, il risque de quitter les lieux plus vite que prévu... Malgré lui, ses iris restent accrochées au Trelawney, le suivant du regard, toujours planqué dans son coin ; après tout, personne ne viendrait l'ennuyer, il était réputé solitaire et son métier de bourreau avait tendance à rebuter même ceux de son propre camp. Ça lui convenait très bien, à lui qui n'était pas très à l'aise avec les interactions sociales, alors il n'allait pas s'en plaindre. C'est donc avec amusement qu'il suit la scène entre Artemis et Nate, vaguement intéressé... Il n'y avait pas si longtemps que ça, le Trelawney s'était retrouvé entre ses griffes acérées et il lui avait passer quelques jours d'Enfer, reclus prisonnier dans l'une des caves du manoir Rackharrow. Il lui avait laissé de jolis souvenirs ; quelques cicatrices, aussi bien physiques que mentales et, plus que tout, sa petite fierté personnelle, le jeune homme portait quelque part sur ses côtes, le propre sceau de Drefer. Rien que de repenser à cet épisode, il en frissonne déjà presque de plaisir et c'est donc à pas de loups qu'il s'approche alors que Nate, visiblement désespéré, cherche à entrainer Artemis dans une danse forcée. « Ne savez-vous pas que quand une femme dit non, insister est la pire des insultes ? » intervient Valeryan Grimstone, défendant l'honneur de sa cousine. Le jeune Rackharrow en profite donc pour renchérir, sur un ton doucereux, levant sa coupe de champagne, en direction de Nate, lui lançant un regard presque brûlant dont eux seuls pouvaient vraiment comprendre la signification. « C'est bien l'ennui avec Nathaniel, il a malheureusement tendance à oublier les bonnes manières... » Un léger sourire en coin, moqueur, détournant déjà le regard, comme s'il n'était pas vraiment intéressé... « Peut-être que je devrais lui donner quelques leçons, à l'occasion... » On savait bien le genre de leçons que pouvait donner ce cher Drefer, aussi n'en dirait-il pas plus, son regard glissant déjà sur Artemis, lui dédiant un sourire chaleureux. « Tu es magnifique, Artemis, comme toujours... »



OUT OF THE SHADOW
Hold your breath, don't let go ☽ Got a feeling nothing is forever, keep your voice low. The sun is high but I wish I could bathe in the moonlight.

Parchemin envoyé Mer 29 Mar - 0:03

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 136 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Standing in your line of
Fire

Etrangement, Artemis avait un goût amer dans la bouche. Elle n’avait pas imaginé qu’ils se retrouveraiennt ainsi. Comme elle avait été naïve de croire qu’il savait, alors, qu’elle ne viendrait pas. Jamais elle ne lui avait fait espérer plus. Quelle immense déception aussi de le voir rejoindre un camp, quel qu’il soit. Le peu d’espoirs qu’elle avait eu de pouvoir vivre peut-être quelque chose avec lui, ailleurs, venait de s’envoler. Sissi avait eu tord de lui faire miroiter des possibles. A présent, elle voulait fuir ce tableau. Cherchant comme tant de monde des visages familiers, elle se fit rattraper par Nathaniel. Elle sentit tout d’abord la prise sur son poignet. Un frisson lui parcourut l’échine alors qu’elle pivotait face à lui. Cette guerre avec Drefer Rackharrow était vraiment infantile ! Mais pourquoi persistait-il ? Que voulait-il lui prouver ? Qu’il savait danser ? Alors ils en étaient rendus là ? Encore un combat de scrouts à pétard pour savoir lequel ferait la plus grosse explosion ? Excédée, Artemis se tendit alors qu’il voulait la forcer à rejoindre la piste. « Nathaniel, non ! » Le ton de sa voix était ferme et tout dans son attitude montrait qu’elle pensait vraiment ces mots.

Essayant de reculer pour se dégager, son emprise restait trop forte. Elle l’entendit lui parler de camarades d’école et de son statut de l’Ordre. « J’ai dit que je parlerai à d’autres membres de l’Ordre, ou danserai. Je n’ai jamais mentionné que je le ferai avec toi ! ». Son hésitation, elle la sentit pourtant il l’attrapa par la taille, verrouillant ainsi toute sortie pour elle. Jetant un coup d’oeil au reste de la foule, elle ne voulait surtout pas créer de scandale. Il fallait qu’elle parte. Il retenait toujours sa main. Son coeur battait à tout rompre. Elle en devenait presque pâle alors que sa poigne un peu trop ferme en était presque douloureuse. Déglutissant, elle essayait de ne pas céder à cette irrépressible envie de lui mettre une claque sonnante et trébuchante.

Ce fut une tierce personne qui s’interposa à temps : son cousin. «  Valeryan ? ». La jeune femme lui lança un regard reconnaissant alors qu’elle disparaissait derrière lui. Le soulagement d’avoir pu se dégager fut bientôt supplanté par une nouvelle peur : Nathaniel ne connaissait pas cet homme qui s’interposait. Il pourrait se faire de fausses idées ou bien aggraver son cas en agissant de manière impulsive. Elle ouvrit la bouche pour clarifier la situation mais une autre voix bien connue se fit entendre. Drefer Rackharrow, son cousin par alliance. La jeune femme l’entendit ouvrir les hostilités et sut qu’elle ne pourrait plus vraiment calmer le jeu. Le compliment qu’il lui adressa ne manqua pas non plus de la surprendre, leur amitié étant nouvelle. « Merci, Drefer. Ton compliment me touche. Tu es aussi très élégant, comme toujours. » Elle lui adressa un sourire sincère quoique un peu forcé. Quel jeu jouait-il ? Elle posa sa main sur le bras de son autre cousin.  Pivotant légèrement pour regarder son ancien camarade, elle devait faire une chose à laquelle elle ne prenait aucun plaisir. « Désolée Nathaniel. Je ne peux pas répondre favorablement à ta requête. Comme je te l’ai expliqué, je dois voir d’autres personnes. Dont Valeryan Grimstone, mon cousin. » Elle présenta ainsi celui qui venait de sauver son honneur. Relevant les yeux vers celui qu'elle aimait pourtant toujours, elle restait tendue. Si jamais ils perdaient leur sang froid, Merlin allait se retourner dans sa tour et la sorcière ne pouvait supporter l'idée d'être à l'origine d'un conflit.



Parchemin envoyé Mer 29 Mar - 0:53

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 339 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Texas-Flood, Wicked game, Jugband blues, Lux, Ice and fire, Ailahoz. Signature : code par Bat'phanie, gifs par Texas Flood. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Prudence et Valeryan Je parle en : #982C20



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott et enceinte de 3 mois. Champ Libre :

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Mererid nott
parle en #982C20
Les paroles de Lucrezia ricochent sur son esprit embrumé ; elle fronce les sourcils pour essayer de comprendre ce que dit l'inconnue, en vain. Mererid cligne des yeux, tâchant de faire disparaître les points noirs qui s'accrochent obstinément à sa rétine. Elle reconnaît la voix de Glenn affirmant qu'elle est pâle et un rire gêné lui échappe. C'est un euphémisme que voilà, quand on sait qu'elle a usé de quelques artifices pour faire mentir la couleur de ses joues. « ...veiller sur Lucrezia ? Je crains que tout dégénère... » Aoife va me détester, songe-t-elle confusément. Rien d'inhabituel. Mais qui est cette Lucrezia ? Elle ferait son petite enquête plus tard, sûrement. Pour le moment, elle se laisse entraîner par le bras rassurant qui la guide dans la foule, celui de Glenn. Un homme irréprochable, qui met en danger sa réputation pour... Elle manque de se figer en réalisant qu'ils sont en train de se diriger ensemble vers les toilettes, et son œil affolé scrute la foule, sans trouver Quintus. Cependant, quelques regards se sont tournés vers eux alors elle ne cherche pas à dissimuler la manière dont ses pas se font hésitants et dont elle prend appuie sur lui. Elle force le trait dans l'espoir qu'on ne murmure pas dans leur dos, que la rumeur de cet incident n'arrive pas déformée aux oreilles de son époux.

Pourtant, lorsqu'ils passent la porte de la salle d'eau, elle a déjà repris ses esprits. Continuant d'avancer sans lui, elle s'appuie à l'évier et prend une profonde respiration. « Desserres ma robe, je te prie. » fait-elle d'une voix presque suppliante. Elle sent ses doigts œuvrer pour la libérer un peu et lâche un soupire de satisfaction. Pour quelques minutes au moins, elle peut relâcher la pression, laisser tombe une petite part du masque. Elle lève la main comme pour lancer un sortilège qui bloquerait la porte et grogne en réalisant qu'elle n'a pas sa baguette. Tant pis, ils feraient sans. Il existe après tout, un tout autre moyen d'empêcher cette porte de s'ouvrir... Elle se retourne vers lui en douceur cette fois, se gardant bien de refaire la même erreur. « Qui est-ce ? Elle se tient à toi comme au messie. » Le regard qu'elle pose sur lui est noir, le désir et la colère froide s'y mélangeant. Elle pose une main sur son torse et le pousse jusqu'à ce que son dos touche la porte. Au diable les invités, au diable les mondanités. Elle n'obtiendra rien ce soir, rien d'autre que des insultes échangées avec des phénix et l'ignorance crasse des moldus, êtres inférieurs qui se sont permis d'orchestrer cette mascarade. Autant qu'elle tire quelque chose de tout cela, pendant qu'elle le peut encore. Elle l'attrape par la nuque et le tire à elle, ses lèvres s'écrasant sur les siennes sans douceur. Son autre main s'aventure dans son dos et griffe contre le maudit tissu qui la sépare de sa chaire. Elle a envie de lui avec une férocité étrange, sans doute née de la jalousie. Il lui appartient, ce corps qu'elle connaît maintenant si bien. S'il n'était pas déjà sien, elle l'aurait oublié dès son mariage. Sa bouche possessive descend dans le cou de cet homme si différent d'elle, et il lui faut toute la volonté du monde pour ne pas y plonger ses dents, y laisser sa trace. Réalisant qu'elle a du mal à résister, elle recule d'un pas presque vacillant. Le souffle erratique, elle s'est arrêtée pour lui donner à nouveau ce regard, qui suffirait à faire fuir n'importe quel homme doté de bon sens.


a world without you
We are buried in broken dreams. We are knee-deep without a plea. I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you. ruelle


Parchemin envoyé Mer 29 Mar - 15:32

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 295 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Sweet mascarade

FT. EVERYONE




Il voulait juste engager la conversation, au fond, pouvoir profiter un peu plus de sa présence, rien de plus. Contrairement à ce qu’elle peut bien persister à penser, il n’est pas là pour lui vendre sa soupe ou défendre réellement des choix. En rejoignant l’ordre, il l’a fait, ce fameux choix. Qu’elle pense qu’il se fourvoie, il peut bien l’entendre, mais il est pleinement et véritablement engagé dans ce qu’il fait. Il ne pourrait pas défendre la cause des mangemorts, ni même leurs points de vues. C’est juste inimaginable et impensable. Ils se complaisent dans le meurtre, enfin ! Nathaniel entraîne son ex-petite amie (pour ne pas dire la seule) vers la piste de danse malgré sa désapprobation. Elle refuse catégoriquement de danser avec lui et ça le contrarie, sincèrement. A croire qu’elle ne le prend pas au sérieux outre-mesure et qu’il ne s’est jamais rien passé entre eux. Dans son for intérieur, ça le ronge. Elle le repousse, pourtant, avec les mots, mais c’est un sorcier qu’il ne connait ni d’Eve ni d’Adam qui vient finalement s’interposer entre eux deux. Le dénommé Valeryan lui saisit le bras et l’oblige à se pousser, venant se positionner entre lui et Artemis. Pris de court, Nate fronce instantanément les sourcils sans pour autant se montrer véritablement hostile. Il ne comprend ce qu’il lui veut que lorsqu’il se met à lui faire passer un message de bonnes manières. Ces sangs-purs vont le rendre dingue, à force.

D’ores et déjà, il voudrait répondre, calmement, posément, quand bien même il se mette lentement à bouillonner de l’intérieur. La brûlure béante atteint son paroxysme dès lors que ses prunelles azures viennent se poser sur la carcasse de Drefer, qui se joint à la fête, l’empêchant de répondre au Grimstone. Un frisson parcourt le long de son échine à cette simple vue et son regard s’assombrit en un claquement de doigts. Focalisé sur le Rackharrow, Nathaniel demeure subitement immobile, encore plus lorsqu’il s’adresse directement à Artemis, et que cette dernière lui répond. Il a beau s’être rabattu sur la colère pour mieux camoufler dans son cœur l’amour qu’il a pour elle, toute cette scène est pire que tout. A la mention des leçons, le Trelawney ne peut qu’esquisser un sourire en coin, ses doigts étant venus effleurer le tissu au niveau de ses côtes sans qu’il ne s’en rendre véritablement compte.

« A n’en pas douter, tu es visiblement passé maître en la matière, Drefer. ». Compliment déguisé qui cache en réalité ce qu’eux seuls savent. Eux seuls connaissent les leçons données au sein du manoir de celui qui est venu se joindre à la fête. Il n’y a qu’eux qui savent ce qu’il s’est passé entre ces quatre murs. Tension évidente. Electrique. Constamment lorsqu’il s’agit de ces deux-là. Les prunelles océaniques dérivent alors vers Artemis et Valeryan, la brune reprenant la parole. Son cousin. Tiens donc. « Non, c’est moi qui suis désolé, je n’aurais pas dû insister. Tu as dit tout ce que tu avais à dire. ». Et le message est clair à tes yeux. Ce n’est qu’à la fin de sa phrase qu’il plonge ses deux billes bleues dans les siennes, c’est évident que cachée derrière la colère retenue, on y sent une tristesse incommensurable. Pour le coup, il ne la retient pas. « Enchanté d’avoir fait votre connaissance, Valeryan. Il semblerait que grâce à ce cher Rackharrow, vous connaissiez déjà mon prénom. ». D’ailleurs, Nathaniel reporte ensuite son attention sur son fameux ennemi grâce à qui il porte des cicatrices physiques supplémentaires. Et pas que physiques d’ailleurs. « Y aurait-il une leçon particulière que tu veuilles enseigner ce soir, mon cher Drefer ? Tu as l’air inspiré. J'ai d'ailleurs bien cru que tu ne me ferais pas l'honneur de ta présence. ». Un dernier coup d’œil est jeté à Artemis mais à priori… Ils se sont déjà tout dit. Sa gorge se serre à ce constat mais il ne dit rien. C’est le monde à l’envers. Il pensait pourtant qu’elle était… La bonne.





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Mer 29 Mar - 22:06

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1285 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : Shad . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Irvin Rackharrow
parle en #7d748f
Prendre des nouvelles de son frère, s’était une chose totalement normale. Sauf que ledit frère était rangé chez l’ennemi. Profiter de cette réunion inattendue pour prendre des nouvelles, s’était une bonne solution. « Bien. Tout va bien. L'Ordre est... bien organisé. Et toi ? Et la famille ? Est-ce qu'ils sont ici ? » Il sent qu’il a hésité à parler. Si Irvin aurait pu soutirer quelques informations à propos de l’ordre l’air de rien, ça aurait été un plus. Mais qu’importe, ce n’était pas le plus important. Alors qu’il allait lui répondre, il voit Erzsébeth arriver vers eux. « Alastar, vous êtes venu.. » Aussi étonnée que lui. Mais quelque part il ne devait pas non plus savoir qu’il aurait le reste de sa famille en face. « Monsieur, navrée de vous déranger. Je tente d’échapper aux Grimstone, la tâche n’est pas aisée. » Il regarde sa belle-fille. « Je comprends, ne t’inquiète pas. » Il regarde derrière elle. « Kenan n’est pas dans les environs ? » Peut-être aurait-il  voulut voir son oncle lui aussi. Ne le trouvant pas du regard, il le reporte sur son frère. « Mère et père sont ici, essaie de ne pas croiser leur route, ils semblent plutôt remontés contre Circée. » Simple avertissement. Les connaissant ils pourraient faire un scandale alors qu’Alastar était leur chair et leur sang.

Il cherche ses trois enfants du regard, Circée à disparue de son champ de vision et immédiatement, Irvin se met à s’inquiéter. Kenan est toujours invisible et Sìleas…il croit la deviner plus loin, mais ne mettrait pas sa main au feu. « Ma famille est bien présente ce soir…mais je me demande si s’était une si bonne idée que ça. » Il baisse les yeux sur le ventre d’Erzsébet. « En revanche Nephtys est restée à la maison. Et heureusement j’ai envie de dire. » Il n’y avait aucune mauvaise parole contre son frère, mais il redoutait toute action qui pourrait survenir ce soir, d’un camp, ou de l’autre. Il lui touche le bras et se rapproche légèrement. « Je dois pas mal bosser sur Poudlard et ses environs, si tu as besoin, peut-être qu’on peut se voir parfois dans la forêt. » Le village était clairement interdit à son frère, tout comme le château. Mais la forêt était encore assez dense pour pouvoir protéger leur entrevue des mangemorts. Ses propos furent dit si bas qu’il n’était pas certain que sa belle-fille ait entendu. Et s’était tant mieux. Il ne doutait pas d’elle, mais mieux valait qu’elle ne sache rien, pour sa sécurité et celle de son petit-fils. Se reculant ensuite légèrement, il regarde vite fait autour de lui, cherchant à repérer ses leader, afin de savoir s’il pouvait encore se permettre de rester avec son frère. « Tu as…des nouvelles d’Avia ? » Il s’inquiétait pour sa filleule. Il n’avait pas eu de nouvelles depuis un petit moment si sa mémoire était bonne. Alastar en aurait peut-être plus que lui.




Parchemin envoyé Mer 29 Mar - 22:42

avatar
avatar
profil
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/06/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 386 hiboux. J’incarne : Emma Stone , et l’avatar que je porte a été créé par : SleepingCookie . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Lothar Lupin Je parle en : #A67E2E



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une ex archéomage, actuellement en fuite. Mais aussi leader de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis mariée à Tristan Flamel
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 



Ekaterina Flamel
parle en #A67E2E

La tentation avait été grande et…elle avait cédé. Titiller la Greyback avait été tellement facile. Elle acceptait toutes les conséquences qui s’en suivraient. Elle voit le coup partir, mais ne sens rien venir. Tristan s’est imposé entre temps. Toujours son mari qui venait à point nommé pour la protéger. Elle était heureuse de le voir, mais parfois, elle avouait qu’elle aimerait pouvoir assumer pleinement les choses qu’elle provoquait. Qu’importe. Priam ne l’avait pas touchée et Tristan la tenait dans ses bras. « Tu es folle ?! Qu’est-ce que tu fous ?! C’est suicidaire. Et c’est cruel. Et bon sang, on a un fils, tu veux qu’il se fasse mordre par représailles ?! » Elle lui jette un regard noir, sans répondre. Elle savait parfaitement ce qu’elle avait fait. « Bon sang, Kat … Tu m’as fichu une de ces trouilles. » Elle se radoucit, son regard également. « Je suis navrée Tristan, mais il y a des choses qui ne peuvent rester comme si de rien était. » Elle se dégage doucement de l’étreinte de son mari. « Priam ne méritait pas ta clémence… » Elle fait une pause et détourne la tête. « Tout comme moi. » Chuchote-t-elle.

Elle s’éloigne légèrement, tout en s’assurant que son mari était avec elle. Elle boîte, elle s’en fiche, elle n’y pense plus. « Au pire, Dragomir à un père aussi si je venais à disparaitre, ce ne serait pas une grosse perte. » Elle est honnête. Elle est certaine d’elle. Si l’un part, l’autre reste. Et si Drago avait besoin d’une mère, il aurait deux tantes et il ne sera probablement pas compliqué de trouver une belle-mère. Elle se tourne vers son mari. « Mais merci. » Lui dit-elle un très léger sourire hésitant sur les lèvres. Elle finit par s’approcher de lui et l’embrasser. Comme ça, devant des curieux. Elle s’en fichait. Il était son époux après tout. Se reculant, elle le regarde curieuse. « Ta sœur est par là ? » Après tout, ils étaient arrivés ensemble, elle espérait que la jeune Violet se portait bien avec tous ses mangemorts. « Ekaterina, Tristan. » Elle sursaute presque en entendant son prénom. Se retournant, elle tombe sur son jeune frère et une femme qu’elle connaissait de vue. « Leik. » Son ton est froid. Elle baisse les yeux sur leurs mains emmêlées et remarque des anneaux. « Vous faites donc partie de la famille Miss … ? » Son ventre est rond, à son doigt un anneau, il n’y avait pas vraiment besoin de plus d’explications. « Faire un enfant en pleine guerre, cela ne m’étonnes absolument pas de toi. » Cela rejoignait la discussion qu’elle avait eu plus d’une fois avec Tristan. Et cela rejoignait également son avis sur son frère, un homme irresponsable. Elle regarde son époux. « Tristan, mon jeune frère, Leik…si tu ne te souviens pas. » Après tout, Leik n’avait jamais été très présent dans sa vie, peut-être que son mari ne se souvenait pas de lui, elle ne pourrait clairement pas lui en vouloir d’ailleurs.


La vengeance se savoure à froid


Parchemin envoyé Mer 29 Mar - 22:56

avatar
avatar
profil
Je suis : Dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 20/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 390 hiboux. J’incarne : Torrance Coombs , et l’avatar que je porte a été créé par : © class whore . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.L. - P.L. - L.G. - Z.S. Je parle en : #663333



Je suis âgé de : trente cinq ans (02.01.56) , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Ambassadeur du Royaume-Uni Magique et Lieutenant des Mangemorts nouvellement nommé J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Veuf, Divorcé, Célibataire, il ne sait plus où est la norme dans les relations amoureuses, continuellement hanté par un fantôme. Champ Libre : Père d'Isolde Meadowes, veuf éploré de Lynn Meadowes et Tristan Meadowes (Femme et Fils)

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 



Desmond Meadowes
parle en #663333
Dire qu’elle est salement amochée est quelque chose qu’il voudrait taire, mais elle tremble de tout son être cette jeune mère qu’il avait rencontrée à Sainte Mangouste. Les regards pouvaient bien se porter sur lui. Les ragots pouvaient bien circulé, il n’avait que faire de cela. Même l’image parfaite de l’ambassadeur pouvait être brisée par cette simple imprudence. Mais sans le savoir, cette jeune femme avait déjà travaillé sur des artefacts magiques qu’il avait offerts à des confrères ambassadeurs… Et ils se tenaient là, l’un devant l’autre, sans que cela pousse le moindre problème. À l’écart de la foule, mais bien noyé en son sein, Desmond ne sent pas la panique l’envahir à la vue de sa min en sang, mais elle prend le mouchoir toujours tremblant. Il sait qui l’a mis dans cet état, dans cette peur ou cette rage. Il ne saurait dire de quoi il s’agit. Mais il s’agissait bien de l’un de ses meilleurs ennemis, un ami du passé. « Je… merci. » Il n’a qu’un faible rictus, sans ajouter un mot, il la regarde pressé le tissu immaculé qui se teinte de pourpre. Du sang qu’il espère pur. Mais il serait fort hasardeux qu’il soit, semble-t-il, fasciné, si ce n’est amouraché d’une personne au sang impur. Il tend sa main pour recevoir celle qui est blessée. La sorcière lui montre comme on montrerait un bijou. Une blessure qu’elle s’était faite, parce qu’elle était impulsive hargneuse. Tout ce qu’il y avait de plus désirable chez une femme. Cette envie d’indépendance qu’il avait volée à Asphodel, jusqu’à sa mort. « J’ai été assez idiote pour me couper en cassant un verre. » Il sourit en coin, observant la blessure, se saisit du mouchoir pour le passer et le nouer autour de sa paume, un bandage de guerre. Tout ce que représentait cette soirée. « Idiote ? Est-ce seulement cela ? » Demande-t-il les mots sifflants alors qu’il avait parfaitement la réponse à cette question ?

Il ne lâche pas l’emprise qu’il a désormais sur elle. Politique, machiavélique manipulateur, il contrôlait son propre destin, mais s’il pouvait rendre celui de Skander encore plus obscure, il le ferait sans hésiter. Il ne s’approche pas plus, l’espace étant déjà ridicule entre eux pour de simples connaissances, qu’il lui murmure, audible malgré le tumulte. « Vous pouvez me le dire, vous savez. » Elle savait quoi ? La question était toute autre. « Vous pouvez me parler des insultes que Lupin vous a dit, n’est-il pas bon qu’à cela ? » Il sourit, se radoucit, parler de son ancien ami n’était pas douloureux, mais c’était une rage féroce. Simplement. « Il vous a trompé ? Blessé ? Parjuré ? Ou pire encore, je ne saurais dire les atrocités dont il est capable. » Il prend cette mine déterminée, mais attristée au possible. « Croyez en les vingt-quatre années que j’ai passé proche de ce monstre, je le pense capable de tout, mais surtout du pire. » Sous-entendait-il qu’il connaissait quelques points faibles, quelques points forts ? Possiblement, il lâche cette main blessée comme pour la mettre face à elle-même de ce soutien qu’il pourrait lui apporter contre ce monstre, contre cet ennemi commun en toute apparence. Il se redresse, sourit calmement. « Mais je serais bien plus que ravi de faire faner le sourire opiniâtre qui fleurit ces lèvres. » Lui arracher chaque parcelle de sa peau et la faire suer avec du sel ou du citron. Voilà ce qu’il avait simplement en tête.



cursed story, cursed lovers

≈ i need time to win back your love again. but i don't want love again. also for you, i can to try and he will rise my love and my hope into the future, i just need time to love you


Parchemin envoyé Mer 29 Mar - 23:36

avatar
avatar
profil
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 654 hiboux. J’incarne : Lily Collins , et l’avatar que je porte a été créé par : @Bazzart JUGBAND BLUES. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel parle en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. Mais le temps des regrets et de la honte est terminé. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : créatrice d'objet de magie noire, elle est capable d’ensorceler une petite cuillère pour une faire une arme de destruction massive. Ce n'est pas totalement vrai, mais c'est presque cela. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 



Circée Rackharrow
parle en #663366
Elle ne sait pas très bien contenir sa colère. La Purge avait exacerbé sa colère, et son incapacité à la contenir. Mais la jeune Rackharrow avait toujours été plus ou moins colérique. Déjà enfant, elle tenait tête à Pan l’éternel incorrigible, et déjà cela faisait des étincelles. Maintenant Pan avait appris à se taire pour ne pas énerver d’avantage une Circée capable de perdre pied en quelques secondes, basculant parfois de la douceur à la folie en une poignée de seconde. « Idiote ? Est-ce seulement cela ? » Elle tremblait encore, elle respirait la colère. Elle le savait. Même pour un inconnu comme lui, cela semblait paraitre évident. Il valait mieux casser un verre dans sa main que le casser pour trancher la gorge de Skander ce soir. Un acte de guerre qu’elle aurait endossée bien volontiers, mais lui trancher la gorge semblait être bien trop doux en comparaison de ce qu’il lui avait fait subir.  Il noue le mouchoir autours de sa main comme un bien maigre bandage. Elle avait une hâte de retrouver sa baguette pour soigner véritablement cela, si possible avant que son père ne la voit blessé, il allait encore imaginer le pire. Et à juste titre.  L’homme dont elle ne connait pas le nom lui parle de façon à peine audible, comme pour lui dire un secret, « Vous pouvez me le dire, vous savez. » Elle hausse un sourcil, « Vous pouvez me parler des insultes que Lupin vous a dit, n’est-il pas bon qu’à cela ? »  Elle se fige une demi-seconde, tentant de ne pas perdre de sa contenance. Elle ne veut pas se décomposer, pourtant, elle se sent honteuse. Honteuse d’avoir été félicité pour sa bâtarde devant tout ce monde. « Il vous a trompé ? Blessé ? Parjuré ? Ou pire encore, je ne saurais dire les atrocités dont il est capable. »  Il est capable de tout. Elle n’aime pas ce sourire qu’il a sur ses lèvres, la prend-t-il de haut ?« Croyez en les vingt-quatre années que j’ai passé proche de ce monstre, je le pense capable de tout, mais surtout du pire. »  Proche de lui ? Skander avait donc des amis en dehors de sa famille qui le suivait comme de braves chiens qu’ils étaient. Il se redresse, Circée, elle se fige un peu plus, elle l’écoute, muette, l’observant. Elle n’avait pas encore décidé si cet homme était un ennemi ou un allié potentiel. « Mais je serais bien plus que ravi de faire faner le sourire opiniâtre qui fleurit ces lèvres. » Elle la première. Elle le détestait plus que personne, elle le savait.

Elle fait un léger pas en arrière Circée, elle n’aime pas être trop proche des inconnus. Elle n’aime pas qu’on entre dans sa zone de confort. « Rassurez-vous Monsieur, je sais exactement de quoi il est capable. » Monsieur, elle ne connait pas son nom, mais « Monsieur » lui paraissait approprié. Circée avait un comportement parfois borderline, souvent mauvais, mais elle n’en restait pas moins une jeune femme de sang pur qui avait reçu une éducation digne de ce nom. « Car il a juste essayé de me tuer une fois. » Cette fois où il avait signé cette lettre de rendez-vous au nom de Lothar, la conduisant droit dans la gueule du loup, au sens littéral. « Il m’a torturé. » Précise-t-elle alors faisant allusion du bal où elle se souvient encore du doloris, à chaque fois qu’elle y pense, ses mains fourmillent de douleur, comme chacun de ses membres. « Il m’a trainée plus bas que terre. » Il l’avait insulté quand elle était venu réclamer l’aide d’Odette. « Il m’a rabaissé, encore, essayant de façon indirect de me tuer une seconde fois, et ce faisant, il a manqué de me prendre la chose la plus cher à mes yeux. » Sa fille, Nepthys. Elle reste évasive parce qu’elle ne connait cet homme ni d’Adam, ni d’Eve, il a une fille, soit –mais ça ne faisait pas lui quelqu’un de confiance, même le psychopathe ont des enfants.  « Je suis une grande fille. » Lâche-t-elle.  Elle affirme son indépendance. Circée ne veut dépendre de personne, jamais. Cependant, elle réalise que se faire un « allié » contre Skander pourrait être une opportunité, en même temps, elle n’aurait qu’à en parler à son père pour avoir un allié de choix. « Mais si toutefois vous aviez quelques suggestions intéressantes il se pourrait que je vous écoute, Monsieur. » Faire tomber Skander était un rêve, une opportunité.



Il n'est pas d'ombres dans le noir. Les ombres sont les servantes de la lumière, les filles du feu. Plus vive est la flamme, plus sombres sont les ombres qu'elle projette. (...)



Parchemin envoyé Mer 29 Mar - 23:43

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 79 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Avatars : Gallifreys, Lux. Signature : Bat'phanie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Siofra Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis célibataire bien qu'une certaine Zabini ne me laisse pas indifférent. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Valeryan Grimstone
parle en #4E6811
Valeryan manque de sursauter quand un autre jeune homme intervient – il lui semble l'avoir déjà aperçu en compagnie d'Artemis – quel est son nom déjà ? Un Rackharrow, à l'évidence, que sa cousine n'aurait jamais fréquenté s'il n'y avait eut le mariage d'Erzsébet. « C'est bien l'ennui avec Nathaniel, il a malheureusement tendance à oublier les bonnes manières... » Il n'a jamais entendu ce prénom, le Grimstone. C'est à peine s'il lâche des yeux ce Nathaniel pour jeter un coup d’œil au Rackharrow. Cela lui revient maintenant. Drefer, le fils d'une branche éloignée de celle de Kenan. Bien qu'il ne connaisse guère l'individu en lui-même, la méfiance est de mise envers ces mages qui se permettent une proximité affligeante avec la magie noire. C'est avec une certaine perplexité qu'il assiste à l'échange entre les deux jeunes hommes, la tension se faisant de plus en plus palpable. Au moins le Rackharrow a-t-il clairement plus d'éducation que l'autre.

Il se calme légèrement en sentant la main d'Artemis se poser sur son bras et accepte de se décaler, bien qu'il ne quitte pas des yeux Nathaniel. « Désolée Nathaniel. Je ne peux pas répondre favorablement à ta requête. Comme je te l’ai expliqué, je dois voir d’autres personnes. Dont Valeryan Grimstone, mon cousin. » Pourquoi s'excuse-t-elle ainsi ? Il sent bien qu'il y a plus qu'une querelle d'amis ou qu'un jeu de séduction mal mené par ce gamin, mais il n'oserait pas poser de questions, pas en public. « Non, c’est moi qui suis désolé, je n’aurais pas dû insister. Tu as dit tout ce que tu avais à dire... Enchanté d’avoir fait votre connaissance, Valeryan. Il semblerait que grâce à ce cher Rackharrow, vous connaissiez déjà mon prénom. » L'aîné des Grimstone fronce les sourcils, percevant sans mal la détresse du garçon. Une tristesse mal dissimulée, qui se transforme pourtant en animosité lorsqu'il se tourne vers le Rackharrow. Leur langage est cryptique, mais il n'est guère compliqué de deviner que ces deux là ont pour habitude de s'entre-déchirer à la moindre occasion. « Au moins avez-vous l'intelligence de vous excuser... » commence Valeryan. «  Quel est votre nom, au juste ? » Il jette un coup d’œil en coin à Artemis, comme pour dire, tu ne m'as jamais parlé de cet « ami ». Cette discussion pourrait clairement mieux tourner, si les deux jeunes hommes ne se regardaient pas comme des bêtes prêtes à se sauter à la gorge. Irrité par cette tension et les risques qu'elle apporte, il passe un bras protecteur sur les épaules d'Artemis avant de déclarer : « Nous allons devoir vous fausser compagnie, je pense. J'ignore quels sont vos désaccords, mais si vous êtes incapables de vous comporter en adultes, vous comprendrez qu'il nous faut prendre nos distances. » Valeryan les traite à l'évidence d'enfants, mais ne se comportent-ils pas comme tels ? Les lèvres pincées, il n'a qu'une chose en tête ; garder tout conflit loin de sa famille. En la matière, il met les deux garçons dans le même sac sans hésiter. « Merci de ne plus mêler Artemis à vos histoires – elle sera d'accord avec moi sur ce point, j'imagine » finit-il en adressant un sourire chaleureux à la jeune femme.


hold tight
Times that I've seen you lose your way, You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close, Hold you close til you can breathe on your own. Hold tight; you're slowly coming back to life. Let go of all your haunted dreams tonight. birdy

Parchemin envoyé Mer 29 Mar - 23:54

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

 


Tristan Flamel
parle en #ff9900

Tristan attend tranquillement que sa femme se calme. L’agitation derrière lui s’apaise et il voit d’un coup d’œil que Jaina et Priam ont disparu de son champ de vision et que Skander semble avoir pris en main Belette. Il regarde la décoration de la salle d’un air inspiré. Beaucoup de dorure. Les souverains moldus ont des gouts un peu trop ostentatoires à son gout. Du coin de l’œil, il aperçoit Violet, sa chère petite sœur avalée coupe de champagne sur coupe de champagne. Il fronce les sourcils. La soirée avait si bien commencé, avec un Black à faire chier. Voilà qu’il devait gérer une femme suicidaire et une sœur alcoolique. Ils s’éloignent doucement et il écoute les élucubrations d’Ekaterina à propos de sa mort. Il lui jette un regard sérieux et affirme sa prise sur sa taille. Sa poigne est presque menaçante. « Sottise. Si tu pars, je te suis. Et notre fils sera bien dans la merde. Donc ne pars pas. Je partirais pas non plus. » . Quelle joyeuse perspective familiale.

Il s’apprête à rejoindre son alcoolique de petite sœur, lorsque deux inconnus les interpellent. Il étudie le jeune homme, se disant qu’il connait ce visage, puis l’explication vient très vite. Il s’agit du petit frère Grimstone. La froideur d’Ekaterina et cette remarque sur la grossesse de la jeune femme lui tirent un rire sans joie. Décidement, c’est sa soirée. Il s’adresse à la jeune femme qu’il ne connait pas (Roisin) « Veuillez excuser ma femme, madame Grimstone. Elle se fait les dents en ce moment, vous n’êtes qu’une triste victime collatérale. Mes hommages pour votre heureux événement. »  Il salut Leik de la tête et lui sers la main. « Je suis navré que l’on se recroise dans des circonstances pareilles, j’aur… ». Sa voix s’éteint tandis qu’il aperçoit Black cueillir sa sœur qui s’effondre sur le buffet, assommée par l’alcool. Il perds son langage poli et laisse échapper quelques camouflets. « Fichtre, par le caleçon de Merlin ! Bon, on vous laisse, urgence familiale ! Je vous enlève votre sœur, Leik. J’ai peur qu’elle ne fasse des bétises sans moi. Elles ont l’air de s’être donné le mot, ce soir. » Il entraine sa femme dans son sillage et bientôt les voilà posté devant Black. « Je prends le relais, merci pour votre prévention Black. » Il lâche sa femme et retire Violet des bras du Black, de force si il le faut.

Résumé:
 
Parchemin envoyé Jeu 30 Mar - 0:04

avatar
avatar
profil
Je suis : Dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 26/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 91 hiboux. J’incarne : Luke Pasqualino , et l’avatar que je porte a été créé par : © YOU.FIRST . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.M. - D.M. - P.L. - Z.S. Je parle en : #b9770e



Je suis âgé de : vingt-six ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Astronome indépendant J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : Mariée à Roisin Grimstone, depuis décembre dernier. Père d'une petite Ashlynn depuis mai. Champ Libre : - Troisième enfant de Soren et Ezster Grimstone, traité de bâtard durant toute son enfance, il a choisi l'astronomie comme spécialité.

- Ne porte pas ses aînés dans son coeur au contraire de sa cadette.

- S'est éloigné de sa famille depuis son mariage forcé avec Roisin Meadowes.

- Est au courant que l'enfant de Roisin n'est pas le sien, mais un bâtard de sang-mêlé.

- Ashlynn est sa fille quoi qu'il arrivera.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 

Leik
Grimstone
parle en #b9770e
Se retourner vers sa sœur et son époux. C’était sans doute la mauvaise idée de la soirée, mais aucun de ses frères et sœurs ne savait ce qui lui était arrivé. Personne ne semblait s’intéresser à ce mariage bien plus que nébuleux qui avait eu lieu du jour au lendemain. Personne ne s’était posé la question, personne. Tout le monde y allait de son petit monde et il s’éloignait comme un supposé bâtard devait s’éloigner d’une famille pour la laisser respirer le plus possible. Loin des regards, loin de tout. Il ne sourit pas plus, mais des deux autres, il était sans doute celui qui plongeait à l’eau pour aller voir comment elle pouvait se porter, malgré la figure toujours parfaite. La petite princesse de la maisonnée, parce qu’elle était normale. Aujourd’hui, elle n’était rien d’autre qu’une tâche au milieu d’une assiette presque fissurée. Roisin était sans doute l’une des meilleures choses de sa vie, parce qu’il trouvait un équilibre qu’il n’avait jamais trouvé chez les Grimstone. Le ton est froid, elle est partie loin la poupée avec ses belles manières, le diable caché sous un beau masque. Elle demande simplement si Roisin fait partie de la famille, sans s’en rendre compte, il s’est placé juste devant elle légèrement, prêt à faire bouclier à la moindre remarque. « Faire un enfant en pleine guerre, cela ne m’étonne absolument pas de toi. » Il ricane simplement. Juste simplement froid. « C’est sûr, tu as bien des leçons à me donner, Ekaterina. Dois-je te rappeler qui emmène son jeune fils au milieu d’une guerre et le pive de ceux qui l’ont élevé ? Souviens-toi, t’en étais pas capable. » Une vive piqûre de rappel. Dragomir était un enfant élevé par la famille entière. Malheureusement pour son honneur de mère veuve de l’époque.

Pourtant, il est représenté à Tristan Flamel, plus courtois, ajoutant quelques mots à l’irlandaise, puis lui serrant la main en ajoutant « Je suis navré que l’on se recroise dans des circonstances pareilles, j’Aur… ». Il tourne la tête là où le Flamel regarde sans comprendre. Ajoutant simplement. « C’est fort dommage en effet. Allez si le devoir vous appel. » Il n’a nul besoin de les retenir, il avait fait ce qu’il avait à faire, laissant Roisin avec lui, simplement, en couple comme ils le sont depuis décembre dernier. Elle avait peur que sa famille le rejette lui le neutre, mais qu’en était-il des Grimstone. Il la prend par la main et la traine vers un coin plus calme presque dépourvu de monde à la vue des personnes présentes dans la salle. Il voit Artemis au loin, Valeryan jouant les chevaliers sans aucun doute. Ils n’étaient pas jumeaux pour rien, toujours à puer le même honneur et la même fierté. Il regarde sa femme. « Et toi qui pensais que les Grimstone valaient mieux que les Meadowes, prie-moi d’en douter. » Dit-il en posant une main sur l’arrondi du ventre de la jeune femme. Il la regarde encore un instant. Plus inquiet cette fois. « Ton pressentiment s’est-il renforcé à force de marcher dans la salle ? Tu as faim ? Soif ? » Elle était enceinte, c’était sa femme, il se faisait un devoir de subvenir à ses besoins, à leurs besoins.


the queen and her knight

Parchemin envoyé Jeu 30 Mar - 7:45

avatar
avatar
profil
Je suis : MoonOfBlood , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/01/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 156 hiboux. J’incarne : Gal Gadot , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys. Je parle en : firebrick.



Je suis âgé de : trente ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : fugitive de l'Ordre et ex-Potionniste. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je reste irrécupérable.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
event #8
- un bal royal -
Le temps sembla s’arrêter quelques minutes après le départ d’Arsenius, son absence forçant Jaina à réaliser la situation dans laquelle elle se trouvait. Sans l’arrivée impromptue de Priam, elle se serait retrouvée probablement en plus mauvaise posture ; d’un autre côté, elle ne lui avait strictement rien demandé. Et la Greyback savait bien qu’il n’aurait servi à rien de s’attarder. Donc elle s’esquiva à son tour, et pour la première fois depuis ce qui lui semblait être des heures, Jaina lâcha un soupir dévasté. Piochant d’autres serviettes pour terminer d’éponger sa blessure superficielle, elle croisa brièvement son regard troublé dans quelques éclats éparpillés. Grinça des dents. Reprends-toi, Jay : immédiatement. Ce n’est pas le moment pour ça. La plaie était légère, quelques gouttes s’échinaient à couler encore, mais le désastre était loin. Elle se passa de l’eau froide sur la nuque, prit de longues inspirations et se décida enfin à pousser la porte de la salle d’eau à son tour. Tout en évaluant la salle bondée, elle repéra un serveur et le prit à parti pour lui signaler un débordement dans les toilettes, prenant soin de dissimuler sa main blessée. Il n’avait pas besoin de savoir qu’elle était à l’origine de ce chaos et, de toute façon, cela n’aurait servi à rien. Il n’aurait pas pu comprendre. Personne ne le pouvait réellement. A part les siens. Se laissant guider par son odorat, elle louvoya entre les membres de l’Ordre, les mangemorts et les sorciers, essayant de se frayer un chemin jusqu’aux Lupin les plus proches. Mais son trajet se retrouva altéré par un petit groupe formé par Drefer, Valeryan, Artemis et Nathaniel. Si elle ne connaissait le premier que de nom, les deux autres lui étaient un peu plus familier – ils partageaient après tout le nom d’Ekaterina. Seulement, aucun d’eux ne semblait particulièrement ravi d’échanger quelques banalités avec le Phénix. Et connaissant Nathaniel… Disons simplement qu’il lui arrivait de se fourrer dans des pétrins plus gros que lui.

« Y aurait-il une leçon particulière que tu veuilles enseigner ce soir, mon cher Drefer ? Tu as l’air inspiré. J'ai d'ailleurs bien cru que tu ne me ferais pas l'honneur de ta présence. » Et l’autre Grimstone de surenchérir, avec méfiance et une touche de morgue. Jaina plaqua un air moins sombre sur son visage, s’accordant même un sourire presque amusé devant la répartie de Valeryan, et vint poser une main sur le bras de son compatriote. Nathaniel lui semblait en mauvaise posture, peut-être se trompait-elle lourdement. Sa dextre blessée dissimulée derrière son dos, le plus naturellement possible, elle se mêla à la conversation dont la tension ténue lui sautait à présent aux yeux. « La seule leçon que j’accepterais de recevoir ce soir sera celle de Sa Majesté, personnellement ; ceci dit, je n’ai jamais été la plus obéissante à Poudlard, même si ma maison n’était pas autant réputée pour avoir le sang-chaud que certains. » Son ton, léger par obligation, ne dissimulait pourtant pas entièrement le regard acéré qu’elle lança à Drefer et à Nathaniel. Elle avait beau avoir perdu son sang-froid plus tôt, elle savait que Skander n’aurait pas voulu que l’un de ses membres se jette à la gorge d’un mangemort façon Strangulot. Quelque chose dans le parfum de Valeryan lui semblait… presque familier. Elle tourna donc son attention vers lui, gardant une main sur l’avant-bras de Nathaniel – pour lui démontrer son soutien autant que pour le prévenir de ne pas dépasser les limites de la bienséance. « Votre visage me semble familier d’ailleurs… » Elle fronça des sourcils, sonda sa mémoire, essaya de retirer la barbe de quelques jours qui vieillissait le Grimstone. « Serdaigle ? »

Hé bien quoi, il fallait bien désamorcer cette Bombabouse ambulante, non ?
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


A new promise to be fulfilled, A new page to be written.

the devil whispers "you cannot withstand the storm."
the warrior replies "i am the storm."
© Astra.



Parchemin envoyé Jeu 30 Mar - 10:03

avatar
avatar
profil
Je suis : Cha' , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 11/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 376 hiboux. J’incarne : Jamie Dornan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys <3 . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Xéphandre Lovegood et Rodrick Rackharrow Je parle en : #808000



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : gérant du Cercle de Jeu et responsable de la zone de Poudlard J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : vaut mieux ne pas savoir... Champ Libre :
malle
raise your wand
 
En ligne



Arsenius Black
parle en #669933


Un sourire, c'est ce qu'il scrute sur le visage de sa sœur. Enfin un visage agréable et familier ici, ça lui réchauffait le cœur. Oui, il n’appréciait pas beaucoup de gens c’est vrai, mais la fréquentation de la salle ce soir battait tous les records. Heureusement que ses sœurs venaient égayer la scène, sinon il serait devenu fou. Et puis, ça faisait longtemps qu'il ne l'avait pas vue, sa petite sœur. Depuis qu’elle était partie vivre chez les Meadowes, ils ne se voyaient que très peu. Disons que… Il préférait rester loin de ce mariage, qu’il n’avait pas spécialement approuvé d’ailleurs, mais bon. Qui était-il pour décider du mariage de sa sœur ? Évidemment, il pourrait « intervenir » dans ce dernier, comme il l’avait fait par le passé, mais c’était tout. Enfin, il ne se risquerait à rien pour le moment, il n’était pas stupide. Il attendrait. « Tu n’es pas plus mal non plus dans ton genre. » La main d’Artemisia sur son épaule le fit sourire tendrement. Il n’avait plus vraiment l’habitude de ce genre de contacts, de ce genre de relations, bien qu’il ne s’en lassait pas. Il se sentait presque seul parfois, depuis que ses sœurs avaient refait leur vie ailleurs mais il s’y était habitué. Il avait bien d’autres choses à penser. Lorsque Arsen reprit la parole, le sourire d’Arte se fana, aussi vite qu’il avait fleuri sur son visage. Visiblement, ce n’était pas un sujet très agréable à aborder. Il la vit alors chercher quelque chose du regard, dans la foule autour. « Mon mari semble plus occupé avec une autre femme…probablement plus à même de lui fournir des enfants que moi. » À son tour, Arsen se tourna en suivant le regard de sa sœur. Et effectivement, il aperçut le Meadowes en compagnie d’une autre jeune femme. Son regard s’assombrit, il grognait presque. Il n’appréciait guère que sa sœur subisse un tel affront, au regard de tous, dans cette salle bondée de monde. Il dut presque se retenir de se précipiter à l’encontre de ce soi-disant « mari » et de lui faire comprendre à quel point ce manque de respect ne passerait pas inaperçu à ses yeux. Tout n’était pas permis ici, il fallait qu’il l’apprenne, ou du moins que quelqu’un lui rappelle. Mais ce n’était pas le moment, il y avait un temps pour chaque chose, et ce n’était pas ce soir qu’il devait régler les problèmes matrimoniaux. Il s’en occuperait plus tard, dans des conditions plus… « privées ».

« À quoi est-ce qu’il joue au juste ? Se souvient-il qu’il a une femme et des responsabilités, ou croit-il qu’il peut aller faire mumuse avec les jeunes filles de la soirée ? » Arsen serra les dents pour essayer de se canaliser. Finalement, il reporta son attention sur Arte et surtout, sur la dernière partie de sa phrase. Il fronça les sourcils, perplexe. « Qu’est-ce que tu racontes, ne dis pas de bêtises voyons. » Il la cherchait du regard, essayant de trouver les réponses aux questions qu’il se posait dans ses yeux. Un simple regard vaut parfois mille discours. Que voulait-elle dire par là ? Pourquoi disait-elle ça ? Lui cachait-elle quelque chose ? Il voulait savoir, il devait savoir. « Je…j’ai besoin d’en parler…je crois. » Lorsque leurs yeux se croisèrent enfin, il crut y voir des larmes perler. Son agacement disparut aussitôt. Il n’était plus l’hériter qui doit tout savoir de sa famille, leurs faiblesses surtout, ni l’homme qui ne doit négliger aucune information. Il redevient le grand frère, l’épaule sur laquelle elle peut s’appuyer à tout moment et l’oreille qui peut écouter ses problèmes. Il se rapproche un peu plus d’elle. Personne n’avait le droit de partager leur conversation, surtout ici, et posa une main sur sa joue. « Je suis là Arte, parle-moi, n’aie pas peur. » Il essayait de l’encourager, lui soufflant doucement ces mots, une expression rassurante sur le visage. Elle pouvait tout lui dire, il était là pour ça. N’était-ce pas le rôle d’un grand-frère d’être présent pour sa petite sœur, quand personne d’autre ne s’occupait d’elle ? « Ça…a recommencé… » Arsen reste muet un instant, ne sachant quoi dire. Il réfléchit, essayant de trouver la signification de cette phrase, mais il se voilait la face. Bien sûr qu’il sait ce qu’elle veut dire, il ne veut simplement pas s’y résoudre. Il ferma les yeux, pensant à toutes les conséquences qu’auraient cette « information » si elle venait à se savoir. Un soupir met fin à ses réflexions, il rouvre les yeux. Ce n’est pas le moment de penser à ça. Pas quand sa sœur a besoin de lui. « Depuis quand le sais-tu ? Quelqu’un d’autre le sait ? Et, lui, le sait-il ? » Il n’avait pas besoin de préciser de qui il parlait quand il disait « lui », ça ne pouvait être qu’une seule personne. Mais évidemment, c’était beaucoup de questions à la fois. Son intention n’était pas de la brusquer, il voulait juste savoir, l’aider du mieux qu’il pouvait, comme il le faisait toujours.

Parchemin envoyé Jeu 30 Mar - 13:01

avatar
avatar
profil
Je suis : Annab' , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 18/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 147 hiboux. J’incarne : Robert Downey Jr. , et l’avatar que je porte a été créé par : Skander, non ? . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Aucun Je parle en : 66000

true story

Je suis âgé de : 51 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : A la tête de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Caelia Black (scéna)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Alaric Black
parle en #660000


Alaric n'eût pas le temps de profiter tellement de sa chance, puisqu'en sondant l'esprit de la pauvre fille, il en toucha deux autres, dont l'un qu'il reconnu aussitôt et qui avait l'air franchement remonté. Avec un sourire carnassier en coin, Alaric releva la tête et vit apparaître devant lui un couple Flamel, venu aider leur famille en détresse. La sauver des griffes du si méchant Alaric. « Je prends le relais, merci pour votre prévention Black. » Dans un geste, son ennemi tendit les bras pour récupérer la jeune femme toujours inconsciente. Mais le Black ne lâcha pas si facilement, et sa prise était ferme. Il laissa la jeune -probablement en coma éthylique, et sans baguette, amusez-vous bien pour la sauver- à Tristan non sans laisser sur ses bras des marques non négligeable, dont le bleu tranchait sur le blanc de sa peau. Il la lâcha ensuite sans aucune manières, laissant le Flamel encaisser violemment ce soudain changement de force. « Je vous en prie, débarrassez moi de ce fardeau. Elle ne semble pas en bonne condition, il serait dommage de réagir trop tard. » ajouta-t-il avec toute l'hypocrisie du monde. L'esprit de la jeune femme était toujours vulnérable et totalement vide.

Alaric n'avait plus rien à faire avec le Flamel et décida de prendre congé de son horrible présence. Moins il le voyait aujourd'hui, mieux il se porterait. Sans aucune considération pour Ekaterina, il prit congé de la sorte : « Dommage que votre femme n'ait pas été mise en pièce par cette louve. Quelque chose de positif serait au moins ressortit de cette mascarade. » Adios amigos. Sans donner le temps de répondre au Flamel -qui avait du se félicier d'être aussi réactif, il courrait partout dans la pièce décidement.- il s'éloigna d'un pas ferme derrière Caelia qui avait ouvert la marche vers ses enfants, réunis un peu plus loin. Il croisa le regard de son fils, rivé quelque part dans la salle. Il tourna la tête vit l'objet de son déplaisir proche de lui. Arsenius avait reprit sa conversation avec sa sœur. Ils seraient bientôt interrompu par l'arrivée de leur mère. Alaric ne faisait pas suffisamment attention à Artemisa pour voir qu'elle semblait bouleversée. Comme d'habitude ?

Il s'agissait de Desmond. Son bras droit semblait en pleine discussion avec une jeune femme -d'apparence sans intêret-, pensa-t-il. Ils semblaient étrangement proche et l'arrivée d'Alaric dans le duo provoqua un soudain silence dont il se félicita. « Bonsoir. » Desmond manquait à son devoir, et dans un événement pareil, il était inexcusable qu'il porte préjudice aux mangemorts mais également à la Main Noire. Sans s'excuser le moins du monde pour cette intrusion, il s'adressa à son bras droit, pour lequel il commençait à ressentir de plus en plus d'antipathie ces derniers temps. Avec justesse. Il nota la main ensanglantée de la jeune femme, pansée. « Vous êtes-vous transformé en infirmier pendant le temps où vous avez manquez à vos devoirs lors de cette soirée ? » Les sorciers présents ici ont un peu trop tendances à oublier leurs allégeances, ce soir. Il serait de bon goût de le rappeler.




Spoiler:
 

Parchemin envoyé Ven 31 Mar - 1:13

avatar
avatar
profil
Je suis : narcotique , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 63 hiboux. J’incarne : chris wood , et l’avatar que je porte a été créé par : mad hattress (ava) beerus (signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : jules rackharrow & merlyn parkinson Je parle en : darkgoldenrod



Je suis âgé de : trente deux ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : membre du magenmagot et responsable de la sécurité à la Sainte Mangouste J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : déchiré entre le devoir et l'amour. Enchaîné à une jeune Selwyn
malle
raise your wand
 
event #8
- un bal royal -
Il sent son ardeur le consumer intérieurement, il sent une vague souffrance la tourmenter tandis que ses doigts s’exécute, déliant les liens d'une robe bien trop serrer. La question le surprend, comme s'il percevait une pointe de jalousie. Mystérieuse amie qui ne se manifeste que dans les situations les plus incongru, pouvait elle seulement se permettre de réagir ainsi ? Il en doutait grandement, mais le temps qu'il articule un quelconque mot, elle le saisi par la nuque, l'amenant à elle sans la moindre tendresse. Passion dévorante qui l'embrase aussi subitement que tout ça se déroula. Les pensées se trouble, ses plus sombres pulsions s'éveillent, viennent obscurcir le ciel de son âme, obscurcissent la moindre de ses pensées, ne laissant plus rien percer le voile obscur qui le recouvre. Il n'était plus un homme a cet instant, il n'était que proie entre les griffes d'une bête féroce, si la mort venait à le frapper à ce moment, c'est sans se débattre qu'il succomberait. La facilité, l'armure qui se brise peu à peu. L'homme est si faible face à cet appel, si fragile face à une femme, au point qu'il ne peut plus porter le titre d'homme, il n'est qu'instinct, que désir, l'incarnation animal de l'humanité. Dans un soupir s'efface toute ses valeurs l'espace d'un instant, un baiser suffit à faire s'évaporer les maux du passé, ces souvenirs qui lui lacère les entrailles. Mais un pas en arrière suffit pour le ramener à la réalité, cette triste vérité.

Un simple recul et ce regard obscur. Mais il se tient toujours face à elle, il ne bouge pas, il ne fuira pas, en tout bon inconscient qu'il fait, inconscient de la tourmente qu'il s'inflige. Pauvre bouffon qui prétend défendre une cause juste, le fou qui chante seul, le pendu qui contemple les obscurs méandres de la sorcellerie. « C'est une proche de la famille... La veuve de ce monstre de... Qui me servait d'aîné. Et mon amie, de longue date. » Son discours sur Doran avait changé. La vérité avait déformé son idéal. On pouvait aussi percevoir dans sa voix cette douleur, celle de ne jamais avoir put la protéger, de toujours l'avoir vu filer entre ses doigts. Cet amour non partagé, cette femme qui ne lui appartiendra jamais. Regret, colère, tristesse se mêlait tandis qu'en dehors, les tensions grimpaient sans doute encore. Il n'était pas ici pour ça, il n'était pas là pour goûter au venin de tous, qu'ils soient mangemort, phénix ou encore moldu. Il le savait depuis le début, ce n'était que folie d'être présent à ce bal et encore plus face a elle, dans cette pièce, face à cette folie qui semble l'animé, l'embrasée. Mais pouvait il encore fuir ? Non, il était dos au mur, littéralement. Un soupir las, il se contente d'ajouter une seule chose, avec ce rictus ironique et cette teinte de moquerie, pour mettre le feu au poudre. « Tu ne serais pas jalouse, par hasard ? » A cet instant, il n'avait plus rien du doux chevalier, à ce moment, le masque tombait en morceau. L'homme creux, le simili d'être vivant prenait le dessus, prêt à tout pour combler ce vide en lui, même prêt à encaisser les pires tourment, même prêt à voir le sang couler, pour le divertissement. Il était pitoyable, il était vide dans le fond, simplement creux. Une coquille sans âme. Une poupée fragile.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.



  It's my will with all my might to  stay strong put up a fight. I'm so lost but not afraid, I've been broken, I'll rise again
on my own

Parchemin envoyé Sam 1 Avr - 9:15

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 136 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Standing in your line of
Fire

La culpabilité s’infiltra dans ses os au fur et à mesure. L’intervention de Drefer ne manqua pas de surprendre son cousin et ce ne fut qu’à ce moment là qu’elle se souvint des relations tendues entre les deux familles. Le sorcier n’aimait pas trop les Rackharrow, c’était une évidence et si Valeryan n’avait pas été là, il faisait nul doute qu’elle se serait réfugiée derrière le sang pur. Seulement, même si elle ne voyait plus le Serdaigle comme un ennemi, elle restait toujours sur ses gardes. Leurs petits jeux rythmaient sa vie même elle restait parfaitement consciente de qui il était. Sa véhémence envers son « ex » avait quelque chose de malsain. Il y avait ici quelque chose qui lui échappait encore. Une seule certitude demeurait : le seul ici qui aurait vraiment à coeur de la sortir de cette mauvaise passe, ce serait son sang. Alors elle avait posé une main sur son bras, comme pour lui signifier de ne pas entrer dans le conflit des deux jeunes hommes.

Quand il prit la parole et demanda le nom de Nathaniel, le regard en coin qu’il lança à la jeune femme suffit pour qu’elle ne se raidisse, comme si elle attendait le couperet. Oui, elle ne lui en avait jamais parlé. Il n’était pas secret qu’elle ait fréquenté un camarade d’école mais la douleur était toujours présente. De plus, elle était persuadée que personne ne pourrait la soutenir. A vrai dire, en y réfléchissant bien, seuls Drefer savait et éventuellement ses anciens camarades. Certains se trouvaient là, d’ailleurs. Artemis eut un frémissement quand Valeryan passa un bras autour de ses épaules. Tout en restant à une distance acceptable, elle ne se déroba pas et leva les yeux vers lui . Son sourire avait quelque chose de tellement sincère. Elle esquissa elle-même un sourire en réponse avant de baisser le regard comme une enfant que l’on réprimande ou qui préfère éviter l’orage qui se profilait à l’horizon. Elle allait répondre quand une harpie fit son apparition et alla toucher Nathaniel. Les pupilles d’Artemis s’étrécirent malgré elle. Mais pour qui se prenait-elle ? Jaina Lupin venait de s’interposer comme une sauveuse alors que la situation était encore maîtrisée. Fronçant les sourcils devant tant de familiarités (oui, Grimstone considérait qu’elle n’avait rien à faire là et surtout qu’elle devait retirer sa main du bras de Trelawney, ceux qui l’observaient pouvaient penser qu’elle n’appréciait pas la sorcière. Il fallait dire que les Lupin n’étaient pas vraiment rassurants et même si la réputation des Grimstone n’était actuellement pas des meilleures, elle se considérait toujours comme mieux née. Et dire que cette intruse osait demander à Valeryan qui il était non pas qu’il soit célèbre mais pour sa part elle savait la plupart du temps à qui elle s’adressait. Artemis la fixait avec une certaine colère contenue.

« Bonne soirée à vous deux, je te suis Valeryan ». La sorcière restait bien plus docile que ses cousines. Face à l’autorité, elle suivait. C’était son petit côté bonne élève qui ressortait encore, elle qui ne manquait pas les cours, sauf si Trelawney s’en mêlait. Et maintenant, elle comptait bien se retirer comme Valeryan l’avait lui-même suggéré, en sa compagnie. Il avait probablement envie de lui demander comment elle avait pu se retrouver dans une telle situation. Artemis pourrait lui répondre mais mieux valait s’éloigner maintenant. « Madame  ». Hochant la tête, elle se concentrait sur son cousin pour réprimait ses émotions. Chose qui n’était pas aisée en présence de Nathaniel. Inspirant lentement, elle avait espérait que son cousin par alliance comprendrait qu’elle était obligée de suivre Valeryan, comme lui suivait sa propre soeur. Elle parviendrait peut-être à lui reparler un peu plus tard. Quant à son ex, Artemis préférait oublier ce fiasco. Savait-il qu’elle avait toujours le pendentif qu’il lui avait offert ? Malheureusement, il ne fonctionnait plus très bien. Toutefois, elle se surprenait encore à le garder contre son coeur, souvent la nuit. Oui, contrairement à ce qu’elle exprimait ce soir là, ses sentiments n’étaient pas totalement effacés, seulement, elle ne pouvait plus les exprimer, du moins en public. Son attitude redevint digne, elle se redressa et ne sourit qu’à Drefer avant de jeter un dernier coup d’oeil plutôt négatif au voyant. Prenant le bras de Valeryan, elle espérait pouvoir fausser compagnie à ce groupe qui effectivement devenait très dangereux. Elle ne voulait surtout pas être à l’origine d’une bataille rangée entre les deux camps.



Parchemin envoyé Sam 1 Avr - 17:41

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie - Aurore , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 4141 hiboux. J’incarne : Karen Gillan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alienor Rosier, Irvin Rackharrow, Athelstan Lestrange et Lorelei Zabini Je parle en : #66858D



Je suis âgé de : 28 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : gérante du Cercle de Jeu de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : célibataire. J'ai été mariée à Desmond Meadowes pendant quelques mois.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Artemisia Black-Meadowes
parle en #66858D
Se livrer à cœur ouvert, s’était quelque chose de difficile pour Artemisia, même si elle pouvait le faire plus facilement avec Arsenius qu’avec une autre personne. Mais ce soir, elle avait clairement besoin de parler à quelqu’un et il se trouve que c’est sur Arsen que ça tombe. Peut-être que si son mari aurait été à ses côtés elle lui en aurait parlé…peut-être pas, elle ne le saurait jamais. Elle a bien vu qu’Arsen suivait son regard, mais lorsqu’il commence à s’énerver, elle secoue la main, comme pour lui dire de laisser tomber. Ce n’est pas important. De toute manière il pourrait bien voir qui il voulait. Elle faisait de même…en cachette. Voilà la seule différence entre eux deux. « Qu’est-ce que tu racontes, ne dis pas de bêtises voyons. » Elle ne disait jamais de bêtises…enfin si…parfois…mais pas ce soir. Quand ils ont leurs regards qui se croisent, elle voit immédiatement qu’il se calme, peut-être alerté par son apparence fragile actuelle. Il l’encourage, elle parle et…il reste muet. Ne comprenait-il pas ? Etait-il choqué ? Elle ne savait comment interpréter son silence et commençait à regretter d’avoir parlé. « Depuis quand le sais-tu ? Quelqu’un d’autre le sait ? Et, lui, le sait-il ? » Elle secoue la tête. « Personne… » ne sait. Elle ne l’a dit à personne. « Ça fais quelques jours, peut-être une semaine… » Elle n’avait pas compté, elle n’avait pas fait attention. « Mais je n’ai pas été frappée cette fois…je ne comprends pas… » Elle baisse la tête, se remémorant son dernier long séjour à Sainte Mangouste. Pourquoi est-ce que ça s’était passé ainsi ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi comme ça ? Peut-être aurait-elle véritablement du se faire suivre par un médicomage…mais s’était trop tard…il ne servait plus à rien de pleurer. Aussi ferme-t-elle les yeux et se force-t-elle à respirer lentement, penser à autre chose. « Ça va aller… » Elle essaie de se convaincre, de rassurer son frère également.

Lorsqu’elle rouvre les yeux, elle s’aperçoit que leur mère arrive dans leur direction. « Bonsoir mère, cette robe vous va parfaitement. » Elle sourit. Un sourire faux, mais elle se force. « Père n’est pas avec vous ? » Elle le cherche un petit peu des yeux. Elle sait que ses parents sont généralement ensemble, tout comme ils prenaient les décisions ensemble pour la Main Noire…ou pour renier l’un de leur enfant. « Une autre affaire l’occupait. Vas-tu bien ? » La fille regarde la mère, surprise. « Il m’a semblé te voir nettement moins souriante il y a peu. » Elles étaient trop semblables, ses cheveux l’avaient-ils encore trahie ? Aussi Artemisia hausse-t-elle doucement les épaules. « Je vais me remettre, un simple blues post-mariage je pense. » Caelia la fixait durant une période qui semblait interminable à Artemisia. Mais par la suite, la mère se tourne vers son fils aîné. « Remarques-tu quelques jeunes femmes de bonnes familles ? » Un sous-entendu qui n’était assurément pas innocent. Suite à son veuvage, il était de notoriété publique qu’Arsenius devait se trouver une nouvelle épouse et assurer la prochaine génération. Mais en laissant traîner ses oreilles au cercle et dans les rues, Artemisia avait bien vite appris qu’il avait mauvaise réputation et qu’on le soupçonnait d’être un meurtrier en série, qui n’était sauvé d’Azkaban que par son nom prestigieux.



Parchemin envoyé Sam 1 Avr - 19:59

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/09/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 595 hiboux. J’incarne : Gemma Aterton , et l’avatar que je porte a été créé par : Evie . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Athelstan Lestrange Je parle en : #B7CA79



Je suis âgé de : 30 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : en fuite, ex professeur de soin aux créatures magiques et ex prostituée J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 


Alienor Rosier
parle en #B7CA79
Pourquoi était-elle venue voir son ex-patronne…elle se le demandait encore. Elle ne pourrait pas lui faire payer la mort de sa demi-sœur, pas ici, pas maintenant. La Peverell (Cordelia) se montre hautement insultante avec sa petite phrase : « Je vous connais ? » Réponse à laquelle Alienor n’a pas daigné répondre. Elle n’en attendait pas vraiment plus d’une fille de sang pur, ouvertement mangemort et dont la famille a éliminé Dumbledore sans scrupule. La Black (Astraea) en revanche sourit faussement alors qu’elle l’interpelle. « Ce fut un plaisir. Pour le prix sur votre tête, je vous serai gré de voir avec mes parents. » Ali eut un rire mauvais. Si cette petite princesse reniée pensait qu’Alienor laisserait le meurtre de sa sœur impuni, elle s’enfonçait sa baguette bien profondément…où elle le voulait, de préférence dans un endroit où elle souffrirait bien au passage. Mais son autre cruche de sœur ne sera pas non plus épargnée par sa colère grandissante depuis une année. « Miss, vous voyez sa tête tous les jours sur les affiches, un effort et vous, vous rappellerez. » Zekeriah fait son entrée et s’attire un regard foudroyant, dont il se fichera probablement éperdument d’Alienor. Elle le voit alors s’approcher de la Black. Voilà un rapprochement intéressant. Elle ne doutait pas que Skander serait ravi de savoir l’un de ses hommes fricoter avec l’ennemi…et surtout une Black, même si elle était reniée. Au pire, si Skander se montrerait sourd à ses explications, elle irait voir Ekaterina. Si elle était un peu moins proche de la seconde leader, elle avait déjà eu à discuter de nombreuses fois avec elle suite à l’interrogatoire qui l’avait fait entrer à l’ordre.

La Black renverse sa coupe sur la robe d’Alienor, la faisant sursauter. « Oh, que je suis maladroite Miss Frye. Enfin, Rosier... Avec tous ces mensonges, j’en perdrais mon latin. » C’est qu’elle en sourit en plus la garce. Ali murmure pour elle-même et à qui l’entendra un petit « Sale garce, tu me le payeras. » Elle se recule et alors qu’elle voit la Black s’en aller. Elle tourne le dos et cherche à se repérer. Elle intercepte un serveur. « Excusez-moi, je cherche les toilettes. » Il lui désigne poliment une direction et elle voit une porte. Remerciant l’homme, elle se dirige droit sur sa destination, tenant sa robe, espérant qu’elle ne soit pas totalement fichue. Elle pose la main sur la poignée et pousse normalement la porte. Mais il ne se passe rien. Elle fronce les sourcilles et réessaie un peu plus fortement. Elle sent de la résistance. Elle entend des voix de l’autre côté (Mererid et Glenn). Elle se met à frapper sur la porte du poing, s’attirant de nombreux regards de personnes de la salle. « Oh, bougez votre cul là ! C’est libre d’entrée pour tout le monde, si vous voulez vous battre vous attendez demain et si c’est pour vous envoyer en l’air, sachez c’est pas une maison close ! » Elle a parlé à haute et intelligible voix. Toutes les personnes à proximité dans la salle l’avaient plus que certainement entendue. Donc, à l’intérieur également. Elle disait rarement tout haut ce qu’elle pensait tout bas, mais entre la confiscation de sa baguette, la Black, l’état de sa robe et tous les mangemorts, elle était clairement sur les nerfs. Elle cesse de frapper et attends que la porte s’ouvre…espérant qu’elle s’ouvrira, autrement elle irait trouver un garde pour qu’il défonce la porte. Quelle idée cette soirée. S’était véritablement du grand n’importe quoi. Et pendant ce temps, la robe de sa défunte mère s’imbibait de champagne.


Styx - La plus belle catin de la maison close - dixit Astraea Black
- C'est la catin la plus chaude de Londres - dixit Murphy Camlann

Styx Frye recouvre sa liberté et redevient Alienor Rosier


Parchemin envoyé Sam 1 Avr - 21:30

avatar
avatar
profil
Je suis : khal , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/11/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 178 hiboux. J’incarne : Matthew Daddario , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas Flood . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alexander Weasley Je parle en : lightseagreen



Je suis âgé de : 24 ans. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Bourreau pour le compte du Ministère. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire endurci, désespérant ses parents de trouver un jour une fiancée de choix.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Dire que Drefer s'amusait beaucoup aurait été un euphémisme ; lui qui ne voulait pas venir, au départ, allait presque finir par ne pas regretter son choix de faire tout de même une apparition. Juste pour voir Artemis Grimstone rembarrer Nathaniel Trelawney, ça valait le coup d'oeil. Voir l'ancien Serpentard pâlir à sa simple vue a également quelque chose de jouissif. Le regard acéré du Rackharrow n'en loupe pas une miette, de ces doigts qui effleurent ses côtes, et son sourire en coin en dit long sur le plaisir que cela lui procure. You're mine... semble-t-il dire et la marque qu'il lui a appliquée ne tardera pas à le lui rappeler très vite. Bientôt, elle se mettrait à chauffer et la brûlure en deviendrait insupportable. Drefer attendait ce moment avec impatience. Y aurait-il une leçon particulière que tu veuilles enseigner ce soir, mon cher Drefer ? Tu as l’air inspiré. J'ai d'ailleurs bien cru que tu ne me ferais pas l'honneur de ta présence. » Un autre fin sourire tandis qu'il murmure, affreusement courtois. « Je ne manquerais jamais l'occasion de saluer un vieil ami, voyons... » qu'il répond avant de replonger ses lèvres dans sa coupe de champagne, observant la suite avec davantage de distance. La réprimande de Valeryan à leur encontre ne l'interpelle même pas ; après tout, il se fout bien de l'opinion d'un Grimstone à son encontre. Il faudrait encore qu'il les considère pour que cela lui importe et, à part Artemis et Erszébet, rares étaient ceux de leur nom à trouver grâce à ses yeux. L'intervention de Jaina lui fait hausser un sourcil et, à l'instar d'Artemis, son regard se pose sur cette main déposée sur le bras du phénix, esquissant une moue pensive. Soucieux d'éviter l'incident diplomatique, toujours si plein de leur sacro-sainte neutralité, les Grimstone prennent congé, laissant Drefer en compagnie de Nate et de son amie. « Tu ne me présentes pas, Nate ? » qu'il ronronne presque en penchant légèrement la tête sur le côté, observant la nouvelle venue avec intérêt. Difficile d'imaginer ce qu'il se trame derrière ses prunelles claires ; est-ce qu'il a vraiment envie de la connaître ou est-ce qu'il l'imagine déjà dans l'une des cellules du Ministère ? Sans doute plutôt la deuxième solution, à n'en pas douter. « Drefer Rackharrow, pour vous servir... » Simple expression, bien entendu, parce qu'il n'était pas question qu'il la serve, au final. Ses prunelles rieuses reviennent se planter dans celles de Nate, glissant jusqu'à ses côtes avant de revenir sur son visage. « Tu es sûr que tout va bien, Trelawney ? Tu n'as pas l'air à ton aise... » Oh oui, tout ça l'amuse... Il n'avait pas pensé à notifier le blondinet de ce qu'il avait ajouté à sa marque. Nul doute qu'il ne tarderait pas à le découvrir...



OUT OF THE SHADOW
Hold your breath, don't let go ☽ Got a feeling nothing is forever, keep your voice low. The sun is high but I wish I could bathe in the moonlight.

Parchemin envoyé Dim 2 Avr - 21:57

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 295 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Sweet mascarade

FT. EVERYONE




« Trelawney. » qu’il lâche en réponse à Valeryan, n’ayant rien plus rien à cacher de ce côté-là, sa tête faisant partie des différentes affiches qui circulent sur les murs et dans les rues. Il voit le coup d’œil jeté en coin à Artemis mais ne sourcille pas, il a beau être contrarié il sait se montrer courtois, même en présence de Drefer. C’est toutefois la leçon de morale de ce cher Valeryan qui lui fait plisser légèrement le nez. Se comporter en adulte ? Ils n’ont fait qu’échanger une joute verbale comme toutes celles qui se déroulent ici-même. Nathaniel décide de ne pas relever, sentant alors la main de Jaina sur son avant-bras qu’il ne repousse pas, et accusant même le coup du regard qu’elle lui lance. En réponse, il lui offre un hochement de tête entendu, signe qu’il n’ira pas à l’encontre de la demande prodiguée par Skander un peu plus tôt. Il ne mettra pas en péril leur situation, bien que Drefer et lui sachent pertinemment s’agacer mutuellement, il n’ira pas lui sauter à la gorge. Pas cette fois, même si ce n’est pas l’envie qui manque quand on sait que cette soirée est l’une de ses premières véritables sorties depuis la fameuse leçon que le mangemort avait voulu commencer par lui enseigner. Le sorcier ne comprend pas le regard d’Artemis qui vient se poser sur sa camarade Phénix. De toute évidence, elle et lui n’ont plus rien à se dire pour l’instant. Doigts passant une nouvelle fois le long de ses cotes, il se racle soudainement la gorge, ne devenant plus qu’observateur de la discussion jusqu’à la remarque de Drefer. Il cherche à l’agacer, c’est évident, mais Nate sait que Jaina saura répondre avec une amabilité hors pair, elle est clairement plus douée que lui qui, au milieu de cette foule, est en réalité bien jeune en fin de compte.

« Je connais tes dons d’orateurs, je sais que tu sauras très bien faire ça tout seul. En tout point tout honneur. » qu’il rétorque tout de même d’un ton calme, adressant un regard à Valeryan et Artemis qui n’étaient donc pas encore partis.

Et en effet, il le fait véritablement bien, ne reste qu’à voir ce que Jaina va répondre, et le Trelawney a vraiment hâte d’en apprendre plus sur l’art de remballer un mangemort en usant de la bienséance. Le pire, c’est que ça l’intéresse vraiment. Jetant un regard sur l’assemblée, Nathaniel la sent belle et bien la brûlure commencer à se faire plus intense, il ne comprend pas et tente de frotter discrètement à travers le tissu sans jamais écarter la main de Jaina de son autre bras. « Qu’est-ce qui te fait dire ça ? » qu’il lâche à Drefer en fixant ses azurines dans les émeraudes. « La soirée ne fait que commencer et je n’ai bu qu’une coupe de champagne, l’on ne peut pas dire que ce soit du genre à rendre instantanément ivre. ». Il se permet même un sourire. Presque amicale, et jette un coup d’œil à sa camarade qui la remercie de ne pas l’avoir laissé dans cette panade. Il a beau être capable de rester calme, en quelques minutes il s’est déjà pris plusieurs claques invisibles dans la tronche.




WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Dim 2 Avr - 22:24

avatar
avatar
profil
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 551
malle
raise your wand
 
EVENT #8 - un bal royal
- négociations musclées -

7 AVRIL 1991 - ST JAMES PALACE
La Reine s’est retirée, inquiète de la tournure que pourrait finalement prendre les évènements, cette « soirée » qui aurait dû être festive, et sous le signe des négociations. Mais aucun des deux camps ne semble être en mesure de poser ses idées sur la table, et d’en discuter avec l’autre. Elle regrettait le temps où la guerre entre sorciers ne gangrenait pas la sécurité dans son monde à elle. Elle a placé ses meilleurs agents pour observer la tenue de cette soirée. Elle attend sur le balcon donnant sur le parc, inquiète. Il y a un homme parmi les proches conseillé de la Reine qui est parmi les invités à les observer. Formé par le MI6 – il sait voir sans être vu. Il observe les mœurs des sorcières et des sorciers présents ce soir, il ne pensait pas qu’en s’installant près des toilettes il aurait à faire à autant de … dépravation ? Choquant pour une soirée comme celle-ci. C’est d’abord deux femmes qui s’enferment dans les toilettes, puis elles ressortent, et un autre groupe entre, et finalement un homme et une femme s’y enferment à leur tour. Cette fois-ci interrompu par une jeune femme qui avait elle réellement besoin de s’y rendre, et qui tambourine sur la porte avec urgence. L’homme secoue la tête, choqué. Puis, il va se perdre dans la folle, encore invisible à leur yeux car il n’est qu’un être lambda.  « Ils sont impossibles votre Majesté. » Maugrée presque l’un de ses plus proches conseiller. « La plupart d’entre eux savent à peine se tenir en société, et je ne vous parle pas de ces révolutionnaires aux manières rustres et désastreuses, non, je parle bien de ces gens dit de leur ‘haute société’ qui se succèdent aux commodités de manière outrageuse. » L’homme est encore outré par leur comportement, de ces gens-là, mais aussi de tous ceux qui sont dans la salle mais qui ne sont pas capable de faire preuve d’ouverture d’esprit et de discuter. Il est passé à côté de ceux qu’ils avaient identité comme des leaders parlant de « point de non-retour » et de « Rubicon franchi » mettant clairement en évidence l’absence présente et future de négociation. « Nous avons échoué votre Altesse, aucun d’entre eux n’est prêt à fournir un quelconque effort, j’en suis navré. » Il allait ajouté quelques choses, quand la Reine l’interrompt pour entrer de nouveau dans la « fosse au lion » et aller discuter elle-même avec ses sujets. Car sorciers ou non, tous lui devaient le respect qui était dû à son rang.

Elle s’apprête à descendre de son estrade. L’horloge indique onze heures moins une. Le conseiller de celle-ci lève alors les yeux vers l’horloge et n’a que le temps de plonger sur son altesse quand l’aiguille atteint le « onze heure », que déjà, les bombes explosent. Trois bombes à différents endroits de la pièce. Il protège la Reine – ça y est, l’heure est arrivée. La première bombe sous le balcon explose derrière la Reine, si bien que l’agent du MI6 encore posté sur le balcon est soufflé par l’explosion qui le détruit. Chacune des fenêtres donnant sur le jardin est alors soufflée par l’explosion. La Reine se retrouve à plat ventre, recouverte par des morceaux de verres coupant, sauvée du pire par l’un de ses conseillers.  Astraea Black qui était face à l’une d’entre elle est alors soufflée elle aussi. Elle tombe à la renverse, laissant l’arrière de sa tête heurter avec une violence certaine le sol, tandis que quelques morceaux de verres viennent entailler ses bras nus, son cou, et un peu son visage. Non loin de là, Victoire Lupin a le temps de se mettre entre deux fenêtres et n’est que légèrement blessée par quelques débris de verres, tout comme Lucrezia Borgin qui voit un illustre inconnu lui servir de bouclier, le serveur moldu lui s’effondre sur le sol, un éclat de verre dans l’œil. Vers les fenêtres, les autres sont des miraculés. Ou presque. Un groupe de Rackharrow composé d’Irvin, Alastar et Erzsébet est aussi victime du souffle, enfin, pas la jeune femme qui se retrouve protégée par les deux hommes. Seul Irvin perd l’équilibre soufflé par l’explosion, il entraine alors son frère dans sa chute, mais la rousse est en un seul morceau.  A quelques pas de là où deux leaders discutent sans grandes convictions de la paix, Prudence est bousculée par un serveur qui s’enfuit à la hâte, et tombe par terre, se coupant les genoux avec des éclats de verre. Hanne a été protégée de quelques éclats de verre issus des fenêtres par le corps de Skander qui a fait barrière, le sorcier, quant à lui est blessé légèrement par des débris de verre dans la nuque, rien d’insurmontable, juste un mauvais moment à passer.

Le conseiller et des gardes viennent aider la Reine à se relever, plutôt sonnée par la chute, et par la tournure que prend cette soirée. « Dépêchez-vous votre Majesté, vous ne pouvez pas rester exposée. » La voix est pressante, et sans appel.  Comme un ordre à la Reine d’Angleterre, tout n’est question de protocole et de sécurité. Ils l’attrapent et tente de l’accompagner vers l’issue de secours, en direction des toilettes, quand un homme couvert de poussière et de sang lève les mains, « Pas par ici, il y a une bombe dans les toilettes, l’escalier de secours est totalement effondré ! » La seconde bombe dans les toilettes, cachée, attendant son heure avait explosée en même temps que la première, créant un énorme confusion dans cette direction aussi. Mererid et Glenn dans les toilettes sont soufflés. Les canalisations ont lâché sous le souffle, et l’eau coule à flot dans le coin. Ils sont trempés, mais pas seulement. La jeune femme a été propulsée contre la porte qui n’a pas cédée. Une bonne commotion à la tête, et le choc la sonne pas mal. Glenn quant à lui gît sur le sol, recouvert sur les débris de canalisation mais aussi de lavabo et de toilettes. Il n’a pas beaucoup de mal, mais a plutôt été sonné qu’autre chose.  Derrière la porte des toilettes Alienor n’a rien et a un mouvement de recul quand un bruit sourd – le corps de Mererid – frappe alors la porte qui s’entr'ouvre légèrement. Ira-t-elle les secourir ? Non loin de là, Le Trio Lestrange composé de Calypso, Scylla et Anatolius voit le sol se dérober sous leurs pieds – en dessous le fameux escalier de secours qui a été visiblement visé et qui part en morceaux - Calypso a le temps de rester sur le sol encore palpable, tandis qu’elle voit sa jumelle glisser sur le bord et se suspendre alors dans le vide. Elle tient, mais sous elle quelques mètres de vide.

La voie est close, l’issue de secours inexistante. Les gardes de la Reine la soutiennent, et finalement il ne reste que l’accès principal. C’est dangereux, c’est risqué, mais c’est leur seule option. Le conseiller le sait, elle ne court pourtant plus aucun danger, ce n’était pas le but de l’attentat. La Reine laisse vagabonder son regard dans la pièce, et pose son regard sur Leona et bafouille alors, « Charlotte, allez donc chercher Charlotte elle ne devrait pas être ici ! » Le conseiller la regarde d’un air étrange, « Majesté, Charlotte est à Chatsworth House, en sécurité, ne restons pas ici. » Les mots de la Reine se perdent dans le brouhaha incessant, elle répète le nom de Charlotte. Elle est sous le choc d’après les gardes qui n’y prêtent pas attention une seule seconde et l’évacue alors, forçant le passage. La troisième et dernière bombe a explosé derrière le bar faisant voler celui-ci ainsi que les verres et les bouteilles dans tous les sens, et fragilisant une partie du plafond. Sileas Rackharrow est près d’un autre sorcier, quand la table sur laquelle reposait quelques amuse-bouche arrive sur elle, la couchant avec violence sur le sol. Le pied de la table se brise, lui entaillant la jambe, non sans une gravité certaine. Elle a besoin d’un garrot si on ne veut pas qu’elle se vide de son sang. Son cavalier, Xéphrandre Lovegood, lui est juste soufflé par la violence de l’explosion et se retrouve quelques mètres plus loin, où il entraine Drefer Rackharrow et Jaina Lupin. Rien de grave pour ses deux-là, ils se retrouvent à terre. En tombant, Jaina se coupe la main avec une coupe de champagne brisée qui trainait par là.  A quelques mètres de là, un lustre maintenu par un plafond fragile menace tout d’abord de s’effondrer. La menace devient effective quand le plafond se craquelle, et tombe à côté d’un groupe, un trio. Si Desmond Meadowes est frôlé, et perd l’équilibre, Alaric Black, et Circée Rackharrow n’ont pas cette chance, ils sont frappés, le lustre de cristal qui se brise sur le sol, les couchant alors par terre dans un amas de débris coupants. Alaric a une entaille plutôt sérieuse à l’épaule, tandis que Circée a une sérieuse commotion à la tête, et une entaille nécessitant un garrot au bras. Le mal aurait pu être bien pire que cela, ils auraient pu mourir sur le coup, le gros du lustre ayant choisi pour cible les deux phénix anonymes à leurs côtés qui gisent eux dans une mare de sang.

La Reine a été extraite de la zone de conflit. Le conseiller rugit alors, « Aucun d’entre vous ne sortira tant que le coupable n’aura pas parlé ! IL EST FORCEMENT PARMI VOUS ! FERMEZ LES PORTES ! » Les lourdes portes se ferment alors, laissant les sorciers, blessés, désarmés face à eux même. L’explosion n’avait pourtant rien de magique. Si ça avait été l’œuvre de sorcier, nul doute qu’elle aurait été plus dévastatrice que cela. Un feudeymon se serait emparé de la salle, comme lors du tragique bal du Ministère. Là, ce n’était pas sorcier. Mais quelqu’un se donnait beaucoup de mal pour le faire croire. Le conseiller reste derrière les portes close tandis que les forces armés du gouvernement tiennent en joug la porte, « Vous me descendez le premier qui essaye de s’échapper, avez-vous bouclé le bâtiment ? » « Oui Monsieur, et une équipe vérifie le reste pour voir s’il n’y a pas de quatrième bombe cachée. » « Parfait. » L’homme reste seul derrière les forces armées tandis que la Reine a déjà été mise en sécurité. Il sourit pourtant, l’homme, jouant machinalement avec un médaillon entre ses mains où est gravé un sigle mystérieux, « SdP », et en plus petit « Sorcières de Pendle ». Ils étaient derrière tout cela, les horribles machinistes de cette représentation lugubre, et ils allaient de délecter du monde magique qui allait se déchirer derrière cette porte.  

NOTES AUX JOUEURS
- Vous n’avez toujours pas de baguette, et elles sont encore en sécurité quelques étages en dessous, aux vestiaires. Vous n’avez actuellement aucun moyen de sortir, si vous vous approchez un peu trop près des fenêtres pour tenter de sortir vous serez canardé comme des lapins par des snipers en place sur tout le tour du bâtiment. Occupez-vous de vos blessés, et tentez de comprendre, impossible de comprendre du premier coup qu’aucun sorcier n’est responsable de ce qui se passe, mais vous pouvez déduire cela à terme. Bonne chance, restez dans le statu quo le plus possible, car aucun d’entre vous n’est en position de force, se battre, causer la cohue ne servirait pas votre cause et ne tendrait pas à innocenter votre camp vis-à-vis des bombes, car vous l’aurez compris : tout vous accuse.
- Un maximum de 500 mots vous est demandé pour plus de fluidité dans le rp, et que tout le monde puisse suivre.
- Si vous vous sentez seul, ou que vous avez peur de vous intégrer à un groupe, rendez-vous dans le food d’intrigue pour trouver votre partenaire pour une danse, ou quelqu’un avec qui vous planquer dans un coin et médire sur le monde qui est entrain de s’affronter sous vos yeux.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


mp Skander + mp Alienor + mp Erzsébet + mp Mererid
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Lun 3 Avr - 0:06

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

 


Marcus MacDougall
parle en #ffcc00

« Bien sûr que j’y vais … »

Sans un regard de plus pour Jaina, Marcus s’était précipité vers Ombeline, bien décidé à la réconforter, tant il se doutait de ce que devait être son trouble. Son cœur se serra néanmoins en voyant la jeune femme dans les bras de Skander. Même s’il s’avait que le leader avait une relation presque fraternelle avec son amie, il sentit comme une pointe de jalousie idiote le transpercer. C’était … D’une certaine façon, c’était sa place, d’être auprès de la jeune Lupin. Gentiment, il s’approcha d’elle et mit une main sur son épaule avant de l’attirer vers lui, puis de murmurer :

« Elle ne savait pas, je crois, tu sais. Ta sœur, je veux dire … Pour cette femme … Elle avait l’air tellement … surprise … »

La suite passa en un éclair. Il ne put répondre à la demande de l’aîné des loups, Jaina ayant disparu de son champ de vision, et se contenta d’une moue désolée et d’un haussement d’épaules songeurs. Puis l’homme partit danser, et à son retour, une de ces orgueilleuses de sang-purs vint les provoquer. Charmant. Une réplique incendiaire habitait déjà ses lèvres quand soudain, une explosion assourdissante l’empêcha de prononcer le moindre mot. Instinctivement, il se jeta à terre avec Ombeline sous lui, dans un réflexe ouvertement protecteur, évitant le gros des éclats qui leur passèrent au-dessus. Se relevant, légèrement paniqué, le né-moldu s’enquit immédiatement de l’état de son amie par un sifflement inhabituellement aigu :

« Tout va bien ? Tu n’as rien ? »

Il vit le lustre effondré, l’arrière-salle ravagée, les corps au sol, le sang qui coulait des plaies de certains … C’était un cauchemar. Un nouveau cauchemar dans lequel tous avaient été projetés. Mais qui avait … Ce n’était pas Skander, il n’était pas assez fou pour risque sa famille. Le jeune homme excluait d’office l’Ordre. Mais … les mangemorts aussi étaient tous réunis, il avait remarqué les ventres arrondis de certaines matrones sang-purs … C’était prendre un risque inutile. Bon, ils étaient suffisamment stupides à ses yeux pour … Sauf que quelque part, risquer leur précieuse marmaille lui paraissait étrange … Du coup … Qui ? Tant pis, il verrait plus tard. Pour le moment …

« Skander ? Pas trop sonné ? Attend, je dois avoir … »

Déjà, le jeune homme fouillait dans la besace traditionnelle accrochée à sa taille pour en sortir quelques plantes qu’il avait eu la brillante idée d’amener, pour les appliquer sur les contusions du Lupin.

« Ca devrait être bon … Je pense … »

Restait à trouver les autres. Et à sortir vivant de ce guêpier.
 

EVENT #8 - un bal royal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

 Sujets similaires

-
» ❧ EVENT n°12 ♣ Royal Baby is Coming.
» L'étendard royal du Rohan
» Labadie: Contrat entre l'etat haitien et la Royal Carribean
» garde royal rohan
» 40 lutteurs au Royal Rumble: c'est confirmé!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres moldus-